Está en la página 1de 20

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬


Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université M’Hamed Bougara Boumerdes

Exposé
En vue de l’obtention du diplôme de Licence

Département : Génie des procédés


Option : Génie des procédés

THEME
EXTRACTION DES HUILES
ESSENTIELLES
Présenté par : Mlle Bouzid Imene
Mlle ferkal sarra
Groupe : LGP15/C

Page 1

Promotion 2018
introduction
Introduction
Depuis l’antiquité les plantes médicinales et aromatiques sont utilisées comme tous les
végétaux en médecine, en parfumerie, en cosmétique et pour l’aromatisation culinaire. Leur
usage est rapporté de la civilisation égyptienne, qui recherchait au Liban les produits extraits du
cèdre afin d’embaumer les momies. Les propriétés thérapeutiques des huiles essentielles a été
connu en Europe vers le XI siecle.et à partir du XVᵉ siècle, l’usage des huiles essentielles est
largement répandu [1].

De nos jours, il est devenu difficile de trouver une analyse en recherche ou en industrie qui,
directement ou indirectement n’utilise pas l’extraction.

De nombreux végétaux contiennent des substances odorantes, volatils et peu soluble dans
l’eau appelées « huiles essentielles », celles-ci sont à l’origine de l’odeur parfumé des plantes.
Ces espèces possèdent des propriétés biologiques uniques intéressantes, très vite ces composés
ont intéressé les diverses industries. Ainsi plusieurs techniques ont été mise au point pour
l’isolement de ces constituants selon ses caractéristiques et sa localisation spécialisée de
différentes parties des plantes (fleur, feuille, tige, écorce, racine, fruit, graine).La principale et la
plus ancienne des techniques usée est la distillation à la vapeur d’eau. L’extraction est une
opération unitaire de séparation elle consiste à retirer une ou des espèces chimiques d’un milieu
solide ou liquide, la diversité et la complexité des huiles essentielles rendent le choix des
méthodes d’obtention délicat, ces méthodes la dépend de la partie botanique utilisée et de sa
fragilité, cependant ça affectera un impact sur la qualité de l’huile extraire qui elle-même
déterminera son utilisation ultérieur.

Quel que soit le secteur d’activités, l’étude des huiles essentielles reste une étape
importante qui, malgré les progrès constants des différentes techniques de séparation et
d’indentification, demeure toujours une opération délicate nécessitant la mise en œuvre
simultanée ou successive de diverses étapes d’extraction. Qu’est-ce qu’une huile essentielle, et
comment l’obtenir ?

Page 2
introduction
I. Les Huiles Essentielles
I-1 Historique
Les plantes ont toujours été utilisées par les hommes pour se soigner, les premières preuves
de fabrication et d’utilisation des huiles essentielles datent de l’an 3000 avant J.C. environ [2].Il
existe d’autre traces qui témoignent l’évolution de ces pratiques. Les huiles essentielles semblent
donc avoir accompagné la civilisation humaine depuis ses premières genèses. Les égyptiens puis
les grecs et les romains ont employé diverses matières premières végétales pour leurs nécessités
quotidiennes.

En 1866, KEKULE utilisa pour la première fois le terme « terpènes » désignant la classe
des constituants la plus répondus dans les huiles essentielles

À la fin du XIXème siècle les essences livrent progressivement leurs secrets depuis
l’avènement de la chimie organique. [3]

En 1928, René-Maurice Gatte fossé, crée le terme d'aromathérapie. Et en 1937, il leur


consacre un ouvrage « aromathérapie-les huiles essentielles, hormones végétales ».

