Está en la página 1de 56

Guide d’Auto-Diagnostic Environnemental

édité par

SBA

Sustainable Business Associates

outil de gestion pour les entreprises

E nvironnemental édité par SBA Sustainable Business Associates outil de gestion pour les entreprises avec le
E nvironnemental édité par SBA Sustainable Business Associates outil de gestion pour les entreprises avec le

avec le soutien de

E nvironnemental édité par SBA Sustainable Business Associates outil de gestion pour les entreprises avec le
Guide d’auto-diagnostic environnemental

Guide d’auto-diagnostic environnemental

Guide d’auto-diagnostic environnemental

Partie I

Partie I Sommaire généralPartie I Table des matières page • 1. Préface   2. • 2. Le Programme DELTA

Table des matières

page

1. Préface

 

2.

2. Le Programme DELTA

 

4.

 

3. Les concepteurs du guide d’auto-diagnostic environnemental

 

6.

 

4. Présentation du guide d’auto-diagnostic environnemental

 

8.

 

5. Glossaire

 

10.

Partie II Auto-diagnostic et auto-évaluation 

 

6. Auto-diagnostic des problèmes environnementaux de votre entreprise

 

12.

6.1. Enjeux de management environnemental (fiche A)

 

12.

 

6.2. Aspects environnementaux : facteurs sensibles et niveaux de maîtrise (fiche B)

16.

6.3. Synthèse de l’auto-diagnostic (fiche C)

32.

7. Auto-évaluation des pratiques et dispositions de management environnemental

 

36.

7.1. Pratiques et dispositions de management environnemental

 

36.

 

7.2. Synthèse de l’auto-évaluation (fiche D)

 

48.

8. Plan d’action (fiche E)

 

50.

Partie III Exemple et notice d’utilisation 

 

9. Le cas de Bostic: un exemple détaillé

 

52.

 

10.

Fiches mobiles et notice d’utilisation: dans le rabat de la dernière page de couverture

 
  • 10. Fiches mobiles et notice d’utilisation: dans le rabat de la dernière page de

Partie I

Sommaire général

1. Préface Préface

Partie I Sommaire général 1. Préface • Les entreprises au service de l’environnement La poursuite du

• Les entreprises au service de l’environnementPartie I Sommaire général 1. Préface La poursuite du développement de nos entreprises ne sera possible

La poursuite du développement de nos entreprises ne sera possible que dans le cadre du respect de l’environnement.

Toutes les entreprises doivent se mobiliser pour orienter leurs acti- vités dans la voie du Développement Durable, c’est-à-dire en inté- grant le développement économique avec la protection de l’envi- ronnement et le progrès social.

Facteur d’innovation et de progrès, les entreprises ont un rôle essentiel à jouer dans cette évolution. Elles y rencontreront des contraintes, des difficultés mais aussi des opportunités de marché. Les entreprises rassemblées dans «Entreprises pour l’Environ- nement» l’ont bien compris mais elles savent que le défi de cette évolution vers le Développement Durable ne peut être relevé que si toutes les entreprises, petites ou grandes, leurs fournisseurs et leurs clients, s’engagent aussi résolument dans cette voie.

Pour aborder ces problèmes et fortes de leur expérience, nos entre- prises ont réalisé ce guide qui a pour objectifs :

·

· de sensibiliser l’ensemble des entreprises aux enjeux éco- nomiques, industriels et commerciaux auxquels sont et seront de plus en plus confrontés leurs fabrications et leurs produits,

· de permettre aux entreprises de toute taille d’évaluer leur situation managériale vis-à-vis des problèmes d’environ- nement pour se préparer ainsi à une éventuelle certification selon les normes internationales de système de management environnemental.

Ce guide a déjà été utilisé par plusieurs milliers d’entreprises de toutes tailles en France et en Italie.

Nous nous réjouissons que la collaboration avec SBA dans le cadre du Programme DELTA permette la mise à disposition de ce guide aux entreprises opérant dans les pays du Maghreb et du Machrek.

Francis Mer Président d’USINOR Président d’Entreprises pour l’Environnement

Paris, le 21 juin 2002

• L’éco-efficacité: la clef du développement durable en Méditerranée L’accord conclu en 1995, lors de

• L’éco-efficacité: la clef du développement durable en Méditerranée

L’accord conclu en 1995, lors de la Déclaration de Barcelone entre l’Union Européenne et 12 pays tiers méditerranéens, a ouvert de nouveaux horizons pour une collaboration et des échanges plus intenses. Dans cette perspective, la Méditerranée deviendra, d’ici 2010, une zone de libre échange, ce qui rendra plus vive la concur- rence dans et entre les pays partenaires. L’environnement étant un des critères de compétitivité, les entreprises du Maghreb et du Machrek se trouvent face au défi d’une mise à niveau environne- mentale.

Consciente de la difficulté que représente cette tâche, SBA a amor- cé dans le cadre de son programme DELTA plusieurs actions sous le thème de l’éco-efficacité. Des outils d’éco-management pratiques ont été développés et proposés aux industriels. Pour compléter cette palette d’outils de gestion, SBA s’associe aujourd’hui à Entreprises Pour l’Environnement (EPE) et présente une nouvelle version du Guide d’Auto-Diagnostic Environnemental (GADE).

Cette nouvelle édition du GADE permettra aux entreprises méditer- ranéennes de faire un premier pas vers la certification environne- mentale selon les normes internationales (ISO 14000 et EMAS) et facilitera la mise en place d’un système de management environ- nemental.

en place d’un système de management environ- nemental. Par la publication de ce guide, nous nous

Par la publication de ce guide, nous nous réjouissons de la collabo- ration avec EPE qui grâce à son savoir-faire, a pu mettre l’accent sur l’importance de l’implication des industriels dans le développe- ment durable. Ce partenariat avec EPE nous a permis de mettre à jour et d’adapter cet outil d’éco-management aux pays méditerra- néens ainsi qu’à leur culture.

Nous tenons à remercier la Direction du Développement et de la Coopération suisse, la Commission Européenne ainsi que LAFARGE MAROC pour leur soutien dans la publication et la distribution de ce guide.

Karim Zein Président de Sustainable Business Associates

Lausanne, le 21 juin 2002

et la distribution de ce guide. Karim Zein Président de Sustainable Business Associates Lausanne, le 21

Partie I

2. Le Programme DELTA

2.

Le Programme DELTA

• Un programme pour les industriels méditerranéens

• Un programme pour les industriels méditerranéens

• Un programme pour les industriels méditerranéens Le Chapitre 30 d’Action 21 (adopté en 1992 lors

Le Chapitre 30 d’Action 21 (adopté en 1992 lors du 'Sommet de la Terre' de Rio) souligne le rôle essentiel du monde industriel et éco- nomique dans la poursuite d’objectifs de développement durable – par la mise en œuvre de politiques qui contribuent à limiter l’im- pact environnemental des activités industrielles et par la prise en compte de critères environnementaux dans le développement des produits, leur utilisation et leur élimination. La Déclaration de Barcelone, signée en 1995 par 15 Etats membres de l’Union Européenne et 12 pays tiers méditerranéens, définit les lignes générales d’un partenariat euro-méditerranéen. L’importance de concilier développement économique et protection de l’environ- nement et la nécessité d’une coopération régionale en Méditerranée sont des thèmes mis en exergue.

Les entreprises du Maghreb & du Machrek sont ainsi rapidement appelées à améliorer leur compétitivité et se mettre à niveau d’un point de vue environnemental. Pourtant, elles disposent rarement d’information, de capacités techniques, de ressources financières et de structures pour répondre à ces nouvelles tendances et mettre en oeuvre de manière adéquate des politiques environnementales.

Les questions environnementales en relation avec leur domaine d’activité sont complexes et ne peuvent être résolues qu’en tenant compte de nombreux facteurs situés à différents niveaux : local, national et international.

C’est dans cet esprit que Sustainable Business Associates (SBA) a initié en 1995 le Programme DELTA (acronyme anglais de Developing Environmental Leadership Towards Action) avec pour but de :

· sensibiliser les chefs d’entreprises et les industriels méditerra- néens aux nouveaux risques et opportunités liés à l’environne- ment

· établir des structures locales composées d’industriels pro- actifs permettant d’acquérir de l’information, de l’expérience et des outils de gestion de l’environnement.

De nombreuses tables rondes et des forums régionaux sur l’éco- efficacité ont eu lieu afin d’inciter les chefs d’entreprises à former

dans leur pays respectif des réseaux d’Entreprises pour l’Environnement : les réseaux DELTA.

Composés principalement de représentants de petites et moyennes entreprises (PME), les réseaux DELTA sont depuis deve- nus, dans 11 pays méditerranéens, des structures indépendantes permettant de :

· échanger des informations, des expériences et du savoir-faire

· identifier les problèmes environnementaux communs et éta- blir des priorités spécifiques en vue d'une action éco-efficace au sein des entreprises

· être consultés par les gouvernements lors de l’élaboration et la mise en oeuvre de leurs législations et stratégies nationales

· assister les organisations internationales lors de l'identification de partenaires du secteur privé pour des projets éco-efficaces et des partenariats Etat-secteur privé

· organiser les formations nécessaires et d'initier des projets pilotes pour améliorer la compétitivité des entreprises dans leurs pays respectifs.

Les réseaux DELTA se trouvent en Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Mauritanie, Palestine, Syrie, Tunisie et Turquie.

DELTA se trouvent en Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Mauritanie, Palestine, Syrie, Tunisie et Turquie.
DELTA se trouvent en Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Mauritanie, Palestine, Syrie, Tunisie et Turquie.

Partie I

3. Les concepteurs du guide d’auto-diagnostic environnemental

3.

Les concepteurs du guide d’auto-diagnostic environnemental

• Entreprises pour l’Environnement (EPE)   • Sustainable Business Associates (SBA)

• Entreprises pour l’Environnement (EPE)

 

• Sustainable Business Associates (SBA)

(EPE)   • Sustainable Business Associates (SBA) Fondée par de grandes entreprises françaises (Compagnie

Fondée par de grandes entreprises françaises (Compagnie Générale des Eaux, Electricité de France, Renault, Rhône-Poulenc,Total, etc.), l'as- sociation Entreprises pour l'Environnement a pour objet de dévelop- per des approches efficaces de gestion de l’environnement, de mobi- liser les entreprises, d'exprimer leur point de vue sur les problèmes environnementaux,et de promouvoir leurs compétences et leur dyna- misme dans le domaine de la protection de l'environnement. La protection de l'environnement est en effet un des enjeux majeurs du développement économique des prochaines années. La nécessité de mieux concilier le développement d'une économie compétitive créatrice d’emplois et de richesses pour un pays, avec l'impératif de préservation du patrimoine naturel et de la qualité de la vie, requiert la prise de responsabilité de tous les acteurs particulièrement des entreprises.

