Está en la página 1de 9

J Fr. Ophtalmol.

, 2008; 31, 4, 387-395 ARTICLE ORIGINAL


© 2008. Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Effet de la corticothérapie sur la production


des interleukines 8, 12 et du monoxyde d’azote
au cours des uvéites Behçet et idiopathique
H. Belguendouz (1), D. Messaoudene (1), D. Hartani (2), L. Chachoua (3), M.L. Ahmedi (1),
K. Lahmar-Belguendouz (1), O. Lahlou-Boukoffa (4), C. Touil-Boukoffa (1)

(1) Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire. Faculté des Sciences Biologiques. USTHB Bab Ezzouar, Alger, Algérie.
(2) Clinique Ophtalmologique, CHU Mustapha, Alger, Algérie.
(3) Service d’Ophtalmologie, CHU Naffissa Hamoud, Alger, Algérie.
(4) Service d’Ophtalmologie, CHU Ibn Rochd, Annaba, Algérie.
Correspondance : H. Belguendouz, Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire, Faculté des Sciences Biologiques, USTHB, El Alia, BP32, 16100, Alger, Algérie.
E-mail : houdabelbi@yahoo.fr
Reçu le 9 juillet 2007. Accepté le 30 janvier 2008.

Effect of corticotherapy on interleukin-8 and -12 and nitric oxide production INTRODUCTION
during Behçet and idiopathic uveitis

H. Belguendouz, D. Messaoudene, D. Hartani, L. Chachoua, M.L. Ahmedi, K. Lahmar- L’uvéite est une inflammation pouvant
Belguendouz, O. Lahlou-Boukoffa, C. Touil-Boukoffa atteindre toutes les structures intra-
J. Fr. Ophtalmol., 2008; 31, 4: 387-395
oculaires [1]. D’étiologie très diverse,
l’uvéite peut être d’origine infectieuse, 387
Objectives: To investigate the effect of corticotherapy on IL-8, IL-12, and nitric oxide (NO)
inflammatoire, parasitaire, virale ou
production during idiopathic and Behçet active uveitis.
Methods: Peripheral venous blood was drawn from 70 patients with active uveitis before and
médicamenteuse [2, 3]. Elle reste ce-
during corticotherapy (32 with Behçet uveitis and 38 with idiopathic uveitis) and from 30 controls. pendant idiopathique dans près de
Plasma was collected and peripheral blood mononuclear cells were separated immediately and 60 % des cas [1]. La thérapie de
cultured with or without Concanavaline A. IL-8 and IL-12 levels in plasma and culture super- l’uvéite dépend de son étiologie. En ef-
natants were measured by specific enzyme-linked immunosorbent assay (ELISA). Nitric oxide fet, les uvéites d’origine infectieuse
levels were evaluated using a modified Griess method. sont traitées par des molécules dirigées
Results: Before therapy, the two groups of patients showed highly significant elevation of IL-8,
IL-12, and NO levels compared to control subjects. During therapy, IL-8 and nitric oxide levels
contre l’agent pathogène. En revan-
were significantly lower in active idiopathic and Behçet active uveitis both in vivo and in vitro. che, les uvéites d’origine inflamma-
This effect was correlated with therapy duration. In contrast, while significant reduction of IL- toire sont traitées par corticothérapie,
12 levels was observed both in vivo and in vitro in idiopathic active uveitis during therapy, this per os ou en bolus et/ou par des im-
effect was observed in vitro in Behçet active uveitis but not in vivo. munosuppresseurs [1, 4, 5].
Conclusion: Our results suggest that IL-8, IL-12, and NO are involved in the physiopathological L’uvéite peut être isolée ou asso-
mechanisms of idiopathic and Behçet uveitis. These three molecules showed different degrees
of sensitivity to the inhibitory effect of corticoids, reflecting their different regulation by cor-
ciée à des manifestations systémi-
ticotherapy during active phases of the two diseases. According to our study, IL-8 can serve ques. Ainsi, l’uvéite est une des plus
as a marker of inflammatory responses, while IL-12 should be used as a marker of the specific sérieuses expressions du syndrome
immune responses during active uveitis. de Behçet. Cette maladie, fréquente
Key-words: IL-8, IL-12, nitric oxide, idiopathic uveitis, Behçet uveitis. dans le bassin méditerranéen et dont
l’étiologie reste incertaine, est carac-
Effet de la corticothérapie sur la production des interleukines 8, 12 et du térisée par une vascularite multi-
monoxyde d’azote au cours des uvéites Behçet et idiopathique systémique chronique. Ses signes
Objectifs : Notre travail porte sur l’étude de l’effet de la corticothérapie sur la production des majeurs sont une aphtose buccale,
interleukines 8, 12 et du monoxyde d’azote (NO) au cours des uvéites Behçet et idiopathique. une ulcération génitale, une uvéite
Méthodes : Le sang périphérique veineux a été obtenu à partir de 38 patients atteints d’uvéite antérieure et/ou postérieure et des
idiopathique active, de 32 patients atteints d’uvéite Behçet active avant et pendant la cortico- lésions cutanées. L’inflammation ocu-
thérapie et de 30 sujets sains. Après la collecte du plasma, les cellules mononucléées du sang laire est généralement bilatérale. La
périphérique ont été séparées immédiatement et mises en culture en présence ou en absence
vascularite rétinienne occlusive re-
de phytohémagglutinine A (PHA). Les concentrations des interleukines 8 et 12 (IL-8 et IL-12)
ont été mesurées dans le plasma et les surnageants de culture par dosage immuno-enzyma- trouvée chez 30 à 40 % des patients
tique spécifique (ELISA sandwich). Les taux du NO sont estimés par une méthode de Griess conduit à la cécité 10 à 20 % des cas
modifiée. [6].
H. Belguendouz et coll. J. Fr. Ophtalmol.

