Está en la página 1de 8

PROGRAMME D’ACTION 2013 - 2018

PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018
PROGRAMME D’ ACTION 2013 - 2018 LES PRIMES Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018

LES PRIMES

Les modalités d’attribution des primes 2013 à 2018 sont définies par la délibération n°2012-25 du 25 octobre 2012 du conseil d’administration de l’agence de l’eau en application de l’article L. 213-10-3 du code de l’environnement. Ces modalités peuvent être modifiées en cours de programme par de nouvelles délibérations ultérieures.

Les primes de performance épuratoire années 2013 à 2018

>˃ système d’assainissement collectif ˃> service d’assainissement non collectif

années 2013 à 2018 >˃ système d’assainissement collectif ˃> service d’assainissement non collectif

LA PRIME DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE

LA PRIME DE PERFORMANCE ÉPURATOIRE DES SYSTÈMES D’ASSAINISSEMENT COLLECTIF
DES SYSTÈMES D’ASSAINISSEMENT COLLECTIF

DES SYSTÈMES D’ASSAINISSEMENT COLLECTIF

u

Accompagner la mise en œuvre de la réglementation en matière d’assainissement.

u

Inciter les gestionnaires à améliorer les performances de leur système d’assainissement.

u

Protéger les milieux aquatiques grâce à une surveillance renforcée et un meilleur contrôle des pollutions rejetées.

Qui perçoit cette prime et comment est-elle versée ?

u Sont bénéficiaires les maîtres d’ouvrage publics ou privés des dispositifs d’épuration présentant les

caractéristiques suivantes :

avoir une capacité nominale de traitement supérieure à 12 kg/j de DBO 5 ;

être conforme en équipement à la directive européenne du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux résiduaires urbaines. En outre, le seuil de versement de la prime est fixé à 1500 par dispositif d’épuration et par année.

u Chaque année, l’agence de l’eau calcule le montant des primes de performance épuratoire à partir des données préalablement transmises par les maîtres d’ouvrage et procède au versement correspondant. Le calcul de la prime de l’année n se base sur les données de l’année d’activité précédente (année n -1).

Comment transmettre les données ?

u Les maîtres d’ouvrage des dispositifs d’épuration :

transmettent régulièrement les données d’autosurveillance et les données relatives à la qualité et la destination des boues, au format SANDRE, par voie électronique sur le portail « Mesures de rejets » ;

déclarent une fois par an les données relatives à la description du système d’assainissement par voie électronique sur le portail de télédéclaration des agences de l’eau. Ces deux portails sont accessibles depuis le site internet www.eaurmc.fr, rubrique « Téléservices ».

u Les données portant sur l’année d’activité n sont transmises au plus tard le 1 er mars de l’année suivante ( n +1).

À partir de l’année 2014, un retard de transmission de ces données entrainera une minoration de la prime.

Comment se calcule-t-elle ?

1 Prime = assiette x Pollution ∑ d’origine + Apports × Rendement domestique externes par
1
Prime =
assiette
x
Pollution
d’origine
+ Apports
× Rendement
domestique
externes
par
émise
paramètre
2 3 4 taux x coefficients de conformité + bonus Coefficient de Coefficient de Coefficient
2
3
4
taux
x
coefficients de conformité
+
bonus
Coefficient de
Coefficient de
Coefficient de
conformité
×
destination
×
conformité des
×
du système
des boues
performances
d’autosurveillance
Coefficient
de
conformité
de la collecte
Les éléments 1, 2, 3 et 4 sont expliqués dans les quatre parties ci-après.
> 1 - L’ assiette de la prime Elle correspond à la quantité de pollution

>

1- L’assiette de la prime

Elle correspond à la quantité de pollution d’origine domestique supprimée par le dispositif d’épuration. Elle est calculée pour chaque paramètre de pollution (MES, DCO, DBO 5 , NR, P, métox, toxicité aiguë, AOX)

Pollution d’origine domestique émise

Deux modes de calcul de la pollution d’origine domestique sont prévus : calcul au forfait et calcul à la mesure.

station d’épuration

mode de caLcuL retenu pour La prime 2013

mode de caLcuL retenu pour Les primes 2014 à 2018

Capacité nominale < 120 kg/j DBO 5

Calcul au forfait

Calcul au forfait

Capacité nominale > 120 kg/j DBO 5

Calcul au forfait

Mode de calcul conduisant à la plus petite charge sur le paramètre DBO 5 entre le forfait et la mesure