Sustainable Business Associates est une organisation non gouverne- mentale (ONG) internationale basée en Suisse. Elle collabore avec les entreprises dans une optique de développement durable, pour les inciter à s’engager dans l’action environnementale, en vue d’augmen- ter leur efficacité économique tout en réduisant leur impact écolo- gique. Ainsi, SBA a créé dans 11 pays du bassin méditerranéen, des réseaux DELTA, au travers desquels les industriels sont sensibilisés aux risques et aux opportunités liés à la gestion de l'environnement. Les activités de SBA se basent sur des actions d’information (conférences, séminaires, bulletin d’information, site internet) et de formation (cours, formation-action, etc.).

• Les objectifs des concepteurs du guide Ce guide a été conçu par EPE et

• Les objectifs des concepteurs du guide

Ce guide a été conçu par EPE et SBA pour :

· aider les entreprises à prendre conscience des risques auxquels elles s'exposent si elles ne prennent pas en compte la protection de l'environnement (coût de réhabilitation d'un site, perte d'ima- ge de marque,évolution des comportements de la clientèle,boy- cott des consommateurs)

· leur montrer que cette prise en compte de l'environnement per- met de dégager des opportunités de développement, ou au minimum de rester concurrentielles (en particulier en satisfai- sant les exigences nouvelles de certains clients)

· faire la promotion d'un esprit de responsabilité des acteurs éco- nomiques dans une perspective de développement durable.

la promotion d'un esprit de responsabilité des acteurs éco- nomiques dans une perspective de développement durable.
la promotion d'un esprit de responsabilité des acteurs éco- nomiques dans une perspective de développement durable.

Partie I

4. Présentation du guide d’auto-diagnostic environnemental

4.

Présentation du guide d’auto-diagnostic environnemental

• Objectifs   • Public cible

• Objectifs

 

Public cible

• Objectifs   • Public cible Une démarche simple d’amélioration continue consiste à

Une démarche simple d’amélioration continue consiste à parcourir les 5 étapes suivantes

Évaluation

Plan d’action

les 5 étapes suivantes Évaluation Plan d’action Chiffrage des a c t i o n s

Chiffrage

des

actions

Planification

Réalisation

des a c t i o n s Planification Réalisation Le guide d’auto-diagnostic environnemental permet

Le guide d’auto-diagnostic environnemental permet d’accompagner pas à pas l’entreprise dans la réalisation des deux premières étapes :

Les entreprises de tous les secteurs d'activités industrielles et de services sont ciblées. Sans être formellement exclues, les entreprises à caractère artisanal et du secteur tertiaire ne sont pas directement visées.

Ce guide doit être utilisé par la direction de l'entreprise, qui est la mieux placée pour disposer d'une vision globale et prendre le recul nécessaire à son utilisation. D’autre part, l’engagement de la direc- tion de l’entreprise est indispensable pour inscrire cette démarche de progrès dans la durée.

1. · l’étape d’évaluation,qui repose sur une analyse de l'adéquation entre les aspects environnementaux prioritaires des activités, produits ou services de l’entreprise (partie II, point 6 : auto-diagnostic), et

· les dispositions actuellement mises en œuvre par l’entreprise, en matière d'organisation et de gestion (partie II, point 7 : auto- évaluation)

2. l’élaboration d’un plan d’action.

évaluation) 2. l’élaboration d’un plan d’action. • Compatibilité avec ISO 14001 et EMAS Le guide

• Compatibilité avec ISO 14001 et EMAS

Le guide d’auto-diagnostic environnemental est compatible avec la norme ISO 14001 et avec le règlement européen EMAS (ou SMEA, Système de Management Environnemental et d’Audit). ll permet de construire les bases nécessaires et essentielles pour la mise en place d’un Système de Management Environnemental (SME).

• Moyens à consacrer • Notice d’utilisation

Moyens à consacrer

• Notice d’utilisation

 
 

L’utilisation du guide requiert une disponibilité d’un des membres de la direction d’environ 4 à 8 heures, si possible en continu. Elle ne devrait pas exiger d’investigations ou de recueils de données chif- frées. Toutefois, la participation de certains collaborateurs (ingé- nieur sécurité, chef de production, responsable qualité, responsable financier, comptable, etc.) peut être nécessaire pour quantifier des points particuliers et, en tout état de cause, utile pour la restitution ainsi que la mise en commun des conclusions.

La notice d'utilisation détaillée figure en fin de dossier à l'intérieur du rabat de couverture.

• Cadre et limite de l’utilisation

Cadre et limite de l’utilisation

Ce guide vise à bâtir et à valider une démarche de management environnemental qui soit réaliste et adaptée aux enjeux et au contexte de l’entreprise. Il ne délivre pas de note (bonne ou mauvaise) par rapport à une échelle absolue et normative, les appréciations étant subjectives. Le guide permet néanmoins de comparer les sites d'une même entreprise. L’utilisateur reste pro- priétaire des résultats de l'auto-diagnostic et seul juge de la mise en place d’un plan d’action, selon ses priorités et ses moyens. L’ambition du guide est de sensibiliser, d’aider à réfléchir sur la maî- trise des aspects environnementaux, et d’aider à agir sur les points essentiels.

à réfléchir sur la maî- trise des aspects environnementaux, et d’aider à agir sur les points
à réfléchir sur la maî- trise des aspects environnementaux, et d’aider à agir sur les points

Partie I

Partie I 5. Glossaire Aspect environnemental Elément des activités, produits ou services d'une entreprise,

5. Glossaire

Partie I 5. Glossaire Aspect environnemental Elément des activités, produits ou services d'une entreprise,

Aspect environnemental

Elément des activités, produits ou services d'une entreprise, susceptible d'interactions avec l'environnement.

Bilan écologique (ou analyse du cycle de vie)

Méthode d'évaluation des impacts sur l'environnement et sur les ressources naturelles, d'un produit, d'un service ou d'une acti- vité, du «berceau» (extraction de ressources naturelles) jusqu'à la «tombe» (élimination des déchets, dont le produit en fin de vie).

Environnement

Milieu dans lequel un organisme évolue, incluant l'air, l'eau, la terre, les ressources naturelles, la flore, la faune, les êtres humains et leurs interrelations.

Facteur sensible

Elément caractéristique de l'environnement d'une entreprise, que l’on doit traiter, avec une attention toute particulière et sus- ceptible :

Impact environnemental

· d'aggraver l'impact environnemental potentiel de ses activités

· de constituer une menace pour la sûreté du site.

Toute modification de l'environnement, négative ou bénéfique, totale ou partielle, résultant des activités, produits ou services d'une entreprise.

Meilleure Technique Disponible (MTD) (Best Available Technology)

Procédés et modes d’exploitation au stade de développement le plus récent, qui peuvent être utilisés à une échelle indus- trielle, dans des conditions économiquement viables, et permettant d’obtenir un niveau général de protection de l’environ- nement.

Politique environnementale

Déclaration par l’entreprise de ses intentions et de ses principes relativement à sa performance environnementale globale, qui fournit un cadre à l’action et à l’établissement de ses objectifs et cibles environnementaux (ISO 14001 ou EMAS). L’amélioration continue des résultats doit faire partie des engagements de l’entreprise.

Procédé de fabrication

Ensemble des moyens et des activités liés qui transforment les éléments entrants (matières premières) en éléments sortants (produits intermédiaires, produits finis, etc.).

Procédure

Règle écrite d’organisation décrivant les responsabilités et l’enchaînement des tâches ou activités nécessaires à la réalisation d’une activité ou d’un service.

Risque

Probabilité qu’un effet indésirable lié à l’activité d’un site industriel se réalise lors de l’application d’un procédé de fabrication, le stockage, l’utilisation ou le déplacement des produits entrants et sortants.

Système de Management Environnemental (SME)

Structure et méthodes d'organisation et de gestion mises en place pour satisfaire la politique environnementale.

Structure et méthodes d'organisation et de gestion mises en place pour satisfaire la politique environnementale.
Structure et méthodes d'organisation et de gestion mises en place pour satisfaire la politique environnementale.

Partie II

Auto-diagnostic et auto-évaluation

Partie II Auto-diagnostic et auto-évaluation 6. Auto-diagnostic des problèmes environnementaux de votre entreprise 6.1.

6. Auto-diagnostic des problèmes environnementaux de votre entreprise

6.1. Enjeux de management environnemental

votre entreprise 6.1. Enjeux de management environnemental La réponse aux six questions ci-dessous, permet

La réponse aux six questions ci-dessous, permet d’auto-évaluer l’in- fluence qu’ont certains aspects environnementaux (comme les coûts énergétiques, la réglementation environnementale, le marketing vert, etc.) sur le développement des activités de l’entreprises.

1. Un aspect constitue un enjeu économique ou commercial pour l’avenir de l’entreprise dans la mesure où il engendrerait une perte financière s’il était mal évalué, voire ignoré. Il l’est également dans la mesure où il se transformerait en valeur ajoutée (voire en atout commercial) s’il était pris en considération à temps et intégré dans le plan de développement de l’entreprise.

2. Pour identifier les enjeux, les aspects environnementaux doivent être auto-évalués systématiquement. La fiche A permet cette auto-évaluation de la manière suivante :

· Plus un aspect environnemental soulevé dans la question pré- sente de l’intérêt pour le développement futur des activités de l’entreprise, plus l’enjeu est fort.

· Si la question ne s’applique pas à la situation de l’entreprise, cocher «Enjeu Nul».

· Si des enjeux spécifiques à l’entreprise sont non couverts par les questions-types, ils doivent être listés et sommairement décrits au point 6.1.6.

6.1.1.

6.1.1. • Enjeux économiques liés à l’exploitation industrielle • Quel intérêt avez-vous à engager des actions

• Enjeux économiques liés à l’exploitation industrielle

Quel intérêt avez-vous à engager des actions de diminution des coûts énergétiques, par exemple par :

· un changement de ressource énergétique (fioul, mazout, élec- tricité, gaz, hydroélectrique, éolien, solaire) ?

· une amélioration des procédés de fabrication ?

· une modification d'équipements et d’installations ?

