Está en la página 1de 4

10

L’épuration de l’eau

té.
de socié
t une af faire
u t ilis ons tous
ts e s ous
rejet s polluan omestiques, n
es sd
ution d usager ion.
La dimin , agriculteurs, t
u s t r iels o n s à sa pollu
Ind r ticip
e l’ e a u et pa
d

Crédit photo : Jean-Louis Aubert


Pourquoi épurer l’eau ?
Les législations européennes et françaises font
obligation aux communes, aux agriculteurs et aux
industriels, de traiter leurs effluents à l’aide de
techniques efficaces. Séchage solaire des boues
(Châteaulin, 29)
Un grand nombre de communes se sont équipées d’une station
d’épuration. Ces stations utilisent des procédés artificiels qui imitent
le processus naturel d’auto-épuration de la rivière. À la fin du
traitement, l’eau épurée est rejetée dans le milieu naturel. Elle peut
L’arrivée des eaux usées
également être utilisée en irrigation de cultures ou d’espaces verts.
dans les ouvrages de traitement
Une station d’épuration ne peut
Les systèmes d’épuration des correctement fonctionner que si un réseau
d’assainissement performant a été installé.
grosses collectivités Communément appelé «réseau d’égout »,
Ces techniques concernent les ouvrages d’épuration ce réseau de canalisation collecte les
des agglomérations de taille importante et par eaux usées à la sortie des habitations et
les achemine vers la station d’épuration.
conséquent un grand nombre d’habitants.
Ces eaux usées circulent dans ce réseau
En 2009, quelque 1 200 stations d’épuration d’une capacité gravitairement. Il y a parfois besoin de
supérieure à 10 000 équivalents-habitants traitaient une pollution remonter de plusieurs mètres les eaux
équivalente à près de 62 millions d’équivalents-habitants. usées pour permettre cet écoulement
L’épuration des eaux usées des grosses collectivités peut gravitaire d’un bout à l’autre du réseau.
comporter quatre phases principales : On met alors en place un système de
relevage opéré par une pompe ou une vis
■ le traitement primaire ou prétraitement, d’Archimède.
■ le traitement secondaire, Il existe deux systèmes de collecte des
■ le traitement tertiaire, eaux usées :

■ le traitement des boues. ■ un réseau unitaire, qui collecte les


eaux usées et les eaux pluviales dans
les mêmes canalisations.
■ un réseau séparatif, qui collecte les
eaux usées dans des canalisations
différentes de celles recueillant les eaux
de pluie (réseau « pluvial »).
Crédit photo : Jean-Louis Aubert

Station d’épuration
de Pont-Labbé
L’épuration de l’eau

Le traitement primaire Le traitement secondaire


Il permet d’éliminer de l’eau les Le traitement secondaire élimine
matières en suspension (déchets les matières en solution dans l’eau
grossiers, sables…) et les huiles. (matières organiques, substances
Ce traitement comprend plusieurs minérales…).
opérations : Deux types de traitements sont utilisés : les
■ L e dégrillage traitements biologiques sont appliqués aux
matières organiques (biodégradables) ; les

