Está en la página 1de 50

¶ 28-005-H-10

Morphologie dentaire de l’adulte :


incisives
J. Romerowski, G. Bresson

L’essentiel du matériel fossile des mammifères est constitué par les dents : chaque facette, tant sur les
surfaces radiculaires que sur les surfaces coronaires, a été étudiée quant à sa morphologie. Ce matériel
permet de reconstituer, dans la discipline de l’évolution, la lignée phylogénétique. En paléontologie,
l’examen des dents sert à l’organisation taxinomique des genres et des familles dans le cadre des espèces.
Parmi les espèces humaines vivantes, les dents permettent, en anthropologie, de classer et de différencier
les populations et les ethnies. L’étude des unités dentaires des jumeaux, triplés, etc., rend possible une
appréhension approfondie de la génétique. Une bonne connaissance de chaque structure anatomique
dentaire ne peut être acquise que lorsque le mode de formation et de croissance est connu : cela relève de
l’embryologie. L’anatomie comparée répond au besoin de comprendre les dispositions humaines :
l’évocation des formes dentaires simples éclaire les observations effectuées sur l’homme. Enfin, toute la
dentisterie clinique, au travers de la restauration morphologique, doit conduire à l’établissement ou au
rétablissement de l’harmonie fonctionnelle du complexe stomatognathique. Cet article concerne les
incisives.
© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Couronne ; Racine ; Pulpe ; Mésial ; Distal ; Vestibulaire ; Lingual ; Incisif ; Occlusal ; Caméral ;
Radiculaire

Plan ■ Généralités
¶ Généralités 1 Nombre
Nombre 1
Situation 1 Les incisives sont au nombre de huit, soit deux par demi-
Fonctions 1 arcade.
¶ Caractères morphologiques communs au groupe des incisives 2
¶ Chronologie de l’éruption 2 Situation
¶ Dimensions 2 Ce sont les premières dents de chaque demi-arcade à partir
¶ Caractères communs aux incisives 2 du plan sagittal médian. La plus proche de la ligne médiane est
Maxillaires 2 l’incisive médiane. La plus éloignée de la ligne médiane est
Mandibulaires 2 située distalement par rapport à la précédente : c’est l’incisive
latérale.
¶ Caractères propres à chaque unité dentaire 3
Observation par la face vestibulaire 3
Observation par la face linguale 4 Fonctions
Observation par la face mésiale 5 Les incisives jouent un rôle important dans l’expression
Observation par la face distale 5 faciale et dans l’esthétique, tant par leur forme, leur couleur,
Observation par la face incisive 6 leur organisation (position, orientation, rapports, relations) que
Contours internes : cavité pulpaire 7 par le fait qu’elles soutiennent les lèvres et les tissus orofaciaux.
Au cours de la phonation, elles participent à la formation des
sons « V, F, S », des dentales et du « Th » anglo-saxon.
Au cours de la mastication, leur forme en « lames coupan-
tes », l’alignement de leurs bords incisifs dans le sens mésiodis-
tal, leur position sur l’arcade permettent la section du bol
« L’étude de la morphologie est indispensable, non pas pour la alimentaire afin d’en diminuer le volume et d’autoriser ainsi
simple connaissance de la froide anatomie, mais pour pénétrer le sens l’écrasement par les unités du groupe postérieur.
de la forme dans sa genèse, dans sa fonction et dans son adaptation. » Enfin, au cours des déplacements-tests de propulsion, elles
(Paul Housset) rendent possible la désocclusion des prémolaires et des molaires.

Médecine buccale 1
© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
28-005-H-10 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : incisives

Tableau 1.
Chronologie de l’éruption des incisives.
Maxillaire Mandibulaire
Incisive Incisive Incisive Incisive
centrale latérale centrale latérale
Début de la calcification 3 à 4 mois 10 à 12 ans 3 à 4 mois 3 à 4 mois
Fin de la calcification 4 à 5 ans 4 à 5 ans 4 à 5 ans 4 à 5 mois
coronaire
Éruption 7 à 8 ans 8 à 9 ans 4 à 7 ans 7 à 8 ans
Fin de la calcification 10 ans 11 ans 9 ans 10 ans
apicale

Tableau 2.
Dimensions des incisives.
1 2 3
Maxillaire Mandibulaire
Incisive Incisive Incisive Incisive
centrale latérale centrale latérale

■ Caractères morphologiques Hauteur totale


Hauteur de couronne
23,5 mm
10,5 mm
22,0 mm
9,0 mm
21,5 mm
9,0 mm
23,5 mm
9,5 mm
communs au groupe des incisives Diamètre mésiodistal 8,5 mm 6,5 mm 5,0 mm 5,5 mm
coronaire
Le tiers incisif et le tiers médian coronaires sont aplatis dans Diamètre 7,0 mm 6,0 mm 6,00 6,5 mm
le sens vestibulolingual. Ils donnent naissance à une longue vestibulolingual
arête de morsure horizontale : le bord incisif. Cette structure est coronaire
nettement différente de la cuspide unique de la canine et des
surfaces pluricuspidées des dents postérieures (Illustration 1).
Au moment de leur éruption, le bord libre des incisives
comporte deux protubérances arrondies, quelquefois davantage,
appelées mamelons. La forme, la répartition et le nombre de ces
structures varient avec chaque type de dent. Cette disposition ■ Caractères communs aux incisives
est quelquefois appelée en « fleur de lys ». Normalement ces
structures disparaissent avec la fonction, assez précocement
après l’éruption (Illustration 2).
Maxillaires
Les crêtes marginales de toutes les incisives sont situées sur la Ce sont les unités les plus grandes en dimension du groupe.
partie la plus mésiale et la plus distale de la face linguale ; cela Ce sont les « lames fixes » de la denture.
est commun à tout le groupe antérieur. Elles sont convexes alors Le diamètre coronaire mésiodistal est plus grand que le
que l’ensemble de la face linguale est concave. Elles sont diamètre vestibulolingual.
orientées longitudinalement par rapport à l’axe coronoradicu- L’incisive médiane est toujours plus grande que l’incisive
laire de la dent (Illustration 3). latérale.
Ce sont des unités dentaires monoradiculées. Si leur taille est différente, la morphologie des deux incisives
est fondamentalement similaire.
Les caractères morphologiques de ces unités sont très
■ Chronologie de l’éruption marqués.

L’incisive médiane mandibulaire apparaît en général sur Mandibulaires


l’arcade à 7 ans, suivie de l’incisive médiane maxillaire. Les
incisives latérales maxillaires et mandibulaires effectuent leur Ce sont les premières dents à apparaître sur l’arcade. Ce sont
éruption vers 8 ans. Elles participent, avec les canines, à la les « lames mobiles » de la denture.
constitution du groupe antérieur, appelé également groupe Le diamètre coronaire vestibulolingual est plus grand que le
incisivocanin (Tableau 1). diamètre mésiodistal.
L’incisive latérale est toujours plus grande que l’incisive
médiane. L’incisive médiane est parfaitement symétrique alors
■ Dimensions que l’incisive latérale est asymétrique.
Les caractères morphologiques de ces dents sont plutôt
Les dimensions des incisives sont présentées dans le Tableau 2. estompés.

2 Médecine buccale

© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
Morphologie dentaire de l’adulte : incisives ¶ 28-005-H-10

■ Caractères propres à chaque Observation par la face vestibulaire


unité dentaire

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

D M D M D M
D M

4 7 10 13
Le contour général est trapézoïdal. Le contour général est caractérisé par la ron- Le contour général est un trapèze régulier. Le contour général est un trapèze régulier.
L'axe coronaire est vertical. deur. L'axe coronaire est vertical. L'aspect de symétrie L'axe coronaire est incliné distalement. La dent
L'aspect est trapu. L'axe coronaire est incliné distalement. L'aspect est net. est asymétrique.
est élancé.

D M D M D M
D M

5 8 11 14
Le bord incisif est rectiligne et horizontal dans Le bord incisif est arrondi. Son inclinaison en Le bord incisif est rectiligne et perpendiculaire à Le bord incisif est rectiligne. Il s'incline en direc-
sa partie mésiale. direction du contour mésial est moins marquée l'axe coronoradiculaire de la dent. tion du contour et de la ligne cervicale distale.
Il s'incline en direction du contour distal. que vers le contour distal. Les maxima de convexité se situent dans le tiers Les zones proximales de contact se situent dans
Le maximum de convexité mésiale se situe près Le maximum de convexité mésiale se situe dans incisif très près du bord incisif. le tiers incisif. La zone de contact mésial est plus
du bord incisif. Le maximum de convexité dis- le tiers incisif. Le maximum de convexité distale proche du bord incisif que la zone de contact
tale se situe à la jonction du tiers incisif et du se situe à la jonction du tiers incisif et du tiers distal.
tiers médian. médian.

D M D M D M
D M

6 9 12 15
L'angle mésial est presque droit. L'angle distal L'angle mésial est un angle droit arrondi. L'angle L'angle mésial est un angle droit. L'angle mésial est un angle aigu et nettement
est obtus. distal est fortement arrondi. L'angle distal est un angle droit. marqué.
Le contour mésial est plus long et plus rectiligne Le contour mésial est moins convexe que le Les contours proximaux convergent vers la ligne L'angle distal est arrondi et se situe plus cervi-
que le contour distal. contour distal. cervicale selon des trajets sensiblement rectili- calement.
La face vestibulaire est convexe. Elle s'aplatit La face vestibulaire est convexe tant dans le sens gnes. Le contour mésial est rectiligne et converge vers
progressivement depuis le tiers médian jusqu'au mésiodistal que dans le sens incisivocervical. La face vestibulaire est étroite et plane. Le maxi- la ligne cervicale. Le contour distal est davantage
bord incisif. Il existe deux dépressions triangulaires délimi- mum de convexité de cette face est situé très convexe.
Deux dépressions triangulaires partent du bord tant trois lobes : le lobe distal le plus important près de la ligne cervicale. La face vestibulaire est similaire dans son modelé
incisif et délimitent trois lobes : le lobe distal est semble se détacher du reste de la face. La face vestibulaire est divisée en trois parties par à celle de l'incisive médiane.
le plus important, le lobe mésial le plus petit. deux dépressions étroites et peu profondes.

Racine
Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

D M
D M

D M
D M

16 17 18 19
La racine est massive et de forme conique. Elle est conique. Elle est rectiligne et étroite dans le sens mésio- Le contour radiculaire est sensiblement superpo-
Elle est à peine plus longue que la couronne. Elle est longue et étroite dans le sens mésiodistal. distal. sable à celui de la centrale.
L’axe radiculaire est incliné distalement par rap- L’axe radiculaire est incliné distalement par rap- Les contours proximaux radiculaires prolongent La racine est quelquefois un peu plus longue,
port à l’axe coronaire. L'apex est arrondi. port à l’axe coronaire. L'extrémité apicale est les contours proximaux coronaires. et l'extrémité apicale s'incline davantage vers le
inclinée du côté distal. côté distal.

Médecine buccale 3
© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
28-005-H-10 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : incisives

Observation par la face linguale nale mésiale, la crête marginale distale et le cingulum qui
occupe les deux cinquièmes cervicaux de la hauteur coronaire
Les faces linguales sont plus étroites que les faces vestibulaires totale. Ces trois structures bordent une large dépression : la fosse
et s’inscrivent donc à l’intérieur des contours vestibulaires. Elles linguale. L’ensemble de la face linguale ainsi caractérisé a la
sont caractérisées par trois structures convexes : la crête margi- forme d’une pelle ou d’une « écope ».

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

M D M D M D
M D

20 22 24 26
Les crêtes marginales convergent vers la région L’aspect est identique à celui de l’incisive média- L’ensemble des reliefs qui caractérisent la face La face linguale présente des caractères similai-
cervicale. ne. Les structures linguales sont cependant plus linguale des incisives se retrouve ici : ces struc- res à ceux de l’incisive médiane.
accentuées : la fosse linguale est par conséquent tures sont peu prononcées, sans limites nettes, S’y ajoute le caractère asymétrique propre à
plus profonde. donnant à l’ensemble de la face un aspect ho- cette dent.
mogène et régulier.

M D M D M D
M D

21 23 25 27
La crête marginale mésiale est plutôt rectiligne. Le cingulum ne présente en général qu’un seul Il n’existe ni sillon, ni puits, ni fissure. Le cingu- La surface linguale est, de la même façon, d’as-
La crête marginale distale décrit un trajet sig- lobe avec un déport vers la face distale. lum est légèrement déporté vers la face distale. pect homogène, légèrement concave, sans
moïde. Des sillons très marqués séparent les structures Le maximum de convexité cingulaire se situe sillon, ni puits, ni fissure. Le cingulum est légère-
Le cingulum est une protubérance régulière, lé- linguales. Des puits occupent parfois le fond des dans le tiers cervical. ment déporté vers la face distale.
gèrement oblongue, légèrement déportée vers fossettes cingulaires.
la face distale. Il peut être subdivisé en plusieurs
lobes par des sillons et puits.
Les sillons marquent les limites des structures de
cette face.

4 Médecine buccale

© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
Morphologie dentaire de l’adulte : incisives ¶ 28-005-H-10

Observation par la face mésiale

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

V L V L
V L V L

28 31 34 37
L’incisive médiane s’inscrit dans un triangle à L’aspect général coronaire est similaire à celui La face mésiale s’inscrit dans un triangle à base La face mésiale s’inscrit dans un triangle à base
base cervicale et à sommet incisif et présente de l’incisive médiane. Il s’inscrit dans un trian- cervicale et à sommet incisif. cervicale et à sommet incisif.
une forme de « ciseau à bois » en raison de gle à base cervicale et à sommet incisif et pré- Le maximum de convexité vestibulaire se situe
la convergence du contour vestibulaire et du sente une forme de « ciseau à bois » en raison très près de la ligne cervicale.
contour lingual. de la convergence du contour vestibulaire et du Le maximum de convexité linguale se situe au
contour lingual. sommet du cingulum.

V L V L
V L V L

29 32 35 38
Le contour vestibulaire est convexe dans le tiers Le maximum de convexité vestibulaire se situe Le contour vestibulaire est presque rectiligne de- Le contour vestibulaire est similaire à celui de
cervical et dans le tiers médian. Le maximum de dans un secteur proche du tiers médian et du puis le bord incisif jusqu’au milieu du tiers mé- l’incisive médiane.
convexité se situe dans un secteur proche du tiers cervical. Il devient de moins en moins dian. Il devient convexe dans la partie cervicale. Le contour lingual est rectiligne ou à peine
tiers médian et du tiers cervical. Il devient de convexe au fur et à mesure que l’on s’approche Le contour lingual est concave ou rectiligne sur convexe dans le tiers incisif, concave dans le tiers
moins en moins convexe au fur et à mesure que du bord incisif. les trois cinquièmes de la hauteur coronaire, puis médian et convexe dans le tiers cervical.
l’on s’approche du bord incisif. Le contour cingulaire est plus prononcé. Le devient convexe au niveau du cingulum.
Le contour lingual est convexe dans le tiers cer- maximum de convexité linguale se situe dans le
vical, concave au niveau de la fosse linguale. Le tiers cervical.
maximum de convexité linguale se situe dans le La ligne cervicale présente un arc de cercle dont
tiers cervical. la flèche est moins importante.

V L V L

V L V L

30 33 36 39
Le bord incisif est arrondi à l’origine. Il présente Le contour des crêtes marginales est rectiligne Le contour des crêtes marginales est rectiligne Le bord incisif est similaire dans son orientation à
une inclinaison « ad palatum » après usure fonc- ou convexe. ou convexe. celui de l’incisive médiane.
tionnelle. Le bord incisif est en général arrondi et présente Le bord incisif est rectiligne et présente une incli- L’ensemble de la surface mésiale est convexe
L’ensemble de la surface mésiale est convexe. une inclinaison « ad palatum ». naison vestibulaire après usure fonctionnelle. dans le tiers incisif, plane ou légèrement concave
Elle tend à devenir plane dans la région cervi- L’ensemble de la surface mésiale est convexe. L’ensemble de la surface mésiale est convexe dans le tiers médian et le tiers cervical.
cale. Elle tend à devenir plane dans la région cervi- dans le tiers incisif, plane ou légèrement concave La zone proximale de contact présente les mê-
La zone proximale de contact mésial est une pe- cale. dans le tiers médian et le tiers cervical. mes caractères que sur l’incisive médiane.
tite surface ovoïde située sensiblement à égale La zone proximale de contact mésial est plus La zone proximale de contact se situe dans le
distance du contour vestibulaire et du contour grande que celle de l’incisive médiane. Elle se tiers incisif, près du bord incisif, à égale distance
lingual, proche du bord incisif. situe dans un secteur proche de la jonction du du contour vestibulaire et du contour lingual. Elle
tiers incisif et du tiers médian. est de forme ovoïde à grand axe incisivocervical.

Racine
Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

V L V L

V L
V L

40 41 42 43
L’incisive médiane présente un diamètre à peu Le diamètre vestibulolingual est plus grand que La racine est large. Le contour vestibulaire et le La racine est large. Le contour vestibulaire et le
près équivalent au diamètre mésiodistal. le diamètre mésiodistal. contour lingual sont sensiblement parallèles sur contour lingual sont sensiblement parallèles sur
Elle est de forme conique. Son axe est dans le Une dépression longitudinale peu profonde la moitié de la longueur radiculaire, puis conver- la moitié de la longueur radiculaire, puis conver-
prolongement de l’axe coronaire. marque la face mésiale radiculaire. gent brusquement vers un apex assez large. gent brusquement vers un apex assez large.
L’apex est pointu. Une dépression longitudinale et large occupe la Une dépression longitudinale et large occupe la
partie médiane de la surface. partie médiane de la surface.

Médecine buccale 5
© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
28-005-H-10 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : incisives

Observation par la face distale

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

L V L V
L V
L V

44 47 50 53
La face distale ressemble beaucoup à la face mé- La face distale est également plus petite que la En raison du caractère symétrique de cette dent, La hauteur de la face distale de la couronne est
siale. Elle s’en différencie par : face mésiale. la face distale reflète la face mésiale comme dans moins grande que celle de la face mésiale et une
– une surface plus petite ; Elle est marquée par une forte convexité d’en- un miroir, y compris ce qui concerne la zone portion importante du bord incisif est visible à
semble. proximale de contact. l’observation par cette face.

L V
L V
L V L V

45 48 51 54
– une ligne cervicale dont la flèche est plus La ligne cervicale présente un arc de cercle dont Seule la ligne cervicale est légèrement différente: La flèche de la ligne cervicale est plus courte que
courte ; la flèche est plus courte que sur la face mésiale. sa flèche est sensiblement plus courte. celle de la face mésiale.

L V
L V
L V
L V

46 49 52 55
– une zone proximale de contact également plus La zone proximale de contact est également plus La zone proximale de contact se situe dans le La zone proximale de contact est située à proxi-
petite qui se situe dans le tiers incisif proche du petite. Elle se situe dans le tiers médian. tiers incisif près du bord incisif. mité de la jonction du tiers incisif et du tiers
tiers médian. médian.

Racine
Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

L V L V L V L V

56 57 58 59
L’aspect distal de la racine se superpose à celui L’aspect distal de la racine se superpose à celui La dépression longitudinale est, sur cette face, L’incisive latérale présente le plus souvent une
de l’aspect mésial. de l’aspect mésial. nettement prononcée. Elle peut se transformer dépression plus profonde que sur l’incisive cen-
en un sillon. trale.

6 Médecine buccale

© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
Morphologie dentaire de l’adulte : incisives ¶ 28-005-H-10

Observation par la face incisive


Les zones proximales de contact sont situées dans le prolon- toujours plus vestibulaire que la zone proximale de contact
gement du bord incisif. La zone proximale de contact mésial est distal (n° 64 à 67).

Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

V V
V V

D M D M
D M D M

60 62 64 66
Le contour coronaire s’inscrit dans un losange. Le contour coronaire est ovoïde et plus petit que La symétrie est le caractère le plus remarquable Le caractère asymétrique de cette dent est net-
Le contour vestibulaire est convexe et plutôt celui de l’incisive centrale. Le contour vestibu- en ce qui concerne la moitié mésiale et la moitié tement perceptible à l’observation par la face
symétrique. Le contour lingual est triangulaire. laire est nettement arrondi. distale de cette dent. incisive.
Le bord incisif sépare la partie vestibulaire de la La réduction du diamètre mésiodistal est nette- Le bord incisif est rectiligne et perpendiculaire à Le bord incisif s’incline en direction linguale dans
partie linguale. Il est rectiligne dans sa portion ment perceptible à l’observation par cette face. l’axe vestibulolingual coronaire. sa portion distale. Il n’est pas perpendiculaire à
mésiale et dans sa portion médiane. Il s’incline Le bord incisif présente deux portions dont la l’axe vestibulolingual de la dent.
en direction linguale dans sa portion distale. portion distale s’incline en direction linguale.