Quel intérêt économique avez-vous à bien gérer vos déchets ou rejets, par exemple par :

· une réduction de leur quantité et/ou une modification de leur nature ?

· une modification de leur traitement et/ou de leur élimination ?

· des actions de recyclage et de valorisation ?

Quel niveau de réduction du coût des polices d'assurance pensez-vous obtenir, par exemple par :

· une meilleure connaissance des risques technologiques ?

· une utilisation de procédés de fabrication plus sûrs ?

· une modification des conditions d'exploitation ?

Quel intérêt économique avez vous à bien utiliser l'eau, par exemple par :

· une diminution de la consommations directe ?

· une réduction des taxes ?

6.1.2.

directe ? · une réduction des taxes ? 6.1.2. • Enjeux économiques liés aux produits •

• Enjeux économiques liés aux produits

Quelles conséquences financières subissez-vous du fait de la dégradation de l’environnement provoquée par l’emploi de certains produits (matières premières, intermédiaires, produits finis)?

Quel intérêt économique avez-vous à développer des produits et emballages respectueux de l’environnement, par exemple :

· recyclables et récupérables (tout ou partie) ?

· d'élimination facile (biodégradables en totalité ou en partie) ?

· dont le conditionnement est moins coûteux et plus respec- tueux de l'environnement ?

6.1.

6.1.

Enjeux de management environnemental

6.1.3.

• Enjeux commerciaux6.1. Enjeux de management environnemental 6.1.3. • Avez-vous des enjeux commerciaux en relation avec l’environ-

Avez-vous des enjeux commerciaux en relation avec l’environ- nement, qui pourraient influer sur vos activités, par exemple :

· l’évolution de l'image de marque de l’entreprise auprès des clients et autres acteurs économiques ?

· la communication et la promotion de vos actions en faveur de la protection de l'environnement ?

Avez-vous des enjeux commerciaux en relation avec l’environ- nement, qui pourraient influer sur vos produits, par exemple :

· l'amélioration de «l'image environnementale» de vos produits auprès des consommateurs et usagers ?

· la prise en compte des attentes environnementales du public ?

6.1.4.

en compte des attentes environnementales du public ? 6.1.4. • Enjeux liés au développement des activités

• Enjeux liés au développement des activités

Quel niveau d’incidence aurait une augmentation de la capaci- té de production sur les diverses obligations réglementaires liées à la législation en vigueur pour la protection de l’environ- nement ?

Quel niveau de risques (rejets lors d’enquêtes publiques, etc.) existe-t-il d’obtenir ou non les autorisations nécessaires à l'ex- tension du site actuel ?

Quel niveau de risques (retards dans les délais, réactions hos- tiles des riverains, etc.) existe-t-il si des activités de production et de stockage étaient nouvellement implantées ?

6.1.5.

6.1.5. • Enjeux globaux liés à l’application de la réglementation environnementale 6.1.6.   • • Quel

• Enjeux globaux liés à l’application de la réglementation environnementale

6.1.6.

de la réglementation environnementale 6.1.6.   • • Quel intérêt avez-vous à respecter
 

Quel intérêt avez-vous à respecter les réglementations envi- ronnementales pour maintenir de bonnes relations avec les

administrations publiques et ainsi éviter les amendes et autres actions en justice ?

Quels enjeux à long terme de rentabilité ou de pérennisation des activités avez-vous,

· soit liés à votre secteur d'activité ou à votre localisation ?

· soit en relation avec les exigences réglementaires sur la pro- tection de l'environnement ?

Avez-vous un intérêt à engager une diversification de vos acti- vités ou la création de nouveaux produits, du fait de :

· une réduction des marchés actuels, sous la contrainte de nou- velles exigences réglementaires environnementales ?

· l'apparition de nouveaux marchés, directement liés à la protection de l'environnement ?

• Autres enjeux spécifiques à votre entreprise

marchés, directement liés à la protection de l'environnement ? • Autres enjeux spécifiques à votre entreprise
marchés, directement liés à la protection de l'environnement ? • Autres enjeux spécifiques à votre entreprise

Partie II

Partie II 6.2. Aspects environnementaux : facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Ce chapitre permet :

6.2. Aspects environnementaux : facteurs sensibles et niveaux de maîtrise

Ce chapitre permet :

· de déterminer quels sont les aspects des activités de l’entreprise qui ont un impact (négatif ou bénéfique) sur l’environnement,

· de savoir dans quelle mesure cet impact est maîtrisé.

La fiche B permet cette auto-évaluation de la manière suivante :

1 ère colonne Pour chaque aspect environnemental (par ex.l’utilisation de l’eau,l’éli- mination des déchets,la sûreté des installations),vous déterminez s’il existe un facteur sensible, c’est-à-dire un élément caractéristique de l’environnement de l’entreprise qui devrait être traité avec une atten- tion particulière, car il serait susceptible d’aggraver l’impact environ- nemental des activités de celle-ci ou de constituer une menace pour la sûreté du site.

A : facteur sensible inexistant

B : facteur sensible présent

C : facteur sensible très présent

2 ème colonne Pour chaque aspect environnemental, vous déterminez votre niveau de maîtrise, que vous appréciez en fonction de la mise en œuvre, ou non, dans l’entreprise d’actions significatives, partielles ou complètes pour maîtriser l’aspect environnemental.

1 : aucune action significative

2 : action partielle et/ou épisodique

3 : action complète et/ou permanente

3 ème colonne La combinaison des indications relatives aux facteurs sensibles (1 ère colonne) et aux niveaux de maîtrise des aspects environnementaux (2 ème colonne) permet de détecter et de qualifier la priorité à donner à l’éventuel traitement de ces aspects environnementaux.Pour cela,il suf- fit de suivre le synoptique suivant :

Contenu de la fiche B
Contenu de la fiche B

1 ere colonne

Facteurs sensibles

Facteurs sensibles

e r e colonne Facteurs sensibles Facteurs sensibles Inexistant A Présent Très présent B C 2

Inexistant

A

Présent

Très présent

B C

2 ème colonne 3 ème colonne Niveaux de maîtrise Détection des priorités Point Points faibles
2 ème colonne
3 ème colonne
Niveaux de maîtrise
Détection des priorités
Point
Points faibles
Points forts
faible
Aucune action
Action partielle
Action complète
C1
B1-C2
A1-B2-C3
A2-B3
A3
significative
et/ou épisodique
et/ou permanente
Danger
Risque
Vigilance
A vérifier
A simplifier
1
2 3
potentiel

C1 : Danger A traiter rapidement : vous n'avez rien entrepris et l'environne- ment est très sensible.

B1, C2 : Risque potentiel A surveiller : vous avez réalisé peu de choses et l'environnement est moyennement sensible à très sensible.

A1, B2, C3 : Vigilance Niveau d'action cohérent : vos actions sont cohérentes avec l'im- portance de la sensibilité de l'environnement.

A2, B3 : A vérifier Démarche préventive adaptée : vos actions vont apparemment au-delà de ce qu'il serait strictement nécessaire.

A3 : A simplifier Anticipation volontaire ou action mal ciblée : vous avez trop entrepris alors que l'environnement n'est pas sensible dans ce domaine. Vous pouvez éventuellement réaffecter vos ressources et faire porter vos efforts sur des points plus pertinents.

Pour chaque domaine (eau, air, déchets, bruits, trafic routier, inté- gration dans le site, risques technologiques, etc.), les tableaux des pages suivantes présentent, à titre indicatif, des exemples de fac- teurs sensibles et d’actions de maîtrise des aspects environnemen- taux. Ils vous aideront à mieux vous situer.

6.2.

6.2.

Aspects environnementaux

6.2.1.

• Eau6.2. Aspects environnementaux 6.2.1. Aspect environnemental ORIGINE DE L'EAU ET QUANTITÉS PRÉLEVÉES Vous êtes

Aspect environnemental

environnementaux 6.2.1. • Eau Aspect environnemental ORIGINE DE L'EAU ET QUANTITÉS PRÉLEVÉES Vous êtes

ORIGINE DE L'EAU ET QUANTITÉS PRÉLEVÉES

Vous êtes concernés si votre consom- mation d’eau est importante.

USAGES DE L’EAU

Vous êtes concernés si votre consom- mation d’eau est importante.

MODE DE COLLECTE ET D'ÉVACUATION DES EFFLUENTS LIQUIDES

Vous êtes concernés si vous produi- sez plusieurs types de rejets liquides, ou vos activités créent des risques de pollutions accidentelles.

Facteurs sensibles

des risques de pollutions accidentelles. Facteurs sensibles Ressources en eau peu abondantes. Politique ou

Ressources en eau peu abondantes.

Politique ou réglementation locale particulière.

Prix élevé de l'eau.

Ressources en eau peu abondantes.

Politique

particulière.

ou

réglementation

Prix élevé de l'eau.

locale

Réseau d'égout communal séparatif (eaux de pluie et eaux usées).

Sensibilité du milieu récepteur aux pollutions accidentelles.

Coût élevé du traitement.

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Aucun dispositif de comptage.

Non connaissance des démarches réglementaires d'autorisation de prélèvement.

Aucune préoccupation des usages de l’eau dans l’entreprise.

Réseau unitaire de collecte.

Plusieurs points de rejet à l'égout et/ou au milieu naturel.

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Évaluation des consommations d'eau selon son origine (eau de nappe, eau superficielle, eau de dis- tribution publique).

Évaluation grossière des différents postes d'utilisation d'eau (refroidisse- ment, lavages de sols ou d'appareils, usages sanitaires, etc.).

Réseau de collecte pseudo-séparatif.

Connaissance et suivi régulier des quantités d'eau prélevées, disposi- tifs de prélèvements régulièrement autorisés.

Connaissance et suivi régulier des consommations d'eau par type d'usage.

Réseau de collecte séparatif (eaux propres, eaux résiduaires, effluents liquides).

Unicité des points de rejet.

TRAITEMENT AVANT REJETS

Vous êtes concernés en cas de pré- sence d'eaux résiduaires industrielles ou d'effluents liquides.

REJETS

Vous êtes concernés en cas de rejets, autres que celui d’eaux usées domes- tiques (eaux sanitaires) branchées sur des fosses septiques correctement exploitées, ou raccordées à un réseau d'égout communal.

Présence de micro-polluants tels que des métaux lourds.

Rejets directs dans le milieu naturel.

Sensibilité du milieu (présence d'un puits de captage, d’agriculture ou d'aquaculture, d’activités de loisirs).

Montant élevé de la taxe communa- le d'assainissement.

