Está en la página 1de 45

REPUBLIQUE DU BENIN

*******
MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE
********
UNIVERSITE D’ABOMEY-CALAVI (UAC)
********
ECOLE POLYTECHNIQUE D’ABOMEY-CALAVI (EPAC)
********
DEPARTEMENT DE GENIE DE LA BIOLOGIE HUMAINE (GBH)
********

Option : ANALYSES BIOMEDICALES


RAPPORT DE FIN DE FORMATION POUR L’OBTENTION DE DIPLOME DE
LICENCE PROFESSIONNELLE

THEME :

CONSEQUENCES DE LA DENUTRITION SUR LE BON


FONCTIONNEMENT DU SYSTEME IMMUNITAIRE

PRESENTE ET SOUTENU PAR : GOMEZ Mori-Ayo Loriane

Sous la direction de :

TUTEUR : SUPERVISEUR :

Père Bruno HOUNKONNOU Dr Adjimon Gatien LOKOSSOU

Responsable du laboratoire de l’hôpital la Immunologiste et Enseignant chercheur à


Croix de Zinvié l’EPAC

1
=====================
REPUBLIQUE DU BENIN
**********

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE


SCIENTIFIQUE
**********

UNIVERSITE D’ABOMEY CALAVI (UAC)


**********

ECOLE POLYTECHNIQUE D’ABOMEY-CALAVI (EPAC)


**********

DEPARTEMENT DE GENIE DE BIOLOGIE HUMAINE (GBH)


**********

DIRECTEUR :

Pr Guy Alain ALITONOUN

DIRECTEUR ADJOINT :

Dr François-Xavier FIFATIN

CHEF DE DEPARTEMENT :

Dr Eugénie ANAGO

ANNEE ACADEMIQUE : 2017-2018

ii
Réalisé et soutenu par Loriane M. GOMEZ
Conséquences de la dénutrition sur le bon fonctionnement du système immunitaire

LISTE DES ENSEIGNANTS DU DEPARTEMENT DE GENIE DE


BIOLOGIE HUMAINE (GBH)

Option : Analyses Biomédicales

Noms et Prénoms

M ABLEY Sylvestre Déontologie médicale


at

re
s
en
se
ig

es
1

2 AGBANGLA Génétique moléculaire


Clément

3 AGOSSOU Gilles Législation et droit du travail

4 AHOYO Théodora Microbiologie/Santé Publique et


Angèle Hygiène Hospitalière
5 AKAKPO B. Education physique et sportive
Huguette
6 Physique
AKOWANOU
Christian

7 AKPOVI Casimir Biologie cellulaire/Physiologie


humaine/ Biochimie clinique

iii
Réalisé et soutenu par Loriane M. Gomez
8 ALITONOU Alain Chimie générale/ Chimie organique
Guy

9 ANAGO Eugénie Biochimie structurale/Biochimie


clinique

10 ANAGONOU Education physique et sportive


Sylvère

11 ATCHADE Pascal Parasitologie / Mycologie

12 BANKOLE Bactériologie / Virologie


Honoré

13 DESSOUASSI Biophysique
Noel

14 DOSSEVI Lordson Techniques instrumentales

15 DOSSOU Techniques d’Expression et


Cyriaque Méthodes de communication

16 DOUGNON T. Microbiologie/Méthodologie de la
Victorien Recherche

17 HOUNNON Mathématiques
Hyppolite

18 KOFFI Aristide Anglais


Justin

19 KOUDANDE Hématologie générale


Marlène

20 KOUNASSO Informatique général


Gabriel

21 LOKOSSOU Immunologie générale/Immuno-


Gatien pathologie
22 LOZES Evelyne Immunologie générale/ Immuno-
pathologie

23 MASLOKONON Histologie Générale


Vincent

24 OGOUDIKPE Informatique médicale


Nicarette

25 SECLONDE Transfusion sanguine


Hospice

26 SEGBO Julien Biologie moléculaire/ Biochimie


clinique

27 SENOU Maximin Histologie Générale/ Histologie


appliquée

28 SOEDE Casimir Anglais

29 TOHOYESSOU Soins infirmiers


Zoé

30 TOPANOU Hématologie/ Hémostase


Adolphe

31 YOVO K. S. Pharmacologie/ Toxicologie


Paulin
DEDICACE

A mon père Ansèque COAMI GOMEZ qui m’a toujours fait confiance et m’a
soutenu ; que ce travail soit le fruit de ton amour et tes efforts consentis. Infiniment
merci pour cette confiance et tes nombreux sacrifices. Longue vie à toi.
REMERCIEMENTS

A Dieu tout glorieux créateur de toute chose, pour m’avoir donné la vie et pour avoir
veillé sur moi jusqu’au aujourd’hui,

A mon superviseur Dr Gatien LOKOSSOU, malgré vos multiples occupations, vous avez
accepté assurer la supervision de ce travail. La perspicacité de vos remarques, votre
disponibilité constante, votre rigueur scientifique et vos conseils ont été précieux dans
l’élaboration de ce travail. Veillez accepter ce travail comme un témoignage de mon

admiration et de ma profonde gratitude.

A mon tuteur de stage père Bruno HOUNKONNOU, pour m’avoir non seulement permis
d’effectuer mon stage dans votre laboratoire mais également pour votre disponibilité. Vos
qualités humaines et vos conseils m’ont aidé dans la réalisation de ce travail. Profonde
reconnaissances ;

Au père Marius YABI, Directeur de L’Hôpital la Croix de Zinvié mon séjour au sein de
l’hôpital a été possible grâce à vous. Recevez, Monsieur le Directeur, l’expression de toute
notre reconnaissance.

Au personnel du laboratoire de l’hopital la croix de zinvié pour leur amabilité, leur amour,
leur volonté à m’instruire et leur grande aide pour la réalisation de ce travail.

A tous les Enseignants du Département de GBH, qui ont contribué dignement à notre
formation universitaire.

