Está en la página 1de 29
1 ‘Yugoslav Fury Mk. n° 2 du 6 régiment d’aviation (* RA) de la Vazduhoplovstvo vojske (VV) ~ plus comnue sous le nom de force aérienne royale yougoslave ~, Belgrade juillet 1931, (On note les cocardes large, typiques des Mk I, débordant légésement sur les ailerons a 'estrados, 1 Hispano-Suiza n® 3 du 6° RA, Belgrade automne 1931, nais produit avec un moteur Hispano-Suiza 12 No. ‘Yugosl Fury MIT 1°10 4 Brooklands début 1937, lors desessais de tir des mitralleses ales Damme M.1930 de 7:7 mm. (Cet apparel neufest le sepiéme Mk I consti par Hawker pourla WV, En médaillon: es logos des firmes HG Hawker Engineering Co Lite, Rolls-Royce Lined et TheArscew Co. Lid. Cetavion porte le code a tis chiles intoduit sur les Fury Mk.tL Logo dea finne thar. LE HAWKER FURY, Premiére partie, par Aleksander Ognjevi¢ et Ognjan M. Petrovié (traduction de Michel Ledet ; profits couleurs d’Ognjan M. Petrovis) LE HAWKER YUGOSLAV FURY : LE MKI Ala fin des années vingt, le principal ingénieur de la firme Hawker Engineering Co. Ltd, Sidney Camm, ‘concoit un chasseur quil baptise Hornet ; méme sil ‘agit d'une iniative privée, Sidney Camm sfest basé ‘sur le cahier des charges F.20/27 émis par le minis- ‘Bre de Vir britannique. Lavion fait sensation lors du meeting aérien Olympia de Londres en 1929. Equipé d'un moteur Rolls-Royce FXIA, le Hornet est retra- vallé pour recevoir un FXIS de 480 ch. I! demeure ‘non immatriculé pendant un temps mais apres le ssuccés du meeting de Londres, le chasseur recot le serial militaire 39682 et i est liveé au centre d'essai de Martlesham Heath. Méme sil nest pas immédia~ ‘tement adopté par la Royal Air Force, le prototype ‘est retenu par cette dernigre. En septembre de la méme année, le Hornet est officiellement rebaptisé Fury, nom qui lui état déja attribué selon la tradition dans la RAF. Convaincu par les bonnes performances du chasseur, le ministre de Air passe commande de 21 Fury T dés aoit 1929, suivant le cahier des charges TTR F.13/30. Libéré des essais officels, le 19682 est ensuite uti- lisé par le constructeur pour promouvoir le nouveau cchasseur en Grande-Bretagne et a 'étranger. La ‘Yougoslavie figure parmi les premiers pays visités. En effet, une présentation dans ce pays a lieu durant le second semestre de 1930, le chasseur étant alors piloté parle chef-pilote d’essai de Hawker, Paul Ward Spencer Bulman (communément appelé George Bulman). La démonstration convainc les représen- tants de aviation militaire yougoslave et le gouver- nement commande trois exemplaires du chasseur au ‘début de 1931. Quasiment tous les auteurs britan- niques ont écrit que la Yougoslavie avait commandé ‘et recu six Fury I codés HF1 a 6 mais en réalté, ‘seuls trois exemplaires (n° 1 & 3) sont effectivement: Le Fury MH «83 noie» 60 volaaessie de Belgrade a ‘cours de PEE 1938. (coll. famille Zan) sorecaniten ie britannique G-ABSE,effectue ‘son premier valle 13 avril 1932. (coll, AM) lives afore nérieane ailitare du royaume de ‘Yougoslavie (VIG). Ine porte aucune autre marque Cmca maton, ‘Nenad Jovanovi) 76 Le Hawker Fury ° 3 équip ‘un Hispano Suiza HS 12 Nb de s0 ch tors de ses longs cessais, sans doute sur le ter- "in de Kraljevoen Serie centrale, Son code noir a deus chifres n'est pas conn, (coll. Milan Micevskiy Journée« ports ouvertes» sur un terran nom idem, sans ute Belgrade. Sur la gauche de ee eliché qui offre Wintres+ ‘sant details du moteur Hispano, le Cue Zlatko Sin. (coll Borde Nikolic) sine da Pury 4 mo- ano-Suiza nsalle par Hawker ila demande de la WK. (coll AM) Le Hawker Yugostay Fury MIA (Yugoslay Fury Series yen vol. Cet apparel est Piaventaire de ta VVKI. (coll. AM) De nouveau le Fry n® 1, cette fois avec des mécaniciens sur Pacrodrome de Belgrade en 1932. (coll. AM) parvenus & ce pays selon un rapport de lambassa- de britannique a Belgrade. Le premier Fury II you- goslave, dont dic seront commandés en 1935, sera aileurs marqué «N° 4 ». Ces trois premiers Fury I sont en tous points sem- babies aux exemplaiteslvrés 8 la Royal Air Force ; désignés par le constructeur Hawier Yugoslav Fury M&A, iis sont produits simultanément aux exem- plaires destinés & la RAF. Le vol intial du premier exemplaire yougoslave a lieu le 4 avril 1931, tou- Jours ploté par George Buiman et les deux premiers exemplaites équipés du moteur Rolls-Royce Kestrel TS de 525 ch sont livrés en juillet suivant. Le troisié- ime exemplaire regoit, conformément & la demande ‘yougoslave, un moteur francais Hispano-Suiza 12 Nb de 650 ch et parvient& son destnataire en novern- bre de la méme année. Le commandement de favia- tion yougesiave désire alors commander soixante exemplaires supplémentaires dont quarante seralent construits sous licence dans le pays. Les aviateurs yougoslaves se montrent satisfaits des deux exemplaires équipés du Kestrel