Está en la página 1de 18

Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

CHAPITRE I :
GENERALITES SUR LE BETON A HAUTES
PERFORMANCES
1. Introduction :
On appelle Béton à Hautes Performances (BHP) les bétons hydrauliques ordinaire (Sable +
Eau +Graviers +Ciment) auxquels on rajoute des adjuvants (fluidifiant) et éventuellement des
ultra fines pour augmenter leurs performances, dont la résistance, qui doit dépasser les 60MPa
à 28 jours.
La résistance à la compression est généralement considérée comme la principale propriété
caractéristique du béton et qui s’accompagne fréquemment de l’amélioration d’autres
propriétés, comme la résistance à la traction, la rigidité, la résistance à l’usure, la durabilité,
etc. Pour certaines applications, ces propriétés peuvent même être plus essentielles que le
niveau de résistance atteint. Dans pareil cas, le choix des composants et de la composition ne
doit pas être axé sur l’obtention d’une résistance maximale, mais davantage sur l’obtention
d’une prestation optimale des propriétés souhaitées. La résistance supérieure obtenue est pour
ainsi dite une incidence de second ordre.
Dans ce cadre, le contenu de l’expression ‘béton à haute résistance’ s’avère insuffisant. Nous
lui préférerons dès lors l’appellation ‘béton à hautes performances’, qui est clairement plus
générale. Il est parfaitement possible d’obtenir un béton présentant des hautes performances
pour une propriété donnée, tout en ne possédant pas une résistance nettement supérieure.
Ces dernières années ont vu l’utilisation de bétons de résistance en compression deplus en
plus élevée pouvant aller de 50MPa jusqu’à 400MPa et même de 800MPa en utilisant des
traitements thermiques et mécaniques appropriés et des produits spéciaux comme la poudre
métallique .De telles résistances élevées ont donné une nouvelle classification de bétons, ils
sont actuellement appelés bétons à haute résistance (BHR), bétons à hautes performances
(BHP), bétons à très hautes performances (BTHP), bétons à poudres réactives (BPR), et
bétons fibrés ultra performants (BFUP).

IMC 2017 Page 3


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

2. Définition :
Les bétons de hautes performances (BHP) ont d’abord été appelés « béton de hautes
résistances », car c’est cette caractéristique facilement mesurable qui a fait des progrès
spectaculaires. Les gains de résistance ne sont pas les seuls avantages de ces bétons qui tirent
leurs propriétés d’une forte réduction de leur porosité, en effet se sont, des matériaux à très
haute compacité, et permettent de réaliser des ouvrages subissant un environnement sévère
(climat, agressions marines, effets du gel), oudes structures soumises à des contraintes élevés.
Ils apportent aussi des résistances précoces et élevés, ce qui permet d’accélérer les cadences
de fabrication en usine ou sur chantier et de façon générale, présentent une durabilité accrue.
3. Composition des bétons à hautes performances :
Pour un béton ordinaire, le problème de la composition consiste à réaliser un mélange le plus
compact possible ayant une maniabilité acceptable et un coût inférieur, ce qui conduit en
générale à limiter le dosage en ciment, composant le plus cher. Pour les BHP, investissement
n'est pas vraiment le même. L'objectif est de confectionner un béton avec une résistance à la
compression supérieur accompagné d'une amélioration remarquable dans le comportement du
béton, aussi bien à l'état frais, qu'à long terme. Alors le dosage en ultrafine qui implique un
dosage de super plastifiants représente un facteur très important.
Les BHP sont divisés en cinq grandes catégories correspondant chacune à une plage de
résistance de 25MPa.
La classe Ireprésente les BHP qui ont une résistance comprise entre 50 et 75MPa, la classe II,
une résistance comprise entre 75 et 100MPa, la classe III, une résistance comprise entre 100 et
125MPa, la classe IV, une résistance comprise entre 125 et 150 MPa et la classe V, une
résistance supérieure à 150MPa (tableau I.1). Les deux dernières classes correspondent en
France aux bétons à très hautes performances.