V V V V

D M D M D M D M

61 63 65 67
L’angle mésiovestibulaire est convexe et bien La ligne de transition mésiovestibulaire et la li- Le diamètre vestibulolingual l’emporte nette- Le diamètre vestibulolingual l’emporte nette-
marqué. La ligne de transition distale se situe au gne de transition distovestibulaire se situent sur ment sur le diamètre mésiodistal. ment sur le diamètre mésiodistal.
niveau d’un angle plus arrondi. des angles très arrondis. Les faces proximales convergent fortement en Le contour mésial paraît plus long que le contour
Le contour mésial est plus long, plus elliptique, Le cingulum est fortement convexe et déporté direction linguale. distal.
puis plus plat que le contour distal. du côté distal. Le cingulum est centré sur l’axe vestibulolingal. Le cingulum est déporté vers le côté distal.
Le cingulum est déporté dans son ensemble du
côté distal.

Contours internes : cavité pulpaire


Comme pour toutes les dents, les cavités pulpaires sont le reflet lolinguales, mésiodistales et horizontales à différents niveaux
des contours externes des organes dentaires. Les coupes vestibu- expriment cette similitude morphologique.

Coupes dans le sens vertical


Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane et incisive latérale Incisive médiane et incisive latérale

1/3
1/2
1/5

V L V L
2/5
M D
2/5 2/5
D M

1/5

1/4 1/2

68 69 70 71
La chambre pulpaire est aplatie dans le sens vestibulolingual et large dans le sens mésiodistal. Comme pour les contours externes, le diamètre pulpaire vestibulolingual est plus grand que le dia-
Les cornes pulpaires sont situées sensiblement au même niveau que la partie incisive du cingulum, mètre mésiodistal.
soit aux deux cinquièmes de la hauteur coronaire. Le plafond de la chambre pulpaire se situe au même niveau que sur les incisives maxillaires, soit aux
Le volume de la chambre pulpaire représente environ la moitié du diamètre mésiodistal et le quart deux cinquièmes de la hauteur coronaire.
du diamètre vestibulolingual mesurés au collet. Dans le sens vestibulolingual, le plus grand diamètre pulpaire représente le tiers du diamètre coro-
naire cervical.

Médecine buccale 7
© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
28-005-H-10 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : incisives

Coupes dans le sens horizontal

Maxillaire Mandibulaire
Incisive médiane Incisive latérale Incisive médiane Incisive latérale

a b a b
g h g h
e f e f c d c d

c d c d e f e f

a b g h g h
a b

72 73 74 75
La coupe horizontale à mi-hauteur coronaire La coupe horizontale à mi-hauteur coronaire La coupe horizontale à mi-hauteur coronaire L’aplatissement coronaire dans le sens vestibulo-
met en évidence l’aplatissement dans le sens montre la saillie des crêtes marginales et la pro- présente un aplatissement de la couronne dans lingual et l’asymétrie apparaissent sur la coupe
vestibulolingual (ab). fondeur de la fosse linguale (ab). le sens vestibulolingual (ab). a à mi-hauteur coronaire (ab). Noter la saillie
La coupe dans la région cervicale (cd) fait appa- Au niveau cervical la coupe horizontale est Au niveau cervical, la racine s’aplatit dans le sens importante de la crête marginale distale.
raître la forme triangulaire de la racine qui est ovoïde : l’axe vestibulolingual est légèrement mésiodistal (cd). La coupe cervicale met en évidence le déport
caractéristique de cette dent. plus grand que l’axe mésiodistal (cd). L’axe ves- Le diamètre vestibulolingual diminue très pro- distal de la face linguale (cd et ef).
Le contour radiculaire s’ovalise au fur et à tibulolingual est déporté du côté distal et lingual gressivement en direction de l’apex (ef et gh). La présence de dépressions longitudinales est
mesure que l’on s’approche de l’apex (ef et gh). (cd et ef). manifeste sur la plus grande longueur de la
racine (ef et gh).

Karst. Dental anatomy. A self instructional program paperback. Philadelphia:


Cet article a fait l’objet d’une prépublication en ligne : l’année du copyright WB Saunders; 1997.
peut donc être antérieure à celle de la mise à jour à laquelle il est intégré. Lautrou A. Abrégé d’anatomie dentaire. Paris: Elsevier Masson; 1988.
Linek HA. Tooth carving manual. Los Angeles: University of Southern
Pour en savoir plus Calilornia; 1949.
Ash M. Jr, Nelson SJ. Wheeler’s dental anatomy, Physiology and occlusion. Marseillier E. Les dents humaines. Morphologie. Paris: Bordas; 1995.
Oxford: Elsevier; 2002. Papathanassiou G. Morphologie dentaire. Étude et dessin des dents perma-
Black GV. Anatomie descriptive des dents humaines (traduction de Darin G). nentes. Reims: Presses Universitaires de Reims; 1987.
Londres: Ash C et fils; 1891. Renner RP. An introduction to dental anatomy and esthetics. Chicago:
Brand RW, Isselhard DE. Anatomy of orofacial structures. St Louis: CV Quintessense Books Publishing Co; 1985.
Mosby; 1990.
Romerowski J, Hüe O, Bresson G, Boccara E. Manuel d’anatomie dentaire
Carlsen O. Tandmorfologiskeskitser. Copenhague: Munksgaard; 1986.
Carlsen O. Dental morphology. Copenhague: Munksgaard; 1987. descriptive. Paris: Section anatomie dentaire Paris VII; 1984.
Crétot M. L’arcade dentaire humaine. Morphologie. Paris: CdP; 2004. Saunders. Dental anatomy coloring book. Philadelphia: WB Saunders;
Fuller JL, Deheny GE. Concise Dental Anatomy and Morphology. Iowa City: 2007.
University of Iowa College of Dentistry; 2001. Sott JH, Symons NB. Introduction to dental anatomy and physiology.
Garbarino J. La denture de l’homme dans l’appareil masticateur. Anatomie Edinburgh: Churchill Livingstone; 1977.
dentaire. Marseille: Flammarion; 1973. Tallec P. Atlas de morphologie. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Gori G. Morfologia e modellazione dentale. Milano: Edi-Ermes; 2000. Stomatologie, 22-003-A-10, 1964.
Hodson JT. Human tooth morphology. Seattle: University of Washington
Tallec P. Anatomie dentaire. Cours de morphologie et technologie appliquées
School of Dentistry; 1980.
à l’art dentaire. Aix-en-Provence: Ifosupd; 1983.
Jordan RE,Abrams L. Kraus’dental anatomy and occlusion. St Louis: Mosby
CV; 1992. Woelfel JB. Dental anatomy. Philadelphia: Lippincott Williams and Wilkins;
Katoaka S, Nishimura Y, Sadan A, Kataoka S. Nature’s morphology: an atlas 1997.
of tooth shape and form. Chicago: Quintessence Publishing Co Inc; Zeisz RC, Nuckolls J. The form and function of the permanent teeth. St Louis:
2002. CV Mosby; 1949.

J. Romerowski, Ancien professeur (jeanromerowski@mac.com).


G. Bresson, Ancien attaché de consultation.
19, rue du Colisée, 75008 Paris, France.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Romerowski J., Bresson G. Morphologie dentaire de l’adulte : incisives. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Médecine buccale, 28-005-H-10, 2010.

Disponibles sur www.em-consulte.com


Arbres Iconographies Vidéos / Documents Information Informations Auto- Au
décisionnels supplémentaires Animations légaux au patient supplémentaires évaluations quotidien

8 Médecine buccale

© 2010 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 06/10/2010 par Biomédicale Bibliothèque (52190)
¶ 22-003-A-11

Morphologie dentaire de l’adulte :


canines
J. Romerowski, G. Bresson

L’essentiel du matériel fossile des mammifères est constitué par les dents : chaque facette, tant sur les
surfaces radiculaires que sur les surfaces coronaires, a été étudiée quant à sa morphologie. Ce matériel
permet de reconstituer, dans la discipline de l’évolution, la lignée phylogénétique. En paléontologie,
l’examen des dents sert à l’organisation taxinomique des genres et des familles dans le cadre des espèces.
Parmi les espèces humaines vivantes, les dents permettent, en anthropologie, de classer et de différencier
les populations et les ethnies. L’étude des unités dentaires des jumeaux, triplés, etc., rend possible une
appréhension approfondie de la génétique. Une bonne connaissance de chaque structure anatomique
dentaire ne peut être acquise que lorsque le mode de formation et de croissance est connu : cela relève de
l’embryologie. L’anatomie comparée répond au besoin de comprendre les dispositions humaines :
l’évocation des formes dentaires simples éclaire les observations effectuées sur l’homme. Enfin, toute la
dentisterie clinique, au travers de la restauration morphologique, doit conduire à l’établissement ou au
rétablissement de l’harmonie fonctionnelle du complexe stomatognathique. Cet article concerne les
canines.
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Couronne ; Racine ; Pulpe ; Mésial ; Distal ; Vestibulaire ; Lingual ; Incisif ; Occlusal ; Caméral ;
Radiculaire

Plan ■ Généralités
¶ Généralités 1 Nombre
Nombre 1
Les canines sont au nombre de quatre, soit deux à l’arcade
Situation 1
maxillaire et deux à l’arcade mandibulaire.
Fonctions 1
¶ Caractères morphologiques communs au groupe des canines 2 Situation
¶ Chronologie de l’éruption 2
Les canines se situent immédiatement en arrière de l’incisive
¶ Dimensions 2 latérale et en avant de la première prémolaire à la jonction de
¶ Caractères propres aux canines 2 la courbe antérieure et de la portion postérieure de l’arcade.
Elles occupent dans le plan occlusal une position angulaire.
¶ Caractères propres à chaque unité dentaire 3
Elles constituent à cet égard les clés de voûte des arcades
Observation par la face vestibulaire 3
dentaires.
Observation par la face linguale 4
Elles constituent, avec les incisives, le groupe antérieur ou
Observation par la face mésiale 5 groupe incisivocanin.
Observation par la face distale 6
Observation par la face incisive 6
Contours internes : cavité pulpaire 7
Fonctions
La forme des canines est intermédiaire entre celle des incisi-
ves et celle des prémolaires : crêtes marginales et cingulum
constituent les reliefs de la face linguale, tandis que, s’il existe
un bord incisif, celui-ci présente un double versant à la manière
d’une cuspide vestibulaire de prémolaire. Forme et fonction
étant étroitement liées, car la canine participe à la section du
bol alimentaire avec les incisives et, dans une mesure moindre,
« L’étude de la morphologie est indispensable, non pas pour la à l’écrasement avec les dents cuspidées : il s’agit en fait de
simple connaissance de la froide anatomie, mais pour pénétrer le sens dilacération. Sa situation et son implantation lui permettent de
de la forme dans sa genèse, dans sa fonction et dans son adaptation. » supporter des efforts importants au cours de la mastication. Son
(Paul Housset) rôle est notable dans les problèmes fonctionnels de l’occlusion

Stomatologie 1
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-11 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : canines

Tableau 1.
Chronologie de l’éruption des canines.
Canine maxillaire Canine mandibulaire
V L
Début de la 4 à 6 mois 4 à 6 mois
calcification
D M M
D V Fin de la calcification 6 à 7 ans 6 à 7 ans
coronaire
D M Éruption 11 à 12 ans 9 à 11 ans
Fin de la calcification 13 à 16 ans 12 à 14 ans
L apicale

1 2 3

Tableau 2.
Dimensions des canines.

et au cours de la cinématique mandibulaire, en raison égale- Canine maxillaire Canine mandibulaire


ment de sa proprioception desmodontale particulière. Dans les Hauteur totale 27 mm 26 mm
mouvements tests de latéralité (diduction droite et gauche), la Hauteur coronaire 10 mm 11 mm
canine permet le désengrènement des dents postérieures Diamètre mésiodistal 7,5 mm 7 mm
(« désocclusion canine »). Elle libère ainsi les dents cuspidées de Diamètre 8 mm 7,5 mm
l’effet nocif des forces tangentielles. Enfin, les canines jouent vestibulolingual
également un rôle au cours de l’expression faciale (esthétique)
et au cours de la phonation.

■ Caractères morphologiques
communs au groupe des canines
Les canines sont les unités dentaires les plus longues de l’arcade ■ Chronologie de l’éruption
dentaire (Illustration 1).
Leur éruption s’effectue entre 9 et 12 ans. La canine mandi-
Elles présentent une cuspide unique. Le lobe médian s’est
bulaire précède la canine maxillaire (Tableau 1).
fortement développé (Illustration 2).
Les faces vestibulaires coronaires et radiculaires sont
généralement convexes.
Les crêtes marginales linguales sont convexes dans tous les ■ Dimensions
sens (Illustration 3).
Les dimensions des canines sont présentées dans le Tableau 2.
Elles présentent une seule racine fortement développée et
puissante.
Leur implantation radiculaire puissante développe au niveau
des contours osseux la « bosse canine ». ■ Caractères propres aux canines

Maxillaires Mandibulaires

D M D M

D M D M

4 5 6 7
Ce sont les dernières dents à apparaître sur l’ar- Elles sont plus grandes que les canines mandi- Elles apparaissent dans la cavité buccale avant La couronne est étroite dans le sens mésiodistal.
cade, si l’on excepte les deux dernières molai- bulaires. les canines maxillaires. Par rapport à celles-ci, elles sont nettement plus
res. Leur racine a une longueur supérieure à celle de Leurs caractères morphologiques les rappro- étroites. Elles apparaissent, par conséquent, plus
Leur morphologie représente une transition en- toutes les autres dents. chent davantage des incisives mandibulaires. longues dans le sens incisivocervical.
tre incisives et prémolaires. Leur moitié mésiale Leur racine est en général plus courte et légère-
ressemble à la moitié distale des incisives. Leur ment aplatie dans le sens mésiodistal.
moitié distale est similaire à la moitié mésiale des
prémolaires.

2 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : canines ¶ 22-003-A-11

■ Caractères propres à chaque Observation par la face vestibulaire


unité dentaire

Couronne
Maxillaire Mandibulaire

1/4
D M
1/2
D M D M D M

8 9 11 12
Du fait de la longueur de la racine, la couronne La pointe cuspidienne est, en effet, sensiblement La canine mandibulaire est caractérisée par son Sur le contour du bord libre, le versant distal est
paraît courte et massive. alignée sur l’axe médian coronoradiculaire de la allongement dans le sens incisivocervical. La plus long que le versant mésial. Il est également
Certains auteurs caractérisent leur forme géné- dent. Le versant mésial est en général plus court pointe cuspidienne est nettement moins pro- plus incliné. Cela donne un «aspect scoliotique»
rale par le terme « fer de lance » (A. Lautrou). et moins incliné que le versant distal. éminente que sur la canine maxillaire. à la dent. Avant toute abrasion ou usure fonc-
Le contour général de cette dent est pentago- L’ensemble du contour du bord libre occupe au Le contour général s’inscrit dans un pentagone. tionnelle, la pointe cuspidienne est sensiblement
nal. moins un tiers, souvent la moitié de la hauteur alignée sur l’axe médian coronoradiculaire.
Le bord libre n’est pas rectiligne comme sur les coronaire totale. Le bord libre s’inscrit dans le cinquième ou le
incisives. Il présente deux versants : un versant Après abrasion fonctionnelle, la pointe cuspi- quart de la hauteur coronaire totale.
mésial et un versant distal qui aboutissent à peu dienne a tendance à se déplacer vers le contour Le versant distal entre en relation, au cours de
près à égale distance des contours proximaux. distal. Cette évolution augmente la longueur l’occlusion, avec la portion mésiale de la face lin-
du contour mésial et diminue celle du versant guale de la canine maxillaire. L’usure fonction-
distal. nelle induit un déplacement mésial de la pointe
cuspidienne. Le versant mésial devient alors plus
court tandis que le versant distal s’allonge.

D M
D M

10 13
Le contour mésial est habituellement convexe entre la zone proximale de contact et la ligne cervicale. Les contours proximaux sont presque parallèles entre eux ou à peine convergents vers la région
Le maximum de convexité – qui correspond à la zone proximale de contact – se situe dans le tiers cervicale.
incisif, quelquefois à la jonction du tiers incisif et du tiers médian. Le contour mésial est rectiligne depuis la zone proximale de contact jusqu’au point cervical mésial. Il
Le contour distal est plus court que le contour mésial. Il est habituellement convexe autour de la zone se trouve en continuité avec le contour radiculaire mésial.
proximale de contact. Celle-ci se situe, soit à la jonction du tiers incisif et du tiers médian, soit dans Le maximum de convexité se situe très près du bord libre : la zone mésiale de contact se trouve donc
le tiers médian. Le tiers cervical est plutôt concave. Le lobe distal est isolé. Il surplombe le contour dans le tiers incisif.
distal de la racine. Le contour distal forme un angle obtus avec le contour radiculaire correspondant. Il est fortement
La ligne cervicale décrit un arc de cercle convexe en direction de la racine. convexe et surplombe donc le contour radiculaire.
La surface vestibulaire est marquée par une arête vestibulaire orientée selon l’axe coronoradiculaire La zone proximale de contact est située à la jonction du tiers incisif et du tiers médian. La ligne
de la dent. L’importance de cette arête résulte du fort développement du lobe médian. C’est elle qui cervicale est régulièrement convexe en direction de la racine.
est responsable de la forte convexité de la face vestibulaire et qui différencie la canine des incisives. La surface vestibulaire offre un relief plus estompé que celui de la canine maxillaire. L’arête vestibu-
De part et d’autre de l’arête vestibulaire se situent : laire est peu prononcée. Il existe cependant trois lobes séparés par deux dépressions.
– en direction de la face mésiale, une dépression triangulaire dont le sommet prend naissance dans Le maximum de convexité est situé dans le tiers cervical.
le tiers médian coronaire et qui va en s’élargissant jusqu’au bord libre. Cette dépression sépare l’arête
vestibulaire (ou lobe médian) du lobe mésial ;
– en direction de la face distale, une dépression qui naît dans le tiers cervical, à partir de la jonction
coronoradiculaire, sur une large surface qui va ensuite en diminuant jusqu’au tiers médian coronaire,
puis s’élargit de nouveau en se dirigeant vers le versant distal du bord libre. Cette dépression, dont
l’aspect ressemble à deux triangles accolés par un sommet commun, isole totalement le lobe distal
du lobe médian.
Le maximum de convexité de la face vestibulaire se situe dans le tiers cervical.
Le maximum de convexité du contour mésial se situe à la jonction du tiers incisif et du tiers médian.
Le maximum de convexité du contour distal se situe dans le tiers médian.

Racine
Maxillaire Mandibulaire

D M

D M

14 15
La canine maxillaire est longue et étroite. Son extrémité est arrondie. La canine mandibulaire est étroite dans le sens mésiodistal.
Les contours proximaux convergent l’un vers l’autre de manière progressive, puis s’inclinent dista- Elle est conique et se termine par un apex plus ou moins pointu. Le tiers apical est souvent plus fin
lement. que sur la canine maxillaire. Elle présente une légère inclinaison distale.
Quelquefois, le tiers apical présente une forte inclinaison distale, plus rarement mésiale. La surface L’orientation de la couronne sur la racine est caractéristique de cette dent : la couronne apparaît
radiculaire est lisse et convexe. comme luxée distalement par rapport à l’axe radiculaire de la dent.

Stomatologie 3
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-11 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : canines

Observation par la face linguale


La couronne et la racine sont plus étroites sur leur face
linguale que sur leur face vestibulaire. Ainsi, l’ensemble du
contour vestibulaire est-il visible à l’observation par la face
linguale.

Couronne
Maxillaire Mandibulaire

M D M D
D M

16 17 19 20
Les contours coronaires sont superposables à Les reliefs de la face linguale sont en général bien On retrouve ici le contour général observé par la Toutes les structures existantes de la face lingua-
ceux de la face vestibulaire. marqués. Ils sont hautement caractéristiques. Ils face vestibulaire. le de la canine maxillaire se retrouvent sur la face
permettent de différencier la canine maxillaire linguale de la canine mandibulaire : crête margi-
de la canine mandibulaire. nale mésiale, crête marginale distale, cingulum.
La crête marginale mésiale et la crête marginale
distale constituent les limites proximales de la
face linguale. Elles sont nettement dessinées.
Elles sont convexes, tant dans le sens mésiodistal
que dans le sens incisivocervical. Cela est carac-
téristique de la canine maxillaire.
De même, le cingulum, qui occupe une grande
surface dans la région cervicale, est fortement
convexe. Il est lisse et de forme ovoïde à grand
axe incisivocervical. Il peut porter un ou deux
tubercules. Il est parfois hypertrophié et s’appa-
rente alors à une petite cuspide.

M D
M D

18 21
Une élévation proéminente prend naissance à la partie incisive du cingulum. Elle se dirige vers la Se retrouvent également arête linguale, fosse mésiolinguale et fosse distolinguale, mais les reliefs de
pointe cuspidienne sous la forme d’une arête continue ou discontinue, c’est l’arête linguale. En son ces structures sont estompés.
milieu, elle est marquée par une concavité plus ou moins importante. Les sillons et les puits sont inexistants.
La fosse linguale est par conséquent double. On peut décrire une fosse mésiolinguale et une fosse La ligne cervicale est plus convexe et moins régulière que sur la face vestibulaire. Son maximum de
distolinguale. courbure est déporté vers le contour distal.
Un puits est souvent présent au sommet du cingulum. Des sillons nettement marqués délimitent
crêtes marginales et fosse linguale. Ce sont des traits caractéristiques de la canine maxillaire.
Quelquefois, un sillon profond sépare le cingulum de la fosse linguale.

