Está en la página 1de 10
18/08/2017 hitps:iaticans La terre de Sakpata Journal des africanistes 80-1/2 | 2010 Création littéraire et archives de la mémoire Etudes et recherche La terre de Sakpata ‘Sakpata's earth CHRISTINE HENRY p. 253-265 Résumés Francais English Sakpata, divinité dorigine yoruba, est connu, partout od il a été implanté (dans les pays du Golfe du Bénin mais aussi dans les Amériques noires) comme dieu de la variole et plus largement des maladies éruptives et/ou contagieuses, mais au Bénin et au Togo s'est développée une tradition quien fait également le vodun (divinité) de la Terre. Cet article revient sur cette problématique et retrace Vorigine de cette assertion dans la littérature anthropologique. A. partir d'enquétes :menées & Savalou (Moyen Bénin) et d'une littérature de portée plus générale, Vauteur conteste la ‘these qui ferait de Sakpata un dieu de la fertlité et met en évidence la nature complexe du rapport de cette divinité a la terre Sakpata, a deity from the Yoruba region, is known everywhere it beeame established (in the countries of the Benin Gulf but also in the black Americas) as the god of smallpox and more ‘widely as the god of eruptive and contagious diseases ; but in Benin and Togo, a tradition developed making it also the earth god. This paper goes back to revisits this issue and traces the origin of this assertion in anthropological literature. Taking as her starting point investigations conducted in Savalu (Middle Benin) and arguing from more general literature, the author disputes the thesis which makes Sakpata a god of fertility, and she throws light on the complex nature of the connection between this god and the earth. Entrées d’index Mots-clés : Sakpata, vodun, variole, dieu de a terre, Bénin, J.M. Herskovits Keywords : Sakpata, vodu, smallpox, earth god, Benin, J.M. Herskovits Texte intégral Sakpata, divinité d'origine yoruba, est connu, partout oi il a éé implanté'comme dieu de la variole et plus largement des maladies éruptives et/ou contagieuses. Mais au. Bénin et au Togo s'est développée une tradition qui en fait également le vodun sovues.org'2572 10 18/08/2017 hitps:iaticans La tere do Sakpata (ivinité) de la Terre. Nos propres enquétes menées & Savalou (Moyen Bénin) n’ont pas mis en évidence un lien fort entre Sakpata et la terre, hormis le fait que, comme partout, ailleurs, on s'adresse & cette divinité en lappelant « maitre de la terre ». Cet article revient sur cette problématique, retrace Torigine de cette assertion dans la littérature anthropologique et tente de comprendre quelle est la nature du rapport de cette divinité a la terre. Avant dentrer dans le vif du sujet, il est nécessaire d’énoncer quelques précautions d'ordre méthodologique. I. littérature récente sur les vodun a mis Paccent sur deux de leurs traits : leur matérialité et leur nature relationnelle®, En effet, un vodun n’existe que dans la matérialité de son « corps » situé en un lieu précis qui le singularise parmi les autres membres de la méme classe. Sa corporéité n’est qu’un des éléments de son individuation. Son nom, les légendes autour de sa création ou de son arrivée en ce lieu, le récit de ses hauts faits, les devises qu’on lui adresse, sont autant de caractéres qui le personnalisent. Mais dans une région donnée un vodun ow une classe de vodun r’existe pas isolément, il a une place au sein d'un ensemble. C’est a comprendre les hiérarchies de ces ensembles et les logiques qui les sous-tendent que se sont efforeés nombre d'ethnologues en s’éloignant parfois beaucoup des classifications locales. Les Fon distinguent les « vodun de pays » to vodiin des « vodun de lignage » hhennu vodiin ou « vodun de clan » aki vodiin , ainsi un vodun de la classe Sakpata pourra étre un « vodun de pays » , tandis qu'un autre sera un « vodun de lignage ». Selon un autre principe, les vodun se répartissent entre « vodun rouge » hunve vodiin et « vodun de l'eau » ty vodiin. Les « vodun rouge » se divisent en « vodun du haut »ji” vodin et « vodun du bas » do vodiin mais aussi en « vodun de téte » ta vodiin et aciné. Cette seconde distinction concerne la représentation des vodun lors des processions. Les premiers, les « vodun de téte » seront représentés par un paquet qui sera porté sur la téte d'un adepte, tandis que les seconds le seront par un bois allongé recouvert Etoffe, Nacind, qui sera porté sur les épaules. Enfin, un autre type de classification d'ordre politique distingue moins entre des voduns qu’entre leurs « grands prétres » vodiinns dont certains avaient éé élevés au- dessus des autres par le pouvoir royal ou local et détenaient une autorité sur leurs collégues moins élevés dans la hiérarchie. Les classifications d’ordre politique sont évidemment trés variables selon les lieux et les époques considérés, tandis que les principes qui régissent les seconds critéres cités sont relativement stables, ainsi un vodun de la classe Sakpata ne sera a aueun moment et nulle part considéré comme un vodun « du haut » ou « de eau ». Tous les vodun dune méme classe partagent done des traits généraurx, dont il sera question ici A propos de Sakpata, Précisons enfin qu’aujourd’hui, au Bénin, malgré le recul général des cultes traditionnels, les temples coutumiers de Sakpata comptent encore quantité d’adeptes. Cette divinité figure également dans de nombreux sanctuaires privés familiaux et dans beaucoup de ceux des guérisseurs ot Sakpata est souvent associé A des vodun modernes (Goro, Mami Wata) Historique Dans les premiers écrits sur