Está en la página 1de 75

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA

REFORME HOSPITALIERE

Institut National de formation Supérieure Paramédicale de

Biskra

MEMOIRE PROFESSIONNEL DE FIN D’ETUDES


EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE
LICENCE PROFESSIONNALISANTE
Filière : médico-technique

Spécialité : laborantin de Santé Publique

Thème :

Les risques infectieux dans les laboratoires


de la microbiologie

PRESENTE PAR :
- M elle AROUSSI IMEN
- M elle FARAH AMMARIA

SOUS LA DIRECTION DE :

-Dr. KHELIL KHALED

Promotion 2013 / 2016


Tables Des Matières
 Introduction
 Problématique de recherche
 Hypothèse de recherche
 Choix de thème
 délimitation des concepts

Première Partie : Partie Théorique

CHAPITRE 1 : Les Risque Infectieux Et Les Maladies Professionnel

1- Des definitions………………………………………………………. 13
2- Evaluation d'un risqué infectieux …………………………………... 13
2.1 Evaluation d'un danger …………………………………………... 13
2.2 Evaluation de l’exposition……………………………………….. 14
3- Les voies de contamination…………………………………………. 14
3.1 La contamination par voie respiratoire…………………………... 14
3.2 La contamination par voie orale…………………………………. 14
3.3 La contamination par voie cutanés muqueuse…………………… 15
4- Classification des agents pathogènes ……………………………….. 15
5- Maladies professionnelles ………………………………………….. 16
5.1 Définition d’une maladie professionnelle ……………………….. 16
5.2 Classification des maladies professionnelles…………………….. 17
5.3 La déclaration d’une maladie professionnelle ………….. 17
CHAITRE 2 : Les Accèdent De Travaille Et Conduits A Tenir En
Cas D'un Accèdent
1-Accident de travail …………………………………………………... 19
2-Conduite à tenir en cas d’accident ou d’incident ……………………. 19
2.1 En cas d’incident générateur d’aérosols présumés dangereux …... 19
2.2 En cas de renversement ou de bris de tubes ou autres récipients… 19
2.3 En cas d’AES…………………………………………………….. 19
2.4 Cas de projection dans les yeux ………………………………… 20
CHAPITRE 3 : Strategie De Maitrise Des Risques Infectieux
1- Maîtrise des risques infectieux ……………………………………... 22
2- Formation …………………………………………………………... 23
3- La surveillance médical et vaccination……………………………… 23
4- Niveau de confinement……………………………………………… 24
5- La protection individuelle…………………………………………… 26
6-Les postes de sécurité Microbiologiques (PSM) …………………..... 28
7) L’hygiène……………………………………………………………. 29
8) Gestion des déchets biologiques…………………………………….. 31

Deuxième Partie : Partie pratique


CHAPITRE 4 : Aspect Méthodologique
1- Description de l’échantillon d’étude………………………………... 35
2-Instrument de recherche……………………………………………... 35
3-Date et lieu de l’enquête…………………………………………….. 35
4-L’enquête proprement dite………………………………………….. 35
CHAPITRE 5 : Présentation et analyse des résultats
1-Présentation et analyse Des résultats………………………………… 37
2- Analyse et interprétation de l’enquête globale……………………… 60

 Vérification des hypothèses


 Conclusion
 Suggestion
 Bibliographie
 Annexes
Remerciements
En premier lieu, nous tenons à remercier le bon dieu, qui nous a
donné la force pour accomplir ce travail.

Notre directrice de l’institut de formation paramédicale Biskra


Mme AMI ALI MERIEM

Notre directrice d’étude Mme HENINE RADIA

Nous adressons nos remerciements à notre promoteur consultant


« KHELIL KHALED » qui nous a vraiment dirigés tout au
long de ce travail.

Toutes nos salutations à Mesdames et Messieurs les membres de


jury

Nous présentons nos chaleureux remerciements aux enseignants


pour leurs aides et orientations durant mes études.

Nous remercions beaucoup notre enseignant Mr SEHIBE


MEHAMEDE pour tous les conseils d’effectuer cette mémoire.

Nous remercions également toutes les personnes qui m’ont


fortement aidé à réaliser ce travail.
Introduction

Les laboratoires de biologie médicale (LBM) représentent un secteur d’activité


où la manipulation de très nombreux échantillons biologiques expose les
professionnels au risque infectieux. Le laboratoire microbiologie est particulièrement
concernée a cet égard puisque tous les agents pathogène sont susceptibles d'y faire
l'objet d'examens a visée diagnostique. En effet, la manipulation:

-de produits biologiques (sang, urines, selles).

- d’instruments coupants ou piquants (bris de verre des éprouvettes, pipettes,


aiguilles…).

L’infectiosité des prélèvements est très variable selon la nature des produits
biologiques traités, leur provenance, leur concentration en micro-organismes. Cette
infectiosité dépend également des voies de transmission des agents pathogènes
présents et des conditions d’exposition générées par leur manipulation.

Vus l'émergence (développement ou réapparition) de nouvelles maladies


infectieuses (sida, hépatite C, tuberculose...). Les professionnels sont de plus en plus
exposes dans leur pratique courante a des maladies professionnelle.
Les risques de contamination sont réduits par la prise des mesures de
prévention de plus en plus efficaces (bonnes pratiques, vaccination, matériel de
protection).Souvent la maîtrise du risque infectieux peut empêcher les infections
contractées au laboratoire comme il peut aussi prévenir la diffusion d’agents
pathogène à l’extérieur.

Dans le but d’éliminé se sujet on a choisi se recherche (mémoire) est intitulé :


les risques infectieux dans les laboratoires de la microbiologie,

Notre mémoire est composé de deux parties :

Le premier est consacré à l’aspect théorique de la recherche.

Elle comporte trois chapitres :

 Le premier chapitre est consacré aux généralités sur les risques infectieux et
les maladies professionnelles.
 Le deuxième chapitre est consacré au les accidents de travail et conduits à
tenir en cas d’un accident.
 Le troisième chapitre est stratégies de maitrise des risques infectieux.
La deuxième partie est pratique est réservée aux aspects méthodologie de notre
recherche, à interprétation, l’analyse des principaux résultats, une conclusion.
Enfin, nous croyons que cette démarche nous permettra à la fois, de mieux
cerner les problèmes rencontrés tant du point de vue des laborantins et espérons que
cette étude améliorera notre pratique de laborantins.
Problématique de recherche

Les laboratoires de microbiologie concentrent un certain nombre de risques.


Parmi les quelles le risque infectieux liée à la manipulation d'agents potentiellement
pathogènes ou des produits biologiques contaminés par des agents pathogène quel que
soit, bactérie, virus, parasite ou champignon. Ce qui le personnel exerçant dans ce
secteur à la contamination qui peut se faire par voie aérienne, digestive ou cutaneo-
muqueuse. Ces équipes ont donc une « culture » du risque infectieux en raison de leur
travail d’identification et de caractérisation des microorganismes.

Durant notre période de stage de mise en situation professionnels au sein du


laboratoire des EPH (AHMED BEN ADJILA et de BEDJRA ABED ALKADER), et
après observation ont a constaté que la probabilité de l’exposition du personnel
travaillant dans ces laboratoires au risque infectieux est augmentée à cause de :

- le manque d’information de ce risque.

- le non-respect des règles de bonnes pratiques et de sécurité applicables au niveau du


laboratoire de bactériologie.

-L’absence des moyen de protection.

- La non utilisation des moyens de prévention malgré leurs disponibilités.

