Ministère de la Santé Publique et de la Population Hôpital Universitaire d’État d’Haïti

Reconstruction de l’hôpital
Tome I : Programme Général
V0 – R0 Rédacteurs : vismg Relecture : 17 décembre 2010

Polyprogramme – Programme Général

2/347

Sommaire Présentation de l’opération
Nature de l’opération Organisation de la maîtrise d’ouvrage et des bailleurs Organisation de la communication Dimension de l’ouvrage Processus retenu pour la réalisation de l’opération

8   9  
9   9   10   10  

Données générales
Les enjeux de l’opération
Reconstruire un outil hospitalier Réaliser un nouvel hôpital sur un site existant Construire un programme capacitaire optimisé

11  
12  
12   13   14  

Les principes fonctionnels généraux
Un circuit ambulatoire clair Un plateau technique mutualisé et regroupé Des hospitalisations au contact du plateau technique Des organisations par filière respectées Les principes de dimensionnement Schéma fonctionnel général

18  
18   18   19   19   20   21  

Les exigences techniques générales
Une résistance aux séismes priorisée Des bâtiments durables et aisés à entretenir Des investissements techniques concentrés À la recherche du meilleur compromis entre le confort et la robustesse Des principes de mise en sécurité incendie assurant la sûreté des patients et la pérennité des moyens

23  
23   24   24   25   26  

La synthèse des surfaces programmées Les éléments de faisabilité spatiale
Orientations urbaines Un schéma directeur cible Une première phase de réalisation

27   28  
28   28   31  

Entrée, consultations et secteurs ambulatoires
Accès, admissions et frais de séjour
Organisation générale Tableau de surface Schéma de fonctionnement Description détaillée des locaux

37   38   38   39   40   41  
48  
48   49  

Consultations
Organisation générale Tableau de surface

Polyprogramme – Programme Général

3/347

Description détaillée des locaux

52  

Hôpitaux de jour
Organisation générale Description détaillée de locaux

75  
75   76  

Dialyse
Organisation générale Tableau de surface Schéma de fonctionnement Description détaillée des locaux

87  
87   87   88   88  

Plateau de kinésithérapie
Organisation générale Tableau de surface Schéma général de fonctionnement Description détaillée des locaux

90  
90   90   91   91  

Plateau technique
Organisation générale
Deux niveaux cohérents Les filières et les circuits Un plateau soumis à des flux importants

96  
97  
97   97   98  

Plateau d’explorations fonctionnelles
Organisation générale Tableau de surface Schéma de fonctionnement Descriptions détaillées des locaux

99  
99   99   100   100  

Urgences
Organisation générale Urgences adultes Urgences pédiatriques

104  
104   105   116  

Imagerie
Organisation générale Schéma fonctionnel Tableau de surfaces Description détaillée des locaux

125  
125   130   131   132  

Médecine nucléaire
Organisation générale Tableau de surface Schéma de fonctionnement Description détaillée des locaux

140  
140   145   146   148  

Bloc opératoire général et ambulatoire
Organisation générale Principe de fonctionnement Tableau de surface

155  
155   156   159  

Polyprogramme – Programme Général

4/347

Schéma de fonctionnement du bloc

161  

Salle des naissances
Organisation générale Schéma de fonctionnement Tableau de surface Description détaillée des locaux

175  
175   176   177   178  

Soins Critiques
Organisation générale Surveillance continue médicale
Tableau de surface Schéma fonctionnel Description détaillée des locaux Réanimation et surveillance continue

184  
185   186  
186   187   188   192  

Grands brûlés
Organisation générale Schéma fonctionnel Tableau de surface Description détaillée des locaux

201  
201   202   203   204  

Réanimations et SC néonataux et pédiatriques
Surfaces Schéma Description des locaux

209  
210   210   212  

Hospitalisation
Organisation générale Schéma de fonctionnement Tableau de surfaces Description détaillée des locaux
PC médical et poste de soins infirmiers Unité d’hospitalisation Locaux support Locaux spécifiques des unités

219   220  
221   222   222  
222   224   225   227  

Logistique médicale
Biologie médicale
Organisation générale Schéma de fonctionnement Tableau des surfaces Description détaillée des locaux

231  
232  
232   235   236   238  

Anatomie pathologie
Organisation générale

247  
247  

Polyprogramme – Programme Général

5/347

Schéma de fonctionnement Tableau de surfaces Description détaillée des locaux

248   249   250  

Banque du sang
Organisation générale Schéma de fonctionnement Tableau de surfaces Description détaillée des locaux

253  
253   254   255   256  

Moyens communs laboratoires
Tableau de surfaces Description détaillée

260  
261   262  

Chambre mortuaire
Organisation générale Schéma de fonctionnement Tableau de surface Description détaillée des locaux

266  
266   267   268   268  

Pharmacie à usage intérieur
Organisation générale Schéma de fonctionnement Tableau de surfaces Description détaillée des locaux

273  
273   275   276   277  

Stérilisation
Organisation générale Circuit du personnel Circuit matériel (marche en avant) Schéma de fonctionnement Tableau de surfaces Description détaillée des locaux

283  
283   283   284   285   286   287  

Tertiaire
Organisation générale
Regroupement Flexibilité des locaux Trames

292   293   293   293   294  
294  
294   295   296   298  

Description détaillée des locaux
Affectations encore ouvertes Principes communs d’aménagement des bureaux Salles de réunion Autres locaux

Logistique générale
Magasins centraux
Organisation générale Schéma général de fonctionnement

300   301   301   303  
6/347

Polyprogramme – Programme Général

Tableau de surface Description détaillée des locaux

304   304  

Biomédical
Organisation générale Tableau de surface Description des sous-ensembles et des locaux

311  
311   311   311  

Résidence
Organisation générale Tableau de surfaces Description détaillée des locaux

314  
314   314   314  

Espaces extérieurs
Stationnement et aires d’accès Cours de service Espaces verts Voirie

316   317  
317   318   318  

Locaux techniques
Salles informatiques
Organisation générale Description détaillée

319   320   320   320  
321  

Locaux techniques bâtiment

Tableau général des surfaces

322  

Polyprogramme – Programme Général

7/347

Présentation de l’opération

Polyprogramme – Programme Général

8/347

Nature de l’opération
À la suite du séisme, qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, le Président de la République Française a annoncé la mise en place d’une aide exceptionnelle pour la reconstruction d’Haïti. Dans un second temps, un Protocole d’Entente a été signé le 20 septembre 2010 pour la reconstruction de l’Hôpital Universitaire d’État en Haïti sur la base d’un programme capacitaire de 500 lits et d’un cofinancement à parts égales et à hauteur de 50 M$ par la France et les États-Unis. Cet effort complète l’apport de 3,2 M$ fait par le gouvernement Haïtien. Ces financements doivent permettre la réalisation d’une opération de construction immobilière d’envergure, l’équipement des espaces ainsi créer en matériel médical et l’accompagnement de l’hôpital dans la mise en place d’une nouvelle gouvernance avec des actions de formation et d’animation.

Organisation de la maîtrise d’ouvrage et des bailleurs
La maîtrise d’ouvrage du projet de reconstruction du nouvel hôpital est assurée par : le Ministère de la Santé Publique et de la Population ; la Direction de l’Hôpital Universitaire d’État d’Haïti. Un comité de Pilotage est mis en place et s’est réuni pour valider le programme et les études préalables. La maîtrise d’ouvrage s’est dotée d’une assistance extérieure comprenant : un programmiste qui a rédigé le présent document de programmation ; un assistant à maîtrise d’ouvrage technique qui va suivre le développement du projet jusqu’à la livraison du bâtiment. Les bailleurs, l’État Français et l’État Américain, représentés respectivement par l’AFD1 et l’USAID2, se sont dotés respectivement d’une assistance extérieure afin de valider chacune des phases de réalisation du projet.

Organisation de la communication
Le Ministère de la Santé et la Direction de l’Hôpital ont souhaité que la mission de programmation soit réalisée dans le cadre d’une concertation étroite avec les équipes médicales de l’hôpital. L’ensemble des chefs de service a donc été rencontré deux fois pour écoute puis proposition des nouvelles organisations. Le scénario retenu a été présenté en séance plénière devant les chefs de service de l’hôpital puis devant l’ensemble des intervenants.
1 2

Agence Française de Développement. United States Agency for International Development.

Polyprogramme – Programme Général

9/347

Le travail de définition du programme capacitaire retenu a été réalisé en étroite association avec la direction de l’hôpital, avec l’aide des assistants techniques français et avec les représentants du ministère.

Dimension de l’ouvrage
Le futur HUEH développera son activité sur un programme capacité de 534 lits et places après cette première phase de travaux et de réalisation. Les surfaces concernées par cette phase de réalisation sont de : 22 400 m2 de surfaces utiles3 ; 28 200 m2 de surfaces dans œuvre4.

Les études de faisabilité ont permis de définir une répartition entre surfaces neuves et surfaces restructurées et consolidées sur la base suivante : environ 22 000 m2 de surfaces dans œuvre neuves ; environ 7 000 m2 de surfaces dans œuvre consolidées et restructurées.

Processus retenu pour la réalisation de l’opération
Il a été retenu le dispositif de conception-réalisation pour cette opération. La présente consultation internationale doit donc réunir des architectes, des bureaux d’études et des entreprises. Le marché sera signé avec le groupement lauréat après que le projet proposé ait été mis au point sur le plan fonctionnel et technique dans une phase de négociation afin de rapprocher autant que de possible le projet du présent programme et de répondre aux observations que l’analyse des propositions aura permis de mettre en lumière.

3

Il s’agit de la surface des locaux nécessaires à l’exercice des activités de l'entité décrite. Cette surface est mesurée à l'intérieur des

cloisonnements des dits locaux. Il est fait abstraction, dans cette notion, des surfaces des criculations ainsi que des locaux accueillant des installations techniques servant au fonctionnement du bâtiment. La consistance de ces espaces dépend du parti architectural et technique adopté par le maître d’œuvre.
4

La surface dans œuvre est égale à la somme des surfaces de plancher de chaque niveau de construction calculée à partir du nu

intérieur des façades et des structures porteuses. La SDO comprend les circulations verticales intérieures et extérieures, les circulations horizontales, les paliers d’étages intérieurs et extérieurs, les surfaces d‘emprises au sol des structures non porteuses (cloisons, gaines techniques). Les galeries de liaison reliant des bâtiments entre eux sont intégrées dans la SDO (qu’elles soient en infrastructure ou en superstructure). De même les locaux techniques sont inclus dans la SDO.

Polyprogramme – Programme Général

10/347

Données générales

Polyprogramme – Programme Général

11/347

Les enjeux de l’opération
Reconstruire un outil hospitalier
Les difficultés rencontrées par l’Hôpital ne datent pas du séisme du 12 janvier 2010, bien avant déjà il rencontrait des problèmes structurels tant sur le plan des bâtiments que sur celui de l’organisation du personnel ou du taux d’équipement. En effet, l’HUEH doit faire face à des réductions d’activité sur la majorité de ces secteurs faute de capacité sur son plateau technique et compte tenu des temps d’attente en hospitalisation. Le séisme a amplifié ces défaillances et a rendu certains bâtiments du site totalement inutilisables. Les bâtiments ont été répartis en plusieurs catégories : ceux qui sont sinistrés car dangereux. Il s’agit de bâtiments qui présentent des symptômes prouvant que leur structure a subi des impacts à la suite du séisme ; ceux dont les principes structurels ne sont pas homogènes dont le renforcement imposerait des coûts quasi équivalents à de la reconstruction à neuf. Par ailleurs, ces bâtiments hétérogènes en termes de système constructif seraient difficiles à mettre aux normes de sismicité ; ceux qui seront difficiles à conforter car une caractéristique structurelle est suffisamment impactante pour que la mise aux normes soit difficile ; ceux dont la configuration structurelle laisse peu de place à la nécessaire évolution fonctionnelle ; ceux qui n’ont qu’une durée de vie limitée et qui doivent à court terme disparaître ; enfin, ceux qui pourraient être réutilisés dans des conditions de mises aux normes techniques et fonctionnelles satisfaisantes.
Légende
Bâtiments sinistrés
!

Bâtiments hétérogènes Bâtiments difficiles à conforter Bâtiments non fonctionnels et difficiles à modifier Bâtiments provisoires Bâtiments renforçables

Polyprogramme – Programme Général

12/347

Réaliser un nouvel hôpital sur un site existant
Le choix du site
Il a été choisi de conserver le site actuel et de réaliser une régénération de celui-ci. Ce choix est justifié par le positionnement au sein de la ville. Le site est correctement desservi, proche de la faculté de médecine et du foyer principal de développement de Port-au-Prince. Par ailleurs, le souci de réalisation rapide de l’opération a toujours fait préférer les solutions qui permettent de limiter les risques de dérapage du calendrier. L’HUEH est propriétaire de son terrain et en a la pleine maîtrise. De plus, des possibilités d’extension de son domaine foncier sont envisageables en continuité directe de son tènement.

Le maintien de l’activité pendant les travaux
Les phases de travaux doivent être réalisées tout en maintenant un niveau d’activité équivalent à celui de l’hôpital actuel. Ainsi, il conviendra à chaque phase d’avoir au minimum : 400 lits d’hospitalisation ; 15 à 20 boxes de consultation ; un secteur d’accueil des urgences ; un plateau technique comprenant un bloc opératoire (4 salles), un plateau d’imagerie (5 salles). Dans le chapitre sur la faisabilité et le schéma directeur, des orientations de phasage seront proposées aux groupements. Il est clair que ces choix peuvent être optimisés par les groupements que cela peut participer de la qualité de la proposition.

La desserte du site
Le terrain est bordé : au nord par la rue Saint-Honoré, cette rue ne joue pas aujourd’hui de rôle dans la desserte du site sauf ponctuellement pour l’entrée de consultations d’ophtalmologie ; à l’ouest par la rue Monseigneur-Guilloux, cette rue d’un gabarit plus large que la précédente, une vingtaine de mètres, constitue le principal et l’unique accès à l’hôpital tant pour les véhicules que pour les piétons ; à l’est et au sud par la rue Oswald-Durand, cette rue n’est pas au contact direct du terrain mais contourne sur ces deux façades l’îlot dans lequel le terrain est inscrit. Le projet de schéma directeur du site propose un fonctionnement avec un accès principal pour les véhicules d’urgence, les véhicules du personnel et les véhicules logistique depuis la rue MonseigneurGuilloux. Cet accès est connecté à un système de voirie interne au site qui permet de différencier les flux : des véhicules d’urgences, qui sont orientées vers une cour de dépose pour les urgences ; des véhicules des personnels, qui peuvent stationner sur un des parcs localisés sur la périphérie du terrain, principalement en façade sud, et directement accessible depuis la voie de desserte interne ; des véhicules logistiques, qui vont irriguer les deux points de stockage. Le principe de circulation interne consiste à limiter aux franges la circulation motorisée et à éviter tout croisement entre celle-ci et les circulations piétonnières qui vont irriguer le site depuis le point unique.

Polyprogramme – Programme Général

13/347

Il faut compter tout trafic confondu (urgences, personnel et logistique) environ 800 entrées de véhicules par jour. Le principe de circulation des piétons est très centralisé de manière à limiter les points d’accès sur le site et contenir les flux ambulatoires majoritaires en entrée du site. L’HUEH est un hôpital de troisième niveau, donc un centre de recours vers lequel les structures des deux premiers niveaux renvoient les patients qu’elles ne savent pas prendre en charge ou qui méritent des investigations plus poussées. Il conviendra don de réduire la dimension « dispensaire » qui est un des modes de fonctionnement actuel de l’HUEH pour privilégier la notion de consultations spécialisées et les filières de prise en charge des patients lourds devant bénéficier d’un accès à un plateau technique de haut niveau. Le flux des patients ambulatoires doit donc réduire par rapport à la situation actuelle afin également de ne pas emboliser l’hôpital avec des activités de proximité. Néanmoins, l’HUEU sera un lieu de très fort flux ne serait-ce que par l’attractivité que cet équipement ne manquera pas de susciter. On compte en effet un prévisionnel de : plus de 200 000 consultations ; 15 400 séjours en hospitalisation de jour ; 80 000 patients se rendant aux urgences à pied ; les visites des patients hospitalisés…

L’ensemble de ces flux transitant par le hall d’accueil représente environ 1 600 entrées quotidiennes sur le site.

La parcelle de l’hôpital
La parcelle dédiée à l’hôpital a une surface de 5,3 hectares pour une surface construite hors œuvre nette de 32 000 m2. Le coefficient d’occupation du sol sera donc de 1,7 à terme sur le site. L’occupation au sol sera, sur la base de constructions à R+1 pour la moitié et en RdC pour le reste, de 40 % de la surface du site. Cette morphologie permet d’imaginer un hôpital urbain relativement dense, laissant la place pour 300 places de stationnement, une cour de desserte des urgences, deux aires de dépose logistique, une voirie de contournement de l’ensemble du site, des espaces au sol pour les productions techniques et un hectare d’espaces verts et plantés.

Construire un programme capacitaire optimisé
Le programme capacitaire
La donnée du nombre de lits disponibles sur l’HUEH est un élément essentiel pour le dimensionnement du futur établissement. Il convient néanmoins de préciser que cette donnée seule ne suffit pas à calibrer l’offre de soins du nouvel hôpital. En effet, la durée moyenne de séjour constitue le second levier permettant de définir le volume réel des activités développées par l’hôpital. L’hôpital revendique une capacité, avant le séisme, d’environ un millier de lits mais la capacité actuelle tourne plutôt à 500 voire 600 lits. L’approche proposée au travers du présent programme est de conserver le potentiel d’activité de l’hôpital tout en réduisant sa capacité physique afin de concentrer les dépenses d’investissement et de

Polyprogramme – Programme Général

14/347

fonctionnement sur le plateau technique, dont la qualité sera le gage de la fluidité des prises en charge et de la qualité des gestes techniques de haut niveau. Deux faits principaux expliquent les difficultés rencontrées par l’hôpital dans son fonctionnement actuel (en dehors bien évidemment des désordres lourds engendrés par le séisme). Tout d’abord, l’absence de financement des soins pour une large partie de la population (10 % seulement sont couverts par un système d’assurance) amène le corps médical à accueillir des patients sur des lits en attente de financement des actes d’investigation ou de soins. Ensuite, l’obsolescence du plateau technique (due en partie au séisme, comme pour les laboratoires, ou à l’absence d’entretien courant et de matériels médicaux, comme en radiologie ou dans le bloc opératoire) conduit là aussi à des temps d’attente exceptionnellement longs et des immobilisations de lits sur des durées trop importantes. En partant aujourd’hui d’une capacité à 1 000 lits, nous arrivons à une capacité de 24 000 à 30 000 séjours par an (sur la base d’une durée moyenne de séjour de 15 jours). Dans un hôpital devant assurer une rotation suffisante pour optimiser l’utilisation de son plateau technique, ces 24 000 séjours doivent être réalisés sur une structure offrant 240 lits et places avec environ 200 lits à 250 lits et 40 places à 55 places, soit entre ¼ et 1/3 des capacités actuelles de l’HUEH. Il est apparu que la simple reconduction des capacités actuelles n’avait pas de sens compte tenu de la réalité des lits et de la nature de leur occupation. Il a donc été préféré une méthode plus constructive partant d’une juste adéquation entre le plateau technique et les capacités qu’il peut offrir en termes de : capacité opératoire ; de volume d’acte d’imagerie, de salle d’opération…

Deux programmes capacitaires ont été retenus : le premier offre une capacité de 600 lits, il est dimensionné pour offrir une capacité de 42 000 séjours supérieure de 10 % à la capacité de séjours. Cette capacité est une cible vers laquelle pourra tendre l’HUEH et qui permet de dimensionner le plateau technique. C’est aussi la capacité maximale admissible sur le site dans des conditions satisfaisantes de fonctionnement ; les études de faisabilité ont montré qu’il n’était pas possible de réaliser ces 600 lits dans le budget des 53,2 M$. Le choix a donc été fait de limiter le programme capacitaire à 534 lits et places tout en conservant le plateau dans une configuration qui permet de monter en charge vers 600 lits en places, puis une vision à long terme sur 800 lits. Enfin, en correspondance avec le projet affiché par les autorités de santé de positionner l’HUEH sur le troisième niveau du système de santé de l’état d’Haïti comme structure de référence à l’échelle des Caraïbes, il a été privilégié la réalisation de lits de prise en charge des personnes en soins critiques, relevant clairement du niveau trois de prise en charge (c’est le cas par exemple pour les soins aux prématurés), et de lits de prise en charge de courte durée puisque là encore l’hôpital universitaire doit développer des techniques pour assurer ces soins en hospitalisation de jour puis ensuite d’assurer leur promotion et l’animation d’un réseau de praticien en capacité de reproduire ces expériences.

Polyprogramme – Programme Général

15/347

La répartition des lits et places
Total général
Santé communautaire 534

534

Nombre de places en hospitalisation de jour
Hôpital de jour de pédiatrie Hôpital de jour de chimiothérapie Unité de chirurgie ambulatoire Dyalise Physiothérapie 16 12 16 12

56

Plateau technique
Urgences adultes Hospitalisation de très courte durée Urgences pédiatriques Hospitalisation de très courte durée Salle de naissance 16 16

32

Soins critiques
Médicaux Surveillance continue médicale Chirurgicaux Réanimation chirurgicale Surveillance continue chirurgicale Grands brûlés Néonataux et pédiatriques Réanimation néonatale Soins intensifs néonataux Médecine néonatales Soins intensifs pédiatriques 12 10 5 12 4 6 12 10

71

Hospitalisation conventionnelle
Médecine Hospitalisation améliorée+pneumo/cardio Médecine polyvalente Médecine polyvalente + dermatologie Maladies infectieuses Chirurgie Reconstructive+pédiatrie+Neuro+gynécologie Chirurgie générale Orthopédique et traumatologie Urologie et spécialités Obstétrique Suite de couches Suites de couches+Kangourou et Grossesses patho Gynécologie Pédiatrie Pathologies nutritionnelles et réhydratation Pédiatrie générale et adolescents 30 30 30 30 30 30 30 30 30 30 15 30 30

375

Polyprogramme – Programme Général

16/347

Le programme fait apparaître : des structures de jours en forte hausse afin de renforcer l’activité et d’offrir des conditions modernes de prise en charge des patients ; les lits et boxes du pôle urgence offrent une capacité d’accueil instantanée 5 de 100 patients (adulte + pédiatrie). En revanche, comme il convient de ne pas garder aux urgences des patients au-delà de 24 heures pour éviter les engorgements le nombre de lits a été positionné à 16 tant pour les adultes que pour les enfants ; la capacité de lits en soins critiques représente 11 % du programme capacitaire soit un pourcentage cohérent au regard du positionnement de l’HUEH sur un troisième niveau dans le système de santé ; une diminution notable des lits d’hospitalisation qui doivent être utilisés au mieux de leur potentialité : § pour la médecine la réduction porte sur 18 lits au total. Le principe est de limiter la réduction car la médecine assure l’aval des urgences. La réduction est compensée par le renforcement de l’activité de chimiothérapie de jours permettant par exemple de répondre à la diminution du nombre de lits de cancérologie ; § pour la chirurgie, la réduction est beaucoup plus importante. Cette réduction est compensée par la création d’un hôpital de chirurgie ambulatoire pour 16 places sachant qu’en termes d’activité 1 place équivaut à 4,2 lits 6 . Par ailleurs, le programme qui comprend 8 salles d’opération + 2 salles d’endoscopie répond à une capacité d’hospitalisation de 16 places de chirurgie ambulatoire (2 salles d’opération + une salle d’endoscopie) et 120 lits de chirurgie ; § pour l’obstétrique, il est prévu 60 lits sachant qu’on peut atteindre 70 accouchements par lit soit un équivalent de 4 300 naissances7 par an ; § pour la pédiatrie, il a été prévu 60 lits. La réduction est en partie compensée par la création d’un hôpital de jour de 16 places.

5

Cette capacité est appréciée en prenant en compte les boxes d’observation, les attentes couchées et les chambres des unités Ce calcul est réalisé sur le principe suivant : un lit occupé en moyenne à 80 % avec une Durée Moyenne de Séjour de 5,5 jours

d’hospitalisation de courte durée.
6

permet d’accueillir 53 patients par an. Une place de chirurgie ambulatoire est occupée à 100 % sur 220 jours soit 220 patients par an.
7

La DMS pour les accouchements est de 3,5 jours. Avec un taux d’occupation de 80 %, on obtient 365/3,5*0,8 = 70.

Polyprogramme – Programme Général

17/347

Les principes fonctionnels généraux
Un circuit ambulatoire clair
L’accès général à l’hôpital (hors urgences) est unique de manière à regrouper l’ensemble des services d’accueil, d’orientation et d’admission autour d’un hall animé qui assure la transition entre la ville et l’hôpital. Le principe fonctionnel vise à limiter les déplacements des personnes externes et de regrouper certaines activités afin de mutualiser les fonctions d’accueil. Dans ce cadre, toutes les consultations sont regroupées dans la frange nord du terrain et sont réparties en secteurs de manière à être rapidement accessible par les patients externes et à proposer des espaces conviviaux, faciles à maîtriser sur le plan de l’entretien et des flux. Chaque secteur bénéficie de locaux d’accueil, d’attente et de gestion des rendez-vous par grandes disciplines. Le secteur des consultations se prolonge par l’imagerie diagnostic et les urgences. Cette relation est importante car elle permettra aux personnes arrivant en ambulatoire aux urgences de s’y rendre rapidement depuis le dispositif d’accueil général. Ce cheminement passera par l’extérieur il devra donc être formalisé et accompagné par des aménagements spécifiques. La dialyse, les explorations fonctionnelles et les hôpitaux de jour sont placés entre les consultations et le plateau technique. Ils sont ainsi rapidement accessibles à un public d’externes qui n’a pas à pénétrer dans les unités d’hospitalisation de plus de 24 heures tout en bénéficiant de liaisons rapides vers les salles d’explorations fonctionnelles (qui sont, dans la majorité, mutualisées à l’échelle de l’hôpital) et le bloc opératoire (pour l’unité de chirurgie ambulatoire).

Un plateau technique mutualisé et regroupé
Les équipements d’imagerie, d’endoscopie et d’explorations fonctionnelles sont mutualisés à l’échelle de l’hôpital. L’ensemble des activités opératoires viendront s’exprimer sur un outil unique. Le bloc opératoire est donc regroupé et intègre : - les activités de chirurgie programmée ; - les activités d’urgence ; - les activités d’obstétrique ; - les activités pédiatriques ; - les activités de chirurgie ambulatoire. Il est donc prévu une seule salle de réveil. Compte des relations d’ordre vitales qui existent entre les différentes unités du plateau technique, il a été fait choix d’en regrouper les composantes et de les installer dans un vaste volume occupant près de 7 000 m2 au sol d’un tenant.

Polyprogramme – Programme Général

18/347

Des hospitalisations au contact du plateau technique
Le positionnement des unités d’hospitalisation est effectué d’une part en fonction du degré d’urgence dans leur liaison aux plateaux techniques et d‘autre part en fonction de l’organisation des filières des patients. Nous verrons plus loin que le positionnement des unités d’hospitalisation de chirurgie dans un bâtiment existant et restructuré imposera des propositions de liaisonnement entre ce bâtiment et le volume du plateau technique.

Des organisations par filière respectées
Pour le personnel, la proximité entre les unités d’hospitalisation, le plateau technique et certains secteurs de consultation a été travaillée par spécialité. Cela permet notamment d’assurer une proximité des différents secteurs d’une filière pour faciliter le travail du personnel soignant spécialisé.

Des proximités
Les principes fonctionnels retenus permettent de respecter une double logique : - regroupement des espaces par nature d’activité (consultations, plateaux techniques, locaux d’hospitalisation, espaces tertiaires, espaces médicotechniques, espaces logistiques et locaux techniques) ; - identification des filières de patients. Il est ainsi possible d’harmoniser les secteurs selon les spécialités de l’hôpital. Ces secteurs profitent de moyens communs et le schéma, tout en respectant les contraintes de fonctionnement et de liaisons de chaque spécialité, affirme la participation des services à la notion d’hôpital général. Les regroupements fonctionnels sont les suivants : les secteurs de réception du public : § les consultations et les hôpitaux de jour (Pédiatrique, Chimiothérapie, Chirurgie § § § ambulatoire) ; le plateau d’explorations fonctionnelles (neurologie, cardiologie, endoscopies et urodynamique) ; le plateau de physiologie ; le secteur de dialyse ;

§ la médecine nucléaire (si installée) ; l’ensemble de ces espaces sont desservis par une rue des consultations qui constitue l’axe majeur des déplacements dans l’hôpital et le long duquel s’organisent les secteurs accessibles au public ambulatoire. La rue des consultations se connecte sur le plateau technique et notamment l’imagerie et les urgences ; les secteurs relevant du plateau technique : § les urgences qui sont accessibles par les véhicules de transport médicalisé une dépose. Il a été prévu une relation très étroite en les urgences et l’imagerie. § Certains des équipements de ce secteur sont largement utilisés par les urgences ; le bloc opératoire est installé à proximité des autres lieux d’intervention des anesthésistes permettant de limiter l’éclatement de ces ressources médicales rares. La salle de surveillance post-interventionnelle est implantée au sein du bloc

-

Polyprogramme – Programme Général

19/347

§

opératoire et se trouve en interface du bloc et des espaces extérieurs ; la salle de naissance qui bénéficie d’une relation directe et courte avec le bloc opératoire, l’imagerie, la réanimation néonatale et des secteurs d’hospitalisation pour les femmes présentant une grossesse à risque ;

-

-

les soins critiques ont été regroupés sur un plateau commun qui comprend : § la réanimation néonatale pour 10 lits et les soins intensifs de pédiatrie 10 lits installés, § la réanimation et la surveillance continue chirurgicale comptent 15 lits, § les grands brûlés pour 12 lits avec une grande proximité des soins critiques chirurgicaux, § la surveillance médicale pour 12 lits, les secteurs d’hospitalisation ont été mis à proximité du plateau technique. Le principe retenu est de réaliser des bâtiments dont la trame et l’organisation répondent aux exigences des espaces d’hébergement. Dans le scénario cible, l’ensemble des hospitalisations est implanté au contact du plateau. Dans le scénario retenu, il a été fait des choix de mettre : § la médecine polyvalente est mise au contact direct du plateau technique car elle assure l’aval des urgences. Elle est installée à l’étage à proximité de la surveillance continue médicale ; § l’obstétrique et la pédiatrie sont également au contact du plateau technique. La pédiatrie car elle est en aval des urgences pédiatriques et que cette relation doit encore s’affirmer. Pour l’obstétrique, la liaison avec la salle de naissance (grossesses pathologiques, néonatalogie…) impose la proximité des hospitalisations ; § la chirurgie dans l’ex bâtiment de chirurgie. Ce positionnement engendre un parcours plus important mais l’avenir de la chirurgie pour un hôpital de niveau 3 est de prendre en charge les urgences lourdes et la chirurgie programmée de haut niveau. Le flux des urgences traumatologiques diminuera pour voir la partie programmée augmentée. Afin d’offrir une liaison de qualité, il sera prévu un cheminement à couvert pour le transfert des patients entre le bâtiment de chirurgie et le plateau technique ; § la biologie sur le plateau technique de manière à regrouper ces espaces à forte irrigation technique ; § les autres activités médicotechniques, qui regroupent les espaces de la logistique médicale (pharmacie, médicale…) et non médicale (magasin, service biomédical, cuisine centrale…), sont positionnées dans des secteurs identifiés, profitant de cours logistiques. Ces secteurs ne sont pas accessibles au public. Ces bâtiments peuvent être de type industriel ; Les bureaux de l’administration générale et des administrations médicales sont regroupés sur des espaces offrant des trames de type tertiaire.

-

Les principes de dimensionnement
Les besoins en surfaces ont été étudiés unité par unité, en interrogeant les praticiens sur les spécificités de leurs activités. Le tableau des surfaces a été construit en prenant en compte : - les besoins des unités ; - les principes généraux de constitutions des unités pour obtenir une cohérence entre les différentes unités ;

Polyprogramme – Programme Général

20/347

-

le programme capacitaire pour le nombre de lits et de places à implanter ; les données d’activités pour le nombre de salle de consultation, le dimensionnement des urgences, du bloc opératoire…

Les organisations ont été harmonisées afin que chaque service réponde à des principes organisationnels similaires. Cette harmonisation permet une optimisation des principes constructifs et donne une souplesse pour des réaffectations futures.

Schéma fonctionnel général
Voir schéma en page suivante

Polyprogramme – Programme Général

21/347

Hospitalisation conventionnelle

Pôle médecine
Secteur ambulatoire Chirurgie ambulatoire Soins critique Mères/enfants Ré animations et soins intensifs Bloc opératoire Salle d’opération obstétrique Salle de réveil Grands brulés Salles d’opérations programmées et non programmées Surveillance continue médicale Réanimations néonatales et pédiatriques Explorations fonctionnelles

mères/enfants

Pôle

Unité de suite de couche

Pôle chirurgie

Polyprogramme – Programme Général
Salle de naissances Réanimation et surveillance continue chirurgicale Embolisation Urgences Imagerie Urgences Accès urgences adultes Liaisons Logistique médicale Pharmacie Sté rilisation urgence Laboratoires HdJ chimiothérapie Secteur médecine Secteur chirurgie anesthésie Secteur spécialités Santé communautaire Banque du sang Dialyse Plateau de kinésithérapie Physiothérapie Accè s et accueil Admissions Accueil général Accès général

Unité d’hospitalisation de pédiatrie

Grossesses pathologiques

Logistique non médicale

Accès urgences obstétriques

Accès urgences pédiatriques

Secteurs ambulatoires

HdJ pédiatrique Secteur mères/enfants

22/347

Les exigences techniques générales
Une résistance aux séismes priorisée
À la suite du récent séisme et de ces répliques, il convient de réaliser un nouvel hôpital qui puisse résister lors d’un prochain événement de ce type. Une note spécifique, annexée au programme, a été réalisée par un expert en matière de construction sismique. Cette note renvoie aux réglementations en vigueur sur le plan international et expose les principes structurels et de résistance souhaités sur les différents bâtiments. Les principes retenus répondent aux objectifs suivants : - assurer la protection des patients et des personnels résidants sur le site en assurant qu’aucun bâtiment du site ne s’effondre ; permettre aux espaces névralgiques de conserver 100 % de leur fonctionnalité. Il convient de considérer que le plateau technique et la pharmacie ne doivent avoir subi aucun désordre et que, par exemple, il soit possible d’ouvrir les blocs opératoires dès la fin de l’épisode sismique en assurant les conditions de traitement de l’air et d’asepsie. Ces bâtiments seront conçus avec une structure sur appuis pour les mouvements résultants de la distorsion de ces appuis n’engendre pas de désordre. A priori, il n’est pas prévu de dispositifs complémentaires d’amortissement compte tenu des obligations d’entretien qu’ils engendrent et que l’hôpital ne pourra pas assumer. Il est bien évident que toutes mesures devront être prises pour que le bâtiment puisse réaliser sa course sans rencontrer d’obstacles, par exemple un autre bâtiment, et sans que ces liaisons aux réseaux ne s’en trouvent impactées (mise en place de manchons déformables). Ces préconisations doivent par ailleurs ne pas contraindre les usagers dans leur utilisation quotidienne des bâtiments (liaisons par exemple entre le plateau technique et les bâtiments d’hospitalisation) ; permettre aux bâtiments d’hospitalisation et à un des bâtiments de consultation d’accueillir des patients même si l’ensemble des fonctionnalités ne sont pas assurées. Classiquement, on peut admettre que l’énergie du séisme ait eu des incidences sur le cloisonnement (fissures) ou sur les portes (difficiles à fermer). Ici une fissure n’aura pas d’incidence sur le déroulement des activités de soins, au bloc opératoire assurément ; éviter que les autres bâtiments du site, consultations, espaces tertiaires, logistiques hôtelières… ne s’effondrent. Ils pourront avoir subi des désordres structurels qui les rendent, sans un diagnostic approfondi, impropres à l’usage.

-

-

Les préconisations de protection aux séismes portent également sur les réseaux de distribution de l’eau et de l’électricité. Ainsi les réseaux extérieurs seront disposés dans des caniveaux préfabriqués avec des dalles amovibles. Cette préconisation rejoint d’ailleurs l’objectif de facilité de maintenance. Enfin, certains équipements devront être réalisés et solidarisés avec les bâtiments de manière à ne pas subir de dommages. Ces obligations porteront sur les équipements techniques centraux et sur les équipements médicaux sensibles (éclairage du bloc, respirateurs, mobilier de stockage de la pharmacie). Les propositions des groupements devront être cohérentes avec les principes structurels retenus pour les bâtiments. En particulier, il est clair qu’un surinvestissement sur la structure des bâtiments (structure sur appui) permet d’être moins exigeant sur l’ancrage des équipements.

Polyprogramme – Programme Général

23/347

Le maître d’ouvrage a fixé les objectifs à atteindre et les espaces sur lesquels ils s’appliquent, mais il appartient au groupement dans le cadre du budget de l’opération de les atteindre avec les moyens qu’il souhaite mettre en œuvre et sur lesquels il engage sa responsabilité. Ainsi, par exemple, le mode constructif des bâtiments est laissé à l’entière proposition des groupements. Le seul élément décisionnel sera le facteur de risque (séisme, incendie, résistance…). Indiquons également que pour simplifier les structures et les déplacements de patients, il est demandé que l’ensemble des bâtiments neufs ne dépassent pas le R+1.

Des bâtiments durables et aisés à entretenir
L’attention des groupements est attirée sur la nécessité de réaliser des bâtiments dont la maintenance puisse être assurée localement. Ce point est très important dans l’analyse qui sera faite des propositions des groupements. En effet, deux facteurs militent pour que les groupements travaillent en détail les conditions de maintenance et d’entretien des bâtiments qu’ils sont amenés à concevoir pour l’HUEH. Tout d’abord, il faut prendre en compte la difficulté de trouver localement des agents compétents sur les opérations de maintenance des principaux organes d’un ensemble immobilier aussi sensible qu’un hôpital. Et qu’en bien même l’hôpital forme ses propres agents que leur fidélisation s’avère très difficile compte tenu des conditions matérielles que l’hôpital peut offrir à ces techniciens supérieurs qui ont tôt fait d’aller travailler ailleurs. Par ailleurs, le budget de l’hôpital est très largement tourné vers les dépenses de personnel (95 % du budget de fonctionnement). Le budget d’entretien et de maintenance est donc à ce jour très faible et ne permet qu’une maintenance sur incident, et encore. Si les bailleurs se sont engagés à compléter le financement de l’hôpital sur ces premières années de fonctionnement, ils ne suivront pas sur la durée de vie de l’investissement. Attention, ces deux constats ne doivent pas amener à ne pas répondre au souci de mise aux normes des espaces de soins de l’HUEH par rapport aux standard internationaux. Le bloc opératoire, l’imagerie, les soins critiques et globalement l’ensemble du plateau technique doivent être réalisés dans les règles de l’art en matière d’asepsie et de contrôle de la qualité de l’environnement. Les groupements doivent proposer pour chaque détail de mise en œuvre et d’équipement des solutions éprouvées, simples et préférentiellement passives.

Des investissements techniques concentrés
Globalement, l’état actuel de la prise en charge des patients à l’HUEH est très rudimentaire dans les espaces actuels. Dans les unités d’hospitalisation, l’HUEH propose des conditions d’accueil en salle commune. Le plateau technique est sous équipé (un appareil d’imagerie en fonctionnement, un second numérique inutilisé, un respirateur en fonctionnement sur l’ensemble de l’hôpital…). La situation a certes été amplifiée par le séisme, mais elle préexistait. Elle reflète l’absence de maintenance et d’entretien, faute de moyen, et des carences dans la gouvernance, là aussi faute de moyen pour mobiliser les équipes médicales, soignantes et support.

Polyprogramme – Programme Général

24/347

Il a été fait le choix de concentrer les moyens, tant en investissement qu’ensuite en fonctionnement, sur les espaces du plateau technique et les soins critiques qui seront implantés à proximité du plateau pour des raisons de logique médicale. C’est ici que l’on trouvera : - du traitement de l’air tant en filtration qu’en régulation (température, renouvellement…) ; - des fluides médicaux ; - des sécurisations techniques (continuité de l’alimentation électrique, filtration de l’eau…) ; - des traitements de second œuvre spécifiques (cloisonnement industriel, équipement médical…) ; - des process de prise en charge et des circuits participant de manière simple à la qualité de l’asepsie et des soins. Si des sacrifices ont été consentis sur les thèmes du confort, aucun ne sera admis sur la sécurité dans les domaines qui touchent à la sécurité des patients les fragiles ou lors des actes les plus techniques.

À la recherche du meilleur compromis entre le confort et la robustesse
C’est certainement dans les espaces d’hospitalisation conventionnelle que la notion de confort et de nature des prises en charge mérite un travail spécifique par rapport aux standard français ou américains. Entre la situation actuelle, où tous les patients se trouvent dans une salle commune ou dans des stalles ouvertes, et des structures de santé récentes, il a été fait le choix de moduler la proposition de répartition des lits dans des chambres quadruples, des chambres doubles et des chambres simples. En revanche, il est souhaité la réalisation d’unité d’hospitalisation systématiquement calibrée sur le pas de 30 lits avec un poste de soins desservant ces trente lits. Pour ce qui concerne le confort, il est retenu que chaque chambre est équipée d’une salle d’eau comprenant une douche et un lavabo pour les toilettes quotidiennes des patients. En revanche, les toilettes sont sorties des chambres, regroupées dans des espaces ventilés et sur des colonnes spécifiques et très faciles d’accès. Selon le même principe, il a été retenu qu’aucun déplacement vertical ne devait être réalisé au moyen d’ascenseurs, tant pour les patients que pour la logistique. Tous les bâtiments d’hospitalisation doivent donc être équipés de rampes de transfert. On évite ainsi la réalisation et l’équipement d’ascenseur qui sont rapidement inutilisables faute d’entretien. Il est évident que ces systèmes de déplacement verticaux doivent être structurants dans le parti de circulation et dans la lisibilité qu’ils peuvent offrir aux patients et aux visiteurs. L’attention des concepteurs doit aussi se porter sur les menuiseries afin de réduire au maximum le nombre d’ouverture tout en assurant un bon confort dans les espaces et en proposant des produits résistants à des usages intensifs et le contexte marin.

Polyprogramme – Programme Général

25/347

Des principes de mise en sécurité incendie assurant la sûreté des patients et la pérennité des moyens
Sur ce thème aussi, li conviendra de rechercher une solution s’appuyant majoritairement sur des moyens passifs et sur une conception des bâtiments qui permettent de contenir l’incendie et qui favorisent l’évacuation des patients et des personnels. Difficile de faire reposer le principe de sécurisation des espaces sur des équipements de détection et des organes actifs qui circonscrivent le sinistre dans l’attente de l’intervention des pompiers, selon le principe adopté dans la réglementation française, difficile également d’imaginer un système de lutte interne au bâtiment, de type sprinklage, qui permet de combattre un sinistre avant même l’intervention des professionnels de la lutte contre le feu, les concepteurs devront donc travailler sur l’organisation interne des bâtiments, sur le positionnement des locaux sommeil et sur les moyens de cantonnement du sinistre. Ils devront proposer des dispositions passives reposant sur l’éloignement des façades, la nature des matériaux mis en œuvre, la covisibilité des espaces occupés par les patients avec ceux occupés par du personnel, le dimensionnement des circulations et des sorties, la répartition d’espaces externes de regroupement, les possibilités de transferts horizontaux… Il est bien sûr demandé que le projet respect les réglementations haïtiennes. Mais c’est avant tout une intelligence d’un système qu’il s’agit de mettre en place. Les orientations proposées ne doivent constituer en rien une limitation de l’imagination des concepteurs qui doivent se sentir libre de définir une traduction spatiale originale sur ce thème.

Polyprogramme – Programme Général

26/347

La synthèse des surfaces programmées
Tableau des surfaces utiles et dans œuvre
Désignation Surfaces utiles Total Taux Surface dans œuvre Total

TOTAL Secteurs ambulatoires
Accès, admissions et frais de séjour Consultations Hôpitaux de jour Dialyse (12 postes) Plateau de kinésithérapie (14 postes)

22 489 3 446
409 1 933 586 217 302

26% 0

28 291 4 226
511 2 319 733 271 393

Plateau technique
Plateau d'exploration Urgences adultes Urgences pédiatriques Imagerie Radiothéraie et médecine nucléaire Bloc opératoire général et ambulatoire Salle de naissances

4 976
129 983 894 766 645 964 595

6 508
168 1 259 1 118 958 902 1 301 803

Soins critiques
Surveillance continue médicale Réanimation et surveillance continue chirurgicale Grands brûlés Réanimations et SC néonataux et pédiatriques

2 170
294 640 630 605

2 820
382 832 819 787

Hospitalisation
Unités d'hospitalisation de médecine et de chirurgie Unités d'hospitalisation obstétrique Unités d'hospitalisation pédiatrique

4 716
2 944 1 000 772

5 895
3 680 1 250 965

Logistique médicale
Biologie médicale Anatomie pathologie Banque du sang Moyens communs laboratoires Chambre mortuaire Pharmacie Stérilisation Médico-légal

2 910
540 229 181 280 258 764 258 400

3 492
648 275 217 336 310 917 310 480

Tertiaire
Bureau des médecins Administration

1 500
750 750

1 800
900 900

Logistique générale
Magasins centraux Biomédical Résidence Cuisine

2 772
778 88 1 306 600

3 149
856 101 1 502 690

Locaux techniques
Provision de surface

400
400

Polyprogramme – Programme Général

27/347

Les éléments de faisabilité spatiale
Orientations urbaines
Le principe d’implantation du nouvel hôpital d’Haïti doit s’inscrire dans le double objectif d’une ouverture sur la ville et de conserver à l’entité foncière toute sa cohérence et sa capacité d’évoluer en fonction des réorganisations de l’îlot. Il a donc été fait de dégager les franges sud-ouest du terrain permettant d’imaginer des articulations ultérieures avec les parcelles n’appartenant pas encore à l’hôpital. Sur le plan de la volumétrie, il est prévu une implantation des surfaces sur des bâtiments en R+1. Le plateau technique se développe également sur deux étages au rez-de-chaussée l’ensemble des fonctions recevant des patients et à l étage le laboratoire. Ce bâtiment doit pouvoir évoluer dans sa distribution interne et offrir une trame pour souple que celle des bâtiments d’hospitalisation qui sont rythmés par les distributions des chambres. Enfin, les bâtiments médicotechniques peuvent se développer dans des bâtiments à caractère logistique. Le positionnement des différents bâtiments sur la parcelle répond aux principes suivants : - afficher une façade urbaine le long de la rue Saint-Honoré en créant une continuité bâtie et une réelle façade urbaine ; - installer le plateau technique en cœur de dispositif permettant de reporter les interactions entre le plateau technique à l’intérieur de la parcelle sans liens avec les espaces extérieurs ; - installer les moyens logistiques à l’arrière de parcelle le long de la voie interne de distribution. On écarte ainsi les activité logistique des activités externes ; - conserver une possibilité d’extension de la capacité en termes de lits avec un secteur complémentaire sur le pourtour du plateau technique.

Un schéma directeur cible
La réflexion d’organisation générale de l’hôpital est partie sur une vision à long terme du site sachant que les réalisations qui seront faites dans le cadre du présent programme doivent être considérées comme une première tranche de travaux pouvant être complétés dans des tranches ultérieures de travaux. Nous allons commencer par exposer les principes de fonctionnement du schéma cible, puis nous détaillerons les travaux concernés par le présent programme et leur propre phasage.

Principes du schéma directeur
Le schéma directeur est parti des principes suivants : - installer en façade nord l’ensemble des consultations en distinguant quatre plots de consultations (un dédié à la médecine, le second à la chirurgie, le troisième aux spécialités – ophtalmologie, ORL et stomatologie – et le quatrième au pôle femme-mère-enfant) ; - implanter les plots d’hospitalisation en liaison directe avec le plateau technique ; - implanter le plateau technique sur un bâtiment spécifique ; - distinguer les espaces logistiques du reste des bâtiments.

Polyprogramme – Programme Général

28/347

Regroupement en entités bâties cohérentes
Afin de répondre aux exigences de souplesse et d’évolutivité sans trahir le projet médical, il a été proposé de regrouper les fonctions dans trois entités bâties : - le bâtiment consultations accueille : § l’accueil et les services administratifs ; § les fonctions d’animation ; § les consultations ; § les hôpitaux de jour ; § l’administration générale. le bâtiment plateau-technique accueille : § La quasi-totalité du plateau technique ; Les plots d’hospitalisation accueillent : § l’ensemble des capacités en hospitalisation conventionnelle (filière chirurgie, filière urgence médecine, filière cancérologie et filière mère enfant) ; § les hospitalisations en soins critiques ; les bâtiments médico-techniques accueillent : § dans le premier bâtiment bas les cuisines, les magasins hôteliers, les ateliers, le § service biomédical, les archives et les déchets ; dans un second bâtiment la pharmacie et la chambre mortuaire.

-

De même, la centrale énergie sera rendue obligatoirement autonome pour des raisons de facilité de maintenant et de sécurisation.

Surfaces et activités implantées
Les surfaces implantées dans le schéma directeur cible sont de 29 000 m2 dans œuvre et correspondent à un programme capacitaire de 609 lits et places. La différence avec le capacitaire installé à l’occasion du projet de reconstruction objet du présent programme porte sur les lits d’hospitalisation conventionnelle qui ont été réduits de 75 unités, soit un demi plot d’hospitalisation. Le schéma à réaliser dans le cadre du présent programme doit permettre in fine de monter en charge vers ce programme capacitaire avec un premier plot complémentaire de 120 lits (HC 4), puis de réaliser un second plot d’hospitalisation de 120 lits (HC5, non représenté sur le schéma suivant mais façade du plateau technique disponible pour cela). Ainsi, à très long terme, le site de l’HUEH pourrait fonctionner avec près de 800 lits.

Polyprogramme – Programme Général

29/347

Schéma d’implantation
!

rue

Osw

Stationnement 120 places

Stationnement 50 places

ald -D

ura

nd

BL 2
Sortie urgences et véhicules

ML

Accès maternité

rue Saint-Honoré

CS 1

HC 1
Dépose grands brûlés

PT

HC 4

CS 2 BAO CS 3 HC 3 CS 4 HC 2

Dépose urgences pédiatriques

Accès principal ambulatoire

Stationnement 30 places

Dépose urgences adultes

BL 1

Rés.

rue Monseigneur-Guilloux

Accès urgences

Accès véhicules et logistique

Les plots d’hospitalisation sont dénommés HC (de 1 à 4), le plateau technique PT, les plots de consultations CS (de 1 à 4), l’accueil BAO (bâtiment d’accueil et d’orientation), les bâtiments logistiques BL (1 et 2), la résidence Rés et la médecine légale ML (seul bâtiment conservé). Dans ce schéma, on voit que l’église a été déplacée et positionnée en accès direct depuis la rue Monseigneur-Guilloux.

Polyprogramme – Programme Général

30/347

Une première phase de réalisation
Ce schéma cible, schéma directeur du site n’est pas réalisable en l’état compte tenu de son coût qui dépasse largement les capacités budgétaires définies dans le cadre du protocole d’Entente. Le présent programme constitue donc une première étape vers la réalisation du schéma directeur, une étape majeure qui verra réaliser pour de 90 % de ce schéma. Elle devra donc être conçue pour permettre l’évolution du site par palier. Dans ce cadre, la médecine nucléaire et la radiothérapie seront présentées en option. Le maître de l’ouvrage se réserve la possibilité de ne pas réaliser ces surfaces. En revanche, les équipements de cette partie ne sont pas à prendre en compte au titre du projet car ils seront donnés par l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique.

Schéma d’implantation
!

rue

Osw

Stationnement 80 places

Stationnement 50 places

ald -D

ura

nd

BL 2
Sortie urgences et véhicules

Centrale énergie Déchets Eau

ML

HC 3

CS 1
rue Saint-Honoré

Dépose grands brûlés HC

PT 1 CUIS
Dépose urgences Église adultes

CS 2 BAO

Stationnement 50 places

HC 4 HC 2

Accès principal ambulatoire

CS 3

Stationnement 80 places

Accès maternité

CS 4

Dépose urgences pédiatriques

BL 1

Rés.

rue Monseigneur-Guilloux

Accès urgences, véhicules et logistique

Le schéma signale en bleu ciel les bâtiments qui sont reconstruits à neuf, il s’agit : - du plateau technique qui est réalisé à 100 % de sa capacité ; - des plots d’hospitalisations HC1 et HC2 regroupant 180 lits (50 % de la capacité d’hospitalisation conventionnelle) et les lits de soins critiques ; - des bâtiments logistiques BL1 (seule la cuisine actuelle a été conservée) et BL2 ; - des plots de consultations CS1, CS2 et CS3 ; - de la résidence ; - du bâtiment d’accueil et d’orientation.

Polyprogramme – Programme Général

31/347

Sont indiqués en bleu plus soutenu les bâtiments actuels réutilisés, il s’agit : - des plots d’hospitalisation HC3 (75 lits) et du plot HC4 (120 lits, en 2*60 ou 3*40 selon les résultats de l’implantation sur les trois niveaux de ce bâtiment), pour une capacité globale de 195 lits permettant d’atteindre : HC1+HC2+HC3+HC4 = 375 lits ; - du plot de consultations CS4 qui accueille des consultations, la dialyse et la chirurgie ambulatoire au rez-de-chaussée, de l’administration à l’étage ; - de la cuisine qui est récente ; - de l’église ; - du CERFA qui n’est pas concerné par les travaux mais peut constituer une ressource pour les espaces de formation du site. Au total, le schéma fonctionne avec : 21 800 m2 de surfaces dans œuvre neuves (sur 28 200 m2) soit 77 % des surfaces ; 7 000 m2 de surfaces dans œuvre rénovées et renforcées 23 % des surfaces.

Par ailleurs, le schéma fait apparaître le niveau de protection sismique de chacun des bâtiments au moyen d’une trame : - trame crocodile : niveau maximal de protection (plateau technique et BL1 – pharmacie -) ; - trame jaguar : niveau de protection permettant l’usage des bâtiments après un séisme (CS1, HC1, HC2, HC3 et HC4) ; - trame serpent : niveau de protection évitant l’effondrement du bâtiment mais assurant sa réutilisation après un séisme.

Implantation des services dans les volumes
Il a été réalisé une implantation dans les volumes. Elle est communiquée aux groupements pour information. Elle sera respectée dans l’esprit mais pourra faire l’objet d’optimisation et d’amélioration. Au rez-de-chaussée

!

Stationnement 80 places
Chambre Pharmacie 2 Mortuaire BL Hospitalisation 917 m2 310 m2 Maladie infectieuse (30 lits) HC 3 polyvalente (45 lits) Médecine 1 100 m2 Banque du sang 207 m2 Bloc PT opératoire 1 301 m2 Sté 310 m2 Salle de naissance 803 m2 Urgences adultes 1 239 m2

Stationnement 50 places

ML

CS 1 médecine
514 m2

Clts

HC 1 832 m2

Réanimation et Surv. Cont.

CUIS
Dépose urgences Église adultes

Chir-Ambu Grands Clts brûles Anest-Chir 281 m2 CS 2 Hospitalisation 819 m2 396 m2 Prélèv HC 4 80 m2 Ortho-traumo Accueil, admin BAO de séjours spécialités (60 lits) et frais 860 m2 Réanimation 511 m2 néonatale HC 2 et pédiatrique Clts Physio 787 m2 spécialisées thérapie CS 3 509 m2 393 m2 Hospitalisation Obstétrique (60 lits) HdJ Péd Clts 900 m2 252 m2 FME CS 4 Dépose 672 m2 Médecine urgences com. pédiatriques 148 m2

Stationnement 50 places

Imagerie 958 m2 Médecine nucléaire radiothérapie 902 m2

Stationnement 80 places

Urgences pédiatriques 1 118 m2

Magasin hôtelier 856 m2 BL 1 Bio méd 101 m2

Rés.

Polyprogramme – Programme Général

32/347

Le schéma fait apparaître : - la proximité essentielle entre les urgences pédiatriques et adultes avec l’imagerie ; - la proximité entre l’imagerie et la médecine nucléaire ; - la proximité essentielle entre la salle de naissance et le bloc opératoire et entre la salle de naissance et la réanimation néonatale ; - la proximité essentielle entre les réanimations et le bloc opératoire ; - relation entre les unités d’hospitalisation de chirurgie et le bloc opératoire. De même, le positionnement relatif des consultations, des hôpitaux de jour et des hospitalisations conventionnelles fait apparaître la notion de filière : - proximité consultations femme-mère-enfant, HdJ de pédiatrie et hospitalisation de pédiatrie et de gynéco-obstétrique ; - proximité consultations spécialités, chirurgie, anesthésie, chirurgie ambulatoire et hospitalisations de chirurgie ; - proximité consultation de médecine, explorations fonctionnelles et les hospitalisations de médecine. R+1

!

Stationnement 80 places

Stationnement 50 places

BL 2 HC 3
Chimiothérapie Dialyse 252 m2 256 m2 CS 1 Explorations 204 m2 Hospitalisation chirurgie (60 lits) 860 m2 Hospitalisation améliorée (15 lits) Cardio/pneumo (15 lits) HC 1 650 m2 Surv. Continue Médicale 382 m2 DermatoGynécologie (30 lits) 460 2 HC m2 Hospitalisation pédiatrie (60 lits) 965 m2 Administration CS900 m2 4 Laboratoires Anatomo-patho 1 259 m2

ML

PT
LT

CUIS

CS 2
Bureaux BAO médicaux 900 m2

Stationnement 50 places

HC 4

Église
Stationnement 80 places

CS 3
LT

BL 1

Rés.

Ce schéma fait apparaître : - le regroupement des espaces tertiaires de l’administration et des médecins à l’étage car ces espaces ne sont pas concernés ; - la proximité des hospitalisations de pneumo-cardio et du secteur de surveillance continue médicale ; - le regroupement de l’ensemble des laboratoires.

Polyprogramme – Programme Général

33/347

Phasage des travaux
Phase 1

Cette phase permet : - 1/ le repositionnement des urgences et de l’imagerie en provisoire dans le bâtiment bloc et réa (en bleu) ; - 2/ le confortement définitif (en jaune) : § du bâtiment d’hospitalisation de chirurgie (180 lits) ; § du bâtiment d’hospitalisation de dermatologie et d’urologie (105 lits) ; § de la cuisine ; § du bâtiment administration pour des consultations et l’administration ; - 3/ la destruction (en rouge) : § du bâtiment de médecine interne (transfert des lits dans le bâtiment jaune) ; § du bâtiment de l’imagerie ; § du bâtiment des consultations ; § du bâtiment de la pédiatrie (désaffecté) ; § du bâtiment des laboratoires.

Polyprogramme – Programme Général

34/347

Phase 2.1

Cette phase permet : - 1/ la construction : § du plateau technique ; § des plots d’hospitalisation HC1 et HC2 ; § du bâtiment logistique 1 pour l’accueil provisoire de la pharmacie ; § de la résidence ; - 2/ la destruction : § de la maternité (car transférée dans le plateau technique et HC2) ; § de la pharmacie ; § des urgences et de l’imagerie provisoires (car transférées dans le plateau technique) ; § des hospitalisations de chirurgie et des grands brûlés ; § de la résidence.

Polyprogramme – Programme Général

35/347

Phase 2.2

Cette phase permet : - 1/ la construction : § des plots de consultations CS1, CS2 et CS3 ; § du bâtiment d’accueil et d’orientation ; § du bâtiment logistique 2 pour la pharmacie et la chambre mortuaire ; - 2/ la destruction : § de la consultation de spécialités ; § de la chambre mortuaire ; § des bâtiments provisoires.

Polyprogramme – Programme Général

36/347

Entrée, consultations et secteurs ambulatoires

Polyprogramme – Programme Général

37/347

Accès, admissions et frais de séjour
Organisation générale
Les accès
Un des éléments important dans la capacité de l’hôpital de s’inscrire dans le fonctionnement du quartier sera le bon positionnement de l’entrée et des accès. Cette articulation sera à la fois fonctionnelle et spatiale. Elle participera également à souligner de manière symbolique la présence de l’hôpital et à orienter naturellement les utilisateurs vers son entrée principale. Trois autres accès sont à considérer : - les accès logistiques et urgence qui ont été déportés sur la façade ouest du terrain ; - la sortie des véhicules sur la rue Saint-Honoré ; - la sortie exceptionnelle sur la rue qui ne sera activité qu’en cas de blocage de la sortie précédente.

Un hall animé
Le choix a été fait de privilégier un hall d’accès animé et connecté sur les grandes circulations de l’hôpital. L’entrée dans le hall doit se faire dans une transition progressive permettant de passer de l’espace public à l’ambiance hospitalière de manière progressive. L’ensemble du secteur administratif, des espaces de convivialité et certaines consultations sont installés au contact direct du hall participant ainsi à ouvrir l’établissement sur la ville. L’hôpital sera devenu un lieu de technologie et en même de prise en charge global des patients ; le hall doit traduire ce souci d’excellence et rendre cette face de l’hôpital plus accessible et moins angoissante. Le hall doit aussi rappeler que l’hôpital permet la rencontre d’une équipe soignante et d’un médecin avec son patient. Le contact humain, sans être facteur de surcoût, sera un des points essentiel dans la première confrontation à l’univers hospitalier. Si l’hôpital d’Haïti sera une « machine à guérir », il doit aussi rester un lieu hospitalier, amène et accueillant. Dès ses premiers pas dans l’hôpital, le patient, le consultant, l’accompagnant ou le visiteur doit sentir une ambiance sereine et confortable dans un lieu vivant.

Un espace hospitalier bien délimité
Si le hall est accompagné de services aux patients et à la personne, il ne doit pas non plus être un espace du tout-venant sans limites. Le passage doit être marqué et symbolisé, sans emphase, mais avec clarté permettant à chacun de savoir qu’il est à l’hôpital. Il doit également être possible de limiter l’accès et de filtrer les personnes souhaitant entrer dans l’enceinte de l’hôpital. Le PC sécurité est donc situé très en amont pour qu’il puisse agir rapidement et quotidiennement dans la régulation des flux.

Polyprogramme – Programme Général

38/347

Un hall point de départ des grandes circulations
Ce Hall sera un point de rencontre et de croisement des circulations, il permettra d’articuler les grandes fonctions du nouvel hôpital et constituera un point de convergence des circulations horizontales. Il offrira une lecture d’ensemble du fonctionnement du site et facilitera l’orientation du public et des visiteurs. Il distribuera en particulier : - la rue des consultations qui donnera accès à l’ensemble des secteurs de consultations, la liaison vers les urgences pour les patients se présentant à pied ; la liaison vers la salle de naissance pour les femmes arrivant à pied.

Tableau de surface
Accès, admissions et frais de séjour
Hall Hall Bureaux ouverts au public Attente (20 pers.) Sanitaire publics Boxes admissions Reprographie Caisses consultations Bureau de gestion de la caisse Bureaux réservés au personnel Standard État civil Régisseur Contentieux Bureau coordinatrice Gestion Consultation externes Classement Reprographie Salle de réunion (10 pers. ) Détente PC sécurité Sas Central de surveillance Local technique Vestiaire Détente pm 1 2 8 1 4 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 40 20 6 5 6 12 12 12 12 12 10 50 40 5 5 20 16 2 15 5 12 12 40 40 48 5 24 12 12 12 12 12 10 50 40 5 5 20 16 2 15 5 12 12 409

409

Polyprogramme – Programme Général

39/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

40/347

Description détaillée des locaux
Parvis
Le futur hôpital devra être un équipement majeur dans la composition du quartier. Il reflétera également le souci d’une proximité et d’un partenariat entre l’institution hospitalière et la ville au sens large. Les cheminements d’approche, l’aménagement des espaces publics et l’ouverture de la façade permettront d’établir un rapport étroit entre l’intérieur du bâtiment et les espaces publics. Dans sa vision proche, l’hôpital offrira l’image d’un équipement ouvert, accueillant et à l’échelle humaine. Sans forcément dessiner une place, il doit être proposé un espace urbain extérieur suffisamment important. Le bâtiment devra présenter une façade publique qui offre une transparence sur les espaces intérieurs d’accueil. Les usagers comprendront ainsi dès l’abord du bâtiment le fonctionnement de l’accueil et se dirigeront vers ces lieux aisément perceptibles. Une part non négligeable des patients viendra en véhicule individuel. Ils sont accompagnés par leur famille ou en taxi. Une Aire de Dépose sera prévue en extérieur. Elle permettra de stationner trois véhicules les uns derrière les autres, en face de l’entrée du bâtiment, et sans gêner les entrées et sorties des piétons, c’est-à-dire avec une surface de dégagement suffisante pour laisser passer les flux piétonniers. Le nivellement de la bordure le long de la dépose minute autorisera les descentes de chaises roulantes sans rupture. Les stationnements pour les transports en commun seront prévus le long de la rue.

Hall
Accès hôpital et hall d’accueil La première impression est fondamentale et l’architecture aura une première mission : aider à surmonter son angoisse, montrer l’hôpital comme un lieu de vie. Les cheminements d’arrivée prendront en compte les flux principaux qui sont le point de dépose des véhicules devant le bâtiment, le point de montée vers l’étage, le branchement sur la rue des consultations, l’accès vers le reste de l’hôpital qui est également filtré. Un nombre très important de personnes traversera ce secteur pour accéder à l’ensemble des services de l’hôpital. Ces flux ne devront pas perturber les activités qui se déroulent dans l’accueil, ni rendre le secteur trop impersonnel par une ambiance uniquement de circulation. Il sera l’unique point d’entrée pour les patients et les visiteurs. Le hall sera un volume d’un seul tenant et au contact direct du domaine public. La surface n’est pas identifiée dans le tableau de surface. Elle est à construire en mobilisant des surfaces dans œuvre de circulation générale selon le parti de circulation. Le hall peut être constitué de surfaces fermées, de surfaces couvertes et de patios. Il sera un espace de transition entre le domaine public et des espaces d’accueil du public ou des locaux de travail. Il sera traversant, et permettra par conséquent de rejoindre le plateau technique et les espaces extérieurs internes.

Polyprogramme – Programme Général

41/347

Ce hall sera la prolongation naturelle du domaine public. Il constituera ainsi, pendant les périodes d’ouverture du bâtiment, un espace public connexe. On s’y croisera, on s’y attendra ou l’on viendra prendre contact avec les services de l’hôpital. L’ambiance générale y sera animée et active à l’image du dynamisme et de la vie de l’établissement. Ainsi, l’inquiétude habituelle, les angoisses liées à l’hôpital ne seront pas sensibles. L’hôpital c’est aussi une plateforme technologique où chacun, bien portants ou malades, peut venir bénéficier d’une exploration et d’un diagnostic. Ce volume possédera une hauteur sous plafond en rapport avec ces dimensions et avec la noblesse de l’espace. Il pourra donc être partiellement, et dans la mesure où cela n’empiète pas trop les surfaces disponibles à l’étage supérieur, ouvert sur le niveau supérieur, tel un Forum. La lumière et les vues seront organisées de manière à ménager de grandes percées visuelles d’un côté vers le domaine public, et de l’autre côté vers les espaces extérieurs qu’offrira l’aménagement du site. Afin de constituer un espace de qualité, les concepteurs pourront proposer des aménagements tels un Jardin dans un patio adjacent, à condition qu’il ne suscite pas les dégradations et que son entretien soit aisé. Une présence humaine et une vue par du personnel en place (accueil, traitement administratif) pourront être dissuasives. La surface de cet aménagement est laissée à l’appréciation des concepteurs en fonction de leur parti de circulation et de leur choix d’aménagement. La présence d’éléments paysagers pourra être soit concentrée sur un point, pour en faire un élément fort, orientant les regards, soit diffuse dans l’ensemble du dispositif d’accueil, pour créer une tonalité générale dans le décor. Les concepteurs seront particulièrement vigilants à la maîtrise des effets du rayonnement solaire dans cette partie. On prévoira à proximité de cet éventuel jardin des bancs et des assises afin que les visiteurs ou les personnels puissent venir se reposer ou prendre une courte pause. Des dispositifs d’information seront installés dans le Hall. Il s’agira uniquement de supports numériques. Des écrans plats de grande dimension (1 mètre de diagonale, non compris dans la prestation) diffuseront des informations générales sur l’hôpital. Ces écrans seront pilotés depuis la banque d’accueil (décrite plus loin). Ils seront bien évidemment mis en valeur en étant, par exemple, suspendus, regroupés en arc de cercle, etc. Ils participeront pleinement au décor et à l’animation du Hall. On disposera donc sur les ordinateurs qui pilotent ces écrans d’un renvoi sélectif des informations sur l’activité de l’HUEH qui fournira ainsi une information traduite dans des schémas parlant pour les visiteurs. Après avoir franchi le contrôle d’accès, sous responsabilité du PC de sécurité, tous les visiteurs passeront devant la Banque d’Accueil (comprise dans la prestation) installée dans le hall qui sera le premier point de contact humain dans le bâtiment. Le départ des circulations se situera à la vue de la banque d’accueil et de ses agents qui pourront, par exemple, accompagner du regard un visiteur. Ce premier accueil sera considéré comme un contact avancé où le public pourra trouver, au-delà d’une orientation générale des visiteurs, des éléments de réponse sur des sujets généraux, des formulaires administratifs et des formulaires de contact avec les services.

Polyprogramme – Programme Général

42/347

Le personnel devra pouvoir désigner directement les accès vers les services administratifs, et vers les secteurs de consultations. Cette facilité permettra aux visiteurs d’appréhender directement l’orientation dans le bâtiment et aux agents de les accompagner visuellement, ce qui est toujours rassurant pour le visiteur. Les gens seront reçus debout pour fluidifier l’accueil et ne pas créer d’attente. Le personnel sera installé derrière un comptoir qui comprendra deux postes de travail largement dimensionnés, permettant, les jours de forte affluence, d’installer un troisième poste. Chacun des agents d’accueil disposera d’un poste de travail informatique muni d’un écran plat qui sera intégré dans la banque. On évitera ainsi tout échauffement du meuble et on limitera le volume de celui-ci. Une des positions de la banque sera surbaissée de manière à pouvoir renseigner des personnes à mobilité réduite en fauteuil roulant ou des enfants. Les deux postes d’accueil seront séparés, du côté des visiteurs, par des cloisonnettes permettant de respecter la confidentialité des propos échangés. L’éclairage rendra possible la lecture de documents et le remplissage des formulaires. À proximité de la banque, seront disposés des présentoirs (inclus dans la prestation) sur lesquels le public pourra retirer des brochures de communication sur l’organisation générale de l’hôpital, sur les différents services représentés, sur les opérations de santé publique, sur certains actes pratiqués dans l’établissement. Ces aménagements autour de la banque d’accueil seront complétés par un espace attente composé d’une dizaine de sièges bas fixé au sol (compris dans la prestation). Les visiteurs en rendez-vous, que l’on vient chercher à l’accueil, et les mandants, qui patientent dans les moments d’affluence, pourront s’y installer. Sur le plan technique, le Hall disposera des arrivées pour l’alimentation en courants forts et faibles de la banque d’accueil, des écrans plats, des prises nécessaires au nettoyage du hall (une tous les 10 mètres, en périphérie). Les matériaux de sol, de faux plafond et les revêtements de mur définiront un décor de qualité sans luxe surabondant. Ils créeront un volume sonore dont la tonalité claire participera d’une impression de mouvement, d’activité et de vie. On veillera néanmoins à ne pas dépasser un temps de réverbération de 1,1 ± 0,1 s. Ils seront choisis pour leur résistance aux usages intensifs et aux dégradations.

Bureaux ouverts au public
Le circuit d’accueil des patients débutera par une procédure administrative consistant à inscrire l’intéressé. De la même façon, une sortie d’hospitalisation nécessite des règlements qui doivent être faits préalablement au départ. Il est donc essentiel que le service en charge de ces procédures soit situé sur le parcours des patients et ne nécessite pas de leur part un circuit particulier ou un effort de recherche. L’accès se fera par une d’attente ouverte sur les circulations. Le personnel des boxes aura ainsi une vue sur l’attente. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera une vingtaine de sièges bas, trois tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux enfants la possibilité de regarder la télévision.
Polyprogramme – Programme Général 43/347

une structure d’évolution. Le sol sera revêtu d’un matériau souple amortissant assurant le confort des enfants qui jouent à terre. Ce sol devra également être compatible avec une bonne asepsie des lieux ; ainsi la pose de moquette sera proscrite. Deux sanitaires du public sont accessibles depuis le hall et seront situés de manière à être facilement ventilés. Chaque bloc est équipé de trois cabines dont une pour les PMR. Les deux blocs sont desservis par un couloir technique donnant accès à l’ensemble des chasses. Ils sont équipés d’une cuvette surélevée et suspendue accessible aux handicapés, de deux barres d’appui et de transfert rétractables, d’un distributeur de papier hygiénique et de protège lunette, d’un distributeur de savon, d’un lavabo avec des robinets à bouton-poussoir. De plus, on trouve un sèche-mains à déclenchement automatique. On y proscrira les faux plafonds démontables. Les réservoirs de chasse sont encastrés, les cuvettes de sanitaire sont scellées au mur. On choisira le matériel de façon à empêcher toute dissimulation d'objets dans ou derrière les appareillages. Une partie publique sera organisée en 14 boxes de réception des patients, organisés autour de l’espace d’attente commun équipé de sanitaires (8 boxes pour les admissions et 6 boxes pou les caisses consultations). Chaque box sera ouvert avec un large plan de travail permettant au patient de poser ses affaires et de sortir les pièces administratives demandées, tout en restant debout. Le poste informatique de chaque agent sera muni d’un écran plat intégré au plan de travail pour faciliter les échanges avec les personnes. Deux des banques seront surbaissés de manière à pouvoir renseigner des personnes à mobilité réduite en chaise roulante ou des enfants. La partie arrière des boxes sera inaccessible aux visiteurs, organisée en une circulation privée rejoignant la partie privée du service (voir plus loin). Un Local reprographie est prévu pour accueillir le matériel de photocopie et d’impression de proximité. Un photocopieur sera dédié à l’équipe du secteur. Ce local est équipé d’étagères toute hauteur sur l’un des murs pour le stock papier et fournitures. Il est aussi meublé d’une petite table d’assemblage et de reliure. Il est ventilé en fonction du dégagement calorifique d’un photocopieur de moyenne capacité. Il faut prévoir que cette machine sera reliée au réseau informatique et qu’elle puisse à terme servir d’imprimante et d’appareil à numériser. La pièce peut être aveugle. Un bureau sera individualisé. Il est réservé à la personne responsable de la gestion de la caisse. Il ouvre sur l’espace d’attente et sur l’espace de l’arrière boxe. Le responsable peut ainsi recevoir en privé un patient ou son accompagnant nécessitant une prise en charge administrative plus complexe.

Bureaux réservés au personnel
Une partie plus privée (accessibilité contrôlée) sera constituée par les bureaux des personnels ne recevant pas de visiteur ou uniquement sur rendez-vous. Un premier local sera voisin de la banque d’accueil. Il s’agit du standard. Il communiquera avec l’arrière du comptoir. La porte d’accès sera sécurisée.