Sensibilité du milieu récepteur en aval (élevage, baignade, champs cap- tants).

Plaintes d'associations.

Politique locale ou réglementation particulières.

Rejets directs dans le milieu naturel ou à l’égout communal.

Aucun déshuilage/débourbage des eaux de parking.

Aucun préposé à l’exploitation des ouvrages d’épuration des effluents liquides.

Méconnaissance des prescriptions réglementaires en matière de rejets au milieu naturel ou à l’égout.

Absence de caractérisation de la nature et du flux des rejets.

Pré-traitements et/ou traitements des effluents liquides sans recherche d'optimisation.

Estimation de la qualité et du flux des rejets, évaluation de la conformi- té aux prescriptions réglementaires.

Réalisation d'études préalables pour le choix et le dimensionnement d'ou- vrages de pré-traitement et/ou de trai- tement.

Mise en place, suivi régulier et bon fonctionnement des installations de pré-traitement et/ou d’épuration.

Connaissance et suivi régulier des rejets, respect des prescriptions régle- mentaires, actions en cas de non- conformité des rejets.

Actions d’anticipation à des non conformités de rejets en cas de trans- formation des processus internes.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne
6.2.

6.2.

6.2.2.

• Air6.2. 6.2.2. Aspects environnementaux Vous êtes concernés en cas de rejets dans l'atmosphère ou de stockages

Aspects environnementaux

Vous êtes concernés en cas de rejets dans l'atmosphère ou de stockages et manipulations de produits pulvérulents, ou encore en cas de plaintes de voisinage à propos d'odeurs.

Aspect environnemental

de voisinage à propos d'odeurs. Aspect environnemental SOURCES D'ÉMISSION CAPTAGE / TRAITEMENT / ÉVACUATION

SOURCES D'ÉMISSION

CAPTAGE / TRAITEMENT / ÉVACUATION

REJETS

Facteurs sensibles

/ TRAITEMENT / ÉVACUATION REJETS Facteurs sensibles Possibilités d'émissions chroniques de produits

Possibilités d'émissions chroniques de produits dangereux pour la santé ou l'environnement.

Plaintes du voisinage.

Politique locale ou réglementation particulières.

Population à proximité de l'usine ou sous les vents dominants.

Prescriptions particulières.

Plaintes du voisinage.

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Absence de recensement des sources d'émissions dans l’atmo- sphère, d’émissions de poussières ou d’odeurs.

Cheminée d'évacuation des fumées de chaufferie non conforme (hauteur insuffisante).

Aucun autre dispositif de traitement.

Non connaissance des prescriptions réglementaires en matière de rejets dans l'atmosphère.

Absence

nature et des flux de pollution gazeu- se rejetée.

la

de

caractérisation

de

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Connaissance des principales sources d'émissions dans l’atmo- sphère.

Hauteur de la cheminée de la chauf- ferie conforme à la réglementation.

Captage à la source des émissions gazeuses.

Estimation de la nature et des flux de pollution gazeuse.

Evaluation de la conformité aux pres- criptions réglementaires.

Inventaire détaillé de toutes les sources potentielles d'émissions dans l’atmosphère, avec caractérisa- tion qualitative et quantitative des rejets gazeux.

Mise en place, suivi régulier et bon fonctionnement des dispositifs de captage à la source des émissions, de dépollution et d'évacuation finale dans l'atmosphère.

Dispositifs particuliers pour prévenir les rejets de poussières.

Connaissance et suivi régulier des rejets, respect et conformité aux pres- criptions.

Actions en cas de non-conformité des rejets.

Actions d’anticipation à des non conformités de rejets en cas de trans- formation des processus internes.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne

6.2.3.

6.2.3. • Déchets Aspect environnemental MODES DE GÉNÉRATION ET CARACTÉRISATION DES DÉCHETS IDENTIFICATION DES

• Déchets

Aspect environnemental

6.2.3. • Déchets Aspect environnemental MODES DE GÉNÉRATION ET CARACTÉRISATION DES DÉCHETS IDENTIFICATION DES

MODES DE GÉNÉRATION ET CARACTÉRISATION DES DÉCHETS

IDENTIFICATION DES DÉCHETS / MODES DE STOCKAGES ET DE PRÉ- TRAITEMENTS INTERNES

AMÉLIORATION DE L’EFFI- CACITÉ DE LA GESTION DES DÉCHETS

FILIÈRES D'ÉLIMINATION

Facteurs sensibles

DES DÉCHETS FILIÈRES D'ÉLIMINATION Facteurs sensibles Multiplicité des déchets. Augmentation des coûts de

Multiplicité des déchets.

Augmentation des coûts de mise en décharge.

Absence de site régional pour la mise en décharge.

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Absence de réflexion sur la nature et les quantités de déchets produits.

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Connaissance des caractéristiques des principaux déchets produits et des feux générés.

Connaissance des modes de produc- tion des déchets.

Existence d'une comptabilité des déchets produits par atelier ou par procédé.

Réglementation particulière (auto- contrôle des déchets produits).

Aucune connaissance de la nature des risques liés aux déchets.

Caractérisation

des

principaux

Etablissement pour chaque type de déchet d'une fiche d'identification conforme à la réglementation.

déchets.

Toxicité

des

déchets

(liquides

ou

Absence d’infrastructure appropriée de stockage des déchets.

Existence d'une aire principale de stockage et de pré-traitement (broyage ou compactage par exemple) de certains déchets.

 

solides).

Aménagement d'aires de stockage étanches, et si nécessaire abritées, des déchets en attente d'enlèvement.

Risques de réaction dangereuse en mélange avec d'autres produits sur le site.

 

Coût élevé du transport et de l'élimi- nation des déchets (ou de leur mise en décharge)

Prescriptions particulières.

Dangerosité des déchets.

Prescriptions particulières.

Pression médiatique ou écologiste.

Aucune réflexion prospective sur les possibilités d’améliorer l’efficacité de la gestion des déchets

Aucune connaissance de la destina- tion finale des différents déchets qui quittent l’établissement.

Mise en place occasionnelle de solu- tions d'amélioration.

Séparation des déchets selon leur nature (tri sélectif à la source).

Connaissance des destinations finales des déchets, mais aucun ren- seignement sur la qualification des sociétés de services utilisées (collec- teurs éliminateurs).

Remise en cause permanente des filières de pré-traitement ou d'élimina- tion des déchets.

Mise en place d'une «veille technolo- gique» sur les procédés de valorisa- tion,de recyclage,et de traitement des déchets.

Tenue d'un inventaire permanent des différentes filières disponibles et adé- quates aux divers types de déchets, précisant les coûts, les délais d'ache- minement, les déchets admissibles réglementairement.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne
6.2.

6.2.

6.2.4.

• Bruit - vibrations6.2. 6.2.4. Aspects environnementaux Vous êtes concernés en cas d'utilisation de machines ou d'engins de

Aspects environnementaux

Vous êtes concernés en cas d'utilisation de machines ou d'engins de manutention bruyants, ou d'équipements vibrants.

Aspect environnemental

ou d'équipements vibrants. Aspect environnemental LOCALISATION ET CONNAISSANCE DES PROBLÈMES MESURES DE

LOCALISATION ET CONNAISSANCE DES PROBLÈMES

MESURES DE PRÉVENTION

NIVEAUX SONORES

Facteurs sensibles

MESURES DE PRÉVENTION NIVEAUX SONORES Facteurs sensibles Proximité d'habitations. Plaintes du voisinage.
MESURES DE PRÉVENTION NIVEAUX SONORES Facteurs sensibles Proximité d'habitations. Plaintes du voisinage.

Proximité d'habitations.

Plaintes du voisinage.

Travail nocturne.

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Aucune recherche des sources de nuisances sonores ou de vibration.

Aucun moyen spécifique de préven- tion.

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Connaissance des principales sources de nuisances sonores ou de vibrations.

Mesures principales prises pour pla- cer les installations bruyantes à l'inté- rieur de locaux et/ou pour isoler les équipements vibrants.

Recensement tenu à jour de toutes les installations à l'origine de nuisances sonores.

sonores

théoriques de tous les appareils utilisés.

Connaissance

des

niveaux

Aménagement de dispositifs d'inso- norisation ou application de mesures de prévention.

Règlemention locale particulière.

 

Absence de données sur les niveaux sonores en limite de propriété.

Evaluation des niveaux sonores en limite de propriété et comparaison aux seuils autorisés.

Connaissance et suivi régulier des niveaux sonores et conformité aux prescriptions.

Proximité

d'un

établissement

de

repos.

   

Secteur résidentiel.

 

Suivi régulier des nuisances et de l'efficacité des mesures de prévention.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne

6.2.5.

6.2.5. • Trafic routier Aspect environnemental CONNAISSANCE DU TRAFIC GÉNÉRÉ PAR LES ACTIVITÉS Vous n'êtes

• Trafic routier

Aspect environnemental

6.2.5. • Trafic routier Aspect environnemental CONNAISSANCE DU TRAFIC GÉNÉRÉ PAR LES ACTIVITÉS Vous n'êtes

CONNAISSANCE DU TRAFIC GÉNÉRÉ PAR LES ACTIVITÉS

Vous n'êtes pas concernés en cas de transports de produits banaux au maximum 4 fois par jour.

ENTREPRISES

DE TRANSPORTS

Vous êtes concernés en cas de trans- port de matières dangereuses.

CHOIX

DES

Facteurs sensibles

de matières dangereuses. CHOIX DES Facteurs sensibles Niveaux de maîtrise Aucune action significative Action

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Accès à l'établissement nécessitant la

Aucune

caractérisation

du

trafic

Evaluation approximative de l'impor-

Connaissance et suivi du trafic en termes de nombre de camions / wagons, d'horaires de chargement / déchargement, de trajet emprunté.

traversée d'une zone sensible (natu- relle ou d'habitation).

généré.

tance du trafic généré et des nui- sances éventuelles occasionnées.

Travail nocturne.

Transport de matières dangereuses.

Traversée de zones sensibles (y com- pris d’autres zones à risques avec lesquelles il y a possibilité d'interac- tions).

Non prise en compte des facteurs de danger ou environnementaux lors du choix des entreprises de trans- port.

Choix d'entreprises présentant un agrément pour le transport de matières dangereuses.

Existence de critères de choix des

transporteurs

savoir faire en matière de transport de matières dangereuses.

leur

en

fonction

de

Vérification périodique de l'applica- tion du règlement sur le transport des matières dangereuses.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne
6.2.

6.2.

Aspects environnementaux

6.2.6.