A vous mes frères et sœurs, ceci est le témoignage de mon affection fraternelle. Puisse Dieu
nous unir d’avantage et faire de nous des élites ;

A toutes les mamans qui ont œuvrées pour la réalisation ce travail, pour vos conseils, vos
multiples sacrifices et l’éducation que j’ai reçue de vous. Que le tout puissant vous donne
une longue vie

A mes camarades de la 11eme promotion, pour nos moments de peines et de joies partagés.
Brillante carrière à tous.
A tous ceux qui ont participés de près ou de loin à l’élaboration de ce travail. Que Dieu vous
le rende au centuple

HOMMAGES
Au président du jury, vous nous faites un grand honneur en acceptant présider ce jury, vos
observations seront les bienvenues et contribueront à l’amélioration de ce document. Recevez
nos hommages respectueux et notre profonde gratitude

Aux membres du jury, c’est un aussi un honneur que vous nous faites en acceptant de juger ce
travail. Vos remarques et suggestions seront prises en compte pour l’amélioration de la qualité
scientifique de ce rapport de stage.

Hommages respectueux !

SIGLES ET ABREVIATIONS
ABM : Analyses Biomédicales

EPAC : Ecole Polytechnique d’Abomey- Calavi

FAO : Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture

GB : Globules Blancs

G : Granulocytes

L : Lymphocytes
M : Monocytes

NGB : Nombre de Globules Blancs

OMS  : Organisation Mndiale de la Santé

ONU  : Organisation des Nations Unies

PB : Périmètre Brachial

UNICEF  : Fonds des Nations Unies pour l’Enfance

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Effets de certains déficits nutritionnels spécifique sur l’immunité

Tableau 2 : Variation normale et pathologique des globules blancs chez les
enfants
Tableau 3 : Variation des cellules immunitaires suivant l’âge

LISTE DES FIGURES

Figure1 : Bandelette de Shakir «MUAC»

Figure 2 : Répartition des sujets suivant le sexe


Figure 3 : Répartition de la population d’étude suivant les tranches d’âge
Figure 4 : Variation des lymphocytes chez le dénutris
Figure 5 : Variation des monocytes chez les dénutris
Figure 6 : Variation normale et pathologique des granulocytes chez les enfants dénutris
Figure 7 : les principales infections survenues chez les enfants
Figure 8: Variation des cellules immunitaires en fonction des infections
RESUME

Dans le monde et en Afrique en particulier, la dénutrition est un problème de santé publique


qui fait autant de victimes que certaines maladies infectieuses. Tous les ans, des millions
d’enfants de moins de 5 ans sont touchés et beaucoup en meurt. . Cependant elle ne retient
pas comme cela se doit l’attention des scientifiques et des gouvernements. Afin de connaitre
son impact sur certains acteurs du système immunitaire, une étude rétrospective a été menée
sur une population de dénutries de l’arrondissement de Zinvié dans la commune d’Abomey-
Calavi au Bénin. Cette étude s’est intéressée aux données cliniques et biologiques de 30
enfants dénutris pris en charge à l’hôpital la Croix de Zinvié du 1er août au 12 octobre 2018

Après la recherche d’infection chez ces enfants, les dossiers médicaux ont été consultés pour
identifier d’éventuelle modification qualitative et quantitative des cellules blanches. Ainsi,
nous avons observé sur la base des valeurs de références du laboratoire, un pourcentage
élevé des globules blancs chez 73% des enfants et celui des lymphocytes chez 53% des
enfants de la population d’étude. Une augmentation de taux de globules blancs et de
lymphocyte est donc enregistrée. Quant au aux granulocytes, 80% des enfants avaient un
pourcentage de granulocytes inferieur a la normal. Par contre aucune modification
significative n’a été notée au niveau des monocytes. Au cours de notre étude deux infections
parasitaires ont été relevées chez les enfants, il s’agit l’infection à Entamoeba histolytica et
l’infection à Plasmodium. falciparum. Une modification quantitative de certaines cellules
immunitaires est donc enregistrée au cours de la dénutrition.

Mots clés : dénutrition, cellules immunitaires, maladies infectieuses, santé publique,


ABSTRACT

Keywords: under nutrition, immune system, infectious diseases, public health,


immune cells

SOMMAIRE

INTRODUCTION

:CHAPITRE1: REVUE DE LITTERATURE

CHAPITRE2: CADRE, MATERIEL ET METHODES

CHAPITRE 3: RESULTATS ET DISCUSION

CONCLUSION ET SUGGESTIONS
REFERENCES

INTRODUCTION
Longtemps tenue comme l’une des conséquences de la pauvreté et le résultat direct d’une
alimentation inadéquate, la malnutrition est un état nutritionnel qui englobe la surnutrition, la
mauvaise assimilation et la dénutrition (McCarthy, 2016). La dénutrition est la forme la plus
sévère et la plus remarquer et touche beaucoup de personnes en particulier dans les pays en
voie de développement (Noёel S., 2009). Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS),
la dénutrition constitue un état pathologique résultant d’apports nutritionnels insuffisants par
rapport aux dépenses énergétiques de l’organisme (YA Bouattour, 2016)., D’après la
nomenclature internationale des maladies, la dénutrition est considérée comme un marasme
nutritionnel ( Elumba- Ngoy C., 2010). Elle survient suite à une diminution des apports
alimentaires, un hyper catabolisme souvent liée a une maladie et ou une malabsorption des
nutriments (Raynaud-Simon A. et al,.2000). La dénutrition constitue un véritable problème de
santé publique (Musimwa M. et al., 2016) aux conséquences graves sur les enfants,
particulièrement ceux de moins de cinq ans et sur les personnes âgées(UNICEF,2016). . En
effet, elle expose à des risques majeurs et peut, dans certains cas, avoir une incidence sur le
pronostic vital (Michel R. et al., 2005 ). Les conséquences de la dénutrition se traduisent par
un affaiblissement musculaire, une altération de l’état générale, des retards de cicatrisation,
une baisse des performances immunologique et une diminution des capacités d’adaptation et
de résistance aux agressions ( Raynaud-Simon A. et al,.2000). Dans une revue médicale suisse
du 7 octobre 2009,  Dr Riana Rakotoarimanana affirme  que : « la dénutrition entraine un
déficit immunitaire global » (Rakotoarimanana R.Rakotoarimanana,2009 ). Ce déficit global
se traduit par une incapacité à répondre à un agresseur (James R.Renner et al., 2014).

Malgré les efforts fournir par le Benin pour sortir de la pauvreté et pour remédier aux
problèmes de la famine, le problème de la dénutrition persiste et crée encore des victimes
surtout chez les enfants (SCRP, Bénin, 2011).