IIS mais il en va autrement du troisieme apparell équipé du HS 12 Nb. Le moteur Hispano-Suiza ne posséde pas de compresseur et les performances du Fury sont en conséquente décevantes ; les Francais accusent en effet un certain retard dans ce domaine puisque le premier appareil francais équipé d'un moteur a compresseur ne fera son apparition qu’en décem- bre 1932 au Salon de I’Aéronautique de Paris. Aucun autre Fury équipé de moteur Hispano-Suiza n’est donc commandé, malgré les liens assez forts exis- tant alors entre les deux pays. Les Fury Mk.I sont affectés au 6° régiment d’avia~ ‘tion pour I'entrainement mais aussi la propagande et. diverses compétitions. C'est au cours du troisiéme meeting aérien de Zurich, qui se déroule du 22 au 31 juillet 1932, que le captaine Zatho Sint rem- porte la premiére place dans la catégorie « chasseur mmonoplace» & sue dela course du Ceuta, aux commandes du Fury n° 1 porteur pout Tocca. sion du numéro 90 sur le fuselage. En 1933, le Fury équipé du moteur Hispano-Suiza est renvoyé chez leconstructeur oll eso un moteur Kestrel US. Le dernier Fury [yougoslave ser toujours en service en 1940 & l'école de pilotage n° 3 ; en avril 1941, il se ‘trouvera a Nikéié, sur le terrain auxiliaire de Kapino Polje au Monténégro. UN REEQUIPEMENT A LA TRAINE Lors du concours organisé en décembre 1933 pour tun nouveau chasseur, le Fury se classe second parmi six concurrents. Bien que décidée équiper ses unités de chasse avec le Fury, 'Aviation militaire ne prend aucune décision ; I'achat de Fury supplémentaires est ainsi retardé pour plusieurs raisons : le manque dargent & cause de la crise économique qui sévit ‘toujours, les désaccords parmi les responsables de Aviation et les pressions des « lobbies » (dont celui des Francais qui voient d’un mauvais cel leur quasi- ‘monopole disparaitre). Mais il faut également citer ‘Un piloted la VVKS en tne de vol pose devant an Hawker Fury Mle (coll. AN) Sur fond de Potex 25 A2 A moteur Gnome & Rhine Ab consruit par Ikarus, un navigateur se fait «tier le portrait» appuyé a Phlice d'un Fury Me (coll. AM) 78 = marc plate de hae, AeSeiaie TS Gui¥8” apy Ml de ede ptge ade a WA Le ane tréguemment leer et oge 481 bane insert dans un rectangle wore standard = rem aietoor scien lr oven CHAK Op) lum aceident de vol prés "Eka, ‘surunPe-2, (col. famille Cutum [Le « SH blane» de la 3 EP a Belgrade. A gauche le S/Lt ‘Oumar Lajh et drvite, le Sgt Blagoje Gru. (col. famille Cum) Le Hawker Fury 0° 1 «90 oie» du Ce Zatko Sinié durant le mectng suse de rie co juillet 1932, (coll AM) Batle vue de Méquipe de _mecaniciens yougostaves participant depuis Zirh ta ‘cours internationale autour ‘des Alpes en juillet 1932, (coll. Milan Mioevskiy le prix élevé des avions britanniques et les dificul- ‘és & acheter des licences auprés de leurs construc- teurs, Suite 8 ce manque de décision concernant le Fury, "Aviation militaire se voit contrainte d’acquérir la licence de construction de Avia BH-33, un petit chasseur tchécosiovaque déja dépassé qui va par- tellement rééquiper les unités de chasse. Un accord intervient finalement avec la Grande-Bretagne en 1935 pour achat de Fury supplémentaires mais & époque, le petit chasseur biplan est lui aussi en passe d'étre démodé. Le 19 septembre 1935, un contrat est signé pour achat de 10 Hawker Fury Mk. et de 65 ‘moteurs Rolls-Royce Kestrel XVI de 745 ch ; lai cence de fabrication est également incluse dans le contrat qui stipule que la production du moteur en ‘Yougoslavie peut démarrer 16 mois aprés la signa- ture. Malheureusement, force est de constater qu’ ce moment-la, le moteur Kestrel sera dépassé. Le premier des dix Fury I prend Fair le 14 septembre 1935, Contrairement & leurs semblables rita ‘ques, les exemplaires yougoslaves sont équipés d'un train cantilever Dowty, similaire & celui instalé sur le Gloster Gladiator, d'un radiateur au carénage plus agrodynamique et de la plus puissante version du Kestrel (qui équipe également les Hawker Hind com- ‘mandés par la Yougosiavie) ; Iarmement peut aussi tre renforcé par le montage de deux mitralleuses Darne de 7,7 mm suppiémentaires sous la voilure. Atteignant la vitesse maximum de 389 km/h, la ver- ‘sion yougoslave savére &tre la plus rapide de tous les Fury. PRODUCTION SOUS LICENCE ET MISE EN SERVICE La production sous licence des Hawker Fury IK est confiée deux constructeurs nationaux. En janvier 11936, Aviation yougoslave signe un premier contrat ‘avec Tkarus portant sur la production de 24 exem- Dlaires ; tous seront livrés a la fin de 1937, Toujours en 1936, un second contrat est conclu avec Zmaj pour la production de 16 exemplaires qui seront li- vvrés en 1937, Yugoslay Fury MkI n° 1 «90 noir» du 6 RA, Zirich 22-25 juillet 1932, Cette machine de compéttion a remporté aux mains du Cne Zlatko Sinté le meet aéronautique