Ce qui nous a poussées à poser cette question problème comme suite :

« Quelle sont les facteurs favorisons d’exposition les laborantins au risque


infectieux dans cette unité de bactériologie? »
Hypothèse de recherche

A partir de ces interrogations, nous avons formulé notre réponse anticipée afin
de répondre à notre question problème comme suite :

Les risque infectieux dans les laboratoires de la microbiologie est liée à :

Le non- respect et la mal connaissance des règles de bonne pratique et


sécurité, et le mauvais usage des moyens de prévention.
Choix de thème

Nous avons choisi comme thème « les risques infectieux dans les laboratoires de la
microbiologie».
Au coure des stages réalisés au niveau des différents services de laboratoire
microbiologie nous avons remarqué que plusieurs examens de différents
prélèvements potentiellement contaminés (urine ; selles ; sang) sont effectués
quotidiennement par les laborantins; ce qui les exposent au risque de contamination,
donc nous avons décidé d’entreprendre un travail de recherche sur ce thème les risque
infectieux dans les laboratoires de la microbiologie.
Délimitation des concepts : selon le petit Larousse Edition 2010

 Risque :

Architecte et ingénieur espagnol. Virtuose de la structure métallique monumentale,


travaillant dans l’esprit de l’architecture organique, il a acquis une réputation
internationale grâce à ses nombreux ponts (pont de l’Europe, Orléans, 2000) et autre
ouvrage : gares, aéroports, complexes sportif, lieux d’art.

 Infectieux :

Qui se rapporte à l’infectieux ; de nature de l’infection. La rougeole est une


maladie infectieuse.

 Laboratoire :

C’est le site où sont effectués les actes relatifs à son objet par des personnels, dans
des locaux et avec un matériel répondant aux dispositions législatives et
réglementaires en vigueur. Bien souvent à l’écart des services d’hospitalisation, le
laboratoire assure une aide au diagnostic non négligeable. Il peut être laboratoire de
recherche ou laboratoire d’analyses biologiques. L’analyse biologique est divisée en
secteurs qui sont répartis dans des unités distinctes .

 Microbiologie :

Ensemble des disciplines biologiques (bactériologie, mycologie et parasitologie)


qui étudient les micro-organismes.
Partie
théorique
CHAPITRE 1

LES RISQUE
INFECTIEUX ET LES
MALADIES
PROFESSIONNEL
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

1) Des définitions:
 Risque infectieux:

Le risque infectieux correspond à (l’exposition à un agent biologique) pathogène


avec deux corollaires : la présence de l’agent d'infectieux (le danger) et l’infection
(maladies professionnel).

 Définition du risque biologique :

Ils correspondent aux risques dus à une exposition à des agents biologiques, qui
sont des micro-organismes conventionnels (bactéries, virus, parasites, champignons)
ou non conventionnels (prions), y compris les microorganismes génétiquement
modifiés susceptibles de provoquer une infection, une allergie, une intoxication ou un
cancer
On distingue ainsi, 4 types de risques biologiques ; le risque infectieux,
immuno-allergique (asthme, rhinite), toxémique (endotoxines des bactéries ou toxines
des champignons) et cancérogène (virus). Le risque biologique est dominé par le
risque infectieux.

2) Evaluation d'un risque infectieux :

Toute démarche d’évaluation et de maîtrise des risques comporte plusieurs phases


successives dont la première consiste à inventorier les dangers potentiellement
présents.

Potentiellement présents. La seconde étape consiste à estimer l’exposition, dans les


divers secteurs d’activité, aux différents postes de travail. Cette évaluation repose sur
l’observation des personnels concernés et de leurs modalités de travail.

L’analyse des dangers et des types d’exposition permet de déduire les risques
biologiques encourus qui peuvent entraîner des pathologies d’origine professionnelle.

2.1 Evaluation d'un danger :


 L’évaluation des dangers relatifs à chaque microorganisme nécessite de
connaître.

13
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

 Le degré de virulence.

 La dose infectante.

 Les critères de viabilité, de survie à l’extérieur Les critères de viabilité, de


survie à l’extérieur de l’hôte.

 La résistance à la dessiccation, et aux désinfectants.

2.2 Évaluation de l’exposition :


Le risque biologique dépend des situations de travail qui peuvent plus ou moins
exposer le travailleur. Il convient d'analyser les gestes réalisés à chaque poste, pour
repérer les manipulations pouvant exposer l'opérateur au danger biologique.

3) Les voies de contamination:


3.1 La contamination par voie respiratoire:
Elle résulte de l’inhalation de particules infectieuses véhiculées par des aérosols.
Les aérosols sont constitués de gouttelettes de liquide, ou de particules solides,
détachées d’un produit sous l’action de forces mécaniques (vibrations, pression,…)
Les aérosols se forment, en pratique en laboratoire, dans les circonstances suivantes :

 la rupture de films liquides à l'ouverture des récipients primaires et des tubes de


sang munis de bouchons entrant.
 Le flambage d’anses d’ensemencement en métal, le passage d’un récipient à la
flamme, provoquent, sous l’effet de la chaleur, la vaporisation « explosive » de
liquides résiduels, si rapidement que les gouttelettes expulsées contiennent des
agents biologiques encore vivants.
 L'aspiration et le soufflage de liquide.
 L'ensemencement de milieux gélosés en microbiologie.
 L'homogénéisation, l'agitation, le broyage.
 L'ouverture des boîtes et tubes contenant des cultures, etc…
3.2 La contamination par voie orale:
Elle peut être directe, par ingestion accidentelle à l’occasion d’un pipetages « à la
bouche », dont la pratique doit être formellement proscrite tant pour les solutions
chimiques que pour les liquides biologiques; beaucoup plus couramment, elle est

14
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

indirecte par portage à la bouche d’objets souillés (stylo, cigarette,….) de mains


souillées (geste réflexe, onychophagie,….) ou par consommation de boissons ou
d’aliments contaminés (sur les paillasses, en laverie, en réfrigérateur du laboratoire,
ou au contact de mains souillées).

- les mains contaminées.


- des pipettes pour aspirer du liquide (pratique interdite devant être remplacée
par l'usage des systèmes mécaniques d'aspiration).
- tout objet souillé par des échantillons potentiellement contaminés (crayon sur
paillasse...).
3.3 La contamination par voie cutanés muqueuse:
Elle peut se faire à l’occasion d’une effraction cutanée accidentelle : piqûre ou
coupure par aiguille, lame, éclat de verre brisé ; Elle peut survenir par projection ou
contact direct cutané sur peau lésée (plaie, excoriations, lésions).
4) Classification des agents pathogènes :
Les agents pathogènes sont classés en quatre groupes en fonction du risque
d’infection qu’ils présentent, selon la gravité, le traitement et la contagiosité. Les
agents biologiques des groupes 2, 3 et 4 sont considérés comme agents pathogène.

Danger
Pathogénicité Propagation dans la
Groupe pour le Exemples
Chez l’homme collectivité
travailleur
Lactobacillus,./E.colik12,/
1 Non __ __ __ __
Saccharomyces/ cerevesiae
E.coli/Staphylococcus/aureus
2 Oui Oui Peu probable Candidaalbicans,/Aspergillus,
Plasmodim,:/VIH
BK,/Brucella,Salmonella
3 Oui Oui Possible
typhi .
Virus d’Ebola,/virus de
4 Oui Oui Risque élevé
Marburg.
TABLEAU 01: critères de classification des agents pathogènes.

15
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Classification selon leur voie de pénétration :


Transmission Agents pathogènes
Maladie Agent
Tuberculose Mycobacterium
Respiratoire
Tuberculoses
Méningite à méningocoque Neisseriameningitidis
Syndromedysentérique Schigelladysenteriae
Digestive Syndrome gastroentérique E.colientéropathogène
(Féco-orale) Syndrome gastroentérique Fièvre Salmonella non typhique
typhoid Salmonella typhi
Sanguine Hépatite B VHB
(transcutan- Hépatite C VHC
éomuqueuese) Immunodéficiencehumaine VIH
TABLEAU 02: exemples des agents pathogènes répartis en fonction de leurs modes
de transmission et leur classification.

5) Maladies professionnelles :
5.1 Définition d’une maladie professionnelle :

Une maladie est « professionnelle » si elle est la conséquence directe de


l’exposition d’un travailleur à un risque physique, chimique, biologique ou résulte
des conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle.

Une maladie professionnelle est la conséquence de l’exposition plus ou moins


prolongée à un risque qui existe lors de l’exercice habituel de la profession, ceci peut
être, par exemple : l’absorption quotidienne des petites doses de poussière ou de
vapeurs toxique ou l’exposition répétée à des agents physiques (bruit, vibration…) des
agents biologiques (germes, virus…).