Polyprogramme – Programme Général

44/347

Deux agents seront installés dans ce standard qui est équipé selon les principes d’aménagement des espaces tertiaires. On sera vigilant sur la qualité acoustique de ce volume et l’on veillera à la bonne isolation du reste des espaces et de l’animation du hall en particulier. L’état civil regroupera deux personnes détachées de l’administration qui passent dans les chambres de la maternité pour effectuer les enregistrements de naissance, les actes de décès et délivrer les certificats réglementaires. Ces personnes ne reçoivent pas a priori dans leurs bureaux. Un bureau individuel est destiné au régisseur. Il est équipé d’un poste informatique et d’un coffre pour la mise en sûreté des valeurs. Le bureau du contentieux a pour vocation de relancer les personnes n’ayant pas acquitté les frais liés à un séjour ou des examens. Celles-ci seront convoquées en entretien pour examiner la situation et trouver une solution satisfaisante. Le bureau pourra par conséquent recevoir des visiteurs, mais uniquement sur rendez-vous. Le bureau de la coordinatrice est un espace tertiaire prévu pour une personne. Six agents de gestion seront regroupés sur un plateau tertiaire ouvert. La distribution des points d’accès en courants forts et faibles pourra être réalisée sur le pourtour de la pièce. L’aménagement de cet espace permettra deux niveaux d’appréhension. Debout, le regard peut balayer tout l’espace et bénéficier d’un volume de grande qualité. Assis, l’agent est dans son poste de travail et peut se concentrer sur son travail. On sera attentif à la qualité du traitement acoustique, en évitant en particulier les propagations transversales du son, et à la qualité de l’éclairage qui pourra être modulé par zone et sur la circulation. Un autre plateau regroupe cinq personnes qui sont chargées de la gestion des consultations externes. Le même principe de distribution pourra être adopté que précédemment. Cet espace sera contigu au plateau de gestion et pourra constituer à terme un seul et même volume. Un Local reprographie est prévu pour accueillir le matériel de photocopie et d’impression de proximité. Un photocopieur sera dédié à l’équipe du secteur. Ce local est équipé d’étagères toute hauteur sur l’un des murs pour le stock papier et fournitures. Il est aussi meublé d’une petite table d’assemblage et de reliure. Il est ventilé en fonction du dégagement calorifique d’un photocopieur de moyenne capacité. Il faut prévoir que cette machine sera reliée au réseau informatique et qu’elle puisse à terme servir d’imprimante et d’appareil à numériser. La pièce peut être aveugle. La salle de réunion est prévue pour le service et permet d’accueillir 10 personnes en configuration autour d’une table. Elle sera équipée d’un tableau blanc ainsi que d’un écran de projection rétractable et comportera des armoires de rangement pour le matériel. Une structure pour l’installation d’un appareil de projection vidéo sera installée au plafond de la salle. Ce dernier sera commandé via des interrupteurs muraux. Tout poteau ou tout élément de structure apparent sont à proscrire afin que chaque point de la pièce puisse être visible.

Polyprogramme – Programme Général

45/347

Un dispositif de protection doit limiter les effets du rayonnement solaire sur les baies vitrées. La salle est partiellement ou totalement occultable en cas de projection d’images. On veillera à la simplicité de mise en œuvre de ces dispositifs et à leur résistance à l’usure. L'éclairage artificiel assure une lumière uniforme sur la table centrale de réunion. L’éclairage est renforcé sur le tableau. Sur le plan de la qualité acoustique, le temps de réverbération offre une ambiance acoustique de qualité. Il doit permettre à la voix de l’exposant de porter sans que des bruits d’ambiance ne l’obligent à élever le ton. Une attention toute particulière sera apportée à l’isolation acoustique des cloisons. Une salle de détente pour le personnel se compose de 6 places assises dans des canapés et des fauteuils. On y trouve différentes revues, journaux, plaquettes d’informations. Au centre, des tables basses permettent de consulter certains dossiers avec d’autres collègues. La salle est équipée avec un plan de travail et un évier. Les prises sont prévues pour le branchement d’un réfrigérateur, d’un micro-onde et d’une cafetière.

PC sécurité
Le PC sécurité est un élément central dans la surveillance de l’hôpital tant sur le plan anti-malveillance que pour ce qui concerne les alarmes de sécurité incendie. Les alarmes de sécurisation des accès des bâtiments et des espaces extérieurs et les alarmes de la sécurité incendie sont centralisées dans ce centre. On assurera une vue directe du PC sur le hall et la possibilité d’une intervention rapide. De plus, le PC aura la mission de réguler les accès aux urgences. L’accès dans le PC est sous contrôle vidéo et ne peut être ouvert qu’à l’aide d’un code. Cet ensemble doit être rendu autonome sur le plan de son alimentation électrique et du traitement de l’air, qui est climatisé. Un sas est prévu pour l’accès à cet ensemble. La centrale des alarmes et de surveillance est en fait une salle qui est installée sur faux plancher. Elle centralise les images venant des caméras de surveillance. Les images seront affichées sur des moniteurs couleur de grandes dimensions, disposés en mur d’image. Un regroupement des images de plusieurs caméras, avec affichage cyclique ou mosaïque, au choix des opérateurs, sera fait, sur chacun des moniteurs du mur d’image, selon une logique des lieux : par type d’espaces, pour le bâtiment les caméras contrôlant les issues, caméras de la caisse centrale, caméras des espaces intérieurs, etc. Le PC n’a pas de responsabilité sur les patients. Sa mission est uniquement tournée vers les actes de malveillance et les alarmes incendie. La description du système de surveillance anti-malveillance est donnée pour mémoire et constitue un minimum. L’ensemble de la prestation, étant liée à la configuration du bâtiment, est dû au titre du marché de construction. Le nombre de caméra sera de 15 points de prise de vue avec au moins : une vue sur le hall et l’entrée principale ; une vue sur les accès au parc de stationnement ; des vues sur les stationnements ; des vues sur les couloirs desservant les vestiaires du personnel ; une vue sur l’accès urgence (barrière extérieure) ;

Polyprogramme – Programme Général

46/347

-

une vue sur les entrées aux urgences ; une vue sur les aires de livraison ; une vue sur l’entrée dans la pharmacie ; une vue sur les paliers d’obstétrique (en cas d’enlèvement de nouveaux nés) ; une vue sur l’entrée de la salle informatique ; une vue sur toutes les sorties de secours…

Le nombre exact de moniteurs du mur d’image sera guidé par le souci de réduire les cycles d’affichage, et donc de limiter le nombre de caméras regroupées sur un même moniteur. On considère un maximum de six à huit caméras par moniteur, selon le sujet (par exemple on peut aller à huit pour les issues de secours, mais on ne dépassera pas six pour des points sensibles comme les accès principaux). L’opérateur peut figer un moniteur sur l’une des caméras, à son gré. Deux moniteurs supplémentaires seront paramétrables, sur action des opérateurs, qui souhaitent exercer une surveillance plus particulière sur tel ou tel point qu’ils estiment devenir sensibles, selon les heures du jour ou en fonction d’événements particuliers. Un moniteur sera dédié à l’affichage des images prioritaires provenant de caméras munies d’une détection de mouvements. En première approche, on peut estimer le nombre d’écran à 4. En face du mur d’image, un pupitre opérateurs, à deux positions, permet le monitoring de telle ou telle caméra, ou l’affichage en duplicata de l’un quelconque des circuits d’image, et sur un second moniteur, l’affichage des alertes automatiques. Le recul entre le mur et le poste de monitoring est au minimum de 2 mètres. Le mur d’écran de contrôle est ventilé par le faux plancher. La convection de l’air est améliorée par la mise en dépression du meuble contenant les écrans de contrôle. Les images des caméras ne sont pas enregistrées de façon continue mais sur incident. Ces images seront conservées sur des mémoires de masse, de capacité adaptée. On pourra prélever certaines séquences d’images et les reporters sur un support CD, non modifiable, dans le cas de scènes devant être conservées pour garder la trace d’un incident susceptible de donner lieu à enquête interne ou judiciaire. L’accès aux images sera protégé par un système de doubles autorisations, codées, en accord avec les prescriptions des autorités en matière de protection de la vie privée. Le local technique est attenant. Il regroupe l’ensemble des unités centrales pilotant les caméras et enregistrant les images. Installé sur faux plancher, il bénéficie également d’une climatisation par le faux plancher et distribuée dans la baie. Il comporte une baie dégager sur son pourtour pour les interventions de maintenance et de remplacement. Les agents ont à leur disposition un vestiaire et une détente où ils peuvent prendre leur pause, boire un café, lire un journal ou simplement se détendre. Ils trouvent dans cette salle un évier, un plan de travail avec un four à micro-ondes et un placard pour le rangement de leur vaisselle et denrées. Cet espace est équipé d’une ventilation renforcée de manière à éviter toute propagation des odeurs de cuisine ou de tabac dans le reste des locaux. Deux cabines vestiaires avec douches et sanitaires y sont installées. Ils comprennent, classiquement, une zone déshabillage et des armoires vestiaires.

Polyprogramme – Programme Général

47/347

Consultations
Organisation générale
Les consultations sont le point d’entrée principal, avec les urgences, dans l’hôpital. Il sera réalisé plus de 200 000 consultations par an soit entre 900 et 1 200 par jour. C’est donc une évidence de dire que la qualité d’accueil, d’orientation et des espaces est un enjeu essentiel pour la future structure. Les patients et les utilisateurs forgeront leur opinion sur le bâtiment et les équipes après ce premier contact. C’est parce qu’ils trouveront facilement le lieu de rendez-vous, parce que les espaces de consultation renverront une image positive et sereine, parce que les équipes soignantes auront su être à l’écoute dans ces premiers moments passés à l’hôpital qu’ils répercuteront leur satisfaction auprès de leur proche, de leur relation ou de leur voisin. Il est donc juste de dire que les consultations seront la vitrine de l’HUEH. Le principe retenu est de scinder les consultations en quatre secteurs pour éviter tout effet de concentration néfaste pour la gestion des flux et la qualité de l’attente. Quatre plots sont ainsi constitués chaque plot étant desservi par un poste de soins unique. Les plots ne sont pas uniquement constitués de consultations, mais ils sont intégralement destinés à des activités ambulatoires. Un autre enjeu majeur réside dans la bonne organisation des consultations et dans l’optimisation de leur fonctionnement. En effet, la très forte fréquentation des espaces de consultation signifie qu’un manque d’efficience aurait des incidences très importantes sur les comptes d’exploitation de l’hôpital. Les équipes médicales et soignantes ont apporté leur plein soutien à la centralisation des consultations et à leur positionnement sur le rez-de-chaussée en amont des accès au site. Néanmoins, l’attention des concepteurs est attirée sur la notion de cohérence des filières qui permettra de mettre en relation aisée les différents secteurs sur lesquels médecins et soignants seront amenés à intervenir. La notion de qualité de l’accueil a été couplée avec celle de filière de soins et de cohérence du parcours soignant. Une circulation générale doit desservir l’ensemble des secteurs de consultation et plus largement les secteurs ambulatoires. Cette circulation a été dénommée la rue des consultations. Chaque secteur de consultations est connecté à cette rue qui par ailleurs offre des secteurs d’attente. On y déambule dans un cadre agréable qui donne de la lisibilité à l’échelle de l’ensemble des plots de consultations. A priori, il y a peu de circulation de patients couchés dans cette circulation. Néanmoins certains patients en chaise ou en brancard viennent en consultation externe. Ils sont alors déposés par les ambulanciers à l’intérieur du site. Les espaces d’attente notamment ont été rapprochés pour permettre une plus grande souplesse d’occupation, tout en ménageant les voisinages des différentes disciplines, quelquefois délicats.

Polyprogramme – Programme Général

48/347

Tableau de surface
Consultations
Centre de prélèvements et de soins infirmiers
Attente 10 pers. Bureau accueil et gestion Salle de prélèvements Électrocardiogramme 1 1 4 1 15 12 8 8 15 12 32 8 429 1 1 1 2 1 2 4 4 1 1 1 3 1 2 1 2 6 12 12 9 4 30 4 14 14 14 12 15 14 23 4 20 10 14 12 12 9 8 30 8 56 56 14 12 15 42 23 8 20 20 84 330 67

1 933

Secteur médecine
Accueil de proximité Accueil Secrétariat médical Attente 6 pers. Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Consultation de médecine Attente 20 pers. Sanitaire publics (1 PMR par bloc) Unité médecine Salle de consultations Soins externes Salle EFR Unité dermatologie Accueil Attente 10 pers. Salle de consultations dermatologie Prise en charge HIV Attente 15 pers. Sanitaire publics (1 PMR par bloc) Bureau de la statistique Dispensation Salle de consultations

Secteur Chirurgie et Anesthésie
Consultations Accueil de proximité Accueil Secrétariat médical Attente 6 pers. Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Consultations d'Anesthésie Attente 3 pers. Salle de consultations Consultations de Chirurgie Générale Attente 6 pers. Salle de consultations Soins externes Consultations de Chirurgie Orthopédique Attente 6 pers. Salle de consultations Salle de plâtres Explorations urodynamiques Attente (4 pers.) Urologie dynamique

1 1 1 2 1 1 1 4 2 1 3 1 1 1

12 12 9 4 8 14 12 14 14 9 14 18 8 18

12 12 9 8 8 14 12 56 28 9 42 18 8 18

Locaux communs (avec le centre de prélèvement et la chirurgie ambulatoire ) Logistique Réserves produits et matériels 1 Matériel médical (fauteuils, équipements…) 1 Déchets 1 Vidoir - Lave-bassin 1 Ménage 1 Locaux du personnel Détente 1 Sanitaire 2 Vestiaire 1

12 10 12 4 6 12 4 12

12 10 12 4 6 12 8 12

Polyprogramme – Programme Général

49/347

Secteur Mères-Enfants
Accueil patients Banque d'accueil (2 postes) Classements des dossiers en cours (50 ml) Secrétariat Reprographie Sanitaire publics Consultation de pédiatrie Accueil de proximité Accueil Secrétariat médical Attente 6 pers. Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Consultations Attente 15 pers. Aire de jeux Sanitaire enfants et change Salle de consultations Consultation de gynéco-obstétrique Attente 20 pers. Salle de consultations Salle de consultations sages-femmes Salle de préparation à la naissance Salle surveillance de fin de grossesse Echographies Colposcopie Décontamination Réserve équipements médicaux (8 équipements) Vestiaire Protection Maternelle et Infantile Secrétariat/ accueil Attente 6 pers. Boxes consultations gynécologiques Bureau planification familiale Locaux communs Logistique Réserves produits et matériels Matériel médical (fauteuils, équipements…) Déchets Vidoir Ménage Locaux du personnel Détente Sanitaire Vestiaire 1 1 1 1 2 12 13 12 5 4 12 13 12 5 8

560

1 1 1 2 1 1 2 4 1 6 1 1 1 2 1 1 1 2 1 1 1 1

12 16 9 4 23 10 6 14 30 14 14 20 20 14 18 12 12 4 12 9 14 12

12 16 9 8 23 10 12 56 30 84 14 20 20 28 18 12 12 8 12 9 14 12

1 1 1 1 1 1 2 1

12 10 8 4 6 12 4 12

12 10 8 4 6 12 8 12

Polyprogramme – Programme Général

50/347

Secteur spécialitées
Accueil de proximité Accueil Secrétariat Médical Attente 6 pers. Attente couchée 2 places Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Salle de soins post-opératoire et d'urgence Consultations Ophtalmologie Attente 8 pers. Salle d'orthoptie Accueil - attente Attente - dilatation rétinienne (15 pers.) Diagnostic Salle d'angiographie (2 boxes) Salle d'examen ophtalmologique (4) Laser Lunetterie Fabrication de lunette avec guichet Consultations Stomatologie-Odontologie Attente 8 pers. Salle fauteuil dentisterie Salle de prothèse (2 postes) Réserve Consultations ORL Accueil - attente Attente 8 pers. Sanitaire Salle de consultations Explorations fonctionnelles Salle d'examen au microscope (pose yoyo…) Salle de fibroscopies (y compris sas) Cabine d'audiométrie Locaux communs Logistique Reserve Vidoir Local ménage Locaux du personnel Détente Sanitaire Vestiaire 1 1 1 1 2 2 1 2 1 1 1 1 1 1 2 1 1 12 24 9 4 4 12 12 14 20 30 20 18 12 12 12 18 10 12 24 9 4 8 24 12 28 20 30 20 18 12 12 24 18 10

424

1 2 2 1 1 1

12 4 14 16 16 5

12 8 28 16 16 5

1 1 1 1 2 1

12 4 6 12 4 12

12 4 6 12 8 12 123

Santé communautaire
Accueil Accueil Éducation Salle d'éducation (20 places) Tertiaire Chef de service Bureau 1 2 1 3 15 30 12 12 15 60 12 36

Polyprogramme – Programme Général

51/347

Description détaillée des locaux
Afin d’alléger la rédaction de cette partie, les descriptions détaillées des espaces ne seront pas systématiquement reprises. Nous décrirons une fois le cabinet de consultation, le secrétariat médical, l’attente et nous ferons état par secteur uniquement des spécificités.

Centre de prélèvements
Une salle d’attente accueillera 10 places assises intégrées aux circulations principales. Pour des raisons de souplesse d’utilisation, d’accueil et de surveillance, elle sera largement ouverte sur les espaces de circulation. En tant qu’espace d’entrée, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera environ dix sièges, deux tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. Un bureau d’accueil et de gestion vérifie pour chaque patient que le circuit d’inscription a bien été effectué. Les quatre salles de prélèvements seront utilisées par les différentes consultations. Elles seront situées près de l’accueil, au cœur du secteur de la consultation. Les quatre salles seront adjacentes et seront organisées selon le même schéma. Chaque salle sera équipée d’un fauteuil confortable pouvant être partiellement allongé, placé de telle façon que l’infirmière puisse tourner autour, au moins sur trois côtés, d’une paillasse et d’un placard mural haut pour ranger des accessoires courants. Un lave-mains sera intégré dans la paillasse. Il sera alimenté en eau chaude et froide. Il sera possible de faire couler l’eau par commande au coude. Le dispositif de lavage des mains sera conforme aux règles d’asepsie des hôpitaux. Le sol de ces salles résistera aux attaques chimiques (U3P3E3C3). L’éclairage permettra d’effectuer des gestes de précision dans de bonnes conditions. Au sein de chaque salle, des plafonniers diffuseront une lumière homogène. Une lampe haute montée sur roulettes renforcera l’éclairage en direction du fauteuil. Un dispositif complémentaire renforcera l’éclairage de l’évier et de la paillasse. Les salles proposeront un décor dynamique et égayé, avec des éléments pour distraire les patients du prélèvement. Une vue vers l’extérieur peut être intéressante si par ailleurs aucune vue gênante n’est possible depuis l’extérieur sur ces espaces. Une salle d’électrocardiogramme est destinée à recevoir les appareils de mesure de l’activité cardiaque. Elle sera aménagée autour de la table d’examen avec une paillasse sèche. Le secteur s’appuie sur le poste de soins du secteur chirurgie et d’anesthésie.

Polyprogramme – Programme Général

52/347

Secteur médecine
Cet ensemble sera organisé à partir d’un accueil de proximité commun à deux secteurs de consultations regroupant 17 boxes de consultations et de soins. Ces espaces de consultation sont situés dans la filière médecine et cancérologie. Schéma de fonctionnement

Secteur  médecine
Unité  médecine
Salle EFR
14  m2

Salle  de consultations
4  x  14  m2

Soins externes
4  x  14  m2

Prise  en  charge Dispensation  HIV
2  x  10  m2

Consultation  de  médecine
Attente   20  personnes
30  m2

Unité  dermatologie
Accueil
12  m2

Salle  de consultations
6  x  14  m2

Attente 15  personnes  
23  m2  2  x  4  m2

Sanit. 2 2 4  m

4  m

Salle  de   Attente consultations 10  personnes   dermatologie
15  m2 3  x  14  m2

Bureau  de  la   statistique
20  m2

4  m  2  x  4  m2

Sanit. 2 2 4  m

Accueil  de  proximité
Secrétariat médical
 2  x  4  m2

Sanit. 2 2 4  m

4  m

Attente 6  personnes  
9  m2

12  m2

Accueil
12  m2

Attente   6  personnes

Hall d'accueil

Accueil de proximité Si les locaux des différents secteurs présentent la même typologie de surfaces et les mêmes principes d’organisation, il est souhaitable les secteurs puisse bénéficier d’une charte de couleur et de décoration spécifique permettant d’aider au repérage des patients. L’entrée de ce secteur sera constituée d’un accueil spécifique qui sera partagé avec la banque du sang.

Polyprogramme – Programme Général

53/347

Cet accueil sera organisé avec un comptoir ouvert sur la longueur du local (3 m mini) comportant deux positions d’accueil dont une surbaissée. L’accueil assurera l’orientation et la prise en charge administrative du patient. Une vue directe vers l’espace d’accueil spécifique de six places sera indispensable pour assurer l’ensemble des missions d’accueil et d’orientation. Cette liaison visuelle sera garante du bon déroulement et du calme des attentes, les patients étant toujours rassurés par la présence du personnel. Le poste permettra ainsi de produire les fiches de circulation, d’encaisser le prix des consultations et de produire les reçus, en plus des missions d’orientation vers les salles de consultation et/ou le centre de prélèvement. À l’arrière de la banque seront disposés des rangements pour les dossiers en cours. Les ordinateurs seront intégrés à la banque permettant le soir de laisser le local ouvert et d’intégrer le matériel sensible dans un dispositif mobilier fermé à clef. Immédiatement attenant et en communication directe avec l’espace de travail se trouvera le secrétariat médical en charge des comptes rendus des consultations effectuées dans le secteur. Tous les bureaux seront aménagés selon le même standard. Le secrétariat comportera deux postes de travail équipés d’un ordinateur connecté au réseau. Deux sièges disposés devant chaque bureau permettront de recevoir les visiteurs. Des étagères murales seront disposées le long d’un mur pour le classement des dossiers courants. L’éclairage sera assuré par un plafonnier diffusant une lumière homogène indirecte et une lampe de travail sera posée sur le bureau. L’accès se fera par une d’attente ouverte sur les circulations. Le personnel du service aura ainsi une vue sur l’attente et pourra à tout moment tenir les patients informés. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera six sièges bas, deux tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. Il sera possible d’installer un poste de télévision (point électrique et réseau haut). Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Les sanitaires seront positionnés de manière à pouvoir être aéré naturellement. • Consultation de médecine Cet ensemble sera composé de deux unités à partir d’un espace d’attente commun de 20 places. L’attente générale des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera vingt places assises, en liaison directe et contiguïté des boxes de consultations. Le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux patients la possibilité de regarder la télévision. Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Les sanitaires seront positionnés de manière à pouvoir être aéré naturellement. · Unité de médecine Quatre salles de consultation constitueront le centre des activités de consultation de médecine générale. Elles répondront toutes au même schéma d’aménagement.
Polyprogramme – Programme Général 54/347

Chaque salle de consultation et d’examen sera organisée en deux secteurs, l’un réservé à l’examen luimême, et l’autre plus administratif avec un bureau permettant de recevoir le patient et son accompagnant et de ranger quelques dossiers. Un ordinateur sera prévu pour le praticien sur le bureau et connecté au réseau. Deux sièges placés en vis-à-vis du bureau accueilleront les visiteurs. La table d’examen sera localisée de telle sorte que le praticien puisse accéder à deux côtés. La salle bénéficiera d’un éclairement naturel autant que faire se peut, mais cela n’est pas indispensable puisque ces salles ne constituent pas des lieux de travail permanents et un second jour pourra être accepté. Si un éclairement en premier jour est proposé, les concepteurs veilleront bien à ne pas permettre de vue depuis l’extérieur sur l’espace de la salle, tout en autorisant des vues depuis le divan d’examen par exemple vers le ciel ou les éventuelles plantations extérieures. La géométrie de chaque salle sera de préférence assez longiligne, pour permettre de séparer clairement la partie examen de la partie bureau. Par ailleurs, l’accès sera localisé de telle sorte qu’une entrée inopinée dans la pièce ne mette pas les patients dans une situation de gêne. L’accès à la table sera aisé, tant en fauteuil roulant qu’en brancard. Un petit secteur déshabilloir proposera un piège et des patères pour y laisser les vêtements et/ou les appareillages lorsque le patient est handicapé. Le long de l’un des murs, un meuble fermé accueillera tout le matériel et les instruments médicaux. Le haut du meuble constituera un plan de travail lisse où il sera possible de procéder à certaines préparations. Les matériaux choisis assureront une parfaite asepsie des lieux. Un point d’eau avec commande au coude sera encastré dans une paillasse attenante au plan de travail. Il sera alimenté en eau chaude. La dimension des accès à la salle assurera le passage de lits médicaux et de fauteuils roulants. Le sol résistera aux attaques chimiques (U3P3E3C3). Des plafonniers assureront une lumière homogène de 350 lux. Des spots basse tension orientables seront dirigés vers le plan de travail et le point d’eau. Une lampe orientable placée sur roulettes éclairera au besoin la table d’examen. Les quatre de soins externes sont regroupées et mutualisées entre les différentes spécialités. Elles sont similaires aux salles de consultations. Une salle est dédiée aux explorations de type EFR. Elle est similaire aux salles de consultation. · Unité de dermatologie L’unité de dermatologie s’exprime dans l’HUEH principalement qu’au travers de son activité de consultations et de soins. Le choix a donc été fait d’identifier le secteur de consultation et de ne pas le fondre en le mutualisant avec le reste des salles de consultation. Par ailleurs, de manière exceptionnelle, les bureaux des médecins seront également installés à proximité immédiate du secteur de consultations. Il comportera un accueil spécifique lié aux protocoles particuliers de certains soins et aux patients qui supportent quelquefois mal le regard des autres dans le contexte d’une maladie très visible. Il sera occupé par un poste de travail permanent ouvert sur l’espace d’attente. Ce poste d’accueil assure également une permanence téléphonique pour des avis médicaux et des demandes de consultation en urgence. Une attente pour une dizaine de personnes est prévue pour ce secteur.

Polyprogramme – Programme Général

55/347

Trois salles de consultation seront dédiées à la dermatologie. Leur aménagement est spécifique. On y trouve des tables d’examen pour de petites interventions chirurgicales situées à distance des murs de la pièce, scialytique, bistouri électrique, chariot de soins, appareils de cryothérapie, matériel spécifique pour les petites interventions… ces salles nécessitent un éclairage avec la lumière du jour et un traitement de l’air particulier. Le besoin en éclairage pourra en effet être beaucoup plus important pour les examens visuels cutanés. Dans une des salles, le traitement d’air sera en tout l’air neuf pour éviter les contaminations et assurera un ISO 8 dans la salle. • Prise en Charge HIV L’attente de se secteur sera séparée de la circulation afin de respecter l’anonymat. Elle proposera quinze places assises, en liaison directe et contiguïté des boxes de consultations. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux patients la possibilité de regarder la télévision. Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Ils seront positionnés de manière à être ventilés naturellement. Un premier bureau est dédié aux agents réalisant les études statistiques sur les cohortes de patients. C’est un espace tertiaire classique équipé pour installer trois postes informatiques. Deux petits bureaux accueillent les patients qui viennent pour une dispensation de médicament spécifique à la prise en charge de cette pathologie. Ils sont équipés de deux armoires à pharmacie sécurisées et d’un poste informatique. Six salles de consultations seront affectées au secteur et sont similaires aux précédentes.

Polyprogramme – Programme Général

56/347

Secteur Chirurgie et Anesthésie
Schéma de fonctionnement

Consultations • Accueil de proximité L’accueil sera un espace du type tertiaire équipé d’une banque d’accueil. Il sera convivial et largement éclairé. Il sera dédié à l’accueil, l’information, l’orientation et l’attente des patients. L’acoustique de l’espace sera traitée avec soin pour limiter la gêne des personnes en attente et pour garantir une certaine confidentialité lors de l’enregistrement des patients. Cet accueil sera organisé avec un comptoir ouvert sur la longueur du local (3 m mini) comportant deux positions d’accueil dont une surbaissée. Des sièges pourront être installés devant la banque d’accueil pour permettre aux patients de s’asseoir durant leur enregistrement. À l’arrière de la banque seront disposés des rangements pour les dossiers en cours. Les ordinateurs seront intégrés à la banque permettant le soir de laisser le local ouvert et d’intégrer le matériel sensible dans un dispositif mobilier fermé à clef. Un report du standard devra également pouvoir être possible vers la banque d’accueil afin d’assurer des permanences du standard, si besoin.

Polyprogramme – Programme Général

57/347

Le personnel de la banque d’accueil permettra également aux patients de programmer de nouveaux rendez-vous suite à leurs examens. L’accueil avancé devra donc être situé sur le circuit de sortie de ces patients.

Un bureau est dédié à deux postes de secrétariat médical pour la saisie des comptes rendus. Cet espace est situé à proximité immédiate de l’accueil. Il permet l’installation de deux postes de travail informatisés.
L’attente générale des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera six places assises, en liaison directe et contiguïté du secrétariat médical et de l’accueil. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. Les patients auront la possibilité de regarder la télévision. Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Ils seront positionnés de manière à être ventilés naturellement. • Consultations d’anesthésie L’attente de proximité des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera trois places assises, en liaison directe et contiguïté des boxes de consultations. Une salle de consultations sera affectée à l’anesthésie. • Consultations de chirurgie générale L’attente de proximité des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera six places assises, en liaison directe et contiguïté des boxes de consultations. On trouve ici : - quatre salles de consultations identiques aux précédentes ; - et deux salles de soins externes, également identiques aux salles de consultations. • Consultations de chirurgie générale L’attente de proximité des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera six places assises, en liaison directe et contiguïté des boxes de consultations. On trouve ici trois salles de consultations identiques aux précédentes. Une Salle de plâtre sera destinée à la pause des plâtres et à leur retrait. Elle proposera deux places, c’està-dire deux tables dans un système ouvert, ce qui permettra d’adapter son occupation selon les besoins. Il pourra arriver par exemple qu’un patient nécessite une occupation plus grande, pour un plâtre très couvrant. Certains dispositifs seront en effet consommateurs de place (par exemple les plâtres qui prennent toute la longueur du corps pour les colonnes vertébrales). Une paillasse d’environ 3 mètres linéaires avec un large bac d’alimentation en eau offrira le lieu de préparation commun des plâtres. Un système de récupération par filtre des éléments solides sera intégré à ce bac. Il sera alimenté en eau chaude et froide. Il doit être possible d’ouvrir l’eau par déclenchement automatique lors de présentation des mains. Le dispositif de lavage des mains sera conforme aux règles d’asepsie des hôpitaux.

Polyprogramme – Programme Général

58/347

L’éclairage sera assuré par des plafonniers diffusant une lumière homogène. Un dispositif complémentaire renforcera l’éclairage de l’évier et de la paillasse. Les étagères, la paillasse, le sol et les murs résisteront aux attaques chimiques (U3P3E3C3). La porte d’accès au local sera renforcée et munie d’une serrure afin d’éviter toute entrée non autorisée. Toute cette activité étant humide et créatrice de poussière, l’ensemble des revêtements de sol, mur et plafond sera parfaitement lisse et lavable. Les patients y subissent des manipulations quelquefois douloureuses et le bruit ne devra pas être trop amplifié. Pour faciliter leur relaxation, un système de sonorisation permettra de diffuser de la musique et des écrans de diffusion de petits films seront disposés pour être vus depuis les tables. • Explorations urodynamiques L’attente de proximité des explorations sera ouverte sur la circulation et proposera quatre places assises, en liaison directe et contiguïté du box. La salle d’urodynamique accueillera les équipements nécessaires pour la recherche des motifs d’incontinences, de difficultés d’évacuation des urines ou d’envies trop fréquente. Le déroulement d’une séance comprend un entretien médical, mesure du débit urinaire, de la pression urétrale. Le patient est allongé sur un fauteuil d’examen urodynamique. La salle comprend un paillasse humide pour le nettoyage des appareils et un lavabo pour le nettoyage des mains de type hyperaseptique avec commande à coude. Locaux communs • Logistique La réserve produits et matériel sera un local aveugle où nous trouverons des étagères de rangement et des espaces libres pour le stockage de machines ou de palettes. Les étagères de rangements fixés sur le pourtour seront de pas réglables et leur hauteur n‘excédera pas 1,80 m. On préférera une configuration de local de forme oblongue afin de profiter au maximum des espaces de rangements sur les murs, en minimisant les espaces de circulation. Les matériaux des sols et des murs seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Près de la porte, une prise de courants forts permettra de brancher des appareils de nettoyage. La réserve pour le matériel médical sera le lieu de stockage commun des dispositifs ne relevant pas de la pharmacie. Ses murs seront équipés d’étagères mi-hauteur, de largeur relativement importante pour y ranger des éléments volumineux. Le centre de la pièce sera laissé libre pour le rangement des matériels encombrant. Les déchets seront concentrés dans un local pour l’ensemble du secteur des consultations. Ce local est dimensionné pour 5 à 6 containers DASRI, DAOM et linge sale. Il sera en légère dépression. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence. Les murs de ce local seront résistants aux chocs et facilement nettoyables y compris à la vapeur. Le personnel pourra se décontaminer les mains après son intervention dans ce local. Il est climatisé et ventilé sur la base de 6 volumes heure. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs. Un local vidoir - lave bassin sera utilisé pour le nettoyage des bassins et l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre

Polyprogramme – Programme Général

59/347

l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera revêtu d’un revêtement hydrofuge toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Un local ménage sera installé en amont du service pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle. • Locaux du personnel Une salle de détente pour le personnel se compose de 6 places assises dans des fauteuils. On y trouve différentes revues, journaux, plaquettes d’informations. Au centre, des tables basses permettent de consulter certains dossiers avec d’autres collègues. Une kitchenette, équipée d’un évier, d’un four à micro-onde et d’un réfrigérateur est aménagée. Un espace d’information est placé bien en vue. Un tableau blanc est fixé au mur. Les agents y inscrivent des informations à communiquer. Un tableau d’affichage est placé à proximité de ce tableau blanc. Le matériau de sol participe à la description d’une ambiance chaleureuse. Les blocs sanitaires PMR comprenant un sanitaire pour chaque sexe seront prévus pour le personnel. Chaque cabine sera équipée d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un distributeur automatique d’essuie-mains en papier et d’un distributeur de savon. Les sanitaires seront implantés de manière à être ventilés naturellement. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type carrelage. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

60/347

Secteur Mères-Enfants
Ce secteur sera implanté à proximité immédiate de l’hôpital de jour de pédiatrie, avec qui il partage le poste de soins, et sera en liaison aisée avec les urgences pédiatriques. Schéma fonctionnel

Accueil patients Cet ensemble sera situé en amont du secteur des consultations elles-mêmes. Il constituera une étape incontournable avant de se rendre dans les salles de consultation. Une banque d’accueil recevra deux postes fixes de travail et sera aisément repérable. Elle sera occupée par les secrétaires hospitalières qui gèrent les prises de rendez-vous. Ainsi, les familles pourront s’y rendre, soit préalablement à une consultation pour enregistrer leur arrivée, soit pour y prendre un rendez-vous. Cet accueil sera organisé avec un comptoir ouvert sur la longueur du local (4,5 m mini) comportant trois positions d’accueil dont une surbaissée. Des sièges pourront être installés devant la banque d’accueil pour permettre aux patients, des personnes en général relativement âgées, de s’asseoir durant leur enregistrement. À l’arrière de la banque seront disposés des rangements pour les dossiers en cours. Les ordinateurs seront intégrés à la banque permettant le soir de laisser le local ouvert et d’intégrer le matériel sensible dans un dispositif mobilier fermé à clef. Le personnel de la banque d’accueil permettra également aux patients de programmer de nouveaux rendez-vous suite à leurs examens. L’accueil avancé devra donc être situé sur le circuit de sortie de ces patients.

Polyprogramme – Programme Général

61/347

Un local sera destiné au classement des dossiers en cours. Cette salle sera équipée d’étagères murales de six niveaux placées sur le pourtour, d’une table et de quelques chaises au centre pour la consultation et le classement des documents. Elle sera en liaison directe avec l’Accueil. Immédiatement attenant et en communication directe avec l’espace d’accueil se trouvera le secrétariat médical en charge des comptes rendus des consultations effectuées dans le secteur. Le secrétariat comportera deux postes de travail équipés d’un ordinateur connecté au réseau. Des étagères murales seront disposées le long d’un mur pour le classement des dossiers courants. L’éclairage sera assuré par un plafonnier diffusant une lumière homogène indirecte et une lampe de travail sera posée sur le bureau. Un espace de reprographie vient servir le secrétariat. Un espace libre permet de positionner un copieur connecté au réseau (2 prises courants forts et une prise courants faibles). Des étagères murales offrent 5 à 8 ml de classement. Elles sont fixées aux murs et au sol, de niveau réglables, leur hauteur n’excède pas 2 m. Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Consultation de pédiatrie • Accueil de proximité Si les locaux des différents secteurs présentent la même typologie de surfaces et les mêmes principes d’organisation, il est souhaitable que l’ensemble des locaux de pédiatrie puisse bénéficier d’une charte de couleur et de décoration spécifiquement choisie pour la pédiatrie ainsi que d’aménagements adaptés à la taille des enfants (vues vers l’extérieur et vers les différents secteurs à hauteur des yeux d’enfants, marquages au sol et signalétique ludiques, aménagements des espaces d’attente diversifiés). L’entrée de ce secteur sera constituée d’un accueil spécifique à la pédiatrie qui sera partagé avec l’hôpital de jour de pédiatrie. Cet accueil sera organisé avec un comptoir ouvert sur la longueur du local (4,5 m mini) comportant trois positions d’accueil dont une surbaissée. L’accueil assurera l’orientation et la prise en charge administrative complète du patient, y compris le règlement. Une vue directe vers l’espace d’accueil spécifique de cinq places sera indispensable pour assurer l’ensemble des missions d’accueil et d’orientation. Cette liaison visuelle sera garante du bon déroulement et du calme des attentes, les patients étant toujours rassurés par la présence du personnel. Le poste permettra ainsi de produire les fiches de circulation, d’encaisser le prix des consultations et de produire les reçus, en plus des missions d’orientation vers les salles de consultation et/ou le centre de prélèvement. À l’arrière de la banque seront disposés des rangements pour les dossiers en cours. Les ordinateurs seront intégrés à la banque permettant le soir de laisser le local ouvert et d’intégrer le matériel sensible dans un dispositif mobilier fermé à clef. Immédiatement attenant et en communication directe avec l’espace de travail se trouvera le secrétariat médical en charge des comptes rendus des consultations effectuées dans le secteur. L’accès se fera par une d’attente ouverte sur les circulations. Le personnel du service aura ainsi une vue sur l’attente et pourra à tout moment tenir les parents informés.

Polyprogramme – Programme Général

62/347

En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera six sièges bas, deux tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux enfants la possibilité de regarder la télévision. Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Un sas commun sera doté d’un petit sanitaire taille enfant, d’un poste de change et d’un réchauffage des biberons. Ils seront localisés de manière à être naturellement ventilés. • Consultations L’attente générale des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera quinze places assises, en liaison directe et contiguïté de l’espace d’attente précédent. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera des sièges bas, deux tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux enfants la possibilité de regarder la télévision. Une aire de jeux sera aménagée dans le prolongement direct de l’attente, permettant aux adultes de surveiller facilement les jeux des enfants sans être obligés de se lever. Cette aire pourra comporter un revêtement de sol plus souple et amortissant, adapté aux jeux de sol. Une zone, un peu séparée (vitrage par exemple n’obérant pas les vues), proposera des programmes de télévision ciblés pour les enfants sans perturbation pour le reste des personnes qui patientent. Le sol sera revêtu d’un matériau souple amortissant assurant le confort des enfants qui jouent à terre. Ce sol devra également être compatible avec une bonne asepsie des lieux ; ainsi la pose de moquette est proscrite. La délimitation de l’Aire de jeux sera faite par le sol, sans obstacle pour la vision. Les couleurs pourront être en rupture avec le reste des aménagements, tout en restant dans des gammes apaisantes. Deux sanitaires enfant et change seront immédiatement attenants à l’aire de jeux, de part et d’autre de la zone. Chaque bloc sera constitué d’une salle comprenant un lavabo, un petit sanitaire et un plan de change prolongé par une paillasse sèche. Quatre salles de consultation constitueront le centre des activités de consultation pédiatrique. Elles répondront toutes au même schéma d’aménagement. Chaque salle de consultation et d’examen sera organisée en deux secteurs, l’un réservé à l’examen luimême, et l’autre plus administratif avec un bureau permettant de recevoir la famille et de ranger quelques dossiers. Un ordinateur sera prévu pour le praticien sur le bureau et connecté au réseau. Trois sièges placés en vis-à-vis du bureau accueilleront les visiteurs. La table d’examen sera localisée de telle sorte que le praticien puisse accéder à trois côtés. Les fluides médicaux seront prévus à la tête de la table, notamment en cas de malaise du patient. La salle bénéficiera d’un éclairement naturel autant que faire se peut, mais cela n’est pas indispensable puisque ces salles ne constituent pas des lieux de travail permanents et un second jour pourra être accepté. Si un éclairement en premier jour est proposé, les concepteurs veilleront bien à ne pas permettre de vue depuis l’extérieur sur l’espace de la salle, tout en autorisant des vues depuis le divan d’examen par exemple vers le ciel ou les éventuelles plantations extérieures.
Polyprogramme – Programme Général 63/347

La géométrie de chaque salle sera de préférence assez longiligne, pour permettre de séparer clairement la partie examen de la partie bureau. Par ailleurs, l’accès sera localisé de telle sorte qu’une entrée inopinée dans la pièce ne mette pas les enfants dans une situation de gêne (pas de vue directe) de leur intimité. L’accès à la table sera aisé, tant en fauteuil roulant qu’en brancard. Un petit secteur déshabilloir proposera un piège et des patères pour y laisser les vêtements et/ou les appareillages lorsque l’enfant est handicapé. Il pourra être isolé par une petite cloison partielle ou un paravent. Le long de l’un des murs, un meuble fermé accueillera tout le matériel et les instruments médicaux. Le haut du meuble constituera un plan de travail lisse où il sera possible de procéder à certaines préparations. Les matériaux choisis assureront une parfaite asepsie des lieux. Un point d’eau avec commande par détection des mains sera encastré dans une paillasse attenante au plan de travail. Il sera alimenté en eau chaude et froide. La dimension des accès à la salle assurera le passage de lits médicaux et de fauteuils roulants. Le sol résistera aux attaques chimiques (U3P3E3C3). Des plafonniers assureront une lumière homogène de 350 lux. Des spots basse tension orientables seront dirigés vers le plan de travail et le point d’eau. Une lampe orientable placée sur roulettes éclairera au besoin la table d’examen. Consultations de gynéco-obstétrique L’accès se fera par une attente spécifique pour les consultations de gynécologie et les consultations d’obstétrique. En tant qu’espace d’introduction aux consultations, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera une vingtaine de sièges bas, trois tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir la possibilité de regarder la télévision. Les sept salles de consultations répondront toutes au même schéma d’aménagement. Chaque salle de consultation et d’examen sera organisée en deux secteurs, l’un réservé à l’examen luimême, et l’autre plus administratif avec un bureau permettant de recevoir et de s’entretenir avec la patiente, et de ranger quelques dossiers. Un ordinateur sera prévu pour le praticien sur le bureau et connecté au réseau. Deux sièges placés en vis-à-vis du bureau accueilleront les visiteurs. La table d’examen gynéco-obstétrique sera localisée de telle sorte que le praticien puisse accéder à trois côtés. Les fluides médicaux seront prévus à la tête de la table, en cas de malaise du patient. La salle bénéficiera d’un éclairement naturel autant que faire se peut, mais cela n’est pas indispensable puisque ces salles ne constituent pas des lieux de travail permanents. Un second jour sera donc possible. Si le premier jour est proposé, les concepteurs veilleront bien à ne pas permettre des vues vers la pièce depuis l’extérieur. La géométrie de chaque salle sera de préférence assez longiligne, pour permettre de séparer clairement la partie examen de la partie bureau. Par ailleurs, l’accès sera localisé de telle sorte qu’une entrée inopinée dans la pièce ne mette pas les patients dans une situation de gêne (pas de vue directe) de leur intimité. L’accès à la table sera aisé, tant en fauteuil roulant qu’en brancard. Un petit secteur déshabilloir proposera un siège et des patères pour y laisser les vêtements.

Polyprogramme – Programme Général

64/347

La patiente sera isolée de la vue depuis le bureau soit par une cloison partielle, soit par un paravent. Le long de l’un des murs, un meuble fermé accueillera tout le matériel et les instruments médicaux. Le haut du meuble constituera un plan de travail lisse où il sera possible de procéder à certaines préparations. Les matériaux choisis assureront une parfaite asepsie des lieux. Un point d’eau avec détection de présence des mains sera encastré dans une paillasse attenante au plan de travail. Il sera alimenté en eau chaude et froide. La dimension des accès à la salle assurera le passage de lits médicaux et de fauteuils roulants. Le sol résistera aux attaques chimiques (U3P3E3C3). Des plafonniers assureront une lumière homogène de 350 lux. Des spots basse tension orientables seront dirigés vers le plan de travail et le point d’eau. Une lampe orientable placée sur roulettes éclairera au besoin la table d’examen. Ces salles seront également utilisées pour les consultations obligatoires des anesthésistes avant les interventions chirurgicales et avant les accouchements pour la mise en place de la péridurale. La salle de préparation à la naissance sera également aménagée dans ce secteur, un peu en retrait des flux de passage pour bénéficier du calme nécessaire aux séances de relaxation et de concentration des participants. Ces séances ont pour objectif de donner aux futures mères et pères des informations et des outils pour le moment de la naissance. Des échanges et des séances de relaxation en constituent la base. Les groupes auront un effectif moyen de huit à dix personnes et se réuniront six à huit fois pour deux ou trois heures avec une sage-femme. La salle sera libre de tout élément porteur et il pourra y avoir un bureau équipé d’un téléphone (déconnectable) pour les sages-femmes. Les personnes seront le plus souvent installées sur des tapis et/ou coussins à même le sol qui devra être recouvert d’un revêtement souple assez épais. Un tableau noir de chaque côté de la salle servira de support aux explications. Un éclairement naturel en premier jour serait appréciable si les vues depuis l’extérieur vers la salle sont limitées. Cette salle pourra également être utilisée en salle de réunion exceptionnellement. Deux petits vestiaires seront chacun associés à deux sanitaires et un lavabo. Ils seront immédiatement voisins de cette salle, et permettront aux femmes de s’y rendre pendant les séances sans se rechausser et sans perturber le calme de la salle. Les vestiaires seront équipés de patères et de bancs pour que les femmes puissent se mettre en tenue et y laisser leurs effets. Une salle permet la surveillance de fin de grossesse pour deux personnes. Elles seront disposées à immédiate proximité du bureau des sages-femmes pour installer les femmes en observation lorsqu’un enregistrement du rythme cardiaque est nécessaire ou qu’un temps d’attente est nécessaire sous monitorage pour confirmer le travail avant d’envoyer la patiente en salle de naissance. Deux salles d’échographie sont prévues dans ce secteur. Les patientes y viendront dans le cadre des examens réguliers de la grossesse ou pour des vérifications de croissance du fœtus. Ces Salles seront voisines et partageront un sanitaire. Ces derniers leur permettront de s’y rendre dès la fin de l’examen afin d’être plus à l’aise pour l’entretien avec le médecin ou la sage-femme ensuite. Il est en effet nécessaire en début de grossesse d’arriver la vessie pleine pour faciliter l’examen d’échographie, et cette situation peut être, selon les femmes, difficile à supporter.

Polyprogramme – Programme Général

65/347

Les salles seront équipées d’un plan de travail le long de l’un des murs avec la possibilité d’accrocher tous les documents de référence (tableau des mesures standard des fœtus tout au long de la grossesse) qui permettent de répondre aux questions des femmes pendant l’examen. L’échographe sera disposé à côté du lit d’examen, le médecin ou la sage-femme étant installé entre la table et ce dernier. Un écran de report des images sera disposé à la vue de la patiente, soit en hauteur, accroché au plafond, soit posé sur le plan de travail pour lui éviter d’avoir à se tourner pendant l’examen. Les conjoints pourront assister à l’examen et une chaise sera disposée de l’autre côté du lit d’examen. À l’entrée, quelques patères permettront de laisser les effets de la patiente avant de s’installer. La salle n’a pas nécessité à être éclairée en premier jour, puisque l’obscurité est indispensable à l’échographie, mais la vocation de ces salles pouvant évoluer, il sera préféré un store occultant un éclairement en premier jour ou second jour à des salles aveugles. Une salle colposcopie sera aménagée pour l’exploration digestive. Cette salle ne sera pas obligatoirement installée en premier jour. Un dispositif d’occultation automatisée permettra d’ajuster l’intensité lumineuse à la bonne lecture des écrans. Ces derniers seront installés sur un bras mécanique afin de dégager l’espace au sol et de faciliter les opérations de nettoyage. Le revêtement de sol sera en lé PVC avec remontée en plinthes. Cette salle sera équipée d’un lit de consultation et des appareils d’endoscopie de la discipline. Un lavabo, alimenté en eau chaude et froide par une commande au pied ou au genou, y sera intégré dans une paillasse. Ce plan de travail permettra également de mener certaines préparations. Les dimensions d’accès à ces salles seront compatibles avec les manœuvres nécessaires aux transferts des patients sur ces lits. Par ailleurs, les circulations devront être suffisamment larges pour ranger un brancard en attente. Ces examens étant très fatigants, les patientes restent un moment au repos après le geste. Le silence devrait être de rigueur dans la zone et les bruits de téléphone ne devront pas par exemple gêner les patients. Sur le plan de l’aéraulique, la salle sera traitée en ISO 8. Les filtres et les équipements techniques seront installés au-dessus des salles sur le plénum technique du plateau technique. La salle de décontamination sera équipée d’un système multibacs (6) pour le nettoyage et le trempage des endoscopes. Ce système nécessitera une alimentation en air comprimé 3 bars et une alimentation en eau filtrée 5 µm d’un évier de nettoyage. Elle sera équipée d’une ventilation renforcée. Cette salle pourra être aveugle. Protection Maternelle et Infantile L’accueil/secrétariat sera un espace du type tertiaire équipé d’une banque d’accueil. Il sera convivial et largement éclairé. Il sera dédié à l’accueil, l’information, l’orientation et l’attente des patients. L’acoustique de l’espace sera traitée avec soin pour limiter la gêne des personnes en attente et pour garantir une certaine confidentialité lors de l’enregistrement des patients. La banque d’accueil doit pouvoir accueillir un poste informatique ainsi qu’un opérateur en position assise. Des sièges pourront être installés devant la banque d’accueil pour permettre aux patients, des personnes en général relativement âgées, de s’asseoir durant leur enregistrement. La banque d’accueil devra permettre l’accueil des visiteurs dans de bonnes conditions autant pour une personne valide que pour une personne en fauteuil. Un report du standard devra également pouvoir être possible vers la banque d’accueil afin d’assurer des permanences du standard, si besoin. Le personnel de la banque d’accueil permettra également aux patients de programmer de nouveaux RDV suite à leurs examens. L’accueil avancé devra donc être situé sur le circuit de sortie de ces patients.

Polyprogramme – Programme Général

66/347

L’attente des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera six places assises, en liaison directe et contiguïté du secrétariat médical et avec les boxes de consultation. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux patients la possibilité de regarder la télévision. Le secteur dispose de deux boxes de consultations gynécologiques et d’un bureau de planification familiale. Ces espaces sont similaires à ceux déjà décrits ci-avant. Locaux communs Logistique La réserve produits et matériel sera un local aveugle où nous trouverons des étagères de rangement et des espaces libres pour le stockage de machines ou de palettes. Les étagères de rangements fixés sur le pourtour seront de pas réglables et leur hauteur n‘excédera pas 1,80 m. On préférera une configuration de local de forme oblongue afin de profiter au maximum des espaces de rangements sur les murs, en minimisant les espaces de circulation. Les matériaux des sols et des murs seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Près de la porte, une prise de courants forts permettra de brancher des appareils de nettoyage. La réserve pour le matériel médical sera le lieu de stockage commun des dispositifs ne relevant pas de la pharmacie. Ses murs seront équipés d’étagères mi-hauteur, de largeur relativement importante pour y ranger des éléments volumineux. Le centre de la pièce sera laissé libre pour le rangement des matériels encombrant. Les déchets seront concentrés dans un local pour l’ensemble du secteur des consultations. Ce local est dimensionné pour 5 à 6 containers DASRI, DAOM et linge sale. Il sera en légère dépression. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence. Les murs de ce local seront résistants aux chocs et facilement nettoyables y compris à la vapeur. Le personnel pourra se décontaminer les mains après son intervention dans ce local. Il est climatisé et ventilé sur la base de 6 volumes heure. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs. Un local vidoir sera utilisé pour l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera revêtu d’un revêtement hydrofuge toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Un local ménage sera installé en amont du service pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle.

Polyprogramme – Programme Général

67/347

Locaux du personnel Une salle de détente pour le personnel se compose de 6 places assises dans des fauteuils. On y trouve différentes revues, journaux, plaquettes d’informations. Au centre, des tables basses permettent de consulter certains dossiers avec d’autres collègues. Une kitchenette, équipée d’un évier, d’un four à micro-onde et d’un réfrigérateur est aménagée. Un espace d’information est placé bien en vue. Un tableau blanc est fixé au mur. Les agents y inscrivent des informations à communiquer. Un tableau d’affichage est placé à proximité de ce tableau blanc. Le matériau de sol participe à la description d’une ambiance chaleureuse. Les blocs sanitaires PMR comprenant un sanitaire pour chaque sexe seront prévus pour le personnel. Chaque cabine sera équipée d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un distributeur automatique d’essuie-mains en papier et d’un distributeur de savon. Les sanitaires seront répartis. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

68/347

Secteur spécialitées
Il est dédié aux consultations d’Ophtalmologie, de Stomato-ondotologie et d’ORL. Ces spécialités s’expriment majoritairement par le biais des activités ambulatoires et seront d’ailleurs installées à proximité du service de chirurgie ambulatoire avec qui elles partageront le poste de soins. Cet ensemble sera organisé à partir d’un accueil de proximité commun à trois unités de consultations regroupant des boxes de consultations et des salles d’explorations et de soins. Schéma fonctionnel

Accueil de proximité L’accueil sera un espace du type tertiaire équipé d’une banque d’accueil. Il sera convivial et largement éclairé. Il sera dédié à l’accueil, l’information, l’orientation et l’attente des patients. L’acoustique de l’espace sera traitée avec soin pour limiter la gêne des personnes en attente et pour garantir une certaine confidentialité lors de l’enregistrement des patients. Cet accueil sera organisé avec un comptoir ouvert sur la longueur du local (4,5 m mini) comportant trois positions d’accueil dont une surbaissée. Des sièges pourront être installés devant la banque d’accueil pour permettre aux patients, des personnes en général relativement âgées, de s’asseoir durant leur enregistrement.

Polyprogramme – Programme Général

69/347

À l’arrière de la banque seront disposés des rangements pour les dossiers en cours. Les ordinateurs seront intégrés à la banque permettant le soir de laisser le local ouvert et d’intégrer le matériel sensible dans un dispositif mobilier fermé à clef. Un report du standard devra également pouvoir être possible vers la banque d’accueil afin d’assurer des permanences du standard, si besoin. Le personnel de la banque d’accueil permettra également aux patients de programmer de nouveaux rendez-vous suite à leurs examens. L’accueil avancé devra donc être situé sur le circuit de sortie de ces patients.

Un bureau est dédié à quatre postes de secrétariat médical pour la saisie des comptes rendus. Cet espace est situé à proximité immédiate de l’accueil. Il permet l’installation de postes de travail informatisés.
Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Deux salles de soins sont situées en entrée de cet ensemble et sont dédiées à la prise en charge des urgences. Elles sont équipées de la même manière que les salles suivantes une plutôt à orientation ophtalmologie et l’autre ORL. On peut y faire de petits gestes interventionnels. Il faut un éclairage central (1 500 lux) et une paillasse humide avec lave main aseptique (commande au coude). Leur accès doit être relativement discret par rapport à l’attente. Elles peuvent rester actives alors que le reste du service est fermé. Consultation d’ophtalmologie

Elle comprend à la fois des espaces de consultations, des espaces d’exploration et des espaces d’intervention et de thérapie.
Les différents espaces sont séparés en deux types. Il y a d’abord ceux dans lesquels se déroule un examen sans dilatation. Ces espaces sont installés à proximité de l’accueil initial. Un espace d’attente sera installé au contact direct de ces espaces sous la forme d’un élargissement des circulations. Vient ensuite les examens nécessitant une dilation avec, au premier rang, l’angiographie. Certains patients, venant uniquement pour ces examens, auront été dilatés dans l’attente initiale ; les autres patients viennent après un primo examen et seront dilatés dans l’attente de proximité dédiée à cette activité par le personnel paramédical du secteur. L’espace d’attente est accessible depuis la circulation générale et ouvert sur celle-ci. Il offre, pour huit personnes, des conditions d’attente confortables tant sur le plan des mobiliers qui vont équiper ces espaces que sur le plan de l’ambiance générale qui y règne. On sera très vigilant à la qualité de l’éclairement, la qualité de l’acoustique (ni trop mate car angoissante, ni trop claire car fatigante). on veillera à offrir un éclairement naturel qui puisse être régulé dans son flux et une signalétique sur la base d’élément d’éclairement artificiel. Dans les attentes, on prévoira un éclairage sur variateur permettant de réguler le flux artificiel en fonction de l’intensité de l’éclairement naturel et en fonction de la sensibilité des patients. On recherchera un éclairage suffisant pour y réaliser des actes administratifs et, dans le même temps, suffisamment tamisé pour ne pas fatiguer les patients qui ont été dilatés et qui sont très sensibles aux différences de luminosité. On évitera en particulier les

Polyprogramme – Programme Général

70/347

éclairages directs et les différences importantes de flux lumineux. Enfin, on utilisera l’éclairage comme point de repère pour les patients grâce à des éléments de mise en scène (couleur, rai de lumière…). Signalons encore que le traitement de l’ambiance lumineuse concerne l’ensemble de la circulation centrale desservant ces espaces et de la mise en valeur des points forts. Les deux boxes de consultation devront respecter des principes similaires à ceux déjà décrits. Ces salles sont prévues pour les examens classiques avec lampe à fente, champ visuel, projecteur de test ou des rétinographes. On y réalise enfin des mesures à l’aide d’acuité visuelle sur la base d’échelle de lecture et des mesures de réfraction, c’est-à-dire la mesure de la correction apportée par des lentilles ou des lunettes. Chaque boxe de consultation et d’examen sera organisée de manière à dégager une distance suffisante pour les examens de lecture et un poste permettant de mettre face-à-face le patient et la personne réalisant l’examen. Outre l’appareil d’investigation, on trouve installé sur un retour un poste informatique qui recueille les éléments d’information et qui permet de réaliser une partie du travail administratif. Sur le plan de leur forme générale, ils présenteront une forme plutôt en longueur permettant de réaliser les examens d’acuité selon les distances à respecter (4 ou 5 mètres). Le concepteur cherchera à unifier au maximum la géométrie de ces espaces de consultation de façon à assurer une plus grande souplesse dans leur affectation. On veillera également à ne pas réduire la largeur des boxes en deçà de 2,70 m. Par ailleurs, ils doivent proposer une ambiance lumineuse de pénombre partielle ou totale. Sur le plan de l’irrigation électrique et en courants faibles, la cloison séparative opposée à l’ouverture de la porte proposera 4 groupes de prises (2 courants forts et 1 courants faibles) permettant d’installer les équipements d’investigation le long de cette paroi. L’ensemble de ces espaces comprend un lavabo de petite dimension pour le nettoyage des mains (commande fémorale ou coude). La qualité de la luminosité est essentielle dans ces espaces. Les commandes du plafonnier seront donc munies d’un variateur de luminosité. Dans chacune de ces salles, on prévoit qu’une cloison transversale (celle opposée à la porte d’entrée) sera équipée de points d’alimentation électrique et de prises informatiques (3PC et 2 RJ45 par mètre). Il convient également de prévoir une alimentation à mi-hauteur pour les écrans rétro éclairés qui servent à la projection des tests de lecture. La dimension des accès à la salle assurera le passage des fauteuils roulants. Le sol résistera aux attaques chimiques (U3P3E3C3) et sera installé de manière à remonter sur les plinthes. Le revêtement des murs sera aisé à désinfecter. Enfin, ils seront tous rafraîchis tant pour limiter la dissipation de chaleur due à la présence des équipements que pour assurer un confort thermique aux patients qui peuvent être soumis à des facteurs de stress. • Accueil - attente L’espace d’attente de proximité est accessible depuis la circulation générale et ouvert sur celle-ci. Il offre des conditions d’attente confortables tant sur le plan des mobiliers qui vont équiper ces espaces que sur le plan de l’ambiance générale qui y règne. Cet espace sera positionné de manière à offrir une très bonne accessibilité vers les salles d’angiographie. C’est ici que seront effectuées les dilatations. Il sera donc très accessible depuis le poste de soins.

Polyprogramme – Programme Général

71/347

De la même manière que dans l’attente initiale, on sera très vigilant à la qualité de l’éclairement, la qualité de l’acoustique (ni trop mate car angoissante, ni trop claire car fatigante). Sur le plan d’éclairage, on veillera à offrir un éclairement naturel qui puisse être régulé dans son flux et une signalétique sur la base d’élément d’éclairement artificiel. • Diagnostic Il est prévu d’installer deux rétinographes. L’implantation de ces postes d’angiographie doit permettre d’assurer la sécurité des patients en rendant aisé le dégagement sur brancard d’un patient. En effet, l’examen engendre quelques malaises pour des patients ne supportant pas le produit injecté (un colorant de type fluorescéine). En cas de malaise, le chariot d’urgence doit pouvoir être positionné à proximité du patient rapidement et sans difficulté. L’agencement le plus favorable serait d’implanter le poste de soins à proximité des deux boxes eux-mêmes ouverts sur une circulation interne. Les postes d’angiographie seront répartis une salle boxée en deux postes. Sur le plan de l’agencement, l’examen d’angiographie se déroule dans un face-à-face entre le patient et le personnel réalisant l’examen. L’infirmière vient du côté du patient avec un chariot pour réaliser l’injection du réactif. Ensuite, le patient s’installe face à l’angiographe et l’examinateur prend des photographies numériques selon plusieurs positions des yeux. Le contrôle de la qualité des clichés est réalisé sur l’écran d’un ordinateur situé sur une table installée en retour. L’examen se déroule dans la pénombre. Cependant, il convient de pouvoir éclairer suffisamment le poste patient pour réaliser les gestes de préparation du patient. À l’arrière du poste patient, l’infirmière dispose d’un poste informatique permettant de coter les actes réalisés. Ces espaces sont climatisés. On trouve dans ces espaces deux prises d’oxygène et de vide médical. Une salle est réservée à la technique d’OCT. Cet examen est en progression constante car il est plus facile à réaliser que l’angiographie (pas d’injection préalable) ; il offre une vue en coupe de l’œil. En revanche, il demande une participation active du patient que certaines pathologies ne permettent pas. L’examen complète l’angiographie. Ces postes répondent aux mêmes exigences que les précédents : pénombre partielle ou totale, rafraîchissement et commande d’éclairage sur variateur de luminosité. Les patients qui subissent une intervention dans la salle laser sont préalablement préparés en salle. Il reçoit un certain nombre de collyres permettant de désinsensibiliser l’œil. La salle est configurée sur le principe de deux boxes disposés sur le pourtour et laissant le centre libre pour la circulation des patients en chaise roulante voir et brancard. Les boxes sont séparés les uns des autres par des cloisons mi-hauteur et opalescente. À l’entrée, on trouve un lavabo patient et un lavabo médecins. Les lasers sont installés de manière à diriger les rayons vers un mur. Sur le plan technique, cette salle disposera de 4 points de distribution des courants forts et faibles (4 PC et 2 RJ45 par point) distribués sur la base de deux points par boxe Les revêtements de sols, muraux et de plafond seront lessivables. Le revêtement de sol sera posé avec le minimum de joints et de manière à remonter en plinthes afin de simplifier les opérations de nettoyage. En entrée de salle, on trouve un lavabo de type hyperaseptique pour le nettoyage des mains. Cet équipement est doté d’une commande fémorale.

Polyprogramme – Programme Général

72/347

• Lunetterie Un petit atelier est dédié à la préparation de lunette. Il est installé en vitrine sur la circulation avec une banque permettant au client de passer commande de ses lunettes. La banque permet de consulter le catalogue des montures proposées. Le responsable dispose d’un établi où il peut assembler les lunettes. Consultation Stomatologie-Odontologie Cet ensemble sera composé de deux unités à partir d’un espace d’attente commun de 8 places. L’attente générale des consultations sera ouverte sur la circulation et proposera six places assises, en liaison directe et contiguïté des boxes de consultations. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux patients la possibilité de regarder la télévision. Deux salles fauteuils dentisterie seront affectées à la stomatologie. Les deux salles seront équipées d’un siège de stomatologie. Chaque salle de consultation et d’examen sera organisée en deux secteurs, l’un réservé à l’intervention lui-même, et l’autre plus administratif avec un bureau permettant de recevoir la famille et de ranger quelques dossiers. Un ordinateur sera prévu pour le praticien sur le bureau et connecté au réseau. Le siège sera localisé de telle sorte que le praticien puisse en faire le tour. Les alimentations viendront du plafond et redescendront dans une colonne sur le siège. Un éclairage suspendu en plafond est à prévoir. Le long de l’un des murs, un meuble fermé accueillera tout le matériel et les instruments médicaux. Le haut du meuble constituera un plan de travail lisse où il sera possible de procéder à certaines préparations. Les matériaux choisis assureront une parfaite asepsie des lieux. Un point d’eau avec commande au coude sera encastré dans une paillasse attenante au plan de travail. Il sera alimenté en eau chaude et froide. La dimension des accès à la salle assurera le passage de lits médicaux et de fauteuils roulants. Le sol résistera aux attaques chimiques (U3P3E3C3). Des plafonniers assureront une lumière homogène de 350 lux. Des spots basse tension orientables seront dirigés vers le plan de travail et le point d’eau. Consultations ORL • Accueil - attente L’attente des consultations d’ORL sera ouverte sur la circulation et proposera huit places assises, en liaison directe et contiguïté des boxes de consultations et d’explorations. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux patients la possibilité de regarder la télévision. Les sanitaires du public seront en liaison directe avec l’espace d’attente et aisés à surveiller directement depuis l’accueil. Ils seront partagés entre les patients et les accompagnants. Ils comporteront chacun un sanitaire PMR. Deux salles de consultations seront affectées à l’ORL. Ils reprennent les principes déjà définis ci-avant pour les boxes de consultations classiques. Ces boxes seront équipés de fauteuil d’examen ORL.

Polyprogramme – Programme Général

73/347

Dans ces salles, il n’est pas utile de prévoir des espaces de déshabillage. Le siège pourra être installé de manière assez centrale offrant la possibilité de tourner autour. • Explorations fonctionnelles Une troisième salle d’examen sera dédiée à l’intervention sous microscope et à la pose de yo-yo. Il y sera fait des anesthésies locorégionales. La salle sera ISO 8 et disposera d’un éclairage de soins plafonnier orientable. Un lavabo, alimenté en eau chaude et froide par une commande au coude, y sera intégré dans une paillasse. Ce plan de travail permettra également de mener certaines préparations. Une salle fibroscopie permettra de mener certains examens nécessaires à un diagnostic approfondi. La salle sera équipée d’un lit de consultation et des appareils de fibroscopie de la discipline. Un lavabo, alimenté en eau chaude et froide par une commande au coude, y sera intégré dans une paillasse. Ce plan de travail permettra également de mener certaines préparations. Une salle sera réservée aux exercices en cabine audiométrie. Elle donnera sur la salle d’exploration des vertiges. Elle sera équipée d’un fauteuil. Différents appareils permettront d’y effectuer des tests d’évaluation et des mesures auditives. Les patients seront installés en position confortable pour répondre à des stimuli sonores, ou répéter des sons de sources réparties dans la salle. L’isolation acoustique de cet espace est primordiale. Les cloisons assureront un abaissement phonique de 55 dB. Un sas d’accès isophonique permettra d’y accéder pour offrir un abaissement au niveau de la porte de 42 dB. Les matériaux du sol et des murs définiront un volume sonore mat avec un faible temps de réverbération (0,6±0,2 s).

Santé communautaire
Accueil Il est ouvert sur les circulations générales au moyen d’une banque. Deux agents y travaillent. Éducation Les salles d’éducation permettent de diffuser auprès des patients une information adaptée sur la santé, les traitements et la prévention. Elles seront en tout point similaire aux salles de réunion en termes d’équipement. Il sera prévu sur la cloison longitudinale des cimaises permettant de suspendre des posters présentant l’information clef pour les patients. Tertiaire Quatre bureaux pour le responsable et les formateurs sont des espaces tertiaires classiques.

Polyprogramme – Programme Général

74/347

Hôpitaux de jour
Organisation générale
Les hôpitaux de jour regroupent sur trois unités 44 places. Ils couvrent une surface utile de 2 016 m2 soit une surface dans œuvre de 773 m2. Les places sont réparties de la manière suivante : hdj de pédiatrie : hdj de chimiothérapie : unité de chirurgie ambulatoire : 16 places ; 12 places ; 16 places.

Accessibilité et positionnement
La caractéristique majoritaire des structures de jour est d’être accessible pour les patients ambulatoires et d’engendrer un flux important et quotidien. Ces unités, bien souvent adossées aux unités d’hospitalisation complète en bénéficiant des moyens communs dans les situations héritées, doivent prendre leur autonomie tant en matière de personnel qu’en matière de locaux. Par ailleurs, il apparaît cohérent de placer ces unités sur le parcours du patient sans faire entrer le patient trop loin dans la structure hospitalière ce qui engendre des flux internes. Le développement de ces nouveaux modes de prise en charge rencontre à la fois les objectifs de minimisation des dépenses de santé et de confort offert aux patients qui peuvent vivre une vie quasi normale tout en suivant un protocole de soins.

Des unités adossées aux consultations
Les hôpitaux sont positionnés dans la proximité des consultations. Pour chacune des filières, les hôpitaux de jour bénéficient de la proximité avec les consultations pour réaliser des optimisations d’espace et de gestion des équipes. Par ailleurs, ces hôpitaux de jour, localisés de plain-pied avec l’accès principal des patients ambulatoires pourront être lisibles et participer de l’attractivité de l’HUEH. Les patients auront les avantages d’une structure hospitalière de haut niveau en conservant le confort des structures aisées d’accès. Pour la chirurgie ambulatoire, il convient de travailler avec soin la liaison vers le bloc opératoire.

Accueillir sur une journée
L’accueil sur une journée doit être synonyme de grande qualité de confort et de prise en charge. Ce mode de prise en charge doit devenir attrayant pour le corps médical, en devenant un nouvel axe de recherche et de développement de la médecine moderne, et pour le patient, en trouvant des protocoles de soins moins contraignants. La qualité des espaces, des ambiances et des parcours contribueront à faire naître une reconnaissance auprès des patients qui en deviendront les premiers promoteurs.

Polyprogramme – Programme Général

75/347

Description détaillée de locaux
Hôpital de jour de pédiatrie
Tableau de surfaces
Hôpital de jour de pédiatrie (16 places)
Espaces de soins PC médical et infirmier Bureau médical Bureau infirmier (2 postes ou 8 en staff) Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Attente (6 places) Espace jeux Boxe à quatre Salle de douche Locaux support Locaux logistiques Réserve Déchets Vidoir Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire 192

1 1 1 1 1 1 1 1 4 1

12 12 10 8 10 4 12 6 20 4

12 12 10 8 10 4 12 6 80 4

1 1 1 1 1

8 8 4 2 12

8 8 4 2 12

Polyprogramme – Programme Général

76/347

Schéma fonctionnel

L’hôpital de jour de pédiatrie offre 16 places physiques et accueille des enfants venant suivre des soins, parfois lourds, en structure de jour. Pour ces soins, les enfants sont installés dans une chambre individuelle ou en espace fauteuil. L’hôpital de jour sera implanté à proximité des consultations de pédiatrie afin de partager l’utilisation du poste de soins. PC médical et infirmiers Il sera installé pour assurer un accès rapide et direct aux chambres et à l’espace fauteuil sur lesquels il aura une vue directe. Il est positionné en entrée de l’unité. C’est un lieu stratégique et de référence pour l’équipe soignante. C’est ici que l’on prépare les soins, que l’on nettoie les instruments après les soins et que les équipes échangent les informations essentielles concernant les patients. Il sera constitué de plusieurs locaux en communication. Les communications entre les différentes entités qui le composent doivent être facilitées tout en diminuant au maximum l’emprise des couloirs. C’est pourquoi, la plupart du temps, les liaisons entre les locaux du poste de soins pourront se faire en communication directe. Un bureau médical est prévu pour le médecin de service. C’est un espace d’administration au sein duquel ne sont réalisées que des tâches de gestion. Il s’agit d’un espace tertiaire classique. Le bureau infirmier et la salle de staff occupera une double fonction, d’un côté il sera un lieu de réunion interne et de l’autre un poste de saisie informatique. C’est également ici que seront réalisées les formalités d’accueil des petits patients.

Polyprogramme – Programme Général

77/347

Celle-ci se fera via deux postes informatiques. Ils seront implantés sur une tablette filante et chacun sera connecté grâce à l’un des six points de connexion courants forts et l’un des quatre de courants faibles disposés dans une goulotte. En face des postes de saisie, une vaste baie vitrée avec dispositif d’occultation laissera une vue dégagée sur les circulations et permettra d’éclairer la pièce en second jour. Une table et six fauteuils confortables créeront un espace pour les passages de consignes lors des rotations d’équipes. Cet espace servira également aux activités de compagnonnage et de transfert de connaissance. L’un des murs sera équipé d’un écran plat permettant le repérage des patients et les soins qu’ils ont reçus. Il est à prévoir une prise de courants forts et une autre de courant faible pour l’alimentation de cet écran. La préparation des chariots médicament et des soins sera un local traversant qui permettra d’appliquer les principes de la marche en avant à la préparation du chariot. Les portes de l’entrée et de la sortie seront dimensionnées pour un passage aisé du matériel c’est-à-dire 1,20 m. Le chariot arrivera propre du local de nettoyage. Il sera ensuite chargé des différents plateaux nécessaires aux soins. C’est-àdire l’ensemble des DMS et de la pharmacie que l’on récupérera dans un local situé sur les circuits logistiques principaux. Ce local devra être proche du circuit de retour des salles d’examen et des locaux de support de proximité, une contiguïté sera également réalisée avec le nettoyage des chariots de soin. Une paillasse sèche sera installée dans le local pour effectuer des préparations. Elle ne devra en aucun cas devenir un lieu de stockage afin d’en permettre un nettoyage efficace et aisé. Pour répondre à cette demande, des placards de rangement seront installés en dessous, roulables, et au-dessus de la paillasse. Un lavabo hyperaseptique devra être installé dans cet espace afin que le personnel médical puisse se laver les mains avant et après les examens. Il sera muni d’une commande à coude. Une gare de départ pour le réseau pneumatique devra être installée dans cet espace afin d’assurer l’envoi des prélèvements vers les laboratoires. La pharmacie et le stockage des DMS seront situés en aval du local de nettoyage chariot. Ce local devra être proche du pc médical et infirmier, et au plus près si possible du palier logistique. Une contiguïté est préconisée pour ce local avec de préparation des chariots et de nettoyage des chariots. Le chariot entrera propre dans la pharmacie et sera chargé de l’ensemble des utilités nécessaires à la matinée de travail. Dans un autre cas, le chariot ne pénétrera pas dans la pharmacie. Il restera dans le local de préparation et ce sera l’infirmière qui se déplacera pour chercher les produits. Le local pharmacie et DMS devra être facilement accessible depuis le palier logistique. Le stockage pourra se faire au moyen d’étagères denses. Des rails au sol permettront de les déplacer afin de toujours laisser un passage de 0,70 m dans les rangées. Elles seront aménagées de telle manière que le personnel médical puisse charger son chariot de soin en prélèvement des produits sur l’étagère. Elles seront ensuite réapprovisionnées par complémentation à partir des consommables du service. L’éclairage global sera de 250 lux et des réglettes ou spots lumineux d’appoints assureront un éclairement supplémentaire sur les produits des étagères de 400 lux. Après la tournée des boxes d’examens, le chariot sale sera installé dans un local de nettoyage chariot de soins qui sera muni d’une paillasse de décontamination. Une circulation aisée vers la préparation doit être faite avec des ouvertures d’une largeur minimum de 1,20 m. Ce dernier sera agencé avec les éléments suivants : un emplacement pour le chariot logistique récupérant les DAOM et DASRI ; un plan de travail avec une zone de nettoyage composé d’une paillasse lisse et sans joint, avec un point d’eau équipé d’une douchette et d’un bac profond pour le nettoyage des matériels à stériliser ; des étagères seront installées au-dessus et en dessous de la paillasse.