I-2 Définition Et Généralités

Qu’est-ce que une huile essentielle ?il est difficile de donner une seule définition, car « il
n’y a pas une réponse mais des réponses à cette question » [4].En effet la notion d’huile
essentielle peut varier avec le point de vue de 4 personnes de différent formation
professionnelles ; des botanistes, des phytochimistes, des industriels, et des parfumeurs. [5]

L’association française de normalisation (AFNOR) définit une huile essentielle comme un


mélange de composés lipophiles, volatils et souvent liquides, stockés dans certains tissus
végétaux spécialisés. Extraites de la plante grâce à des procédés physique, les huiles essentielles
sont responsables de l’odeur qui caractérise la plante. [6]

La nouvelle Encyclopédie Funk & Wagnalls (2004) décrit les huiles essentielles comme
des « liquides volatils, la plupart du temps insolubles dans l’eau, mais librement solubles dans
l’alcool, l’éther et les huiles végétales et minérales. Elles sont habituellement non huileuses au

Page 3
introduction
contact de la peau. Leurs composants peuvent être regroupés en six classes selon leur structure
chimique :

 Les hydrocarbures, tel que le limonène dans l’huile de citron;

 Les alcools, tel que le bornéol dans le camphrier de Bornéo;

 Les esters, tel que le salicylate de méthylique dans l’huile de wintergreen;

 Les aldéhydes, tel que l'aldéhyde benzoïque dans l’huile d’amandes amères;

 Les cétones, telle que la menthone dans l’huile de menthe poivrée;

 Les lactones et oxydes, telle que la coumarine des haricots de Tonka. ».

D’après les définitions précédentes, les HEs ou bien les essences sont des substances
volatiles, odorantes, concentrées, inflammable, liquides huileuses non grasses comme celles
utilisées dans l’alimentation [7].Leur moyen d’obtention est l’extraction soit par entraînement à
vapeur d’eau, soit par autre techniques physique à partir d’une matière première végétale
botaniquement définie. Utilisées dans certains médicaments, en parfumerie, en phytothérapie, en
cosmétologie ou comme agent de saveur dans l’alimentation.

I-3 Répartition et localisation des HEs dans la plante


Les huiles essentielles se trouvent dans tous les végétaux aromatiques où se présentent
sous forme de très fines vésicules située dans le cytosol des cellules où, soit elles se ressemblent
en gouttelettes comme la plupart des substances lipophiles, soit elles s’accumulent dans les
vacuoles des cellules épidermiques ou des cellules du mésophile de nombreux pétales. Dans une
même plante les essences peuvent être présentés à la fois dans différents organes végétaux, leur
composition chimique pouvant varier selon sa localisation par exemple deux huiles essentielles
différentes pour la feuille et la fleur du citronnier. [8]

I-4 Composition Chimique


La composition chimique des HEs varie suivant divers facteurs, l’environnement, le
génotype, l’origine géographique, le lieu et la période de récolte, la partie de la plante utilisée,

Page 4
introduction
l’âge de la plante, le séchage, lieu de séchage, la température et la durée de séchage, les parasites,
les virus et les mauvaises herbes. [9]

Les huiles essentielles sont des mélanges complexes et variables de constituants qui
appartiennent de façon quasi-exclusive, à deux groupes : les groupes des terpènoïdes et le groupe
des composés aromatiques dérivés du phénylpropane.

Elles peuvent renfermer jusqu’à Plusieurs centaines de substances chimiques différentes. Les
plus fréquemment rencontrés sont les alcools (phénols et sesquiterpénols), les hydrocarbures, les
cétones, les aldéhydes terpéniques, les Esters, les éthers, les terpènes et les oxydes. Une partie
des composants alcooliques et phénoliques peut être estérifiée avec des acides carboxyliques,
très souvent avec l’acide acétique. Bien que généralement ces esters ne soient présente qu’en
faible quantité, ce sont souvent eux qui déterminant la finesse caractéristique de l’odeur d’une
HE. [10]

On peut déterminer la composition des huiles essentielles par la chromatographie en phase


gazeuse (CPG), c’est la technique la plus utilisée, car elle permet de faire une analyse complète
de plus d’une centaine de molécules chimiques que contient l’huile.

Le spectromètre de masse (SM), que l’on associe souvent à la chromatographie (CPG-SM),


permet lui d’obtenir la composition précise de l’huile essentielle.