5.2 Classification des maladies professionnelles:

Selon Arrêté interministériel 1416 correspondant au 5 mai 1996 fixant la


liste des maladies présumées d'origine professionnelle.

Voire letableau : 2

16
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

 Art. 5. Les maladies présumées d'origine professionnelle sont classées en trois


(03) groupes:

- groupe 1: Manifestations morbides d'intoxications aiguës ou chroniques.


- groupe 2: Infections microbiennes.
- groupe 3: Maladies résultent d'ambiance ou d'attitudes particulières.
 Art. 6. La liste des travaux susceptibles d'engendrer les maladies
professionnelles indemnisables est:
- indicative pour les maladies du groupe 1, le médecin pouvant identifier
d'autres travaux ne figurant pas sur cette liste.
- limitative pour les maladies des groupes 2 et 3.

 Art. 7. Les maladies du groupe 1 et 2 ne sont indemnisables que si les travaux


visés par l'article 6 du présent arrêté ont été pratiqués de façon habituelle. La
condition prévue par le présent article n'est pas requise en ce qui concerne les
maladies du groupe 3.

5.3 La déclaration d’une maladie professionnelle :

L’assuré qui présente une affection présumée d’origine professionnelle ou son


représentant, doit déclarer auprès du centre de payement dont il relève en déposant un
dossier établi en 05 exemplaires comprenant :

 la nature de la maladie.
 la nature des travaux à l’origine de la maladie présumée d’origine
professionnelle et les produits nocifs.
 La durée d’exposition au risque.
 La date de cession de l’exposition au risque.
- Un certificat médical initial établi par le médecin traitant en 03 exemplaires,
portant le diagnostic de l’affection présumée d’origine professionnelle, et le
numéro de tableau de cette affection.
Cette déclaration doit être déposée auprès des services de sécurité sociale dans les 15
jours à 03 mois qui suivent la première constatation médicale de l’affection (art 71, loi
n°83/13).

17
CHAITRE 2
LES ACCDENT DE
TRAVAILLE ET
CONDUITS A TENIR EN
CAS D'UN ACCEDENT
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

1) Accident de travail :

1.1 Définition réglementaire des accidents de travail (AT) :

Toute lésion ou décès se produisant, soit au lieu ou au temps du travail, soit en un


temps voisin du travail doit être considérée, sauf preuve contraire, comme résultant du
travail (art 9 de la loi 83/13 du 02 juillet 1983 relatives aux accidents de travail et
maladies professionnelles).

1.2 Délais de déclaration (DAT) :

Le dossier d’accident de travail doit être adressé à l’organisme de sécurité sociale


par l’employeur dans les 48 heures qui suivent la date à laquelle il a pris connaissance
de l’accident.

La victime ou ses représentant (parent, assistante social…) doit informer l’employeur


dans les 24 heures suivant l’accident.

2) Conduite à tenir en cas d’accident ou d’incident :


- La conduite à tenir en cas d’accident doit être portée à la connaissance de toute
personne intégrant le service, que ce soit en tant qu’employé que de stagiaires.
Cette procédure doit être affichée dans les secteurs concernés, sous forme
aisément consultable et accessible quels que soit le jour et l’heure.
2.1 En cas d’incident générateur d’aérosols présumés dangereux :
Quand l’urgence le permet, il faut laisser sédimenter l’aérosol, quitter la pièce,fermer
la porte et attendre 30 à 60 min avant d’intervenir sur la décontamination.
2.2 En cas de renversement ou de bris de tubes ou autres récipients:
- intervention par une seule et unique personne munie d’une tenue appropriée et
d’une double paire de gants.
- mettre des papiers absorbants sur lesquels on fera couler de l’eau de javel à 12
degré diluée au 1/10.
- ramassage 15 min après en utilisant des pinces pour les débris de verre.
- élimination des débris, de la tenue et des paires de gants.
2.3 En cas d’AES:
- En cas de coupure ou de piqûre, la plaie doit être nettoyée à l’eau et au savon.

19
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

- L’antisepsie locale réalisée par trempage d’au moins 5 min dans l’eau de javel
à 12° Diluée au 1/10 ou dans du DAKIN ou de la BETADINE dermique .
- En cas de projection sur des muqueuses, un rinçage abondant doit être effectué
au Sérum physiologique ou à l’eau.
- la personne doit consulter immédiatement l’un des médecins dont les
coordonnées sont affichées.
2.4 Cas de projection dans les yeux:
- laver à l’eau potable pendant au minimum 10 minutes, en maintenant les
paupières écartées.
- consulter rapidement un ophtalmologiste.
- Prendre contact avec le médecin de l’urgence ou un référent spécifiquement
désigné.
- Déclaration de l’accident de travail et suivi médical.

20
CHAPITRE3
STRATEGIE DE
MAITRISE DES
RISQUES INFECTIEUX
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

1Maîtrise des risques infectieux :


Certains accidents surviennent fréquemment dans les laboratoires, il est bon d’avoir
établi préalablement la liste des mesures à appliquer, pour y porter remède.

o Eviter les aérosols


• Ne jamais sentir les cultures bactériennes.
• Eviter les courants d’air en réglant les climatisations vers le plafond.
• Eviter les courants d’air en fermant portes et fenêtres du laboratoire.
• Lors des centrifugations, fermer le capot de la centrifugeuse.

o Se protéger des risques infectieux par ingestion


• Ne pas manger.
• Ne pas boire.
• Ne pas fumer.
• Pas d’aliments ou boissons dans les réfrigérateurs, congélateurs et chambre
froide des laboratoires.
• Pas de boissons dans les placards des laboratoires.
• Ne pas porter les mains à la bouche.
• Ne pas pipeter à la bouche.

o Se protéger des risques infectieux par inoculation ou contact


• Eviter les risques infectieux par inoculation (piqûres, coupures).
• Ne pas séparer aiguille et seringue : jeter le bloc dans le container.
• Ne pas recapuchonner l’aiguille.
• Jeter les objets coupants ou piquants dans les containers spécifiques.
• Maintenir les containers à aiguilles à portée de main et les utiliser
correctement.
• Afficher les protocoles en cas d'un AT.
• Eviter les risques infectieux par contact.

o Projections dans les yeux


• Ne pas se frotter les yeux, ne pas porter les mains aux yeux.
• En cas de procédure à risque (homogénéisation) réaliser la procédure Sous
hotte, porter des lunettes de protection.

22
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

2) Formation :
Formation des personnels La formation professionnelle initiale des
technicien(ne)s de laboratoire inclut dorénavant un enseignement relatif aux mesures
de sécurité. Cet acquis préalable fait en revanche défaut aux personnels non qualifiés,
tels que les agents e laverie et de nettoyage, et aux professionnels formés à des
fonctions habituellement non exposées au risque biologique, tels que les secrétaires.
Ces employés doivent donc bénéficier d'une formation spécifique, dès leur affectation
au laboratoire.

Ce besoin d’actualisation régulière tient à l’évolution des techniques et des risques qui
leur sont liés, ainsi qu’à la nécessité de lutter contre un « effet routine » qui tend à
banaliser les dangers du quotidien.

Le contenu de ces formations doit permettre d'aborder tant les aspects théoriques que
ceux très pratiques et concrets de la sécurité au travail, incluant les conduites à tenir
en cas d’accident.

L’implication des personnels dans la rédaction de leurs propres procédures de


sécurité, tel que peut y inciter le GBEA, est particulièrement favorable à leur
appropriation de ces mesures.

3) La surveillance médical et vaccination:

La surveillance médicale du personnel exposé est obligatoire selon un rythme de


visites médicales au minimum annuel. En cas de suspicion de contamination ou de
maladie professionnelle, l’ensemble du personnel susceptible d’avoir été exposé au
même risque devra prendre contact avec le médecin de prévention. Les femmes
enceintes ou en âge de procréer doivent prendre contact avec leur médecin de
prévention. L’étude de poste de travail est particulièrement importante au cours de la
grossesse du fait de la sensibilité accrue à de nombreux germes (comme la listériose)
et à leurs toxines (passage des agents pathogènes du sang maternel à l’embryon du
fœtus).
 La vaccination :

1. Vaccinations recommandées :

• Vaccination contre l’hépatite A (virologie, coprologie).