Racine
Observée par la face linguale, la racine est plus étroite Les parois proximales radiculaires sont donc visibles sous cet
qu’observée par la face vestibulaire. Elle est plus étroite sur sa aspect.
face linguale que sur sa face vestibulaire.

4 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : canines ¶ 22-003-A-11

Observation par la face mésiale


Le caractère fondamental de la canine maxillaire observée par Concernant la canine mandibulaire, le tiers cervical est plus
la face mésiale est l’épaisseur importante du tiers cervical étroit que sur la canine maxillaire.
coronaire et du tiers cervical radiculaire. C’est dans ce secteur
que se situe le plus grand diamètre vestibulolingual.

Couronne
Maxillaire Mandibulaire

V L V L
V L V L

22 23 24 25
Comme toutes les unités du groupe incisivo- Le contour vestibulaire est convexe depuis le Comme toutes les unités du groupe incisivoca- Le contour du bord libre est plus court et plus
canin, la couronne s’inscrit dans un triangle à point cervical vestibulaire jusqu’au bord libre. Le nin, la couronne s’inscrit dans un triangle à base acéré que celui de la canine maxillaire.
base cervicale et à pointe incisive. contour vestibulaire est fortement convexe de cervicale et à pointe incisive. La ligne cervicale est convexe en direction du
Le maximum de convexité vestibulaire se situe à part et d’autre de ce point. La convexité va en Le maximum de convexité vestibulaire se situe à bord libre. Son maximum de convexité se situe à
la jonction du tiers cervical et du tiers médian. diminuant au fur et à mesure que l’on s’appro- la jonction du tiers cervical et du tiers médian. l’aplomb du bord libre.
Le maximum de convexité lingual se situe au ni- che du bord libre. Le contour vestibulaire est convexe avec une La surface mésiale est, dans son ensemble,
veau du cingulum, dans le cinquième cervical. Le contour lingual est de forme irrégulière. Le majoration de cette convexité dans le tiers cervi- convexe avec une zone plane immédiatement
cingulum occupe les deux cinquièmes de la hau- cal. Le maximum de convexité se situe immédia- au-dessus de la ligne cervicale. À la différence de
teur coronaire à partir du point cervical lingual. tement au-dessus du point cervical vestibulaire. la canine maxillaire, la crête marginale mésiale
Une légère concavité sépare le cingulum de Le contour lingual est similaire à celui de la cani- s’estompe dans la surface mésiale.
l’arête linguale. ne maxillaire. Il s’en différencie par un cingulum La zone proximale de contact est située à proxi-
Cette dernière forme une seconde convexité qui peu proéminent. mité du bord libre, dans le tiers incisif, à peu
aboutit à la pointe cuspidienne. près à égale distance du contour vestibulaire et
La ligne cervicale est concave en direction de du contour lingual. Elle est ovoïde à grand axe
la racine. Son maximum de concavité se situe à incisivocervical.
l’aplomb du bord libre.
L’ensemble de la surface mésiale est convexe.
La crête marginale est proéminente. Sa jonction
avec le bord libre s’effectue par un angle pro-
noncé. La zone proximale de contact est située
à la jonction du tiers incisif et du tiers médian,
sensiblement à égale distance du contour ves-
tibulaire et du contour lingual. Elle est ovoïde à
grand axe incisivocervical.

Racine

Maxillaire Mandibulaire

V L

V L

26 27
La canine maxillaire est large dans le sens vestibulolingual. Sur la moitié de sa hauteur, quelquefois L’ensemble de la surface radiculaire est plutôt plan, quelquefois concave.
sur les deux tiers, le contour vestibulaire et le contour lingual sont parallèles. Ils convergent ensuite Souvent, une dépression longitudinale parcourt sa surface selon l’axe coronoradiculaire.
vers un apex plus ou moins arrondi.
Une concavité longitudinale s’inscrit sur la surface radiculaire.

Stomatologie 5
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-11 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : canines

Observation par la face distale


Le contour général coronoradiculaire des deux canines est
superposable à celui de la vue mésiale.

Couronne

Maxillaire Mandibulaire

L V

L V

28 29
Toutefois la vue distale se différencie par : La zone proximale de contact est située à la jonction du tiers incisif et du tiers médian. Elle représente
– une surface moins étendue, mais plus convexe ; une surface à contour presque circulaire.
– une ligne cervicale dont la flèche est plus courte ;
– un contour lingual de la crête marginale distale plus accentué et plus irrégulier ;
– une dépression longitudinale radiculaire plus profonde qui se prolonge dans le tiers cervical coro-
naire par une concavité ;
– une zone proximale de contact située dans le tiers médian et de forme plutôt circulaire.

Observation par la face incisive


La canine est habituellement convexe dans l’ensemble de son La robustesse de cette dent est soulignée par l’importance du
contour. diamètre vestibulolingual.

Maxillaire Mandibulaire

V V
V V

M D M D
D M D M

L L

30 31 32 33
La couronne est asymétrique. Si l’on trace une li- Les contours proximaux convergent vers le La majeure partie de la face vestibulaire est visi- Les parois proximales convergent vers la face
gne droite passant par la pointe cuspidienne, par contour lingual. ble à l’observation par le bord libre. linguale.
le maximum de convexité du contour vestibu- Trois lobes distincts apparaissent sur la face vesti- La zone proximale mésiale est plus vestibulaire Si l’on trace une ligne droite perpendiculaire au
laire et par le maximum de convexité du contour bulaire. Ils sont séparés par deux dépressions. Le que la zone proximale distale, obéissant à la rè- bord libre passant par la pointe cuspidienne, le
lingual, la portion coronaire distale est plus large lobe médian est de loin le plus important. gle générale de toutes les unités dentaires. caractère asymétrique de la dent apparaît moins
que la portion coronaire mésiale. La moitié mé- Le versant mésial et le versant distal du bord libre prononcé que sur la canine maxillaire, en parti-
siale est plutôt arrondie dans son contour ves- sont relativement épais dans le sens vestibulolin- culier sur la face vestibulaire.
tibulaire tandis que la moitié distale est plutôt gual. Ils prennent une direction linguale à partir Le cingulum est légèrement distalé.
plane, quelquefois concave. Le contour mésial de la pointe cuspidienne et s’articulent avec les Les reliefs sont moins différenciés que sur la ca-
est à peine convexe. Il est large dans le sens ves- crêtes marginales de la face linguale. nine maxillaire, tant pour ce qui concerne la face
tibulolingual. L’arête linguale et les deux fosses linguales sont vestibulaire que pour ce qui concerne la face
Le contour distal est fortement convexe. Il est nettement visibles à l’observation par cette face. linguale.
étroit dans le sens vestibulolingual.

6 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : canines ¶ 22-003-A-11

Contours internes : cavité pulpaire La cavité pulpaire de la canine mandibulaire est similaire à
celle de la canine maxillaire, mais le canal est plus étroit dans
L’aspect général est similaire à celui des incisives maxillaires. le sens vestibulolingual et dans le sens mésiodistal.
La différence majeure réside dans la chambre pulpaire. Le
diamètre vestibulolingual est plus grand que le diamètre
mésiodistal.

Coupes dans le sens vertical


Maxillaire Mandibulaire
Sens vestibulolingual Sens mésiodistal Sens vestibulolingual Sens mésiodistal

1/4
1/4

D M

2/5

2/5
D M
1/5

1/4
1/4

34 35 36 37
Chambre pulpaire Chambre pulpaire La cavité est volumineuse dans le sens vestibulo- La cavité est étroite et similaire à celle de la ca-
Elle est pointue en direction du bord libre. Elle Elle ne présente qu’une seule corne pulpaire. lingual. Elle va en se rétrécissant jusqu’à la région nine maxillaire.
s’élargit dans la région cervicale. Celle-ci s’oriente en direction de la pointe cus- apicale.
Habituellement, le contour vestibulaire et le pidienne. Le contour caméral va en diminuant
contour lingual sont convexes. Ils donnent un de diamètre depuis la partie incisive jusqu’à la
aspect de « lentille biconvexe ». partie cervicale.
Quelquefois, sur le contour lingual, une conve-
xité plus importante se situe en regard du cin- Canal radiculaire
gulum. Il reste à peu près de diamètre constant sur les
deux tiers de la hauteur radiculaire. Il va ensuite
Canal radiculaire en se rétrécissant dans le tiers apical.
Il est large sur la moitié de la hauteur radicu-
laire.
Il va ensuite en se rétrécissant jusqu’au foramen
apical.

Coupes dans le sens horizontal

Maxillaire Mandibulaire

D M

D M
D M
D M

38 39

Coupe horizontale dans la région cervicale Coupe horizontale dans la région cervicale
La cavité est ovoïde à grand axe vestibulolingual. La cavité est plutôt ovoïde à grand axe vestibulolingual.
Coupe horizontale à mi-hauteur radiculaire Coupe horizontale à mi-hauteur radiculaire
La cavité tend à devenir circulaire. La cavité s’aplatit dans le sens mésiodistal. Les dépressions longitudinales du contour externe radicu-
laire provoquent un étranglement, voire une séparation en deux canaux distincts.

Stomatologie 7
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-11 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : canines

Pour en savoir plus Karst. Dental Anatomy. A self instructional program paperback.
Philadelphia: WB Saunders; 1997.
Ash Jr. M, Nelson SJ. Wheeler’s dental anatomy, Physiology and occlusion. Lautrou A. Abrégé d’anatomie dentaire. Paris: Elsevier Masson; 1988.
Oxford: Elsevier; 2002. Linek HA. Tooth carving manual. Los Angeles: University of Southern
Black GV. Anatomie descriptive des dents humaines (traduction de Darin G). California; 1949.
Londres: Ash C et fils; 1891. Marseillier E. Les dents humaines. Morphologie. Paris: Bordas; 1995.
Brand RW, Isselhard DE. Anatomy of orofacial structures. St Louis: CV Papathanassiou G. Morphologie dentaire. Étude et dessin des dents perma-
Mosby; 1990. nentes. Reims: Presses Universitaires de Reims; 1987.
Carlsen O. Tandmorfologiskeskitser. Copenhague: Munksgaard; 1986. Renner RP. An introduction to dental anatomy and esthetics. Chicago:
Carlsen O. Dental morphology. Copenhague: Munksgaard; 1987. Quintessense Books Publishing Co; 1985.
Crétot M. L’arcade dentaire humaine. Morphologie. Paris: CdP; 2004. Romerowsk J, Hüe O, Bresson G, Boccara E. Manuel d’anatomie dentaire
Fuller JL, Deheny GE. Concise Dental Anatomy and Morphology. Iowa City: descriptive. Paris: Section anatomie dentaire Paris VII; 1984.
University of Iowa College of Dentistry; 2001. Saunders. Dental anatomy coloring book. Philadelphia: WB Saunders; 2007.
Garbarino J. La denture de l’homme dans l’appareil masticateur. Anatomie Sott JH, Symons NB. Introduction to dental anatomy and physiology.
dentaire. Marseille: Flammarion; 1973. Edinburgh: Churchill Livingstone; 1977.
Gori G. Morfologia e modellazione dentale. Milano: Edi-Ermes; 2000. Tallec P. Atlas de morphologie. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Hodson JT. Human tooth morphology. Seattle: University of Washington Stomatologie, 22-003-A-10, 1964.
School of Dentistry; 1980. Tallec P. Anatomie dentaire. Cours de morphologie et technologie appliquées
Jordan RE,Abrams L. Kraus’dental anatomy and occlusion. St Louis: Mosby à l’art dentaire. Aix-en-Provence: Ifosupd; 1983.
CV; 1992. Woelfel JB. Dental anatomy. Philadelphia: Lippincott Williams and Wilkins;
Katoaka S, Nishimura Y, Sadan A, Kataoka S. Nature’s morphology: an atlas 1997.
of tooth shape and form. Chicago: Quintessence Publishing Co Inc; Zeisz RC, Nuckolls J. The form and function of the permanent teeth. St Louis:
2002. CV Mosby; 1949.

J. Romerowski, Ancien professeur ⁎ (jeanromerowski@mac.com).


G. Bresson, Ancien attaché de consultation.
19, rue du Colisée, 75008 Paris, France.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Romerowski J., Bresson G. Morphologie dentaire de l’adulte : canines. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Médecine buccale, 28-005-H-11, 2010, Stomatologie, 22-003-A-11, 2012.

Disponibles sur www.em-consulte.com


Arbres Iconographies Vidéos / Documents Information Informations Auto- Au
décisionnels supplémentaires Animations légaux au patient supplémentaires évaluations quotidien

8 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Cet article comporte également le contenu multimédia suivant, accessible en ligne sur em-consulte.com et
em-premium.com :

1 « Au quotidien »
Cliquez ici

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
¶ 22-003-A-12

Morphologie dentaire de l’adulte :


prémolaires
J. Romerowski, G. Bresson

L’essentiel du matériel fossile des mammifères est constitué par les dents : chaque facette, tant sur les
surfaces radiculaires que sur les surfaces coronaires, a été étudiée quant à sa morphologie. Ce matériel
permet de reconstituer, dans la discipline de l’évolution, la lignée phylogénétique. En paléontologie,
l’examen des dents sert à l’organisation taxinomique des genres et des familles dans le cadre des espèces.
Parmi les espèces humaines vivantes, les dents permettent, en anthropologie, de classer et de différencier
les populations et les ethnies. L’étude des unités dentaires des jumeaux, triplés, etc., rend possible une
appréhension approfondie de la génétique. Une bonne connaissance de chaque structure anatomique
dentaire ne peut être acquise que lorsque le mode de formation et de croissance est connu : cela relève de
l’embryologie. L’anatomie comparée répond au besoin de comprendre les dispositions humaines :
l’évocation des formes dentaires simples éclaire les observations effectuées sur l’homme. Enfin, toute la
dentisterie clinique, au travers de la restauration morphologique, doit conduire à l’établissement ou au
rétablissement de l’harmonie fonctionnelle du complexe stomatognathique. Cet article concerne les
prémolaires.
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Couronne ; Racine ; Pulpe ; Mésial ; Distal ; Vestibulaire ; Lingual ; Incisif ; Occlusal ; Caméral ;
Radiculaire

Plan ■ Généralités
¶ Généralités 1
Nombre 1
Nombre
Situation 1 Les prémolaires sont au nombre de huit, soit quatre par
Fonctions 1 arcade, soit deux par hémiarcade.
¶ Caractères morphologiques communs au groupe
des prémolaires 2
Situation
¶ Chronologie de l’éruption 2
Les prémolaires se situent immédiatement en arrière des
¶ Dimensions 2
canines et en avant des molaires.
¶ Caractères communs aux prémolaires 2
Maxillaires 2
Mandibulaires 2 Fonctions
¶ Caractères propres à chaque unité dentaire 3 Si, sur le plan morphologique, elles constituent une transition
Observation par la face vestibulaire 3 entre les canines et les molaires, sur le plan fonctionnel, les
Observation par la face linguale 5 prémolaires participent, par des cuspides acérées telles des
Observation par la face mésiale 6 canines, à la perforation et à la dilacération des aliments, elles
Observation par la face distale 8 contribuent, par leurs surfaces occlusales, à l’écrasement du bol
Observation par la face occlusale 9 alimentaire, telles de petites molaires.
Contours internes : cavité pulpaire 12 Associées aux molaires, elles forment le groupe des dents
postérieures ou groupe cuspide, par opposition aux incisives et
canines qui constituent le groupe antérieur ou groupe
incisivocanin.
La fonction esthétique et la fonction phonétique sont sans
doute minorées par rapport au groupe antérieur. Elles sont en
revanche plus importantes que pour les molaires.
« L’étude de la morphologie est indispensable, non pas pour la Dans la terminologie anglo-saxonne, elles portent le nom de
simple connaissance de la froide anatomie, mais pour pénétrer le sens bicuspidées : cette dénomination est quelque peu erronée, car
de la forme dans sa genèse, dans sa fonction et dans son adaptation. » certaines prémolaires mandibulaires (en particulier la seconde
(Paul Housset) prémolaire) présentent trois cuspides.

Stomatologie 1
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-12 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires

■ Caractères morphologiques ■ Caractères communs


communs au groupe aux prémolaires
des prémolaires
Les prémolaires sont porteuses d’au moins deux cuspides.
Maxillaires
Elles sont les seules à ne présenter qu’une seule cuspide vestibu- Les prémolaires maxillaires sont beaucoup plus semblables
laire. Les cuspides complémentaires sont toujours linguales. entre elles que ne le sont les prémolaires mandibulaires. La
première prémolaire maxillaire est souvent plus volumineuse
que la seconde prémolaire : elles sont dites « en série descen-
■ Chronologie de l’éruption dante ». Toutes les prémolaires maxillaires ont deux cuspides
majeures, approximativement de mêmes dimensions et de
Les prémolaires naissent de la deuxième lame dentaire et
même hauteur. Ce n’est pas le cas à l’arcade mandibulaire.
prennent la place des molaires temporaires. Elles font leur
Vues par leur face occlusale, les couronnes des prémolaires
éruption entre 9 et 12 ans, juste avant l’apparition de la canine
et avant l’éruption de la seconde molaire. L’ordre d’éruption est maxillaires présentent un diamètre vestibulolingual plus
habituellement le suivant : première prémolaire maxillaire, important que le diamètre mésiodistal (Illustration 1).
première prémolaire mandibulaire, seconde prémolaire maxil- Observé par une face proximale, le contour vestibulaire des
laire, seconde prémolaire mandibulaire (Tableau 1). prémolaires maxillaires présente une légère inclinaison distale
depuis le maximum de convexité jusqu’à la pointe cuspidienne
(Illustration 2).
Tableau 1. Le maximum de convexité du contour lingual des prémolai-
Chronologie de l’éruption des prémolaires. res maxillaires se situe dans le tiers médian ou dans le tiers
Maxillaire Mandibulaire cervical (Illustration 2).
Première Seconde Première Seconde Le maximum de convexité du contour vestibulaire des
prémolaire prémolaire prémolaire prémolaire prémolaires maxillaires se situe à la jonction du tiers médian et
Début de la 18 à 21 mois 24 à 27 mois 21 à 24 mois 27 à 30 mois
du tiers cervical (Illustration 3).
calcification Observée par une face proximale, l’aire occlusale des prémo-
coronaire laires maxillaires ne présente aucune inclinaison, ni vers la face
vestibulaire, ni vers la face linguale (Illustration 3).
Fin de la 5 à 6 ans 6 à 7 ans 5 à 6 ans 6 à 7 ans
calcification
coronaire Mandibulaires
Éruption 9 à 11 ans 10 à 12 ans 9 à 12 ans 10 à 12 ans Les prémolaires mandibulaires sont des unités de transition :
Fin de la 12 à 13 ans 12 à 14 ans 12 à 13 ans 13 à 14 ans sur le plan morphofonctionnel, la première prémolaire est très
calcification proche de la canine tandis que la seconde prémolaire ressemble
apicale à une petite molaire.
Elles peuvent présenter plus de deux cuspides : la (ou les)
cuspides linguales sont toujours moins importantes que la
Tableau 2. cuspide vestibulaire.
Dimensions des prémolaires. Le diamètre vestibulolingual et le diamètre mésiodistal de la
couronne ont une dimension presque équivalente
Maxillaire Mandibulaire
(Illustration 4).
Première Seconde Première Seconde Le contour vestibulaire est fortement incliné vers la face
prémolaire prémolaire prémolaire prémolaire
linguale (Illustrations 5, 6).
Hauteur totale 23,5 mm 22,5 mm 22,5 mm 22,5 mm Le maximum de convexité de la face vestibulaire est situé
Hauteur 8,5 mm 8,5 mm 8,5 mm 8,5 mm dans un secteur proche de la jonction du tiers médian et du
coronaire tiers cervical.
Diamètre 7 mm 7 mm 7 mm 7 mm Le maximum de convexité de la face linguale est toujours
mésiodistal situé dans le tiers occlusal (Illustrations 5, 6).
Diamètre 9 mm 9 mm 7,5 mm 8 mm La première prémolaire présente des structures linguales qui
vestibulolingual ne sont pas fonctionnelles et une inclinaison de l’aire occlusale
« ad linguam » qui marquent sa ressemblance avec la canine
(Illustration 5).
■ Dimensions L’aire occlusale de la seconde prémolaire est sensiblement
horizontale et présente des crêtes marginales similaires à celles
Les dimensions des prémolaires sont présentées dans le des molaires : la seconde prémolaire est véritablement une
Tableau 2. petite molaire (Illustration 6).

V
V

D M V
V L
M D L
V L

L L

1 2 3 4 5 6

2 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires ¶ 22-003-A-12

■ Caractères propres à chaque


unité dentaire
Observation par la face vestibulaire

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

D M D M
D M

D M

7 10 13 16
Elle ressemble par certains aspects à sa voisine, la Sa similitude avec la première prémolaire maxil- Le contour général est sensiblement pentagonal Le contour général est sensiblement pentago-
canine. Elle est cependant plus petite que cette laire est évidente, mais elle est plus petite. Com- comme pour la canine. nal comme pour la canine et pour la première
dernière. Comme elle, elle s’inscrit dans un pen- me elle, elle s’inscrit dans un pentagone. prémolaire.
tagone. Elle est plus courte dans le sens occluso- Elle se différencie par une légère diminution des
cervical et plus étroite dans le sens mésiodistal dimensions coronaires tant dans le sens occluso-
que les couronnes des dents antérieures. cervical que dans le sens mésiodistal.

