Está en la página 1de 2

CPGE Laayoune Lissane Eddine Essaidi Ali

TD 01 Structures algébriques
Exercice 1: (Axiomes faibles d’un groupe) Soient E un ensemble non vide muni d’une loi associative et e ∈ E tel que
∀x ∈ E, xe = x (E admet un élément neutre à droite) et ∀x ∈ E, ∃x

∈ E, xx

= e (tout élément de E admet un inverse à
droite).
1: Soit x ∈ E et x

∈ E tel que xx

= e. On pose y = x

x, calculer y
2
et en déduire que y = e.
2: Montrer que e est l’élément neutre de E. En déduire que E est un groupe.
Exercice 2: Soit G un ensemble muni d’une loi associative et qui admet un élément neutre e.
1: On suppose que ∀x ∈ G, x
2
= e. Montrer que G est un groupe abélien.
2: On suppose que G est fini et tous les éléments de G sont réguliers. Montrer que G est un groupe.
Exercice 3: Montrer que R

R muni de la loi (a, b)(c, d) = (ac, ad + b) est un groupe.
Exercice 4: Montrer que R
2
muni de la loi (a, b)(c, d) = (a + c, be
c
+ de
−a
) est un groupe.
Exercice 5: Montrer que ] −1, 1[ muni de la loi a b =
a+b
1+ab
est un groupe.
Exercice 6: (Transport de structure) Soit (G, .) un groupe et E un ensemble tel qu’il existe une bijection f : G → E.
Montrer que E muni de la loi x y = f(f
−1
(x).f
−1
(y)) est un groupe isomorphe à (G, .).
Exercice 7: (Centre d’un groupe) Soit G un groupe. Montrer que :(G) = ¦x ∈ G/∀y ∈ G, xy = yx¦ est un sous groupe de
G.
Exercice 8: (Normalisateur d’une partie, centralisateur d’une partie) Soit G un groupe et A ⊂ G.
1: Montrer que A(A) = ¦x ∈ G/xAx
−1
= A¦ (normalisateur de A) est un sous-groupe de G.
2: Montrer que ((A) = ¦x ∈ G/∀a ∈ A, ax = xa¦ (centralisateur de A) est un sous-groupe de G.
Exercice 9: Soit G un groupe fini et H ⊂ G non vide. Montrer que H est un sous-groupe de G si et seulement si ∀a, b ∈
H, ab ∈ H. Le résultat reste-t-il vrai si G n’est pas supposé fini ?
Exercice 10: (Produit de deux sous-groupes) Soient G un groupe et H, K deux sous-groupes de G. Montrer que HK est un
sous-groupe de G si et seulement si HK = KH.
Exercice 11: (Théorème de Lagrange) Soit G un groupe fini et H un sous-groupe de G.
1: Montrer que x ∼ y ⇐⇒ x
−1
y ∈ H est une relation d’équivalence sur G.
2: Montrer que ¯ x = xH = ¦xh/h ∈ H¦.
3: Montrer que ∀x, y ∈ G, xH et yH sont équipotents.
4: En déduire que l’ordre de H divise l’ordre de G (Théorème de Lagrange).
5: Application : Soit G un groupe d’ordre fini. Montrer que ord(x)[ord(G).
Exercice 12: Soit G un groupe commutatif fini d’ordre n = ab avec a ∧ b = 1 et d’élément neutre e. On pose A = ¦x ∈
G/x
a
= e¦ et B = ¦x ∈ G/x
b
= e¦.
1: Montrer que A et B sont des sous-groupes de G.
2: Montrer que A∩ B = ¦e¦ et G = AB.
Exercice 13: Montrer que tout groupe fini d’ordre premier est cyclique.
Exercice 14: Montrer qu’un groupe n’admet pas de sous-groupes propres si et seulement si il est cyclique d’ordre premier ou
réduit à l’élément neutre.
Exercice 15: Le groupe (Q, +) est-t-il monogène ?
Exercice 16: Montrer que tout sous-groupe d’un groupe monogène (resp. cyclique) est monogène (resp. cyclique).
Exercice 17: Montrer qu’un groupe est fini si et seulement si l’ensemble de ses sous-groupes est fini.
Exercice 18: Soit A = ¦r
1
, . . . , r
n
¦ une partie finie de Q. Montrer que le sous-groupe G de (Q, +) engendré par A est
monogène infini.
Exercice 19: Soit G un groupe et x, y ∈ G. Montrer que xy et yx ont le même ordre.
Exercice 20: Soient G un groupe. Montrer que si H et K sont deux sous-groupes de G d’ordres finis premiers entre eux alors
H ∩ K = ¦e¦.
Exercice 21: Soient G un groupe et a ∈ G d’ordre fini. Montrer que ∀n ∈ N, ord(a
n
) =
ord(a)
ord(a)∧n
.
Exercice 22: Soient G un groupe d’élément neutre e et a, b ∈ G d’ordres finis tels que ab = ba.
1: Montrer que si ord(a) ∧ ord(b) = 1 alors ord(ab) = ord(a)ord(b).
2: Montrer que si < a > ∩ < b >= ¦e¦ alors ord(ab) = ord(a) ∨ ord(b).
Exercice 23: Soient G un groupe groupe cyclique d’ordre n et a ∈ G tel que G =< a >. Montrer que ∀k ∈ ¦1, . . . , n¦, <
a
k
>=< a
d
> où d = k ∧ n.
Exercice 24: (sous-groupe de torsion) Soit G un groupe abélien. Montrer que l’ensemble des éléments d’ordres finis de G est
un sous-groupe de G.
Exercice 25: (Théorème de Cayley) Soit G un goupe fini d’ordre n. On note (Bij, ◦) le groupe des bijection sur G, ∀g ∈
G, f
g
: x ∈ G → gx et f : g ∈ G → f
g
.
Montrer que f est un morphisme injectif de G dans Bij. En déduire que G est isomorphe à un sous-groupe de o
n
.
Exercice 26: Soit n ≥ 2.
1: Montrer que ¦(1, i)/2 ≤ i ≤ n¦ est un système générateur minimal de o
n
.
2: Montrer que ¦(i, i + 1)/1 ≤ i ≤ n −1¦ est un système générateur minimal de o
n
.
www.mathlaayoune.webs.com 1/2 mathlaayoune@gmail.com
CPGE Laayoune Lissane Eddine Essaidi Ali
3: On considère la transposition τ = (1, 2) et le cycle σ = (1, 2, . . . , n) de o
n
. Calculer σ
k
τσ
−k
pour k ∈ ¦0, . . . , n − 2¦ et
en déduire que τ et σ engendrent o
n
.
Exercice 27: Soit E un ensemble non vide. Montrer que (B(E), ∆, ∩) est un anneau.
Exercice 28: Montrer que (C, +, ) avec z z