23
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

• vaccination contre la rubéole pour les femmes non immunisées.


• vaccination contre la rage (laboratoires manipulant du matériel
contaminé par cet agent ou susceptible de l’être).

2. Vaccinations obligatoires:

• Tuberculose: La vaccination par le BCG, même ancienne, reste


obligatoire l’embauche. Sont considérées comme ayant satisfait à
l’obligation vaccinale par le BCG les personnes apportant la preuve
écrite de cette vaccination (carnet de santé ou de vaccination) ou celles
présentant une cicatrice vaccinale.
• Typhoïde : une injection, puis revaccination tous les trois ans.
• Diphtérie : rappel tous les 10 ans avec un vaccin contenant une dose
réduite d’anatoxine.
• Tétanos-poliomyélite : rappel tous les 10 ans.
• Hépatite B : la vaccination doit être faite ou reprise, jusqu’à détection
d’anticorps anti-HBs dans le sérum.
4) Niveau de confinement :
Les directives internationales se fondent, pour les consignés d’aménagement des
laboratoires, sur le principe d’un confinement graduel : empêcher tout d’abord la
dissémination de l’agent biologique dans le milieu de travail, puis sa transmission aux
travailleur et enfin en limiter la propagation accidentelle dans l’environnement.

Il existe trois niveaux de confinement (P2, P3 et P4) à rapprocher de la classification


des agents pathogènes des groupes 2, 3 et 4.

Les trois niveaux progressifs de sécurité sont décrits dans le tableau I, les règles
énoncées pour chacun venant se cumuler à celles du niveau précédent.

Les mesures techniques concernent:

- La conception du laboratoire.
- Les aménagements internes.
Niveau de Niveau de Niveau de
Mesures
sécurité2 sécurité3 sécurité4

24
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Conception des locaux


Signalisation par le pictogramme
oui oui oui
« risque biologique »
Séparation zone de sécurité/
__ __ oui oui
reste des locaux
Fermées pdt le Etanches,
Fenêtres Verrouillées
travail antieffraction
Accès par sas,
Autorisation Accès limité,
Accès réglementé limité aux
nécessaire par sas
opérateurs
Hygiène et décontaminations
personnes
Lavabo (à commande Oui cOui + dans sas Oui dans chaque
non manuelle) pièce+ dans sas
 douche __ __ Optionnelle oui
Possibilité de fermeture
hermétique à des fins de optionnel recommandé oui
désinfection

Filtration HEPA
 de l’air extrait __ __ Oui par double
Oui
__ __ filtre
Optionnelle
 de l’air entrant oui

Dispositif permettant d’observer


Optionnel recommandé Oui
les occupants
Oui avec
Maintien du local en dépression __ __ oui
gradient
Equipements spécifiques
Postes de sécurité
Oui PSM type
microbiologiques ou oui oui
III
équivalents
Manipulation des matériels et
des animaux infectés en PSM
Optionnel oui Oui
ou système de confinement
adapté
Surfaces imperméables à Surfaces de Surfaces de Toutes surfaces
l’eau et faciles à nettoyer travail travail et sols exposées
Surfaces résistantes aux acides, Recommandé oui oui

25
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

bases, solvants et désinfectants


Dans le Autoclave à
Autoclave laboratoire ou le Dans l’unité double entrée
bâtiment dans le local
Mesures organisationnelles
Stockage des agent biologiques Oui, accès
oui oui
en lieu sur protégé
Disponibilité de méthodes de
oui oui oui
désinfection spécifiques
Lutte efficace contre les vecteurs
potentiels (rongeurs, Recommandé oui oui
insectes, etc.)
Collecte et inactivation des
Non exigé oui oui
effluents avant rejet
Cuve
Inactivation
Elimination de la biomasse Inactivation d’inactivation
dans l’unité
avec contrôle
 Tableau 03 : résumé des mesures à appliquer en fonction des niveaux
de sécurité

5) La protection individuelle :

5.1 La tenue de travail :


La tenue de travail est l’ensemble des pièces vestimentaires nécessaires à l’exercice
professionnel. Elle est associée à l’aspect physique général : cheveux propres,
attachés si besoin (cheveux longs), absence de bijoux aux mains et aux poignets. La
tenue est revêtue au début du travail, quittée pour les pauses, la prise des repas et à la
fin de la journée de travail.Elle comporte une tenue de protection et des chaussures de
travail (spécifiques à l’activité), confortables, faciles à entretenir, à bouts fermés,
antidérapantes, de sécurité si besoin.

5.2 La tenue de protection comprend:


• une tunique-pantalon protégée par une sur blouse à manches longues s’il y a
risque d’exposition à des projections ou des aérosols.il évite le port de
vêtements personnels et l’exposition des jambes aux produits chimiques ou
aux contaminants lors du travail assis.

26
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

• à défaut une blouse couvrant des vêtements de ville. En fonction des tâches, la
tenue sera.
• à manches courtes pour faciliter l’hygiène des mains et des avant-bras pour la
réalisation des prélèvements.
• à manches longues pour les activités techniques pour protéger la peau du
risque de contact direct par projections, aérosols.
• remplacée par la tenue de ville lors des pauses, de la prise des repas ou de
réunions afin de réduire le risque de transmission des micro-organismes.
 Il doit exister :
• une Vestiaire propre aux tenues vestimentaires séparé de celui des vêtements
de ville.
• un Stocks suffisants pour un changement fréquent (journalier), en cas de
souillure Changement immédiat.

5.3 Port des gants:


C'est une mesure de prévention contre la contamination par contact. Ceux-ci sont
effectivement probables au cours de n'importe quelle manipulation classique.

• Le port des gants ne doit pas dépasser au maximum 45 minutes. Il sera limité à
la manipulation des prélèvements et matériels souillés (Echantillon, Automate,
Plan de travail).
• En revanche, les gants doivent être ôtés pour tout acte « propre »
(téléphone…), et pour tout contact cutané (visage, lèvres,…..)
 le gant doit adapter :
• à la morphologie de la main (taille adéquate).
• à l’acte réalisé.
 changer de gants:
• entre chaque séquence d’examen différent.
• en cas de gants visiblement troués.
 Retirer les gants sans se souiller les mains :
• ôter le premier gant en tirant sur le bout des doigts.
• une fois la première main dégantée, introduire le pouce dans la manchette du
second gant et enlever celui-ci en le retournant.

27
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

• Après usage.
• jeter immédiatement les gants à usage unique avec les déchets à risques
spécifiques.

5.4 Masque et lunette:


Le masque est une protection efface contre la transmission par voie respiratoire. Il est
choisi en fonction du risque. Les lunettes de protection protègent contre les risques de
projection sur la conjonctive. Le port de masque et lunettes ne sont pas toujours
indispensable.

6) Les postes de sécurité Microbiologiques (PSM) :

 Définition:

PSM se définissent comme des postes destinés à assurer la protection de l’opérateur et


de l’environnement contre les dangers liés aux aérosols dans la manipulation de
substances biologiquement actives infectées ou dangereuses, à l’exception des
substances radioactives, toxiques ou corrosives, l’air rejeté dans l’atmosphère étant
filtré.

 Quelques règles générales applicables pour tous travaux sous PSM:


- S’assurer de la mise en route du système de ventilation avant le début et
jusqu’à la fin de la manipulation.
- Ne pas faire obstacle au flux d’air, ni en amont, ni on aval des filtres du fait de
l’opérateur ou d’objets encombrants.
- Ne pas travailler à deux sous un PSM.
- Ne pas encombrer inutilement le volume de travail, surtout dans sa partie
avant.
- Eviter les mouvements brusques dans l’enceinte du PSM.
- Limiter l’importance des sources de chaleurs pour ne pas créer des courants
convectifs ascendants.
- Ne pas projeter du liquide ou de solide sur la face apparente du filtre.
- Prévoir, à l’intérieur des postes des conteneurs appropriés avec des solutions
désinfectantes pour pipettes.
- Ne pas faire fonctionner les lampes germicides à UV pendant les manipulations

28
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

7) L’hygiène:
C’est l’ensemble des comportements destinés à conserver un bon état de santé,
et des pratiques et mesures collectives visant à diminuer l’incidence des maladies (et
ce en conformité avec les conceptions sanitaires de l’époque considérée). Elle
prévient la maladie, alors que la médecine essaie de la guérir.

