Está en la página 1de 4

PRÉAMBULE Quand Gaston Brosseau présenta son induction préférée « Ne rien faire », tous les auditeurs attentifs présents

à son séminaire de formation eurent un léger sourire sur leur visage. Habituellement, il est demandé aux patients de faire, de visualiser, de ressentir tandis que lui prenait son auditoire et ses patients à contre-pied. Le paradoxe et la surprise de la proposition entraînèrent aussitôt l’auditoire dans une réflexion sur les aspects thérapeutiques de cette proposition. Nous passions en revue toutes les pathologies résultant d’un trop plein de contrôle et d’exigence engendrés par les pressions familiales et professionnelles. Cet exercice provient de l’intuition et de la réflexion d’un clinicien aguerri qui est proche de l’expérience réelle de ses patients. Depuis ce séminaire, nous ne pouvons plus faire de séances d’hypnose sans cette étape où il est demandé aux patients de se débarrasser physiquement du vouloir. Vous pouvez accommoder à votre manière cette induction qui est d’emblée plus qu’une induction. Elle est le socle même du changement qui ne peut s’opérer qu’au travers de cet exercice préalable. Ne rien vouloir, ne rien désirer pour retrouver un fonctionnement simple et naturel qui dispense la personne de toujours comprendre, de toujours maîtriser et contrôler. Si elle veut bien se laisser vivre l’expérience de « Ne rien faire », sa perception du corps se modifie et se normalise. Une patiente à qui je proposais cet exercice, me dit à la séance suivante qu’elle avait d’abord relâché son corps, puis cessé de faire pression sur ses enfants, sur sa collègue, sur ses clients : le résultat s’était traduit par un confort si agréable qu’il lui semblait irréel. Elle accepta bien volontiers de considérer ce confort comme une normalité. Dans ce livre destiné aussi bien à des thérapeutes qu’à de futurs patients désireux un jour de recourir à l’hypnose, il m’a paru essentiel de retranscrire cet exercice. Gaston Brosseau qui vient régulièrement dans nos formations à Paris, a accepté de le publier. Dr Jean-Marc Benhaiem, directeur de la formation , Hôpital Pitié-Salpêtrière, Université de Paris VI NE RIEN FAIRE : L’induction paradoxale. Gaston Brosseau, psychologue, MONTRÉAL (QUÉBEC) Extrait de « RÉINITIALISER SA VIE PAR L’HYPNOSE» titre provisoire.

L’utopie de trouver la pierre philosophale associée au désir de régir un secteur de l’activité humaine continue d’alimenter la pensée magique de l’homme. Je n’ai peut-être pas échappé à cette tentation en cherchant une formulation inductrice qui se voudrait à l’épreuve de tout échec. Comme l’œuf de Christophe Colomb, j’ai pensé à une formule la plus simple qui soit : qui se résume à NE RIEN FAIRE. Elle a le mérite de libérer le client de toute contrainte, éliminant ainsi sa crainte d’être incapable de parvenir à atteindre son objectif personnel visé. La formulation simple et courte demeure respectueuse du désir du client. Ce dernier peut l’utiliser facilement sans période fastidieuse d’apprentissage. En quelques instants, il saura se glisser dans sa bulle. Toutefois, il pourrait être rétorqué que même pour ne rien faire, il faut un apprentissage. Cela est vrai, à la différence qu’il n’est pas réclamé d’effort particulier, puisque l’exercice consiste à mettre en évidence un non-effort. Pour des personnes tendues, inquiètes, soucieuses de bien faire,

Présentation : Demander au client de prendre une position convenable. Suggestion : À partir de maintenant. dans le cas d’une personne insomniaque. Vous n’avez pas d’effort à faire pour vous détendre… Vous ne dépensez aucune énergie à tenter de vous relaxer.cette proposition de « ne rien faire » fait disparaître l’idée de réussite et des jugements qui en découlent. le clinicien insistera sur l’économie d’énergie engendrée par le fait de NE RIEN FAIRE. au passage. . l’aidant n’a qu’à mettre un peu plus en relief l’aspect vigilant et indéfectible de ses cinq sens qui continuent de veiller à sa sécurité durant la période de sommeil. La situation devient apaisante par la disparition des attentes. NE RIEN FAIRE. un point d’ancrage intérieur fiable qui saura lui apporter la quiétude propice. Vous NE FAITES RIEN. de douleurs chroniques ou de malaises physiques. de reconnaître et de nommer intérieurement le malaise ressenti. Objectif : Exercice favorisant le lâcher prise. allègera le stress relié parfois à la culpabilité masochiste sous-jacente ou bien à la performance sollicitée pour en supprimer l’élément irritant. Vous NE FAITES RIEN (pause). Elle trouvera donc en elle-même. la saisie de son identité personnelle. Autre exemple pouvant s’appliquer aux personnes aux prises avec un problème de fatigue chronique. L’hypothèse formulée est que bon nombre de pathologies apparaissent par des tensions corporelles et intellectuelles maintenues longuement et provoquant des désordres physiques et comportementaux. Les gens fragiles aux attaques de panique trouveront ainsi une façon rapide d’interrompre instantanément leur désarroi. Ainsi. le fait d’insister auprès d’elles. gage d’un sommeil réparateur. cela signifie que vous n’avez même pas à m’écouter… une partie de vous va demeurer à l’écoute de ce que je vais vous dire et cela est amplement suffisant (pause). supporte une « surtension » qui l’épuise et le rend douloureux. je vous demande de NE RIEN FAIRE ( pause). Le corps. allongé sur un fauteuil et de fermer les yeux. Ainsi chez les personnes victimes de fibromyalgie. Cela accentuera chez la personne. sans pour autant tenter de faire quoique ce soit pour le diminuer. Vous avez le loisir d’aller vous promener intérieurement où vous le désirez…sentez-vous libre de toute contrainte (pause). Le clinicien doit seulement orienter son client en fonction du motif de la consultation. en son entier. en prenant conscience du rôle maternisant de ses cinq sens. Application : Premier contact avec un client – diminuer ses résistances en lui offrant l’opportunité de vivre une expérience qu’il réussit à coup sûr.