-

Polyprogramme – Programme Général

78/347

Ce local aura un revêtement de type hydrofuge présentant le minimum de joint. Il sera posé toute hauteur et équipé de renforcement métallique sur les portes d’accès. On cherchera également une contiguïté avec la préparation chariot et le local chariot. Le local chariot assurera un stockage des chariots déchets (2 unités) en retour de soins. Le personnel fait les soins dans les chambres d’hospitalisation de jour. En fin de journée, il dépose les sacs dans le local déchets puis range les chariots dans le local chariot. Le local déchets est situé à proximité du secteur, et c’est le responsable logistique qui réalisera le transfert du local déchets vers le palier. Cette procédure permet d’optimiser le temps de soignant et de limiter le nombre de prise et reprise des sacs de déchets. Ce local bénéficie d’une surventilation et sera mis en dépression. Unité d’hospitalisation L’accès se fera par une d’attente ouverte sur les circulations, attenant au poste de soins. Le personnel du service aura ainsi une vue sur l’attente et pourra à tout moment tenir les parents informés. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera six sièges bas, trois tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux enfants la possibilité de regarder la télévision. Une autre partie proposera des bacs à jouets, quelques tables et chaises adaptées à la taille des enfants pour offrir la possibilité de faire des dessins ou regarder des livres. Il sera intéressant également de prévoir une structure d’évolution. Le sol sera revêtu d’un matériau souple amortissant assurant le confort des enfants qui jouent à terre. Ce sol devra également être compatible avec une bonne asepsie des lieux. La délimitation de l’espace jeux sera faite par le sol, sans obstacle pour la vision. Les couleurs pourront être en rupture avec le reste des aménagements, tout en restant dans des gammes apaisantes. Quatre boxes à quatre sont utilisées pour des patients en soins. Elles sont dimensionnées en conséquence. La cloison sur circulation doit être vitrée et libérée de toute installation technique, afin d'assurer une surveillance facile des patients depuis le poste de soins. Le patient est installé sur un lit ou un fauteuil. Elles bénéficient d’une gaine tête de lit assurant une irrigation en courants faibles et fort identiques à une chambre d’hospitalisation. Ces boxes ne comprennent pas de salle d’eau. Tous ces équipements sont disposés de manière à être accessibles par une personne en fauteuil et à permettre au personnel soignant d’apporter de l’aide aux patients qui en ressentent le besoin. Pour ces chambres, il a été fait choix d’imposer un éclairage naturel. Les fenêtres sont munies d’un système d’occultation qui offre la possibilité de moduler l’intensité de la lumière naturelle. Une salle de douche est disponible pour les enfants désirant prendre une douche. On y trouve une douche patients sans bac (forme de pente du sol) équipée d’un siège, d'un long flexible et pomme de douche à gâchette, de barres d’appui, un lavabo avec une robinetterie à déclenchement automatique, un robinet de puisage. Locaux supports Les locaux supports sont dimensionnés pour desservir à la fois l’hôpital de jour et des consultations à proximité. Ces espaces sont aveugles et bénéficient d’un déclenchement automatique de l’éclairage avec

Polyprogramme – Programme Général

79/347

temporisation d’extinction. Ils sont également tous irrigués par le réseau informatique afin de suivre très précisément leur contenu. • Locaux logistiques La réserve sera un local aveugle où nous trouverons des étagères de rangement et un espace libre pour de potentiels stockages plus conséquents qui pourraient être réalisés au sol. Les étagères de rangements fixés sur le pourtour seront de pas réglables et leur hauteur n‘excédera pas 1,80 m. Les matériaux des sols et des murs seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Près Les déchets seront concentrés dans un local. Ce local est dimensionné pour 5 à 6 containers DASRI, DAOM et linge sale. Il sera en légère dépression. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence. Les murs de ce local seront résistants aux chocs et facilement nettoyables y compris à la vapeur. Le personnel pourra se décontaminer les mains après son intervention dans ce local. Il est climatisé et ventilé sur la base de 6 volumes heure. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs. Un local vidoir sera utilisé pour l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera revêtu d’un revêtement hydrofuge toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. • Locaux du personnel Un bloc sanitaires PMR comprenant un sanitaire pour chaque sexe sera prévu pour le personnel. Chaque cabine sera équipée d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un distributeur automatique d’essuie-mains en papier et d’un distributeur de savon. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

80/347

Hôpital de jour de chimiothérapie
Cette unité accueille les patients d’oncologie en traitement au long cours et dont l’état ne justifie plus d’une hospitalisation complète. De plus certaines chimiothérapies peuvent très bien être faites dans ce cadre. Cet hôpital de jour sera implanté à proximité des consultations de médecine et de la filière cancérologie. À noter que les reconstitutions des cytostatiques sont centralisées à la pharmacie. Tableau de surfaces
Hôpital de jour chimiothérapie (12 places)
Espaces de soins PC médical et infirmier Cadre de proximité Classement dossiers patients (20 ml) Bureau infirmier (3 postes) Préparation des chariots médicaments et hotte Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre à quatre Salle de douche Locaux support Locaux logistiques Réserve Déchets Vidoir Ménage Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire 169

1 1 1 1 1 1 1 3 1

12 5 12 10 8 10 4 20 4

12 5 12 10 8 10 4 60 4

1 1 1 1 1 1

12 8 4 6 2 12

12 8 4 6 2 12

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

81/347

Espaces de soins • PC médical et infirmier Le poste de soins occupe une place centrale dans le dispositif. Les infirmières assurent le premier accueil et vérifient les constances du patient : poids, tension artérielle, troubles, affection passagère… Ces informations sont importantes car elles permettent de mieux comprendre la situation du patient, son évolution et d'organiser les soins selon ses besoins spécifiques. Le patient en profite pour signaler les modifications éventuelles de son traitement, de son état et de poser des questions afin de diminuer son anxiété. Une prise de sang est réalisée en début de séance et transmise au laboratoire. Le patient doit ensuite attendre les résultats sanguins, la visite du médecin et la préparation de la chimiothérapie en fonction des constantes du patient. Ensuite, les infirmières posent la perfusion d’hydratation, prépare les médicaments antinauséeux et administre la chimiothérapie. Les patients ont un abord veineux facilité grâce à la pose en chirurgie ambulatoire d’un cathéter avec boîtier, de plus l’utilisation de pompes programmables permet de réguler le traitement avec une chronologie fine durant 5 à 6 jours. Les espaces du PC médical sont similaires à ceux déjà décrits ci-avant. • Unité d’hospitalisation Les 12 places de l’unité sont réparties dans trois boxes à quatre places. Ces chambres sont utilisées pour des patients en soins. Ils sont équipés de lavabo. Elles sont dimensionnées en conséquence. La cloison sur circulation doit être vitrée et libérée de toute installation technique, afin d'assurer une surveillance facile des patients depuis le poste de soins. Le patient est installé sur un lit ou un fauteuil. Les chambres bénéficient d’une gaine tête de lit assurant une irrigation courants faibles et forts identiques à une chambre d’hospitalisation. Ces chambres comprennent chacune un lavabo. Tous ces équipements sont disposés de manière à être accessibles par une personne en fauteuil et à permettre au personnel soignant d’apporter de l’aide aux patients qui en ressentent le besoin. Un bouton d’appel est installé dans cet espace. Pour ces chambres, il a été fait choix d’imposer un éclairage naturel. Les fenêtres sont munies d’un système d’occultation qui offre la possibilité de moduler l’intensité de la lumière naturelle. Une salle de douche est disponible au cœur de l’unité pour les patients nécessitant la prise d’une douche, après un vomissement par exemple. On y trouve une douche patients sans bac (forme de pente du sol) équipée d’un siège, d'un long flexible et pomme de douche à gâchette, de barres d’appui, un lavabo avec une robinetterie à déclenchement automatique, un robinet de puisage. Locaux supports • Locaux logistiques La réserve sera un local aveugle où nous trouverons des étagères de rangement et un espace libre pour de potentiels stockages plus conséquents qui pourraient être réalisés au sol. Les étagères de rangements fixés sur le pourtour seront de pas réglables et leur hauteur n‘excédera pas 1,80 m. Les matériaux des sols et des murs seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Près

Polyprogramme – Programme Général

82/347

Les déchets seront concentrés dans un local. Ce local est dimensionné pour 5 à 6 containers DASRI, DAOM et linge sale. Il sera en légère dépression. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence. Les murs de ce local seront résistants aux chocs et facilement nettoyables y compris à la vapeur. Le personnel pourra se décontaminer les mains après son intervention dans ce local. Il est climatisé et ventilé sur la base de 6 volumes heure. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs. Un local vidoir sera utilisé pour l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera revêtu d’un revêtement hydrofuge toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. • Locaux du personnel Un bloc sanitaires PMR comprenant un sanitaire pour chaque sexe sera prévu pour le personnel. Chaque cabine sera équipée d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un distributeur automatique d’essuie-mains en papier et d’un distributeur de savon. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

83/347

Unité de chirurgie ambulatoire
Le projet médical de l’HUEH prévoit un développement très fort de la chirurgie ambulatoire. La volonté est de réaliser pratiquement 40 % de l’activité chirurgicale en ambulatoire. L’unité bénéficiera d’un accès aisé au bloc opératoire. Le principe est d’offrir aux patients de la chirurgie ambulatoire un circuit court et optimisé leur permettant de limiter leur déplacement au sein de l’hôpital. Le jour de l’intervention, le patient aura le droit d’accéder gratuitement au stationnement et à la dépose ambulance. Il s’agira d’un élément important de confort en particulier pour la sortie du patient et de son accompagnant. Tableau de surfaces
Unité de chirurgie Ambulatoire (16 places)
Espaces de soins Accueil Secrétariat Attente (6 places) Sanitaire du public (PMR) PC médical et infirmier Cadre de proximité Bureau infirmier (3 postes) Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Boxe à quatre Salle de douche Locaux support de proximité Locaux logistiques Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire 225

1 1 2 1 1 1 1 1 1 4 2

12 9 4 12 12 10 8 10 4 20 4

12 9 8 12 12 10 8 10 4 80 8

1 1 1 1 1 1

20 8 4 6 2 12

20 8 4 6 2 12

Polyprogramme – Programme Général

84/347

Schéma de fonctionnement

Accueil La première perception du secteur accueil sera claire et sans ambiguïté et portera les patients et leur accompagnant vers le secrétariat. Celui-ci logeant des postes de travail permanents, il bénéficiera d’un éclairement naturel en premier jour. Cet accueil sera constitué d’un poste de travail. Il sera composé d’un plan de travail permettant au patient de poser ses affaires et de sortir les pièces administratives demandées (carte vitale…), en étant installé assis. Il sera conçu de manière à pouvoir accueillir des personnes en chaise roulante. Le poste informatique de l’agent sera muni d’un écran plat intégré au plan de travail pour faciliter les échanges avec les personnes. Les concepteurs veilleront à ce que les échanges puissent rester confidentiels et que les personnes assises dans l’espace d’attente ne puissent pas entendre les conversations. L’attente est immédiatement accessible et ouverte sur les circulations. Elle communique avec le secrétariat par une banque. Ce secteur est un premier lieu d’attente pour les accompagnants et les patients. Il s’agit également du lieu de l’information des examens à venir. On y trouvera six fauteuils confortables, très enveloppant et assurant un bon maintien des patients et une fontaine à eau. Des revues d’information médicales seront mises à la disposition des patients sur des petits guéridons sur roulette disposés à proximité de chaque siège. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital par un écran posé sur socle (alimentation par deux prises courants forts, une prise courants faibles et une prise antenne). Des

Polyprogramme – Programme Général

85/347

plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’espace est conforme aux principes généraux d’aménagement des circulations. Deux sanitaires du public sont accessibles depuis l’espace d’attente. Ils sont équipés d’une cuvette surélevée et suspendue accessible aux handicapés, de deux barres d’appui et de transfert rétractables, d’un distributeur de papier hygiénique et de protège lunette, d’un distributeur de savon, d’un lavabo avec des robinets à mitigeur et à déclenchement automatique lors de la présentation des mains. De plus, on trouve un sèche-mains à déclenchement automatique. On y proscrira les faux plafonds démontables. Les réservoirs de chasse sont encaissés, les cuvettes de sanitaire sont scellées au mur. On choisira le matériel de façon à empêcher toute dissimulation d'objets dans ou derrière les appareillages. Ces sanitaires seront disposés de manière à être ventilés naturellement. PC médical et infirmier Un bureau est disponible pour le cadre de proximité. Ce bureau est implanté en entrée de service de préférence. Il sera équipé de manière à recevoir un poste informatique. Le poste de soins est dédié à l’hôpital de jour. Il sera installé au cœur de l’unité. Les espaces sont strictement similaires à ceux déjà décrits pour les structures précédentes. Hébergement Les 16 places se répartissent dans quatre boxes de quatre places chacun. Les espaces relèvent des mêmes descriptions que celles qui ont été proposées dans les hôpitaux de jour précédents. Locaux supports Tous les locaux supports de ce secteur ont déjà été décrits et sont similaires.

Polyprogramme – Programme Général

86/347

Dialyse
Organisation générale
L’unité de dialyse s’adresse très largement à des patients récurrents qui viennent une à deux fois par semaine pour des séances d’une durée d’environ une demi-journée. Au sein de l’unité, le nombre total des patients traités est constitué à 70 % par des patients externes (donc en vêtement civil) et à 30 % par des patients déjà hospitalisés à pied, en chaise ou en lit. L’unité sera donc facile d’accès mais pas forcément en premier rideau. Elle a été localisée dans la verticalité des consultations médicales. Le patient ambulatoire réalise une suite d’opération bien identifiée. Après s’être présenté à l’accueil, il s’habille, se pèse et s’installe dans un lit pour y être branché sur l’appareil de dialyse. Ensuite, il prend une collation au milieu du traitement qui sera préparée par le personnel soignant. L’appareil est débranché puis le patient est pesé et se rhabille. Il prend une collation post-traitement puis peut partir. Pour les patients hospitalisés, le protocole est très similaire. La seule différence sera que le patient peut être pris en charge dans son lit. Sur le plan de l’organisation spatiale, l’unité est implantée autour du poste de soins qui a vu sur l’ensemble des postes de dialyse. Le poste de soins sera au point focal des postes de dialyse. Les alimentations logistiques sont relativement importantes sur le service de dialyse. Il sera desservi par le palier logistique du rez-de-chaussée pour les consultations du secteur Le personnel médical charge une table avec le matériel nécessaire aux séances de dialyse puis l’amène au pied des postes. Le matériel est ensuite installé sur des chariots à raison d’un par poste et cela, deux fois par jour.

Tableau de surface
Dialyse (12 postes)
Postes d'Hémodialyse
Salle de dialyse Vestiaire patient Salle de dialyse PC médical et infirmier Bureau infirmier, surveillance et pose cathéters Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination 1 1 1 1 1 1 12 96 20 10 8 10 12 96 20 10 8 10 61 1 1 1 1 2 1 1 1 15 8 8 4 2 6 8 8 15 8 8 4 4 6 8 8 156

217

Locaux supports
Locaux logistique Consommables Équipement médical (2 éqpt : fauteuils, équipements…) Évacuation solutés Vidoir Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire Locaux techniques Eau adoucie et cuve de réserve (1 000 l.) Traitement eau osmosée (2 osmoseurs)

Polyprogramme – Programme Général

87/347

Schéma de fonctionnement

Description détaillée des locaux
Postes d’hémodialyse
Salle de dialyse En entrée du service sera localisé un vestiaire pour permettre aux patients ambulatoires de revêtir la blouse médicale à la place de leurs vêtements civils. Il sera composé d’une zone de déshabillage et d’armoires vestiaires dont la dernière étagère n’excède pas 1,8 m, selon un dispositif marche en avant avec une entrée et une sortie distinctes. Les armoires auront des dimensions minimales de 0,25 mètre de large et 0,50 mètre de profondeur. Le sol pourra être revêtu d’un béton avec une résine durcisseuse en surface, ou similaire. Une bonne ventilation, qui pourra être naturelle, permettra d’assainir les pièces. Les armoires seront équipées de portes fermables à cadenas. L’attention des concepteurs est particulièrement attirée sur la qualité de ces équipements qui devront être très résistants à l’usage, simple de manipulation et fiables sur le plan de la sûreté des biens. De plus, le matériel devra être conçu pour être aisément remplaçable. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. On devra prévoir également une circulation d'air entre le fond du casier et le sac.

Polyprogramme – Programme Général

88/347

La salle de dialyse sera une pièce d’un seul tenant. Son aménagement et l’absence d’élément de structure permettront de disposer le matériel de manière aisée et évolutive. Les cheminements d’entrée et de sortie de lits devront être prévus afin d’éviter les manœuvres difficiles et les impacts sur les cloisons. La salle comptera douze postes. Pour chacun d’entre eux il faudra prévoir : la machine de dialyse implantée sur le côté du lit ; 0,70 m minimum de débattement sur au moins trois côtés du lit ;

- un emplacement pour le chariot de soin ; - un bras multimédia pour le patient. Les postes seront regroupés par groupe de deux ou trois dans des alcôves protégées par un cloisonnement vitré sur allège. La luminosité de la pièce sera assurée par un plafonnier homogène diffusant une lumière à 250 lux. Pour les gestes au pied du lit du patient une lumière d’appoint orientable sera prévue avec un éclairement de 400 lux. Cependant, la présence de lumière naturelle est une obligation pour le confort des patients. Sur le plan technique, cette salle est alimentée par une boucle d’eau osmosée qui est raccordée à chacun des générateurs de dialyse. Les générateurs permettent une fabrication locale du dialysat à partir de l’eau osmosée, des composés acide et du bicarbonate. L’alimentation électrique des dialyseurs bénéficie d’une armoire spécifique et d’une armoire de sécurité la doublant en cas de secours. Chaque générateur est alimenté directement et se voit protégé par un micro différentiel. La salle est équipée d’un lavabo de lavage des mains par tranche de 4 postes (soit trois au total). Ces lavabos seront répartis au sein de la salle de façon à se trouver à proximité des postes. Un poste de pesée sur lit ou sur fauteuil est disposé dans le volume de la salle. PC médical et infirmier Le poste de soins est strictement similaire à ceux déjà décrits. Néanmoins rappelons qu’il doit être positionné pour assurer une vue sur l’ensemble de la salle de dialyse et une intervention rapide sur les chambres. Par ailleurs, la préparation sera équipée d’une paillasse sèche comprenant une hotte pour la préparation des acides, des étagères et placards organiseront le rangement des solutés.

Locaux supports
Locaux logistiques et du personnel Ils sont similaires aux locaux déjà décrits par ailleurs. Locaux techniques L’eau du réseau sera traitée avant d’être distribuée dans la boucle desservant les dialyseurs. Une cuve permettra le stockage de 2 000 litres d’eau osmosée. Le local traitement eau osmosée sera équipé d’un osmoseur. Ce local sera équipé d’un sol de type industriel. Il est accessible depuis les circulations générales de manière à pouvoir réaliser des opérations de maintenance sans avoir à entrer dans le service. Ce local sera bien isolé du reste des espaces compte tenu de la présence d’un compresseur.

Polyprogramme – Programme Général

89/347

Plateau de kinésithérapie
Organisation générale
Le plateau de rééducation fonctionnelle sera implanté au contact des consultations dans la filière chirurgie et orthopédie. Une attente amont permet de réguler les accès et les patients qui viennent directement sur le plateau. Il est ensuite proposé plusieurs secteurs : un secteur regroupant les boxes de kinésithérapie, une salle de gymnastique et d’ergothérapie ; - un secteur appareils et prothèses ; - et un PC kinésithérapeutes. Ces secteurs sont organisés dans un schéma rayonnant par rapport à l’accès et à l’attente initiale. Le PC Kinésithérapeutes sera installé à proximité de l’entrée.

Tableau de surface
Plateau de kinésithérapie (14 postes)
Physiothérapie
Attente salle de kinésithérapie Attente 5 pers. Attente patients couchés 2 pers. Locaux patients Vestiaire patients Sanitaire Poste de kinésithérapie Sanitaire Box de kinésithérapie Espace de rééducation collective (8 postes) Rangement accessoires Appareils et prothèses Attente 2 pers. Salle d'appareillage Atelier prothèses 1 1 2 2 2 6 1 1 1 1 1 10 6 6 4 4 16 80 12 4 18 8 10 6 12 8 8 96 80 12 4 18 8 40 1 1 2 1 12 12 2 12 12 12 4 12 262

302

PC kinésithérapeutes
Bureaux Cadre Bureau commun kinésithérapeutes Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire

Polyprogramme – Programme Général

90/347

Schéma général de fonctionnement

Description détaillée des locaux
Physiothérapie
Attente salle de kinésithérapie L’attente des patients est immédiatement accessible et ouverte sur les circulations. Ce secteur est un premier lieu d’attente pour les patients avant leur prise en charge sur le plateau de rééducation. Bien souvent, les patients qui se présentent ici sont des utilisateurs réguliers et connaissent bien les modalités de fonctionnement, il n’y a pas d’accueil spécifique en tête de pont. L’accueil pour les primo utilisateurs se fera au sein des autres structures, elles-mêmes utilisatrices du plateau. Il s’agit également du lieu de l’information des séances de rééducation à venir. On y trouvera cinq fauteuils confortables, très enveloppant et assurant un bon maintien des patients et une fontaine à eau. Des revues d’information médicales seront mises à la disposition des patients sur des petits guéridons sur roulette disposés à proximité de chaque siège. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital par un écran posé sur socle (alimentation par deux prises courants forts, une prise courants faibles et une prise antenne). Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’espace est conforme aux principes généraux d’aménagement des circulations.
Polyprogramme – Programme Général 91/347

L’attente couchée permet de placer 2 lits. Les places peuvent être isolées par un système de panneaux amovibles mi-hauteur. Un homme debout doit pouvoir porter son regard par-dessus la séparation. Ces places isolables sont réservées aux patients les plus lourds qui nécessitent d’être au calme ou dont l’état général pourrait choquer les autres patients. Un lave-mains avec distributeur de produit aseptique et sèche-mains permet au personnel du service et de brancardage d’effectuer des gestes d’hygiène. Les équipements d’éclairage et de revêtement des sols et des murs sont choisis pour leur bonne asepsie et de manière à éviter tout éblouissement des patients allongés. En tant qu’espace d’introduction à l’hôpital de jour, le choix des revêtements de sol et les couleurs de l’attente participeront à la description d’une ambiance chaleureuse, sereine et calme. Locaux patients Deux petits Vestiaires destinés aux patients et chacun associés à une douche se situent en entrée du secteur. Les patients y revêtiront leur tenue d’exercice et y rangeront les vêtements de ville. Les vestiaires seront équipés d’un casier toute hauteur par personne. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. Les douches comporteront une petite zone de déshabillage et la douche, à proprement parler. L’ensemble des équipements sera prévu, y compris un sèche-cheveux mural. Deux sanitaires du public sont accessibles depuis l’espace d’attente. Ils sont équipés d’une cuvette surélevée et suspendue accessible aux handicapés, de deux barres d’appui et de transfert rétractables, d’un distributeur de papier hygiénique et de protège lunette, d’un distributeur de savon, d’un lavabo avec des robinets à mitigeur et à déclenchement automatique lors de la présentation des mains. De plus, on trouve un sèche-mains à déclenchement automatique. On y proscrira les faux plafonds démontables. Les réservoirs de chasse sont encaissés, les cuvettes de sanitaire sont scellées au mur. On choisira le matériel de façon à empêcher toute dissimulation d'objets dans ou derrière les appareillages. Poste de kinésithérapie Les boxes de kinésithérapie sont au nombre de six. Ils seront tous réalisés sur le même modèle mais pourront être équipés de manière différente : table de Bobath ; boxe classique ; vésicosphinctérienne.

Les tables de Bobath (2 mètres x 2 mètres à environ 50 cm) permettront aux soignants de faire allonger les patients handicapés plus facilement, de les aider dans leurs efforts de rééducation et leur feront effectuer certains mouvements en les accompagnant. Les patients passeront de leur siège ou de leur brancard avec plus de facilité. Les proportions de la salle et les dispositions des appareils seront organisées de telle manière que l’on puisse aisément manœuvrer un fauteuil, notamment à proximité de la table de Bobath et faire le tour sur au moins deux côtés de la table. Un distributeur de solution hydroalcoolique offrira toutes les garanties pour une asepsie conforme au milieu hospitalier. L’éclairage sera assuré par un éclairage homogène et indirect afin de ne pas éblouir les patients allongés.

Polyprogramme – Programme Général

92/347

Les appareils d’isocinétisme permettent d’évaluer la force musculaire et de renforcer de manière sélective différents groupes musculaires. Leur principe de fonctionnement repose sur une vitesse de mouvement fixe et un asservissement de la résistance. Leur champ d’application est l’évaluation musculaire en pré ou postopératoire, la préparation sportive, la rééducation de l’appareil locomoteur. Les localisations les plus fréquemment évaluées ou rééduquées sont le genou, le tronc et l’épaule. Les exercices réalisés en salle d’évaluation musculaire sont réalisés dans le cadre de la médecine du sport et seront donc très éprouvants. Elle devra donc bénéficier de très bonnes conditions de confort avec une vue sur un espace extérieur sur lequel le patient pourra laisser filer son regard au moment les plus difficiles de son effort. La salle sera rafraîchie et bénéficiera d’un excellent taux de renouvellement de l’air. Le siège d’effort sera accompagné d’un poste informatique qui permettra d’enregistrer les caractéristiques de la force musculaire du patient. Une salle sera dédiée à la rééducation vésicosphinctérienne. Les patients feront des séances d’exercice et de posture soit sur une table de Bobath soit sur un siège adapté. Le reste de la salle est similaire au box précédent. Deux salles sont uniquement équipées de table de kiné, d’une paillasse sèche et d’un four à micro-onde pour préparer la cire chauffante. Toutes les salles disposent d’un lavabo de type hyperaseptique pour le nettoyage des mains, d’un distributeur d’essuie-mains et d’un distributeur de solution hydroalcoolique. Le secteur disposera d’un espace de rééducation collectif pouvant accueillir huit tables de kinésithérapie ou des cages de poulies occupant le même espace. L’ambiance générale de la salle de rééducation devra procurer un sentiment de confort et de calme. Il ne s’agira ni d’une ambiance de type Gymnase Club ni d’une ambiance de salle de soins traditionnels. C’est un lieu où l’on aura plaisir à se rendre et dans lequel la souffrance physique s’accompagnera de succès et de progrès accompli. La salle constituera un volume important occupé sur son pourtour par des postes de kinésithérapie. Plusieurs types d’exercices pourront être réalisés. Au début, les séances seront principalement dédiées à la verticalisation des patients qui devront retrouver la posture debout. Les tables relevables occupent une place importante et imposent d’être accessible sur trois côtés. Ensuite, les patients évoluent sur des parcours de marche, d’une dimension de 5 mètres de longueur et sur des tapis de marche. Au-dessus du parcours de marche, on prévoira en sous face de dalle un rail pour appareil de suspension sur l’ensemble de longueur du parcours. Les patients peuvent également utiliser des escaliers ou des espaliers selon la nature de leur traumatisme. Des séances seront également dédiées à la pouliethérapie qui permet la mobilisation d’un ou plusieurs segments du corps à l’aide de filins, de poulie et de poids. Elle va permettre un mouvement avec une amplitude articulaire dosée et une durée fixée. Sur le plan spatial et des équipements, elle nécessite un box grillagé qui permet d'utiliser les suspensions et le travail « résisté » dans l'exercice musculaire tout en respectant la mécanique articulaire. L’emprise au sol de ces dispositifs et calé sur la taille d’un poste de travail classique. La salle sera équipée sur l’un de ses murs d’un miroir. Rappelons que cinq patients pourront être amenés à se trouver simultanément dans la salle et qu’ils y pratiqueront des activités physiques intenses. La salle sera donc rafraîchie et ventilée en rapport avec les activités qui s’y déroulent. Il sera possible de sonoriser ces espaces grâce à un précâblage pour l’installation de haut-parleur hi-fi. L’acoustique de la salle sera étudiée pour offrir une ambiance neutre ni trop réverbérante ni trop mate (tr 0,8 s). Elle sera isolée phoniquement des locaux voisins avec un coefficient d’abaissement de 50 dB (A). On trouvera un éclairage uniforme de 400 lux et parfaitement homogène.

Polyprogramme – Programme Général

93/347

Le sol sera souple et agréable à la marche. Il sera choisi pour ses qualités d’élasticité afin d’éviter toute chute traumatisante pour les patients. La salle sera couverte par un réseau informatique de type WiFi. Pour ce qui concerne les courants forts, on trouvera trois modules de cinq prises et cinq prises réparties sur le pourtour pour le ménage. Un distributeur mural de solution hydroalcoolique offrira toutes les garanties pour une asepsie conforme au milieu hospitalier. Les apports en lumière naturelle, par exemple zénithaux, seront quantifiés et positionnés en prenant en compte le confort des patients allongés qui ne devront pas être éblouis. Ils pourront donc être occultés ou tamisés. Le rangement accessoires permettra de ranger le matériel en régulation. Il ne sera équipé d’aucun dispositif. Son sol sera de type industriel et ces portes offrent un passage libre d’au minimum 1,20 mètre. Ce local ouvre directement par une porte coulissante sur la salle. Appareils et prothèse À l’occasion de leur séance de rééducation, les patients viendront effectuer les premiers essais de leur prothèse puis les réglages qui apparaissent indispensables à leur confort au fur et à mesure de leur séance de rééducation. L’attente des patients est immédiatement accessible et ouverte sur les circulations. Bien souvent, les patients qui se présentent ici sont des utilisateurs réguliers et connaissent bien les modalités de fonctionnement. Il s’agit également du lieu de l’information concernant les prothèses. On y trouvera deux fauteuils confortables, très enveloppant et assurant un bon maintien des patients et une fontaine à eau. Des revues d’information médicales seront mises à la disposition des patients sur des petits guéridons sur roulette disposés à proximité de chaque siège. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital par un écran posé sur socle (alimentation par deux prises courants forts, une prise courants faibles et une prise antenne). Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’espace est conforme aux principes généraux d’aménagement des circulations. La salle d’appareillage est un cabinet de consultation classique avec un espace de déshabillage, un espace tertiaire, un lave-mains et une table de soins. Le prothésiste y réalisera dans un premier temps l’ensemble des mesures corporelles pour réaliser un premier moulage de la prothèse. Dans un second temps, il fera le premier essai et notera les retouches pour une meilleure adaptation au corps. Enfin, il procédera à la mise en place définitive et accompagnera le patient dans ses essais. La salle doit donc se situer à immédiate proximité de l’atelier afin de limiter les temps de déplacement des prothèses en cours de réglage. Le prothésiste réalisera des orthèses et des prothèses pour les patients d’orthopédiques. Il réalisera dans son atelier les moulages et les prothèses. Il manipulera ici des résines, des solvants et des colles. Le local devra donc bénéficier d’un poste de travail type Sorbonne pour une manipulation sans risque de ces produits. De même, une ventilation réglable et énergique permettra de réaliser un mouvement d’air et de mettre en dépression le local. Il disposera également d’un ordinateur lui permettant de récupérer les images des pressions plantaires réalisées dans les espaces d’évaluation. Compte tenu des activités salissantes réalisées par la podologue, il conviendra de lui prévoir un point d’eau avec commande au coude pour le lavage des mains.

Polyprogramme – Programme Général

94/347

PC kinésithérapeutes
Bureaux Deux bureaux sont prévus dans cet ensemble, ils seront préférentiellement positionnés en entrée du plateau. Il s’agit : d’un bureau individuel pour la cadre chargée de la gestion du plateau ; d’un bureau avec deux postes de travail pour les kinésithérapeutes.

Locaux du personnel Un bloc sanitaires PMR comprenant un sanitaire pour chaque sexe sera prévu pour le personnel. Chaque cabine sera équipée d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un sèche-mains et d’un distributeur de savon. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

95/347

Plateau technique

Polyprogramme – Programme Général

96/347

Organisation générale
Le plateau technique du futur hôpital regroupe les structures assurant des soins lourds et abritant des patients en état critique. Il a été fait choix d’installer ces unités dans un volume distinct de l’hospitalisation tant pour des raisons techniques que médicales. Le principe général adopté consiste à rassembler par entité cohérente les secteurs de soins et les dispositifs bâtis. Le principe est de gérer les flexibilités et les évolutivités dans des volumes bâtis sans superposition complexe. Sur le plan des flux et des parcours, le plateau technique réuni sur un plain-pied les urgences, les réanimations et le bloc opératoire pour les adultes et les urgences, les réanimations néonatales et pédiatriques et la salle de naissance pour le secteur mère/enfant.

Deux niveaux cohérents
Le plateau technique est réparti un plain-pied et occupe une surface au sol de près de 7 000 m2. Par ailleurs, la liaison entre les urgences et l’imagerie diagnostic est une absolue nécessité pour les examens à réaliser sur les patients admis aux urgences. La médecine nucléaire est installée sur ce niveau principalement pour des raisons de flux et de facilité d’accès. De plus la contrainte élevée des équipements de cette unité milite pour une implantation sur l’étage bas du plateau technique. Le bloc opératoire est en relation avec la salle de naissance, pour les césariennes en urgence, avec les réanimations chirurgicales et avec les explorations invasives pouvant justifier d’une anesthésie générale. De plus, on trouve à proximité la structure d’accueil d’hospitalisation de chirurgie ambulatoire offrant ainsi un circuit court et efficace pour ses patients. Sur le plan de l’organisation médicale, le regroupement du bloc, des réanimations, de l’imagerie interventionnelle et des explorations fonctionnelles permet de concentrer la présence des anesthésistes réanimateurs sur un unique secteur dans l’hôpital, gage d’efficience en termes de personnel. La sécurité des patients, et plus particulièrement des parturientes, est également optimale puisque la salle de naissance est positionnée entre le bloc opératoire et la réanimation néonatale. Par ailleurs, l’intégration de l’imagerie interventionnelle à proximité immédiate du bloc opératoire constitue une sécurité supplémentaire particulièrement en cas d’hémorragie de la délivrance pour les parturientes.

Les filières et les circuits
On peut distinguer trois filières sur le plateau technique : - la filière pédiatrique ; - la filière adulte générale médico-chirugicale ; - la filière gynéco-obstétrique. Ces filières commencent majoritairement depuis les services des urgences qui constituent les portes d’entrée de l’hôpital pour 80 % des patients. Nous verrons dans la description des urgences comment sont gérées ces filières au sein des urgences.

Polyprogramme – Programme Général

97/347

La filière pédiatrique génère un circuit des urgences vers les soins intensifs pédiatriques et vers l’unité d’hospitalisation de pédiatrie. Le complément de cette filière est implanté dans le plot de consultation où l’on trouve les consultations et l’hôpital de jour destinés aux enfants. Pour la filière adulte, les circuits sont plus complexes et variés. Un circuit part vers le bloc opératoire. Il impose une liaison de type vitale et sécurisée qui permettra le transfert des patients, préalablement stabilisés en salle de déchocage aux urgences. Un second circuit, majoritaire, relie les urgences aux unités d’hospitalisation. Ici, après stabilisation des patients aux urgences, ils seront transférés vers les unités d’hospitalisation. Ce circuit doit se faire aisément mais emprunte les circulations générales dédiées au mouvement des patients couchés. Le flux des urgences fonctionne également sur un circuit court lié aux consultations pour les urgences non-vitales avec une entrée – sortie des patients en interne des urgences. La filière gynéco-obstétrique développe un flux très spécifique. Elle met en liaison, sur la base d’un critère d’urgence, l’accueil des urgences et la salle de naissance ou le bloc opératoire. On privilégiera donc une très bonne visibilité de l’entrée et un circuit court vers l’entrée de la salle de naissance. Des circuits non urgents mais importants en termes de flux doivent être signalés et expliquent la nécessité d’une liaison performante avec l’accès général et les consultations. En effet, le service d’imagerie diagnostic, le service de médecine nucléaire, et l’unité de chirurgie ambulatoire et le plateau d’endoscopie, sont en très forte connexion avec le flux ambulatoire provenant du plots de consultations et de l’accès général au site. Ces services seront donc autant que faire se peut installés au contact direct des plots avec des circulations des liaisons largement dimensionnées.

Un plateau soumis à des flux importants
Le plateau technique va absorber un flux de patients quotidiens importants. En effet, on compte : - 120 000 urgences par an soit en moyenne 300 passages par jour avec des pointes à 600, soit entre 20 et 80 par heure ; - 80 000 passages sur le secteur d’imagerie diagnostic, soit 300 patients par jour sur 10 appareils de radiologie soit de 20 à 25 personnes par heure ; - une vingtaine de patients par jour sur l’unité de chirurgie ambulatoire ; - et de 30 à 40 patients couchés par jour pour les salles d’opération ; - entre 15 et 25 femmes par jour vers le secteur de naissance. Un nombre important des mouvements sur le plateau concerne de patients couchés. Les circulations horizontales seront donc dimensionnées pour accueillir ces flux et pour que des croisements de patients couchés soient réalisables sans gène. Ces circulations devront en particulier assurer un accès très aisé au secteur de déchocage et une liaison rapide entre les urgences et l’imagerie.

Polyprogramme – Programme Général

98/347

Plateau d’explorations fonctionnelles
Organisation générale
Les explorations fonctionnelles ne sont pas regroupées sur le plateau technique. Elles seront positionnées préférentiellement à proximité des espaces de consultation.

Tableau de surface
Plateau d'exploration
Explorations cardiologie
Attente Attente 8 pers. Attente patients couchés 2 pers. Explorations Salle ECG effort Salle de Pose et de lecture de holter Réserve matériel médical 1 1 1 1 1 12 6 22 12 10 12 6 22 12 10 67 1 1 1 1 1 1 16 6 14 14 12 5 16 6 14 14 12 5 62

129

Explorations neurologie
Attente Attente 8 pers. Attente patients couchés 3 pers. Explorations Salle d'électromyogramme EEG Poste d'acquisition des résultats Réserve matériel médical

Polyprogramme – Programme Général

99/347

Schéma de fonctionnement

Descriptions détaillées des locaux
Explorations cardiologie
Attente L’attente des patients ambulatoires est immédiatement accessible et ouverte sur les circulations. Ce secteur est le lieu d’attente pour les accompagnants et les patients avant leur prise en charge. Il s’agit également du lieu de l’information des examens à venir. On y trouvera huit fauteuils confortables, très enveloppant et assurant un bon maintien des patients et une fontaine à eau. Des revues d’information médicales seront mises à la disposition des patients sur des petits guéridons sur roulette disposés à proximité de chaque siège. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital par un écran posé sur socle (alimentation par deux prises courants forts, une prise courants faibles et une prise antenne). Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’espace est conforme aux principes généraux d’aménagement des circulations.

Polyprogramme – Programme Général

100/347

L’attente des patients couchés est ouverte sur les circulations et forme un renfoncement. Elle permet de placer 2 brancards, tous visibles depuis la salle de lecture mais protégés des vues des patients ambulatoires. Les places peuvent être isolées par un système de panneaux amovibles mi-hauteur. Un homme debout doit pouvoir porter son regard par-dessus la séparation. Ces places isolables sont réservées aux patients les plus lourds qui nécessitent d’être au calme ou dont l’état général pourrait choquer les autres patients. Des supports d’écran et des arrivées électriques (antenne, deux prises courants forts et une courants faibles) permettent de placer des écrans diffusant des émissions de télévision mais également des programmes d’information médicale. Un lave-mains avec distributeur de produit aseptique et sèche-mains permet au personnel du service et de brancardage d’effectuer des gestes d’hygiène. Les équipements d’éclairage et de revêtement des sols et des murs sont choisis pour leur bonne asepsie et de manière à éviter tout éblouissement des patients allongés. En tant qu’espace d’introduction aux examens, le choix des revêtements de sol et les couleurs de l’attente participeront à la description d’une ambiance chaleureuse, sereine et calme. Ils sont conformes aux principes généraux d’aménagement des circulations. Explorations La salle ECG d’effort sera dédiée à la réalisation d’électrocardiogramme d’effort. Les modalités de l’enregistrement de l’ECG d’effort sont identiques à celles de l’ECG de repos, mais il est réalisé, dans ce cas, au cours d’un effort, en pédalant sur une bicyclette ergonomique ou en marchant sur un tapis roulant. L'intensité de l'effort est graduellement augmentée pendant l'enregistrement, sous la surveillance d’un médecin et d’une infirmière. La fréquence du cœur et la tension artérielle sont vérifiées régulièrement au cours de l’examen. L’ECG d’effort permet de dépister des anomalies cardiaques silencieuses au repos, soit en termes de symptômes, soit en termes électriques à l’ECG de repos. Parallèlement à l’effort, on mesurera également le VO2max qui est le débit maximum d’oxygène consommé lors d’un effort. Les séances d’effort sont relativement éprouvantes pour les patients, il conviendra donc de prévoir une ventilation renforcée de ce local afin de parfaitement atteindre les prescriptions en matière de contrôle de la température. L’hygrométrie et la pression ne seront pas contrôlées bien que mesurées avant chaque mesure. En termes d’organisation générale, on trouvera au centre de la pièce le vélo et installés sur le pourtour les appareils de mesure et l’emplacement des membres de l’équipe soignante. De la même manière que pour la salle d’échographie, il faudra porter attention aux vues du couloir sur l’intérieur de la pièce. En effet, les patients devant se mettre torse nu, pour l’installation des électrodes, et les médecins ou infirmiers allant et venant, on installera le poste d’effort de manière à rester en dehors des axes de vue. L’équipement de la salle, outre les appareils techniques de prise de mesure (enregistrement informatisé de l'électrocardiogramme par enregistreur multipiste et de la pression artérielle par méthode sphygmomanométrique automatisée. Mesure des échanges gazeux par pneumotachographe et spirométrie intégrée ; seringue de calibration) comprendra une table d’examens à hauteur variable pour le repos des patients après l’effort. On trouvera également un chariot de réanimation complet. Elle sera équipée d’une paillasse lisse et sans joint, avec un point d’eau destiné au lavage complet des mains, type lavabo hyperaseptique. L’isolation acoustique entre les locaux voisins et avec la circulation sera renforcée de manière à conserver aux propos échangés avec le patient toute la confidentialité nécessaire. Les cloisons assureront ainsi un abaissement de 50 dB (A) et le bloc porte de 35 dB (A).

Polyprogramme – Programme Général

101/347

Le local sera équipé d’une prise d’oxygène et d’une prise de vide. Sur le plan de l’éclairage, l’éclairage général apportera un niveau de 400 lux. Les fenêtres devront pouvoir être occultées tant pour protéger l’intimité du patient que pour réduire, par exemple, les effets du rayonnement solaire. Il faudra ménager une vue, haute par exemple, vers l’extérieur pour permettre au regard du patient de s’échapper au moment de l’effort. Le laboratoire pose de Holter sera dédié à la pose et à la lecture des enregistrements d’électrocardiogrammes réalisés sur une période de 24 heures à l’aide d’appareils portatifs. Les enregistrements seront ensuite transférés sur des micro-ordinateurs et interprétés par les médecins. Le poste de lecture sera donc constitué comme une poste bureautique tout à fait classique. Une partie de ce local permettra, à l’abri d’un paravent, d’installer les électrodes sur un patient. L’éclairage général apportera un niveau de 350 lux. Les fenêtres devront pouvoir être occultées tant pour protéger l’intimité du patient que pour réduire, par exemple, les effets du rayonnement solaire. Une réserve matériel médical est installée au cœur de l’unité. Y seront stockés les équipements utilisés de manière exceptionnelle ou les équipements de remplacement. Cette salle reprend les prescriptions de l’ensemble des réserves.

Explorations neurologie
Attente L’attente des patients ambulatoires est immédiatement accessible et ouverte sur les circulations. Ce secteur est le lieu d’attente pour les accompagnants et les patients avant leur prise en charge. Il s’agit également du lieu de l’information des examens à venir. On y trouvera huit fauteuils confortables, très enveloppant et assurant un bon maintien des patients et une fontaine à eau. Des revues d’information médicales seront mises à la disposition des patients sur des petits guéridons sur roulette disposés à proximité de chaque siège. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital par un écran posé sur socle (alimentation par deux prises courants forts, une prise courants faibles et une prise antenne). Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’espace est conforme aux principes généraux d’aménagement des circulations. L’attente des patients couchés est ouverte sur les circulations et forme un renfoncement. Elle permet de placer 3 brancards, tous visibles depuis le secrétariat mais protégés des vues des patients ambulatoires. Les places peuvent être isolées par un système de panneaux amovibles mi-hauteur. Un homme debout doit pouvoir porter son regard par-dessus la séparation. Ces places isolables sont réservées aux patients les plus lourds qui nécessitent d’être au calme ou dont l’état général pourrait choquer les autres patients. Des supports d’écran et des arrivées électriques (antenne, deux prises courants forts et une courants faibles) permettent de placer des écrans diffusant des émissions de télévision mais également des programmes d’information médicale. Un lave-mains avec distributeur de produit aseptique et sèche-mains permet au personnel du service et de brancardage d’effectuer des gestes d’hygiène. Les équipements d’éclairage et de revêtement des sols et des murs sont choisis pour leur bonne asepsie et de manière à éviter tout éblouissement des patients allongés. En tant qu’espace d’introduction aux examens, le choix des revêtements de sol et les couleurs de l’attente participeront à la description d’une ambiance chaleureuse, sereine et calme. Ils sont conformes aux principes généraux d’aménagement des circulations.

Polyprogramme – Programme Général

102/347

Explorations La salle d’électromyogramme sera dédiée à la réalisation d’enregistrement de l’activité électrique des muscles. Des électrodes placées sur la peau enregistrent les signaux. Les enregistrements se réalisent au repos et sous l’action de stimulations visuelles et acoustiques. L'intensité des stimulations est graduellement augmentée pendant l'enregistrement, sous la surveillance d’un médecin et d’une infirmière. La salle doit permettre une parfaite maîtrise des environnements sonore et acoustique. L’hygrométrie et la pression ne seront pas contrôlées bien que mesurées avant chaque mesure. Elle sera équipée d’une paillasse lisse et sans joint, avec un point d’eau destiné au lavage complet des mains, type lavabo hyperaseptique. L’isolation acoustique entre les locaux voisins et avec la circulation sera renforcée de manière à conserver aux propos échangés avec le patient toute la confidentialité nécessaire. Les cloisons assureront ainsi un abaissement de 50 dB (A) et le bloc porte de 35 dB (A). Le local sera équipé d’une prise d’oxygène et d’une prise de vide. Sur le plan de l’éclairage, l’éclairage général apportera un niveau de 400 lux avec variateur d’intensité. Les fenêtres devront pouvoir être occultées tant pour protéger l’intimité du patient que pour réduire, par exemple, les effets du rayonnement solaire. L’obscurité est nécessaire pour les potentiels évoqués visuels. Une salle EEG permet de réaliser des électroencéphalogrammes. Ces examens peuvent être réalisés sur une période de plusieurs heures. Des mesures d’activité cérébrale et de prise de vue seront effectuées pendant le sommeil. Cela concernera le plus souvent des enfants souffrant de crises d’épilepsie. Cette pièce a les mêmes caractéristiques que la salle d’électromyogramme. Elle est climatisée. Un poste d’acquisition sera implanté en contiguïté de la salle d’enregistrement. Il sera aménagé dans un bureau avec un accès direct vers la salle d’enregistrement. La pièce est aménagée un plan de travail périphérique doté de postes de travail informatiques permettant de suivre l’enregistrement. L’espace, partiellement ou totalement cloisonné, assure le calme nécessaire à l’analyse médicale. Les cloisons sont partiellement vitrées sur les circulations afin que les médecins soient en contact avec le fonctionnement du service. Le local respecte les principes d’aménagement des espaces tertiaires des autres unités. Une réserve matériel médical est installée au cœur de l’unité. Y seront stockés les équipements utilisés de manière exceptionnelle ou les équipements de remplacement. Cette salle reprend les prescriptions de l’ensemble des réserves.

Polyprogramme – Programme Général

103/347

Urgences
Les urgences constituent un point d’entrée en miroir des consultations. Le patient se rend aux consultations avec un rendez-vous programmé et souvent dans un parcours de soins planifié et raisonné ; alors qu’il vient aux urgences à la suite d’un accident, d’une angoisse ou d’un événement imprévu. Les urgences sont ainsi ouvertes tous les jours et à toute heure. Elles sont accessibles à tous. La fréquentation est donc soumise à de fortes variations selon le moment de la journée, la saison et les rythmes sociaux. Les urgences du nouvel hôpital sont dimensionnées autour de 120 000 passages par an qui se répartissent de la manière suivante : 60 000 passages pour les urgences adultes générales ; 60 000 passages pour les urgences pédiatriques ; 5 000 passages pour les urgences obstétriques.

Organisation générale
Accès protégé
L’accès des urgences ne doit souffrir d’aucun aléa ou difficulté. Il a donc été privilégié un accès sur l’arrière autonome au site avec une voie d’accès spécifique et une voie de sortie commune . Cette voie, contrôlée en entrée depuis le poste de surveillance. Cette voie sera éclairée la nuit.

Des prises en charge spécifiques
Compte tenu du volume d’urgence à traiter et de la nature des patients, il a été choisi de séparer les urgences adultes et pédiatriques. De même, pour l’obstétrique un dispositif spécifique, adossé à la salle de naissance a été prévu.

Réduire le temps d’attente
La qualité de la prise en charge aux urgences est largement dépendante du temps d’attente. Pour réduire ce temps, il convient d’adapter la réponse médicale à la nature de la gravité des patients. Plus de la moitié des passages aux urgences concerne des urgences ressenties pour lesquelles le diagnostic vital du patient n’est pas en jeu. Les urgences fonctionnent alors comme un secteur de consultation non programmée et renvoient vers les consultations générales.

Privilégier la fluidité des déplacements
Comme dans tous les secteurs où la rapidité de prise en charge du patient conditionne ses chances de survie, les circulations et la facilité de déplacement passent par un dimensionnement suffisamment confortable des circulations. Le nombre de place d’attente et de boxes d’examen laisse imaginer qu’aucun patient ne sera amené à patienter dans les circulations. Il faut néanmoins prévoir que toutes les circulations brancard fassent au moins 2,5 m de large.

Polyprogramme – Programme Général

104/347

Relations et proximités
Le service des urgences entretient des relations vitales avec : le secteur d’imagerie qui lui est dédié et qui fonctionne 24 heures sur 24 ; le bloc opératoire ; les services de réanimations.

Urgences adultes
Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

105/347

Tableau de surface
Urgences adultes
Accès général
Accès Sas ambulance (3 véhicules) Stationnement ambulances (10 véhicules) Sas piéton Réserve brancards (20 + 10 fauteuils) Réserve linge propre Nettoyage du matériel et brancards Attente initiale 10 pers. Attente 6 patients couchés Attente accompagnants (4 pers.) Sanitaire du public Boxe d'examen IOA pm pm 1 1 1 1 1 1 1 3 1 10 40 10 20 20 30 8 4 24 10 40 10 20 94 20 30 8 12 24 601 80

983

Accueil et orientation du patient

Espaces de soins

Prise en charge patients Locaux patients Sanitaire public Douche patients Examen Salle d'examens à deux positions Boxe de surveillance rapprochée Salle de plâtre Salle de petites interventions PC et poste de soins infirmiers Bureau infirmier (2 postes ou 8 en staff) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots de proximité Locaux supports Sanitaire du personnel Stockage matériel et linge Vidoir/ lave bassins Attente avale commune Attente 10 patients assis Attente 10 patients couchés Attente accompagnants (10 places) Locaux supports Sanitaire du personnel Stockage matériel et linge Locaux communs aux urgences générales Administration médicale Bureau médical Bureau des résidents Cadre Salle de réunion (20 personnes, 35 en formation conférence) Locaux logistiques Décontamination Pharmacie centralisée Réserve Local ménage Déchets Locaux du personnel Sanitaire personnel Vestiaire

2 1 6 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1

4 6 20 25 15 30 16 10 8 10 6 2 6 6 20 50 20 2 6

8 6 120 50 15 30 16 10 8 10 6 2 6 6 20 50 20 4 6

1 1 1 1 1 1 1 1 1 4 1

24 20 12 40 12 4 40 6 12 2 30

24 20 12 40 12 4 40 6 12 8 30

Polyprogramme – Programme Général

106/347

Hospitalisation de très courte durée (16 lits)
Sas d'entrée Hébergement Boxe à quatre Accueil des familles/ entretiens Douche patients Sanitaire du public PC et poste de soins infirmiers (commun avec attente aval) Bureau infirmier (1 poste) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Locaux supports Linge propre Stockage matériel Ménage 1 4 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 1 4 30 12 6 4 10 8 4 8 4 8 10 6 4 120 12 6 8 10 8 4 8 4 8 10 6

208

Description détaillée des locaux
Accès général • Accès Le sas ambulance permet aux services d’urgence de venir transférer les patients couchés à l’abri des intempéries. Il sera dimensionné pour le stationnement simultané de 3 véhicules. Tout stationnement de véhicules ne sera que provisoire et de courte durée, le temps de l’acheminement du patient à l’intérieur du service. Le sas fera l’objet d’une mise en valeur très marquée et ne laissant aucun doute quant au positionnement de l’accès des urgences. De jour comme de nuit, il doit être visible soit par la couleur soit par la lumière. L’entrée et la sortie sont commandées par des portes automatiques à ouverture rapide, de type porte sectionnelle. Les véhicules suivent une marche en avant et ne réalisent aucune manœuvre au sein du sas. Le sol sera en béton avec résine durcisseuse. Une forme de pente permettra l’écoulement vers la périphérie des huiles et hydrocarbures et de l’eau de nettoyage. Ces eaux sont recueillies dans une cuve de décantation qui peut également servir à l’aire de stationnement extérieur. Cet espace est équipé d’une ventilation adaptée pour l’évacuation des gaz d’échappement des véhicules. L’éclairage est à déclenchement automatique. Un robinet fileté est disponible pour le lavage à grande eau de cette aire. L’éclairage intérieur du sas sera étudié pour ne pas être trop blafard et impersonnel mais au contraire pour participer de la signalisation de ce secteur. L’accès au service des urgences se fait par une porte dont l’ouverture est commandée depuis le poste de soins ou depuis l’accueil général. Un vidéo portier couleur permet de reconnaître la personne demandant l'accès et de décourager ceux qui n'ont aucune raison d'entrer dans l'hôpital par cet accès. Rappelons que ce sas est à temporisation d’ouverture réglable et qu’un carillon permet d’informer le personnel d’une arrivée. La porte donne directement accès à la circulation principale de la zone d'examen et ce en évitant les angles droits. Une circulation droite est la solution optimale. À la sortie du sas, un stationnement ambulances (pour les accompagnants) pourra accueillir 10 véhicules le temps de la prise en charge du patient. Ce stationnement est muni d’un éclairage.

Polyprogramme – Programme Général

107/347

Un second sas piéton offre un accès pour les personnes déposées par des particuliers et en mesure de se déplacer. L’entrée des piétons se fait par un sas autonome. Elle est marquée en façade par une enseigne lumineuse qui permet une orientation aisée des personnes qui arrivent sur le site. Cette signalétique doit dissuader tout autre usager de se diriger vers cette entrée. Le sas est réalisé par deux doubles portes coulissantes à ouverture automatique. Le sas est isolé thermiquement de l’extérieur. L’éclairage est à déclenchement automatique. Une réserve brancard, qui peut ouvrir dans le sas, permet de ranger une vingtaine de brancards et dix fauteuils roulants. Les personnels des services de secours peuvent y effectuer le transfert de brancards avant d’entrer dans la zone examens. Il ouvre sur les circulations d’accès : brancards et piétons. Ce local est équipé d’une porte coulissante et d’un sol de type béton et résine. L’éclairage est à déclenchement automatique. Une réserve linge propre est destinée à l’équipement des brancards et des fauteuils. Il est pourvu sur son pourtour d’étagères de rangement sur six niveaux, la dernière devant être au maximum à 1,80 m. L’éclairage est à déclenchement automatique. Le nettoyage du matériel et des brancards sera réalisé dans une pièce spécifique. Dans une première zone seront réalisés les actes de nettoyage des matériels. Elle sera équipée d’un évier et d’une paillasse humide. Une partie de cette première zone permettra le nettoyage des brancards et des fauteuils roulants. Elle est séparée du reste de la pièce par un muret afin d’éviter les éclaboussures et de contenir sur une surface limitée le ruissellement engendré par le nettoyage au jet des fauteuils voire des chariots. On trouvera dans la première zone du stockage pour les produits de nettoyage et de l’espace libre pour l’entreposage de deux brancards en attente de nettoyage. Le sol et les murs seront recouverts d’un matériau résistant à l’eau. L’espace de nettoyage des brancards et fauteuils roulants sera équipé d’une douchette permettant de mettre en pression l’eau. Dans cet espace, on trouvera également un vidoir et un siphon. Le sol sera équipé d’un caillebotis sous lequel le caniveau mis en forme avec une pente suffisante pour assurer un recueil efficace des eaux. La seconde zone, dite propre, sera dédiée au stockage des chariots avant la réintégration dans le local de stockage. Cette zone sera sèche. Elle sera équipée d’un distributeur de solution hydroalcoolique pour la décontamination des mains des personnels en fin de chaîne. L’éclairage sera commandé automatiquement avec un détecteur de présence et une temporisation. Accueil et orientation du patient L’attente initiale est équipée d’une dizaine de sièges qui sont organisés par petits salons de 3 à 4 sièges placés autour d’une table basse et sont parfaitement visibles depuis l’accueil général. Les patients restent ainsi en contact visuel avec les agents d’accueil qui peuvent d’un simple regard rassurer la personne sur sa prise en charge. Les sièges sont choisis pour leur résistance, la pérennité de leur aspect dans le temps, leur facilité de nettoyage et leur confort d’assise. Ils sont fixés au sol, pour conserver l'agencement prévu pour l'espace d'attente. Afin de capter l’attention, on placera sur un bras articulé mural un poste de télévision. La diffusion d’images et d’un léger bruit de fond améliore la capacité d’attente des patients et les distraits de leurs maux.

Polyprogramme – Programme Général

108/347

En symétrie par rapport à la banque d’accueil, sera située une attente 6 patients couchés. Chaque position d’attente est équipée d’un bandeau de distribution des gaz et des courants forts et faibles. Les patients seront installés dans des conditions respectant leur intimité tout en assurant une vue depuis la banque d’accueil. À proximité, un élargissement de la circulation permet à quelques accompagnants autorisés de s’asseoir et de récupérer. Deux sanitaires du public sont accessibles depuis l’espace d’attente. Ils sont équipés d’une cuvette surélevée et suspendue accessible aux handicapés, de deux barres d’appui et de transfert rétractables, d’un distributeur de papier hygiénique et de protège lunette, d’un distributeur de savon, d’un lavabo avec des robinets à mitigeur et à déclenchement automatique lors de la présentation des mains. De plus, on trouve un sèche-mains à déclenchement automatique. Dans le sanitaire réservé aux femmes, on placera une table à langer repliable équipée d’un rouleau de distribution de protège matelas à langer jetables. On y proscrira les faux plafonds démontables. Les réservoirs de chasse sont encaissés, les cuvettes de sanitaire sont scellées au mur. On choisira le matériel de façon à empêcher toute dissimulation d'objets dans ou derrière les appareillages. On veillera à étudier l’emplacement de ces sanitaires de manière à assurer leur parfaite ventilation. Le box d’examen IAO (infirmière d’accueil et d’orientation) est situé en charnière entre l'accueil et la zone d'examen pour les urgences adultes. Les patients ambulatoires y accèdent après avoir franchi la porte de séparation entre ces deux zones, depuis la circulation de la zone d'examen. Deux infirmières peuvent y travailler simultanément. Ce box est séparé en deux zones. La première permet la prise en charge rapide des patients et leur orientation (par exemple vers les salles de consultation). Dans la seconde, on trouve un ordinateur relié au réseau lui permettant d’avoir à tout moment l’état de disponibilité des locaux de la zone d’examens et de la zone d’observation, une connexion téléphonique, un appel généralisé et du matériel médical pour l’examen et les premiers soins. On trouve également les moyens matériels pour la réalisation d’un examen rapide, incluant la mesure des paramètres vitaux et le recueil de ces données dans le dossier du patient. Une porte permet aux IAO de se rendre directement dans la zone d'accueil. Elle est condamnée de jour et ouvert de nuit. La configuration du box permet d'y faire entrer aisément les brancards, depuis l'accès ambulances. La porte du box, sur cette façade, est à doubles vantaux pour permettre cette manipulation. Il est également souhaité que du box IAO il soit possible d’accéder rapidement aux deux postes de soins des zones examens et porte. Espaces de soins • Prise en charge des patients Ce secteur accueille des patients dont le pronostic vital n’est pas en jeu mais dont l’état est suffisamment grave pour qu’ils soient surveillés de prêt. · Locaux patients Deux sanitaires publics sont positionnés au milieu des salles d’examens. Ils sont similaires à ceux décrits ci-avant. Là encore le positionnement de ces locaux sera minutieusement étudié pour éviter toute contamination olfactive en cas de dysfonctionnement.

Polyprogramme – Programme Général

109/347

Dans certains cas, il est indispensable que le patient soit lavé avant qu’un médecin ne l’examine. On y trouve une douche patients sans bac (forme de pente du sol) équipée d’un siège, d'un long flexible et pomme de douche à gâchette, de barres d’appui, un lavabo avec une robinetterie à bouton-poussoir, un robinet de puisage. Le sol est en forme de pente pour l’évacuation des eaux par le siphon de sol. Les murs sont revêtus d’une protection hydrofuge toute hauteur avec des angles arrondis tant dans les angles des murs qu'à la jonction avec le sol, afin de permettre une désinfection aisée et parfaite du lieu. • Examen Il est souhaité un éclairage naturel pour l'ensemble des salles d’examen. Si l’éclairage naturel ne constitue pas une obligation dans ce type de secteur, il participe largement à la qualité des lieux et à limiter le stress des patients. Leur surface et leurs proportions doivent permettre à l’équipe médicale et soignante de tourner autour de la table d’examen, sur les quatre côtés. Elles sont équipées de la même manière que les salles existantes. On y trouve une lampe d’examen, murale et articulée, et un éclairage individuel au-dessus du malade. Une goulotte de distribution des courants forts et faibles amène sur une des cloisons 4 groupes de 5 prises 16A, dont 2 sont sur circuit protégé, et deux groupes de 3 prises RJ45. Pour ce qui concerne les fluides, on compte 1 prise d’oxygène, 1 prise d’air et 1 prise de vide. Un poste informatique sera disponible pour le suivi médical des patients. Un lavabo permet au personnel de se laver les mains avant de commencer l’examen. Il est équipé d’un robinet à déclenchement au coude, d’un distributeur de savon de même nature et d’un distributeur d’essuies mains jetables. Le sol doit être d’un entretien aisé et pouvoir résister au roulement des brancards, chariots d’urgence, ou médicaments, ou aux matériels d’investigation installés sur chariots. Deux boxes de surveillance rapprochée, similaires aux précédents, seront destinés aux patients les plus instables et seront en vue directe du poste de soins. Seules modifications : les cloisons seront vitrées sur allège avec store intégré pour l’occultation le temps des soins ; les portes sont automatiques ; et La distribution des fluides (gaz et courants) sera dédoublée sur un bras qui pourra desservir au moyen les moyens d’assistance du patient.

· PC et poste de soins infirmiers Il sera installé pour assurer un accès rapide et direct aux trois boxes de surveillance sur lesquels il aura une vue directe. Il aura également une position relativement centrale au regard de l’ensemble des 11 salles d’examen qu’il surveille. Le Poste de Soins aura en charge l’ensemble des boxes de surveillance. C’est un lieu stratégique et de référence pour l’équipe soignante. C’est ici que l’on prépare les soins, que l’on nettoie les instruments après les soins et que les équipes échangent les informations essentielles concernant les patients. Il sera constitué de plusieurs locaux en communication. Les communications entre les différentes entités qui le composent doivent être facilitées tout en diminuant au maximum l’emprise des couloirs. C’est

Polyprogramme – Programme Général

110/347

pourquoi, la plupart du temps, les liaisons entre les locaux du poste de soins pourront se faire en communication directe. Le bureau infirmier et la salle de staff occupera une double fonction, d’un côté il sera un lieu de réunion interne et de l’autre un poste de saisie informatique. Celle-ci se fera via quatre postes informatiques. Ils seront implantés sur une tablette filante et chacun sera connecté grâce à l’un des douze points de connexion courants forts et l’un des huit de courants faibles disposés dans une goulotte. En face des postes de saisie, une vaste baie vitrée avec dispositif d’occultation laissera une vue dégagée sur les circulations et permettra d’éclairer la pièce en second jour. Une table et six fauteuils confortables créeront un espace pour les passages de consignes lors des rotations d’équipes. Cet espace servira également aux activités de compagnonnage et de transfert de connaissance. L’un des murs sera équipé d’un écran plat permettant le repérage des patients et les soins qu’ils ont reçus. Il est à prévoir une prise de courants forts et une autre de courant faible pour l’alimentation de cet écran. La préparation des chariots médicament et des soins sera un local traversant qui permettra d’appliquer les principes de la marche en avant à la préparation du chariot. Les portes de l’entrée et de la sortie seront dimensionnées pour un passage aisé du matériel c’est-à-dire 1,20 m. Le chariot arrivera propre du local de nettoyage. Il sera ensuite chargé des différents plateaux nécessaires aux soins. C’est-àdire l’ensemble des DMS et de la pharmacie que l’on récupérera dans un local situé sur les circuits logistiques principaux. Ce local devra être proche du circuit de retour des salles d’examen et des locaux de support de proximité, une contiguïté sera également réalisée avec le nettoyage des chariots de soin. Une paillasse sèche sera installée dans le local pour effectuer des préparations. Elle ne devra en aucun cas devenir un lieu de stockage afin d’en permettre un nettoyage efficace et aisé. Pour répondre à cette demande, des placards de rangement seront installés en dessous, roulables, et au-dessus de la paillasse. Un lavabo hyperaseptique devra être installé dans cet espace afin que le personnel médical puisse se laver les mains avant et après les examens. Il sera muni d’une commande à coude. Une gare de départ pour le réseau pneumatique devra être installée dans cet espace afin d’assurer l’envoi des prélèvements vers les laboratoires. La pharmacie et le stockage des DMS seront situés en aval du local de nettoyage chariot. Ce local devra être proche du pc médical et infirmier, et au plus près si possible du palier logistique. Une contiguïté est préconisée pour ce local avec de préparation des chariots et de nettoyage des chariots. Le chariot entrera propre dans la pharmacie et sera chargé de l’ensemble des utilités nécessaires à la matinée de travail. Dans un autre cas, le chariot ne pénétrera pas dans la pharmacie. Il restera dans le local de préparation et ce sera l’infirmière qui se déplacera pour chercher les produits. Le local pharmacie et DMS devra être facilement accessible depuis le palier logistique. Le stockage pourra se faire au moyen d’étagères denses. Des rails au sol permettront de les déplacer afin de toujours laisser un passage de 0,70 m dans les rangées. Elles seront aménagées de telle manière que le personnel médical puisse charger son chariot de soin en prélèvement des produits sur l’étagère. Elles seront ensuite réapprovisionnées par complémentation à partir des consommables du service. L’éclairage global sera de 250 lux et des réglettes ou spots lumineux d’appoints assureront un éclairement supplémentaire sur les produits des étagères de 400 lux. Après la tournée des boxes d’examens, le chariot sale sera installé dans un local de nettoyage chariot de soins qui sera muni d’une paillasse de décontamination. Une circulation aisée vers la préparation doit être faite avec des ouvertures d’une largeur minimum de 1,20 m. Ce dernier sera agencé avec les éléments suivants : un emplacement pour le chariot logistique récupérant les DAOM et DASRI ;

Polyprogramme – Programme Général

111/347

-

un plan de travail avec une zone de nettoyage composé d’une paillasse lisse et sans joint, avec un point d’eau équipé d’une douchette et d’un bac profond pour le nettoyage des

matériels à stériliser ; - des étagères seront installées au-dessus et en dessous de la paillasse. Ce local aura un revêtement de type hydrofuge présentant le minimum de joint. Il sera posé toute hauteur et équipé de renforcement métallique sur les portes d’accès. On cherchera également une contiguïté avec la préparation chariot et le local chariot. Le local chariot de proximité assurera un stockage des chariots déchets (2 unités) en retour de soins. Le personnel fait les soins dans les salles. En fin de journée, il dépose les sacs dans le local déchets puis range les chariots dans le local chariot. Le local déchets est situé à proximité du secteur, et c’est le responsable logistique qui réalisera le transfert du local déchets vers le palier. Cette procédure permet d’optimiser le temps de soignant et de limiter le nombre de prise et reprise des sacs de déchets. Ce local bénéficie d’une surventilation et sera mis en dépression. · Locaux supports Deux sanitaires du personnel seront installés à proximité des espaces de travail de ce secteur. Ils sont identiques à ceux décrits plus hauts. Un stockage matériel et linge reçoit une armoire de linge, une armoire de DMS et un peu de matériel complémentaire pour les consultations. Un local Vidoir/lave bassin sera utilisé pour le nettoyage des bassins et l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Ce local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté) et d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera en PVC toute hauteur. Il est mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Attente avale commune Une attente pour 10 patients couchés et pour 10 patients assis permet de réguler le flux des patients en attente de transfert en hospitalisation. L’équipe recherche un lit ou en a obtenu un pour ce patient mais qu’il doit attendre un laps de temps relativement court avant d’y être conduit. Elles assurent un tampon pour des malades en amont de l’examen. La salle d’attente est scindée en box. Le patient est alors installé dans un des boxes, isolé des circulations par des parois coulissantes et transparentes, où il peut se reposer, manger ou discuter avec un proche parent. Chaque box est suffisamment grand pour accueillir quatre malades et le recours à des portes coulissantes sur toute sa largeur permet de sortir directement l'un des trois brancards ou lits brancards. Chaque position d’attente est équipée d’un bandeau de distribution des gaz et des courants forts et faibles. Les patients seront installés dans des conditions respectant leur intimité tout en assurant une vue depuis le poste de soins. Le poste de soins des salles d’examen doit pouvoir conserver une vue sur les boxes. L’accès depuis les salles d'examen doit donc être aussi court et direct que possible. Ils doivent être vus par le personnel soignant qui gravite dans le service, afin d'assurer une surveillance et d'éviter aux patients de se sentir oubliés. À proximité, un élargissement de la circulation permet à quelques accompagnants autorisés de s’asseoir en suivant leur proche.

Polyprogramme – Programme Général

112/347

• Locaux supports Identiques aux précédents. Locaux communs aux urgences générales • Administration médicale Les espaces tertiaires des urgences sont localisés sur le plateau technique, mais ne doivent pas venir encombrer le cœur chaud du dispositif. Ils seront en périphérie et pourront à long terme être reconvertis pour devenir des espaces de soins. On trouve : un bureau médical qui pourra accueillir jusqu’à trois postes ; un bureau résidents pour cinq postes de travail ; un bureau pour le cadre qui bénéficie d’un espace de travail individuel compte tenu de sa mission d’encadrement des équipes soignantes des urgences ; une salle de réunion pour 20 personnes permettant les staffs de l’équipe urgence et des actions de formation ou de compagnonnage ; La salle de réunion est prévue pour le service et permet d’accueillir 20 personnes en configuration autour d’une table et 35 personnes en implantation conférence avec des chaises en rangée. Elle sera équipée d’un tableau blanc ainsi que d’un écran de projection rétractable et comportera des armoires de rangement pour le matériel. Une structure pour l’installation d’un appareil de projection vidéo sera installée au plafond de la salle. Ce dernier sera commandé via des interrupteurs muraux. Tout poteau ou tout élément de structure apparent sont à proscrire afin que chaque point de la pièce puisse être visible. Un dispositif de protection doit limiter les effets du rayonnement solaire sur les baies vitrées. La salle est partiellement ou totalement occultable en cas de projection d’images. On veillera à la simplicité de mise en œuvre de ces dispositifs et à leur résistance à l’usure. L'éclairage artificiel assure une lumière uniforme sur la table centrale de réunion. L’éclairage est renforcé sur le tableau. Sur le plan de la qualité acoustique, le temps de réverbération offre une ambiance acoustique de qualité. Il doit permettre à la voix de l’exposant de porter sans que des bruits d’ambiance ne l’obligent à élever le ton. Une attention toute particulière sera apportée à l’isolation acoustique des cloisons. • Locaux logistiques Les urgences font partie des unités dont le fonctionnement est moins régulier et régulé. Elles doivent donc être dotées d’un support logistique plus important que, par exemple, les unités d’hospitalisation. L’ensemble des opérations de lavage et de décontamination est en temps d’ouverture de la stérilisation réalisée dans celle-ci. Pour les services H24, comme le bloc et les urgences des fonctionnements spécifiques ont été définies. Un local de décontamination est donc prévu au sein des urgences. Les bacs contenant des instruments trempant dans du liquide de désinfection seront reçus, puis vidés dans des éviers équipés de moyen de filtrage adapté. Les instruments seront ensuite rincés et mis dans des bacs en attente de traitement par la stérilisation qui a la responsabilité de la traçabilité de tous les matériels stériles. On trouvera deux éviers, un plan de travail et des robinets équipés de douchette. Le sol de cette salle sera particulièrement résistant aux attaques chimiques. Le bac de rinçage possédera les mêmes dimensions que le premier.

