Está en la página 1de 73

AFRICAVENIR

04 BP 347 Lomé 04, TOGO


+228 96044220 / 90614267
africavenir@gmail.com
www.africavenir-av.org

RAPPORT D’ETUDE SUR LA SITUATION DE L’EAU ET DE


L’ASSAINISSEMENT DE 11 VILLAGES DE LA COMMUNE
D’OUNTIVOU (REGION DES PLATEAUX)
TOGO
FEVRIER 2017
Ministère de l’Agriculture, de
l’Elevage et de l’Hydraulique

1
2
TABLE DES MATIERES
1. Introduction .......................................................................................................................................... 6
2. Contexte du projet ............................................................................................................................... 6
3. Pourquoi et comment l’eau peut contribuer à résoudre les problèmes dans les villages ? ................ 8
4. Villages étudiés .................................................................................................................................... 8
5. Pourquoi le canton de Ountivou ? ..................................................................................................... 11
A- PROSPECTION HYDROGEOLOGIQUE .......................................................................................... 12
1 Période de réalisation de l’étude de prospection .............................................................................. 12
2 Les intervenants ................................................................................................................................ 12
3 Matériel mis en œuvre ....................................................................................................................... 12
4 Démarche d’enquête et recensement des infrastructures d’eau. ...................................................... 12
5 Démarche d’interprétation des résultats ............................................................................................ 13
5.1 Choix des critères ...................................................................................................................... 13
5.2 Critères d’exclusion ................................................................................................................... 13
5.3 Critères avec note relative ......................................................................................................... 13
5.4 Utilisation de coefficients de pondération .................................................................................. 13
6 Résultat de l’inventaire des points d’eau ........................................................................................... 15
6.1 Ountivou .................................................................................................................................... 15
6.2 Betoe ......................................................................................................................................... 16
6.3 Hamavou ................................................................................................................................... 17
6.4 Kpeli ........................................................................................................................................... 18
6.5 Homma ...................................................................................................................................... 19
6.6 Atome ........................................................................................................................................ 20
6.7 Azovou ....................................................................................................................................... 21
6.8 Ayihoe ........................................................................................................................................ 22
6.9 Kpetoe ....................................................................................................................................... 23
6.10 Gbokpoe .................................................................................................................................... 24
6.11 Kpogandji ................................................................................................................................... 24
6.12 Godohoe .................................................................................................................................... 25
7 Tests géophysiques ........................................................................................................................... 25
7.1 Généralités ................................................................................................................................ 25
7.2 Sondages électriques ................................................................................................................ 25
7.3 Trainé électrique ........................................................................................................................ 26
8 Essais de pompage ........................................................................................................................... 26
8.1 Résultats des tests de pompage ............................................................................................... 28
8.1.1 Azovou ............................................................................................................................... 28
8.1.2 Gbokpoe ............................................................................................................................ 29
8.1.3 Kpetoe................................................................................................................................ 30
8.2 Analyses des tests de pompage ................................................................................................ 31
8.2.1 Azovou ............................................................................................................................... 31

3
8.2.2 Gbokpoe ............................................................................................................................ 31
8.2.3 Kpetoe................................................................................................................................ 31
8.3 Conclusion des tests de pompage ............................................................................................ 31
9 Analyse microbiologique et physico-chimique ................................................................................... 31
9.1 Gbokpoe .................................................................................................................................... 31
9.2 Azovou et Kpetoe ...................................................................................................................... 31
9.3 Analyses bactériologiques et physico-chimiques à réaliser ...................................................... 32
B-ETAT DES LIEUX DE L’ASSAINISSEMENT ....................................................................................... 32
1 Période de réalisation de l’étude ....................................................................................................... 32
2 Equipe d’intervention ......................................................................................................................... 32
3 Les objectifs de l’étude ...................................................................................................................... 32
3.1 Vision de l’étude ........................................................................................................................ 32
3.2 Objectifs de l’étude .................................................................................................................... 33
4 Matériel mis en œuvre et lieux de diagnostic .................................................................................... 33
5 Processus de réalisation des enquêtes dans les villages ................................................................. 33
6 Démarche d’interprétation des résultats ............................................................................................ 34
7 Résultats des enquêtes et leur interprétation .................................................................................... 34
7.1 Langue parlée des personnes interviewées .............................................................................. 34
7.2 Nombre de personne disposant d’un moyen de communication .............................................. 34
7.3 Les responsables de l’élevage .................................................................................................. 35
7.4 Les principaux décideurs des revenus dans les ménages ........................................................ 36
7.5 Types d’aisance dans les villages ............................................................................................. 37
7.6 Nombre de personnes pratiquant la DAL .................................................................................. 38
7.7 Les infrastructures d’eau utilisées ............................................................................................. 39
7.8 Traitement de l’eau .................................................................................................................... 39
7.9 Ménages affectés par les maladies ........................................................................................... 40
7.10 Nombre de personnes disposant d’un moyen de transport ...................................................... 41
7.11 Nombre de ménage qui élève des animaux .............................................................................. 41
7.12 Les habitations des animaux ..................................................................................................... 42
7.13 Nombre d’éleveurs prêts à construire des habitats ................................................................... 42
7.14 Moyens dont disposent les éleveurs ......................................................................................... 43
7.15 Infrastructure vétérinaire ............................................................................................................ 43
7.16 Utilisation des déjections animales ............................................................................................ 44
7.17 Consommation d’animaux par ménage ..................................................................................... 44
7.18 Revenus d’élevage .................................................................................................................... 45
7.19 Agriculture .................................................................................................................................. 45
7.20 Type de culture par ménage ...................................................................................................... 45
7.21 Quantité d’engrais...................................................................................................................... 46
7.22 Coût des intrants ........................................................................................................................ 46
7.23 Les revenus agricoles ................................................................................................................ 47
7.24 Contraintes liées à l’agriculture ................................................................................................. 48

4
7.25 Sources d’énergie ...................................................................................................................... 48
7.26 Coût d’énergie ........................................................................................................................... 49
8 Situation dans chaque village. ........................................................................................................... 50
8.1 OUNTIVOU ................................................................................................................................ 50
8.2 ATOME ...................................................................................................................................... 51
8.3 AYIHOE ..................................................................................................................................... 52
8.4 AZOVOU .................................................................................................................................... 53
8.5 BETOE ....................................................................................................................................... 55
8.6 GBOKPOE ................................................................................................................................. 56
8.7 HOMA ........................................................................................................................................ 57
8.8 KPOGANDJI .............................................................................................................................. 58
8.9 KPETOE .................................................................................................................................... 59
8.10 KPELI ......................................................................................................................................... 60
8.11 HAMAVOU ................................................................................................................................. 61
9 Rencontre avec les organisations intervenant dans le canton .......................................................... 63
9.1 ACAMO ...................................................................................................................................... 63
9.2 Plan TOGO (PU d’ATAKPAME) ................................................................................................ 63
9.3 Croix rouge ................................................................................................................................ 63
9.4 L’UNICEF ................................................................................................................................... 64
9.4.1 Qu’est-ce que c’est qu’ATPC ? ......................................................................................... 64
9.4.2 Les acteurs et leurs rôles dans l’ATPC ............................................................................. 64
10 Conclusion des résultats d’enquête sur l’assainissement ............................................................. 66
11 Actions projetées sur l’assainissement.......................................................................................... 66
C - RECAPITULATIF DES ACTIONS ENVISAGEES PAR VILLAGE ..................................................... 67
D-GESTION DU PROJET ......................................................................................................................... 68
12 Dispositif de mise en œuvre du projet ........................................................................................... 68
12.1 Maîtrise d’ouvrage et exécution du projet.................................................................................. 68
12.2 Pilotage du projet ....................................................................................................................... 68
12.3 L’exécution générale du projet .................................................................................................. 71
13 Dispositif de suivi – évaluation ...................................................................................................... 71
13.1 Le suivi ....................................................................................................................................... 71
13.2 L’évaluation ................................................................................................................................ 72
14 Le rapportage ................................................................................................................................ 72
15 Conclusion ..................................................................................................................................... 73

5
1. Introduction
AFRICAVENIR est une association créée en 2007 à Porto-Novo au Bénin. En 2008 l’association est
enregistrée au TOGO en qualité de l’organisation mère établie au Bénin. L’organisation intervient dans
trois secteurs : Environnement, Santé et Education. En 2014-2015 l’association au Togo a été
restructurée, redynamisée et de nouvelles orientations ont été définies avec notamment l’élaboration
d’un plan stratégique quinquennal 2016-2020 qui comprend une vingtaine de projets avec une stratégie
de mobilisation de ressources humaines, techniques, matérielles et financières.
Pour la première phase de ce quinquennat, l’association a prévu consacrer ses interventions dans le
domaine de l’eau dans le canton d’Ountivou (préfecture de l’Ogou, région des Plateaux) au TOGO.
Pour cela, une étude de prospection hydrogéologique dans 11 villages du canton a été effectuée en Avril-
Juin 2016. Le rapport de cette étude a fait l’objet d’une demande de financement auprès de plusieurs
bailleurs dont l’Agence de l’eau Rhin-Meuse en France. Cette dernière a fait des remarques sur ladite
étude, laquelle a fait l’objet d’un complément d’étude.
Le présent document est le rapport des deux études (étude de prospection hydrogéologique et état des
lieux de l’assainissement). Ce rapport prend en compte, outre, la situation hydraulique des villages
étudiés mais aussi l’aspect assainissement, l’analyse bactériologique et physico-chimique des forages, les
essais de pompages, les plans et schémas des ouvrages, les études géophysiques, le calendrier de
réalisation, la gestion du projet, la mise en place d’un comité de pilotage et d’une unité d’exécution du
projet, les comités eau de gestion des ouvrages et enfin un redimensionnement financier.
L’ensemble de ces études nous conduit à des actions que nous projetons réaliser et pour lesquelles nous
espérons obtenir les soutiens techniques et financiers appropriés.

2. Contexte du projet
Le problème de l’eau s’est avéré crucial pour plusieurs villages qui n’ont aucun point d’eau dans le canton
d’Ountivou. Les populations de ces villages doivent marcher des kilomètres pour remplir bidons ou
bassines dans les villages voisins après de longues heures d’attentes. Lors de notre visite d’avril 2016, de
nombreux puits, anciennement productifs, étaient pratiquement à sec.
Pire encore, certains habitants s’en vont puiser l’eau, en désespoir de cause, dans des trous creusés dans
le lit de rivières asséchées. Ils y trouvent alors un liquide brunâtre difficilement identifiable comme de
l’eau d’une turbidité extrême.
Rien d’étonnant à cela car le substratum de la région est du gneiss. Il affleure sporadiquement le long des
pistes. Il est généralement recouvert par des croutes latéritiques métriques à décamétriques (0-20 m).

Les gneiss sont des roches massives, imperméables si elles ne sont pas altérées ou faillées. Il faut donc
rechercher l’eau souterraine dans des zones fracturées ou dans les altérites. Ceci explique qu’un forage
productif, bien implanté sur une faille puisse parfois jouxter un ouvrage sec, lui foré dans une roche
massive.

6
Les altérites constituent localement un aquifère, généralement peu productif. La plupart des puits
traditionnels exploitent cet aquifère faute de pouvoir creuser un puits dans les gneiss. C’est ce qui
explique l’assèchement des puits même en saison des pluies.
En outre, on note une baisse du niveau hydrostatique dans les villages. En effet, en s’appuyant sur le
graphique suivant extrait du rapport du ministère de l’économie, des finances et de la planification du
développement du Togo : Tableau de bord de l’économie Togolaise, daté de février 2016, on peut
effectivement noter une diminution significative des niveaux de précipitation dans la région d’Atakpamé
entre l’année 2013 et 2015. Ceci se traduit sans équivoque en une baisse du niveau hydrostatique
régional.

Figure1 : précipitation (en mm) sur la région d’Atakpamé, entre 2013 et 2015

De plus, la pratique de l’agriculture et la pression exercée sur la végétation marquée notamment par la
destruction de vaste hectares de forêts et surtout la fabrication accélérée du charbon de bois, accentuent
la sécheresse ces dernières années. Le dérèglement climatique engendré, à son tour, accentue lui aussi
la baisse significative des niveaux de précipitations ce qui se traduit par une diminution du niveau
hydrostatique.
Cette situation engendre une grave pénurie d’eau de boisson permanente dans beaucoup de villages.

7
3. Pourquoi et comment l’eau peut contribuer à résoudre
les problèmes dans les villages ?
Tout d’abord, l’accès à l’eau constitue un droit et un besoin fondamental. Deuxièmement, l’eau est
essentielle à la réalisation des autres objectifs qui concernent la pauvreté, la santé, l’éducation et l’égalité
des sexes. Pour ne citer que deux exemples, l’installation de toilettes séparées pour les garçons et les
filles constitue, dans de nombreuses sociétés, un préalable à la poursuite de l’instruction des filles, de
même, l’existence de toilettes privées ou d’un point d’eau dans les maisons ou près des maisons aurait
une incidence majeure sur la vie de millions de femmes ; et l’irrigation est et sera de plus en plus
indispensable à l’augmentation de la production alimentaire destinée à une population croissante au
Togo. Troisièmement, l’importance de l’eau n’a pas été suffisamment reconnue par le passé, lorsqu’on
compare avec d’autres secteurs. Le coût de cet oubli prolongé, qui s’est alourdi avec les années, est
maintenant mieux compris. Quatrièmement, on sait que l’accès à une eau propre et à des services
d’assainissement, améliore de façon notable la santé publique, tout comme l’amélioration des
techniques d’évacuation et de traitement des eaux usées. Lorsqu’ils sont de mauvaise qualité, l’eau et
les services d’assainissement figurent parmi les premières causes de maladies telles que la diarrhée, les
vers intestinaux, la cécité liée au trachome, le choléra et la bilharziose. En fait, l’eau est la base du
développement de toute activité. La maîtrise et la gestion des ressources en eau sont primordiales pour
la mise en place des projets agricoles (l’irrigation et l’élevage) de santé (réduction des maladies
hydriques, la mise en place des centres de santé ou d’écoles), d’énergie (la production de biogaz et
d’engrais liquide ou bio), la gestion des terres (valorisation des terres à travers les affections et les
investissements à long terme), etc. L’obligation de transporter l’eau sur des distances importantes et
l’attente aux points d’eau font perdre du temps et des forces, notamment aux femmes et aux enfants,
aux dépens des activités en famille, de l’éducation et du travail productif. Cinquièmement, l’efficacité du
développement et de la gestion des ressources en eau constitue, pour plusieurs raisons, un élément
essentiel au développement durable et à la lutte contre la pauvreté. En effet, les grands projets portant
sur les ressources en eau, comme la construction de grandes infrastructures, offrent des avantages à tous
les niveaux (national, régional et local) et pour tous les individus, y compris les plus pauvres. Etant donné
que ce sont souvent les pauvres qui vivent dans des environnements dégradés, toutes les interventions
visant à améliorer la qualité des terres et à mettre des ressources à la disposition des pauvres auront une
importance cruciale. Les grands projets visant à améliorer le service de l’eau (qu’il s’agisse de la qualité
de l’approvisionnement de l’eau et de l’énergie, du fonctionnement des associations d’utilisateurs ou des
services d’irrigation) sont utiles à l’ensemble de la population, y compris les personnes les plus pauvres.
Enfin, les actions portant sur ces services (raccordement au réseau, accès à des services d’assainissement
et à l’irrigation pour les personnes ne jouissant d’aucun service) font considérablement avancer le travail
entrepris pour réaliser les Objectifs du Développement Durable. Pour AFRICAVENIR le développement de
tout projet, et par ricochet la mise en place de tous les projets inscrits dans son plan quinquennal, doit
passer par une gestion rationnelle des ressources en eau. C’est pourquoi la stratégie de l’association est
d’aborder les problèmes de l’eau dans les villages d’intervention afin de résoudre ces problèmes.

