Está en la página 1de 13

RESUMEN DE PRENSA

LUNES, 1 DE FEBRERO DE 2010

ABC
http://www.abc.es/agencias/noticia.asp?noticia=257286

POLISARIO DEMANDA INDEMNIZACIONES A MARRUECOS POR LOS


"CRÍMENES DE GUERRA"

En una conferencia en la capital argelina sobre "El conflicto saharaui y el derecho


internacional", Ghali no cuantificó las indemnizaciones exigidas, pero recalcó que Marruecos
debe asumirlas ya que ha perpetrado "crímenes de guerra y contra la humanidad".

"La monarquía marroquí ha cometido un verdadero genocidio en el Sahara Occidental y debe


indemnizar al pueblo saharaui por haber utilizado bombas de fósforo y napalm, así como
bombas de fragmentación entre febrero y marzo de 1976", afirmó.

El dirigente saharaui señaló que esos "crímenes" serán analizados "una vez que los saharauis
alcancen la independencia".

"El pueblo saharaui no olvidará jamás los crímenes perpetrados por Marruecos, que usó
helicópteros desde los que los civiles eran arrojados, sin contar los miembros de la resistencia
enterrados vivos en fosas comunes", subrayó.

Por su parte, en una carta dirigida al secretario general de la ONU, Ban Ki-moon, el
presidente de la RASD, Mohamed Abdelaziz, acusó a las autoridades marroquíes de violar las
cláusulas de los acuerdos de alto el fuego firmados con el Frente Polisario en 1991.

Entre otras violaciones, Abdelaziz denunció "maniobras militares" marroquíes en el territorio


saharaui y la consolidación "de manera ininterrumpida" del muro de separación que divide la
parte del Sahara Occidental administrada por Marruecos de la controlada por el Polisario.

El presidente saharaui acusó además al Gobierno de Rabat en su carta a Ban de continuar


"poniendo obstáculos" a las negociaciones de paz impulsadas por la ONU.

"Sus esfuerzos y los esfuerzos incansables desplegados por su enviado especial se ven
confrontados con la obstrucción creciente y la intransigencia del Gobierno marroquí, cuya
política expansionista continúa alimentando el estado de tensión e inestabilidad en la región",
indicó.

Asimismo, criticó las "continúas violaciones marroquíes de los derechos humanos y los
intentos de imponer de facto la dominación colonial al Sahara Occidental, imponiendo una
condición previa a las negociaciones" lo que está "en flagrante contradicción con el espíritu y
la letra de las resoluciones del Consejo de Seguridad".

Las negociaciones entre el Frente Polisario y Marruecos auspiciadas por la ONU en Nueva
York se encuentran en suspenso desde marzo de 2008. EFE

1
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

DIARIO DE LANZAROTE
http://www.diariodelanzarote.com/2010/02/01/economia02.htm

Adib Mohaffal, afincado en las Islas desde hace cuarenta años


EL PRESIDENTE DE UNA ONG CANARIA ABRE UN HOTEL EN EL AAIÚN
PARA ANIMAR LA INVERSIÓN ISLEÑA EN EL SAHARA

“En Canarias contamos con un buen capital humano, y en el Sahara faltan profesionales
y dinero; tenemos un gran futuro económico a un centenar de kilómetros de nuestras
costas”. Adib Mohaffal es un sirio afincado en Gran Canaria desde hace casi cuatro
décadas que ha decidido ahora invertir 40.000 euros en un negocio en El Aaiún, capital
administrativa del Sahara Occidental.

Mohaffal es además presidente de Tamarán Solidaria, una ong canaria de reciente creación
que se define como la “embajadora del Sahara marroquí en las Islas” y defiende “como
necesaria una estrategia económica y cultural entre esta zona y Canarias”.
“Palmira” será el nombre que luzca en las puertas de su hotel, que abrirá “dentro de dos
semanas”. “El establecimiento contará con nueve habitaciones, además de un restaurante de
lujo con comida canaria y árabe, y una gran terraza”, cuenta Mohaffal.
Hasta allí, evoca mientras apura su plato en una pizzería de El Aaiún, espera atraer a los
inversores canarios. Según el sirio, “contamos con todo el apoyo de Marruecos, que quiere
que vengamos a invertir” al Sahara, territorio que se disputan el reino alauí y el Frente
Polisario desde hace más de tres décadas, cuando España salió de su ex colonia.
En su opinión, “existen muchas posibilidades de crear una zona turística conjunta y ya hay
empresas interesadas en las Islas en ofrecer viajes al Sahara”.
En El Aaiún “hay además una decena de empresas canarias que se dedican al sector de la
construcción, el turismo o la cría de camellos; pero hay otras muchas más que están
interesadas en dar el salto”, dice Mohaffal que señala, sin dar nombres, “a dos grandes
consultoras de Tenerife”.
Afirma que “en el Sahara hacen falta empresas de conservas, turismo, industrias o
constructoras”. Asesor fiscal en Canarias, su intención en El Aaiún es “preparar proyectos de
viabilidad y presentarlos a los canarios”. Y afirma tener ya negociado “un camping cerca del
mar y el desierto”.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CANARIAS AHORA
http://www.canariasahora.com/noticia/117318/