Résultats : Avant thérapie, les deux catégories de patients ont montré, in vivo et in vitro, une augmentation très significative des taux des IL-8,
IL-12 et du NO chez les patients atteints d’uvéite idiopathique et Behçet par comparaison aux sujets sains. Les taux de l’IL-8 et du NO ont montré
une diminution significative, in vivo et in vitro, suite à l’administration des corticoïdes aux deux catégories de patients. De même, in vitro, l’IL-12
a montré une diminution significative après administration des corticoïdes au cours des deux pathologies. À l’inverse, les taux plasmatiques d’IL-
12 ont significativement diminué au cours de l’uvéite idiopathique. Cet effet n’a pas été observé chez les patients atteints d’uvéite Behçet.
Conclusion : Nos résultats suggèrent l’implication des cytokines : IL-8 et IL-12 et du monoxyde d’azote dans les mécanismes physiopathologiques
des uvéites idiopathique et Behçet. Chacune de ces molécules a montré une sensibilité spécifique à l’action des glucocorticoïdes reflétant des voies
de régulations différentes sous l’action de la corticothérapie au cours des deux pathologies. Notre étude indique dans sa globalité que l’IL-8 pourrait
servir de marqueur inflammatoire. À l’inverse, l’IL-12 constituerait un marqueur de la réponse immunitaire spécifique des phases aiguës des uvéites.

Mots-clés : L-8, IL-12, monoxyde d’azote, uvéite idiopathique, uvéite Behçet.

Durant l’uvéite, de nombreux types cellulaires infil- monaires humaines CV-1 et A549 [21, 22]. À travers
trants ou résidents peuvent participer à l’initiation et à ces études, il a été rapporté un effet inhibiteur des glu-
l’exacerbation de la réponse inflammatoire locale et sys- cocorticoïdes sur les réponses inflammatoires [23, 24].
témique. La composition de l’infiltrat cellulaire varie Toutefois, il apparaît, et selon les pathologies, que cer-
selon l’étiologie de l’uvéite. Elle reste cependant hété- tains sujets sont parfois réfractaires à ce type de théra-
rogène et comporte tous les types cellulaires [7, 8]. Les pie [25, 26]. De plus, peu d’études ont porté sur l’effet
cellules impliquées dans la réponse immunitaire peu- de la corticothérapie sur l’expression des immunomo-
vent agir directement ou par le biais de médiateurs so- dulateurs (cytokines, NO) chez les patients en général
lubles tels que les cytokines et les anticorps. En effet, et chez les patients atteints d’uvéites en particulier. À
certaines études ont montré une augmentation de la cet effet, trois molécules ont été testées et choisies pour
production de nombreuses cytokines telles que l’IL-2, leur action non négligeable dans les processus inflam-
L’IL-6, l’IL-8, l’IL-12 et le TNF-α [9-11]. Les taux des im- matoires : l’IL-8, marqueur de l’inflammation, l’IL-12,
munoglobulines dirigées contre les protéines oculaires marqueur de la voie Th1 et le NO, marqueur commun
sont également élevés au cours des uvéites [12-14]. de l’inflammation et de la réponse spécifique.
Dans une étude antérieure, notre équipe a pu mettre
en évidence l’augmentation de la production de NO as-
388 sociée à un profil mixte Th1/Th2 chez des patients at- MATÉRIEL ET MÉTHODES
teints de la maladie de Behçet et présentant une uvéite
active [15]. D’autres travaux ont révélé la présence de
quantités significatives de NO dans les larmes des pa- Population
tients atteints de cette affection [16]. Notre étude a porté sur 38 patients atteints d’uvéite
L’IL-8 est une chémokine intervenant principalement idiopathique et 32 patients atteints d’uvéite de type
dans l’activation et le chimiotactisme des neutrophiles Behçet (tableau I). Ces patients ont été hospitalisés aux
[17]. Sa production est augmentée durant les processus services d’Ophtalmologie de trois centres hospitalo-
inflammatoires. Elle est impliquée dans l’immunité universitaires d’Alger (CHU Mustapha Bacha, CHU Nef-
innée et adaptative et représente un marqueur de l’in- fissa Hamoud, CHU Bab El Oued). Le diagnostic de
flammation [18]. L’IL-12 intervient durant l’immunité l’uvéite idiopathique a été posé suite à l’absence de ma-
innée et adaptative. Elle est caractérisée par sa capacité nifestations extra ophtalmiques et des résultats négatifs
d’activation des différentes populations de lymphocytes des tests complémentaires effectués. Le diagnostic de
T CD4+, CD8+ et des cellules NK. Elle agit dans l’orien- la maladie de Behçet a été établi selon les critères du
tation de la réponse immunitaire vers un profil Th1 en groupe international sur la maladie de Behçet ISGBD
induisant la production de l’IFNγ. Le NO apparaît [27]. Les patients ont été mis sous méthylprednisolone
comme une molécule agissant dans la phase effectrice, en bolus à 10 mg/kg/jour. Les patients traités par
mais également dans la régulation des réponses cellu- d’autres molécules (colchicine, cyclophosphamide) ont
laires à travers la nitrosylation des résidus tyrosine de été exclus de l’étude. Les sujets sains (n = 30), recrutés
nombreuses protéines cellulaires impliquées dans le mé- au centre de transfusion sanguine, ont été sélectionnés
tabolisme ainsi que dans la chaîne respiratoire [19]. Il parmi les donneurs volontaires après anamnèse rigou-
est généralement synthétisé par la NOS2 (NO Synthase reuse et examens sérologiques négatifs.
inductible) au cours des réponses immunitaires sous
l’action essentielle de l’IFNγ. Préparation et culture des cellules mononucléées
À l’heure actuelle, l’action des glucocorticoïdes sur le du sang périphérique
système immunitaire a été clairement établie sur mo-
dèle expérimental animal et sur système cellulaire in Le sang veineux périphérique des patients et des sujets
vitro ; plusieurs lignées ont été utilisées : les cellules mo- sains a été prélevé dans des tubes héparinés (0,5 mg/ml)
nonucléées du sang périphérique de donneurs humains puis acheminé immédiatement au laboratoire à + 4 °C.
sains [20], les cellules et les lignées fibroblastiques pul- Après une dilution v/v du sang avec du RPMI 1640
Vol. 31, n° 4, 2008 Effet de la corticothérapie sur la réponse immune au cours des uvéites Behçet et idiopathique

étaient inférieurs à 2 pg/ml pour l’IL-8 et à 4 pg/ml pour


Tableau I l’IL-12.
Caractéristiques des patients et des sujets sains.