Vous constatez que vos cinq sens vous donnent une lecture fidèle de la réalité (pause). vous prenez conscience que vos sens vous fournissent un cadre de référence qui vous aide à vous situer par rapport à l’extérieur (pause). Cela implique qu’il ne suffit que de ce court laps de temps pour maintenir vos fonctions vitales opérationnelles. Cela vous rassure. cela vous met en contact avec votre propre identité (pause). un mal de tête. cela vous permet d’établir votre point d’origine. Encore une fois. Vous entendez ma voix et d’autres bruits inhérents à l’endroit où vous êtes… même si vos paupières sont fermées. de vous détendre…vous NE FAITES RIEN (pause). Malgré le fait que vous NE FAITES RIEN actuellement. La vie n’est-elle pas assurée. c’est-à-dire votre température. votre corps allongé sur le fauteuil. vous procure une réserve d’énergie qui vous sera disponible quand vous en aurez besoin (pause). . vous permet de prendre connaissance de votre schéma corporel. s’accumulent en vous et vous pourrez les utiliser à votre guise (pause). prenons conscience qu’à chaque respiration nous pouvons redémarrer à neuf et ainsi améliorer notre qualité de vie comme ça nous plaît. Au même titre que les énergies que vous accumulez dans votre sommeil. Vous ne faites aucun effort pour vous détendre…vous ne dépensez aucune énergie à tenter de vous relaxer. Votre épiderme. votre tonus cardiovasculaire. par la répétition continuelle de notre cycle respiratoire ? Et à chacune des respirations depuis notre toute première respiration à notre naissance. si nous voulons réinitialiser notre vie. vous enregistrez toutefois une certaine lueur… vous sentez une odeur propre au milieu ambiant… vous continuez de goûter quelque chose qui vous est personnel au niveau de votre bouche…et au niveau du sens du toucher. vous donne une indication assez juste de la température ambiante. nous disons implicitement «OUI» à la vie. une nausée ou quoique ce soit…vous NE FAITES RIEN d’autre que de les identifier…de reconnaître leur présence…mais vous NE FAITES RIEN pour les diminuer. Libre à vous d’ouvrir les paupières quand vous en sentirez le désir… Libre à vous de vous faire vos propres suggestions en rapport avec la qualité de vie que vous aimeriez posséder…(pause). vous NE FAITES RIEN. Cela implique qu’en cinq secondes vous inspirez une quantité d’oxygène et expirez une quantité correspondante de gaz carbonique qui maintient vos différentes constantes physiologiques à leur valeur normale. Alors. le fait de NE RIEN FAIRE présentement. une irritation . les éliminer (pause). Vous NE FAITES RIEN (pause). Vous respirez probablement à un rythme qui s’établit autour de cinq secondes. avant tout. Portez maintenant attention à votre respiration sans pour autant en changer le rythme. vous n’avez pas à tenter de vous relaxer . Même si vous NE FAITES RIEN actuellement.Les économies d’énergie à ne pas vous détendre. Si vous ressentez actuellement un quelconque malaise. etc. Vous continuez de NE RIEN FAIRE. une tension dans une partie de votre corps. à ne pas vous relaxer. vos cinq sens continuent de vous fournir une multitude d’informations. par exemple.

5345 BOULEVARD DE L’ASSOMPTION. À retenir : cet exercice « d’anti-relaxation » ne peut être raté puisque le sujet est invité à NE RIEN FAIRE.des résistances à vivre une expérience d’hypnose .la fibromyalgie .le syndrome de fatigue chronique . : (514) 252-3912 OU (514) 255-9958 . ont affirmé avoir été relaxé… ce qui est contraire à la consigne répétée (aspect paradoxal visé). CENTRE DE PSYCHOLOGIE GASTON BROSSEAU INC. vous lui suggérez au besoin d’ouvrir les paupières en lui indiquant qu’il va se sentir dans l’état d’esprit qu’il souhaite se retrouver. sans exception. Observations cliniques : J’utilise cette approche depuis le mois de décembre 2000.aira. J’ai obtenu des succès répétés chez des clients aux prises avec : . Durant la séance. on épargne au client. En somme. Tous. ce qui lui procure un cadre de référence interne sur son état d’être (élément de sécurité).des problèmes de stress ou d’anxiété.le problème chronique de sommeil . QUÉBEC.des attaques de panique . QU’ IL EST INDIQUÉ DE TENTER DE MONTRER À NAGER À UN BAIGNEUR QUI EST EN TRAIN DE SE NOYER…ON LE SORT DE L’EAU – POINT ». après un certain temps que vous évaluez en fonction de son attitude générale. Le principe sous-jacent : «IL EST PEINE PERDU DE MONTRER À QUELQU’UN À SE RELAXER LORSQU’IL EST STRESSÉ .com . l’effort de faire quoique ce soit et on le rassure continuellement sur son identité. FAX : (514) 252-3853 brosseau@qc.des douleurs ou malaises physiques .Commentaires : Vous donnez le temps au client de se faire ses propres suggestions. BUREAU 214. H1T 4B3 TÉL.des problèmes psychosomatiques . MONTRÉAL.PAS PLUS.