MARRUECOS RETIENE EL COCHE DE DOS INGENIEROS CANARIOS

2
Los afectados reconocen que no renovaron el permiso de circulación del coche “por el
despiste de un compañero”.

“Extorsionados y humillados”. Así se sienten los dos ingenieros canarios a quienes las
autoridades marroquíes retuvieron su vehículo hace ocho días por haber excedido el coche los
tres meses permitidos en territorio alauí de circulación libre para los vehículos con matrícula
extranjera. Aduanas les reclama 4.000 euros, según los canarios.

Los ingenieros son José Betancor y Nicolás Díaz Saavedra. Pertenecen a la empresa RG10
Ingeniería y trabajan para el Festival de La Luz de Tarfaya, al sur del país. En estos
momentos, se encuentran en Tan Tan –donde se retuvo el coche- junto a la colombiana Nora
Barrios, también de la compañía.

En contra de lo que habían declarado en un primer momento, Betancor ha reconocido a esta


agencia que “no estamos retenidos y sí que tenemos nuestros pasaportes”, excepto el de Díaz
Saavedra “que se encuentra en el hotel porque no confían en que podamos pagar”.

También saben que el coche estaba circulando de forma irregular. “La estancia máxima de los
vehículos extranjeros es de seis meses, pero a los tres hay que renovar el permiso y no
pudimos hacerlo por el despiste de un compañero”.

Negocios en el Sáhara
Betancor llegó a El Aaiún, capital administrativa del Sahara Occidental, hace 10 días. Allí se
encontró con Díaz Saavedra “para visitar unas obras mías que están en marcha”. Según cuenta
Betancor, “tenemos aquí, entre El Aaiún y Agadir, más de 10 proyectos; el más importante el
de la conexión del cable submarino entre Tarfaya y Fuerteventura”.

De El Aaiún viajaron a Tan Tan, donde las autoridades marroquíes les requisaron el vehículo
una vez comprobado que había excedido el tiempo libre de circulación. Les reclaman una
multa de 4.000 euros, que los canarios consideran desorbitada.

Se quejan de que las autoridades españolas “no nos han ayudado”. Consultado el Consulado
de Agadir, competente en la zona, fuentes diplomáticas afirmaron a ACN Press que
“efectivamente estamos en contacto con ellos, pero tienen en su poder toda su documentación,
sus pasaportes, y pueden abandonar el país cuando quieran; su vehículo también podrá
hacerlo cuando cumplan con la ley marroquí”.

Apoyo al empresario
Los canarios piden ayuda a las autoridades canarias, “para poder resolver esta situación,
porque somos empresarios que venimos a invertir a este lado del Atlántico y necesitamos
sentirnos apoyados”.

Betancor se ha quejado además de que no tienen recursos para pagar el hotel en el que se han
quedado en Tan Tan. Sin embargo, preguntada por esta agencia, Nora Barrios ha afirmado
que sí que obran en su poder sus tarjetas de crédito, “que no funcionan en Bolivia y aquí
tampoco”, ha dicho la colombiana.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3
DISCAPNET
http://www.discapnet.es/Castellano/actualidad/Linea_Social/paginas/detalle.aspx?Notici
a=210764

EL CONGRESO Y LOS DEFENSORES DE LOS DERECHOS HUMANOS


PROTAGONIZAN UNA JORNADA ESTE JUEVES

La protección de los defensores de los derechos humanos protagonizarán el próximo jueves, 4


de febrero, una jornada en el Congreso de los Diputados, a la que acudirán representantes de
la Cámara Baja, de Naciones Unidas y de Amnistía Internacional.

Organizadas por "Brigadas Internacionales de Paz", la jornada busca promover el trabajo


parlamentario y los mecanismos internacionales que se han constituido para la protección de
los derechos humanos y de sus defensores, que siguen "enfrentándose a campañas de
difamación, barreras burocráticas, acoso, detenciones, desapariciones y asesinatos".

En esta jornada intervendrán Margaret Sekaggya, Relatora Especial de Naciones Unidas sobre
la situación de los defensores de los Derechos Humanos, y Jeremy Corbyn, vicepresidente de
All-Party Inter-Parliamentary Group on Human Rights del Congreso Británico y diputado por
el partido laborista.