Et une autre méthode spectroscopique, dite résonance magnétique nucléaire du Carbone-13

I-4-1 Les terpènoïdes


Les terpènoïdes sont des hydrocarbures de nature terpénique(C5H8), Seuls les terpènes les
plus volatils dont la masse moléculaire n’est pas trop élevée (monotèrpenes et sesquiterpènes)
sont rencontrés dans la composition des huiles essentielles [11].

a) Les monotèrpenes C10


Ce sont des hydrocarbures volatiles présents dans la quasi-totalité des huiles essentielles ;
ils peuvent être acycliques (myrcène, ocimène) monocycliques (α-terpène, ρ-cymène..) ou
bicycliques (pinène, sabinene, camphène,..).

Page 5
introduction

Figure 1. Exemples de structures de monoterpenes

b) Les sesquiterpènes C15


Sont souvent représentés en faibles quantités dans les essences, formés de trois unités
isopréniques et de formule moléculaire (C15H24). Ils ont le rôle connu d'agent de défense
(biocide) contre des organismes extérieurs à la plante.

Figure 2. Exemples de structures de sesquiterpènes

I-4-2 Les composés aromatiques


De manière moins systématique que les terpènoïdes, une autre famille chimique est
fréquemment rencontrée parmi les composés volatils. Il s'agit des dérivés du phénylpropane qui
empruntent une voie biosynthétique différente de celle des terpènes. Parmi les composés

Page 6
introduction
aromatiques les plus fréquents dans les huiles essentielles.

 les aldéhydes cinnamiques, cuminiques et anisiques ;

 les phénols et éthers (thymol, carvacrol, eugénol) ;

 les alcools (linalol).

I-4-3 Les Composés d'origines diverses


De faibles quantités de composés acycliques non terpéniques et de poids moléculaires peu
élevés peuvent se retrouver dans certaines huiles essentielles (alcools, aldéhydes, cétones, etc.).

I-5 Propriétés physico-chimiques


o A température ambiante la plupart les huiles essentielles sont liquides, et à basse
température, certaines cristallisent comme Menthe des champs.

o Leur volatilité les oppose aux « huiles fixes ». Elle est liée à leur caractère odorant et elle
leur donne la possibilité d’être obtenues par entraînement à la vapeur.

o très solubles dans les huiles grasses (meilleur solvant), et solubles dans l’alcool, les
graisses, l’éther et la plupart des solvants organiques mais ne se dissolvent pas dans l’eau.

o Elles sont plus légères que l’eau.

o Elles peuvent être colorées (la plupart sont incolores).

o Elles sont altérables, sensibles à l’oxydation, mais ne rancissent pas. Elles ont tendance à
se polymériser pour former des produits résineux. Leur conservation doit se faire à l’abri
de la lumière (flacons en verre fumé) et de l’humidité.

o leur point d'ébullition se situé entre 60° et 240°C.

I-6 Le rôle des huiles essentielles dans le végétal


Les essences permettent aux plantes de s’adapter à leur environnement et assurer leur
ultime défense, elles jouent plusieurs rôles écologiques :

Page 7
introduction
 Interaction plante-plante (inhibition de la germination et de la croissance.

 Interaction plante-animale, pour leur protection contre les prédateurs. [12]

Et aussi elles favorisent la pollinisation en attirant les insectes pollinisateurs. [13]

I-7 Utilisation des huiles essentielles


Les HEs sont utilisées dans nombreux domaine tels que la parfumerie, cosmétologie, en
agro-Alimentaire et dans plusieurs autres terrains, les essences sont utilisées également pour
leurs différentes propriétés et effet thérapeutiques divers.

I-7-1 En aromathérapie
Aromathérapie vient du grec mot aroma, « odeur » et thérapie, « soins ».il s’agit de soigner
à l’aide des principes odoriférants. L’aromathérapie fait partie intégrante de la phytothérapie
(phytos, « plante »). [14]

I-7-2 En industrie agro-alimentaire


Les huiles essentielles sont utilisées en industrie alimentaire comme agents naturels de
conservation, et ça est due à la présence des composés ayant des propriétés antimicrobiennes at
anti oxydante [15].Comme elles peuvent aussi être utilisées pour apporter la saveur (arome
raffiné au café, thé, vins, pâtisserie...).