TableauI.1- Les différentes classes de BHP. [1]

Résistance à
la 50 75 100 125 150
compression
Classe des classe I la classe II la classe III la classe IV classe V
BHP

IMC 2017 Page 4


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

3.1. Sélection du ciment :


Le ciment est un liant hydraulique c’est-à-dire un matériau minéral finement moulu qui en
présence d'eau, les quatre composés identifiés au (tableau 1.2) s'hydratent pour former de
nouveaux produits qui vont constituer la structure de la pâte de ciment durcie dans le béton
suite de réactions et de processus d’hydratation. Après durcissement, il peut conserver sa
résistance et sa stabilité même sous l’eau.
Tableau I.2- Formule chimique et abréviation des quatre principaux constituants du ciment
Constituant Formule chimique Abréviation
Silicate tricalcique 3Ca0.Si02 C3S
Silicate bicalcique 2CaO.SiO2 C2S
Aluminate tricalcique 3Ca0.A1203 C3A
Aluminofemtetétracalcique 4Ca0.Al2O3.Fe2O3 C4AF

Le choix du ciment est la première étape sur lequel il faut s'attarder lorsqu'on veut fabriquer
un BHP est celui du ciment, même lorsque l’on utilisera d’autres ajouts cimentaires parce que
la performance du ciment en termes de rhéologie et de résistance devient critique au fur et à
mesure qu’augmente la résistance à la compression visée. [2]
3.2. Fumée de silice pour les BHP :
Le BHP diffère par le type d’ajout et sa teneur, incorporé dans le but de modifier certainsde
ces propriétés en raison des conditions d’environnement ou de performances mécaniques
auquel ces bétons sont destinés.
L’incorporation de fumée de silice dans les bétons conduit à des améliorations remarquables
des caractéristiques rhéologiques et mécaniques des bétons. Pour les bétons frais, la fumée de
silice complète le fuseau granulaire et supprime les tendances au ressuage ou à la ségrégation
tout en réduisant les chaleurs d’hydratation. Pour les bétons durcis, la finesse de la fumée de
silice permet de créer une microstructure très dense qui conduit à des bétons extrêmement
compacts, à caractéristiques mécaniques élevées en réduisant les teneurs en eau grâce à
l’adjuvantation. Ces bétons ont ainsi une résistance nettement renforcée vis-à-vis des agents
ou des phénomènes agressifs : attaques chimiques, acides, sulfates, abrasion gel/dégel, en
réduisant significativement la porosité et la perméabilité, la carbonatation, les phénomènes
d’alcali-réaction et de réaction sulfurique interne.

IMC 2017 Page 5


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

3.2.1. Principe de fabrication :


La fumée de silice est obtenue pendant la production du silicium et des alliages de Ferro
silicium. Ces produits sont fabriqués dans un four à arc, en réduisant le quartz par un apport
approprié de carbone, à une température d’environ 2 000 °C. La fumée de silice est extraite en
surface du four de réduction par des ventilateurs principaux et résulte de la condensation du
gaz SiO, intermédiaire réactionnel du procédé de carbo-réduction. Elle est ensuite récupérée
et filtrée dans un filtre à manches, avant d’être densifiée pour en faciliter la manipulation.
Certaines impuretés contenues dans les matières premières (alcalines par exemple) sont
également réduites, volatilisées et oxydées dans le four.
Les caractéristiques de la fumée de silice dépendent de plusieurs facteurs.
Le type de production en four à arc (Si ou FeSi) peut par exemple influer sur la teneur en
SiO2 et les différentes impuretés de la fumée de silice. Le mélange de réducteurs utilisé dans
le four peut, quant à lui, conduire à des colorations différentes du produit (de gris clair à gris
foncé), sans pour autant en changer les performances. Enfin, la dernière étape de densification
permet d’ajuster la densité apparente du produit
3.2.2. Caractéristiques techniques et contrôle de production :
3.2.2.1. poudre ultrafine non cristalline :La fumée de silice se présente sousla forme de
particules individuelles,avec un diamètre compris entre50 et 200 nano mètres. Ces sphères
contiennent majoritairement duSiO2, avec des quantités variables en oxydes de Ca, Al, Na, K
comme impuretés principales.La fumée de silice est un produit amorphe et non cristallin.
3.2.2.2. Différents aspects d’une fumée de silice :La fumée de silice non densifiée (ND) a
une densité apparente faible, ce qui rend sa manipulation difficile. Par un traitement de
densification, il est possible d’augmenter sa densité apparente et ainsi faciliter son transport,
son stockage et sa manipulation.
La densité apparente dépend du mode de densification qui peut être mécanique (DM) ou
pneumatique (DP). Elle est généralement comprise entre 400 et 650 kg/m3. En augmentant la
densité du produit, on améliore la coulabilité et la manipulation du produit, mais on diminue
sa capacité à se disperser dans l’eau. L’utilisateur doit donc trouver un compromis entre la
manipulation et la dispersion potentielle du produit. La densification ne change pas les
propriétés physico-chimiques du produit. La fumée de silice est aussi disponible sous une
forme prête à l’emploi : le slurry, suspension aqueuse avec environ 50 % en masse de fumée
de silice. Le slurry est un produit stable dans le temps, avec une basse viscosité et donc facile

