Está en la página 1de 30

Page | 1

CONTENU
I. L’Histoire du Reiki ...............................................................................................................................................3
II. Les dégrés de Reiki ............................................................................................................................................11
III. Découverte de l’energie ....................................................................................................................................12
IV. Les cinqs principes de Reiki ...............................................................................................................................13
V. Au sujet du traitement Reiki .............................................................................................................................15
VI. Les mudra...........................................................................................................................................................17
VII. Position de mains pour l’autotraitement .........................................................................................................19
VIII. Position de mains pour le traitement à une autre personne ..........................................................................22
IX. Les aspects pratiques d’un traitement reiki complet .......................................................................................26
X. Les chakras ........................................................................................................................................................29

Page | 2
I. L’HISTOIRE DU REIKI
L’histoire du Reiki a commencé il y a près d’une centaine d’années au Japon grâce à Mikao Usui,
né le 15 Août 1865. C’était un personnage, hors du commun à différents points de vue que la
Vie a préparé pour réaliser une mission extrêmement importante.

II est né dans une famille de samouraïs. Même si les samouraïs étaient déjà interdits à l’époque,
une tradition de plusieurs centaines d’années ne s’oublie pas du jour au lendemain.
Probablement grâce à cela, dès sa prime jeunesse, il a commencé à s’intéresser à l’utilisation
des énergies d’une façon générale et à la spiritualité que cela pouvait impliquer.

Vers l’âge de huit ans, il commence à pratiquer le Kiko (version japonaise du Qi Gong). Au bout
de deux ou trois, ans il acquiert des capacités énergétiques surprenantes et il peut déjà traiter
d’autres personnes avec cette énergie. Mais bien que les traitements qu’il donne soient
valables et efficaces, il découvre rapidement qu’en donnant sa propre énergie, dans les cas plus
difficiles, il est pratiquement « vidé » de son énergie. II renonce donc au Kiko en tant que
pratique thérapeutique.

II continue son éducation à l’école et - en même temps - fait des études dans différents
domaines. II est naturellement attiré par les arts martiaux et grâce à cela il apprend beaucoup à
propos de l’utilisation de l’énergie, du Ki.

II a reçu l’éducation religieuse de base de l’époque : le shintoïsme et le bouddhisme. Avec le


temps, son questionnement spirituel change et il s’intéresse de plus en plus à la religion. II
commence par approfondir le shintoïsme, qui a été la religion/pratique spirituelle initiale au
Japon.

II y avait aussi le Bouddhisme, imposé par l’Empereur Meiji en tant que religion d’état. Malgré
cela, le shintoïsme n’a jamais disparu. Ce qui fait que, même aujourd’hui, les Japonais
pratiquent une religion basée sur un mélange de Shintoïsme et Bouddhisme auquel on a même
ajouté des éléments chrétiens.

En résumé, l’apprentissage spirituel et énergétique de Mikao Usui a été grandement influencé


par ces quatre voies principales : Shintoïsme, Bouddhisme, les pratiques des Samouraïs et le
Shugendo. Le temps passe et Mikao Usui termine ses études, se marie et a deux enfants. II
travaille dans différents domaines mais son activité principale est toujours ciblée vers
l’intérieur, pour grandir intérieurement. II dépasse la cinquantaine, se rapproche de la
soixantaine et, malgré les cinquante ans de pratique spirituelle, il n’a toujours pas trouvé la
sérénité ; il est conscient qu’il lui manque encore quelque chose.

Page | 3
Bien qu’arrivé à un très haut niveau spirituel, il est conscient qu’aussi longtemps que nous
sommes incarnés, il nous manquera toujours quelque chose.

II était relativement introverti, il ne parlait pas facilement de lui-même. À cette étape de sa vie
où il sent qu’il lui manque toujours quelque chose, il décide de faire pour la troisième fois de sa
vie une méditation bouddhiste qui s’appelle la Méditation de la repentance du lotus. C’est une
méditation très complexe qui dure trois semaines et il choisit comme lieu de méditation la
petite montagne Kurama, au Nord de Kyoto. II ne choisit pas cet endroit par hasard, mais pour
ses qualités énergétiques très particulières.

Déjà en l’an 770, on avait construit un premier temple sur cette montagne parce que c’était un
endroit béni des Dieux. II y avait alors (et il y a toujours) une énergie tellement puissante que
même une personne, qui n’a pas beaucoup d’expérience, en perçoit l’énergie et la sérénité. Ce
premier temple existe toujours, bien qu’il ait été reconstruit et rénové maintes fois suite à des
incendies, des tremblements de terre, etc.

Au cours des siècles, le lieu est devenu un endroit très connu au Japon, un véritable lieu de
pèlerinage pour des dizaines de milliers de personnes tous les ans. II n’est pas visité
uniquement par des praticiens de Reiki, mais aussi par une multitude de personnes qui ne
savent peut-être même pas que le Reiki existe et qui viennent ici pour se recueillir ou faire un
pèlerinage spirituel.

Mikao Usui choisit donc cette montagne pour des raisons énergétiques mais également parce
que l’animal totem de la montagne Kurama est le tigre torsadé qui représente la
transformation intérieure.

Pendant les trois semaines que dure la Méditation de la repentance du lotus, Mikao Usui
médite, chante, et réalise toutes les pratiques qui en font partie. Au cours de cette méditation,
il vit un moment hors du commun, un satori ou « illumination ».

Quand on dit satori - illumination, on ne compare en aucun cas Mikao Usui aux Grands Maîtres
de l’histoire comme Bouddha ou Jésus-Christ. Le satori est un moment, un état hors du temps,
hors de l’espace. La vie d’une personne qui a eu un satori change totalement.

Voici ce qui s’est passé pour Mikao Usui : en rentrant chez lui, il sent qu’une nouvelle énergie
passe par ses mains et il est très confus. De son point de vue, il ne peut y avoir de « nouvelle »
énergie parce que dans l’Univers il n’y en a qu’une seule : l’Energie Universelle. Elle est captée
et canalisée par les différentes formes de vie de l’Univers. Ce que l’être humain capte
naturellement et automatiquement s’appelle le Ki au Japon, Chi en Chine, Prana en Inde, Mana
aux îles Hawaï. Mikao Usui sait parfaitement bien utiliser le Ki mais ce qu’il sent maintenant est
très différent de ce qu’il connaît : il ne peut manipuler cette énergie, il ne peut lui imposer sa
volonté d’aucune façon. Malgré cela, il se dit « Etant donné que tu sens cette énergie suite à
l’expérience sur la montagne, ça doit être bon pour toi », c’est du bon sens.

Page | 4
Le Reiki est un mot japonais
qui s’interprète par

Rei veut dire universel


et inclut la matière, l'âme et
l'esprit.
Ki renvoie à l'énergie vitale
qui circule en nous, l’énergie
divine
ou universelle de vie.