D M
D M D M D M

8 11 14 17
Le contour occlusal ressemble au bord incisif de La pointe cuspidienne est moins acérée que sur Le contour occlusal est dominé par une pointe La seconde prémolaire se différencie de la pre-
la canine. La pointe cuspidienne vestibulaire est la première prémolaire. cuspidienne marquée. Cette pointe divise le mière prémolaire par :
prononcée. Le versant cuspidien mésial est plus court que le contour occlusal en un versant mésial et en un – une pointe cuspidienne plus courte et moins
Elle divise le contour occlusal en deux portions versant cuspidien distal. versant distal dont les inclinaisons par rapport aiguë ;
inégales. La pente des deux versants cuspidiens Les angles proximo-occlusaux sont moins pro- à l’horizontale sont voisines de 30°. Le versant – des versants cuspidiens moins inclinés par rap-
est d’environ 30° par rapport à l’horizontale. éminents et donnent l’apparence d’« épaules mésial est en général plus court que le versant port à l’horizontale ;
En revanche, le versant mésial est plus long et étroites ». distal. Le versant mésial est sensiblement rec- – des versants cuspidiens dont la dimension est
plus rectiligne que le versant distal, lequel est tiligne, le versant distal présente souvent une sensiblement équivalente.
donc plus court et plus curviligne. légère concavité. Ces versants rejoignent les
La pointe cuspidienne est par conséquent dista- contours proximaux selon des angles arrondis.
lée par rapport à un axe médian. La couronne est asymétrique.
L’abrasion déplace la pointe du côté mésial.

D M D M

D M
D M

9 12 15 18
La surface vestibulaire est marquée par l’exis- Les lobes vestibulaires sont moins prononcés L’ensemble de la surface vestibulaire est Le modèle de la face vestibulaire est semblable à
tence d’une arête vestibulaire importante qui que sur la première prémolaire et les dépressions convexe, tant dans le sens occlusocervical que celui de la première prémolaire.
va de la pointe cuspidienne au point cervical triangulaires plutôt rares. dans le sens mésiodistal.
vestibulaire : cette arête est le résultat du déve- Le lobe médian est le plus proéminent. Il existe
loppement important du lobe médian, comme des dépressions triangulaires de part et d’autre
sur la canine. de ce lobe médian.
Deux dépressions triangulaires, de part et d’autre
de l’arête médiane, divisent la surface en trois lo-
bes. Ces deux dépressions triangulaires peuvent
modifier le contour des versants cuspidiens.

Stomatologie 3
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-12 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires

Racine
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

D M
D M

D M D M

19 20 21 22
Le modèle choisi pour la description type com- La seconde prémolaire ne possède en général La première prémolaire est conique et générale- La racine de la seconde prémolaire est similaire à
porte deux racines. Seule la racine vestibulaire qu’une racine. ment rectiligne. celle de la première prémolaire avec cependant
est alors visible. À l’observation par la face vestibulaire, elle est un Ses contours proximaux convergent vers un une légère inclinaison distale.
Elle ressemble à la racine de la canine. peu plus longue et un peu plus étroite que celle apex pointu. Le contour radiculaire mésial est presque en
Elle est conique : ses contours proximaux conver- de la première prémolaire. La surface vestibulaire est convexe dans son en- continuité avec le contour coronaire.
gent vers un apex plus ou moins pointu. Le contour radiculaire mésial est presque en semble. Le contour radiculaire distal forme un angle ob-
Le contour radiculaire mésial est presque en continuité avec le contour coronaire. Le contour radiculaire mésial est presque en tus avec le contour coronaire.
continuité avec le contour coronaire. Le contour radiculaire distal forme un angle ob- continuité avec le contour coronaire.
Le contour radiculaire distal forme un angle ob- tus avec le contour coronaire. Le contour radiculaire distal forme un angle ob-
tus avec le contour coronaire. tus avec le contour coronaire.
La surface radiculaire vestibulaire est convexe
dans son ensemble.

4 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires ¶ 22-003-A-12

Observation par la face linguale

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

M D M D M D

M D M D

23 25 27 29 30
L’ensemble vestibulaire de la couronne est plus Le contour lingual est sensiblement superposa- L’ensemble de la face linguale étant plus petit Le contour lingual est volumineux. Il est un peu
large dans tous les sens que l’ensemble lingual. ble au contour vestibulaire : la cuspide linguale que la face vestibulaire, il s’inscrit dans la tota- moins haut et un peu moins large que le contour
Par conséquent, la totalité du contour vestibu- est quasiment équivalente à la cuspide vestibu- lité du contour vestibulaire. Plus de la moitié de vestibulaire (n° 29).
laire est visible sous cet aspect. laire. l’aire occlusale est visible à l’observation par cet- D’une manière constante, il existe une impor-
te face : cela est dû à la forte inclinaison linguale tante cuspide linguale qui atteint presque la
de la surface occlusale. hauteur de la cuspide vestibulaire et qui occupe
Les parois proximales sont également visibles les deux tiers du diamètre mésiodistal de la face
sous cet aspect. C’est la seule unité dentaire linguale. Dans les cas de seconde prémolaire à
dans ce cas. deux cuspides, la cuspide linguale a sensible-
ment la même hauteur que la cuspide mésio-
linguale du spécimen à trois cuspides. Il n’y a
pas de sillon lingual, mais il existe souvent une
dépression dans la région distolinguale (n° 30).
Cette forme de prémolaire mandibulaire à deux
cuspides correspond au spécimen en « U » tel
qu’il sera vu lors de l’observation par la face oc-
clusale.

M D M D M D
M D M D

24 26 28 31 32
Pour ce qui concerne le contour occlusal, la Le déport mésial de la pointe cuspidienne est La pointe cuspidienne linguale est une éléva- Dans les cas les plus fréquents de seconde pré-
pointe cuspidienne est le plus souvent déportée habituel, mais il est moins important que sur la tion mineure, cependant fortement conique et molaire à trois cuspides, la cuspide distolinguale
vers la face mésiale. Elle est bien marquée, mais première prémolaire. pointue. représente une élévation mineure qui occupe la
elle est cependant moins acérée que la pointe Le modèle de la surface linguale est identique à Cette pointe peut se situer juste en regard de moitié du volume de la cuspide mésiolinguale.
cuspidienne vestibulaire. De même, le versant celui de la première prémolaire. la pointe cuspidienne vestibulaire. Elle peut éga- Elle est souvent plus aiguë que la cuspide mésio-
mésial de la cuspide linguale est plus court d’au lement être décentrée en direction du contour linguale (n° 31).
moins 1 mm que le versant mésial de la cuspide mésial ou du contour distal. Cette forme de prémolaire mandibulaire à deux
vestibulaire. Classiquement, c’est la position centrée qui est cuspides correspond au spécimen en « Y » tel
La surface linguale est parfaitement convexe décrite : elle induit un versant cuspidien mésial qu’il sera vu lors de l’observation par la face oc-
dans tous les sens. Elle est également parfaite- plus court que le versant distal. clusale.
ment lisse et uniforme. La surface linguale, nettement plus étroite dans La surface linguale est une surface convexe et
L’arête linguale n’est pas définie. Aucune arête, le sens mésiodistal que la face vestibulaire, est régulière à l’exception du sillon intercuspidien
aucune dépression, aucune protubérance n’exis- uniformément convexe et exempte de tout lobe qui sépare les deux cuspides linguales et qui
te normalement sur cette surface. ou dépression. s’estompe rapidement (n° 32).

Racine
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

M D
M D

M D M D

33 34 35 36
Les deux racines et les deux apex radiculaires La racine est en général unique. La face linguale radiculaire est plus étroite que Son contour est similaire à celui de la première
sont visibles par cette face. Elle présente quelquefois deux apex. la face vestibulaire radiculaire en raison de la prémolaire avec une légère inclinaison distale.
La concavité coronaire, observée à l’examen de Il est souvent possible de percevoir une partie convergence linguale des parois proximales ra-
la face mésiale, est également repérable au ni- de la concavité mésiale dans la région cervicale, diculaires.
veau de son prolongement radiculaire. quelquefois cette concavité va au-delà. La racine se termine par un apex arrondi.
L’ensemble de la surface linguale radiculaire est Elle présente dans son ensemble une surface
convexe. convexe.

Stomatologie 5
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-12 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires

Observation par la face mésiale

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

V L
V L
V L V L

37 42 47 51
Le contour général est trapézoïdal. La base la La seconde prémolaire maxillaire est sembla- Le contour général est trapézoïdal : cela est lié à Le contour général s’inscrit dans un trapèze.
plus longue se situe au niveau cervical. ble dans l’ensemble à la première prémolaire. un contour lingual très court.
Comme cette dernière, la forme générale est
trapézoïdale. 3/4 1/4
45°

V L
V L V L
V L
V L
38
Le contour vestibulaire est généralement conve-
xe, le maximum de convexité est situé à la jonc- 43 48 49 52
tion du tiers cervical et du tiers médian ou dans
le tiers cervical. Le contour vestibulaire ressemble à celui de la Le contour vestibulaire est fortement proémi- Le contour vestibulaire est moins incliné en di-
À partir de ce maximum de convexité, le contour première prémolaire. Le maximum de convexité nent. Le maximum de convexité se situe dans rection de la face linguale.
s’incline progressivement, mais de manière peu se situe à la jonction du tiers cervical et du tiers le tiers cervical. Le maximum de convexité vestibulaire se trouve
accentuée, en direction de la face linguale. médian ou dans le tiers cervical. Le contour vestibulaire s’incline fortement en di- dans le tiers cervical.
La cuspide linguale est un peu plus courte que la La convexité vestibulaire est en général plus ré- rection de la face linguale à partir du maximum La partie linguale retrouve une hauteur presque
cuspide vestibulaire. gulière. de convexité jusqu’à la pointe cuspidienne. Le équivalente à la cuspide vestibulaire.
Le contour lingual est régulièrement convexe. La cuspide linguale est sensiblement équivalente maximum de convexité se situe à la jonction du Le contour lingual reste régulièrement convexe.
Le maximum de convexité est situé dans le tiers en hauteur à la cuspide vestibulaire. tiers médian et du tiers cervical ou dans le tiers Le maximum de convexité se trouve à la jonc-
médian. Le contour lingual est régulièrement convexe. cervical. tion du tiers occlusal et du tiers médian ou dans
Le maximum de convexité se situe dans le tiers La cuspide linguale ne représente pas les deux le tiers occlusal.
médian. tiers de la hauteur de la cuspide vestibulaire.
Le contour lingual est régulièrement convexe. 3/4 1/4
Le maximum de convexité se situe dans le tiers
occlusal (n° 48).
V L Le contour occlusal est essentiellement dominé
V L par le versant central de la cuspide vestibulaire et V L
par le versant central de la cuspide linguale qui
V L V L forment une arête transverse. Cette arête peut
45° 45° être coupée à la jonction des deux versants cen-
39 40 traux par le sillon de coalescence. En règle géné-
Le contour occlusal présente deux cuspides 45° 45° rale, ce sillon est peu marqué. Il est même le plus
d’inégale valeur. La cuspide vestibulaire est plus souvent absent. Dans ce cas, l’arête transverse
haute que la cuspide linguale. 44 45 est une structure continue. Son inclinaison est 53
Le contour occlusal, observé par la face mésiale, La cuspide linguale a la même valeur que la cus- d’environ 45° en direction du contour lingual.
est parfaitement centré sur le tronc radiculaire. pide vestibulaire. La pointe cuspidienne linguale se situe le plus Une ou deux cuspides linguales sont plus pro-
Ce caractère différencie nettement les prémo- Le contour occlusal, observé par la face mésiale, souvent à l’aplomb du contour lingual radiculai- éminentes : dans le cas de spécimen à deux
laires maxillaires des prémolaires mandibulaires est parfaitement centré sur le tronc radiculaire. re : cela est la règle générale pour les prémolaires cuspides, la cuspide linguale est sensiblement de
(n° 39). Ce caractère différencie nettement les prémo- et molaires mandibulaires. même hauteur que la cuspide vestibulaire : dans
Les versants centraux des deux cuspides plon- laires maxillaires des prémolaires mandibulaires C’est la seule unité dentaire du groupe posté- le cas de spécimen à trois cuspides, la cuspide
gent à 45° vers le milieu du contour occlusal. (n° 44). rieur pour laquelle la surface occlusale est incli- distolinguale n’est pas visible à l’observation par
La crête marginale représente une élévation im- Les versants centraux de ces deux cuspides plon- née par rapport à un plan perpendiculaire à l’axe la face mésiale.
portante sur la face mésiale. Un sillon marginal gent à 45° vers le milieu du contour occlusal. coronoradiculaire de la dent. Le sillon de coalescence qui sépare le versant
mésial marque en profondeur cette crête : il est Le sillon de coalescence est cependant un peu La crête marginale mésiale suit une direction central de la cuspide vestibulaire du versant
situé à la jonction des deux tiers vestibulaires et moins marqué que sur la première prémolaire. parallèle à celle de l’arête transverse, mais à un central de la cuspide linguale est nettement
du tiers lingual de la crête marginale. Au cours La crête marginale mésiale et la zone proximale niveau plus cervical. prononcé.
de la mastication, un tel sillon d’échappement de contact sont plus proches de la ligne cervi- Le point de jonction entre la crête marginale mé- L’aire occlusale présente une orientation davan-
ou spillway permet l’écoulement du bol alimen- cale. siale et le versant mésial de la cuspide linguale tage perpendiculaire à l’axe coronoradiculaire
taire en direction de l’embrasure linguale. Le sillon marginal mésial est absent. est marqué par une forte fente en « V » : le sillon de la dent.
La ligne cervicale est plus ou moins irrégulière. La ligne cervicale est plus ou moins irrégulière. mésiolingual. La crête marginale mésiale est davantage hori-
Elle est convexe en direction de la face occlusale. Elle est convexe en direction de la face occlusale. La ligne cervicale est à peine convexe en direc- zontale.
La flèche est plus courte que sur les dents du La flèche est plus courte que sur les dents du tion de l’aire occlusale (n° 49). Il n’existe pas de sillon de coalescence mésio-
groupe incisivocanin. groupe incisivocanin. lingual. Il peut y avoir cependant un petit sillon
Au milieu de sa courbure, la ligne cervicale peut Au milieu de sa courbure, la ligne cervicale peut dans la face mésiale.
présenter une pointe en forme de « V » en direc- présenter une pointe en forme de « V » en direc- La ligne cervicale est à peine convexe en direc-
tion de l’apex radiculaire (n° 40). tion de l’apex radiculaire (n° 45). tion de l’aire occlusale.

V L
V L
V V L
L

41 46 50 54
La surface mésiale est caractérisée par l’exis- La concavité mésiale existe, mais elle est bien La surface mésiale est convexe dans le sens oc- La surface mésiale est convexe dans le sens oc-
tence d’une dépression profonde : la concavité moins prononcée que sur la première prémolai- clusocervical dans le tiers occlusal. Elle est plu- clusocervical dans le tiers occlusal.
mésiale. re. Cette dernière est essentiellement située dans tôt concave dans le tiers médian et dans le tiers Elle est plutôt concave dans le tiers médian et
Cette dernière est essentiellement située dans la la portion médiane du tiers cervical. cervical. dans le tiers cervical.
portion médiane du tiers cervical. Le maximum de convexité de la paroi mésiale Le maximum de convexité de la paroi mésiale Le maximum de convexité de la paroi mésiale
Le maximum de convexité de la paroi mésiale se situe à la jonction du tiers vestibulaire et du se situe à la jonction du tiers vestibulaire et du se situe à la jonction du tiers vestibulaire et du
se situe à la jonction du tiers vestibulaire et du tiers médian dans le sens vestibulolingual et à la tiers médian dans le sens vestibulolingual et à la tiers médian dans le sens vestibulolingual et à la
tiers médian dans le sens vestibulolingual et à la jonction du tiers occlusal et du tiers médian dans jonction du tiers occlusal et du tiers médian dans jonction du tiers occlusal et du tiers médian dans
jonction du tiers occlusal et du tiers médian dans le sens occlusocervical. le sens occlusocervical. le sens occlusocervical.
le sens occlusocervical.

6 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires ¶ 22-003-A-12

Racine
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

V L
V L

V L V L

55 56 57 58
Certains spécimens présentent une extension de La racine est en général unique. La racine est plus large dans le sens vestibulo- À l’observation par la face mésiale, la racine est
la concavité coronaire qui peut atteindre la par- La concavité coronaire mésiale, quand elle lingual que dans le sens mésiodistal. Elle se ter- identique à la racine de la première prémolaire.
tie médiane de la ligne de transition mésioves- existe, se poursuit par une dépression verticale mine par un apex pointu.
tibulaire : cet aspect différencie le plus souvent médiane sur toute sa hauteur. La surface radiculaire est dans son ensemble à
la première prémolaire maxillaire de la seconde Un sillon marque parfois cette « fusion » des peine convexe ou plate.
prémolaire. deux racines. Il existe quelquefois une dépression longitudi-
Les deux racines sont visibles par cette face. Le nale profonde.
tiers cervical et le tiers médian forment le plus
souvent un tronc radiculaire commun. La bifur-
cation concerne le tiers apical. Cette bifurcation
peut se situer plus ou moins haut, mais la totalité
de la surface radiculaire mésiale est divisée en
deux parties par un sillon profond qui la par-
court depuis la ligne cervicale jusqu’à la bifur-
cation. Ce sillon se situe dans la continuité de
la concavité mésiale et pratiquement à l’aplomb
du sillon marginal mésial.
De ce fait, l’ensemble de la face mésiale paraît
divisé en une portion vestibulaire et une portion
linguale.

Stomatologie 7
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-12 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires

Observation par la face distale

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

L V
L V L V
L V

59 61 63 65
La face distale est pratiquement superposable à Les deux cuspides sont de hauteur sensiblement L’observation de cette dent par la face distale est Sur le spécimen à trois cuspides, la pointe cus-
la face mésiale. équivalente. fondamentalement similaire à la vue mésiale. La pidienne mésiolinguale et la pointe cuspidienne
Le contour occlusal présente une crête margi- Comme sur la première prémolaire, la crête mar- crête marginale distale est plus proéminente que distolinguale sont parfaitement visibles : la cus-
nale située à un niveau plus cervical que la crête ginale est située à un niveau plus cervical. la crête marginale mésiale. Elle est également pide distolinguale est nettement plus petite que
marginale mésiale. Cette crête également est oblique. moins inclinée vers la face linguale. la cuspide mésiolinguale et elle apparaît souvent
Cela autorise une vue partielle de la face occlu- Il n’existe pas de sillon de coalescence à la jonc- comme un léger renflement à l’angle distal de
sale. tion de la crête marginale et du versant distal de la couronne.
Il n’existe pas habituellement de sillon marginal la cuspide linguale. La crête marginale est située à un niveau plus
distal. Lorsque celui-ci existe, il est assez mal La dimension vestibulolinguale est plus grande. cervical, ce qui accroît la part visible de la face
défini. La dimension occlusocervicale est plus courte. occlusale et qui diminue la dimension occluso-
La ligne cervicale a une flèche plus courte que la cervicale de la paroi distale.
ligne cervicale mésiale : sa trajectoire est quel-
quefois presque rectiligne.

L V L V L V
L V

60 62 64 66
La zone de contact distale est ovoïde à grand La zone de contact est de surface plus impor- Le maximum de convexité de la paroi distale se Le maximum de convexité de la paroi distale se
axe vestibulolingual. Elle se situe à un niveau tante. La crête marginale distale et la zone de situe à la jonction du tiers vestibulaire et du tiers situe à la jonction du tiers vestibulaire et du tiers
plus cervical que la zone de contact mésiale, à contact sont situées à un niveau plus cervical. médian dans le sens vestibulolingual et à la jonc- médian dans le sens vestibulolingual et à la jonc-
la jonction du tiers vestibulaire et du tiers mé- Le maximum de convexité de la paroi distale se tion du tiers occlusal et du tiers médian dans le tion du tiers occlusal et du tiers médian dans le
dian dans le sens vestibulolingual et à la jonction situe à la jonction du tiers vestibulaire et du tiers sens occlusocervical. Elle est plus étendue. sens occlusocervical.
du tiers occlusal et du tiers médian dans le sens médian dans le sens vestibulolingual et à la jonc- La zone proximale de contact est ovoïde à grand
occlusocervical. tion du tiers occlusal et du tiers médian dans le axe vestibulolingual.
L’ensemble de la surface distale est convexe sens occlusocervical.
dans tous les sens, sans présenter de concavité Le lobe distal est un peu plus marqué que le lobe
cervicale. Quelquefois, il existe une zone cervi- mésial.
cale plane. La face distale paraît plus convexe.

Racine
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

L V L V

L V L V

67 68 69 70
La racine présente un sillon interradiculaire La racine est en général unique. Elle présente En général, la racine est convexe dans le sens La racine est généralement plus convexe que du
moins prononcé que sur la face mésiale. une dépression verticale moins marquée que du vestibulolingual. côté mésial.
côté mésial.