le royaume du Danxome, les auteurs qui citent Sakpata le lient uniquement & la variole et ne le rangent pas parmi les dieux tres importants. Ainsi Skertchlyile classe comme une divinité secondaire qui se trouve sous le commandement direct de Atinmévodun aténmevodtin « vodun des arbres » et décrit ainsi ses autels : « Ce fléau national [la variole] est évité grace & une chose oblongue en terre, divisé en deux parties égales, dont l'une est semée‘de tessons de poteries brisées, plantées a son sommet et l'autre de cauris. Un autre autel pour ce dieu est une poterie oblongue, peinte en rouge sur son cdté droit et en blanc sur le gauche » (Skertchly, 1874 : 471). Il signale que ces autels sont nombreux et dispersés dans les différents palais, ce qu'il met en rapport avec le fait que trois rois aboméens succombérent & la variole. Cest dans Pouvrage de Le Hérissé que se trouve signalé pour la premidre fois un lien de Sakpata avec la terre : sovues.org'2572 210 18/08/2017 6 hitps:iaticans La terre de Sakpata Test fétiche du sol (Aikoungban Vodkin). On lui éléve des autels aux carrefours entrée des villages ou devant les maisons, sile destin (Fa) du propriétaire V'a demand, Ce sont des tertres minuscules, sur lesquels repose une marmite de terre cuite, pereée de trous réguliersSet un bloc de latérite rappelant le masque d'un varioleux. En arriére est plantée une épineuse appelée Selo. (Le Hérissé, 1911 : 128). Le Hérissé présente les vodun en adoptant une « classification officielle » en neuf colléges connue de tous les spécialistes religieux qu’il a rencontrés. Les Sakpata n'y forment pas un groupe particulier, mais sont présents dans tous les colleges. Dans Youvrage qu'il consacre au Danxome, Herskovits, accomplissant une petite révolution copernicienne a propos de Sakpata, s'efforce de démontrer que ce vodun est honoré en tant que dieu de la Terre et non comme dieu de la variole. De méme que Xevioso, le dieu du Tonnerre, donne la pluie bienfaisante et punit en envoyant sa foudre, Sakpata, dieu de la Terre, donne les céréales et punit par la variole, selon une logique symbolique qu’énoncent ainsi ses informateurs : Sagbata qui, maitre de la terre, nourrit les hommes en leur donnant le mais, le mil cet autres grains du sol, les punit en faisant sortir par leur peau les grains qu'il ont (Herskovits, 1938, t.11 1308 Le raisonnement d'Herskovits s‘appuie, outre ce lien avec les céréales, sur un certain nombre de faits tirés des devises et des mythes. 1I était dangereux de prononcer le nom, de Sakpata et on préférait l'évoquer par ses titres : « maitre de la terre » ayino ; « roi de la terre » ayixist, ; « roi des perles? »jéxisti, titres qui figurent également dans ses devises. Les mythes évoquant le partage du monde entre les dieux, aprés que le couple Mawu-Lisa leur eurent donné naissance, disent qu’i Vainé, Sakpata, échut le gouvernement de la terre (un honneur qui lui cofita quelques querelles avec son cadet Xevioso, resté au ciel prés de ses parents). Cette assimilation de Sakpata avec la terre dans un double aspect de sol nourricier et de gouvernement de ses habitants est encore accentuée par la maniére dont Herskovits présente les vodun du Danxome. Il traite & part les divinités liées & la royauté puis distingue les « grands dieux » des « dieux personnels » et répartit les premiers en trois panthéons : du ciel, de la terre et du tonnerre, selon une logique qui refléte mal les pratiques et les catégorisations locales. Comme Le Hérissé avant lui, Herskovits signale le fait que Sakpata n’a pas toujours 66 en odeur de sainteté auprés des rois d’Abomey, et qu’ plusieurs reprises, ses prétres furent expulsés de la capitale. Herskovits pense que tant d'un point de vue historique que mythologique, les rois d’Abomey avaient matiére a craindre Sakpata. ‘Trois d’entre eux périrent de la maladie, plusieurs de leurs campagnes militaires furent interrompues parce que leurs armées étaient décimées par la variole. Rien de plus naturel, & son sens, que les rois d’Abomey se retournent contre un dieu que, de surcroit, ses adeptes proclamaient roi de la terre, faisant ai « deux rois ne peuvent régner dans la méme ville » dit le proverbe fon qu'l cite a Pappui de son raisonnement. La thése d’'Herskovits assimilant Sakpata a la Terre et allant méme jusqu’a se i ombrage A leur propre pouvoir demander si Sakpata peut étre considéré comme une « mére féconde » n’a pas été critiquée et fut reprise avee plus ou moins de modération ou d’enthousiasme par les auteurs qui lui suceédérent®, Du edté des enthousiastes, Alfred M. Mondjannagni, du hhaut de s contribué et Moyen Bénin oi les vodun (ou les orisha en zone yoruba) fondent le systéme de pensée traditionnel. Mondjannagni fait d’abord remarquer que pour ces populations de paysans la terre est d'une importance cruciale, ce qui expliquerait que les « couvents » de Sakpata sont aussi nombreux et répandus en pays aja 4 Touest qu'en pays yoruba & Yest, en pays xweda au sud qu’en pays mahi au nord. Oubliant que Vorigine mahi attribuée a cette divinité n'est évoquée que pour les Sakpata fon installés & Abomey par double autorité de géographe et de natif du Bénin, est celui qui a le plus Vasseoir et a I'étendre de l'aire du royaume d’Abomey a l'ensemble du Sud les anciens rois, il décréte « qu'elle n'est pas plus du pays Mahi que dailleurs » (Mondjannagni 1977 : 162), mais que les Mahi lui ont donné une importance particulidre car ils peuplent des collines pierreuses et cultivent dans des conditions sovues.org'2572 310