I-7-3 En industries pharmaceutiques et cosmétiques


Les HEs entrent dans la fabrication des produits pharmaceutiques, en raison de leurs
propriétés thérapeutiques. Elles sont utilisées comme matières premières pour la synthèse des
principes actifs médicamenteux, et dans celle des parfums, des produits de toilette, cosmétiques,
des savons, en raison de leurs propriétés aromatiques. [16]

I-8 Toxicité des huiles essentielles

Les HEs sont des produits naturels très complexe qui contiennent plusieurs composés
différents qui ne peuvent pas être utilisé sans risque, et ce n’est pas forcement parce qu’elles sont
naturelles qu’elles ne sont pas toxiques. [1]

Page 8
introduction
II. Extraction des huiles essentielles
II-1 Procédé d’extraction
Le procédé d’obtention de l’huile essentielle intervient de façon déterminante sur sa
composition chimique [17]. Pour cela, différents paramètres et propriétés sont à prendre en
compte.

II-2 Principaux paramètres d’extraction


Les principaux paramètres à prendre en compte dans les opérations fondamentales
d’extraction de matières premières naturelles aromatiques sont :

− La volatilité ;
− La solubilité ;
− La taille et la forme des molécules constitutives ;
− L’adsorption.

II-3 Technique d’extraction


Il existe plusieurs techniques pour extraire les huiles essentielles mais les plus utilisée sont
l'entraînement par la vapeur et l'hydro distillation. Le choix de la méthode se fait en fonction de
la nature de la matière végétale à traiter.

II-3-1 L’hydrodistillation
L’hydrodistillation est la technique la plus ancienne et la plus utilisée. Elle consiste à
immerger la biomasse végétale dans un bain d'eau avec quelques morceaux de pierre ponce,
ensuite à l'ébullition La vapeur d'eau et l'essence libérée par la matière végétale forment un
mélange non miscible. Les composants d'un tel mélange se comportent comme si chacun était
tout seul à la température du mélange, c'est à dire que la pression partielle de la vapeur d'un
composant est égale à la pression de vapeur du corps pur. Quand le mélange passe dans le
réfrigérant, l’eau se condense, elle est ensuite récupérée dans une ampoule à décanter ou il est
possible de distinguer 2 phases bien distinctes: l’huile essentielle et l’eau aromatique (ou
hydrolat) chargée des espèces volatiles contenues dans les plantes et ayant une densité plus

Page 9
introduction
élevée. Après avoir laissé reposer le contenu quelques secondes, il est possible d’éliminer
totalement l’eau aromatique.

Cette méthode est simple dans son principe et ne nécessite pas un appareillage coûteux.
Cependant, à cause de l'eau, de l'acidité, de la température du milieu, il peut se produire des
réactions d'hydrolyse, de réarrangement, d'oxydation, d'isomérisation, etc. qui peuvent très
sensiblement conduire à une dénaturation.

II-3-2 Hydrodiffusion
Cette technique relativement récente est particulière. Elle consiste à faire passer, du haut
vers le bas et à pression réduite, la vapeur d'eau à travers la matrice végétale. L'avantage de cette
méthode est d'être plus rapide donc moins dommageable pour les composés volatils. Cependant,
l'huile essentielle obtenue avec ce procédé contient des composés non volatils ce qui lui vaut une
appellation spéciale: « essence de percolation » [18].

II-3-3 Entrainement à la vapeur d’eau


C’est la méthode la plus courante et la plus ancienne, permet la séparation de deux phases:
l’huile essentielle et l’eau aromatique. Le matériel végétal ne macère pas directement dans l'eau.
Il est placé sur une grille perforée à travers dans laquelle passe la vapeur d'eau, puis cette vapeur
endommage la structure des cellules végétales et libère ainsi les molécules volatiles qui sont
ensuite entraînées vers le réfrigérant. Cette méthode apporte une amélioration à la qualité de
l'huile essentielle en minimisant les altérations hydrolytiques.

Les vapeurs saturées en composés organiques volatils sont condensées et récupérées par
décantation, les phénomènes intervenants lors de l’entrainement à la vapeur seraient l’osmose et
la diffusion libre.