Au Benin, il n’existe fondamentalement pas d’études scientifiques concernant les


conséquences de la dénutrition sur le fonctionnement du système immunitaire. . Nous avons
donc émis l’hypothèse selon laquelle la dénutrition perturberait le comportement de
certaines cellules immunitaires.

Compte tenu de ses inconvénients et de sa gravité, nous avons décidé d’évaluer l’impact de
la dénutrition sur certains acteurs du système immunitaire dans une population de dénutrie de
l’arrondissement de Zinvié dans la commune d’Abomey-Calavi au Benin.

Plus spécifiquement nous avons :

 analysé les données relatives à la numération des globules blancs dans une
population dénutrie
 déterminé la formule leucocytaire

 recherché s’il y a eu des infections dans cette population de dénutrie.


CHAPITRE I : REVUE DE LITTERATURE

1.1. DEFINITION DES CONCEPTS CLES

1.1.1. Malnutrition

La malnutrition désigne l’ensemble des désordres ou états pathologiques résultant de la


déficience ou l’excès d’un ou plusieurs nutriments. Elle regroupe la mauvaise assimilation, la
suralimentation et la dénutrition (Marie Mukambayire M., 2012.

1.1.2 Dénutrition

Encore appelé sous-alimentation, la dénutrition est considérée comme une insuffisance


quantitative de l’apport alimentaire assez prolongée pour provoquer des troubles organiques
ou fonctionnels  (Zagre et al., 2004) . C’est un manque de matières alimentaires pour fournir
les éléments nécessaires à l’organisme pour son bon fonctionnement (Mukangwije I., 2008).

1.1.3. Suralimentation
La suralimentation est une exagération quantitative et parfois qualitative des apports
alimentaires. Elle peut provoquer des effets néfastes à l’organisme (Akhil et al., 2006). C’est
un trouble du comportement alimentaire se traduisant par des ingestions importantes
d’aliments ( Ramoz N. et al., 2017). Selon l’OMS, plus d’un milliard d’adultes dans le monde
sont en surpoids suite a une suralimentation et 650 millions d’entre eux sont obèse (OMS ,
2016) .

1.1.4 Système immunitaire

Le système immunitaire est un système biologique constitué d’un ensemble coordonné


d’éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le soi du non-soi.(Ferreira A. et al.,
2015).Il a pour rôle principal de défendre l’organisme contre les agents étrangers  (bactéries,
virus, parasite, champignons, cellules cancéreuses etc.) susceptibles de menacer son bon
fonctionnement ou sa suivie.(Ferreira A. et al., 2015).

1.1.5. Défense immunitaire

C’est la capacité que possède l’organisme à être réfracteur face à un agent pathogène. Pour
cela, il met en place un ensemble de mécanismes pour protéger l’organisme contre les
agresseurs (parasites, bactéries, virus, etc.) ( Pradeu T., 2007) .

1.1.6 Déficience immunitaire

C’est l’affaiblissement des défenses immunitaires, elle peut être primitif ou secondaire
(Guéniot C., 2017).

1.2. EPIDEMIOLOGIE DE LA DENUTRITION

1.2.1. LA MALNUTRITION DANS LE MONDE


La malnutrition constitue une menace pour des familles entière. Elle touche particulièrement
les enfants, les adultes et les personnes âgées (Mukangwije I., 2008). Dans un dossier publié
par l’institut Danone en France, environ 4 à 10 % des personnes âgées vivant a domicile en
France sont dénutries. Cette prévalence atteint 15 à 38% chez celles vivant en institution et
30 à 70% chez les personnes hospitalisées. Ces conditions entraine des complications très
graves avec une mortalité accrue chez ces derniers (Raynaud- Simon A., 2012).Les enfants
de moins de 5 ans sont les plus vulnérables face aux conséquences de la malnutrition. Ce qui
menace leur suivie et leur développement adéquat (UNICEF, 2004). Malgré ces
conséquences désastreuses, la dénutrition suscite peu d’inquiétude auprès des différents
acteurs de la société comparativement aux maladies infectieuses. En Europe, depuis la crise
économique de 2008, le nombre de personnes confrontées aux problèmes de la malnutrition
augmente. Aujourd’hui, 6 millions de personnes en sont victimes. (Brocard S, 2018). Par
ailleurs, un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture,
indique que les souffrances liées à la faim et à la malnutrition semblent être en hausse dans
certaines zone dans la région Asie-Pacifique. Les derniers chiffres indiquent que près d'un
demi-milliard de personnes souffrent de sous-alimentation en Asie (FAO,  2017). En Afrique
de l’ouest, le dernier rapport de la (FAO) pointe du doigt l'ampleur de la malnutrition qui
touche plus de 16 millions d'enfants de moins de 5 ans en Afrique de l'Ouest. (Jeune Afrique,
2016).

Il est donc aisé de constater que les ressources alimentaires sont gaspillées dans certains pays
alors que beaucoup de personnes meurent de faim y compris dans les pays du nord (FAO,
2011). Nous vivons de ce fait d’une crise planétaire de la malnutrition.

1.2.2. EPIDEMIOLOGIE DE LA DENUTRITION EN AFRIQUE ET DE PAR LE MONDE

La dénutrition est un type de malnutrition qui se traduit par une insuffisance qualitative et
quantitative de matières alimentaires nécessaire au bien être général de l’individu
(Mukangwije I., 2008). . Les causes de la dénutrition sont multiples. Les principales sont :
la pauvreté, la maladie, l’inadéquation de la ration alimentaire, le chômage, le vieillissement,
la famine, la guerre, le manque d’accès à l’eau, l’insuffisance de l’allaitement maternel et les
catastrophes naturelles etc. Dans les pays à faibles revenus, la pauvreté est la principale cause
de dénutrition (UNICEF, 1998).
Chaque année la dénutrition fait autant de victimes que certaines maladies infectieuses
surtout chez les enfants de moins de 5 ans. Malgré cela, elle ne retient pas pour autant
l’attention des acteurs politiques et scientifiques. En 2017 le Fonds des Nations unies pour
l'enfance (UNICEF) l’a estimé que 150 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent
(UNICEF, 2018) encore de dénutrition dans le monde. La moitié de ces enfants vit en Asie du
sud. Contrairement à une ancienne croyance qui considère la dénutrition comme une maladie
des pauvres, cette affection et de plus en plus une préoccupation majeure dans les pays en
développement surtout en Europe et en Asie du sud. En 2017, l’Organisation des Nations
Unies a estimé que la dénutrition a touché 821 millions de personnes. Parmi eux, il y a 150
millions d’enfants qui ont accusé des retards de croissance. (ONU, 2018).