II commence à appliquer ses mains sur son propre corps et il se rend compte très rapidement
que cela lui fait du bien et qu’il se sent de mieux en mieux. II pratique sur les membres de sa
famille et cela leur fait également du bien. II essaye sur d’autres personnes qui ne font pas
partie de sa famille et cela leur est aussi très bénéfique. II se rend compte en l’espace de
quelques semaines seulement que malgré le fait qu’il n’a jamais étudié cette énergie, qu’il ne la
comprend pas et qu’il ne la maîtrise pas, ses effets sont hautement bénéfiques pour tous.

II laisse tomber toutes ses autres activités et il se dédie de plus en plus à la pratique de cette
nouvelle énergie qu’il définit peu à peu comme « énergie universelle de vie qui a une
conscience propre ». Le mot « Reiki », qui va faire partie par la suite du système utilisé par
Mikao Usui, est un mot qui existait déjà en japonais. Ce n’est pas Mikao Usui qui l’a inventé
comme il est dit dans certains livres ; c’est un mot qui désigne l’Energie Divine ou l’Energie
Cosmique. Dans un premier temps, M. Usui n’utilise pas ce mot. Son système s’appelle
simplement Usui Teate ( La Méthode Usui de la main).

Très rapidement, il est amené à fonder une organisation qu’il appelle « Usui Reiki Ryoho Gakkaî
» et c’est dans ce cadre qu’il continue ses activités. II y donne beaucoup de traitements et
beaucoup d’initiations.

Sur la stèle funéraire de Mikao Usui il est précisé qu’entre 1922 - l’année de son satori - et sa
mort en 1926, il a initié plus de 2 000 personnes, dans un but thérapeutique pour la majorité
d’entre elles. Parmi ces 2 000 personnes, près de 70 ont fait le deuxième degré et parmi ces 70
personnes, 19 ont passé la Maîtrise.

Mikao Usui est décédé le 9 Mars 1926 d’une attaque cérébrale.

Page | 5
L’organisation qu’il a fondée continue à fonctionner. II en a été le premier président ; par la
suite, les présidents se sont succédé pour des périodes plus ou moins longues et aujourd’hui
l’Organisation en est à son 7eme président.

Parmi les élèves qui sont arrivés au niveau de la Maîtrise, il y avait un monsieur qui s’appelait
Chujiro Hayashi, médecin, officier dans la Marine Impériale. C’est un personnage très
intéressant, en tout cas pour nous, parce que c’est aussi grâce à lui que le Reiki est arrivé
jusqu’à nous. II vient voir Mikao Usui en 1925 quand le Reiki devient très à la mode parmi les
officiers de marine.

Chujiro Hayashi arrive rapidement au niveau de la Maîtrise (Shinpiden en Japonais) et, après la
mort de Mikao Usui, il reste dans l’organisation jusqu’en 1931, date à laquelle il décide de partir
et de fonder sa propre école qu’il appelle "Hayashi Reiki Kenkyukai" : Le Centre Hayashi de
Recherche Reiki. Dans ce Centre de Reiki, Chujiro Hayashi propose des initiations et, aidé par
ses élèves, il dispense beaucoup de traitements à des personnes non initiées. II connaît un très
grand succès et de plus en plus de gens viennent vers lui.

En 1935, arrive à cette clinique une dame appelée Hawayo Takata. Ses parents étaient Japonais,
mais elle est née à Hawaï (c’est même pour cette raison qu’on l’a appelée Hawayo).

Elle est née en 1900. En 1935, à 35 ans, elle est veuve, avec deux enfants, elle est extrêmement
pauvre - elle n’a qu’une petite maisonnette comme unique et seul bien - et elle est très malade.
Elle est tellement pauvre qu’elle n’a pas d’argent pour aller voir le médecin ; et comme elle ne
va pas voir le médecin, elle est très malade. Elle se trouve dans un cercle vicieux et n’arrive pas
à régler ses problèmes.

Sa sœur qui habite également à Hawaï décède. Selon la tradition de l’époque, Hawayo Takata
doit apporter en personne la nouvelle du décès de sa sœur à ses parents. Elle vend donc son
seul bien, la maisonnette, pour pouvoir payer le billet de bateau et elle part pour le Japon, avec
aussi l’espoir de trouver là-bas une solution à ses problèmes de santé.

Et c’est exactement ce qui se passe : ses parents l’aident à aller voir un médecin qui, d’après le
récit de Mme Takata même, lui trouve des calculs biliaires, un début d’appendicite et surtout
une tumeur dans le ventre. Le médecin commence à la préparer pour l’opération sauf que
l’Univers intervient : Mme Takata entend une voix qui lui dit que « L’opération n’est pas
nécessaire ! ».

Mme Takata, n’étant pas une femme mystique, croit dans un premier temps qu’on lui fait une
mauvaise blague. Ce n’est pas une blague et elle entend cette voix une deuxième fois «
L’opération n’est pas nécessaire » et même une troisième, de manière de plus en plus nette et
de plus en plus claire. Elle prend alors « la voix » au sérieux et demande à son médecin s’il
existe une autre façon de guérir, à part l’opération. A sa grande surprise, le médecin lui parle
d’une méthode différente, énergétique et l’envoie vers Chujiro Hayashi. Elle va à la clinique de

Page | 6
Chujiro Hayashi où elle reçoit du Reiki pendant quarante jours de la part de deux personnes
simultanément. Quand, au bout de quarante jours, elle retourne voir son médecin, elle n’a plus
rien : pas d’appendicite, pas de calculs biliaires, pas de tumeur dans le ventre. Elle n’a vraiment
plus rien !

Bien sûr, elle est plus qu’impressionnée. Elle retourne tout de suite au Centre de

C. Hayashi et lui dit : « Je ne sais pas ce que vous faites ici, mais je veux apprendre et faire
comme vous ». C. Hayashi dit : « D’accord, bien, sois la bienvenue »... et elle commence
l’apprentissage du premier degré. Pendant l’année qui suit, elle travaille dans la clinique de C.
Hayashi le matin et l’après-midi elle fait des soins à domicile, aux gens qui ne peuvent se
déplacer. Au bout d’un an, elle reçoit son deuxième degré et décide de rentrer chez elle à
Hawaï où elle ouvre son propre cabinet.

Elle a eu un très grand succès et elle disait toujours, comme nous aujourd’hui « Ce que je fais
n’est pas un don, j’ai appris cela ». « Ce n’est pas moi, je ne suis qu’un canal, toute personne
peut faire cela ». Et quand les gens entendaient cela, ils disaient « Moi aussi, je veux apprendre,
où peut-on apprendre cette technique ? »

C’est pourquoi elle invite Chujiro Hayashi à venir à Hawaï en 1938 pour initier tous ces gens. II
arrive en février et, par la même occasion, il donne l’initiation à la maîtrise à Mme Takata qui
devient ainsi Maître Reiki.