Diagnostic Nombre Sexe Âge Type d’uvéite Dosage du monoxyde d’azote


a
(M/F) (année) Bilatérale Panuvéite
Le monoxyde d’azote étant une molécule très instable,
Sujets 28,32 l’estimation de sa production a été réalisée par le do-
sains 30 17/13 – –
[19 ; 34] sage de ses métabolites physiologiquement stables : les
Uvéite 25,23 nitrites et les nitrates. Ce dosage a été effectué par la
Behçet 32 26/4 30/32 25/32 méthode de Griess modifiée. On a additionné 50 μl
[15 ; 38] d’échantillon (plasma ou surnageant de culture) à 25 μl
Uvéite 26,63 de PBS pH 7,2 et 25 μl d’une suspension bactérienne
idio- 38 10/28
[21 ; 45]
26/38 18/38 de Pseudomonas oleovarans ATCC 8062, nitrate réduc-
pathique tase+. Après une incubation à 37 °C pendant 90 minutes,
(a) Les valeurs représentent les moyennes d’âge. Entre crochets appa- les préparations ont été centrifugées à 800 × g
raissent les valeurs maximale et minimale. (3 000 tours/minute), et les surnageants ont été re-
cueillis. Par la suite, les nitrites totaux ont été mesurés
par le dosage colorimétrique de Griess. En bref, 50 μl
de la préparation ont été additionné de 50 μl du réactif
(Sigma, Saint Louis, USA), les cellules mononucléées du de Griess et de 400 μl d’eau distillée. Après 20 minutes
sang périphérique (PBMC) ont été préparées par gra- d’incubation, l’intensité de la coloration a été mesurée
dient de densité sur de l’histopaque (d = 1,077) (Sigma, à 543 nm [15].
Saint Louis, USA). Après une centrifugation à 750 × g
(2 800 tours/minute), les cellules ont été récupérées à
partir de l’interface plasma/histopaque et lavées deux Étude statistique des données
fois avec du tampon phosphate salin (PBS pH 7,2). La comparaison des différentes populations a été effec-
Après une centrifugation à 400 × g (1 500 tours/mi- tuée par le test U de Mann-Whitney. La corrélation a
nute), les PBMC ont été suspendues dans du RPMI 1640 été calculée par le test de Spearman. Les différences 389
à 5 % de sérum de veau fœtal (Sigma, Saint Louis, entre les groupes ont été considérées comme significa-
USA). La viabilité cellulaire a été estimée par le test d’ex- tives lorsque p < 0,05.
clusion du bleu Trypan (viabilité ≥ 98,5 %). Par la suite,
les PBMC ont été mises en culture à une concentration
finale de 106 cellules/ml dans des microplaques de
culture contenant le milieu de culture — RPMI 1640 RÉSULTATS
(Sigma) avec 10 % de sérum de veau fœtal (Sigma),
100 U/ml de pénicilline, 100 μg/ml de streptomycine et Production de l’IL-8 au cours
4 mM de L-glutamine (Sigma) — en présence ou en ab- des uvéites idiopathique et de type Behçet
sence de 10 μg/ml de phytohémagglutinine. Les cultures
L’étude de la production de l’IL-8 a montré une aug-
ont été incubées pendant 24 heures à 37 °C dans une
mentation significative des taux de l’IL-8 chez les deux
atmosphère humide à 5 % de CO2. À la fin de la
catégories de patients in vivo et in vitro. L’administration
culture, celles-ci ont été centrifugées à 800 × g des glucocorticoïdes a induit une diminution significative
(3 000 tours/minute) et les surnageants ont été récupé- de la production de l’IL-8 chez les deux catégories de
rées et conservés à – 80 °C. patients (p < 0,01) (fig. 1).

Dosage des interleukines 8 et 12 Production in vivo


Les taux plasmatiques de l’IL-8 ont montré une aug-
Les taux des interleukines 8 et 12 ont été mesurés par mentation significative (p < 0,001) chez les deux caté-
dosage immuno-enzymatique (technique de l’ELISA gories de patients par rapport aux sujets sains
sandwich) en utilisant des Kits spécifiques à chaque cy- (tableau II). Les patients atteints d’uvéite idiopathique
tokine. La technique est basée sur la double capture de produisent des taux d’IL-8 supérieurs à ceux des sujets
l’antigène par deux anticorps spécifiques. La révélation sains et à ceux des patients atteints d’uvéite de type
de la réaction est faite à l’aide d’un anticorps couplé à Behçet (fig. 1a).
une enzyme qui transforme son substrat en produit co- Les patients en cours de thérapie ont montré une
loré. Le dosage a été effectué selon les recommanda- diminution significative de la production de l’IL-8 pour
tions des producteurs (pour l’interleukine 8, Biotrak, les deux groupes (p < 0,01). Nous notons cependant un
Amersham Biosciences, G.B. et pour l’IL-12, Immuno- effet plus significatif chez les patients atteints d’uvéite
tech, Coulter-Beckman, France). Les seuils de détection idiopathique. En effet, chez ces derniers, les taux sériques
H. Belguendouz et coll. J. Fr. Ophtalmol.

Tableau II
Concentrations plasmatiques d’IL-8, de NO et d’IL-12 chez les patients atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique, avec ou sans thérapie, et chez les sujets sains.