1. 3. RELATION NUTRITION ET SYSTEME IMMUNITAIRE

Dans nos entourages, il n’est pas rare d’entendre parler des aliments comme remèdes de telle
ou telle maladie. Peut-on alors tiré la conclusion que les aliments influencent la réponse du
système immunitaire (SI) face aux agressions ? Des liens étroits entre le statut nutritionnel et
la capacité du SI à répondre aux agressions sont admissent depuis le début des années 70. En
effet, les premiers travaux ont démontré qu’une dénutrition protéino-énergétique affectait de
manière importante la réponse immunitaire tant innée qu’acquise (Vasson M. et Reimund J.,
2007). Dès lors, nombreuses recherches ont été menées dans ce sens pour comprendre la
relation entre les aliments et le système immunitaire ainsi que les processus par lesquels une
sous alimentation serait à l’origine d’un déficit immunitaire. Au cours d’une interview, le
Professeur d’immunologie nutritionnelle Philip Calder explique que le système immunitaire
est un système qui exige une quantité importante d’énergie qui doit être apporté par les
aliments pour ces multiples fonctions. Aussi, il établit un lien indirect entre la nutrition, le
microbiote intestinal et l’immunité (Philip C., 2016). Par ailleurs, les oligoéléments, les
vitamines et les protides semblent aussi jouer un rôle essentiel sur le système immunitaire
(Rivet M.).
1.4. LE DEPISTAGE DE LA DENUTRITION

1.4.1. LES CIBLES

Ce sont des enfants de 0 à 5ans, de 5 à 18 ans, les femmes enceintes, les femmes allaitantes,
les adultes, les personnes âgées, les personnes vivant avec de VIH /SIDA, les malades atteints
de tuberculose, et les drépanocytaires (Document de formation annuel en nutrition Cote
d’ivoire, 2017).

1.4.2. Importance du dépistage

La dénutrition est une pathologie fréquente qui a un retentissement grave sur l’état de santé et
pouvant entrainer de multiples complications (Patry C. et al., 2010). Son dépistage donne une
information sur l’état nutritionnel et le changement de poids (Diagnostic de la dénutrition ,
2017). Ainsi son diagnostic permettra d’élaborer des stratégies préventives vis à vis des
conséquences de cette maladie (Raynaud-Simon A. et al., 2010). Chez les enfants le
diagnostic permettra de réduire le risque infectieux et de favoriser une bonne croissance. Au
cours de l’hospitalisation le dépistage des patients à risque de dénutrition permet une
intervention précoce et contribue de manière systématique à prévenir la détérioration de l’état
nutritionnel (Paule B., 1996).

1.4.3.. Le dépistage actif


Le dépistage actif est celui effectué au niveau communautaire c’est-à-dire par les agents
socio-sanitaires des centres de santé (CS), et des centres de promotion sociale (CPS), ainsi
que les agents de certaines Organisation Non Gouvernementales (ONG). Il consiste à
diagnostiquer la dénutrition à partir de la mesure du périmètre brachial et de la recherche des
œdèmes chez les enfants. Le périmètre brachial est un indicateur direct de la maigreur chez
les enfants de plus de 6 mois, les femmes enceintes, les femmes allaitantes et chez les patients
alités (UNICEF, 2012).Il se mesure à l’aide d’une bandelette appelée bandelette de Shakir ou
d’un ruban exprimé en mm ou en cm. La bandelette de Shakir est colorée chez les enfants et
comprends trois couleur (vert, jaune et rouge) Chaque couleur correspond à un état
nutritionnel, mais blanche chez les adultes. La figure 1-a et 1-b présente respectivement la
bandelette de Shakir chez les enfants et les adultes

Figure 1-a : Bandelette de Shakir pour Enfant

Figure 1-b : Bandelette de Shakir pour Adulte

Figure1 : Bandelette de Shakir (Document de formation annuel en nutrition Cote d’ivoire,


2017).
L’enfant est déclaré dénutri si le Périmètre brachial est inferieur à 115 cm avec la présence
des œdèmes bilatéraux et un état général altéré.

1.4.4. Le dépistage passif

Le dépistage passif est celui effectué dans les Hôpitaux de Zone, les Centres Hospitaliers
Départementaux, les Centres Hospitaliers Universitaires, les centres de santé publics,
confessionnels et privés, lors des consultations pré et post natales, et au cours des séances de
vaccination (UNICEF 2012). Lors des dépistages passif, la dénutrition est diagnostiquer sur
la base de la recherche des œdèmes bilatéraux, du périmètre brachial et de l’indice poids-
pour- taille.

1.5. CONSEQUENCES DE LA DENUTRITION

Les conséquences de la dénutrition sont graves et nombreuses. Nous avons entre autre
l’asthénie, une diminution de la force musculaire, l’amaigrissement, la survenue d’une
infection et sa répétition, des difficultés de cicatrisation, la déshydratation et la
déminéralisation osseuse. Aussi la dénutrition sévère qui engendre des maladies comme la
kwashiorkor et le marasme (Lesourde B. et al., 2000). Par ailleurs une sous alimentation peut
aussi entrainer la chute du potentiel de défense et donc une moindre résistance aux infections
(DELPEUCH F. et al ., 1996). En effet toutes les formes de l’immunité peuvent être affectées
par la dénutrition, cependant l’atteinte va dépendre du degré de la dénutrition. Ainsi nous
pouvons citer comme conséquences sur le SI : l’atrophie du thymus, la réduction de la
maturation des lymphocytes TCD4, une atteinte des tissus lymphoïdes associés (peau
amygdales, bronches et intestin) la diminution des IgA sécrétoires, altérations de l’action
bactéricide des globules blancs, affaiblissement du système immunitaire par manque
d’énergie (Philip C., 2017). De même les déficits en micronutriment peuvent avoir des
répercussions directes sur le système immunitaire. Selon le déficit nutritionnel enregistré
résulte une anomalie immunologique. Le tableau ci après montre les effets de certains déficits
nutritionnels spécifique sur l’immunité (Nicholas C., 2010).