Otro de los invitados es el mexicano Abel Barrera, director del Centro de Derechos Humanos
Tlachinollan. También estarán la presidenta de Amnistía Internacional España, Itziar Ruiz-
Giménez, así como la de la Comisión de Cooperación en el Congreso de los Diputados, Rosa
Delia Blanco.

La ugandesa Margaret Sekaggya es una de las máximas autoridades a la hora de conocer y


denunciar las persecuciones y la violencia a la que estos defensores están expuestos
diariamente en países como China, Honduras o Irán.

Por su parte, el británico Jeremy Corbyn ha destacado por su oposición al belicismo y la


legislación antiterrorista, así como por su defensa de los derechos humanos entre los
territorios de Palestina y Sáhara Occidental.

El mexicano Abel Barrera recibió amenazas de muerte en 2002 por su trabajo como defensor
en la región, dentro de la campaña de acoso que siguió a la muerte de otra defensora, Digna
Ochoa, ese mismo año.

DERECHO Y DEBER
Naciones Unidas estableció en 1998 "el derecho y el deber de los individuos, los grupos y las
instituciones de promover y proteger los derechos humanos y las libertades fundamentales
universalmente conocidas".
Dicho derecho y deber está protegido por numerosos instrumentos nacionales e
internacionales, como las Directrices de la Unión Europea sobre Defensores de Derechos
Humanos de los años 2004 y 2008.

Los asistentes a esta jornada podrán visitar la exposición fotográfica "Defensores. El


testimonio obstinado", impulsada por Amnistía Internacional.

4
Son 30 instantáneas de defensores de los derechos humanos realizadas por la fotógrafa Sofia
Moro. En el recorrido, el visitante conocerá la historia de cada uno de ellos.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ECO RUE 89
http://eco.rue89.com/2010/02/01/le-journal-le-plus-independant-du-maroc-pousse-a-la-
fermeture-136442

LE JOURNAL LE PLUS INDÉPENDANT DU MAROC POUSSÉ À LA FERMETURE

Le Journal hebdo, symbole de lutte contre le pouvoir, a fermé pour liquidation


judiciaire. Une décision en réalité politique.

(De Casablanca) Mercredi 27 janvier, en plein bouclage, Le Journal hebdo, publication


pionnière et icône de la liberté de la presse marocaine, a été fermé de force pour « liquidation
judiciaire », sur ordre du tribunal de commerce.

Débarquement d'huissiers, changement des serrures, mise sous scellés des locaux. A première
vue, pour une raison légale : Le Journal hebdomadaire croulait sous des dettes de plus de 450
000 euros envers la sécurité sociale marocaine (CNSS) et la direction des impôts.

Mais pour Aboubakr Jamaï, co-fondateur (à 29 ans et sans expérience


journalistique) du Journal hebdo en 1997 et
son directeur de publication jusqu'en 2007, ces problèmes financiers ne viennent pas de nulle
part :

« Entre les procès à la chaîne et la stratégie concertée de boycott des annonceurs qui nous a
fait perdre 80% de nos recettes publicitaires, les autorités ont tout fait pour acculer Le Journal
à l'asphyxie financière. »
Ali Anouzla, directeur du quotidien arabophone indépendant Al
Jarida Al Aoula (récemment condamné à un an de prison avec sursis pour
une enquête sur la santé du roi), partage ce sentiment :

« C'est une décision politique pour exécuter Le Journal. De nombreuses entreprises de presse
sont endettées auprès de la sécu et des impôts, sans parler de l'État lui-même ».
Ultime manœuvre venue d'en-haut pour porter le coup de grâce à un hebdo sans concession
qui, depuis douze ans et trois mois, ne laissait pas le pouvoir dormir tranquille. Si de
nombreux médias indépendants sont nés dans le sillon du « Journal » (son nom initial et
diminutif actuel), « c'était celui qui allait le plus loin », témoigne Kawtar Bencheikh, membre
de la rédaction depuis 2006.

« Les enfants de l'alternance »

Mais c'est son statut de pionnier qui l'a fait entrer dans l'Histoire. Boubker (son surnom) Jamaï
raconte :

5
« Le Journal est né le 17 novembre 1997, trois jours après les législatives qui ont amené
Abderrahmane Youssoufi (socialiste) au gouvernement. Nous étions “les enfants de
l'alternance”, inspirés par El Pais, né en 1976 après la mort de Franco. »

Sauf qu'en 1997, l'ancien roi Hassan II est vieux mais bien vivant et toujours craint. Pourtant,
Le Journal réclame ouvertement le départ de Driss Basri (ancien ministre de l'Intérieur tout-
puissant de Hassan II) et le retour de l'opposant Abraham Serfaty, exilé en France après dix-
sept ans de bagne au Maroc.