4. Villages étudiés
Les villages étudiés sont situés dans le canton d’Ountivou, à 250 km environ au Nord-Est de Lomé, la
capitale du Togo, proche du Benin. Outre le chef-lieu du canton, les villages suivants ont été ciblés :

Ountivou Homma Atome Kpogandji


Betoe Azovou Kpeli Ayihoe
Hamavou Kpetoe Gbokpoe Godohoe

8
9
10
5. Pourquoi le canton de Ountivou ?
Le choix du canton ciblé s’explique par le fait que le Directeur Exécutif de l’association AFRICAVENIR est
originaire du village d’Ountivou. Il est l’un des fils du Chef-canton de Ountivou, a grandi dans cette région
et connaît donc bien les difficultés que rencontrent quotidiennement les habitants de ce canton surtout
l’accès à l’eau potable.
En outre, l’accès à l’eau potable est un service de base à 100% dans tous les pays du Nord. Mais ce n’est
pas le cas dans la majorité des pays du Sud. Au Togo, l’accès à l’eau potable est crucial pour plus de la
moitié de la population. Dans les zones rurales du pays, l’eau est une denrée très rare. Le canton
d’Ountivou ne fait pas exception. C’est pourquoi nous nous y sommes rendus pour réaliser les
prospections et études, recenser les besoins afin de prioriser les interventions.

11
A- PROSPECTION HYDROGEOLOGIQUE
1 Période de réalisation de l’étude de prospection
La mission de prospection hydrogéologique s’est déroulée du 27 avril au 10 Mai 2016 en fin de saison
sèche, donc avec un niveau des nappes minimum.

2 Les intervenants
Dans le cadre de ce projet, AFRICAVENIR a fait appel à l’association Ingénieurs du Monde Suisse. Ainsi
deux étudiants de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) sont venus au Togo pour contribuer
au projet. Un expert hydrogéologue de W-Géosoft est également venu de la Suisse soutenir l’initiative.
Le ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique du TOGO a, lui aussi été sollicité, et par
lettre d’appui du Ministre, AFRICAVENIR a reçu le soutien d’un géophysicien de l’état. Ainsi l’équipe était
composée de :

Prénom, NOM Institution Compétence

Stanislas AFAN AFRICAVENIR Directeur exécutif de l’ONG


Chargé du programme d’éducation
Tchilabalo SIOU AFRICAVENIR
et de promotion des TIC
Lou CURCHOD EPFL Etudiante en environnement

Gaël BOULICAULT EPFL Etudiant Génie-civil

Jacques JENNY W-GeoSoft Expert Hydrogéologue


Ministère de l’agriculture, de Ingénieur conseil en Hydraulique et
Djimedo YAKUBI
l’élevage et de l’hydraulique géophysicien

3 Matériel mis en œuvre


La position des ouvrages a été déterminée au moyen d’un GPS Garmin Dakota. Les latitudes et longitudes
sont en degrés et décimales de degrés, système WGS84 avec une précision de 3 mètres. Les altitudes
sont données à titre indicatif, la précision du GPS étant peu précise pour les données d’altitude.

4 Démarche d’enquête et recensement des infrastructures d’eau.


Afin de comprendre au mieux le milieu dans lequel nous planifions d’intervenir, il nous a semblé
nécessaire de réaliser des enquêtes sur un échantillon de la population de chaque village visé. Des
questions d’ordres administratifs ont été posées aux différents chefs de villages ainsi qu’à leurs notables.
Puis une partie plus personnelle du questionnaire fut adressée à des villageois rencontrés lors de nos
visites des différents puits.
C’est au travers de ces enquêtes et des visites que nous avons pu cerner précisément les infrastructures
existantes (forages, puits, écoles, centres de santé), les besoins des populations, leurs priorités et leurs
inquiétudes. Dans le but d’avoir des échantillons représentatifs de la population globale, nous avons
sélectionné du mieux possible des personnes de sexe et d’âge distincts. On trouve en annexe le
questionnaire support de l’enquête

12
5 Démarche d’interprétation des résultats
Les résultats des questionnaires ont été compilés sur ordinateur et la question de l’interprétation des
résultats fut alors abordée.
L’idée fut d’extraire, parmi toutes les informations récoltées, des données clés qui une fois transformées
en critères de notation, permettraient d’attribuer une note relative à chaque village. Après avoir sommé
les notes obtenues sur chaque critère, on pourra définir un degré de priorité d’intervention à chaque
village.

5.1 Choix des critères


Pour réaliser ce classement, nous nous sommes efforcés de dégager des critères représentatifs en
composant avec toutes les réponses obtenues.
Cinq critères ont été choisis ; trois utilisent une note relative pour départager les villages et deux autres
critères sont éliminatoires :

5.2 Critères d’exclusion


L’enquête nous renseigne sur le besoin principal exprimé par les villageois, et sur l’existence d’un projet
d’un autre organisme (ONG ou étatique) dans le village. Pour chaque village, si le besoin le plus exprimé
diffère de l’eau, ou si un autre projet hydraulique est déjà en cours, alors nous décidons d’exclure le
village.

5.3 Critères avec note relative


Les villages se voient attribuer une note relative en fonction de leur position dans le classement de tous
les villages. La note est donnée sur une base 11, car nous travaillons sur onze villages. Le village étant en
première place obtient la note de 11/11, et le dernier village, 1/11. Les critères retenus sont :
- La consommation d’eau / personne / jour :
En prenant la consommation d’eau/ménage/jour, divisée par le nombre de personne/ménage,
on obtient une consommation d’eau/personne/jour. On fera ensuite une moyenne de cette
valeur sur toutes les personnes interrogées pour un même village.
- Distance à la source la plus proche :
Cette valeur est d’après nous représentative de la difficulté pour les villageois d’obtenir de l’eau.
On trouve cette valeur directement dans le questionnaire. On fera ensuite une moyenne de cette
valeur sur toutes les personnes interrogées pour un même village.
- Nombre d’ouvrages fonctionnels / habitant :
En prenant le nombre d’ouvrage fonctionnel/village, divisé par le nombre d’habitants/village, on
obtient le nombre d’ouvrage fonctionnel/habitant. Ce nombre ainsi calculé n’est pas parlant,
mais il permettra de faire des comparaisons objectives entre les villages de différentes tailles.
Il figure en annexe le tableau récapitulatif des critères de notation.

5.4 Utilisation de coefficients de pondération


L’utilisation de notes relatives implique l’utilisation de coefficients de pondération. Ces coefficients nous
ont paru nécessaires dès le stade de définition des critères de notation.
Tout d’abord, concernant le nombre d’ouvrages fonctionnels / habitant. Il semble incohérent de
considérer un puits fonctionnel comme un ouvrage de même valeur qu’un forage équipé d’une pompe à
motricité humaine. Nous décidons par conséquent d’appliquer un coefficient de 0,5 aux puits
fonctionnels, et un coefficient de 1 aux forages fonctionnels. Ce coefficient nous permet d’obtenir un

13
nombre d’ouvrages fonctionnels / habitant qui tient compte de la différence de débit entre un puits et
un forage.
Dans un deuxième temps, jugeant que nos critères notés ne sont pas de poids égaux, nous avons pondéré
chacun d’eux par un coefficient.
- La consommation d’eau/personne/jour nous a été donnée de façon approximative, les villageois
n’ayant pas toujours une idée précise de la quantité totale d’eau utilisée par jour. De plus, cette
information n’est pas gage de certitude concernant la suffisance ou non de l’eau dans le village.
Un villageois ayant un élevage de 30 porcs verra sa consommation d’eau grimper en flèche, mais
cela ne signifie pas qu’il y a opulence d’eau dans le village, simplement qu’il a besoin de cette eau
pour faire survivre son activité vivrière. Nous attribuons un coefficient de 1 à ce critère.
- La distance à la source la plus proche est une information importante, donnant une idée
concernant l’approvisionnement en eau du village. Elle mérite un poids plus élevé que le critère
de consommation. Toutefois, cette information est variable, car pendant la saison sèche, la
population peut être amenée à parcourir trois kilomètres jusqu’au forage fonctionnel le plus
proche, alors que pendant la saison des pluies, les puits des villages réalimentés, associés à la
récupération de l’eau de pluie, peuvent suffirent et la distance jusqu’à la source la plus proche
chutera à quelques centaines de mètres. Nous attribuons un coefficient de 2 à ce critère.
- Le nombre d’ouvrages fonctionnels/habitant est l’information clé de notre enquête. Elle illustre
très bien l’accessibilité à l’eau dans chaque village. Nous attribuons un coefficient de 3 à ce
critère.
Cette démarche présente l’avantage supplémentaire, une fois les trois critères additionnés, de nous
fournir une note sur 6.

Classement relatif par critère, avec note en base 11, coefficientée


Consom. Distance Nbre
besoin Projet
Nom eau/pers/j Nom à la Nom Nom d'ouvrage Nom
exprimé existant
r source / hab
Betoe 1,00 Atomé 2,00 Ountivou eau Betoe 3,00 Kpogandji non
Ountivou 0,91 Betoe 1,82 Betoe eau Kpeli 3,00 Hamavou non
Gbokpoe 0,82 Hamavou 1,64 Hamavou eau Ayihoe 3,00 Kpeli non
Homma 0,73 Kpeli 1,64 Kpeli eau Atomé 2,18 Homma non
Kpetoe 0,64 Ayihoe 1,27 Homma eau Hamavou 1,91 Azovou non
Atomé 0,55 Homma 1,09 Ayihoe eau Ountivou 1,64 Ayihoe non
Azovou 0,45 Kpogandji 0,91 Kpetoe eau Homma 1,36 Kpetoe non
Hamavou 0,36 Gbokpoe 0,73 Gbokpoe eau Kpetoe 1,09 Gbokpoe non
Kpeli 0,27 Ountivou 0,55 Kpogandji école Azovou 0,82 Betoe AGAIB
Ayihoe 0,18 Kpetoe 0,36 Azovou école Kpogandji 0,55 Ountivou BID+AGAIB
Kpogandji 0,09 Azovou 0,18 Atomé santé Gbokpoe 0,27 Atomé BID 3
COEFFICIENT DES CRITERES
Consommation 1
Distance à la source 2
Nombre d'ouvrage/hab 3

14
D’après notre analyse, les villages où le problème d’eau est le plus critique sont : Kpeli, Ayihoe,
Hamavou, Kpetoe puis Homma.

6 Résultat de l’inventaire des points d’eau


Les puits, forages et pompes de chaque village ont été répertoriés, géoréférencés et fichés. Le résultat
de cet inventaire est représenté sur les cartes de chaque village. Sur ces dernières, les puits fonctionnels
sont ceux qui comportaient de l’eau lors de notre visite. Cependant nombre de ces puits sont vides lors
de la saison sèche et ceux-ci ne sont donc pas comptés dans le tableau récapitulatif du nombre d’ouvrages
fonctionnels.

Les forages représentés par des triangles orange illustrent des endroits où une entreprise est venue forer,
mais dont le résultat a été négatif. Aucun forage n’a donc pu y être implanté (quantité d’eau insuffisante
ou eau polluée).

6.1 Ountivou

Figure 2 : Inventaire des points d'eau du village de Ountivou

15
Ountivou
Nombre de personnes interrogées 14
Population totale du village 3204
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 32
Distance moyenne à la source la plus proche 386
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 4
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 4
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0012
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) BID et AGAIB

Le village d’Ountivou, chef-lieu du canton du même nom bénéficie d’un forage installé au CEG ainsi que
d’un projet de nouveau forage d’AGAIB. Lorsque ces deux forages seront fonctionnels, l’accessibilité à
l’eau sera un peu améliorée. Il sera construit un château d’eau de 60 m3 de volume pour compléter
l’alimentation en eau d’Ountivou et des villages environnantes (Godohoe, Atomé et Betoe voir les cartes
jointes)

6.2 Betoe

Figure 3 : Inventaire des points d'eau des villages de Betoe et Hamavou

16
Betoe
Nombre de personnes interrogées 12
Population totale du village 428
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 20
Distance moyenne à la source la plus proche 2100
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 0
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 0
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0000
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) AGAIB vient faire un forage dans l’année

Le village de Betoe présente une situation critique. AGAIB y a implanté un forage mais qui n’est pas
encore fonctionnel. L’accessibilité à l’eau potable n’est pas pour autant satisfaite. Ainsi il est prévu une
canalisation d’eau potable provenant du château d’Ountivou vers le village de Bétoe.