Chujiro Hayashi et Hawayo Takata s’entendent bien et démarrent une collaboration très
importante au niveau professionnel de sorte qu’il revient plusieurs fois à Hawaï. Mais, un jour,
en rentrant d’un de ces voyages, lui qui était toujours officier de marine, apprend qu’il est
soupçonné d’espionnage. Rappelons-nous qu’il était militaire, que c’était juste avant la
deuxième guerre mondiale et que les relations entre le Japon et les Etats-Unis étaient très
tendues. Apparemment, il n’a jamais fait d’espionnage, mais si ce soupçon planait sur lui, il
devait sauver son honneur. Et la seule façon pour les militaires Japonais de le faire était de se
suicider. II s’est donc suicidé et, grâce à cela, il a été enterré avec tous les honneurs dus à un
officier de marine ; en même temps, l’honneur de sa femme et de sa famille a également été
sauvé.

Se suicider n’est pas bien vu en Occident, mais du point de vue d’un officier japonais de
l’époque, c’était la seule chose à faire.

Sa femme reprend le Centre et c’est elle qui continue à y enseigner le Reiki.

La guerre commence, Mme Takata est à Hawaï et elle a très peur. Bien qu’elle soit née à Hawaï,
Mme Takata est d’origine japonaise. Donc, elle a peur d’avoir des ennuis en tant que Japonaise,
voire même d’être déportée. De plus, elle se dit : « Non seulement je suis Japonaise mais je
propose aux gens des traitements inhabituels dans un système conçu par un Japonais ». Elle

Page | 7
sent le besoin d’être très discrète, enlève l’enseigne de sa porte et la cache au fond de la cave.
(Cette enseigne a été retrouvée pratiquement 50 ans plus tard au fond de cette même cave,
par hasard, par un Monsieur qui habite dans cette même maison et qui est Maître Reiki !)

Vers les années cinquante, Mme Takata recommence à donner des traitements et des
initiations. Elle arrive sur le continent américain et initie de plus en plus ouvertement :
rapidement, la situation redevient parfaitement calme. Elle se met alors à voyager et à initier
de plus en plus. Les années passent et au début des années 1970, elle se dit :

"Je suis toujours le seul Maître de Reiki dans le monde. J’ai déjà plus de 70 ans et bien que je
sois en pleine forme, je ne vais pas vivre éternellement ".

Étant donné que Chujiro Hayashi n’était plus de ce monde et qu’elle n’avait pas maintenu de
relation avec sa femme, elle ne connaissait personne d’autre qui faisait du Reiki au Japon ; elle
croyait que tous les enseignants avaient disparu pendant la guerre. Sentant cette grande
responsabilité peser sur ses épaules, elle commence à proposer la Maîtrise et jusqu’en
décembre 1980, où elle décède d’une crise cardiaque, elle initie 22 Maîtres de Reiki.

Ces 22 maîtres de Reiki se rencontrent en 1981 et en 1982 et décident de fonder une


association, organisation de soutien réciproque qu’ils appellent « L’Alliance de Reiki ». Comme
toute organisation, il y a des règles de fonctionnement et il faut un Président. Mais tout le
monde n’est pas d’accord avec ces règles les considérant trop dures, trop strictes et trop
rigides. On suggère un Président, la petite fille de Mme Takata, Phyllis Lei Furumoto. Mais
encore une fois tout le monde n’est pas d’accord avec cette proposition. De plus, on vient avec
l’idée que le Président ne s’appelle pas « Président » mais, pour faire la différence entre les
autres Maîtres et lui, que son titre soit « Grand Maître ». Et une fois de plus, tout le monde
n’est pas d’accord avec cette idée.

Donc, une partie des Maîtres a adhéré à l’Alliance et l’autre partie a dit : « Nous nous déclarons
Maîtres indépendants ». C’est à ce moment-là que l’appellation « Maître de Reiki indépendant
» a commencé à être utilisée : « Nous nous déclarons indépendants par rapport à cette
organisation, l’Alliance ».

Les années qui ont suivi ont été très intéressantes.

D’une part, les Maîtres de l’Alliance, malgré les prix pratiqués et les règles très strictes, ont eu
une activité très intense. Ils sont devenus des enseignants de Reiki professionnels et ont fait un
travail important.

D’autre part, les autres Maîtres, ceux qui se sont appelés « indépendants », ont eux-aussi fait
un travail extraordinaire mais d’une façon plus flexible, plus accessible. Ils ont baissé les prix par
rapport à l’Alliance, ont proposé des périodes d’attente moins longues entre les niveaux et ils
ont inclus de nouveaux éléments dans la pratique et l’enseignement.

Page | 8
Dès 1982, le Reiki se développe à une allure qu’aucune autre technique n’avait connue, et ce,
quelle que soit la technique et son origine, d’Orient ou d’Occident. À tel point que maintenant,
25 ans plus tard, des 22 Maîtres de Reiki qu’il y avait dans le monde occidental, il y en a
quelques centaines de milliers. Et de quelques milliers de praticiens (tout au plus) qu’il y avait -
notamment aux Etats-Unis - il y a aujourd’hui des millions de praticiens dans le monde. Tout
cela, grâce à cette poignée de personnes, les 22 Maîtres Reiki du départ !

Dans le tableau de l’évolution du Reiki, ces 22 personnes ont fait un excellent travail. Nous
pouvons aujourd’hui pratiquer le Reiki grâce à Mme Takata et à ces 22 Maîtres - pour cela, j’ai
beaucoup de gratitude envers eux et je les honore.

II y a beaucoup de branches de Reiki et tout va bien aussi longtemps qu’on respecte l’esprit du
Reiki Usui. Le problème, c’est que parfois on ajoute des pratiques et des croyances qui n’ont
rien à voir avec le Reiki. Exemple : pour que le Reiki fonctionne, il faut croire (avoir la Foi), le
Reiki dépend de tel ou tel « Maître », etc. Ces idées sont fausses et les croyances personnelles
des praticiens n’influent en rien sur la qualité de l’énergie canalisée par leurs mains. Le Reiki est
un phénomène énergétique totalement indépendant de nos croyances en tout genre et l’âge, le
sexe, la religion, les études, la profession, etc. n’influencent en rien son efficacité.

Si vous avez acheté un livre ou si vous achetez prochainement un livre sur le Reiki publié avant
2002 - 2003, il est possible que vous trouviez une autre version de l’histoire du Reiki : c’est la
version que Mme Takata racontait à l’époque.

Quand elle a repris ses activités après la guerre, Mme Takata a senti le besoin d’apporter
quelques changements au Reiki pour qu’il soit accessible et acceptable pour les Américains de
l’époque. Elle a donc simplifié l’enseignement du Reiki, a supprimé énormément de techniques
et a aussi changé son histoire.