Biomoléculesa Thérapie Catégorie des sujets


Uvéite idiopathique Uvéite Behçet Sujets sains
IL-8 (pg/ml) À la fin 12,66 ± 6
5,76 ± 3,63 –
En cours 174,68 ± 57
Aucune ou début 936,51 ± 186,41 207,1 ± 130,51 0±2
NO (μM) À la fin 79,58 ± 37,83
224,29 ± 50,61 –
En cours 195,83 ± 73,74
Aucune ou début 451 ± 25,88 374 ± 71,59 110,66 ± 49,18
IL-12 (pg/ml) En cours ou à la fin 69,49 ± 17,29 266,75 ± 113,96 –
Sans thérapie 255,25 ± 48,13 143 ± 36,21 4,8 ± 3,3
(a) : Les différentes concentrations sont exprimées en moyennes ± écart type.

diminuent proportionnellement avec la durée de théra- obtenus avec les cultures sans PHA, les teneurs en IL-8
pie (fig. 1a). des surnageants de cultures des PBMC des patients
atteints d’uvéite Behçet après stimulation sont supé-
Production in vitro rieures à celles des autres patients (fig. 1b).
Les profils de production de l’IL-8 obtenus in vitro dans En cours de thérapie, une diminution significative des
les surnageants de culture des PBMC chez les deux ca- concentrations de l’IL-8 en corrélation avec la durée de
tégories de patients sont similaires à ceux obtenus in thérapie a été observée chez les deux catégories de pa-
390 vivo (fig. 1b). En effet, chez les patients sans thérapie, tients avec un effet plus prononcé chez les patients at-
la production de l’IL-8 est significativement augmentée teints d’uvéite Behçet (fig. 1b). Les résultats obtenus
dans les deux modèles pathologiques étudiés en compa- après la stimulation à la PHA montrent des différences
raison aux sujets sains. Nous avons noté une augmen- importantes entre les deux modèles pathologiques. En
tation très significative chez les patients atteints d’uvéite effet, chez les patients atteints d’uvéite idiopathique, la
idiopathique. La présence de la PHA à 10 μg/ml a induit stimulation des PBMC induit une augmentation signifi-
une augmentation significative (p < 0,05) de la produc- cative des concentrations d’IL-8 dans les surnageants de
tion de l’IL-8 chez les patients atteints d’uvéite idiopa- cultures de patients avec ou sans thérapie. En revanche,
thique et d’uvéite Behçet. Contrairement aux résultats chez les patients atteints d’uvéite Behçet, la stimulation

a b

Figure 1 : (a) Concentrations sériques de l’IL-8 dans les sérums des patients atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique avec ou sans thérapie et chez
les sujets sains. (b) Effet de la thérapie sur la production de l’IL-8 in vitro par les PBMC des patients atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique avec
ou sans induction. (SS : sujets sains ; UB : uvéite Behçet ; UI : uvéite idiopathique ; +GC : sous corticothérapie ; Thérapie : + + : en fin, + : en cours,
– : sans ou au début. * : différence significative comparée aux sujets sains).
Vol. 31, n° 4, 2008 Effet de la corticothérapie sur la réponse immune au cours des uvéites Behçet et idiopathique

des cellules induit une diminution significative des tation significative (p < 0,05) comparés à ceux des sujets
concentrations de l’IL-8 chez les patients sous thérapie. sains. Nous n’avons pas observé de différence significa-
Nous avons observé que chez les patients sans thérapie, tive entre les pathologies (tableau II).
l’action de la PHA augmentait significativement la pro- Nous avons noté que les concentrations de l’IL-12 des
duction de l’IL-8. patients sont toujours significativement supérieures à
celles des sujets contrôles et ce, en dépit de l’adminis-
Production du NO au cours des uvéites tration des corticoïdes (p < 0,05). Toutefois, seuls les
idiopathique et Behçet patients atteints d’uvéite idiopathique répondent à la
thérapie avec une diminution significative des taux d’IL-12
L’étude de la production du NO a montré une augmen- (fig. 3a).
tation significative (p < 0,01) de ses taux chez les deux
catégories de patients in vivo et in vitro. Les profils ob- Production in vitro
tenus in vivo sont semblables à ceux de l’IL-8 chez les Le profil de production de l’IL-12 in vitro montre d’im-
deux catégories de patients. Cependant, les résultats portantes différences entre les deux pathologies consi-
obtenus in vitro montrent des différences dans la ré- dérées. En effet, le profil de production de l’IL-12 chez
ponse cellulaire avec ou sans induction avec la PHA chez les patients atteints d’uvéite idiopathique, identique à
les sujets atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique. celui obtenu in vivo, est similaire à celui de l’IL-8 et du
NO avec ou sans thérapie. À l’inverse, le profil de pro-
Production in vivo duction de l’IL-12 chez les patients atteints d’uvéite
Les taux plasmatiques de NO ont montré une augmen- Behçet diffère de celui obtenu in vivo. La stimulation de
tation significative chez les deux catégories de patients cellules en culture par la PHA à 10 μg/ml induit des ré-
en comparaison avec les sujets sains (p < 0,05). Toute- ponses très hétérogènes en fonction de la durée de la
fois, nous n’avons pas noté de différence significative thérapie.
entre les deux pathologies considérées (tableau II). Contrairement aux résultats obtenus in vivo, les taux
L’administration des corticoïdes aux patients réduit si- de l’IL-12 retrouvés dans les surnageants de culture ont
gnificativement les taux de NO (p < 0,05). Nous notons diminué de façon proportionnelle à la durée d’adminis-
cependant un effet plus important chez les patients at- tration des corticoïdes. De même, il apparaît que seuls
teints d’uvéite idiopathique avec un profil identique à les patients en cours de thérapie montrent une aug- 391
celui de l’IL-8 (fig. 2a). mentation significative des taux d’IL-12 après la stimu-
lation des PBMC par la PHA à 10 μg/ml (fig. 3b).
Production in vitro
La production de NO in vitro a montré un profil général
différent de celui de la production de l’IL-8. De plus, la
DISCUSSION
PHA a induit des réponses cellulaires différentes
(fig. 2b).
Les PBMC des patients ont produit des taux significa- Cette étude porte sur l’uvéite idiopathique, pathologie
tivement plus élevés que ceux des sujets sains avec une isolée spécifique d’organe, et l’uvéite de type Behçet,
production significativement plus importante chez les une des manifestations d’une pathologie systémique.
patients atteints d’uvéite idiopathique. Contrairement à Nos résultats ont montré une augmentation significa-
l’IL-8, une augmentation significative du NO est obser- tive in vivo et in vitro des taux de l’IL-8, de l’IL-12 et du
vée chez les patients et chez les sujets sains après sti- NO chez les deux catégories de patients.
mulation des cultures par la PHA (fig. 2b). L’IL-8 est une chémokine intervenant principalement
Après administration de la thérapie, nous notons une dans l’activation et le chimiotactisme des neutrophiles
diminution des taux de NO dans les deux cas (fig. 2b). [17]. Sa production est augmentée durant les processus
Bien que les patients atteints de l’uvéite idiopathique inflammatoires. Elle est impliquée dans l’immunité
aient un profil de production de NO identique à ceux innée et adaptative et représente un marqueur de l’in-
obtenus avec l’IL-8, ceux atteints d’uvéite Behçet mon- flammation [28]. L’augmentation de la production de
trent une sensibilité plus faible à la thérapie. En effet, l’IL-8 que nous avons observée chez les patients reflé-
nous avons noté que la réduction de la production du terait le statut inflammatoire caractéristique des deux
NO n’est significative qu’en présence de PHA (fig. 2b). pathologies. En effet, l’uvéite, par définition inflamma-
tion de l’uvée, est caractérisée par une infiltration cel-
lulaire au niveau des différentes structures oculaires
Production de l’IL-12 au cours des uvéites [29]. Cette infiltration est composée en grande partie
idiopathique et Behçet par des polynucléaires neutrophiles [29, 30]. D’autre
part, l’uvéite est caractérisée également par une activa-
Production in vivo
tion des neutrophiles et par une production importante
Les taux plasmatiques d’IL-12 chez les deux catégories des anions superoxydes [31, 32]. Ces différents phéno-
de patients à leur admission ont présenté une augmen- mènes pourraient être dus en partie à l’augmentation
H. Belguendouz et coll. J. Fr. Ophtalmol.