intemational de Zarich en 1932, ‘Tous les Fury sont affectés & Iunité d’éite qu’est Je 6 régiment ‘aviation (6* RA) ; les chasseurs sont répartis entre les 125* et 127* groupes (GA) au prin- temps 1937, avant d’équiper également le 126° GA ‘mis sur pied un peu plus tard. Au printemps 1939, le Fury constitue toujours léquipement du 6* RA mais le 1° mal, le 4° RA est créé 8 Zagreb et le 6* RA y transfére ses Fury. Plus tard, quand le 4* RA va se rééquiper en Hawker Hurricane MK.I, les Fury vont @tre graduellement transférés au nouveau 5* RA Offcielement créé le 1° avril 1939 a NB, 'unité ne devient réellement active qu‘ la fin de 1940. Les 50 Fury II mis en service subissent Ihabituelle attrition, ls sont 45 en janvier 1938, 47 au 1° avril 1940 et 46 en juillet. L'augmentation des heures de vol due a limminence de la guerre n’améliore pas la situation et lors de lattaque allemande, 17 Fury Le Cne Zlatko Sinié devant son «90 woke» sur Paéro= ‘drome de Zirh, (coll Robert Copec) 80 Des mécaniciens, tes proba- Dement deta 3 EP, accoudés ‘un Fury 14 Belgrade as rllign des années trent Decree eax et visible le ‘chaser Dewoitine DS «Savir, (coll Opnan Petrovig) trent, alors qu'il ‘entrainait dla EP de Belgrade. (coll Milan Micewski manguent & 'appel. Peu avant le déclenchement des hostités, un seul Fury se trouve en réparation chez Ikarus, Le 6 avil 1941, 29 Fury If sont opération- nels : 25 au sein du S* régiment d'aviation et 4 & la 3° école de pilotage (EP) od ils sont utilsés, non armés, pour entranement, Selon les archives, quatre pilotes sont tués sur Hawker Fury en 1940 (deux en avril et deux autres €en juillet) tandis que deux sont sérieusement bles- sés, un en 1940 et un en mars 1941. Diaprés le ca- pitaine NeSovié, deux Fury sont perdus accidentelle- ‘ment mais sans faire de victime. En plus des appa- reils mentionnés plus haut, le dernier Fury I sert lui ‘aussi ala 3* EP et un Fury Il se trouve en réparation dans les ateliers du 5* RA a NB. Malgré sa flagrante ‘obsolescence en 1939, le Hawker Fury demeure en premiére ligne et selon les plans établis par le com- mandement de VAviation militaire, son retrait ne doit intervenir qu'en 1941. Toutefois, ce retrat reste un vvoeu pieu car aucun autre chasseur ‘est disponible avant le déclenchement de la guerre pour rééquiper le 5* RA. Nous verrons plus loin comment cette unité va faire face & la Luftwaffe. DESIGNATION ET MARQUES Dans Aviation militaire yougostave, le Hawker Fury est simplement désigné Fury. Sur fempennage vert- al, les avions portent inscription HAWKER FURY qu disparaitra lors du camouflage des avions. Les Fury T ssont désignés selon leur moteur : les deux premiers. sont appelés Fury-Rolls-Royce tandis que le n° 3 est. ‘appelé un temps Fury-Hispano. Si Hawker désigne les avions comme des Yugoslav Fury If, Aviation mi- litaire ne fat aucune différence entre les exemplaires construtts par Hawker, Ikarus ou Zmaj et tous les avions sont des Fury Il. ‘Un Yugostay Fury Ml&H sure terran de Brooklands en 1936, (coll. AM) La numérotation des appareils est trés simple au ‘début ; les Fury Isont les n® 1 a 3, les dix Fury If im= portés sont les n° 4 8 13, ceux construits par Ikarus portent les n° 14 & 37 et ceux livrés par Zmaj, les 1n® 38 53. Les appareils portent un numéro diesca~ rile & deux chiffres sur le fuselage et pendant une courte période en 1938, certains exempiaires sont ‘us avec un code numérique a trois chiffres (les co- des connus sont « 5-51 » « 5-59 »). Lintroduction d'un nouveau systéme de numérotation et d'iden- tification en 1940 permet de numéroter les Fury & partir du n® 2201. Les Allemands captureront neuf Fury en 1941 : un ‘chez Ikarus (le n® 2225) et hut autres 8 Zemun. Huit dlentre eux seront détruits par les Serbes, dont cer- tains intentionnellement, alors que plusieurs exem- Dlaires sont destinés a lviation croate. Un seul sera done livré & la Croatie oj il sera détruit accidentelle- ‘ment a Zagreb en 1942. Le Fury se trouvant en ré- paration & Nié sera transféré & Paratin (Davidovac) ; il figurera parmi les cing avions capturés par les par- tisans dans la nuit du 18 au 19 juillet. Quant aux Italiens, ils mettront la main sur neuf Fury sur divers terrains du Monténégro. La Regia Aeronautica les Utisera pendant quelque temps, probablement pour des missions de liaison ou d'entrainement, a Tirana (trois avions), NikSié (quatre) et Guidonia (deux). Ces demiers, portant les n® 46 et 53, seront en ef- fet brievernent testés par le 1° Centro Sperimentale di Guidonia. En juin 1942, deux autres machines (n® 2219/54 et 2230) y seront essayées. LE FURY S'EN VA-T-EN GUERRE Peu avant le déclenchement des hostilités, le 5* régiment d'aviation doté de Hawker Fury II est orga- nisé de la fagon suivante : = Etat-major : lieutenant-colonel Leonid Bajdak (commandant ‘le