IMC 2017 Page 6


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

à pomper et à utiliser. Son procédé de fabrication conduit à un produit très finement dispersé
dans l’eau et donc dans le béton lors du malaxage.
3.2.3.Mode d’action :
La fumée de silice est utilisée dans les bétons pour améliorer leurs propriétés mécaniques et
leur durabilité.L’hydratation du cimentet favorise la formation des silicatesde calcium
hydratés (gel C-S-H).
Cette phase C-S-H lie les différents composants entre eux pour créer une matrice cimentaire
dense et compacte. Sa finesse et ses propriétés pouzzolaniques confèrent à la fumée de silice
une forte réactivité avec les Ca(OH)2 produits durant l’hydratation du béton :
SiO2, 3CaO + H2O →CSH + Ca(OH)2.
SiO2 + Ca(OH)2 →CSH
Sa haute réactivité augmente l’homogénéité du mélange et réduit la porosité et la perméabilité
du béton.
3.2.4. Avantages de la fumée de silice :
3.2.4.1. Performance à l’état frais :
Maniabilité : Les bétons formulés avec la fumée de silice ont une rhéologie différente des
bétons courants. Ils sont thixotropes et ont donc un comportement
visqueux et compact au repos et deviennent fluides dès qu’on leur applique une pression.
Cette particularité offre en particulier les avantages suivants :
_ moins de ségrégation (nids de cailloux et ressuage) ;
_ transfert par pompage sous pression possible sur de grandes distances ;
_ projection sur des parois sans perte de produit dans le cas de béton projeté.
3.2.4.2. Performances à l’état durci :
Performances mécaniques : La fumée de silice permet d’optimiser l’empilement granulaire et
ainsi d’améliorer l’adhésion des différents constituants d’un béton, ce qui a un impact direct
sur ses propriétés mécaniques, en particulier sur les résistances mécaniques en compression.
Ces dernières sont directement liées à la quantité de fumée de silice ajoutée au ciment.
L’utilisation de fumée de silice pour un béton de même qualité permet d’augmenter la
proportion de granulats grossiers par rapport aux granulats fins.
Durabilité : L’utilisation de fumée de silice limite la porosité des bétons en réduisant la taille
des pores. Cette baisse dela porosité et de la perméabilité empêche la pénétration d’agents
agressifs comme notamment les acides, les sulfates, le dioxyde de carbone et les chlorures
marins.

IMC 2017 Page 7


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

L’utilisation de la fumée de silice est un atout pour prévenir la corrosion dans un