7.1 L’hygiène des mains :


L’hygiène des mains reste la base de la prévention de la transmission croisée
d’agents infectieux, permettant de protéger le professionnel de santé et son
environnement de travail. Elle ne peut être efficace que si certains impératifs sont
respectés:

- Protection de toute plaie par un pansement étanche.


- Respect des règles préliminaires d’hygiène des mains: ongles courts et sans vernis,
absence de bijoux.
- Lavages réguliers, correctement réalisés ; Afin d’améliorer la tolérance cutanée du
lavage des mains, il faut d’abord se mouiller les mains puis ajouter le savon, se
laver les mains, rincer avec une action mécanique:
1. Paume contre paume.
2. Paume de la main droite sur le dos de la main gauche et inversement.
3. Paume contre paume et doigts entrelacés.
4. Dos des doigts contre paume opposée avec les doigts emboîtés.
5. Friction en rotation du pouce gauche enchâssé dans paume droite.
6. Friction en rotation et mouvement de va-et-vient avec les doigts joints.
Abondamment et enfin sécher les mains par tamponnement sans geste d’essuyage de
la peau ni utilisation de sèche-mains électrique.

- Le lavage hygiénique des mains tend à être remplacé pour des raisons d’efficacité
et de tolérance par:
• les produits hydro-alcooliques (gels et solutions) qui permettent de réaliser une
désinfection hygiénique des mains par friction. Cette technique est à
privilégier en n’incluant un lavage préalable que si les mains sont souillées.
- Effectué :
• avant un prélèvement biologique.

29
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

• après manipulation d’un liquide ou un tissu biologique.


• après avoir enlevé un masque.
• après avoir enlevé des gants (sans poudre).
• en quittant le poste de travail.
• avant le repas.

7.2 Nettoyage et désinfection de la paillasse :


Ils peuvent être réalisés par passage sur la paillasse d'un produit détergent désinfectant
en suivant les indications du fabricant.

-Sinon, utiliser un détergent puis un désinfectant selon la procédure suivante:

• Nettoyer avec un agent tensioactif à l'aide d'un papier absorbant, à éliminer


ensuite avec les déchets à risque infectieux en portant des gants de ménage.
• Rincer à l'eau.
• Désinfecter en laissant agir le produit désinfectant (exemple : l'eau de javel
degrés chlorométriques, fraîchement préparée, durant 5 minutes) mis à l'aide
d'un papier absorbant à éliminer avec les déchets à risque infectieux.
• Rincer ou non selon le produit.
Ces opérations doivent être pratiquées intégralement au moins une fois par jour. A
chaque fois que du matériel biologique infectieux ou potentiellement infectieux est
renversé accidentellement sur la paillasse :

• Délimiter la zone contaminée.


• Mettre des gants à usage unique.
• Absorber le maximum à l'aide d'un papier absorbant à éliminer ensuite avec
les déchets à risque infectieux.
• Verser un agent tensioactif en évitant les projections.
• Essuyer de l'extérieur vers l'intérieur à l'aide d'un papier absorbant à éliminer
ensuite avec les déchets infectieux.
• Verser de l'eau de Javel à 3 degrés chlorométriques en recouvrant largement la
zone contaminée.
• Laisser agir 10 à 15 minutes.
• Essuyer de l'extérieur vers l'intérieur à l'aide d'un papier absorbant à éliminer
ensuite avec les déchets à risque infectieux comme les gants.

30
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

• Pratiquer ensuite un cycle complet de nettoyage - désinfection de la paillasse.

7.3 Nettoyage du matériel de laboratoire :


Le nettoyage consiste à enlever les souillures, les matières organiques et les taches.
On peut procéder par brossage, aspiration, dépoussiérage à sec, lavage à l’eau ou avec
une éponge humide imprégnée d’eau savonneuse ou additionnée d’un détergent. La
crasse, les excréments et les matières organiques peuvent abriter des microorganismes
et gêner l’action microbicide des décontaminant (antiseptiques, germicides chimiques
ou désinfectants). Un nettoyage préalable est nécessaire pour assurer une bonne
désinfection ou une bonne stérilisation. Beaucoup de produits germicides ne sont
actifs qu’à la condition d’être appliqués à des objets préalablement nettoyés. Ce
prénettoyage doit être effectué avec précaution pour éviter de s’exposer aux agents
infectieux. Il faut qu’il y ait compatibilité chimique entre le matériel utilisé et les
germicides qui seront utilisés ultérieurement pour le désinfecter. Il est assez courant
d’utiliser le même germicide chimique pour le nettoyage préalable et la désinfection.

8) Gestion des déchets biologiques :

 Déchets solides :
Selon la classe d’activité biologique, les laboratoires procèdent à une inactivation des
déchets solides et des appareils contaminés. Les déchets de laboratoire inactivés sont
collectés dans des sacs rouges puis déposés dans des bennes afin d’en assurer
l’incinération.

Quantité de DASRI et assimilés produite Durée maximale entre la production des


sur un même site déchets et leur incinération ou
prétraitement par désinfection

d > 100 kg / semaine 72 heurs

5 kg/mois < d < 100 kg/semaine 7jour

Quantité de DASRI et assimilés produite Durée maximale entre la production des


sur un même site déchets et leur enlèvement

d < 5 kg/mois 3 moins

31
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

 Durée maximale entre la production des déchets et leur incinération ou


prétraitement

Couleur de la filière Type ou nature des déchets


Filière jaune (objets, matériels et matériaux piquants, coupants et tranchants)
D.A.S.R.I (déchets d’activité de soin à risque infectieux)
Filière noire D.A.O.M (déchets assimilables aux ordures ménagères)
Filière verte D.P.A.F.I Pièces anatomiques facilement identifiables
Filière rouge D.R.T.C (déchets à risques toxiques et chimiques)

 Le tableau 04 : représente les filières des différents déchets hospitaliers

NOTE :

Les emballages de D.A.S.R.I doivent porter le symbole du danger biologique.


Tous les emballages contenant du D.A.S.R.I ne doivent être déplacé que sur des
supports fixes ou mobiles selon les besoins. Ces supports doivent être nettoyables et
doivent être désinfecté.

32
Partie
pratique
CHAPITRE 4
Aspect méthodologique
1- Description de l’échantillon d’étude:
Nous avons ciblé dans notre recherche les 29 praticiens (laborantins) de la
santé exerçant au niveau du laboratoire de l’EPH Ahmed Ben Adjilade Laghouat et le
laboratoire d’EPH Bedjra Abdelkader d’Aflou.

2- Instrument de recherche:

Nous avons choisi la méthode descriptive avec un questionnaire comportant


13 questions qui contient des questions à choix multiples, des questions ouvertes et
des questions fermées afin d’obtenir des réponses simples et précises. (Pour les
laborantins des deux laboratoires) et une Grille d'observation contenant huit 8
situations à observer sur 08 laborantins du laboratoire microbiologie d'EPH Ahmed
Ben Adjila en vue de mettre en évidence les risques infectieux dans les laboratoires
de la microbiologie.

4-Date et lieu de l’enquête :

Lieu de l’enquête :

L’enquête s’est déroulée au niveau du laboratoire d’EPH d'Ahmed Ben Adjila


à Laghouat et le laboratoire d'EPH Bedjra Abdelkader d’Aflou

Période de l’enquête :

Notre enquête a débutée de la période allant de 20 Mars 2016 au 31 Mars 2016

L’enquête proprement dite :

Elle a englobée les réponses des 29 professionnels de la santé exerçant au


niveau du laboratoire des deux hôpitaux (l’EPH d'Ahmed Ben Adjila) à Laghouat et
le laboratoire d'EPH Bedjra Abdelkader d’Aflou.
CHAPITRE 5
Présentation et analyse des
résultats
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Description de recherche:

1-Quelle est votre sexe:

Résultat Fréquence Pourcentage


Masculin 7 24

Féminin 22 76

Total 29 100
Tableau (1) : répartition par sexe

24%

Masculin
76%
Féminin

Diagramme N1 : Représentation graphique par sexe

Analyse :

D’après les résultats obtenus nous constatons que trois quart (3/4) des laborantins
interrogés sont du sexe féminin.