Elle disait ainsi que Mikao Usui avait été moine chrétien et qu’il était doyen de l’Université
Doshisha de Kyoto. C’était deux éléments extrêmement importants : « moine chrétien », du
point de vue des Américains, c’était acceptable ; il était comme eux, chrétien. « Doyen de
l’Université de Doshisha de Kyoto » montre une bonne position sociale, parfaitement
respectable.

Mme Takata a continué avec son histoire en disant qu’en tant qu’enseignant à la faculté de
théologie, un dimanche matin, un de ses étudiants dit à Mikao Usui : « Si Jésus-Christ faisait des
miracles et disait "Ce que je fais, vous pouvez le faire aussi", alors Monsieur Mikao Usui,
pouvez-vous nous faire une démonstration d’un tout petit miracle ? ». Mikao Usui ne peut pas
faire la démonstration ; alors il démissionne pour aller chercher la réponse à cette question : «
Peut-on faire des miracles comme Jésus-Christ ? » II ne trouve pas la réponse au Japon et part
pour l’étranger. Et alors - toujours selon Mme Takata - il va à Chicago, aux Etats-Unis, et selon
les versions, il y reste entre 3 et 7 ans... Qu’est-ce qu’il y avait à Chicago en 1850 ? Rien qui

Page | 9
puisse intéresser Mikao Usui ! Quoi qu’il en soit, grâce à cet élément complètement naïf, les
Américains ont accepté l’histoire de Mme Takata sans la remettre en question, sans faire les
moindres recherches et Mme Takata a pu enseigner le Reiki sans problème.

Après la mort de Mme Takata, des personnes ont commencé à faire des recherches, et déjà
dans les années 1993 - 1994, on savait que Mikao Usui n’avait jamais été à l’Université de
Chicago et jamais non plus à l’Université Doshisha de Kyoto, mais on n’avait aucune autre
information. Certaines personnes disaient même : « A-t-il vraiment existé, ce Mikao Usui ? ».
Heureusement la réponse est venue toute seule. Vers 1992, un maître de Reiki allemand qui
s’appelle Frank Arjava Petter, marié à une Japonaise, décide de s’établir au Japon. II ouvre, avec
sa femme, une école de langues pour enseigner l’anglais. Lui, qui venait juste de passer sa
maîtrise de Reiki en Allemagne, se dit : « Et si j’essayais d’enseigner le Reiki également ? » ; et il
a un succès presque instantané. Des centaines de personnes viennent de tout le Japon pour se
faire initier.

Puis il commence à recevoir des demandes pour le deuxième degré et la Maîtrise de la part de
gens qui n’ont pas passé les degrés antérieurs avec lui et il se dit : « Mais d’où viennent ces
gens ? Je suis le seul Maître de Reiki au Japon, il n’y a personne d’autre, d’où viennent-ils ? Qui
les a initiés ? »

C’est grâce à cela qu’il a commencé à faire des recherches. F. A. Petter finit par découvrir tous
les détails de la vie de Mikao Usui, tels qu’ils sont exposés au début de ce chapitre. Il apprend
ensuite où se trouve la tombe de Mikao Usui au cimetière Saihoji de Tokyo ; à côté de la tombe,
il y a une grande stèle funéraire érigée en 1927 par ses élèves, sur laquelle sont gravés
beaucoup de détails de sa vie. Tout cela, Frank Arjava Petter le partage avec le monde dans un
premier livre qu’il a appelé « Le Feu du Reiki ».

Il continue ses recherches et trouve encore d’autres éléments intéressants qu’il communique
dans son deuxième livre : « Le Legs du Docteur Usui ». Ces livres ne sont pas juste des livres
d’histoire : F. A. Petter y présente le Reiki, parle beaucoup du côté spirituel et il aborde aussi le
côté pratique et thérapeutique.

Plus tard, il se rappelle que, quelques années auparavant, on lui avait donné un manuscrit en
japonais en lui disant que « Ça a une relation avec le Reiki ». Mais, étant donné que sa femme
ne comprend pas le vieux japonais, il l’avait mis de côté pour plus tard. Deux ans après avoir
reçu ce manuscrit, il se souvient de son existence et demande à ses beaux-parents de traduire
au moins son titre pour avoir une idée du contenu de ce document. C’était tout simplement le
Manuel de Reiki que Mikao Usui donnait à ses élèves ! II l’avait eu à la maison pendant deux ans
et il n’avait pas conscience de l’importance de ce document. Alors, il le fait traduire tout de
suite du vieux japonais au nouveau japonais, du nouveau japonais à l’allemand, puis à l’anglais
et il publie un troisième livre : « Le Manuel Originel de Reiki de Mikao Usui ».

Page | 10
C’est un très beau livre, très instructif, avec les indications de Mikao Usui et quelques
commentaires et explications de F. A. Petter, rempli de photos en couleurs.

Grâce à son travail, nous avons appris non seulement l’histoire du Reiki, mais notre pratique a
été complétée en reprenant toutes les techniques que Mme Takata avait supprimées.

Ce que F. A. Petter a fait pour le Reiki est d’une importance capitale.

II. LES DEGRES DE REIKI


Dans l'enseignement proposé par Hawayo Takata, le reiki était enseigné en trois niveaux.

Premier niveau, initié reiki (shoden)

Au cours de ce niveau, l'initié recevait 4 initiations lui permettant de canaliser l'énergie reiki, il
apprenait les 5 principes, les positions des mains pour l'auto- traitement et pour donner un
traitement à une personne, et l'histoire du reiki.

Second niveau, praticien reiki (okuden)

Au cours de ce niveau, l'initié recevait une nouvelle initiation, les trois premiers symboles du
reiki, ainsi que leur usage, entre autres le traitement à distance.

Troisième niveau, maître reiki (shinpiden)

Au cours de ce niveau, l'initié recevait une dernière initiation, le symbole du maître, et


comment l'utiliser, c'est-à-dire, comment réaliser les initiations.

On enseigne parfois que le premier niveau de reiki agit sur le physique, le second sur le mental
et le troisième sur le spirituel. En pratique, on constate qu'un traitement donné par une
personne initiée au reiki I peut tout à fait donner lieu à des guérisons spirituelles.

Le reiki, tel qu'il est diffusé par la plupart des maîtres indépendants aujourd'hui, est enseigné
en quatre niveaux. Les deux premiers degrés restent similaires. Le degré III (aussi appelé IIIa)
correspond au niveau de maître praticien, comporte des enseignements hérités du reiki tibétain
(guides reiki, grille reiki, symboles tibétains...) et le degré IV (aussi appelé IIIb) est équivalent à
l'ancien degré III qui correspond au niveau de maître enseignant.

Le reiki japonais est également décliné en quatre niveaux.