environnement contraignant : ports, aéroports, plateformes industrielles, ouvrages en bord de
mer.
Alcali-réaction : La fumée de silice a un effet favorable vis-à-vis du phénomène d’alcali
réaction. Les particules fines et amorphes de la fumée de silice réagissent avec les alcalins du
ciment et réduisent ainsi leur teneur dans le béton avant son durcissement.
Réaction sulfatique interne : La réaction sulfatique interne (RSI) est une cause de désordres
susceptibles d’endommager assez sévèrement les ouvrages en béton.
L’influence de la fumée de silice à des teneurs optimisées de 10 % en taux de substitution est
très significative en prévention de cette pathologie.
Résistance au cycle gel/dégel : En diminuant la perméabilité du béton, la fumée de silice
réduit les mouvements d’eau et les pressions internes dans le béton qui sont source de
pathologies.Un béton contenant de la fumée de silice supporte un plus grand nombre de cycles
gel/dégel. [3]
3.3. Eau
L’eau est généralement classifiée selon la nature de sa liaison avec la pâte de ciment hydratée.
Les différentes classes sont dans l’ordre croissant de liaison:
 L’eau libre: elle n’est pas soumise aux forces d’attraction des surfaces solides. Elle se
trouve principalement dans les pores capillaires de dimension supérieure à 10μm ;
 L’eau adsorbée: elle est adsorbée sur les surfaces solides.
L’eau est un ingrédient essentiel du béton qui remplit deux fonctions de base :
- Une fonction physique qui donne au béton les propriétés rhéologiques nécessaires ;
- Une fonction chimique qui permet le développement de la réaction d’hydratation.
3.4. Les granulats :
Les granulats connus pour les bétons ordinaires conviennent en principe également pour un
béton à haute résistance. Si une résistance supérieure est souhaitée, la résistance mécanique du
granulat est d’autant plus importante. C’est ainsi que des résistances supérieures à 100 MPa
peuvent difficilement être obtenues avec du calcaire, mais peuvent l’être avec du porphyre ou
du gravier. La forme joue également un rôle : les granulats concassés permettent d’obtenir un
gain de résistance supérieur à 10 MPa. En outre, le diamètre maximal du grain ne peut pas
être trop grand. En règle générale, le module d’élasticité des granulats est en effet supérieur à
celui de la pâte de ciment durcie, de telle sorte que des concentrations de contraintes
apparaissent au niveau des granulats. Le choix d’un grain de plus petite dimension permet

IMC 2017 Page 8


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

d’abaisser les concentrations pour obtenir de plus petits pics. Dans le même temps, l’effet
d’adhérence moyen entre les granulats et la pâte de ciment durcie diminue, car la surface
spécifique et la quantité de mortier nécessaire à l’enveloppement de tous les grains
augmentent. Il va de soi que le diamètre maximal des grains ne peut pas se réduire trop
fortement, car, à défaut, la quantité d’eau nécessaire à l’hydratation des granulats augmentera
trop fortement. La plupart du temps, le diamètre maximal des grains sera compris entre 10 et
20 mm, par exemple 16 mm.
La composition doit être optimalisée de telle sorte que la granulométrie, des gros grains aux
très fins, soit la plus compacte possible. Ce n’est qu’en réduisant au minimum le volume de
vides entre les grains que la combinaison idéale entre la résistance et l’ouvrabilité souhaitées,
avec un minimum de pâte de ciment et d’eau, peut être réalisée. La multiplicité des
composants ne facilite guère la détermination de la composition optimale.
3.5. Adjuvants :
3.5.1. Définition :
On appelle adjuvant, tout ingrédient autre que le ciment, les granulats et l’eau, que l’on ajoute
au mélange. Ce sont le plus souvent des polymères de synthèse au poids moléculaire assez
élevé (20000- 30000). Les adjuvants de béton sont des produits chimiques solubles dans l’eau
qui modifient principalement :
-les solubilités;
- les vitesses de dissolution;
-l’hydratation des divers constituants d’un liant hydraulique.
Les super plastifiants empêchent la formation néfaste des conglomérats (figure I.1). Les
molécules du superplastifiant se fixent par adsorption sur l’interface entre le grain de ciment
et l’eau de gâchage. Unefois adsorbé, le superplastifiant forme une charge négative autour
dechaque grain de ciment. Ce faisant, les grains se repoussent les unsdes autres. La dispersion
qui en résulte réduit la viscosité de la pâtede ciment et augmente l’ouvrabilité. La structure
moléculaire dusuperplastifiantsous la forme de longues chaînes renforce également cet effet.
Les molécules fixées les unes aux autres pour formerdes spirales avec des ramifications dans
différentes directions s’enroulent entre les grains de ciment et empêchent de la sorte leur
rapprochement réciproque. Grâce aux structures de polymèresmodernes ‘en
forme de peigne’, il est possible de réduire le rapporteau-ciment à moins de 0,3. La seule
utilisation d’un super plastifiantpermet également d’obtenir des résistances à la compression
d’environ 80 MPa.