Tableau 1 : Effets de certains déficits nutritionnels spécifique sur l’immunité

Déficit primaire Anomalies immunologiques


Zinc Atrophie thymique, lymphopénie, différenciation des lymphocytes T
défectueuse, réduction de la production des cytokines Th1, diminution de la
production d'anticorps

Cuivre Lymphopénie, diminution de la prolifération lymphocytaire

Sélénium Augmentation de la virulence virale

Fer Diminution des réponses humorales, diminution de la phagocytose et de


l’explosion oxydative, diminution de la prolifération des lymphocytes T

Vitamine E Augmentation des IgE, augmentation de la production de PGE2

Vitamine A Barrière cutanée défectueuse (métaplasie squameuse), lymphopénie,


diminution de la production d’anticorps, diminution des réponses Th2,
diminution de la maturation des neutrophiles et des macrophages

Protéines Déficits des réponses à médiation cellulaire, diminution de la production


des cytokines

Malnutrition Atrophie thymique, diminution de la masse du tissus lymphoïdes (nœuds


Protido-calorique lymphatique), diminution des lymphocytes B et T circulants, réponses à
médiation cellulaire défectueuse, diminution de la production de cytokines

Nous avons une la dénutrition sévère qui engendre des maladies comme la kwashiorkor et le
marasme, l’atteinte des muscles squelettiques (sarcopenie), une augmentation du risque
infectieux et la sévérité des infections, diminution de la ventilation par la moindre
performance du diaphragme et des muscles intercostaux, la fragilisation osseuse, fatigue
intense, la diminution de masse et de force musculaire, troubles de cicatrisation. Des fois le
pronostic vital est menacé entrainant ainsi la mort.
CHAPITRE 2 : CADRE ET METHODES D’ETUDE

2.1. Cadre

2.1.1. Cadre institutionnel

L’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi qui, à l’origine était nommée Collège


Polytechnique Universitaire (CPU) a été créée en Février 1977 pour répondre à un besoin de
formation technique au niveau de l’enseignement supérieur. L’enseignement à l’EPAC est
organisé en deux secteurs: le secteur industriel et le secteur biologique dans lequel s’est
déroulée notre formation au département de Génie de Biologie Humaine. Ce département est
l’un des premiers de l’EPAC et forme des techniciens de laboratoire en Analyses
Biomédicales.

2.1.2. Cadre technique

Dans la perspective d’atteindre les objectifs fixés pour l’étude, notre stage s’est déroulé au
sein du laboratoire de l’hôpital ‫״‬LA CROIX de Zinvié‫ ״‬qui est un hôpital confessionnel
catholique créé en 1980 par les Religieux Camilliens de la Province Sicúlo-napolitaine
d’Italie. Il sert de référence pour plusieurs Centres de Santé communaux à cause de sa
situation géographique.

2.1.21. Organisation des services de l’hôpital

L’hôpital dispose d’un bloc administratif et d’un bloc technique. Le bloc administratif est
composé des services des affaires administratives et économiques. Le bloc technique regroupe
les services de la médecine générale, de la consultation, de la radiologie, de la chirurgie, de la
maternité, de la cardiologie, de l’urgence, de la pharmacie, de la pédiatrie, du bloc opératoire
et du laboratoire, la section où nous avons fait notre stage

2.1.2.2. Présentation du laboratoire

Le laboratoire est situé à quelques mètres du service de la consultation et en face du service de


la radiologie et échographie.

Il est multidisciplinaire et est structuré en salle de garde, en laverie, salle de toilette salle
d’enregistrement, salle de prélèvement et des salles de manipulation.

Dans cette dernière salle, on distingue, trois (3) salles. La première salle est composée de
trois paillasses, à savoir : la paillasse de la sérologie, celle d’endocrinologie-marqueurs
tumoraux, et celle d’hématologie- biochimie.
La deuxième est composée de deux (2) paillasses, celle de la parasitologie-immunologie, et
celle de la bactériologie.
La troisième salle dispose d’une paillasse réservée à la banque de sang pour la réalisation du
groupage sanguin et la détermination du rhésus.
 L’hématologie est cette discipline qui s’occupe de la numération des cellules
sanguines et du dosage des éléments constitutifs du sang. Divers examens y sont réalisés tels
que : la Numération Formule Sanguine (NFS), la vitesse de sédimentation, le test d’Emmel, le
temps de saignement.
 La section de la Sérologie quant à elle s’occupe de la recherche d’antigène ou
d’anticorps dans le sérum. Comme examens nous avons : le Sérodiagnostic de Widal et de
Félix (SDW), Treponema pallidum Hemaglutinations Assay (TPHA), Venereal Disease
Research Laboratory (VDRL), la recherche d’anti streptolysine O (ASLO), la quantification
d’anticorps anti C Réactive Protéine (CRP), la recherche d’anticorps du Virus de
l’Immunodéficience Humaine (HIV), la recherche d’antigène de l’hépatite B (AgHbS),
Thyroxin Binding Globulin (TBG), la recherche d’anticorps de l’hépatite C (HVC).
 La section de la Bactériologie est réservée à la réalisation de l’examen
cytobactériologique des urines, de l’examen cytologique du liquide céphalo-rachidien.
 La section de parasitologie permette de réaliser d’une part la goutte épaisse densité
parasitaire, la recherche des amibes, des œufs, des kystes dans les selles.
 La section de la biochimie permet de mesurer les quantités des constituants des
liquides biologiques (sang, liquide céphalo-rachidien, urine). On y réalise le dosage de l’urée,
, de l’acide urique dans le sang, des transaminases, des triglycérides, le du calcium sanguin,
de la protéine dans l’urine. On y réalise aussi, l’examen biochimique du liquide céphalo-
rachidien, le gamma-glutamyl transferase le dosage de la bilirubine totale et conjugué, de la
créatinine, le du magnésium sanguin, des protides, du glucose, des triglycérides, du
cholestérol total, du HDL et du LDL.