Calcul au forfait :sur le paramètre DBO 5 entre le forfait et la mesure Pollution d’origine domestique émise  

Pollution d’origine

domestique émise

   

x 0,25

 

Quantité

Nombre

Nombre

Nombre

forfaitaire

de jours de

=

d’habitants

+

d’habitants

x

de pollution

x

fonctionnement

permanents

saisonniers

journalière par

du dispositif

 

habitant

d’épuration

Quantité forfaitaire de pollution journalière retenue par habitant :

paramètre de poLLution

Quantité de poLLution / habitant / jour

MES : matières en suspension

70

g

DCO : demande chimique en oxygène

135 g

DBO 5 : demande biochimique en oxygène sur 5 jours

60

g

NR : azote réduit

12

g

P : phosphore total

2 g

Métox : métaux toxiques

0,23 g

Toxicité aiguë

0,2 équitox

AOX : composés halogénés organiques

0,05 g

Calcul à la mesure :AOX : composés halogénés organiques 0,05 g Pollution d’origine domestique émise = charge polluante

Pollution d’origine

domestique émise

=

charge polluante annuelle (année n ) traitée par la station (1)

charge polluante annuelle (année n-1 )

- d’origine non domestique des établissements raccordés à cette station (2)

(1) La charge polluante annuelle traitée par paramètre de pollution est égale à la somme des charges journalières reçues pour les jours de fonctionnement de la station.

(2) Valeur issue du calcul des redevances de pollution pour l’année d’activité précédente.

Apports externes

Les apports externes sont pris en compte pour la part d’origine domestique uniquement, à condition que leur admission soit réalisée dans de bonnes conditions (station équipée d’une fosse de dépotage, registre de réception tenu, mesures réalisées conformément aux dispositions prévues dans le manuel d’autosurveillance). La quantité de pollution contenue dans ces matières est calculée de façon forfaitaire pour chaque paramètre de pollution selon les concentrations suivantes :

mes

dco

dbo 5

nr

p

16 g/l

15 g/l

3 g/l

0,4 g/l

0,2 g/l

Rendement

Les rendements épuratoires de chaque paramètre de pollution sont calculés à partir des résultats du système d’autosurveillance, à condition que ces derniers soient cohérents et aient été transmis conformément aux prescriptions de l’agence de l’eau. Dans les autres cas, des rendements forfaitaires sont retenus selon les modalités suivantes :

Pour la prime 2013 :forfaitaires sont retenus selon les modalités suivantes : description du dispositif d’épuration  

description du dispositif d’épuration

 

coefficients de rendement forfaitaire

 

MES

DBO 5

DCO

NGL

   

Métox

Toxicité

AOX

 

NR

P

aiguë

infiltration recevant une charge de pollution organique 120 kg/j de dbo 5 (sous réserve du respect de l’article 10 de l’arrêté du 22 juin 2007 et de l’avis favorable de l’hydrogéologue agréé)

0,9

0,8

0,75

0,7

0,7

0,8

0

0

0

décantation primaire ou fosse toutes eaux

0,3

0,2

0,15

0

0

0,1

0

0

0

physico-chimique

0,4

0,3

0,2

0

0

0,4

0

0,1

0

biologique simple et lagunage

0,4

0,4

0,3

0,1

0,1

0,1

0

0

0

biologique avec traitement du phosphore

0,4

0,4

0,3

0,1

0,1

0,3

0

0

0

biologique avec nitrification

0,4

0,4

0,3

0,2

0,3

0,1

0

0

0

biologique avec nitrification et dénitrification

0,4

0,4

0,3

0,3

0,3

0,1

0

0

0

biologique avec nitrification et traitement du phosphore

0,4

0,4

0,3

0,2

0,3

0,3

0

0

0

biologique avec nitrification, dénitrification et traitement du phosphore

0,4

0,4

0,3

0,3

0,3

0,3

0

0

0

filtres plantés

0,7

0,4

0,3

0,2

0,3

0,1

0

0

0

autres filtration-infiltration

0,8

0,3

0,2

0,1

0,1

0,1

0

0

0

Pour les primes 2014 à 2018, les rendements forfaitaires s’appliquent :0,8 0,3 0,2 0,1 0,1 0,1 0 0 0 • à toutes les stations de capacité