régiment), commandant Franja Dial (commandant adjoint), capitaines Ivan Cenié (officier assistant) et Velimir Velckovié (oficier de renseignement), ~ 35° GA : commandant Vasilie « Zica » Zivanovié et lieutenant Milan Damjanovié (officer assistant) ; 109° escadrille (captaine Pavie « Paja » Goldner) avec sic Hawker Fury ; 110* escadrille (capitaine Otokar Un des deux Hawker Fury MicIL avec deux mitralleuses alle supplémentares (n° 10 w® 13) sur le terrain de ‘Brooklands 1u printemps 1937. I sagt de Darme 77 mm fabriquées par la manufacture d'armes de Saint-Etienne, Désignées 91.30 en Yougosavic, elles sont installs sous les ale infrieures, ie sans leurs canénages, (Coll. Borde Nikolic) 8 Un groupe de mécanos dela VWKI devant un Hawker Fury Mi, sins doute dans wn hangar ‘du terrain de Belgrade. (coll. Bors Cig) ‘Un Hawker Fury Mk lors ‘olde démonstration en Angleterre, courant 1936, (coll. M Passingham via M. rela) “Jolie vue constructeur dun? lambant neuf, prise par une journée fort brumeuse avant livraso. (Goll. AM via M.Hrela) 82 Le pilote Milos Zunié avant ‘on ol sure Fury Mh n° 43 ce44 noir Belgrade cn juillet 1938, (coll. smile Zuni) Logo dela firme Za « Oto » Sep) avec cing Hawker Fury ; 14* compagnie d'aérodrome (capitaine Miodrag Jovanovie).. ~ 36¢ GA: commandant Drago BrezovSek et lieu- tenant Zivomir Stepanovié (officier assis- tant); 111° escadrile (capitaine Vojislav « Voja » Popovié) avec sept Hawker Fury ; 112+ escadrille (capitaine Konstantin «' Kosta» Jermakov) avec sept Hawker Fury ; 23¢ compagnie daé- rodrome (capitaine Stevan Stevanovie) Le 5* RA est déployé prés de la frontiére avec la Bulgarie ; le 35* GA est basé avec l'état: major du régiment sur le terrain de Kosandic, prés de Leskovac, tandis que le 36° GA se trouve sur le terrain de ReZanovatkakosa, prés de Kumanovo en Macédoine. La mission du régiment est de proté- ger le territoire sur la ligne Midzor ~ la montagne ‘Svrjigka ~ Veliki et Mali Jastrebac ~ Kopaonik ~ Zijeb = Prokletije — frontiére orientale de 'Albanie, tout €en fournissant une escorte aux unités de bombarde- SEMYH A snl. e cn ment, notamment au 3* RA doté de Dornier Do 17 K. Le 12 mars 1941, les deux groupes du régiment se rendent sur leurs terrains de temps de guerre. Le 35* GA est le premier 8 quitter le terrain de Medoievac, prés de Nig, pour se rendre & Kosanéié. Une heure plus tard, le 36° GA uitte & son tour la place. 3 A Sur le chemin Yamenant a J | Reianovatkakosa, le groupe survole Kumanovo 8 2000 m d'altitude ; les Fury cerclent sur la ville puis piquent vers le mémorial de Zebdnjak afin de rendre hommage aux héros serbes tombés lors de la bataille de Kumanovo, pendant ia Premigre Guerre des Balkans. Les pilotes effectuent des acrobaties au-dessus de la cité puis vont ensuite se poser sur leur terrain de campagne. Pendant la journée, les avions d'entrainement et sanitaire arrivent égale- ment sur place : le Rogozarski R-100 « 4 blanc » et le RWD 135 n® 751 « 73 blanc », un avion sanitaire utlsé comme avion de liaison et deux PVT. ‘Yugoslav Fury Mk. n° 43 « 44 noir » du Lt MiloS Zunié, * RA, Belgrade été 1938. 1 sagit du sixiéme Mk.II construit par Za) LE 35* GROUPE AERIEN Lavelle de fattaque allemande, le capitaine Otokar Sep, commandantla 110*escadrile, endommage'son Fury & Fatterrissage et se blesse au genou ; aprés avoir été soigné, ilregagne son unité dans la fournée. Le groupe n’aligne donc plus que dix Fury dont deux ne sont armés que dune seule miralleuse ! Quatre autres chasseurs se trouvent dans les atelers et le Messerschmitt Bf 108 (W.Nr. 1669) du régiment est également attendu ; il provient en fait de 'aérociub de Nig od il avait été baptisé Morava et immatriculé YU-PFC. Il est prévu de Iutliser pour des missions de liaison pour le compte de Iétat-major. Le groupe dispose également d'un monoplan parasol PVT et du Viell Avia BH-33 n° 2025 « 88 bianc ». Le terrain du groype nest séparé que de 5 kilométres de celui de Sarlinci od stationne le 2* groupe de reconnais- sance d'armée (GRA), qui travalle pour le compte de la 5* armée ; cette unité aligne sept Breguet XIX « Cyclone » et un unique Fieseler Fi 156 C Storch de liaison. Pendant la journée, 'alerte est levée, ce qui sur- rend quelque peu les pilotes. La rumeur circule selon laquelle le régiment doit se rééquiper prochai- nement en Messerschmitt Bf 109 E. La majorité des pilotes ont volé & la 3* école de pilotage sur Bf 109 et ils ne cachent guére leur satisfaction de se sépa- rer du vieux Fury. Hélas pour eux, cette rumeur va Savérer fausse | Les avions sont camouflés en bor- dure de terrain, relativement bien protégés par des branchages ; deux arbres ont été abattus pour cha- que avion et les machines ont recu un camouflage deux tons qui participe au camouflage. Tres tot le 6 avril, officer assistant du groupe, le lieutenant