IMC 2017 Page 9


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

3.5.2. Définition des types des super plastifiants et relation avec leur fonction dans le

béton :
Le tableau ci-dessous (Tableau I.3) présente les différents types de super plastifiant et leur
fonction et effets principaux :
Tableau I.3- Les caractéristiques des adjuvants en relation avec leur fonction. [4]
Adjuvant Norme Effets principaux
Adjuvant plastifiant NF P 18-336 À consistance égale, il
réducteur d’eau permet une réduction du
dosage en eau et, à
dosage en eau constant, il
permet une augmentation de
l’affaissement au cône
d’Abrams.
Adjuvant super P 18 - 330 Sa définition est identique à
plastifiant –haut celle du plastifiant –
réducteur d’eau réducteur d’eau mais la
réduction du dosage en eau et
l’augmentation de
l’affaissement au cône est
plus marquée
Adjuvant entraîneur NF P 18-338 Il permet la formation, au
d’air moment du malaxage, d’un
réseau uniforme de petites
bulles d’air qui subsiste dans
le béton durci.
Adjuvant accélérateur NF P 18-331 Il avance le début de prise,
de prise c'est-à-dire le moment où le
béton frais passe de l’état
plastique (moulable) à l’état
rigide. La mesure du temps
de prise se fait sur mortier
normale (pr. NF P 15-
431).

IMC 2017 Page 10


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

Adjuvant accélérateur NF P 18-332 Il accélère le développement


de durcissement de la résistance du béton à
court terme. Les adjuvants
chlorés et non chlorés
s’applique également aux
accélérateurs de
durcissement (norme
NF P 18-332, adjuvants pour
bétons, mortiers et coulis.
Accélérateurs de
durcissement sans chlorés).

4. Principes de formulation des BHP :


La recherche des hautes performances passe par la réduction de la porosité du béton durci,
c’est-à-dire de son pourcentage de vide. On cherchera donc, pour formuler un BHP, à
diminuer la porosité de la matrice cimentaire et à optimiser le squelette granulaire.
La limitation de la porosité implique essentiellement deux conditions :
* une très faible teneur en eau ;
* une granulométrie comportant des éléments fins en quantité suffisante pour remplir les
espaces entre les plus gros granulats.
Deux démarches sont généralement associées pour optimiser la formulation d’un BHP :
4.1. Défloculation des grains de ciment :
L’emploi des super plastifiants permet une réduction de la teneur en eau du mélange à
consistance égale.Les rapports Eeff/Liant équiv sont de l’ordre de 0,35 au lieu de 0,45 à 0,50
pour un béton usuel (soit une réduction de la teneur en eau de plus de 30 %).
Les super plastifiants s’opposent à la floculation des grains de ciment, ce qui augmente leur
réactivité, facteur en particulier de performances à court terme.
4.2. Optimisation du squelette granulaire :
Les performances des BHP peuvent encore être optimisées par l’extension du spectre
granulaire grâce, en particulier à l’ajout de particules ultrafines. Les ultrafines les plus
utilisées sont les fumées de silice. Elles ont une action sur la granulométrie du mélange, en
comblant les micros vides inter-granulaires, mais présentent également une réactivité avec la
chaux libre, liée à leur caractère pouzzolanique.

IMC 2017 Page 11


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

On adaptera également chaque classe granulaire afin d’obtenir un mélange à très haute
compacité (les éléments fins remplissant les espaces entre les plus gros granulats).
La première démarche peut être utilisée seule et permet déjà des gains de propriété importants
(en terme de résistance mécanique, on peut ainsi atteindre des bétons de classe de résistance C
60/75). La seconde voie implique obligatoirement le recours simultané à l’emploi de super
plastifiants. Elle permet d’obtenir de nouveaux gains de performances.
5. Contrôle des BHP :
Les BHP sont soumis aux mêmes types d’essais que les bétons traditionnels dans le cadre de
leur conformité à la norme NF EN 206-1, par exemple :
* Consistance mesurée au cône d’Abrams
* Etalement à la table à secousse
* Rhéomètre (Cet essai permet de mesurer, lors de la formulation, le seuil de cisaillement et la
viscosité plastique des BHP).
* Méthode du Mortier de Béton Equivalent (MBE)
Elle permet, par exemple, d’étudier l’influence de la qualité du sable sur la rhéologie ou
d’estimer les dégagements de chaleur.
-Par ailleurs, des essais spécifiques ont été développés
pour mesurer des paramètres associés à la durabilité des
BHP tels que :
* Résistance à la compression
Divers essais complémentaires permettent de mesurer les propriétés des BHP aussi bien au
stade de mise au point de la formulation, que lors des convenances, ou des contrôles sur
chantier.
* la pénétration des chlorures ;
* la microstructure des bétons ;
* la perméabilité au gaz du béton durci ;
* la mesure de l’épaisseur de béton carbonaté [5]