Polyprogramme – Programme Général

113/347

Les locaux de stockage qui suivent seront regroupés dans un secteur n’offrant que des locaux aveugles. Ils formeront un tout cohérent pouvant, en fonction des besoins, être recloisonné. Un local de pharmacie centralisée est prévu pour le rangement des éléments en dotation globale. Il s’agit d’une armoire d’urgence dans laquelle les équipes peuvent trouver les références des médicaments les plus distribués. Ce local est muni d’une serrure de sécurité et d’un lecteur de badge limitant les autorisations d’accès. L’armoire est elle aussi protégée. Un espace de stockage est prévu. Il est équipé d’étagères sur son pourtour. Il bénéficie d’un déclenchement automatique de l’éclairage avec une temporisation de l’allumage. Les murs et les portes sont équipés de moyens de protection contre les chocs. Enfin, un local ménage sera mis à la disposition des équipes de nettoyage des urgences. Il sera équipé d’un point d’eau avec une vasque profonde pour le remplissage des sauts. Il bénéficiera d’un revêtement mural et de sol hydrofuge. Les déchets seront concentrés dans un local pour l’ensemble du plateau des urgences. Ce local est dimensionné pour 5 à 6 containers DASRI, DAOM et linge sale. Il sera en légère dépression. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence. Les murs de ce local seront résistants aux chocs et facilement nettoyables y compris à la vapeur. Le personnel pourra se décontaminer les mains après son intervention dans ce local. Il est climatisé et ventilé sur la base de 6 volumes heure. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs. • Locaux du personnel Plusieurs blocs sanitaires PMR comprenant un sanitaire pour chaque sexe seront répartis sur les surfaces des urgences. Ils seront équipés d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un sèche-mains et d’un distributeur de savon. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. Hospitalisation de très courte durée L’unité permet l’observation, pour une très courte durée (moins de 24 heures pour les patients somatiques), de patients dont le diagnostic n’est pas encore formulé de manière définitive. Ces lits aussi permettent de dégager les espaces des salles d’examens et de fluidifier le fonctionnement du service des urgences. Cette partie du service des Urgences doit pouvoir être isolée de l’ensemble examen en journée et mise en communication aisée avec le reste des espaces pendant la nuit.

Polyprogramme – Programme Général

114/347

Ce service est composé de seize lits répartis en quatre boxes quadruples. L‘unité fait immédiatement suite à la zone examens sur le plan fonctionnel. Il se compose de chambres de courte durée, d’un bureau et d’un poste de soins. Elle est séparée de la zone examen par un sas. • Hébergement Quatre boxes à quatre sont utilisés pour des patients en observation pour une durée limitée à 24 heures. Les chambres sont équipées de lavabo mais pas de douche et de sanitaire. Elles sont dimensionnées en conséquence. La cloison sur circulation doit être vitrée, afin d'assurer une surveillance facile de l'état des patients depuis le poste de soins. Elles bénéficient d’une irrigation en fluides médicaux et courants faibles et fort. Un bouton d’appel est installé dans cet espace. Pour ces chambres, il a été fait choix de ne pas imposer un éclairage naturel. Deux sanitaires sont disponibles dans l’unité. Ils seront positionnés de manière à pouvoir être ventilé naturellement. • PC et poste de soins infirmiers Il sera installé au cœur du dispositif pour assurer un accès rapide et direct vers les chambres. Le Poste de Soins aura en charge l’ensemble des chambres. C’est un lieu stratégique et de référence pour l’équipe soignante. C’est ici que l’on prépare les soins, que l’on nettoie les instruments après les soins et que les équipes échangent les informations essentielles concernant les patients. Il sera constitué de plusieurs locaux en communication. Les communications entre les différentes entités qui le composent doivent être facilitées tout en diminuant au maximum l’emprise des couloirs. C’est pourquoi, la plupart du temps, les liaisons entre les locaux du poste de soins pourront se faire en communication directe. Les prescriptions concernant ses espaces sont similaires aux descriptions précédentes. • Locaux supports Un stockage linge propre reçoit une armoire de linge et des étagères pour du stockage spécifique en dotation globale. Un stockage matériel permet d’entreposer des équipements spécifiques qui ne sont pas laissés dans les chambres (support de perfusion, pousse seringue…). Un local ménage, avec un vidoir, dessert cette zone. Ces locaux sont réalisés sur des principes équivalents à ceux déjà décrits.

Polyprogramme – Programme Général

115/347

Urgences pédiatriques
Ce service assurera l’accueil des urgences pédiatriques correspondant à son secteur. Il sera ouvert 24 heures sur 24 et devra prendre en charge les actes et les soins estimés nécessaires, orienter selon que de besoin les patients dans des services de l’hôpital ou vers d’autres établissements.

Organisation générale
L’accès aux urgences pourra se faire à pieds ou en véhicule et sera commun ou non avec les urgences adultes. Le circuit devra être facile, lisible et permettre la dépose d’un enfant sans gêner les autres circulations en véhicule sur le site. Les relations les plus fortes seront réalisées avec l’imagerie dont le service a un besoin très important et de façon continue, qui justifiera une liaison horizontale directe déjà évoquée plus haut. Les urgences pratiquent également des examens sollicitant le laboratoire avec lequel les relations et les transferts de prélèvements doivent être rapides. Les résultats des analyses seront transmis par liaison informatique, comme les analyses d’examens radiologiques au sein d’un dossier patient unifié. Il y aura également un cheminement aisé et rapide à prévoir avec les soins intensifs pédiatriques et avec la réanimation néonatale. Les enfants seront dans ce cas techniqués en salle de déchocage avant d’être conduits en réanimation. Les éléments de la filière pédiatrique devront se situer dans un environnement proche. Il s’agit de l’accès et des urgences, de la consultation et de l’hôpital de jour. Ces unités sont implantées dans des bâtiments différents, mais devront être en relation aisée de manière à optimiser le temps des pédiatres et des équipes soignantes. L’avis d’un médecin spécialiste pourra être sollicité en journée et un cheminement facile et rapide vers le secteur de consultations sera un gain d’efficacité. Enfin, le lieu de traitement des formalités administratives, en cas d’hospitalisation, devrait être aisément accessible car les parents devront s’y rendre à l’arrivée, puis au départ de leur enfant.

Polyprogramme – Programme Général

116/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

117/347

Tableau des surfaces
Urgences pédiatriques
Accès et attente
Attente Secrétariat accueil Attente (20 places) Espace jeux Sanitaire enfants Change bébé Sanitaire du public (PMR) Orientation Examen IAO 1 1 1 2 1 2 1 12 40 10 3 3 4 18 12 40 10 6 3 8 18 579 1 1 6 2 1 1 1 1 1 1 1 1 4 1 1 1 12 12 20 25 30 15 6 12 10 4 10 4 32 30 6 4 12 12 120 50 30 15 6 12 10 4 10 4 128 30 6 4 97

894

Espaces de soins
Salles d'examens Bureau médical Salle d'évaluation Boxe d'examens deux places Boxe de surveillance rapprochée (deux postes) Salle de petite intervention (deux postes) Salle de plâtres Douche patients PC et poste de soins infirmiers Bureau infirmier (3 postes) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Attente aval Box d'attente Locaux supports Réserves Vidoir/ lave bassins Local chariots Locaux communs aux urgences pédiatriques Administration médicale Bureau médical Bureau des résidents Cadre Salle de réunion (15 personnes, 30 en formation conférence) Locaux du personnel Chambre de garde Sanitaire personnel Vestiaire

1 1 1 1 3 2 1

12 12 12 30 12 2 20

12 12 12 30 36 4 20 218

UHTCD (16 places)
Hébergement Boxes Salle de douche Accueil des familles/ entretiens Sanitaire du public PC et poste de soins infirmiers (commun avec attente aval) Bureau infirmier (1 poste) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Locaux supports Linge propre Stockage matériel Ménage 4 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 1 32 12 12 4 10 8 4 8 4 8 10 6 128 12 12 8 10 8 4 8 4 8 10 6

Polyprogramme – Programme Général

118/347

Description détaillée des espaces
Accès et Attente • Attente À l’arrivée dans le service, le patient sera accueilli : directement en salle d’examen pour déchocage s’il est en détresse ou urgence vitale ; sinon, à l’accueil pour son inscription, puis au poste d’infirmière qui prendra en charge son orientation : selon la gravité, il pourra être soit conduit en salle d’attente ou transféré vers une consultation, soit accueilli dans une salle d’examen. Après le soin, le patient sera, selon les besoins, transféré en unité de surveillance de très courte durée (séjour d’une durée inférieure à 24 heures) où il attendra la réalisation d’un examen, les effets d’un traitement, les résultats d’un examen ou encore son transfert vers l’hospitalisation ou vers une consultation spécialisée. Le secrétariat accueil sera séparé de l’attente par un comptoir. Il sera équipé d’un ordinateur relié au réseau. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. Des lampes seront posées sur les postes de travail. L’accès se fera par une d’attente ouverte sur les circulations, attenant à la salle d’examen de l’IAO et à l’administration médicale. Le personnel du service aura ainsi une vue sur l’attente et pourra à tout moment tenir les parents informés. En tant qu’espace d’introduction au secteur, le choix des revêtements de sol et les couleurs de la salle participeront à la description d’une ambiance chaleureuse. On y trouvera une vingtaine de sièges bas, trois tables basses sur lesquelles seront posées des revues. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’un des secteurs pourra être isolé pour offrir aux enfants la possibilité de regarder la télévision. Une autre partie proposera des bacs à jouets, quelques tables et chaises adaptées à la taille des enfants pour offrir la possibilité de faire des dessins ou regarder des livres. Il sera intéressant également de prévoir une structure d’évolution. Le sol sera revêtu d’un matériau souple amortissant assurant le confort des enfants qui jouent à terre. Ce sol devra également être compatible avec une bonne asepsie des lieux. La délimitation de l’espace jeux sera faite par le sol, sans obstacle pour la vision. Les couleurs pourront être en rupture avec le reste des aménagements, tout en restant dans des gammes apaisantes. Deux blocs sanitaires enfants seront adjacents à l’espace d’attente. Les revêtements seront posés avec le minimum de joints, sol et murs, toute hauteur, avec des plinthes et des angles de murs à gorge pour une meilleure asepsie. Les robinets ainsi que les sèche-mains seront prévus à déclenchement automatique sur présentation des mains. Les équipements seront tous dimensionnés pour des enfants. Un espace change bébé comprendra une table à langer et une cuvette de sanitaire pour les petits enfants avec un lavabo. Un dispositif de réchauffage des biberons, hors de portée des enfants et non démontable, sera également prévu dans cet espace. Un espace sanitaire avec deux cabines PMR est disponible pour les adultes. • Orientation

Polyprogramme – Programme Général

119/347

La salle d’examen IOA (infirmière d’accueil et d’orientation) sera située à immédiate proximité de l’accueil, en charnière entre l'accueil et la zone d'examen. Après l’inscription administrative à l’accueil, les familles seront reçues par l’infirmière pour leur orientation. Les patients ambulatoires y accéderont après avoir franchi la porte de séparation entre ces deux zones, depuis la circulation de la zone d'examen. Cependant, une porte permettra à l’infirmière de se rendre directement dans la zone d'accueil. Elle sera condamnée de jour et ouverte de nuit. La localisation de ce bureau permettra d'y faire entrer aisément les brancards, depuis l'accès des ambulances. La porte du bureau sera à doubles vantaux pour permettre cette manipulation. Il est également souhaité que l’infirmière puisse accéder rapidement aux deux postes de soins des zones examens et de l’unité de surveillance de courte durée. Elle travaillera dans un bureau doté de moyens matériels pour la réalisation d’un examen rapide, incluant la mesure des paramètres vitaux et le recueil de ces données dans le dossier du patient. On trouvera donc dans son bureau un ordinateur relié au réseau lui permettant d’avoir à tout moment l’état de disponibilité des locaux de la zone d’examen, une connexion téléphonique, un appel généralisé et du matériel médical pour l’examen et les premiers soins. La porte d’entrée principale sera coulissante, à doubles vantaux, de manière à pouvoir manipuler des malades sur brancard. L’entretien et l’examen rapide permettront le classement de l’enfant parmi les deux catégories usuelles, hors les urgences véritables qui représentent en moyenne 10 % de l’ensemble (classées elles-mêmes en deux catégories : pronostic vital engagé sans réanimation, pronostic vital engagé avec geste de réanimation) : état clinique stable, état clinique susceptible de s’aggraver. De cette orientation dépendront le temps d’attente des familles et l’orientation de l’enfant sur l’un des secteurs des urgences. Espaces de soins • Salles d’examens Le bureau médical sera aménagé au cœur de ce secteur. Il sera équipé selon les standard d’aménagement de bureau déjà décrits et bénéficiera d’une cloison semi-vitrée pour avoir une vue vers la circulation des salles d’examen et le poste de soins associé. Un store de discrétion sera intégré dans cette cloison et pourra être fermé le temps des soins. Une salle d’évaluation est à disposition des équipes médicales et soignantes. Elle permet de réaliser des entretiens avec l’enfant et les parents avant de procéder aux examens complémentaires. Cet espace est équipé selon les standard des espaces tertiaires. Les huit boxes d’examen seront situées dans un même secteur. Ils sont tous dimensionnés pour deux postes. Deux boxes seront légèrement plus grandes et positionnées à proximité immédiate du poste de soins pour une surveillance rapprochée des petits patients. Pour ces deux salles, un éclairage puissant sera disponible au-dessus du patient (de type opératoire) pour effectuer des gestes précis, en complément d’un éclairage mobile articulé. Ces salles bénéficieront également d’un système de ventilation renforcée. L’éclairage naturel pour l'ensemble de ces boxes serait un gain. Leurs proportions devront permettre à l’équipe médicale et soignante de tourner autour de la table d’examen, sur les quatre côtés. On y trouvera un négatoscope, une lampe d’examen, murale et articulée, et un éclairage individuel au-dessus du malade. Une goulotte de distribution des courants forts et faibles amènera sur une des cloisons 4 groupes de 4 prises 16A, dont 4 seront sur circuit protégé par poste. Les prises de courants faibles seront fournies par

Polyprogramme – Programme Général

120/347

borne radio. Pour ce qui concerne les fluides, on comptera une prise d’oxygène, une prise d’air comprimé et une prise de vide par poste. Un bureau pourra recevoir l’équipement informatique standard où le médecin et l’infirmière recueilleront les résultats de l’examen, les prescriptions et les actes à réaliser. Une paillasse sera installée sur l’un des côtés de la salle, à une hauteur suffisante pour permettre de loger au-dessous des chariots roulants. Un évier permettra au personnel de se laver les mains avant de commencer l’examen. Il sera équipé d’un robinet à déclenchement automatique sur présentation des mains, d’un distributeur de savon de même nature et d’un distributeur d’essuies mains jetables. Le sol devra être d’un entretien aisé et pouvoir résister au roulement des brancards, chariots d’urgence, ou médicaments, ou aux matériels d’investigation installés sur des chariots. Une neuvième salle d’une surface de 30 m2 permet de réaliser de petites interventions chirurgicales en extrême urgence. Elle est similaire aux précédentes à l’exception de la classe d’aire qui sera en ISO 8. Une Salle de plâtre sera destinée à la pause des plâtres et à leur retrait. Elle proposera deux places, c’està-dire deux tables dans un système ouvert, ce qui permettra d’adapter son occupation selon les besoins. Il pourra arriver par exemple qu’un patient nécessite une occupation plus grande, pour un plâtre très couvrant. Certains dispositifs seront en effet consommateurs de place (par exemple les plâtres qui prennent toute la longueur du corps pour les colonnes vertébrales). Une paillasse d’environ 3 mètres linéaires avec un large bac d’alimentation en eau offrira le lieu de préparation commun des plâtres. Un système de récupération par filtre des éléments solides sera intégré à ce bac. Il sera alimenté en eau chaude et froide. Il doit être possible d’ouvrir l’eau par déclenchement automatique lors de présentation des mains. Le dispositif de lavage des mains sera conforme aux règles d’asepsie des hôpitaux. L’éclairage sera assuré par des plafonniers diffusant une lumière homogène. Un dispositif complémentaire renforcera l’éclairage de l’évier et de la paillasse. Les étagères, la paillasse, le sol et les murs résisteront aux attaques chimiques (U3P3E3C3). La porte d’accès au local sera renforcée et munie d’une serrure afin d’éviter toute entrée non autorisée. Toute cette activité étant humide et créatrice de poussière, l’ensemble des revêtements de sol, mur et plafond sera parfaitement lisse et lavable. Les patients y subissent des manipulations quelquefois douloureuses et le bruit ne devra pas être trop amplifié. Pour faciliter leur relaxation, un système de sonorisation permettra de diffuser de la musique et des écrans de diffusion de petits films seront disposés pour être vus depuis les tables. Dans certains cas, il est indispensable que l’enfant soit lavé avant qu’un médecin ne l’examine. On y trouve une douche patients sans bac (forme de pente du sol) équipée d’un siège, d'un long flexible et pomme de douche à gâchette, de barres d’appui, un lavabo avec une robinetterie à déclenchement automatique, un robinet de puisage. · PC et poste de soins infirmiers Il sera installé pour assurer un accès rapide et direct aux salles d’examen et une vue directe sur les salles de surveillance rapprochée. Le Poste de Soins aura en charge l’ensemble des salles d’examen. C’est un lieu stratégique et de référence pour l’équipe soignante. C’est ici que l’on prépare les soins, que l’on nettoie les instruments après les soins et que les équipes échangent les informations essentielles concernant les patients. Il sera constitué de plusieurs locaux en communication. Les communications entre les différentes entités qui le composent doivent être facilitées tout en diminuant au maximum l’emprise des couloirs. C’est

Polyprogramme – Programme Général

121/347

pourquoi, la plupart du temps, les liaisons entre les locaux du poste de soins pourront se faire en communication directe. Les espaces du poste sont similaires aux espaces déjà décrits plus haut dans les urgences adultes. · Attente aval Des boxes d’attente pour 4 patients couchés permettent de réguler le flux des patients en attente de transfert en hospitalisation. L’équipe recherche un lit ou en a obtenu un pour ce patient mais qu’il doit attendre un laps de temps relativement court avant d’y être conduit. Ils assurent un tampon pour des malades en amont de l’examen. Le patient est alors installé dans un des boxes, isolé des circulations par des parois coulissantes et transparentes, où il peut se reposer, manger ou discuter avec un proche parent. Chaque position d’attente est équipée d’un bandeau de distribution des gaz et des courants forts et faibles. Les patients seront installés dans des conditions respectant leur intimité tout en assurant une vue depuis le poste de soins. Le poste de soins des salles d’examen doit pouvoir conserver une vue sur les boxes. L’accès depuis les salles d'examen doit donc être aussi court et direct que possible. Ils doivent être vus par le personnel soignant qui gravite dans le service, afin d'assurer une surveillance et d'éviter aux patients de se sentir oubliés. · Locaux supports On trouve : - une réserve ; - un vidoir et lave bassin ; - un local chariots. Ces trois locaux ont des caractéristiques équivalentes à celle des locaux précédemment décrits. • Locaux communs aux urgences pédiatriques · Administration médicale Les espaces tertiaires de cette unité comportent : un bureau double pour les PH avec deux postes de travail informatisés ; un bureau pour deux résidents ; un bureau pour le cadre qui bénéficie d’un espace de travail individuel compte tenu de sa mission d’encadrement des équipes soignantes des urgences ; une salle de réunion pour quinze personnes.

· Locaux du personnel Trois chambres individuelles seront aménagées et prévues pour la garde de pédiatrie. Elles seront bien isolées du point de vue phonique pour que les personnes puissent s’y reposer quel que soit le niveau de bruit général. Chaque chambre sera équipée d’une douche, d’un lavabo et d’un sanitaire. Les chambres pourront aussi éventuellement bénéficier d’une télévision. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type carrelé. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Les consignes seront équipées de portes fermables à code ou à cadenas. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

122/347

Unité d’hospitalisation de très courte durée L’unité permet l’observation, pour une très courte durée (moins de 24 heures pour les enfants), de patients dont le diagnostic n’est pas encore formulé de manière définitive, qui sont en attente d’un résultat d’examen ou d’une exploration complémentaire. Ces lits aussi permettent de dégager les espaces des salles d’examens et de fluidifier le fonctionnement du service des urgences. Cette partie du service des Urgences doit pouvoir être isolée de l’ensemble examen en journée et mise en communication aisée avec le reste des espaces pendant la nuit. Ce service est composé de quatre boxes. L‘unité fait immédiatement suite à la zone examens sur le plan fonctionnel. Il se compose de boxes de courte durée. • Hébergement La salle d’UHTCD sera contiguë à l’attente aval et reprendra les mêmes dispositions. Les boxes sont un peu plus grands et sont équipés d’un lavabo. Quatre boxes quadruples sont utilisées pour des patients en observation pour une durée limitée à 24 heures. Ils sont équipés de lavabo mais pas de douche ou de sanitaires. Ils sont dimensionnés en conséquence. La cloison sur circulation doit être vitrée et libérée de toute installation technique, afin d'assurer une surveillance facile de l'état des patients depuis le poste de soins. Un store de discrétion sera intégré dans cette cloison et pourra être fermé le temps des soins. Ils bénéficient d’une irrigation en fluides médicaux et courants faibles et fort. Un bouton d’appel est installé dans cet espace. Pour ces boxes, il a été fait choix de ne pas imposer un éclairage naturel. Une salle de douche est disponible pour les enfants désirant prendre une douche. On y trouve une douche sans bac (forme de pente du sol) équipée d’un siège, d'un long flexible et pomme de douche à gâchette, de barres d’appui, un lavabo avec une robinetterie à bouton-poussoir, un robinet de puisage. L’accueil des familles/entretien est un petit bureau dans lequel un médecin peu expliquer aux parents le protocole retenu et le déroulement des futures 24 heures pour l’enfant. C’est un espace de type tertiaire avec un bureau et un poste informatisé. Deux sanitaires du public sont réservés aux parents. Les prestations sont en tout point identique à ceux déjà décrits. • PC et poste de soins infirmiers Il sera installé au cœur du dispositif pour assurer un accès rapide et direct vers les chambres. Le Poste de Soins aura en charge l’ensemble des chambres. C’est un lieu stratégique et de référence pour l’équipe soignante. C’est ici que l’on prépare les soins, que l’on nettoie les instruments après les soins et que les équipes échangent les informations essentielles concernant les patients. Il sera constitué de plusieurs locaux en communication. Les communications entre les différentes entités qui le composent doivent être facilitées tout en diminuant au maximum l’emprise des couloirs. C’est pourquoi, la plupart du temps, les liaisons entre les locaux du poste de soins pourront se faire en communication directe.

Polyprogramme – Programme Général

123/347

Les prescriptions concernant ses espaces sont similaires aux descriptions précédentes. • Locaux supports Un stockage linge propre reçoit une armoire de linge et des étagères pour du stockage spécifique en dotation globale. Un stockage matériel permet d’entreposer des équipements spécifiques qui ne sont pas laissés dans les chambres (support de perfusion, pousse seringue…). Un local ménage, avec un vidoir, dessert cette zone. Ces locaux sont réalisés sur des principes équivalents à ceux déjà décrits.

Polyprogramme – Programme Général

124/347

Imagerie
Organisation générale
Organisation du secteur
L’imagerie est un service de grande taille regroupant un nombre important de matériel lourd et va générer un flux élevé de patient (80 000 par an) soit aux alentours de 350 interventions quotidiennes, sans compter les accompagnants, les soignants, les prises de rendez-vous etc… qui augmentent d’un tiers le flux des personnes physiques. Les équipes ont souhaité privilégier la qualité et l‘efficacité de prise en charge en divisant l’imagerie en plusieurs modules avec : - un module IRM et scanner où sont réunis les équipements lourds d’imagerie en coupe ; - un module échographie et mammographie dans lequel sera réalisée notamment la sénologie ; - un module de radiologie conventionnelle comptant 3 salles standard. Chaque module est organisé à partir d’un point d’accueil et sera desservi pour les circulations du personnel et logistique. Ce point d’accueil est composé : - d’un secrétariat ; - d’une zone d’attente pour les patients debout ; - d’une zone d’attente pour les patients couchés ; - de locaux support. Ces zones sont dimensionnées en fonction des flux patients et doivent prendre en compte le besoin de surveillance des patients notamment des patients couchés. Les secrétariats ont une compétence élargie que leur permet leur proximité aux moyens d’imagerie. Ils assureront en particulier : - la prise des rendez-vous ; - l’enregistrement des patients ; - l’accueil physique et la surveillance des patients ; - la frappe des comptes rendus ; - et la facturation. Ainsi, de la même manière qu’en consultation, c’est au plus prêt de l’activité que sont réalisés l’ensemble des actes dans un souci de qualité de service pour le patient et d’efficience pour l’hôpital, tenant compte de la confidentialité.

La séparation couché/debout pour les patients
Les patients se répartissent de la manière suivante : 45 % s’adressent au service pour une consultation d’imagerie ; 20 % sont des primos demandeurs et proviennent des urgences, contiguës au service ; 35 % sont hospitalisés. Ces patients sont majoritairement déplacés en lit ou en fauteuil, entre leur unité d’hospitalisation et le service d’imagerie, par le service de brancardage. Ces chiffres varient selon les modalités (exemple peu d’hospitalisation pour l’activité d’IRM). -

Polyprogramme – Programme Général

125/347

Deux types d’attentes sont identifiés : celle des patients lourds, alités, qui nécessite une attente sous surveillance et au calme ; celle des patients ambulatoires, en particulier de nombreux enfants qui demandent un accueil confortable et adapté qu’il est difficile de faire cohabiter avec des patients lourds, pouvant être ventilés et intubés. Le projet vise ainsi à clarifier les entrées au service, aménager des espaces d’accueil et d’attente au contact du personnel hospitalier et à séparer les filières des patients ambulatoires et des patients alités avant et après les examens. Il est important que ce nouveau dispositif facilite la surveillance et la prise en charge des patients couchés. La préparation des patients varie selon les techniques d’imagerie : passage par un déshabilloir pour l’échographie ; passage par un déshabilloir pour la radiologie ; entretien médical, et soins préalables en IRM et en scanner. soins préalables et +/- anesthésie en imagerie interventionnelle. -

Certains patients alités ont un état général instable, voir sont intubés et ventilés. Pour l’IRM, Il est primordial que le projet prévoit des espaces de préparation des patients en amont des salles. Les salles d’IRM sont placées au sein d’un périmètre de sécurité dont l’accès s’effectue : - pour les patients par le franchissement d’un sas ; - pour le personnel par un accès dédié depuis les circulations internes du service, bénéficiant d’un signalement des risques particulièrement remarquable e franchissement secteur d’accès contrôlé. Il est rappelé que les entrées non contrôlées peuvent avoir des conséquences graves : - en IRM du fait du champ magnétique avec ici des conséquences graves pour les patients et pour les personnels et potentiellement particulièrement grave (risque de décès pour des patients porteurs d’un pacemaker, ou risque de projection d’objets métalliques ferromagnétiques) ; - en salle d’imagerie interventionnelle du fait d’un non-respect des règles d’asepsie ; - les unités utilisant les rayons X sont soumises à des règles de contrôle.

Circuit des patients
Accès et attente avant examens Un tiers des patients viennent des unités d’hospitalisation et sont majoritairement déplacés en lit ou en fauteuil. Certains patients, provenant des soins intensifs ou des réanimations sont intubés et ventilés et nécessitent une surveillance médicale continue. Un personnel d’accueil et de brancardage est présent dès l’entrée du service mais le positionnement des bureaux d’accueil permet la vue sur les attentes. Attente pour prise de rendez-vous Certains patients ou demandeurs d’examens se déplacent physiquement au service de radiologie pour organiser leur prise de rendez-vous. Ils sont reçus dans un local dédié où les conversations sont confidentielles. Ces demandeurs, doivent pouvoir repérer rapidement le bureau de prise des rendez-vous, sans avoir à traverser l’ensemble du service. La signalétique joue un rôle important dans ce repérage. Soins préalables à un examen

Polyprogramme – Programme Général

126/347

Avant l’entrée pour une IRM, un scanner ou une angiographie, les patients subissent un entretien médical et des soins préalables. Ils sont dispensés dans des espaces dédiés à chacune des techniques. Suite de l’examen Suite à un examen, les patients hospitalisés sont accompagnés en lit dans leur chambre par le personnel de brancardage. Les autres patients attendent dans le service pour recevoir leur résultat d’examen. Dans certains cas, les patients, ambulatoires ou en brancard, peuvent être reçus par un médecin lors d’un entretien d’explication.

Des espaces et un circuit dédié aux personnels
Les espaces d’acquisition sont destinés aux manipulateurs en électroradiologie (MER) qui assurent des fonctions techniques et paramédicales sur les équipements de radiologie. Les médecins interviennent avec leur collaboration en salle d’imagerie pour le placement du patient puis encadrent l’exécution des examens depuis un poste d’acquisition attenant. Chaque salle d’IRM, de scanner et d’angiographie bénéficie d’un poste dédié, communicant par une cloison vitrée sur allège. Les médecins interprètent ensuite les images. Il s’agit de lire les examens et de déterminer, au regard du contexte médical du patient, les pathologies diagnostiquées. Les médecins élaborent les comptes rendus d’analyse soit en dictant, soit en rédigeant par ordinateur. Ils effectuent ce travail en dehors de leurs bureaux, dans des locaux dédiés. Il s’agit d’espaces d’interprétations qui sont équipés, par poste médical, d’un ordinateur et de trois grands écrans (dont deux de 21 pouces). Certains postes sont équipés de 5 écrans (cas de figure du couplage à la solution PACS/RIS-AS de console de traitement avancé d’images). Les allers-retours entre interprétation et acquisition peuvent être nombreux. Pour faciliter les relations entre médecins et MER, il est primordial que les deux types d’espaces soient les plus proches possibles. Deux types d’espaces d’interprétation sont identifiés : - les espaces partagés où sont positionnés plusieurs postes d’interprétation (5 postes au maximum par espace) ; les espaces spécifiques, pour interprétations complexes (2 postes par espace).

Tout en assurant certains cloisonnements privilégiant le traitement acoustique, c’est la plus grande communication visuelle qui est recherchée pour ces espaces afin de pouvoir facilement contacter un médecin. Les comptes rendus sont saisis, enregistrés puis distribués par le secrétariat. L’objectif est qu’un certain nombre de patients puissent quitter le service avec son compte rendu. Ce sont les bureaux d’accueil qui distribuent les résultats aux patients ou au personnel paramédical chargé de récupérer ces résultats. Lors de certains cas, soit du fait du contexte médical, soit du fait de recommandations spécifiques, un médecin peut s’entretenir avec un patient et ses accompagnants. Il s’agit bien souvent de cas graves. L’entretien nécessite de se dérouler dans un lieu neutre, accueillant, isolé visuellement et acoustiquement des circulations du service. Le médecin peut, depuis ce confidentiel de réception, appeler par informatique des images de l’examen venant d’être subi. Ces espaces peuvent aussi service de lieu de consultation préalable d’imagerie (avant un examen interventionnel). Afin de limiter les gènes et de faciliter les accès des patients et des personnels, il a été demandé de séparer les circuits patients et les circuits personnels. La desserte des patients doit s’opérer sur le pourtour du service tandis que celle des personnels se fera depuis le cœur du service, selon une distribution concentrique.
Polyprogramme – Programme Général 127/347

Circuit logistique
Le service est alimenté depuis le palier logistique du rez-de-chaussée du plateau technique. L’alimentation des réserves centralisées sera réalisée par le service logistique. De même, afin de limiter la manipulation, les déchets seront regroupés dans un local unique à l’échelle du plateau. C’est également le responsable du palier logistique qui sera chargé de la collecte des containers.

Qualité de la réalisation
Les cloisonnements Afin de fluidifier la prise en charge des patients et donner un esprit d’équipe entre médecin, manipulateur et personnel soignant, les concepteurs proposeront des solutions techniques améliorant la visibilité des personnels et des patients. Il s’agit : - de favoriser les liaisons visuelles directes entre les espaces d’interprétation, les bureaux et les circulations par des cloisonnements partiels ou vitrés sur allège ; de mettre en place un système d’interphonie entre l’accueil, les bureaux de secrétariat et les espaces d’interprétation et d’acquisition afin de contacter un membre de l’équipe et d’organiser les prises en charge des patients.

Les circulations La taille et le traitement des couloirs participeront à la perception par les patients et les accompagnateurs de la progression des circulations générales vers la prise en charge par le personnel du service. Les couloirs correspondront au dernier espace fréquenté avant l’entrée dans une salle d’imagerie pour un examen pouvant être difficile à supporter. Les volumes, la lumière et les matériaux décriront une ambiance chaleureuse et réconfortante. Il est important que les patients en attente d’examen aient toujours vu sur un membre de l’équipe du service. Par les formes et les ambiances des circulations, on évitera tout effet blafard, donnant une image de tristesse au service. Il sera, par exemple, souhaitable d’éviter tout effet « corridor ». En jouant sur les reculs et les avancées que peuvent créer les portes des bureaux ou des salles d’imagerie, des respirations et des lieux d’attente vivants seront aménagés. On privilégiera la présence de la lumière du jour dans les couloirs patients. Les espaces d’attente et de soins des patients en lit Le service reçoit de nombreux patients en lit, dont certains issus des réanimations et qui sont intubés et ventilés. L’aménagement général et l’équipement des attentes en lit suivent certaines composantes essentielles au bon déplacement et au bon fonctionnement des équipements médicaux accompagnant les patients. L’organisation des espaces sera liée aux contraintes de déplacement des lits qui devront pouvoir aisément entrer et sortir de la pièce. La largeur des portes (1,4 mètre), le positionnement des cloisons et du mobilier ne devront pas entraver ces déplacements. L’espace d’attente central sera équipé d’un poste de télévision. Les concepteurs prévoiront le système d’accroche et les alimentations liés. Chaque poste d’attente d’un malade en lit sera systématique équipé : d’un appel malade, fixé au mur, à proximité de la tête de lit ; d’un bandeau de distribution des fluides médicaux (air, oxygène, vide, courants forts) pour chaque lit ; d’un support informatique d’accès au dossier numérique du patient.

Polyprogramme – Programme Général

128/347

Le revêtement de sol, tout en permettant une asepsie aisée des lieux (linoléum ou revêtement textile, par exemple, mais pas de moquette ni de carrelage avec des joints), pourra aussi être gai. L’éclairage artificiel courant sera assuré par des plafonniers diffusant une lumière d’ambiance indirecte pour ne pas éblouir les patients allongés. Les couleurs et les matériaux des sols et des murs participeront à la description d’une ambiance chaleureuse et calme. Ils seront également résistants aux produits chimiques (U3P3E2C3). Les locaux recevant des équipements d’imagerie Ces espaces devront présenter des morphologies proches du carré qui sont adaptées à la meilleure mise en valeur des surfaces et à la définition d’un espace ergonomique. De façon générale, les concepteurs doivent prévoir toutes les dispositions liées à la radioprotection (protection des murs), à la signalétique réglementaire des installations de radiographie. Ils doivent également intégrer dans leurs dimensionnements, et en particulier dans ceux des accès, les livraisons et les transports nécessités par l’installation ou le remplacement de tous les appareils et équipements d’imagerie. Ceci rend nécessaire de prévoir des largeurs de portes ou des systèmes d’accès de dimensions exceptionnelles (en général entre 1,20 mètre et 1,50 mètre pour les portes, et entre 2,30 et 3,10 mètres pour les circulations). Ces contraintes concerneront également les hauteurs libres des accès, des cheminements et les contraintes de charge au sol. On pourra utiliser des toits amovibles ou des cloisons amovibles Pour ce qui concerne les alimentations en courants forts, chaque installation, dans chaque salle d’examen, pourra être arrêtée par un système indépendant d’urgence de type coup-de-poing. Chaque modalité doit pouvoir disposer d’un courant ondulé relié au générateur. Certaines modalités telles que l’IRM et l’imagerie interventionnelle doivent disposer d’un circuit d’eau réfrigéré. L’intensité lumineuse sera réglable et adaptée au travail sur écran.

Polyprogramme – Programme Général

129/347

Schéma fonctionnel

Polyprogramme – Programme Général

130/347

Tableau de surfaces
Imagerie
Modalités
Module IRM – Scanner (1 scan, 1 IRM) Accueil Secrétariat d'accueil Attente (6 places) Sanitaire visiteurs (PMR) Attente lits, brancard, couveuses (3 lits) Transfert brancard Cabine patients ambulatoires Scanner Salle de préparation des patients (2 lits) Salle d'examen Local technique associé Poste d'acquisition (2 MER) IRM Salle de préparation des patients (2 lits) Salle d'examen Local technique associé Poste d'acquisition (2 MER) Locaux communs Poste d'interprétation (2 Med.) Reprographie et imprimante Module Mammographie et échographie Accueil Secrétariat d'accueil Attente (5 places) Sanitaire visiteurs (PMR) Attente lits, brancard, couveuses (2 lits) Cabine patients ambulatoires Sanitaires Mammographie et échographie (5 salles) Salle d'examen (2 mammographes, 3 échographes) Poste d'interprétation (4 Med.) Module radiologie conventionnelle Accueil Secrétariat d'accueil Attente (10 places) Sanitaire visiteurs (PMR) Attente lits, brancard, couveuses (2 lits) Cabine patients ambulatoires Radiologie (3 salles) Salle de radiologie télécommandé Salle biplan accessible par les urgences Poste d'acquisition Chambre claire (deux dévelopeuses) Réserve produits et cassettes 617

766

1 1 1 1 1 4 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

12 9 4 12 15 3 20 35 8 10 20 40 8 10 15 10

12 9 4 12 15 12 20 35 8 10 20 40 8 10 15 10

1 1 1 1 4 2 5 1

12 8 4 10 3 4 20 20

12 8 4 10 12 8 100 20

1 1 2 1 3 2 1 3 1 1

12 15 4 10 3 30 40 8 15 10

12 15 8 10 9 60 40 24 15 10 149

Administration, locaux support
Bureaux Chef de service Secrétariat médical Gestion des appareils délocalisés Stockage appareils mobiles (1 médecine, 1 urgence adulte, 1 pédiatrie) Locaux du personnel Salle de réunion (10 places en formation réunion, 20 en conférence) Détente Sanitaire personnel Vestiaire Locaux supports Réserve matériel à usage unique Vidoir Déchets 1 1 3 1 1 2 1 1 1 1 15 12 8 20 12 2 20 30 4 8 15 12 24 20 12 4 20 30 4 8

Polyprogramme – Programme Général

131/347

Description détaillée des locaux
Modalités
Module IRM – scanner • Accueil Ce module est équipé de 1 Scanner et 1 IRM. Étant donné les temps de passage sur chacun de ces équipements, ½ heure pour une IRM et ¼ d’heure pour un scanner, il pourra accueillir jusqu’à 6 patients par heure. Le secrétariat d’accueil est localisé en premier rideau dès le franchissement de la porte d’accès. Les personnels, au nombre de 2, peuvent contrôler les allées et venues des patients. Du fait de sa fonction, le secrétariat d’accueil profite d’une situation stratégique, en entrée de service et ouvert sur les attentes. Le personnel a ainsi une vue directe sur les patients ambulatoires et sur les patients alités. Le local est occupé par deux personnes pendant les heures habituelles de bureau. Le secrétariat accueil est équipé, côté attente ambulatoire, d’un comptoir bas permettant les échanges avec les PMR. Le poste de travail est installé de manière à pouvoir réaliser des opérations de prise en charge dans le meilleur respect des patients. Le local est ouvert sur l’attente couchée dont les patients doivent être surveillés en continue. Pour les patients en lit, c’est le personnel d’accompagnement qui se présente à l’accueil. Le personnel assure, en collaboration avec le secrétariat d’accueil, des tâches préalables à l’examen. Après les examens, le secrétariat d’accueil donne les documents aux patients ou au personnel de brancardage (pour les patients alités). Sur le plan technique, les postes répondent aux principes d’aménagement de la trame tertiaire. L’ensemble des actes du secteur sont numérisés et intégrés dans le dossier du patient. Les deux postes sont équipés d’un écran plat de grande dimension. L’organisation spatiale des attentes et des circuits patients conditionne pour beaucoup la qualité du service d’imagerie. Il convient en particulier d’éviter le croisement des flux tout en assurant le regroupement des patients autour du secrétariat. Les vues de l’attente des patients ambulatoires vers les patients couchés doivent être limitées afin que les patients ambulatoires ne se sentent pas « responsables » de la surveillance des patients alités et afin que l’état général de certains (notamment des patients issus des réanimations) ne crée pas d’angoisse chez les patients ambulatoires. Le fonctionnement des attentes est différent selon les circuits : - pour les patients couchés, l’attente principale est organisée à l’entrée du service. C’est le regroupement qui est recherché afin de concentrer la surveillance hospitalière et de pouvoir limiter la longueur des réseaux (pour les équipements techniques des têtes de lit par exemple). Les patients sont directement accompagnés de l’attente vers la salle d’examen. Après l’examen, les patients sont de nouveau en salle d’attente centrale avant d’être accompagnés dans leur service hospitalier par le personnel de brancardage ; - pour les patients ambulatoires, l’attente a une capacité permettant une bonne fluidité des examens et une utilisation optimale. Suite à leur prise en charge, les patients sont adressés directement vers les salles d’imagerie. Des points d’attente secondaires sont placés en vis-àvis des accès aux différentes salles d’examen afin de simplifier l’appel des patients par le personnel médical. Ces attentes secondaires sont constituées d’élargissement des circulations

Polyprogramme – Programme Général

132/347

L’attente des patients ambulatoires est immédiatement accessible et ouvert sur les circulations. Elle communique avec le bureau d’accueil par une banque. Ce secteur est un premier lieu d’attente pour les accompagnants et les patients qui sont immédiatement dirigés vers les espaces d’attente secondaires, proches des salles d’imagerie. On y trouvera six fauteuils confortables, très enveloppant et assurant un bon maintien des patients. Une fontaine à eau avec bouteille. Des revues d’information médicales seront mises à la disposition des patients sur des petits guéridons sur roulettes que l’on pourra disposer à proximité de chaque siège. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital par un écran posé sur socle (alimentation par deux prises courants forts, une prise courants faibles et une prise antenne). Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’espace est conforme aux principes généraux d’aménagement des circulations définis en début de chapitre Deux sanitaires visiteurs seront adjacents à l’espace d’attente. Accessibles aux personnes à mobilité réduite, ils comprennent chacun une cabine sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide et chaude. Les sols et murs seront recouverts d’un matériau assurant une bonne asepsie (on pensera en particulier à remonter le revêtement de sol en plinthe et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets ainsi que les sèche-mains seront prévus à déclenchement automatique sur présentation des mains. L’attente lits permet de placer 3 lits, tous visibles depuis le secrétariat d’accueil. Certaines places peuvent être isolées par un système de panneaux amovibles mi-hauteur. Un homme debout doit pouvoir porter son regard par-dessus la séparation. Ces places isolables sont réservées aux patients les plus lourds qui nécessitent d’être au calme ou dont l’état général pourrait choquer les autres patients. Chacune des 3 places est équipée d’un bandeau mural avec distribution des fluides médicaux (1 point oxygène, 2 points de vide médical, 4 prises courants forts dont 2 ondulées, 1 prise courants faibles pour le système d’appel). Toutes les places sont équipées d’un système d’appel malade. Cette présence technique devra s’intégrer de manière discrète en minimisant le contexte hospitalier au profit d’un sentiment de confort. Des supports d’écran et des arrivées électriques (antenne, deux prises courants forts et une courants faibles) permettent de placer des écrans afin d’accéder au dossier informatisé du patient par le personnel soignant et accessoirement de diffuser des émissions de télévision mais également des programmes d’information médicale. Un lave-mains avec distributeur de produit aseptique et sèche-mains permet au personnel du service et de brancardage d’effectuer des gestes d’hygiène. L’espace d’attente communique avec les circulations générales de l’hôpital par une porte double battant de 1,4 m. La porte de communication de l’attente vers les espaces d’imagerie suit des principes similaires. S’il s’agit de la porte de séparation entre l’espace en immeuble de grande hauteur et les autres espaces du service, un système de sas devra être aménagé. Les équipements d’éclairage et de revêtement des sols et des murs sont choisis pour leur bonne asepsie et de manière à éviter tout éblouissement des patients allongés. En tant qu’espace d’introduction aux examens, le choix des revêtements de sol et les couleurs de l’attente participeront à la description d’une ambiance chaleureuse, sereine et calme. Les patients sont ensuite transférés sur un brancard qui assure le lien entre les espaces de préparation et les salles d’imagerie dans un local transfert brancard. Quatre brancards (un par salle) y seront stationnés. Ces brancards sont spécifiques et peuvent entrer dans des salles d’IRM ou de scanner. Sur le plan technique, les couleurs et la décoration participent au calme.

Polyprogramme – Programme Général

133/347

Des cabines précèdent les salles d’IRM et de scanner. Ces cabines à double entrée par salle sont prévues afin de préparer un patient pendant qu’un autre subi un examen. Elles permettent aux patients de déposer leurs affaires lors des actes de radiologie ; elles fluidifient l’utilisation des équipements. Elles sont sécurisé antivol. Les portes des cabines seront prévues coulissantes de manière à limiter le débattement. Elles seront ouvertes en alternance et un voyant signalera coté couloir et coté salle que la cabine est occupée. Les cabines sont suffisamment vastes pour supporter un quart d’heure d’attente. Certaines cabines peuvent servir de pièce d’endormissement ou de surveillance d’enfants prémédiqués. Il faudra leur prévoir un bandeau de fluides. Scanner et IRM Les deux secteurs scanner et IRM sont décrits sous le même chapitre car ils sont strictement similaires. Les patients allongés sont accueillis dans un secteur de préparation des patients. Il est prévu 2 places par salles regroupées dans un espace commun. Chacune des places est équipée d’un bandeau mural avec distribution des fluides médicaux (1 point oxygène, 2 points de vide médical, 4 prises courants forts dont 2 ondulées, 1 prise courants faibles pour le système d’appel). Toutes les places sont équipées d’un système d’appel malade. Cette présence technique devra s’intégrer de manière discrète en minimisant le contexte hospitalier au profit d’un sentiment de confort. Les patients sont le plus souvent allongés sur le dos et le personnel doit avoir accès à trois côtés du lit. Une injection de produit de contraste leur sera faite, mais pas systématiquement. Elle sera mise en place par une perfusion. Une préparation particulière pourra être indiquée dans le cas de patients claustrophobes. Un poste de soins ouvre directement sur les espaces de préparation des patients. Composé d’une paillasse de 2 mètres linéaire et d’un point d’eau avec commande au pied, les revêtements évitent au maximum les joints et sont choisis pour leur bonne asepsie. Un dosseret de 30 à 40 cm remonte sur le mur. Des rangements sont aménagés sous la paillasse et au-dessus afin que le personnel dispose des dispositifs médicaux nécessaires à la préparation des patients. 2 ml complémentaires sont destinés aux retours des soins. Ils sont équipés d’un second point d’eau (commande au pied) et d’un dispositif de récupération des déchets lié à l'activité de soins. Notons que les machines seules (aimant) représentent un poids de plusieurs tonnes (entre 2 et 10 tonnes). Une surcharge au sol adéquate est à prévoir par les concepteurs (au moins 3 tonnes par m2). Les autres éléments ont également un poids non négligeable : la console de la salle de contrôle (environ 80 kg), l’armoire gradient logée dans le local technique (environ 240 kg). Du fait des champs magnétiques, chaque salle doit être intégrée dans une cage de Faraday. Des distances minimales entre l’appareil et certains éléments à structures ferromagnétiques sont à respecter : - Chariot (100 kg) : 4,2 m ; - Ascenseur (1 tonne) : 7 m ; câble d’alimentation 500 A : 5 m…

Dans le cas d’une IRM 1,5 Teslas, il est imposé que la cage de faraday atténue de 100 dB les signaux extérieurs à la salle d’examen dont la fréquence appartient à une plage allant de 10 à 140 MHz : la cage agit donc en tant que filtre électrique. Ces exigences sont à adapter avec les constructeurs des équipements dans le cadre de l’IRM 3 Teslas. La salle de scanner bénéficiera d’une radioprotection sur leur périphérie, y compris sur les portes. La baie de surveillance sera équipée d’une glace au plomb.
Polyprogramme – Programme Général 134/347

L’isolement acoustique de la salle IRM devra également être performant puisque l’aimant crée un niveau de bruit non négligeable (de l’ordre de 110 dB au centre de la machine) qui peut justifier la fourniture d’un casque antibruit au patient. Par ailleurs, même si l’aimant est blindé, les lignes du champ électromagnétique doivent être matérialisées dans le respect de la réglementation, jusqu’à la ligne des 5 Gauss. Le scanner et l’IRM ne doivent en aucun cas être soumis à des vibrations extérieures, en effet l’aimant soumis à ces vibrations développerait un champ magnétique instable, affectant de ce fait la qualité des images. Pour pallier ce phénomène des patins anti-vibrations, scellés à appareil, sont rattachés à des fixations disposées au préalable sur la cage de Faraday. Les lignes d’alimentation électriques de chaque salle doivent être exclusives et ne pas supporter d’autres branchements. Le traitement d’air et les conditions thermiques des différentes salles prendront en compte une limite supérieure de température supportée par l’installation de 28 °C. L’humidité devra également être contrôlée et l’air filtré. La température optimale donnée est de 22 °C avec une humidité relative entre 40 et 60 %. Les appareils imposent une surveillance permanente des paramètres environnants : l’étanchéité radioélectrique de la porte des salles d’examen, le taux d’oxygène… La cage de faraday ne peut être efficace que lorsqu’elle forme un circuit fermé, or lorsque le contact entre la bordure de la porte et la cloison est mal assuré, la cage ne remplit pas ses fonctions. Des capteurs de taux d’oxygène sont implantés. Ces derniers mesurent en permanence le taux d’oxygène dans les pièces, car il peut arriver qu’une fuite d’hélium issu du système soit constatée, or ce gaz a tendance à se substituer à l’oxygène. À chaque salle d’imagerie en coupe est associé un local technique où seront regroupés tous les éléments techniques liés à la machine, les onduleurs… L’entrée dans ces salles est autonome des salles d’imagerie et leurs portes sont équipées d’un système à serrure ou à badge + code. Sa superficie sera le plus proche des proportions suivantes : 2 x 4 mètres, avec une hauteur libre minimale de 2,50 mètres. Un poste d’acquisition est attenant à chaque salle d’imagerie. Chaque salle comporte le pupitre derrière lequel se trouveront les manipulateurs et le personnel médical. Ces salles sont séparées de la machine par une vitre protectrice au plomb au scanner. Elles sont isolées phoniquement et en intégrant la cage de Faraday pour l’IRM. Chaque salle est dimensionnée pour accueillir 2 manipulateurs et un médecin qui s’installent sur un poste d’interprétation isolé du pupitre. Depuis le pupitre, les manipulateurs ont vu sur toute la salle d’imagerie au travers la vitre protectrice. Le secteur d’acquisition et la salle d’examen sont en liaison visuelle et liés également par interphone. Ainsi, les techniciens pourront rester en communication visuelle et orale avec le patient. Celui-ci sera par ailleurs muni d’une sonnette qui permettra d’appeler par une simple pression. Outre les alimentations du pupitre de commande, la salle dispose d’un point de connexion en courants forts et faibles de type tertiaire, les alimentations des alarmes et de l’interphone ainsi que d’une prise courants forts placée près de la porte. L’éclairage artificiel est homogène et modulable. Les cloisons assurent une isolation phonique renforcée. L’accès au poste d’acquisition est indépendant de la salle d’imagerie tout en assurant des indispensables relations entre le poste d’acquisition et la salle d’imagerie. Le local est positionné de manière à privilégier

Polyprogramme – Programme Général

135/347

les liaisons vers les postes d’interprétation des médecins. Ces locaux doivent être ventilés et traités phoniquement. • Locaux communs Deux postes d’interprétation banalisés sont regroupés dans un même espace. Ces espaces sont destinés aux médecins et étudiants en médecine pour les interprétations des examens. Ils sont équipés d’un plan de travail périphérique doté de postes de travail informatiques permettant d’afficher les clichés pour les lire et les commenter. Chaque poste de travail, qui comprend un ordinateur et trois écrans dont deux de grande dimension (21’), dispose d’un point de distributions des courants forts et faibles conformes aux principes d’aménagement des espaces tertiaires présentés en tête de chapitre. La liaison entre ces espaces d’interprétation et les postes d’acquisition est privilégiée. Tout en observant un abaissement phonique conforme aux performances des espaces tertiaires, les cloisons sont partiellement vitrées sur allège afin d’apporter une lumière confortable et de favoriser les contacts entre les membres de l’équipe du service. Au sein des espaces, des petites cloisons partielles peuvent être implantées. Leur hauteur limitée permet à un homme debout de conserver une vue sur l’ensemble de la pièce. Dans chaque secteur, deux sanitaires visiteurs sont disponibles à proximité. Le module dispose d’une salle de reprographie et imprimante dans laquelle les équipes peuvent réaliser des clichés. Cette salle devra être ventilée et rafraîchie. Module mammographie et échographie • Accueil Ces espaces sont similaires aux précédents. • Mammographie et échographie Les cinq salles d’échographie sont polyvalentes en termes d’aménagement. Trois salles sont exclusivement destinées aux échographies et deux salles accueillent les examens de mammographie. Il faudra également aménager une alimentation électrique exclusive. Par ailleurs, le local devra supporter une surcharge ponctuelle de l’ordre de 300 kg sur environ 1 mètre carré, à l’emplacement de l’appareil. Les matériaux sont choisis pour leur bonne asepsie. L’éclairage est indirect et variable afin de ne pas les éblouir les patients et de ne pas créer des reflets sur les écrans. L’équipement des salles intègre un poste de soins avec un point d’eau, un espace de paillasse (2 mètres linéaires) pour la préparation de certains dispositifs médicaux et des meubles de rangement. Au-dessus de la paillasse, un dosseret de protection couvre le mur sur une hauteur de 40 à 50 cm. Les matériaux choisis permettent de limiter les joints. En plus de l’alimentation des appareils d’imagerie, la salle dispose de 2 prises courants forts et d’une prise courants faibles distribuées par goulotte au-dessus de la paillasse de soins et d’une prise au niveau de la porte d’entrée pour les opérations de maintenance. Le local respecte les principes d’aménagement des espaces recevant des équipements d’imagerie présentés en début de ce chapitre. Elle est en particulier équipée de portes coulissantes et automatisées. Chaque salle doit être d’une grandeur suffisante pour accepter la présence simultanée d’un brancard d’examen et d’un lit. Une salle est équipée pour réaliser des petites interventions d’échographie interventionnelle. La salle est équipée de la même façon que les précédentes. Elle est mise en surpression par rapport à l’extérieur et l’air y est filtré pour des raisons d’asepsie.

Polyprogramme – Programme Général

136/347

Chaque salle dispose d’un sanitaire patient. L’acoustique favorisera la confidentialité. Une salle d’interprétation pour quatre postes est prévue pour les salles de ce secteur. Module radiologie conventionnelle • Accueil Ces espaces sont similaires aux précédents. • Radiologie Trois salles de radiologie sont à implanter dans ce secteur. Chacune dispose de d’une cabine patients. Les salles de radiologie seront constituées d’un pupitre de commande et de l’appareil lui-même, à une distance qui permet une vue panoramique sur l’installation. L’appareil seul aura un poids estimé à environ 1 600 kg, auquel il faudra ajouter celui du générateur, du moniteur et de l’armoire électronique. L’ensemble représentera environ 2 300 kg dans la salle et les concepteurs devront tenir compte de ces surcharges ponctuelles au sol. Certains éléments lourds sont plafonnés. L’installation dégagera également une quantité de chaleur non négligeable qui devra être évacuée régulièrement pour maintenir une température stable. Notons que ce type d’appareil ne supporte pas les températures excédant 35 °C. En plus de l’alimentation des appareils d’imagerie, la salle dispose de 2 prises courants forts et d’une prise courants faibles distribuées par goulotte au-dessus de la paillasse de soins et d’une prise au niveau de la porte d’entrée pour les opérations de maintenance. Le local respecte les principes d’aménagement des espaces recevant des équipements d’imagerie présentés en début de ce chapitre. Elle est en particulier équipée de portes coulissantes et automatisées. La Salle bénéficiera d’une radioprotection à la périphérie de l’appareil et de la salle d’examen, y compris sur les portes sur une hauteur de 2 mètres. La baie de surveillance sera équipée d’une glace au plomb ou d’un paravent plombé. Les salles télécommandées seront équipées à l’intérieur d’un espace de préparation et d’un sanitaire patient. La salle biplan est accessible aux urgences et sera un peu plus grande que les autres. • Moyens communs Idem les secteurs précédents.

Administration, locaux support
Bureaux Les espaces tertiaires du service respectent la trame générale. Ils sont composés : d’un bureau pour le chef de service communicant avec le secrétariat ; d’un bureau de deux personnes pour le secrétariat médical.

Gestion des appareils délocalisés Le local de stockage des appareils mobiles est un espace libre de toute installation. Y sont rangés les appareils en essai ou en réparation. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence. Les murs de ce local seront résistants aux chocs. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs. Locaux du personnel
Polyprogramme – Programme Général 137/347

Une salle de réunion est prévue pour le service et permet d’accueillir 10 personnes en configuration autour d’une table et 20 personnes en implantation conférence avec des chaises en rangée. Elle sera équipée d’un tableau blanc ainsi que d’un écran de projection rétractable et comportera des armoires de rangement pour le matériel. Une structure pour l’installation d’un appareil de projection vidéo sera installée au plafond de la salle. Ce dernier sera commandé via des interrupteurs muraux. Une station PACS y sera installée (écrans, PC…). Tout poteau ou tout élément de structure apparent sont à proscrire afin que chaque point de la pièce puisse être visible. Un dispositif de protection doit limiter les effets du rayonnement solaire sur les baies vitrées. La salle est partiellement ou totalement occultable en cas de projection d’images. On veillera à la simplicité de mise en œuvre de ces dispositifs et à leur résistance à l’usure. L'éclairage artificiel assure une lumière uniforme sur la table centrale de réunion. L’éclairage est renforcé sur le tableau. Sur le plan de la qualité acoustique, le temps de réverbération offre une ambiance acoustique de qualité. Il doit permettre à la voix de l’exposant de porter sans que des bruits d’ambiance ne l’obligent à élever le ton. Une attention toute particulière sera apportée à l’isolation acoustique des cloisons. Une détente du personnel sera installée pour l’ensemble du personnel de l’imagerie. On y trouve un point d’eau, une paillasse et un meuble haut pour le rangement des denrées sèches ou de la vaisselle. Enfin, deux sanitaires complètent l’ensemble des locaux du personnel installés à l’étage du service Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type carrelé. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Les consignes seront équipées de portes fermables à code ou à cadenas. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. Locaux supports Une vaste réserve matériel à usage unique et consommable divers est positionnée en cœur de dispositif. La réserve sera équipée d’étagères classiques modulables. Le dernier niveau de ces dernières ne devra pas être au-dessus de 1,80 m. Le déclenchement de l’éclairage se fera par un détecteur de mouvement. Un local Vidoir sera utilisé pour l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera en PVC toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Les déchets seront concentrés dans un local pour l’ensemble du plateau d’imagerie. Ce local est dimensionné pour 3 containers DASRI, DAOM et linge sale.

Polyprogramme – Programme Général

138/347

Il sera en légère dépression. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence. Les murs de ce local seront résistants aux chocs et facilement nettoyables y compris à la vapeur. Le personnel pourra se décontaminer les mains après son intervention dans ce local. Il est climatisé et ventilé sur la base de 6 volumes heure. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs.

Polyprogramme – Programme Général

139/347

Médecine nucléaire
Organisation générale
Deux secteurs distincts
Les examens scintigraphiques induisent la manipulation et l’injection de produits radiopharmaceutiques. Les patients sont reçus pour des examens souvent longs (une demi-journée) car liés au cycle de diffusion puis d’élimination des produits radiopharmaceutiques injectés. Le service est organisé en deux secteurs : secteur froid : locaux au sein lesquels aucun produit radiomarqué n’est manipulé (accueil, secrétariat, bureaux médicaux) ; secteur chaud : locaux au sein desquels les produits radiopharmaceutiques sont livrés, préparés et injectés (attente, laboratoire et salle d’injection, salles d’examens scintigraphiques, gestion des Pet scan et consultation médicale).

Le secteur chaud est composé des entités suivantes : - double porte d’accès des patients au secteur chaud. Cette porte est maintenue fermée et munie d’un système d’ouverture automatique ; - secteur d’injection, salles d’examens scintigraphiques et postes médicaux d’interprétation ; - laboratoire de réalisation des injections et de gestion des produits radiopharmaceutiques ; - consultations Ces deux secteurs sont isolés par la double porte d’accès des patients et un sas personnel composé de vestiaires (changement de blouse, contrôle du niveau de radioactivité). Les patients et le personnel extérieur au service ne peuvent franchir la limite entre secteur froid et secteur chaud sans avis du personnel médical. Pour faciliter les contrôles, il n’y a donc que deux points de passage : - porte des patients ; - vestiaires du personnel.

Des contraintes techniques spécifiques
La gestion des déchets d’activité est soumise à des réglementations et bonnes pratiques liés à l’activité. Il est identifié les déchets radio-marqués suivants : - solides, issus des livraisons des produits traçants (emballages…) ; - liquides, issus des injections et des sanitaires du secteur chaud ; - gazeux, issus du traitement de l’air des locaux. Le service doit gérer en interne la décroissance de la radioactivité avant tout rejet. Pour cela : - les déchets sont stockés dans le service et enlevés après les cycles de décroissance ; - les déchets liquides issus de l’activité scintigraphique, sont évacués dans des lavabos dédiés, connectés à 2 cuves de décroissances, remplies successivement suivant le cycle : 4 mois de décroissance une fois une cuve remplie, 3 m3 par cuve. Après le cycle, les liquides sont évacués sur le réseau des eaux sales de l’hôpital ; - les liquides biologiques (urines, selles…) sont recueillis dans 2 cuves dédiées remplies
Polyprogramme – Programme Général 140/347

successivement. La décroissance s’effectue en 3 jours. Au bout du cycle, les liquides sont évacués sur le réseau des eaux sales de l’hôpital. La longueur de la tuyauterie sera courte de manière à limiter les risques d’exposition des locaux traversés. Il est donc primordial de placer les cuves en verticalité directe du secteur chaud. Pour les déchets gazeux, les locaux de la zone chaude suivent des cascades de pressions différenciées visant à évacuer l’air par le laboratoire, qui constitue le secteur le plus rayonnant. L’extraction générale du secteur chaud est ainsi réalisée au niveau du laboratoire. Elle est réalisée par une cheminée, qui monte au point le plus haut de l’hôpital, de manière à être éloignée de toute prise d’air.

Schéma du système de pressions

Les locaux « sensibles » en terme de pressions/dépressions (labo et salle d’injection) doivent être équipés de manomètres permettant de contrôler en permanence le bon fonctionnement des systèmes d’extraction)

Circuits des patients
Origine des patients et prise en charge La majorité des patients sont des externes, venant en ambulatoire. Certains patients sont hospitalisés et sont transportés en lit directement en salle d’examen. Un secrétariat dédié au service assure la prise de rendez-vous téléphonique, le suivi du dossier médical et l’accueil des patients. Examens scintigraphiques

Polyprogramme – Programme Général

141/347

L’attente en secteur froid est très provisoire, une fois le dossier médical traité, les patients se rendent immédiatement en secteur chaud où ils sont directement injectés : - soit dans une pièce d’injection ; - soit sous la caméra. L’examen scintigraphique s’effectue durant la période d’activité maximale des produits traçants. Le temps de diffusion est variable, il est immédiat ou prend 4 à 5 heures, la durée d’attente avant l’examen peut donc être longue. La réglementation autorise les patients à sortir du service durant l’attente. Pour les examens cardiaques ou pulmonaires, des épreuves d’effort ou de ventilation sont nécessaires. Suite à l’examen, les patients peuvent être reçus en entretien par un médecin ou sortent directement du service via le secrétariat. Patients alités Les patients venants des services cliniques de l’hôpital sont transportés en brancard. Pour les examens scintigraphiques, ils sont directement injectés puis : - soit directement placé sous la caméra ; - soit, uniquement pour les examens scintigraphiques, placés dans un secteur d’attente dédié le temps que le marqueur radiopharmaceutique diffuse. L’attente est munie de fluides médicaux, d’appel malade et surveillance vidéo avec renvoi au poste d’acquisition et au secrétariat.

Circuits des médecins et du personnel
L’activité du personnel induit une grande mobilité entre les différents secteurs : gestion des dossiers médicaux, préparation des injections, injection des patients, installation des patients sous les caméras, acquisition des images et interprétation. Il est primordial de faciliter ces déplacements en limitant les distances entre les lieux de travail et en évitant des franchissements répétés de la zone chaude vers la zone froide. Pour cela : -

une pièce d’interprétation unique est programmée ; les locaux d’acquisition et d’interprétation sont attenants, localisés au sein du secteur des examens scintigraphiques ; les locaux du circuit scintigraphique du patient sont organisés autour du noyau interprétation/acquisition, dans l’ordre du parcours du patient : attente, injection, salles des épreuves d’effort ou salle de ventilation de ventilation, caméras, sous la vue directe (par une vitre protégée) du poste d’acquisition.

Circuit des produits
Produits radiopharmaceutiques Le secteur chaud du service est alimenté en produits radiopharmaceutiques par des fournisseurs dédiés. Les fournisseurs doivent pouvoir approcher l’unité par des circulations logistiques courtes et déposés les produits au sein d’un sas matière sécurisé et plombé. Ce sas est ainsi situé entre une circulation logistique et le laboratoire de l’unité.

Polyprogramme – Programme Général

142/347

Le personnel ouvre le sas depuis le laboratoire et installe les produits sous deux hottes. Les produits manipulés sont lourds car conditionnés dans des boîtiers de transport plombés. Une fois les produits préparés, les doses sont placées dans le passe-plat qui assure un sas entre le laboratoire et la salle d’injections pour les examens scintigraphiques. Dix injections peuvent être déposées, le passe-plat est donc muni de cloisons et vitres de protection ainsi que de portes commandées (l’ouverture de l’une empêchant l’ouverture de la seconde). Certains contenants de transport sont ensuite redéposés dans le sas logistique pour être enlevés par la société de livraison. Il est rappelé que les déchets sont : - solides ; - liquides ; - liquides biologiques (selles et urines) ; - gazeux (traitement de l’air). Mis à part les déchets gazeux, les déchets sont stockés dans l’unité, dans un local pour les déchets liquides, ou dans des cuves pour les déchets liquides pour éliminer toute diffusion. Rappel des cycles de décroissance : - 4 mois pour les déchets solides et liquides issus de l’activité de scintigraphie, placé dans un local et 2 cuves dédiées ; - 3 jours pour les liquides biologiques, placés dans 2 cuves dédiées. Une fois le cycle de décroissance effectué, les déchets peuvent être évacués avec les mêmes procédures que les déchets hospitaliers conventionnels. Les déchets liquides sont versés, par une tuyauterie dédiée vers des cuves situées en sous-sol, en verticalité du service. La longueur de la tuyauterie sera courte de manière à limiter les risques d’exposition des locaux traversés. Il est donc primordial de placer les cuves en verticalité directe du secteur chaud. Au sujet des effluents issus des cuves. Il y a une obligation réglementaire de faire mesurer régulièrement le taux de radioactivité dans les effluents rejetés par l’établissement (et non pas directement à la sortie des cuves). Il est donc impératif de prévoir au niveau du réseau des eaux usées de l’hôpital, un « regard » ou accès permettant de positionner une sonde de mesure le plus en aval possible de cuves et le plus proche de la jonction de l’émissaire de l’hôpital avec la circulation générale de la ville. Produits non radio-marqués Les produits et consommables courants (non radiopharmaceutiques) sont distribués par la filière générale de l’hôpital, à partir d’un palier logistique lui-même desservi pour le système de transport. Ce palier alimente des locaux logistiques (produits propres et produits sales) situés en secteur froid de l’unité.

Déroulement des examens
Examens scintigraphiques Les examens permettent d’étudier la fonction de certains organes tels que le cœur ou les poumons.

Polyprogramme – Programme Général

143/347

Les patients injectés sont pris en charge, au sein de l’une des 2 salles d’examen. En fonction des examens effectués, il peut être nécessaire de placer le patient en situation d’effort, un secteur d’effort est ainsi aménagé avec tapis de marche et poste de vélo d’appartement et pose d’électrodes. En cas de malaise la salle d’effort inclut un poste de défibrillation. Pour les scintigraphies pulmonaires, le secteur inclut une salle de ventilation. Les 2 salles d’examens sont commandées par des manipulateurs situés dans un poste d’acquisition. Ce poste à vue directe sur les deux postes d’examen pour suivre l’acte en cours. Les cloisons vitrées assurent une protection face à la radioactivité. L’aménagement permet que les patients des deux salles ne puissent pas se voir Les médecins interprètent ensuite les images. Il s’agit de lire les clichés et de déterminer, au regard du contexte médical du patient, les pathologies diagnostiquées. 5 postes informatiques d’interprétation sont installés à proximité du poste d’acquisition. Les médecins peuvent ainsi, en cours d’interprétation, intervenir sur un examen en cours.

Circuit de l’information
Prise de rendez-vous et constitution du dossier patient Le secrétariat du service centralise les demandes d’examens effectués par les médecins extérieurs ou les services cliniques de l’hôpital. Le secrétariat assure l’accueil des patients externes et constitue un dossier médical. Toutes ces informations sont transmises aux manipulateurs, dans le local d’acquisition. Les médecins peuvent compléter le dossier par des consultations complémentaires et préciser l’environnement clinique. Interprétation et envoi des comptes rendus Suite à l’examen, les médecins émettent un avis sur la qualité de l’examen puis effectuent les interprétations dans les jours qui suivent. Le secrétariat édite les comptes rendus qui sont adressés aux médecins prescripteurs.

Polyprogramme – Programme Général

144/347

Tableau de surface
Médecine nucléaire
Secteur froid Attente 10 pers. 1 15 Attente (3 brancards) 1 9 Sanitaire patients 2 3 Secrétariat 1 18 Classement et reprographie 1 5 Entretien (médecin/patient) 1 12 Chef de service 1 15 Cadre 1 12 PH 1 12 Bureau de passage 1 12 Sanitaire personnel 2 2 Secteur chaud Accès secteur chaud Vestiaire personnel entrée dans le secteur chaud + dispositif de mesure de la radio-activité 1 20 Douche 1 2 Sanitaire personnel 2 2 Examens scintigraphiques Attente (10 pers.) 1 15 Attente (3 brancards) 1 9 Sanitaire patients 2 3 Salle d'injection 1 12 Pose des perfusions 1 8 Salle d'épreuve d'effort 1 15 Salles d'examen (2 Gamma caméra) 2 40 Salle d'acquisition (3 postes) 1 18 Postes d'interprétation (2 postes) 1 20 Reprographie et imprimante 1 3 Gestion des produits radio-marqués Laboratoire (2 enceintes) 1 12 Passe-plat vers salle d'injection pm Sas de dépose des produits radio-marqués 1 2 Sas des déchets radio-marqués 1 20 Logistique Vidoir - Lave-bassin 1 4 Ménage 1 6 Locaux support Circuit propre Réserve 1 6 Hôtellerie - Linge propre (50 ml) 1 6 Circuit sale Vidoir 1 4 Ménage 1 6 Cuves de décroissance (4 cuves, 50 m2 en sous-sol) Pour mémoire Locaux du personnel Détente 1 12 15 9 6 18 5 12 15 12 12 12 4 411

20 2 4 15 9 6 12 8 15 80 18 20 3 12 2 20 4 6

6 6 4 6

12

Polyprogramme – Programme Général

145/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

146/347

Polyprogramme – Programme Général

147/347

Description détaillée des locaux
Secteur froid
Deux accès au service sont identifiés : l’un pour les patients ambulatoires, qui donnent vers un espace d’attente centralisé ; l’autre pour les patients alités, qui donne également vers un espace d’attente centralisé, qui est clairement différencié du premier.

L’attente des patients ambulatoires est immédiatement accessible et ouverts sur les circulations. Elle communique avec le secrétariat par une banque. Ce secteur est un premier lieu d’attente pour les accompagnants et les patients avant leur prise en charge en secteur chaud. On y trouvera six à dix fauteuils confortables, très enveloppant et assurant un bon maintien des patients. Une fontaine à eau avec bouteille. Des revues d’information médicales seront mises à la disposition des patients sur des petits guéridons sur roulettes que l’on pourra disposer à proximité de chaque siège. Ce lieu privilégiera la diffusion d’éléments de prévention et d’informations à propos des différents services de l’hôpital par un écran posé sur socle (alimentation par deux prises courant forts, une prise courants faibles et une prise antenne). Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance homogène indirecte. L’espace est conforme aux principes généraux d’aménagement des circulations définis en début de chapitre L’attente patients couchés permet de placer 3 lits, tous visibles depuis le secrétariat d’accueil. Certaines places peuvent être isolées par un système de panneaux amovibles mi-hauteur. Un homme debout doit pouvoir porter son regard par-dessus la séparation. Ces places isolables sont réservées aux patients les plus lourds qui nécessitent d’être au calme ou dont l’état général pourrait choquer les autres patients. Chacune des 3 places est équipée d’un bandeau mural avec distribution des fluides médicaux (1 point oxygène, 2 points de vide médical, 4 prises courants forts dont 2 ondulées, 1 prise courants faibles pour le système d’appel). Toutes les places sont équipées d’un système d’appel malade. Cette présence technique devra s’intégrer de manière discrète en minimisant le contexte hospitalier au profit d’un sentiment de confort. Des supports d’écran et des arrivées électriques (antenne, deux prises courants forts et une courants faibles) permettent de placer des écrans afin d’accéder au dossier informatisé du patient par le personnel soignant et accessoirement de diffuser des émissions de télévision mais également des programmes d’information médicale. Un lave-mains avec distributeur de produit aseptique et sèche-mains permet au personnel du service et de brancardage d’effectuer des gestes d’hygiène. L’espace d’attente communique avec les circulations générales de l’hôpital par une porte double battant de 1,4 m. La porte de communication de l’attente vers les espaces d’imagerie suit des principes similaires. S’il s’agit de la porte de séparation entre l’espace en immeuble de grande hauteur et les autres espaces du service, un système de sas devra être aménagé. Les équipements d’éclairage et de revêtement des sols et des murs sont choisis pour leur bonne asepsie et de manière à éviter tout éblouissement des patients allongés. En tant qu’espace d’introduction aux examens, le choix des revêtements de sol et les couleurs de l’attente participeront à la description d’une ambiance chaleureuse, sereine et calme. Trois personnes travaillent dans le bureau commun du secrétariat des rendez-vous. Elles reçoivent des patients ambulatoires, venant de l’extérieur ou suite à une consultation qui souhaite prendre directement

Polyprogramme – Programme Général

148/347

rendez-vous auprès du service. Le bureau est situé au contact de l’entrée dans le service afin d’éviter que ces patients, qui ne sont pas en charge immédiatement, pénètrent dans le secteur chaud. Le bureau constitue un espace fermé afin de préserver l’intimité des personnes prenant rendez-vous. Les caractéristiques techniques suivent les principes généraux d’aménagement des espaces tertiaires présentés en tête de ce chapitre. Un espace de classement et de reprographie vient servir le secrétariat. Un espace libre permet de positionner un copieur connecté au réseau (2 prises courants forts et une prise courants faibles). Des étagères murales offrent 5 à 8 ml8 de classement. Elles sont fixées aux murs et au sol, de niveau réglables, leur hauteur n’excède pas 2 m. Le chef de service et les autres médecins ou personnel d’encadrement travaillent dans des bureaux individuels, conformes à ceux des autres unités de l’hôpital.