Soit le premier niveau est partagé en deux : shoden, chuden, okuden, shinpiden.

Soit le second : shoden, okuden zenki, okuden koki, shinpiden

Soit le troisième : shoden, okuden, shinpiden, gokuikaiden

Page | 11
J'ai reçu un enseignement mixte, composé de reiki occidental, de reiki tibétain et de reiki
japonais, basé sur quatre niveaux. Je trouve que les trois approches proposent des pratiques
intéressantes et complémentaires. C'est pour cela que mes cours complets comprennent tout
ces enseignements.

Ce manuel étant uniquement dédié à la découverte de l'auto- initiation, il ne comprend que


deux niveaux. Le niveau débutant, et le niveau praticien.

III. DECOUVERTE DE L ’ENERGIE


Ressentir l'énergie n'est en soi pas nécessaire à la pratique du reiki. Il suffit en réalité d'avoir
l'intention de canaliser de l'énergie pour le faire. Il faut garder à l'esprit que d'une manière
générale, il n'y a pas forcement de corrélation entre les ressentis et l'efficacité du reiki. Bien des
débutants ne ressentent pas encore l'énergie, et pourtant, ils constatent des changements dans
leur vie suite à la pratique quotidienne de l'auto-traitement. Lorsqu'ils font un traitement à
autrui, si la personne traitée est assez sensible, elle peut ressentir l'énergie. Par contre, c'est
très frustrant de ne rien ressentir, cela n'encourage pas à continuer la pratique. Le fait de
ressentir permet d'avancer beaucoup plus vite.

Si vous débutez totalement avec l'énergie, voici une méthode très simple qui permet de
découvrir l'énergie et qui ne demande aucun don spirituel particulier. Avec cette méthode, tout
le monde arrive à ressentir l'énergie en seulement quelques minutes. Choisissez une de vos
mains, repliez tous vos doigts, sauf l'index, et concentrez-vous sur lui. Essayez par votre
volonté, de provoquer une sensation, cela peut prendre la forme d'un picotement ou une
légère vibration. Si vous n'y arrivez pas les yeux ouverts, continuez en fermant les yeux. Cette
pratique permet tout simplement de prendre conscience du fait que nous possédons un être
intérieur, et que d'habitude, nous sommes tournés vers notre être extérieur. Le développement
de cette conscience de l'être intérieur est la clef de toute spiritualité. La pratique régulière de
l'auto-traitement vous permettra de développer cette conscience.

Page | 12
IV. LES CINQS PRINCIPES DE REIKI
Les cinq principes du reiki, parfois appelé « idéaux du reiki », ont souvent été adaptés par un
enseignant ou un autre. Voici les cinq principes tels que les enseignait Takata.

Le reiki, ce n'est pas uniquement une question d'énergie, ou d'assiduité, c'est aussi une
question de transformation. Les cinq principes permettent de donner la direction de cette
transformation. L'idée n'est pas de culpabiliser parce que nous sommes sortis des cinq
principes. Nous ne sommes pas des saints et, par nature, nous sommes faillibles. Au contraire, il
est question d'auto- connaissance et d'auto-acceptation. Le but est d'accepter la remise en
cause, d'accepter ses erreurs et d'essayer de ne pas toujours refaire les mêmes.

Page | 13
La colère est destructrice, avant tout pour vous-même, et elle ne fait avancer aucune situation.
Avec l'inquiétude, nous sommes face aux deux sources des plus grandes pertes d'énergies
qu'un être humain peut connaître. Reconnaître que notre vie est bénie est un bon moyen de se
tenir éloigné de l'inquiétude. Nous avons tous des choses dans notre vie pour lesquelles nous
pouvons ressentir de la gratitude, la santé, le fait d'avoir un toit et de quoi manger, d'être
entouré de gens qui nous aiment. C'est comme lorsque vous conduisez une voiture, si vous
focalisez votre regard vers le fossé, vous prendrez la direction du fossé. C'est pour cela qu'il faut
essayer de fuir la négativité en se concentrant sur les bonnes choses de notre vie. Exercer un
travail honnête est une source de tranquillité. Être bon avec les gens qui nous entourent
permet d'obtenir le meilleur d'eux-mêmes, même si ceux-ci ne le « méritent » pas, l'amour ne
coûte rien.

Au- delà des cinq principes, lorsque l'on donne un traitement à autrui, il y a une certaine
éthique à respecter. Lorsqu'une personne souhaite recevoir un traitement reiki, il est possible
qu'elle soit vulnérable émotionnellement. Cette personne va placer sa confiance en vous, parce
que vous avez une connaissance et une capacité qu'elle n'a pas forcément développée. Il est
important de ne pas trahir cette confiance et de savoir rester à sa place.

➢ Demandez la permission avant de donner un traitement, ne forcez pas la personne.


C'est à elle de savoir si elle souhaite ou non un traitement.

➢ Considérez que toute information que vous donne la personne est confidentielle.

➢ Avant de commencer, décrivez à la personne en quoi consiste le reiki, ce qu'il va se


passer. Demandez à la personne où elle ne souhaite pas être touchée (ou évitez de toucher les
parties intimes en restant à dix centimètres). Nous nous touchons assez peu dans notre société.
Le reiki est quelque chose de particulier de ce point de vue et il faut bien entendu garder
l'attitude la plus respectable possible. Il est inutile de faire déshabiller une personne pour lui
donner un traitement reiki.

➢ Ne promettez pas de guérison, ne faites pas de diagnostic, à moins que vous soyez
médecin. Expliquez le rôle de thérapie complémentaire du reiki, et conseillez à la personne de
voir un médecin si elle semble en avoir besoin. De la même façon, si la personne ressent une
libération émotionnelle et se confie à vous, écoutez-la d'une oreille attentive, montrez-lui que
vous êtes à l'écoute, mais, à moins que vous soyez psychologue ou psychiatre, ne donnez pas
non plus de diagnostic. Si la personne semble en ressentir le besoin, dirigez-la vers une
thérapie.

➢ Quand vous donnez un traitement à un enfant, vérifiez que l'un de ses parents est
d'accord.

Page | 14
V. AU SUJET DU TRAITEMENT REIKI
Pour donner un traitement reiki, on utilise les mains placées à plat, de façon légèrement
incurvée, tous les doigts joints (sauf certaines positions pour lesquelles les pouces ne sont pas
joints). Les mains sont soit placées en contact avec la personne traitée, soit au dessus, éloignées
jusqu'à dix centimètres.

Dans le cas où les mains sont posées, il doit s'agir d'un toucher léger, il ne faut pas s'appuyer
sur la personne. En reiki, les deux mains ont le même rôle et donnent de l'énergie de la même
façon. Lorsque la position le permet, il est préférable que les deux mains se touchent. Lorsqu'on
change de position, on déplace une main puis l'autre, pour garder le contact avec la personne.