IMC 2017 Page 12


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

6. Propriétés physico-chimiques et mécaniques des BHP :


6.1. Comportement en compression :
Lorsqu’un béton doté d’une résistance normale est comprimé, les fissures d’adhérence entre la
matrice de mortier et le granulat se propageront autour des granulats. A un niveau proche de
la résistance à la compression, ces fissures d’adhérence se propageront à toute la matrice de
mortier, entraînant l’apparition de fissures dans le mortier. En définitive, le béton cèdera sous
l’effet de tout un réseau de fissures ininterrompues dans le mortier, alors que les granulats ne
subiront aucun dommage (figure I.1).

Figure I.1 :Béton ordinaire Fissure D’adhérence et fissure dans le mortier

Le béton à hautes performances se caractérise par une meilleure adhérence entre les granulats
et la matrice de ciment. En outre, la résistance de la matrice sera pratiquement égale à la
résistance des granulats. Dès lors, l’apparition et le développement de fissures d’adhérence ou
de microfissures seront retardés. A l’approche de la rupture, les fissures se seront désormais
généralement propagées au travers des granulats (figure I.2).

Figure I.2 : Béton a hautes performance, les granulats


Sont également fissurés

IMC 2017 Page 13


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

Sur le diagramme contrainte-déformation (figure I.3), ce phénomène s’exprime par un


comportement légèrement plus linéaire par rapport au béton de résistance conventionnelle.
De même, le béton à hautes performances présente un retrait plus marqué après l’obtention de
la résistance à la compression, c’est-à-dire après la rupture du béton, et la portance tendra très
rapidement vers la valeur zéro. Le BHP présente en d’autres termes un comportement de
rupture fragile plus marqué que le béton de résistance conventionnelle.

Figure I.3 : diagramme contrainte-déformation

6.2. Comportement a la traction :


Généralement, la résistance à la traction du béton est liée à la résistance à la compression. En
ce qui concerne le béton conventionnel, différentes formules sont appliquées. Dans la norme
EN 1992-1-1:2004, une formule différente est proposée pour le béton à haute résistance par
rapport au béton conventionnel. Un élément essentiel est cependant le caractère fragile du
béton à hautes performances, signalé ci-dessus. Dès que la résistance est atteinte, la portance
tendra très rapidement vers la valeur zéro.
6.3 Rigidité :
Le module d’élasticité du béton est essentiellement déterminé par les propriétés des granulats
et de la matrice de mortier. Au fur et à mesure que la matrice se consolide et se rigidifie, le
béton présentera également une rigidité accrue. Le module d’élasticité du béton à hautes
performances est dès lors toujours lié à la résistance à la compression.
6.4 Retrait :
Tant le béton à haute résistance que le béton ordinaire sont soumis à un retrait plastique (voir
supra), à un retrait endogène (par auto-dessiccation) et à un retrait de dessiccation.