Milan Damjanowié, alors en service, apergoit un avion monomoteur venu de Bulgarie qui aaccomplit plusieurs cercles au-dessus du terrain de Sarlinci & environ 1500 m daltitude. Uidentification précise de fappareil semble impossible & cause de la Sets visibilité assez médiocre mais, peu aprés, il s‘avére ‘qu'il s‘agit d'un Henschel Hs 126. Quand il quite le secteur, un groupe de douze Messerschmitt Bf 109 E feson apron. Le ronemert des ine Sene réveille les pilotes vers 05h00. Ce bruit, familier pour ‘beaucoup, s‘ajoute a la rumeur de la veille et trompe_ les hommes qui sortent instantanément. Le sergent pilote Stevan Ka¢anski se souvient : « Quah ! Nous hows sanes rts Prs demo ogents crs Mowe avons arta fs laste ous ne powons single urs targages a mame 9 ous avons pu ls ver ele neat ren Gharg.."cr hows rons ees ave ee iment aienagne acces mares mendes ur ieqvtes nour apposon eros erat Nous ne pons ere ps srr Pout cos avons Vents drecenen’ ne she alemance 83 [Le «$8 noir virant devant object du photographe 3 4 193K montre cairement late B attribuce aux ap- pareilsbasés sure terrain de Belgrade. (col. taille Zan) Une autre ved Fury Milt 44S3 noir» en vl, cette fos en compagnie da «8 node, a “dessus deh campagne deta région de Belgrade Ae 1938 (col. taille Zuni) Le Pury n° 11 «37 noir» vient de rater son aterrssage sur le terrain de Belgrade en 1938... (coll. Milan Misevskiy Les chasseurs tournent au-dessus de Sarlinci sans aucune réaction de la DCA. Ces appareils, en fait des « Emil » de la JG 27, mitraillent les Breguet parqués sur le terrain ; explosions et incendies se succédent, envoyant de hautes co- lonnes de fumée dans le ciel. Cest alors que quelqu'un sécrie : « Les Allemands attaquent ! » officer de service déclenche Valarme a Kosanéié. Sans en avoir recu rordre, les aviateurs se ruent vers leurs avions, pratiquement sans aucun équipement. Ils grimpent dans les cockpits, y trouvant leur parachute sur le sige. Cependant, is doivent attendre quelques pré- ieuses minutes avant de décoller : l'état d'alerte ayant été annulé la veille, aucun avion n’est prét 8 prendre ait. Avant méme qu'un moteur soit suff- samment chaud, les avions allemands ont semé la Les Allemands attaquent | du dévastation sur le terrain du 2° GRA ; tous les ap- pareils de Init sont détruts. Une fois leur mission accomplie, les douze BF 109 E disparaissent vers le nord-est. La DCA du terrain n'a que mollement réagi. Cest alors que les premiers Fury prennent air. Le groupe, ‘sans son chef le capitaine Vasile Zwanovié, est rejoint par lavion lieutenant-colonel _Bajdak. Aprés le décollage, les dix Fury prennent de Yaltitude et se re~ ‘groupent. Il est fort probable que les petits biplans soient apercus par les pilotes allemands mais proba- blement par manque de carburant ou de munitions, ceux-ci décident de ne pas affronter ces intercep- teurs d'un autre temps. Une « course » sfengage alors ; coupant la route des attaquants, les Fury parviennent a approche les, Yugoslav Fury MKcIL n° 11 «37 noir» du 6° RA, Belgrade 1938, Le numéro de série est insrit en tout petit sur le haut de la dérive de cet avion équipé d'une radio Bf 109 & environ 500 m. Chacun sfattend a ce que le combat débute. Cependant, es Allemands accélérent et les pilotes yougosiaves les perdent de vue. Clest alors que la DCA yougoslave ouvre le feu sur les Fury dont les piltes, pour évite le pre, font demi-tour our regagner leur terrain. Tous les biplans rega- gnent Kosandié, sauf le lieutenant-colonel Bajdak et le sergent Stevan Kaanski de la 109 escadrile qui ‘vont se poser sur le second terrain de campagne de Bojik. Kaéanski rego ordre de tracer une lettre «T» sur la piste et on lui apprend que son esca- drille dot le reoindre. Bafdak quite alors les ieux et immédiatement aprés, six Fury de la 109* escadrile font leur apparition. Vers midi, le lieutenant-colo- ne! Bajdak décolle pour se rendre au terrain pres A'UroSevac ob il rencontre les deux derniers pilotes du 36* GA, les sergents RaSié et JanjuSevi. 11 évite cependant de se joindre & eux lorsquils décollent Pour intercepter des bombardiers ennemis. Les deux escadriles du 35* GA patrouillent du- rant toute la journée sur le secteur de Ni8. Quand la nouvelle du bombardement de Leskovac arrive, tune patrouille composée de deux Fury (lieutenant Miodrag Jovanovié et sergent Kista Stefanovic) prend air. Les biplans survolent Leskovac qui vient 'étre bombardée par les Stuka de la St.G. 2 mais ils ‘fapergoivent aucun avion allemand dans le cil. Sur le retour vers Bojnik, ils rencontrent une seconde patrouille emmenée par le sergent Katanski. Vers 15h00, au cours d'une sortie au-dessus de Kurvin Grad (Koprijan), 4 11 km au sud de Nis, un groupe de six Fury se retrouve nez a nez avec une vingtaine de Ju 88 A du L/LG 1 venu de Krumov-Plovdiy, en Bulgarie. Les