lons que… retient, par des grilles les déchets de bois, traitements physico-chimiques aux matières
Rappe papiers, plastiques…
■ L e dessablage
non organiques (non biodégradables).
■ Le traitement biologique
le terme « tout à retient la terre et le sable susceptibles Les eaux arrivent dans un bassin
l’égout » employé pour d’endommager les pompes ou de créer où sont développées des cultures
désigner le système des dépôts dans les bassins. de micro-organismes.
d’évacuation des eaux ■ L e déshuilage Les impuretés sont alors digérées par
usées, ne signifie pas ces êtres vivants microscopiques et
favorise, par injection de fines bulles d’air
que « tout » peut être transformées en boues. On reproduit ici
ou statiquement, la flottation des huiles et
jeté dans les égouts ; les des graisses qui sont séparées par raclage l’auto-épuration naturelle que l’on peut
produits toxiques, huiles en surface. observer dans les rivières : sous l’action
de vidange, solvants, d’un brassage mécanique ou d’un apport
■ L a décantation primaire d’air, les micro-organismes se reproduisent
médicaments n’y ont pas
permet aux matières en suspension de se très rapidement ; ils se nourrissent de la
leur place. pollution organique et du dioxygène de
déposer par simple gravité sous forme de
boues, recueillies ensuite par pompage de l’air pour produire du gaz carbonique et de
fond. l’eau.
À la suite de ce traitement la décantation
secondaire permet de recueillir, sous
forme de boues, les matières polluantes
agglomérées par les micro-organismes.
Le traitement biologique est le procédé
Les principales étapes le plus utilisé pour restaurer la qualité de
du traitement primaire.
l’eau en la débarrassant de ses principales
impuretés. Il est indispensable, mais
insuffisant : en dessous de 5 °C, l’activité
bactérienne est stoppée. Les bactéries
éliminent difficilement les phosphates,
les éléments toxiques et les polluants non
biodégradables.
■ Les traitements physico-chimiques
le plus souvent du chlore en sortie de
Ils consistent à transformer chimiquement, station d’épuration dans un bassin de
à l’aide de réactifs, les éléments polluants « contact » ou on traite aux ultraviolets.
non biodégradables.
Les traitements destinés à éliminer
Ces traitements sont mis en œuvre l’azote et le phosphore sont des
pour répondre à des enjeux particuliers traitements complémentaires.
(recherche de performances très élevées), Ils concernent maintenant la majorité
ou lorsque le traitement biologique n’est des stations d’épuration.
pas possible (contraintes de place ou de
température, variations subites de charge

Crédit photo : Jean-Louis Aubert


polluante).
Les procédés qui s’appliquent aux Le traitement des boues
matières en suspension (MES) : En fonction de leur destination, elles font
la floculation, c’est-à-dire la l’objet d’un traitement ayant pour objectif
précipitation de ces matières sous l’effet de réduire leur volume. Pour ces boues, Station de traitement physico-chimique de l’eau
de réactifs chimiques, permet d’accélérer trois destinations sont possibles :
et de compléter leur décantation. ■ l’épandage agricole qui représente
la centrifugation est employée pour les une valorisation de ce sous-produit
rejets fortement chargés en MES et ayant fertilisant (amendement organique Les systèmes
contenant de l’azote, du phosphore et
une faible vitesse de décantation.
de la matière organique). d’épuration des petites
la filtration s’applique à des MES peu
nombreuses et de petite taille. ■ l’élaboration de compost par
incorporation de paille ou de sciure
collectivités
Les principaux procédés de traitement ou de déchets verts. Le compost peut Le parc des stations d’épuration
des matières en solution : ensuite être utilisé pour l’épandage est majoritairement constitué de
l’oxydation et la réduction agricole. stations de capacité inférieure
chimique transforment certains polluants ■ l’incinération pour quelques grosses ou égale à 2 000 équivalents-
en substances non toxiques, au moyen unités ou lorsqu’une installation habitants.
d’oxydants et de réducteurs chimiques. locale existe déjà pour les ordures Au côté de l’assainissement autonome,
l’osmose inverse consiste en une ménagères. trois grandes filières de traitement des
filtration moléculaire qui élimine les eaux usées existent :
matières polluantes.
■ les procédés à cultures libres,
À ce stade, l’eau, débarrassée des
■ les procédés à cultures fixées sur
éléments qui la polluaient, et qui forment
supports grossiers,
les « boues », est épurée à 90 %. Elle
peut alors être rejetée à la rivière qui ■ les procédés à cultures fixées sur
achève de résorber la pollution grâce au supports fins.
processus de l’épuration naturelle
(auto-épuration).
L’assainissement autonome
Dans les zones d’habitat dispersé, la
Le traitement tertiaire collecte de la pollution par des réseaux
d’égout est coûteuse et peu justifiée.
Les eaux épurées sont souvent L’assainissement individuel (ou autonome)
rejetées dans le milieu naturel à est alors préconisé. Il se compose le
la fin du traitement secondaire. plus souvent d’une fosse septique suivie
d’un épandage souterrain constitué d’un
Toutefois, elles peuvent quelquefois faire
réseau de drains ou de filtres à sable.
l’objet d’un traitement complémentaire
Les fosses septiques « toutes eaux »
ou « affinage » dans le but, soit d’une
recueillent l’ensemble des eaux usées.
réutilisation à des fins industrielles ou
Une sédimentation des matières solides
agricoles, soit de la protection du milieu
et une digestion anaérobie (en l’absence
récepteur pour des usages spécifiques.
d’oxygène) s’y effectuent. L’épandage
La désinfection est appliquée dans le souterrain dans un terrain filtrant contenant
cas d’un milieu récepteur sensible (zone des bactéries aérobies achève l’épuration
de baignade ou de conchyliculture…) car des eaux.
une épuration classique n’élimine pas
la pollution bactériologique. On ajoute
Les procédés à cultures libres
■ les boues activées. Ce principe
d’épuration repose sur la dégradation
aérobie de la pollution par mélange
des micro-organismes épurateurs et
de l’effluent à traiter. Ce procédé est
aujourd’hui utilisé dans la majorité
des stations d’épuration de capacité
supérieure à 1 000 équivalents- Les procédés à cultures fixées
habitants.
■ le lagunage naturel consiste à faire
séjourner pendant une longue durée
sur supports fins
les rejets dans des bassins successifs ■ l’infiltration-percolation consiste
de grande étendue (ressemblant à à infiltrer des eaux usées prétraitées
des étangs) et de faible profondeur (traitement primaire) dans un milieu
(environ 1 m). Cela permet de favoriser granulaire insaturé sur lequel est fixée la
le développement des micro-algues biomasse épuratoire.
qui apportent l’oxygène nécessaire aux
■ le filtre planté de roseaux ou
bactéries assurant l’épuration.
rhizosphère consiste à infiltrer des
Après avoir été ainsi épurées, les eaux sont eaux usées dans des filtres sur lequels
dispersées dans le milieu naturel. est fixée la biomasse épuratoire. Les