Pire, en 1999, Le Journal « jette une pierre dans le jardin secret de Hassan II » en faisant sa
Une d'un entretien avec Malika Oufkir, fille du général putschiste exécuté en 1972, qui vécu
vingt ans en détention secrète avec sa famille (lire « La Prisonnière », coécrit avec Michelle
Fitoussi, paru en 1999).

« On a osé dire qu'on ne pouvait pas ne pas compatir, et on n'a jamais été aussi certain de
notre interdiction. Pourtant Hassan II n'a rien fait. Et dans sa dernière interview, avec Jean
Daniel dans Le Nouvel Observateur, il a dit regretter ce qui s'était passé. Je pense que nous y
sommes en partie pour quelque chose. »

L'interview de Malika Oufkir est un « point de rupture ». Le Journal fera bien d'autres
« coups » : en juin 2001, il publie conjointement et simultanément avec Le Monde les
révélations d'un ancien agent secret du Cab-1 (le premier cabinet des services secrets
marocains), Ahmed Boukhari, sur la disparition de l'icône de la gauche, Mehdi Ben Barka. Il
osera titrer « Que fait le roi ? » avec pour illustration, la photo d'un trône vide.

Il enquêtera sur la fausse découverte de pétrole à Talsint, dans l'Est marocain, annoncée en
grande pompe puis démentie, une des pires humiliations du nouveau règne. Mais non sans en
payer chèrement le prix dès 2000.

Après l'intronisation de Mohammed VI, « Le Journal verra sa lune de miel avec le régime se
transformer en opposition ouverte », écrit Ali Amar, l'un de ses cofondateurs et ancien
directeur en 2007-2008, dans « Mohammed VI, le grand malentendu ».

« Escroquerie intellectuelle »

Boubker Jamaï assène :

« Penser que la vraie rupture c'était Mohammed VI, c'est une escroquerie intellectuelle dans
laquelle tout le monde est tombé, on en a beaucoup souffert.

La vraie dynamique d'ouverture a été impulsée par Hassan II à un moment où, pour des
raisons notamment géostratégiques, il avait compris l'intérêt de lâcher du lest. Je ne parle pas
de démocratisation, mais d'une certaine libéralisation politique. Mohammed VI, lui, a
clairement parlé de “monarchie exécutive”. »
Moins d'un an après son arrivée sur le trône, quand la presse internationale célèbre le
« printemps marocain », Le Journal, alors imprimé en France en format tabloïd (avec l'aide
initiale de Serge July de Libération puis de Philippe Thureau-Dangin de Courrier
international), est saisi à la douane pour avoir publié pour la première fois au Maroc une

6
interview de Mohamed Abdelaziz, chef du Front Polisario qui revendique l'indépendance du
Sahara occidental (l'intégrité territoriale est une des lignes rouges de la liberté d'expression).

Ali Anouzla témoigne :

« Ils ont été traités comme des traîtres par leurs confrères alors qu'aujourd'hui, le pouvoir est
en négociation directe avec les indépendantistes. »

Quelques mois plus tard, Le Journal est fermé définitivement par décret pour avoir révélé,
documents à l'appui, l'implication de la gauche dans le coup d'État d'Oufkir contre Hassan II.
Le Journal est mort, vive « Le Journal hebdomadaire » : après une grève de la faim largement
médiatisée de Boubker Jamaï, le titre renaît sous un autre nom début 2001. Selon Ali Amar :

« Le ton demeure. Le retour à la torture est dénoncé, les dépenses somptuaires du roi révélées,
le reniement des socialistes récupérés pointé du doigt. »

Amendes record

Les ennuis continuent. Le Journal critique la diplomatie marocaine et met en cause l'ancien
ministre des Affaires étrangères dans une transaction immobilière à Washington : peines de
prison et dommages et intérêts records (à l'époque) condamnant Média Trust, ancienne société
éditrice du Journal.

En 2006, parce que Le Journal a publié une photo AFP où l'on aperçoit les caricatures
danoises du prophète (minuscules et gribouillées en noir avant la sortie en kiosque), une
manifestation haineuse (avec slogans antisémites et extrémistes) se tient en bas de la
rédaction, orchestrée par le ministère de l'Intérieur et relayée par les médias étatiques comme
la chaîne 2M.

Quelques mois plus tard, Le Journal est condamné à payer 270 000 euros de dommages et
intérêts au Belge Claude Moniquet, du centre de recherche Esisc (Centre européen de
recherche, d'analyse et de conseil en matière stratégique), pour avoir qualifié son rapport sur
le Front Polisario de « téléguidé par le Palais ». Refusant l'offre de son ami Moulay Hicham,
cousin du roi, de payer, Boubker Jamaï quitte la direction du Journal et s'exile aux États-Unis.
La mythique publication The New Yorker publie un article fleuve sur sa « croisade ».