D’une façon générale, l’hydrodistillation, de même que l’entrainement à la vapeur,


engendrent des réactions d’isomérisation, de saponification ou de polymérisation. Par ailleurs, le
temps de distillation affecte la composition de l’huile essentielle dans la mesure où
l’Hydrodiffusion des composés volatils présents dans les tissus végétaux à travers les parois
cellulaires constitue l’étape limitante du processus. Le mélange huile essentielle–eau est recueilli

Page 10
introduction
Par un col de cygne et refroidi dans un condenseur : la séparation se fait le plus souvent par

Simple décantation dans un vase florentin.

II-3-4 Extraction par solvant


Cette technique est rarement utilisée( coûteuse), elle est employée surtout pour extraire les
huiles sur des plantes fragiles mais très parfumées comme le jasmin, elle permet d'obtenir une
solution homogène « d'huile essentielle », donc de plus grande quantité que celle obtenu grâce à
l'hydrodistillation Avec l’extraction par solvant il est possible d’obtenir des absolus (substance
qui a une bien plus grande qualité olfactive odorante) ou des rétinoïdes (substances solides ou
semi-solides « transpirée » par un arbre ou par une plante blessée),Cette technique procédée en 3
étapes :

1. mettre tous d’abord en présence les plantes et le solvant choisi, puis laisser le tout
macérer pendant environ une semaine. A la fin de la semaine, il faut filtre le mélange
obtenu et récupérer que le solvant qui contient maintenant des molécules odorantes.

2. Ensuite, faire bouillir le mélange obtenu afin de laisser le solvant s’évaporer : en effet, il
est possible de le faire car la température d’ébullition du solvant est inférieure à celle de
l’huile essentielle. La substance obtenue est appelée « concrète ».

3. cette étape consiste à purifier la concrète c’est le procédé par lavage, ou il faut mettre en
contact de l’alcool et le mélange pendant quelques jours.

Après évaporation de l’alcool, il reste substance très odorante, encore plus qu’une huile
essentielle, C’est un absolu.

II-3-5 Extraction par expression


Utilisée surtout pour les agrumes, C’est une méthode assez simple qui consiste à écraser
mécaniquement les poches à essences (souvent au niveau de l’écorce ou le fruit) pour recueillir
un mélange d’essences odorantes et l’eau.

Page 11
introduction
II-3-6 L'enfleurage à chaud
Il convient de chauffer une graisse animale clarifiée (à défaut de la vaseline ou de la
paraffine, substances plus modernes) dans une chaudière en cuivre à 60 degrés. Les plantes y
sont incorporées et détrempées pendant 12 à 24 heures. Afin d’obtenir un résultat de qualité, il
faut pressurer les plantes et remplir de nouveau la chaudière. Ce processus est répété autant de
fois que nécessaire pour assurer le passage d’un maximum d’arômes dans la graisse. Ensuite une
opération de filtration est nécessaire pour séparer la graisse des fleurs. Une pâte parfumée
appelée « pommade » qui va être traitée avec la même technique d’extraction que pour un
enfleurage à froid.

III. Contrôle analytique des huiles essentielles


Les principales méthodes d’analyse des huiles essentielles sont :

III-1 Chromatographie en phase gazeuse


Cette technique chromatographique permet d’analyser différents types d’échantillons
(solides, liquides ou gazeux) à la seule condition que la molécule visée puisse être mise sous
phase gazeuse. L’échantillon liquide est transformé sous forme gazeuse au niveau de l’injecteur
par chauffage .il est alors pris en charge par un vecteur gazeux inerte, ce dernier entraine
l’échantillon gazeux et le fait pénétrer dans une colonne, elle-même enfermée dans un four à
température programmable.

Cette colonne peut être de deux types : colonne remplie ou colonne capillaire .dans le cas
des huiles essentielles, les colonnes capillaires semblent plus adaptées (AFNOR et articles).Ces
colonnes capillaires sont en métal, verre ou, plus souvent, en silice fondue. Sur la paroi interne
de cette colonne il y a une phase stationnaire elles arrivent à l’extrémité de la colonne après un
certain temps, différents suivant les substances, elles sont alors détectées et enregistrées.