2 .2. Méthode d’étude


2.2.1. Type, période et population d’étude
Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée sur les données cliniques de 30 enfants dénutris
admis à l’hôpital de Zinvié du 1er aout au 12octobre 2018.Ils ont été pris en charge par le
centre de récupération nutritionnelle des sœurs camilliennes de l’hôpital de Zinvié.

2.2.2 Méthode

Lors de notre passage à l’hôpital la Croix de Zinvié, en collaboration avec la directrice du


centre et le responsable du laboratoire de l’hôpital, nous avons eu accès aux dossiers
médicaux de 30 enfants dénutris ayant faire la Numération Formule Sanguine (NFS). Ces
dossiers nous ont permis d’obtenir des informations sur le sexe et l’âge des enfants. Nous
avons ensuite relevé les résultats de la numération des globules blancs, de la formule
leucocytaire et d’éventuelle infection survenues chez les enfants.

Les valeurs de référence du laboratoire sont les suivantes :


Globules Blancs : 4-10 G/L
Granulocytes : 50 à 70 %
Lymphocytes  : 20 à 40 %
Monocytes : 7 à 13 %

L’examen se réalisera sur du sang total provenant d’un prélèvement sanguin sur tube EDTA.
de pour la es sdes sliquide des savec un ’un microscope scellules . :J
. Ilde 3

Pour cela,a été non diluééé a été du sangucomptés ymphocytes ou de granulocytes ou de


monocytes é.Les vs du laboratoire sont les suivantes : ymphocytesonocytes ranulocytesont
été rangé.

2. 3. Analyse statistique


Les données ont été saisies et analysées avec le logiciel Excel 2016. Nous avons calculé des
fréquences simples et des fréquences relatives (pourcentages) pour les variables qualitatives et
quantitatives. Les comparaisons des moyennes ont été effectuées avec le test de t student et le
test exact de Fisher. Les différences statistiquement significatives ont été considérées pour les
p value inférieur à 0,05
Conséquences de la dénutrition sur le bon fonctionnement du système immunitaire

CHAPITRE 3 : RESULTATS ET DISCUSSION

1
Réalisé et soutenu par Loriane M. Gomez
3.1. RESULTATS
Pour la mise en œuvre de notre étude, nous avons inclus 30 enfants dénutris. Les figures
2 et 3 présentent respectivement la répartition de l’échantillon d’étude suivant le sexe
et l’âge.

3.1.1. Répartition des patients en fonction du sexe


La figureprésente la répartition des sujets suivant

F M

50% 50%

Figure 2 : Répartition des patients en fonction du sexe


La figure 2 montre que la population d’étude était constituée de 50% de garçons et 50% de
filles. Ce qui permet d’avoir sexe ratio de 1.

2
3.1.2. Répartition des patients en fonction de l’âge

Figure 3 : Répartition de la population d’étude suivant les tranches d’âge

La figure 3 montre que les patients de la tranche d’âge de 1 à 20 mois étaient les plus
représentée dans notre population d’étude. L’âge moyen était 22±19 mois.

3.1.3. Pourcentage de globules blancs par litre de sang chez les enfants
Le tableau II : le pourcentage de globules blancs chez les enfants. Sur la base des valeurs de
référence du laboratoire, huit (27%) patients sur les trente avaient un pourcentage normal de
globules blancs. Les 22 (73%) autres avaient un pourcentage de globules blancs supérieur
aux valeurs normales.

3
Tableau II : Variation du pourcentage de globules blancs chez les enfants

NGB/l de sang Fréquence Pourcentage(%)

N=30

˂4×109 0 0

4×109 - 10×109 8 27

˃ 10×109 22 73

3.1.4. Variation du pourcentage de lymphocytes chez les enfants dénutris


La figure  présente la variation des lymphocytes chez les dénutris
60
53 %
50

38 %
Fréquence(%)

40

30

20

10 7%

0
˂ 20 20 -40 ˃40

Lymphocytes(%)

Figure 4 : variation du pourcentage de lymphocytes chez le dénutris

4
Cette figure montre que 53% des enfants de notre population d’étude ont un taux de
lymphocyte supérieur a la normal. Pour 7% d’entre eux le pourcentage de lymphocytes est
en dessous de la normal et 38% ont un taux normal.

3.1.5. Variation des monocytes chez les enfants dénutris

La figure 5  présente la variation des monocytes chez les dénutris.

90 83 %
80

70
Frequence (%)

60

50

40

30

20
7% 10 %
10

0
˂3 3 à 14 ˃ 14
Monocytes(%)

Figure 5 : Variation des monocytes chez les denutris

La figure 5 montre que 83 % des enfants de la population d’étude ont un taux de monocytes
normal. Sept pour cent ont un taux inferieur à la normal alors que 10% ont un pourcentage
de monocytes supérieur à la normal.

3.1.6. Variation du pourcentage de granulocytes chez les enfants dénutris


La variation des ratios de granulocytes dans le sang périphérique est présenté dans la figure 6.

5
90
80 %
80

70
Pourcentage(%)

60

50

40

30

20 13 %
10 7%
0
˂50 50 -70 ˃ 70
Granulocytes(%)
Figure 6 : Variation des granulocytes chez les enfants dénutrie

Cette figure montre que 80% des enfants de la population d’étude ont un taux de granulocytes
inferieur à la normal alors que 13% ont un taux normal et 7% ont un pourcentage de
granulocytes en dessous de la normal.

3.1.7. Variation des cellules immunitaires chez les enfants dénutrie suivant l’âge
………………….
Le tableau III présente les pourcentages des cellules immunitaires en fonction de la tranche
d’âge. , nous constatons qu’il n’y pas une variation statiquement significative entre les taux
moyens des cellules immunitaires et l’âge des sujets dénutries (p˃0,05).

Tableau III : variation des pourcentages des cellules immunitaires en fonction de la tranche
d’âge

6
Tranche d’âge (mois) [1 -20[ [20-40[ [40 -60] P value

Moyenne ±SD

Cellules immunitaires

NGB/l 13,66± 5,56 14,04 ± 4,69 9,5 ±1,80


Lymphocytes (%) 52,35±15,48 43,44 ±15,05
55,75± 5,07 ˃0,05*
Monocytes(%) 7,18±6,33 10,44±3,53 6,5± 2,5
Granulocyte(%) 40,12±15,74 46±14,61 37,75± 2,86

*test exact de Fisher

3.1.8. Les principales infections survenues chez les enfants dénutries


La figure 7 montre les principales infections survenues chez les enfants de notre étude.
………………………………………………………………….