à toutes les stations de capacité nominale inférieure à 120 kg/j de DBO 5 ;

aux stations de capacité supérieure ou égale à 120 kg/j de DBO 5 dont le système d’autosurveillance n’est pas validé. Les rendements forfaitaires dépendent de la classe de fonctionnement de la station. Ils sont fixés comme suit :

   

coefficients de rendement forfaitaire

types de traitement

cLasses de fonctionnement

mes

dbo 5

dco

nr

p

 

Bon

0,85

0,9

0,8

0,5

0,3

station ne traitant ni l’azote ni le phosphore

Moyen

0,5

0,6

0,6

0,2

0,1

Mauvais

0

0

0

0

0

 

Bon

0,85

0,9

0,8

0,75

0,3

station assurant la nitrification et ne traitant pas le phosphore

Moyen

0,5

0,6

0,6

0,4

0,1

Mauvais

0

0

0

0

0

 

Bon

0,85

0,9

0,8

0,75

0,8

station assurant la nitrification et le traitement du phosphore

Moyen

0,5

0,6

0,6

0,4

0,5

Mauvais

0

0

0

0

0

 

Bon

0,85

0,9

0,8

0,5

0,8

station ne traitant pas l’azote et traitant le phosphore

Moyen

0,5

0,6

0,6

0,2

0,5

Mauvais

0

0

0

0

0

> 2- Les taux

paramètre de poLLution

taux en par année de prime

2013

2014 à 2018

MES (par kg)

0,087

0,087

DCO (par kg)

0,065

0,065

DBO 5 (par kg)

0,124

0,124

Azote réduit (par kg)

0,2

0,2

Phosphore (par kg)

0,57

0,57

Métox (par kg)

1,26

0

Toxicité aiguë (par kiloéquitox)

6,86

0

AOX (par kg)

5,15

0

À compter de l’année 2014, ces taux sont modulés en fonction de la capacité nominale de la station pour tenir compte des différences de coûts de fonctionnement :

tranche de capacité nominaLe kg/j dbo 5

coefficient appLicabLe à partir de L’année 2014

12

< station 30

1,5

30

< station 60

1,25

60 < station 300

1,15

300 < station < 600

1,1

 

600 station

1

> 3- Les coefficients de conformité

Le coefficient de conformité du système d’autosurveillance

Ce coefficient est le produit du coefficient de situation par le coefficient de validation du système d’autosurveillance :

situation du système d’autosurveiLLance

coefficient de situation d’autosurveiLLance

vaLidation du système d’autosurveiLLance

coefficient de vaLidation

traitement

collecte

traitement

collecte

1 re année (1)

2 e année consécutive

3 e année consécutive

     

Oui

Oui

1

1

1

Opérationnelle

Opérationnelle

Oui

Non

0,8

0,5

0

1

Non

Oui

0,8

0,5

0

   

Non

Non

0,8

0,5

0

Opérationnelle

Absence

 

Oui

-

1

1

1

0,5

Non

-

0,8

0,5

0

Absence

Absence

0

-

-

-

-

-

(1) La première année d’activité visée est l’année 2012.

Situation du système d’autosurveillancepremière année d’activité visée est l’année 2012. Pour chaque ouvrage (station, réseau) le système

Pour chaque ouvrage (station, réseau) le système d’autosurveillance est considéré comme opérationnel si :

• tous les points devant faire l’objet d’une surveillance sont équipés ;

• les résultats de l’autosurveillance sont transmis régulièrement ;

• le manuel d’autosurveillance a été visé par l’agence.

Validation du système d’autosurveillance :le manuel d’autosurveillance a été visé par l’agence. Le système d’autosurveillance opérationnel est

Le système d’autosurveillance opérationnel est considéré comme validé si :

• les mesures sont réalisées aux fréquences prévues ;

• les résultats de la surveillance sont représentatifs.

Dispositions supplémentaires pour les agglomérations d’assainissement générant une charge brute de pollution organique 120 kg/j de DBO 5 :

le contrôle technique du système d’assainissement est réalisé conformément aux prescriptions de l’agence ;

les résultats de ce contrôle et le rapport sont transmis à l’agence de l’eau ;

les résultats du contrôle valident le système d’autosurveillance.