37
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

2-Quelle sont vos années d’expériences 

Ancienneté Fréquence Pourcentage


˂5ans 16 55

Entre 5 et 10 ans 6 21

>10 ans 7 24

Total 29 100
Tableau (02) : répartition par ancienneté

24%

55% ˂5 ans
21% entre 5 et 10 ans
˃10 ans

Diagramme N02 : Représentation graphique par ancienneté

Analyse:

Suite aux réponses recueilles, nous remarquons que 55% de nos participants
ont une expérience professionnel moins de (5 ans), 21% entre (5 et 10 ans) et 24%
plus de (10 ans) d’ancienneté de travail.

38
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N° 01 :

Pensez-vous qu'il y a un risque au niveau de votre travail?

Réponse Fréquence Pourcentage


Oui 28 97

Non 1 3

Total 29 100

Tableau (03) : répartition des résultats de la question N01

3%

oui
97% non

Diagramme N03 : Représentation graphique des résultats de la question n° 01:

Analyse :

D’après les réponses recueillies, nous constatons que la majorité (97%) des
praticiens confirment qu'il y a un risque infectieux au laboratoire par contre 3 disent
le contraire.

39
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°02:

-D'après vous quel est le risque le plus répondu dans un laboratoire


microbiologique?

Réponse fréquence Pourcentage


Risque infectieux 28 100

Risque chimique 0 0

Total 28 100

Tableau (04) : répartition des résultats de la question N02

100% risque infectieux


risque chimique

Diagramme N4 : Représentation graphique des résultats de la question n° 2 :

Analyse :

Suite aux résultats obtenus, nous remarquons que la totalité (100%) des
praticiens affirme la présence du risque infectieux.

40
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°03:

-Donnez la définition du risque infectieux ?

Réponse fréquence Pourcentage


Definition exacte 6 21%
Définition incorrecte ou absence d’une réponse 23 79%
Total 29 100

Tableau (05) : répartition des résultats de la question N3

21
Définition exacte
79
Définition incorrecte ou
absence d’une réponse

Diagramme N05 : Représentation graphique des résultats de la question n° 03

Analyse :

D’après les réponses recueillies, nous constatons que 79% des praticiens
ignorentla définition de RI.

41
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°04:

Quelle sont les voie de pénétration des germes dans l'organisme ?

Réponse fréquence Pourcentage


Réponse correcte et complète 9 31%
Réponse incomplète, fausse ou pas de réponse 20 69%
Total 29 100

Tableau (06) : répartition des résultats de la question N04

31%
Réponse incomplète, fausse
ou pas de réponse
69%
Réponse correcte et
complète

Diagramme N06 : Représentation graphique des résultats de la question n° 04

Analyse :

D’après les résultats obtenus nous constatons que plus des deux tiers des
laborantins connaissent les voie de pénétration des germes dans l'organisme par contre
les 69% ont donnés une fausse réponse.

42
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°05:

-Quelle est la classification des agents pathogène infectieux par groupes de risque
infectieux?

Réponse fréquence Pourcentage


Classification correct 3 10
Absence de réponse ou mauvaise réponse 26 90

Total 29 100

Tableau (07) : répartition des résultats de la question N05

10

classificatin corrècte
90
Absence de réponse ou
mauvaise réponse

Diagramme N07 : Représentation graphique des résultats de la question n° 05

Analyse :

En fonction des résultats recueillis, nous déduisons que la majorité (90%) des
praticiens ne connaissent pas la classification des agents infectieux.

43
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°06:

-D'après vous de quel risque peuvent les lunettes vous protège ?

Réponse fréquence Pourcentage


Pour prévenir d'une projection d'un liquide
5 17%
biologique dans les yeux
Absence de réponse 24 83%
Total 29 100

Tableau (08) : répartition des résultats de la question N06

17
Pour prévenir d'une
projection d'un liquide
biologique dans les yeux
83
Absence de réponse

Diagramme N08 : Représentation graphique des résultats de la question n° 06

Analyse :

D’après les réponses de notre échantillon, nous observons que 17% des
praticiens interrogés certifient que les lunettes jouent un rôle protecteur dans un
laboratoire de microbiologie par contre 83% n’ont pas répondu.

44
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°07:

-D'après vous quel est l'objectif d'utilisation d'un masque ?

Réponse fréquence Pourcentage


Pour la protection de pénétration des agents
2 7%
pathogène par inhalation
Pour éviter l'odeur de la matière fécale 17 59%
Aucune réponse 10 34%
Total 29 100

Tableau (09) : répartition des résultats de la question N07

Pour la protection de
7 pénétration des agents
34 pathogène par inhalation
Pour éviter l'odeur de la
59 matière fécale

Aucun réponse

Diagramme N09 : Représentation graphique des résultats de la question n° 07

Analyse :

Suite aux réponses recueillies, nous constatons que seulement sept des
laborantins interrogés admettent le rôle protecteur du masque.

45
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°08:

-Avez-vous été victime d'un accident de travail ?

Réponse fréquence Pourcentage


Oui 8 28

Non 21 72

Total 29 100

Tableau (11) : répartition des résultats de la question N08

28

oui
72
non

Diagramme N11 : Représentation graphique des résultats de la question n° 08

Analyse :

Suite aux réponses recueillies, 28% des techniciens avoyèrent qu’ils ont été
victime d’un accident de travail.

46
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°09:

-Quelle est la nature de votre accèdent?

réponse fréquence Pourcentage


Piqure 8 100

Coupure 0 0

projection 0 0

Total 8 100

Tableau (12) : répartition des résultats de la question N09

100%
piqure

Diagramme N12 : Représentation graphique des résultats de la question n° 09

Analyse :

D’après les réponses des participants qui ont eu un accident de travail, nous
observons que la totalité (100) disent que l’accident a été fait par piqure.

47
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N° 10:

-La déclaration est-elleimmédiate ou tardive?

Réponse fréquence Pourcentage


immédiate 5 63

Tardive 3 37

Total 8 100

Tableau (13) : répartition des résultats de la question N10

37

63 immédiate
tardive

Diagramme N13 : Représentation graphique des résultats de la question n° 10

Analyse :

D’après les réponses, nous remarquons que 63% des victimes ont fait la
déclaration immédiate et 37% ont déclaré ultérieurement.

48
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°11:

-Avez-vous fait des Vaccins au début de votre carrière?

La réponse La fréquence Le pourcentage


Oui 16 55
Non 13 45
Total 29 100

Tableau (14) : répartition des résultats de la question N11

45
55
oui
non

Diagramme N14 : Représentation graphique des résultats de la question n° 11

Analyse :

Suite aux réponses recueillies, nous constatons que presque la moitié (45%)
des laborantins n'ont pas été vaccinés au cours de leur carrière (la moitié).

49
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°12:

-Avez-vous reçu une formation sur le risque infectieux ?

Réponse fréquence Pourcentage


Oui 12 41
Non 17 59
Total 29 100

Tableau (15) : répartition des résultats de la question N12

41

59 oui
non

Analyse :

D’après les résultats obtenus, nous remarquons que seule 41% des laborantins
ont subit une formation sur le risque infectieux toutefois 59% ne l’ont pas fait.

50
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Résultats de la question N°13:

-Eprouvez-vous la nécessité de réactualiser périodiquement vos connaissances sur les


risques infectieux professionnels?

Réponse fréquence Pourcentage


Oui 29 100
Non 00 00

Total 29 100

Tableau (16) : répartition des résultats de la question N13

100 oui

Diagramme N16 : Représentation graphique des résultats de la question n°13

Analyse :

D’après les résultats obtenus, nous remarquons que la totalité (100) des
laborantins confirment qu’ils ont besoin de réactualisation deleurs connaissances sur
les RI.