Secteur chaud
Ce secteur regroupe toutes les salles d’examens, les locaux de manipulation des produits radiopharmaceutiques et les attentes des patients dont les traceurs sont en cours de décroissance. Accès secteur chaud L’accès est réglementé, limité à deux passages : - pour le personnel par le passage obligatoire par un vestiaire avec douche et casiers individuels à doubles compartiments ; - pour les patients par une double porte à ouverture automatique. Les vestiaires du personnel forment deux salles comportant 3 et 7 casiers individuels à doubles compartiments (salles femmes et 1 salle hommes). Ces casiers sont verrouillables et aérés. Un poste de contrôle de la radioactivité est positionné près de la porte. On trouve également une douche et un lavabo avec une glace murale par vestiaire. Le sol et les murs sont lisses, revêtus de matériaux hydrofuges facilement décontaminables sur toute la hauteur. L’éclairage artificiel assure une lumière homogène de 150 Lux. Des éclairages supplémentaires sont orientés vers des points spécifiques (lavabo…). La ventilation est particulièrement efficace pour éviter toute condensation et humidité (renouvellement de 6 volumes par heure). Deux sanitaires réservés au personnel sont implantés à proximité des vestiaires Chaque sanitaire répond aux prescriptions suivantes : - deux espaces, hommes et femmes, comprennent chacun des cabines de sanitaire (nombre à déterminer selon la surface programmée), avec cuvette fixée sur le mur, et un espace lavabo (nombre de lavabos à déterminer selon la surface programmée), indépendant alimenté en eau froide et chaude. - ils sont lisses, revêtus de matériaux hydrofuges facilement décontaminables sur toute la hauteur. Sol et murs, toute hauteur, avec plinthes et angles de murs à gorge pour une meilleure asepsie. La prestation comprend les accessoires classiques, y compris distributeurs de papiers pour le séchage des mains. La ventilation permet d’assurer un taux de renouvellement de 6 volumes par heure.

8

Mètres linéaires.

Polyprogramme – Programme Général

149/347

Deux zones d’attente pour les patients ambulatoires sont prévues en entrée du secteur chaud. Ces salles sont partiellement cloisonnées avec des matériaux limitant la diffusion des radiations et s’ouvrent sur les circulations générales pour que les patients ne se sentent pas oubliés. Les attentes peuvent être longues (durée de cycle des traceurs), d’une demi-heure à quelques heures. L’attention des concepteurs est donc portée sur le niveau de confort de ces salles : éclairage naturel, vues, ergonomie. Des distributeurs de boisson, des présentoirs, et des points de connexion pour télévision font partie des prestations. Les autres performances sont similaires à celles de l’attente du secteur froid. L’attente patients couchés permet de placer 3 lits, tous visibles depuis le secrétariat mais protégés des vues des patients ambulatoires. Certaines places peuvent être isolées par un système de panneaux amovibles mi-hauteur. Un homme debout doit pouvoir porter son regard par-dessus la séparation. Ces places isolables sont réservées aux patients les plus lourds qui nécessitent d’être au calme ou dont l’état général pourrait choquer les autres patients. Sur les 3 places, 1 est équipée d’un bandeau mural avec distribution des fluides médicaux (1 point oxygène, 2 points de vide médical, 4 prises courants forts dont 2 ondulées, 1 prise courants faibles pour le système d’appel). Toutes les places sont équipées d’un système d’appel malade. Cette présence technique devra s’intégrer de manière discrète en minimisant le contexte hospitalier au profit d’un sentiment de confort. Des supports d’écran et des arrivées électriques (antenne, deux prises courants forts et une courants faibles) permettent de placer des écrans diffusant des émissions de télévision mais également des programmes d’information médicale. Un lave-mains avec distributeur de produit aseptique et sèche-mains permet au personnel du service et de brancardage d’effectuer des gestes d’hygiène. L’espace d’attente communique avec les circulations générales de l’hôpital par une porte à double battant de 1,4 m. La porte est équipée d’un système de commande d’ouverture aux pieds et d’oculus. Elle ferme par une serrure. La porte de communication de l’attente vers les espaces d’imagerie suit des principes similaires. S’il s’agit de la porte de séparation entre l’espace en immeuble de grande hauteur et les autres espaces du service, un système de sas devra être aménagé. Les systèmes d’ouverture seront étudiés de manière à simplifier le travail du personnel de brancardage (dispositif de commande motorisé) et les ouvrants seront connectés au système de détection incendie. Les équipements d’éclairage et de revêtement des sols et des murs sont choisis pour leur bonne asepsie et de manière à éviter tout éblouissement des patients allongés. En tant qu’espace d’introduction aux examens, le choix des revêtements de sol et les couleurs de l’attente participeront à la description d’une ambiance chaleureuse, sereine et calme. Ils sont conformes aux principes généraux d’aménagement des circulations définis en début de chapitre Deux blocs sanitaires hommes et femmes sont attenants aux attentes. Ils suivent des principes similaires à ceux des personnels. Chaque bloc intègre une cabine accessible au PMR. Ces sanitaires sont reliés aux cuves de décroissance des liquides biologiques. Une pièce d’entretien permet une discussion, postérieure à un examen. Il accueille un ou deux médecins, un patient (qui peut être sur brancard) et un ou deux proches. Pouvant être un lieu de discussions et d’annonces difficiles, la pièce assure l’intimité des usagers et doit être aménagée de façon chaleureuse et apaisante (choix des couleurs et des matériaux, type d’éclairage) tout en restant neutre.

Polyprogramme – Programme Général

150/347

Elle est équipée d’un poste de travail avec ordinateur, d’un téléphone, de banquettes et d’une table basse. La porte observe une largeur de 1,2 m afin de faciliter le passage des brancards. Toutes les injections de traceurs sont réalisées dans la salle d’injection. Elle est attenante au laboratoire de préparation et communique avec ce dernier par un passe-plat. Pour une bonne gestion de la prise en charge des patients, la salle est située à proximité des attentes des patients et en amont des salles d’examen. La salle est composée d’une paillasse, de placard pour des petits rangements, ainsi que d’un évier destiné au lavage complet des mains, type lavabo hyperaseptique avec déclencheur par cellule optique. Deux lits de soins permettent à un personnel de soins de prendre en charge deux patients simultanément. Les matériaux des sols et des murs sont choisis pour leurs qualités aseptiques. Le revêtement de sol, de type thermoplastique remontera sur les plinthes à gorge. Les murs sont lisses, avec une peinture lessivable. L’éclairage artificiel assurera 400 lux, uniformes sur la table de soins et les fauteuils. La salle de pose des perfusions suit une organisation similaire à la salle d’injection mais elle est équipée que d’un fauteuil. La salle d’épreuve d’effort est située en entrée des salles d’examens. Elle est attenante avec la salle de ventilation. La salle d’épreuve, la salle de ventilation et les salles d’examens sont partiellement cloisonnées (avec des matériaux limitant la propagation des radiations) de manière à : éviter que les patients n’aient des vues vers d’autres patients ; maintenir pour le personnel des vues directes vers les différentes salles depuis une zone ou une circulation dédiée.

La salle d’épreuve d’effort suit des performances similaires au box de consultation. Il est nécessaire de disposer de suffisamment d’espace pour pouvoir y positionner un ergocycle (vélo) avec un espace périphérique permettant une circulation sans encombre du personnel Les deux gamma-caméras sont installées dans des espaces similaires, placées sous la vue directe d’un poste unique d’acquisition où 3 manipulateurs peuvent gérer un examen en cours. Les espaces bénéficient d’une radioprotection à la périphérie des appareils et des salles d’examen, y compris sur les portes. La baie de surveillance du poste d’acquisition sera équipée d’une glace au plomb ou d’un paravent plombé. La ligne d’alimentation électrique de l’ensemble doit être exclusive et ne pas supporter d’autres branchements (exigence du constructeur). Le traitement d’air et les conditions thermiques des différentes salles prendront en compte une limite supérieure de température supportée par l’installation de 28 °C. L’humidité devra également être contrôlée et l’air filtré. Les salles d’examens seront climatisées afin de s’assurer de la stabilité des paramètres de température et d’hygrométrie (caméras équipées de cristaux d’iodure de sodium). Une salle d’acquisition est attenante au secteur des gamma-caméras. La salle comporte le pupitre derrière lequel se trouveront les manipulateurs et le personnel médical. Elle est séparée des machines par une vitre protectrice.

Polyprogramme – Programme Général

151/347

Deux manipulateurs et un médecin peuvent s’installer. Depuis le pupitre, les manipulateurs ont vu sur toute la salle d’imagerie au travers la vitre protectrice. Le secteur d’acquisition et la salle d’examen sont en liaison visuelle et liés également par interphone. Ainsi, les techniciens pourront rester en communication visuelle et orale avec le patient. Outre les alimentations du pupitre de commande, la salle dispose d’un point de connexion en courants forts et faibles de type tertiaire, les alimentations des alarmes et de l’interphone ainsi que d’une prise courants forts placée près de la porte. L’éclairage artificiel est homogène. Les cloisons assurent une isolation phonique de type tertiaire. L’accès au local d’acquisition est indépendant de la salle d’imagerie tout en assurant des indispensables relations entre le poste d’acquisition et la salle d’imagerie. Le local est positionné de manière à privilégier les liaisons vers les postes d’interprétation des médecins. Deux postes d’interprétation sont aménagés dans un bureau commun avec un accès direct vers le poste d’acquisition. La pièce est aménagée un plan de travail périphérique doté de postes de travail informatiques permettant d’afficher les clichés pour les lire et les commenter. Chaque poste, comprend un ordinateur et trois écrans de grande dimension. L’espace, partiellement ou totalement cloisonné assure le calme nécessaire à l’analyse médicale. Les cloisons sont partiellement vitrées sur les circulations afin que les médecins soient en contact avec le fonctionnement du service. Le local respecte les principes d’aménagement des espaces tertiaires des autres unités. Gestion des produits radio-marqués L’accès au laboratoire de préparation est subordonné au franchissement d’un sas en surpression (++) équipées de deux portes commandées : une porte est bloquée si la seconde est ouverte. Le laboratoire de préparation des injections dispose de 6 ml de paillasse humide (comprises dans la prestation), équipée d’un ordinateur, d’un évier, de matériels de paillasse, d’espace libre pour des techniques manuelles et d’un bloc réfrigérateur/congélateur. Le nivellement du sol et les matériaux permettront la mise en œuvre de paillasses équipées d’un piétement métallique équipé de vérins de mise à niveau. La hauteur libre sous paillasse permettra l’installation de meubles à roulettes ou de bacs de récupération. Le plan de travail sera en matériaux de type résine monolithe et implanté selon des modules de 1,5 m afin de limiter les joints, d’une hauteur de 90 cm et d’une profondeur utile de 75 cm. À l’arrière des paillasses, on trouvera un volume réservé à la distribution de l’air comprimé. Ce volume sera protégé par des caches fluides fixés à l’intérieur des piétements. Au sein de chaque module, deux postes de travail sont aménagés, chacun dispose de deux prises RJ45 (dont une pour le réseau informatique pour les systèmes informatiques reliés aux hottes de préparation) et de trois points d’accès courants forts (dont un secouru) équipés chacun de deux prises de 16 A + T. Ces prises seront positionnées au-dessus du dosseret des paillasses. Des prises murales, situées sur les parois dégagées, permettront de brancher des équipements de nettoyage ou de stockage réfrigéré. Une prise courants forts, aisément accessible, permet d’effectuer des opérations de nettoyage. Les hottes sont connectées au système d’extraction filtrée, évacuées par une cheminée, correspondant à un point haut de l’hôpital (cf. données générales)

Polyprogramme – Programme Général

152/347

L’éclairage artificiel par plafonniers offrira un niveau d’éclairement de 450 lux sur les paillasses et un taux d’uniformité de 85 %. Les luminaires seront choisis pour la qualité du rendu des couleurs. Leur positionnement et leur orientation seront pensés pour éviter les ombres portées, et ce quelle que soit la position des préparateurs. Le laboratoire dispose d’un passe-plat vers la salle d’injection pour distribuer les produits traceurs. Un sas, formé par un local de quelques mètres carrés, est situé entre le laboratoire permet la dépose par les livreurs des produits radiopharmaceutiques. Ce sas matières a des parois limitant la propagation les éléments radiopharmaceutiques. Les livreurs disposent d’une clé spécifique pour ouvrir la porte côté livraisons. Le service peut ouvrir la porte côté laboratoire par un système de code ou de badge. Le sas des déchets solides radiopharmaceutiques est équipé d’un accès depuis le secteur chaud du service et d’un accès pour l’enlèvement depuis la circulation logistique de l’hôpital. Le local est situé d’étagères en inox, fixées au sol et au mur. Sous les étagères, un bac permet de récupérer certaines fuites. Le sol est les murs sont lisses, revêtus de matériaux hydrofuges facilement décontaminables sur toute la hauteur. Sol et murs, toute hauteur, avec plinthes et angles de murs à gorge pour une meilleure asepsie. Logistique Un local vidoir/lave bassin, vidoir sera utilisé pour le nettoyage des bassins et l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Le sol est les murs sont lisses, revêtus de matériaux hydrofuges facilement décontaminables sur toute la hauteur. Sol et murs, toute hauteur, avec plinthes et angles de murs à gorge pour une meilleure asepsie. Ce local n’a pas de siphon de sol afin de limiter le nombre de réseau d’évacuation des liquides « chauds » Un local ménage sera installé en amont du service pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle.

Locaux supports
Les locaux supports servent le secteur froid et la logistique générale de l’unité. Circuit propre La réserve sera un local aveugle où nous trouverons des étagères de rangement et des espaces libres pour le stockage de machines ou de palettes. Les étagères de rangements fixés sur le pourtour seront de pas réglables et leur hauteur n‘excédera pas 1,80 m. On préférera une configuration de local de forme oblongue afin de profiter au maximum des espaces de rangements sur les murs, en minimisant les espaces de circulation. Les matériaux des sols et des murs seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Près de la porte, une prise de courants forts permettra de brancher des appareils de nettoyage. L’hôtellerie – linge propre est le lieu de stockage du linge propre de lit, tant en tissu que jetable : draps, housse d’oreiller, alèse… La dimension de la porte permet d’y introduire une armoire à linge pour ranger

Polyprogramme – Programme Général

153/347

directement le linge arrivant de la blanchisserie sur les 50 ml d’étagères de la réserve. La proximité de ce local avec le palier logistique est préconisée. Circuit sale Un vidoir sera utilisé pour le nettoyage des bassins et l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera carrelé toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Un local ménage sera installé en amont du service pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle. Une salle de détente pour le personnel se compose de 6 places assises dans des canapés et des fauteuils. On y trouve différentes revues, journaux, plaquettes d’informations. Au centre, des tables basses permettent de consulter certains dossiers avec d’autres collègues. Une kitchenette, équipée d’un évier, d’un four à micro-onde et d’un réfrigérateur est aménagée. Un espace d’information est placé bien en vue. Un tableau blanc est fixé au mur. Les agents, les biologistes ou l’administration y inscrivent des informations à communiquer. Un tableau d’affichage est placé à proximité de ce tableau blanc. Le matériau de sol participe à la description d’une ambiance chaleureuse.

Polyprogramme – Programme Général

154/347

Bloc opératoire général et ambulatoire
Organisation générale
Un bloc unique
L’ensemble des activités opératoires est installé dans un bloc opératoire unique qui accueille les urgences, le non programmé, la chirurgie générale et la chirurgie ambulatoire. Le principe de fonctionnement par plage horaire permet une optimisation du bloc opératoire selon les natures d’actes. Ainsi, une fois le programme du bloc de chirurgie ambulatoire terminé (dernière intervention vers 15 h 00), il est possible d’allouer une plage pour de la chirurgie générale voir une urgence. Le regroupement du bloc dans une seule et même entité permet également de limiter l’éclatement des pratiques et des personnels soignant et de concentrer ces ressources rares en un seul lieu. Enfin, le procès du bloc opératoire s’exprime sur un seul volume au sein de l’hôpital.

Quatre filières
Le bloc opératoire concerne quatre filières de soins : - tout d’abord la chirurgie générale de l’hôpital. Celle-ci dispose de 120 lits dans le futur hôpital plus 15 lits pour la gynécologie ; - ensuite, l’hôpital fait le pari d’un très fort développement de la chirurgie ambulatoire et propose de réaliser une unité de chirurgie ambulatoire pour 16 places ; l’obstétrique développe également un certain nombre d’interventions soit 25 % de 5 000 accouchements soit 3 à 6 césariennes par jour ; enfin, l’urgence est réalisée dans les domaines de la traumatologie, de la chirurgie digestive et gynécologique. L’urgence et le non programmé sont aujourd’hui réalisés dans le bloc général en réalisant des déprogrammations de patients.

Quatre circuits
Pour absorber ces flux et répondre à leur spécificité de prise en charge, il est prévu trois circuits d’accès pour les patients. Le circuit majoritaire est conçu pour la chirurgie générale et la chirurgie ambulatoire qui auront le même point d’entrée dans le bloc. Ce circuit général est largement majoritaire et concentre 70 % des entrées et sorties dans le bloc opératoire. Un circuit est à prévoir pour les patients de l’endoscopie. Il existe ensuite un circuit pour l’obstétrique avec la mise en place d’un sas d’accès séparant le bloc de la salle de naissance et permettant de transférer rapidement la parturiente. Ce sas est installé de manière à

Polyprogramme – Programme Général

155/347

mettre en position centrale la salle de réanimation des nouveaux nés entre les salles de naissance et la salle de césarienne. Enfin, il convient de prévoir un accès rapide et simplifié pour les urgences. Ce point d’entrée doit être en liaison directe avec le point de montée qui relie les urgences et le bloc opératoire. Cet accès pourrait

Dimensionnement du bloc et de l’imagerie interventionnelle
Le bloc opératoire est dimensionné en cohérence avec le programme capacitaire dédié à la chirurgie soit : - 120 lits de chirurgie ; - 15 lits de gynécologie ; - 5 000 naissances sur la maternité de niveau 3 ; - 16 places pour la chirurgie ambulatoire. Le bloc regroupe une activité potentielle de 11 000 interventions. Le calcul du nombre de salle conclue à la nécessité de prévoir 8 salles d’opération.

Principe de fonctionnement
Un bloc sur le principe de l’asepsie croissante
Le choix général retenu pour le bloc est le principe de l’asepsie croissante. Dans le but de respecter les principes de l’asepsie progressive, le futur bloc de l’hôpital s’organisera par zone. Chacune d’elle est mise en surpression d’une façon croissante de l’entrée jusqu’à la salle d’opération. La zone filtre La zone filtre est la porte d’entrée des blocs. C’est dans cette première épaisseur du bloc que se feront les échanges avec le reste de l’hôpital. La stérilité des matières et des personnes est indispensable lorsqu’elles pénètrent dans la zone aseptisée, des zones tampon pour chaque circuit ont donc été prévues. La zone filtre se compose de trois entités : - entrée/sortie des patients ; - entrée/sortie des personnels ; - entrée/sortie des matières et des déchets. Les locaux de filtrage du patient (sas, transfert, attente) sont accompagnés de locaux supports pour la remise en état des lits et des tables d’opération. Ces locaux seront conçus selon le principe de la marche en avant. Les personnels emprunteront des vestiaires spécifiques, conçus sur le principe de la marche en avant, où ils passeront de la tenue hôpital à la tenue bloc. Cette mise en tenue stérile est obligatoire pour toute personne se rendant au bloc. Les matières préalablement décartonnées en pharmacie passeront par des sas pour ensuite pénétrer dans un local de déconditionnement. Les produits seront ainsi prêts à être entreposés dans les arsenaux. La zone logistique Cette zone regroupe les volumes de stockage interne au bloc opératoire sur là-bas d’une profondeur de stock de deux semaines. Cette zone est à la fois au contact de la zone filtre, afin de réaliser les transferts

Polyprogramme – Programme Général

156/347

et les intégrations de matériel, et de la zone opératoire pour offrir des accès rapides aux équipes pendant le déroulement du programme opératoire. Ces espaces reçoivent également les fonctions de préparation des chariots d’intervention. Il s’agit d’un ou deux volumes découpables au grès des besoins de chacun des secteurs de la logistique du bloc. La zone opératoire Cœur du dispositif, ce secteur occupe à lui seul plus de 40 % de la surface dans œuvre totale du bloc. De plus, les exigences des normes ISO relatives aux traitements d’air imposent l’installation d’un grand nombre d’équipements de soufflage. La surface de ces locaux techniques sera à peu près équivalente à celle de la surface utile de l’ensemble des salles d’opération et pourra être localisée sur un étage autonome en toiture du plateau technique. Les salles ont été regroupées en deux blocs de quatre salles et deux de trois salles. Pour des raisons techniques du maintien des conditions d’asepsie, il n’y aura qu’un seul accès à la salle opératoire. Le premier bloc de quatre salles est destiné aux urgences, au non programmé et à l’obstétrique. Les deux blocs de 3 salles reçoivent toute la chirurgie classique et programmée. Le dernier secteur de quatre salles est plutôt orienté vers la chirurgie ambulatoire. Ces distinctions, spécialement entre le bloc de chirurgie conventionnelle et de chirurgie ambulatoire, peuvent bien évidemment s’effacer dans le déroulement d’un programme et dans l’affectation des plages horaires d’intervention. La zone de réveil La zone de réveil est positionnée sur le circuit de retour du patient. Afin de limiter le déplacement des lits des patients au sein du bloc, il est préférable de la localiser à proximité de l’entrée, favorisant un circuit court pour les lits. L’équipe d’anesthésie fait le choix de regrouper la salle de réveil en un volume unique et de la sectoriser en deux, sous le contrôle d’un seul poste de soins par secteur : - réveil lourd pour les salles de chirurgie classique : 12 places ; - réveil rapide pour la chirurgie ambulatoire, réveil accompagné (père et nouveau né) pour l’obstétrique, réveil spécifique pour l’endoscopie et la radiologie interventionnelle : 13 places.

Des salles organisées par module de 4 ou 3 salles
Il a été fait de choix de construire un bloc opératoire qui soit à la fois adapté à l’expression des spécialités aujourd’hui présentes sur le site et ouvert à des modifications ultérieures de destination. Après étude de plusieurs réalisations récentes et l’étude du positionnement des spécialités actuelles, il a été défini un module de base de 3 ou 4 salles pour organiser l’ensemble du bloc. Ce module est suffisamment grand pour que plusieurs spécialités puissent s’y inscrire et réaliser leur programme et suffisamment petit pour que l’arrêt d’un module à l’occasion des séquences d’entretien n’engendre pas de chute trop forte d’activité. Les salles d’un module sont ensuite organisées autour d’un vaste sas qui regroupe les fonctions d’attente avant intervention, de préparation des chirurgiens et de régulation des pressions au sein des salles. La matérialisation entre les espaces patients et les espaces personnels sera laissée à la faveur du concepteur. Toutefois, il prendra garde à maintenir ces fonctions dans un volume unique afin de ne pas entraîner des problèmes techniques dus au soufflage et à la reprise de l’air.

Polyprogramme – Programme Général

157/347

Des salles standardisées et sans équipements fixes
La recherche d’un bloc opératoire flexible et évolutif a orienté les équipes médicales vers des salles uniformes tant en surfaces qu’en équipements techniques ou en traitement de l’air. Chacune des salles à une surface de 45 m2 et présente une forme la plus proche du carré. Elles ne sont desservies que par une seule porte double. Sur le plan technique, elles disposent d’un plafond soufflant pouvant assurer une classe particulaire en ISO 6 ou ISO 5 (<3 500 particules et >= 0,5 µm/m3 d’air). La surpression sera au minimum de 15 Pa et sera visualisable en local et suivi de manière centralisée. Sur le plan de l’équipement, les salles auront un éclairage opératoire par système à led et composé de mini-coupole, les matériels des chirurgiens et des anesthésistes seront installés sur des colonnes suspendues et, enfin, les tables d’opération seront intégralement mobiles y compris le pied. Il sera fait une large part aux écrans plats et tactiles pour le réglage de la salle et des équipements. Deux salles sont prévues pour de la chirurgie robotisée. Elles sont implantées dans les deux secteurs de chirurgie générale.

La recherche de confort
Le bloc opératoire est un lieu de vie à part entière dans un hôpital. Pour le patient, le passage au bloc fait partie d’une étape déterminante dans sa prise en charge. La réussite ou l’échec de l’opération peut avoir des conséquences déterminantes sur son futur confort de vie. Il est tout à fait normal que le patient soit angoissé à l’idée de se rendre dans cet espace aseptisé. L’imaginaire du patient n’ayant jamais pénétré en salle opératoire est souvent d’un lieu austère et froid, ou l’intimité et le respect de la personne sont parfois mis à mal. Ces a priori devront être combattus dès l’entrée du bloc. Il sera mis en avant la nécessité de créer une ambiance rassurante, principalement dans la zone filtre du patient. Cette porte d’entrée devra avoir une lumière non agressive et l’on préférera le choix de couleurs chaudes pour les murs. Dans les circulations, les plafonniers seront équipés de lumières indirectes. Les tubes de lumières devront être placés parallèlement au sens de circulation et ne devront pas être agressifs pour les patients transportés en chariot transfert. Concernant le personnel du bloc opératoire, il est quant à lui soumis en permanence à des enjeux vitaux pour ses patients. La nécessité d’agir vite et efficacement est souvent source de stress. Les locaux devront être d’une fonctionnalité optimale afin de favoriser la qualité des gestes médicaux, la facilité de déplacement. L’absence de lumière et le contrôle de l’air peuvent entraîner un sentiment d’isolement par rapport au monde extérieur. Ce dernier devra être contrebalancé par d’importants apports de lumière naturelle dans les circulations et dans les salles d’opération. Enfin, les locaux de détente seront étudiés pour être conviviaux et offrir une ambiance sereine.

Polyprogramme – Programme Général

158/347

Tableau de surface
Bloc opératoire général et ambulatoire
Zone filtre bloc général
216 Accès patients bloc général Attente Sas d'accès Attente couchée chirurgie ambulatoire (1 lit par salle) Attente couchée chirurgie générale (1 lit pour deux salles) Transfert Salle de transfert (brancard vers plateau de transfert) Stockage des brancards (nombre de salles d'opération) Linge propre Linge sale Stockage plateau transfert/brancard bloc (1 par salle) Accès personnel bloc général Vestiaire femmes Vestiaire arrivée (30 personnes) Sanitaire des personnels Douche et lavabo Sas propre (lavabo/charlotte) Vestiaire hommes Vestiaire arrivée (20 personnes) Sanitaire des personnels Douche et lavabo Sas propre (lavabo/charlotte) Espaces tertiaires Bureau Détente des personnels Accès matière Entrée Déconditionnement Sas chariots Sortie Sas chariot stérilisation (6) Sas chariots déchets (6) Arsenaux Réserve Anesthésie Nettoyage et préparation chariots de bloc Désinfection Salle de préparation des bacs de désinfection Locaux support Ménage Secteur 1 Circulation Espace médical pour consultation dossier Préparation des patients et des chirurgiens Salle d'opération Secteur 2 Circulation Espace médical pour consultation dossier Préparation des patients et des chirurgiens Salle d'opération

964

1 1 1 1 1 1 1 1

3 8 18 15 20 5 5 9

3 8 18 15 20 5 5 9

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

18 2 3 3 12 2 3 3 16 20

18 2 3 3 12 2 3 3 16 20

1 1 1 1

12 15 12 12

12 15 12 12 103

Zone Logistique

1 1 1 1 1

60 15 12 12 4

60 15 12 12 4 252

Zone opératoire (6 salles)

pm 1 1 3 pm 1 1 3

6 30 30

6 30 90

6 30 30

6 30 90

Polyprogramme – Programme Général

159/347

Zone de réveil
Salle de réveil Salle de réveil (12 places) PC médical et poste de soins infirmiers Banque de surveillance Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Locaux support Réserves matériels Vidoir Accès patients Salle de transfert fauteuil Accès personnel Sas propre (lavabo/charlotte) Accès matière Entrée Sas chariots Sortie Sas chariot stérilisation (6) Sas chariots déchets (6) Désinfection et logistique Désinfection des endoscopes Réserve endoscopes Déchets 1 1 1 1 1 1 1 1 96 12 10 12 10 4 10 4 96 12 10 12 10 4 10 4

158

Zone filtre bloc ambulatoire

57 1 1 15 5 15 5

1 1 1 1 1 1 pm 1 1 2 2 1 1

5 4 4 12 6 6

5 4 4 12 6 6 166

Zone chirurgie ambulatoire
Circulation Espace médical pour consultation dossier Préparation des patients et des chirurgiens Salle d'opération Salle d'endoscopie Sas vers salle de réveil Salle de détente et petite restauration 6 30 30 30 10 12 6 30 60 60 10

Zone hors bloc opératoire

12 12

Polyprogramme – Programme Général

160/347

Schéma de fonctionnement du bloc

Polyprogramme – Programme Général

161/347

Description détaillée des locaux
Zone Filtre du boc général
Il a été retenu que les patients seraient transférés de leur lit vers la table de d’opération installée sur un chariot de transfert. La technique de transfert n’a pas été encore retenue. Deux possibilités sont envisageables : manuellement ou mécaniquement. Les équipes se sont prononcées pour la solution mécanique afin d’économiser du temps de brancardage. L’équipement n’est pas dû au titre du programme en revanche il conviendra de prévoir les réservations et les alimentations pour ce type d’appareil. Les locaux de filtrage des patients (sas, transfert, attente) sont accompagnés de locaux supports pour la remise en état des lits et des plateaux de transfert. Ces espaces définissent une marche en avant tant pour le patient que pour le lit et les chariots. Accès patients Un sas d’accès constituera la porte d’entrée au bloc pour les patients hospitalisés et les patients de chirurgie ambulatoire. Ce sas permettra de faire pénétrer un lit à la fois. Il sera équipé de deux portes à effacement et à ouverture rapide commandées au pied. Le sas aura une longueur minimale de 2,50 m permettant l’entrée du lit et des brancardiers. Le sas d’accès sera contigu à un local d’attente couchée ambulatoire et à un local d’attente couchée chirurgie générale. Ces locaux permettront de stocker respectivement 4 brancards pour la chirurgie ambulatoire et 6 lits pour la chirurgie générale simultanément durant de très courte période. Des glissières métalliques seront installées au mur et des plaques de protection seront fixées aux portes. Ce lieu supportera de grandes rotations de lits et devra donc bénéficier d‘équipements assurant sa pérennité. Ces deux espaces définissent des alcôves protégées du flux et visible depuis le bureau secrétariat et régulation. Ce premier espace d’entrée dans le bloc devra être chaleureux et rassurant pour le patient. L’éclairage devra être indirect et définir une ambiance sereine en terme de couleur et de luminosité. Le traitement acoustique sera relativement mat. Les revêtements muraux seront traités avec des teintes chaudes. Transfert Les attentes couchées seront contiguës à une salle de transfert permettant de faire passer le patient de son lit ou de son brancard à la table d’opération. L’ergonomie de la salle sera longitudinale. L’axe médian délimitera la zone aseptisée (de circulation des brancards) de la zone non aseptisée (de circulation des lits). Il sera matérialisé la différenciation de couleur du revêtement de sol signalant la traversée du lit en zone stérile. Cette limite permettra de mettre en vis-à-vis deux lits avec deux tables d’opération. La translation du patient sera facilitée par l’utilisation de tables de transfert qui devront être mises à disposition dans la salle. La circulation du lit se continuera vers le circuit de nettoyage des lits. Une fois le patient parti vers la salle d’opération, le lit suivra un circuit de nettoyage et de remise en état. Une salle de nettoyage et de remise en état des lits et des plateaux permettra d’accueillir deux lits simultanément. Dans ce local, le personnel d’entretien pourra aisément circuler autour du lit. La procédure consistera tout d’abord à l’enlèvement des linges sales du lit. Ensuite, un nettoyage au chiffon du châssis pourra se faire. Enfin, les lits seront refaits avec les linges propres mis à

Polyprogramme – Programme Général

162/347

disposition. Le sol du local sera composé d’un revêtement souple remonté en plaintes. Les angles des verticaux seront protégés par des réglettes et les murs par des glissières métalliques. Enfin des pare-chocs en plainte basse orienteront les roues des lits. Cette salle possédera un revêtement mural et au sol de type thermoplastique. Il sera toute hauteur et remonté en plainte. Au sol, un siphon et un caillebotis permettront d’évacuer les eaux sales. Un point d’eau permettra de connecter un flexible afin d’assurer le nettoyage des plateaux. Le stockage des lits propres permettra d’entreposer 10 lits ou brancards. Les matériaux des sols et des murs seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Les menuiseries de portes auront une ouverture de 1,20 m. Elles seront renforcées en plainte et en main courante afin de supporter les passages répétés des lits. Un local de linge propre sera installé en contiguïté de la salle de nettoyage. Y est stocké le linge propre de lit, tant en tissu que jetable : draps, housse d’oreiller, alèse… La dimension de la porte permet d’y introduire une armoire à linge pour ranger directement le linge arrivant des magasins. Le linge restera dans cette armoire qui fera office de contenant de stockage. Le local permet de stocker deux armoires. Les matériaux des sols et des murs seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Le local linge sale sera destiné à recevoir les bacs de linge sale. Il pourra ainsi entreposer 2 containers de linge sale. Des protections aux murs et aux portes adaptées à la dimension des chariots devront être installées. Le sol devra résister aux chocs et aux poinçonnements. Ces deux locaux seront desservis en logistique depuis la gare logistique irriguant le bloc opératoire. De l’autre côté de la salle de transfert, en zone aseptisée, se trouvera un stockage des plateaux transfert. Il permettra d’entreposer 30 plateaux simultanément. Les renforts des murs, des portes et des plaintes devront être adaptés aux différentes dimensions des matériels pouvant circuler dans les couloirs. Les menuiseries de portes auront une ouverture de 1,40 m Accès personnel Le dispositif d’entrée pour le personnel sera constitué de locaux respectant la marche en avant avec un vestiaire d’arrivée et un vestiaire de sortie (dit vestiaire sale). La présence simultanée dans l’ensemble du secteur du bloc opératoire est estimée au total à environ 100 personnes, tous métiers confondus, soit 5 personnes par salle d’opération et le personnel de la salle de réveil. Les vestiaires seront répartis entre 3/5 pour les femmes et 2/5 pour les hommes. L’organisation des vestiaires se fera en deux secteurs. Le secteur propre est séparé du secteur sale par un banc sur lequel on s’assoit une fois habillé et à partir duquel on met des chaussures propres. Chaque Vestiaire sera équipé de part et d’autre d’armoires, toute hauteur (dimensions minimales : 25 centimètres de large, 60 centimètres de profondeur). Ces salles desserviront directement le Sas Propre pour y prendre les éléments à usage unique. Un système plus rapide permettra d’accéder aux douches et sanitaires, puis de revenir vers le Sas Propre pour rendosser les éléments aseptiques à usage unique pour retourner dans le bloc. Les vestiaires s’inscriront dans le schéma de gradient de pression au sein du bloc opératoire. Espaces tertiaires
Polyprogramme – Programme Général 163/347

Les espaces tertiaires sont prévus pour le personnel travaillant à temps plein dans le bloc opératoire. Ces espaces sont installés en entrée du bloc et forment un sas pour les agents et les visiteurs médicaux. Le Bureau secrétariat et régulation est occupé par le responsable de bloc qui aura la charge de la régulation en entrée du bloc opératoire. Cet agent demande à l’équipe de brancardier la descente des patients, accueille les patients et régule leur entrée dans le bloc. Ce bureau est donc positionné de manière à contrôler les mouvements d’allée et venue en entrée/sortie patients du bloc opératoire. Ses cloisons sont suffisamment vitrées pour offrir une vue directe sur les espaces de circulation extérieurs. Un poste informatique est installé dans ce local. Il sert à suivre le parcours des patients tant en amont du bloc qu’à l’intérieur du bloc opératoire. Une détente du personnel sera installée pour l’ensemble du personnel du bloc. Elle sera intégrée à la zone protégée et son usage sera limité aux courtes pauses (pas de prise de repas par exemple). Une vue vers les espaces extérieurs devra être créée. On y trouve un point d’eau. Accès matière Les matières seront préalablement décartonnées (enlèvement du conditionnement secondaire qui protège lors du transport) en pharmacie ou dans les magasins hôteliers. Les livraisons seront transportées dans des chariots de transport gigognes contenant les chariots bloc ce qui permet d’éviter le contact du chariot bloc (le chariot intérieur) avec les circulations extérieures. Les chariots de transport seront positionnés dans les sas de livraison et le personnel du bloc pourra récupérer le chariot interne pour ensuite pénétrer dans un local de déconditionnement (retirage de l’emballage secondaire). Les produits pourront ensuite être transférés dans les arsenaux. Tous les sas disposent de deux façades une sur les circulations générales de l’hôpital l’autre sur les circulations internes du bloc opératoire.

Un premier espace de déconditionnement sera utilisé afin d’ôter l’emballage secondaire et de préparer les chariots approvisionnant le bloc. Les chariots de la pharmacie seront ainsi débarrassés de leur

Polyprogramme – Programme Général

164/347

emballage, pour ensuite recomposer les chariots matière du bloc qui sont habilités à circuler dans l’enceinte stérile. Ces derniers seront positionnés en contiguïté, dans les sas d’entrée. Le local devra bénéficier d’une ventilation de 6 volumes par heure afin d’aspirer les particules volatiles. Le sol sera de type thermoplastique remonté en plainte. L’ensemble du local et des portes seront protégés par des glissières et des réglettes adaptables aux chariots de matières préconisés par la Maîtrise d’Ouvrage. Les ouvertures seront de 1,’0 m. Ce local sera en contiguïté à un ensemble de sas d’entrée. Ces derniers devront être reliés de manière efficace à la zone logistique et plus particulièrement à la réserve primaire. Il y aura tout d’abord un sas chariots. Ils seront le passage obligé des chariots qui pénètrent en zone aseptisée. Le sol sera recouvert d’un sol souple type thermoplastique remonté en plainte. Les portes seront à ouverture automatique avec actionnement à distance par un interrupteur coup-de-poing. • sortie Le sas chariot stérilisation sera la porte de sortie vers le service de stérilisation depuis le bloc opératoire. Cette liaison directe est importante car le matériel stérile ne sera pas lavé dans le bloc. Le transfert des bacs de décontamination doit se faire rapidement pour éviter que le matériel ne reste plus d’une demi-heure dans les solutions de décontamination. Le sas chariots déchets sera le lieu où les chariots blocs seront délestés de leurs sacs de déchets pour qu’ils soient entreposés dans les chariots transfert. Le local assurera la transition entre le bloc et les circulations logistiques de l’hôpital. Il sera destiné à recevoir les chariots de déchets (deux types DAOM et DASRI). Ce local sera revêtu d’un thermoplastique au sol et toute hauteur. Il sera équipé de renforcement métallique sur les portes d’accès et sur les murs. Une pente dans le sol permettra l ‘évacuation des eaux au moyen d’un siphon.

Zone logistique
Principes généraux Il a été retenu le principe général de regrouper les surfaces dédiées à la logistique afin d’éviter l’éclatement, qui caractérisent les situations des blocs existants. C’est ici que seront constitués les chariots d’intervention et qu’ils seront stockés déjà en attente des interventions ou vides après lavage. Ce regroupement simplifiera la composition du chariot panseuse et diminuera les circulations de matière. Ces volumes acquièrent une surface critique suffisante pour évoluer au gré des besoins de chacune des spécialités et être redéfinie dans le compartimentage. Ces volumes ont été déterminés généralement en fonction des besoins de l’ensemble des spécialités. Ces réserves pourront être compartimentées en fonction des besoins des domaines chirurgicaux. Il faut que ces arsenaux restent évolutifs face aux besoins changeants de la médecine de pointe. Tous les arsenaux doivent permettre un suivi informatisé des stocks tant en entrée qu’en sortie. Arsenaux La réserve intègre les matériels orthopédique, chirurgie générale, ophtalmologique et urgence, les boîtes de matériel et les dispositifs médicaux implantables (DMI) devront être facilement accessibles par les équipes soignantes durant les opérations. Toutefois le prix élevé de ces matériels imposera un contrôle d’accès rigoureux au local. La maîtrise d’ouvrage préconise un contrôle par code. Ces réserves seront le lieu de stockage des instruments chirurgicaux. Ces derniers seront rangés dans paniers emballés ou dans des boîtes stériles. 800 conteneurs stériles pourront prendre place pour l’ensemble des salles.

Polyprogramme – Programme Général

165/347

Le rangement pourra être en système classique. Il y aura un couloir de 1,40 m avec de part et d’autre des étagères de rangement. Un stockage dense pourra éventuellement être étudié. Ce dernier devra se faire avec des étagères posées sur des rails franchissables par les chariots. Les plateaux seront des clayettes ou des plateaux pleins en inox. Les boîtes d’instruments pouvant être lourdes, il convient de faciliter au maximum leur manutention. C’est pourquoi, chaque étagère sera sur rail en tôle inox avec un arrêt tampon en fin de course. Le dernier niveau ne devra pas excéder 1,80 m. La réserve anesthésie est de la même nature que le local précédent. Il est en accès réservé aux infirmières anesthésistes qui viendront y constituer leur chariot. Le local de nettoyage et de préparation des chariots permettra de nettoyer un grand nombre de chariots simultanément. Il sera équipé d ‘un siphon de sol afin d’assurer l’évacuation des eaux. Les parois et le sol seront équipés d ‘un revêtement imperméable. Ce local aveugle sera mis en dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Un point d’eau permettra de brancher un dispositif de nettoyage. De plus, un vidoir (avec robinet fileté) permettra l’évacuation des solutés. Désinfection Une salle de préparation des bacs de désinfection sera utilisée pour la préparation des solutions et des bacs de trempage des instruments en post-opératoire. Il servira pour le prétraitement des instruments avant la prise en charge par la stérilisation. Ce local sera équipé d’un revêtement de sol résistant aux attaques chimiques et aux poinçonnements. Il sera de type PVC en lé avec une remontée en plinthe. Ce local sera équipé d’une paillasse humide composée de deux bacs grands et profonds. En partie basse et haute de cette dernière seront installées des armoires de stockage afin d’entreposer les produits de nettoyage. Cet équipement servira la nuit en dehors des horaires d’ouverture de la stérilisation. Un chariot par salle (soit 8 chariots) pourra prendre place dans cette salle. L’espace alloué à un chariot étant égal au double de sa surface réelle, 12 m2 ont été programmés. Locaux support Trois locaux ménage sont prévus au sein du bloc opératoire. Ils seront équipés d’un point d’eau avec une vasque profonde pour le remplissage des seaux. Ils bénéficieront d’un revêtement mural et de sol hydrofuge.

Zone opératoire
Principes généraux Cœur du dispositif, ce secteur occupe à lui seul plus de 40 % de la surface utile totale du bloc. Sur le plan de l’organisation spatiale, le bloc sera conçu en 2 modules de trois salles. La notion de module permet de définir des entités de taille cohérente au regard du déroulement des programmes opératoires (deux chirurgiens peuvent y exercer par exemple sur deux salles en parallèle) et permet des opérations de grosse maintenance sans incidence trop forte sur l’activité du bloc général. Chaque module sera desservi par un sas patient et chirurgien unique qui permet de gérer les surpressions et les accès de manière plus souple que dans les configurations plus classiques de sas dédiés à chaque salle. Pour des raisons techniques du maintien des conditions d’asepsie, il n’y aura qu’un seul accès pour chaque salle opératoire. De plus, les exigences des normes ISO relatives aux traitements d’air imposent l’installation d’un grand nombre d’équipements de soufflage. La surface des locaux techniques desservant cette zone sera à peu près équivalente à celle de la surface utile de l’ensemble des salles.

Polyprogramme – Programme Général

166/347

Description d’un module Un module se compose d’un sas patient qui intègre une zone de lave-mains des chirurgiens et un box médical, 3 salles d’opération de 30 m2. L’entrée dans le module se fera au travers d’une porte d’accès unique au sas patients où les circulations pourront se faire dans les deux sens. La porte sera vitrée toute hauteur avec un vitrage opaque en partie basse. Quatre patients pourront prendre place dans cet espace. Le concepteur devra faire attention à l’orientation des lits et à leur disposition dans le local. Il faudra ainsi éviter que les patients ne soient trop proches afin de conserver l’intimité de chacun. De plus, il conviendra de faciliter les circulations de lits entre l’arrivée, l’espace d’attente et enfin vers les salles d’opération. Chaque poste sera équipé en oxygène, air comprimé, vide et protoxyde d’azote. La distribution se fera en bandeau ou/et en bras équipé. Des prises SEGA encastrées seront installées afin d’aspirer les gaz anesthésiques. Pour chaque poste se trouvera : un respirateur et le matériel de ventilation ; un système de réchauffement des patients ; une table d’anesthésie ; des chariots pour le matériel médico-chirurgical, les solutés.

Il sera préférable d’utiliser un maximum d’équipements mobiles afin de faciliter les opérations de nettoyage et de désinfection. Une paillasse humide composée de deux bacs profonds et d’un espace de préparation sera installée dans le sas. Un éclairage d’ensemble au local sera installé. Il sera complété par un éclairage ponctuel spécifique à chaque poste. Le revêtement de sol sera un sol souple remonté en plainte. Les sols conducteurs d’électricité seront évités en sélectionnant des antistatiques. Les murs seront recouverts d’un revêtement résistant au choc type Decochoc. Le faux plafond sera lavable. Ce sas comprendra un espace de préparation du chirurgien. Il sera logé dans un dégagement et protégé par une cloison. En effet, les éclaboussures et la dispersion de particules dans l’air conduisent à ne pas sous-estimer ce local. Il comprendra une à deux vasques alimentées en eau où 3 chirurgiens pourront prendre place afin d’effectuer le lavage chirurgical et la friction chirurgicale des mains. Les sols seront sans recoin ni arête, avec un rebord arrondi, suffisamment large pour englober les mains et les coudes (réniforme), sans éclaboussure et sans replat avec protection murale. La robinetterie sera en inox, compatible avec détartrant et désinfectant, indémontable à la main. La distribution se fera par commande à coude. L’installation d’un support pour la distribution de savon et de solutions hydroalcoolique sera prévue. Un distributeur de serviettes jetables sera mis à disposition pour le séchage par tamponnement. De plus une réserve de casaques, de gants stériles, de masques et de protections oculaires sera installée à proximité. L’espace de consultation de dossier n’est pas dédié à des personnes permanentes, il sera partagé et facilement accessible. Il sera isolé acoustiquement du sas patient par des cloisons qui, si vitrées sur allèges, devront bénéficier d’un dispositif d’occultation. Il sera équipé d’un espace informatique connecté au réseau, ces espaces étant dédiés à la prise de note et à la dictée des comptes rendus chirurgicaux. Un distributeur de d-gel hydroalcoolique est à prévoir à proximité de cet espace.

Polyprogramme – Programme Général

167/347

L’accès et la sortie des salles opératoires se feront au travers d’un accès unique. Cette porte sera de préférence coulissante et automatique. Elle respectera les dispositions suivantes : un seul ou deux vantaux, coulissants à effacement latéral ; utilisation de dimensions « standard » ; verre transparent, munie d’adhésifs en avertisseurs visuels ;

- utilisation d’un système de commande en pied de cloison ; - pas de détecteur de présence. Cette porte sera aménagée pour assurer la surpression de la salle. L’installation de la porte sur la face intérieure de la salle d’opération peut favoriser la protection de la salle. Les salles seront toutes de géométrie simple dans des proportions proches du carré laissant toute possibilité d’évolution et de disposition dans la salle d’opération. Elles seront conçues sur la même base de surface, de telle sorte qu’il y ait une souplesse d’usage et d’affectation, et une évolutivité plus aisée à mettre en œuvre. Le pied de table sera démontable. Le placement de ce dernier sera déterminé par les tables choisies. Le pivot au sol est en effet toujours déporté par rapport au centre de la table. On prévoira un doublement des bras équipés, avec au centre le bras chirurgical équipé des scialytiques et des écrans vidéos. Le bras anesthésique sera quant à lui disposé sur l’une des arêtes du carré du bloc, à proximité de la tête du patient. Le bras des anesthésistes pourra être positionné en deux points de la salle selon la nature de la chirurgie. Les salles pourront bénéficier de lumière naturelle. Les ouvertures sur l’extérieur seront équipées d’un dispositif d’occultation automatisé et réglable. Les scialytiques seront équipés d’un dispositif d’auto ajustement d’éclairage en fonction de l’intensité extérieure. L’éclairage d’ambiance sera assuré par des vasques encastrées dans le plafond. Ces derniers devront être répartis afin d’assurer un éclairage uniforme. Une installation en bordure extérieure est plébiscitée. L’éclairage chirurgical sera assuré par un minimum de deux scialytiques installés ou non sur le même bras. L’éclairage de repos sera vert et pourra être déclenché en parallèle de l’éclairage opératoire sur le pourtour de la salle. Les cloisons seront de type modulable. Aucune réserve ne sera prévue pour les négatoscopes. Ces derniers seront remplacés par des écrans plats attachés au mur. Des dispositifs de fixation devront donc être prévus. L’ensemble des produits et matériels seront apportés dans la salle avant l’intervention chirurgicale. Ces chariots seront mis en attente dans les locaux logistiques de proximité ou dans la réserve primaire. Une protection par plaque de renforcement sera prévue en partie basse, sur une hauteur minimum de 1,20 m. • Revêtements des Salles d’Opérations Les revêtements du sol, des murs et du plafond seront choisis pour leur résistance au nettoyage et pour leur qualité d’asepsie. On privilégiera des revêtements lisses, présentant le minimum de joints et installés de manière à ce que les angles verticaux et horizontaux soient arrondis. Le revêtement de sol sera remonté sur les parois avec des plinthes arrondies.

Polyprogramme – Programme Général

168/347

Les revêtements thermoplastiques seront en lés continus et soudés. Ce revêtement sera d’une mise en œuvre aisée et facile d’entretien ou de remplacement. Leur coefficient de glissance sera choisi pour éviter des risques de glissades pour le personnel. Toutes les surfaces de la salle d’opération seront lessivables quotidiennement. La partie centrale de la salle, qui sera située sous un plénum soufflant, sera distinguée par une couleur de revêtement différente. Le personnel pourra ainsi identifier la zone stérile sans difficulté. Le revêtement de sol sera posé sur une chape de béton durcie et résistant au poinçonnement. Il sera d’une parfaite planéité (0,5 cm à la règle de 5 mètres). Le choix des coloris des revêtements de la salle sera fait en concertation avec les équipes médicales de manière à recueillir leur accord sur cet élément essentiel de leur vie quotidienne. • Traitement de l’Air des Salles Opérations – 3 en ISO 5 ou 3 en ISO6 Un plafond diffusant émettra un flux unidirectionnel vertical d’air propre (filtre absolu) variant entre 20 et 25 cm par seconde. Les reprises d’air (extraction) se feront au niveau du sol avec un recyclage d’air filtré (filtre absolu). La surface du plénum est la superficie minimale de pulsion d’air. Elle sera plus large que la zone opératoire pour permettre des positions de table et des configurations opératoires variées. La zone représentera de 9 mètres carrés. On créera ainsi une zone aseptique centrale carrée. L’air vicié sera repoussé vers la périphérie de la salle où seront localisées les bouches de reprise. Les reprises se feront sur au moins deux côtés opposés de la salle de manière à assurer un balayage efficace de la salle. L’air sera bien évidemment filtré selon la réglementation. Cette surface sera suffisante pour la table d’opération, l’équipe d’intervention composée de 4 à 6 personnes (chirurgien, anesthésiste, infirmière panseuse, infirmière anesthésiste, une aide panseuse, et éventuellement une aide opératoire par un interne ou un autre chirurgien), les matériels périphériques et les tables de dépose qui devront y prendre place. L’air diffusé sera contrôlé en température dans la fourchette réglementaire. Le réglage sera possible de façon individuelle par salle. La température ainsi réglée s’appliquera également dans les salles de préparation des patients et des chirurgiens. La salle d’opération sera en surpression avec un réglage possible de celle-ci et un témoin de fonctionnement. Le niveau de surpression sera le plus élevé, niveau 3, si l’on considère que les salles de préparation des patients et de préparation des chirurgiens seront au niveau 2 et le couloir au niveau 1. Pour le rejet des gaz d’anesthésie, des prises de type Sega seront installées. Il est également envisageable de prévoir une prise d’air dans le bras de l’anesthésiste. Le plénum comprendra un éclairage opératoire dont les formes seront adaptées à ce type de flux pour éviter de générer des perturbations. • Fluides, Électricité et Courants Faibles des Salles d’Opérations Les prises de courants forts et faibles et des gaz médicaux seront installées sur les bras et doublées en périphérie selon la réglementation portant sur les alimentations par flexible. Les blocs de prises de courants forts seront uniformément répartis sur la périphérie de la salle à 75 cm du sol. Les blocs de prises de gaz seront installés sur deux murs perpendiculaires, à la même hauteur. Toutes ces prises seront parfaitement encastrées dans le mur sans aspérité. Une attention particulière sera portée sur la continuité du revêtement mural au niveau de ces installations. Les passages de gaines se feront dans des fourreaux insérés dans les cloisons et étant entendu que les canalisations seront dépourvues de soudures ou de raccord sur toute la longueur du parcours non accessible. Un complément de prises électriques sera disponible sur les bras articulés plafonniers (quatre fois six prises de courants forts et des prises de gaz dédoublées).

Polyprogramme – Programme Général

169/347

L’ensemble des prises électriques sera secouru par des moyens spécifiques pour chacune des salles d’opérations qui assureront une durée de fonctionnement permanent dans l’attente de l’intervention du groupe électrogène de l’hôpital (voir à ce propos les éléments techniques dans le programme technique détaillé). La moitié des prises sera reprise par onduleur qui assurera une couverture de 2 heures. Une distribution en courants faibles sera également à prévoir. Elle couvrira le dispositif d’appel d’urgence pour le médecin anesthésiste, un interphone et un câblage informatique. Ces prises, de type RJ 45, seront distribuées sur le pourtour de la salle et sur les bras. Elles permettront tout raccordement de type VDI sur le réseau. • Contraintes liées à l’entretien et à la maintenance des salles La périodicité de l’entretien et du remplacement de certains éléments techniques (filtres, prises, mais également revêtements de sol) des salles d’opération impose des fermetures régulières des salles d’opération et des espaces associés. Pour ne pas perturber de façon trop importante le programme des interventions, les salles et leurs espaces associés seront fermés par module pour les grosses maintenances. Pendant ces périodes, les programmes opératoires seront reportés sur les autres modules. La relative standardisation de l’équipement des salles devrait autoriser ce type de fonctionnement. Les concepteurs devront ainsi organiser des circulations donnant accès sur deux côtés du bloc permettant aux techniciens d’intervenir sur un module sans gène pour le reste du bloc.

Zone de réveil
Principes généraux La salle de réveil est la dernière étape du patient avant son retour en hospitalisation. C’est ici que le patient retrouve son lit après que celui-ci ait été nettoyé et changé. Le personnel d’anesthésie suit les évolutions des signes cliniques du patient au fur et à mesure de son retour à un état de conscience. C’est ici que, après ceux réalisés en salle, les gestes techniques postopératoires ont lieu (dépose de voies, désintubation). La durée des réveils peut varier de ¼ h à plusieurs heures dans le cas d’opérations lourdes. Il est en moyenne de deux heures. Les bonnes pratiques suggèrent de prévoir un réveil spécifique pour l’ambulatoire. Le passage dans cette salle étant plus court et l’état de conscience des patients meilleur. Le patient est ainsi accueilli dans de meilleures conditions. Par ailleurs, les croisements de flux sont diminués et la rotation des places est améliorée. Pour des raisons de qualité des soins et d’optimisation du personnel médical et de soins, il est prévu une salle sectorisée. Le premier secteur regroupera 6 places pour la chirurgie générale. Le second est composé de 4 places pour la chirurgie ambulatoire et pour le réveil de l’endoscopie et de deux places pour les réveils de césarienne. Ces deux dernières places bénéficieront d’un environnement spécifique compte tenu de leur destination. Les pères et les nouveau-nés pourront venir accompagner la mère dans son réveil. L’équipe anesthésie spécifique de la salle de réveil devra disposer d’une réserve, de locaux supports et de locaux tertiaires dans lesquels seront réalisés les actes administratifs. Description des locaux Après les interventions chirurgicales ou des endoscopies sous anesthésie générale réalisée au sein du plateau d’endoscopie, les patients seront conduits en salle de réveil ou Salle de Surveillance Post Interventionnelle (SSPI) pour une période d’observation obligatoire dans un environnement permettant de prodiguer des soins intensifs pendant une période de deux heures au minimum.

Polyprogramme – Programme Général

170/347

Les pères seront autorisés à venir visiter les patientes ayant subi une intervention chirurgicale. Par ailleurs, les bébés nés par césarienne seront systématiquement conduits auprès de leur mère après la première toilette réalisée dans le secteur de la salle de travail, lorsque l’état du nouveau-né le permet. Il existe donc un sas d’accès dans lequel les pères peuvent se mettre en tenue de bloc et se laver les mains. Ce sas sera positionné à côté de celui destiné aux équipes transférant une parturiente passant en urgence au bloc opératoire. Il offre ainsi un passage simple de la salle de naissance, où se trouve le père, vers le bloc opératoire. Les pères y trouvent deux casiers dans lesquels ils peuvent ranger les affaires et des distributeurs de tenues jetables. Ils peuvent également se laver les mains au moyen d’un lavabo hyperaseptique avec commande à coude. Sur le plan de l’aéraulique, le sas assure le passage du gradient de pression de la salle de naissance à celui du bloc opératoire. • La salle de réveil Après l’intervention en salle de bloc opératoire, le patient sera conduit en salle de réveil où l’équipe d’anesthésie poursuit son travail. C’est dans la salle de réveil que le patient retrouve son lit qui a été nettoyé et préparé le temps de son séjour en salle d’opération. Sur le plan de l’organisation générale, la salle de réveil est sectorisée en deux avec un poste de soins unique et central. La salle de réveil constitue un espace unique que l’on pourra à terme, selon l’évolution des activités chirurgicales de l’HUEH, redistribuer. Ce vaste espace de forme rectangulaire devra obligatoirement bénéficier de lumière naturelle sur sa façade la plus longue. Ce local sera la dernière étape du patient avant sa sortie du bloc. Une sortie menant directement aux sas de sortie patients de la zone opératoire sera donc installée sur une façade. Cette sortie devra être sous le contrôle du cadre responsable de l’unité de réveil (appel d’ouverture par sonnette ou voyant lumineux). L’objectif étant qu’aucun élément ne puisse pénétrer directement dans cette salle sans être passé par la zone filtre. Cette salle pourra loger 12 lits en respectant les enveloppes suivantes : 1,20 mètre entre deux lits voisins pour laisser la possibilité d’installer un paravent ; 1 mètre à la tête du lit (pour moniteur de surveillance, système de perfusion modulaire, ventilateur de réveil) ; 2,50 mètres au pied du lit pour les circulations.

Chacun des 12 postes sera équipé d’une poutre de distribution fixée sur un bras mécanique avec : - 1 arrivée air comprimé ; - 1 arrivée oxygène ; - 1 prise vide ; - des prises courants forts normal et ondulé (nombre précisé dans le livre technique) ; - des prises RJ45 (nombre précisé dans le livre technique) ; - un distributeur de gel hydroalcoolique. Accrochés au rail de distribution de ces fluides, on trouvera également une tablette pour écrire, deux tablettes pour les seringues électroniques et des positions pour installer les perfusions. Ces rails ne seront pas trop hauts pour laisser des possibilités d’éclairement naturel de l’espace. Ces distributions seront dédoublées avec des prises murales et fixes. Une paillasse humide de 2 mètres de long avec un évier sera également installée dans la salle, en plus des aménagements dans le poste de soins.

Polyprogramme – Programme Général

171/347

Les murs seront recouverts d’une laque de bonne qualité sur une hauteur de 1,30 m au minimum. Il faudra éviter les aspects brillants susceptibles de déranger le personnel. Le sol sera recouvert d’un revêtement PVC en lé résistant au roulage des lits, des tables d’opération de transfert, des brancards et aux attaques chimiques. La qualité de l’éclairage naturel et artificiel est très importante dans la salle de réveil et fera l’objet d’un travail spécifique. En effet, il faut éviter tout effet d’éblouissement pour les patients, apporter des éclairages de soins ponctuels de qualité pour les soignants et apporter une présence de lumière naturelle suffisante tant pour les personnels que pour les patients qui reprennent contact avec le monde extérieur. • Le PC médical Au centre de la salle de réveil, il sera installé un poste de soins par secteur. Il s’agit du lieu unique de pilotage, de préparation et de suivi des soins et des patients. Le poste de soins est composé d’une banque de surveillance. Ses cloisons vitrées permettront d’avoir constamment une vision périphérique de l’ensemble des lits de la salle de réveil. Un poste informatique sera installé, il permet de consulter à tout moment le dossier du patient et de l’informer des interventions réalisées en salle de réveil. En contiguïté de ce local, on trouve les deux espaces où sont préparés et nettoyés les chariots de soins. Ils seront organisés de manière à séparer clairement la partie nettoyage du chariot ou des instruments de la partie préparation des soins et des chariots propres. Une légère surpression de la partie propre par rapport à la partie nettoyage permettra de constituer un balayage de l’air du propre vers le sale. Une cloison vitrée ouverte entre les deux zones répondra à ce circuit. Dans la partie de préparation des chariots de médicament et de soins, un point d’eau sera installé à l’entrée. Il sera destiné au lavage complet des mains, type lavabo hyperaseptique. On trouvera également dans cette zone propre une paillasse sèche sans point d’eau pour la préparation des injections et des perfusions. On y trouvera des équipements de rangement mobiles, des guéridons de soins, et le chariot de la pharmacie qui stockera les dispositifs médicaux, les sets de soins, les dispositifs médicaux d’abords veineux, les antiseptiques, les solutés. Un local pour le rangement de l’armoire à pharmacie et des dispositifs médico-stériles sera directement accessible depuis la préparation chariot. Les personnels soignants vont y chercher de quoi constituer les chariots. Ce local aura préférentiellement une forme en longueur permettant de dégager un linéaire de mur pour des étagères. Dans la zone nettoyage des chariots, on trouvera une paillasse lisse et sans joint, avec un point d’eau équipé d’une douchette et d’un bac profond pour la décontamination des matériels à stériliser. Sur le cheminement du retour de soins, le personnel pourra décharger le chariot des sacs de DASRI ou de DAOM dans une utilités sales. Cette pièce fonctionnera en sas entre la salle de réveil et la circulation général du bloc. Elle recevra les containers de linge sale (trois contenants en sacs) ainsi que ceux des déchets (deux types DAOM et DASRI). Ce local aura un revêtement PVC toute hauteur et sera équipé de renforcement métallique sur les portes d’accès. Le plancher sera ragréé avec un léger dévers qui sera orienté vers un siphon de sol.

Polyprogramme – Programme Général

172/347

• Locaux supports La réserve matériels permettra de stocker l’ensemble du matériel anesthésique nécessaire (ventilateurs sur pied, aux moniteurs de secours, aux systèmes de perfusion modulaire, à l’échographe et aux consoles NSI). La porte sera composée d’un à deux vantaux avec un dispositif d’effacement latéral. Le revêtement de sol devra être résistant aux poinçonnements. Deux locaux vidoir-lave bassin, seront répartis à proximité de chaque secteur de la salle de réveil. Ils seront utilisés pour le nettoyage des bassins et l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera en PVC toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes.

Bloc ambulatoire
Cet partie du blloc bénéficie d’un process d’accès spécifique. En revanche les quatre salle sont dans le même volume que le reste des salles. Les locaux répondent aux mêmes exigences que les espaces décrits précedemment. Les quatre salles seront en ISO 6. Dans la salle de désinfection des endoscopes, deux types de nettoyage pourront être effectués, soit un nettoyage et désinfection mécanique, soit de manière manuelle. Pour le nettoyage mécanique, 3 appareils seront installés au centre de la pièce, 2 pour les endoscopes digestifs et un pour les fibroscopes bronchiques. Les bacs seront reçus, puis vidés, pour ceux qui ont du liquide de prédésinfection, dans des éviers équipés de moyen de filtrage adapté et enfin, le matériel sera rincé. Le sol de cette salle sera particulièrement résistant aux attaques chimiques. Un test d’étanchéité sera effectué en début de procès en injectant de l’air, via un testeur d’étanchéité. Pour le nettoyage manuel, six bacs profonds s’enchaîneront sur la paillasse afin de respecter le principe de marche en avant. Deux paillasses seront prévues une pour les endoscopes digestifs et l’autre pour les fibroscopes bronchiques. Chaque bac disposera d’une arrivée d’eau chaude et froide, disponible grâce à des douchettes ou des robinets filetés, et d’une désinfection automatique des siphons au niveau de l’évacuation. Au-dessus des bacs de nettoyage, profonds pour l’immersion complète de l’appareil, il y aura : - des distributeurs et un stockage de gants non stérile, de blouses à manche longue, de lunettes de protection, de masques ; des seringues à détergent ; des stockages pour détergents non abrasifs ; un emplacement pour brosse douce (réutilisable) et d’une gaze ou d’une éponge à usage unique ; d’une brosse (réutilisable) pour le nettoyage de l’intérieur des canaux.

Les bacs de rinçage posséderont les mêmes dimensions que le premier, cependant son équipement se limitera à une éponge et des seringues jetables pour le nettoyage du déflecteur.

Polyprogramme – Programme Général

173/347

La désinfection s’effectuera dans un bac rempli d’une solution désinfectante réutilisable ou non selon le type de produit utilisé. Il sera à prévoir un espace de stockage pour ce produit. Au-dessus, un dispositif d’aspiration de vapeur sera intégré. En complément, on trouvera du matériel pour le séchage : pistolet à air comprimé médical ; alcool pour rinçage pour faciliter le séchage des canaux internes.

Un terminal informatisé permettra les traçabilités complètes des endoscopes. Son installation nécessitera l’apport d’une prise courant fort et un point de courant faible. Ce local est muni d’une hotte d’extraction de l’air et d’un filtre à solvant. Après décontamination, désinfection, rinçage, séchage, les endoscopes seront rangés dans la réserve des endoscopes propres. Des armoires de stockage dont les faces internes seront régulièrement désinfectées permettront le stockage en suspension des endoscopes. Ce local devra être sécurisé avec un lecteur de badge qui assure la traçabilité des allées et venue. Il sera placé sous vidéosurveillance (coût des endoscopes très élevé).

Zone hors bloc opératoire
Une salle de détente et de petite restauration est installée à la sortie du bloc opératoire. Étant donné qu’il est interdit de manger dans le bloc opératoire, cette salle permet au personnel du bloc de déjeuner ou de se restaurer à proximité du bloc sans enfreindre ce règlement. Ce lieu constitue un espace de rencontre entre le personnel des spécialités composant le secteur opératoire. Il pourra accueillir 20 personnes. Il s’agira d’un lieu de rencontres informelles, d’échange et de prise d’information entre le personnel. La qualité des lieux impose de la lumière naturelle en premier jour. L’espace se devra d’être agréable et accueillant. Un espace d’information, équipé d’un tableau blanc et d’un espace d’affichage, formera une première entité de la salle, la seconde sera une entité convivialité. Une kitchenette, équipée d’un évier, d’un four à micro-onde et d’un réfrigérateur sera aménagée. Une table et des sièges pour 10 personnes seront placés à proximité. Le matériau de sol participera à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance indirecte complétée par des appliques et des spots basse tension orientés vers des points spécifiques (machine à café, table haute…). En plus de l’alimentation de la machine à café, la pièce disposera de 4 points d’accès en courants forts et faibles de type tertiaire. La moitié d’entre eux devra être facilement accessible pour que l’on puisse y connecter un ordinateur portable et relever ses courriels.

Polyprogramme – Programme Général

174/347

Salle des naissances
La maternité de l’HUEH est très active et en croissance continue. Le programme prévoit un dimensionnement sur la base de 5 000 naissances par an. Le plateau technique a été organisé pour répondre aux exigences de sûreté sanitaire et médicale qu’impose une maternité de référence. Il a été privilégié, pour la salle de naissance, la proximité au bloc opératoire, à la réanimation néonatale et au secteur des grossesses pathologiques. Enfin, la rapidité d’accès à la radiologie constitue un atout important en cas d’hémorragie de la délivrance.

Organisation générale
C’est dans ce secteur qu’ont lieu la majorité des naissances (les autres ayant lieu dans le bloc opératoire où sont effectuées les césariennes), avec un rythme d’activité important et sans interruption. Il s’agit donc d’une zone extrêmement active, qui devra pouvoir supporter des tensions, et une activité parfois surchargée puisque les femmes arrivent sans rendez-vous (quelques naissances sont programmées, mais cela ne représente qu’une faible proportion de l’ensemble). Il est primordial que les salles de prétravail se situent au contact direct du bloc opératoire (pour les éventuelles césariennes). Cette exigence est extrêmement importante car certaines naissances se compliquent pendant le travail (période de dilatation du col de la parturiente), et la décision de césariser peut être prise en quelques minutes, alors que la vie du bébé est en jeu. De la même façon, il sera essentiel que les liaisons avec la Néonatalogie soient très courtes, (notamment les parties réanimation et soins intensifs). Les réanimateurs seront appelés selon les besoins et pourront intervenir dans une salle spécifique commune (salle de réanimation des nouveau-nés). Le secteur des urgences de gynécologie et d’obstétrique sera situé en zone non protégée au rez-dechaussée au sein des urgences générales pour faciliter la gestion du personnel, mais aussi pour faciliter les circulations avec les salles de naissance, et avec le bloc si besoin. Accueil et urgence Les urgences gynéco-obstétriques bénéficient d’un dispositif de prise en charge spécifique. Plusieurs éléments militent en faveur de cette identification : la spécificité des personnels de garde qui sont communs aux deux disciplines ; la spécificité des équipements, et particulièrement de la table d’examen ; l’ambiance générale des urgences obstétriques qui accueillent des personnes dans un état instable mais non traumatique ; la définition d’un secteur plus ouvert et en lien avec la salle de naissance.

Un espace sécurisé et accueillant Le secteur des urgences obstétrique accueille aussi des femmes en situation de détresse, souffrant de douleur ou de saignement, des futures mamans venant, certes angoissées, mais pour un événement heureux. Une liaison vitale Les urgences sont le premier espace et le premier temps dans la prise en charge des parturientes. La liaison vers la salle de naissance dans laquelle va se dérouler la majorité du travail, doit être extrêmement rapide et efficace.

Polyprogramme – Programme Général

175/347

En effet, pour certaines femmes, le travail dès les premiers instants de présence à l’hôpital est déjà très avancé et nécessite une intégration immédiate dans les salles de travail.

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

176/347

Tableau de surface
Salle de naissances
Accueil et urgence Accueil Attente Sanitaire Surveillance Salle d'examens Stockage matériel et DMS Vidoir/ lave bassins Filtres Sas patientes Sas entrée matériels et produits Sas sortie déchets Prétravail et naissances Secteur de surveillance prétravail (6 postes) Sanitaire Boxe de naissance (8) Salle de naissance (1) Salle de réanimation (4 positions) Sas d'accès au bloc opératoire Salle accueil famille (décès) PC médical et poste de soins Bureau médical Cadre de proximité Banque de surveillance et bureau infirmier (3 postes ou 8 en staff) Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Locaux support Locaux du personnel Détente Chambre de garde (gynéco-obstétrique) Sanitaire Vestiaire Locaux logistique Réserve Matériel médical (fauteuils, équipements…) Vidoir Déchets Ménage hôpital 1 1 1 4 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 12 40 4 16 6 6 10 6 6 48 4 128 25 40 3 12 12 12 18 10 8 10 12 40 4 64 6 6 10 6 6 48 4 128 25 40 3 12 12 12 18 10 8 10 595

595

1 2 2 1 1 1 1 1 1

12 12 4 24 15 10 4 8 6

12 24 8 24 15 10 4 8 6

Polyprogramme – Programme Général

177/347

Description détaillée des locaux
Accès abords
Le sas ambulance permet aux services d’urgence (SAMU, Sapeur Pompiers, ambulanciers…) où des pères de venir transférer les patientes couchées à l’abri des intempéries. Il sera dimensionné pour le stationnement simultané de 2 véhicules. Tout stationnement de véhicules ne sera que provisoire et de courte durée, le temps de l’acheminement du patient à l’intérieur du service. Le sas fera l’objet d’une mise en valeur très marquée permettant de distinguer cet accès de celui des urgences générales. De jour comme de nuit, il doit être visible soit par la couleur soit par la lumière soit par la forme. L’entrée et la sortie sont commandées par des portes automatiques à ouverture rapide, de type porte sectionnelle. Les véhicules suivent une marche en avant et ne réalisent aucune manœuvre au sein du sas. Le sol sera en béton avec résine durcisseuse. Une forme de pente permettra l’écoulement vers la périphérie des huiles et hydrocarbures et de l’eau de nettoyage. Ces eaux sont recueillies dans une cuve de décantation qui peut également servir à l’aire de stationnement extérieur. Cet espace est chauffé et équipé d’une ventilation adaptée pour l’évacuation des gaz d’échappement des véhicules. L’éclairage est à déclenchement automatique. Un robinet fileté est disponible pour le lavage à grande eau de cette aire. L’éclairage intérieur du sas sera étudié pour ne pas être trop blafard et impersonnel mais au contraire pour participer de la signalisation de ce secteur. L’accès au service des urgences GO se fait par une porte dont l’ouverture est commandée depuis le poste de soins ou depuis l’accueil général. Un vidéo portier couleur permet de reconnaître la personne demandant l'accès et de décourager ceux qui n'ont aucune raison d'entrer dans l'hôpital par cet accès. Rappelons que ce sas est à temporisation d’ouverture réglable et qu’un carillon permet d’informer le personnel d’une arrivée. La porte donne directement accès à la circulation principale des urgences et ce en évitant les angles droits. Une circulation droite est la solution optimale.

Accueil et urgence
Après avoir franchi le sas d’accès, la patiente doit voir immédiatement la banque accueil et pouvoir s’y diriger naturellement les patientes ambulantes et couchées se présentent sur le même accueil. La banque forme donc un point de passage obligé et un point unique de régulation des allées et venues. Elle annonce à la salle de naissance d’une nouvelle arrivée. Le personnel d’accueil a une mission fondamentale auprès des patientes. Même bien renseignés et informés, les couples se présentent bien souvent en état de stress. Le personnel informe et dirige les patientes. Si le reste du service est fermé et en accès limité, la banque d’accueil donnera le sentiment d’un accès aisé et ouvert. Le personnel d’accueil est installé à l’arrière d’une banque basse, scellée au sol. À l’arrière de la banque et un niveau inférieur, on trouve une tablette destinée à recevoir quatre microordinateurs et une imprimante. Le personnel est installé sur un faux plancher de manière à être légèrement surélevé.
Polyprogramme – Programme Général 178/347

Directement attenant à la banque d'accueil et à la vue de celle-ci se trouve le lieu d’attente des patientes. Cet espace est plus particulièrement dédié aux patientes de la gynécologie. L’attente est équipée d’une dizaine de sièges qui sont organisés par petits salons de 3 à 4 sièges placés autour d’une table basse et sont parfaitement visibles depuis l’accueil général. Les patientes restent ainsi en contact visuel avec les agents d’accueil qui peuvent d’un simple regard rassurer la personne sur sa prise en charge. Les sièges sont choisis pour leur résistance, la pérennité de leur aspect dans le temps, leur facilité de nettoyage et leur confort d’assise. Ils sont fixés au sol, pour conserver l'agencement prévu pour l'espace d'attente. Afin de capter l’attention, on placera sur un bras articulé mural un poste de télévision. La diffusion d’images et d’un léger bruit de fond améliore la capacité d’attente. Deux sanitaires du public sont accessibles depuis l’espace d’attente. Ils sont équipés d’une cuvette surélevée et suspendue accessible aux handicapés, de deux barres d’appui et de transfert rétractables, d’un distributeur de papier hygiénique et de protège-lunette, d’un distributeur de savon, d’un lavabo avec des robinets à mitigeur et à déclenchement automatique lors de la présentation des mains. De plus, on trouve un sèche-mains à déclenchement automatique. Dans le sanitaire réservé aux femmes, on placera une table à langer repliable équipée d’un rouleau de distribution de protège-matelas à langer jetables. On y proscrira les faux plafonds démontables. Les réservoirs de chasse sont encaissés, les cuvettes de sanitaire sont scellées au mur. On choisira le matériel de façon à empêcher toute dissimulation d'objets dans ou derrière les appareillages. Surveillance Quatre salles d’examen seront aménagées pour assurer le premier accueil des patientes se présentant. Chaque salle sera en liaison avec un sanitaire partagé entre deux salles d’examen (au total quatre sanitaires devront ainsi être prévus, l’un des quatre n’étant pas partagé). Chaque salle d’examen sera équipée d’une table d’examen gynéco-obstétrique, une paillasse dotée d’un point d’eau et des rangements de type casiers ouverts pour que le personnel ait à disposition tous les dispositifs pour les soins à dispenser de façon urgente et puisse également effectuer des prélèvements si nécessaire. Un stockage et un local vidoir complète ce dispositif.