IMC 2017 Page 14


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

6.4.1. Retrait endogène :Ce processus s’accompagne d’une réduction du volume. Par rapport
au volume initialement occupé par l’eau et par le ciment, le volume du produit de la réaction
après hydratation complète sera réduit d’environ 10 %.
Le retrait endogène pourrait en effet provoquer l’apparition d’importantes fissures dans un
BHP frais.
6.4.2 Retrait de dessiccation :Le retrait de dessiccation se produit dans un environnement
qui n’est pas saturé en eau. Dans ce cas, l’eau peut s’évaporer des pores.
Ce phénomène donne lieu à des forces capillaires qui contractent les pores et génère par voie
de conséquence une réduction du volume.
Le volume réduit des pores capillaires est une caractéristique typique du béton à haute
résistance. Par rapport au béton ordinaire, il sera dès lors moins sujet au phénomène du retrait
de dessiccation. Il en ressort que le retrait de dessiccation diminue en cas d’augmentation de
la résistance. L’addition de fumées de silice n’a aucune incidence sur le retrait final, mais
accélère le processus.
6.5. Le fluage :
Le fluage du béton à hautes performances – c’est-à-dire la déformation croissante sous l’effet
d’une contrainte constante – est fréquemment inférieur au fluage observé pour un béton de
résistance conventionnelle. L’âge du béton au moment de la sollicitation est également
extrêmement important pour le BHP. Lorsque la charge est exercée sur un béton jeune, la
déformation par fluage sera plus importante que dans le cas d’un béton plus âgé.
Il convient cependant de conserver à l’esprit que les contraintes observées dans le BHP sont
nettement supérieures à celles inhérentes au béton conventionnel. [4]
7. Autres propriétés des BHP :
7.1. Imperméabilité :
Leur faible porosité capillaire confère aux BHP une très faible perméabilité
7.2. Résistance aux agents agressifs :
La faible perméabilité des BHP leur confère une bonne résistance à la pénétration et au
transfert dans la masse du béton des agents agressifs en phase gazeuse ou liquide (eaux de
mer, eaux sulfatées, solutions acides, dioxyde de carbone, etc.).
7.3. Migration des ions chlorure :
La résistance des BHP à la migration des ions chlorures est supérieure à celle des bétons
courants, grâce à sa microstructure plus dense.

IMC 2017 Page 15


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

7.4 Tenue aux attaques gel/dégel :


Les BHP, correctement formulés, résistent aux cycles
gel/dégel grâce à leur forte compacité et à leur résistance mécanique élevée.
7.5. Carbonatation :
De nombreuses études ont démontré que la durabilité des BHP vis-à-vis de la carbonatation
est très nettement supérieure à celle d’un béton traditionnel [6]
8. Durabilité :
Etant donné la structure plus dense des pores du béton de hautes performances, ce matériau
affiche un meilleur comportement face aux mécanismes d’agression. La plupart des processus
de dégradation sont en effet causés par l’entrée de substances agressives, telles que des
chlorures, du dioxyde de carbone, des acides,… Si la pénétration de ces substances dans le
béton est entravée, comme dans le cas du BHP, les processus de dégradation y afférant ne
pourront bien évidemment se produire que bien plus tard. Quoi qu’il en soit, il convient
toujours de veiller à la pureté des éléments constitutifs du béton, afin d’éviter toute agression
par des mécanismes internes (présence de sulfates, d’alcalis, de granulats réactifs, …).
Toutefois, la durée d’utilisation d’une construction est en grande partie également déterminée
par les conditions d’exécution. Dans ce cadre, nous avons déjà fait allusion ci-dessus au
risque de fissuration prématurée résultant des effets thermiques et du retrait (principalement
endogène). La présence de telles fissures peut influencer sensiblement la durabilité de la
construction.
9. Effets de la température sur le béton en cours de durcissement :
En raison de la teneur élevée en ciment et de l’utilisation de ciment fin (classe 42,5), la
production de chaleur, inhérente au processus de l’hydratation, s’intensifie dans le béton à
hautes performances par rapport au béton ordinaire. Ce phénomène peut dès lors induire,
même dans des éléments qui ne pourraient pas être spontanément qualifiés de ‘massifs’, des
contraintes thermiques relativement élevées.
Même si le béton à haute résistance absorbe mieux les contraintes de traction, le risque de
fissuration est cependant nettement supérieur. Lors de la conception et de l’exécution, il
convient donc d’accorder à ce phénomène une attention suffisante. Des mesures destinées à
exclure au maximum le retrait empêché s’imposent dès lors.
Les calculs des contraintes en fonction du développement calorifique escompté et des
propriétés du béton en phase de durcissement sont souhaitables.[4]