8 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires ¶ 22-003-A-12

Observation par la face occlusale

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

V V V
V

M D M D M D
M D

L L L L

71 80 89 98

Le contour occlusal est grossièrement hexago- Son contour général est plus arrondi. L’aspect Le contour général de la dent à l’observation par Le contour général de la face occlusale est plu-
nal. Le diamètre mésiodistal est toutefois plus hexagonal de la première prémolaire se trans- la face occlusale est classiquement décrit comme tôt carré, surtout dans le cas du spécimen à trois
court que le diamètre vestibulolingual. forme ici en un contour ovoïde. étant celui d’un « diamant taillé ». cuspides.

V V
V
V

M D M D
M D M D

L L L L

72 81 90 99

Le contour vestibulaire est en forme de « V » La proéminence médiane, qui correspond à la Le contour vestibulaire est en forme de « V » à L’aspect du contour vestibulaire est également
inversé. La proéminence médiane, qui corres- pointe du « V », est exactement située en regard pointe convexe. Le sommet de ce « V », qui cor- en « V » inversé.
pond à la pointe du « V », est exactement si- de la pointe cuspidienne : c’est l’arête vestibu- respond à l’arête vestibulaire, se situe à l’aplomb Le sommet de la cuspide étant plus central, la
tuée en regard de la pointe cuspidienne : c’est laire. Les dépressions mésiales et distales sont de la pointe cuspidienne. dent apparaît plus symétrique.
l’arête vestibulaire. moins marquées. L’angle mésiovestibulaire et l’angle distovestibu- Sur la prémolaire à trois cuspides, les parois
L’angle distovestibulaire est plus proéminent. L’angle mésial et l’angle distal sont plus arron- laire sont nettement marqués. proximales sont sensiblement parallèles entre el-
Les contours proximaux sont relativement dis. Les contours proximaux convergent vers la les. Sur le modèle de prémolaire à deux cuspides
rectilignes. Ils convergent légèrement vers la S’il existe une convergence des parois proxima- face linguale. Le contour mésial est légèrement ou type en « U » ou en « H » les parois proxima-
face linguale. les, celle-ci est nettement atténuée. convexe, quelquefois rectiligne. Il est interrompu les peuvent converger vers la face linguale, mais
Quand existe un sillon marginal, le contour Le contour lingual est uniformément convexe. par le sillon mésiolingual. Le contour distal est cette convergence est toujours moindre que sur
correspondant est divisé en deux éléments considérablement plus convexe que le contour une première prémolaire (n° 106, 107).
convexes. Le contour lingual est uniformé- mésial. Le modèle de prémolaire à deux cuspides ou
ment convexe, presque en demi-cercle par- Le contour lingual est également convexe. Il est type en « U » ou en « H » présente un contour
fait. Il est plus étroit dans le sens mésiodistal formé d’un petit arc de cercle dont le diamètre lingual très arrondi avec des lignes de transition
que le contour vestibulaire. est environ la moitié du diamètre de l’arc de cer- se situant à l’aplomb des contours convexes
cle qui forme la face vestibulaire. (n° 106, 107).

V V V
V

M D M D M D M D

L L L L

73 82 91 100

La moitié de la surface vestibulaire est visible à La moitié de la surface vestibulaire est visible à Les deux tiers de la face vestibulaire sont visibles La moitié de la face vestibulaire est visible à l’ob-
l’observation par la face occlusale. l’observation par la face occlusale. à l’observation par la face occlusale. servation par la face occlusale.
Cette surface comporte une proéminence mé- La moitié de la surface linguale est également Le contour externe de l’arête vestibulaire est la La moitié vestibulaire de la face occlusale est sen-
diane et deux concavités, lesquelles délimitent visible à l’observation par la face occlusale ; cette structure la plus proéminente du contour vesti- siblement équivalente à la moitié linguale.
donc trois lobes. surface est uniformément lisse et convexe. bulaire.
La moitié de la surface linguale est égale- Un tiers de la face linguale est visible à l’observa-
ment visible à l’observation par la face occlu- tion par la face occlusale.
sale : cette surface est uniformément lisse et
convexe.

Stomatologie 9
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-12 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

V V V
V

M D M D M D
M D

L L L L

74 83 92 101
L’aire occlusale s’inscrit à l’intérieur des crêtes L’aire occlusale est rectangulaire. L’aire occlusale est limitée par la ligne faîtière L’aire occlusale est plus large dans le sens vesti-
marginales, des versants cuspidiens mésiaux et des structures suivantes : la crête marginale mé- bulolingual que dans le sens mésiodistal.
des versants cuspidiens distaux : ces différentes siale, la crête marginale distale, le versant mésial Sur le modèle de prémolaire en « Y », l’aire oc-
structures constituent l’arête marginale (Acker- et le versant distal de la cuspide vestibulaire, le clusale est de forme carrée.
mann) ou la gueule de poisson (fish mouth de versant mésial et le versant distal de la cuspide
P.K. Thomas). linguale et les pointes cuspidiennes.
Si des lignes droites sont tracées le long des L’aire occlusale est triangulaire : la base du trian-
composantes de l’arête marginale, la figure ob- gle correspond au versant mésial et au versant
tenue est sensiblement trapézoïdale : distal de la cuspide vestibulaire. Le sommet du
– les versants cuspidiens sont sensiblement pa- triangle correspond à la pointe de la cuspide
rallèles entre eux ; linguale.
– les crêtes marginales convergent vers la face
linguale ;
– le côté vestibulaire correspond à la grande
base du trapèze ;
– le côté distal est le plus grand des côtés conver-
gents.
V V

M D M D

V V

2/3 1/3
M D L L
M D

93 102
L’aire occlusale est essentiellement constituée Sur le modèle de prémolaire en « Y », trois cuspi-
L L de deux cuspides de taille différente : des occupent l’aire occlusale : il s’agit, par ordre
– la cuspide vestibulaire, large, occupe le plus décroissant de volume, de la cuspide vestibulai-
grand diamètre mésiodistal ; la pointe cuspi- re, de la cuspide mésiolinguale et de la cuspide
75 84 dienne se situe sensiblement sur la ligne mé- distolinguale.
diane vestibulolinguale ; Sur le modèle à deux cuspides, la cuspide ves-
Les deux cuspides sont sensiblement de volume – la cuspide linguale est une petite élévation tibulaire reste la plus importante (n° 106, 107).
Les cuspides représentent les deux éléments ca-
égal. dont le volume ne dépasse pas la moitié de Sur le modèle à trois cuspides, la cuspide dis-
ractéristiques de l’aire occlusale. La cuspide ves-
La pointe de la cuspide linguale est moins dé- celui de la cuspide vestibulaire. Il s’agit quel- tolinguale occupe la moitié de la largeur de la
tibulaire est plus large que la cuspide linguale.
portée vers le contour mésial que sur la première quefois d’un tubercule et non d’une cuspide. cuspide mésiolinguale.
La cuspide linguale est plus petite et moins pro-
prémolaire. Son versant mésial est rectiligne jusqu’à la crête Les deux cuspides sont séparées par un sillon.
éminente que la cuspide vestibulaire. Sa pointe
cuspidienne est déportée vers la face mésiale. marginale par l’intermédiaire d’une convexité.
Son versant mésial est donc plus court que son Les versants centraux forment souvent une
versant distal (à l’inverse de la cuspide vestibu- arête transverse continue à partir de la pointe
laire). cuspidienne vestibulaire jusqu’à la pointe cus-
Le versant central de la cuspide linguale présente pidienne linguale.
une orientation oblique, ce qui donne un aspect L’arête transverse ainsi formée sépare l’aire
de torsion à l’aire occlusale. occlusale en une moitié mésiale et une moitié
distale.

V V
V V

M D
M D M D
M D

L L L L

76 85 94 103
La crête marginale mésiale et la crête margi- Dans le sens vestibulolingual, les crêtes margina- La crête marginale mésiale est nettement plus Les crêtes marginales sont équivalentes en lar-
nale distale constituent des rebords nettement les sont relativement courtes. courte, plus rectiligne, plus inclinée en direction geur.
prononcés. La crête marginale mésiale est plus de la face linguale et en direction de la région
courte que la crête marginale distale. Elle est très cervicale. Elle est moins proéminente que la
souvent séparée en deux portions équivalentes crête marginale distale.
par le sillon marginal mésial. Elle est nettement séparée du versant mésial de
la cuspide linguale par le sillon mésiolingual.

10 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires ¶ 22-003-A-12

Couronne
Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

V V
V V

M D M D
M D M D

1/3 1/3 1/3 >1/3


L 2/5 1/3
L L L
77 86 95 104

Le sillon de coalescence sépare la cuspide vesti- Le sillon de coalescence central présente une di- Le sillon de coalescence, lorsqu’il existe, est très Lorsque la dent présente trois cuspides (modèle
bulaire de la cuspide linguale. Il occupe le tiers mension mésiodistale moins grande. déporté du côté lingual. Il est convexe à conve- en « Y »), le sillon se divise en trois bandes :
du diamètre mésiodistal. xité linguale. – un sillon mésial. Il est central et presque rectili-
L’arête transverse interrompt fréquemment ce gne à orientation mésiodistale ;
sillon. – un sillon distal peu profond, oblique vers la
De part et d’autre se situent des fossettes. face distale ;
– un sillon lingual qui sépare deux cuspides lin-
guales. Il est sensiblement rectiligne. Son orien-
tation est vestibulolinguale.
Le point de convergence de ces trois sillons
constitue le puits central.

V V V
V

M D M D M D M D

L L L
L

78 87 96 105

La fossette mésiale est grossièrement triangu- Les fossettes marginales mésiale et distale sont La fossette mésiale est plutôt linéaire à orien- La fossette triangulaire mésiale et la fossette
laire. donc plus proches de la partie centrale de l’aire tation vestibulaire. La fossette distale est plutôt triangulaire distale sont relativement étroites et
Un puits mésial marque le fond de la fossette à la occlusale. circulaire. presque linéaires.
jonction de quatre sillons : Les puits sont moins profonds que sur la pre- Le puits mésial est situé en dedans de la crête Un puits se situe au fond de chaque fossette. Des
– le sillon mésiolingual ; mière prémolaire. marginale mésiale, à peu près au milieu de l’aire sillons accessoires partent des fossettes mésiale
– le sillon mésiovestibulaire ; De nombreux sillons accessoires rayonnent à occlusale dans le sens vestibulolingual. et distale vers le sommet de la cuspide vestibu-
– le sillon mésiodistal ; partir du sillon central. Les sillons sont rares. laire.
– le sillon marginal mésial. Les sillons secondaires sont toujours plus nom-
La fossette distale présente une forme similaire. breux et plus profonds sur la première prémo-
Cette fossette est cependant plus petite et moins laire.
profonde que la fossette mésiale.
Le puits distal occupe le fond de cette fossette.
Des sillons accessoires parcourent les versants V
centraux des cuspides vestibulaire et linguale.
Ils sont toujours plus nombreux sur la cuspide
vestibulaire.

M D

V V V V
L

M D M D
M D 106
M D

L L
L L

79 88 97 107

Il existe peu de variations. Il arrive parfois que Il n’existe parfois qu’un puits central à partir du- Lorsque l’arête est très développée, les fossettes La forme des sillons et des puits permet classi-
la fossette distale soit très large et ne présente quel rayonnent quelques sillons. sont réduites à l’état de deux petits puits. quement de définir des formes en « U » (n° 106)
pas de puits. et des formes en « H » (n° 107).

Stomatologie 11
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
22-003-A-12 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires

Contours internes : cavité pulpaire


Comme pour toutes les dents, les cavités pulpaires sont le
reflet des contours externes des organes dentaires. Les coupes
vestibulolinguales, mésiodistales et horizontales à différents
niveaux expriment cette similitude morphologique.

Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

La chambre pulpaire est plus large dans le sens La chambre pulpaire est également plus large La cavité pulpaire présente une grande simili- La corne pulpaire vestibulaire est nettement plus
vestibulolingual que dans le sens mésiodistal. dans le sens vestibulolingual que dans le sens tude avec la cavité pulpaire de la canine man- volumineuse que sur la première prémolaire.
Quel que soit le type de modèle radiculaire (uni- mésiodistal. dibulaire.
que, double ou réunion par une lamelle), la ca- Habituellement, cette dent ne possède qu’une Elle est plus large dans le sens vestibulolingual
vité radiculaire présente toujours deux canaux : seule racine et qu’un seul canal, mais, quelque- que dans le sens mésiodistal.
un canal vestibulaire et un canal lingual. fois, ce canal unique se divise dans le tiers apical
et aboutit, par l’intermédiaire de deux canaux, à
deux foramina.

Coupes dans le sens vertical et dans le sens vestibulolingual


1/2 1/2
1/2 1/2
1/4
1/4

V L V L
V L

V L

1/4 1/2 1/4 >1/2

108 110 112 114


La chambre pulpaire montre une corne vesti- Le plafond de la chambre pulpaire présente une La chambre pulpaire représente sensiblement le La chambre pulpaire est plutôt plus large dans
bulaire et une corne linguale, séparées par une dimension vestibulolinguale inférieure à la moi- quart de la dimension vestibulolinguale coronai- le sens vestibulolingual par comparaison avec la
concavité orientée vers la face occlusale. La tié du diamètre vestibulolingual coronaire. re. Elle présente normalement deux cornes : une chambre pulpaire de la première prémolaire. Elle
corne vestibulaire est en général la plus grande. Les cornes pulpaires sont identiques à celles de corne vestibulaire large et pointue et une corne occupe environ un tiers du diamètre vestibulo-
La largeur de la chambre pulpaire représente la première prémolaire. Le contour caméral se linguale petite et arrondie. Cette dernière peut lingual coronaire.
sensiblement la moitié du diamètre vestibulo- rétrécit au fur et à mesure qu’il s’approche de la manquer, car les cornes pulpaires dépendent du La séparation entre chambre pulpaire et canal
lingual de la couronne et elle est sensiblement ligne cervicale. volume relatif des cuspides. radiculaire est nettement marquée.
la même à partir des cornes jusqu’au plancher La cavité pulpaire radiculaire est conique en La partie la plus large de la chambre pulpaire se
caméral, lequel se situe immédiatement au- direction de l’apex. L’ensemble est plus large situe dans la région cervicale : elle est plus im-
dessus de la ligne cervicale en direction de qu’un canal de première prémolaire. L’apex est portante que sur la canine mandibulaire.
l’apex. en général plus largement ouvert. Le canal est unique. Il va en se rétrécissant ré-
À partir de la chambre pulpaire, les canaux ont gulièrement depuis la région cervicale jusqu’au
une forme conique en direction de l’apex. Le tiers apical. À ce moment, son diamètre diminue
canal lingual est souvent le plus large. brutalement.

Coupes dans le sens vertical et dans le sens mésiodistal

c
b
c b A B
C D A B

C D D M
D M D M D M
b
b A B C D
A B C D
c
c

109 111 113 115


La chambre pulpaire présente une certaine si- Le contour pulpaire radiculaire est ovoïde. La La chambre pulpaire présente une grande si- La chambre pulpaire présente une grande si-
militude avec la chambre pulpaire de la canine section canalaire est ovale à grand axe vestibu- militude avec la chambre pulpaire de la canine militude avec la chambre pulpaire de la canine
maxillaire. lolingual (111b). mandibulaire. mandibulaire.
Le contour radiculaire est plus large dans le sens Là également, la similitude avec le canal de la La section radiculaire et la section canalaire sont Les sections radiculaires sont davantage ovoïdes
vestibulolingual que dans le sens mésiodistal canine maxillaire est évidente. Les deux canaux toutes deux ovoïdes à grand axe vestibulolin- à grand axe vestibulolingual (115b et c).
(109b). Le contour général de la racine est celui sont souvent superposables. gual. Là également, la similitude avec le canal de la
d’un « haricot » (109b). La section canalaire suit Là également la similitude avec le canal de la canine maxillaire est évidente.
de manière homothétique ce tracé. L’orifice du canine maxillaire est évidente. Les deux canaux
canal lingual a le plus souvent un diamètre plus sont souvent superposables.
grand que l’orifice du canal vestibulaire (109b).
Là également, les canaux présentent une cer-
taine similitude avec le canal radiculaire de la
canine.

12 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires ¶ 22-003-A-12

Maxillaire Mandibulaire
Première prémolaire Seconde prémolaire Première prémolaire Seconde prémolaire

Coupes dans le sens horizontal au niveau cervical

Au niveau cervical, le contour pulpaire radicu- Au niveau cervical, le contour de la section cana- Au niveau cervical, le contour canalaire est, à Au niveau cervical, les sections pulpaires radicu-
laire et les sections canalaires sont arrondis, mais laire est ovoïde (111b). cette hauteur, circulaire (113b). laires sont davantage ovoïdes (dans le sens vesti-
étranglés dans le sens mésiodistal (109b). bulolingual) (115b).

Coupes dans le sens horizontal à mi-hauteur radiculaire

À mi-hauteur radiculaire, son contour est similai- À mi-hauteur radiculaire, le contour de la cavité À mi-hauteur radiculaire, cette coupe est très À mi-hauteur radiculaire, la cavité pulpaire est
re à celui de la canine maxillaire. Il est cependant pulpaire est superposable au contour général de similaire à celle de la canine dans le même sens similaire à celle de la première prémolaire, mais
plus étroit dans le sens mésiodistal (109c). la cavité pulpaire de la canine ou de la première (113c). elle est plus volumineuse (115c).
prémolaire (111c).

Pour en savoir plus Karst. DentalAnatomy. A selfinstructional program paperback. Philadelphia:


WB Saunders; 1997.
Ash Jr. M, Nelson SJ. Wheeler’s dental anatomy, Physiology and occlusion. Lautrou A. Abrégé d’anatomie dentaire. Paris: Elsevier Masson; 1988.
Oxford: Elsevier; 2002. Linek HA. Tooth carving manual. Los Angeles: University of Southern
Black GV. Anatomie descriptive des dents humaines (traduction de Darin G). Calilornia; 1949.
Londres: Ash C et fils; 1891. Marseillier E. Les dents humaines. Morphologie. Paris: Bordas; 1995.
Brand RW, Isselhard DE. Anatomy of orofacial structures. St Louis: CV Papathanassiou G. Morphologie dentaire. Étude et dessin des dents perma-
Mosby; 1990. nentes. Reims: Presses Universitaires de Reims; 1987.
Carlsen O. Tandmorfologiskeskitser. Copenhague: Munksgaard; 1986. Renner RP. An introduction to dental anatomy and esthetics. Chicago:
Carlsen O. Dental morphology. Copenhague: Munksgaard; 1987. Quintessense Books Publishing Co; 1985.
Crétot M. L’arcade dentaire humaine. Morphologie. Paris: CdP; 2004. Romerowsk J, Hüe O, Bresson G, Boccara E. Manuel d’anatomie dentaire
Fuller JL, Deheny GE. Concise Dental Anatomy and Morphology. Iowa City: descriptive. Paris: Section anatomie dentaire Paris VII; 1984.
University of Iowa College of Dentistry; 2001. Saunders. Dental anatomy coloring book. Philadelphia: WB Saunders; 2007.
Garbarino J. La denture de l’homme dans l’appareil masticateur. Anatomie Sott JH, Symons NB. Introduction to dental anatomy and physiology.
dentaire. Marseille: Flammarion; 1973. Edinburgh: Churchill Livingstone; 1977.
Gori G. Morfologia e modellazione dentale. Milano: Edi-Ermes; 2000. Tallec P. Atlas de morphologie. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Hodson JT. Human tooth morphology. Seattle: University of Washington Stomatologie, 22-003-A-10, 1964.
School of Dentistry; 1980. Tallec P. Anatomie dentaire. Cours de morphologie et technologie appliquées
Jordan RE,Abrams L. Kraus’dental anatomy and occlusion. St Louis: Mosby à l’art dentaire. Aix-en-Provence: Ifosupd; 1983.
CV; 1992. Woelfel JB. Dental anatomy. Philadelphia: Lippincott Williams and Wilkins;
Katoaka S, Nishimura Y, Sadan A, Kataoka S. Nature’s morphology: an atlas 1997.
of tooth shape and form. Chicago: Quintessence Publishing Co Inc; Zeisz RC, Nuckolls J. The form and function of the permanent teeth. St Louis:
2002. CV Mosby; 1949.

J. Romerowski, Ancien professeur (jeanromerowski@mac.com).


G. Bresson, Ancien attaché de consultation.
19, rue du Colisée, 75008 Paris, France.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Romerowski J., Bresson G. Morphologie dentaire de l’adulte : prémolaires. EMC (Elsevier Masson SAS,
Paris), Médecine buccale, 28-005-H-12, 2011, Stomatologie, 22-003-A-12, 2012.