6.3 Hamavou
Le village de Hamavou est représenté sur la Figure 3.

Hamavou
Nombre de personnes interrogées 10
Population totale du village 715
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 38
Distance moyenne à la source la plus proche 2000
Nombre de puits existant fonctionnel / village 1
Nombre de forages existants fonctionnels / village 0
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 0.5
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0014
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) non

Le village de Hamavou ne dispose que d’un seul puits à ciel ouvert fonctionnel dont l’eau n’est vraiment
pas claire. Ils pourront également bénéficier des installations de Betoe, mais cela ne sera pas suffisant et
la distance à parcourir est environ 2 à 3 km. Hamavou est le troisième selon notre classement et fait
partie de notre projet. Compte tenu de l’éloignement de ce village par rapport à Ountivou (6 Km) où il
est prévu une mini-adduction, le réseau de distribution ne pourra pas arriver jusqu’à HAMAVOU. Pour
cette raison, il est prévu l’installation d’un forage équipé d’une pompe à motricité humaine.

17
6.4 Kpeli

Figure 4 : Inventaire des points d'eau du village de Kpeli

Kpeli
Nombre de personnes interrogées 4
Population totale du village 879
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 38
Distance moyenne à la source la plus proche 2000
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 0
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 0
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0000
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) non

La situation à Kpeli est particulièrement alarmante. Leurs puits étant tous asséchés, les villageois sont
contraints de marcher un kilomètre jusqu’à la rivière où un trou a été creusé dans le lit asséché afin d’y
trouver une eau boueuse. Ce village est prioritaire pour notre projet et il nous paraît plus que jamais
urgent et nécessaire d’y agir vite. Il n’y a aucun forage existant à réhabiliter et le village est aussi éloigné
par rapport à OUNTIVOU (11 Km) et HOMA (6 Km), nous envisageons donc l’implantation d’un nouveau
forage équipé d’une pompe à motricité humaine.

18
6.5 Homma

Figure 5 : Inventaire des points d'eau du village de Homma

Homma

Nombre de personnes interrogées 20


Population totale du village 3060
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 33
Distance moyenne à la source la plus proche 534
Nombre de puits existant fonctionnel / village 4
Nombre de forages existants fonctionnels / village 2
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 4
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0013
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) Non

Le village de Homa a atteint la même taille que celui d’Ountivou, mais bénéficie de moins de soutien.
Homa dispose d’un grand nombre de puits privés, dont les profondeurs sont généralement semblables
et qui pour la plupart ne donne de l’eau que lors de la saison pluvieuse. Les deux forages équipés de PMH
sont efficaces, mais situés proche l’un de l’autre, obligeant une grande part de la population à parcourir
une grande distance pour trouver l’eau. Il est prévu d’installer un réservoir avec un réseau de distribution
pour alimenter les ménages de ce village ainsi que les villages de Gbokpoe, Kpetoe, Gbètan, Ayihoe et
Azovou.

19
6.6 Atome

Figure 6 : Inventaire des points d'eau du village de Atome

Atome
Nombre de personnes interrogées 2
Population totale du village 1469
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 35
Distance moyenne à la source la plus proche 2500
Nombre de puits existant fonctionnel / village 1
Nombre de forages existants fonctionnels / village 0
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 0.5
Besoin exprimé Santé
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0003
BID 3 pour la
réhabilitation du
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat)
forage en panne d’ici
la fin du mois

La situation actuelle à Atome est critique, mais un forage y a été réhabilité et installé par la BID. Avec
celle-ci, leur situation s’est un peu améliorée. Un projet de mini Adduction d’Eau Potable sera réalisé à
OUNTIVOU pour alimenter ce village afin de compléter ce besoin alarmant d’eau.

20
6.7 Azovou

Figure 7 : Inventaire des points d'eau des villages de Azovou et Ayihoe

Azovou
Nombre de personnes interrogées 5
Population totale du village 1265
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 35
Distance moyenne à la source la plus proche 200
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 2
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 2
Besoin exprimé Ecole
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0016
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) Non

Entre les villages que nous avons visités, Azovou bénéficie de la meilleure situation concernant l’eau.
Mais pas pour autant. Ce village bénéficiera de l’eau potable canalisée depuis le village de Homa (voir
annexe le plan du réseau de distribution).

21
6.8 Ayihoe
Le village d’Ayihoe est représenté sur la Figure 7.

Ayihoe
Nombre de personnes interrogées 4
Population totale du village 500
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 47
Distance moyenne à la source la plus proche 1500
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 0
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 0
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0000
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) non

D’après l’analyse des résultats de l’enquête, on peut voir que le village d’Ayihoe a grandement besoin
d’un projet d’eau. Sachant que les PMH d’Azovou sont utilisées également par les habitants d’Ayihoe,
nous avons jugé de mettre en place un réservoir et un réseau de distribution à Homma pour alimenter
Ayihoe afin de décharger un peu le nombre d’habitant utilisant chaque pompe d’Azovou (voir en annexe
le plan du réseau de distribution).

22
6.9 Kpetoe

Figure 8 : Inventaire des points d'eau des villages de Kpetoe et Gbokpoe

Kpetoe
Nombre de personnes interrogées 4
Population totale du village 1252
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 34
Distance moyenne à la source la plus proche 238
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 1
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 1
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0015
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) Non

La pompe de Kpetoe est maintenant réhabilitée et fonctionnelle. Une pompe fonctionnelle pour une
population d’environ 1300 habitants est insuffisant, nous envisageons canalisée l’eau potable de Homa
vers Kpétoe.

23
6.10 Gbokpoe
Le village de Gbokpoe est représenté sur la Figure 8.

Gbokpoe
Nombre de personnes interrogées 4
Population totale du village 470
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 32
Distance moyenne à la source la plus proche 500
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 1
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 1
Besoin exprimé eau
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0021
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) Non

La pompe du village de Gbokpoe est vieille et bricolée. Les tests de pompage et les analyses microbiennes
et physico-chimiques ont donné des résultats satisfaisants. Nous envisageons alimenter ce village à partir
de la mini-adduction d’eau de HOMA.

6.11 Kpogandji

Figure 9 : Inventaire des points d'eau du village de Kpogandji

24
Kpogandji
Nombre de personnes interrogées 1
Population totale du village 551
Consommation moyenne d'eau journalière / habitant 50
Distance moyenne à la source la plus proche 500
Nombre de puits existant fonctionnel / village 0
Nombre de forages existants fonctionnels / village 1
Nombre total d'ouvrage existant fonctionnel / village 1
Besoin exprimé Ecole
Nombre d'ouvrage / habitant 0.0018
Projets existants d'autres organismes ? (ONG ou Etat) non

Le village de Kpogandji dispose d’une pompe neuve et fonctionnelle. Les villageois ont exprimé la
construction d’une école comme besoin primordial, nous éliminons donc ce village de notre projet.

6.12 Godohoe
Les villageois de Godohoe ont aussi exprimé un besoin en eau. Nous envisageons l’alimenté par un réseau
de distribution provenant du château de Ountivou.

7 Tests géophysiques

7.1 Généralités

Nous avons procédé à quelques tests géophysiques (méthode géoélectrique) avec des sondages
électriques et trainé électrique. Le résistivimètre utilisé est un ABEM modèle S300 avec sa batterie
intégrée. Cet équipement est solide et léger mais manque de puissance pour des résistivités très
importantes.

7.2 Sondages électriques

Les deux sondages électriques indiquent clairement l’existence d’un substratum extrêmement
résistant, traduit par la forte pente du début de courbe (Figure 10). Dans le contexte géologique local il
s’agit des gneiss du socle. Celui-ci est surmonté par des altérites latéritiques.

25
SEV N° 2 Ountivou
10000

Log Intensité x K
1000
100
10
1
0,1 1 10 100
AB / 2

Figure 10 : Résultat du sondage électrique

7.3 Trainé électrique

Le trainé électrique a pour but de localiser des anomalies créées par des fractures du socle. Ces
fractures peuvent être aquifères. Pour tester la méthodologie nous avons enregistré un profil de 230 m
sur la piste entre Betoe et Hamavou.

Hamavou trainé électrique


201
Résistivité apparente

151

101

51

1
28 33 38 43 48 53
Station (espacement 10 m)

Figure 11 : Résultat du trainé électrique

8 Essais de pompage
Afin de tester la capacité des nappes et le débit exploitable, les trois sites que nous désirons réhabiliter
(Azovou, Kpetoe et Gbokpoe) ont été testés. Pour ce faire, une électropompe submersible multi-étage
alimentée par un groupe électrogène a été utilisée et un pompage de deux heures a été effectué avec un
débit constant. Ensuite la remontée a été observée pendant deux heures également.

Les débits d’exploitation ont pu être déterminés en mesurant le temps nécessaire pour remplir un volume
connu. Cette procédure a été réalisée régulièrement pendant le pompage afin de vérifier la constance du
débit.

On trouve la théorie des tests de pompage en Annexe.

26
Nous avons premièrement effectué un test dans un forage privé à Ountivou afin de vérifier la
fonctionnalité du matériel. Le débit d’exploitation était de 3 m 3/h et les niveaux dynamiques observés
sont représentés dans les figures suivantes.

Ensuite nous avons de même sur les trois forages que nous voulons réhabiliter. Pour cela, nous avons fait
appel à l’artisan-réparateur responsable des pompes des villages concernés, qui a retiré les pompes
manuelles actuelles avant l’essai, puis les a remis en place après notre passage. Pour la mise en place de
la pompe électrique, un technicien était responsable de cet aspect technique.

Pompage à débit constant (Ountivou)


Temps (s)
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000 8000
0,00
5,00
Niveau dynamique (m)

10,00
15,00
20,00
25,00
30,00
35,00

Remontée
Temps (s)
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000
0,00

5,00
Niveau dynamique (m)

10,00

15,00

20,00

25,00

30,00

35,00
Figure 12 : Essai de pompage à Ountivou

27
8.1 Résultats des tests de pompage

8.1.1 Azovou

Pompage à débit constant Analyse de l'essai à débit constant


Temps (s) Log temps (s)
0 2000 4000 6000 8000 1 2000
10 10

Niveau dyamique (m)


Niveau dyamique (m)

11 11

12 12

13 13

14 14

Essai de remontée Analyse de la remontée


Temps (s) Log temps (s)
0 1200 2400 3600 4800 6000 1 1500
10 10
Niveau dyamique (m)

Niveau dyamique (m)


11 11

12 12

13 13

14 14

28
8.1.2 Gbokpoe

Pompage à débit constant Analyse de l'essai à débit constant


Temps (s) Log temps (s)
0 2000 4000 6000 8000 10000 1 2000
8 8
Niveau dyamique (m)

Niveau dyamique (m)


10 10

11 11

13 13

14 14

Essai de remontée Analyse de la remontée


Temps (s) Log temps (s)
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 1 10 100 1000 10000
8 8
Niveau dyamique (m)

Niveau dyamique (m)


10 10

11 11

13 13

14 14

29
8.1.3 Kpetoe

Pompage à débit constant Analyse de l'essai à débit constant


Temps (s) Log temps (s)
0 2000 4000 6000 8000 1 2000
10 10
12 12
Niveau dyamique (m)

Niveau dyamique (m)


14 14
16 16
18 18
20 20
22 22

Essai de remontée Analyse de la remontée


Temps (s)
Log temps (s)
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000
1 1250
10
10
12
Niveau dyamique (m)

Niveau dyamique (m)


12
14
14
16
16
18
18
20
22 20
22

30
8.2 Analyses des tests de pompage
8.2.1 Azovou
Le débit d’exploitation est de 4,3 m³/h et celui-ci est resté stable tout au long de l’essai. Cependant nous
observons sur le graphique logarithmique du pompage que la courbe tend vers une augmentation
graduelle du rabattement. Ceci n’est pas un signe encourageant. Il faut cependant noter que cet essai a
été réalisé dans un forage abandonné depuis de nombreuses années et que la profondeur était de 19,90
mètres seulement. Le forage s’est en effet en partie rebouché et devra être creusé plus profondément à
nouveau pour la réhabilitation.

8.2.2 Gbokpoe
Le débit d’exploitation est de 4,5 m³/h, il reste constant tout au long de l’essai.
Le graphique logarithmique laisse suposer que l’on tend bien vers un équilibre et que la nappe a la
capacité de fournir un tel débit sur une longue durée. Ceci est encourageant pour la réhabilitation de ce
forage.

8.2.3 Kpetoe
Le débit de pompage reste stable et est de 4,2 m³/h.

Le graphique logarithmique semble montrer une diminution graduelle du rabattement. Ce qui est positif.
Un équilibre semble également avoir été atteint dans ce cas-là.

8.3 Conclusion des tests de pompage


Des résultats intéressants ont été observés pour les forages de Gbokpoe et Kpetoe. Mais les débits de ces
forages sont très insuffisants pour satisfaire les besoins en eau des ménages des 6 villages. Or, il existe à
HOMA et à Azovou 4 forages à débits puissants. Pour cette raison nous envisageons effectuer des
soufflages (pour approfondir les nappes) et des tests de pompage sur les 4 forages (les 2 forages de Homa
et les 2 autres d’Azovou) afin d’être sûr de leur compatibilité avec la pompe.

9 Analyse microbiologique et physico-chimique


Afin de s’assurer de la qualité de l’eau des forages, les analyses bactériologiques et physico-chiques ont
été réalisées pour les forages d’Azovou, de Gbokpoe et de Kpetoe (voir en annexe les résultats de ces
analyses).

9.1 Gbokpoe
Un échantillon d’eau du forage n° PVH-DHEU a été prélevé par les soins de l’équipe d’AFRICAVENIR selon
les directives données par le laboratoire de l’ESTBA pour l’analyse microbiologique et physico-chimique de
Gbokpoe. Cet échantillon a été analysé et déclaré acceptable par rapport à la flore aérobie mésophile puis
de qualité satisfaisante aux autres germes recherchés. Quant à l’analyse bactériologique, l’eau a une
minéralisation (salinité) moyenne. Elle présente des caractéristiques organoleptiques et chimiques
acceptables. Les résultats de ces 2 analyses sont présentés en annexe.

9.2 Azovou et Kpetoe


Les analyses d’eau des forages n° IRH 2-5791 d’Azovou et n°IRH-2- 4620 de Kpetoe ont été effectuées par
la Direction de l’Hydraulique Atakpamé à travers une société Newtec/projet EBOMAF depuis avril 2015.
Les résultats de ces analyses sont en annexe.