La transmission d'énergie se fait principalement par la paume de la main.

Donc pour la position sur les yeux, il faut placer les paumes sur les yeux... La canalisation du
reiki doit être faite sans effort ni tension. Il suffit de poser ses mains avec l'intention de donner
du reiki et l'énergie se mettra à s'écouler d'elle-même, de façon passive. Lorsqu'on donne un
traitement reiki, nous sommes juste un canal, et il est souhaitable d'intervenir le moins possible
dans l'écoulement de l'énergie. Il faut apprendre à seulement être observateur et ne pas forcer
l'énergie.

Il ne faut pas non plus confondre la sensibilité que l'on a vis-à-vis de l'énergie, et l'énergie
réellement canalisée. Il est normal pour quelqu'un qui est novice en matière de spiritualité de
ne pas ressentir l'énergie dès le début. Cette sensibilité se développe avec la pratique régulière
du reiki, en quelques semaines ou en quelques mois. L'absence de cette sensibilité ne signifie
pas qu'il ne se passe rien. Même si vous ne ressentez rien, une personne qui reçoit un de vos
traitements peut tout à fait ressentir l'énergie.

Dans la version occidentale du reiki, on réalise un traitement complet, pour tout problème qui
n'est pas purement physique. En effet, le système du traitement complet permet de couvrir
tous les principaux méridiens et le fait de donner de l'énergie sur un méridien permet de traiter
un organe parfois éloigné du méridien. De plus, une maladie peut avoir des origines diverses et
complexes et ce procédé de traitement holistique permet d'atteindre la source du problème,

Page | 15
sans même avoir à la connaître. Encore une fois, une personne qui pratique le reiki n'est pas
habilitée à faire un diagnostic.

Pour faire un traitement complet, on reste environ trois à cinq minutes par position. Pour cela
on peut utiliser une musique destinée au reiki avec un son de clochette toutes les trois minutes.
Bien entendu, on peut aussi être à l'écoute de son intuition et rester plus longtemps lorsqu'on
ressent un besoin particulier à un endroit qu'il s'agisse d'un auto-traitement ou d'un traitement
donné à une autre personne. Par contre, il faut rester au moins trois minutes sur chaque
position.

Dans le cas d'un problème purement physique (coupure, brûlure, fracture), on peut faire un
traitement complet, mais il faut particulièrement insister sur la zone à traiter, au moins 15 à 20
minutes. Dans ce seul cas, on peut également ne traiter que la zone. S'il y a un pansement ou
un plâtre, on donne bien entendu du reiki à travers. Il faut s'assurer que l'on peut toucher un
pansement sans faire mal à la personne, dans le cas contraire, on donne du reiki sans toucher le
pansement.

Un traitement reiki complet dure environ une heure. Dans le cas d'un auto-traitement, on laisse
généralement le dos de côté, parce qu'il n'est pas facile de se traiter le dos soi-même, l'auto-
traitement a donc une durée plus courte, un peu plus de 30 minutes. Le traitement reiki est un
moment de détente, mais il est également possible que le traitement déclenche une libération
émotionnelle importante. Dans ce cas il ne faut surtout pas avoir peur et continuer le
traitement normalement.

Il est souhaitable, dans la mesure du possible, de donner pour un problème spécifique, quatre
traitements, sur quatre jours consécutifs. Un seul traitement peut être tout à fait efficace, mais
il est préférable d'en donner quatre. Bien entendu, si cela est possible, on peut également
donner un traitement chaque jour pendant de plus longues périodes, à une personne qui en
ressent le besoin.

Les traitements reiki peuvent entraîner une crise de guérison, c'est -à- dire une aggravation
légère des symptômes physiques ou mentaux. C'est en général plutôt bon signe et cela signifie
que le corps ou l'esprit a besoin d'évacuer des choses de cette façon. Le reiki est une technique
douce et en aucun cas elle ne peut mettre en danger une personne. Si cela intervient pendant
une série consécutive de soins, il faut continuer les traitements. Il faut également rassurer la
personne en lui expliquant que c'est un phénomène habituel et normal. On peut également
conseiller aux personnes qui reçoivent des traitements reiki de boire un peu plus d'eau que
d'habitude, cela aide également à éliminer.

Page | 16
VI. LES MUDRA
Une Mudra est un geste symbolique et sacré de la main porteur d’une signification globale bien
définie et qui a pour objectif d’induire une attitude psychologique, un effet énergétique et aussi
une expérience spirituelle. Il faut toujours aborder la pratique des Mudra avec un infini respect.

Nous savons tous, consciemment ou intuitivement, que notre corps est une « machine »
extrêmement complexe, intelligente, puissante, même magique… Nos mains, nous nous en
rendons compte ou pas, sont des émettrices et des réceptrices de cette « machine ». C’est le
reflet de nos pensées et de nos émotions car les mains « parlent ». Nos mains explorent le
monde, créent des contacts, elles caressent, réchauffent, protègent, créent mais peuvent aussi
repousser et être source de douleur et de destruction. Sans parler nous pouvons exprimer
énormément de choses avec la gestuelle des mains : l’amour pour quelqu’un, la tristesse et la
compassion, notre « fermeture » et le mécontentement… le spectre est très large. Nos mains
peuvent réconforter, soigner des maux. Ne serait-ce pas parce qu’elles sont en relation directe
avec l’énergie, les énergies de notre propre corps et de l’univers tout entier ?

Les mains sont de puissants transmetteurs d’énergies. La main possède un grand nombre de
correspondances nerveuses dans le corps, chacun des 10 doigts correspond à un organe, à une
partie du corps et du cerveau, aux centres énergétiques (chakras), aux enveloppes subtiles qui
entourent notre corps (l’aura), aux méridiens (des canaux ou courants énergétiques traversant
tout notre corps). Chaque doigt est en relation avec un des dix nerfs crâniens.

Selon leurs positions, les doigts font contact avec nos méridiens. Ces gestes simples permettent
une meilleure circulation de nos énergies vitales ayant des effets bénéfiques sur le corps et
l’esprit. Le bout de nos doigts peut (re)diriger une énergie vers un point donné, donc nous
recentrer, rectifier, nettoyer, purifier, stimuler ce qui doit l’être.

Le contact des uns avec les autres symbolise la synthèse des Eléments concernés et les mudras
correspondantes sont sensées stimuler et unifier des différents Prana (différentes énergies
vitales circulant dans le corps). Ces Pranas doivent circuler librement par les différents Nadis et
les chakras pour que l’on soit en bonne santé physique et mentale. Les mudras permettent
donc de concentrer l’énergie et la focaliser dans une direction précise pour réguler, rediriger,
ré-harmoniser nos forces vitales.