Crédit photo : AERM


roseaux créent un environnement
favorable au développement de la
flore bactérienne. Le cheminement
Les procédés à cultures fixées de leurs tiges et de leurs rhizomes à
travers le filtre entraine une oxygénation
de ce dernier. Il permet une bonne
sur supports grossiers infiltration des effluents et assure un côté
■ les disques biologiques. Cette esthétique certain.
technique épuratoire est souvent
rencontrée dans d’autres pays
(notamment germaniques et
scandinaves). Les supports de la 1- Système d’infiltration-percolation
Crédit photo : AERM

microflore épuratrice sont des disques


2 - Comme dans le milieu naturel, les
partiellement immergés dans l’effluent roseaux jouent un rôle épuratoire
à traiter et animés d’un mouvement
de rotation, lequel assure à la fois le

oir …
à sa v
mélange et l’aération.

es
s sur fac
pluie t s ur le
men
ux de ruisselle
s ea e s d u
s u tés.
pte le p lu viales is d ’impure
n com
u x é es
les ea charg tent de
ndre e t d e gérer b a in s, sont permet
Pre a lem e n s ols u r e q u i
ent é g g…). sur le s d’orag ment.
é s s’occup toitures, parkin ruissellement d é versoirs s sainisse se
Les coll
ec ti v it
(ro u tes, ir et par o n o ud es
ré s e au x d ’a
d a n s le sol ux
é a b ilis ée s
n ta c t de l’ a
d e dé poll u ti
tu ra tio nd es
u r in f il tratio n
ê tem ent pore
imperm au c o assins la sa iliter le ec rev
e a u x de pluie truisent des b ie ou d’éviter s e t/ o u à fac ré s e r voirs av
Ces s cons de p lu luviale uc ture s ... s)
s co llec tivité e n t le s eaux n ir les eaux p s , fo s sés, str vé gé talisées p e r m éabilisé
Le ire m rete s : nou e rasse s plus im
tempora hniques pour breuse ures ter plus en
stocker te c n t n o m te s , to it e n t d e
urs, des ues so drainan
s (qui s
e trouv
Par aille nt. Ces techniq on, tranchées u r b a in
dévelop
pe iltrati ents x.
u e , p u its d’inf s a m é nagem e t d e s milieu
siq ncilier le es personne s
ou clas ieux co
e m s, d
Il s’agit
d
tio n d es bien
protec
avec la