Disponibles sur www.em-consulte.com


Arbres Iconographies Vidéos / Documents Information Informations Auto- Au
décisionnels supplémentaires Animations légaux au patient supplémentaires évaluations quotidien

Stomatologie 13
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
Cet article comporte également le contenu multimédia suivant, accessible en ligne sur em-consulte.com et
em-premium.com :

1 « Au quotidien »
Cliquez ici

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 26/01/2012 par SCD UNIVERSITE D'ANGERS - (99124)
¶ 22-003-A-13

Morphologie dentaire de l’adulte :


molaires
J. Romerowski, G. Bresson

L’essentiel du matériel fossile des mammifères est constitué par les dents : chaque facette, tant sur les
surfaces radiculaires que sur les surfaces coronaires, a été étudiée quant à sa morphologie. Ce matériel
permet de reconstituer, dans la discipline de l’évolution, la lignée phylogénétique. En paléontologie,
l’examen des dents sert à l’organisation taxinomique des genres et des familles dans le cadre des espèces.
Parmi les espèces humaines vivantes, les dents permettent, en anthropologie, de classer et de différencier
les populations et les ethnies. L’étude des unités dentaires des jumeaux, triplés, etc., rend possible une
appréhension approfondie de la génétique. Une bonne connaissance de chaque structure anatomique
dentaire ne peut être acquise que lorsque le mode de formation et de croissance est connu : cela relève de
l’embryologie. L’anatomie comparée répond au besoin de comprendre les dispositions humaines :
l’évocation des formes dentaires simples éclaire les observations effectuées sur l’homme. Enfin, toute la
dentisterie clinique, au travers de la restauration morphologique, doit conduire à l’établissement ou au
rétablissement de l’harmonie fonctionnelle du complexe stomatognathique. Cet article concerne les
molaires.
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Couronne ; Racine ; Pulpe ; Mésial ; Distal ; Vestibulaire ; Lingual ; Incisif ; Occlusal ; Caméral ;
Radiculaire

Plan ■ Généralités
¶ Généralités 1
Nombre 1 Nombre
Situation 1
Les molaires sont au nombre de douze, six à l’arcade maxil-
Fonctions 1
laire et six à l’arcade mandibulaire, soit trois par hémiarcade.
¶ Caractères morphologiques communs au groupe des molaires 2
¶ Chronologie de l’éruption 2
¶ Dimensions 2
Situation
¶ Caractères communs aux molaires 3 Les molaires occupent la portion la plus postérieure de
¶ Caractères propres à chaque unité dentaire 4 chaque arcade, de chaque côté, en arrière de la seconde prémo-
Observation par la face vestibulaire 4 laire. Leur dénomination est fonction de leurs relations d’ordre :
Observation par la face linguale 4 première molaire pour la plus mésiale, deuxième molaire pour
Observation par la face mésiale 6 la suivante et troisième molaire pour la plus distale.
Observation par la face distale 8
Observation par la face occlusale 10
Contours internes : cavité pulpaire 16
Fonctions
Les molaires participent essentiellement à l’écrasement du bol
alimentaire en raison de la grande surface occlusale et de la
forte implantation radiculaire qui caractérisent ces unités
dentaires. Elles participent au calage de la mandibule sur le
maxillaire au cours de la déglutition. Elles participent au
« L’étude de la morphologie est indispensable, non pas pour la maintien de la dimension verticale d’occlusion et, au travers de
simple connaissance de la froide anatomie, mais pour pénétrer le sens cette fonction, au maintien de l’équilibre neuro-musculo-
de la forme dans sa genèse, dans sa fonction et dans son adaptation. » articulaire du complexe stomatognathique ainsi qu’à l’esthéti-
(Paul Housset) que et à la phonation.

Stomatologie 1
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

■ Caractères morphologiques ■ Chronologie de l’éruption


communs au groupe des molaires Les molaires naissent de la deuxième lame dentaire et
prennent la place des molaires temporaires.
Leurs surfaces occlusales sont les plus importantes des deux Elles ne sont pas précédées par des dents temporaires. La
arcades (Illustrations 1 à 4). première molaire fait son éruption à 6 ans. La deuxième molaire
L’aire occlusale présente de trois à cinq cuspides majeures apparaît à 12 ans : d’où les appellations correspondantes de
(Illustrations 1 à 4). « dent de 6 ans » et de « dent de 12 ans ». La troisième molaire
Deux cuspides au moins sont vestibulaires (Illustrations 1 à apparaît à partir de 17-18 ans et porte le nom de « dent de
4). sagesse ».
Deux ou trois racines importantes sont disposées de manière Dans le cadre des phénomènes éruptifs, les premières molai-
caractéristique pour ces dents. res sont les premières dents définitives à apparaître sur l’arcade :
La première molaire est plus volumineuse que la deuxième elles assurent le maintien de l’occlusion pendant toute la
molaire, laquelle est plus volumineuse que la troisième molaire. période qui préside au remplacement des dents temporaires par
Elles sont dites « en série descendante » (Illustrations 5, 6). des dents définitives (Tableau 1).

Tableau 1.
Chronologie de l’éruption des molaires.
Maxillaire Mandibulaire
Première Deuxième Troisième Première Deuxième Troisième
molaire molaire molaire molaire molaire molaire

V V Début Naissance 2,5 à 7 à 9 ans Naissance 2,5 à 8 à 10 ans


de la 3 ans 3 ans
calcification
coronaire

Fin de la 3 à 4 ans 7 à 8 ans 12 à 2,5 à 7 à 8 ans 12 à


D M M D calcification 16 ans 3 ans 18 ans
coronaire

Éruption 6 ans 12 à 17 à 6 à 7 ans 11 à 17 à


13 ans 21 ans 13 ans 21 ans
L L
Fin de la 9 à 10 ans 14 à 18 à 9à 14 à 18 à
1 2 calcification 16 ans 25 ans 10 ans 15 ans 24 ans
apicale

V V
■ Dimensions
Les dimensions des molaires sont présentées dans le
M M Tableau 2.
D D

Tableau 2.
Dimension des molaires.
L L
Maxillaire Mandibulaire
3 4
Première Deuxième Troisième Première Deuxième Troisième
molaire molaire molaire molaire molaire molaire
Hauteur 19,5 mm 18 mm 17,5 mm 21,5 mm 20 mm 18 mm
totale

Hauteur 7,5 mm 7 mm 6 mm 7,5 mm 7 mm 7 mm


coronaire

Diamètre 10 mm 9 mm 8,5 mm 11 mm 10,5 mm 10 mm


mésiodistal

Diamètre 11 mm 11 mm 10 mm 10,5 mm 10,5 mm 9,5 mm


vestibulo-
5 6 lingual
.

2 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

■ Caractères communs aux molaires

Maxillaires Mandibulaires

V V
V V
1
2 1 2 1 2
2 1
D M
D M M D
M D
3 3
3
3 4 4

L L L L
7 8 13 14
En général, elles présentent au moins trois cuspides principales : deux cuspides vestibulaires et une Il existe quatre cuspides majeures, quelquefois une cinquième cuspide qui est toujours mineure.
cuspide linguale. Les deux cuspides linguales sont des cuspides majeures.
Ces trois cuspides sont disposées selon les sommets d’un triangle.
La quatrième cuspide, si elle existe, est située sur la partie distolinguale : elle est toujours moins
développée que les autres cuspides.

V V V V

M D M
D
M D M D

L L
L
L
9 10 15 16
La cuspide distovestibulaire et la cuspide linguale sont réunies par une crête oblique qui porte le nom Observé par la face occlusale, le contour général est pentagonal ou trapézoïdal.
de «pont d’émail» sur la première molaire.

D M
D M
V L
M D

11 12 17 18
Observé par une face proximale, le contour est trapézoïdal avec une inclinaison en direction du Observé par une face proximale, le contour est trapézoïdal, avec une inclinaison en direction du
contour vestibulaire. contour lingual.
La cuspide mésiovestibulaire est plus volumineuse que la cuspide distovestibulaire. La cuspide mésiovestibulaire présente un volume sensiblement identique à celui de la cuspide dis-
Le diamètre coronaire vestibulolingual est toujours plus important que le diamètre coronaire mé- tovestibulaire.
siodistal. Sur la couronne, le diamètre mésiodistal est plus grand que le diamètre vestibulolingual.
Elles présentent en général trois racines : deux racines sont vestibulaires, une racine est linguale. Elles présentent en général deux racines : une racine mésiale et une racine distale.

Stomatologie 3
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

■ Caractères propres à chaque unité dentaire


Observation par la face vestibulaire

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

1/3 1/2
D M D M D M D M
1/2
1/2

19 23 28 32
Le contour général est trapézoïdal, la grande Le contour général est trapézoïdal, la grande Le contour général est trapézoïdal. La grande Comme pour la première molaire, le contour est
base se situe au niveau du contour occlusal. base se situe au niveau du contour occlusal. base se situe au niveau du contour occlusal. La également trapézoïdal. La dimension occluso-
Deux cuspides dessinent le contour occlusal qui Le sillon vestibulaire est plus distal que sur la paroi vestibulaire est la plus grande des parois cervicale et le diamètre mésiodistal sont cepen-
est séparé en deux par le sillon vestibulaire : ce première molaire : cela a pour conséquence une axiales. dant plus courts.
dernier se termine sensiblement au milieu de la cuspide mésiovestibulaire nettement plus gran- Le contour occlusal est partagé en trois parties
face vestibulaire. Quelquefois à l’extrémité de ce de que la cuspide distovestibulaire. Il occupe par deux sillons : le sillon mésiovestibulaire qui
sillon se situe un puits. sensiblement la moitié de la hauteur coronaire. occupe environ la moitié de la hauteur coronaire
et le sillon distovestibulaire qui, lui, n’en occupe
que le tiers. Trois cuspides dessinent ce contour :
la cuspide mésiovestibulaire, la cuspide distoves-
tibulaire et la cuspide distale.

D M
D M
D M D M

20 24 29 33
La cuspide mésiovestibulaire et la cuspide disto- La cuspide mésiovestibulaire est nettement plus La cuspide mésiovestibulaire et la cuspide dis- Le contour occlusal est partagé en deux portions
vestibulaire ont sensiblement la même hauteur haute que la cuspide distovestibulaire. tovestibulaire sont sensiblement de même à peu près équivalentes par le sillon vestibulaire.
lorsqu’on examine la dent en position verticale. Le diamètre mésiodistal et le diamètre occluso- hauteur. La cuspide distale est plus petite, plus Les deux cuspides sont sensiblement de hauteur
Le diamètre mésiodistal de la cuspide mésioves- cervical sont plus courts. acérée, conique : elle occupe l’angle extrême identique.
tibulaire est plus grand que le diamètre mésio- Entre les cuspides vestibulaires, on voit une par- distovestibulaire de la couronne. Le diamètre mésiodistal de la cuspide mésioves-
distal de la cuspide distovestibulaire. tie importante de la cuspide mésiolinguale. Dans le sens mésiodistal, la cuspide mésiovesti- tibulaire est plus grand que le diamètre mésio-
En arrière-plan de ce contour occlusal, entre les bulaire est la plus large et la cuspide distale la distal de la cuspide distovestibulaire.
deux cuspides vestibulaires, se dessine le contour plus étroite.
de la cuspide mésiolinguale. La pointe de la cuspide mésiovestibulaire est as-
sez fortement mésialée.

D M D M
D M
D M

21 25 30 34

Le contour mésial présente un maximum de Le contour mésial est similaire à celui de la pre- Le contour mésial est convexe dans sa portion Le contour mésial est similaire à celui de la pre-
convexité à la jonction du tiers occlusal et du mière molaire. Le maximum de convexité est occlusale et dans sa portion médiane. Il est mière molaire.
tiers médian. De part et d’autre de cette zone dans le tiers médian. concave dans le tiers cervical. Le maximum de Le contour distal est plus convexe que celui de la
proximale de contact, le contour est convexe. Le contour distal est uniformément convexe convexité ou zone interproximale de contact se première molaire.
Au niveau du tiers cervical, le contour mésial de- depuis l’angle disto-occlusal, lequel est arrondi situe à la jonction du tiers occlusal et du tiers
vient relativement plat, quelquefois concave. jusqu’à la ligne cervicale. médian.
Le contour distal est uniformément convexe de- Le maximum de convexité se situe à la jonction Le contour distal est convexe sur toute sa hau-
puis l’angle disto-occlusal – lequel est arrondi – du tiers occlusal et du tiers médian. teur.
jusqu’à la ligne cervicale. Dans certains cas, la crête marginale distale et La zone interproximale de contact distale se si-
Le maximum de convexité est situé dans le tiers la cuspide distolinguale sont visibles à l’observa- tue dans le tiers médian.
médian. tion par la face vestibulaire. Les contours proximaux convergent vers la ré-
L’examen de la première molaire maxillaire par gion cervicale.
la face vestibulaire permet, en outre, de perce-
voir la face distale de cette unité dentaire : cela
est dû essentiellement à la forte obliquité de
cette dent. La face distale est convexe dans le
sens occlusocervical.

4 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

D D M
M D M D M

22 26 31 35
La ligne cervicale est constituée de deux seg- La ligne cervicale est constituée de deux seg- La ligne cervicale présente une légère concavité La ligne cervicale est sensiblement similaire à
ments curvilignes dont la concavité est dirigée ments curvilignes dont la concavité est dirigée en direction de la racine. Elle présente quelque- celle de la première molaire.
vers les racines : ces segments sont séparés par vers les racines : ces segments sont séparés par fois une projection en forme de «V » en direction La crête cervicale présente un même aspect. Son
une pointe dirigée vers la bifurcation radicu- une pointe dirigée vers la bifurcation radiculaire. de la bifurcation radiculaire. importance est plus marquée dans le secteur
laire. L’arête cervicale est très marquée dans le secteur Dans le tiers cervical, dans le sens mésiodistal, il mésial.
Au niveau de la jonction du tiers cervical et du médian. existe une proéminence bulbeuse : la crête cer-
tiers médian de la couronne, il existe une arête vicale vestibulaire.
cervicale horizontale qui marque le maximum Sous la crête cervicale vestibulaire, dans la por-
de convexité de la face vestibulaire. tion distale de la face vestibulaire se trouve une
dépression.

Troisième molaire Troisième molaire

D M
D M
Les dimensions coronaires sont plus petites tant Elle n’a pas de caractéristiques constantes : elle
dans le sens mésiodistal que dans le sens occlu- peut ressembler soit à la première molaire, soit à
socervical. la deuxième molaire.
La cuspide distovestibulaire est nettement rédui- En revanche, la couronne est remarquable par
te par rapport à la cuspide mésiovestibulaire. ses courtes dimensions et par sa forme globu-
27 La région cervicale est généralement aplatie. 36 leuse.

Racine

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

D M D M

D M
D M

37 38 40 41
Les trois racines sont visibles à l’observation par Les trois racines sont visibles à l’observation par Elles sont au nombre de deux : une racine mé- Elles sont au nombre de deux : une racine mé-
la face vestibulaire. la face vestibulaire. siale et une racine distale. siale et une racine distale.
Les deux racines vestibulaires constituent un Les racines vestibulaires sont davantage inclinées Ces racines présentent un tronc radiculaire com- Ces racines présentent un tronc radiculaire com-
tronc commun sur un tiers de la hauteur à partir vers le contour distal. mun, puis se séparent très nettement. Une dé- mun, mais elles sont moins séparées l’une de
de la ligne cervicale. Juste en regard du milieu Les racines vestibulaires sont en général relati- pression peu profonde court verticalement sur l’autre que celles de la première molaire.
de la couronne, un sillon vertical, peu profond, vement étroites dans le sens mésiodistal. L’apex la base radiculaire, annonçant la séparation des Les racines sont en général relativement étroites
s’imprime sur la face vestibulaire du tronc radi- de la racine mésiovestibulaire se situe plutôt à deux racines. dans le sens mésiodistal.
culaire. l’aplomb du sillon vestibulaire. Les racines sont en général relativement étroites Leur inclinaison vers la face distale est plus pro-
Les racines vestibulaires sont en général relative- Les racines vestibulaires ont plutôt tendance à dans le sens mésiodistal. noncée.
ment étroites dans le sens mésiodistal. être parallèles entre elles. La racine mésiale est souvent rectiligne sur la
La racine mésiovestibulaire se dirige d’abord ver- La racine linguale est peu visible entre les deux moitié de sa hauteur. Elle s’incline ensuite en
ticalement au niveau de son tiers cervical et de racines vestibulaires, en arrière-plan. direction du contour distal. Son apex se situe
son tiers médian, puis s’incline vers le contour sensiblement à l’aplomb de la cuspide mésio-
distal dans la région du tiers apical. vestibulaire.
L’apex est habituellement à l’aplomb de la poin- La racine distale est légèrement coudée distale-
te de la cuspide mésiovestibulaire. ment et se projette en dehors du contour de la
La racine distovestibulaire présente une inclinai- base radiculaire.
son distale dans le tiers cervical et dans le tiers
médian radiculaire, puis une inclinaison mésiale
D M
dans le tiers apical.
La racine linguale est visible entre les deux ra-
cines vestibulaires, en arrière-plan : c’est la plus M D
longue des trois racines de cette dent.

Troisième molaire Troisième molaire


Elles sont en général courtes et présentent une Les racines sont courtes avec une forte inclinai-
forte inclinaison distale. son distale.
Elles sont très souvent soudées. Les racines sont soudées ou comprimées.
39 42

Stomatologie 5
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

Observation par la face linguale

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

M D M D

M D
M D

43 46 50 53
Le contour général de cette dent observée par la Le contour général est également trapézoïdal. Le contour général est également trapézoïdal. Elle se différencie de la première molaire par une
face linguale est également trapézoïdal. Comme la face linguale est plus petite que la dimension occlusocervicale plus courte et des
face vestibulaire, une partie des faces proximales faces proximales à peine visibles à l’observation
est visible sous cet aspect. par la face linguale.
La similitude avec la vue linguale de la première
molaire est très marquée.

M D M D

M D
M D
1/4
3/5 2/5 3/4
44
47 51 54
Le contour occlusal est caractérisé par deux cus- Le contour occlusal est caractérisé par deux cus- Le contour occlusal est marqué par deux cuspi- Les contours proximaux sont moins convergents
pides de dimensions inégales : pides de dimensions inégales : des de valeur égale. Elles sont nettement sépa- en direction de la ligne cervicale.
– la cuspide mésiolinguale, relativement arrondie – la cuspide mésiolinguale, relativement arron- rées par un sillon en « V » : le sillon lingual.
et très élevée, qui représente les trois cinquièmes die et très élevée, qui représente les trois quarts Les deux cuspides linguales sont nettement
du diamètre coronaire mésiodistal ; du diamètre coronaire mésiodistal ; moins élevées mais plus coniques que les cuspi-
– la cuspide distolinguale, nettement plus courte – la cuspide distolinguale qui est beaucoup plus des vestibulaires.
et plus étroite, qui présente un contour plutôt petite en largeur et en hauteur : cela rend la cus- Une partie du contour vestibulaire est visible en
convexe. C’est la plus large des cuspides disto- pide distovestibulaire visible à l’observation par arrière-plan.
linguales des trois molaires maxillaires ; la face linguale. Le contour mésial est convexe dans le tiers oc-
– ces deux cuspides sont séparées l’une de Le sillon lingual est moins long : il se termine clusal et dans le tiers médian, plat ou concave
l’autre par le sillon lingual. Ce sillon se termine donc dans un secteur plus proche du contour dans le tiers cervical.
au milieu de la face linguale, à mi-hauteur coro- occlusal et du contour distal que sur la première Le contour distal est convexe dans la moitié
naire, par un puits : le puits lingual. molaire. occlusale, plat ou concave dans la moitié cer-
Le contour mésial est superposable au contour vicale.
mésial observé par la face vestibulaire. Les contours proximaux convergent vers la ligne
Le contour distal se différencie du contour dis- médiane.
tal observé par la face vestibulaire en ce qu’il se
termine par un angle occlusodistal davantage
arrondi.

M D
M D
M D
M D

45 48 52 55
La ligne cervicale est plutôt irrégulière, presque La ligne cervicale est plutôt irrégulière, presque La ligne cervicale est courte dans le sens mésio- Il existe fréquemment une légère concavité de la
rectiligne ou à peine convexe en direction de la rectiligne ou à peine convexe en direction de la distal. Elle se situe à un niveau plus occlusal que surface linguale dans le tiers cervical.
racine. racine. sur la face vestibulaire.
La surface linguale est habituellement convexe La surface linguale est habituellement convexe Elle est irrégulière dans son trajet, quelquefois
dans son ensemble. dans son ensemble. rectiligne, quelquefois avec une projection en
Elle est séparée en deux territoires par le sillon Il n’existe pas de cinquième cuspide. « V » en direction de la bifurcation radiculaire.
lingual. La surface linguale est convexe dans le sens
La partie mésiolinguale présente assez fré- occlusocervical et dans le sens mésiodistal, cela
quemment une minicuspide : le tubercule de dans le tiers occlusal et dans le tiers médian.
«Carabelli » allant d’une simple élévation à une Dans le secteur du sillon lingual, la surface lin-
véritable cinquième cuspide séparée alors de la guale est plane. Le sillon lingual est peu profond.
cuspide mésiolinguale par un sillon. Il parcourt la surface linguale sur une courte dis-
Le territoire distolingual est uniformément tance. Il se termine en général par un puits.
convexe dans tous les sens. Le tiers cervical de la surface linguale est plutôt
plat, quelquefois concave.