bimoteurs sont sur le chemin du retour aprés avoir bombardé la poudriére « Obiliéevo » & KruSevac, une autre attaque sur cet objectit étant prévue pour 17h40. Alors que les bombardiers pren- ent de la vitesse, les Fury les attaquent en une seu- le passe. Mais les mitralleuses de quatre des biplans s‘enrayent dés les premiers coups. Aucun dégat rest donc causé a l'ennemi et les pilotes yougosia- ves sen retournent dépités a Bojnik. Heureusement, les bombardiers n’étaient pas escortés... Les Fury ne cessent de vole, leffectf des pilotes étant trois plus nombreux que celui des avions ! Le lendemain 7 avril, la mission du groupe reste identique : patrouiller sur le secteur Nib ~ Leskovac ~ KruSevac, 8 4500 m d'altitude. Entre 07h00 et 0800 du matin, au-dela du secteur de Nis, une patrouille de trois Fury établit un contact visuel avec un ap- Pareil bimoteur venant du Sud. Leurs mitralleuses tant chargées et prétes 4 faire feu, les pilotes sont convaincus d'un succes facile. Heureusement, ils par- vviennent & éviter une méprise en apercevant a temps les marques amies. Il s'agit en fat d'un Blenheim du 62° GA (1* RA) venu du terrain de Bijeljina et reve- nant d'une mission de bombardement sur une colon- ne blindée allemande dans le secteur de Stracin, Le pilote du Blenheim est le commandant Krsta Lozi, ‘chef du 62* GA [1]. Les Fury, en guise de salut, fon- ‘cent gentiment vers le Blenheim puis poursuivent leur patrouille. Bien que ne disposant que d'avions périmés, les pilotes sont impatients de se battre ; Un BE109 B du L9G 27 eo avril 1941 coll. Pilppe [1] Avec le Lt observateur Velizar Vuckovié et le Sot mi tralleur-radio Stevan Vojnc Le Fury MI «32 noir» ds 6 rgiment de chasse dans un de Belgrade. Aw premier plan te Cne Bor smandant de ta 104 escadrile cll Aleksandar Opnievie) Yugoslav Fury Mk.II «51 noir » testé par le VOG a Belgrade début 1939, Irs elle ye da Fury ML 451 noi» da Vacdhoplorna ‘niin grupa (groupe Wess aérien) Belgrade en 1939, Cet appareit muni de quatre lance-hombes Wintrados congue parte Fomagin, un in ‘ait devens te eet da Dépst nique da 6 RA. Milan Micevski) mais aucune rencontre avec lennemi n'a lieu « Nous recevions souvent des ordres confus quand nous étions @ Bojnik. Par exemple : Décollage im- ‘médiat, les Allemands bombardent Krusevac. Nous patrouilions sur le secteur durant 40 4 50 minutes et ‘Yapercevions aucun avion ennemi, Aprés Vatterris- sage, on nous disait alors que 'ennemi bombardait 'NiS 1! nous sembiait qu’on voulait nous é/oigner de endroit ou se trouvaient réellement les avions alle ‘mands. » De retour & leur terrain et lors de Fatterrssage, les pllotes du 35* GA observent un groupe de Messerschmitt Bt 110 les survolant a assez haute altitude. Toutefois, les bimoteurs reprennent la di- rection de la Bulgarie ; peut-étre n’ontils pas apercu les Fury ou ont-is manqué de carburant. Alors que le groupe s‘appréte 8 atterrr, le lieutenant Miodrag Jovanovié subit une panne : « Juste avant Fatter- rissage, une conduite éclate et de hulle trés chau- de est projetée sur le cdté droit de ma téte et mon eel, Je parviens a me poser mais, lors du roulage, ‘mon ceil droit est incapable de voir quoi que ce soit. Vavion est cependant préparé pour la mission sui- vante. » Pendant la journée, un Do 17 du 3* RA sur le point dese poser & UroSevac estintercepté par/Avia BH-33 « 88 blanc », probablement piloté par le capitaine \Velimir Markovié qui suspecte le Dornier dre al- lemand. Les deux pilotes évitent toute méprise au dernier moment et aucun n’ouvre le feu, ‘Tot le matin du 8 avril, le lieutenant-colonel Bajdak cordonne a son offcier de renseignement le capitaine Velitkovié de se rendre @ ReZanovatkakosa puis 3 Urogevac afin de trouver le commandant Dial et de Tamener avec lui a Kosanéié. Accompagné par tun caporal mécanicien, Veliékovié se rend donc aux commandes du Bf 108 sur le premier terrain ; il ny trouve qu'un peloton de la compagnie d'aérodrome et un offcier technique qui linforme que Dzal se trouve & Urogevac, mais aussi que les Allemands ‘sont 8 Kumanovo, soit & environ 2,5 km de Ia, qu'il, sont préts & investr le terrain et quil faut donc quit- ter les lieux immédiatement ! Velizkovié ordonne & Vofficier technique de gagner Urogevac avec son es- couade, od il se dirige dailleurs lui-méme. Tandis ‘quil se pose, quatre Bf 110 du IL/ZG 26 attaquent le terrain situé & la périphérie de la ville, prés du village de Bib ; les bimoteurs détruisent un Breguet XOX et en endommagent un second. La DCA abat un des assaillants qui s‘écrase dans le secteur, I sagit du Bf 110 W.Nr. 4274 piloté par le Gefreiter Georg Schldser emmenant le correspondant de guerre Car Heinz Friedrich. Ce dernier ayant un uniforme Iége- rement diférent de celui du pilote, on croit alors qu'l agit d'un navigateur bulgare mais cst bien un