Está en la página 1de 3

Ezéckiel TESSOUGUE

Études africanistik est la discipline scientifique qui traite de l'étude des langues et cultures
africaines. Dans la langue allemande, il a longtemps été limitée à l'étude scientifique des
langues et des littératures d'Afrique. Au Centre d'Etudes Africaines à Bâle depuis l'hiver
2002-03 offerts cours interdisciplinaire d'études africaines. Les études africaines aux Etats-
Unis dans le cadre des études sociales domaine des sciences assez marquée.
L'Africanistuqe européenne commence avec la Missionssprachwissenschaften, au début de la
grammaire kikongo de l'Italien Brusciotto stands. Presque simultanément, le dictionnaire est
apparu pour le dialecte de Kenzi Carradori da Pistoia. Un peu plus tard, la grammaire de la
langue guèze de Job Ludolf, qui sont ainsi mis en place l'Éthiopien.

Dans les 19 Siècle a eu lieu dans les grands voyages de découverte dans l'intérieur de
l'Afrique. Parmi les chercheurs bien connus d'Afrique de Mungo Park, David Livingstone,
Heinrich Barth, Adolf Overweg, Gustav et Georg Schweinfurth Nachtigal. Dans le même
temps, des missionnaires portant sur les langues africaines. Les exemples sont ici pour appeler
Sigismund Koelle, Johann Gottlieb Christaller et Johann Ludwig Krapf. Un linguiste qui avait
même un doctorat sur les langues bantoues, comme Wilhelm Heinrich Immanuel Bleek a été
donné le désintérêt scolaire contraint de langues africaines d'émigrer à Cape Town et de
continuer ses recherches en tant que bibliothécaire. La recherche linguistique intensif de
Heinrich Barth trouve que dans le 20 Siècle la reconnaissance due.
[Africain allemand Edit]

Mais c'est surtout Carl Meinhof et Diedrich Westermann, avec leur travail sur les langues
bantoues, et le Soudan, l'image de l'Allemagne aux influences africaines. Les deux
théologiens ont été les premiers professeurs d'études africaines de Hambourg et de Berlin
(département des langues orientales). A Vienne, a travaillé dans le même temps, l'égyptologue
et africanistes Wilhelm Czermak. Influencé par l'idéologie du colonialisme allemand, ils se
sont consacrés à l'élaboration des théories en apparence scientifique, en particulier les
Hamitentheorie qui repose sur l'hégémonie du peuple élu de la puissance coloniale, si leur
langue sur certaines caractéristiques (comme une Nominalklassensystem) disposition.

D'autres scientifiques comme Août Klingenheben, Luc et Jean, en particulier Ernst Dammann
ne sont venus après eux dans le train.

Aujourd'hui, les études africaines en Allemagne sont représentées dans sept sites avec un total
de 14 départements universitaires.

Les systèmes existants dès les premiers jours de la dichotomie allemande d'Afrique - à
l'origine pas plus que les approches respectives de recherche différentes de Carl Meinhof et
Westermann - peut être observée en Allemagne de l'Ouest aujourd'hui que le flux de contenu.

Alors que les étudiants Meinhof (essentiellement des universitaires de l'Institut de Hambourg)
traiter des questions telles que Sprachklassifikation et le nom, sont intéressés par le
Westermann-étudiants (qui sont venus après la guerre principalement de l'Institut de Cologne)
plus pour les langues africaines dans un folkloriques ou le contexte culturel afin de déterminer
qui est qui dans cette orthodoxie idéologique actuel, bien reconnaissable, mais pas aussi forte
et plus forte est à la baisse, comme dans l'autre camp.

représentants contemporains de l'école Herrmann-Meinhof Jungraithmayr, Wilhelm Mohlig,


Ludwig Gerhardt, Gudrun Miehe, Dymitr Ibriszimov et Anne Storch.
Ezéckiel TESSOUGUE

Westermann étudiants sont Oswin Köhler, Bernd Heine, Franz Rottland, Mechthild Reh,
Rainer Vossen et Raimund Kastenholz.

L'Allemagne de l'Est African Studies (avec des bureaux à Berlin et Leipzig) a élaboré en
conséquence pas affectée, avec dont l'histoire est encore travailler jusqu'à.
l'extérieur de l'Afrique de l'Allemagne [] Modifier

Autriche

Les études africaines à l'Université de Vienne a une longue tradition qui a commencé avec
Léo Reinisch. De 1873 africaniste conférences ont été offertes sur le thème «la philologie,
l'archéologie et la linguistique. 1923, une distincts Institut des études africaines et
l'égyptologie a été créée. Avec l'Habilitation de Hans Günther Mukarovsky dans le domaine
de la linguistique africaine en 1963 et la création d'une chaire d'études africaines en 1977,
l'Institut des études africaines en 1978 a été indépendante de l'égyptologie. Les études
africaines dans les accords de Vienne avec quatre aspects de l'African Studies: Histoire,
littérature, linguistique et didactique des langues.

Un trait caractéristique est l'inclusion de l'Afrique du Nord, y compris les études classiques de
ce domaine particulier de la Meroitistik par Inge Hofmann et Berberologie. Aujourd'hui, ce
domaine par Gerhard Böhm et Michael Zach est représenté.

Sauf en Autriche, les autres pays africains, au point que peu à peu. Cela comprend avant tout
Clement M. Doke (Afrique du Sud), Ernest Renan (France) et Malcolm Guthrie (UK).

Le présent par le plus important pour le linguiste africains de la seconde moitié du 20ème
Siècle, les Américains Joseph Greenberg. Il a révolutionné la classification des langues
africaines à partir de zéro, comme il se divise en quatre familles linguistiques: afro-asiatique,
nilo-saharienne, le Niger-Congo et Khoisan. Alors que le groupe Khoisan est maintenant
considérée davantage comme un Sprachbund, la classification génétique des trois autres
groupes est maintenant largement acceptée. Cet article détaille les langues africaines et Joseph
Greenberg.
Sujets sur cette question

* Liste des explorateurs

Hilke Meyer-Bahlburg *, Ekkehard Wolff: langues africaines dans l'éducation et la


recherche. 75 années d'études africaines de Hambourg (1909-1984)., Dietrich Reimer, Berlin /
Hambourg, 1986, ISBN 3-496-00828-8
Herrmann Jungraithmayr *, Wilhelm J.G. Mohlig (ed.): L'Encyclopédie des études
africaines. Dietrich Reimer, Berlin 1983, ISBN 3-496-00146-1 (largement obsolète
linguistiquement, historiquement et biographique utile)
* Holger Stoecker: African Studies à Berlin de 1919 à 1945. L'histoire et la topographie
d'un réseau scientifique. Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 2008, ISBN 978-3-515-09161-9 (avis
de F. Brahm), (examen par le Dr. Katrin Bromber, ZMO Berlin)

* Association des études africaines


* Association des études africaines en Allemagne
* IlissAfrica (sub-saharienne bibliothèque de l'Internet en Afrique) Le portail allemand
d'études africaines
Ezéckiel TESSOUGUE

* Le développement des études africaines en Autriche - Histoire des études africaines en


Autriche
* Langues et littératures étrangères, des sujets africains, Université de Bayreuth
* Séminaire pour les études africaines à l'Université Humboldt de Berlin
* Institut de linguistique africaine à l'Université de Francfort
* Département des études africaines et éthiopien de l'Institut d'Asie-Afrique de l'Université
de Hambourg
* Institut des études africaines, Université de Cologne
* Institut des études africaines, Université de Leipzig
* Institut national d'anthropologie et études africaines, Université de Mayence
* Institut des études africaines, Université de Vienne