Nos mains sont un miroir du corps et de l’esprit. Elles sont aussi une représentation de
l’univers, la main gauche s’identifie à la matrice, à la Terre, à l’Est et la main droite à l’Esprit, à
l’Ouest. Par conséquent, les mudras peuvent être associées aux Eléments, aux directions, aux
couleurs, aux divinités. Ces gestes peuvent symboliser la protection, l’hommage, la
bienveillance, la sagesse, le don, etc. D’autres visent l’immortalité, la jeunesse, la santé,
l’équilibre, l’éradication des maladies, l’apaisement de certaines émotions, le renforcement
d’énergies et aussi, bien sûr, l’éveil spirituel. Ces mudras réveillent en nous nos capacités, notre

Page | 17
bien-être, notre conscience… et harmonisent notre être individuel avec les processus de
l’Univers.

Il en existe un nombre assez large selon la tradition, la pratique – danse, rituels religieux, yoga,
méditation, thérapie… Les mudras, pour une utilisation plus efficace, peuvent être conjointes
avec des exercices de respiration (pranayama), le chant des mantras, des postures de corps, de
la tête ainsi que certaines contractions / verrouillages (bandha).

Pour faire REIKI, on va s’intéresser aux 2 mudras, le premier pour la réceptivité de l’énergie et le
deuxième, les plus connu qui neutralise les polarités positives et négatives de notre champ
électromagnétique, harmonise les deux hémisphères de notre cerveau. (Figure ci-dessous)

Page | 18
VII. POSITION DE MAINS POUR L ’AUTOTRAITEMENT
L'auto-traitement peut se réaliser allongé ou assis. Quel que soit votre choix, vous
devrez vous asseoir pour traiter les genoux et les pieds.

1. Les yeux 2. Les tempes

3. La gorge 4. Derrière la tête

Page | 19
5. Le bas de la gorge 6. Le haut de la poitrine

7. Le bas de la poitrine 8. Le haut de l'abdomen

Page | 20
9. Le bas de l'abdomen 10. L'aine

11. Les genoux 12. Les pieds

Remarques :

Pour les positions 6 à 9, on couvre la totalité du corps (le nombre de positions varie
selon la taille des mains et du corps).

Pour les positions 11 et 12, on traite chaque genou et chaque pied.

Page | 21
VIII. POSITION DE MAINS POUR LE TRAITEMENT A UNE AUTRE PERSONNE
On peut donner du reiki dans n'importe quelle position, mais pour des raisons de
confort, on traite généralement une personne allongée.

1. Les yeux 2. Les tempes

3. La gorge 4. Derrière la tête

Page | 22
5. Le bas de la gorge 6. Le haut de la poitrine

7. Le bas de la poitrine 8. Le haut de l'abdomen

Page | 23
9. Le bas de l'abdomen 10. L'aine

11. Les genoux 12. Le haut du dos

Page | 24
13. La suite du dos 14. La suite du dos

15. Les hanches 16. Les fesses

Page | 25
17. Le pliant des genoux 18. Les pieds

IX. LES ASPECTS PRATIQUES D ’UN TRAITEMENT REIKI COMPLET


Quand la personne arrive pour recevoir un soin Reiki

Accueillez-la dans un espace favorisant le calme, la relaxation et l'intériorisation. Laissez-la


exprimer, si elle le souhaite, ce qui l'amène vers vous. Si elle n'a jamais reçu de traitement
complet de Reiki, expliquez-lui qu'elle n'a pas besoin de se dévêtir, que le soin se passe dans
le silence et assurez-vous qu'elle soit à l'aise avec le contact de vos mains, tout en précisant
que vous ne les poserez pas physiquement sur les parties intimes sur son corps. Invitez-la à
couper son téléphone, à retirer tout ce qui peut être contraignant ou inconfortable
(ceinture, cravate, montre, lunettes, porte-monnaie dans la poche arrière, ...) et demandez-
lui si elle souhaite passer au petit coin avant de s'installer en position couchée sur la table de
soin que vous aurez préalablement installée. Un fond musical très léger aura pour avantage
de faciliter la relaxation et de couvrir les bruits intestinaux survenant fréquemment durant le
traitement Reiki.

Le déroulement du traitement complet de Reiki

Après avoir retiré votre montre et vous être installé(e) en position assise à la tête de la table,
commencez par les positions de la tête, des épaules et du cou en vous inspirant de ce
descriptif de positions. Vos voies respiratoires étant proches du visage de la personne
traitée, soyez attentif/attentive à ne pas projeter votre souffle sur elle. Vos yeux peuvent
être ouverts ou fermés en fonction de ce qui est le plus confortable pour vous.

Page | 26
Selon votre préférence, placez-vous ensuite debout sur le côté gauche ou droit de la table
afin de poursuivre le traitement Reiki en direction des pieds. Il est important que vous soyez
confortablement installé(e). Votre confort est tout aussi important que celui de la personne
traitée. Les premiers soins Reiki que vous pratiquerez généreront sans doute un peu
d'inconfort, car vous devrez trouver vos repères, ajuster la hauteur de la table et adapter les
positions de traitement à votre propre morphologie ainsi qu'à celle du receveur. Vous
pouvez pratiquer la totalité du soin Reiki assis(e) si cela vous convient mieux. Il est juste
important de ne pas croiser vos jambes et de maintenir consciemment la plante de vos pieds
au sol afin de garantir la qualité de l'enracinement.

Faire retourner ou non la personne durant le soin Reiki

Dans la pratique traditionnelle du Reiki, la personne traitée devait se retourner sur le ventre
aux deux tiers du soin afin que puissent être pratiquées les positions du dos. Aujourd'hui la
grande majorité des thérapeutes Reiki ne font plus retourner le receveur qui reste couché
sur le dos durant tout le traitement, ce qui est plus confortable pour lui. Les deux méthodes
sont possibles et vous trouverez toutes les explication sur la page décrivant les positions de
traitement.

Les positions suggérées lors d'un traitement Reiki complet

Vous trouverez autant de descriptifs de positions qu'il existe de livres et de sites web traitant
du Reiki. Les positions décrites ici ne sont pas à prendre au sens strict. Il ne s'agit pas d'un
protocole rigide, mais d'une trame, d'un fil conducteur vous amenant progressivement par la
pratique à adapter et trouver vos propres positions en fonction de la taille de vos mains et
de vos ressentis du moment. Je rappelle que la pratique du Reiki, contrairement à la
médecine chinoise qui travaille sur des méridiens et points précis du corps, ne nécessite pas
une connaissance anatomique particulière du corps humain. L'énergie Reiki circule pour se
rendre là où elle doit se rendre. Les positions pratiquées ne sont donc pas critiques sur le
plan de la localisation. Autorisez-vous à suivre votre intuition et n'hésitez pas à revenir sur
une position déjà pratiquée, si celle-ci vous rappelle.