50%

45%

40%

35%

30%

25%

20%

15%

10%

5%

0%
P. Falciparum E. Hystolytica P. Faciparum & E.
Hystolytica

100

Est
50
Oue st

Nord
0
1e r trim. 2e trim. 3e trim. 4e trim.

7
Figure 7 : les principales infections survenues chez les enfants

Dans la population d’étude, 18 enfants parmi les 30 ont eu une infection. Parmi les 18, 7
enfants ont été infectés simultanément par Entamoeba histolytica et Plasmodium falciparum.
Huit ont été infecté par Entamoeba histolytica et 3 ont été infecté par Plasmodium
falciparum.

3.1.9. Comparaison des pourcentages des cellules immunitaire en fonction des infections

60

p=0,730
50 p=0,675

40

30 P. Falciparum
E. Hystolitica
20
p=0,620
p=0,660
10

0
NGB/l Lymphocytes Monocytes Granulocytes

Figure 8: Variation des cellules immunitaires en fonction des infections

8
La figure 8 montre qu’il n’y a pas de différence statistiquement significative entre les taux
moyens des cellules immunitaires quelque soit la nature de l’infection des enfants dénutrie
(p˃0,05).

3.2. DISCUSSION

La présente étude à été réalisée sur les enfants dénutris admissent pour une prise en charge
dans le centre de récupération nutritionnelle des sœurs camilliennes de Zinvié. Au cours de
cette étude, nous avons voulu évaluer l’impact de la dénutrition sur certains acteurs du
système immunitaire dans une population de dénutrie de l’arrondissement de Zinvié dans la
commune d’Abomey-Calavi au Bénin. Elle avait comporté 30 enfants dont 15 filles et 15
garçons. La tranche de 1 à 20 mois était la plus représentée dans cette population d’étude et
l’âge moyen était 22±19 mois.
Au cours de notre étude, nous avons observé qu’une grande proportion des enfants avait un
pourcentage de globules blancs élevé. En effet, sur les 30 enfants de la cohorte d’étude, 22
soit 73% des enfants avaient un pourcentage de globules blancs supérieur à la valeur normale.
Ce taux de globules blancs observé a l’issu de cette étude contredire les résultats observé
par ....... cette différence peut être expliqué par le fait que la majorité des enfants de cette
population d’étude avaient souffert d’une infection d’origine parasitaire.
Aussi un pourcentage élevé des lymphocytes a été enregistré, 53% des patients de notre
étude présentaient un taux élevé de lymphocytes. Selon

9
La présente étude a été réalisée à l’hôpital ‫״‬LA CROIX de Zinvié. Elle a pour objectif
général d’évaluer l’impact de la dénutrition sur certains acteurs du système immunitaire dans
une population de dénutrie de l’arrondissement de Zinvié dans la commune d’Abomey-
Calavi au Benin. Notre étude avait comporté 30 enfants dont 15 filles et 15 garçons. La
tranche d’âge de 1 à 2 mois était la plus représentée et l’âge moyen était de 22±19 mois. Au
cours de cette étude deux principales infections parasitaires dont l’infection à Entamoeba
histolytica et à Plasmodium falciparum ont été relevées chez les enfants. Aussi les données
révèlent qu’au cours de la dénutrition chez les enfants le taux de globule blancs en générale
excède la normal ainsi que celui des lymphocytes. Ceci peut être expliqué par le fait que la
majorité des enfants de cette étude souffraient d’une infection. Cependant une grande
diminution des granulocytes ont été observée. Les monocytes quant à eux ne présentes aucune
modification significative. Ces résultats concordent avec ceux de F. Delpeuch et al. Qui
explique dans son article publié en 1996 qu’au cours d’une dénutrition la diminution de
l’action bactéricide est enregistré mais la phagocytose ne semble pas être affectée.

CONCLUSION

La dénutrition est une pathologie nutritionnelle dont les conséquences ne sont plus à
présenter. Elle touche toutes couches d’âge et laisse des millions de survivants avec des
séquelles durables sous d’infirmité de vulnérabilité et d’importance conséquences sur le SI. A
l’issu de notre travail, nous pouvons retenir une modification du comportement de certaines
cellules immunitaires au cours de la dénutrition. Notamment une augmentation des cellules

10
blanches en générale et celle des lymphocytes, mais une diminution des granulocytes. Deux
parasitoses ont été identifié, l’amoebose et le paludisme mais l’amoebose était plus
dominante. La dénutrition a donc des conséquences sur le bonsemble perturbée le
fonctionnement du système immunitaire. , ses conséquencesCes perturbations facilitent sont
parfois accompagnées des infections entrainant une altération de l’état de santé et un
affaiblissement du système immunitaire.
Dans le but de rendre définitif les résultats obtenus au cours de ce travail, d’autres études
complémentaires avec des cohortes plus importantes seront indispensables.

RECOMMANDATIONS

Au regard des résultats obtenus nous suggérons ce qui suit :

11
A l’ endroit de l’EPAC : nous souhaitons que des recherches similaires soient effectuées lors
des années à venir afin de vérifier la conformité des résultats obtenus et de constituer une
base de données pour des études plus avancées.