= zz

+·mz·mz

est un anneau.
Exercice 29: Soit (A, +, ) un anneau tel que ∀x, y ∈ A, (xy)
2
= x
2
y
2
. Montrer que ∀x, y ∈ A, xyx = x
2
y = yx
2
et en
déduire que A est commutatif.
Exercice 30: Soit (A, +, ) un anneau et x, y ∈ A tel que 1 −xy soit inversible. Montrer que (1 −xy)y(1 −xy)
−1
x = yx et
(1 −yx)y(1 −y(1 −xy)
−1
x = 1 et en déduire que 1 −yx est inversible.
Exercice 31: Montrer que tout anneau intègre fini est un corps.
Exercice 32: On pose ∀x, y ∈ R, x y = x + y −1 et x.y = x + y −xy. Montrer que (R, , .) est un corps.
Exercice 33: On pose ∀(a, b), (c, d) ∈ Q
2
, (a, b) (c, d) = (a + c, b + d) et (a, b).(c, d) = (ac + 2bd, ad + bc). Montrer que
(Q
2
, , .) est un corps.
Exercice 34: (Le nilradical) Soit A un anneau commutatif. Montrer que l’ensemble A(A) des éléments nilpotents de A est un
idéal.
Exercice 35: (L’annulateur d’un idéal, le conducteur d’une partie) Soient A un anneau commutatif et I un idéal de A.
1: Montrer que J = ¦a ∈ A/∀i ∈ I, ai = 0¦ est un idéal de A (l’annulateur de I).
2: Soit S une partie de A. Montrer que K = ¦a ∈ A/∀s ∈ S, as ∈ I¦ est un idéal de A (le conducteur de S dans I).
Exercice 36: Soient A un anneau commutatif, B un sous-anneau de A et I un idéal de A.
Montrer que B + I est un sous-anneau de A.
Exercice 37: Soit A un anneau principal tel que tout suite décroissante d’idéaux est stationnaire. Montrer que A est un corps.
Exercice 38: Soient A un anneau commutatif.
1: Montrer que l’union d’une suite croissante (I
n
) d’idéaux de A est un idéal de A.
2: En déduire que, si A est principal, toute suite croissante d’idéaux de A est stationnaire.
Exercice 39: Montrer qu’un anneau intègre qui possède un nombre fini d’idéaux est un corps.
Exercice 40: (Radical d’un idéal) A un anneau commutatif et I, J deux idéaux de A.
On appelle radical d’un idéal K de A l’ensemble

