Está en la página 1de 5

LCM II a.a.

2013-2014 Lectorat Pollastri

Le texte argumentatif
Argumenter, c’est s’adresser à quelqu’un pour le convaincre. Un locuteur émet un énoncé (un message)
pour un destinataire.

Étudier un texte argumentatif, c’est observer chacun des éléments qui le composent :

 L’énonciation
 Le thème et la thèse
 Le plan et les raisonnements
 Les procédés employés pour persuader
 L’enjeu du texte argumentatif

1) L’énonciation (ou acte d’énonciation)

L’acte d’énonciation étudie le locuteur, celui qui « parle », et le destinataire ; secondairement comment
le locuteur agit sur le destinataire, par le lexique, le pathétique ou l’ironie.

Il peut y avoir une « double énonciation » quand, à la fois, le locuteur-narrateur s’adresse au


destinataire et quand les personnages parlent entre eux. Peut alors se poser la question des « voix dans
un texte » quand on est en présence d’un dialogue ou d’une scène où sont présents plusieurs
personnages. Il existe aussi d’autres voix que le locuteur ou les personnages, notamment à travers
l’emploi de « on, certains ; des gens » ou de la forme impersonnelle, qui sont des marqueurs de
défenseurs d’autres thèses. Par ailleurs, des paroles peuvent être « rapportées » (discours indirect). Ils
faut donc repérer les personnages/personnes et examiner leur opinion.

Déterminer qui parle permet d’émettre des hypothèses de sens sur le texte. La thèse défendue et le
type d’arguments utilisés seront sans doute en rapport avec la personnalité du locuteur et du
destinataire.

Il faut relever les indices de « personne » (pronoms) et les verbes associés à cette personne/ces
personnes. On observe ainsi comme se manifeste l’opinion du locuteur (directement avec l’emploi du
« je », incluant le destinataire en utilisant « nous »). On analyse aussi comme le locuteur agit sur le
destinataire (techniques d’interpellation : impératif, apostrophe, questions oratoires).

2) Le thème et la thèse

Le thème est ce dont parle le texte. On peut le définir en observant le titre, le champ lexical, les
termes clés et leur(s) reprise(s).

La thèse est l’opinion/le point de vue de l’auteur-locuteur. La thèse peut être explicite : l’opinion est
clairement exprimée, affirmée.

La thèse peut aussi être implicite. Il faut alors relever les différents indices d’expression de l’opinion de
l’auteur :

a. Les termes valorisants ou dévalorisants (meilleur/pire : adjectifs, substantifs)


b. Le changement de registre de langue (polémique, ironique…), les expressions ironiques.
c. L’utilisation du conditionnel.
d. Les modalisateurs (« peut-être », « sans doute », « il semble que »)

1
LCM II a.a. 2013-2014 Lectorat Pollastri

e. La syntaxe expressive : exclamative, interrogative.


3) Convaincre et persuader
a. Les plans et les raisonnements. Ils sont utilisés pour montrer la capacité à raisonner.
Leur but est de convaincre le destinataire.
i. Le plan est organisé en fonction de la thèse (opinion) souvent explicite.
1. Plan analytique (l’argumentation s’occupe au seul exposé de la thèse)
a. Constat/cause
b. Constat/causes/solutions
c. Constat/conséquences
2. Plan dialogique (présenter la thèse adverse, puis présenter sa propre
thèse) accompagne une thèse souvent implicite. Il peut être utilisé de
deux façons :
a. Admettre la thèse adverse (que l’on comprend), puis exposer sa
propre thèse (qui la complète)
b. Exposer la thèse adverse, considérée comme fausse, puis
exposer sa propre thèse, la seule vraie.
3. Plan dialectique (discussion avec les adversaires ; exposer les 2 aspects
d’une thèse, la solution se trouvant dans un troisième élément qui
transcende les deux premiers et les réconcilie en les dépassant)
a. Thèse
b. Antithèse
c. Synthèse
ii. Le raisonnement est la démonstration qui accompagne les arguments.
1. Raisonnement déductif : partir de l’idée générale pour exposer des
propositions particulières.
2. Raisonnement inductif : partir de propositions particulières pour
énoncer une idée générale.
3. Raisonnement par analogie : établir un rapprochement entre une thèse
générale et une idée plus concrète ou connue)
4. Raisonnement par l’absurde (parfois avec un plan dialogique) : feindre
de tenir pour vrai l’argument de l’adversaire et en tirer des conséquences
absurdes. Il peut s’agir aussi de poser que si l’on admet la conclusion de
la thèse adverse, celle-ci est absurde.
5. Raisonnement par opposition. On oppose le passé au présent, un pays à
un autre pour faire ressortir l’argument.
iii. Persuader. Il faut non seulement convaincre le destinataire, par un plan et des
raisonnements, il faut aussi le persuader afin qu’il adhère complètement à la thèse
que l’on soutient. La persuasion utilise deux procédés principaux :
1. L’ironie.
2. Le pathétique (ex. V. Hugo « Dernier jour d’un condamné »).
4) L’enjeu du texte argumentatif