31
9.3 Analyses bactériologiques et physico-chimiques à réaliser
Après avoir réalisé les tests de pompage des forages de HOMA et d’Azovou, les analyses bactériologiques
et physico-chimiques de l’eau seront également effectuées pour s’assurer de la qualité de l’eau. S’il
advienne que la qualité de l’eau est mauvaise, il est prévu des traitements nécessaires pour la bonne
qualité de l’eau.

B-ETAT DES LIEUX DE L’ASSAINISSEMENT

1 Période de réalisation de l’étude


Cette deuxième étude s’est déroulée en fin de saison pluvieuse, du 14 au 31 Octobre 2016 avec donc des
problèmes d’eau moins graves par rapport à la période de la première mission. Mais des besoins en
assainissement très importants.

2 Equipe d’intervention
AFRICAVENIR avait soumis au programme ASA en Allemagne un projet de faisabilité sur la production de
biogaz et d’engrais liquide. Ce projet a été retenu et 2 volontaires ASA sont arrivées soutenir l’association.
Nous avons estimé d’associer l’aspect traitement des déchets de ce projet de biogaz à l’assainissement de
notre projet hydraulique. Pour ce faire, une enquête s’avère indispensable afin de faire un diagnostic de
la situation hygiénique dans les villages. Une équipe s’est alors formée et composée de :
Prénom, NOM Institution Compétence

Stanislas AFAN AFRICAVENIR Directeur Exécutif de l’ONG


Chef Programme d’Education et de
Tchilabalo SIOU AFRICAVENIR
Promotion des TIC
Sophie BRAUN ASA Et. communication

Maj KRAUS ASA Et. environnement

Medesoundo AFAN AFRICAVENIR Animateur

Yaho AFAN AFRICAVENIR Animateur

Fawougan Assouvi AFRICAVENIR Animateur

3 Les objectifs de l’étude

3.1 Vision de l’étude


L’étude vise à faire
- Une reconnaissance du terrain
- Une rencontre avec la population,
- Des enquêtes sur les besoins des communautés en matière d’eau et d’assainissement
32
- Un recensement des infrastructures d’eau et d’assainissement (puits, forages et latrines publiques
ou privées)
- Identification des comportements à risque sur le plan de l’hygiène.

3.2 Objectifs de l’étude


Cette étude a pour objectifs de :

- Utiliser la géophysique pour déterminer l’emplacement des zones aquifères.


- Identifier les zones où les problèmes d’hygiène se posent avec acuité.
- Identifier les types d’élevage qui représentent un danger pour la qualité de l’eau
- Identifier les comportements à risques dans les ménages
- Quantifier la déforestation
- Rechercher des fonds, planifier et accompagner la population dans la mise en place de
nouveaux forages et de systèmes d’Adduction d’Eau Potable (AEP).
- Sensibiliser les populations sur la valeur et la gestion de la ressource « Eau ».
- Sensibiliser les communautés sur l’assainissement de leur environnement

4 Matériel mis en œuvre et lieux de diagnostic


Pour cette deuxième étude nous avons utilisé un GPS Garmin etrex (qui nous a été loué) et un téléphone
portable avec GPS intégré (amené de l’Allemagne par les étudiantes ASA) afin de déterminer la position
des latrines et autres lieux de défécation à l’air libre. Nous avons utilisé aussi deux appareils photo
numériques pour les prises de vue, 1 voiture Pickup de marque Ford 4X4 et une moto de type Honda.
Afin d’avoir une appréhension sur l’assainissement de chaque village, les lieux de diagnostic suivants ont
retenu notre attention : douches, latrines, cuisines, écoles, centres de santé, lieux de défécation à l’air
libre, place de l’élevage et marché. Une photo de chaque endroit a été prise. Les comportements à risque
ont été aussi observés.

5 Processus de réalisation des enquêtes dans les villages


Dans le but de trouver des solutions aux problèmes d’assainissement dans ces villages, nous avons jugé
bon de réaliser des enquêtes à travers un questionnaire afin de déterminer globalement la situation de
l’hygiène dans chaque village. Ce questionnaire contient beaucoup plus de questions que le premier
questionnaire utilisé lors de la prospection hydrogéologique (voir le questionnaire en annexe). En plus, il
est beaucoup plus représentatif, parce que le nombre de personne interviewé est proportionnel au
nombre d’habitant de chaque village. Nous avons interviewé 1 personne sur 250 habitants de chaque
village. Ainsi donc pour chaque village, le nombre suivant de personnes a été interviewé.

OUNTIVOU: 12 ATOME: 6 AYIHOE: 2 AZOVOU: 5

BETOE: 2 HAMAVOU: 3 HOMA : 12 GBOKPOE: 2

KPELI: 4 KPETOE: 3 KPOGANDJI: 2

Afin de déterminer le quartier, la rue ou la personne (femme ou homme) à interviewer, nous avons
procédé à une méthode aléatoire consistant à faire un tirage au sort à travers une pièce de monnaie jetée.
Nous mettons la personne interviewée en confiance en lui indiquant que les informations qu’elle fournit
ne seront pas divulguées. Nous faisons également en sorte que personne d’autre ne soit présent ou ne
33
suive la conversation. Cette disposition est nécessaire afin de permettre à la personne interviewée de ne
pas cacher les informations que les villageois jugent discrètes (le montant de ses revenus par exemple).

Ces enquêtes ont été complétées par une recherche documentaire auprès de Plan TOGO (Plan d’Action
Villageois), des Unités de Soins Périphériques de Ountivou et de Homa (données de la population de 2016)
ainsi que de l’Institut National de la Statistique, des Etudes Economiques et Démographiques (données sur
le nombre de ménages par village et de la taille moyenne des ménages de la Région des Plateaux, issues
du Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2010). Nous avons aussi recensé dans chaque
village les personnes d’influence/ les plus écoutées, les infrastructures et les organisations existantes.
Nous avons également eu des rencontres avec les organisations intervenant dans le canton telles que
l’UNICEF, Plan TOGO et la Croix Rouge Togolaise à Atakpamé.

Au total 7 personnes ont participé à ces enquêtes dont 5 sont capables de parler l’Adja, la langue des
villageois. Nous avons constitué 2 équipes de 3 personnes. La 1ère personne pose les questions, la 2ème
personne sert d’interprète tandis que la 3ème personne observe attentivement les lieux de la concession,
les comportements à risque et prend les photos (cuisine, douche, lieux de défécation, élevage, etc.).

6 Démarche d’interprétation des résultats


Les résultats des questionnaires ont été compilés sur ordinateur à l’aide d’un logiciel de statistique libre,
PSPP puis transféré sur Excel. Notons que l’informatisation de ces données, les résultats et leur
interprétation nous ont pris plus beaucoup de temps que prévu.

7 Résultats des enquêtes et leur interprétation

7.1 Langue parlée des personnes interviewées


Au total 53 personnes ont été interviewées dont 30 femmes (56,6%) et 23 hommes (43,4%). 590 personnes
habitent dans les ménages interviewés dont 273 femmes (46,3%) et 317 hommes (53,7%). 100% des
personnes interviewées parlent l’Adja, la langue locale. Par conséquent :

 Les personnes impliquées dans la sensibilisation à l’hygiène et à l’assainissement doivent


maîtriser la langue Adja.

7.2 Nombre de personne disposant d’un moyen de communication

Taux de personne disposant d'un moyen de Avec 66%, le téléphone portable est
communication le moyen de communication dont la
plupart des ménages interviewés
disposent suivi de la radio 35,8 % et
Télévision de la télévision 15,1%.
35,8%
Télephone Par conséquent :
Radio Télephone
 Pour atteindre les villageois,
15,1 66 Radio
les messages par SMS ou par radio
Télévision avec des émissions-débats seraient
les outils les plus efficaces.

34
 Toutefois, le niveau d’éducation Niveau d'education des personnes
étant faible, (57% des personnes 5 interviewées
interviewées sont sans éducation 9%
comme l’indique le graphique ci-contre)
Sans Education
une communication orale (entretiens à
domicile) est le mieux adapté pour
Education
atteindre l’ensemble des villageois. 17 prèscolaire
 Et les matériels à utiliser dans une 32%
30
57% Primaire
sensibilisation doivent se baser sur des
images ; étant donné que la majorité des
Secondaire
villageois ne sait pas lire et/ou écrire.
1
2%

7.3 Les responsables de l’élevage

Responsables pour l'élevage par ménage


2 1 1
2
4% 2% 2%
4% Femme(s)
4 Homme(s)
8% 19
Homme(s) et femme(s)
40%
Tous
9
19% Enfants
10 Femme(s) et enfants
21%
Autres

Dans 40% des ménages interviewés, les femmes sont les plus responsables de l’élevage tandis que les
hommes sont responsables de l’élevage seulement dans 21% des ménages.

14 Responsables pour l'élevage et par type d'élevage


12

10

0
Moutons Chèvres Poulets Cochons Canards Pintardes

Homme(s) Femme(s) Enfants Autres Tous Homme(s) et femme(s) Parent(s) Femme(s) et enfants

Pour l’élevage des chèvres, les femmes sont les plus responsables suivis de l’élevage des poulets, des
porcs et des moutons.
Ces deux graphiques ci-dessus montrent que la majorité des femmes sont les responsables de l’élevage
dans les ménages interviewés et ce, dans tous les villages.
35
7.4 Les principaux décideurs des revenus dans les ménages

Decideur pricipal du ménage


Decideur des revenus de l'agriculture
2 2
1 1 2
4% 4% 1
2% 2% 4% Homme
2%
Homme Femme
Femme
15 14 Èpouse/epoux du
Mari et sa femme
28% 27 28%
chef de ménage
51% Grand-père 28 Mari et sa femme
Fils
56%
6 Grand-père
Beau-pére
11%
2 Ensemble
4% 2
4% Autre

Decideur des revenus d'élevage


1 2
1 4%
2%
2%

Homme
Femme
12
Èpouse/epoux du chef de ménage
26%
24 Mari et sa femme
51%
Ensemble
Autre
4 Individuell
3 9%
6%

Avec 51%, les hommes sont les principaux décideurs pour des questions d’ordre général. De plus 56% et
51% des ménages interviewés affirment que les hommes sont les décideurs respectivement des revenus
de l’agriculture et de l’élevage.
Or, les femmes étant les plus responsables de l’élevage n’ont pas le pouvoir de décision sur les revenus.
Ces résultats mettent en évidence l’existence de groupes marginalisés que constituent les femmes et les
enfants.

36
 Par conséquent, pour toute intervention, il faut s’adresser aux principaux décideurs sans oublier
les femmes et les enfants.

7.5 Types d’aisance dans les villages

Type d'aisance pour tous les membres de ménages interrogés


15
91 3%
15%
Défèquent à l'air libre
61 Latrine privée
10%
Latrine publique
423
72% Autres

Ce graphique montre que la majorité des personnes habitant dans les ménages interviewés défèque à l’air
libre. Plus de deux tiers des ménages interrogés (72%) défèquent à l’air libre ce qui correspond à 423
personnes. 61 personnes appartenant à 10% des ménages interrogés utilisent des latrines privées. 15%
des ménages interrogés utilisent des latrines publiques ce qui correspond à 91 personnes. Les 3 % restants
correspondent à un seul ménage qui a indiqué d’utiliser sa propre construction de toilette.

Type d'aisance par ménages et par village


100%
75%
50%
25%
0%
Gb Ou Kpo Ha Autres
Ato Ayi Azo Bet Ho Kpt Kpe
ekp ntiv gan ma Latrine publique
mé hoe vou oe ma oe li
e ou dji voe
Latrine privée
Autres 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 50,0 0,0 0,0 0,0
Latrine publique 0,0 0,0 40,0 0,0 0,0 0,0 50,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Défèquent à l'air libre
Latrine privée 33,3 0,0 0,0 0,0 0,0 8,3 8,3 0,0 0,0 0,0 0,0
Défèquent à l'air libre 66,7100,060,0100,0100,091,7 41,7 50,0100,0100,0100,0
Villages

Atomé est le village où il y a plus de latrines privées. Mais la plupart des ménages pratique la DAL.
Dans les villages d’Ayihoe, Betoe, Gbekpe, Kpetoe, Kpeli et Hamavou, tous les ménages interviewés
défèquent à l’air libre.
Dans les villages d’Ountivou et d’Azovou on utilise des latrines publiques construites par la Croix Rouge.
Néanmoins, un peu plus de la moitié des ménages interviewés défèque toujours à l’air libre.
Par conséquent :
 Il est nécessaire que chaque ménage construise sa propre latrine selon ses moyens afin de
rompre la transmission des germes.

37
7.6 Nombre de personnes pratiquant la DAL

NOMBRE DE PERSONNE(APPARTENANT AUX MÉNAGES INTERVIEWÉS) DÉFÉQUANT À


L'AIR LIBRE PAR VILLAGE ET LA QUANTITE DE MATIÈRES FÉCALES DÉFÉQUÉES.
(EN TONNES/AN)

6; Hamavou ; 31 5; Atomé ; 25
4; Ayihoé; 21

11; Kpeli; 61 6; Azovou; 31

2; Betoe; 12

3; Kpetoe; 18 3; Gbokpoe ; 19

2; Kpogandji ; 10

18; Homa ; 100


17; Ountivou; 95

Si l’on considère que chaque personne défèque quotidiennement 0,5 kg de matières fécales, on arrive à la
conclusion que les 423 personnes appartenant aux ménages interviewés laissent dans la nature au total
77 tonnes de matières fécales par an.
Ces chiffres donnent une idée beaucoup moins grave de la quantité réelle de matières fécales jetées dans
la nature dans chaque village. Cette situation a des impacts sur la qualité de l’eau. Par conséquent :

 Ce graphique insiste une fois encore sur la nécessité de mettre en place des latrines dans chaque
ménage afin de réduire la transmission des germes.

38
7.7 Les infrastructures d’eau utilisées

Infrastructures d'Eau utilisees


Eau publique
Eau superficielle
1%
10%

Autre
14%

Puits traditionnel
54%

Puits foré
21%

Puits traditionnel Puits foré Autre Eau superficielle Eau publique

Plus de la moitié (54%) des ménages interrogés utilise l’eau des puits traditionnels.
Or, l’eau issue des puits traditionnels à ciel ouvert, constitue un vecteur facilitant la transmission des
maladies hydriques.