• Intégration paysagère6.2. Aspects environnementaux 6.2.6. Aspect environnemental ARCHITECTURE ABORDS/ESPACES VERTS EMBELLISSEMENT, CAMOUFLAGE

Aspect environnemental

6.2.6. • Intégration paysagère Aspect environnemental ARCHITECTURE ABORDS/ESPACES VERTS EMBELLISSEMENT,

ARCHITECTURE

ABORDS/ESPACES VERTS

EMBELLISSEMENT,

CAMOUFLAGE

Facteurs sensibles

VERTS EMBELLISSEMENT, CAMOUFLAGE Facteurs sensibles Entreprise localisée en zone touris- tique. Proximité

Entreprise localisée en zone touris- tique.

Proximité de l'entreprise avec d’autres sites.

Importance de l’image de l'entrepri- se pour les visiteurs, les clients, le per- sonnel et le voisinage.

Importance de l'image de l'entrepri- se, pour les clients, le personnel et le voisinage.

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Aucune préoccupation particulière.

Aucune préoccupation particulière.

Simple clôture peu/ou non entrete- nue, autour du site.

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Attention particulière apportée à la couleur des bâtiments.

Aménagement des accès.

Aire de parking visiteurs.

Aménagement de haies d'arbres en limite de propriété.

Prise en considération d'exigences architecturales lors de la conception des installations (formes, matériau, couleur).

Démarche de type «Haute Qualité Envrionnementale» (HQE) dans la construction (choix de matériaux durables, utilisation de l’énergie solaire, etc. ).

Aménagement paysager des abords des bâtiments industriels. Règlement intérieur sur la propreté des lieux.

Plantation d'arbres ou d'arbustes pour masquer certaines aires de stockage de fûts ou de déchets.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne

6.2.7.

6.2.7. • Historique du site Aspect environnemental CONNAISSANCE DU PASSÉ Vous n’êtes pas concernés si, sur

• Historique du site

Aspect environnemental

6.2.7. • Historique du site Aspect environnemental CONNAISSANCE DU PASSÉ Vous n’êtes pas concernés si, sur

CONNAISSANCE DU PASSÉ

Vous n’êtes pas concernés si, sur un site anciennement vierge, l'environ- nement a fait l'objet d'une bonne préservation.

DÉTERMINATION D'UNE POLLUTION/DÉPOLLUTION

Vous êtes concernés en cas de pollu- tions potentielles du sol / sous-sol.

Facteurs sensibles

tions potentielles du sol / sous-sol. Facteurs sensibles Plaintes à propos d'une pollution de la nappe

Plaintes à propos d'une pollution de la nappe souterraine.

Activités antérieures polluantes, en particulier en terme de déchets.

Pollution du sous-sol non localisée.

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Aucune préoccupation à propos de la présence éventuelle de déchets enfouis ou d'une pollution passée (décharge interne).

Seulement quelques analyses ponc- tuelles et partielles.

Aucun suivi de l'évolution du secteur pollué.

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Connaissance approximative des activités passées, qui auraient pu conduire à une pollution du sol ou du sous-sol.

Bilan qualitatif de la pollution et mesures partielles de dépollution.

Connaissance précise des activités antérieures à l'établissement, et notamment des conditions de mises en décharge de déchets sur le site.

Nature et importance de la pollution déterminées par un intervenant exté- rieur spécialisé.

Suivi permanent de l'évolution de la pollution.

Prise de mesures de dépollution nécessaires, et évacuation des déchets correspondants vers les filières d'éli- mination adéquates.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne
6.2.

6.2.

Aspects environnementaux

6.2.8.

• Risques technologiques6.2. Aspects environnementaux 6.2.8. Aspect environnemental DANGERS LIES AUX PRODUITS Vous êtes concernés en cas de

Aspect environnemental

6.2.8. • Risques technologiques Aspect environnemental DANGERS LIES AUX PRODUITS Vous êtes concernés en cas

DANGERS LIES

AUX PRODUITS

Vous êtes concernés en cas de pré- sence de matières dangereuses sur le site.

DANGERS LIÉS

AUX PROCÉDÉS

Vous êtes concernés si les procédés mis en oeuvre comportent des matières, et réactions chimiques dan- gereuses pour le milieu naturel.

RISQUES SECONDAIRES

Vous êtes concernés en cas de risques liés aux produits et/ou aux procédés utilisés sur le site.

Facteurs sensibles

aux procédés utilisés sur le site. Facteurs sensibles Importance du couple «quantité/toxi- cité» de certains

Importance du couple «quantité/toxi- cité» de certains produits.

Utilisation

matières dangereuses étiquetées :

et/ou

stockage

E

(Explosif )

0

(Comburant)

C

(Corrosif)

de

F+ (Très inflammable)

T+ (Très toxique)

F

(Inflammable)

T

(Toxique)

N

(Nocif pour l'environnement)

Exploitation de procédés non auto- matisés mettant en oeuvre des bains à ciel ouvert (traitements de surface), ou des liquides inflammables (sol- vants) sous pression ou à l'air libre, ou utilisant des produits très toxiques.

Site exposé à des risques naturels (inondation, séisme avalanche, ébou- lements, etc.) ou technologiques (chute d'aéronef, proximité d'un gazoduc, etc.).

Voisinage de zones sensibles (lieux recevant du public, champs captants, zones naturelles sensibles, etc.).

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Méconnaissance des situations de danger pour l'environnement liées aux produits présents sur le site (matières premières, produits inter- médiaires, produits finis).

Aucune connaissance des risques liés aux procédés.

Aucune

des dangers».

approche

de

type

«étude

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Connaissance des risques liés aux principaux produits présents sur le site et mise à disposition de fiches d’information/sécurité associées à ces risques.

Evaluation sommaire des risques liés aux procédés (explosion, incendie, pollution, emballement de réaction).

Evaluation sommaire des risques majeurs vis-à-vis de l'environnement, notamment à la suite d'interactions avec l'extérieur ou en conséquence d'un sinistre à l'intérieur du site.

Existence et mise à jour de toutes les fiches toxicologiques et des données de sécurité sur les produits, ainsi que de toute documentation relative aux incompatibilités entre produits.

Respect des règles d'étiquetage.

Connaissance parfaite des risques et conditions de mise en sécurité des pro- cédés (plage de température, de pres- sion, conditions d'admission des pro- duits dans les réacteurs, etc. ), ainsi que des risques de dérive des procédés.

Réalisation et mise à jour régulière d'une étude des dangers mettant en avant les interactions du site avec l'environnement, les effets secon- daires d'accidents majeurs : toxicité des fumées ou des eaux d'extinction d'incendie par exemple.

PRÉVENTION

TIONS ACCIDENTELLES

Vous êtes concernés en cas de pré- sence de produits toxiques, ou d'autres liquides organiques en gran- de quantité.

POLLU-

DES

SÛRETÉ DES INSTALLATIONS

Vous êtes concernés en cas de dan- gers particuliers liés aux procédés.

PROTECTION INCENDIE

Vous êtes concernés en cas de risque incendie y compris du fait de l'envi- ronnement du site voisinage d'une pinède, d'un gazoduc.

ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ

Vous

risques majeurs.

êtes

concernés

en

cas

de

Stockage ou mise en oeuvre de pro- duits étiquetés toxiques (T) ou très toxiques (T+) selon les directives européennes.

Stockage de gaz combustibles et/ou toxiques liquéfiés.

Mise en oeuvre de procédés avec risque d'explosion ou emballement de réaction.

Absence de dispositifs de rétention, ou existence de cuvettes de réten- tion non étanches ou trop petites.

Installations réalisées et exploitées sans étude préalable de dangers, et sans dispositif d'alarme.

Mise en oeuvre de produits inflam- mables et/ou comburants.

Aucune mesure particulière d'alerte ou de protection incendie.

Stockage important de produits combustibles dangereux par des effets directs (toxicité) ou secon- daires (fumées, toxicité des eaux d'extinction d'incendie).

Ressources

hydrauliques

estimées

suffisantes.

Risques potentiels d'accidents majeurs (incendie, pollution accidentelle, dis- persion d'un nuage explosif ou toxique).

Proximité de zones sensibles (habita- tions, écoles, champ captant, etc.).

Aucune équipe de première inter- vention hormis quelques personnes titulaires d'un brevet de secouriste.

Stockage de matières premières liquides ou de produits finis en réten- tion, mais sans autre préoccupation concernant les ateliers, les eaux d'ex- tinction d'incendie.

Existence des moyens essentiels de prévention/protection et d'alarme.

Existence de consignes de mise en sécurité.

Installation d'extincteurs et de robi- nets d'incendie armés.

Estimation grossière de la disponibi- lité et de la quantité de ressources hydrauliques.

Existence d'une équipe de première intervention, et de procédures de première intervention.

Existence d'un responsable sécurité.

Suite à une étude de dangers, mise en place et entretien d'ouvrages de réten- tion correctement dimensionnés et, si nécessaire, de dispositifs d'alerte adé- quats.

Suite à une étude de dangers, mise en place et entretien/maintenance des dispositifs de prévention redondants, ainsi que, si nécessaire, des ouvrages de protection.

Tenue à jour de consignes de mise en sécurité des installations et entraîne- ment régulier du personnel à l'applica- tion de procédures d'urgence.

Connaissance et cartographie des zones à risque d'explosion et/ou d'in- cendie.

Réalisation d'une étude d'adéquation des ressources hydrauliques dispo- nibles et des besoins en eau d'extinc- tion.

Installation et entretien des dispositifs d'alerte et d'extinction automatiques.

Réalisation et mise à jour régulière d'un plan d'intervention a priori établi sur la base de scénarios d'accidents potentiels.

Réalisation régulière d'exercices en liai- son avec les pompiers.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne
6.2.

6.2.

6.2.9.

Aspects environnementaux

• Matières premières, consommables et énergie6.2. 6.2.9. Aspects environnementaux Vous êtes concernés si les besoins de l’entreprise en matières premières, en

Vous êtes concernés si les besoins de l’entreprise en matières premières, en consommables ou en énergie sont significatifs.

Aspect environnemental

ou en énergie sont significatifs. Aspect environnemental CRITÈRES DE CHOIX SUIVI DES CONSOMMA- TIONS/PLAN

CRITÈRES DE CHOIX

SUIVI DES CONSOMMA- TIONS/PLAN D'ACTION

Facteurs sensibles

DES CONSOMMA- TIONS/PLAN D'ACTION Facteurs sensibles Variation des coûts d'approvisionne- ment.