Le coefficient de destination des boues

 

fiLières de traitement

coefficient

Centre de stockage de déchets ultimes (CSDU)

 

0

Centre d’incinération autorisé

1

Compost normé NFU-44095 – avis sur les pratiques du centre de compostage

 

-

• Avis positif sur les pratiques

1

• Avis réservé sur les pratiques

0,75

• Avis négatif sur les pratiques ou ayant refusé de se soumettre aux audits ou ayant fait obstacle à leur bon déroulement

0,5

Épandage de boues ou de compost non normé dans le cadre d’un plan d’épandage validé

Synthèse du registre d’épandage (station 120 kg/j de DBO 5 ) ou Bilan agronomique (station > 120 kg/j de DBO 5 )

Avis positif

Avis réservé

Avis négatif

Programme prévisionnel (station > 120 kg/j de DBO 5 )

Existant

1

0,75

0,5

Absent

0,75

0,75

0,5

Restructuration ou revégétalisation des sols

 

0

Destination non conforme ou non renseignée

 

0

Modalités d’application du coefficient :

En cas de destinations multiples, le coefficient de destination des boues est égal à la somme des coefficients de référence pondérés par les quantités de boues évacuées par filières ;

Pour les stations fonctionnant avec une extraction pluriannuelle de boues (lagunes, filtres plantés, stockage sans ruissellement), le coefficient entre deux extractions est celui de la dernière destination connue ;

À partir de la prime 2016, la valeur du coefficient est minorée de 50 % en l’absence d’un volet boues dans le plan départemental ou interdépartemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux ;

Les données relatives aux boues sont transmises au format SANDRE sur le portail « Mesures de rejets » :

Quantités

La quantité de boues produites par la station, exprimée en kilogramme de matières sèches (paramètre Sandre n°1799), est renseignée sur le point réglementaire A6.

Destinations

Les quantités de boues sont renseignées par destinations via la trame spécifique Sandre « VLC », en adoptant les références des centres de destination définies par l’agence

Le coefficient de conformité des performances

Lorsque le dispositif d’épuration respecte les performances visées par les dispositions nationales ou, si elles existent, par les prescriptions particulières fixées par le préfet, le coefficient s’établit à 1. Dans les autres cas, le coefficient est abaissé selon les modalités suivantes :

station non conforme en performances

vaLeur du coefficient

1 re année (1)

0,8

2 années consécutives

0,4

plus de 2 années consécutives

0

(1) La première année d’activité visée est l’année 2012.

Le coefficient de conformité de la collecte

Lorsque l’ensemble des systèmes de collecte appartenant à une même agglomération d’assainissement respecte les dispositions nationales, le coefficient s’établit à 1. Dans le cas contraire, il s’établit à 0,8.

>

4- Le bonus visant à la réduction des éléments traces métalliques (ETM) dans les boues

Ce bonus additionnel a pour objectif d’améliorer la qualité des boues en encourageant les systèmes d’assainissement produisant des boues faiblement concentrées en métaux. Les conditions d’éligibilité au bonus sont les suivantes :

la capacité nominale de la station est supérieure ou égale à 600 kg/j de DBO 5 ,

la fréquence des analyses de boues portant sur l’ensemble des métaux est supérieure ou égale à celle exigée par la règlementation en régime routinier pour les épandages de boues (arrêté du 8 janvier 1998) :

tonnes de matières sèches évacuées par an

160

161 à 480

481 à 800

801 à 1600

1601 à 3200

3201 à 4800

> 4800

nombre d’analyse /an (arrêté du 8 janvier 1998)

2

4

6

9

12

18

24

Les résultats de ces analyses sont transmis au format SANDRE sur le portail « Mesures de rejets » : les données ETM exprimées en mg/kg de MS sont renseignées sur le point logique correspondant (S6 ou S17).

Aucun résultat d’analyse n’excède les concentrations seuils ci-dessous :

éLéments traces métaLLiQues

cadmium

chrome

cuivre

mercure

nickel

plomb

Zinc

concentrations (mg/kg ms)

4

160

400

3

80

240

800

u Le montant du bonus est égal à 5% de la prime, valeur plafonnée à 100 000 .