Filtres
Le premier sas est dédié aux patientes qui se présentent à l’entrée de la salle de naissance. Les ouvertures du sas sont régulées au moyen d’un code et d’un vidéo-phone. Les portes du sas sont à ouverture décalée. Un sas permet l’entrée des matériels et des produits. Ce sas est en liaison avec le point de montée logistique et le palier logistique desservant le plateau technique. Le responsable du palier logistique vient placer dans ce sas depuis les circulations générales les chariots de linge, de pharmacie, de DMS ou de produit hôteliers nécessaires à la salle de naissance. Une fois placés un ou deux chariots, il signale aux équipes de la salle de naissance que le sas est chargé. L’équipe reçoit un message électronique sur l’ordinateur du poste de soins. Il peut alors venir de l’intérieur de la salle de naissance récupérer le ou les chariots pour en intégrer le contenu.

Polyprogramme – Programme Général

179/347

Un sas sortie déchets permet de mettre à disposition du responsable de palier les containers de déchets. Les personnels soignants versent les sacs de DAOM, de DASRI ou de linge sale dans les containers qui seront récupérés par le responsable de palier depuis la circulation générale.

Prétravail et naissances
Les six postes de la salle de prétravail seront situées le plus proche de l’entrée, puisqu’ils constitueront la première étape du travail de la parturiente vers la naissance. Chaque poste sera équipés d’un lit avec les fluides médicaux, une paillasse de travail pour le personnel. Sur le côté du lit seront disposés les appareils de surveillance et un siège confortable pour l’accompagnant. La géométrie de la salle sera plutôt de allongée, pour permettre l’installation aisée des six lits. Par ailleurs, les portes seront disposées de telle sorte que les patientes aient une vue sur les personnes qui entrent dans la salle. Une gaine tête de lit distribue les gaz, les courants forts et faibles. L’éclairage offrira trois niveaux d’intensité : le premier est activé en période de repos ; le second lors des activités d’entretien et d’échange avec le personnel soignant ; le troisième en cas de soins ou d’observation de l’avancement du travail (1 000 lux).

Les huit boxes de naissance seront équipées de la même façon que les salles de prétravail, le lit étant remplacé par la table de naissance, avec en plus dans le plan de travail une petite baignoire et les appareils pour y faire les premiers soins et la toilette du nouveau-né. La salle sera équipée des gaz médicaux y compris pour une anesthésie en urgence. La procédure habituelle sera la mise en place d’une péridurale pour une anesthésie locale. Le plan de travail offrira une profondeur d’environ 0,70 mètre et une longueur minimale de 2,75 mètres. Il comprendra une baignoire bébé, une table à langer, une table radiante et une surface libre pour l’appareil de pesée et les produits de soin. Ce plan de travail sera le lieu après la naissance de la première toilette du nouveau-né avec le père, la mère peut ainsi partager ces premiers moments de la vie de son enfant. Une vue devra donc être possible pour la mère. Non loin de la salle de naissance se trouveront deux tables mobiles indispensables : l’une pour le monitorage, l’autre pour l’anesthésie et la réanimation. Enfin, un petit écritoire pourra être dissocié du plan de travail pour permettre à la sage-femme ou au médecin d’assurer le travail administratif suite à la naissance. Les parturientes séjourneront assez longtemps dans cette salle (la durée moyenne d’un séjour est une dizaine d’heures), il est donc important qu’elles s’y sentent bien. Les femmes devront pouvoir également suivre le rythme de la journée, ou l’évolution du temps, même si la salle est en second jour. Enfin les couleurs choisies devront être apaisantes, sans lien avec une ambiance hospitalière traditionnelle. Un poste de naissance est individualisé. La salle de réanimation nouveau-nés sera en position centrale pour être facilement et rapidement accessible. Elle pourra accueillir quatre postes de réanimation sur le pourtour de la pièce, alimentés en en gaz médicaux, avec suffisamment d’espace autour de chaque poste afin que l’équipe de réanimateurs puisse évoluer autour de chaque nouveau-né. Ces postes de réanimation seront utilisés pour les bébés nés en salle de naissance, mais également pour ceux nés dans le bloc, les réanimateurs étant alors prévenus et présents dans la salle de réanimation avec

Polyprogramme – Programme Général

180/347

leur matériel, pour intervenir dès les premiers instants de vie du bébé. Il est donc très important que la salle soit à la fois facilement accessible depuis l’ensemble des salles de naissance mais également à proximité du sas d’accès au bloc. En retour du bloc, le nouveau-né peut être rapidement installé sur un poste de réanimation, le temps étant un facteur essentiel pour éviter les séquelles. Par ailleurs, dans cette même salle, une paillasse équipée d’une baignoire, d’un plan de change et d’une table radiante sera prévue pour les premiers soins des enfants nés par césarienne au sein du bloc opératoire. Ces nouveau-nés seront, dès leur naissance, transportés vers cette salle où ils recevront les premiers soins en présence du père, alors autorisé à pénétrer dans la zone de travail des personnels. Le nouveau-né et son père pourront ensuite rejoindre la salle de réveil pour voir la mère en empruntant le sas d’accès prévu à cet effet et déjà décrit dans le cadre du bloc opératoire. La salle accueil famille sera constituée en une pièce vide et très sobre (couleurs, éclairage…), éclairée naturellement avec une protection solaire. C’est dans cette pièce que seront transportés les bébés décédés pour que les familles puissent s’y recueillir, sans trouble ou gêne pour le reste du service. L’isolement acoustique y sera suffisant pour qu’éventuellement une petite cérémonie religieuse puisse y être organisée (chants, prières collectives). Une paillasse avec une baignoire permettra d’y dispenser la toilette et la préparation du corps avant qu’il ne soit présenté aux parents. Il sera important que le cheminement vers cette salle puisse être organisé avec discrétion pour les autres familles se trouvant auprès de leur enfant.

PC médical et poste de soins
Les obstétriciens disposent d’un bureau médical qui sera installé à proximité du poste de soins. Cet espace tertiaire sera équipé selon la trame classique desservant ce type de surface pour y installer deux postes de travail. La cadre de proximité dispose également d’un bureau individuel. Elle réalise ici les calendriers de présence du personnel, le suivi de son équipe et reçoit les membres de l’équipe pour les divers entretiens individuels. Ce bureau sera immédiatement voisin du vestiaire des pères qui pourront ainsi être guidés dans leur découverte de la salle de naissance. L’une des cloisons devra par conséquent être vitrée sur allège, tout en bénéficiant d’un système d’occultation si besoin. Le bureau sera partagé entre tous les cadres du secteur (jour, nuit, fins de semaines) qui s’y succéderont selon les périodes de travail.

Le poste de soins sera positionné au cœur de la salle de naissance. Il donne facilement accès aux deux secteurs et sa position est étudiée pour réduire les pas du personnel. Il s’agit du lieu unique de pilotage, de préparation et de suivi des soins et des parturientes. Le poste de soins est composé d’une banque de surveillance. Ses cloisons vitrées et sa banque permettront d’avoir constamment une vision périphérique de l’ensemble des lits de la salle de réveil. Trois postes informatiques seront installés, ils permettent de consulter à tout moment le dossier du patient et de renseigner le dossier de la parturiente et de son enfant de tous les événements survenu en salle de naissance. C’est aussi dans ce local que sera réalisé le passage de consignes entre les équipes. En contiguïté de ce local, on trouve les deux espaces où sont préparés et nettoyés les chariots de soins. Ils seront organisés de manière à séparer clairement la partie nettoyage du chariot ou des instruments de la partie préparation des soins et des chariots propres. Une légère surpression de la partie propre par rapport à la partie nettoyage permettra de constituer un balayage de l’air du propre vers le sale.

Polyprogramme – Programme Général

181/347

Une cloison vitrée ouverte entre les deux zones répondra à ce circuit. Dans la partie de préparation des chariots de médicaments et de soins, un point d’eau sera installé à l’entrée. Il sera destiné au lavage complet des mains, type lavabo hyperaseptique. On trouvera également dans cette zone propre une paillasse sèche sans point d’eau pour la préparation des injections et des perfusions. On y trouvera des équipements de rangement mobiles, des guéridons de soins, et le chariot de la pharmacie qui stockera les dispositifs médicaux, les sets de soins, les dispositifs médicaux d’abords veineux, les antiseptiques, les solutés. Un local pour le rangement de l’armoire à pharmacie et des dispositifs médico-stériles sera directement accessible depuis la préparation chariot. Les personnels soignants vont y chercher de quoi constituer les chariots. Ce local aura préférentiellement une forme en longueur permettant de dégager un linéaire de mur pour des étagères. Dans la zone nettoyage des chariots, on trouvera une paillasse lisse et sans joint, avec un point d’eau équipé d’une douchette et d’un bac profond pour la décontamination des matériels à stériliser. Ce local aura un revêtement PVC toute hauteur et sera équipé de renforcement métallique sur les portes d’accès. Le plancher sera ragréé avec un léger dévers qui sera orienté vers un siphon de sol.

Locaux support
Locaux du personnel La salle de détente sera destinée à l’ensemble du personnel du service. Elle sera équipée de quelques sièges, d’une table basse sur laquelle seront disposés des revues et des journaux et d’une petite kitchenette (évier avec eau chaude et froide, deux plaques électriques, un petit réfrigérateur et un four à micro-onde, des placards de rangement) équipée d’une machine à café. Elle bénéficiera d’un éclairement naturel. Son taux de renouvellement d’air sera compatible avec les éventuels dégagements d’odeurs de nourriture. Deux chambres individuelles seront aménagées et prévues à proximité du bloc pour la garde de gynécoobstétrique. Elles seront bien isolées du point de vue phonique pour que les personnes puissent s’y reposer quel que soit le niveau de bruit général. Chaque chambre sera équipée d’une douche, d’un lavabo et d’un sanitaire. Les chambres pourront aussi éventuellement bénéficier d’une télévision. Deux sanitaires seront à disposition des personnels. Ils seront équipés d’un poste de lavage des mains suivi d’un rinçage avec une solution aseptique. Le vestiaire des personnels fera office de sas d’entrée. On y trouvera deux zones de vestiaires séparées, une pour les femmes (4/5) et une pour les hommes (1/5). Ces deux zones sont adjacentes. Les armoires vestiaires seront toute hauteur et non affectées. Cinq douches seront à disposer au sein des vestiaires. Locaux logistiques

Polyprogramme – Programme Général

182/347

La réserve de Linge Propre sera le lieu de stockage du linge propre, tant en tissu que jetable pour l’ensemble du secteur : draps, taies d’oreillers, blouses… Le principe logistique sera de laisser dans le local une armoire de linge sans en sortir les éléments. Un mur sera équipé d’étagères commençant à mi-hauteur pour le rangement d’éléments de lingerie de secours, d’une profondeur minimale de 0,50 mètre. La réserve pour le matériel médical sera le lieu de stockage commun des dispositifs ne relevant pas de la pharmacie. Ses murs seront équipés d’étagères mi-hauteur, de largeur relativement importante pour y ranger des éléments volumineux. Le centre de la pièce sera laissé libre pour le rangement des matériels encombrant. Un local vidoir-lave-bassin recevra une à deux machines ainsi que les dispositifs de rangement des bassins propres. Ce local comportera également un dispositif de vide seau. Sur le cheminement du retour de soins, le personnel pourra décharger le chariot des sacs de DASRI ou de DAOM dans un local déchets. Cette pièce fonctionnera en sas entre la salle de naissance et la circulation général du bloc. Elle recevra les containers de linge sale (trois contenants en sacs) ainsi que ceux des déchets (deux types DAOM et DASRI). Ce local aura un revêtement PVC toute hauteur et sera équipé de renforcement métallique sur les portes d’accès. Le plancher sera ragréé avec un léger dévers qui sera orienté vers un siphon de sol. Un local ménage rassemblera le matériel et les produits nécessaires à l’entretien courant des différentes pièces de l’ensemble du secteur. Il sera équipé de la même façon, le premier étant pour l’équipe interne, et le second pour l’entreprise prestataire extérieur. Il sera d’un point d’eau pour l’évacuation des eaux usées.

Polyprogramme – Programme Général

183/347

Soins Critiques

Polyprogramme – Programme Général

184/347

Organisation générale
Le principe général retenu est de regrouper dans l’hôpital les lits de soins critiques sur une même plateforme de manière à limiter le nombre de points d’intervention des anesthésistes-réanimateurs, à apporter une sécurité maximale pour les patients et à limiter le coût d’investissement en concentrant les points à haut niveau d’équipement. Ce secteur dit « chaud » de l’hôpital sera situé au rez-de-chaussée des plots d’hospitalisation à proximité immédiate du plateau technique. Ce regroupement s’accompagne de mise en liaison vitale complémentaire au niveau du plateau technique : - pour la réanimation néonatale, il s’agira de privilégier la relation avec la salle de réanimation des nouveau-nés qui est située au cœur de la salle de naissance. Il conviendra ensuite de penser les proximités entre la réanimation, les soins intensifs et la médecine néonatale puisque le nouveau-né passera selon son âge et son développement de l’une à l’autre avant de retrouver ses parents ; - pour le secteur médecine, la proximité et la liaison essentielles seront avec le secteur des urgences qui constituent très majoritairement l’aval de la surveillance continue médicale ; - pour le secteur chirurgical, il conviendra de respecter les proximités entre les soins critiques, le bloc opératoire et les grands brûlés. L’organisation de ses secteurs, tant dans les espaces nouveau-nés que dans les espaces adultes, devra s’appuyer sur la notion de visibilité directe des chambres et des patients depuis les postes de soins ou de surveillance. Cette notion touche à la fois à l’aménagement des chambres, à la réalisation des cloisons et au positionnement du poste infirmier dans la structure spatiale. Elle concerne également des partis pris techniques comme la localisation des salles d’eau ou des gaines techniques…

Polyprogramme – Programme Général

185/347

Surveillance continue médicale
Ce service sera implanté au R+1 avec les unités d’hospitalisation de cardiologie et de neurologie. Il sera donc implanté dans les unités neuves et en verticalisation des autres unités de soins critiques. Cette unité doit être positionnée dans un circuit aisé depuis les urgences et l’imagerie. En effet, les urgences seront le principal pourvoyeur de cette unité tandis que l’imagerie sera le principal lieu de transfert pour les patients de l’unité.

Tableau de surface
Surveillance continue médicale
Secteur du personnel PC médical Bureau médical Carré des résidents Cadre de proximité Salle de staff Locaux du personnel Vestiaire personnel Chambre de garde Détente Sanitaire Unité d'hospitalisation de SC Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre triple Secteur technique Circuit propre Réserves Circuit sale Déchets Ménage Entretien des équipements Entretien équipements 294

294

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 4

12 12 12 10 7 12 10 2 5 4 10 36

12 12 12 10 7 12 10 2 5 4 20 144

1 1 1 1

20 8 6 10

20 8 6 10

Polyprogramme – Programme Général

186/347

Schéma fonctionnel

Polyprogramme – Programme Général

187/347

Description détaillée des locaux
Les soins critiques sont organisés avec deux niveaux de présence infirmière. Tout d’abord au plus prêt des lits, sur la trame de 5 lits en réanimation (car il est prévu d’armer le service sur la base de 2 infirmières pour 5 lits) et pour six lits en surveillance continue (car il est prévu d’armer le service sur la base d’une infirmière pour 6 lits), on trouvera une banque de surveillance ayant une vue directe sur les chambres. Pour ces deux derniers, il pourra être envisagé de regrouper deux banques de surveillance en les adossant (en surveillance continue en particulier). Le poste de soins de cette unité sera partagé avec l’unité d’hospitalisation de cardiologie.

Secteur du personnel
PC médical Il s’agit d’espaces tertiaires classiques et d’une salle de staff similaires aux précédents déjà décrits. On trouvera : - un bureau médical ; - un carré des résidents ; - un bureau pour le cadre des résidents ; - une salle de staff. Ces espaces seront installés en entrée de l’unité et devront service de filtre d’accès pour les personnes extérieures (nous verrons plus que le secteur filtre de la réanimation est plus important). Locaux du personnel Un vestiaire pour le personnel est installé en entrée de l’unité et permet au personnel de changer de tenue. Ce vestiaire sera équipé de 8 armoires et d’évier pour le nettoyage des mains avec commande au coude. Une Chambre de Garde sera intégrée au secteur protégé pour le médecin de garde. Le choix a été fait de le loger le plus près possible de l’unité. Cette chambre sera bien isolée du point de vue phonique pour que les personnes puissent s’y reposer quel que soit le niveau de bruit dans le service. La chambre sera équipée d’une douche, d’un lavabo et d’un sanitaire. Elle pourra également être équipée d’un téléviseur. La salle de détente sera destinée à l’ensemble du personnel de l’unité. Elle sera équipée de quelques sièges, d’une table basse sur laquelle seront disposés des revues et des journaux et d’une petite kitchenette (évier avec eau chaude et froide, deux plaques électriques, un petit réfrigérateur et un four à micro-onde, des placards de rangement) équipée d’une machine à café. Elle bénéficiera d’un éclairement naturel en premier jour. Un sanitaire sera aménagé pour le personnel. Il comprendra un sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide. Cet espace sera implanté de manière à pouvoir être ventilé naturellement. Les sols et les murs auront un revêtement type carrelé (on pensera en particulier à prévoir une remontée en plinthes et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets ainsi que les distributeurs de papiers essuie-mains seront prévus à déclenchement au coude.

Polyprogramme – Programme Général

188/347

Unité d’hospitalisation de SC
L’unité de 12 lits ne comprendra que des chambres triples. Toutes ces chambres seront de même superficie : 36 m2. Cette unité pourra accueillir des patients en soins intensifs cardiaques, des patients en soins intensifs neuro-vasculaire et des patients des urgences. Un petit stockage de proximité assurera le relais entre le poste de soins central et l’unité de surveillance continue. Il sera installé à proximité directe des banques de surveillance. Le personnel pourra également y ranger les chariots de soins qu’ils auront préparés dans le poste de soins. C’est un local de rangement classement classique. Il est équipé d’un éclairage à déclenchement automatique. Il sera prévu deux banques de surveillance dans ce secteur. Elles seront regroupées dos à dos. Chaque banque de surveillance aura en charge deux chambres soit 6 lits, représentant un secteur. Elle sera constituée en un large comptoir ouvert sur les circulations et panoramique offrant une vue directe vers les chambres. La banque de Surveillance centralisera l’ensemble des constantes de tous les patients, celles-ci seront reportées sur des écrans. Une surveillance visuelle directe complétera le dispositif avec des signaux lumineux, mais non sonores, accrochés au bras articulé. Les terminaux seront installés de façon ergonomique et n’obéreront pas en particulier les vues vers les chambres. Toutes les installations viseront à préserver une ambiance sonore supportable dans la chambre des patients. Les chambres seront disposées de façon à limiter la distance avec le poste de surveillance à 12 mètres. L’arrière du comptoir offrira des plans de travail permettant aux personnels de s’installer confortablement. Les chambres de surveillance continue seront prévues pour trois patients. Ils seront installés de manière à être visible depuis la banque de surveillance. Les patients devront pouvoir être isolés sur le plan visuel des autres au moyen de rideau d’intimité suspendus à un rail plafonnier sur les deux faces latérales du lit sachant que la cloison de la chambre sur la circulation est elle aussi munie d’un store d’intimité. L’espace autour du lit est extrêmement important dans le secteur de surveillance continue à la fois pour le personnel et pour le positionnement des équipements assurant le maintien des patients. Chacun des trois postes sera équipé d’un lit médicalisé et d’un fauteuil. Les alimentations en gaz (oxygène, etc.) seront disponibles depuis une gaine tête de lit. Cette présence technique devra s’intégrer de manière discrète en minimisant le contexte hospitalier au profit d’un sentiment de confort. L’organisation de la chambre sera liée aux contraintes de déplacement des lits qui devront pouvoir aisément entrer et sortir de la pièce. La largeur des portes (1,2 mètre), le positionnement des cloisons et du mobilier ne devront pas entraver ces déplacements et les vues depuis la banque de surveillance. On veillera particulièrement à limiter les incidences du déplacement d’un patient sur les deux autres. Il pourra y avoir une télévision dans les chambres. Les concepteurs prévoiront uniquement leur emplacement (système d’accroche et alimentations). Un appel malade sera disponible à chaque tête de lit. La chambre sera bien sûr éclairée en premier jour, car même si les personnes ne sont généralement pas conscientes, il est important qu’elles puissent sentir le rythme de la journée, et les successions jour et nuit. Par ailleurs, les stores permettront selon les besoins de diminuer l’intensité lumineuse de la salle, voire d’isoler la chambre complètement des regards.

Polyprogramme – Programme Général

189/347

La fenêtre sera l’un des éléments essentiels de la chambre, elle apportera la clarté, les vues sur l’environnement extérieur à l’hôpital, mais devra aussi ménager l’intimité, assurer une bonne isolation phonique et thermique. Le positionnement de la fenêtre ne devra pas limiter les vues depuis la banque de surveillance. La lumière, le soleil devront pouvoir entrer largement, tout comme la vue sur les espaces verts devra être généreuse. Cependant, l’obscurité pourra être la bienvenue et l’on pourra occulter la fenêtre par un volet roulant compris dans la fenêtre, manuel (pas de tringle ou autre système de manœuvre interne à la chambre). Une clef permettra au personnel soignant de bloquer le volet en position ouverte ou fermée, si nécessaire. On ne prévoira pas de rideaux intérieurs. L’éclairement naturel sera respectueux de l’intimité des patients en ne permettant pas les vues depuis l’extérieur vers les chambres. Les vues depuis le lit du patient seront en revanche favorisées et il serait intéressant qu’ils puissent apercevoir le ciel. Ainsi, lors du réveil, la perspective de l’extérieur constitue un élément positif et réconfortant après les traumatismes subis. Dans le même esprit, l’éclairage sera d’intensité réglable, car les patients dorment beaucoup et il est important que le niveau de lumière puisse être réglé selon leurs besoins. Les sources d’éclairement seront diversifiées de façon à pouvoir proposer plusieurs ambiances (soins, veille…). L’éclairage artificiel courant sera assuré par des plafonniers diffusant une lumière d’ambiance indirecte pour ne pas éblouir les patients allongés. Sur le plan de l’aéraulique, les chambres seront mises en surpression et seront climatisées. Les matériaux auront, bien sûr, leur importance. Il faudra qu’ils vieillissent bien, c’est-à-dire qu’ils soient faciles à conserver dans l’état d’origine. Le revêtement de sol, tout en permettant une asepsie aisée des lieux (linoléum, thermoplastique ou revêtement textile, par exemple, mais pas de moquette ni de carrelage avec des joints), pourra aussi être gai. Les couleurs et les matériaux des sols et des murs participeront à la description d’une ambiance chaleureuse et calme. Ils seront également résistants aux produits chimiques. La chambre sera équipée d’une large paillasse de préparation des soins (65 cm de profondeur) avec un évier. Cette paillasse bénéficiera d’un éclairage dédié. Il sera installé de manière à ne pas projeter d’ombre sur le poste de travail et diffusera une lumière douce et indirecte. Tout le matériel et les instruments utilisés pour les trois patients seront ainsi affectés individuellement et seront gardés dans la chambre. Un petit Lave bassin sera intégré à la chambre, mais séparé de la paillasse. L’équipement comportera également un ordinateur, permettant la saisie des activités au fur et à mesure des soins, associé à un petit plan de travail. Un rail intégré au plafond permettra par ailleurs de recevoir un système de levage des patients pour les manipulations lors du changement de lit et de la toilette. Les visites seront limitées à une personne en même temps, et un seul siège sera donc à prévoir dans la salle. Tous les indicateurs d’activité et les constantes seront déportés au poste de surveillance et selon les besoins d’une chambre vers l’autre (lors des soins de nuit par exemple), pour limiter le bruit imposé au patient par ces appareils (actuellement, les variations déclenchent souvent des bruits pour les équipes qui

Polyprogramme – Programme Général

190/347

sont stressantes). Les murs des chambres seront semi-vitrés pour laisser une vue depuis le poste de surveillance qui sera localisé en position centrale et avec vue panoramique vers les chambres. Chaque chambre bénéficiera d’un système de ventilation et de réglage de la température indépendant pour adapter l’ambiance de la chambre aux patients. Par ailleurs, cette indépendance permettra les interventions de maintenance plus aisées pour la permanence du fonctionnement.

Secteur technique
Circuit propre La réserve sera équipée d’étagères classiques modulables. Le dernier niveau de ces dernières ne devra pas être au-dessus de 1,80 m. Le déclenchement de l’éclairage se fera par un détecteur de mouvement. Circuit sale Un local sera destiné aux déchets, il sera équipé des différents sacs de stockage par type de linge assurant une indispensable aération du linge sale, mais également des bacs de récupération des déchets ménagers et spécialisés (DAOM et DASRI). Le local ménage rassemblera le matériel et les produits nécessaires à l’entretien courant des différentes pièces de l’ensemble du secteur. Il sera équipé d’un point d’eau sur vide seau pour l’évacuation des eaux usées. Entretiens des équipements Une salle d’entretien des équipements radiologiques sera installée. Cette dernière permettra au personnel de maintenance d’effectuer de la petite maintenance sur les appareils sans les déplacer jusqu’aux ateliers. Cette pièce bénéficiera d’un revêtement plombé afin de protéger les espaces à proximité.

Polyprogramme – Programme Général

191/347

Réanimation et surveillance continue
Ce service sera implanté au RdC à proximité du bloc opératoire, des grands brûlés et des urgences. L’accès vers l’imégerie sera également privilégié. L’unité est organisée de manière concentrique autour des postes de surveillance. Elle dispose par ailleurs d’un secteur filtre assurant un contrôle des accès et une gestion des protocole d’accès aux espaces sensible de l’unité.

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

192/347

Tableau de surface
Réanimation et surveillance continue chirurgicale
Hors zone filtre Attente, détente, petite restauration accompagnant Sanitaire du public (PMR) Secteur filtre Vestiaire personnel Secrétariat d'accueil Pièce d'entretien médical Réserve matelas accompagnants Secteur du personnel PC médical Bureau médical Carré des résidents Cadre de proximité Salle de staff Locaux du personnel Chambre de garde Détente Sanitaire Unité d'hospitalisation de réanimation (10 lits) Unité de réanimation 1 Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre individuelle Unité de réanimation 2 Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre individuelle Espace de préparation Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Déchets Sanitaire patients Unité d'hospitalisation de SC Unité de de SC 1 Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre individuelle de SC Secteur technique Circuit propre Décartonnage Réserves Circuit sale Déchets Ménage Entretien des équipements Entretien équipements 1 2 1 1 1 1 12 4 25 16 12 10 12 8 25 16 12 10 640

640

1 1 1 1 2 1 1

12 15 12 15 12 12 2

12 15 12 15 24 12 2

1 1 1 5 1 1 1 5 1 1 1 1 2

5 4 10 20 5 4 10 20 10 15 10 4 4

5 4 10 100 5 4 10 100 10 15 10 4 8

1 1 1 5

5 4 10 18

5 4 10 90

1 1 1 1 1

5 40 8 6 12

5 40 8 6 12

Polyprogramme – Programme Général

193/347

Description détaillée des locaux
Hors zone filtre
L’attente détente, petite restauration accompagnant sera ouverte sur les circulations. Elle sera un lieu d’attente pour les visiteurs entre deux soins, avant un rendez-vous avec le médecin… Ainsi, les familles qui n’osent et ne veulent pas s’éloigner pourront s’isoler un peu, tout en restant en contact avec l’équipe pour avoir des nouvelles si besoin. Cette pièce sera équipée de sièges. Les matériaux choisis pour cet espace devront apporter un sentiment de confort, notamment acoustique (avec une ambiance feutrée créée par un isolement acoustique de 0,7 seconde), qui tranche avec l’agitation du reste du service et le bruit omniprésent des respirateurs et des scopes. Les couleurs et la décoration participeront au calme. Le sol devra être facilement lavable et résister aux tâches de toute nature. Cet espace sera également en liaison visuelle avec le secrétariat, condition essentielle pour que les familles restent calmes et n’aient pas l’impression d’être oubliées. Les sanitaires publics seront installés à proximité directe de l’attente. Un sanitaire hommes et un sanitaire femmes seront disponibles pour les visiteurs. On veillera au positionnement de l’ouverture de la porte de manière à limiter les vues depuis l’espace d’attente. Chacun comprendra un sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide. Les barres de relevages amovibles seront installées. Cet espace sera mis en dépression au moyen d’une ventilation naturelle. Les sols et les murs auront un revêtement type thermoplastique (on pensera en particulier à prévoir une remontée en plinthes et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets seront prévus avec des boutons poussoirs.

Secteur filtre
Une salle de vestiaire personnel permettra le passage de la tenue hôpital à la tenue réanimation. Elle sera classiquement constituée d’une zone de déshabillage, d’une douche, et d’armoires vestiaires toute hauteur (non comprises dans la prestation). Les armoires auront des dimensions minimales de 0,25 mètre de large et 0,50 mètre de profondeur. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement thermoplastique. Les armoires seront équipées de portes avec un dispositif de fermeture à déterminer par le maître d’ouvrage. L’attention des concepteurs est particulièrement attirée sur la qualité de ces équipements qui devront être très résistants à l’usage, simple de manipulation et fiables sur le plan de la sûreté des biens. De plus, le matériel devra être conçu pour être aisément remplaçable. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. On devra prévoir également une circulation d'air entre le fond du casier et le sac. Dès l’entrée dans la réanimation, les visiteurs seront en contact avec le secrétariat d’accueil, ouvert sur la circulation et occupé par une personne pendant les heures habituelles de bureau. Cette dernière renseignera le visiteur et l’orientera soit vers l’attente, soit vers la pièce d’entretien pour une discussion préalable avec un médecin. Dans tous les cas, la secrétaire préviendra le personnel hospitalier de la présence des visiteurs.

Polyprogramme – Programme Général

194/347

En service de nuit, cet accueil sera désactivé. La sonnette d’accueil sera alors reportée directement vers le bureau infirmier qui pourra déclencher l’accès au service, une personne venant alors à la rencontre des visiteurs. Une pièce d’entretien médical pour les familles sera utilisée pour les entretiens confidentiels entre les médecins et les proches du patient. Elle sera le lieu de décisions difficiles (actes chirurgicaux, arrêts thérapeutiques, dons d’organes…), d’annonces quelquefois terribles pour les proches (mort cérébrale, coma…). Elle devra être ainsi aménagée de façon chaleureuse et apaisante (choix des couleurs et des matériaux, type d’éclairage) tout en restant neutre. Elle sera équipée d’un téléphone, de banquettes et d’une table basse. Elle pourra également être utilisée pour recevoir les représentants de matériels, produits, qui viennent en rendez-vous avec le cadre supérieur. Une réserve de matelas accompagnant permettra le stockage des lits d’appoints. Ce local sera aveugle et équipé d’un détecteur de présence pour le déclenchement de la lumière.

Secteur du personnel
PC médical Il s’agit d’espaces tertiaires classiques et d’une salle de staff similaires aux précédents déjà décrits. On trouvera : - un bureau médical ; - un carré des résidents ; - un bureau pour le cadre des résidents ; - une salle de staff. Ces espaces seront installés en entrée de l’unité et devront service de filtre d’accès pour les personnes extérieures (nous verrons plus que le secteur filtre de la réanimation est plus important). Locaux du personnel Deux Chambres de Garde seront intégrées au secteur protégé pour l’équipe de garde. Le choix a été fait de les loger le plus près possible de l’unité qui fait souvent appel pour des interventions réellement urgentes. Ces chambres seront bien isolées du point de vue phonique pour que les personnes puissent s’y reposer quel que soit le niveau de bruit dans le service. Les chambres seront équipées d’une douche, d’un lavabo et d’un sanitaire. Elles pourront également être équipées d’un téléviseur. La salle de détente sera destinée à l’ensemble du personnel de l’unité. Elle sera équipée de quelques sièges, d’une table basse sur laquelle seront disposés des revues et des journaux et d’une petite kitchenette (évier avec eau chaude et froide, deux plaques électriques, un petit réfrigérateur et un four à micro-onde, des placards de rangement) équipée d’une machine à café. Elle bénéficiera d’un éclairement naturel en premier jour. Un sanitaire sera aménagé pour le personnel. Il comprendra un sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide. Cet espace sera implanté de manière à pouvoir être ventilé naturellement. Les sols et les murs auront un revêtement type carrelé (on pensera en particulier à prévoir une remontée en plinthes et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets ainsi que les distributeurs de papiers essuie-mains seront prévus à déclenchement au coude.

Polyprogramme – Programme Général

195/347

Unité d’hospitalisation de réanimation (10)
Unité de réanimation 1 et 2 Un petit stockage de proximité assurera le relais entre le poste de soins central et l’unité de surveillance continue. Il sera installé à proximité directe des banques de surveillance. Le personnel pourra également y ranger les chariots de soins qu’ils auront préparés dans le poste de soins. C’est un local de rangement classement classique. Il est équipé d’un éclairage à déclenchement automatique. Un local vidoir - lave bassin sera utilisé pour le nettoyage des bassins et l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera revêtu d’un revêtement hydrofuge toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Une banque de surveillance aura en charge 5 lits de réanimation, représentant un secteur. Il sera nécessaire de prévoir deux banques. Chaque banque sera constituée en un large comptoir ouvert sur les circulations et panoramique offrant une vue directe vers les chambres. La banque de Surveillance centralisera l’ensemble des constantes de tous les patients, celles-ci seront reportées sur des écrans. Une surveillance visuelle directe complétera le dispositif avec des signaux lumineux, mais non sonores, accrochés au bras articulé. Les terminaux seront installés de façon ergonomique et n’obéreront pas en particulier les vues vers les chambres. Toutes les installations viseront à préserver une ambiance sonore supportable dans la chambre du patient. Les chambres seront disposées de façon à limiter la distance avec le poste de surveillance à 12 mètres. L’arrière du comptoir offrira des plans de travail permettant aux personnels de s’installer confortablement. La chambre constituera un lieu hors des repères habituels, hors du temps, où la durée du séjour paraîtra souvent trop longue. Son traitement devra permettre aux patients hospitalisés et à leurs proches de s’approprier rapidement l’espace de la chambre. Certaines composantes de la chambre revêtiront un caractère essentiel. Il s’agira de la porte qui, par les entrées et sorties qui y seront effectuées, rythmera la journée du patient. On recherchera par exemple à la rendre visible depuis la tête de lit du patient sans que ce dernier ne se sente installé dans le couloir. À l’inverse, la fenêtre tournera le patient vers les activités extérieures, replacera l’hôpital dans son environnement, fera entrer le rythme extérieur à l’intérieur. L’ambiance recherchée sera dynamique sans être trop agressive ; l’éclairage sera dans une gamme chromatique chaude, dans les jaunes plus que dans les bleus (appareils muraux, pas de lampes avec fil d’alimentation) avec un bon indice de rendu des couleurs. La pièce sera de préférence de forme carrée, le lit étant situé au milieu pour permettre au personnel de circuler autour. Les chambres seront meublées d’un lit médicalisé et d’un fauteuil. Les alimentations en gaz (oxygène, etc.) seront disponibles depuis une gaine de tête de lit. Cette présence technique devra s’intégrer de manière discrète en minimisant le contexte hospitalier au profit d’un sentiment de confort. L’organisation de la
Polyprogramme – Programme Général 196/347

chambre sera liée aux contraintes de déplacement des lits qui devront pouvoir aisément entrer et sortir de la pièce. La largeur des portes (1,2 mètre), le positionnement des cloisons et du mobilier ne devront pas entraver ces déplacements et les vues depuis la banque de surveillance. Un appel malade sera disponible à chaque tête de lit (système contrôlable depuis le poste de surveillance, avec neutralisation individuelle possible de ce point). Une prise sera intégrée à la gaine qui permettra de brancher un cordon avec bouton d’appel. Dans le cabinet de toilette, il s’agira d’un poussoir mural, sans cordon. La chambre sera bien sûr éclairée en premier jour, car même si les personnes ne sont généralement pas conscientes, il est important qu’elles puissent sentir le rythme de la journée, et les successions jour et nuit. Ainsi, lors du réveil, la perspective de l’extérieur constitue un élément positif et réconfortant après les traumatismes subis. La fenêtre sera l’un des éléments essentiels de la chambre, elle apportera la clarté, les vues sur l’environnement extérieur à l’hôpital, mais devra aussi ménager l’intimité, assurer une bonne isolation phonique et thermique. Une partie de la fenêtre devra pouvoir s’ouvrir afin d’aérer la chambre et de permettre aux patients qui le peuvent de profiter de l’extérieur. La lumière, le soleil devront pouvoir entrer largement, tout comme la vue sur les espaces verts devra être généreuse. Cependant, l’obscurité pourra être la bienvenue et l’on pourra occulter la fenêtre par un volet roulant compris dans la fenêtre, manuel. Une clef permettra au personnel soignant de bloquer le volet en position ouverte ou fermée, si nécessaire. On ne prévoira pas de rideaux intérieurs. Par ailleurs, les stores permettront selon les besoins de diminuer l’intensité lumineuse de la salle, voire d’isoler la chambre complètement des regards. Dans le même esprit, l’éclairage sera d’intensité réglable, car les patients dorment beaucoup et il est important que le niveau de lumière puisse être réglé selon leurs besoins. Les sources d’éclairement seront diversifiées de façon à pouvoir proposer plusieurs ambiances (soins, veille…). L’éclairage artificiel courant sera assuré par des plafonniers diffusant une lumière d’ambiance indirecte pour ne pas éblouir les patients allongés. Les portes, munies d’une double feuillure, seront d’une qualité qui permettra d’atteindre ces exigences. Elles seront équipées d’une serrure de sûreté, sur passe général. Sur le plan de l’aéraulique, les chambres seront mises en surpression et seront climatisées. Les matériaux auront, bien sûr, leur importance. Il faudra qu’ils vieillissent bien, c’est-à-dire qu’ils soient faciles à conserver dans l’état d’origine. Le revêtement de sol, tout en permettant une asepsie aisée des lieux (linoléum, thermoplastique ou revêtement textile, par exemple, mais pas de moquette ni de carrelage avec des joints), pourra aussi être gai. Les couleurs et les matériaux des sols et des murs participeront à la description d’une ambiance chaleureuse et calme. Ils seront également résistants aux produits chimiques. La chambre sera équipée d’une large paillasse de préparation des soins (65 cm de profondeur) avec un évier. Cette paillasse bénéficiera d’un éclairage dédié. Il sera installé de manière à ne pas projeter d’ombre sur le poste de travail et diffusera une lumière douce et indirecte. Tout le matériel et les instruments utilisés pour le patient seront ainsi affectés individuellement et seront gardés dans la chambre.

Polyprogramme – Programme Général

197/347

Un petit Lave bassin sera intégré à la chambre, mais séparé de la paillasse. L’équipement comportera également un ordinateur, permettant la saisie des activités au fur et à mesure des soins, associé à un petit plan de travail. Un rail intégré au plafond permettra par ailleurs de recevoir un système de levage des patients pour les manipulations lors du changement de lit et de la toilette

1.
Les visites seront généralement limitées à une personne en même temps, et un seul siège sera donc à prévoir dans la salle. Tous les indicateurs d’activité et les constantes seront déportés au poste de surveillance et selon les besoins d’une chambre vers l’autre (lors des soins de nuit par exemple), pour limiter le bruit imposé au patient par ces appareils (actuellement, les variations déclenchent souvent des bruits pour les équipes qui sont stressantes). Les murs des chambres seront semi-vitrés pour laisser une vue depuis le poste de surveillance qui sera localisé en position centrale et avec vue panoramique vers les chambres. Pour compenser les effets résonnants des impostes vitrées, les concepteurs devront rechercher des revêtements de sols et de plafonds compatibles avec les niveaux d’exigence acoustique, tout en restant hygiéniques. Chaque chambre bénéficiera d’un système de ventilation et de réglage de la température indépendant pour adapter l’ambiance de la chambre au patient. Par ailleurs, cette indépendance permettra les interventions de maintenance plus aisées pour la permanence du fonctionnement. L’unité ne comprendra que des chambres de type réanimation. Toutes ces chambres seront de même superficie : 23 m2 utiles. L’espace est extrêmement important dans le secteur de réanimation autour du lit pour le personnel et pour les appareils complémentaires des équipements fixés sur le bras articulé. Espace de préparation Le local de préparations des chariots médicaments et des soins sera le lieu où le personnel infirmier composera son chariot en picking dans les différentes réserves. Cet espace sera composé d’une paillasse sèche et pourra loger 2 chariots de soins. Un poste informatique équipé d’une douchette centralisera les données sur le suivi des médicaments et des DMS. Ce local sera ouvert sur les différentes réserves de soins de l’unité : la pharmacie et DMS ; le nettoyage des chariots en retour de soins ;

La réserve pharmacie-dispositifs médico-stériles sera composée d’une part de paniers sur clayette pour les DMS et d’autre part de tiroirs pour la réserve pharmacie. Le chariot de soins entrera propre dans la réserve et sera chargé de l’ensemble des utilités nécessaires aux soins. 50 ml de rangement seront disposés dans cette salle pour l’ensemble de l’unité. Le stockage se fera par des paniers de profondeurs variables, posés et mobiles sur des étagères à crémaillère. Le dernier niveau de l’étagère ne devra pas excéder 1,80 m. Les paniers et les tiroirs seront équipés d’un code d’identification afin d’assurer le suivi du médicament ou du DMS. Le local de nettoyage des chariots permettra de nettoyer deux chariots simultanément. Il sera équipé d‘un siphon de sol afin d’assurer l’évacuation des eaux. Les parois et le sol seront équipés d‘un

9

Il sera prévu a priori des lits permettant la pesée, mais la toilette et le changement du linge de lit nécessite une aide.

Polyprogramme – Programme Général

198/347

revêtement imperméable. Ce local aveugle sera mis en dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Un point d’eau permettra de brancher un dispositif de nettoyage. De plus, un vidoir (avec robinet fileté) permettra l’évacuation des solutés. Un local sera destiné aux déchets, il sera équipé des différents sacs de stockage par type de linge assurant une indispensable aération du linge sale, mais également des bacs de récupération des déchets ménagers et spécialisés (DAOM et DASRI). Les sanitaires patients seront utilisés par les patients reprenant peu à peu leur mobilité. Un sanitaire hommes et un sanitaire femmes seront installés. On veillera au positionnement de l’ouverture de la porte de manière à limiter les vues depuis les circulations. Chacun comprendra un sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide. Les barres de relevages amovibles seront installées. Cet espace sera mis en dépression naturellement. Les sols et les murs auront un revêtement type thermoplastique (on pensera en particulier à prévoir une remontée en plinthes et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets ainsi que les sèches mains seront prévus à déclenchement automatique sur présentation des mains.

Unité d’hospitalisation de SC
L’unité est localisée à proximité des unités de réanimation. Il sera possible de transférer un patient d’un secteur vers en fonction de l’évolution de son état de santé. Il sera prévu une banque de surveillance dans ce secteur avec un stockage de proximité et un vidoir – lave bassin. L’unité de 5 lits ne comprendra que des chambres individuelles de surveillance continue. Toutes ces chambres seront de même superficie : 18 m2. Les caractéristiques de ces espaces sont similaires à ceux décrits ci-avant.

Polyprogramme – Programme Général

199/347

Locaux supports
Circuit propre Un local de décartonnage est localisé en amont de la réserve de manière. Il permet de sortir les matières de leur emballage de transports. Il s’agit donc de mettre en place une marche en avant pour les matières qui entrent dans le secteur. La réserve de grande surface intégrera l’ensemble du matériel médical, de la pharmacie et des matériels à usage unique. Elle permettra au personnel de l‘unité de s’approvisionner et de préparer les chariots. Le mécanisme d’ouverture des portes sera automatisé avec un déclenchement par interrupteur à pied. Les portes seront composées d’un à deux vantaux avec un dispositif d’effacement latéral. Le revêtement de sol devra être résistant aux poinçonnements. Circuit sale Un local sera destiné aux déchets, il sera équipé des différents sacs de stockage par type de linge assurant une indispensable aération du linge sale, mais également des bacs de récupération des déchets ménagers et spécialisés (DAOM et DASRI). Le local ménage rassemblera le matériel et les produits nécessaires à l’entretien courant des différentes pièces de l’ensemble du secteur. Il sera équipé d’un point d’eau sur vide seau pour l’évacuation des eaux usées. Entretien des équipements Une salle d’entretien des équipements sera installée. Cette dernière permettra au personnel de maintenance d’effectuer de la petite maintenance sur les appareils sans les déplacer jusqu’aux ateliers. Cette pièce bénéficiera d’un revêtement plombé afin de protéger les espaces à proximité.

Polyprogramme – Programme Général

200/347

Grands brûlés
Organisation générale
La recherche de qualité des soins des grands brûlés tient à la fois de la compétence des équipes médicales et soignantes et de la capacité qu’offrent les locaux pour la prise en charge de ces patients fragiles. Cette attention porte particulièrement sur la lutte contre les infections nosocomiales, la prise en charge de la douleur et la prise en compte de la rééducation le plus tôt possible. La prise en charge des grands brûlés repose sur une chaîne de soins qui va des premiers secours à la réadaptation fonctionnelle, en passant par une prise en charge psychologique du patient et de la famille. Les soins doivent être coordonnés entre des techniques de type réanimation, de la chirurgie plastique et reconstructive et des soins de pansements. Le service des grands brûlés reçoit deux types de patients. Tout d’abord et souvent dans un premier temps, des patients qui ont subi de graves brûlures et qui nécessitent des soins intensifs alliant opération, greffe de peau et soins continus cutanés. Les caractéristiques principales de ces brûlés et que le pronostic vital est souvent engagé, qu’ils peuvent subir des infections et qu’ils sont très sensibles aux différences de température. Le protocole d’accès au service est très contraignant et impose une marche en avant stricte. Ils seront pris en charge dans des chambres individuelles, mise en surpression et permettant de réaliser des gestes opératoires sans déplacer les patients (sur 2 chambres uniquement). La physionomie générale des chambres d’hospitalisation s’approche de celle retenue pour les réanimations. La seule différence réside dans la configuration des chambres qui permet de faire entrer un patient par une porte spécifique puis de gérer toutes les allées et venues dans la chambre au moyen d’un sas. Les chambres sont ainsi mises en surpression. L’ensemble du secteur est équipé d’un petit bloc opératoire permettant, comme l’exigent les réglementations françaises par exemple, de réaliser in situ les multiples opérations que vont subir les grands brûlés. Ces patients, après la phase intensive, sont suivis au long cours par le service sur un principe de soins externes de pansements et de petites interventions, qui pourront être réalisés là aussi dans le service au sein d’une petite structure localisée en amont du dispositif général du service.

Polyprogramme – Programme Général

201/347

Schéma fonctionnel

Polyprogramme – Programme Général

202/347

Tableau de surface
Grands brûlés
Accueil Accueil, secrétariat hospitalier et médical Attente visiteur et patient Sanitaires visiteurs et patients ambulatoires Consultations et soins Salle de pansements Réserve des Dispositifs Médicaux et des Médicaments 1 1 2 1 1 12 10 4 18 12 12 10 8 18 12 47 1 1 7 40 7 40 254 4 4 1 1 4 1 1 2 2 4 24 6 12 24 6 6 4 4 16 96 6 12 96 6 6 8 8 73 1 1 1 1 1 1 15 5 5 30 12 6 15 5 5 30 12 6 98 1 1 1 1 1 1 1 1 1 15 10 25 10 10 6 6 12 4 15 10 25 10 10 6 6 12 4 98 1 1 1 1 1 1 1 12 15 12 12 12 15 20 12 15 12 12 12 15 20

Secteur de consultation et de soins externes

630
60

Secteur d'accueil et de mise en condition du patient
Sas d'accès et casiers patients Sas de transfert et balnéothérapie

Secteur hospitalisation
Unité grands brûlés (réa) 4 lits Sas personnel et logistique Chambre individuelle Poste de surveillance panoramique par unité de 4 lits Bureau vitrée sur poste de surveillance Unité grands brûlés (SC) 8 lits Chambre à 2 Poste de surveillance panoramique Zone support Réserve secours médicaments, DM et métariel jetable Sanitaire personnel Local ménage

Secteur opératoire
Zone filtre Salle de transfert patient Sas personnel Lave-main chirurgien Zone opératoire Salle opératoire Zone logistique Réserve DMS de proximité Utilités sales

Secteur technique
Zone Amont propre Réception des commandes, décartonnage et bureau approvisionneur Stockage Zone Aval propre Réserve des Dispositifs Médicaux,des Médicaments et solutés Réserve Linge et Usage Unique Réserve d'Imprimés et de de Matériel hôtelier Réserve gaz médicaux (transports des patients) Réserve intermédiaire de respirateurs Zone sale Déchets et linge sale Local ménage

Secteur du personnel
Zone du personnel Casiers personnels mixte et distribution de tenues Salle de détente du personnel Administration médicale Bureau chef de service Bureau des cadres Bureau des résidents Salle de kiné ergothérapeute (avec espace de préparation prothèse) Salle de réunion

Polyprogramme – Programme Général

203/347

Description détaillée des locaux
Secteur de consultation et de soins externes
Accueil Un bureau situé en entrée du service assure l’accueil et le secrétariat. Il est destiné à la réception des familles et des proches qui viennent visiter un des leurs ou des patients externes ayant un rendez-vous en consultation ou en soins. Le bureau est ouvert sur la circulation au moyen d’une banque et sera équipé d’un poste de travail informatisé. Une attente se situe à proximité immédiate et à la vue de l’accueil. On trouve 5 sièges, un poste de télévision mural suspendu et une table basse. Deux sanitaires sont disponibles à proximité immédiate. Ils sont similaires à ceux déjà décrits ci-avant. Consultations et soins La salle de pansements est directement accessible depuis la salle d’attente. Cette salle est équipée d’un siège central pouvant être mis en position couchée et placé sous un éclairage opératoire et sous un flux d’air. La salle est en surpression par rapport à l’extérieur. Cet espace est équipe d’une paillasse humide avec un lave-main de type hyperaseptique et commande de la robinetterie au coude. Les revêtements de sol, de mur et de plafond sont choisis pour leur parfaite asepsie, la facilité de leur nettoyage, l’absence de joints. Ils sont mis en œuvre de manière à éviter les recoins et les angles. Une réserve de dispositifs médicaux et de médicaments est directement accessible depuis la salle de pansement. C’est dans cette pièce que seront préparés les chariots de soins. Cette réserve ouvre également sur la circulation de manière à pouvoir y intégrer les livraisons. Elle est équipée de meubles de rangement sur son pourtour et d’une paillasse humide permettant les opérations de nettoyage des chariots de soins.

Secteur d’accueil et de mise en condition du patient
Le secteur d’accueil constitue la porte d’entrée unique pour les patients dans le secteur de soins. Les patients se présentent ou sont acheminés le plus souvent dans l’urgence après un accident et sont en état de choc. L’accès au sas doit donc être aisé et direct depuis la voirie de desserte du site. Le secteur est commandé en entrée par un sas d’accès dans le lequel il est possible de laisser les effets personnels du patient. Ce sas permet d’assurer une mise en surpression efficace de la salle suivante et de réaliser une barrière aéraulique avec l’environnement extérieur. Le sas sera équipé de portes automatiques et commandées, au pied, évitant toute ouverture intempestive. Le sas de transfert et de balnéothérapie offre un volume suffisant pour transférer le patient du brancard sur un chariot de soins qui assure ensuite un transfert vers la baignoire de balnéothérapie. On

Polyprogramme – Programme Général

204/347

accède dans cette salle depuis le sas d’accès et l’on accède ensuite à la partie hospitalisation en traversant cette pièce. Les premiers soins consistent à découper les vêtements du patient, à en décoller les parties qui auraient fondu puis à nettoyer les plaies au moyen de la baignoire. L’espace doit être organisé de manière à assurer le séquencement de ces opérations. Sur le plan de l’aéraulique, on visera un classement en ISO 5 de la salle avec filtre absolu et 15 volumes heure pour le brassage de l’air. Les bouches de soufflage et de reprise seront implantées de manière à assurer un bon balayage de la salle sans pour autant engendrer de flux de masse d’air trop importante audessus du patient qui souffre d’hypothermie et de difficulté de régulation. La température et l’hygrométrie de ce lieu seront contrôlées de manière à limiter les impressions de froids que ressent un patient brûlé. La baignoire est alimentée en eau stérile après filtration terminale (plutôt que stérilisation centrale car plus simple en terme d’entretien). L'ensemble comprend un bassin avec un élévateur incorporé à dégagement latéral, et un chariot de transfert qui est prévu pour des patients adultes. La baignoire est raccordée sur une alimentation d'eau thermostatée à 37°. Caractéristiques techniques : • • Capacité en eau : 600 litres Poids en charge : 900 kg

Il convient de prévoir une évacuation pour le branchement de la baignoire. Le chariot est constitué d'une ossature tubulaire, en acier inoxydable, avec têtière réglable. Le support pour le corps et la tête, est constitué de sangles démontables, à accrochage rapide afin de permettre aux praticiens d'accéder facilement aux parties du corps à traiter. Pour ce qui concerne l’éclairage, on disposera un éclairage général sur variateur pouvant assurer jusqu’à 1 000 lux au-dessus de la partie soins et de la baignoire. Les sols, murs, et plafonds seront prévus pour être facilement nettoyables.

Secteur d’hospitalisation
Le secteur est scindé en deux parties : - une unité comprenant des lits de réanimation pour la prise en charge des patients les plus gravement brûlés et pouvant avoir des déficiences respiratoires ; - une autre comprenant des chambres doubles pour des patients nécessitant une surveillance continue et rapprochées. Ces deux sous-secteurs sont organisés comme les secteurs de réanimation décrits ci-avant. La principale spécificité tient dans les chambres de réanimation des grands brûlés qui sont également des salles de soins et quasiment d’opération. Unité grands brûlés Les quatre chambres de cette unité sont très protégées et permettre de prendre en charge des patients en état très instable.

Polyprogramme – Programme Général

205/347

Chaque chambre individuelle est dotée d’une porte principale par laquelle entre le patient sur son lit et d’un sas qui sert de filtre entre la chambre et son environnement une fois que le patient est installé. L’ensemble des soins est réalisé dans la chambre, l’exception des grosses interventions qui se feront dans le bloc opératoire dédié. Les personnels et les matières entreront par le sas. Les déchets de soins ressortent par le sas d’accès. La chambre est donc équipée d’un flux plafonnier assurant un ISO 5, d’un brassage de l’air à 15 volumes heure et de filtres absolus. Elle est également mise en surpression (15 Pa) avec le sas. Le sas est lui-même en surpression. Sur le plan de l’aménagement, les cloisons sur l’intérieur du service seront vitrées sur allège et intégreront un store de discrétion pour les moments de soins. Les soignants peuvent ainsi garder un œil sur les patients et assurer les soins. La cloison séparant le sas et la chambre est également vitrée sur allège. Dans la chambre, on trouve un paillasse humide équipée d’un lave-main hyperaseptique avec commande au coude. Aucun meuble fixe n’est à prévoir. Toutes les matières utilisées pour les soins seront apportées sur chariot et seront amovibles permettant un nettoyage complet entre deux patients. Dans le même ordre d’idée, les sols, murs et plafonds pourront subir des nettoyages complets. Les sols seront posés en remontant sur les plinthes et les plafonds seront lisses et étanches. Le poste de surveillance panoramique sera organisé sur le même principe que la réanimation. C’est le lieu de concentration des alarmes des équipements de monitoring des patients et de suivi des constantes du patient et de son environnement (température de l’air, hygrométrie…). Il sera ouvert sur les circulations desservant les chambres. Le poste est donc largement doté de connexions informatiques et électriques. On soignera également l’éclairage de manière à limiter les fatigues oculaires qu’engendre le travail sur postes informatiques.

Un petit bureau vitré est directement adjacent au poste et permet des entretiens ou des staffs médicaux à l’abri de l’activité du service. Ce bureau est partagé par les deux secteurs (réanimations et surveillance continue). Unité grands brûlés (SC) L’organisation générale de cette unité est similaire à la précédente. La proximité à l’unité précédente, voire, la colocalisation dans un volume unique apportera des facilités de fonctionnement pour les équipes soignantes qui auront à passer les patients d’une structure à l’autre, normalement dans le sens réanimation vers surveillance continue. Ici les chambres sont doubles et dédiés à des patients qui ont passé le temps de la réanimation et qui ont été stabilisés. Elles offrent un environnement en ISO 7. Le poste de surveillance sera adossé au précédent afin de faciliter les échanges, l’entre-aide entre le personnel et le suivi des patients d’un secteur à l’autre. Zone support

Polyprogramme – Programme Général

206/347

Une petite réserve de proximité est quotidiennement réassortie en fonction des consommations de la veille qui sont très variables selon l’état des patients et le taux d’occupation du service. C’est ici que les infirmières viennent constituer leurs chariots de soins. Un sanitaire sera aménagé pour le personnel. Il comprendra un sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide. Cet espace sera mis en dépression et bénéficiera d’une surventilation spécifique. Les sols et les murs auront un revêtement type thermoplastique (on pensera en particulier à prévoir une remontée en plinthes et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets seront à bouton-poussoir. Le local ménage rassemblera le matériel et les produits nécessaires à l’entretien courant des différentes pièces de l’ensemble du secteur. Il sera équipé d’un point d’eau sur vide seau pour l’évacuation des eaux usées.

Secteur opératoire
La fréquence des opérations et l’état des patients imposent d’intégrer au sein du service une salle d’opération dédiée. Ce petit secteur opératoire est organisé sur le même principe que le bloc général. Il sera facilement accessible depuis les chambres des deux secteurs de réanimation et de surveillance continue. La zone filtre est à réaliser en un seul volume de 25 m2 dans lequel seront réunies les trois fonctions de sas personnel, où l’on met la sur tenue spécifique pour la salle d’opération et où l’opérateur réalise la toilette pré opératoire des mains, et de transfert patient. Enfin, ce sas assure également la montée des pressions entre l’extérieur et la salle d’opération. La salle d’opération est strictement similaire aux salles décrites pour le bloc opératoire. Elle ouvre sur le précédent sas à moyen d’une seule et unique porte. La réserve DMS et les utilités sales ouvrent sur la zone filtre et sur les circulations générales. Secteur technique Le secteur technique offre un filtre pour l’ensemble des secteurs du service des grands brûlés. Il dessert le secteur d’hospitalisation et le secteur opératoire. • Zone amont propre Une première pièce est dédiée à la réception des commandes et au décartonnage. Le principe est de considérer qu’aucun emballage primaire ne doit passer ce sas et engendrer des risques de contamination. Ce local est ouvert sur les circulations générales de l’hôpital afin de permettre au service de logistique de venir y déposer les matières sans pénétrer dans le service. La porte du local est bien évidemment protégée afin de réguler les allées et venues. Le sol sera de type industriel et l’éclairage à déclenchement automatique. Une pièce de stockage fait immédiatement suite à ce premier local. Elle est équipée d’étagères murales toute hauteur. Cette pièce peut développer sa surface dans une forme allongée avec deux rangées d’étagère murales et une circulation centrale uniquement. Le stockage ouvre d’un côté sur la réception de l’autre sur les circulations internes au service.

Polyprogramme – Programme Général

207/347

Zone aval propre

À proximité de la sortie de stockage on trouvera un volume 60 m2 en surface utile regroupant les réserves du service. Les réserves sont prévues pour : - les dispositifs médicaux, médicaments et solutés venant de la pharmacie. Les nombreux soins quotidiens que subissent les patients justifient une réserve à forte capacité. Le local sera équipé de stockage en armoire dense sur rail ; - du linge et de l’usage unique non tissé ; - du matériel hôtelier (divers type de matelas en fonction de l’étendue et de la nature des brûlures ; - des bouteilles de gaz médicaux pour leur transport ; - des respirateurs et autres matériels médicaux sensibles. Les réserves ont toutes les mêmes caractéristiques. Elles sont cloisonnées avec de manière à pouvoir redéfinir la distribution des surfaces. Elles sont chacune équipées d’un éclairage à déclenchement automatique. • Zone sale Cette zone est située en sas entre les circulations internes du service et les circulations générales de l’hôpital. Les personnels soignants du service viennent y déposer les contenants qui seront repris par les agents du service logistique pour les apporter sur la plateforme déchets centrale. Rappelons qu’il n’y pas de circuit sale à proprement parler puisque les contenants assurent le confinement des matières sales à la production. Le local déchet et linge sale et le local ménage sont similaires aux espaces de même nature déjà décrits. Secteur du personnel Ce secteur est situé entre celui de consultation et ceux d’hospitalisation et opératoire. • Zone du personnel Un local sert de vestiaire pour le personnel. Il y trouve des casiers et des distributeurs de tenue interne à l’hospitalisation. Une salle de détente est également accessible soit depuis l’hospitalisation soit depuis le secteur de consultation. Elle sera équipée de quelques sièges, d’une table basse sur laquelle seront disposés des revues et des journaux et d’une petite kitchenette (évier avec eau chaude et froide, deux plaques électriques, un petit réfrigérateur et un four à micro-onde, des placards de rangement) équipée d’une machine à café. Elle bénéficiera d’un éclairement naturel en premier jour. • Administration médicale Le secteur est composé de : - trois bureaux dont deux individuels et un pour deux résidents ; - d’une salle pour le kiné ergothérapeute où sont stockées et réalisées les prothèses.

Polyprogramme – Programme Général

208/347

Réanimations et SC néonataux et pédiatriques
Ce service comprendra 32 lits au total, répartis en une unité néonatale de 22 lits pour les nouveaux nés et une unité de soins intensifs pédiatrique de 10 lits pour les enfants. Il sera en liaison étroite avec le Plateau Technique lors de la prise en charge des nouveaux nés en difficulté. Les équipes pourront développer les domaines des détresses vitales, des pathologies pulmonaires les plus sévères, des enfants souffrant d’incompatibilité sanguine, de la prise en charge des très grands prématurés et des prématurés extrêmes, de la prise en charge des pathologies digestive, médicale et chirurgicale. Ce secteur accueillera donc des nouveaux nés extrêmement fragiles, de petit poids. Les familles y vivront des situations difficiles, tendues, voire dramatiques. Les concepteurs devront veiller à ce que tous les locaux dégagent une certaine chaleur, une convivialité qui pourra aider à mieux supporter ces tensions. Couleurs, matériaux, tout en restant compatibles avec les exigences d’hygiène d’un hôpital, devront participer de ce projet. Les zones d’hospitalisation seront situées en secteur protégé, accessibles uniquement par des sas dans lesquels seront endossées des casaques, et pour lesquels sera effectué un lavage des mains suivi d’un rinçage à la solution hydro alcoolique. Un sas particulier assurera une liaison rapide et vitale avec la salle de naissance et le bloc opératoire.

Polyprogramme – Programme Général

209/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

210/347

Tableau des surfaces
Réanimations et SC néonataux et pédiatriques
Hors filtre
20 1 2 1 1 1 1 1 12 4 10 25 8 12 10 12 8 65 10 25 8 12 10 92 1 1 1 1 2 1 1 12 15 12 15 12 12 2 12 15 12 15 24 12 2 367 1 1 1 3 1 3 2 2 1 2 2 2 1 1 12 12 24 5 4 10 15 18 4 42 18 32 4 12 12 12 24 15 4 30 30 36 4 84 36 64 4 12 61 1 1 1 1 1 5 30 8 6 12 5 30 8 6 12 Attente, détente, petite restauration parents Sanitaire public (PMR)

605

Filtre visiteurs
Vestiaire parents Vestiaire personnel Secrétariat d'accueil Pièce d'entretien médical Réserve matelas accompagnants

Filtre personnel
PC médical Bureau médical Carré des résidents Cadre de proximité Salle de staff Locaux du personnel Chambre de garde Détente Sanitaire

Unité d'hospitalisation
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau médical Cadre de proximité Bureau infirmier (3 postes) et salle de staff (12) Unité d'hospitalisation Stockage de proximité Vidoir Banque de surveillance Boxe réa-néonat Boxe de soins intensif néonat (6) Vidoir Médecine néonatale (12) Chambre de soins intensifs pédiatriques Boxe de soins intensifs pédiatriques Vidoir - Lave-bassin Salle de convivialité

Secteur technique
Circuit propre Décartonnage Réserves Circuit sale Déchets Ménage Entretien des équipements Entretien équipements

Polyprogramme – Programme Général

211/347

Description détaillée des locaux
Hors filtre
L’attente détente, petite restauration parents sera ouverte sur les circulations. Elle sera un lieu d’attente pour les visiteurs entre deux soins, avant un rendez-vous avec le médecin… Ainsi, les familles qui n’osent et ne veulent pas s’éloigner pourront s’isoler un peu, tout en restant en contact avec l’équipe pour avoir des nouvelles si besoin. Cette pièce sera équipée de sièges bas confortables et de deux distributeurs de boisson chaude et de viennoiseries. L’équipe envisage d’étendre les horaires de visite et cet espace pourra être occupé de façon plus soutenue. Les matériaux choisis pour cet espace devront apporter un sentiment de confort, notamment acoustique (avec une ambiance feutrée créée par un isolement acoustique de 0,7 seconde), qui tranche avec l’agitation du reste du service et le bruit omniprésent des respirateurs et des scopes. Les couleurs et la décoration participeront au calme. Le sol devra être facilement lavable et résister aux tâches de toute nature. Cet espace sera également en liaison visuelle avec le secrétariat, condition essentielle pour que les familles restent calmes et n’aient pas l’impression d’être oubliées. Les sanitaires publics seront installés à proximité directe de l’attente. Un sanitaire hommes et un sanitaire femmes seront disponibles pour les visiteurs. On veillera au positionnement de l’ouverture de la porte de manière à limiter les vues depuis l’espace d’attente. Chacun comprendra un sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide. Les barres de relevages amovibles seront installées. Cet espace sera mis en dépression et bénéficiera d’une ventilation spécifique. Les sols et les murs auront un revêtement type thermoplastique (on pensera en particulier à prévoir une remontée en plinthes et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets seront prévus avec des boutons poussoirs.

Polyprogramme – Programme Général

212/347

Filtre visiteurs
Une salle de vestiaire parents sera installée. Ce vestiaire formera sas d’accès permettra aux visiteurs de pénétrer dans la zone contrôlée. Ce local sera muni d’une sonnerie d’appel reliée à l’accueil secrétariat pendant la journée et aux postes de Surveillance pendant les nuits et les périodes de garde. L’accès sera donc strictement contrôlé. Le vestiaire sera classiquement constitué d’une zone de déshabillage, d’une douche, et d’armoires vestiaires toute hauteur (non comprises dans la prestation). Les armoires auront des dimensions minimales de 0,25 mètre de large et 0,50 mètre de profondeur. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement thermoplastique. Une ventilation naturelle permettra d’assainir les pièces. Les armoires seront équipées de portes avec un dispositif de fermeture à déterminer par le maître d’ouvrage. L’attention des concepteurs est particulièrement attirée sur la qualité de ces équipements qui devront être très résistants à l’usage, simple de manipulation et fiables sur le plan de la sûreté des biens. De plus, le matériel devra être conçu pour être aisément remplaçable. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. On devra prévoir également une circulation d'air entre le fond du casier et le sac. Il offrira des casiers dans lesquels des effets personnels et les vêtements encombrants pourront être laissés. La recommandation pour les visiteurs étant une friction hydroalcoolique des mains avant d’entrer dans la chambre, ce local ne nécessite pas l’implantation d’un lavabo. Une salle de vestiaire personnel permettra le passage de la tenue hôpital à la tenue réanimation. Elle sera classiquement constituée d’une zone de déshabillage, d’une douche, et d’armoires vestiaires toute hauteur (non comprises dans la prestation). Les armoires auront des dimensions minimales de 0,25 mètre de large et 0,50 mètre de profondeur. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement thermoplastique. Une bonne ventilation permettra d’assainir les pièces (6 volumes). Les armoires seront équipées de portes avec un dispositif de fermeture à déterminer par le maître d’ouvrage. L’attention des concepteurs est particulièrement attirée sur la qualité de ces équipements qui devront être très résistants à l’usage, simple de manipulation et fiables sur le plan de la sûreté des biens. De plus, le matériel devra être conçu pour être aisément remplaçable. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. On devra prévoir également une circulation d'air entre le fond du casier et le sac. Dès l’entrée dans la réanimation, les visiteurs seront en contact avec le secrétariat d’accueil, ouvert sur la circulation et occupé par une personne pendant les heures habituelles de bureau. Cette dernière renseignera le visiteur et l’orientera soit vers l’attente, soit vers la pièce d’entretien pour une discussion préalable avec un médecin. Dans tous les cas, la secrétaire préviendra le personnel hospitalier de la présence des visiteurs. En service de nuit, cet accueil sera désactivé. La sonnette d’accueil sera alors reportée directement à l’un des bureaux infirmiers du secteur Hospitalisation qui pourra déclencher l’accès au service, une personne venant alors à la rencontre des visiteurs. Une pièce d’entretien médical pour les familles sera utilisée pour les entretiens confidentiels entre les médecins et les proches des nouveau-nés. Elle sera le lieu de décisions difficiles (actes chirurgicaux, arrêts

Polyprogramme – Programme Général

213/347

thérapeutiques, dons d’organes…), d’annonces quelquefois terribles pour les proches (mort cérébrale, coma…). Elle devra être ainsi aménagée de façon chaleureuse et apaisante (choix des couleurs et des matériaux, type d’éclairage) tout en restant neutre. Elle sera équipée d’un téléphone, de banquettes et d’une table basse. Elle pourra également être utilisée pour recevoir les représentants de matériels, produits, qui viennent en rendez-vous avec les cadres de soins et le cadre supérieur. Une réserve de matelas accompagnant permettra le stockage des lits d’appoints pour les parents. Ce local sera aveugle et équipé d’un détecteur de présence pour le déclenchement de la lumière.

Filtre personnel
PC médical Le PC médical est la partie névralgique du secteur de réanimation néonatale autour duquel tout doit graviter tant les chambres que les espaces support. Le bureau médical sera destiné au médecin chef d’unité. Cet espace reprendra les prescriptions des espaces tertiaires classiques. Un second bureau est dédié aux résidents du service. Ils y trouvent deux postes informatiques. Ils peuvent également venir y faire un café ou prendre un temps de pose. Le bureau du cadre de proximité, bien que rattaché fonctionnellement au secteur du personnel, sera pratiquement installé dans la zone filtre, et plus précisément à l’interface avec la zone d’hospitalisation. Un double accès à ce bureau devra en ce sens être aménagé. Ainsi, les cadres pourront se rendre facilement vers l’accueil, la salle d’entretien et vers l’attente des familles. Toutefois, la priorité pour le cadre est d’être à proximité des unités de soins. Les parois seront semi-vitrées pour permettre les vues vers les deux côtés, mais occultables pour préserver la confidentialité de certains entretiens. Le bureau offrira un poste de travail avec toutes les connexions électriques et informatiques pour deux terminaux reliés au réseau. Deux sièges disposés devant le bureau permettront de recevoir les visiteurs et les membres de l’équipe soignante. L’éclairage sera assuré par un plafonnier diffusant une lumière homogène indirecte et une lampe de travail sera posée sur le bureau. La salle de staff sera utilisée pour les réunions lors des rotations d’équipes. Locaux du personnel Deux chambres de garde seront intégrées au secteur protégé pour l’équipe des personnes responsables de la Réanimation et des Soins Intensifs pédiatriques. Le choix a été fait de les loger le plus près possible de la réanimation qui fait souvent appel pour des interventions réellement urgentes. Ces chambres seront bien isolées du point de vue phonique pour que les personnes puissent s’y reposer quel que soit le niveau de bruit dans le service. Les chambres seront équipées d’une douche, d’un lavabo et d’un sanitaire. Elles pourront également être équipées d’un téléviseur. La salle de détente sera destinée à l’ensemble du personnel de l’unité. Elle sera équipée de quelques sièges, d’une table basse sur laquelle seront disposés des revues et des journaux et d’une petite kitchenette (évier avec eau chaude et froide, deux plaques électriques, un petit réfrigérateur et un four à

Polyprogramme – Programme Général

214/347

micro-onde, des placards de rangement) équipée d’une machine à café. Elle bénéficiera d’un éclairement naturel en premier jour. L’espace pour le personnel comprendra également des casiers effets personnels, le vestiaire principal étant dans la zone filtre en entrée de service. Le personnel aura grâce à ce local, un lieu pour entreposer quelques objets sensibles tels que téléphone, portefeuille, etc. Un sanitaire sera aménagé pour le personnel. Il comprendra un sanitaire dont la cuvette sera suspendue et un lavabo alimenté en eau froide. Cet espace sera mis en ventilation naturelle. Les sols et les murs auront un revêtement type thermoplastique (on pensera en particulier à prévoir une remontée en plinthes et à éviter la formation de recoins difficiles à entretenir). Les robinets ainsi que les distributeurs de papier essuie-mains seront prévus à déclenchement automatique sur présentation des mains.