2a 2b
3a 3b

392

Figure 2 : (a) Concentrations sériques de NO dans les sérums des patients atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique et chez les sujets sains. (b) Effet
de la thérapie sur la production du NO in vitro par les de PBMC des patients atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique avec ou sans induction. (SS :
sujets sains ; UB : uvéite Behçet ; UI : uvéite idiopathique ; +GC : sous corticothérapie ; Thérapie : ++ : en fin, + : en cours, – : sans ou au début. * :
différence significative comparée aux sujets sains).
Figure 3 : (a) Concentrations sériques de l’IL-12 chez les patients atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique avec ou sans thérapie et chez les sujets
sains. (b) Effet de la thérapie sur la production de l’IL-12 in vitro par les de PBMC des patients atteints d’uvéite Behçet ou idiopathique avec ou sans
induction. (SS : sujets sains ; UB : uvéite Behçet ; UI : uvéite idiopathique ; +GC : sous corticothérapie ; Thérapie : ++ : en fin, + : en cours, – : sans
ou au début. * : différence significative comparée aux sujets sains).

des taux de l’IL-8. Par ailleurs, l’augmentation des taux au sein de l’équipe, mais également par plusieurs
de l’IL-8 a été observée au cours de nombreuses patho- auteurs [15, 34, 35].
logies systémiques à caractère inflammatoire [33]. La La production du NO chez les patients atteints
production de l’IL-8 est plus importante chez les d’uvéite de type Behçet ou d’uvéite idiopathique a
patients atteints d’uvéite idiopathique que chez les également montré une augmentation significative en
patients atteints d’uvéite de type Behçet. Ces résultats comparaison avec les sujets sains. Le NO est une molé-
indiqueraient un état inflammatoire plus exacerbé cule qui intervient dans la phase effectrice, mais peut
durant les phases actives de l’uvéite idiopathique que également intervenir dans la régulation des réponses
durant l’uvéite de type Behçet. cellulaires [19, 36]. Le NO est généralement synthétisé
Nous avons observé une augmentation significative par la NOS2 au cours des réponses immunes. Cette der-
des taux sériques de l’IL-12 dans les deux pathologies. nière est induite par de nombreuses cytokines produites
Cette cytokine intervient également durant l’immunité durant les réponses inflammatoires telles que l’IFNγ,
innée (inflammation) et adaptative (spécifique). Elle est l’IL-6 et le TNF-α. L’IFN-γ est un marqueur de la réponse
cependant caractérisée par ses capacités d’activer les Th1 et sa production est induite notamment par l’IL-12.
différentes populations de lymphocytes T-CD4+ et T-CD8+, Toutes ces molécules participent à l’orientation de la ré-
les cellules NK et d’orienter la réponse immune vers un ponse immune vers une réponse cellulaire [28, 37].
profil Th1 en induisant la production de l’IFN-γ. Ce profil Cette dernière est caractérisée par la présence d’une
de production a été observé lors de travaux antérieurs activation de lymphocytes T CD8+ et des cellules du sys-
Vol. 31, n° 4, 2008 Effet de la corticothérapie sur la réponse immune au cours des uvéites Behçet et idiopathique