LA PRIME DE PERFORMANCE DES SERVICES D’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (A.N.C.) u Améliorer les dispositifs

LA PRIME DE PERFORMANCE DES SERVICES

LA PRIME DE PERFORMANCE DES SERVICES D’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (A.N.C.)
D’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (A.N.C.)

D’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (A.N.C.)

u

Améliorer les dispositifs d’assainissement non collectif.

u

Encourager les contrôles des installations d’assainissement non collectif.

Qui perçoit cette prime et comment est-elle versée ?

u Sont bénéficiaires les communes ou groupements de communes, au titre de leur compétence en matière de

contrôle des installations d’assainissement non collectif, sous réserve que le montant de versement par service et par année soit supérieur à 500 .

u Chaque année, l’agence de l’eau calcule le montant des primes de performance à partir des données de

l’année d’activité précédente et procède au versement correspondant.

Comment transmettre les données ?

u Le service en charge des contrôles transmet les données au plus tard le 1 er mars de l’année suivante. La transmission se fait par voie électronique sur le portail de télédéclaration de l’agence de l’eau (accessible depuis le site internet www.eaurmc.fr, rubrique « Téléservices ») et porte sur les éléments suivants :

Pour le service :

- le nombre de contrôles effectués par type sur l’année d’activité concernée ;

- la fréquence de réalisation des vérifications du fonctionnement et de l’entretien ;

- le nombre d’installations contrôlées par situations jugées à la fin de l’année d’activité concernée.

Par commune, le nombre d’installations d’assainissement non collectif.

Il est important de noter qu’à partir de l’année 2014, un retard de transmission de ces éléments entrainera une minoration de la prime.

Comment se calcule-t-elle ?

Prime

=

type de

contrôle

nombre de contrôles

x

taux

type de contrôLe

taux en par année de prime

2013

2014 à 2018

contrôle diagnostic de l’existant

30

0

vérification périodique du bon fonctionnement et de l’entretien

10

10

vérification de la conception et de l’exécution

30

30

Les vérifications de la conception et de l’exécution sont prises en compte sur l’année d’activité où a eu lieu la vérification de l’exécution des travaux. Les vérifications de la conception qui ne se sont pas accompagnées d’une vérification de l’exécution des travaux n’ouvrent pas droit au bénéfice d’une aide. Les autres contrôles sont pris en compte sur l’année d’activité où ils ont été réalisés. Lorsque l’usager a refusé de se soumettre à l’un de ces contrôles, le contrôle ne peut pas être considéré comme réalisé et n’ouvre donc pas droit au bénéfice d’une aide.

7
7

Crédits photos : Jean-Philippe Guerrini, Conseil général 71, Patrice Pautrat - Janvier 2013 - Tirage : 6 000 ex.

Délégation régionale de BESANÇON Besançon Siège et délégation régionale Lyon RHÔNE-ALPES Délégation
Délégation
régionale de
BESANÇON
Besançon
Siège et
délégation régionale
Lyon
RHÔNE-ALPES
Délégation
régionale de
MONTPELLIER
Montpellier
Marseille
Délégation régionale
PACA & CORSE

Où s’adresser ?

Retrouvez sur la carte ci-dessus la délégation dont vous dépendez.

> DéPARtEMEnt DES DonnéES, REDEVAnCES Et RELAtIonS IntERnAtIonALES

Pour Grand Lyon et Grand Avignon

2-4, allée de Lodz 69363 Lyon Cedex 07 Tél. : 04 72 71 29 75

allée de Lodz 69363 Lyon Cedex 07 Tél. : 04 72 71 29 75 > DéLégAtIon

> DéLégAtIon DE BESAnçon Tél. : 04 26 22 31 00 Départements : 21, 25, 39, 52, 68, 70, 71, 88, 90

> DéLégAtIon RhônE-ALPES Tél. : 04 72 76 19 00 Départements : 01, 07, 26, 38, 42, 69, 73, 74

> DéLégAtIon PACA & CoRSE Tél. : 04 26 22 30 00 Départements : 2A, 2B, 04, 05, 06, 13, 83, 84

> DéLégAtIon DE MontPELLIER Tél. : 04 26 22 32 00 Départements : 09, 11, 30, 34, 48, 66

04, 05, 06, 13, 83, 84 > DéLégAtIon DE MontPELLIER Tél. : 04 26 22 32