Car c'est bien à ce « croisé », intellectuel respecté (passé par Yale et Oxford) aux analyses
fines et d'autant plus tranchantes, incarnation d'une ligne éditoriale inflexible et jusqu'au-
boutiste, qu'en veulent principalement les autorités.
Absent du territoire marocain, Boubker Jamaï l'est aussi des colonnes du Journal, laissé
relativement tranquille pendant deux ans, ce qui lui permet de reprendre du poil de la bête
financièrement. Il plaide :

« Chaque fois qu'on a pu rembourser nos dettes, on l'a fait. Et on n'a pas à rougir de nos
ventes. »

De 25 000, celles-ci ont tout de même chuté de plus de moitié ces dernières années. Est-ce le
désintérêt croissant des Marocains pour la politique (bien que Le Journal s'adresse à l'élite
francophone), ou au contraire le virage en 2004 vers un format et un contenu « magazine »
mal apprécié des lecteurs inconditionnels ? Pas assez de sensationnalisme ? La « stratégie de

7
distribution malhonnête », qui, selon Kawtar Bencheikh, a rendu Le Journal parfois difficile à
trouver dans certains kiosques stratégiques ?

Baptême du feu

Dans ce contexte, témoigne-t-elle, l'équipe vivait « au jour le jour sous tension, en sous-
effectif, sans moyens pour enquêter ou partir en reportage, sans structure, ni contrat, ni
mutuelle » -au risque de décrédibiliser leur combat pour la bonne gouvernance à l'échelle du
pays.

« On travaillait de manière artisanale, poursuit-elle, chaque numéro était un combat », créant,


malgré des divergences parfois profondes dans la rédaction, une sorte d'union sacrée. Le
Journal a été un baptême du feu pour de nombreux journalistes.

En dépit de ces difficultés, et notamment depuis le retour de Boubker Jamaï (en tant
qu'éditorialiste et collaborateur) au printemps 2009, Le Journal est resté offensif jusqu'au
bout : sur la « bêtise monumentale » -dixit Jamaï- de l'affaire Aminatou Haidar (militante
indépendantiste du Sahara occidental expulsée début novembre vers les Iles Canaries avant de
rentrer au Maroc après une grève de la faim retentissante). Ou encore sur l'ingérence du Palais
dans les affaires, un tabou ultrasensible propre à l'ère Mohammed VI.

« Cette dernière sanction montre que le pouvoir se sent acculé », estime Boubker Jamaï, qui
fustige sans ciller le « sous-développement politique et institutionnel du Maroc » et « la
limitation intellectuelle au sommet de l'État ». Symbole d'une espérance il y a douze ans, Le
Journal l'est aujourd'hui d'une grande déception.

Boubker Jamaï persiste, au présent :

« La société marocaine est mûre pour la démocratie et le roi doit répondre de ses actes. C'est
ça notre ligne éditoriale. »
Des réflexions sont en cours pour ressusciter à nouveau l'hebdo rebelle. Le Journal n'a peut-
être pas totalement tourné la page.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ALGERIE FOCUS
http://www.algerie-focus.com/2010/02/01/le-president-sahraoui-le-maroc-continue-de-
dresser-des-obstacles-devant-les-negociations-de-paix/

LE PRESIDENT SAHRAOUI: LE MAROC CONTINUE DE DRESSER DES


OBSTACLES DEVANT LES NEGOCIATIONS DE PAIX

BIR LAHLOU- Le président sahraoui, M. Mohamed Abdelaziz, a accusé le Maroc de


continuer de dresser des obstacles devant les négociations de paix au Sahara occidental,
préconisées par les Nations unies, a rapporté dimanche l’agence de presse sahraoui SPS, citant
une lettre adressé par le chef de l’Etat sahraoui au SG de l’ONU, M. Ban Ki-moon. « Vos
efforts et ceux inlassables déployés par votre envoyé personnel (M. Christopher Ross) sont,
aujourd’hui, confrontés à l’obstruction croissante et l’intransigeance du gouvernement
marocain, dont la politique coloniale expansionniste, continue d’alimenter l’état de tension et
d’instabilité dans la région », a souligné M. Abdelaziz dans cette correspondance.

8
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LE FASO
http://www.lefaso.net/spip.php?article35137&rubrique7

SOMMET DE L’UA : Le Roi débarqué mais les problèmes demeurent

Réunis depuis dimanche à Addis Abeba, les chefs d’Etat membres de l’Union africaine
(UA), sont parvenus à se débarrasser du Colonel Khadaffi de Libye. Celui-ci a été
remplacé à la présidence en exercice par son homologue malawite, un économiste en
place depuis seulement 6 mois à la tête de son pays. Officiellement, le sommet est censé
débattre autour du thème : "TIC en Afrique : défis et perspectives pour le
développement". Mais comme toujours, les crises politiques et les conflits fratricides
dominent les débats à huis clos. Chassez le naturel, il reviendra toujours au galop, dit-on

Certes, les Technologies de l’information et de la communication (TIC), sont un thème


porteur, mais davantage un cheval de Troie destiné à mobiliser du monde et des ressources
financières. Pour l’heure, les Africains sont préoccupés par la faim, la soif et la misère dans
lesquelles les ont plongés les politiques de développement viciées et l’incurie de leurs
dirigeants. Malheureusement, les chefs d’Etat africains font toujours semblant de chercher à
résoudre les problèmes pour ensuite retourner à domicile sans avoir jamais rien résolu.