7.8 Traitement de l’eau

Traitement de l'Eau
2% 2%
2%
4%
Pas de traitement

11% Addition de chlore


Addition d'iode
Faire bouillir
Filtre à eau
79%
Autre

De plus, 2/3 des ménages (79%) ne traitent pas l’eau comme le montre le graphique ci-dessus.
Or, l’eau non traitée constitue également un vecteur facilitant la transmission des maladies diarrhéiques.
 Par conséquent, pour réduire la transmission des germes, il est convient de mettre en place un
système de traitement de l’eau ou rapprocher les infrastructures d’eau des usagers afin de
préserver la qualité de l’eau durant l’exhaure.

39
7.9 Ménages affectés par les maladies

Pourcentage de ménages affectés par une maladie ou blessure

40
35
30
25
20
15
10
5
0
Ménages avec au mois une Pas de maladies/blessures
maladie grave ou aucune indication

Dans plus de 60% des ménages, une ou plusieurs personnes était affectée par une maladie.

 Pour réduire le nombre de personnes affecté par les maladies hydriques, il faut améliorer la
situation de l’eau et de l’assainissement dans les villages.
Traitement recherché
1 2
3 3% 6%
8%
Centre de santé
3 Guérisseur traditionnel
8%
Médicin consulté
Traitement à la domicile
27
75% Rien

¾ des personnes issues des ménages interviewés vont aux 2 centres de santé pour se faire soigner.
Or, il n’y a que 2 centres de santé (pour tout le canton d’environ 50 villages) dont les capacités d’accueil
sont très limitées.
 Par conséquent, il conviendrait de mettre en place des centres de santé dans certains villages
afin d’améliorer la couverture sanitaire.

40
7.10 Nombre de personnes disposant d’un moyen de transport

POURCENTAGE DE PERSONNES DISPOSANT D'UN MOYEN DE


TRANSPORT
Voiture
Bicyclette
0%
4%

Min. un moyen
Vélomoteur
du transport
4%
5%

Tracteur
0%
Total
87%

Seulement 5% des personnes appartenant aux ménages interviewés disposent d’au moins 1 moyen de
transport.

 En conclusion, étant donné que peu de gens dispose d’un moyen de transport, il convient de
rapprocher les infrastructures d’eau, de santé, d’école ainsi que les marchés de la population.

7.11 Nombre de ménage qui élève des animaux

Breeding types
50 44

40
33
30

20 14 12
10
2 1 1
0
Poulets Chèvres Moutons Cochons Canards Pintades Chiens

Menages faisant l'élevage

Selon le graphique ci-dessus, 44 élèvent des poulets (81,5%), 33 (61,1%) des chèvres, 14 (25,9%) des
moutons, 12 (22,2%) des cochons. Ce qui équivaut à 174 personnes au total qui élèvent ces animaux.
Seulement 2 ménages (3,7%) élèvent des canards, 1 ménage (1,9%) des pintades et 1 ménage (1,9%) des
chiens.

En général, les femmes sont plus responsables pour l’élevage que les hommes. Les enfants sont plus
responsables pour des poulets, pendant que les autres animaux sont réservés aux adultes
La répartition des tâches entre femme et homme est équilibrée pour ce qui concerne l’élevage des poulets.
Il y a aussi des familles dans lesquelles chaque personne s’occupe des animaux
En général, les hommes ont tendance à s’occuper des cochons.

41
Nombre d'éleveurs par village
80 58
60 41
40 21
12 5 8 12 12
20 1 2 2
0

Des 53 ménages interrogés 49 font l’élevage soit 92%.


 En conclusion, l’élevage est une activité à soutenir pour chaque ménage. Il faut pour cela
prendre en compte les principaux animaux les plus élevés dans les villages à savoir : volailles,
caprins, porcins et ovins

7.12 Les habitations des animaux

Utilisation d'abris par village


100%
50%
0%

VILLAGE

Eleveurs sans abri Eleveurs avec abri

À Atomé, Betoe, Gbokpoe et Hamavou, tous les ménages interrogés ne disposent pas d’abris
À Ayihoe et Kpogandji la moitié des ménages interrogés utilisent des abris
À Azovou, Homa Kpetoe et Kpeli, le pourcentage des ménages avec abris varie entre 20 et 40 %
Ountivou est le village avec le plus petit nombre d’abris.

 Pour toute intervention dans le domaine de l’élevage, la construction d’habitats aux animaux
est prioritaire pour la qualité de l’eau (réduction de la contamination).
 Cette construction d’habitats est tout autant nécessaire afin de faciliter la collecte des déchets
animaux dans la production du compost, du biogaz, d’engrais liquide ou engrais bio.

7.13 Nombre d’éleveurs prêts à construire des habitats

NOMBRES D'ELEVEURS PRÊTS À CONSTRUIRE UN


ABRI

Prêts de construire Pas prêts de construire

1 38 5

0% 20% 40% 60% 80% 100%

Ici nous voyons que la majorité des éleverus sont prêts à construire des habitats.
 Par conséquent le soutien à apporter doit s’adresser aux éleveurs qui sont disponibles pour
construire des habitats à leurs animaux.

42
7.14 Moyens dont disposent les éleveurs

Moyens dont disposent les eleveurs prêts à construires des habitats à


leurs animaux

J'ai les matériels pour


9% construire
9%
Je n'ai pas l'argent ou les
matériels pour construire
26% 56% J'ai l'argent pour construire

Aucune Indication

Plus de la moitié des éleveurs prêts à construire des habitats dispose du matériel de construction
(sable, bois, pailles, etc.).
 Il faut trouver un mécanisme qui va nécessiter l’utilisation de ces matériels et moins d’argent

7.15 Infrastructure vétérinaire

Infrastructure vétérinaire

20 24 Véterinaire exsistant
Pas de véterinaire

0% 20% 40% 60% 80% 100%

92% des ménages font l’élevage mais plus de 50% des ménages ont indiqué qu’’il n’y a pas de services ni
de pharmacie vétérinaire dans les villages. Par conséquent :

 Il est nécessaire, en soutenant l’élevage, de former les éleveurs en matière de pratiques


vétérinaires et de mettre en place une pharmacie vétérinaire pour tous les éleveurs du canton.

43
7.16 Utilisation des déjections animales

UTILISATION DES DÉJECTIONS ANIMALES

Je les vends
Rien 2%
8%
Je les utilisent
pour la
production
agricole
6%

Je les jettent
dans les
dépotoirs
84%

La plupart des personnes interrogées (84%) jettent les déjections dans les dépotoirs. 3 ménages de 49
(6%) les utilisent pour la production agricole. 1 ménage les vend (dans ce cas au Benin). 8% ne font rien
avec les déjections animales.
Toutes les possibilités d’utilisation des déjections ne sont pas exploitées dans les villages étudiés. Par
conséquent :

 Il conviendrait de mettre en place des systèmes d’exploitation ou de traitement des déjections


animales (biogaz, engrais liquide, électricité, etc..).

7.17 Consommation d’animaux par ménage

Consommation d'animaux par ménage/an

12,6
11,1
10,0
6,4 6,7
4,4 5,2 4,4
1,2 3,4 1,0 3,3 2,0 1,5

POULETS CHÈVRES MOUTONS COCHONS CANARDS PINTADES

Quantité moyen des animaux par éleveur/ménage au moment d'interrogation


Moyen des animaux consommés par éleveur/menage/an
Moyen des animaux vendu par éleveur/ménage/an

Ce graphique indique que la majorité des ménages n’élève pas les animaux pour la consommation mais
pour la vente en cas de difficultés financières

44
7.18 Revenus d’élevage

LE REVENU D'ÉLEVA G E PAR M ÉNAGE (/ANNÉE)


6
5
4
3
2
1
0

Par rapport aux revenus agricoles, les revenus d’élevage ne représentent qu’un cinquième. Cela confirme
l’hypothèse selon laquelle l’élevage sert comme réserve en cas d’urgence ou de soudure. Par conséquent :

 Il convient de soutenir les ménages d’éleveurs pour augmenter leurs revenus afin de leur
permettre d’améliorer l’assainissement de leur milieu, de payer les factures d’eau, les soins de
santé, les frais scolaires des élèves, etc.

7.19 Agriculture

Nombre de personne faisant l'agriculture par village


60

50 Total ; 50

40

30

20
Atome ; 5 Azovou; 4 Homa; 11 Ountivou; 12 Kpeli ; 4
10
Kpogandji; 2 Hamavou; 3
0
0 Ayihoe ; 22 Betoe ;42 Gbokpe 6; 2 8 10 12 14
-10 Kpetoe; 3

Ce graphique montre que la majorité des personnes interviewées sont des agriculteurs

7.20 Type de culture par ménage

type de cultures par mènage et leur importance


Palmier
Oignions
Sorts indiques comme les plus
Coton importantes
Tomates Sorts cultivés par menage
Manioc
Mais
0 10 20 30 40 50 60

45
Les produits cultivés le plus souvent sont le maïs, les haricots, les arachides et le manioc et ce, par presque
tous les ménages. Il est frappant de constater que les produits qui sont classés comme importants ne sont
pas forcément ceux qui sont cultivés le plus souvent.

Cela s’explique par le fait que certains produits sont destinés à la consommation et d’autres à la vente. Par
exemple, les haricots sont cultivés par presque tous les ménages mais ils ne sont pas aussi souvent vendus
que le maïs ou les arachides.

7.21 Quantité d’engrais


35
Quantité d'intrants par hectar (ménage/an)
30

25

20

15

10

0
90,1 - 95

260,1 - 265
10,1 - 15
20,1 - 25
30,1 - 35
40,1 - 45
50,1 - 55
60,1 - 65
70,1 - 75
80,1 - 85

100,1 - 105
110,1 - 115
120,1 - 125
130,1 - 135
140,1 - 145
150,1 - 155
160,1 - 165
170,1 - 175
180,1 - 185
190,1 - 195
200,1 - 205
210,1 - 215
220,1 - 225
230,1 - 235
240,1 - 245
250,1 - 255

270,1 - 275
280,1 - 285
290,1 - 295
0,1 - 5

Ces quantités d’intrants déverser dans les champs constitue une grande pollution pour la qualité de l’eau.
Ces quantités d’intrants vont probablement augmenter dans les années futures. D’ailleurs des teneurs en
nitrates supérieures aux normes au Togo sont constatées sur 2 forages à Ountivou

 Il convient de réduire cette quantité d’intrants et, par la même voie, le coût d’intrant en
introduisant l’utilisation d’engrais liquide, engrais bio ou le compost afin de garantir la qualité
de l’eau dans les villages.

7.22 Coût des intrants


18
16
Coûts des intrants par hectar (FCFA/an)
14
12
10
8
6
4
2
0

Engrais (FCFA/ha) Herbicide (FCFA/ha) Pesticide (FCFA/ha) Total FCFA/ha

46
0
1
2
3
4
5
0
1
2
3
4
5
6
7
8

10
15
20

0
5
0,1- 5000 0,1 - 5000
0,1 - 250
25000,1-… 30000,1 - 35000
50000,1-… 500,1 - 750 60000,1 - 65000
75000,1-…
1000,1 - 1250 90000,1 - 95000
100000,1…
125000,1… 1500,1 - 1750 120000,1 - 125000

augmentés.
150000,1… 150000,1 - 155000
2000,1 - 2250 180000,1 - 185000
175000,1…
200000,1… 2500,1 - 2750 210000,1 - 215000
225000,1… 240000,1 - 245000
3000,1 - 3250
250000,1… 270000,1 - 275000
275000,1… 3500,1 - 3750 300000,1 - 305000
300000,1…
4000,1 - 4250 330000,1 - 335000

7.23 Les revenus agricoles


325000,1…
360000,1 - 365000
350000,1… 4500,1 - 4750
375000,1… 390000,1 - 395000
400000,1…
5000,1 - 5250 420000,1 - 425000
425000,1… 5500,1 - 5750 450000,1 - 455000
450000,1… 480000,1 - 485000
475000,1… 6000,1 - 6250
510000,1 - 515000
500000,1… 6500,1 - 6750 540000,1 - 545000
525000,1… 570000,1 - 575000
550000,1… 7000,1 - 7250
600000,1 - 605000
575000,1… 7500,1 - 7750 réduit. Ce qui va améliorer la situation économique des ménages. 630000,1 - 635000
600000,1…
625000,1… 8000,1 - 8250 660000,1 - 665000
650000,1… 8500,1 - 8750 690000,1 - 695000
675000,1…
700000,1… 9000,1 - 9250

Le revenu d'agriculture par ménage


Côut des intrants par unité (kg ou l)
725000,1… 9500,1 - 9750
750000,1…
775000,1…
Coûts des intrants par menage (FCFA/an)

800000,1…
825000,1…
850000,1…
Côut intrants tôtal

875000,1…
Côut engrais/kg
Côut herbicide/l
Côut engrais/menage

Côut pesticides/l

900000,1…
Côut herbicide/menage
Côut pesticides/menages

925000,1…
En réduisant la quantité d’intrants chimiques, le coût correspondant aux intrants utilisés sera également

 En utilisant l’engrais bio, la quantité d’intrant chimique utilisée sera réduite ainsi que le coût

47
d’intrants chimiques correspondant. Par conséquent les revenus des ménages seront
Moyenne réduite : 141599, 55 FCFA
1/5 des revenus agricoles est dépensés pour payer les intrants agricoles.
La plupart des ménages ont des revenus annuels inférieurs à 265.000 FCFA. Ce chiffre est beaucoup
largement inférieur au seuil de pauvreté au TOGO. Par conséquent :
 Les revenus des ménages seront améliorés en utilisant les engrais bio

7.24 Contraintes liées à l’agriculture

Les contraintes pour l'agriculture indiquées par les villageois

Sécheresse 4
3
Manque de crédit 10
Manque de semence
14 35
Manque de formation
Manque de main d'oeuvre
14
Manque d'intrants
Incidence des pestes et maladies 15 33
Manque de terre 15
Autres

35 des 53 ménages interrogés ont indiqué la sécheresse comme étant la contrainte pour la production
agricole.
Il faut dire que les années 2014- 2015 ont été marquées par une grande sécheresse dans la région comme
le confirme le graphique du contexte. Et ce problème de sécheresse pourrait s’aggraver durant les
prochaines années à cause du réchauffement climatique.