La CPG permet donc de séparer un mélange gazeux complexe par une succession continue
d’équilibre entre PMG et PS.

Page 12
introduction

Figure 3.Chromatographie en phase gazeuse

III-2 Spectrométrie de masse


L’échantillon à analyser est injecté dans chambre ou il est ionisé. Dans le SM, les ions sont
séparés selon leur relation « masse/charge=m/z » à l’aide d’un champ magnétique ou électrique.
Il s’agit le plus souvent de quadruples ou de trappes à ion.

La source d’ionisation peut être chimique ou par impact d’électrons. Dans ce cas appareil utilise
l’ionisation par impact d’électrons créés à un filament puis attirés par un collecteur réglé à 70eV.
Ainsi les ions créés sont alors dirigés vers l’analyseur de masse. Il existe plusieurs types
d’analyseurs. Dans ce cas cet appareil est équipé d’une trappe à ions. Les ions produits sont donc
séparés, et un multiplieur d’électron peut alors comptabiliser les ions et générer des spectres de
masse. La trappe est chauffée, nous devrons sélectionner la température de détection.

Le chromatographe utilisé était le modèle 3900, de la société VARIAN couple à un


spectromètre de masse, modèle SATURN 2100T, également de la société VARIAN. Le couplage
de CPG et de la SM, est rendu possible du fait que ces deux techniques nécessitent une
température élevée, et une très faible quantité d’échantillon à l’état gazeux. La principale
difficulté rencontrée lors de e couplage est due à la grande différence de pression.

Page 13
introduction

Figure 4.Spectrométrie de masse

Page 14
Conclusion
Conclusion

L'huile essentielle est constituée de plusieurs molécules chimiques de synthèse naturelle.


Ces molécules sont différentes selon la nature de la plante et le sol dans lequel la plante va
croître.

Ces dernières années, le secteur des huiles essentielles a bénéficié d’une croissance rapide,
soutenue en particulier par l’étendue et la diversité des secteurs d’application de ces extraits
naturels. Elles sont utilisées, pendant de nombreux siècles dans la plupart des Civilisations, à des
fins religieuses, cosmétiques et médicales. Aujourd’hui, ces extraits de plantes sont encore
largement utilisés et ont une importance considérable dans le commerce international.

En Algérie, la plupart des plantes aromatiques et médicinales pour en extraire des huiles
essentielles destinées à la fabrication de produits cosmétiques et pharmaceutiques ainsi que des
arômes pour produits alimentaires n’est pas très répandue. Malgré, l’Algérie dispose d’une vaste
étendue de forêts et de champs où l’on peut s’approvisionner d’une bonne variété de plantes.
Malheureusement, l’intérêt est peu manifeste y compris de la part des connaisseurs. Pourtant,
leurs bienfaits sont nombreux, notamment sur la santé (antiseptique, bactéricide,
immunostimulante, décongestionnante, etc.)

Il existe cependant quelques opérateurs privés qui, avec peu de moyens mais beaucoup de
volonté et un certain savoir-faire tentent de proposer sur le marché algérien des produits de
qualité.

Page 15
Sommaire

Sommaire
Abréviation.

Introduction .................................................................................................................................... 1

I. Les Huiles Essentielles ............................................................................................................ 3

I-1 Historique ................................................................................................................................... 3

I-2 Définition Et Généralités ............................................................................................................ 3

I-3 Répartition et localisation des HEs dans la plante ...................................................................... 4

I-4 Composition Chimique ............................................................................................................... 4

I-4-1 Les terpènoïdes ................................................................................................................... 5

a) Les monotèrpenes C10 ..................................................................................................... 5

b) Les sesquiterpènes C15 .................................................................................................... 6

I-4-2 Les composés aromatiques ................................................................................................. 6

I-4-3 Les Composés d'origines diverses ...................................................................................... 7

I-5 Propriétés physico-chimiques ..................................................................................................... 7

I-6 Le rôle des huiles essentielles dans le végétal ............................................................................ 7