cor- respondant de guerre qui est tué. Malgré plusieurs demandes de loffcier de rensei- gnement qui lui propose de 'accompagner, le com- ‘mandant Dial, qui voit la situation tourner a la catas- trophe, refuse de partir avec Veli¢kovic. Seul un coup de té¥éphione du lieutenant-colonel Bajdak parvient & le décider et le Bf 108 se pose enfin a Kosancié vers 414n00. Peu aprés, le temps se dégrade fortement, la pluie alternant avec des chutes de gréle ; cepen- dant, les deux terrains de Bojnik et Kosanéi¢ demeu- rent opérationnels. Loccupation de Pirot et 'avance fulgurante des Allemands vers Nis et Leskovac pla- cent Jes restes du 5® RA dans une situation déiicate. Les forces allemandes poussent en effet en direc- tion de Ni8. Un groupe de 40 Ju 88 du T/LG 1 vient bombarder la ville et le village de Komren od est installé le quartier général de la 5* base aérienne ; Un soldat est tué et trois autres blessés mais les vic~ ‘times civiles sont bien plus nombreuses puisque 206 Personnes sont tuées, Le bombardement dure de 0537 & O7h05. La méme unité frappe également Urogevac avec 20 Ju 88, faisant plusieurs victimes Civils ; un train militaire est aussi attaqué, le bom- bardement s‘étalant de 09h20 & 11h49. Un peu plus 1t6t, des Stuka de la St.G. 2 ont pilonné Pirot et Bela Palanka. ‘Tét dans la matinge du 9 avril 1944, un rapport ‘émanant du chef de gare de Leskovac parvient 4 Vétat-major du 5* RA, informant que la liaison Nis ~ Skoplje est interrompue et que les forces alleman- des se trouvent devant Leskovac. Le lieutenant-co- 87 Des piloes a $ rigiment de ‘hase des nt le Fury n° 248 ‘ure terrain de Medokevae 1940, e asin deta Yougostavie. (coll. Milan Mizevski) cst en avril 1941 Poicier de enscignement da 5° RA. Fait prisonnier par ls Allemands, i déciera de ester A POvest apres guerre. (coll. AM) Le Set Vilim Acinger devant lon Fury MAL su le terrain a0 1940 Sur le verrain de Medotevae, les pilots du RA observent @ewvrer ser Avia BESS ‘19 blane » Derrgee es, un Pury MLM camoule lone! Bajdak donne aussitét Yordre d’évacuer vers Kraljevo ; les avions doivent y parvenir en vol tan- dis que léchelon roulant y arrivera en empruntant le canyon de Jankova. Le capitaine Velimir Markovié burant @ cause du réservoir percé et les chasseurs adverses ne me suivirent pas, pensant que mon sort était rég%6. » A basse altitude, le sergent RaSié parvient a sortr le Fury du pigué ; parvenu au nord-ouest de Gnjlane, prés du village de Mogila, il se prépare & atterriz ‘Avec un avion endommagé, couvert de carburant et presque aveuge, le pilote pose son avion comme 2 Vexercice. Mais juste avant la fin du roulage, une rove se retrouve bloquée dans une ornire et le bi- plan termine sa course sur le dos. Parvenant a fer- mer sa radio, Rai réussit également & abaisser son sidge pour éviter une mort certaine. II est extrait eg ——__ de 'avion par le prétre Svetislav Radenovi¢ aidé de quelques personnes. Janjusevié subit un sort quasi- ‘ment analogue & celui de son camarade. Son avion endommagé parle tr ennemi, il essaie de poser son chasseur prés de Gnjilane et, tout comme celui de RaSié, son Fury capote et se retourne. Janjusevié, bras cassé, est extrait de son chasseur et envoyé & hépital; il rejoindra rarmée royale. De son céte, le sous-lieutenant Stanislav Dodiovié ‘se retrouve seul. Prés de Kosantié, il suit les re- commandations des habitants qui le guident vers tn grand terrain ol se trouve le R-100 « 4 blanc », camoufié par des roseaux. Le pilote se souvent : « Les roseaux furent défaits en une minute et je vis apparafre un beau et merveilleux (a ce moment pré- cis) R-100, fe! un monument que Yon dévolle aprés en avoir 6té la voile blanc. Tout était tel qu’on me avait dit: parachute, plein de carburant, manette de démarrage du moteur et toutes les autres choses. Je prendiai a direction de Sarajevo et me poserai a Rajlovac. Jattendis que la température d'huile grim- pe. Laiguile du cadran bougea un peu et elle alait bientOt indiquer Fexacte position du moteur chaud. Je miapprétais & faire signe 4 tous ces gens pour leur dire au revoir avant de quitter ce lieu. Je mis les gaz avec les roues bloquées puis, peu aprés, je roulal; enfin, je pouvais décoller. » Mais, alors que tout était paré, des hommes lui font signe darréter le moteur. Des éléments de recon- naissance allemands approchent du village. Le mo- ‘eur est coupé et avon camouné. Le vol vers Rajlovac en Bosnie est ‘abandonné. Plus tard, le « 4 blanc » sera capturé par les Allemands et emmené & NiS. DZodzovié va parve- nr 8 gagner & pied Nis, od il rejoindra sa famille Le 36*GA et le 5* RA n’existent plus. Le personnel, ¥ compris les pllotes survivants du groupe, quitte Uroevac le 8 avril en direction de Peé oi tout le monde parvient vers 1400. Puis, de Pe¢, les hom- ‘mes sont envoyés & Kosovska Mitrovica. Avant