Unité d’hospitalisation
PC médical et poste de soins infirmiers Le bureau médical sera destiné au médecin chef d’unité. Cet espace reprendra les prescriptions des espaces tertiaires classiques. Le bureau du cadre de proximité, bien que rattaché fonctionnellement au secteur du personnel, sera pratiquement installé dans la zone filtre, et plus précisément à l’interface avec la zone d’hospitalisation. Ainsi, le cadre pourra se rendre facilement vers l’accueil, la salle d’entretien et vers l’attente des familles. Toutefois, la priorité pour le cadre est d’être à proximité des unités de soins. Les parois seront semi-vitrées pour permettre les vues vers les deux côtés, mais occultables pour préserver la confidentialité de certains entretiens. Le bureau offrira deux postes de travail avec toutes les connexions électriques et informatiques pour deux terminaux reliés au réseau. Deux sièges disposés devant le bureau permettront de recevoir les éventuels visiteurs. Le cadre pourra recevoir des fournisseurs par exemple. Des étagères murales seront disposées le long de l’un mur pour le classement des dossiers courants. L’éclairage sera assuré par un plafonnier diffusant une lumière homogène indirecte et une lampe de travail sera posée sur chaque bureau. Le bureau infirmier et salle de staff sera utilisé pour la saisie informatique et les réunions lors des rotations d’équipes. La saisie se fera via trois postes informatiques. Ils seront implantés sur une tablette filante et chacun sera connecté grâce à l’un des points de connexion courants forts et l’un des courants faibles disposés en plinthe sous le bureau. Les postes informatiques seront séparés de la partie réunion de manière à rendre possible le travail en parallèle sur ces deux parties du local. En face des postes de saisie, une vaste baie vitrée avec dispositif d’occultation laissera une vue dégagée sur les circulations et les chambres. Des placards de rangement avec serrure pour le stockage des dossiers patients seront disposés au-dessus et en dessous des linéaires de bureau. Une table haute additionnée de six fauteuils confortables créera un espace pour les passages de consignes lors des rotations d’équipes. L’un des murs sera équipé d’une cimaise permettant d’y accrocher le tableau de planification des soins. Il est à prévoir une prise de courants forts et une autre de courant faible. Le Poste de Soins aura en charge la supervision des trois banques de surveillance. Ces banques permettront à leur tour de surveiller de toutes les chambres de réanimation de l’unité. Elles centraliseront

Polyprogramme – Programme Général

215/347

l’ensemble des constantes des patients, celles-ci seront reportées sur des écrans. Une surveillance visuelle complétera le dispositif avec des signaux lumineux, mais non sonores, à la tête des berceaux, ou des lits. Le Poste de Soins sera équipé de plans de travail et sera ouvert sur les circulations. Les terminaux seront installés de façon ergonomique et n’obéreront pas en particulier les vues vers les chambres. Toutes les installations viseront à préserver une ambiance sonore supportable dans les chambres. En effet, les enfants subissent déjà par ailleurs de nombreux stress liés aux appareillages et il est important de rechercher des conditions optimales de repos. Unité d’hospitalisation Les stockages de proximité seront composés d’une part de paniers sur clayette pour les DMS et d’autre part de tiroirs pour la réserve pharmacie. Ils seront implantés à proximité des banques de surveillance. Le chariot entrera propre dans la réserve et sera chargé de l’ensemble des utilités nécessaires aux soins. 50 ml de rangement seront disposés dans cette salle pour l’ensemble de l’unité. Le stockage se fera par des paniers de profondeurs variables, posés et mobiles sur des étagères à crémaillère. Le dernier niveau de l’étagère ne devra pas excéder 1,80 m. Chaque panier et chaque tiroir seront équipés d’un code d’identification afin d’assurer le suivi du médicament ou du DMS. Dans le circuit sale se trouvera un vidoir. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Ce local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Il sera ventilé naturellement. Une première banque de surveillance aura en charge les boxes de réanimation et de soins intensifs. Elle sera constituée en un large comptoir ouvert sur les circulations et panoramique offrant une vue directe vers les chambres. La banque de Surveillance centralisera l’ensemble des constantes de tous les patients, celles-ci seront reportées sur des écrans. Une surveillance visuelle directe complétera le dispositif avec des signaux lumineux, mais non sonores, accrochés au bras articulé. Les terminaux seront installés de façon ergonomique et n’obéreront pas en particulier les vues vers les chambres. Toutes les installations viseront à préserver une ambiance sonore supportable dans la chambre du patient. Les chambres seront disposées de façon à limiter la distance avec le poste de surveillance à 12 mètres. L’arrière du comptoir offrira des plans de travail permettant aux personnels de s’installer confortablement. Une seconde banque sera implantée au contact des boxes de médecine néonatale. La troisième banque sera destinée aux chambres et boxes de soins intensifs pédiatriques. • Réanimation néonatale Le secteur d’hospitalisation sera situé en secteur protégé, accessible après passage du secteur filtre. Ce secteur de 10 lits comportera : - 2 boxes doubles de réanimation ; - 2 boxes triples de soins intensifs ; - 2 boxes de six berceaux en médecine néonatale. Les boxes de réanimation, de soins intensifs et de médecine néonatale sont installées dans un continuum physique car les équipes qui ont en charge ces patients assurent des roulements dans les différents secteurs et sont amenées à partager des informations concernant les enfants.

Polyprogramme – Programme Général

216/347

Les boxes auront une forme permettant de disposer les berceaux couveuses sur le pourtour. Le personnel pourra circuler au centre des boxes et atteindre rapidement les nourrissons. Les visites seront généralement limitées aux deux parents. Ces visites sont fortement encouragées car elles participent de la prise en charge globale du nourrisson. L’ensemble des équipements seront amenés sur des chariots mobiles permettant de libérer les chambres pour y effectuer des décontaminations entre deux séjours. Tous les indicateurs d’activité et les constantes seront déportés à la banque de surveillance, de manière à limiter le bruit imposé à l’enfant par ces appareils. Les murs des chambres seront semi-vitrés pour garantir une vue depuis la banque de surveillance qui sera localisée en position centrale par rapport aux chambres dont il a la charge. Pour compenser les effets résonnants des impostes vitrées, les concepteurs devront rechercher des revêtements de sols et de plafonds compatibles avec les niveaux d’exigence acoustique. Les chambres seront éclairées en premier jour. Bien que les enfants ne soient pas conscients, il est important qu’ils puissent sentir le rythme de la journée, et les successions jour et nuit. Par ailleurs, les stores permettront selon les besoins de diminuer l’intensité lumineuse des salles, voire de les isoler des regards extérieurs au moment des soins. Dans le même esprit, l’éclairage sera d’intensité réglable, car les enfants dorment beaucoup et il est important que le niveau de lumière puisse être réglé selon leurs besoins. Sur le plan des fluides, toutes les positions seront irriguées en courants forts, faibles et en gaz médicaux depuis la gaine tête de lit. • Soins intensifs pédiatriques Les soins intensifs pédiatriques prennent en charge des enfants plus grands. Ils disposent de : - 2 chambres individuelles permettant de mettre à part des enfants très lourdement atteints ou contagieux ; - 2 boxes de 4 lits. L’organisation et l’équipement de ces chambres et boxes sont similaires à la description précédente. La salle de convivialité sera le lieu de rencontre pour les parents. Ils sont soumis à des moments très éprouvants, ce local sera une tisanerie où ils pourront prendre une boisson, se détendre un peu et échanger entre eux. Le local sera équipé de 2 tables hautes avec 4 chaises pour chacune. Locaux supports • Circuit propre Les matières seront reçues et déposées avec leur emballage de transport dans le local de décartonnage. Ce local est un sas ouvrant sur les circulations générales et sur la réserve générales du service. Son éclairage se déclenche automatiquement à l’ouverture de l’une des portes. Le sol et les murs sont prévus pour résister aux usages intenses. La réserve regroupe l’ensemble des matières et dispositif utilisés dans le secteur des soins critiques néonataux et pédiatriques. C’est un espace de rangement des produits, des équipements médicaux et la réserve de matériel médical ; il permettra au personnel de l‘unité de s’approvisionner en différents matériels (incubateurs, couveuses, respirateur, etc.) et d’éviter de laisser ces équipements dans les espaces de soins. Le mécanisme d’ouverture des portes sera manuel. Les portes seront composées d’un à deux vantaux avec un dispositif d’effacement latéral. Le revêtement de sol devra être résistant aux poinçonnements. Le déclenchement de l’éclairage sera automatique.

Polyprogramme – Programme Général

217/347

Circuit sale

Un local sera destiné aux déchets, il sera équipé des différents containers par type de déchets : de linge sale, DAOM et DASRI. Ces containers seront récupérés par le responsable du palier logistique. Il bénéficiera d’une climatisation et d’une ventilation de l’ordre de 6 volumes heure. Le local ménage rassemblera le matériel et les produits nécessaires à l’entretien courant des différentes pièces de l’ensemble du secteur. Il sera équipé d’un point d’eau sur vide seau pour l’évacuation des eaux usées. • Entretien des équipements Un local entretien équipements permettra au personnel technique d’effectuer de petites opérations de maintenance sur les couveuses. Ce local sera implanté entre les circulations générales et la réanimation néonatale afin d’éviter les circulations inutiles du matériel qui pourraient l’endommager. La porte sera composée d’un à deux vantaux avec un dispositif d’effacement latéral. Le revêtement de sol devra être résistant aux poinçonnements.

Polyprogramme – Programme Général

218/347

Hospitalisation

Polyprogramme – Programme Général

219/347

Organisation générale
Les hospitalisations seront constituées d’unités standardisées de 30 lits et organisées autour d’un poste de soins unique regroupant toutes les fonctions de pilotage et de gestion de l’unité. On cherchera autant que faire se peut à superposer les unités afin de créer des verticalités et des dessertes techniques cohérentes. Les unités sont structurées en trois sous-ensembles. Le pc médical est au cœur du dispositif. Il est positionné de manière à réduire le pas des personnels infirmiers et à favoriser la surveillance des couloirs de desserte des chambres. Le PC doit bénéficier de bonne condition d’éclairage et apporter ainsi du confort au personnel soignant. Les chambres sont réparties autour du PC de manière à former une unité la plus compacte possible tout en offrant des conditions de confort satisfaisantes en termes d’éclairage et de ventilation. Par ailleurs, on veillera à la bonne desserte des unités depuis les rampes pour le déplacement des patients et depuis le circuit des visiteurs. Ces espaces seront tramés tant sur le plan de l’irrigation technique que sur le plan structurel de manière à favoriser les évolutions ultérieures. La frontière entre deux unités en particulier doit pouvoir être modifiée pour qu’un service puisse de manière ponctuelle ou structurelle « déborder » et absorber les pics d’activité. Les unités proposent des conditions d’accueil variées offrant aux patients et aux équipes médicales des conditions de confort et des organisations de soins adaptés à des pathologies variées. Les chambres sont soit simples, quand la spécialité peut imposer des isolements, soit doubles, soit pour la majorité à quatre. Les chambres sont équipées d’une douche mais n’ont pas de sanitaire. Une unité est entièrement équipée de chambres individuelles afin de proposer soit une prise en charge améliorée, par exemple dans le cadre d’une hospitalisation privée soit pour des motifs médicaux. Les locaux logistiques seront regroupés de manière à constituer un point d’entrée unique dans l’unité d’hospitalisation et de permettre à l’équipe logistique d’alimenter ces espaces sans traverser les espaces de soins. La description détaillée des unités sera réalisée sur une seule unité. Ensuite, des locaux spécifiques feront l’objet de description pour chacune des unités.

Polyprogramme – Programme Général

220/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

221/347

Tableau de surfaces
Chirurgie orthopédique (15 lits) + Traumatologie (15 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire 1 1 1 1 1 3 6 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 20 30 4 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 60 180 8 6 14 8 4 6 12 4 344

L’ensemble des surfaces des secteurs d’hospitalisation figure dans le tableau général des surfaces inséré à la fin de ce document.

Description détaillée des locaux
PC médical et poste de soins infirmiers
Tous les espaces de bureau devront bénéficier d’un éclairage naturel sans apport thermique excessif et sans éblouissement ainsi que d’un éclairage artificiel adapté. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance (250 lux) qui sera renforcée par des points d’éclairages supplémentaires (400 lux) orientés vers la table de travail. Le bureau infirmier et la salle de staff occuperont une double fonction, d’un côté il sera un lieu de réunion interne et de l’autre un poste de saisie informatique. Celle-ci se fera via un poste informatique. Il sera implanté sur une tablette filante et sera connecté grâce à l’un des points de connexion disposés dans une goulotte. En face du poste de saisie, une vaste baie vitrée avec dispositif d’occultation laissera une vue dégagée sur les circulations et permettra d’éclairer la pièce en second jour. Une table et quatre fauteuils créeront un espace pour les passages de consignes lors des rotations d’équipes. Cet espace servira également aux activités de compagnonnage et de transfert de connaissance. L’un des murs sera équipé d’une cimaise permettant d’y accrocher le tableau de planification des soins. Il est à prévoir une prise de courants forts et une autre de courant faible si cet équipement venait à se moderniser sous la forme d’un écran plat informatisé relié au réseau.

Polyprogramme – Programme Général

222/347

La préparation des chariots médicament et des soins sera un local traversant qui permettra d’appliquer les principes de la marche en avant à la préparation du chariot. Les portes de l’entrée et de la sortie seront dimensionnées pour un passage aisé du matériel c’est-à-dire 1,20 m. Le chariot arrivera propre du local de nettoyage. Il sera ensuite chargé des différents plateaux nécessaires aux soins. C’est-àdire l’ensemble des DMS et de la pharmacie que l’on récupérera dans un local situé sur les circuits logistiques principaux. Ce local devra être proche du circuit de retour des salles d’examen et des locaux de support de proximité, une contiguïté sera également réalisée avec le nettoyage des chariots de soin. Une paillasse sèche sera installée dans le local pour effectuer des préparations. Elle ne devra en aucun cas devenir un lieu de stockage afin d’en permettre un nettoyage efficace et aisé. Pour répondre à cette demande, des placards de rangement seront installés en dessous, roulables, et au-dessus de la paillasse. Un lavabo hyperaseptique devra être installé dans cet espace afin que le personnel médical puisse se laver les mains avant et après les examens. Il sera muni d’une commande à coude. La pharmacie et le stockage des DMS seront situés en aval du local de nettoyage chariot. Ce local devra être proche du pc médical et infirmier, et au plus près si possible du palier logistique. Une contiguïté est préconisée pour ce local avec de préparation des chariots et de nettoyage des chariots. Le chariot entrera propre dans la pharmacie et sera chargé de l’ensemble des utilités nécessaires à la matinée de travail. Dans un autre cas, le chariot ne pénétrera pas dans la pharmacie. Il restera dans le local de préparation et ce sera l’infirmière qui se déplacera pour chercher les produits. Le local pharmacie et DMS devra être facilement accessible depuis le palier logistique. Le stockage pourra se faire au moyen d’étagères denses. Des rails au sol permettront de les déplacer afin de toujours laisser un passage de 0,70 m dans les rangées (rails et étagères dues au titre du projet). Elles seront aménagées de telle manière que le personnel médical puisse charger son chariot de soin en prélèvement des produits sur l’étagère. Elles seront ensuite réapprovisionnées par complémentation à partir des consommables du service. L’éclairage global sera de 250 lux et des réglettes ou spots lumineux d’appoints assureront un éclairement supplémentaire sur les produits des étagères de 400 lux. Après la tournée des boxes d’examens, le chariot sale sera installé dans un local de nettoyage chariot de soins qui sera muni d’une paillasse de décontamination. Une circulation aisée vers la préparation doit être faite avec des ouvertures d’une largeur minimum de 1,20 m. Ce dernier sera agencé avec les éléments suivants : un emplacement pour le chariot logistique récupérant les DAOM et DASRI ; un plan de travail avec une zone de nettoyage composé d’une paillasse lisse et sans joint, avec un point d’eau équipé d’une douchette et d’un bac profond pour le nettoyage des matériels à stériliser ; - des étagères seront installées au-dessus et en dessous de la paillasse. Ce local aura un revêtement de type hydrofuge présentant le minimum de joint. Il sera posé toute hauteur et équipé de renforcement métallique sur les portes d’accès. On cherchera également une contiguïté avec la préparation chariot et le local chariot. Le local chariot assurera un stockage des chariots déchets (2 unités) en retour de soins. Le personnel fait les soins dans les chambres. En fin de tournée, il dépose les sacs dans le local déchets puis range les chariots dans le local chariot. Le local déchets est situé dans l’unité, voir plus loin, et c’est le responsable logistique qui réalisera le transfert du local déchets vers le palier. Cette procédure permet d’optimiser le temps de soignant et de limiter le nombre de prise et reprise des sacs de déchets. Ce local sera mis en dépression.

Polyprogramme – Programme Général

223/347

Unité d’hospitalisation
Les unités sont composées de : 3 chambres doubles : 6 chambres quatruples : soit un total de : 6 lits ; 24 lits ; 30 lits.

Le dimensionnement des chambres et de la trame devra tenir compte de la longueur des lits (2,10 m) et de la nécessité de rendre handicapables toutes les chambres (en particulier passage libre de 1 m en pied de lit). La chambre constitue un lieu hors des repères habituels, hors du temps, où la durée du séjour paraît souvent trop longue. Son traitement devra permettre aux patients hospitalisés et à leurs proches de s’approprier rapidement l’espace de la chambre. Dans les chambres à quatre, on recherchera une organisation de l’espace qui laisse la possibilité à chacun de s’isoler et aux équipes de soins de réaliser des soins en respectant l’intimité du patient. Certaines composantes de la chambre revêtiront un caractère essentiel. Il s’agira de la porte qui, par les entrées et sorties qui y seront effectuées, rythmera la journée du patient. On recherchera par exemple à la rendre visible depuis la tête de lit des patients sans que ce dernier ne se sente installé dans le couloir. À l’inverse, la fenêtre tournera le patient vers les activités extérieures, replacera l’hôpital dans son environnement, fera entrer la ville et son rythme à l’intérieur. L’ambiance recherchée sera dynamique sans être trop agressive ; l’éclairage sera dans une gamme chromatique chaude, dans les jaunes plus que dans les bleus (appareils muraux, pas de lampes avec fil d’alimentation) avec un bon indice de rendu des couleurs. Les chambres seront meublées de lits, de deux fauteuils, d’une table (permettant de prendre un repas pour les personnes ne pouvant se lever). Rappelons qu’il n’y a pas d’alimentation en gaz. L’organisation de la chambre sera liée aux contraintes de déplacement des lits qui devront pouvoir aisément entrer et sortir de la pièce. La largeur des portes (1,10 mètre), le positionnement des cloisons et du mobilier ne devront pas entraver ces déplacements. Il y aura une télévision dans les chambres. Les concepteurs prévoiront leur emplacement (système d’accroche et alimentations). Il y aura la possibilité d’installer un téléphone, équipé d’un combiné filaire et d’une connexion Internet (réseau indépendant du réseau de l’hôpital) ; le socle et l’appareil pourront être mis ou enlevés selon l’état du patient qui occupera la chambre (prévoir une fiche aisément débranchable). Les matériaux auront, bien sûr, auront leur importance. Il faudra qu’ils vieillissent bien, c’est-à-dire faciles à conserver dans l’état d’origine. La qualité de l’abaissement phonique constituera un des éléments essentiels du confort des patients, on recherchera donc une atténuation de 45 dB (A) entre pièces, 35 dB (A) vis-à-vis des circulations et 35 dB (A) vis-à-vis de l’extérieur. Les portes pleines, munies d’une double feuillure et de joint d’encadrement, seront d’une qualité qui permettra d’atteindre ces exigences. Elles seront équipées d’une serrure de sûreté, sur passe général. La fermeture de la serrure provoquera le blocage du bec de canne en position horizontale. Les poignées des portes permettront d’ouvrir les chambres sans être touchés par les mains. Elles seront de couleurs ce qui permet d’indiquer une chambre occupée par un patient sceptique et des isolements. Les portes peuvent ainsi être ouvertes même quand le personnel a les mains prises. Les portes des sanitaires seront également équipées de ce système d’ouverture.

Polyprogramme – Programme Général

224/347

L’éclairage artificiel sera assuré par des plafonniers diffusant une lumière d’ambiance indirecte pour ne pas éblouir les patients allongés. Ce système d’éclairage offrira deux niveaux de réglage, un doux pour l’ambiance générale de la chambre, l’autre plus intense et ponctuelle sur chacun des quatre positions pour les moments de soins (500 lux). Une source lumineuse supplémentaire sera installée à proximité de la tête de lit pour la lecture. Il conviendra également de prévoir une veilleuse de 50 lux pour intervention nocturne. La commande d’allumage sera installée près de la porte d’entrée. Le revêtement de sol, tout en permettant une asepsie aisée des lieux (PVC souple, par exemple, mais pas de moquette), pourra aussi être gai. Dans les locaux humides, les revêtements seront posés avec le minimum de joints et remontés en plinthe. La chambre sera bien sûr éclairée en premier jour, il est important que les patients puissent sentir le rythme de la journée, et les successions jour et nuit. Par ailleurs, les stores permettront selon les besoins de diminuer l’intensité lumineuse de la salle, voire d’isoler complètement la chambre des regards. Les portes, munies d’une double feuillure, seront d’une qualité qui permettra d’atteindre ces exigences. Elles seront équipées d’une serrure de sûreté, sur passe général. Les couleurs et les matériaux des sols et des murs participeront à la description d’une ambiance chaleureuse et calme. Ils seront également résistants aux produits chimiques (U3P4E2C3). La salle de douches constituera un espace fermé intégré au sein de la chambre. L’accès sera d’une largeur importante (1,2 mètre) et équipé d’une porte coulissante afin de gagner de la place lors de son ouverture. La salle possédera un lavabo et une douche. Afin de ne pas poser de problèmes d’accessibilité, le bac de douche sera intégré dans le sol et ne présentera pas de différence de hauteur. Pour une bonne asepsie, le sol et les murs seront recouverts d’un matériau hydrofuge toute hauteur et seront recouverts d’un sol souple. Un distributeur pour les frictions hydroalcooliques, respectant les normes d’asepsie propres aux hôpitaux, sera installé au sein de l’entrée de la chambre. Une douche brancards permettant l’accueil de personnes couchées sera installée. L’accès au local sera large afin de pouvoir manœuvrer aisément un brancard de douche, et le local sera conçu de manière à ce que le personnel en charge des patients puisse circuler autour du brancard afin de manipuler les patients pour les laver. Les murs et les sols des espaces de douche seront couverts d’un revêtement hydrofuge, toute hauteur pour les murs. On équipera les pourtours de plinthes à gorges et d’angles arrondis. Les faux plafonds ne seront pas démontables. Cet espace de douche brancards devra se situer à proximité de l’hébergement conventionnel. Il n’y aura pas de bac, mais une simple forme de pente au sol légère, qui assurera le recueil des eaux. La pomme de douche pourra se désolidariser d’un raccord qui sera scellé au mur. Le robinet mitigeur sera muni d’un limitateur de température haute et d’un mélangeur anti-légionnel. Aucun tuyau ne sera apparent dans la douche.

Locaux support
La réserve sera un local aveugle où nous trouverons des étagères de rangement et des espaces libres pour le stockage de machines ou de palettes. Les étagères de rangements fixés sur le pourtour seront de pas réglables et leur hauteur n‘excédera pas 1,80 m. On préférera une configuration de local de forme oblongue afin de profiter au maximum des espaces de rangements sur les murs, en minimisant les espaces de circulation. Les matériaux des sols et des murs
Polyprogramme – Programme Général 225/347

seront choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Près de la porte, une prise de courants forts permettra de brancher des appareils de nettoyage. Le local déchets sera adapté au tri sélectif (possibilité de stocker 3 bennes et de les manœuvrer), ce local centralisera les déchets au sein de l’unité. Il est destiné à recevoir du linge sale (trois contenants en sacs) ainsi que les déchets (deux types DAOM et DASRI), chacun de ces déchets possédera un container poubelle identifié par le personnel infirmier qui distinguera les déchets en amont pour un meilleur traitement vers le centre de déchets. Ce local sera aveugle, et sera doté d’une ventilation de l’air renforcée. Ce local devra être accessible depuis l’intérieur et sera localisé à proximité immédiate du palier logistique. Il bénéficiera de revêtements adaptés pour assurer une hygiène parfaite et d’un point de puisage pour un lavage à grande eau. L’agencement du local devra permettre de réserver une aire de lavage pour les containers. Un local vidoir - lave bassin, vidoir sera utilisé pour le nettoyage des bassins et l’évacuation des solutés sales. Un siphon de sol sera aménagé au point bas du plancher qui sera mis en dévers pour permettre l’évacuation des eaux. Chaque local sera équipé d’un vidoir (avec robinet fileté), Ces locaux sont équipés d’un siphon de sol. La porte, d’une largeur de 1,2 m assure le passage de petits chariots (absence de barre de seuil). Ce local sera carrelé toute hauteur, équipé d’un siphon de sol, et mis en légère dépression afin d’éviter la propagation d’odeurs incommodantes. Un local ménage sera installé en amont du service pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle.

Locaux du personnel
Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue de travail. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces Vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Les consignes seront équipées de portes fermables à code ou à cadenas. Un passe général sera à prévoir. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. On prévoira également une circulation d'air entre le fond du casier et le sac. Un bloc sanitaire PMR est aménagé à proximité du PC médical. Il sera équipé d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un sèche-mains et d’un distributeur de savon. Les murs et les sols seront recouverts d’un revêtement hydrofuge, de préférence toute hauteur pour les murs. On équipera les sanitaires de plinthes à gorges et d’angles arrondis. Les faux plafonds ne seront pas démontables.

Polyprogramme – Programme Général

226/347

Locaux spécifiques des unités
Hospitalisation améliorée et cardio/pneumologie
Cette unité est composée de 16 chambres simples. Elle sera surveillée depuis un poste de soins commun avec les 15 lits de l’unité de cardiologie et de pneumologie. Le salon sera un lieu de rencontre, d’échange et de repos des patients. L’espace se devra d’être agréable et accueillant. Une table et des sièges bas pour 6 à 8 personnes seront placés de manière à ce que les patients assis puissent discuter. Le matériau de sol participera à la description d’une ambiance chaleureuse. Des plafonniers diffuseront une lumière d’ambiance indirecte complétée par des appliques et des spots basse tension orientés vers des points spécifiques (table haute pour jeu de cartes ou autres…). La pièce disposera de 3 points d’accès en courants forts et faibles de type tertiaire. Deux points d’accès sur 3 devront être facilement accessibles (notamment depuis l’espace salon) pour que l’on puisse y connecter un ordinateur portable. Le dernier de ces points d’accès permettra notamment de diffuser une musique d’ambiance ou des émissions radiophoniques depuis une chaîne hi-fi, ce qui rajoutera au côté chaleureux de cette salle. Les cloisons assureront un abaissement phonique de 42 dB.

Polyprogramme – Programme Général

227/347

Hospitalisation médecine polyvalente
Elle comprend 45 lits dont : une chambre à un lit ; deux chambres doubles ; dix chambres à 4 lits.

L’unité ne comprend que des espaces classiques et décrit ci-dessous.

Hospitalisation de dermatologie
Elle comprend 15 lits dont : une chambre à un lit ; une chambre double ; trois chambres à 4 lits.

Elle sera adossée à la demi-unité de la médecine polyvalente.

Hospitalisation des maladies infectieuses
Elle comprend 30 lits : - quatre chambres à un lit ; - trois chambres doubles ; cinq chambres à 4 lits.

La sur-représentation des chambres individuelles permet d’isoler les patients contagieux.

Hospitalisation de chirurgie reconstructive, de pédiatrie, de neurologie et de gynécologie
L’ensemble de ces spécialités chirurgicales sont regroupées dans une unité afin de mutualiser les lits et d’assurer une meilleure optimisation des lits en fonction des aléas saisonniers. Cette unité est composée de chambres doubles et quadruples. Il n’y a pas de locaux spécifiques.

Hospitalisation de chirurgie générale
Cette unité est classique et ne possède pas de locaux spécifiques.

Hospitalisation d’urologie et spécialités
Idem.

Hospitalisation de suites de couches
Dans cette partie, les chambres sont un peu plus grandes car elles intègrent une paillasse de soins et de bains pour les nourrissons. Sur le plan de la décoration, il peut être laissé la place à plus de gaîté et de couleur sans que cela ne paraisse déplacé. Les parturientes ne sont pas malades et le séjour a une connotation très positive. Sur le plan de l’équipement, toutes les chambres seront équipées d’un plan de change (60 cm de profondeur) sur laquelle on pourra peser l’enfant, le changer et le baigner. La baignoire bébé sera

Polyprogramme – Programme Général

228/347

suffisamment profonde pour réaliser le bain des enfants sans risque. Ces dimensions seront au minimum de 60 cm de long de 40 cm de large et de 30 cm de profondeur. Un éclairage sera spécialement destiné à ce plan de change. Il sera installé de manière à ne pas projeter d’ombre sur le poste de travail et diffusera une lumière douce et indirecte. Dans les chambres doubles la paillasse comprendra une baignoire tandis que l’on en comptera deux dans les chambres quadruples. Les chambres kangourou proposeront une hospitalisation couplée de la mère et de l’enfant, l’un apportant à l’autre dans le protocole de soins. Il s’agit d’un secteur relevant du service de Néonatalogie, en charge des soins et de la surveillance des enfants hospitalisés en Médecine Néonatale. Le principe sera de rapprocher l’enfant et la mère, elle-même hospitalisée en suites de couches. Cette unité permettra une transition plus douce entre la séparation obligée lors du séjour en réanimation ou en soins intensifs de l’enfant, et le retour à la maison. Les enfants pourront, soit être installés dans la chambre de leur mère dans un volume autonome par rapport à la chambre de la mère mais accessible directement depuis la chambre. Le volume de la chambre de la mère est strictement similaire à une chambre de suite de couche. L’espace réservé à l’enfant est séparé de la chambre de la mère par une cloison vitrée occultables. La mère peut ainsi décider de garder l’enfant dans sa chambre ou de le laisser dans la partie réservée accessible depuis le couloir par les équipes soignantes sans entrer dans la chambre. La porte sera placée sous code afin de limiter les allées et venues et les risques d’enlèvement. En termes d’équipement technique, on trouvera dans la partie enfant : un rail technique pour alimenter la couveuse et l’assistance nasale de l’enfant ; un plan de change et de toilette (baignoire) sera prévu pour que les mères puissent venir s’occuper de leur bébé elles-mêmes ou que l’équipe soignante réalise de petits soins auprès de l’enfant ; un lavabo hyperaseptique pour les membres de l’équipe médicale.

-

La nurserie sera une salle d’accueil et de prise en charge des nouveaux nés à la demande des mères fatiguées ou éprouvées qui souhaitent se reposer. Elle sera située à proximité du Poste de Soins, avec une vue vers ce dernier. La salle sera équipée de deux paillasses de soins et de change, ainsi que de deux baignoires. Les parents pourront venir pour le premier bain suivre la puéricultrice dans cette salle. Le soin en chambre est intéressant sur le plan de la création d’une relation privilégiée avec l’enfant, mais le soin collectif apporte également une sécurité pour l’apprentissage des gestes et l’obligation de sortir de la chambre et de venir au contact des autres. Le reste de la salle sera libre de tout obstacle pour disposer facilement les berceaux et permettre aux enfants de ne pas se gêner les uns les autres. L’un des secteurs sera réservé aux prises de biberons avec un siège confortable. Le voisinage d’une fenêtre pour le moment du repas serait un gain permettant au bébé d’être en contact avec la lumière naturelle extérieure. Cette salle devra par ailleurs bénéficier de bonnes conditions d’isolation acoustique vis-à-vis des autres salles pour ne pas troubler le sommeil des mères la nuit dans les chambres voisines, mais également au sein même de la pièce. Son ambiance ne devra pas être trop sonore pour que par exemple les pleurs d’un bébé ne perturbent pas les autres enfants.

Polyprogramme – Programme Général

229/347

Hospitalisation de gynécologie
Pas de spécificité.

Hospitalisation de pédiatrie
L’unité est très similaire à celles décrites ci-avant. Néanmoins, elle se singularise par les éléments de décorations marquant la présence du monde de l’enfance et d’un local spécifique l’espace jeux et école à l’hôpital. En formation salle de classe, l’espace pourra accueillir environ dix enfants sur des tables disposées en îlots. Un tableau sera accroché à l’un des murs de la salle, disposé parallèlement à la façade éclairée pour ne pas créer d’éblouissement ou de reflet gênant. Quelques places seront équipées de postes informatiques pour des apprentissages spécifiques. L’aménagement sera le plus possible proche de celui d’une école traditionnelle, de telle sorte que les enfants retrouvent une ambiance connue et oublient leur situation d’hospitalisé. Le responsable de l’équipe bénéficiera d’un bureau individuel, en liaison avec la salle de classe dans lequel il pourra également laisser des documents administratifs, avoir un entretien particulier avec une famille… Un coin jeux constituera un second lieu d’évasion et d’oubli de la maladie pour les enfants hospitalisés. Ce sera un espace essentiel où seront organisés des goûters, des animations et de fêtes plus exceptionnelles. Les enfants hospitalisés s’y regrouperont, s’épauleront et partageront des moments de plaisir et de détente. La salle sera ouverte sur les circulations du service tout en étant protégé des flux. Des grandes fenêtres permettront aux enfants de prendre contact avec l’environnement extérieur. Les matériaux, les couleurs et le mobilier seront de tonalité chaude et gaie. Les enfants devront pouvoir oublier, le temps du jeu, qu’ils sont hospitalisés. Des jeux et accessoires seront rangés sur des étagères et dans des bacs placés au sol. Quelques tables et chaises permettront à une animatrice d’effectuer une intervention (dessins, lecture, construction…). Un espace avec des coussins servira de zone de lecture. La salle sera équipée d’un revêtement propice au jeu au sol et qui permettra également le déplacement des fauteuils roulants. Le sol devra également être très facilement nettoyable afin d’assurer une bonne hygiène du lieu pour les enfants jouant au sol.

Polyprogramme – Programme Général

230/347

Logistique médicale

Polyprogramme – Programme Général

231/347

Biologie médicale
Organisation générale
Le centre de réception : adresse unique pour l’envoi des prélèvements
Le système de transport des prélèvements biologiques dessert chaque poste de soins des services cliniques pour les acheminer vers un point unique : le centre de réception des laboratoires. Le transport des prélèvements sera réalisé par une équipe de manutentionnaires. Dans un développement ultérieur de l’hôpital, il pourra être envisagé de recourir à un pneumatique. Ces techniques sont maintenant bien maîtrisées et d’une technologie simple et robuste. De plus, un pneumatique est relativement peu onéreux à l’investissement. Le seul point délicat concerne la maintenance. L’élévation importante du niveau de technicité de l’hôpital impose la prudence et d’éviter d’ajouter des systèmes additionnels qui risquent d’alourdir la charge de maintenance. Dans ce cadre, le centre de réception : - est la porte unique d’entrée pour les laboratoires et qui fonctionne en période de garde ; assure l’accueil et l’orientation des analyses urgentes ; assure la transformation des prélèvements (aliquotage, centrifugation) pour l’ensemble des laboratoires sauf pour certains prélèvements comme les liquides rares

(moelle et certains prélèvements relevant de la virologie) ; - assure le traitement des prélèvements adressés à d’autres centres et le retour des analyses de ces examens dits externés. Après réception et tri, les prélèvements sont pris en charge sur la chaîne du laboratoire de biologie usuelle, d’urgence et de garde ou mis sur des portoirs à destination des autres plateaux techniques ou laboratoires spécialisés. Les portoirs seront déplacés manuellement au travers des différents laboratoires. Certains prélèvements adressés au laboratoire d’anatomie pathologique ne sont pas reçus au centre de réception du fait de leur dimension ou de leur caractère urgent (extemporanés issus des blocs opératoires). Un point d’entrée spécifique pour ce laboratoire est donc à prévoir. Un secteur de biologie usuelle, d’urgence et de garde unique Les gardes de la biochimie, de l’hématologie et de la microbiologie (bactériologie, parasitologie) sont regroupées. La garde de la biochimie et de l’hématologie est prise en charge sur les automates de jour. Il n’y a, ainsi, aucune étape de réglage et de paramétrage à effectuer en début de garde. La garde de microbiologie est effectuée dans un laboratoire spécifique, localisé à immédiate proximité des automates de jour. Les urgences vitales sont prises en charge au sein de secteur d’analyses dédié, selon des techniques manuelles ou semi-automatisées. Ces secteurs sont adossés au centre de réception et au plateau d’analyses usuelles. Cette organisation permet, dès la réception, de sortir ces prélèvements du processus automatisé et de gagner ainsi en rapidité d’exécution. Ce laboratoire est à immédiate proximité de la réception pour assurer une orientation rapide des prélèvements qui peuvent, selon les principes
Polyprogramme – Programme Général 232/347

d’organisation retenus, bénéficier de sachets de couleurs spécifiques ou de puces afin d’être immédiatement identifié par le personnel du centre de réception. Ainsi localisés sur les plateaux de jour, la garde et les espaces de traitement des urgences vitales sont au contact du centre de réception et du point d’arrivée des prélèvements. Le secteur de laboratoire fonctionnant en garde est spatialement limité, il profite du système automatisé des prélèvements, des analyseurs de jour et des espaces d’analyses spécialisés liés du plateau de biologie usuelle.

Schéma d’organisation générale

Polyprogramme – Programme Général

233/347

Des plateaux techniques partagés
Les techniques qui sont utilisées par plusieurs laboratoires sont rassemblées au sein de plateaux techniques partagés. Le programme favorise nettement la mise en place de ces plateaux au profit du développement d’équipements de pointe communs et d’une importante flexibilité des techniques effectuées et des locaux. Le plateau de biologie usuelle, d’urgence et de garde Les automates de biologie usuelle et de haut débit de biochimie, d’hématologie et d’immunoanalyses sont co-localisés au sein d’un même espace de laboratoire placé au contact du centre de réception. Cette situation permet : un acheminement direct du plus grand nombre des prélèvements reçus vers les automates d’analyse ; - un regroupement de locaux et d’équipement constituant la zone de garde du bâtiment des laboratoires. Ce plateau intègre des secteurs d’analyses mais aussi un espace tertiaire et de logistique support à l’activité. Le plateau est structuré de manière à pouvoir enregistrer des évolutions d’équipements. On cherchera donc à installer ces surfaces dans un volume commun qui pourra être reconfigurable en fonction des évolutions du matériel. Ses principes d’irrigation technique visent également à assurer une importante flexibilité dans l’occupation de l’espace. Dans ce cadre, le plateau peut traiter un nombre plus ou moins important de prélèvements, variant selon les heures et les jours de la semaine.

Plateau d’immunoanalyse
Les techniques d’immunoanalyses sont mutualisées au sein d’un plateau commun. Ce secteur est constitué de deux entités : - un secteur rassemblant les automates de biologie usuelle utilisés par l’ensemble des laboratoires. Ces automates sont co-localisés avec les automates de biologie usuelle afin d’intégrer la zone de garde. Ce secteur profite également de l’espace d’intégration des nouveaux analyseurs. Il permet un partage et ainsi une meilleure optimisation des équipements d’immunologie ; un secteur d’analyses manuelles, d’urgence et d’expertise, essentiellement constitué d’analyses manuelles pour des techniques très spécifiques ou des mises au point. Il est attenant au secteur automatisé afin de pouvoir y effectuer des techniques d’investigation complémentaires après analyse sur automate sans avoir à se déplacer dans le bâtiment.

Des laboratoires spécialisés
En complément des plateaux de techniques communes, il est programmé des laboratoires spécialisés, où des techniques manuelles ou semi-automatisées sont réalisées par discipline : cultures et antibiogrammes de microbiologie, toxicologie et biochimie, hématologie spécialisée… Tout en participant à la définition d’une trame architecturale et technique cohérente de laboratoire, ces locaux sont localisés au plus près des bureaux des biologistes de la discipline liée.

Polyprogramme – Programme Général

234/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

235/347

Tableau des surfaces
Biologie médicale
Centre de réception et de pré analytique Réception des prélèvements biologiques Banque d'accueil et bureau cadre Préanalytique Pré-analytique Stockage contenants Plateau de biologie usuelle, d'urgence et de garde Secteur biologie usuelle 2 automate biochimie, 2 hémato. 2 gaz sang Microbiologie Laboratoire de garde microbiologie et hémoculture Lectures de lames d'hématologie (3 postes + 1 station image) Locaux support Praticiens responsables de plateau Stockage réactifs, prélèvement et consommable Chambre de garde (avec Sanitaire/douche) Plateau d'immuno-analyses Analyses automatisées d'hormono-sérologie 1 hormono-sérologie, 1 marqueurs-tumoraux, ELISA, expertise Analyses manuelles Techniques manuelles (2 postes) Locaux support Stockage réactifs, prélèvement et consommable Biochimie-Toxicologie spécialisée Arrivée automatisée des portoirs Laboratoires Protéines (2 automates) Toxicologie (2 chaînes HPLC) Espaces tertiaires Praticien Locaux support Stockage consommables Stockage réactifs (+4°C) Hématologie spécialisée Laboratoire Hématologie spécialisée et cytométrie de flux Espaces tertiaires Praticien et assistant Locaux support Stockage consommables Stockage réactifs (+4°C) 540

540

1 1 1

20 20 5

20 20 5

1 1 1 1 1 1

60 12 24 12 12 12

60 12 24 12 12 12

1 1 1 1 1 1 1 1 1

24 24 12 3 24 24 16 5 5

24 24 12 3 24 24 16 5 5

1 1 1 1

24 16 5 5

24 16 5 5

Polyprogramme – Programme Général

236/347

Microbiologie Automates d'Hémoculture (4) Laboratoire de bactériologie Secteur de culture 1 (2 postes, étuves et coloration) Secteur de culture 2 (2 postes, étuves et coloration) Bactériologie alimentaire Laboratoire hygiène Espaces tertiaires Praticien et assistant Locaux support Stockage consommables Stockage réactifs (+4°C) Administration biologie médicale Chef de service Secrétariat Cadres de proximité Résidents Salle de réunion Locaux du personnel Vestiaire Casiers effets personnels Linge propre Sanitaire

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2

12 12 12 12 12 16 5 10 12 12 12 12 15 12 3 3 2

12 12 12 12 12 16 5 10 12 12 12 12 15 12 3 3 4

Polyprogramme – Programme Général

237/347

Description détaillée des locaux
Performances générales concernant les locaux de laboratoires
Tous les laboratoires suivent des principes d’aménagement conformes à un module de la trame technique et architecturale. C’est-à-dire que l’espace est tramé en irrigations fluides (courants forts, courant faibles et eau) ainsi qu’en dispositifs de traitement de l’air de manière systématique, tous les 12 m2. Chaque module de 12 m2 dispose de 6 ml de paillasse humide (comprises dans la prestation), équipée d’un ordinateur, d’un évier, de matériels de paillasse, d’espace libre pour des techniques manuelles et d’un bloc réfrigérateur/congélateur.

Poste technicien de biologie comprenant 1 hotte PSM, un automate de paillasse, 6 ml de paillasse au total.
3m

Poste type cytologie

3m

Ordinateur

Manipulations sur paillasse
1,5 m

Évier
0,75 m Préparation de lames

Automate de coloration
1,5 m

Évier
0,75 m Préparation de lames

Ordinateur de contrôle automate
3m

PSM

4m

4m

Automate Poste de commande

Réfrigérateur Congélateur

.

Ordinateur

Ordinateur

1,2 m 1m

Schémas de principe : variation de l’équipement d’un module de laboratoire de 12 m2.

Le nivellement du sol et les matériaux permettront la mise en œuvre de paillasses équipées d’un piétement métallique équipé de vérins de mise à niveau. La hauteur libre sous paillasse permettra l’installation de meubles à roulettes ou de bacs de récupération. Le plan de travail sera en matériaux de type résine monolithe et implanté selon des modules de 1,5 m afin de limiter les joints, d’une hauteur de 90 cm et d’une profondeur utile de 75 cm. Ces paillasses sont incluses dans les prestations. À l’arrière des paillasses, on trouvera un volume réservé aux réseaux des différents fluides distribués sur les paillasses (on peut citer l’eau osmosée, l’air comprimé et le vide en production locale, l’oxygène, l’azote, etc. Voir le détail sur la fiche technique). Ce volume sera protégé par des caches fluides fixés à l’intérieur des piétements. Au sein de chaque module, deux postes de travail sont aménagés, chacun dispose de deux prises RJ45 et de trois points d’accès courants forts (dont un secouru) équipés chacun de deux prises de 16 A + T. Ces

Polyprogramme – Programme Général

238/347

prises seront positionnées au-dessus du dosseret des paillasses. Des prises murales, situées sur les parois dégagées, permettront de brancher des équipements de nettoyage ou de stockage réfrigéré. Une prise courants forts, aisément accessible, permet d’effectuer des opérations de nettoyage. Hors prestations, les postes de sécurité microbiologique (PSM) implantés seront autonomes, avec un recyclage de l’air dans la pièce après filtrage au niveau du poste. Il s’agit de PSM de type 2 ou 3. Aucun réseau d’extraction d’air spécifique n’est donc à prévoir. Seules les hottes chimiques devront être reliées à un système d’extraction. L’éclairage artificiel par plafonniers offrira un niveau d’éclairement de 450 lux sur les paillasses et un taux d’uniformité de 85 %. Les luminaires seront choisis pour la qualité du rendu des couleurs. Leur positionnement et leur orientation seront pensés pour éviter les ombres portées, et ce quelle que soit la position des préparateurs (sachant que les PSM disposent d’un éclairage intégré). Les postes de travail seront équipés de postes de sécurité microbiologique (PSM de classe II équipés de filtres HEPA) prenant et rejetant l’air directement dans le local. Ces équipements nécessitent de ventiler efficacement les laboratoires. D’une manière générale : - les paillasses, les éviers et les raccordements techniques (électricité, air, eau…) sont inclus dans les prestations des concepteurs ; les hottes, les PSM, les Sorbonne et les armoires ventilées sont hors prestations des concepteurs (des protocoles seront envisagés avec des grands laboratoires et des constructeurs).

Centre de réception et de pré-analytique
Fonctions Le centre de réception et de préanalytique constitue le point d’accès unique des prélèvements adressés par les services de l’hôpital, par les services extérieurs à l’hôpital ou qui partent vers d’autres sites d’analyse (GHESKIO par exemple pour toute la biologie moléculaire). Les prélèvements provenant de l’hôpital sont reçus par le service de transport interne. Les prélèvements provenant d’autres sites ou hôpitaux sont livrés par coursiers. Une banque d’accueil permet de recevoir les prélèvements qui sont ensuite enregistrés, triés sur une chaîne automatisée composée d’un module de tri et de débouchage, ainsi que d’un module de pré analytique. Les agents du centre de réception placent les prélèvements sur la chaîne qui, par lecture du code à barres, oriente le prélèvement, soit vers une chaîne de pré analytique, soit vers un portoir identifié à un laboratoire spécialisé. Le module de pré analytique intègre les tâches de centrifugation 1 et d’aliquotage 11 , préalable à de nombreuses analyses. Les prélèvements issus du module de préanalytique sont triés automatiquement sur des portoirs dédiés aux laboratoires. Organisation

10 La centrifugation permet, en faisant tourner les tubes à grande vitesse, de séparer certains composés des prélèvements. 11 L’aliquotage est la séparation d’un tube primaire en plusieurs tubes secondaires, chacun étant étiqueté automatiquement.

Polyprogramme – Programme Général

239/347

Tous les locaux du centre de réception correspondent à un seul ensemble spatial. Les différentes entités venant former le centre de réception sont organisées selon une logique de « marche en avant », de la réception des prélèvements, au pré analytique et à l’envoi vers les laboratoires. Le centre de réception est un espace technique où les installations d’automates et de chaînes de convoyage seront appelées, à termes, à évoluer selon de nouvelles logiques organisationnelles et fonctionnelles. L’espace doit donc permettre une grande flexibilité d’usage. Pour cela, une géométrie simple sera privilégiée, les éléments de structure (poteaux) seront limités afin de faciliter les implantations d’équipement. Le centre de réception profite d’une lumière de premier jour. Des plafonniers apportent un éclairage d’ambiance de 250 Lux. Réception Une banque d’accueil permet de prendre en charge les prélèvements apportés par des coursiers ou des agents des services cliniques. Elle est située à l’entrée du centre de réception des prélèvements afin de faciliter son accès aux personnes venant de l’extérieur. L’espace, ouvert et intégré au centre de ressources, permet à un agent de s’asseoir à un poste de travail qui est prolongé par une banque sur laquelle les prélèvements sont déposés. L’espace d’attente attenant à la banque est confondu avec les surfaces de circulation. Un éclairage complémentaire de 300 Lux est dirigé vers le poste de travail. La banque est équipée des alimentations électriques correspondant à un espace tertiaire. 4 postes informatiques permettent d’enregistrer les prélèvements. Ils sont regroupés dans une zone d’enregistrement qui est située à proximité de la banque d’accueil et de la zone de tri afin de prendre rapidement en charge les prélèvements qui nécessitent d’être enregistrés. L’un des côtés de la zone ouvre sur les circulations générales par une banque. Les prélèvements en attente d’enregistrement y sont déposés par les agents d’accueil et de tri. Chacun des postes d’enregistrement est équipé d’un ordinateur, d’un espace pour poser les prélèvements et profite d’un éclairage complémentaire de 150 lux. La zone est équipée des alimentations électriques correspondant à un espace tertiaire avec une surdensité de distribution pour alimenter les dix postes. Les espaces de pré analytique L’espace pré-analytique est libéré au maximum de contraintes de structure (poteaux, remontées de fluides) afin : - d’implanter les différents modules de la chaîne automatisée de la manière la plus souple possible ; de permettre une flexibilité dans les équipements implantés, la chaîne pouvant être réduite ou agrandie selon les besoins et les évolutions techniques.

Les agents ont besoin d’accéder à toutes les faces des automates pour des opérations quotidiennes de maintenance et de paramétrage. La géométrie de la zone permettra ainsi de positionner la chaîne de manière centrale et d’organiser les circulations autour de celle-ci. En général, ce type de chaîne fait 4 m x 1 m. Le fonctionnement des automates est générateur de bruit (environ 65 dB). Afin de limiter toute propagation sonore sur l’ensemble du centre de réception et d’apporter un confort de travail pour les agents, les matériaux de sol et du faux plafond limiteront la propagation horizontale du son. D’autre part, les matériaux seront choisis de manière à définir une ambiance sonore mate.

Polyprogramme – Programme Général

240/347

Sur le plan technique, la zone sera équipée d’alimentations électriques ondulées selon une trame de type laboratoire. Une station d’air comprimée est nécessaire pour assurer le fonctionnement des automates de la chaîne. Celle-ci sera aménagée dans un espace adjacent, totalement fermé afin de garantir une isolation acoustique de la station. Ses cloisons assureront un abaissement acoustique de 50 dB (A). Une zone centrifugation et attenant aux automates d’aliquotage. Il abrite 3 centrifugeuses (0,75 m de diamètre), qui sont indépendantes de la chaîne. Elles sont implantées derrière une cloison partielle, pour protéger le reste du plateau d’éventuels jets de tubes (en cas d’ouverture d’une centrifugeuse en rotation) et assurer un abaissement phonique. Un stockage des contenants est intégré à la surface du laboratoire, il regroupe les différents consommables nécessaires à l’envoi des prélèvements. Des étagères de rangements de pas réglables sont fixées sur le pourtour. Les matériaux des sols et des murs sont choisis pour leur résistance aux chocs et aux poinçonnements. Près de la porte, une prise de courants forts permet de brancher des appareils de nettoyage. Plateau de biologie usuelle, d’urgence et de garde Le secteur de biologie usuelle, d’urgence et de garde, qui traite le plus grand nombre de prélèvements, intègre la chaîne de tri et de pré analytique et il est au contact des postes d’enregistrement du centre de réception. Cette co-localisation permet d’assurer la connexion entre le pré-analytique et la chaîne de biologie usuelle et une prise en charge optimale des urgences dont la réception et le traitement sont ainsi regroupés. Le secteur automatisé du plateau d’immunoanalyse, sérologie et hormonologie est également situé au contact du laboratoire de biologie usuelle car ses automates sont utilisés en période de garde. Ce regroupement permet d’identifier un seul secteur de garde, abritant l’ensemble des techniques utilisées en garde par tous les laboratoires. Les différentes entités sont organisées selon une logique de « marche en avant », allant de la biologie usuelle courante (effectuées sur automates) aux investigations complémentaires (effectuées sur automates et par des techniques manuelles d’accompagnement). Pour assurer un confort de travail optimum, l’acoustique sera traitée de manière approfondie. La fonctionnalité du laboratoire nécessitant des relations directes entre ses entités, aucune cloison totale ne pourra être implantée. En revanche, des cloisons partielles ou des déflecteurs, les matériaux des faux plafonds et des sols seront choisies pour leur qualité d’absorption acoustique et, en évitant toute propagation transversale, participeront à la définition d’un environnement acoustique peu réverbérant. Au niveau des zones les plus bruyantes, des solutions complémentaires, de type jupes, pourront être proposées. Le secteur abrite les automates de biologie et hématologie usuelle. L’activité de jour et l’activité de garde sont portées sur les mêmes automates qui sont, dans chaque secteur, dédoublés (système en miroir) afin de pouvoir disposer d’un secours en cas de défaillance. Les installations d’automates et de chaînes de convoyage devront pouvoir évoluer selon de nouvelles logiques organisationnelles et fonctionnelles. L’espace doit donc permettre une grande flexibilité d’usage. Pour cela, une géométrie simple sera privilégiée, les éléments de structure (piliers) seront évités ou intégrés au cloisonnement général afin de faciliter les implantations d’équipement. Les surfaces et les principes d’aménagement du laboratoire suivent la trame architecturale et technique des laboratoires. Cette organisation par trame permet de disposer d’arrivées en fluides évolutives, qui seront adaptables à

Polyprogramme – Programme Général

241/347

tout type d’activités de laboratoire. Si certaines installations ne nécessitent pas toutes les alimentations de la trame, les réseaux inutilisés constitueront un dispositif en réservation. En plus du pré-analytique, deux automates de biochimie, 2 automates d’hématologie (hématologie cellulaire et hémostase), ayant chacun une dimension de 4 m x 1 m sont implantés au centre de la pièce. Ils peuvent être reliés par une chaîne de convoyage des prélèvements. Pour les techniques et les opérations de maintenance, les agents de laboratoire doivent avoir accès aux quatre faces des appareils. Pour son fonctionnement, chaque automate dispose : de deux arrivées d’électricité (courant ondulé) ; d’une alimentation en eau osmosée.

Pour un automate, ce sont trois ordinateurs qui sont implantés en réseau (inclus dans les dimensions données ci-avant) : un ordinateur de commande de l’automate ; un ordinateur d’analyse ; un ordinateur de liaison.

Ces 4 automates peuvent être reliés par un système de transport automatisé des portoirs (tapis, hors prestations) connecté au module de préanalytique. À partir du module de préanalytique, les tubes peuvent ainsi être automatiquement adressés : sur un axe du tapis distribuant les automates de biochimie ; sur un second axe distribuant les automates d’hématologie.

Pour étudier l’ergonomie du secteur, il est demandé au concepteur d’étudier l’installation d’un tapis de transport automatisé : partant du secteur de tri et de pré-analytique ; distribuant un axe « biochimie-immunologie » composé de 2 automates de biochimie et de 1 automate d’immunologie (mêmes dimensions de 4 x 1 m) ; distribuant un axe « hématologie », lui-même composé : § § d’un sous-circuit « hémostase », composé et de 2 automates d’hémostase ; d’un sous-circuit « hématologie cellulaire », équipé de 2 centrifugeuses dédiées (chaque centrifugeuse 1 m2 au sol) et de 2 automates d’hématologie cellulaire. Une réserve de surface permettra d’envisager un développement futur de la chaîne. Sur le pourtour de la zone, un point d’eau et environ 5 mètres linéaires de paillasses sont implantés. Comprises dans les prestations, elles permettent d’effectuer des techniques d’accompagnement et d’expertiser des automates mis à disposition par des industriels. Dans la salle des chaînes de biologie usuelle, une paillasse de coloration (6 mètres linéaires, avec un point d’eau, compris dans les prestations) correspond à un espace dédié aux techniques d’hématologie cellulaire. La paillasse est donc attenante aux automates de la discipline. Ce laboratoire permet aux techniciens d’effectuer des colorations de lames. L’espace est en continuité avec le secteur des automates afin de favoriser une évolution dans les techniques. Il doit être possible d’automatiser les colorations en plaçant le nouveau module en bout de chaîne des automates de coagulation. Le laboratoire suit les principes d’aménagement de la trame architecturale et technique. Il est équipé : de 6 ml de paillasse ; des appareils de colorations placés sur les paillasses ;

Polyprogramme – Programme Général

242/347

-

d’un espace pour des techniques manuelles ; d’un point d’eau ; d’un réfrigérateur pour les produits de coloration.

Une paillasse spécifique est prévue pour la gazométrie, 2 automates, dont les analyses doivent être réalisées rapidement (résultats rendus en 3 minutes). Ce secteur est ainsi situé à immédiate proximité du centre de réception. Le secteur correspond à un module de la trame architecturale et technique. Il est équipé : - de 6 ml de paillasse ; - d’un point d’eau ; - d’un réfrigérateur. Son aménagement est conforme à la description d’un module de la trame. Un laboratoire de garde de bactériologie est identifié dans un espace isolé par des cloisons vitrées sur allège. Il s’agit d’une antenne déportée du laboratoire de microbiologie qui permet d’intégrer les techniques de bactériologie au secteur de garde. Des ensemencements ou des lectures directes pour des ponctions lombaires sont ainsi pratiqués en période de garde. Les prélèvements sont apportés au laboratoire de microbiologie à chaque fin de garde. L’aménagement est celui de la trame architecturale et technique des laboratoires. Le local est équipé : de 6 ml. de paillasse ; d’un PSM ; d’un point d’eau ; d’une étuve ; d’un réfrigérateur.

Le laboratoire de lecture des lames correspond à une zone isolée, éclairée en premier ou second jour, où 2 techniciens et biologistes effectuent des lectures de lame par microscope. Afin d’assurer une flexibilité d’usage, le laboratoire dispose en réservation de toutes les arrivées en fluide de la trame architecturale et technique d’un laboratoire. Le laboratoire dispose de 12 ml de paillasses permettant d’aménager 2 postes d’interprétation dont 1 station image (microscope à plusieurs têtes, connecté au réseau). Chaque poste est équipé d’un microscope, d’un ordinateur et d’une lampe individuelle. Des plafonniers assurent un éclairage d’ambiance de 300 Lux, il est complété par des lampes individuelles. Il est étudié de manière à apporter aucune zone d’ombre sur les postes d’interprétation afin de faciliter la lecture au microscope. Les alimentations en fluides et les matériaux sont de type laboratoire. Le responsable de la gestion technique du plateau dispose d’un bureau individuel. Les locaux support permettent de stocker, les réactifs et les consommables. L’organisation des réserves est la suivante : - des réactifs, qui sont conservés dans une chambre froide à + 4 °C ; des réactifs, qui sont conservés dans 4 congélateurs à – 20 °C qui sont placées dans une pièce climatisée dédiée ; les consommables, qui sont conservés à température ambiante, dans une réserve classique équipée d’étagères, réglables en hauteur, fixées au sol et aux murs (25 ml).

Polyprogramme – Programme Général

243/347

Les portes de chaque réserve ont une largeur de 1,2 m et une absence de barre de seuil (sauf pour la chambre froide) afin de permettre le passage de chariots. Une chambre de garde, avec douche, est réservée au biologiste de garde. Elle bénéficie d’un poste téléphonique. L’éclairage général est complété par un éclairage de tête de lit pour la lecture. La distribution des courants faibles prévoit une couverture WiFi et une prise d’antenne de télévision. La salle de douche est équipée d’un lavabo et d’une cabine de douche. Le sol et les murs de cet espace sont recouverts toute hauteur d’un revêtement hydrofuge. Plateau d’immuno-analyses Toutes les activités d’immunologie, n’utilisant par de marqueurs radioactifs, sont regroupées dans un secteur. Il prend en charge des analyses usuelles sur automates et des analyses spécialisées, de seconde investigation, par des techniques manuelles. Ce secteur est complété par l’installation des automates de sérologie qui sont utilisés par tous les laboratoires. Les analyses avec radio-marqueurs ne sont pas réalisées à l’HUEH. L’automate d’homono-sérologie, doit pouvoir être positionné en îlot (en dehors du système d’acheminement automatisé des tubes du plateau de biologie usuelle ou être connecté à une chaîne d’acheminement automatisé. Le secteur est ainsi ouvert sur le laboratoire de biologie usuelle et de garde pour laisser une grande évolutivité dans l’implantation des automates (connectés ou non). Le secteur d’immunochimie suit les mêmes principes d’aménagement que le secteur des automates de biochimie. En complément des automates, un laboratoire non-cloisonné abrite les analyses manuelles. Le volume est directement attenant aux automates d’hormono-sérologie, il est fermé par des cloisons partiellement vitrées. Il suit les principes d’organisation type des laboratoires tels que décrits précédemment.

Biochimie-Toxicologie spécialisée
Le laboratoire de biochimie et toxicologie regroupe des espaces où sont effectuées des analyses spécialisées, souvent complémentaires des analyses effectuées sur le plateau de biologie usuelle, d’urgence et de garde. Il regroupe également les bureaux des biologistes et d’encadrement de la spécialité. Le laboratoire est ainsi situé au contact du plateau de biologie usuelle, d’urgence et de garde afin d’identifier une unité de lieu aux techniciens et biologistes de la spécialité. Les laboratoires spécialisés suivent les principes techniques et architecturaux types des laboratoires décrits en tête de chapitre. Un espace tertiaire complète ce dispositif et offre aux biologistes la possibilité de travailler sur des analyses médicales des analyses. Il sera éclairé naturellement en premier jour ou second jour. Il disposera de deux équipements bureautiques. Des consommables sont stockés dans une réserve équipée d’étagères fixées. La réserve est alimentée depuis la réserve commune des laboratoires.

Polyprogramme – Programme Général

244/347

Une chambre froide (+4 °C) abrite les réactifs. Elle suit les principes techniques de la chambre froide précédemment décrite.

Hématologie spécialisée
Le laboratoire d’Hématologie biologique regroupe des laboratoires où sont effectuées des analyses spécialisées, souvent complémentaires des analyses effectuées sur le plateau de biologie usuelle, d’urgence et de garde. Il regroupe également les bureaux des biologistes et d’encadrement de la spécialité. Le laboratoire est ainsi situé au contact du plateau de biologie usuelle, d’urgence et de garde afin d’identifier une unité de lieu aux techniciens et biologistes de la spécialité. Le laboratoire d’Hématologie biologique effectue des analyses usuelles, des analyses spécialisées : - en hémostase, où sont effectuées des analyses automatisées liées à la coagulation du sang et des tests spécialisés selon des techniques ELISA sur plaques ou d’agrégométrie sur plaquettes ; - en cytologie, où sont effectuées des numérations par automates et des études cellulaires par étalement et lecture de lames. Des études de fonctionnement de la moelle osseuse sont également effectuées ; - des investigations complémentaires sont menées par extraction d’ADN et selon des techniques de biologie moléculaire. Les laboratoires spécialisés suivent les principes techniques et architecturaux types des laboratoires décrits en tête de chapitre. Un espace tertiaire complète ce dispositif et offre aux biologistes la possibilité de travailler sur des analyses médicales des analyses. Il sera éclairé naturellement en premier jour ou second jour. Il disposera de deux équipements bureautiques. Des consommables sont stockés dans une réserve équipée d’étagères fixées. La réserve est alimentée depuis la réserve commune des laboratoires. Une chambre froide (+4 °C) abrite les réactifs. Elle suit les principes techniques de la chambre froide précédemment décrite.

Microbiologie
Le laboratoire de Microbiologie comprend des techniques de cultures et d’analyse des bactéries à la paillasse. Le laboratoire de Microbiologie effectue de manière usuelle des cultures et des recherches d’antibiotiques pour les différents secteurs hospitaliers de l’hôpital qui sont effectuées selon des techniques manuelles très consommatrices en petits matériels de laboratoire. D’autre part, le service de microbiologie abrite le laboratoire d’hygiène hospitalière. Deux secteurs de cultures sont aménagés selon des principes similaires. Ils correspondent à des laboratoires fermés, éclairés en premier jour. Chaque laboratoire est équipé : - de 6 ml de paillasses ; - d’un évier ; - d’un réfrigérateur/congélateur ;

Polyprogramme – Programme Général

245/347

-

d’une étuve de culture.

Cet équipement permet d’aménager 2 postes de cultures qui sont chacun équipé d’un PSM et de 1, 5 ml de paillasse. Au-dessus de la paillasse, une petite étagère permet de ranger le matériel de culture. réparties sur les paillasses afin d’identifier 4 postes de culture. ; La surface de chaque secteur est complétée par un poste de validation et de lecture d’antibiogramme (commun aux 2 secteurs) qui est intégré au sein du laboratoire. Il est primordial que les biologistes en validation aient un contact direct avec les techniciens. Le poste de validation suit les mêmes performances et principes d’aménagement que ceux des postes précédemment décrits. Un automate de lecture des antibiogrammes est posé sur une paillasse. Les techniciens du laboratoire d’Hygiène hospitalière dépendent de l’administration générale de l’hôpital et pas du laboratoire de Microbiologie. Ils y sont hébergés car les techniques et les locaux nécessaires sont similaires à ceux de bactériologie décrits précédemment. Le laboratoire est équipé : - de 6 ml de paillasses ; - d’un évier ; - d’un PSM ; - d’un réfrigérateur/congélateur. Deux autres laboratoires sont dédiés à la parasitologie et à la bactériologie alimentaire. Suivant les principes communs d’aménagement des laboratoires, ils sont chacun équipés : - de 6 ml de paillasses ; - d’un évier ; - d’un PSM ; - d’un réfrigérateur/congélateur. Un espace tertiaire complète ce dispositif et offre aux biologistes la possibilité de travailler sur des analyses médicales des analyses. Il sera éclairé naturellement en premier jour ou second jour. Il disposera de deux équipements bureautiques. Des consommables sont stockés dans une réserve équipée d’étagères fixées. La réserve est alimentée depuis la réserve commune des laboratoires. Une chambre froide (+4 °C) abrite les réactifs. Elle suit les principes techniques de la chambre froide précédemment décrite. Administration de la biologie médicale L’administration regroupe les bureaux du service ainsi que la salle de réunion commune. Il s’agit ainsi uniquement d’espaces tertiaires, répondant à des prestations techniques similaires aux autres bureaux de l’hôpital. Locaux du personnel Les locaux suivent les principes communs de l’hôpital. La surface des vestiaires est divisée en 4 pièces (attribution variable entre hommes et femmes), chacune constituée d’une zone casier et d’une zone douche. On trouve 1 douche pour 7 casiers et 1 lavabo pour 5 casiers. Les casiers pour les effets personnels sont positionnés au niveau de la réception du laboratoire.

Polyprogramme – Programme Général

246/347

Anatomie pathologie
Organisation générale
Discipline mixte, médico-technique, l’Anatomie-Pathologique est une discipline sans automates de haut débit qui développe des techniques spécialisées à façon. Le laboratoire reçoit certains prélèvements (appelés extemporanés) depuis le bloc opératoire ; ces prélèvements sont examinés immédiatement afin d’ajuster le geste chirurgical en cours. Son accès doit ainsi être clairement identifié et la liaison automatisée de la réception commune vers la réception du laboratoire efficace. Le service développe des techniques de biologie moléculaire commune avec la biochimie-génétique et des techniques morphologiques communes avec l’Hématologie, d’où la nécessité d’une proximité (verticale ou horizontale) du laboratoire avec ces deux structures. Le laboratoire d’anatomie pathologique reçoit des prélèvements tissulaires provenant des blocs opératoires et des différents services cliniques de l’hôpital mais également d’autres hôpitaux haïtiens pour des analyses spécialisées. Le service reçoit des pièces anatomiques : - dont les dimensions et le conditionnement imposent souvent un transport par coursier ; dont l’analyse détermine le déroulement d’une opération au bloc, ce sont des extemporanés, qui sont adressés du bloc vers la réception de l’anatomiepathologique.

L’activité usuelle consiste en la lecture microscopique de lames. Les réalisations des lames s’effectuent par une suite de gestes techniques : macroscopie, préparation de cassettes puis de blocs de paraffine, réalisation de coupes au microtome qui sont colorées puis montées en lames. Les techniques de macroscopie et d’immuno-histochimie impliquent l’utilisation de fixateurs de type formol, ce qui nécessite la conduite de manipulations sur des tables ventilées équipées des gaines dédiées placées en faux plafond. Le laboratoire est situé au premier niveau, les installations techniques pourront être positionnées sur le toit terrasse. La conservation des prélèvements et les techniques effectuées imposent une consommation importante de formol et alcools. Les pièces d’analyses correspondent ainsi à des espaces techniques particuliers, ventilés avec des systèmes de recueil des effluents dédiés. - colorations spéciales ; - techniques de cytologie ; - macroscopies et coupes ; - techniques de biologie moléculaire pour des caractérisations plus spécifiques, effectuées sur le plateau commun de la biologie.

Polyprogramme – Programme Général

247/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

248/347

Tableau de surfaces
Anatomie pathologie
229 229 Réception des prélèvements Banque, bureau d'enregistrement 1 12 12 Stockage prélèvements en attente d'analyse (T° ambiante, ventilé) 1 3 3 Extemporanés, macroscopie, réalisation des lames Traitement des extemporanés Laboratoire extemporanés (1 cryostat, 2 armoires ventilées 1 12 12 Macroscopie 2 postes en paillasse, 2 tables ventilées=4 postes, de préparation des pièces anatomiques, système de recueil des liquides toxiques, 2 armoires ventilées 1 24 24 Déshydratation, inclusion, coupe et coloration 1 automates déshydratation, 1 automates d'inclusion 1 12 12 Coupes ( microtomes) 1 12 12 Colorations (1 automates, paillasse manuelle, étuve, séchage, poste de montage des lames) 1 12 12 Techniques spécialisées Immuno-histochimie Préparations, automate d'immunologie et validation 1 12 12 Dermato-pathologie Laboratoire 1 12 12 Cytologie Techniques manuelles, 1 PSM et validation 1 12 12 Locaux supports Stockage et réserves 1 12 12 Solvants (100 l, pièce ventilée) 1 5 5 Alcools (100 l, pièce ventilée) 1 5 5 Administration Chef de service 1 12 12 Secrétariat 1 12 12 Praticien 1 16 16 Cadre 1 12 12 Locaux du personnel Salle de détente 1 12 12 Vestiaire 1 15 15 Linge propre 1 3 3 Sanitaire 1 2 2

Polyprogramme – Programme Général

249/347

Description détaillée des locaux
La prise en charge des prélèvements est effectuée en 4 temps : - la réception, le tri et l’étiquetage des prélèvements ; - les analyses macroscopiques, la préparation des prélèvements (coupes) et le traitement des extemporanés à effectuer en urgence par coupe à froid ; - la préparation des cassettes et la réalisation des lames ; - les techniques complémentaires. Une « marche en avant des prélèvements » est ainsi identifiée entre la réception et l’enregistrement, l’analyse macroscopique et le traitement des extemporanés, la préparation des cassettes et enfin les techniques complémentaires.

Réception des prélèvements
Une banque d’arrivée des prélèvements et de tri marque l’entrée dans le laboratoire et la limite d’accès des coursiers. Cet espace de réception intègre les surface du poste d’enregistrement et du passeplat de conservation des pièces reçues. L’espace ainsi composé communique directement avec le laboratoire d’analyses macroscopiques et de traitement des extemporanés. La pièce de réception est en relation avec la salle de macroscopie par un passe-plat réfrigéré et ventilé, dans lequel les prélèvements en attente d’analyse peuvent être stockés. Après enregistrement, le prélèvement est rangé dans le passe-plat par le personnel de réception. Les techniciens viennent les chercher depuis la salle de macroscopie pour commencer le travail macroscopique et de sélection des prélèvements. Un espace de stockage est attenant et ouvert sur la réception. Il abrite deux armoires ventilées, à température ambiante, dans lesquelles sont placés les prélèvements en attente de traitement. Les prélèvements tissulaires étant conservés dans des bains de formol, il est indispensable que le circuit de ventilation des armoires soit dédié. (armoires hors prestations mais système de raccordement à la ventilation inclus dans les prestations).

Extemporanés, macroscopie, réalisation des lames
Le plateau technique regroupe l’ensemble des différents laboratoires de traitement et d’analyse des prélèvements. Il est au contact de la réception. Les prélèvements y sont sortis de leur contenant, examinés, photographiés, puis les lésions repérées font l’objet d’étalements cytologiques, de congélation pour partie. Une zone de laboratoire est dédiée au traitement des extemporanés, traitement rapide effectué par des coupes à froid sur un appareil par cryostat. Le laboratoire intègre 4 mètres linéaires de paillasse et des armoires ventilées de conservation des pièces anatomiques. Le secteur de macroscopie constitue un laboratoire intégrant 2 postes d’analyses macroscopiques, et des paillasses de préparation des cassettes (positionnement des prélèvements sur des cassettes avant leur inclusion en paraffine).

Polyprogramme – Programme Général

250/347

L’ensemble de ces manipulations sont effectuées sur des tables en inox à aspiration basse et frontale12 pour éviter les émanations de formol ou de son éventuel substitut13. Un système d’aspiration d’air est ainsi à prévoir. pour éviter les émanations de formol. Un système d’aspiration d’air est ainsi à prévoir. Deux tables, soit 4 postes (hors programme) seront installées. Chaque table nécessite : un raccordement pour son système d’aspiration d’air ; un raccordement pour un système de recueil local des produits fixateurs (formols) ; un raccordement informatique pour un système de prise de vue numérique avec écran, clavier (protégé par une pellicule plastique) et une souris, relié au logiciel métier pour intégrer l’image de la liaison au dossier patient.

Le circuit d'évacuation de l'eau de rinçage des tables de macroscopie sera bien individualisé, dans l'éventualité d'un renforcement des contraintes réglementaires.14 Un point d’eau avec rince œil est aménagé à proximité des deux tables. On trouve également 4 ml de paillasse avec : - une paillasse de réalisation des cassettes ; - un poste informatique ; - un évier ; - un système de recueil des liquides au sein de bidons. Une attention particulière sera apportée à l’éclairage naturel et artificiel. En effet, l’observation à l’œil nu et au microscope nécessite de très bonnes conditions de luminosité. Des plafonniers assurent un éclairage d’ambiance de 500 Lux. Il est étudié de manière à apporter aucune zone d’ombre sur les postes de macroscopie afin de faciliter la lecture au microscope. Des lampes individuelles orientables de 1 000 Lux, placées au-dessus des tables de macroscopie apportent un éclairage complémentaire. Une salle d'automates communique avec le laboratoire de macroscopie. Les tissus ont été prélevés en macroscopie et fixés dans du formol. Ces tissus sont déshydratés dans des automates avant d’être inclus en paraffine pour constituer des « blocs ». Il s'agit d'une salle ventilée, comportant plusieurs hottes sous lesquelles sont placés les automates dévolus à la déshydratation imprégnation et aux colorations. Une autre hotte ventilée est disposée sur une paillasse pour le séchage des lames. Cette salle intègre : - 2 automates de déshydratation imprégnation ; - 1 automate de coloration ; - une colleuse de lamelles ; - 12 ml de paillasses sur le pourtour de la pièce sur lesquelles est posée une paillasse centrale mobile pour poser les cassettes en cours de traitement ; - un évier ; - une armoire à solvants (hors prestations) équipée d’une extraction spécifique (extraction comprise dans les prestations).

12 13

L'aspiration basse est maintenant considérée comme insuffisante, et doit être associée à une aspiration frontale. En effet, en 2014, le formol sera peut-être remplacé par un substitut, moins toxique mais volatile justifiant le maintient de tous les . À ce jour, il n'y a aucune prescription concernant l'évacuation de l'eau courante servant au rinçage des pièces opératoires, fixées

postes sous aspiration.
14

ou non fixées. Compte tenu des exigences croissantes en termes de risque chimique et biologique, il n'est pas exclu qu'à terme les exigences dictées pour effluents les salles d'autopsie le soient aussi pour les effluents des salles de macroscopie. En l'absence de prescription, il n'y a pas lieu aujourd'hui d'installer un bac à décantation-inactivation. Néanmoins, la prudence nous amène à prévoir un circuit d'évacuation bien individualisé pour la salle de macroscopie, qui permettrait ultérieurement, en cas d'obligation, d'interposer un bac à décantation-inactivation.

Polyprogramme – Programme Général

251/347

Techniques spécialisées
Les 3 techniques spécialisées (immuno-histochimie, dermato-pathologie, cytologie) sont réalisées au sein de 3 laboratoires identiques qui suivent les principes techniques et architecturaux types des laboratoires décrits ci-avant en biologie médicale.

Locaux supports
Des consommables sont stockés dans une réserve équipée d’étagères fixées. La réserve est alimentée depuis la réserve commune des laboratoires. Deux pièces regroupent chacune 3 armoires à solvants et à alcool (1 m x 0,5) ventilées sur un réseau dédié.

