Está en la página 1de 3

Un mouvement littéraire et culturel

le réalisme
XIX ème siècle
de 1830 à 1900
1. la période historique :
Entre 1830 et 1900, dates auxquelles on situe traditionnellement le mouvement réaliste, la
société a beaucoup changé. D'un point de vue politique, il aura fallu 6 régimes différents pour
passer de la monarchie de droit divin au système démocratique tel que nous le connaissons
aujourd'hui. D'un point de vue économique, ce siècle est celui de la révolution industrielle , les
découvertes scientifiques et le progrès technique ont permis de développer la production. Le
travail se développe et avec lui apparait la figure du pauvre : ouvrier mal payé, sans protection
sociale, souvent exploité. Les mentalités changent, on découvre l'idée de nation en tant que
territoire mais aussi en tant que patrimoine culturel et historique. On s'intéresse à l'histoire et à la
langue des régions ( le patois). Enfin, sur le plan culturel, ce siècle est celui du début de la culture
de masse, en 1900, l'alphabétisation est à peu près générale. La société tout entière a désormais
accès à la culture écrite, la presse et la littérature s'adressent donc à un public nouveau et très
divers.

2. le mouvement réaliste :
Le mouvement s'inscrit donc dans ce contexte historique, culturel et social. C'est un
mouvement littéraire à part entière qui a eu ses théoriciens: des écrivains, des peintres et aussi
des critiques littéraires qui ont rédigé des articles pour en définir les principes.
Il s'agit de montrer la réalité de tous les jours dans ses aspects les plus banals, même s'ils sont
choquants pour l'époque. Le but est de donner au lecteur une image la plus fidèle possible de la
vie/réalité/société contemporaine en s'appuyant sur une démarche scientifique : recherches
documentaires connaissances des théories scientifiques ….. Sans être vraies, les histoires
( nouvelles ou romans) réalistes sont toutes vraisemblables ( réalistes, ont l'air vraies) .
Stendhal dira du roman qu'il est « le miroir de la réalité » et Maupassant que « les réalistes de
talent devraient plutôt s'appeler des illusionnistes » ( 1888).
Emile ZOLA , poussera la logique réaliste à son extrème et inventera le naturalisme qu'il met en
oeuvre dans la saga des Rougon-Macquart:
a . Dans la littérature :
Le narrateur est souvent extérieur, cela permet de faire intervenir de nombreux
personnages grâce auxquels on visitera une plus grande partie de la société.
Le point de vue est souvent omniscient , ce qui permet de tout montrer. Le narrateur peut
ainsi prendre position sur la société au cours de son récit.
C'est le cas dans le roman de MAUPASSANT publié en 1885 , Bel Ami. L'auteur y donne une
vision assez négative du journalisme , par exemple.
Les évènements historiques et politiques de l'époque servent souvent de toile de fonds aux
romans . Ainsi, Dans le rouge et le noir, sous titré chroniques de 1830 , Stendhal affiche sa
volonté d'inscrire son roman dans l'époque contemporaine. Dans sa grande série de romans
intitulée la Comédie Humaine, Balzac dresse le portait de la société de la Restauration. Dans Bel
Ami Maupassant décrit la société de son temps à travers le journalisme et les milieux bourgeois.
Généralement les thèmes abordés sont l'argent, le monde du travail, la maladie, la mort, la
puissance des instincts, l'ascension sociale et la chute ( romans intiatiques).
b. Dans la peinture:
Le peintre Gustave Courbet ( 1819- 1877), avec son tableau « l'enterrement à Ornans » fait un
scandale à l'époque car il y présente la société telle qu'elle est sans l'embellir. Il peint des scènes
de la vie de province banale et humble.

Un groupe d'artistes et d'hommes de lettres se formera autour de lui CHAMPFLEURY et


DURANTY, se font les théoriciens de cette nouvelle école et défendent l'art réaliste.

Parmi les artistes de cette époque, on retiendra le nom d'un illustrateur qui a dressé le portrait des
notables de son époque : Honoré DAUMIER.

Le Banquier
Le Charivari, 16 octobre 1835
Reproduction d'une lithographie originale.
BnF, département Estampes et photographie
Cette lithographie de Daumier tirée de sa série sur les "Types français" n'est pas sans évoquer ses gravures
sur les "Bons bourgeois". Le portrait du banquier reprend les caractéristiques d'embonpoint et de superbe du
notable que Daumier représente sûr et satisfait de ses richesses et de sa position dans la société.

On retiendra enfin, le nom de Gustave CAILLEBOTTE , pour son tableau , les raboteurs de parquet.

Gustave CAILLEBOTTE. (1848-1894)


Les raboteurs de parquet
1875
Huile sur toile
H. 102 ; L. 146,5 cm
© RMN (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski