Está en la página 1de 8

1;: J ;Jd: -' f ;3ns; } *t 4l/.;9 : a1Â:o'rq$;3 {;u;?{xt)'4rr-'.

{;p s i : "'
6Z { a1 n 1
.'
-'r'xc
auiq*;*c*;gq '{aucq.ri::} -{}q}* . æurqc;H*wpl.tre;*r3 i;uq?'{x*J

'3ues a1 suep"62 np ltodsuetl

-4
ap salaro; stul sal 'E etn317 alnlls)

au rqo;SoLuaqqr er
el ap lê ateuoqrefougSotPÂq
suol sap uolleuroj ep
suollle?r sel arlrlf 't €
/ alnosslp auroj
snos'g,p anb zg3 aP sn;d ;r-1
-aUodsuertr Sues a; ronb:no; "q €

Z Uodsuerl uos aP
srol aua8Âxolp np truairnfuof un
sed ;r-1sa,u'Ol ronbrno4 'i ç
"l
z'of nP gxlj
1ueÂe autqolSoLueq,P al nr?lor.u
e; uo-1-a;;adde luaLuuloJ '- 4

2 Sues
êl suep uorsnJltp es sqrde "93
.i.
np gluoieu el luat^ap anô €

'ug,1 anb eurstld a1 '?SJ3^UI lse SnSSll - -


,l '_to,l eP ellal tOJ
sutp rueruâ[ceg snld ]uoP tnosslP es -rc1rdtc sel suEC 'Gff =) auaSorp-r. , -
zg3 E I 'olnos
anb apurr8 snld sroy 0Z rso np acuertrzder el"uogJef,ouTSorpdq suol s3P -:..-
-srp âruroJ tnoi
tg3 auodsuerl eustld a1
np o/o B uorl^uâ -rder at:osstp âs 'âlqelsul asodru,-:
âtnossIP
tg3 nP o/o asuplqut,l : audzue aun ;td :as-i-:-, .
âruroJ snos sTuodsue.u 0I \ o/o S '
suep anb salôorqr.{19 sap arusel,ii-:
's?urrregJef, spsodruor saP
sloj 000 f, lsa '93 nP uoll?l?rP \u : -
luroJ rr eruseld np saurgtord sri re^E glnumb alqrti snld '('ol
.t, ,t1 ,t tOJ ,T :tg.p uorrrrggii tl ta aulqol8ourgglxo,l
=' :
âp âruJo; 13 sa/rotqirfue saP âLusi-: - --
rp uolrelrosslp ?l rrlllltJ aurqo18ou9q,l Jns uoll?xg ES (uorrert:pfq,P uoltceal =) nee,1 ? r-r;;
'auq8.f,xorp np ruârrnruor un sed lsau'93 â'1 '('OfqH =)
" ,iil llli
aurgo;SouraqqrpJ_?l ruiJo3 uosl?ulgruol âllâJ'sluâq
lj

JruJoJ snos spuodsuurl


tç1 :: lllllll
rr1 rni axy as tnb 'g.1 ç t.ta,uaJl?Jtuor aurqoforugq,l ap
cOJ 3'I
aurqop EI ep ('HNI-) aunur uollruoi EI T ax5 es anBH\ suotun'' -
'çE

tuus np saulalord_saP seuluru suorlJuoJ snos plrodsueJt tsJ Ir '8ues a1 sur; :-


sa1 rud sal.rodsuen 'OJ tP o/o S7\ 07 sap Surs el sra^ esnglp rrrclnllrl :r -l

auoqieJ aP aP.{xouow ne 'tJoul EI ;anbo,Lord tuz.rnoi :


Z
uorlelrxolut oun,p srol erxodÂq,1renbr1dxa luauLUoJ 'ij € ua Sues np rneuât EI oP uoltt-. -.. ,,

2 aurqol8otugqÂxo uo-1-a1ledde,n$
'; g 'eu:8,{xorp a1 .rnod anb rtu:':-
autqolSouaq,; JuoqrEl ap :p,(rouotu Ji .tl-.t'- :
a alqrsra^ar lros
rns tg,1 ep uottrexç e1 anb ;r-1ne1 tonbrno6 "i' ç -r+I?-T 'âurgoporuTglxoqrvr : I,
i anrle;9dooo 1sa autqo;8oLU9q,l lurulllrJp ne :3.reqr u: pu'-.:
rns zg,; ap uollexç e; anb uo-1lp lonbrno; 'Ë € Surs suep osn5lp 1r 'arrc1o:.
a1 - .

aurqo;?or,u?tl,lrns'O,l"p uollexry op alls al lsê lanÔ "r * p.nbs:o1 'àJuu.uJL{) aun p ::


i sJol no ze? nt a?eynet{r un.t l
- -.

auq'Âxorp np yodsuerI ap sêtuIoj r", r,of 3"T;t"itï: srol sruJ? lsâ [ 'r?g?] eP lr llr --r l

arelnllar uo11e.r1dsa; e1 g atleuotu;nd uotlertdsar Pl aO - Z lUIldvHJ


Quels facteurs influencent I'affinité
de I'hémoglobine Pour I'O2 ?

i''"-'- "-J" et plus l'affinité de l'hémoglobine pour l'O2 est forte :


-z auqmente
olus la PO,

+formation
iixation'du dioxygène sur l'hémoglobine
d'oxyhémoglobine à une FOz alvéolaire
:,ffii
o/o de saturation
de l'Hb en 02

cefficient hlbi**4
d'utilisation de
l'hémoglobine
= 3396

14 PO2(en kPa)
?
Ë*3 aivé*l*Tr*
PO2 tissulaire

Otûgffio'
r---
plus la PO2 diminue et plus l'affinité de l'hémoglobine
-'- pour l'O2 est faible
'
o ffio,
-,,,:;:1î:,l:ï,,:",;T":'ffliÏ:,,"
Figare 1. 57çu7 le la parsur,f,affinité de t''hémo$lobine pour Ie dioxygène.

pour une Po, alvéolaire ?


ffiil"rt le pourcentage de saturation de I'hémoglobine
Pour une POrtissulaiie ? .

I 2- Comment.varie,llaffinité de lihémoglobine pou'r l'or lorsque la pression


partielle'en:O" fliminue ? '

age de saturation
1 3. Quet esi l,*ff"t d'une dim.inution de'2 kPa sui le pource
de l'hémoglobihe, au niveau alvéolair,e et au
niveau.tissulaire ? .

?
) 4. L'hé;ôglobine libèiqt-elle la totalité de lrOr fixé dans:les tissus

Hyp"r.upni. : hyper- (au-dessus de), -capnr'e (gaz carbonique)'


30
IT

tç4 z96 salqrel


r+t"to!
(e61 ua)
(zod=) zo ua I
ellalued uolsse.rd
+
i'i €I 7L tt 0t çv€

(a:uar919r) J eqrnol e1 q Yodder red


alroJp el sla^ a9ls)9p z aqlnor

'{} '0

'aup8fxorp a1 tnod ewqo13out71,1


irqoB le;a,; enb er-1so,nÔ '5 |
'O)d ,l ep p ernrc)gdwal el eP'Hd nP
i snssll xne euqSÂxorp np uorler?qll el
l!-1 esllo^eJ ellelnf,snu ef lllexs,l lueuuo) 'f I oun rnod'anb anblDut aSeprgp af,'æ4nl
uollelgqll el lns
LauqSÂxorP eP q ç rrodder red artorp ?l srâ z6 ua qg;
erelnssrl esopl3e eun,p le#a,l lse lênÔ 'g I
âp âqrno) el ap steprTp un âulerlua
a sllelnssll nee^lu ne ll-lse
ua,n0
aurqolSotugq,l ap uorlelnles el âJrclnssp nut lu nE
l- auE8Âxorp ua
lns alnletgdtuel el eP uolleluaulSne aun,p
êreuotulnd nee^tu nP lelle,l 1sa lanb 'e a rsaauq8lxorp np a8req: ua asud Et : % 00! ap
z allelnssnu ef,lf,lex3 un,p slol s?ljlPotu uoupJrues :p a8rluacrnod a1 : arrclogap 'oil
luos seibltu'qc-olrs^r{d sarlqruered slenÔ 'T I -lxorp al rnod aurqoporu?q,l ap FruIsE.l.m
sed ruop (tof,a el eP ra arnrergdurar q ? r
'Hd np âoIlJrDJ tr1
'JIIofl râJa.l $â.3 : ilpllf,B ue snssll xnr auqSlxorp nP e?llr ' uorrnurulp) âJrclnrsilu
zg4
unfltl) erIEIo? P atm ç sry
-r3g uoriEr?qll eun âulPrlue mb ar ('94 salqpi =) erIBInssD
' (g

nea{u ne auqt{xo1p al mod eugqopourgq.l âp ?r[ul$E,l (gryqrce ua alcsnru) 7 ra (sodar ne apnu) 1

luenquqP ârl?lmmlu eqJJe)Ët(l âP sfese sa1 "94 aureru ârr.PIo?{P nDâ Iu n3

-7 atnfu1
ertelnisnut e)Droxe,l aP FJpJ

ffi:flr.;Ëë;: R tof,.I ,l
'(asoppe =) 11d.P uonnulrulP EI sPrt

il;i*.e,Ëi, ffi,'
q".,Ë_'êq{dtFFg='Jlru
ap uontluaru8nt,l ap aul8uo.1 ç ruos rnb enbnru ap;
âruruof, stâql?P sâP ruâsmPoJd sapla: sal ÎnâlEII3 âP âIrrqJ

l\hP ârrrlnf, snul ?l41roql red atrnpord er8raug;1' (z a.rnfil)


-t.uip aun la agarodro: arrurrTduat E-l
^um8ws
ql
âP uollsluaru8nr âûn
ua ellannd uorssord EI âP uolletuaru8ne aun sultJluâ â{qrm

k,'",,ffi@
{ : sodar ne q)snut
æ
allslnf,snu af,!3laxa,l ap las:l
7ry

lE Kote du dtoxygene oans Ie mera'ottsme

@lLemétabolisme:l'ensembledesréactionscellulaires
Le métabolisme est I'ensemble des réac-
tions biochimiques subies par les nutri- g lu cid es
glucides membranaires
ments dans les cellules (Figure l). nutriments

Il est composé de deux types de réactions: acides Q O 1 oa oocooo o


u''X
Ie catabolisme et I'anabolisme. c Qo o protei n es,

o Réactions de dégradation "ootô a il"J:i:i:: hémoglobine,


protéi nes
musculaires ..
des nutriments (= catabolisme)
Le catabolisme (des glucides, protéines et li-
pide$ libère de l'énergie qui est stockée sous
#t^
forme d'AIB ces réactions sont exergoni-
lO
&r
l
aq
ques. Il existe deux voies de catabolisme: NERGIE
la fermentation et la respiration. La fer-
mentation est une dégradation incomplète
CATABOLISME

:::rc 'r'"i-'t3"u "


du substrat énergétique, elle se déroule en libération dATP Ët
nrtrnaor-rsvr e
absence de dioxygène (= anaérobie) chez = réaction exergonique ! $ consommation
I'homme et libère une faible quantité d'AIP
- lors de la fermentation F aRrP
(en anaérobiose) ',
f = réaction
La respiration cellulaire est une dégradation - lors de la respiration cellulaire 3f endergonique
(en aérobiose)
complète des substrats, elle produit une i .,9 ,<rhr
quantité maximale d'AIP en présence de
dioxygène (= aérobie). , r31 r_
o Réactions de synthèse des ç
a e 2 J
nutriments (= anabolisme) _..'
Ces réactions nécessitent un aPPort d'éner- f ?t
gie (= st4.tgonique) sous forme d'AIP
a
pour l'élaboration de nouvelles molécules
celllle ,'
entrant dans la constitution de I'organisme.
Figure 1. Le catabolisme et I'anabolisme, réàctions du métabolisme
cellulaire.

) 1. Qu'est-ce que le métabolisme ?


) 2. Quelles sont les deux voies cataboliques possibles pour obtenir de l'énergie ?

) 3. Comment s'appellent les réactions libérant de l'énergie ?


Comment nomme-t-on celles qui consomment de l'énergie ?
) 4. Quel est le rôle de I'anabolisme dans l'organisme ?

@.Luglycolyse:larégénérationcytoplasmiqued'ATP
La glycolyse est la première éape du catabolisme du cules de pyruvate (C3H4O3) suite à une série de réactions
gluiose qui permet d'obtenir de l'énergie en régénérant enzymatiques.
Ie I'ATP. Il-ny a pæ d'utilisation d'O, pendant la gly- Certaines d'entre elles produisent des ions hydrogène (= H-
colyse, elle se déroule donc en condition anaérobie dans ou protons) et des électrons qui seront pris en charge par
le cytoplasme de toutes les cellules (Figurez). Lors de la u.r it"nrpo.teur T. Ce sont des réactions de déshydrogé-
glycolyie,le glucose (C6H1rO6) est dégradé en deux molé- nation.
e.&b
Glycolyse glyco (sucre), -lyse (destruction). Aérobiose : aéro (quise rapporte à I'air), bio (vie)'
..

32 RnaOroUiosà an- (absence de), aéro (qui se rapporte à I'air), bia (vie)'
'
)
tt

'dlV,p uotpnpotd e1
suepzO;lap epy 'î arnatJ

z arelnllel uoltrerdsel el enb

sep ltredse,l rns aueS^xorp ep lnole,l ep fegp.l F


e lqrulu
auQbi(xolp ap lnolP ue uollerluef,uof, el rns auQS^xorp ep lnole,l ap ælô.1 @
sdr.ual
(sepuo:as ua) t
00ç 00r 008 002 00t 0
0
0z 'arlulnllâr uoper.fu
0v -oJd np sJol dIV.p âlelurxeru uontJ?u?8er oun âmsse
09 ra âu?Sfxorp âp âruesild E I 'serqoJ?e suonrpuo3 ua
08 tuop (sârrpuorpotnu xrnr a?rI Na uorrrnpo;d aira3 '(e u4fil
asorqoJ9e ua : z 00 t.
-:npord ma1 raruaru8nr,p seFIIa3 xne æurad nartrx ï sû?
êsorqoJopue ua: I (sarrerlrqre s9l;un) rno(er iJIV,p ?tnwnb tuâsmpord 'asornp np
àlqre3 âun
dIV ua uollPJlue)uo)
auqSlxorp ap n^Jnod?p ârmlnr ep nerTrru un susp sepqd

â dlv.p uoltf,npord e1 suep l!-tua!ruatu! 'eo.l 'luernq:uof, $n tuatllruo]

I
{t
tlk
I anbrpel uortelueuileJ e1 ep .rrped q djv lnal slr-tuesrnpo.rd sa1Âro.rqilrp sal I
2 anbrlgB.reu? uellq uos tsa lanô Z anbrpe; uotleluaura; e; anb rt{
t\ç
anbrla8raue luôuepue; a; ronbrno4 4 as{;or{;8 el ep slrnpold s; 1n
Z elle-t-elnor?p es arelnllac luaurileduoc ;enb sueC i as{;orÂ18 e1 anb

'esn1æffica
'(agoddq =) rursgnsurtuâr,r'ep auq8lxorp al rnbsrol oc
'esuetur anbrslqd uogâ un,p sJol sârreln]snu sâF1rl srl suep -
I sâHpuoq3olrur ap sed ruasodsrp âu mb 'satôoiç,fig sa1 suep -
osrFil âs a1p '.ep",8ap eso:np rp ,F:urlllî;td;#fffi:'*
xnap arqu98,ar 'arqorgeue aslloilp 'enbrlcel uonetuaruJeJ E I
.anbprel uon
-sluârurg el red e,rqqrpp ia aruseldorb âl suBp ,*1q-jr* u--

*uopur;dsar*0":HllJ:1xî]ff
:1#l,ï,,,ï,i":i;
'es{ocl18 il rp *UugArruj
tuâruâpuâJ âlqleJ el nol 'alSraugcl âp âJmua âruJâJuor 'asorn18
np arqlduoour uorrepe.r8ap el ep anssr âplâloru 'are.,rnrld a1
'(aw<- Id + dOV) uone/.roqdsogd aun lsa,r : (dCV =)
eleqdsoqdrp âursouâpe(p elnr?loru aun Jns aleqdsoqd ruauad
-nor8 un,p uontx5 e1 æd aspgr âs dJV.l âp uoner?u?89r e1
'agper8ap asoonp âp àpr?lotu æd
41yp srlnr?l
-oru xnâp arqu939r rnb anbnurgo ar8raua,1 ap aTQQII aslloclp q
au.
t- Hesprratror-= c€llutatre : regeileratlotl
d'ATP en aérobiose
L'organite indispensable à la respiration cellulaEre
La mitochondrie, organite rytoplasmique, est constituée d'une double
espace intermembranaire matflce
membrane : une membrane externe et une membrane interne. La mem- mitochondriale
membrane externe
brane interne se replie pour former des crêtes mitochondriales. Les crêtes
portent des sphères pédonculées contenant des enzymes, les AfP syn-
théases, et des molécules formant une chaîne de transporteurs délec-
trons (= chaîne respiratoire). Ces deux structures sont impliquées dans la
régénération de I'AIP en aérobiose. La double membrane est à I'origine
de l'existence de deux compartiments : I'espace intermembranaire et la membrane
interne crête
matrice mitochondriale. lrs mitochondries possèdent leur propre ma- mitochondriale
tériel génétique (ADN, ARN) et leurs ribosomes. Elles se reproduisent
sphère
afin d'âugmenter leur nombre et développent leurs crêtes mitochondriales pédonculée
lorsque les besoins en AIP augmentent dans une cellule.

) 1. Quelle est la particularité de la membrane interne


d'une mitochondrie ?
) 2. Quel est le rôle d'une sphère pédonculée ? Figu re 1. Représentation schématique
) 3. Pourquoi la reproduction des mitochondries est un exemple d'une mitochondrie-
d'adaptation au besoin en ATP ?

@Quellessonttesétapesdelarespirationcellulaire?
La respiration cellulaire se déroule en quatre
étapes dans des compartiments cellulaires diÊ
férents (Figure 2). Elle æsure une régénération
Étape 1 |
CLYCOLYSÊ ;

maximale de I'ATP danr le q;.tqplasme i


-.:,...*-.,-;,-*;;;.-S
ê Dans le cytoplasme de la cellule :
la glycolyse
Le glucose est dégradé en deux molécules de Étape 2 ;
PYRUVATE I
pyruvate lors de la glycolyse. Cette étape per- oÉsnvonocÉNrsr i
dans la matrice $
met la régénération de deux molécules d'AIP mitochondriale i*
e Dans la mauice mitochondriale :
la pyruvate déshydrogénase
coz
Le pyruvate pénètre dans la matrice mitochon-
driale. Il perd un CO, (= décarborylation) et
un atome d'hydrogène (= déshydrogénation)
puis s'associe au coenzyme A pour former
I'acétylcoA. Cette réaction de formation de
l'acétylcoA est l'étape charnière de la respira-
tion cellulaire. Elle est effectuée par un com-
plexe enqymatique, la pyruvate déshydrogé-
næe. Tous les substrats énergétiques (glucides, Etape 4ê
PHOSPHORYTATON i
lipides...) sont transformés en acétylcoA. oXYDATIVË T
dans la membrane *
Figure 2. Lesquatre étapes interne des t
de la respiration cellulaire. mitochondries S

Hydrolyse : hvdrç (eau), "lvse (eouper).


34
9t

dlv,t ap iueitsseJgu s?lt^nre sa|uat,aJlrp sa1 'p atn8rl

a saln39loru ep
yodsuerl el suep lr-luar^ralur dfv,l lualuurof 'ç ê
z dl-v,l aP uorlua^ralur,P ]reJsuerl
seureuop xnedour.rd srorl sal luos slan$ "g g np suas

i arBreua,; ap aln)aloLU p ;:
rar?qrl ap d-LV,l ç traLured uorllegr ellanô 'Ë € uorlexrrr ap :- :
yodsuerl êp aurgto. r
. dt_v,p
alnf,alou el suep a?).lJols êlla-lsa er3.raua,; t1O ': + lutvlnf snn
Z d_LV,p êlnlêlour eun,p ernllnlls el 1sa ellenô 'î €
NOII)VUINO)

'(y anSU) erusrtogerrc(l rp srol sâlnrâloru sa1 alua sanb 'S3JâUJOIJES SOP lUetUASSIllnal:, - - .

-lurql suosrcr] sâp uoneroqelâ,1 e âFn ar3rau9.1 trurnoJ âllg -olu ap lJ oun)e.p stuJr.rrelq s:p rr-;:--' '
'onbiuseld âueJgruoru EI Jp âJtne,p
-11 ar8raua,l : âJrDInJmru uorptJluof : :
la ued op sepl?lour ep uodsuerl ne tâ seJlpu?Jgruâru
tuâr^Jâru] dJV.l'{soJrElnllâl s?tr^nri ::,- :.
sadruod sep tuerueuuonluoJ ne alqesuadspur tsa dJV,T 'âJr?lnilal ?ll^nr? eun Jnoc : : :

es,{1otpLq,p uorpeg) la olrcglow el ap ilnpntig g atn311


(rt Og) ar8;aua,1 op rr?q1, r - - ,l:lt] L

dtv,p 'ar8rau:1:- --,.


aleqdsoq -1.r aulsou9p suosrsrl xneP sOs 3p 3Jnrc.:-, :

aleqdsoqd
uosrcrl Jp tu:8e un smu :r. -:- ' l; :
sluau-radnor6 g sedra,u 4;y1 'el8raua.i :: --:. * iilllliltn: :

A -soqd suosrel sap rrd srur , --


/l\ rasoqul '(4) otegdsoqd s:-:.-, -
I "too''
!d+ d o ozH+.1 ,.1 4-J : âsoqlJ o] i 3rlr-! :: , -
I
lr I

auru9pp I auugpn Iauturpr-:::-


_t
arbJêuq ua saq)u : (E atn?i. -: .-
aleqdsoqd suosrerl -JOJ JlnJJloru :un r': .r, -
t ilt
.till:.
rffi .' -j

l.#
irr z allelnllal lo so?lnluoped sarggds sal srrep srnu:- -- :

r {:r uotlerrdser ap enbrlgSrau? uelrq al tsa lan$ 'g, 6


e1 sop uorr? IrfE,1 lau;ad lJaJsuEJr J) r::'- - , i;,.,",,ri,,iiqr*il1r
^i

$i Z (OrH :) nea,; ap ra (zg3 :) lrrusJa ED ue âf,rJt?ru e1 ruau8e8a: s.-: --:


euoqrel ep apÂxorp np eur3uo,;lsa ellan[ 'g q no e.ilprrvJgruarrrJolrn eredry,l su?p r-:--, :
ffi
Z erelnllel uotlelrdsa; 'O'H<-*HZ+-o T+'Olr: C . - *
el alno;ap ês slueLur1'tedLuor s;anb sueC : € ]sâ IT 'âuPql 3l JP -H soP lâ suoJl)Jll !:: lr: - i - , iuiiii r'
.
Z arelnllêl uorlelrdsar el ap luauauuor13uoJ uas aua8lxorp âl 'uolrnpa.ropÂo.p ) - ,'
ff
Il ne slatluassa slueuelê sal luos slan$ .; ,4 -?p es lo a;roterrdsar âutrr{f EI suEp --::,,:
#
3j

maprlr + dIV g€ * tOJ 9 + OtH g <-'O9 * nOttH'J


i:
-errdsar Juleql ?] âp n?o^ru n? suo:rr: =

: tse arr?lnllor uont;rdsa; EI ep uelrq â-I srnel tuâr?qll GH 'HI) suoto:d :: .-


tl rnâlBrlr eP âurroJ arfflep,{xO u0cri,' - -,r' I lll

snos pdtssrp $e (H LLg I) dIV ue onre uof, uou ar8raue.1 : sârJPuorlJolru seP âuJâlu ârrEJqËrL "' . rl

$r ep elsor a1 'a9per39p asocnlS âp elnraloru red 41y,p sa1


rlij
Xi
-nl?loru 9€ rp uoprr9u,a89r e1 'asfloefp EI râ ? 'taurad '(s r
# (fl çtS T,) e?qqIl ar8raup,l ap anred apuer8 auç1 'esocnp -o;d ap srnauodsurl ap ra'g3 Jp * .- .,
np ralduroc ârus1oquleJ al oJnss? eJrelnllao uonrrrdsar e1 np sJnol ny 'suoneuaSolpfqsgp rp r: , -
ë'
'a,rpepfxo uone/roqdsoqd aun tso,l 'esorqoJâe ue err?s eun rrqns I ra sgeJ) ap a1:,ir rT s-r: :,
ï .

ii (areqdsoqdrp âursouope =) ,IOV,p alnraloru aun rns aregd lll

-soqd un.p rnofr rcd osrle?r âs âllf AIV.I ap uone.rgugSg; 11 e1c6 a1 : âlerJpuorlJolrru â]rnr Li --l

arlelnllal uoltelgdsar e1 e a;reuorulnd uolterldsar el aO - Z lUIldVHl


li= L*:* **ËrærÊgËË Ë;Er*e;.€ globine pour I'O, est élevée, il y a formation
Les échanges gazeux se réalisent par diffusion au d'oxyhémoglobine. A de faibles PO, l'affinité de
niveau pulmonaire et tissulaire. Cette diffusion I'hémoglobine pour l'O, diminue, il y a dissociation
de l'oxyhémoglobine et libération d'Or.
s'effectue en suivant le gradient de pression des
gaz. Dans les poumons, le dioxygène diffuse de I'air L'exercice musculaire entraîne une acidose (: di-
alvéolaire vers le sang et le dioxyde de carbone dif- minution du pH), une hypercapnie (: augmenta-
tion de la PCOr) et une augmentation de la tempé-
tuse du sang vers les alvéoles : c'est I'hématose.
A I'issue deceséchanges, lesangquitte les poumons, rature. Ces facteurs facilitent la libération d'O, au
hématosé. Dans les tissus, le sang libère I'O, et niveau tissulaire : ils constituent I'effet Bohr.
se charge en COr; ces échanges tissulaires sont à
I'origine du sang non hématosé. rà #*i* ** *;*xgg#s-*
Tr*e:sp*rË **s Ë#r ilËËi:Ë*'*â*ër e* q.Ë;ç ct* i*: :rr*ià* fu *Eiser"s*
æ Le dioxygène est transporté à 98% combiné à
Le métabolisme comprend le catabolisme et
I'hémoglobine sous forme d'oxyhémoglobine. Sa I'anabolisme. Le catabolisme des substrats
fixation sur I'ion ferreux de I'hémoglobine est réver- énergétiques libère de l'énergie stockée sous forme
sible et coopérative. L'équation de fixation est :
d'ATP. En aérobiose, lors de la respiration cellulaire,
Hb+4o, Ê Hb(o,)o il produit une quantité importante d'ATP. En
Les 2 0Â
resta nts d u d ioxygène so nt tra nsportés so us anaérobiose, lors de la fermentation, la quantité
forme dissoute dans le plasma et le cytoplasme des d'ATP produite est faible.
hématies. Le monoxyde de carbone est un concur-
rent du dioxygène à I'origine d'une hypoxie. L:: r+tg:i rn:iËr.t:-t **i Ë ae I * r e'*
s: Le dioxyde de carbone est transportéà 60-70%
La respiration se déroule dans les mitochondries et
sous forme d'ions hydrogénocarbonates ; 20-25 % permet, en présence d'O, une dégradation com-
sous forme combinée aux fonctions amine de I'hé- plète du substrat énergétique avec régénération
moglobine et des protéines plasmatiques et 5-70% maximale d'ATP. Le bilan de la respiration cellu-
sous forme dissoute dans le plasma. laire est :

Fæ*È*l; rç ::'i'l**a*eri Ë';ri'{irtîIei #i: C6H12O6 + 6 O, -+6 HrO + 6 CO, + 36 ATp * chaleur.
L'hydrolyse de I'ATP libère de l'énergie utilisée
l' fu é t:t Ë * Ë: r,r * 93 * r i r ç $ i ;i :q r-r g. *1 r'È *
e-= Ê Ë 1
pour la réalisation d'activités cellulaires, telles
La PO, modifie I'affinité de I'hémoglobine pour que I'anabolisme, le transport de molécules et la
le dioxygène. A de fortes PO,, I'affinité de I'hémo- contraction muscula ire.

- Nommer et expliquer le mécanisme des échanges - Analyser la courbe de Barcroft. Expliquer I'effet
gazeux. de la PO, sur la saturation de I'hémoglobine en
- Expliquer le sens des échanges gazeux au niveau O, a u n ivea u pu lmon a ire et tissu la ire.
pulmonaire et tissulaire. - Définir le métabolisme.
- Citer les différentes formes de transport des gaz - Comparer la production d'ATP en anaérobiose
respi ratoi res. et en aérobiose.
- Représenter et annoter le schéma de la molécule - Expliquer le rôle du dioxygène dans la production
d'hémoglobine. d'ATP.
- Écrire fixation du dioxygène et
les équations de - Connaître la structure de I'ATP et ses rôles.
du dioxyde de carbone sur I'hémoglobine.

36