Des raisons à ce sempiternel retour à la case départ ? D’abord le manque patent de volonté
politique. Il se ressent à travers le manque de suivi et la non-application des mesures
recommandées lors des sommets précédents. Ces sommets à huis clos sont, la plupart du
temps parfaitement inutiles car inféconds, lassants et leurs coûts sont exorbitants pour un
continent toujours à la recherche de ses marques. Jamais suivis de décisions et d’actions
conséquentes, ils écornent bien plus l’image de l’Afrique. Pourtant, de nombreux conflits
attendent d’être résolus : Darfour, Sahara occidental, Somalie, entre autres. Des crises
persistent en Côte d’Ivoire, au Togo, au Burundi, en RDC, à Madagascar, au Nigeria, au
Niger... De nouvelles situations désastreuses compromettent le développement : les actes de
piraterie sur les mers, le terrorisme sur la bande saharienne, etc. Jamais ou presque, les
sommets ne condamnent ces chefs d’Etat qui, au forceps, conduisent les destinées de leur
pays.

L’Afrique souffre surtout du manque d’alternance et de l’immobilisme qu’engendre le


tripatouillage des Constitutions, véritable racine du mal, de la guerre et des coups d’Etat.
Pourquoi fallait-il donc s’étonner du désir ardent du chef de la Jamahiriya libyenne populaire
et socialiste de rempiler à la tête de l’UA ?

Le colonel Khadaffi n’a jamais caché son dégoût de l’alternance. C’est un anti-démocrate qui
s’illustre par son goût immodéré du pouvoir. Son pays, il le dirige d’une main de fer depuis
son coup d’Etat du 1er septembre 1969. Il est vrai qu’à la différence de la plupart de ses pairs
africains, il investit beaucoup dans le développement, pose des actes concrets au profit des
populations africaines. Mais il aura été mal inspiré ou mal conseillé d’avoir voulu profiter du
contexte créé par les dérives des dirigeants africains eux-mêmes. S’acharner à conduire
indéfiniment son pays, ne peut qu’encourager à conquérir et vouloir conserver les rênes

9
d’autres institutions dont l’UA. Mais le fait est que la grande majorité des pairs de Moamar
Khadaffi et lui, sont des partisans inconditionnels ou des habitués de mandats perpétuels.
Dans leur grande majorité, ils ne digèrent aucune forme d’alternance au pouvoir. Le rêve était
donc permis pour le guide libyen.

Toutefois, l’ambition du chef de la Jamahiriya Populaire Socialiste s’est heurtée à un véritable


mur d’hostilité. Lui et ses partisans ont été balayés par la bourrasque des pays d’Afrique
australe, décidés à faire valoir le système de la rotation. Le passage à témoin s’est passé dans
des conditions burlesques. Des "rois d’Afrique" dans leurs apparats et se prêtant au jeu du
guide libyen, s’étaient rendus sur les lieux, scandant notamment que "le peuple" reste derrière
"le roi des rois". Dissimulant à peine son amertume, le chef de l’Etat libyen a soutenu qu’il
aurait refusé son mandat l’an dernier s’il avait su ce qu’était "cette présidence en exercice de
l’UA". Dans une critique à peine voilée, il a déploré n’avoir pas toujours été mis au courant
des décisions prises par l’Union.

La tentative du Colonel Khadaffi, ajoutée aux dérives de certains chefs d’Etat, montre
combien il est urgent de disposer de remèdes à ces manquements à l’éthique africaine et à la
démocratie républicaine. Condamner les changements violents de régime, les coups d’Etat et
autres ne rime à rien si rien n’est fait pour prévenir et punir la modification des Constitutions.
L’UA a encore bien du chemin à faire pour se rattraper par rapport aux coups d’Etat. Presque
rien de concret n’a encore été fait pour punir le tripatouillage des Constitutions ou les astuces
tendant à les faire remplacer en cours ou en fin de mandat. Des efforts sérieux doivent donc
être faits dans ce sens.