M D
Troisième molaire Troisième molaire
M D

La cuspide distolinguale est très fréquemment Elle est irrégulière : la couronne est courte et
absente, le contour occlusal présente donc une globuleuse et les cuspides sont arrondies.
unique cuspide, large dans le sens mésiodistal.
49 56

6 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

Racine

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

M D

M D M D

57 58 60 61

En arrière-plan, le contour mésial de la racine La racine linguale est étroite dans le sens mé- Le diamètre mésiodistal des deux racines étant Les racines présentent une forte inclinaison dis-
mésiovestibulaire est entièrement visible. De siodistal. Son inclinaison est marquée en direc- plus faible sur la face linguale que sur la face tale.
même, une partie du contour distal de la racine tion du contour distal. L’apex est très souvent à vestibulaire, une partie des faces proximales
distovestibulaire est également visible. l’aplomb de la pointe cuspidienne distolinguale. radiculaires est visible ainsi que les dépressions
Au premier plan, une seule racine linguale s’élè- longitudinales qu’elles portent.
ve régulièrement à partir d’une base cervicale, Une dépression peu marquée descend verticale-
large dans le sens mésiodistal, en direction d’un ment depuis le milieu de la ligne cervicale. Elle
apex plus ou moins arrondi : c’est la plus longue dessine le début des deux racines.
des trois racines de cette dent.
Elle est marquée par une dépression peu pro-
fonde qui va de la ligne cervicale jusqu’au tiers
médian radiculaire.
L’apex est sensiblement aligné sur le milieu de
la couronne.

Troisième molaire Troisième molaire

M D
M D

59 62

La racine linguale est en général soudée aux raci- Les racines sont courtes, souvent soudées, avec
nes vestibulaires et présente une forte inclinaison une forte inclinaison distale.
distale.

Stomatologie 7
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

Observation par la face mésiale

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

V L V L
V D
V L

63 67 72 76
Le contour général est trapézoïdal. Le diamè- La dimension occlusocervicale est plus courte Le contour général est celui d’un trapèze à incli- Les dimensions coronaires de la face mésiale
tre vestibulolingual est maximal dans la région que sur la première molaire alors que la dimen- naison linguale. La base cervicale est plus longue sont réduites.
cervicale. Le contour vestibulaire et le contour sion vestibulolinguale est sensiblement équiva- que la base occlusale.
lingual convergent vers le contour occlusal. lente.

V L
V L
V L
V L

64 68 73 77
Le contour occlusal est essentiellement marqué La différence de hauteur entre les cuspides mé- À l’observation en rectitude, le contour occlusal Une partie importante de la face occlusale est
par les cuspides mésiales. siovestibulaire et mésiolinguale est plus impor- est marqué par deux cuspides de hauteur iné- visible sous cet aspect.
À l’observation en rectitude, la cuspide mésio- tante. gale : la cuspide mésiolinguale est légèrement Les versants centraux des quatre cuspides sont
vestibulaire est plus haute que la cuspide mésio- La crête marginale mésiale est longue. plus haute que la cuspide mésiovestibulaire. Ce visibles.
linguale. Ce n’est que lorsqu’elle est orientée sur Il n’y a pas habituellement de sillon marginal. n’est qu’orientée sur l’arcade que la cuspide Le sillon marginal mésial est court et peu pro-
l’arcade que la cuspide mésiolinguale est plus mésiovestibulaire est plus haute que la cuspide fond.
haute que la cuspide mésiovestibulaire. mésiolinguale.
La crête marginale mésiale émerge des versants Les versants centraux de ces deux cuspides sont
cuspidiens mésiaux et s’incline irrégulièrement fortement proéminents.
vers la ligne cervicale. La crête marginale mésiale, qui se situe à un ni-
Il existe habituellement un sillon marginal mésial veau plus cervical que les versants centraux, est
qui traverse la crête marginale mésiale en son traversée par le sillon marginal mésial.
milieu.

V L
V L V L
V L

65 69 74 78
Le contour vestibulaire est fortement convexe Le contour vestibulaire est similaire à celui de Le contour vestibulaire est marqué dans son tiers Le contour vestibulaire présente une conve-
dans le tiers cervical. Il devient ensuite, sur une la première molaire, mais présente une plus cervical par une forte convexité. La convexité xité cervicale très prononcée. Le maximum de
courte distance, plan ou quelquefois légèrement importante inclinaison vers le contour lingual. diminue ensuite jusqu’à la pointe cuspidienne convexité se situe dans le tiers cervical.
concave dans le tiers médian. À partir de là, le Le maximum de convexité se situe dans le tiers mésiovestibulaire. Le maximum de convexité se La concavité dans le tiers médian du contour
contour devient à peine convexe jusqu’à la poin- cervical ou à la jonction du tiers cervical et du situe soit à la jonction du tiers médian et du tiers vestibulaire est généralement absente. L’inclinai-
te cuspidienne, avec une forte inclinaison vers tiers médian. cervical, soit dans le tiers cervical. son linguale du contour vestibulaire est légère-
le contour lingual. Le maximum de convexité se Le contour lingual est superposable à celui de la Quelques spécimens présentent une légère ment plus accentuée.
situe dans le tiers cervical ou à la jonction du première molaire et ne comporte pas de tuber- concavité dans le tiers médian. Le maximum de convexité du contour lingual se
tiers cervical et du tiers médian. cule supplémentaire. Le maximum de convexité Le contour lingual est plutôt plat dans le tiers situe dans le tiers occlusal.
Le contour lingual est uniformément convexe se situe dans le tiers médian. cervical. Il devient progressivement convexe La ligne cervicale est quelquefois convexe en di-
depuis la ligne cervicale jusqu’à la pointe cuspi- La ligne cervicale est souvent irrégulière : elle dans le tiers médian et dans le tiers occlusal, rection de la face occlusale.
dienne. Le maximum de convexité se situe dans présente une légère convexité orientée vers le avec un maximum de convexité à la jonction de
le tiers médian. contour occlusal. ces deux tiers.
Si le tubercule de Carabelli est fortement proé- La ligne cervicale est rectiligne, quelquefois
minent, le contour peut être irrégulier. convexe en direction de la face occlusale. Elle se
La ligne cervicale est souvent irrégulière : elle situe à un niveau plus occlusal vers le contour
présente une légère convexité orientée vers le lingual que vers le contour vestibulaire.
contour occlusal.

V L V D L V L
V

66 70 75 79
La surface mésiale est convexe dans sa partie Le tiers cervical est nettement moins concave La surface mésiale est fortement convexe dans La surface mésiale est particulièrement convexe
occlusale. Elle est plutôt plane ou concave dans que sur la première molaire. son tiers occlusal et dans son tiers médian. dans tous les sens.
sa moitié cervicale. La zone proximale de contact est plus impor- Le tiers cervical est plutôt concave, quelquefois La zone proximale de contact se situe dans le
La zone proximale de contact est ronde ou tante, plus irrégulière, plus large dans le sens plan sur une zone triangulaire à base cervicale. tiers médian tant dans le sens vestibulolingual
ovoïde : elle se situe à la jonction du tiers occlu- vestibulolingual. La zone proximale de contact se situe à la jonc- que dans le sens occlusocervical.
sal et du tiers médian dans le sens occlusocervi- Elle est généralement située dans le tiers mé- tion du tiers vestibulaire et du tiers médian dans
cal, à la jonction du tiers vestibulaire et du tiers dian. le sens vestibulolingual et à la jonction du tiers
médian dans le sens vestibulolingual. occlusal et du tiers médian dans le sens occluso-
cervical.

8 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Troisième molaire Troisième molaire

V D
V L

71 80
Les contours ne sont pas constants. La couronne est en forme de bulbe.
Le contour vestibulaire et le contour lingual
sont fortement convexes avec un maximum de
convexité situé dans le tiers médian. La distance
entre les pointes cuspidiennes mésiales est la
plus courte de toutes les molaires.

Racine

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

V L V L

V L V L

81 82 84 85
La racine mésiovestibulaire est large et plate La racine mésiovestibulaire et la racine linguale La racine mésiale est la plus large de toutes les La racine mésiale est plus étroite dans le sens
dans le sens vestibulolingual. se projettent à l’aplomb des contours coronai- racines de molaires, dans le sens vestibulolin- vestibulolingual et plus pointue à son extrémité
La racine linguale apparaît étroite en forme de res. gual. apicale que celle de la première molaire.
«banane ». Elle s’incurve lingualement à par- Elle présente un apex très large et très arrondi.
tir de la base radiculaire, puis se dirige vers le Elle est marquée par une large concavité qui
contour vestibulaire dans le tiers apical. court verticalement sur la quasi-totalité de sa
Cette racine se projette en dehors du contour hauteur.
coronaire lingual.

Troisième molaire Troisième molaire

V L
V L

83 86
Les racines sont courtes et souvent soudées. La racine mésiale est relativement large dans le
sens vestibulolingual, mais elle est nettement
plus courte que sur les autres molaires.

Stomatologie 9
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

Observation par la face distale

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

L V L V

L V L V

87 88 90 91
L’aspect général est le même que celui de la face L’aspect général est le même que celui de la face L’aspect général est le même que celui de la face La cuspide distale est absente.
mésiale. mésiale. mésiale. La face vestibulaire est beaucoup moins visible.
Le contour occlusal est marqué par la cuspide La cuspide distovestibulaire et la cuspide disto- Le contour occlusal est plus étroit que du côté La surface distale est presque aussi étendue que
distovestibulaire, la crête marginale distale et la linguale sont moins proéminentes. mésial. Il est marqué par trois cuspides : la cus- la surface mésiale.
cuspide distolinguale. La cuspide distovestibu- La crête marginale distale se situe à un niveau pide distovestibulaire, la cuspide distolinguale et La zone proximale de contact est centrée sur la
laire est plus proéminente que la cuspide disto- plus cervical que la crête marginale mésiale. Une la cuspide distale. La cuspide distovestibulaire face distale.
linguale. Ces deux cuspides masquent en partie plus grande partie de la face occlusale est visible est la plus grande. La cuspide distale est la plus
les cuspides mésiales. à l’observation par la face distale. petite.
La crête marginale distale est plus courte dans La zone proximale de contact se situe au milieu La cuspide distale se situe lingualement par rap-
le sens vestibulolingual, moins proéminente et de la face distale. Elle est ovoïde à grand axe ves- port à la cuspide distovestibulaire. Ces deux cus-
située à un niveau plus cervical que la crête mar- tibulolingual. pides sont séparées par le sillon distovestibulaire
ginale mésiale. qui court jusqu’à mi-hauteur de la couronne.
Elle porte peu de tubercules accessoires, mais Le contour vestibulaire ressemble à celui de l’ob-
elle peut être traversée par un sillon distal. servation par la face mésiale. Il présente souvent
Le contour vestibulaire et le contour lingual sont une légère concavité dans le tiers cervical.
superposables aux contours correspondants ob- La moitié de la face vestibulaire est visible sous
servés par la face mésiale. cet aspect. Le contour lingual est rectiligne dans
La surface vestibulaire est totalement visible sous le tiers cervical et dans la moitié du tiers médian.
cet aspect. Il devient convexe ensuite jusqu’à la pointe cus-
La ligne cervicale présente une légère convexité pidienne.
en direction du contour occlusal. Sur certains La ligne cervicale est relativement rectiligne.
spécimens, elle est quasiment rectiligne. La surface distale est plutôt plane dans le tiers
La surface distale est plus petite que la surface cervical, convexe dans le tiers médian et dans
mésiale. Elle est convexe dans son ensemble et le tiers occlusal.
devient légèrement plane dans le secteur de la La zone proximale de contact est ovoïde à grand
racine distovestibulaire. axe vestibulolingual.
La zone proximale de contact se situe sensible-
ment dans le tiers médian coronaire, tant dans
le sens vestibulolingual que dans le sens occlu-
socervical. Elle est ovoïde à grand axe vestibu-
lolingual.

Troisième molaire Troisième molaire

L V
L V

89 92
La cuspide distolinguale est absente. La cuspide Le contour général est en forme de bulbe. Le
distovestibulaire est réduite. contour occlusal est rétréci.
Une très grande partie de la face occlusale est La surface vestibulaire est presque entièrement
visible à l’observation par la face distale. visible.

10 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

Racine

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

L V L V

L V L V

93 94 96 97

Les trois racines sont visibles à l’observation par Les trois racines sont visibles. La racine distale est large dans le sens vestibu- La racine distale est nettement plus étroite que
la face distale. La racine distovestibulaire est souvent plus lolingual. sur la première molaire.
Le contour vestibulaire et l’apex de la racine étroite. Elle présente un apex arrondi. La racine distale présente un apex pointu.
mésiovestibulaire constituent l’arrière-plan de la Elle est légèrement plus étroite que la racine mé-
racine distovestibulaire. siale : le contour lingual de celle-ci est quelque-
La racine distovestibulaire est courte et étroite. fois visible en arrière-plan.
Elle s’élève verticalement dans la projection du La surface de la racine distale peut être marquée
contour coronaire vestibulaire. par une dépression longitudinale.
La racine linguale s’oriente selon une direction
linguale sur deux tiers de sa hauteur, puis s’in-
cline brutalement vers la face vestibulaire au
niveau de son tiers apical.

Troisième molaire Troisième molaire

L V

L V

95 98

Les racines sont en général soudées, mais toutes C’est la plus étroite dans le sens vestibulolingual
les formes sont possibles. de toutes les racines des molaires mandibulai-
res.
C’est également la plus courte.

Stomatologie 11
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

Observation par la face occlusale

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire
V V V V

D M D M M D
M D

L L L
L
99 108 119 128
Le contour général est celui d’un parallélogram- Le contour est trapézoïdal. Le contour général est pentagonal : la partie Le contour général est rectangulaire.
me, quelquefois celui d’un trapèze dont deux Les côtés proximaux convergent vers la face distale du contour vestibulaire converge vers la Dans le sens vestibulolingual, le plus grand dia-
côtés convergent vers la face vestibulaire. linguale. face distale. mètre se situe au niveau des cuspides mésiales.
Dans le sens mésiodistal, le plus grand diamètre Dans le sens mésiodistal, le plus grand diamètre
est lingual. se situe dans la partie vestibulaire.
V Dans le sens vestibulolingual, le plus grand
V diamètre se situe immédiatement en arrière du
sillon mésiovestibulaire.

V V
D M D M

M D M D
L L
100 109
Le tiers de la face vestibulaire et la moitié de la Le tiers de la face vestibulaire et la moitié de la
face linguale sont visibles à l’observation par la face linguale sont visibles à l’observation par la
face occlusale. La face vestibulaire est plane dans face occlusale. La face vestibulaire est plane dans L
son ensemble. son ensemble. L
Le contour vestibulaire est séparé en deux par- Le diamètre coronaire mésiodistal est plus pe-
ties par le sillon vestibulaire : la partie mésiale est tit. On retrouve les mêmes caractéristiques de 120 129
plus grande que la partie distale. Les contours contour que sur la première molaire.
proximaux sont coupés sensiblement en leur mi- Le déséquilibre entre la cuspide mésiovestibu-
lieu par le sillon marginal mésial et par le sillon laire et distovestibulaire est plus accentué. Les deux tiers au moins de la face vestibulaire Au moins deux tiers de la face vestibulaire sont
marginal distal : Le contour mésial est plus plat et plus long que sont visibles à l’observation par la face occlusale: visibles à l’observation par la face occlusale : cela
– si ces sillons sont profonds, les contours pré- le contour distal. cela est caractéristique des molaires mandibulai- est caractéristique des molaires mandibulaires.
sentent deux convexités ; res. Du côté opposé, le tiers occlusal de la face Du côté opposé, le tiers occlusal de la face lin-
– si ces sillons sont peu marqués, les contours linguale est visible. guale est visible.
n’ont qu’une seule convexité. Le contour vestibulaire présente deux plans dif- Le contour vestibulaire se situe dans un plan
Le contour lingual est également divisé en deux férents. Il est en outre plus long que le contour unique.
parties – en raison de l’existence du sillon lingual lingual. Il est partagé en trois parties par le sillon Le contour lingual est de même dimension que
– la partie mésiale est plus large et plus convexe mésiovestibulaire et par le sillon distovestibu- le contour vestibulaire.
que la partie distale. laire. Ces trois portions sont convexes et leur Les contours proximaux sont également de
dimension mésiodistale va en diminuant depuis même longueur.
V V la partie mésiale jusqu’à la partie distale. Le
contour mésial est plus long que le contour dis-
tal. Les contours proximaux sont sensiblement
rectilignes : ils convergent vers la face linguale.
Le contour lingual est rectiligne : il est interrom-
D M D M pu en son milieu par le sillon lingual.

V V

L L

101 110 M D
L’aire occlusale est caractérisée par deux ensem- Le trigone est un peu plus petit dans le sens mé-
M D
bles de structures séparées et distinctes : siodistal et dans le sens vestibulolingual.
– le trigone qui est formé par la cuspide mésio- La cuspide distolinguale est moins proéminente
vestibulaire, la cuspide distovestibulaire et par la (le talon est réduit).
cuspide mésiolinguale ; L’aire occlusale est formée de quatre cuspides, L L
– le talon qui est constitué par la cuspide disto- mais la cuspide distolinguale est réduite.
linguale et par la crête marginale distale. 121 130
Le trigone est l’élément caractéristique des mo-
laires maxillaires. Il correspond à la couronne
originelle, tant sur le plan phylogénique que sur L’aire occlusale présente un contour pentagonal L’aire occlusale est de contour rectangulaire. Elle
le plan ontogénique. et porte cinq cuspides. Les deux cuspides lingua- présente quatre cuspides : les cuspides mésiales
Le talon se projette sur la partie distolinguale du les sont coniques et pointues. Elles sont les plus ont un diamètre mésiodistal plus grand que les
trigone. Il s’étend en dehors de la base radicu- importantes en termes de hauteur et de diamè- cuspides distales.
laire et représente une adjonction plus récente à tre mésiodistal.
la couronne. Le talon est particulièrement déve- Ensuite viennent, par ordre décroissant, la cuspi-
loppé sur la première molaire. de mésiovestibulaire, la cuspide distovestibulaire
La cuspide mésiovestibulaire et la cuspide mé- et la cuspide distale.
siolinguale sont les plus grandes : elles occupent
pratiquement les deux tiers de la surface occlu-
sale totale.

12 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire
V V V V

D M D M M D
M D

L L L L
102 111 122 131

La cuspide mésiovestibulaire et la cuspide mésio- Le pont d’émail est de dimension réduite. Les versants centraux des cuspides mésiales sont Deux descriptions des versants centraux sont
linguale constituent par l’intermédiaire de leurs Le point de jonction des deux arêtes est moins sensiblement orientés dans le sens vestibulo- possibles :
versants centraux une arête transverse. La cus- central. lingual. Les versants centraux des trois autres – les cuspides mésiales convergent pour former
pide distovestibulaire et la cuspide mésiolinguale Le sillon mésiodistal franchit le pont d’émail. cuspides tendent à converger vers le centre une crête transverse alors que les cuspides dis-
sont réunies par une forte arête oblique appelée géométrique de la face occlusale. Il n’existe pas tales s’orientent de manière différente vers le
« pont d’émail » : c’est une plate-forme surélevée d’arête transverse sur la première molaire man- sillon distal ;
qui limite le trigone dans sa partie distale. Cette dibulaire.
arête n’est nullement rectiligne : elle constitue
un angle obtus dont l’ouverture est mésiale. V V
V V

M D M D
D M D M

L L
L L
103 112 123 132
La crête marginale mésiale est plus longue et plus La crête marginale mésiale est longue et recti- La crête marginale mésiale et la crête marginale – deux crêtes transverses et parallèles vont des
proéminente que la crête marginale distale. ligne. distale convergent vers la face linguale. La crête cuspides vestibulaires aux cuspides linguales ;
La crête distale est courte et convexe. Elle se pro- marginale mésiale est haute, longue et proémi- les quatre versants centraux convergent vers le
longe parfois lingualement, formant la cuspide nente. La crête marginale distale est basse et centre géométrique de l’aire occlusale.
distolinguale. courte. On retrouve les mêmes caractéristiques au ni-
V V V veau des crêtes marginales. Du fait de l’absence
de cuspide distale, la crête marginale distale pa-
raît plus développée.