 Il convient de développer une stratégie de gestion des forêts afin d’améliorer la question de
sécheresse.

7.25 Sources d’énergie

Sources d'énergie utilisée dans les ménages

9%
Bois
36% 55%
Bois et charbon de bois
Charbon de bois

Ce graphique montre qu’il y a une grande dépendance des ressources forestières. La déforestation ou et
l’abattage des bois pour la fabrication du charbon et du bois de chauffe conduit à la sécheresse.
Par conséquent :
 Il faut remplacer l’utilisation du bois et du charbon de bois par d’autres sources d’énergie
renouvelable comme par exemple l’utilisation du biogaz ou de l’énergie solaire.

48
DISTANCE (ALLER-RETOUR) POUR CHERCHER DU BOIS

Distance <=2 km
9%

Distance >5 km Distance 3-5 km


53% 38%

Ramasser du bois demande beaucoup de temps et d’énergie. La distance à parcourir augmentera dans les
années à venir si la déforestation prend davantage d’ampleur. Par conséquent :
 L’exploitation d’autres formes d’énergies renouvelables (le biogaz ou l’énergie solaire par
exemple) permettra de réduire cette énergie et ce temps aux femmes qui sont chargées de cette
corvée.

7.26 Coût d’énergie

15 Côut d'énergie (F-CFA/mois)


10
5
0
12000,1 -…
15000,1 -…
18000,1 -…
21000,1 -…
24000,1 -…
27000,1 -…
30000,1 -…
33000,1 -…
36000,1 -…
39000,1 -…
42000,1 -…
45000,1 -…
48000,1 -…
51000,1 -…
54000,1 -…
57000,1 -…
60000,1 -…
63000,1 -…
66000,1 -…
69000,1 -…
72000,1 -…
75000,1 -…
78000,1 -…
9000,1 -…
3000,1 - 4000
6000,1 - 7000
0,1 - 1000

Le coût moyen par mois est d’environ 8400 FCFA par ménage. Soit environ 100 000FCFA par an. Ce qui
représente un montant énorme pour les ménages. Ce coût va augmenter sûrement les années à venir si
rien n’est fait.
 Ce graphique confirme la nécessite de mettre en place d’autres sources d’énergie renouvelable
afin de réduire ce coût d’énergie des ménages.

49
8 Situation dans chaque village.

8.1 OUNTIVOU
GENERALITES
Nom du Village : OUNTIVOU Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 70 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 0 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 12
Nombre de quartier : 15 Distance au centre de santé le plus proche: < 1km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 3204
Nombre de femmes 1671
Nombre d’hommes 1533
Nombre de ménages 596
Nombre de femmes enceintes suivies 144
Nombre d’enfants 0-5 ans 641
Nombre d’enfants 0-11 mois 188
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : AFAN Zéhou Chef –Canton 90 38 89 57
HOUNDJO Lobou Responsable des jeunes 99 99 14 12
Femmes : AFAN Katherine Responsable des femmes 93 05 31 54

Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé

Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non


Ecole primaire publique 1 Mosquée 1
Ecole privée 1 école catholique Eglise 7
Collège 1 Marché Non
Lycée Non Magasin 1
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque non
Centre de santé 1 USP Place publique Non
Electricité Lampadaire solaire sur la Comité de gestion Eau 3
principale voie publique
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Elagnon Coopérative Production vivrière Non
Novilonlon Coopérative Production de Soja Non
Novissi Coopérative Production vivrière Non
La Paix Coopérative Production de Coton Non

50
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques ECOSAN 15
Nombre de latrine privée 5
Nombre de personnes (appartenant aux ménages interviewés) déféquant à l’air libre 95
par rapport au nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 95 personnes 17,33 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.2 ATOME
GENERALITES
Nom du Village : ATOME Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 67 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 3 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 6
Nombre de quartier : 7 Distance au centre de santé le plus proche :3 Km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 1469
Nombre de femmes 753
Nombre d’hommes 716
Nombre de ménages 251
Nombre de femmes enceintes suivies 66
Nombre d’enfants 0-5 ans 294
Nombre d’enfants 0-11 mois 61
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Kossi Toyi Secrétaire du Chef Pas de téléphone
Edah Michel Pas de téléphone
Edah Nestor 98 14 60 18
Femmes : Afantchawo Adjoa Responsable des femmes Pas de téléphone
Danha Vedou Non
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique 1 Mosquée Non
Ecole privée Non Eglise 5
Collège Non Marché 1
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé Non place publique Non
Electricité Non Comité Eau Oui

51
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Groupement des Coopérative Production de coton Non
Producteurs de Coton
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 20
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 25
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 95 personnes 4,56 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.3 AYIHOE
GENERALITES
Nom du Village : AYIHOE Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 68 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 12 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 12
Nombre de quartiers : 4 Distance au centre de santé le plus proche : 3 Km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 500
Nombre de femmes 252
Nombre d’hommes 248
Nombre de ménages 83
Nombre de femmes enceintes suivies 23
Nombre d’enfants 0-5 ans 100
Nombre d’enfants 0-11 mois 21
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Ayedjenou Eyadema Président CVD 97 94 29 79
Tchikpato Zongbedji Responsable des jeunes 98 93 39 37
Femmes : Chamenou Navi Responsable des femmes
Les maçons dans le village
Nom et prénom Téléphone
Séwadé yebou Pas de téléphone
Tchikpato Kognanou Pas de téléphone
Togboui Alfa Pas de téléphone
Mawoussi Kossi Pas de téléphone
Zinsou Lowanou Pas de téléphone
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé

52
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique 1 Mosquée 1
Ecole privée 1 école protestante Eglise 6
Collège Non Marché Non
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé Non place publique Non
Electricité Non Comité Eau Non
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Groupement des Coopérative Production de coton Non
Producteurs de Coton
Elagnon Coopérative Production de soja Non
Vovlémè Coopérative Production de soja Non
Afandji Coopérative Production de soja Non

Assainissement/ Hygiène / Santé


Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 0
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 21
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 21 personnes 3, 8 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.4 AZOVOU
GENERALITES
Nom du Village : AZOVOU Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture : 68 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 13 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 5
Nombre de quartier : 6 Distance au centre de santé le plus proche : 3 Km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homma
Population totale 1 265
Nombre de femmes 664
Nombre d’hommes 601
Nombre de ménages 232
Nombre de femmes enceintes suivies 57
Nombre d’enfants 0-5 ans 253
Nombre d’enfants 0-11 mois 52
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

53
Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone
d’influence / plus écoutée
Hommes : Dédé Yaovi Responsable des jeunes 98 02 05 73
Toxoenyon Kokou Président CVD 99 40 88 53
Femmes : Kémondji Eugénie Présidente comité Eau 98 64 59 03

Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé

Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non


Ecole primaire publique 1 (non construite) Mosquée 1
Ecole privée 1 école catholique Eglise 5
Collège 1 (partagé avec Homa et Kpétoe) Marché Non
Lycée Non Magasin Oui
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé Non place publique Non
Electricité Non Comité Eau Oui

Organisations ou associations existantes


Appellation Genre Activités Appui extérieur
Lebene Coopérative agricole Production de riz, de (ICAT)
mouton et de bœufs
Adrevo Coopérative agricole Production vivrière (ICAT)
Agnon Coopérative agricole Production de soja Coopec AD
Djidjolé Coopérative agricole Production Non
Nonvissi Coopérative agricole Elevage et soja Non
Mawupenousin Coopérative agricole Production vivrière Non
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques ECOSAN 15
Nombre de latrine privée 5
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 31
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 31 personnes 5,6575 tonnes

Les maçons dans le village

Nom et prénom Téléphone


Damgba Mèdannou 96 66 24 85
Ado Adrien Non
Dédé Yaovi 98 02 05 73
Mawoussi Kossi Non
Zinsou Lowanou Non
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

54
8.5 BETOE
GENERALITES
Nom du Village : BETOE Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 73 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 3 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 3
Nombre de quartier : 4 Distance au centre de santé le plus proche : 3 km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 428
Nombre de femmes 242
Nombre d’hommes 186
Nombre de ménages 90
Nombre de femmes enceintes suivies 19
Nombre d’enfants 0-5 ans 86
Nombre d’enfants 0-11 mois 18
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Habada Togbédji Président des jeunes
Noumonvi Donné Assistant de Santé Communautaire 90 33 20 81
Femmes : Medjiko Sodegnon Responsable des femmes
Edah Philomène Présidente de la plateforme
Métoudo Sodonougbo
Les maçons
Nom et prénom Téléphone
Kodjo Métchingbé Pas de téléphone
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique 1 Mosquée Non
Ecole privée Non Eglise 2
Collège Non Marché Non
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé Non place publique Non
Electricité Non Comité eau 1

Organisations ou associations existantes

Appellation Genre Activités Appui extérieur


Asséyéyé Coopérative Culture vivrière AGAIB
Lolo Coopérative Culture vivrière Non

55
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 0
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 12
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 12 personnes 2,19 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.6 GBOKPOE
GENERALITES
Nom du Village : GBOKPOE Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 73 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 15 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 2
Nombre de quartier : 4 Distance au centre de santé le plus proche : 3 km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 470
Nombre de femmes 236
Nombre d’hommes 234
Nombre de ménages 64
Nombre de femmes enceintes suivies 21
Nombre d’enfants 0-5 ans 94
Nombre d’enfants 0-11 mois 19
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Toume koffi Responsable des Jeunes 97 45 41 16
Femmes : Sokpe MedeKouva Responsable des femmes 96 09 22 98
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique Non Mosquée Non
Ecole privée 1 Eglise 2
Collège Non Marché Non
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé Non place publique Non
Electricité non Comité eau Oui
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Groupement des Coopérative Production de coton Non
Producteurs de Coton

56
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 0
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 19
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 19 personnes 3,4675 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.7 HOMA
GENERALITES
Nom du Village : HOMAGAN Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture : 65 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 12 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 12
Nombre de quartier 15 Distance au centre de santé le plus proche :0 km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 3 060
Nombre de femmes 1615
Nombre d’hommes 1445
Nombre de ménages 488
Nombre de femmes enceintes suivies 695
Nombre d’enfants 0-5 ans 612
Nombre d’enfants 0-11 mois 127
Taille moyenne des ménages de la région 4,6
Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone
d’influence / plus écoutée
Hommes : Gbessi Marcelin Président CVD 97 10 64 17
Femmes : Fantchao Koushi Président des jeunes
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique 1 Mosquée Non
Ecole privée 2(école protestante et catholique) Eglise 10
Collège 1 Marché 1
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé Centre de santé de Homagan place publique non
Electricité Non Comité Eau Non
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Groupement des Coopérative Production de coton ICAT
Producteurs de Coton

57
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 5
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 100
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 100 personnes 18,25 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.8 KPOGANDJI
GENERALITES
Nom du Village : KPOGANDJI Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 58 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 12 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 2
Nombre de quartier : 6 Distance au centre de santé le plus proche : 12 Km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 551
Nombre de femmes 250
Nombre d’hommes 301
Nombre de ménages 93
Nombre de femmes enceintes suivies 25
Nombre d’enfants 0-5 ans 110
Nombre d’enfants 0-11 mois 23
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Kolitché Egbi Trésorier comité Eau 97 68 98 86

Femmes : Tognon Dandjékpo Conseiller Comité Eau 98 14 53 74


Etchu Amavi 97 83 37 66
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique 1 (non construite) Mosquée Non
Ecole privée Non Eglise 1
Collège Non Marché Non
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé Non Place publique Non
Electricité Non Comité eau Oui
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Nonvignon Coopérative Production vivrière Non

58
Assainissement/ Hygiène / Santé

Type d’aisance Nombre


Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 0
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 10
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 10 personnes 1, 82 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.9 KPETOE
GENERALITES
Nom du Village : KPETOE Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture : 70 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 14 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 12
Nombre de quartier : 6 Distance au centre de santé le plus proche : 2 Km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 1252
Nombre de femmes 663
Nombre d’hommes 589
Nombre de ménages 173
Nombre de femmes enceintes suivies 30
Nombre d’enfants 0-5 ans 134
Nombre d’enfants 0-11 mois 28
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Kpatidé koffi Président CVD 97 75 49 51
Somadon Clotaire Président des jeunes 97 11 66 78
Femmes : Ballo Fanlomè Responsable des femmes 99 34 80 80
Sogadja Amélé Présidente Comité Eau
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique 1 Mosquée 1
Ecole catholique 1 Eglise 6
Collège 1 Marché 0
Lycée 0 Magasin 1
Centre d’alphabétisation 0 Bibliothèque 0
Centre de santé Place publique 0
Electricité Comité Eau Oui

59
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Avamè Coopérative Production de coton Non
Mawoulon Coopérative Cotisation Coopec AD
La Paix Coopérative Production de soja Coopec AD
Evamè coopérative Production de soja OIC
Les Maçons dans le village
Nom et prénom Téléphone
Togboui Komlanvi 98 55 33 76
Adjanou Mawouto
Adjanou Kossi 97 59 75 03
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 0
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 18
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 18 personnes 3,28 tonnes

8.10 KPELI
GENERALITES
Nom du Village : KPELI Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 81 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 11 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 4
Nombre de quartier : 5 Distance au centre de santé le plus proche : 7 Km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 879
Nombre de femmes 453
Nombre d’hommes 426
Nombre de ménages 128
Nombre de femmes enceintes suivies 40
Nombre d’enfants 0-5 ans 176
Nombre d’enfants 0-11 mois 36
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Missowou Tchélissa Responsable des jeunes 98 59 69 84

Femmes : assouvi Mawouwoè Responsable des femmes 96 44 37 31

60
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
Type Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
d’infrastructure
Ecole primaire publique 1 (non construite) Mosquée Non
Ecole privée Non Eglise 3
Collège Non Marché Non
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation non Bibliothèque Non
Centre de santé non Place publique non
Electricité Non Comité Eau 1
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Woenagnon Coopérative Production Soja Une ONG à Atakpamé (voir
Timothée)
Assainissement/ Hygiène / Santé
Type d’aisance Nombre
Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 0
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 61
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 61 personnes 11,13 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