Aux constitutionalistes d’avoir une dose de courage et surtout d’apprendre à se corriger. La


plupart sont défaillants face aux chefs d’Etat qui les ont désignés pour rédiger la loi
fondamentale. Se sentant redevables et en dépit de leur propre serment, très peu résistent aux
caprices du prince également chef suprême de la magistrature du pays. Pourtant leur concours
est indispensable si l’on veut que la démocratie républicaine s’enracine dans nos valeurs

Pourquoi ne pas recourir à une sorte d’internationale des forces vives pour soustraire le
continent à la rapacité de ses dirigeants ? Des mécanismes supranationaux paraissent en effet
indispensables. Ils peuvent aider à valider le serment, authentifier les principes contenus dans
les textes constitutionnels et sanctionner leur non-respect au moyen de mesures concrètes. Les
mécanismes envisagés pourraient dès lors impliquer l’UA, les organisations régionales du
type CEDEAO, les Nations unies, l’Union européenne, la Cour internationale de justice, la
communauté des bailleurs de fonds, la société civile, entre autres.

Par leur synergie d’actions, ces organisations pourraient tout autant contraindre les chefs
d’Etat à respecter leurs signatures et instaurer une gestion saine des Etats. En attendant la
mise en place de ces instances de régulation indépendantes et supranationales, les Africains
pourraient tourner dos au régime présidentiel pour aller progressivement vers les régimes de
type parlementaire

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10
EL MOUDJAHID
Mohamed Bouraïb

http://www.elmoudjahid.com/accueil/Nation/51016.html

CONFÉRENCE AU FORUM DU JOURNAL ECHAÂB SUR “LE SAHARA


OCCIDENTAL, DERNIÈRE COLONIE EN AFRIQUE”

“Le Maroc ne se conforme pas à la légalité internationale. Il ne respecte pas la résolution de


l’ONU sur le référendum libre et transparent du peuple sahraoui en faveur de son
autodétermination et le recouvrement de sa souveraineté sur son territoire national. De même
que le Maroc bafoue quotidiennement les droits de l’homme. Le droit de la force ne doit pas
primer sur la force du droit. C’est la substance de la conférence sur le “Sahara occidental,
dernière colonie en Afrique”, animée hier, au Centre des études stratégiques du journal
Echaâb, par M. Ayachi Saïd, membre du Comité national algérien de solidarité avec le peuple
sahraoui et M. Sadouk Omar, universitaire et professeur à la faculté de droit et de sciences
politiques de l’université de Tizi Ouzou. La conférence a été rehaussée par la présence de
M. Brahim Ghali, ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique à Alger.

Intervenant en premier lieu, M. Ayachi Saïd a choisi de traiter la question du Sahara


occidental à la lumière du droit international humanitaire. Il a d’abord rappelé que les conflits
armés provoquent des abus, des dépassements et que ce sont les populations civiles qui en
sont victimes. Mais même en temps de guerre, tout n’est pas permis. Il y a des barrières car la
guerre doit toujours s’accompagner de conduites, de règles et de principes à observer pour
éviter les violations et les brutalités contre les civils innocents. Cette éthique est pérenne et on
la retrouve dans toutes les cultures, civilisations et religions.

Le droit humanitaire
Parmi les figures les plus emblématiques du droit international humanitaire, le conférencier
cite Henri Dunant, père des fameuses conventions de Genève et l’Emir Abdelkader. La
naissance du droit international humanitaire il y a 60 ans, a permis de codifier les règles qui
permettent de protéger les personnes qui ne sont pas partie prenante dans un conflit armé. Le
respect de ces règles adossé à un code juridique permet de mettre à l’abri les catégories de la
population les plus vulnérables et les plus exposées. Les textes juridiques sont connus. Il
s’agit de la Convention de Genève et des protocoles additionnels visant à protéger les blessés,
les prisonniers de guerre, les civils, à titre d’exemple. Ces textes datent de 1949. Le nœud du
problème consiste, selon M. Ayachi Saïd, à trouver les moyens idoines pour sécuriser au
maximum les populations civiles qui sont au cœur même de l’humanitaire. C’est pour cela
que les Etats doivent observer une éthique de l’humanitaire car il s’agit de garantir la dignité
de l’homme, obligation juridique leur est faite. Car ils sont liés par les conventions de Genève
en plus d’une responsabilité pénale à laquelle ils doivent faire dévotion.

L’orateur remarque que les ONG en matière de défense du droit international humanitaire ne
sont pas toujours au-dessus de tout soupçon. Elles sont sujettes à des manipulations de la part
des puissants qui sont tentés de les instrumentaliser à des intérêts étroits. Concernant le
Conseil de sécurité de l’ONU, il est encore difficile de le faire réagir sans un travail de
coulisses et sans s’exposer aux risques d’un veto brandi par un de ses membres. C’est d’autant
plus vrai que nombre de résolutions sont restées lettres mortes, faute d’application.