D M D M D V
M

L L M D
L
104 113 124

La fosse centrale est grossièrement triangulaire : La fosse centrale présente la même situation et La fosse centrale occupe une surface importante
elle se situe au centre du trigone. les mêmes structures que celles de la première de l’aire occlusale. Elle se situe au centre de cette L
Elle est délimitée par le pan mésial du versant molaire. aire. Elle est quasiment circulaire. Elle est peu
central de la cuspide distovestibulaire, par le pan profonde. Elle est délimitée par les versants cen-
distal du versant central de la cuspide mésioves- traux des quatre cuspides majeures : pan distal 133
tibulaire et par le pan mésial du versant central du versant central de la cuspide mésiovestibu-
distal de la cuspide mésiolinguale. laire et de la cuspide mésiolinguale, pan mésial La fosse centrale présente des structures qui sont
du versant central de la cuspide distovestibulaire superposables à la fosse décrite sur la première
et de la cuspide distolinguale. molaire.
V V V V

sv
sv
smv sdv sv
D sm M D M M D M sc D
sd sm sc
sd
sl sl

L L L L
105 114 125 134
Le puits central est localisé dans la partie la plus Le puits central est localisé dans la partie la Le puits central se situe au fond de la fosse Le puits central est le plus profond. Il est localisé
profonde de la fosse centrale. Il est le point de plus profonde de la fosse centrale. centrale, à mi-distance des limites proximales au centre de l’aire occlusale. Il est le point de
jonction de trois sillons : Il est le point de rencontre de trois sillons de l’aire occlusale. Il est plus proche de la face rencontre de trois sillons :
– le sillon vestibulaire (sv) qui se dirige vers la comme sur la première molaire : linguale par rapport au milieu du diamètre ves- – le sillon vestibulaire (sv) ;
face vestibulaire et qui sépare la cuspide mésio- – le sillon mésial (sm) ; tibulolingual. Il est le point de rencontre de trois – le sillon lingual (sl) ;
vestibulaire de la cuspide distovestibulaire ; – le sillon vestibulaire (sv) ; sillons : – le sillon central (sc).
– le sillon mésial (sm) qui va jusqu’au puits mé- – le sillon distal (sd). – le sillon mésiovestibulaire (smv) qui s’étend
sial ; jusque sur la face vestibulaire ;
– le sillon distal (sd), à orientation distolinguale, – le sillon distovestibulaire (sdv) qui se termine
qui croise l’arête oblique pour aboutir au puits également sur la face vestibulaire ;
distal. – le sillon lingual (sl) qui court jusque sur la face
linguale.

Stomatologie 13
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

V V V V

D M D M M D M D

L L L L

106 115 126 135


La fosse distale est de contour plus ou moins li- La fossette mésiale et la fossette distale peuvent La fossette mésiale est triangulaire et profonde. La fossette mésiale présente des structures qui
néaire : elle se situe distalement par rapport au être différenciées comme sur la première mo- Elle est limitée par le versant central de la crête sont superposables à celles décrites sur la pre-
pont d’émail et s’oriente de manière sensible- laire. marginale mésiale et par le pan mésial du ver- mière molaire.
ment parallèle à ce dernier. Elle est bordée par Parfois, lorsque la cuspide distolinguale est ré- sant central des cuspides mésiales. La fossette distale présente des structures qui
le pan distal du pont d’émail et par le pan mésial duite à un épaississement de la crête marginale, La fossette distale est également triangulaire, sont superposables à celles décrites sur la pre-
du versant central de la cuspide distolinguale. il n’existe que la fossette mésiale. mais peu profonde. Elle est limitée par le versant mière molaire.
La fossette triangulaire mésiale est située en central de la crête marginale distale et par le pan
dedans de la crête marginale mésiale. Elle est distal du versant central de la cuspide distovesti-
délimitée par le versant central de cette crête bulaire et de la cuspide distolinguale.
marginale, par le pan mésial du versant central
de la cuspide mésiovestibulaire et par le pan
mésial du versant central mésial de la cuspide
mésiolinguale.
La fossette triangulaire distale se situe en conti-
nuité avec la fosse centrale distale, en dedans de
la crête marginale distale.

V V V
V

sdv smv
smd smv sdv
sm sm M smv sdv D smv sdv
D M sm sd M sc D
D sdl sd smm sd sc smd
sml sdl sml smm sdl smm sml
sl smd
M sml sdl
sl

L L L
L
107 116 127 136
Le puits mésial est situé à mi-distance de la face Le puits mésial est situé à mi-distance de la face Le puits mésial se situe à mi-distance du contour Le puits mésial, moins profond que le puits cen-
vestibulaire et de la face linguale : il est situé au vestibulaire et de la face linguale : il est situé au vestibulaire et du contour lingual. Il est proche tral, est le point de jonction de quatre sillons :
fond de la fossette triangulaire mésiale. Il est le fond de la fossette triangulaire mésiale. Il est le de la crête marginale mésiale. Il se situe au fond – le sillon central (partie mésiale) (sc) ;
point de réunion de quatre sillons : point de réunion de trois sillons : de la fossette mésiale. Il est moins profond que le – le sillon mésiovestibulaire (smv) ;
– le sillon mésial (sm) (décrit précédemment) ; – le sillon mésial (sm) ; puits central. Il est le point de jonction de quatre – le sillon mésiolingual (sml) ;
– le sillon mésiovestibulaire (smv) qui se dirige, – le sillon mésiovestibulaire (smv) qui se dirige, sillons : – le sillon marginal mésial (smm).
sur un court trajet, vers l’angle mésiovestibu- sur un court trajet, vers l’angle mésiovestibu- – le sillon mésial (sm) qui va du puits central au Le puits distal est le point de réunion de quatre
laire ; laire; puits mésial ; sillons :
– le sillon mésiolingual (sml) qui se dirige, éga- – le sillon mésiolingual (sml) qui se dirige, éga- – le sillon mésiovestibulaire (smv) qui se dirige – le sillon central (partie distale) (sc) ;
lement sur un trajet court, vers l’angle mésiolin- lement sur un trajet court, vers l’angle mésiolin- vers l’angle mésiovestibulaire ; – le sillon distovestibulaire (sdv) ;
gual ; gual. – le sillon mésiolingual (sml) qui s’oriente vers – le sillon distolingual (sdl) ;
– le sillon marginal mésial (smm) qui traverse la Le puits distal se situe au fond de la fossette l’angle mésiolingual ; – le sillon marginal distal (smd).
crête marginale mésiale et qui se termine sur la triangulaire distale. Il est le point de rencontre – le sillon marginal mésial (smm) qui traverse la
face mésiale. de quatre sillons : crête marginale mésiale.
Le puits distal se situe au fond de la fossette – le sillon distal (sd) ; Le puits distal est peu profond. Il se situe au fond
triangulaire distale. Il est le point de rencontre – le sillon lingual (sl), qui se termine sur la face de la fossette triangulaire distale. Il est le point
de cinq sillons : linguale ; de réunion de quatre sillons :
– le sillon distal (sd) (décrit précédemment) ; – le sillon distovestibulaire (sdv) qui, sur une – le sillon distal (sd) qui s’oriente dans le sens
– le sillon lingual (sl), parallèle au pont d’émail, courte distance, se dirige vers l’angle distoves- mésiovestibulaire pour rejoindre le sillon disto-
qui parcourt le fond de la fosse distale. Il se ter- tibulaire ; vestibulaire ;
mine sur la face linguale ; – le sillon distolingual (sdl) qui se dirige vers – le sillon distovestibulaire (sdv) qui se dirige vers
– le sillon distovestibulaire (sdv) qui, sur une l’angle distolingual, également sur une courte l’angle distovestibulaire ;
courte distance, se dirige vers l’angle distoves- distance. – le sillon distolingual (sdl) qui se dirige vers l’an-
tibulaire ; gle distolingual ;
– le sillon distolingual (sdl) qui se dirige vers – le sillon marginal distal (smd) qui traverse la
l’angle distolingual, également sur une courte crête marginale distale.
distance ;
– le sillon marginal distal (smd) qui traverse la
crête marginale distale et qui se termine sur la
face distale ;
– il arrive de trouver, autour du puits distal, des
sillons supplémentaires à ceux qui viennent
d’être décrits.

14 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

Couronne

Maxillaire Mandibulaire
Troisième molaire Troisième molaire
V V V V

M
D M
D M M D
D

L L L
L
117 118 137 138
Le contour coronaire est triangulaire (117), quelquefois en forme de « cœur » (118). La cuspide Le contour général est ovoïde (137, 138).
distolinguale est généralement absente (118). La portion mésiale est nettement plus développée que la portion distale, essentiellement dans le sens
La cuspide distovestibulaire est de dimension réduite (117, 118). Le pont d’émail, s’il n’est pas vestibulolingual (138).
absent, est difficilement repérable. Le contour vestibulaire et le contour lingual convergent vers la face distale (137, 138).
Les puits et les sillons ont des formes très variables. Il existe en outre de très nombreux sillons sup- L’aire occlusale est de contour ovoïde. Elle est particulièrement étroite par rapport au contour gé-
plémentaires. néral (137, 138).
Elle porte cinq cuspides habituellement étroites, irrégulières et peu coniques (137, 138). Les crêtes
marginales sont fortement convexes.
Le schéma des sillons est irrégulier, tant en longueur qu’en direction.

Stomatologie 15
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

Contours internes : cavité pulpaire

Coupes dans le sens vertical et dans le sens vestibulolingual

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

V L V L V L V L

139 141 143 145


Chambre pulpaire La chambre pulpaire et les canaux radiculaires La chambre pulpaire est plus grande dans le sens La chambre pulpaire est plus grande dans le sens
Comme la couronne présente un diamètre ves- sont plus réduits que sur la première molaire. mésiodistal que dans le sens vestibulolingual, mésiodistal que dans le sens vestibulolingual.
tibulolingual plus important que le diamètre Il peut parfois exister un dédoublement du canal comme le contour externe de la couronne. Bien La racine mésiale présente une dépression lon-
mésiodistal, il en va de même pour la cavité mésial. En cas de fusion radiculaire, les canaux que possédant deux racines, elle présente dans gitudinale d’où en général un dédoublement du
pulpaire. se réunissent. 70 % des cas trois canaux : deux canaux se si- canal mésial.
En outre, il a été longtemps admis que chaque Elle se différencie par des volumes pulpaires tuent dans la racine mésiale tandis que la racine Quelquefois, la racine mésiale ne présente qu’un
racine contenait un seul canal. Des travaux ré- caméraux et radiculaires moins importants. La distale ne présente qu’un seul canal. seul canal.
cents ont montré que la racine mésiovestibulaire corne pulpaire distolinguale est réduite. Dans 30 % des cas, il existe quatre canaux : deux Enfin, en cas de fusion des racines, on peut ren-
présentait dans 60 % des cas deux canaux. Bien qu’ayant souvent des racines soudées, elle par racine. contrer un seul gros canal.
Elle montre une corne pulpaire mésiovestibulaire a au moins deux canaux. Le canal mésiovestibu- Quelquefois, il n’existe qu’un canal par racine, La chambre pulpaire est bien plus petite que
et une corne pulpaire linguale sensiblement de laire est le plus souvent unique. mais cela est exceptionnel. sur la première molaire, mais similaire dans son
même hauteur. La chambre pulpaire voit son Sur une coupe passant par la partie mésiale de ensemble.
diamètre vestibulolingual décroître jusqu’à la la chambre pulpaire et par la racine mésiale, il Les canaux mésiaux se superposent dans leurs
région cervicale. existe deux cornes pulpaires – une corne mé- contours aux canaux mésiaux de la première
Canaux radiculaires siovestibulaire et une corne mésiolinguale – de molaire. Toutefois, un canal mésial unique est
Au nombre de deux dans 60 % des cas dans la même dimension et de même acuité. La cham- beaucoup plus fréquent (40 % à 45 %).
racine mésiovestibulaire, ils se réunissent géné- bre est plus large au niveau des cornes pulpaires.
ralement dans le tiers apical et se terminent par Elle se rétrécit légèrement au niveau du plancher
un foramen unique. caméral. Ce plancher caméral se situe sous la
Dans 40 % des cas, le canal mésiovestibulaire ligne cervicale.
est unique. Les canaux mésiaux sont le canal mésiovestibu-
laire et le canal mésiolingual. Ils sont coniques
jusqu’à leur foramen respectif. Quelquefois, il
n’existe qu’un seul canal. Ou bien les deux ca-
naux se réunissent au tiers apical et se terminent
par un seul foramen.

L V L V

L V
L V

140 142 144 146


Une coupe verticale dans le sens vestibulolingual Une coupe verticale dans le sens vestibulolingual Sur une coupe passant par la partie distale de la Sur une coupe passant par la partie distale de la
passant par la racine distovestibulaire montre passant par la racine distovestibulaire montre chambre pulpaire et par la racine distale, la cor- chambre pulpaire, la corne pulpaire distale est
l’existence d’un seul canal. l’existence d’un seul canal. ne distovestibulaire et la corne distolinguale sont absente.
En regard de la cuspide distolinguale, la corne sensiblement de même dimension. Quelquefois,
pulpaire est en général absente. il existe une petite corne supplémentaire qui cor-
respond à la cuspide distale. Le canal distal est
unique. Il est large dans le sens vestibulolingual.
Il est possible de trouver deux canaux comme
sur la racine mésiale (cf. supra).

Troisième molaire Troisième molaire

En raison du grand nombre de variations mor- Il n’existe aucune description type pour cette
phologiques propres à cette dent, une descrip- dent : habituellement, on trouve une configu-
tion type n’est pas possible. ration à deux racines et à trois canaux radicu-
laires.

16 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Morphologie dentaire de l’adulte : molaires ¶ 22-003-A-13

Coupes dans le sens vertical et dans le sens mésiodistal

Maxillaire Mandibulaire
Seule la coupe passant par les canaux vestibulaires est décrite. Une coupe passant par le canal lingual
montrerait une cavité plus large que sur une coupe dans le sens vestibulolingual.

Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

D M D M

D M D M

147 148 149 150


Chambre pulpaire Les caractéristiques sont les mêmes que pour la Elle présente le diamètre le plus grand au niveau Les caractéristiques de la cavité camérale sont
Elle est étroite dans le sens mésiodistal. Sa partie première molaire, mais la chambre pulpaire est des extrémités des cornes pulpaires. Le diamè- identiques à celles de la première molaire.
la plus large se situe en regard des cornes pul- plus étroite. tre le plus petit se situe au niveau du plancher Les canaux mésiaux sont nettement moins diver-
paires. Les caractéristiques des contours pulpaires ra- caméral. Ce plancher pulpaire est situé sous la gents que sur la première molaire.
La corne mésiovestibulaire est plus proéminente diculaires sont superposables à celles de la pre- ligne cervicale. Deux cornes sont habituellement
que la corne distovestibulaire. mière molaire. visibles : la corne mésiovestibulaire est plus gran-
Canaux radiculaires de que la corne distovestibulaire.
Les deux ou trois canaux sont très étroits et sui- Selon la section, il sera possible de voir soit le ca-
vent la courbure des racines. nal mésiovestibulaire, soit le canal mésiolingual
Quand le canal mésiovestibulaire est unique, il et le canal distal. Ils sont en général étroits dans
est plus large que le canal distovestibulaire. le sens mésiodistal : le canal distal est toutefois
plus large que les canaux mésiaux.

Troisième molaire Troisième molaire


En raison du grand nombre de variations mor- Il n’existe aucune description type pour cette
phologiques propres à cette dent, aucune des- dent : habituellement, on trouve une configu-
cription type n’est possible. ration à deux racines et à trois canaux radicu-
laires.

Coupes dans le sens horizontal

Maxillaire Mandibulaire
Première molaire Seconde molaire Première molaire Seconde molaire

a a a a
b a a
b
a b b
a b
b b
b

151 152 153 154


Coupe horizontale au niveau cervical Coupe horizontale au niveau cervical Coupe horizontale au niveau cervical Coupe horizontale au niveau cervical
La coupe de la cavité pulpaire est, à cet endroit, La chambre pulpaire est bien plus petite que sur Le contour de la cavité pulpaire est pentagonal. La chambre pulpaire est bien plus petite que sur
grossièrement trapézoïdale (151a). la première molaire (152a). Il souligne l’existence de cinq cornes pulpaires la première molaire (154a).
Le plancher caméral se situe à un niveau plus Les orifices radiculaires sont proches les uns des (153a). Les orifices radiculaires mésiaux sont proches
apical par rapport à la ligne cervicale. Il montre autres (152a). Le plancher caméral montre généralement trois l’un de l’autre (154a).
trois orifices, même s’il existe deux canaux mé- Les orifices sont également organisés en triangle. orifices : deux orifices mésiaux et un orifice dis- Coupe horizontale à mi-hauteur radicu-
siovestibulaires. Ces orifices sont organisés selon Ce triangle est plus aplati et l’orifice distovesti- tal (153b). L’orifice distal est le plus large. Il est laire
un triangle (151a). Si l’orifice mésiovestibulaire bulaire est plus médian (152a). ovoïde à grand axe vestibulolingual. Les orifices Les sections canalaires sont similaires à celles de
est nettement dans la partie mésiovestibulaire de Coupe horizontale à mi-hauteur radicu- mésiaux sont plutôt circulaires (153a). la première molaire avec une réduction de leurs
la chambre, si l’orifice lingual est dans la portion laire Coupe horizontale à mi-hauteur radicu- dimensions (154b).
linguale de la chambre, l’orifice distovestibulaire Les sections canalaires sont de dimensions rédui- laire
est toujours plus lingual et plus mésial (151a). tes (152b). La racine mésiale, en forme de haricot, présente
L’orifice lingual est le plus grand. L’orifice disto- deux canaux circulaires (153b).
vestibulaire est le plus fin (151a). La racine distale présente un canal ovoïde à
Coupe horizontale à mi-hauteur radicu- grand axe vestibulolingual (153b).
laire
La racine mésiovestibulaire est ovoïde dans le
sens vestibulolingual : s’il existe deux canaux,
leur section est circulaire. Si le canal est unique,
sa section est ovalaire à grand axe vestibulolin-
gual (151b).
La racine distovestibulaire présente le canal le
plus fin. Il est de section circulaire (151b).

Troisième molaire Troisième molaire


En raison du grand nombre de variations mor- Il n’existe aucune description type pour cette
phologiques propres à cette dent, aucune des- dent : on trouve habituellement une configu-
cription type n’est possible. ration à deux racines et à trois canaux radicu-
laires.

Stomatologie 17
© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
22-003-A-13 ¶ Morphologie dentaire de l’adulte : molaires

Pour en savoir plus Karst. Dental Anatomy. A self instructional program paperback.
Philadelphia: WB Saunders; 1997.
Ash Jr. M, Nelson SJ. Wheeler’s dental anatomy, Physiology and occlusion. Lautrou A. Abrégé d’anatomie dentaire. Paris: Elsevier Masson; 1988.
Oxford: Elsevier; 2002. Linek HA. Tooth carving manual. Los Angeles: University of Southern
Black GV. Anatomie descriptive des dents humaines (traduction de Darin G). California; 1949.
Londres: Ash C et fils; 1891. Marseillier E. Les dents humaines. Morphologie. Paris: Bordas; 1995.
Brand RW, Isselhard DE. Anatomy of orofacial structures. St Louis: CV Papathanassiou G. Morphologie dentaire. Étude et dessin des dents perma-
Mosby; 1990. nentes. Reims: Presses Universitaires de Reims; 1987.
Carlsen O. Tandmorfologiskeskitser. Copenhague: Munksgaard; 1986. Renner RP. An introduction to dental anatomy and esthetics. Chicago:
Carlsen O. Dental morphology. Copenhague: Munksgaard; 1987. Quintessense Books Publishing Co; 1985.
Crétot M. L’arcade dentaire humaine. Morphologie. Paris: CdP; 2004. Romerowsk J, Hüe O, Bresson G, Boccara E. Manuel d’anatomie dentaire
Fuller JL, Deheny GE. Concise Dental Anatomy and Morphology. Iowa City: descriptive. Paris: Section anatomie dentaire Paris VII; 1984.
University of Iowa College of Dentistry; 2001. Saunders. Dental anatomy coloring book. Philadelphia: WB Saunders; 2007.
Garbarino J. La denture de l’homme dans l’appareil masticateur. Anatomie Sott JH, Symons NB. Introduction to dental anatomy and physiology.
dentaire. Marseille: Flammarion; 1973. Edinburgh: Churchill Livingstone; 1977.
Gori G. Morfologia e modellazione dentale. Milano: Edi-Ermes; 2000. Tallec P. Atlas de morphologie. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Hodson JT. Human tooth morphology. Seattle: University of Washington Stomatologie, 22-003-A-10, 1964.
School of Dentistry; 1980. Tallec P. Anatomie dentaire. Cours de morphologie et technologie appliquées
Jordan RE,Abrams L. Kraus’dental anatomy and occlusion. St Louis: Mosby à l’art dentaire. Aix-en-Provence: Ifosupd; 1983.
CV; 1992. Woelfel JB. Dental anatomy. Philadelphia: Lippincott Williams and Wilkins;
Katoaka S, Nishimura Y, Sadan A, Kataoka S. Nature’s morphology: an atlas 1997.
of tooth shape and form. Chicago: Quintessence Publishing Co Inc; Zeisz RC, Nuckolls J. The form and function of the permanent teeth. St Louis:
2002. CV Mosby; 1949.

J. Romerowski, Ancien professeur (jeanromerowski@mac.com).


G. Bresson, Ancien attaché de consultation.
19, rue du Colisée, 75008 Paris, France.

Toute référence à cet article doit porter la mention : Romerowski J., Bresson G. Morphologie dentaire de l’adulte : molaires. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),
Médecine buccale, 28-005-H-13, 2011, Stomatologie, 22-003-A-13, 2012.

Disponibles sur www.em-consulte.com


Arbres Iconographies Vidéos / Documents Information Informations Auto- Au
décisionnels supplémentaires Animations légaux au patient supplémentaires évaluations quotidien

18 Stomatologie

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)
Cet article comporte également le contenu multimédia suivant, accessible en ligne sur em-consulte.com et
em-premium.com :

1 autoévaluation
Cliquez ici

1 « Au quotidien »
Cliquez ici

© 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 18/06/2012 par SCD Paris Descartes (292681)

Intereses relacionados