Variation des coûts d'approvisionne- ment.

Procédés énergivores.

Politique nationale particulière.

Variation des coûts d'approvisionne- ment.

Procédés énergivores.

Politique nationale particulière.

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Aucune préoccupation environne- mentale particulière dans le choix des matières premières ou de l'éner- gie.

Aucun suivi particulier.

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Examen occasionnel de critères envi- ronnementaux, liés aux matières pre- mières et à l’énergie.

Connaissance approximative des principaux ratios de consommation.

Réaction occasionnelle, essentielle- ment liée à une pression extérieure (arrêté d'autorisation par exemple).

Existence d'un processus systéma- tique d'examen du choix de matières premières et de l’énergie en fonction des critères environnementaux (pro- duits rares, énergie renouvelable, etc.).

Suivi rigoureux des consommations, des coûts et d’autres ratios rapportés au tonnage fabriqué sous forme de tableau de bord.

Réaction aux dérives.

Actions d’anticipation en cas de trans- formation des processus internes (nouveau procédé, évolution des coûts d'approvisionnement, nouvelle source d'énergie, etc.).

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne

.2.10.

.2.10. • Choix des procédés/Recherche de la Meilleure Technologie Disponible (MTD) Aspect environnemental CHOIX

• Choix des procédés/Recherche de la Meilleure Technologie Disponible (MTD)

Aspect environnemental

Technologie Disponible (MTD) Aspect environnemental CHOIX D'INVESTISSEMENT MISE EN ŒUVRE : EXPLOI- TATION

CHOIX D'INVESTISSEMENT

MISE EN ŒUVRE : EXPLOI- TATION DES PROCÉDÉS

Facteurs sensibles

ŒUVRE : EXPLOI- TATION DES PROCÉDÉS Facteurs sensibles Niveaux de maîtrise Aucune action significative Action

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Coût prévisionnel élevé des matières premières, de l’énergie, du traitement des rejets.

Aucune préoccupation

particulière.

Procédés actuels polluants, dange- reux ou énergivores.

Aucune mesure particulière.

Connaissance imparfaite des techno- logies propres ou des techniques permettant des économies d'éner- gie.

Réflexion occasionnelle à propos des facteurs environnementaux liés aux choix d'un procédé (consommation d'eau, de matières premières, d'éner- gie, risques pour l'environnement, déchets, etc.).

Mise en œuvre, de manière occasion- nelle, souvent suite à une pression extérieure, de mesures visant à amé- liorer les performances environne- mentales des procédés.

Etude systématique de tous les pro- cédés existants sur le marché en fonction de critères environnemen- taux (moindre consommation de matières premières ou d’énergie, moindre génération de rejets ou déchets, plus grande sûreté).

Existence d'une «veille technolo- gique» sur les procédés de fabrication et les meilleures techniques dispo- nibles.

Tenue régulière d'un tableau de bord des consommations et des rejets.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne
6.2.

6.2.

Aspects environnementaux

.2.11.

• Cycle de vie des produits6.2. Aspects environnementaux .2.11. Aspect environnemental BILANS ÉCOLOGIQUES (ÉCO-BILANS) RECHERCHE ET

Aspect environnemental

.2.11. • Cycle de vie des produits Aspect environnemental BILANS ÉCOLOGIQUES (ÉCO-BILANS) RECHERCHE ET

BILANS ÉCOLOGIQUES (ÉCO-BILANS)

RECHERCHE ET

DÉVELOPPEMENT

EMBALLAGES DES

PRODUITS FINIS

Facteurs sensibles

EMBALLAGES DES PRODUITS FINIS Facteurs sensibles Pression des consommateurs ou de la concurrence. Pression

Pression des consommateurs ou de la concurrence.

Pression du marché ou des lobbies écologiques.

Evolution réglementaire.

Menaces éventuelles des produits sur la santé publique.

Réglementations particulières aux pays dans lesquels vous exportez.

Coût élevé de l'élimination des déchets pour les clients.

Importante pression de la réglemen- tation ou des consommateurs.

Montant élevé des redevances pour la gestion et/ou l’élimination des emballages

Niveaux de maîtrise

Aucune action significative

Aucune préoccupation particulière.

Absence de réflexion prospective sur les possibilités de récupération, de valorisation ou de recyclage des pro- duits en fin de vie.

Aucune réflexion particulière sur le sujet.

Action partielle

Action complète

et/ou épisodique

et/ou permanente

Connaissance de l'impact environne- mental des produits mis sur le mar- ché tout au long de leur durée de vie (de l'approvisionnement en matières premières de base à la fin de vie du produit fini).

Mise en œuvre d’un dispositif de récupération occasionnelle des pro- duits en fin de vie.

Dispositions partielles et/ou occa- sionnelles en matière d'emballage de sorte à éviter de transférer au client le problème d’élimination des déchets d’emballage.

Comparaison avec des produits concurrents du bilan écologique des produits mis sur le marché.

Organisation d'une recherche en vue de la mise au point de techniques de recyclage des produits en fin de vie.

Existence d'une politique d’entreprise à propos du choix des modes et matières d'emballage et des possibili- tés de recyclage.

1 ère colonne 2 ème colonne
1 ère colonne
2 ème colonne

Partie II

Partie II 6.3.1. 6.3. Synthèse de l’auto-diagnostic • Hiérarchisation des problèmes environnementaux Ce tableau

6.3.1.

Partie II 6.3.1. 6.3. Synthèse de l’auto-diagnostic • Hiérarchisation des problèmes environnementaux Ce tableau

6.3. Synthèse de l’auto-diagnostic

• Hiérarchisation des problèmes environnementaux

Ce tableau synoptique permet de hiérarchiser les priorités identi- fiées et qualifiées dans l’étape 6.2. à l’aide de la 3 ème colonne de la fiche B.

On reportera les résultats obtenus pour chaque aspect environne- mental (3 ème colonne de la fiche B) dans les cases respectives. Les points faibles de l’entreprise sont les aspects environnementaux pour lesquels l’environnement est sensible ou très sensible et où peu d’action (voire aucune action) n’a été mise en œuvre, ou, symé- triquement, là où vos actions vont au-delà de ce qui est nécessaire.

C1 : Danger A traiter rapidement : vous n'avez rien entrepris et l'environ- nement est très sensible. A traiter rapidement : vous n'avez rien entrepris et l'environ- nement est très sensible.

B1, C2 : Risque potentiel A surveiller : vous avez réalisé peu de choses et l'environne- ment est moyennement sensible A surveiller : vous avez réalisé peu de choses et l'environne- ment est moyennement sensible à très sensible.

A1, B2, C3 : Vigilance Niveau d'action cohérent : vos actions sont cohérentes avec l'importance de la sensibilité de Niveau d'action cohérent : vos actions sont cohérentes avec l'importance de la sensibilité de l'environnement.

A2, B3 : A vérifier Démarche préventive adaptée : vos actions vont apparem- ment au-delà de ce qu'il serait strictement Démarche préventive adaptée : vos actions vont apparem- ment au-delà de ce qu'il serait strictement nécessaire.

A3 : A simplifier Anticipation volontaire ou action mal ciblée : vous avez trop entrepris alors que l'environnement n'est Anticipation volontaire ou action mal ciblée : vous avez trop entrepris alors que l'environnement n'est pas sensible dans ce domaine. Vous pouvez éventuellement réaffecter vos res- sources et faire porter vos efforts sur des points plus pertinents.

Points forts Points faibles 1 2 3 Aucune action significative Action partielle et/ou épisodique Action
Points forts
Points faibles
1
2
3
Aucune action significative
Action partielle et/ou épisodique
Action complète et/ou permanente
Point faible
FACTEURS SENSIBLES
A
B
C
Inexistant
Présent
Très présent
NIVEAUX DE MAITRISE
NIVEAUX DE MAITRISE
6.3.

6.3.

6.3.2.

• Les points prioritaires6.3. 6.3.2. Synthèse de l’auto-diagnostic La fiche C vise à confronter systématiquement les enjeux forts de

Synthèse de l’auto-diagnostic

La fiche C vise à confronter systématiquement les enjeux forts de management environnemental (révélés dans la Fiche A) avec les points faibles et forts actuels (mis en évidence dans la fiche B) : il est ainsi possible d’expliciter les points prioritaires de l’entreprise (à reporter en bas de la fiche C).

La détection de ces points prioritaires relève d'une lecture transver- sale – menée librement par la direction de l’entreprise - des enjeux forts (1 ère colonne de la fiche C) et des points faibles (2 ème colonne de la fiche C). Si, par exemple, vous avez identifié (Fiche A) des enjeux économiques forts liés à l'usage de l'eau et que vous avez repéré (Fiche B) des points faibles dans le domaine «Eau», il y a certaine- ment un potentiel important d'amélioration à décrire, pour l’eau, comme un point prioritaire sur la Fiche C.

Par ailleurs, il est également utile de repérer les points forts (3 ème colonne de la fiche C) et de vérifier qu'ils correspondent à des enjeux forts : cela confirmera que l’entreprise est sur la bonne voie et consolidera vos motivations internes.

Contenu de la fiche C

FICHE A

Enjeux de management environnemental

FICHE B

Aspects environnementaux :

facteurs sensibles et niveaux de maîtrise

Enjeux forts

Points faibles actuels

facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires
facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires
facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires
facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires
facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires
facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires
facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires

Points forts actuels

Points prioritaires

facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires
facteurs sensibles et niveaux de maîtrise Enjeux forts Points faibles actuels Points forts actuels Points prioritaires

Partie II

Partie II 7. Auto-évaluation des pratiques et dispositions de management environnemental 7.1. Pratiques et dispositions

7. Auto-évaluation des pratiques et dispositions de management environnemental

des pratiques et dispositions de management environnemental 7.1. Pratiques et dispositions de management

7.1. Pratiques et dispositions de management environnemental

Ce chapitre a pour objectif d’auto-évaluer le niveau de manage- ment environnemental au sein de l’entreprise. L’auto-évaluation est menée autour de 9 thèmes, pour lesquels il convient de répondre à quelques questions. Les 9 thèmes sont :

· la politique environnementale

· le programme d’actions

· l’organisation et les responsabilités

· la formation du personnel

· la communication

· la prise en compte des expériences vécues de l’entreprise

· le système de gestion et les indicateurs

· la surveillance et l’ auto-contrôle

· les consignes et les procédures

Les réponses aux questions mesurent les dispositions prises par l’en- treprise vis-à-vis de l’environnement et évaluent la structure et les méthodes de gestion et d’organisation mises en place pour une ges- tion environnementale efficace.