L’enjeu examine l’effet du message sur le lecteur. Un message, en général, peut vouloir informer,
apporter un savoir, faire rêver, émouvoir ou faire réfléchir. Dans un texte argumentatif, il existe trois
sortes d’enjeux

1) Enjeu didactique (didactique : enseigner). L’effet du message est vouloir FAIRE


RÉFLÉCHIR. Éclairer le lecteur sur un problème à l’aide de définitions, de
présentations du problème.

2
LCM II a.a. 2013-2014 Lectorat Pollastri

2) Enjeu délibératif (délibérer : chercher). C’est mettre le lecteur devant un CHOIX et


l’aider à choisir, À RÉSOUDRE le problème. En cela, on examine la valeur de deux
thèses antagonistes, on évalue leur pertinence à travers l’analyse détaillée de leurs
arguments respectifs.
3) Enjeu polémique (polémos : guerre). Le message veut DÉTOURNER LE LECTEUR
DE L’ERREUR. Texte argumentatif plus « violent », agressif dont la fonction est de
dénoncer une situation, une idéologie.

3
LCM II a.a. 2013-2014 Lectorat Pollastri

type genre éléments procédés forme thème références


historiques
décor
époque
argumentatif pamphlet phrases discours
ESSAI phrases simples : détacher les portrait
conte arguments les uns des apologue : apologue :
philosophique autres ; registres satirique, pathétique, merveilleux une narration à visée
fable phrases composées : souligner la pamphlet : morale ; histoires
dialogue progression de la réflexion ; registre polémique instructives.
argumentatif phrases complexes : combinaison de
(DISCUSSION, construction du ARGUMENTS POUR CONVAINCRE narration et
DÉBAT) raisonnement. types d’arguments d’argumentation.
article connecteurs logiques : l’idée : production de la raison (abstraite) parle à l’imagination en
étapes du raisonnement l’exemple : référence à un fait particulier ; s’adressant à
voyage ponctuation explicative : illustre ou soutient une idée l’intelligence.
extraordinaire deux-points, parenthèses ; la preuve : fait, argument, qui établit une pamphlet :
roman à thèse rythme et appuie la vérité. démarche persuasive
(La Peste, Camus) démarche de conviction. l’argumentation est un ensemble organisé essai :
d’arguments. explication,
le raisonnement démonstration pour
faculté de l’intelligence pour créer des liens logiques convaincre
entre les idées.
*déduction (principe, exemple)
*induction (concret  idée générale)
*analogie (parallèles entre situations, idées
 similitudes)
*élimination (examiner les divers aspects
d’une question, éliminer ceux qui ne sont
pas acceptables, conclure en faveur de celui
qui est acceptable)
*absurde (montrer les anomalies et les
défauts logiques d’une question pour en
détruire les fondements)
stratégies d’argumentation
*étayer : thèse+arguments (exemples,

4
LCM II a.a. 2013-2014 Lectorat Pollastri

type genre éléments procédés forme thème références


historiques
décor
époque
preuves)
*démontrer : preuves exemples  établir
une vérité
*objecter : opposer un argument à celui de
l’adversaire (débat)
*réfuter : combat d’une thèse à l’aide de
contre-arguments
*justifier : valider une thèse avec
arguments+exemples, preuves
*concéder : accepter, en partie ou
totalement, un argument adverse à des fins
stratégiques
*nuancer : compromis, on atténue la force
d’un argument