8.11 HAMAVOU
GENERALITES
Nom du Village : HAMAVOU Canton : OUNTIVOU
Préfecture : OGOU Région : PLATEAUX
Distance de la préfecture (ATAKPAME): 76 Km Distance du Chef-lieu du Canton : 6 Km
Langue parlée : ADJA Nombre de ménages interviewé : 3
Nombre de quartier : 8 Distance au centre de santé le plus proche : 6 Km

Population
Dénombrement de la population Source : RGPH 2010 / Unité de Soins
Périphérique de Ountivou et de Homa
Population totale 715
Nombre de femmes 400
Nombre d’hommes 315
Nombre de ménages 96
Nombre de femmes enceintes suivies 32
Nombre d’enfants 0-5 ans 143
Nombre d’enfants 0-11 mois 30
Taille moyenne des ménages de la région 4,6

Personnes d’importance / Statut/Fonction Téléphone


d’influence / plus écoutée
Hommes : Assou N’bouké Responsable des jeunes
Tchélissa Assistant de Santé Communautaire
Femmes : Akpo Adjoa Responsable des femmes
Infrastructures dans le village : Habitat : Groupé
61
Type d’infrastructure Oui / Non Type d’infrastructure Oui / Non
Ecole primaire publique 1 (partagée avec Betoe) Mosquée non
Ecole catholique Non Eglise 4
Collège Non Marché Non
Lycée Non Magasin Non
Centre d’alphabétisation Non Bibliothèque Non
Centre de santé non Place publique Non
Electricité non comité Eau 1
Organisations ou associations existantes
Appellation Genre Activités Appui extérieur
Djidjolé Coopérative Production vivrière ACAMO (puits)

Assainissement/ Hygiène / Santé

Type d’aisance Nombre


Nombre de latrines publiques 0
Nombre de latrine privée 0
Nombre de personnes (appartenant aux ménages) déféquant à l’air libre par rapport au 31
nombre de ménage interviewé
Quantité annuelle de matières fécales déféquées par les 31 personnes 5,84 tonnes
Source de revenus monétaire : agriculture, élevage et AGR (production de SODABI et commerce)

62
9 Rencontre avec les organisations intervenant dans le canton

Dans le but de faire des économies d’échelle, nous avons jugé bon de rencontrer les organisations qui
ont eues des projets antérieurs sur le terrain. Nous avons recensé 4 organisations intervenant dans le
canton : ACAMO, Plan TOGO, Croix Rouge et l’UNICEF.

9.1 ACAMO
Cette association est le résultat d’un jumelage entre le canton de Ountivou et la Communauté
Méningoutais de la commune Deux-Sevres en France. Elle est basée en France, est en partenariat avec
JMCO au TOGO et intervient dans l’agriculture, la fourniture d’eau (puits traditionnels à ciel ouvert,
réhabilitation de certains forages et aussi la réalisation de nouveaux forages) sans tenir compte de
l’aspect assainissement. Cette association a ses propres partenaires financiers. Nous avons vu un des
responsables de cette association, Monsieur Alain Gendry, à Gbokpoe et avons exprimé notre désir de
collaborer ensemble afin de mutualiser nos actions. Mais, malheureusement, ce dernier nous a dit que
leur association risque de perdre les financements si on envisage une telle coopération. Et par lettre
d’appui, il a confirmé son refus de s’associer. Actuellement nous ne savons pas quels sont les projets que
cette association envisage mettre en place dans les villages du canton. Cette situation créé un désordre
total et expose les populations à des attentes contradictoires.

9.2 Plan TOGO (PU d’ATAKPAME)


Plan Togo est une organisation internationale intervenant pour le bien être des enfants. Cette
organisation met en œuvre un projet dénommée "Projet d’Appui à la Réforme des Collèges (PAREC)"
cofinancé par l’Agence Française de Développement. Ce projet prend en compte l’élaboration des Plans
d’Action Villageois ou Cantonal (PAV/PAC) dans tous les villages de sa zone d’intervention. Nous avons
rencontré la responsable de ce projet, Madame DOUTI Féikandine, pour la préfecture de l’Ogou. Nous
avons discuté sur les activités de ce projet et nous avons obtenu le plan d’action cantonal de Ountivou et
le Plan d’Action du Village de Ountivou. Les plans d’action des autres villages du canton sont en cours
d’élaboration.

9.3 Croix rouge


La Croix Rouge a construit 15 latrines sèches publiques de type ECOSAN à ountivou et 15 autres à Azovou
en 2013. Au début, nous avons envisagé dans notre projet construire des latrines sèches suivant ce
modèle de la Croix Rouge dans chaque quartier des villages ciblés pour améliorer l’assainnissement. Et,
nous avons demandé à chaque village de définir ses propres besoins en matière de latrines. Puis nous
avons géoréférencé chaque site. Cependant nous avons noté que les besoins en latrines sont insuffisantes
pour chaque village. De plus elles ne seront pas toutes utilisées. Plusieurs facteurs peuvent expliquer
cela.

Premièrement, dans le cas des latrines sèches construites par la Croix Rouge, plusieurs ménages doivent
partager une latrine par quartier. D’où se posent les problèmes d’entretien et de clé pour l’accessibilité.

Deuxièmement, la plupart des latrines de la Croix Rouge est construite avec des matériaux hors d’usage.
Cela s’explique par le fait que les villageois n’ont pas vite apporté leur contribution demandée. Or, la
Croix Rouge avait déjà payé les matériaux et attendait la contribution des villageois. La durée d’attente a
fait que certains matériaux (par exemple le ciment) étaient expirés avant que les travaux n’ont
commencé. Donc il n’y avait plus de solidité dans certaines constructions. Par conséquent, les villageois
ont peur que ces bâtiments s’écroulent s’ils y vont pour leur besoin.
63
A la rencontre de la Représentante de la Croix Rouge à Atakpamé, Madame KLOUSSOMOU Issifou, nous
avons appris qu’une latrine coûte 300 000 FCFA (environ 500 €). Ce qui revenait très cher. À l’évidence,
nous constatons aussi qu’un problème de barrière culturelle risque de toujours empêcher l’utilisation de
ces latrines : Paradoxalement, certaines latrines existantes et en bon état (de la croix rouge par exemple)
ne sont pas utilisées par les villageois. Ils continuent à déféquer à l’air libre, mais affirment en même
temps que le manque de latrines constitue l’un de leurs problèmes les plus critiques.

Au vu de ces problèmes la Croix Rouge a abandonné cette approche et a adopté une nouvelle basée sur
l’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) qu’elle nous encourage à mettre en place. Cette
approche est introduite par l’UNICEF au TOGO depuis 2011.

9.4 L’UNICEF
Nous avons rencontré Monsieur Tagba Assih chargé de Water Sanitation and Hygiene (WASH) au sein de
l’UNICEF. Ce dernier nous a expliqué les raisons pour lesqueslles ATPC est mise en œuvre et promue par
l’UNICEF : 90% d’échec d’utilisation des latrines sèches, coût élevé de la construction de ces latrines,
continuation de la chaine de contamination, etc..

9.4.1 Qu’est-ce que c’est qu’ATPC ?


L’Assainissement Total Piloté par la Communauté (ATPC) est une approche intégrée qui consiste à
encourager la communauté à analyser sa propre situation en matière d’hygiène et d’assainissement, ses
pratiques en matière de défécation à l’air libre et leurs conséquences, suscitant ainsi une action collective
visant à atteindre et maintenir un état de Fin de la Défécation à l’Air Libre (FDAL) par la construction de
latrines par la communauté sans subvention extérieure.

ATPC se répand à grande vitesse dans de nombreux pays et dans différentes régions. Il n’est qu’une des
nombreuses approches en matière d’assainissement. Il est régi par la demande pendant sa mise en
œuvre ou s’il doit être mise en œuvre. Par exemple lors de la phase de déclenchement de l’ATPC on ne
demande jamais à une communauté de construire ses latrines ou d’éliminer la pratique de la défécation
à l’air libre. La décision de changer les comportements en matière d’hygiène émane toujours de la
communauté. En outre, ATPC renforce l’empowerment et l’ownership des bénéficiaires. L’approche peut
être développée de façon verticale et horizontale. Elle favorise enfin une forte pérennité des actions.

Dans l’approche ATPC, l’utilisation des méthodes d’évaluation rurale participative permet aux
communautés locales d’analyser leurs conditions sanitaires et de prendre conscience collectivement de
l’impact de la défécation à l’air libre sur la santé publique et sur leur proche environnement. ATPC peut
impulser une action locale collective et rapide de la part des communautés pour atteindre l’état de Fin
de Défécation à l’Air Libre.

AFRICAVENIR peut avoir l’accompagnement de l’UNICEF dans la mise en œuvre de l’approche ATPC.

9.4.2 Les acteurs et leurs rôles dans l’ATPC


Dans le cadre du passage à l’échelle, un grand nombre d’acteur s’est vu impliqué dans la mise en œuvre
de l’ATPC au TOGO et il est important de préciser le rôle de chacun d’eux à travers cet organigramme.

64
Ministère de la
Santé et de

Niveau l’Action Sociale

National Division Nationale


de
l’Assainissement
de Base

Direction Régional
de la Planification

Niveau Cellule de la
Coordination
Régionale ATPC
(CCR)

Régional
M&E (Chargé du
Point Focal ATPC Direction
Monitoring & Directeur Régional
Région des Régionale de
Evaluation de de la Santé
Plateaux l'Education
l'ATPC

Cellule de la
Coordination
Préfectorale ATPC

Niveau
Directeur Direction Inspecteur 1er Direction
Point Focal ATPC

Préfecture
Préfectorale de la Préfectorale de Dégreé Préfectoral de
OGOU
Santé l'Environement (Education) l'Action Sociale

65
10 Conclusion des résultats d’enquête sur l’assainissement

En conclusion, on note :
 Que la plupart des ménages ne dispose pas d’eau potable mais utilise l’eau non traitée de puits
traditionnels à ciel ouvert, dans un environnement où beaucoup de ménages pratiquent la Défécation à
l’Air Libre et où la majorité des élevages pratiqués est en total divagation.
 Que la prévalence des parasitoses est très élevée au sein de la population : 4/5 des personnes
reçues en consultation externe.
 Une mauvaise gestion des ordures ménagères
 Une forte prévalence du paludisme dans la population : 60% des consultations.
 Que cette situation engendre d’importants problèmes affectant la santé particulièrement celle
des enfants.
 Une faible accessibilité géographique des populations au centre de santé : 37% des villages sont
à moins de 5 Km.
 Un faible pouvoir d’achat des habitants des villages.
 Une mauvaise pratique alimentaire très répandue au sein de la population entrainant un retard
dans la croissance staturo-pondérale
 Une absence de la pratique du lavage des mains à des moments critiques.
 Une mauvaise cuisson de certains aliments
 Une mauvaise conservation des denrées alimentaires
 Neuf accouchements sur 10 à domicile.

11 Actions projetées sur l’assainissement


Au regard de ces résultats d’enquêtes et dans le but d’améliorer la situation d’assainissement de chaque
village, AFRICAVENIR a décidé de travailler avec l’approche ATPC introduite depuis 2011 au Togo par
L’UNICEF. Les raisons qui sous-tendent cette décision sont entre autres:

- Taux d’échec élevé d’utilisation des latrines sèches


- Coût élevé de la construction des latrines sèches
- La construction de latrines ne garantit pas leur utilisation correct ni l’éradication de la DAL
- Succès capitalisés par l’UNICEF dans l’approche ATPC et son accompagnement exprimé à notre
association.
- Accompagnement en ATPC exprimé par les autorités administratives régionales et sanitaires
(Préfet, Directeur Régional du Plan, Directeur Régional de la Santé, Points Focaux ATPC Ogou
et Plateaux, Chargé du Monitoring & Evaluation, Cellule de Coordination Régionale des activités
ATPC, etc.)
- Présence de subvention d’un programme hydraulique en cours.
- Villages sous équipés avec une pratique avérée de défécation à l’air libre.
- Insuffisance d’infrastructures marchandes, d’eau, d’assainissement, de santé et d’éducation
- Faibles revenus des ménages
- Existence d’habitat concentré plutôt que dispersé
- Faible moyen de transport disponible

66
C - RECAPITULATIF DES ACTIONS ENVISAGEES
PAR VILLAGE

Villages Actions envisagées

OUNTIVOU Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ Construction d’un réservoir de 60m³


+ 4 Réseau de distribution vers les villages suivants : Ountivou, Godohoe, Atomé
et Bétoe.

BETOE Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ Bornes de fontaine provenant du


château d’Ountivou

HAMAVOU Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ nouveau forage PMH

KPELI Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ Nouveau forage PMH

AYIHOE Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ Installation de bornes Fontaine


provenant du château de Homa.

AZOVOU Sensibilisation à travers l’approche ATPC +PHAST+ Installation de bornes


Fontaine provenant du château de Homa.

KPETOE Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ Installation de bornes Fontaines


provenant du château de Homa

GBOKPOE Sensibilisation à travers l’approche PHAST Installation de bornes Fontaines


provenant du château de Homa

HOMA Sensibilisation à travers l’approche PHAST + Construction d’un réservoir d’eau


de 60m³ + 6 réseaux de distribution vers les villages suivants : Homa, Ayihoe,
Azovou, Gbètan, Kpétoe et Gbokpoe.