A chaque réponse correspond un nombre de points qualifiant

votre niveau actuel (de 0 à 4 points) : Note de niveau Inexistant Engagé Formalisé
votre niveau actuel
(de 0 à 4 points) :
Note de niveau
Inexistant
Engagé
Formalisé
Compris et
Appliqué
accepté
Ce thème n’a
jamais été abordé
Au stade de la
réflexion
par les personnes
concernées
0 point
1 point
2 points
3 points
4 points

Si un des thèmes comporte plusieurs questions, il est possible de pon- dérer les questions en leur attribuant des coefficients:cette pondération est laissée au libre choix de l’entreprise en fonction de l’importance que donnera la direction au sujet abordé dans la question.

Il est recommandé de choisir une échelle de coefficients de 1 à 3 (faible, moyen, fort).

La note de réponse à la question s’obtient alors en multipliant le coefficient avec la note de niveau.

Coefficient

note de niveau

Note de réponse

C (de 1 à 3)

N (de 1 à 4)

C x N

Si un thème comporte plusieurs questions, la note totale obtenue pour le thème se calcule en faisant la somme des notes à chacune des questions du thème.

Questions du thème

Note de réponse

Question 1

Q1 (C1 x N1) Q2 (C2 x N2) Q3 (C3 x N3)

Question 2

Question 3

Note totale pour le thème

N = Q1 + Q2 + Q3

La fiche D synthétise les notes par thèmes :

1 ère colonne Les notes totales par thème sont à reporter dans la colonne «Votre total».

2 ème colonne La somme des coefficients par thème est à calculer et repor- ter dans la colonne «Somme des coefficients».

3 ème colonne La note finale du thème s’obtient en divisant la note totale du thème par la somme des coefficients du thème de manière à obtenir pour chaque thème, une note comprise en 0 et 4.

Votre total

pour chaque thème, une note comprise en 0 et 4. Votre total divisé par Somme des

divisé par

Somme des

coefficients

thème, une note comprise en 0 et 4. Votre total divisé par Somme des coefficients =

=

Note finale

thème, une note comprise en 0 et 4. Votre total divisé par Somme des coefficients =
7.1.

7.1.

Pratiques et dispositions de management environnemental

7.1.1.

et dispositions de management environnemental 7.1.1. • Politique environnementale Question Quel est votre

• Politique environnementale

Question

Quel est votre niveau d’engagement en matière de protection de l'environnement ?

Avez-vous signé un engagement sectoriel ou local de type charte, ou autre ?

Votre politique vous engage-t-elle au minimum à respecter les réglementations ?

Avez-vous formulé une politique propre à votre entreprise ?

7.1.2.

formulé une politique propre à votre entreprise ? 7.1.2. • Programme d’actions Question Avez-vous défini un

• Programme d’actions

Question

Avez-vous défini un programme opérationnel d'actions, caractérisé par :

des objectifs fixés dans le cadre de la politique environnementale et de la régle- mentation ?

des responsables clairement identifiés et des moyens précis ?

un processus de suivi de la réalisation de ce programme par rapport aux échéances fixées ?

l'évaluation des résultats obtenus ?

un processus assurant la continuité entre programmes successifs ?

Réponse

Note

Note
Note

Réponse

Note

Note
Note

7.1.3.

7.1.3. • Organisation et responsabilités Question Avez-vous pris des mesures en terme d'organisation pour vous

• Organisation et responsabilités

Question

Avez-vous pris des mesures en terme d'organisation pour vous assurer de l’applica- tion de votre politique environnementale et du respect des exigences réglemen- taires de protection de l'environnement, notamment :

en désignant un responsable de la supervision et de la coordination ?

en attribuant formellement les responsabilités opérationnelles à des collaborateurs choisis, chacun en ce qui le concerne ?

en mettant en évidence le rôle de chaque collaborateur vis-à-vis de la protection de l'environnement ?

en attribuant les responsabilités de décision en cas de situation de crise (pollution accidentelle, incendie, accident, etc.) ?

Réponse

Note

Note
Note

Exemples

La responsabilité de supervision-coordination est confiée au responsable Entretien, avec notamment, une mission de veille sur la réglementation applicable à l'entreprise et de relations avec les autorités officielles correspondantes.

La responsabilité opérationnelle est confiée au responsable Production : il a l'autorité de décision d'arrêt des installations en cas de dépassement des seuils de rejet.

Certaines entreprises ont mis en place des groupes perma- nents d'analyse. Ces groupes, constitués de collaborateurs issus des équipes de travail (opérateurs, ouvriers d'entre- tien, administratifs, etc.), comprennent entre 6 et 10 per- sonnes et se réunissent au moins une fois par mois.

tien, administratifs, etc.), comprennent entre 6 et 10 per- sonnes et se réunissent au moins une
7.1.

7.1.

Pratiques et dispositions de management environnemental

7.1.4.

• Formation du personnelet dispositions de management environnemental 7.1.4. Questions Etablissez-vous un programme de formation du

Questions

Etablissez-vous un programme de formation du personnel visant la connaissance et la mise en oeuvre pratique des mesures en relation avec la protection de l'environne- ment ?

Ce programme intègre-t-il les procédures d'urgence, les consignes pour travaux et opérations exceptionnelles ainsi que l'entraînement pratique à leur mise en œuvre ?

Les actions de formation concernant la sûreté et la sécurité visent-elles également le personnel employé temporairement et le personnel de vos sous-traitants opérant sur le site de l’entreprise ?

Réalisez-vous des évaluations des résultats de la formation en distinguant notam- ment :

la connaissance des mesures ?

les qualifications nécessaires à certaines activités spécifiques (inspecteur interne par exemple) ?

l’habilitation formelle (avec éventuellement des tests du personnel validés par un organisme extérieur) notamment pour les interventions à risques spécifiques ?

Réponses

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

=

Votre total

Note de réponse X =   + Coefficient Niveau Note de réponse X =   =
Note de réponse X =   + Coefficient Niveau Note de réponse X =   =

7.1.5.

7.1.5. • Communication Question Avez-vous établi une stratégie de communication interne (vers vos collaborateurs) et

• Communication

Question

Avez-vous établi une stratégie de communication interne (vers vos collaborateurs) et externe (vers vos clients, vos fournisseurs, les élus, les associations locales et les pouvoirs publics, etc.) en ce qui concerne vos objectifs, actions, et résultats en matière d'environnement ?

Réponse

Note

Note
Note
7.1.

7.1.

7.1.6.

Pratiques et dispositions de management environnemental

• Prise en compte des expériences vécues par l’entreprisePratiques et dispositions de management environnemental Questions Avez-vous mis en place un dispositif

Questions

Avez-vous mis en place un dispositif d'analyse des incidents, accidents, anomalies significatives vis-à-vis de l'atteinte à l'environnement :

dégâts aux installations ?

début d'incendie ?

dépassement des seuils de rejet, rejet accidentel ?

défaut de fonctionnement d’un équipement ou organe important pour la sécurité ?

plaintes du voisinage ?

Ce dispositif intègre-t-il les étapes suivantes :

enquête (recueil des faits, recherche des causes, préconisation de mesures correctives) ?

examen en réunion associant les responsables du secteur concerné ?

décision d'action (modification de modes opératoires, consigne, équipement, etc.) ?

diffusion des conclusions et du programme d'installation ?

Suite à un accident, un rapport est-il systématiquement établi avec, par exemple, les éléments de contenu suivants :

identification de l'événement ?

description des mesures de sauvegarde immédiatement mise en œuvre ?

évaluation du risque potentiel sans intervention ?

identification des causes (intégrant les aspects techniques, organisationnels et humains) ?

description du plan d'action décidé et mis en œuvre ?

formulation et mise en œuvre d’indicateurs de suivi ?

Réponses Coefficient Niveau Note de réponse X = + Coefficient Niveau Note de réponse X
Réponses
Coefficient
Niveau
Note de réponse
X
=
+
Coefficient
Niveau
Note de réponse
X
=
+
Coefficient
Niveau
Note de réponse
X
=
=

Votre total

X = + Coefficient Niveau Note de réponse X = + Coefficient Niveau Note de réponse
X = + Coefficient Niveau Note de réponse X = + Coefficient Niveau Note de réponse

7.1.7.

7.1.7. • Système de gestion et indicateurs Questions Avez-vous défini des indicateurs permettant d'évaluer en

• Système de gestion et indicateurs

Questions

Avez-vous défini des indicateurs permettant d'évaluer en permanence l’organisation et les procédures en matière de protection de l'environnement ?

Chiffrez-vous et examinez-vous régulièrement ces indicateurs ?

Avez-vous défini les conditions de diffusion du tableau de bord «protection de l'envi- ronnement» synthétisant ces indicateurs et leur évolution dans le temps ?

Réponses Coefficient Niveau Note de réponse X = + Coefficient Niveau Note de réponse X
Réponses
Coefficient
Niveau
Note de réponse
X
=
+
Coefficient
Niveau
Note de réponse
X
=
+
Coefficient
Niveau
Note de réponse
X
=
=

Votre total

Coefficient Niveau Note de réponse X = = Votre total Exemple Quelques indicateurs mis en place
Coefficient Niveau Note de réponse X = = Votre total Exemple Quelques indicateurs mis en place

Exemple

Quelques indicateurs mis en place dans les entreprises :

nombre de passages à l'infirmerie et/ou de premiers soins (en complément d'indicateurs réglementaires sur les accidents du travail)

nombre d'anomalies constatées lors des inspections

nombre de défauts constatés sur les équipements clés vis- à-vis de la sûreté de fonctionnement

nombre d'heures de formation et d'entraînement

nombre de «points noirs» du site

nombre d'incidents signalés spontanément

et d'entraînement • nombre de «points noirs» du site • nombre d'incidents signalés spontanément
7.1.

7.1.

Pratiques et dispositions de management environnemental

7.1.8.

• Surveillance et auto-contrôleet dispositions de management environnemental 7.1.8. Questions Avez-vous identifié les activités dont la

Questions

Avez-vous identifié les activités dont la mauvaise réalisation pourrait porter atteinte à l'environnement et avez-vous défini les moyens permettant aux personnes qui réa- lisent ces activités de s'auto-contrôler en continu ?

Avez-vous prévu des modalités particulières pour inciter et faciliter l’annonce spon- tanée des anomalies par le personnel aux niveaux hiérarchiques supérieurs ?