51
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation N01

 Le port de gants:

observation fréquence Pourcentage


En reception des échantillons 2 25

En ouverture des tubes et flacons 4 50


En toute manipulation de produit biologique et
8 100
nettoyage et désinfection
Tableau (01) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N01

120
100
100

80 En réception des
échantillons
60 50

40 En ouverture de tubes et
25
20 flacon

0
En toute manipulation de
En réception En ouverture En toute
produit biologique et
des de tubes et manipulation
nettoyage et désinfection
échantillons flacon de produit
biologique et
nettoyage et
désinfection

Diagramme N01 : Représentation graphique des résultats d’observation N01

Analyse :

Nous avons remarqué que :

100 % des praticiens portent des gants en toute manipulation de produits biologiques,
nettoyage et désinfection des matériels et palliasse.

La moitié porte les gants lors de l'ouverture des tubes et flacons

- 25% uniquement portent des gants durant la réception.

52
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation n°02 :

 Le lavage des mains

Observation fréquence Pourcentage


Après toute manipulation de produit biologique 8 100

Après d'oter les gents 7 88

Avant d’aller boire ou manger 8 100

Tableau (02) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N02

100 100
100
88
90
80
70
Après toute manipulation
de produit biologique
60
50 Après d'oter les gants
40
30 Avant d'aller boire ou
20
manger
10
Après toute Après d'oter Avant d'aller
manipulation les gants boire ou
de produit manger
biologique

Diagramme N02: Représentation graphique des résultats d’observation N02

Analyse :

D’après les résultats obtenus, nous constatons que la totalité (100) des
techniciens effectue le lavage des mains après chaque manipulation des produits
biologiques et avant d'aller boire et manger et que 88% effectuent un lavage des
mains après avoir ôter les gants.

53
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation n°03:

 Le travail devant le bec de Benzène

Observation fréquence Pourcentage


position correct 5 25

Une position erronée 3 75

Total 8 100

Tableau (03) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N03

25

position correcte
75
Une position erreur

Diagramme N03: Représentation graphique des résultats d’observation N03

Analyse :

Suite aux observations recueillies, nous remarquons que seul un quart des
laborantins prennent la correcte position devant le bec de Benzène.

54
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation n°04:

 Désinfection du paillasse :

Fréquence réponse Pourcentage


personnels effectuant désinfection des paillasses
2 25
(Avant, pendant et après le travail)
personnels effectuant désinfection des paillasses après
6 75
le travail
total 8 100
Tableau (04) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N04

personnels effectuant
désinfection des paillasses
25 (Avant, pendant et après le
travail)

75

personnels n’effectuant pas


la désinfection

Diagramme N04: Représentation graphique des résultats d’observation N04

Analyse :

D’après les résultats recueillies, nous constatons que 75% des praticiens
nettoyent les palliasses après le travail seulement par contre les 25% restante
désinfectent les paillasses (Avant, pendant et après le travail).

55
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation n°05 :

 la tenue et port d’équipement de protection individuelle


Observation fréquence pourcentage
personnels portant une tenue convenable et
0 0
equipment de protection individuelle
personnels portant une tenue non convenable
oun’utilisant pas l’équipement de protection 8 100
individuel
Total 8 100

Tableau (05) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N05

personnels portant une tenue


100 non convenable ou n’utilisant
pas l’équipemet deprotection
individuel

Diagramme N05: Représentation graphique des résultats d’observation N5

Analyse :

D’après notre observation nous avons remarqué que la totalité (100%) des
techniciens ne portent pas la tenue convenable et n’utilisant pas l’équipement de
protection individuel.

56
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation n°06:

 Manipulation des produits piquants, tranchants et verreries

Observation fréquence Pourcentage


Manipulation correcte des produits piquants,
6 75
tranchants et verreries
Manipulation non correcte des produits piquants,
2 25
tranchants et verreries
Total 0 100

Tableau (06) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N06

Manipulation correcte des


produits piquants,
25 tranchants et verreries Qtr

75
Manipulation non correcte
des produits piquants,
tranchants et verreries

Diagramme N06: Représentation graphique des résultats d’observation N6

Analyse :

En fonction des résultats recueillis, nous constatons que 75% des laborantins
manipulent des produits piquants, tranchants et verreries correctement tandis que 25%
manipulent ces produits incorrectement.

57
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation n°07:

 Elimination des déchets

Observation fréquence Pourcentage


Elimination des déchets selon les normes 4 50

Elimination des déchets ne convient pas les normes 4 50

Total 8 100

Tableau (07) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N07

Elimination des déchets


selon les normes
50 50

Elimination des déchets ne


convient pas les normes

Diagramme N07: Représentation graphique des résultats d’observation N07

Analyse :

Nous remarquons que la moitie des techniciens éliminent les déchets selon
les normes de sécurité.

58
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

Objectif de l’observation n°08 :

 Utilisation de PSM :

Observation fréquence Pourcentage


Qui utilise le PSM 0 0

Qui n’utilise pas le PSM 8 100

Total 8 100

Tableau (08) : répartition des résultats d’objectif de l’observation N08

100
qui n'utilise pas le PSM

Diagramme N08 Représentation graphique des résultats d’observation N08

Analyse :

En fonction des résultats recueillis, nous observons aucun laborantin n’utilise


le PSM.

59
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

2- Analyse et interprétation de l’enquête globale

L’étude pratique est subdivisée en deux volets :

2-1-analyse questionnaires:

L’échantillon étude est composé de :

29 laborantins sont 24% de sexe masculin et 76% de sexe féminin (le sexe
ratio 0,32).Plus que la moitie ont un exprime de moins de 5 ans.

D’après leur réponse sur les questions concernant la présencede risque et le


type de risque dans un laboratoire de la microbiologie : les taux de réponse justes
étaient97% et 100% respectivement ce qui signifié que les laborantins intégrés sont
consignons la présence de risque infection.

Cependant La réponse aux définitions du risque infectieux, les voies de


contamination et la classification d’agent infectieux nous ont donnée des taux faibles
la réponse juste de21%, 31 et 10% respectivement. Ce qui révèle un manque
d’information chez l’échantillon interrogé .

Les réponses sur l’utilité d’utilisation de lunette et de masque ont donnée aussi
de taux faible de réponse exacte 17% et 7% respectivement ce la peut être explique
pour l’ignorance des voie de contamination par muqueuse oculaire et par inhalation.

En interrogeaient les laborantins sur les antécédents accidentels 28% ont


avoué qu’ils étaient victimes de piqure par un matériel contaminé seul .ce qui
confirme que plus de ¼ du personnelle ont subit de AES.

On remarque aussi que 63% on fait la déclaration dans l’immédiate.

Concernant la vaccination 45% des laborantins disent qu’ils ont pas aucun
vaccination, cette information ont doit informer le service de médecine de travail pour
vérification sur le risque infectieux.

Sur la nécessité d’actualisation sur le risque infectieux ;les laborantins interrogé en


tous 100% confirme leurs besoin .

60
Les Risques Infectieux Dans Les Laboratoires de la
Microbiologies

2-2-Grille d’observation :

La porte des gants :

Satisfaisant au cour de la manipulation, insuffisant ; au cour d’ouverture des


tubes et au niveau de réception des échantillons.

Ce la peut être du a négligence le RI au cour de la réception des échantillons.

Le lavage des mains :

Les résultats sont généralement suffisants, mais il fautinsister sur la méthode


correcte du lavage.

La désinfection des paillasse on a remarque ¼ des laborantins n’effectuent la


désinfection de leur paillasse.

On remarque que la totalité des laborantins n’utilisent pas les moyens de


protection individuelle et le PSM.

Seul la moitie éliminent les déchets selon les normes.

61
Vérification des hypothèses

Notre hypothèse de travail a été vérifiée, donc les réponses des


professionnels de santé exerçant au niveau de laboratoire d’EPH d’ Ahmed
Ben Adjila de Laghouat et le laboratoire d’EPH de Bedjra Abdelkader d’
Aflou à travers notre enquête confirment qu'ils sont exposées au RI qu’il liée a
le non- respect et la mal connaissance des règles de bonne pratique et sécurité,
et le mauvais usage des moyens de prévention.
Conclusion

On ne peut pas supprimer le risque infectieux mais on peut le minimiser, pour cela on
doit maintenir les meilleures règles de sécurité dans le laboratoire pour permettre à
l’ensemble du personnel un travail dans des conditions optimales.