La durée de chaque position

Évitez absolument d'avoir les yeux rivés sur une horloge durant le soin. Évitez également
toute "musique Reiki" agrémentée d'une petite clochette qui teinte toutes les trois minutes
afin de vous indiquer que vous devez changer de position. La durée de chaque position peut
varier largement, selon le receveur et selon ses besoins du moment. Il est important de se
détacher rapidement de cette notion de temps imposé afin de vous mettre à l'écoute de vos

Page | 27
ressentis. Ceux-ci ne peuvent émerger que si vous leur en laissez la place. Vous constaterez
alors que la durée de chaque position pratiquée durant un traitement Reiki complet peut
varier largement d'une minute à parfois plus de dix minutes. Lâchez prise sur le temps ! Ainsi
le spontané prend très vite le pas sur l'horloge.

Poser les mains physiquement ou les maintenir à distance

Les enseignements traditionnels de Reiki préconisaient de poser les mains physiquement sur
toutes les parties du corps. Actuellement la pratique du Reiki est partagée entre le contact
physique et le maintien des mains à une distance de cinq à dix centimètres de la zone
traitée. Les deux méthodes fonctionnent parfaitement et peuvent être panachées durant un
soin Reiki selon les préférences de chacun. Je suggère généralement de poser les mains
physiquement sur le corps du receveur, à l'exception des voies respiratoires et des parties
intimes du corps. Attention toutefois à ne pas frôler le corps : Soit les mains sont posées
franchement, soit elles sont maintenues à une distance évitant d'effleurer la peau et les poils
éventuellement présents sur la zone traitée.

D'une position de traitement à la suivante

Lorsque vos mains sont posées physiquement et que vous souhaitez les déplacer vers la
position suivante, effectuez des mouvements doux. Soulevez délicatement une main et
posez-là sur le nouvel emplacement, puis faites de même avec l'autre main afin de maintenir
le contact avec la personne. Durant un traitement Reiki, ne glissez jamais les mains sur le
corps de la personne traitée. Ce geste, même s'il n'est pas mal intentionné, est souvent
perçu comme une caresse et peut être mal interprété par le receveur.

Pour terminer le traitement Reiki

Lorsque le soin Reiki se termine, prenez le temps de remercier ! Posez votre main sur
l'épaule du receveur et invitez-le à prendre le temps nécessaire pour "revenir" à son rythme.
Il faut souvent plusieurs minutes pour que la personne émerge, ouvre les yeux et s'assied sur
le bord de la table. Laissez-lui tout le temps nécessaire. Un moment de partage vient clore le
soin prodigué. Rappelez que le traitement Reiki peut déclencher des mouvements intérieurs
dans les jours qui suivent et que si nécessaire, vous êtes disponible pour en parler. Pensez
ensuite à vous laver les mains, ceci pas uniquement pour des raisons d'hygiène. En effet,
après un soin Reiki, le fait de passer les mains sous l'eau a pour effet de les décharger
énergétiquement de ce que vous auriez pu prendre sur vous.

Page | 28
X. LES CHAKRAS

Chakra est un mot sanskrit qui signifie « roue ». Basés sur la philosophie yogi, les chakras
sont les centres d’énergie spirituelle. Selon les pratiques médicales de l’est de l’Inde, les
chakras font partie du double ésotérique d’un homme, qui est la partie spirituelle d’un être
humain. C’est notre essence spirituelle qui se reflète sur notre physique.

Les chakras sont des centres d’énergie qui tournoient comme des vortex qui répandent de
l’énergie à partir de la partie du corps qui leur correspond. Ils sont composés de couches qui
s’étalent en forme de cœur. Les chakras transmettent de l’énergie et en reçoivent. Même si,
virtuellement, les chakras recouvrent tout le corps, il en existe sept principaux. Ces sept
principaux chakras émettent une énergie et sont considérés comme faisant partie de notre
corps spirituel. Il existe des illustrations de chakras les représentant en forme de disques
ressemblant à des fleurs. Chacune possède un nombre de pétales propre à ce chakra.

Les sept principaux chakras se situent en ligne le long de la colonne vertébrale, chacun étant
composé de hautes fréquences d’énergie. C’est à travers le Reiki que la Force de Vie
Universelle est canalisée dans et en dehors du corps physique et spirituel. A travers les
chakras, l’énergie du Reiki circule dans les nadis (vaisseaux sanguins en sanskrit). Les canaux
d’énergie Universelles incluent aussi les ida et pingala nadis qui suivent un chemin parallèle à
celui du système nerveux autonome dans la colonne vertébrale.

L’objet du Reiki est de traiter, de purifier et de protéger le corps physique, émotionnel,


mental et spirituel en le rééquilibrant et en activant l’énergie Universelle. Si un chakra est
endommagé ou obstrué, il ne peut plus canaliser l’énergie Universelle convenablement. Ce
sont ces obstructions qui causent le déséquilibre du corps qui engendre les maladies qu’elles
soient physiques, émotionnelles, mentales, spirituelles ou une combinaison de ces
dernières.

Page | 29
Ce sont les chakras des paumes qui canalisent l’Energie Universelle dans le Reiki. Dans cette
pratique, la Force de Vie Universelle entre dans le praticien par les chakras de la couronne et
du cœur avant de se diriger vers les paumes pour traiter le receveur. Les chakras sont les
points de concentration de l’énergie dans le Reiki. L’idée est de rééquilibrer l’énergie dans
chaque chakra à travers le Reiki pour que le receveur se sente en équilibre physique,
émotionnel, mental et spirituel. Quand les chakras sont équilibrés, ils émettent des
vibrations et de l’énergie qui garantissent au receveur une santé optimale du corps physique
et spirituel.

Les chakras, sauf le chakra coronal, s’équilibrent par 2. Le 7ème chakra, chakra couronne se
différencie par le fait qu’il s’ouvre naturellement par le travail général du Reiki.
En posant les mains par exemple sur les chakras 2 et 5 à l’avant du corps, on va permettre de
rééquilibrer et d’harmoniser les énergies de ces chakras.
Chant, peinture ou écriture peuvent permettre de travailler sur le chakra 2 de la zone
sexuelle,
Un problème physique est dû au fonctionnement du chakra 1.
Une personne sujette aux maux de gorge pourra travailler sur le chakra 2 associé au chakra
de la gorge pour équilibrer celui-ci avec le reste du corps énergétique.

Pour équilibrer des chakras par le Reiki :

Le chakra 1 s'équilibre avec le chakra 6


Le chakra 2 s'équilibre avec le chakra 5
Le chakra 3 s'équilibre avec le chakra 4

Laisser les mains jusqu’à obtenir la même circulation d’énergie dans les 2 mains, sans
différence de température, avec le même ressenti dans les 2 mains. Après quelques temps,
la même énergie va circuler dans les 2 chakras qui s’équilibrent l’un l’autre.

Page | 30