K = ¦x ∈ A/∃n ∈ N

, x
n
∈ K¦.
1: Montrer que

I est un idéal de A et que I ⊂

I.
2: Montrer que si J un idéal de A tel que I ⊂ J alors

I ⊂

J.
3: Montrer que


I =

I,

I ∩ J =

I ∩

J et

I + J =


I +

J.
Exercice 41: (Idéal premier, idéal maximal) Soient A un anneau commutatif et I un idéal de A.
On dit que I est un idéal premier si I ,= A et ∀x, y ∈ A, xy ∈ I ⇒ x ∈ I ou y ∈ I.
On dit que I est un idéal maximal si I ,= A et pour tout idéal J de A telque I ⊂ J alors J = I ou J = A.
1: Soient I, J et K trois idéaux de A avec I premier. Montrer que si J ∩ K = I alors J = I ou K = I.
2: Montrer qu’un idéal maximal est premier.
3: On suppose que A est principal. Montrer que tout idéal non nul premier est maximal.
4: Montrer que si A admet un nombre fini d’idéaux alors tout idéal premier de A est maximal.
5: Montrer que dans un anneau fini tout idéal premier est maximal.
6: On suppose que tout idéal de A est premier. Montrer que A est un corps.
Exercice 42: Montrer que l’ensemble des nombres décimaux D = ¦x ∈ Q/∃n ∈ Z; 10
n
x ∈ Z¦ est un anneau principal.
Exercice 43: Soit n ∈ N

. Montrer que les idéaux de Z/nZ sont principaux. Z/nZ est-il principal ?
Exercice 44: Montrer que tout idéal de l’anneau Z
2
est principal. Z
2
est-il principal ?
Exercice 45: (L’anneau des entiers de Gauss) On pose Z[i] = ¦m + in/m, n ∈ Z¦.
1: Montrer que (Z[i], +, ) est un anneau (L’anneau des entiers de Gauss).
2: Soit x ∈ R. Montrer qu’il existe n ∈ Z tel que [ x −n [≤
1
2
.
3: Soit z ∈ C. Montrer qu’il existe u ∈ Z[i] tel que [ z −u [< 1.
4: Montrer que ∀a ∈ Z[i], ∀b ∈ Z[i] ¸ ¦0¦, ∃q ∈ Z[i], ∃r ∈ Z[i] tels que a = bq + r et [r[ < [b[.
5: Montrer que Z[i] est principal.
Exercice 46: On veut montrer que l’ensemble des nombres premiers est infni.
Supposons par l’absurde qu’il est fini d’éléments p
1
, . . . , p
k
et soit n = p
1
p
k
. Montrer que ϕ(n) = 1 et conclure.
Exercice 47: Trouver tous les entiers naturels tel que : 1)ϕ(n) = ϕ(2n) 2)ϕ(n) =
n
2
3)ϕ(n) =
n
3
4)ϕ(n) = 25 5)ϕ(n) = 12
Exercice 48: Soient m, n ∈ N

. Montrer que ϕ(mn) = (m∧ n)ϕ(m∨ n).
Exercice 49: Soit n ∈ N tel que n ≥ 2. Montrer que
n

k=1
k∧n=1
k =
nϕ(n)
2
.
Exercice 50: Une minoration de ϕ(n) : Soit n ∈ N tel que n ≥ 2 et on pose ω(n) le nombre des facteurs premiers de n.
1: Montrer que ω(n) ≤
ln n
ln 2
.
2: Montrer que
n
ω(n)+1
≤ ϕ(n).
3: En déduire que
nln 2
ln n+ln 2
≤ ϕ(n).
Exercice 51: Soit n ∈ N composé tel que n ≥ 2. Montrer que ϕ(n) ≤ n −

n.
www.mathlaayoune.webs.com 2/2 mathlaayoune@gmail.com