ATOME Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ Installation de bornes fontaines


provenant du château d’Ountivou

KPOGANDJI Sensibilisation à travers l’approche PHAST

GODOHOE Sensibilisation à travers l’approche PHAST+ Installation de bornes fontaines


provenant du réservoir d’eau d’Ountivou

67
D-GESTION DU PROJET
12 Dispositif de mise en œuvre du projet

12.1 Maîtrise d’ouvrage et exécution du projet


Sur la base de l’étude qui a été faite, les acteurs locaux identifiés sur lesquels reposera le projet sont les
Comités Villageois de Développement (CVD), le Comité Cantonal de Développement (CCD) ainsi que leurs
commissions spécialisées respectives, les Chefs des Villages, le Chef Canton ainsi que leurs conseil
coutumiers, l’Association des Usagers du Service de l’Eau Potable et d’Assainissement (AUSEPA), l’ONG
AFRICAVENIR, la Direction Régionale de l’Hydraulique Atakpamé, la Coordination Régionale des activités
ATPC, le Service Régional de l’Hygiène et de l’Assainissement du milieu, l’Agence d’Appui aux Initiatives
de Base (AGAIB). A ces acteurs locaux s’ajoutent les autres bailleurs de fonds à l’étranger.
Comme au Togo la décentralisation n’est pas encore effective, les textes prévoient un partage de
responsabilité de la maîtrise d’ouvrage entre l’AUSEPA et l’Etat représenté par ses services techniques
en charge de l’eau (ici c’est la Direction Régionale de l’Hydraulique, Plateaux). Mais il faut préciser que la
Direction Régionale de l’Hydraulique Plateaux jouera essentiellement et prioritairement le rôle de
contrôle et de réception des ouvrages.
Pour pallier au manque de compétences et de moyens de l’AUSEPA, par un contrat, la gestion du projet
sera confiée à AFRICAVENIR (assistant de l’AUSEPA) qui travaillera sous la responsabilité du comité de
Pilotage présidé par l’AUSEPA. Pour les services d’exploitation des ouvrages, c’est l’AUSEPA qui passera
un contrat avec un exploitant privé pour la gestion complète des réseaux (maintenance, gestion
financière, etc.).

12.2 Pilotage du projet


La mise en œuvre du projet exige la cohérence des actions dans les domaines de l’accès à l’eau potable
et de l’assainissement. Pour ce faire, il est mis en place deux (2) instances qui prennent en compte les
acteurs dans les domaines de l’eau et de l’assainissement afin de mieux gérer le projet à savoir le Comité
de Pilotage (CP) et l’Unité d’Exécution du Projet (UEP). Le tableau suivant présente ces 2 organes, leurs
compositions, les attributions et la fréquence de leurs rencontres.

68
Organes Composition Fonction Attributions Fréquence
des
réunions
AUSEPA Maître d’Ouvrage Contractualisation de la gestion du projet avec AFRICAVENIR
Participation aux diagnostics
Participation aux choix techniques
Prise de décision et validation des choix
Participation financière
Validation de la contractualisation avec l’entreprise d’exécution
Signature d’une convention de transfert d’usage de l’ouvrage avec la Direction de l’Hydraulique
Établissement d’un règlement intérieur et obligation de déléguer l’exploitation à un opérateur
privé en contrat
Contrôle des réparations faites par l’exploitant et engagement du fonds de réparation et
Comité de Pilotage (CP)

renouvellement
Engagement du fonds de réparation et renouvellement pour les équipements à la charge de
l’AUSEPA
Mobilisation de l’épargne des ménages pour l’extension du projet
Sensibilisation des populations à l’hygiène, à l’assainissement, à l’usage économique de l’eau, etc.
2 fois / an
Direction Régionale de Contrôle Appui technique et contrôle de la réalisation des ouvrages,
l’Hydraulique Plateaux réception des ouvrages et
transfert des ouvrages à l’AUSEPA
Cellule de Contrôle Appui technique, contrôle de la réalisation des ouvrages d’assainissement (latrines) et réception
Coordination de ces ouvrages
Régionale de l’ATPC Déclaration des villages FDAL (Fin de la Défécation à l’Air Libre)
Service Régional de Contrôle Appui technique et soutiens sur les aspects de gestion des déchets solides ménagers et les eaux
l’Hygiène et de usées de ménages dans les villages.
l’Assainissement du
Milieu
L’ONG AFRICAVENIR Assistance Réalisation des études préalables.
Conception et montage du projet.
Mobilisation des financements
Pilotage de la procédure de choix des entreprises d’exécution en collaboration avec la Direction
Régionale de l’Hydraulique Atakpamé et l’AUSEPA.
69
Contractualisation avec les entreprises d’exécution
Rédaction des rapports techniques et financiers

Bailleurs de fonds Appui financier


Appui financier au projet
Ordre et signature de décaissement des fonds
Participation aux évaluations
AGAIB Appui technique Accompagnement, conseils et formations des membres du bureau de l’AUSEPA
et conseil
Directeur Exécutif Coordination Animation et coordination générale du projet.
animation et Supervision du projet
Unité d’Exécution du

communication Gestion du personnel


du projet Communication avec tous les partenaires
Projet (UEP)

Chef Département Gestion Planification des activités et des réunions de suivi-évaluation


SANTE technique du Elaboration des plans d’action et du budget Tous les
projet. Collecte et organisation des données statistiques destinées aux suivi-évaluations mois
Synthèse des rapports d’exécution.
Comptable Gestion Elaborer les plans budgétaires
financière du Assurer le suivi et l’exécution budgétaire du projet, le suivi et la gestion du matériel affecté au
projet projet,
Elaborer les rapports financiers

70
12.3 L’exécution générale du projet
L’exécution générale du projet relève de la compétence du Directeur Exécutif d’AFRICAVENIR. Il est le
premier responsable de la bonne exécution du projet devant les partenaires. A ce titre, il assure les
fonctions d’animation, de coordination générale, de gestion du personnel, de supervision et de
communication avec tous les partenaires.

Au regard de l’organigramme de l’association AFRICAVENIR et de son plan stratégique quinquennal 2016-


2020, le présent projet est sous tutelle du programme santé.

C’est donc le chef Département Santé qui est responsable de la planification des activités, des réunions
de suivi-évaluations, la collecte et l’organisation des données statistiques destinées aux suivi-évaluations,
de l’élaboration des plans d’action et du budget, de la synthèse et des rapports de l’exécution des
activités, etc.

La comptable assure le suivi et l’exécution budgétaire du projet, le suivi et la gestion du matériel affecté
au projet, les rapports financiers, etc.

13 Dispositif de suivi – évaluation

13.1 Le suivi

Le suivi du projet sera effectué en deux volets : le volet assainissement-hygiène et le volet


hydraulique. Pour le volet assainissement-hygiène une série de suivi sera effectuée à travers plusieurs
visites et ce, à plusieurs niveaux hiérarchiques :

Niveau facilitateurs : 352 missions de suivis

Niveau superviseur : 140 missions de suivis

Niveau AFRICAVENIR : 60 missions de suivi

Niveau point focal ATPC : 48 missions de suivi

Niveau Monitoring & Evaluation : 22 missions de suivi

Niveau Cellule de Coordination Régionale : 5 missions de suivi

Niveau Service Régional d’Hygiène et de l’Assainissement du milieu : 3 missions de suivi

Niveau Préfet : 3 missions de suivi

Il est prévu également des rencontres de suivi du Préfet et des Chefs des villages tous les 2 mois d’une
part et d’autre part des rencontres de suivi mensuelles pour les membres de l’équipe projet. Les outils
de suivi seront mis en place, entre autres, le tableau de suivi mensuel et trimestriel de l’évolution des
indicateurs, les fiches de programmation, de suivi des activités, de l’état d’avancement des activités, de
suivi du budget, etc. Le suivi du projet tiendra donc compte des indicateurs de résultats tels que définis
dans le cadre logique.

Pour le volet hydraulique le suivi sera effectué à deux niveaux :

Niveau AFRICAVENIR : 16 jours de suivi et de contrôle

Niveau ingénieur hydrogéologue : 40 jours de suivi et de contrôle

71
Niveau Direction Régionale de l’hydraulique : 8 jours de suivi et de contrôle

La planification opérationnelle sera mensuelle et concerne chaque activité du projet. Un rapport


de suivi mensuel sera produit par le Directeur Exécutif et soumis au comité de pilotage pour approbation.

Les données du suivi seront essentiellement utilisées pour :

- sensibiliser les bénéficiaires;


- mieux ciblés les bénéficiaires et les zones d’intervention du projet ;
- Faire un plaidoyer en direction des autorités et des partenaires ;
- Corriger les dysfonctionnements, reformuler les directives et élaborer de nouveaux indicateurs;
- Tirer des leçons des expériences en cours pour mieux orienter les actions ultérieures.
- Modifier la planification annuelle du projet.
Pour ce faire, un comité de suivi sera mis en place et composé du Directeur Exécutif (Président du
comité), du chargé de Monitoring & évaluation de l’ATPC, de la chef département Santé, de la
comptable et des superviseurs.

13.2 L’évaluation

L’évaluation sera mixte incluant à la fois une évaluation interne et externe. Il est prévu 2 types
d’évaluations: les évaluations semestrielles (internes) et l’évaluation finale (externe).

L’évaluation semestrielle sera une autoévaluation et réalisée sous la présidence du Comité de Pilotage.
Elle portera sur l’avancement dans la réalisation des résultats et l’atteinte des objectifs et produira des
rapports sur les indicateurs énumérés dans le cadre logique du projet (en annexe) à partir des outils de
collecte de données. Ces outils de collecte de données sont : les questionnaires (avec des questions
ouvertes et fermées), les entretiens individuel et de groupe (avec grille d’entretien), les fiches de suivi,
les données comptables, les comparaisons avec les groupes témoins, etc. La collecte des données se fera
au fur et à mesure du déroulement des activités du projet. L’équipe d’évaluation annuelle sera composée
des membres du Comité de Pilotage. Elle peut conduire à modifier la portée du projet, notamment les
résultats et les indicateurs. A chaque évaluation semestrielle, une collation ainsi qu’un perdiem seront
offerts à chaque membre de l’équipe.

En ce qui concerne l’évaluation finale du projet, elle portera sur la pertinence, l’efficience,
l’efficacité, l’impact et la viabilité de l’assistance apportée aux bénéficiaires. Les résultats issus de cette
évaluation fourniront des informations de base, entre autres, sur le rôle et la contribution des différentes
parties prenantes et guideront la formulation d’un nouveau projet. Cette évaluation s’effectuera dans
l’année qui suit la fin du projet. L’équipe sera composée d’un expert consultant en évaluation choisi par
les bailleurs (Président du comité) ainsi que les membres du Comité de Pilotage.

Les charges et dépenses relatives à cette évaluation finale est à la charge des bailleurs.

Les détails des critères d’évaluation sont présentés en annexe.

14 Le rapportage
Le Chef Département Santé présentera au Directeur Exécutif un rapport d’activités à chaque mois
comprenant un rapport de suivi à partir des visites de suivi et des réunions mensuelles de suivi. Le
comptable quant à lui adressera mensuellement un rapport sur la situation des finances et des stocks. Le
Directeur Exécutif adresse aux bailleurs tous les 6 mois des rapports sur l’état d’avancement des activités
pour lesquelles l’organisation a reçu des décaissements (rapports intermédiaires comprenant les
rapports de suivi et d’évaluation accompagnés des pièces justificatives des dépenses). Tous ces

72
documents seront consolidés et finalisés aux fins d’une transmission aux bailleurs. Il en sera de même
pour les rapports d’évaluations annuelles.

Quant aux rapports d’évaluation à mi-parcours et final, ils seront complètement rédigés et
endossés par le président du comité d’évaluation (représentant des bailleurs).

15 Conclusion
Deux études effectuées, l’une sur la prospection hydrogéologique et l’autre sur la situation de l’hygiène
et de l’assainissement dans 11 villages du canton de Ountivou nous ont permis de prendre conscience de
la situation précaire et alarmante dans laquelle évolue bon nombre de villages.

Sur le plan de l’hydraulique, tous les forages sont équipés de pompes manuelles, d’un débit nominatif
d’environ 0.8 m3/h. Notre recensement montre que de nombreux puits étaient taris. Nous relevons
cependant que la campagne de mesures s’est déroulée en mai 2016, durant la période de plus grand
stress hydrique, juste au commencement de la saison des pluies. Il est urgent d’augmenter la capacité en
eau de plusieurs villages.

Le remplacement des pompes manuelles fonctionnelles installées sur les forages par des pompes
électriques est une option intéressante pour augmenter la capacité de distribution en eau des forages les
plus productifs. Un forage équipé avec une pompe solaire peut extraire 50 m 3/j, soit l’équivalent de 5
pompes manuelles utilisées 12 heures durant.

De plus, selon nos essais de pompage, cela semble, de manière générale, être une solution envisageable
et que les nappes pourraient supporter un tel débit. Un matériel robuste et de qualité est nécessaire,
toute panne de pompe pouvant engendrer une situation de manque d’eau catastrophique.

L’implantation et la réalisation de nouveaux forages ainsi que la réhabilitation de vieilles infrastructures


permettront un accès durable à une eau de qualité pour les villages qui n’ont actuellement aucune
installation ou qui sont éloignés.

Sur le plan de l’assainissement, il est évident que l’état des lieux laisse à désirer. Nous avons noté une
insuffisance et un manque de lieux d’aisance, une pratique de la Défécation à l’Air Libre (DAL) par presque
tous les ménages, un élevage d’animaux traditionnel dans les maisons, une utilisation de polluants
organiques persistants (POP) dans l’agriculture, des pratiques défaillantes de lavage des mains à des
moments clés, des évacuations non hygiénique des selles des enfants, un manque d’éducation des mères
à l’hygiène, associés à des sources d’eau non hygiénique, à un non traitement de l’eau, etc. Cette situation
contribue à nourrir la chaine de transmission des maladies. La preuve, lors de notre séjour à Ountivou,
nous avons été témoins oculaires de la mort de deux enfants pour cause de parasitoses et d’anémie.

Eu égard à tout ce qui précède, il est indispensable pour chaque ménage de disposer d’un lieu d’aisance.
Vu les coûts élevés des latrines ECOSAN et son taux d’échec élevé en matière d’utilisation, il est
impossible de subventionner ce type d’aisance à chaque ménage. En fonction des conditions du milieu,
chacun des ménages doit construire sa propre latrine et selon ses propres moyens. Les exemples réussis
de l’ATPC montrent que la mise en œuvre de l’approche est efficace et améliore sûrement la santé et
l’éducation des populations bénéficiaires. Quelques photos de latrines construites lors de la mise œuvre
de l’ATPC montre que le coût de sa construction est négligeable pour les ménages et que l’approche est
envisageable dans le canton de Ountivou.

Il serait nécessaire également d’associer à cette approche ATPC une sensibilisation à l’hygiène, afin que
les ménages abandonnent les comportements à risque et adoptent les bonnes pratiques d’hygiène. Cela
permettra de rompre le cycle de contamination.

73