d'at- teindre cette destination, le convoi est attaqué par des Albanais armés mais aprés un bref éhange de coups de feu, la colonne poursult son avance. ‘Tat le lendemain matin, le voyage se poursult vers Kraljevo, atteinte le méme jour vers 15n00. Le per- ‘sonnel rejoint ainsi ce qui reste du régiment venu de Kosancié. Par la suite, Iunité quitte les lieux le 12 avril, atteignant Uzitka Podega dans la nuit ; le ‘voyage se poursuit jusqu’a Vigegrad via Uzice. Le lendemain, tout le monde parvient & Sarajevo. Les jours suivants, les hommes sont témoins du chaos, de la trahison et du désespo'r. Le 18 avril, beaucoup de tous ces hommes sont faits prisonniers par les. Allemands et emmenés en captivité. Presque tout''état-major de la 3* brigade mixte, com- posée des 3* RA et 5* RA, va rejoindre la toute nou- ‘elle aviation croate : le colonel Nikola Obuljen (com- ‘mandant de la brigade), le ieutenant-colonel Bajdak (commandant le 5* RA), le commandant Franjo Dzal (commandant le 35* GA) et le commandant Drago Brezoviek (commandant le 36¢ GA). Selon certal- nes sources, ce dernier sera tué en 1942 en Afrique ‘aux commandes d'un Ju 87 de la Luftwaffe, ce qui ‘est incorrect. 63 Alignement de Fury deta WK eapturés, probable de Brindisi, Quatre appareils blame» vsiles# de droite & 484 blane > lew plement par (le «46 blane» 2) 1 le e83 Blane (coll. NU} Le SILtStanisty, Dindiovié, Diplomé en Droit cinguante et pu Xe te vee Sur les Ales —le régiment de chasse on 194 (coll, AM) Yugoslav Fury MKII n° 2219 « 43 blane » de la Regia Aeronautica en mai 1941. Apres la fin de la guerre d'avril, cet officer changera ‘son nom en Karl Bresoschek et demandera son in- corporation dans la Luftwaffe. Il sera affecté au Stab TIL/IG 77 commandé par le Major Kurt Ubben en Italie, Aprés la mort du Hauptmann Emil Omert ie 24 avril 1944, Bresoschek prendra le commandement du IIL/3G 77, ce qui ne plaira guere & tout le monde. Peu apprécié de la plupart de ses hommes, il sera finalement remplacé au début du mois d'aodt 1944. LES FURY CAPTURES A Kapino Polje, prés de Nikgié, les Italiens vont cap- turer de leur cété neuf Hawker Fury, dont sept pro- venant du 35* GA et deux de la 3* EP de Mostar. Les appareils suivants du 5* RA ont été recensés : Fury IT « 10 blanc » (n° 2233), Fury II « 29 blanc », Fury IT «43 blanc » (n° 2219), Fury II « 44 blanc », Fury I +< 45 banc », Fury If « 46 blanc », Fury If « 53 blanc » (n° 2230). Les Fury « 29 », « 46 » et le « 54» (n° 2210) de la 3 €P vont étre emmenés au centre 'es- ‘sai de Guidonia oi ils seront testés par les Italiens ; le n° 29 sera ensuite transféré 4 Tirana, en Albanie. ‘Tous les autres Fury resteront a Nikéi¢ ou les Italiens les ferrailleront ; on perd toute trace de ces avions le 30 juillet 1943 8 Guidonia. Quant a l’unique Fury I ‘connu, il fait partie d’un lot de huit avions de types: différents rassemblés sur l'aérodrome de Zemun et destinés en principe 4 la nouvelle aviation croate. Profitant d'une certaine confusion, les ouvriers serbes ‘vont placer une grande partie des avions dans le parc des appareis condamnés ; un seul Fury en réchap- pera et rejoindra son destinataire. La 3" ECOLE DE PILOTAGE Pour clore histoire du Hawker Fury en Yougosiavie, mentionnons enfin le sort des quelques chasseurs de ce type en ser- vice & la 3* EP. Cette école comprend le 2*dé- tachement destiné a entrainer les plotes sur avions ra- ides; ce détachement est commandé par le capitaine Iija « Tka » Zelenika et I dispose, entre autres avions, dun Fury I et de tros Fury 11, tous non armés. Avec diautres machines de Vécole, les Fury sont convoyés de INS & Mostar, en raison de la proximité de la premigre ville avec la frontire bulgare ol stationnent dimpor- tants moyens aériens allerands. Non armés, Jes Fury de técole ne vont pas ée utli- ‘és durant la guerre. Une partie des avions de técole est ‘cependant endommagée ou débruite lors des fréquen- tes attaques aésiennes italo-alemandes sur la région de. Mostar. Dans la nuit du 11 au 12 avril 1941, e lendemnain de la proclamation de Iétat indépendant de Croatie et de la rébelion oustachie & Mostar, beaucoup de personnels serbes quitient les lieux avec accord de leurs officers. Certains empruntent des avions, les autres fen vont par la voieterreste. Tous les PVT gagnent NiSié et les ter- rains environnants. Le dernier Avia BH-33 « 28 blanc » (0° 2005) ans! que le Fury Tet le Fury Il « 54 blanc » (n° 2210) partent également pour la méme destnation. Ils Y sont capturés par ls Talens le 16 avr. Le Fury 1 n° 2210 sera envoyé & Guidonia comme nous favons écrit lus haut. Le destin du Fury Tdemeure inconnu mais ilest fort probable qu'l sera feral sur place par les Italens. FIN Le Fury MI «4 blane » (9° 2210) dea 3 ER, ti aussi ‘écupéré par ls aliens ‘uel terran ausliaire de Kapino Poe. (coll Bors Cig)