IMC 2017 Page 16


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

10. Mise en œuvre :


› Les béton à Hautes Performances et les bétonsà Très Hautes Performances peuvent être
coulés à la benne ou à la pompe.
› La mise en œuvre des Béton à Hautes Performances et les bétons a Très Hautes
Performances pour les bâtiments suivent les prescriptions du DTU 21 (NF P 18-201),
“Exécution des ouvrages en béton” notamment, en matière de spécification (commande du
béton), de coffrage, de coulage, de serrage, de décoffrage et de cure.
› Pour les ouvrages d’art et de génie civil, se reporter au fascicule 65.A, au livret 2-21 de la
SNCF, au cahier des charges d’EDF ou aux autres CCTG.
11. Principaux domaines d’applications :
Les BHP (Bétons Hautes Performances) et BTHP (Bétons Très Hautes Performances) sont
utilisés dans les constructions de toutes tailles quand on cherche à obtenir des résistances
mécaniques très élevées, des structures compactes ou des diminutions de section.
Ils permettent aussi de répondre à des exigences d’intégration dans l’environnement, de
prendre en compte des contraintes extrêmes sur un plan climatique ou d’apporter une
protection à des agressions chimiques.
Les Bétons à Hautes Performances et les bétons a Très Hautes Performances sont utilisés
notamment pour la réalisation de :
› Bâtiments de bureaux,
› Parkings,
› Ouvrages d’art et de génie civil,
› Travaux souterrains,
› Plates-formes d’exploitation et de stockage,
› Plates-formes off-shore, ouvrages de l’industrie chimique ou du nucléaire, bâtiments
agricoles…
Ils permettent la réalisation de parties d’ouvrages fortement sollicitées (voiles, poteaux,
poutres, dalles, piles, tabliers…) en béton armé ou en béton précontraint avec la possibilité de
réduction des sections dans le respect des règles de calculs [7].

IMC 2017 Page 17


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

12. Exemple d’application de BHP :

Figure I.4 : Tunnel de Lötschberg Figure I.5 :Viaduc de Tulle.

Figure I.6 : Viaduc du CrozetFigure I.7 : Tour Oxygène.

IMC 2017 Page 18


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

12. Conclusions :
Depuis longtemps, la relation entre la composition du béton et ces propriétés rhéologiques et
mécaniques a intéressé les chercheurs. Ces dernières décennies, les travaux de recherche ont
orienté vers les effets néfastes des excès de l’eau de gâchage, pour la résistance et la durabilité
des bétons ainsi que la recherche d’un mélange de très haute compacité, lors de la
composition du béton. Ces deux voies de recherche sont abouties à des résultats très
intéressants, et à la découverte des nouveaux bétons qui ont des performances très élevées et
surtout au niveau de la résistance et de la durabilité, se sont les Bétons à Hautes Performances
(BHP) et à très Hautes Performances (BTHP).
Donc, pour obtenir un béton à hautes performances ; Deux voies de nature physicochimique
sont distinctes :
_ La défloculation des grains de ciment : grâce à l’utilisation de super plastifiants ce qui
conduit à une réduction sensible de la quantité d’eau de gâchage. La sélection du couple liant
- superplastifiant est une démarche très importante pour une bonne
formulation et l’élaboration des bétons à hautes performances.
_ L’amélioration de l’étendu granulaire : par l’utilisation d’éléments ultra fin tel que la fumée
de silice, fillers de laitier, cendre volante etc. chimiquement réactifs destinés à remplir les
microvides de l’empilement des grains en améliorant ainsi la compacité.
Le BHP a été avant tout conçu pour des applications très particulières, comme les buildings. Il
a été à différentes reprises mis en oeuvre pour la réalisation de gratte-ciel, avec des bétons
présentant des résistances de 120 à 130 MPa. Cependant, le BHP peut également être une
solution alternative pour les constructions réalisées habituellement en béton conventionnel car
il présente des avantages et des performances très intéressantes par rapport au béton
traditionnel tel que :
_ Durabilité améliorée face aux agressions physico-chimiques,
_ Une fluidité très élevée à l’état frais,
_ Résistance accrue au jeune âge,
_ Une résistance finale accrue après durcissement,
_ Un module d’élasticité supérieur,
_ Un retrait total réduit,
_ Permet la réalisation de constructions plus élancées,
_ L’aspect visuel des surfaces de béton, tant coulées sur place que préfabriquées.

IMC 2017 Page 19


Chapitre I : [generalites sur le beton a hautes performances]

Le recours judicieux au BHP exige de toute évidence une collaboration très étroite entre le
propriétaire, l’architecte, l’ingénieur, l’entrepreneur, la centrale à béton et le laboratoire de
recherche

IMC 2017 Page 20