tème monocyte/macrophage [38]. Les lésions oculaires Contrairement aux profils de production des trois mé-
observées durant l’uvéite sont caractérisées par une in- diateurs au cours de l’uvéite idiopathique, ceux obtenus
filtration de ces cellules ainsi que par une production au cours de l’uvéite de type Behçet montrent une très
locale des chémokines qui leur sont spécifiques [39-41]. grande hétérogénéité in vivo et in vitro. Cet effet est
L’augmentation du taux de ces trois médiateurs serait encore plus marqué suite à l’administration des gluco-
indicatrice de la réponse inflammatoire caractéristique corticoïdes. En effet, avant l’administration des corti-
de l’uvéite et orienterait la réponse immune vers un pro- coïdes, les taux de l’IL-12 retrouvés in vivo ont montré
fil Th1 au cours des deux pathologies étudiées. une très grande variabilité (48,5 pg/ml-673,5 pg/ml).
Nous avons observé une diminution significative in Cette hétérogénéité est relativement diminuée au cours
vivo et in vitro des taux des trois molécules étudiées de la thérapie. Cette diversité refléterait celle de la po-
chez les deux catégories de patients. Les profils de pro- pulation des lymphocytes Th selon les patients. Quoique
duction ont montré une grande hétérogénéité dans les l’importante production d’IL-12 indique un profil des
réponses cellulaires avec ou sans induction. cytokines de type Th1, la production de faibles quanti-
Les glucocorticoïdes exercent un effet inhibiteur sur tés d’IL-10 par un faible nombre de cellules Th0 pourrait
les réponses inflammatoires [24]. Ils agissent générale- être à l’origine de l’effet observé. Cette hétérogénéité
ment au niveau transcriptionnel et post-transcriptionnel pourrait également être due à la présence d’un profil
[24, 42-44]. Ils affectent généralement l’activité du NFκB. mixte Th1/Th2 avec une prédominance du profil Th1.
Ce dernier joue un rôle primordial dans les réponses Ce profil a été préalablement observé par notre équipe
immunes puisqu’il intervient dans la transcription de [15]. De plus, la diminution significative des taux d’IL-12
nombreuses molécules dont les cytokines. En effet, les observé suite à l’administration des corticoïdes pourrait
glucocorticoïdes inhibent la production de l’IL-8 et de être expliquée par la production des cytokines de la voie
l’IL-12 au niveau transcriptionnel [45, 46]. Ils inhibent éga- Th2 induite par l’action additionnelle et/ou synergique
lement la production du NO en inhibant la synthèse de la des glucocorticoïdes et de la PHA. Ces deux molécules
NOS2 au niveau transcriptionnel et post-transcriptionnel induisent la production des interleukines 4 et 10 in vivo
[47]. et in vitro [48, 49]. Toutes ces données sont en accord
Les différents résultats obtenus in vivo et in vitro in- avec l’hypothèse d’une réponse plus spécifique chez les
diqueraient que la production des trois molécules serait patients atteints d’uvéite de type Behçet.
régulée différemment au cours des deux types d’uvéites Chez les patients atteints d’uvéite de type Behçet, la 393
et chez les sujets sains. stimulation des cultures de PBMC par la PHA a induit
Les résultats relatifs à la production de ces médiateurs une augmentation importante des taux de l’IL-8 et de
immuno-inflammatoires au cours de l’uvéite idiopathi- NO. Ce résultat indiquerait que les synthèses de l’IL-8
que ont montré une hyperproduction de l’IL-8 et du NO et le NO se trouveraient sous une régulation différente
indiquant un état fortement inflammatoire associé à la de celle de l’IL-12. Le NO serait produit par la NOS2
pathologie considérée avec une implication majeure des induite par l’IL-12 ou l’IFN γ. En effet, la production im-
deux molécules. De plus, l’augmentation des taux de portante de l’IFN γ a été mise en évidence chez les pa-
l’IL-12, refléterait le rôle non négligeable des cytokines tients atteints d’uvéite Behçet dans de nombreux tra-
de type Th1 observé auparavant par notre équipe [15]. vaux dont ceux de notre équipe [15, 49, 50]. L’IFNγ est
La production de toutes ces molécules a montré une un puissant inducteur de la synthèse de la NOS2 [51]. Il
importante sensibilité à la thérapie avec des réductions est lui-même induit par l’IL-12 [38]. La production si-
significatives des taux in vivo et in vitro. Cet effet est multanée d’IL-12 et d’IFN-γ expliquerait l’absence d’in-
moins important sur la production de l’IL-12. Cette hibition dans la production du NO. La synthèse de l’IL8
différence impliquerait un mécanisme de régulation serait régulée par d’autres mécanismes ou cytokines. La
différent de celui de l’IL-8 et du NO. En effet, l’IL-12 production de l’IL-8 est fortement induite par l’IL-1 ou
intervient principalement durant la réponse immune le TNF-α. Ces deux cytokines sont retrouvées à très
adaptative [37, 38] alors que l’IL-8 et le NO interviennent fortes concentrations chez les patients atteints de la
de manière plus marquée dans l’immunité innée et au maladie de Behçet [52, 53].
cours des processus inflammatoires [19, 47]. Ces
différences pourraient être dues à la diminution des
réponses inflammatoires non spécifiques produites par
les polynucléaires neutrophiles notamment pour la pro- CONCLUSION
duction de l’IL-8 [28]. Les différences observées entre
les résultats obtenus in vivo et in vitro pourraient être Notre étude a porté sur la production de trois média-
expliquées par l’absence des polynucléaires neutrophiles teurs impliqués dans les réponses immunitaires inflam-
dans la culture in vitro, effecteurs non négligeables durant matoires et/ou spécifiques au cours de la thérapie aux
l’inflammation et source essentielle d’IL-8 et de NO. corticoïdes de patients atteints d’uvéite idiopathique,
Nous rappelons que les polynucléaires représentent une une pathologie spécifique d’organe, ou d’uvéite
cible pour les glucocorticoïdes administrés. Ces derniers Behçet, une manifestation d’une maladie systémique.
ne se retrouvent pas dans le milieu de culture. Nos résultats ont montré une augmentation des taux
H. Belguendouz et coll. J. Fr. Ophtalmol.