La formation du personnel de laboratoire doit être une priorité principale et aucun


personnel ne doit être autorisé à travailler s’il n’a pas accompli et satisfait une
formation appropriée.L’application rigoureuse des règles d’hygiène et
decomportement permet de diminuer les accidents survenant au laboratoire et les
infections contractées par le personnel, Le personnel de laboratoire doit être
correctement vacciné et doit savoir agir en cas d’accident.

La maîtrise des risques liés à l’activité de laboratoire n’est pas un projet ponctuel.
C’est un état d’esprit à instaurer, un processus continu à entretenir, étayé par des
supports réglementaires et l’implication de toutes les parties concernées.Encadrant et
référents au sein du laboratoire, la médecine de travail, les unités d’hygiène.
Suggestion

- La sensibilisation de personnels de laboratoire de microbiologie au danger du


risque infectieux et ceci par :
o l’affichage des notices et des notes.
o faire des séminaires pour sensibiliser le personnel.
o Visite des contrôleurs.
- Nécessite de séquences périodiques de formation continue à la sécurité due à
l’évolution des techniques et des risques qui leur sont liés, ainsi qu’à la
nécessité de lutter contre un « effet routine » qui tend à banaliser les dangers
du quotidien.
- Les formations doivent être théoriques, pratiques et concrètes à la fois,
incluant les conduites à tenir en cas d’accidents.
- Vaccination obligatoire et les mises à jour des vaccins.
- Surveillance médicale régulière des personnels.
- obligation d’application des règles de bonnes pratiques et de sécurité
maximales par les laborantins.
- Assurer une bonne hygiène : efficace pour la prévention après tous examens.
Bibliographie

 Liveres

- ANMTEPH, Lausanne ; S. Touche – Guide d’évaluation et de prévention des


risques infectieux en laboratoires d’analyses médicales, septembre 2008.

-Jean-Louis Andrieu, Marie-Ange Jacquet, Damien Monocoo, Valérie


Roustan, Janine Wybier.;Les cahiers de prévention risque biologique, 1 ère Edition
décembre 2002.

- INRS (Institut national de recherche et de sécurité)prévention des risques


infectieux dans les laboratoires d’analyses de biologie médicale.

-OMS; Manuel De Sécurité Biologique En Laboratoire troisième Ed.

-Stéphane ALTAVOX et Sophie Boulet, Conception des laboratoires


d’analyses biologiques, institut national de recherche et de sécurité, édition 1•avril
2007.

-SéverineTourret et Olivier Dauwalder; La sécurité au laboratoire de Microbiologie,


DES de bactériologie, virologie et hygiène 2003.

 Document et Articles :

-Les dossiers du technicien, La gestion du risque infectieux dans les


laboratoires de biologie médicale, Revue Francophone des Laboratoires, novembre
2005.

- Arrêté interministériel du 17 Dhou El Hidja 1416 correspondant au 5 mai


1996 fixant la liste des maladies présumées d'origine professionnelle.

- J.L. Marié ; Documents pour le Médecin du Travail 3e trimestre 2002.

 Web graphie :

Http : www.cna.dz

Http : www.inrs.fr
Annexes
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINITERE DE LA SANTE POPULATION ET DE LA REFORME
HOSPITALIERE

INSTITU NATIONAL DE FORMATION SUPERIEURE PARA MEDICALE


DE BISKRA

QUESTIONNAIREDE RECHERCHE

Afin de permettre la concrétisation d’une recherche portant sur la formation


paramédicale en générale et de manière plus précise sur (Les risques infectieux dans
les laboratoires de la microbiologie).

Nous vous prions de bien vouloir répondre de la plus objective possible aux questions
consignées dans le présent questionnaire.

Tout en vous remerciant pour votre précieuse collaboration, nous nous engageons, à
vous garantir l’anonymat la plus totale des réponses.
1-Description de recherche :

1- Quelle est votre sexe:

a)Homme b) Femme

2- Quelle sont vos années d’expériences 

a)< 5ans… ; b) Entre 5 et 10 ans…… ///c) />…10 ans….

Question N° 1 :

Pensez-vous qu'il y a un risque au niveau de votre travail?

Oui Non

Question N° 2 :

D'après vous quel est le risque le plus répondu dans un laboratoire microbiologique?

Risque infectieux Risque chimique

Question N° 03 :

Donnez la définition du risque infectieux ?

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………

Question N° 04 :

Quelle sont les voie de pénétration des germes dans l'organisme ?


…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………

Question N° 05 :

Quelle est la classification des agents pathogène infectieux par groupes de risque
infctieux?

…………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………...
Question N° 06:

D'après vous de quel risque peuvent-ils- les lunettes vous protège ?

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………

Question N° 07 :

D'après vous quel est l'objectif d'utilisation d'un masque?

…………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………

Question N° 08:

Avez-vous été une victime d'un accident de travail?

Oui Non

Question N° 09 :

Quelle la nature de votre accèdent?

Piqure

Coupure

Projection

Question N° 10 :

La déclaration est-elle immédiate ou tardive

Immédiate tardive

Question N° 11:

Avez-vous fait des Vaccins au début de votre carrière?

Oui . Non
Question N° 12 :

Avez-vous reçu une formation sur le risque infectieux ?

Oui . Non

Question N° 13 :

Pensez-vous que vous avez besoin de réactualiser vos connaissances sur le risque
infectieux professionnel ?

Oui . Non
observation OUI NON
Lavage des mains
 Après toute manipulation de produit biologique
 Après d'ôter les gents.
 Avant d’aller boire ou manger
Disinfections du paillasse
 Après chaque activité
 Avant et après ;
 Avant justement
La position devant Bec de benzène:

Port du gant
 La réception
 Le débouchage des tubes
 La manipulation de pipette de pasteur
 Le rangement et désinfection des matériels
L'équipement :
 utilisation de PSM
 inutilisation de PSM
Elimination des déchets :
 élimination des déchets selon les normes et réglementation
 présence de conteneurs à la portée des mains pour les objetss
souillés
Manipulation des produits piquants, tranchants et verreries
la tenue et port d’équipement de protection individuelle
 personnels portant une tenue convenable et
equipment de protection individuelle
 personnels portant une tenue non convenable ou
n’utilisant pas l’équipement de protection individuel
FIG N01 : pictogramme

FIG N02 : moyens de protection


Abréviations

EPH : Etablissement populaire Hospitalière

BK: Bacille de Kock

VHB:Virus Hépatite B

VHC:Virus Hépatite C

AES:Accident Exposant au Sang

AT:Accident de Travail

GBEA: Guide de Bonne Exécution des Analyses de biologie médicale

BCG: Bacille de Calmette-Guérin

HBs: antigène d’Hépatite B de la surface

PSM: Postes de Sécurité Microbiologiques

HEPA: (High Efficiency Particulate Air): filter capable d’arrêter tout micro-
organism

UV: Ultraviolet
Résumé :

Notre enquête a porté sur les risques infectieux dans les laboratoires de la
microbiologie

Elle a englobé le vent neuf (29) professionnels de santé exerçant au niveau de


laboratoire d’hôpital l’EPH Ahmed Ben Adjila de Laghouat et le laboratoire
d’EPHBedjra Abdelkader d’Aflou.

Notre travail s’inscrit par ailleurs dans l’objectif évaluer le niveau de


connaissance, d’information et des attitudes des laborantins et proposition d’un
ensemble de mesures visant à réduire le risque infectieux chez les laborantins.

L’analyse de résultats enregistrés confirme notre hypothèse de recherche et


montre certaines difficultés rencontrées par les praticiens lors le risque infectieux dans
les laboratoires de la microbiologie.

Afin de nuancer ces difficultés, nous proposons un certain nombre des


recommandations et des suggestions.

Mots clés :

 Risque infectieux
 Laboratoire microbiologie
 Accident de travail
 Maladie infectieux
 La prévention