Tenez-vous un tableau de gestion (nature du contrôle, matériels concernés, organis- me, date de visite) et d'exploitation (actions correctives à mener) des inspections réglementaires ?

Complétez-vous les inspections réglementaires par des inspections planifiées :

générales (au niveau d'un atelier ou d'un secteur) ?

visant un thème particulier (équipements de sûreté, propreté) ?

visant des dispositions organisationnelles et procédures (audit interne), qui donnent lieu à l'éta- blissement d'un rapport d'inspection ou un rapport d'audit ?

Réponses

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

=

Votre total

Note de réponse X =   + Coefficient Niveau Note de réponse X =   =
Note de réponse X =   + Coefficient Niveau Note de réponse X =   =

Exemples

Boîte aux lettres régulièrement relevée permettant à chaque membre de l'entreprise de déposer des fiches de constat d’ano- malies (préformatées pour éviter une rédaction longue et fasti- dieuse). Tous les constats sont traités, les plus significatifs déclenchent une récompense.

En ce qui concerne les équipements, tels que le matériel de lutte contre l'incendie, les appareils sous pression, les installations électriques, les chariots élévateurs, etc., les contrôles sont effec- tués périodiquement (en moyenne une fois par an) par des organismes agréés qui rédigent un rapport spécifique. D'autres points de surveillance, plus particulièrement relatifs à la protec- tion de l'environnement font partie intégrante des tests régle- mentaires, par exemple : le suivi de la qualité des eaux rési- duaires ou des fumées de combustion (en continu ou par échantillonnage et analyse périodiques),le suivi des tonnages et de la composition des déchets industriels produits, etc. Ces véri- fications sont en règle générale incluses dans le programme d'auto-surveillance de l'entreprise.

Il est indispensable que les inspections soient préparées. En fonction de la nature de l'inspection, cette préparation peut comporter les points suivants :

· définition des limites géographiques et techniques de ce que l'on doit inspecter,

· si nécessaire, listing spécifique des équipements à voir ou des actions à entreprendre,

· prise de connaissance des rapports d'inspection précé- dents, notamment afin de réaliser un suivi des préconi- sations,

· préparation du matériel nécessaire à l'inspection (appa- reils de mesure et de contrôle, vêtements spéciaux, etc.).

Les inspections peuvent être conduites par une ou plu- sieurs personnes selon leur nature. L'inspection d'un servi- ce (ou d’un atelier) s'effectuera par le responsable d'un autre service, cela permet d'enrichir les expériences de cha- cun et d'apporter un «regard neuf».

Il est également important que des membres de la direc- tion s'impliquent lors des visites de terrain, afin de marquer leur engagement dans l'application de la politique définie en matière d'environnement et de sécurité.

Des entreprises ont mis au point des listes de questions permettant une vérification très fréquente (pouvant être journalière) des équipements importants pour la sûreté. L'ensemble des actions à entreprendre est partagé en fonc- tion du nombre d'équipes ou de personnes. Chacun est donc impliqué dans la vérification régulière de ces équipe- ments sans pour cela mobiliser des ressources impor- tantes.

impliqué dans la vérification régulière de ces équipe- ments sans pour cela mobiliser des ressources impor-
7.1.

7.1.

Pratiques et dispositions de management environnemental

7.1.9.

• Consignes et procédureset dispositions de management environnemental 7.1.9. Questions Avez-vous établi des règles, procédures et

Questions

Avez-vous établi des règles, procédures et consignes à appliquer pour :

prévenir les atteintes à l’environnement du fait de vos activités ?

limiter l'ampleur des atteintes en cas de situation anormale ?

Avez-vous défini des règles de conception (forme, structure, contenu), de diffusion et de gestion des documents internes relatifs à la protection de l'environnement ?

L'élaboration du contenu des consignes et procédures a-t-elle associé le personnel concerné par la mise en œuvre desdites consignes et procédures ?

Les consignes et procédures couvrent-elles l'exploitation des installations ?

Les consignes et procédures couvrent-elles la maintenance et l'entretien des installa- tions ?

Réponses

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Les consignes et procédures couvrent-elles les travaux de construction et de modifi- cation ?

Les consignes et procédures couvrent-elles la conception des installations ?

Les consignes et procédures couvrent-elles la conception des produits, le transport, la distribution et le soutien après vente ?

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

+

Coefficient

Niveau

Note de réponse

X =

X

X =

=

X =
 

=

Votre total

Note de réponse X =   = Votre total Exemples • Définition d'une page de garde
Note de réponse X =   = Votre total Exemples • Définition d'une page de garde

Exemples

Définition d'une page de garde type comportant le titre de la procédure, son champ d'application, son immatriculation, le suivi de son évolution dans le temps (dates d’émission, de révi- sion et mise à jour), les responsables (de son élaboration, de son application, de sa mise à jour, etc.).

Définition des modalités de diffusion: destinataires systéma- tiques, par catégorie de procédure et lieux de consultation.

Définition des règles de mise à jour (périodicité, évènements à l’origine de mise à jour, responsable, validation , etc.).

des règles de mise à jour (périodicité, évènements à l’origine de mise à jour, responsable, validation
des règles de mise à jour (périodicité, évènements à l’origine de mise à jour, responsable, validation
des règles de mise à jour (périodicité, évènements à l’origine de mise à jour, responsable, validation

Partie II

7.2. Synthèse de l’auto-évaluation

7.2.1.

Partie II 7.2. Synthèse de l’auto-évaluation 7.2.1. • Interprétation des résultats Une fois l’ensemble des

• Interprétation des résultats

Une fois l’ensemble des questions répondues, chaque thème se voit attribué une note sur 4.

L’interprétation de ces notes se fait de la manière suivante.

Une majorité de thèmes ont une note finale comprise

Entre 0 et 1

· L’entreprise fait face à des enjeux forts (fiche A). Vous avez certainement besoin d'engager une démarche de réflexion globale sur votre organisation pour gérer efficace- ment l’aspect environnemental du fonctionnement de votre entreprise.

Entre 1 et 3

· L’entreprise est globalement concernée par le management de la protection de l'environnement (fiche A). Non seulement vous avez déjà réfléchi à la prise en compte de l’environnement dans le fonctionnement de votre entreprise, mais vous avez aussi mis en place et explicité des mesures d'organisation dans ce sens. Il vous reste à compléter votre dispositif et à le faire appli- quer en vous rappelant que la communication et l'appropria- tion par les personnes concernées sont souvent les meilleures garanties pour que les procédures soient efficaces et produi- sent des résultats.

Entre 3 et 4

· Vous avez fait des efforts importants et avez sans doute obte- nu des résultats probants. La vigilance est indispensable et l'amélioration doit être une préoccupation permanente. Votre système de management environnemental est proche des exigences de la norme ISO 14001 que vous connaissez déjà.

7.2.2.

de la norme ISO 14001 que vous connaissez déjà. 7.2.2. • Hiérarchisation des thèmes Une fois

• Hiérarchisation des thèmes

Une fois que chaque thème s’est vu attribué une note, classez les thèmes par ordre croissant dans le tableau en bas de la fiche D. Plus la note du thème est proche de 0, plus le thème doit être abor- dé en priorité au sein de l’entreprise.

D. Plus la note du thème est proche de 0, plus le thème doit être abor-
D. Plus la note du thème est proche de 0, plus le thème doit être abor-

Partie II

Partie II 8. Plan d’action Pour conclure La démarche d’auto-diagnostic (point 6, fiches A, B et

8. Plan d’action

Partie II 8. Plan d’action Pour conclure La démarche d’auto-diagnostic (point 6, fiches A, B et

Pour conclure

La démarche d’auto-diagnostic (point 6, fiches A, B et C) et d’auto- évaluation (point 7, fiche D) se conclut par l’élaboration d’un plan d’action. La fiche E aide à l’élaborer et à le structurer.

Le plan d’action est un outil opérationnel élaboré par vous-même afin de traiter durablement et préventivement les points prioritaires détectés.

Il permet de décider des axes d’amélioration à adopter afin :

· de résoudre les problèmes techniques

· d’engager la mise en place de mesures d’organisation et de management qui permettront la prévention de problèmes de nature identique et la pérennisation des solutions techniques que vous adopterez.

L’élaboration du plan d’action permettra certainement de vous mettre en confiance quant à la capacité de votre organisation à protéger l'environnement et à s'adapter à l’évolution des exigences réglementaires et autres. Ceci confortera également la performance de votre entreprise et, pourquoi pas, le développement de nouveaux avantages concurrentiels.

Bien entendu, pour certaines actions, un chiffrage préalable des dépenses d'investissement à consentir sera nécessaire en vue d'un arbitrage et d'une décision d'engagement.

Contenu de la fiche E

FICHE C

Synthèse de l’auto-diagnostic

Vos points prioritaires

FICHE D

Synthèse de l’auto-évaluation

Vos pratiques et dispositions de management

Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ?

Inter-relations ?

Cohérence ?

Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
Inter-relations ? Cohérence ?
de management Inter-relations ? Cohérence ? PLAN D’ACTION FELICITATIONS, vous avez terminé la

PLAN D’ACTION

FELICITATIONS, vous avez terminé la démarche …

…et vous disposez :

·

d'une formalisation de la situation de votre entreprise et des axes d'amélioration que vous avez décidé,

et des axes d'amélioration que vous avez décidé, · de 5 fiches de synthèse (à rassembler/conserver)

·

de 5 fiches de synthèse (à rassembler/conserver) qui serviront à mesurer (dans 6 mois ou 1 an) les résultats des actions mises en oeuvre.

(à rassembler/conserver) qui serviront à mesurer (dans 6 mois ou 1 an) les résultats des actions

Partie III

Exemple et notice d’utilisation

Partie III Exemple et notice d’utilisation 9. Le cas de Bostik Un exemple détaillé En 1994,la

9. Le cas de Bostik

III Exemple et notice d’utilisation 9. Le cas de Bostik Un exemple détaillé En 1994,la direction
III Exemple et notice d’utilisation 9. Le cas de Bostik Un exemple détaillé En 1994,la direction

Un exemple détaillé

En 1994,la direction de l’entreprise française Bostik décide d’appliquer l’auto-diagnostic environnemental en vue de la mise en place d’un Système de Management Environnemental (SME). Le cas de Bostik illustre en détails la manière dont la méthodologie du guide d’auto- diagnostic environnemental doit être appliquée. Il peut vous servir

d’exemple lorsque vous complétez les fiches avec les données de votre ent