des trois molécules avant le début du traitement des 16. Mirza GE, Karakuçuk S, Er M, Gungormus N, Karakuçuk I, Saray-
patients. Les profils obtenus in vivo, ont montré des men R. Tear nitrite and nitrate levels as nitric oxide end products
in patients with Behçet’s disease and non-Behçet’s uveitis.
similitudes entre les deux catégories de patients avec Ophthalmic Res, 2001;33:48-51.
un effet moins prononcé chez les patients atteints 17. Zlotnik A, Yoshie O. Chemokines: a new classification system and
d’uvéite Behçet. Ces résultats impliqueraient une diffé- their role in immunity. Immunity, 2000;12:121-7.
rence dans la réponse cellulaire chez les deux catégories 18. Williams G, Borkakoti N, Bottomley GA, Cowan I, Fallowfield AG,
de patients. Chez les patients atteints d’uvéite idio- Jones PS, et al. Mutagenesis studies of interleukin-8. Identification
of a second epitope involved in receptor binding. J Biol Chem,
pathique, l’implication des processus inflammatoires 1996;271:9579-86.
non spécifiques est plus importante que chez les pa- 19. Moncada S. Nitric oxide: discovery and impact on clinical medicine.
tients atteints d’uvéite Behçet. L’IL-8 a montré des pro- J Roy Soc Med, 1999;92:164-9.
fils similaires au cours des deux pathologies et pourrait 20. Arya SK, Wong-Staal F, Gallo RC. Dexamethasone-mediated inhi-
constituer un marqueur commun pour le suivi des réac- bition of human T cell growth factor and γ-Interferon messenger
RNA. J Immunol, 1984;133:273-6.
tions inflammatoires retrouvées au cours des deux pa- 21. Adcock IM, Nasuhara Y, Stevens DA, Barnes PJ. Ligand-induced
thologies. À l’inverse, l’IL-12 a montré des profils de differentiation of glucocorticoid receptor (GR) trans-repression and
production différents in vivo et in vitro au cours des transactivation: preferential targetting of NF-kB and lack of I-kB
pathologies. Ces données lui confèrent un rôle de bio- involvement. Br J Pharmacol, 1999;127:1003-11.
marqueur dans l’évolution des réponses spécifiques 22. Nissen RM, Yamamoto KR. The glucocorticoid receptor inhibits
NFκB by interfering with serine-2 phosphorylation of the RNA poly-
associées aux deux pathologies. Elle représenterait éga- merase II carboxy-terminal domain. Genes & Developement,
lement un bon marqueur de suivi de la réponse à la 2000;14:2314-29.
corticothérapie et permettrait d’apprécier l’efficacité de 23. Ashwell JD, Lu FW, Vacchio MS. Glucocorticoids in T cell develop-
la thérapie et le suivi de l’évolution de la pathologie. ment and function. Annu Rev Immunol, 2000;18:309-45.
24. Franchimont D, Galon J, Gadina M, Visconti R, Zhou Y, Aringer M,
et al. Inhibition of Th1 immune response by glucocorticoids: dexa-
methasone selectively inhibits IL-12-induced stat4 phosphorylation
in T lymphocytes. J Immunol, 2000;164:1768-74.
RÉFÉRENCES 25. Bodaghi B, Gendron G, Wechsler B, Terrada C, Cassoux N, Huong
du LT, et al. Efficacy of interferon alpha in the treatment of refrac-
1. Flament J. Ophtalmologie. Pathologie de l’œil. Paris : Éd Masson ; tory and sight-threatening uveitis: a retrospective monocentric
2002, p. 133-41. study of 45 patients. Br J Ophtalmol, 2007;91:335-9.
394 2. Brézin A. Sémiologie et classification des uvéites. La revue du pra- 26. Tugal-Tutkun I, Güney-Tefekli E, Urgancioglu M. Results of inter-
ticien, 1999;49:1982-98. feron-alfa therapy in patients with Behçet uveitis. Graefes Arch Clin
3. Chaine G. Ophtalmologie. Paris : Éd doin ; 2000, p. 87-103. Exp Ophthalmol, 2006;244:1692-5.
4. McCluskey PJ, Towler HMA, Lightman S. Management of chronic 27. International Study Group for Behçet’s Disease. Criteria for diagno-
uveitis. BMJ, 2000;320:555-8. sis of Behçet’s disease. Lancet, 1990;335:1078-80.
5. Whitcup SM. The double-edged ocular immune response: the 28. Murphy PM, Baggiolini M, Charo IF, Hébert CA, Horuk R, Mat-
Cogan lecture. Invest Ophthalmol Vis Sci, 2000;41:3243-8. sushima K, et al. International Union of Pharmacology. XXII.
6. Cassoux N, Fardeau C, Lehoang P. Manifestations oculaires de la Nomenclature for Chemokine Receptors. Pharmacol Rev,
maladie de Behçet. Ann Med Interne, 1999;150:529-34. 2000;52:145-76.
7. Yato H, Matsumoto Y. CD 56+ T cells in the peripheral blood of 29. Tugal-Tutkun I, Urgancioglu M, Foster CS. Immunopathologic
uveitis patients. Br J Ophthalmol, 1999;83:1386-8. study of the conjunctiva in patients with Behçet disease. Ophthal-
8. Huhtinen M, Repo H, Laasila K, Jansson SE, Kautiainen H, Karma mology (Rochester MN), 1995;102:1660-8.
A, et al. Systemic inflammation and innate immune response in 30. Hashida N, Ohguro N, Yamamoto S, Nakagawa Y, Tano Y. Unusual
patients with previous anterior uveitis. Br J Ophthalmol, neutrophil infiltration under the soft contact lens in a patient with
2002;86:412-7. Behçet’s disease. Jpn J Ophthalmol, 2003;47:469-72.
9. Murray PI, Hoekzema R, van Haren MA, de Hon FD, Kijlstra A. 31. Carletto A, Pacor ML, Biasi D, Caramaschi P, Zeminian S, Bella-
Aqueous humor interleukin-6 levels in uveitis. Invest Ophthalmol vite P, et al. Changes of neutrophil migration without modification
Vis Sci, 1999;31:917-20. of in vitro metabolism and adhesion in Behcet’s disease. J Rheu-
10. Taguchi C, Sugita S, Tagawa Y, Nishihira J, Mochizuki M. Macro- matol, 1997;24:1332-6.
phage migration inhibitory factor in ocular fluids of patients with 32. Eksioglu-Demiralp E, Direskeneli H, Kibaroglu A, Yavuz S, Ergun T,
uveitis. Br J Ophthalmol, 2001;85:1367-71. Akoglu T. Neutrophil activation in Behcet’s disease. Clin Exp Rheu-
11. Murphy CC, Duncan L, Forrester JV, Dick AD. Systemic CD4+ T cell matol, 2001;19(Suppl 24):S19-24.
phenotype and activation status in intermediate uveitis. Br J 33. Lit LC, Wong CK, Tam LS, Li EK, Lam CW. Raised plasma concen-
Ophthalmol, 2004;88:412-6. tration and ex vivo production of inflammatory chemokines in
12. Whittle RM, Wallace GR, Whiston RA, Dumonde DC, Stanford MR. patients with systemic lupus erythematosus. Ann Rheum Dis,
Human antiretinal antibodies in toxoplasma retinochoroiditis. Br J 2006;65:209-15.
Ophthalmol, 1998;82:1017-21. 34. Ben Ahmed M, Houmam H, Miled M, Dellagi, Louzir H. Involve-
13. de Smet MD, Bitar G, Mainigi S, Nussenblatt RB. Human S-antigen ment of chemokines and Th1 cytokines in the pathogenesis of
determinant recognition in uveitis. Invest Ophthalmol Vis Sci, mucocutaneous lesions of Behçet’s disease. Arthritis rheum,
2001;42:3233-8. 2004;50:2291-5.
14. Deeg CA, Kaspers B, Gerhards H, Thurau SR, Wollanke B, Wildner 35. Koarada S, Haruta Y, Tada Y, Ushiyama O, Morito F, Ohta A, et
G. Immune responses to retinal autoantigens and peptides in al. Increased entry of CD4+ T cells into the Th1 cytokine effector
equine recurrent uveitis. Invest Ophthalmol Vis Sci, 2004;42:393-8. pathway during T-cell division following stimulation in Behcet’s
15. Guenane H, Hartani D, Chachoua L, Lahlou-Boukoffa OS, Mazari disease. Rheumatology, 2004;43:843-51.
F, Touil-Boukoffa C. Production des cytokines Th1/Th2 et du 36. Dugas B, Debré P, Monocada S. Nitric oxide, a vital poison inside
monoxyde d’azote au cours de l’uvéite « Behçet » et de l’uvéite the immune response and inflammatory network. Res Immunol,
idiopathique. J Fr Ophtalmol, 2006;29:146-52. 1995;146:664-70.
Vol. 31, n° 4, 2008 Effet de la corticothérapie sur la réponse immune au cours des uvéites Behçet et idiopathique