11
Le cas d’Israël est le plus patent et il n’y a qu’à jeter un regard sur le sort qui est réservé au
rapport Goldstone concernant les crimes commis par Israël contre les populations
palestiniennes.

Le conférencier, note dans son exposé, que fréquemment, le droit international humanitaire
est à géométrie variable. Le corridor humanitaire n’a pas été déployé à Ghaza (Palestine), ni
en Bosnie Herzégovine. L’orateur relève en définitive, une perversion du droit international
humanitaire et n’hésite pas à la qualifier de forme de néo-colonialisme. S’agissant du Sahara
occidental, M. Ayachi Saïd, dénonce les viols, les disparitions forcées, les exécutions extra-
judiciaires, des assassinats de personnes jetées des hélicoptères. En bref, une répression
perpétrée par l’administration marocaine dans les territoires sahraouis occupés. Ces atteintes
violentes aux droits de l’homme, sont relatées, dénoncées et constatées par Amnesty
International, Human Right Watch, la commission ad hoc du Parlement européen. Le Maroc
viole et bafoue tous les jours, les droits de l’homme, se faisant condamner par la communauté
internationale. Les ONG, face à cette situation ne peuvent qu’user de l’arme de la
dénonciation ou de la persuasion. L’Algérie, rappelle M. Ayachi Saïd, accueille 175.000
réfugiés sahraouis qui sont devenus éligibles aux aides humanitaires. Les camps de réfugiés
sahraouis sont les mieux organisés du monde et on ne note que 0,02 % de
déperdition. Néanmoins, il martèle l’idée qu’il faut sans cesse informer, sensibiliser l’opinion
publique sur ce qui se passe au Sahara occidental. Le Maroc ne respecte pas la légalité
internationale en exploitant de manière éhontée, les ressources naturelles du Sahara
occidental.

Des rappels historiques


Intervenant en second lieu, M. Sadouk Omar, fait un rappel historique pour démontrer que le
Sahara occidental n’a jamais appartenu au Maroc. Il cite des faits prouvés à travers l’histoire
pour battre en brèche la thèse de l’appartenance du Sahara occidental à la monarchie
marocaine. Il n’y a jamais eu d’allégeance sahraouie à l’égard du Royaume chérifien. Jamais
aucune souveraineté marocaine n’a pu s’établir sur le territoire du Sahara occidental. Les
Espagnols l’ont colonisé et annexé sous le couvert fallacieux que le Sahara occidental est un
territoire sans maître. Les Sahraouis ont combattu les Espagnols sans l’aide des
Marocains. Les colonisateurs espagnols ont traité avec les sages et les “chouyoukh” sahraouis
et non pas avec le souverain marocain. Ce qui démontre qu’il n’y a pas de souveraineté
marocaine sur le territoire du Sahara occidental. Ce rappel historique est très important aux
yeux de l’orateur qui poursuit son exposé que la position de l’ONU s’était clairement dégagée
en reconnaissant que le Sahara occidental est une colonie espagnole, dès les années 60.

Le droit à l’autodétermination
L’ONU reconnaît aux pays et aux peuples colonisés leur droit à l’autodétermination dans sa
résolution 1514. Le 11 novembre 1960, les Espagnols ont déclaré qu’ils sont prêts à accepter
le principe du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. Le conférencier note que de
1963 à 1975, l’Assemblée générale de l’ONU a promulgué 10 résolutions concernant la
décolonisation du Sahara occidental et l’application du principe de l’autodétermination. Les
Marocains ont répliqué en organisant la Marche verte en 1975. Il remarque que le tribunal
pénal international, après avoir délégué une commission d’enquête a énoncé un avis
consultatif et a traduit les vœux du peuple sahraoui à son droit à l’autodétermination, c’est-à-
dire l’application de la résolution de l’ONU. L’orateur rappelle qu’aujourd’hui, la RASD est
reconnue par plus de 85 pays dans le monde. Elle est admise à l’OUA en 1982. Son droit à

12
l’autodétermination par un référendum populaire et transparent lui est également reconnu par
l’ONU et la communauté internationale. 

Le Conseil de sécurité de l’ONU a mis en place, en 1990, un plan international de paix à


travers la constitution de la MINURSO. En définitive, le conférencier insiste sur la tenue d’un
référendum populaire transparent qui constitue la démarche juridique capable de faire
appliquer le principe de l’autodétermination du peuple sahraoui. On ne peut pas accepter que
la légalité internationale soit transgressée par le Maroc. Prolonger le conflit, c’est perpétuer la
menace de la paix internationale. Une remarque importante est à souligner. Il y a plus de 85
Etats qui reconnaissent la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Mais il n’y a
pas un seul Etat dans le monde qui reconnaît la “marocanité” du royaume chérifien sur le
territoire du Sahara occidental. Il faut faire du 50e anniversaire de la décolonisation dans le
monde, l’année du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

13