I-7 Utilisation des huiles essentielles ............................................................................................... 8

I-7-1 En aromathérapie ................................................................................................................ 8

I-7-2 En industrie agro-alimentaire. ............................................................................................ 8

I-7-3 En industries pharmaceutiques et cosmétiques... ............................................................... 8

I-8 Toxicité des huiles essentielles ................................................................................................... 8

II.Extraction des huiles essentielles .............................................................................................. 9


Sommaire
II-1 Procédé d’extraction .................................................................................................................. 9

II-2 Principaux paramètres d’extraction ........................................................................................... 9

II-3 Technique d’extraction .............................................................................................................. 9

II-3-1 L’hydrodistillation. ............................................................................................................ 9

II-3-2 Hydrodiffusion ................................................................................................................ 10

II-3-3 Entrainement à la vapeur d’eau ....................................................................................... 10

II-3-4 Extraction par solvant...................................................................................................... 11

II-3-5 Extraction par expression ................................................................................................ 11

II-3-6 L'enfleurage à chaud........................................................................................................ 12

III.Contrôle analytique des huiles essentielles ........................................................................... 12

III-1 Chromatographie en phase gazeuse ....................................................................................... 12

III-2 Spectrométrie de masse .......................................................................................................... 13

Conclusion....................................................................................................................................14

Référence bibliographique.
Abréviation

AFNOR : Association française de Normalisation.

HE : huile essentielle.

CPG : chromatographie en phase gazeuse

SM : Spectrométrie de masse.

PMG : phase mobile gazeuse.

PS : phase stationnaire.
Référence Bibliographique

[1] Martini.M.C., Seiller.M., 2006.-actifs et additifs en cosmétologie. Ed Lavoisier .P190-195.

[2] F .Bardeau, La médecine aromatique. Robert Laffont, Paris, 1976.

[3] Valnet J. ,1980. Aromathérapie : traitement des maladies par les essences des plantes .Paris,
Maloine, p542

[4] Naves, Y, R., 1964.Qu’est-ce qu'une huille essentielle. Paris, Masson.

[5] Belaiche P., 1979. L’aromatogramme : Traité de phytothérapie et d'aromathérapie, Tme


1.M.S.A Editeur, Paris, p 204.

[6] Association Française de Normalisation, huiles essentielles, Tome2, Monographies


relatives aux huiles essentielles. 6iéme édition. AFRON, Paris, 2000.

[7] Dumortier D., 2006. Contribution à L'amélioration de la qualité de huile essentielle


d'ylangylang (Cananga odorata (Lamarack) J.D. Hooker et Thomson,(varieté genuina) des
comores. Mémoire d'ingénieur, Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux,
Belgique, p91.

[8] A.Baaliouamer ; thèse de Doctorat Es-science, U.S.T.H.B, Alger, Juin 1987.

[9] Smallfield, 2001 ; Merghache et al. 2009 ; Atik Bekkara et al., 2007

[10] Anton R., Lobstein A., 2005. Plantes aromatiques: épices, aromates, condiments et huiles
essentielles. Paris, Lavoisier, p225. (Technique et Documentation).

[11] Bruneton J., (1995-1999). Pharmacognosy, phytochemistry, medicinal plants.


Paris,Lavoisier, p915. (Technique et Doumentation).

[12] fouché et al2008

[13] BRUNETON, 1999

[14] Festy D., 2005. 100 Réflexes d'aromathérapie : je me soigne avec les huiles
essentielles.Paris, Leduc S., p120.(Bon Plan).
Référence Bibliographique

[15] Conner D.E., 1993. Naturally occurring compounds: antimicrobials in foods New York,
Davidson In P. & Branen A.L., p 468.

[16] Turgeon M, 2001. Profil des produits forestier - première transformation: huiles essentielles
Québec, Ministère des Ressources naturelles - direction du développement des produits
forestiers, p 16.

[17] Garnero M.J., 1977 Problèmes rencontrés au cours de l'étude de la composition chimique
des huiles essentielles. Parfums cosmétiques aromes, vol.14, p.31-40.

[18] Franchomme et al. 1990 ; Richard, 1992.