37. Gately MK, Renzetti LM, Magram J, Stern AS, Adorini L, Gubler U, (IFN)-γ-stimulated RAW 264.7 Cells by Dexamethasone. Evidence
et al. The interleukin-12/interleukin-12- receptor system: role in for glucocorticoid-induced degradation of iNOS protein by calpain
normal and pathologic immune responses. Annu Rev Immunol, as a key step in post-transcriptional regulation. J Biol Chem,
1998;16:495-521. 1997;272:16679-87.
38. Romani L, Puccetti P, Bistoni F. Interleukin-12 in Infectious Diseases. 46. Ahuja SK, Lee JC, Murphy PM. CXC chemokines bind to unique
Clin Microbiol Rev, 1997;10:611-36. sets of selectivity determinants that can function independently
39. Hiroshi K, Jun-Ichi S, Kusuki N, Takayuki S, Masahiko U. Clonally and are broadly distributed on multiple domains of human interleu-
accumulating T cells in the anterior chamber of Behçet disease. Am kin-8 receptor B. Determinants of high affinity binding and recep-
J Ophthalmol, 2000;130:243-5. tor activation are distinct. J Biol Chem, 1996;271:225-32.
40. Kaburaki T, Fujino Y, Kawashima H, Merino G, Numaga J, Chen J, 47. Christopherson II K, Hromas R. Chemokine regulation of normal
et al. Plasma and whole-blood chemokine levels in patients with and pathologic immune responses. Stem Cells, 2001;19:388-96.
Behcet’s disease. Graefe’s Arch Clin Exp Ophthalmol, 2003;241: 48. Williams L, Jarai G, Smith A, Finan P. IL-10 expression profiling in
353-8. human monocytes. J Leukoc Biol, 2002;72:800-9.
41. Mi-La C, Ju-Young K, Hyeok-Jae KO, Young-Hoon K, Wan-Uk K,
49. Woltman AM, van der Kooij SW, de Fijter JW, van Kooten C. Matu-
Chul-Soo C, et al. The MCP-1 promoter — 2,518 polymorphism
ration-resistant dendritic cells induce hyporesponsiveness in allo-
in Behcet’s disease: Correlation between allele types, MCP-1 pro-
reactive CD45RA+ and CD45RO+ T-cell populations. Am J
duction and clinical symptoms among Korean patients. Autoimmu-
Transplant, 2006;6:2580-91.
nity, 2004;37:77-80.
42. Stellato C. Post-transcriptional and nongenomic effects of gluco- 50. Hamzaoui K, Hamzaoui A, Guemira F, Bessioud M, Hamza M, Ayed
corticoids. Proceedings of the American Thoracic Society, K. Cytokine profile in Behçet’s disease patients. Relationship with
2004;1:255-3. disease activity. Scand J Rheumatol, 2002;31:205-10.
43. Tobler A, Meier R, Seitz M, Dewald B, Baggiolini M, Fey MF. Glu- 51. Boehm U, Klamp T, Groot M, Howard JC. Cellular responses to
cocorticoids Downregulate Gene Expression of GM-CSF, NAP-l/IL-S, interferon-gamma. Annu Rev Immunol, 1997;15:749-95.
and IL-6, but not of M-CSF in Human Fibroblasts. Blood, 52. Akdeniz N, Esrefoglu M, Keles MS, Karakuzu A, Atasoy M. Serum
1992;79:45-51. interleukin-2, interleukin-6, tumour necrosis factor-alpha and nitric
44. Mukaida N, Morita M, Ishikawa Y, Rice N, Okamoto S. Novel oxide levels in patients with Behcet’s disease. Ann Acad Med Sin-
Mechanism of Glucocorticoid-mediated Gene Repression. Nuclear gapore, 2004;33:596-9.
factor-KB is target for glucocorticoid-mediated interleukin 8 gene 53. Bardak Y, Aridogan BC. The demonstration of serum interleukin
repression. J Biol Chem, 1994;269:13289-95. 6-8, tumor necrosis factor-alpha, complement, and immunoglobu-
45. Walker G, Pfeilschifter J, Kunz D. Mechanisms of Suppression of lin levels in Behçet’s disease with ocular involvement, Ocul Immu-
Inducible Nitric-oxide Synthase (iNOS) Expression in Interferon nol Inflamm, 2004;12:53-8.

395