A l’endroit des acteurs du gouvernement chargés de la lutte contre la pauvreté et la famine de


mettre une nouvelle stratégie en place pour réduire la dénutrition des enfants dans notre pays.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. McCarthy A., Prévalence de la malnutrition chez les enfants et adolescents hospitalisés,


mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de maitrise, Département de nutrition,
université de Montréal, 2016, Consulté le 19/01/2019, et disponible sur :
https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/1371
2. Noel Solomons, La dénutrition dans les pays en voie de développements : des aspects
évolutifs, Nestlé Fr, 2009,74-86, Consulté le 19/01/2019, disponible sur :
https://www.karger.com/Article/PDF/278754
3. YA Bouattour Y., Caumon C., Almaric C., Evaluation du dépistage et de la prise en charge
de la dénutrition au centre hospitalier d’Aurillac, 2016, 30, 128-129, disponible sur :
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0985056216300565
4. Elumba Ngoy C., Problématique de la dénutrition dans les hôpitaux de Lubumbashi,
licence en nutrition humaine, université de lubumbashi, 2010, consulté le 19/01/2018,
disponible sur :
https://www.memoreonline.com/10/12/6133/Problematique-de-la-denutrition-dans-les-
hpitaux-de-Lubumbashi.html

12
5. Raynaud-Simon A., Lesoud B., Conséquences clinique de la dénutrition, revue : press
med, Masson Paris, n°39,2000, disponible sur
http://www.chups.jussieu.fr/polys/capacites/capagerontodocs/docdeuxannee/0414Abmalnutrc
onsclinPMraynaudpdf

6. Musinwa A., Wakamb Kanteng G., Numbi Luboya O., Signes cliniques rencontrés chez
l’enfant dans un milieu minier : cas de la ville de Lubumbashi et ses environs, 2016,
disponible sur :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5012737/
7. UNICEF, Situation des enfants dans le monde 2016, disponible sur :
https://www.unicef.org/french/sowc2016/
8. Rakotoarimanana R., Nutrition et infection, Revue médicale suisse, 2009, 5 975-978
9. James R., Roger A.., Malnutrition et infection : Comprendre le lien, 2014
10. Stratégie de croissance pour la réduction de pauvreté (. SCRP BENIN), 2016 Consulté le
21/01/19 et disponible sur :

https://www.google.com/url?
sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.presidence.bj/evaluation-politiques-
publiques/1/&ved=2ahUKEwjhy7P0t_7fAhWYQxUIHTpjBKUQFjADegQIBBAB&usg=AO
vVaw018MrBRAJGcuAG-AS3ZqhP

11. Mukambayire M., Evaluation de la prise de conscience des problèmes nutritionnels par les
communautés et les facteurs influençant la situation nutritionnelle chez les enfants de moins
de 5 ans : cas du secteurs de Ndera du district de Gasabo au Rwanda, mémoire présenté en
vue de l’ obtention du diplôme de licence, Université de Kigali Rwanda, 2012, Disponible
sur : https://www.memoireonline.com/11/13/7678/Evaluation-de-la-prise-de-conscience-des-
problemes-nutritionnels-par-les-communautes-et-les-facteu45.html

12. Mukangwaje I., Analyses des causes et des conséquences de la malnutrition au Rwanda,
Mémoire de fin de formation pour l’obtention du grade de licence en sociologie, 2008,
Consulté le 23/01/2019 Et disponible sur : http://www.rbc.gov.rw/library/analyse-des-causes-
et-des-consequences-de-la-malnutrition-au-rwanda-cas-du-secteur-rubavu-du

13. Ramoz N., Clarke J., Génétique et épigénétique des troubles et conduites alimentaires,
2017

13
14. OMS, Principaux repéres de l’obésité et le surpoids 2016
15. Ferreira A., Veldhoen M., Influence of nutriment-derived metabolites on lymhocyte
immunity, 2015.
16. Pradeu T., Immunologie et la définition de l’identité biologique, Thèse présenté en vue de
l’obtention du grade de docteur en philosophie, Université de paris, 2007
17. Guéniot C., Déficience Immunitaire Auto-Immune, 2017, Consulté le 19/09/2019 Et
disponible sur
http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficience-immunitaire-auto-immune

18. Raynaud- Simon A., La dénutrition des personnes âgées, N° 104,2012

19. UNICEF, Les enfants et les conflits dans le monde en mutation, 2004
20. Sophie Brocard, Quand la faim et la malnutrition augmentent en Europe, 2018 consulté
le 28/01/2019 Et disponible sur :
https://www.touteleurope.eu/actualite/quand-la-faim-et-la-malnutrition-augmentent-en-
europe. html

21. FAO, Etat de la sécyrité alimentaire et de la nutrition dans le monde, 2017, Consulté le
16/02/2019 Et disponible sur : http://www.fao.org/news/story/fr/item/1061587/icode/

22. Nicholas C. Encyclopédie de la nutrition : clinique de féline, 2009

23. FAO, L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2011, Consulté le
15/02/2019 Et disponible sur : http://www.fao.org/food-loss-and-food-waste/fr/

24. UNICEF, Malnutrition : Causses, consequences et solution, 1998

25. UNICEF, La Faim continue dans le monde , 2018, Consulté le 18/02/19 Et disponible
sur : https://www.unicef.org/fr/communiqués-de-presse/selon-un-rapport-de-lonu-la-faim-
dans-le-monde-continue-daugmenter

26. ONU, L a faim continue dans le monde, 2018, Consulté le18/02/2018 Et disponible sur :
https://www.unicef.org/fr/communiqués-de-presse/selon-un-rapport-de-lonu-la-faim-dans-le-
monde-continue-daugmenter
27. Vasson M. Reimund J., Nutrition, immunité et inflammation, 2007

28. Philip C., La nutrition et son role sur l’immunité, 2016

14
29. Document de formation annuel en nutrition Cote d’ivoire, 2017

30. Patry C., Raynaud-simon A., La dénutrition: quelles stratégies et prévention, 2010,
33/n°134, 157-170
31. Paule B, Le dépistage et le traitement de la malnutrition au centre hospitalier de courte
durée, Québec 1996
32. UNICEF, Evaluation et prise en charge de la malnutrition aigue, 2012
33. Philip Calder, Liens entre alimentation et immunité, New Watch, 2017, disponible sur :
http://www.gutmicrobiotaforhealth.com/fr/liens-entre-alimentation-et-immunite-une-
interview-du-pr-philip-calder-deuxieme-partie
34. Delpeuch F., Chevalier P.,  Marie B., Complexe malnutrition-infection : problème de
santé publique chez les populations défavorisées, 1996, 26, 70-366,
35. Tiembré I., problème de santé publique, 2010
36. TORRES M., Statut nutritionnel de la personne âgée vivant à domicile , Mémoire de fin
formation pour l’obtention du grade de docteur, 2014 
37. CECCON E., Dénutrition de l’adulte hospitalisé, Mémoire de fin d’étude pour l’obtention
d’un diplôme d’état en médecine, Paris, 2016

38. (Document de formation annuel en nutrition Cote d’ivoire, 2017).

15