Administration
L’espace tertiaire regroupe l’ensemble des bureaux des médecins et du personnel d’encadrement. Il est à noter que les médecins interprètent les lames dans leur bureau. Chaque poste est ainsi équipé d’une station de travail classique et d’un microscope connecté à l’ordinateur. Les locaux répondent à des prestations techniques similaires aux autres bureaux de l’hôpital.

Locaux du personnel
Les locaux suivent les principes communs de l’hôpital. Une salle de détente pour le personnel se compose de 6 places assises dans des canapés et des fauteuils. On y trouve différentes revues, journaux, plaquettes d’informations. Au centre, des tables basses permettent de consulter certains dossiers avec d’autres collègues. Un espace d’information est placé bien en vue. Un tableau blanc est fixé au mur. Les agents, les biologistes ou l’administration y inscrivent des informations à communiquer. Un tableau d’affichage est placé à proximité de ce tableau blanc. Une kitchenette, équipée d’un évier, d’un four à micro-onde et d’un réfrigérateur est aménagée. Le matériau de sol participe à la description d’une ambiance chaleureuse. Les vestiaires peuvent être regroupés avec ceux de la biologie médicale

Polyprogramme – Programme Général

252/347

Banque du sang
Organisation générale
La banque assure des activités : de distribution de produits sanguins labiles ; d’analyse des prélèvements sanguins pour des analyses immuno-hématologiques afin de s’assurer de la compatibilité entre un donneur et un receveur ; de dons de produits sanguins.

Les activités de distribution et d’analyses sont installées dans le secteur médico-technique, à proximité de la biologie médicale. Les espaces ne sont pas ouverts au public et aux patients. L’activité de don est installée à proximité du hall de l’hôpital pour encourager les visiteurs. Il s’agit donc de deux secteurs spatialement différenciés. L’activité du dépôt de sang et du laboratoire induit l’accueil de nombreux coursiers. Dans ce cadre, il a été proposé de positionner la banque à proximité de la réception générale des laboratoires afin de limiter les déplacements du public extérieur au sein du bâtiment.

Polyprogramme – Programme Général

253/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

254/347

Tableau de surfaces
Banque du sang
Distribution et Laboratoire d'immuno-hématologie Accès personnes extérieures Sas d'accès 1 3 3 Distribution Banque de distribution, passe-plat, paillasse de décongélation, réfrigérateur1 15 15 Conservation (plasmas : 3 congélateurs -35°C, globules : 3 refr., agitateur plaquette, 2 équipements secours) 1 12 12 Laboratoire 1 poste enregistrement, pneu., 1 automates, 1 postes manuels, validation 1 12 12 Logistique Circuit propre Stockage réactifs et consommables en cours (2 réfrigérateurs, 2 cong. + 20 1 d'étagères) ml 5 5 Linge propre 1 3 3 Circuit sale Déchets et linge sale 1 5 5 Ménage 1 4 4 PC médical et locaux du personnel Responsable de site (labo et dons) 1 12 12 Vestiaire/douches 1 4 4 Sanitaire 1 2 2 Dons de produits sanguins Accès, Accueil, préparation du don Accueil et attente 1 12 12 Sanitaire donneurs 2 2 4 Salle de dons et locaux de proximité Fauteuils de dons 1 18 18 Poste de soins 1 10 10 Poste urgence 1 4 4 Stockage des produits de collecte (2 réfrigérateurs, 1 cong. + agitateur) 1 6 6 Restauration Salle de restauration (2 places) et office 1 12 12 Locaux support Circuit propre Réserve 1 5 5 Fûts déchets propres 1 3 3 Circuit sale Local ménage 1 4 4 Utilités sales (linge et déchets) 1 4 4 PC médical et locaux du personnel Médecin 1 12 12 Vestiaire 1 8 8 Sanitaire 1 2 2 181

181

Polyprogramme – Programme Général

255/347

Description détaillée des locaux
Distribution et laboratoire d’immuno-hématologie
Distribution des produits sanguins La distribution est un secteur identifié dans la banque. Il est accessible par un sas d’entrée. Cet espace correspond au seul lieu accessible au public dans le laboratoire. Il communique avec le laboratoire par une banque divisée en deux parties : l’une dédiée à la distribution des produits sanguins ; l’autre dédiée au dépôt des prélèvements à analyser.

La banque de distribution communique avec le sas et la pièce de conservation des produits sanguins. Son aménagement respecte les principes techniques et architecturaux de la trame laboratoire. On y trouve : deux postes de travail tertiaire chacun équipé d’un ordinateur ; un poste de tri et de traitement des produits sanguins ; un automate de transformation (décongélation de plasmas) intégrant un lavabo inclus dans une paillasse.

Un dépôt de conservation des produits sanguins est attenant à ce laboratoire. Il s’agit d’un espace climatisé qui abrite : 3 réfrigérateurs à +4 °C qui abritent les poches de sang ; 3 congélateurs à – 20 °C qui abritent les sérums ;

- un agitateur à plaquette (enceinte 22 °C ±2 °C). Le local est équipé d’un lavabo intégré dans une paillasse.

Le laboratoire permet à 2 techniciens de manipuler simultanément. Il suit les principes techniques et architecturaux de la trame des laboratoires. Il est équipé : de 6 ml de paillasses ; d’un automate posé sur une paillasse et de ses deux ordinateurs de commande et de traitement des résultats ; d’un évier ; d’une centrifugeuse ; d’un réfrigérateur/congélateur.

Des locaux de stockage de proximité sont attenants au laboratoire, à proximité des pièces de techniques. Ils suivent les mêmes principes d’aménagement que les locaux décrits dans le cadre de la biologie médicale. Des locaux complémentaires sont programmés pour la gestion des déchets, le ménage, le stockage du linge qui sont administrativement spécifiques à la banque. Le « PC Médical » comprend le bureau du responsable. Les autres locaux du personnel (vestiaires et sanitaires) suivent les orientations architecturales et techniques décrites pour la biologie médicale.

Polyprogramme – Programme Général

256/347

Dons de produits sanguins
Les locaux de dons reçoivent des personnes volontaires pour donner leur sang. Le secteur est ainsi localisé sur une circulation générale du public de l’hôpital, de préférence à côté du Hall pour favoriser le don de sang. Le circuit des donneurs doit suivre une logique progressive : pour la prise en charge amont, allant de l’accueil à la consultation avant le don ; - pour le don ; - pour le repos après le don et la sortie. Les locaux permettent de respecter ce circuit sans que les donneurs n’aient à retourner en arrière. Le respect de cette marche en avant permet également une bonne fluidité de prise en charge. Accès, accueil, préparation du don L’entrée du secteur s’effectue par un accueil constitué d’un poste de travail. À l’avant de poste on trouve 4 places d’attente. C’est le lieu propice à la communication et à la prévention. Les actions de soins et les vies sauvées grâce au don du sang sont mises en avant sur les panneaux accrochés par des cimaises ou des vidéos diffusés sur un téléviseur (connexion et support inclus dans les prestations, téléviseur hors prestations). Le poste de travail a une vue sur le hall général par un comptoir. Il bénéficie d‘une lumière naturelle directe. Son équipement est similaire aux postes tertiaires décrits ci-avant. À l‘arrière du poste de travail, un secteur partiellement cloisonné regroupe une imprimante connectée au réseau et 10 mètres linéaires d’étagères pour le rangement des dossiers en cours de donneurs.

Deux sanitaires, homme et femme, accessibles aux personnes à mobilité réduite, complètent le dispositif. Ils respectent les principes des sanitaires préalablement décrits. Salle de dons Le salon de dons est une vaste salle intégrant 4 fauteuils de dons, organisés autour d’un poste de soins. Les donneurs sont installés à un poste. Le salon se compose de 3 postes de don de sang total et 1 poste de don de plaquettes. Chaque poste intègre (hors prestations) un fauteuil inclinable spécifique au don (fauteuil type prélèvement) ; une machine de recueil du sang total, ou une machine de tri des plaquettes pour le poste polyvalent. D’un point de vue technique, chaque poste est munie de 3 prises courants forts et d’une prise courants faibles (pour la connexion éventuelle d’un écran connecté à internet). Les fauteuils sont installés de manière à ce que les patients puissent bénéficier d’une vue vers l’extérieur, sans tourner le dos au poste de soins. L’acte de prélèvement de sang total prend environ 15 minutes. L’acte de prélèvement de plaquettes prend environ 45 minutes à une heure. Le poste de prélèvements de plaquettes est ainsi équipé d’un écran (équipement hors prestation mais connectique incluse) pour projeter des films que les donneurs écoutent au casque. -

Polyprogramme – Programme Général

257/347

Les matériaux utilisés sont compatibles avec une bonne asepsie (sol thermoplastique, remontant sur les plinthes) mais par les couleurs, la lumière et l’architecture définissent une ambiance rassurante, calme et agréable pour les donneurs. Il sera ainsi privilégié : les vues vers l’extérieur, la lumière naturelle, des couleurs rassurantes. D’une surface d’environ 10 m2, un poste de soins assure une vue sur tous les postes donneurs. C’est ici que l’on prépare les poches de don, que l’on nettoie les instruments et que sont effectuées certaines analyses de numération (définition des groupes sanguins) sur un automate. Le poste est équipé de dizaine de mètres linéaires de paillasses (incluses dans les prestations) définissant deux secteurs : un secteur propre pour la préparation des dons et la réalisation des numérations ; un secteur sale, équipé d’un point d’eau, pour le traitement des dispositifs issus d’un don. Un secteur spécifique regroupe les caisses de collecte des poches de sang. Une cloison isole un poste d’urgence utilisé en cas de malaise. Un lit d’hospitalisation et un bandeau de distribution des fluides médicaux (1 point oxygène, 2 points de vide médical, 4 prises courants forts dont 2 ondulées, 1 prise courants faibles pour le système d’appel). L’aménagement des lieux permet une vue directe du poste de soin vers le lit. Restauration Suite au don, les donneurs se rendent dans un restaurant pour une collation et une surveillance après le don. La salle de restauration intègre un office équipé d’une paillasse d’environ 1,5 mètre linéaire (inclus dans les prestations). Derrière le comptoir, l’Office sera équipé d’un double évier, d’une paillasse d’environ 3 mètres linéaires et surtout d’un linéaire de mur libre équipé de prises pour les enceintes de remise en température. Il est probable en effet que les collations soient livrées en liaison froide et remis en température sur place. En plus de la paillasse, 2 places assises sont organisées autour d’une table de salle à manger. Les couleurs, la lumière naturelle et l’architecture sont propices à la détente. -

Locaux supports
La réserve est prévue pour les kits de dons, les produits mis en quarantaine, les produits hôteliers et les fûts de déchets et réactifs conservés à température ambiante sont placés sur des étagères fixées. La réserve est composée de deux secteurs : l’un pour les produits propres, décartonnés : kits de don, les produits hôteliers, fûts pour les déchets (20 mètres linéaires de rayonnage + espace libre) ; l’autre pour les produits mis en quarantaine pour contrôle éventuel (après un don).

La porte de chaque réserve est large (environ 1,2 m) et sans seuil pour permettre des livraisons par des chariots. Une réserve est dédiée aux fûts à déchets propres (stockés avant usages). Des locaux de gestion des utilisés sales sont positionnés entre le poste de soins et l’accès logistique.

Polyprogramme – Programme Général

258/347

Les locaux comprennent un local de regroupement des déchets et linges sales (utilités sales) et un local ménage. Ces locaux suivent les mêmes principes d’aménagement que les locaux décrits dans le cadre de la biologie médicale.

PC Médical et locaux du personnel
Le « PC Médical » regroupe un bureau double pour les médecins et les locaux du personnel (détente, vestiaires, linge propre et sanitaire). Ces locaux sont dédiés au secteur don et ne peuvent être mutualisés avec d’autres locaux similaires de l’hôpital. Ils suivent les mêmes principes d’aménagement que ceux décris dans le cadre de la biologie médicale et des autres locaux de l’hôpital.

Polyprogramme – Programme Général

259/347

Moyens communs laboratoires
Les réserves principales, les salles de réunion, la laverie, la conservation des prélèvements et la gestion des déchets constituent des locaux communs aux 3 services.

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

260/347

Tableau de surfaces
Moyens communs laboratoires
Moyens commun Biologie médicale, Anatomie-Pathologique et EFS Salle de réunion (15 places) Logistique commune Laboratoire et Anatomie-Pathologique Laverie Laverie mutualisée Laverie microbiologie Réserve verrerie Stockage Consommables et réactifs T°C ambiante (120 ml) Réactifs +4°C (6 m2 par laboratoire) Réactifs -20°C (5 congélateurs) Acides bases (4 armoires) Produits inflammables (4 armoires) Biothèque Laboratoire de préparation Accès contrôle stockage froid Stockage -80°C (5 congélateurs) Stockage -20°C (5 congélateurs) Lames Anatomie-path. (20 ans, 200 meubles denses, 2,8 M. de lames) Blocs Anatomie-path. (20 ans, 1000 boîtes en meubles denses) Archives Archives denses Déchets Cuve de traitement des effluents Déchets chimiques et biologiques (3 bacs) Déchets ménagers (3 bacs) Déchets liquides (3 cuves) Déchets solides 1 30 30 280

280

1 1 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

12 12 3 20 15 10 4 4 12 5 10 10 20 20 20 10 12 12 12 12

12 12 3 20 30 10 4 4 12 5 10 10 20 20 20 10 12 12 12 12

Polyprogramme – Programme Général

261/347

Description détaillée des locaux
Moyens communs
Une salle de réunion est aménagée. Il s’agit d’un local aveugle ou éclairée naturellement, au sein duquel 15 personnes peuvent s’asseoir autour d’une table et de 30 à 35 personnes en formation conférence. Ces salles offrent un excellent confort sur le plan acoustique (TR 0,8 ± 0,2 s et 45 dB (A) d’isolation phonique par rapport aux locaux voisins et aux circulations), du traitement de l’air (renouvellement d’un volume en 3 heures) et de l’éclairage artificiel qui sera choisi pour son bon indice de rendu des couleurs et son uniformité. Par ailleurs, l’éclairage artificiel pourra être modulé en fonction des besoins de projection et de la qualité des supports. L’équipement technique des salles doit permettre de projeter une présentation ou un diaporama numérique depuis un ordinateur portable. On prévoira de plus des connexions pour effectuer des séances de visioconférence. L’équipement comprend donc : - un écran rétractable dans le faux plafond ; - un système d’occultation motorisé. Les commandes des systèmes techniques sont centralisées à proximité du poste de l’intervenant. L’alimentation électrique est de type tertiaire.

Logistique commune
Laverie Deux laveries sont programmées afin d’en dédier une à la microbiologie qui manipule des prélèvements avec des risques contaminants. Chaque laverie correspond à un local de type logistique Les appareils de nettoyage présents dans la laverie seront alimentés en eau osmosée et en eau purifiée. La laverie est équipée d’une paillasse sur laquelle est intégré un évier et qui supporte les appareils de lavage. Les matériaux permettent une bonne asepsie. Le sol et les murs sont couverts d’un revêtement hydrofuge toute hauteur et munis de plinthes à gorge. Le nettoyage est effectué à grandes eaux à point d’eau avec robinet fileté et un siphon de sol. Attenant à la laverie mutualisée, une réserve permet de conserver la verrerie propre. La salle est un espace logistique. Elle est équipée d’étagères murales fixées et ajourées pour favoriser le séchage de la verrerie. Les revêtements sont lisses et de types antibactériens et résisteront à des lavages répétés. Une prise courants forts, située près de la porte, permet des opérations de nettoyage. Stockage Les consommables et réactifs conservés à température ambiante sont placés sur des étagères fixées (120 mètres linéaires de rayonnage). Des plafonniers diffusent une lumière de 150 Lux. L’alimentation électrique est conforme à un local de logistique. La porte est large (environ 1,2 m) et sans seuil pour permettre des livraisons par des chariots. Certains réactifs sont conservés au froid dans 2 chambres froides à +4 °C, qui sont chacune refroidies par un compresseur spécifique, de manière à disposer en permanence d’un lieu de conservation, même en cas de panne d’un compresseur. Les réactifs sont stockés sur des étagères murales, réglables en hauteur et de type clayette, pour favoriser la circulation de l’air. Les chambres froides sont implantées in situ et pourront être entièrement démontées dans le cadre des évolutions des biologies. Les portes d’accès observent une

Polyprogramme – Programme Général

262/347

largeur de 1,20 m pour permettre le passage d’un chariot logistique et sont doublées d’un rideau en lames de plastique (pour réduire les échanges thermiques avec l’extérieur). Un système de contrôle de la température et de sécurité (alarmes, enregistrements…) et d’un dispositif de sécurité spécifique aux personnes blessées ou enfermées équipe chaque chambre. L’alimentation du système de refroidissement ne sera pas secourue en cas de coupure d’électricité. En revanche, les systèmes de contrôle de la température et de sécurité seront secourus sans coupure de l’alimentation. La porte est large (environ 1,2 m) et sans seuil pour permettre des livraisons par des chariots et des changements d’équipements D’autres réactifs sont conservés dans des congélateurs à -20 °C. Une pièce regroupe 5 congélateurs qui sont chacun munis de deux systèmes de secours sont prévus : quelques congélateurs vides sont installés afin d’assurer les transferts des prélèvements ; une connexion au système électrique secouru de l’hôpital.

Pour chaque congélateur, il est ainsi nécessaire de prévoir : une prise d’alimentation courants forts ; une prise d’alimentation courants forts et faibles pour le capteur de température.

La porte est large (environ 1,2 m) et sans seuil pour permettre des livraisons par des chariots et des changements d’équipements Les acides bases et les produits inflammables sont chacun stockés dans des réserves dédiées dont l’aménagement est similaire. Les réserves sont équipées d’étagères murales fixées pour éviter toute chute. Les locaux sont climatisés et ventilés (6 volumes par heure). Ils sont traités anti-déflagration, dans le respect de la réglementation en vigueur (cloisons, porte, distribution électrique et éclairage). Biothèque Les ressources biologiques correspondent aux prélèvements que les laboratoires ont choisi de conserver à long terme pour leurs qualités biologiques et cliniques. Cette conservation des prélèvements permet une valorisation médicale et scientifique dans le cadre de suivis cliniques ou de protocoles de recherche publique. Dans ce cadre, chaque congélateur ou chambre froide est connecté au réseau secouru de l’hôpital. Les prélèvements, essentiellement constitués de tubes de sérums, de sang total ou d’ADN sont conservés dans des congélateurs à – 30 °C et – 80 °C. Ces congélateurs sont placés dans des salles climatisées dont la température, de 22 °C ±2 assure un fonctionnement optimum des appareils. Une fois congelés, toute rupture de froid est destructrice pour les prélèvements. Chaque congélateur est ainsi équipé d’un capteur qui enregistre la température et déclenche, en cas de réchauffement, un signal d’alarme par radiofréquences. L’alarme est reportée au niveau des ordinateurs du cadre et des techniciens des fonctions péri-analytiques. En cas d’alerte, deux systèmes de secours sont prévus : - quelques congélateurs vides sont installés afin d’assurer les transferts des prélèvements ; une prise d’alimentation courants forts pour le capteur de température ;

Pour chaque congélateur, il est ainsi nécessaire de prévoir : - une prise d’alimentation courants forts ;

Polyprogramme – Programme Général

263/347

-

une prise d’alimentation courants forts et faibles pour le capteur de température.

Les salles de stockages sont dimensionnées soit pour des congélateurs à – 80 °C (90 cm X 90 cm), soit pour des congélateurs à – 30 °C (77 cm X 76 cm). Dans les deux cas, il convient de laisser 10 cm à l’arrière des congélateurs pour favoriser les dégagements de chaleur et de ménager 10 cm sur les côtés pour les opérations de maintenance et de remplacement. Les portes d’accès aux salles de stockage ont une largeur suffisante pour permettre le passage de chariot et pour pouvoir déplacer les congélateurs (largeur : 1,2 m). Elles sont munies de serrure à gâche électronique afin d’éviter tout acte de malveillance sur des collections pouvant avoir une grande valeur biologique. Un oculus permet d’avoir une vue de l’extérieur vers la salle de stockage. Dans la salle, près de la porte, un poste informatique reprend les analyses des différents capteurs (températures de chaque congélateur et température de la salle). Il est alimenté par deux prises de courants forts et une prise de courants faibles. Les matériaux des sols et des murs sont choisis pour leur bonne résistance aux roulements et aux chocs. Ils assurent également une bonne asepsie. L’éclairage est assuré par des plafonniers diffusant une lumière homogène de 150 Lux. En plus des alimentations des congélateurs et du poste informatique, une prise courants forts est située près de la porte pour permettre les opérations de nettoyage. Archives Les archives sont regroupées dans une pièce unique qui permet d’accueillir, sur des rayonnages denses (hors prestation) 180 ml de documents. Les archives demandent des conditions de déshumanisation spécifiques. Ces meubles denses nécessitent une dalle parfaitement plane et une mise en place des rails de guidage intégrée dans la dalle pour éviter toute difficulté de franchissement. Une surcharge d’exploitation est à prévoir au niveau de cette dalle. Les rails des meubles sont encastrés dans le sol pour permettre le passage des chariots entre deux travées. Les meubles et les travées observeront les caractéristiques suivantes : des étagères de hauteur réglable afin de s’adapter aux différentes tailles d’ouvrages rangés ; une hauteur limitée à 2 m afin de permettre d’atteindre les ouvrages les plus hauts ; une longueur des travées limitée à 5 m, un système d’éclairage fixé sur les travées de manière à éclairer les meubles ouverts.

La structure du bâtiment assure une portée suffisante au regard des ouvrages stockés. Le revêtement du sol et des murs sont choisis pour leur forte résistance à l’usure et au poinçonnement. Déchets Les déchets correspondent à des locaux de type logistique. Ils sont distingués selon qu’il s’agisse de déchets liquides (essentiellement issus des automates) qui sont apparentés à des déchets chimiques, ou à des déchets solides apparentés à des DAOM (Déchets Assimilés aux Ordures Ménagères). Les locaux sont positionnés de manière à être facilement accessibles par le service logistique qui effectue l’enlèvement. Un local intègre deux cuves de traitements des effluents des automates. Un réseau spécifique est mis en place pour l’évacuation directe des effluents des automates du plateau de biologie usuelle vers ces cuves. Les deux cuves sont remplies successivement. Une fois une cuve remplie, les effluents sont traités et évacués par une société spécialisée. La porte d’accès est suffisamment large pour assurer le passage de chariots de livraisons (1,2 m) et toute barre de seuil sera évitée.

Polyprogramme – Programme Général

264/347

Les revêtements sont lisses et de types antibactériens et résisteront à des lavages répétés. Le nettoyage est effectué à grandes eaux par un point d’eau avec robinet fileté et un siphon de sol. Les déchets chimiques et biologiques sont stockés dans des petits conteneurs. Ils proviennent des laboratoires et des plateaux partagés. La porte d’accès est suffisamment large pour assurer le passage de chariots de livraisons (1,2 m) et toute barre de seuil sera évitée. Les revêtements sont lisses et de types antibactériens et résisteront à des lavages répétés. Le nettoyage est effectué à grandes eaux par un point d’eau avec robinet fileté et un siphon de sol. Le local est ventilé à hauteur d’un renouvellement d’un volume d’air/heure. Les déchets ménagers (3 bacs), liquides (3 cuves) et solides (3 bacs) sont stockés dans un local ayant des prescriptions similaires au local des déchets chimiques et biologiques.

Polyprogramme – Programme Général

265/347

Chambre mortuaire
Organisation générale
La chambre mortuaire a pour mission d’accueillir les familles en deuils dans le respect de leur rite religieux et dans les meilleures conditions du respect de la personne. Le corps des personnes décédées devra être transféré en chambre mortuaire dans les 10 heures qui suivent la constatation du décès. Les agents extérieurs et, de manière ponctuelle, le personnel de la chambre mortuaire réalisent ensuite les soins des corps. Ils effectuent également l’ensemble des actes administratifs conséquents au décès d’un patient. La chambre mortuaire est un espace très particulier qui doit faire l’objet de toutes les attentions et d’une qualité spatiale et symbolique plus forte que le reste des volumes. Le schéma de faisabilité a placé cet ensemble sur l’arrière du plateau technique avec un accès direct et une possibilité de stationnement extérieur pour les convois funéraires. Deux éléments d’accompagnement semblent très importants pour ce secteur. Tout d’abord, le transfert du cercueil dans le véhicule doit pouvoir ce faire dans la dignité et à l’abri des circulations et des vues. Non pas pour cacher la mort, mais pour respecter les familles et les accompagnants dans la peine. Il semble également qu’un aménagement paysager pourrait agrémenter les vues intérieures et permettre aux accompagnants de se promener et de prolonger le souvenir d’un être cher disparu dans la contemplation. Une attention particulière sera accordée au trajet des corps depuis le reste de l’hôpital vers la chambre mortuaire, puisque ceux-ci ne devront en aucun cas traverser les espaces de soins ou du plateau technique. Ils prendront très certainement la galerie en sous-sol et remonteront dans le rez-de-chaussée du plateau technique pour atteindre la chambre mortuaire. En organisation interne, deux secteurs ont des fortes contraintes, des activités exclusives et doivent être en contact. Il s’agit de l’accueil qui reçoit du public venant reconnaître le corps et se recueillir et des salles techniques qui ont des caractéristiques techniques très spécifiques.

Polyprogramme – Programme Général

266/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

267/347

Tableau de surface
Chambre mortuaire
Accueil Hall d'entrée Sas convois Salles d'attente des familles (2 familles de 6 pers.) Salles de présentation des corps Salles techniques Salle de reconnaissance Sas de dépose des corps Salle de conservation des corps (20 corps) Salle de préparation des corps (17°C maximum) Salle d'autopsie Locaux du personnel Bureau du responsable Bureau agents Détente Vestiaire-douches Logistique Décontamination Local chariots Brancards de transport (2) 1 pm 2 2 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 12 18 14 6 50 30 30 12 12 12 4 5 5 4 24 36 14 6 50 30 30 12 12 12 8 5 5 4 10 10 258

258

Description détaillée des locaux
Accueil
Le dispositif d’accès et de transfert des corps sera essentiel dans le fonctionnement général de l’hôpital et dans le respect de la peine et du chagrin des familles. Il a été décidé que le sas convois prendrait place à l’arrière du site, permettant ainsi une circulation très discrète de ces véhicules. L’entrée des familles peut se faire de la même manière évitant ainsi de faire traverser tout l’hôpital et autorisant la famille proche à venir en véhicule au plus prêt de la levée du corps. Ces espaces et le mode de déplacement des corps devront être pensés pour limiter autant que faire se peut la manipulation des corps et favoriser leurs déplacements sur brancard. Avant même l’entrée dans le bâtiment, les espaces extérieurs doivent offrir une mise en scène simple et de qualité. Le cheminement d’accès ne doit en aucun cas laisser l’impression d’une entrée dérobée ou à caractère logistique mais au contraire venir souligner et accompagner ce moment douloureux et fort d’un trajet personnel. Les formes du bâtiment, la légère mise en scène et les matériaux (qualité des revêtements, plantation d’accompagnement…) devront signaler tout le soin que l’établissement porte à ces derniers moments de présence en son sein. Un petit Hall d’entrée sera dédié aux familles qui viennent se recueillir sur le corps de leur proche. Ce hall sera accessible depuis la façade arrière du site. Son ouverture sera commandée depuis le bureau du responsable avec une liaison interphone pour l’appel de la personne. Premier contact avec le service, cet espace sera accueillant et présentera une ambiance calme et sereine avec des matériaux de qualité.

Polyprogramme – Programme Général

268/347

Le Sas convois sera prévu pour que le véhicule de transport du corps puisse y stationner le temps de l’installation du cercueil. Il sera traversant et commandé par deux portes sectionnelles dont l’ouverture sera réalisée par la responsable ou par les agents de la chambre mortuaire. Dans le sas, le revêtement de sol sera de type béton avec résine et d’une couleur pastel et lumineuse prise dans la masse. Il sera résistant aux hydrocarbures. L’encadrement des portes sera protégé par des éléments en acier boulonnés au sol pour être interchangeables. Le dispositif d’accueil des familles permettra la réception de deux familles en parallèle dans le strict respect de chacune. On disposera donc de deux salles d’attente séparées l’une de l’autre. Ces salles seront éclairées naturellement et tireront parti d’un aménagement extérieur de grande qualité. L’éclairage artificiel participera aussi de la qualité en créant une ambiance tamisée (300 lux et couleur chaude). L’isolation acoustique assurera la confidentialité des propos que les familles pourraient échanger. L’abaissement entre deux locaux sera de 42 dB (A) et le bloc porte assurera un abaissement de 35 dB (A) (mesuré in situ). Ces salles seront munies d’un système de sonorisation permettant de diffuser un fond musical si les familles le souhaitent. Les salles de présentation des corps permettront aux familles de voir le corps de leur défunt et de se recueillir une dernière fois. Ces salles seront aménagées de manière sobre et classique, sans référence religieuse ou symbolique trop forte. L’ensemble du local devra être à 17 °C maximum. Pour le transfert des corps entre la salle de conservation et les salles de présentation, on prévoira une trappe (70 cm X 70 cm), séparant la salle de présentation et la circulation de desserte interne du service, permettant de faire passer le corps sur une table à rouleaux ; l’ensemble étant masqué par des éléments de décoration. Les rouleaux seront installés à hauteur de brancard afin, là encore de limiter la manipulation des corps. Il faudra prévoir une butée en bout de cheminement permettant à un seul agent de mettre en place le corps. Le sol sera plastifié avec un revêtement mis en œuvre avec le moins de joints possibles. Les plinthes devront être étanches, à gorges et réalisée par remontée du matériau de sol. La ventilation assura un renouvellement d’air minimum de 1 volume par heure pendant la présentation du corps. Ces salles seront éclairées par un dispositif zénithal et un éclairage artificiel offrant une ambiance tamisée (300 lux et couleur chaude). On veillera également à la chaleur de la lumière de manière à ne pas renforcer la couleur cadavérique. L’isolation acoustique assurera la confidentialité des propos que les familles pourraient échanger. L’abaissement entre deux locaux sera de 42 dB (A) et le bloc porte assurera un abaissement de 35 dB (A) (mesuré in situ). Ces salles seront munies d’un système de sonorisation permettant de diffuser un fond musical si les familles le souhaitent.

Salles techniques
La salle de reconnaissance est localisée dans le secteur technique car les proches d’une victime n’y vont qu’accompagnés du personnel du service ou de service médico-légal. Sur le principe de son aménagement, elle est similaire aux salles de présentation des corps.

Polyprogramme – Programme Général

269/347

Le sas de dépose des corps est accessible depuis les circulations de l’hôpital. Elle permet aux équipes de brancardier de venir déposer un corps la nuit ou dans les périodes de fermeture du service. Ce sas est alors mis à 17 °C. Les salles de conservation des corps sont adjacentes à celles de préparation et d’autopsie et en relation avec les salles de recueillement. On obtiendra ainsi une circulation entre ces pièces sans contact avec le reste des circuits ouverts au public. La salle sera également facile d’accès depuis le monte-charge qui remontera de la circulation en sous-sol. Il s’agit d’une vaste chambre froide permettant d’installer deux fois 15 corps le long d’une circulation centrale et, en cas de nécessité, quatre civières supplémentaires. dont la température interne sera entre 0 °C et 5 °C. Les matériaux seront classés M1 pour ce qui concernera leur comportement au feu. Les panneaux devront être lisses, imputrescibles et lessivables. La salle de préparation des corps permettra de réaliser les actes de thanatopraxie. Elle sera immédiatement adjacente de la salle de conservation des corps et ouvrira vers celle-ci. Compte tenu des actes pratiqués, son accès sera strictement contrôlé et les vues impossibles. On trouvera en son centre un espace libre permettant de positionner la civière sur laquelle les agents pratiqueront la toilette du corps et les actes de protection de l’intégrité du corps. Une seconde table, accessible sur trois côtés, sera dédiée aux toilettes religieuses. Cette table sera équipée d’un point d’eau avec une douchette et permettra l’évacuation des eaux. Sur le pourtour de la salle, on trouvera un bac et un plan de travail pour la dépose des instruments à désinfecter avant transfert vers la stérilisation. Immédiatement après usage, les instruments sont mis à tremper dans un bain de produit détergent-désinfectant pour instrument. Il faut dans ce domaine se conformer au choix de l'établissement et utiliser le produit retenu pour cette application dans les autres secteurs de l'hôpital. Ils sont ensuite nettoyés, rincés et éventuellement séchés et reconditionnés en cas de stérilisation. Un autre plan, proche de l’accès sera réservé au nettoyage aseptique des mains avant et après intervention. Le poste de lavage des mains sera équipé d’un lavabo à robinet non manuel. Un savon doux liquide et des essuie-mains à usage uniques devront être utilisés et seront distribués de manière automatique. À proximité de l’entrée, les agents trouveront un poste d’habillage. L’agent d’amphithéâtre devra porter une tenue de soignant sur laquelle il mettra, lors de la préparation des corps, une surblouse et/ou un tablier plastifié à usage unique. En cas de risque de projection sur les avants bras, il existe des manchettes plastiques à usage unique. Le port de gants non-stériles à usage unique est impératif pour toute manipulation de corps. L'agent devra porter des chaussures à usage professionnel réservées au service. La proximité du vestiaire sera fortement souhaitée, en particulier pour la prise de douche après intervention. La salle devra être équipée d’une ventilation avec entrée haute et sortie basse assurant un renouvellement d’air minimum de 4 volumes par heures pendant la préparation du corps. L’air rejeté pourra être traité par passage sur un filtre absorbant et désodorisant. La salle sera par ailleurs climatisée avec une température maximale de 17 °C. Le système de chauffage à air pulsé sera interdit. Les radiateurs seront fixés au mur et n’auront pas de contact avec le sol. L’installation électrique sera étanche aux projections.

Polyprogramme – Programme Général

270/347

Le sol sera sans aspérités et classé au minimum U3P3E2C2 et devra résister aux désinfectants. Les murs et le plafond seront durs, lisses, imputrescibles et lessivables. Entre-deux préparations de corps, un entretien minimum devra être réalisé à savoir un nettoyage et une désinfection du chariot ou de la table, de la paillasse et du sol en cas de souillures avec des produits biologiques. Cette étape s’effectuera avec un produit désinfectant pour sol et surfaces. Une désinfection complémentaire à l’aide d’un spray désinfectant en solution alcoolique peut s’envisager de façon quotidienne voire plus fréquemment selon les circonstances. L’arrivée d’eau sera munie d’un disconnecteur évitant toute pollution du réseau public d’alimentation d’eau potable. La salle sera équipée d’un siphon de sol, avec un panier démontable et désinfectable. Les effluents seront canalisés séparément des eaux usées et traités avant rejet. Les déchets liquides toxiques devront être collectés et recyclés par une société spécialisée, et non évacués dans les égouts comme le stipule le règlement sanitaire départemental. Tous les meubles seront à piétements lavables et pourront être déplacés. La salle d’autopsie est fréquentée par le personnel et les médecins hospitaliers et en cas d'expertises médico-légales par les médecins légistes, le personnel de justice, la police et la gendarmerie. Son accès sera protégé et un peu en retrait par rapport au reste du service. Aucune vue depuis l’extérieur n’est envisageable, ce local sera de préférence aveugle. La salle est réalisée de la même manière que la salle de préparation. L’équipement de la salle sera différent et on ne trouvera au centre de la salle que la table d’autopsie. Ce local doit disposer d’une table d'autopsie en inox munie d'une évacuation vers l'égout. Elle peut au mieux disposer d’une vidange en périphérie et d’une orientation déclive. Il est nécessaire de disposer d’une table à instruments (chariot roulant par exemple) pour stocker l’instrumentation en cours d’autopsie et ne pas risquer de blessures en disséminant les instruments dans divers endroits. On trouvera un éclairage central de type opératoire.

Locaux du personnel
La responsable dispose d’un bureau individuel. Il devra être positionné en interface entre la partie réception du public et la partie technique. Un bureau commun sera prévu pour le personnel de la chambre mortuaire. Ils y feront leurs tâches administratives et les comptes rendus d’activité. Ils bénéficient d’un poste de travail informatisé. Une salle de détente sera destinée à l’ensemble du personnel du service. Elle sera équipée de quelques sièges, d’une table et d’une petite kitchenette (évier avec eau chaude et froide, deux plaques électriques, un réfrigérateur et un four à micro-onde, des placards de rangement) équipée d’une machine à café. On trouvera également un lavabo pour le lavage des mains. Elle bénéficiera d’un éclairement naturel. Il faudra également prévoir un panneau d’information. Son taux de renouvellement d’air permettra d’éviter toute propagation des odeurs et de créer une mise en dépression de ce local. Deux vestiaires, douches et sanitaires seront prévus pour le personnel de la chambre mortuaire. Ils comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un

Polyprogramme – Programme Général

271/347

siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Les consignes seront équipées de portes fermables à code ou à cadenas. Un passe général sera à prévoir. L’attention des concepteurs est particulièrement attirée sur la qualité de ces équipements qui devront être très résistants à l’usage, simple de manipulation et fiables sur le plan de la sûreté des biens. De plus, le matériel devra être conçu pour être aisément remplaçable. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. On prévoira également une circulation d'air entre le fond du casier et le sac. Les douches comporteront une petite zone de déshabillage et la douche, à proprement parler, ainsi qu'un sanitaire, avec lavabo et robinet à mitigeur et déclenchement automatique, indépendant.

Logistique
On trouve un espace de décontamination des instruments avec un vide seau pour vider les bacs de décontaminant avant leur transfert vers la stérilisation (quand celle-ci est fermée sinon les bacs seront acheminés peins). Cet espace bénéficie d’une ventilation renforcée. Il est mis en dépression. Un paillasse humide de 1 ml complète son équipement. Le local chariot assurera un stockage des chariots déchets (2 unités) en retour de soins. Le personnel fait les soins sur les corps des patients décédés. En fin de soins, il dépose les sacs dans le local déchets puis range les chariots dans le local chariot. Le local déchets est situé à proximité du secteur, et c’est le responsable logistique qui réalisera le transfert du local déchets vers le palier. Cette procédure permet d’optimiser le temps de soignant et de limiter le nombre de prise et reprise des sacs de déchets. Ce local bénéficie d’une surventilation et sera mis en dépression. Une réserve brancard de transport permettra le stockage des brancards avant reprise par le service de brancardage. Trois des murs y seront équipés d’étagères toute hauteur – à partir de 1,20 m du sol - d’une profondeur minimale de 0,50 mètre. Le local sera donc muni d’une serrure de sécurité.

Polyprogramme – Programme Général

272/347

Pharmacie à usage intérieur
Organisation générale
Modes de dispensation par filière
Médicaments Pour les médicaments, le principe général sera de passer pour la majorité des services en dispensation journalière globale. Cela consiste à réaliser dans la pharmacie l’ensemble des distributions quotidienne et de les faire parvenir dans un intervalle de temps adapté aux rythmes de la prescription par le médecin et de la consommation par le patient. Ce schéma permet également de contrôler les flux de médicaments. Les solutions de perfusion (= solutés massifs) seront délivrées en distribution globale. De même que les inflammables (alcool, gels hydroalcooliques…), pour lesquels il faut prévoir une armoire de stockage spécifique (en plus du stockage externe principal). Dispositifs Médicaux Stériles et non stériles L’ensemble des DMS seront stockés et livrés par la pharmacie a priori sur un rythme d’une à deux fois par semaine selon les services. Autres produits Les autres produits ont des circuits logistiques plus spécifiques et des exigences de traçabilité encore plus drastiques (stupéfiants). Les circuits sont alors constitués au cas par cas et échappent aux logiques de masse décrites ci avant. Le positionnement des locaux sera alors fait en fonction des impératifs de sûreté (pour les stupéfiants) et de conservation (pour les Médicaments Dérivés du Sang). L’acheminement de ces produits se fera en complément des contenants médicaments ou des contenants DMS servant à livrer les services.

Fonctionnement
Une pharmacie sécurisée… La première orientation pour les espaces de la pharmacie consistera à proposer une organisation des accès en cohérence avec l’obligation de sécurisation des locaux de la pharmacie qui est un lieu stratégique. Le choix a donc été fait de réduire le nombre d’accès dans la pharmacie avec : un accès général pour les livraisons de toute nature ; un accès personnel sur lequel viennent se greffer les vestiaires ; un accès pour les personnels des services de soins en cas de besoins d’urgence, un accès pour les patients venant chercher des produits délivrer par la PUI, la rétrocession ambulatoire. L’ensemble de ces accès sera complété par des dispositifs de contrôle des entrées et des sorties voire par des sas assurant l’étanchéité des espaces de la pharmacie.

Polyprogramme – Programme Général

273/347

De plus, la pharmacie doit être éloignée de l’espace public. …mais ouverte à ses usagers Les points d’entrée de la pharmacie devront néanmoins faire l’objet d’une réflexion fonctionnelle et d’un positionnement en adéquation avec les usages. Ainsi, sur la partie logistique, on veillera tant à la sécurisation de ses accès située sur une façade peu animée de l’hôpital mais aussi à la bonne marche des livraisons et des circuits vers les lieux de stockage. Pour ce qui concerne le point d’accès du personnel, le positionnement permettra une répartition aisée et rapide vers les différents points de travail des personnels de la pharmacie. L’accès pour les services sera étudié en fonction des circuits généraux de l’hôpital et de ces diverses composantes (les bâtiments principaux, les circuits de déplacement horizontaux…). L’accès des patients à la rétrocession ambulatoire constituera le point le plus délicat. Il demandera, tant sur le plan de la sécurisation que pour ce qui touche à la confidentialité, des propositions très précises et pertinentes. La marche en avant : de la réception à la dispensation Le schéma de fonctionnement et l’étude de faisabilité ont été réalisés sur la base d’un circuit logistique s’inscrivant dans une marche en avant depuis la livraison jusqu’au départ des contenants vers les services cliniques. Cette marche en avant comprendra une première étape de fractionnement, qui pourra s’appliquer à l’ensemble des produits et qui ira du conditionnement de transport jusqu’à la séparation en dose unitaire pour les médicaments par exemple. Dans une seconde étape, les produits seront reconditionnés et regroupés en fonction des fabrications, des commandes et des prescriptions. Dans une dernière étape, ces éléments seront rassemblés dans un contenant qui sera transféré par le système de transport automatisé. Cette marche en avant s’appliquera à chacun des circuits internes.

Polyprogramme – Programme Général

274/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

275/347

Tableau de surfaces
Pharmacie
Stockage Décartonnage Magasin médicaments Solutés massifs (50 palettes) Médicaments Produits diététiques Chambres froides Sas sortie Stupéfiant (armoire incluse dans bureau) Bureau préparateurs Magasin dispositifs médicaux Matériels médico-chirurgicaux Bureau préparateurs Distribution Dispensation Retour armoires à complémenter (50 sur 100 UF) Nettoyage armoires Stockage et départ armoires pleines (50) Distribution aux services Guichet d'urgence Rétrocession ambulatoire Sas d'accès Attente patients Sanitaire Confidentiel de réception Réserve Locaux supports Espaces tertiaires Chef de service Secrétariat Bureau pharmaciens Résidents Salle de réunion Locaux du personnel Détente Sanitaire Chambre de garde (Sanitaire/douche) Vestiaire 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 30 100 150 20 12 3 12 10 150 10 30 100 150 20 12 3 12 10 150 10 764

764

1 1 1 1 1 1 1 1 1

50 15 50 12 5 10 4 10 5

50 15 50 12 5 10 4 10 5

1 1 1 1 1 1 2 1 1

12 12 12 12 15 15 2 12 12

12 12 12 12 15 15 4 12 12

Polyprogramme – Programme Général

276/347

Description détaillée des locaux
Aire extérieure
Le bâtiment de la pharmacie est desservi par une aire extérieure de stationnement et d’évolution des véhicules de livraison : deux camionnettes ou un semi-remorque. L’aire sera dimensionnée pour que les véhicules puissent se positionner en marche arrière sur les quais.

Stockage
Le stockage de produits pharmaceutiques permet d’assurer la continuité de l’alimentation des services du site de l’HUEH. Les magasins sont responsables de la gestion et de la réception des commandes, du stockage des produits et de la gestion et de la préparation des expéditions vers les services et les espaces de dispensation. L’organisation du stockage de la pharmacie s’appuiera sur un principe de marche en avant, de la réception des produits, jusqu’à leur expédition, après mise en contenants spécifiques. Les produits seront stockés dans une zone composée de trois sous-ensembles fonctionnels. Il s’agira de trois magasins, dédiés chacun à une famille de produits pharmaceutique : le magasin des médicaments et solution de perfusion, le magasin des dispositifs médicaux stériles (DMS) et non stériles et l’ensemble des trois magasins dits spécifiques, pour les produits diététiques, les médicaments dérivés du sang (MDS) et les inflammables qui seront externalisés. Les médicaments et les DMS en provenance de la réception seront déconditionnés dans les espaces de décartonnage, situés en amont de leurs magasins, avant d’être rangés dans les différents équipements de stockage (armoires ou palettiers). L’espace de stockage des DMS sera d’un seul tenant, et comportera une zone de reconditionnement en contact avec l’entrée (le décartonnage) et la sortie (le circuit des contenants de livraison). Les produits seront expédiés soit par le système de transport manuel. Certains produits seront retirés par du personnel de la pharmacie, sans emprunter le circuit des contenants de livraison, pour fournir le guichet d’urgence et la rétrocession ambulatoire. Les locaux de stockage se divisent en plusieurs zones, spécialisées selon la nature des produits entreposés. Leurs dimensions, leur agencement, et les caractéristiques de leur sol assureront l’accessibilité des engins de manutention et permettront un rangement facile des produits. Pour l’ensemble des locaux, on privilégiera un sol de type industriel et une distribution des fluides techniques par le plafond. Les surfaces apparentes seront lisses, imperméables, et sans fissures, afin de réduire l’accumulation de micro-organismes et de permettre l’usage répété de produits de nettoyage et de désinfectants. L’ensemble du dispositif de stockage constituera une zone sécurisée, accessible uniquement au personnel habilité, dont l’accès sera contrôlé par un système de badges magnétiques. Les différents espaces de stockage devront, autant que faire se peut, constituer un volume physique unique et découpé selon les besoins avec des cloisons démontables. Ce dispositif sera le meilleur gage de l’évolutivité de la pharmacie. Par ailleurs, tous les meubles de stockage seront rendus solidaires du bâtiment de manière à les protéger de la chute en cas de séisme. Magasin des médicaments Le travail réalisé par les préparateurs dans ces espaces consistera à réunir les produits. Ils utiliseront pour ce faire des chariots roulants (contenants de livraison) équipés de bacs en plastique (contenants primaires) et prélèveront les produits directement depuis les allées des magasins. On pourra imaginer un système d’acheminement automatisé de ces contenants primaires.
Polyprogramme – Programme Général 277/347

L’accès aux magasins des médicaments se fera par un local de Décartonnage. Les produits y seront déconditionnés (suppression de l’emballage de transport), afin de ne stocker que des emballages secondaires, garant de l’intégrité des emballages primaires. Ce local sera dans la continuité immédiate du quai de livraison, et accessible aux engins de manutention. Trois agents pourront déconditionner simultanément les produits positionnés au centre de la pièce. Une circulation interne au local devra permettre de le traverser pour rejoindre le magasin, quel que soit son encombrement. Le décartonnage produira beaucoup de déchets. Il sera donc possible de positionner 1 à 2 conteneurs roulants dans le local, puis de les acheminer jusqu’au local déchet central. La délimitation entre les magasins qui suivent n’engendre pas de cloisonnement. Ils sont tous stockés dans le même volume à l’exception des stupéfiants. Les palettes de solutés massifs seront stockées au sol afin de limiter les manutentions de ces matières très pondéreuses, qui sont à forte rotation et à faible rendement. Les palettes sont disposées de manière à laisser une allée de circulation. La palette fait 1,20 m sur 0,80 m et les allées 3 m de large. Les médicaments seront stockés dans un espace meublé d’étagères de rangement, dont la taille standard est de 1,20 m de largeur et 0,40 m de profondeur. Elles seront desservies par des allées secondaires, ellesmêmes desservies par une ou plusieurs allées primaires. La largeur des allées permettra le croisement de deux agents tractant chacun un chariot roulant (contenant de livraison). Les chariots auront une largeur hors tout de 90 cm. Certains médicaments seront intégrés dans des stockeurs rotatifs. Le stockage des produits diététiques se fera sur des palettiers de deux niveaux de chargement (RdC et R + 1). Les allées qui y donneront accès seront suffisamment larges pour permettre les manœuvres de retournement des chariots élévateurs, et le croisement de deux engins. Elles seront prévues pour engendrer le minimum de voies sans issue. Les palettes de produits diététiques, même si elles ne sont pas déconditionnées pour être stockées, emprunteront le circuit passant par le local de décartonnage, qui sera le seul accès possible aux zones de stockage des médicaments. Deux chambres froides seront disponibles pour le rangement des produits sensibles. Ils y seront stockés sur des étagères murales, réglables en hauteur et de type clayette, pour favoriser la circulation de l’air. Ces étagères seront installées sur la périphérie des chambres froides. Les chambres froides seront implantées in situ et pourront être entièrement démontées dans le cadre des évolutions de la pharmacie. Elles seront refroidies chacune par un compresseur spécifique, de manière à disposer en permanence de deux chambres froides, même en cas de panne d’un compresseur. Elles seront pourvues d’un système de contrôle de la température et de sécurité (alarmes, enregistrements…) et d’un dispositif de sécurité spécifique aux personnes blessées ou enfermées. L’alimentation du système de refroidissement ne sera pas secourue en cas de coupure d’électricité. En revanche, les systèmes de contrôle de la température et de sécurité seront secourus sans coupure de l’alimentation. Leur porte d’accès sera d’une largeur de 1,20 m pour permettre le passage d’un chariot logistique. Ces portes seront doublées d’un rideau en lames de plastique (pour réduire les échanges thermiques avec l’extérieur).

Polyprogramme – Programme Général

278/347

Les chambres froides sont commandées par un sas sortie qui sert de tampon thermique au moment de l’ouverture des portes. Ce sas est équipé de portes avec ouverture commandée par code. Afin d’assurer la bonne conservation des médicaments, tous les locaux de stockage du magasin des médicaments seront en légère surpression par rapport aux locaux environnants, et accessibles uniquement par le local décartonnage en entrée. La zone sera climatisée. Des postes informatiques reliés au réseau de communication de l’hôpital seront disposés au sein des locaux de stockage, pour l’enregistrement des mouvements de produit. Les locaux seront éclairés en cohérence avec l’implantation des mobiliers. Les sources seront implantées le long des allées de circulation pour offrir une bonne lisibilité des emballages des produits stockés. Les préparateurs auront un bureau commun pour 2 personnes. Il sera installé à proximité immédiate des espaces de stockage. Les agents des magasins réaliseront dans ce bureau leurs activités de gestion des stocks et de suivi des commandes et des livraisons. Ce bureau sera largement vitré pour offrir un lien visuel avec les magasins, tout en permettant la maîtrise de l’ambiance acoustique. Il comporte des meubles de rangement pour les archives vivantes, ainsi que 5 postes de travail équipés de postes informatiques reliés au réseau et des équipements bureautiques conventionnels (numérisateur, fax, éclairage sur table, etc.). Le bureau des préparateurs contiendra deux armoires anti effraction destinées au stockage des produits classés comme stupéfiants. La sécurisation de ces produits imposera un système de fermeture du local. Le bureau devra être accessible aux infirmières pour la dispensation. Magasin des dispositifs médicaux De la même façon que pour le magasin des médicaments, l’accès au magasin des DMS se fera par le local de décartonnage déjà décrit. La zone de stockage des matériels médico-chirurgicaux comportera des étagères sur la moitié de sa surface et des palettiers sur l’autre moitié. Un réseau d’allées primaires et secondaires permettra l’acheminement des produits depuis le local de décartonnage jusqu’aux espaces de stockage, puis des espaces de stockage à la zone de reconditionnement et des espaces de stockage jusqu’aux circuits des contenants. Ce magasin sera similaire au magasin des médicaments pour ce qui concerne ses aménagements. La zone de reconditionnement sera mise en légère surpression par rapport à la zone de stockage, qui sera ellemême en légère surpression par rapport aux locaux environnants. Les préparateurs auront un bureau commun pour 2 personnes. Il sera installé à proximité immédiate des espaces de stockage. Les agents des magasins réaliseront dans ce bureau leurs activités de gestion des stocks et de suivi des commandes et des livraisons. Ce bureau sera largement vitré pour offrir un lien visuel avec les magasins, tout en permettant la maîtrise de l’ambiance acoustique. Il comporte des meubles de rangement pour les archives vivantes, ainsi que 5 postes de travail équipés de postes informatiques reliés au réseau et des équipements bureautiques conventionnels (numérisateur, fax, éclairage sur table, etc.). Magasins spécifiques Les gaz seront stockés à l’extérieur du bâtiment dans un volume traité anti-déflagration. Ce local permettra de conserver les bouteilles et les obus de gaz hors gel. Il est muni d’une porte de sûreté avec une serrure trois points et des gonds renforcés. Les bouteilles de gaz serviront à alimenter les dispositifs mobiles utilisés dans l’hôpital, les productions locales et les besoins propres de la pharmacie. Elles seront disposées soit à même le sol (bouteilles

Polyprogramme – Programme Général

279/347

maintenues à la verticale par des chaînes fixées au mur), soit sur des étagères murales (pour les petites bouteilles). Il sera traité anti-déflagration. Le stockage sera sous surveillance vidéo.

Distribution
Dispensation Le local retour armoires à complémenter sera destiné à la réception des contenants ayant servi à la distribution aux services. Les contenants proviendront deux bâtiments hospitaliers qui composent le site (le bâtiment plateau technique et le bâtiment consultation et hospitalisation). La position de ce local dans le bâtiment tiendra compte de ces circuits externes et du principe de marche en avant retenu pour l’ensemble de la pharmacie. Il est dimensionné pour une cinquantaine d’armoires. Les portes d’accès seront battantes, facilement nettoyables et protégées contre les chocs dus aux passages des contenants de distribution. Étant donné la nature des activités qui se dérouleront dans ce local, les revêtements, le faux plafond et les portes seront choisis pour leur résistance. Un système de contrôle d’accès par badge magnétique sera prévu à l’entrée du local pour assurer la sécurisation de la pharmacie. Le local de nettoyage des armoires intégrera un sol de type caillebotis avec récupération de l’eau et un point d’eau équipé d’un appareil haute pression (type Karcher) pour le nettoyage des contenants. Des automates de nettoyage permettront d’aseptiser les contenants de distribution ayant à retourner dans les espaces d’atmosphère contrôlée. Les portes d’accès seront battantes, facilement nettoyables et protégées contre les chocs dus aux passages des contenants de distribution. Étant donné la nature des activités qui se dérouleront dans ce local, les revêtements, le faux plafond et les portes seront choisis pour leur caractère hydrofuge. Le stockage et départ armoires pleines est positionné en fin de parcours de la complémentation des contenants avant départ vers les unités la structuration de l’espace est similaire à l’espace de retour des armoires. Distribution aux services Un guichet d’urgence sera destiné à l’accueil du personnel soignant venu retirer directement des produits à la pharmacie. Sa position lui donnera un accès direct depuis les circulations principales du site donnant un accès rapide aux différents bâtiments, en particulier le plateau technique. Il sera à proximité des zones de stockage des médicaments et des espaces de travail des préparateurs de ce secteur. Ce guichet sert également à la rétrocession pour la dispensation en garde. En entrée, un interphone relié à la chambre de garde et aux bureaux des préparateurs permettra de contrôler l’accès au guichet. Le personnel en charge du guichet sera ainsi prévenu et pourra prendre en charge les demandes. Des équipements bureautiques seront reliés au réseau pour les opérations administratives et logistiques. Un guichet haut séparera l’entrée du local de la sortie donnant accès aux espaces de stockage (le guichet aura une partie amovible permettant d’accéder à l’intégralité du local, notamment pour les opérations de nettoyage). Rétrocession ambulatoire

Polyprogramme – Programme Général

280/347

Le sas d’accès aux espaces de rétrocession ambulatoire permettra aux patients de s’annoncer via un interphone de type vidéo portier, relié aux bureaux des personnes chargées de dispenser les médicaments qui pourront ainsi vérifier que le patient est seul dans le sas avant de déclencher l’ouverture de la seconde porte du sas. La porte d’entrée sera visible et facilement accessible depuis les circulations principales du site, pour aider au repérage des patients peu familiers avec les lieux. Les débattements et la nature de ses portes favoriseront l’accessibilité des personnes handicapées. Ce sas ouvrira sur une salle d’attente patients, meublée de sièges et d’une table basse. Son ambiance favorisera la détente de ses usagers (acoustique maîtrisée, couleurs douces, décoration agréable, lumière naturelle, éclairage artificiel diffus, etc.). Un sanitaire accessible aux personnes handicapées donnera sur la salle d’attente. Son agencement tiendra compte de la présence éventuelle de patients dans la salle d’attente (limitation des vues). Ses équipements seront conçus pour faciliter le nettoyage (cuvette fixée au mur, nature des sols et des murs). La dispensation des prescriptions se fera dans le confidentiel de réception qui ouvre sur la salle d’attente et qui assure la confidentialité des échanges s’y déroulant (traitement des vis à vis, isolation acoustique par rapport à la salle d’attente, etc.). Le traitement de son ambiance tiendra compte du besoin de mise en confiance des patients, face à une possible appréhension de l’échange. Il s’agit de favoriser l’acceptabilité des traitements dispensés par la création d’espaces calmes. L’accès menant aux espaces de stockage sera contrôlé par code, afin d’éviter l’intrusion de patients dans la pharmacie. Une réserve fera office de stockage tampon sera située à l’arrière du confidentiel. Il permettra de déporter les préparations quotidiennes pour les patients qui ont rendez-vous.

Locaux supports
Les locaux du personnel regrouperont les espaces administratifs de la pharmacie (bureaux, salle de réunion et d’archivage), la chambre de garde et les locaux communs (vestiaires, salle de détente, etc., dans le respect du code du travail). Cette zone disposera d’un accès propre et destiné aux personnels de la pharmacie et aux visiteurs. Elle permettra d’accéder aux espaces de stockage, de préparation et de distribution et constituera l’unique accès du personnel à ces espaces. Des points de contrôle d’accès, placés en amont et en aval de ces locaux supports, permettront d’assurer la sécurisation des espaces. De la même façon, la chambre de garde, qui accueillera le personnel de garde, profitera d’un accès aux différentes zones fonctionnelles. Espaces tertiaires L’ensemble des bureaux sera regroupé dans un même secteur, isolé des passages et des nuisances pour offrir une bonne ambiance de travail. L’accès à ce secteur sera contrôlé par un interphone relié au secrétariat, pour l’accès des visiteurs. Les espaces tertiaires de cet ensemble répondent aux principes déjà définis pour cette nature de locaux. On trouve : un bureau individuel pour le chef de service ; un bureau individuel pour le secrétariat ; un bureau double pour les pharmaciens ; un bureau commun pour les résidents.
281/347

Polyprogramme – Programme Général

La salle de réunion répond aux mêmes standard que ceux déjà évoqués. Locaux du personnel La salle de détente sera équipée de quelques chaises, d’une table, et d’une petite kitchenette (évier avec eau chaude et froide, deux plaques électriques, un petit réfrigérateur, un four à micro-onde, une machine à café et des meubles de rangement). Elle sera surventilée, afin d’assurer la qualité de l’air quels que soient les usages. Deux sanitaires seront implantés à proximité de la salle de détente. Ils seront similaires à ceux déjà décrits. Leurs accès seront discrets, avec un système de sas qui évitera la vue directe sur l’intérieur de ces espaces depuis une circulation ou un espace de travail. Ils seront positionnés de manière à être facilement ventilés naturellement. Une chambre de garde, avec salle de bain, sera réservée aux pharmaciens de garde. Elle sera installée au sous-sol et bénéficiera d’un poste téléphonique et du report de l’interphone du guichet d’urgence. Elle sera équipée d’un lit, d’un placard pour le rangement des effets personnels, d’un chevet et d’une table. À l’éclairage général, on ajoutera un éclairage de tête de lit pour la lecture. Un poste de télévision sera accroché sur un bras articulé. La salle de douches sera équipée d’un lavabo et d’une cabine de douche. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue de travail. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Les consignes seront équipées de portes fermables à code ou à cadenas. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

282/347

Stérilisation
Organisation générale
Le service collecte, traite et distribue les instruments opératoires ou de soins qui ne sont pas usage unique et devant être utilisés stériles. La stérilisation, contrôle, nettoie, conditionne et stérilise les boîtes du bloc. Pour les autres services de l’hôpital, les agents de la stérilisation vont chercher le matériel à traiter. Le matériel suit ensuite le même traitement que celui du bloc. Le principal utilisateur de la stérilisation est le bloc opératoire. Il a été fait le choix de conserver la stérilisation au sein du plateau technique. Le flux logistique passera par le même circuit que le reste de l’alimentation du bloc opératoire. Un flux et une modalité spécifiques ont été identifiés dans l’étude logistique pour répondre. Rappelons que le principe général du circuit de la stérilisation est fondé sur une progression de la mise en surpression des locaux afin d’éviter toute propagation d’agents infectieux dans la chaîne de stérilisation. Ce principe sera traduit par des couleurs de revêtement de sol pour chacun des paliers de pression. Trois paliers sont nécessaires (cf. données techniques et fiches techniques). Des barrières aérauliques sont conçues pour assurer les confinements et le balayage de l’air. Tous les espaces sont climatisés avec un contrôle de la température et de l’hygrométrie. Les dispositifs techniques sont équipés des filtres anti-bactériologiques qui font barrière à toute contamination de ces espaces très sensibles. Pour chacun de ces éléments, les concepteurs veilleront à rendre les conditions d’entretien et de changement des filtres les plus simples possible. Les zones s’enchaînent de la manière suivante : zone de réception et de tri ; zone de lavage ; • • mur technique de laveurs désinfecteurs ; mur technique de stérilisateurs ; zone de conditionnement et chargement stérilisateurs ; zone de déchargement des stérilisateurs stockages stérile ; zone de distribution.

2 circuits sont à prévoir : un circuit personnel et un circuit matériel, ce dernier selon le principe de la marche en avant.

Circuit du personnel
Personnel en civil dans la circulation générale ê Passage dans les vestiaires extérieurs ê Personnel en tenue blanche

Polyprogramme – Programme Général

283/347

ê Entrée dans le service : point d’eau pour lavage des mains, casiers pour effets personnels ê Couloir interne qui dessert : Zone bureaux (cadre, pharmacien, infirmier) Zone de stockage matières premières Zone réception / lavage Vestiaires intérieurs pour passer de la tenue blanche aux pyjamas⇒ vers la zone conditionnement/chargement Sortie du service

Circuit matériel (marche en avant)
Réception du matériel décontaminé venant du bloc ou des services ê Lavage (passage dans les laveurs désinfecteurs installés dans le 1er mur technique) ê Conditionnement et chargement dans les stérilisateurs installés dans le 2e mur technique ê Déchargement ê Stockage ê Distribution Le matériel ne doit pas pouvoir ‘’remonter’’ cette suite d’opérations, grâce en particulier à l’étanchéité des murs techniques. La surpression augmente de la zone réception/lavage, puis déchargement/stockage, puis conditionnement (cette dernière zone est la plus fragile et doit donc être la plus protégée) Ces zones sont accessibles chacune indépendamment depuis des sas donnant sur une circulation interne. Le personnel arrive depuis les circulations générales passe par le vestiaire. Le vestiaire ouvre sur une circulation interne qui dessert les sas donnant accès à chacune des zones. L’entrée et la sortie de la zone lavage se font dans les circulations générales. La stérilisation est alimentée par un réseau d’eau osmosée pour les autoclaves et les lave-instruments.

Polyprogramme – Programme Général

284/347

Schéma de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

285/347

Tableau de surfaces
Stérilisation
Zone réception tri Aire de stockage Salle de tri Poste informatique Zone lavage - mur technique Poste de lavage (1 poste et 1 machine) Zone de chargement Mur technique Poste de lavage manuel des conteneurs (1 poste) Poste informatique Locaux supports Rangement instrumentation Réserve produits lessiviels Zone conditionnement Salle de conditionnement des instruments Sas Aire de déchargement Zone de séchage Aire de constitution des paniers stérilisateurs Stockage chariots et containers Stérilisateurs (3) Aire de chargement des stérilisateurs Emprise stérilisateurs Locaux supports Produits de conditionnement Ménage Zone stérile Accès Sas Tri et stockage Sortie stérilisateurs Sas transfert Préparation des chariots Préparation chariots instrument Sas sortie (3 chariots) Locaux support Espaces tertiaires Pharmacien responsable Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 5 20 8 12 12 10 10 8 5 5 5 20 8 12 12 10 10 8 5 5 258

258

1 1 1 1 1 1 1 1 1

5 10 20 8 10 15 9 5 6

5 10 20 8 10 15 9 5 6

1 1 1 1 1

5 10 10 12 10

5 10 10 12 10

1 2 1

12 2 12

12 4 12

Polyprogramme – Programme Général

286/347

Description détaillée des locaux
Zone de réception tri
Il doit être prévu une cour de service permettant la livraison les contenants livrés des autres sites. Elle sera dimensionnée pour un véhicule de type fourgonnette. Un quai est destiné au déchargement des armoires roulantes. Les fourgonnettes transportent au maximum deux à trois contenants. Le quai ferme au moyen d’une porte sectionnelle. L’entrée dans le guichet matériel urgent réservé aux infirmières est commandée depuis l’intérieur de la stérilisation par interphone. La banque en revanche ne présente aucun dispositif spécifique de protection. Un passe-plat permet de donner en urgence une boîte qu’il faut prendre en charge de manière prioritaire. À l’entrée du service, on localise une aire de stockage des chariots venant des unités de soins. Ce dégagement en entrée permet de stationner 10 containers et de ménager une allée de circulation suffisante pour le personnel. Cet espace, dont l’accès est protégé avec un digicode et interphone, est au contact du couloir logistique. Il ne bénéficie d’aucune mesure d’asepsie particulière tant pour ce qui concerne l’acheminement des chariots que pour ce qui concerne le personnel. Le personnel y effectue le transfert des bacs d’instruments souillés sur des tables roulantes ensuite passées dans la zone de tri. Tous les bacs remplis de la solution désinfectante seront vidés et rincé sur une paillasse humide. Le matériel du bloc opératoire subit le même tri que celui des services de soins. Le tri est réalisé sur une longue paillasse humide. Un poste de prétraitement comprend 4 ml de paillasse humide et une machine à laver pour le grattage et le nettoyage des instruments les plus sales. La paillasse humide murale est équipée d’un évier double bac, qui a une dimension suffisante pour recevoir les poissonnières contenant les matériels (70 cm X 50 cm). Elle est alimentée en eau froide, chaude. Un vidoir sera installé à proximité de la paillasse. Une machine à ultrasons pourra être installée sur cette paillasse. Chaque chariot est ouvert et le contenu subi un prétraitement avant lavage : écouvillonnage brossage, rinçage. Les unités d’œuvre sont également enregistrées et intégrées dans le système informatique de suivi et de traçabilité. Les plateaux à instruments sont placés sur un convoyeur qui desservira le tunnel de lavage. Les conteneurs sont réunis pour passer en cabine de lavage conteneurs. Enfin, les instruments sont installés dans des paniers de lavage grillagés. Ils sont également positionnés sur un convoyeur qui les achemine vers les laves instruments. Zone de déchets pour les instruments non fonctionnels ou à usage unique. Un poste informatique pour 2 personnes avec imprimante est implanté en fin de chaîne. Il est équipé d’une douchette pour numériser le code-barres des instruments. L’ensemble de cette zone est en dépression par rapport aux circulations générales.

Polyprogramme – Programme Général

287/347

Zone de lavage – mur technique de laveurs
Le circuit continue avec le premier sas qui ouvre sur l’espace de lavage. Les personnels restent en tenue blanche et s’y lavent les mains. L’ensemble des surfaces sont à intégrer dans un volume unique. L’espace de Lavage accueille les machines à laver. Cet espace est approvisionné par le sas décrit ci-dessus. Il reçoit ainsi les produits pré-désinfectés et rincés depuis le bloc opératoire. Un poste de lavage pour le matériel non immersible ou fragile comprend 4 ml de paillasse humide et une machine à laver pour le grattage et le nettoyage des instruments les plus sales. La paillasse humide murale est équipée d’un évier double bac, qui a une dimension suffisante pour recevoir les poissonnières contenant les matériels (70 cm X 50 cm). Elle est alimentée en eau froide et chaude. Un vidoir sera installé à proximité de la paillasse. On y effectuera le vidage, à l’aide d’une pompe installée sur la paillasse, des bacs contenant les instruments et le désinfectant. Une machine à ultrasons sera installée sur cette paillasse. Une zone de stockage des chariots de lavage est à prévoir le long du mur, face aux laveurs. Il faut prévoir 2 chariots de lavage par laveur. Le mur technique est composé de trois laveurs désinfecteurs double porte, un tunnel pour les plateaux et un lave conteneurs traversants avec introduction côté de l’espace lavage et sortie du côté du conditionnement sont installées. Les machines doivent être ancrées sur des massifs en béton. Devant le mur, une zone de chargement est libre de tout aménagement pou permettre le positionnement des chariots de lavage en entrée de machine ou l’arrivée des tapis de convoyage. Les machines intégrées dans le mur technique sont les alimentations en eau (froide, chaude et osmosée), en électricité et en courants faibles. Les cycles seront contrôlés et tracés. En complément, un guichet faisant sas permettra de passer du lavage vers le conditionnement pour le matériel ne passant pas dans les machines passe muraille. La taille du guichet est de 70 cm de large X 70 cm de haut et 60 cm de profondeur. Il est installé à une hauteur de 90 cm pour faciliter le passage des bacs des chariots du lavage dans le guichet, puis du guichet sur les chariots du conditionnement. Un espace est dédié au nettoyage manuel des conteneurs. Il est équipé d’un caillebotis pour le recueil des eaux de nettoyage. Un plan de travail mural reçoit un poste informatique relié au réseau de l’hôpital. Pour la parfaite asepsie de ce local, on veillera aux matériaux, à la facilité de leur entretien et à leur résistance aux lavages avec des produits désinfectants. Le sol de ce local, qui doit pouvoir être nettoyé fréquemment et doit pouvoir résister aux roulettes des chariots supportant des charges lourdes. Ce revêtement est remonté sur des plinthes qui assurent la transition avec le revêtement du mur. Les peintures utilisées pour les surfaces de murs seront lisses et antibactériennes. Enfin, les faux plafonds présenteront un état de surface parfaitement étanche, lisse et lavable. Ayant pris en compte l’ensemble de ces contraintes, les concepteurs donneront des solutions innovantes pour contrôler l’ambiance sonore de ce local et pour éviter qu’il ne soit trop réverbérant. Les machines dégageant beaucoup de chaleur, il convient de prévoir une évacuation des vapeurs (une par machine) et une climatisation réglable.

Polyprogramme – Programme Général

288/347

Locaux supports Un premier local sert au rangement instrumentation. Les bacs grillagés et les chariots en attente sont rangés dans ce local. Il est équipé d’étagères murales à partir de 1,1 m de haut le sol étant dégagé pour le rangement des chariots. La réserve produits lessiviels est organisée avec des étagères sur son pourtour. Elle ouvre sur le décartonnage et sur l’espace de lavage. Elle aura une forme allongée.

Zone conditionnement
Salle de conditionnement des instruments L’espace de Conditionnement Instruments est la zone la plus sensible (les instruments sont propres mais pas encore emballés : ils ne doivent pas être contaminés). Elle est accessible depuis le couloir interne à la stérilisation par un vestiaire (homme et femme séparés, pour passer de la tenue blanche aux pyjamas, avec un point d’eau pour lavage des mains, poubelle pour les pyjamas sales) avec sas. Cette salle constitue un seul et même volume dans lequel on trouve tous les postes de travail qui s’organisent selon une chaîne logique et continue. C’est au conditionnement que sont constitués les plateaux d’intervention. Pour chaque plateau, les infirmières et personnels soignants disposent d’une fiche d’inventaire listant l’ensemble du matériel devant se trouver sur le plateau. Cette zone est en surpression par rapport à la zone de lavage (et les autres zones). Elle est en traitement d’air ISO 8 afin de limiter la présence de particules. Elle est climatisée pour compenser la génération de vapeur en sortie des laveurs. En sortie du mur technique, on trouve une aire de déchargement des laveurs désinfecteurs permettant la circulation des agents et des chariots de manipulation de paniers des machines. Une zone de séchage est constituée du départ des tapis de convoyage et de surface au sol pour les chariots de paniers en attente de positionnement sur les tapis. Les convoyeurs vont irriguer les postes de conditionnement. Ces convoyeurs permettent de décharger les machines sans intervention humaine, donc sans perte de temps. Dans l’aire de constitution des paniers de stérilisateurs, les plateaux sont alors disposés dans des paniers, eux-mêmes installés sur des chariots roulants. Ces chariots sont entreposés sur l’aire de stockage des chariots puis acheminés vers les stérilisateurs. Un stockage est positionné en sortie du poste de conditionnement pour les chariots et les containers. Stérilisateurs Une fois préparés et ensachés, les plateaux sont passés dans les stérilisateurs où ils sont stérilisés. Le chargement de ces machines s’effectue depuis l’aire de chargement des stérilisateurs. Les stérilisateurs seront traversants. Ils ouvrent sur la zone de conditionnement et sur la zone stérile. Ils seront installés dans un mur technique dans lequel seront implantées toutes les alimentations. Ils devront être reliés à des gaines d’extraction qui sont déjà pré-installées mais pas encore raccordées puisque les stérilisateurs seront installés par l’hôpital. La hotte surplombant les stérilisateurs devra être soigneusement insonorisée, étanche aux vapeurs d’eau et isolée sur le plan thermique. Une attention particulière sera accordée au point de traversée du bloc opératoire et des services du plateau technique installés à l’étage. Ici, la notion de puis technique pourra être mise en place.

Polyprogramme – Programme Général

289/347

Locaux supports La réserve produits de conditionnement est organisée avec des étagères sur son pourtour. Elle ouvre sur la salle de conditionnement. Elle aura une forme allongée. Elle sera accessible de la zone décartonnage car les cartons de sachets sont lourds et volumineux. Un local ménage sera installé en amont du service pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle.

Zone stérile
Les accès à la zone stérile se font au moyen d’un sas identique au précédent. Il donne accès à la sortie des autoclaves. Il est en ISO 9. Tri et stockage La zone de sortie des stérilisateurs est l’espace le plus sensible avec la zone de conditionnement car on y entrepose du matériel stérile. Cette zone est classée en zone propre ISO 8. En effet, les instruments qui sont dès lors stérilisés ne subiront plus aucun traitement. Pourtant, le sachet est, à la température de sortie de l’autoclave, perméable aux agents infectieux et bactériologiques. Il doit donc refroidir dans un espace extrêmement contrôlé et lui-même stérile. Pour cela, un nouveau seuil de pression est nécessaire pour atteindre le point maximum de surpression. Le contrôle de la température et de l’hygrométrie de cette pièce est très performant de manière à accélérer la mise à température ambiante des sachets et à compenser les dégagements de chaleur lors de l’ouverture des portes des autoclaves. Le déchargement des autoclaves est automatique et se fait sur des convoyeurs. Un poste informatique regroupe les informations sur les cycles des stérilisateurs. Le pharmacien peut ainsi valider la stérilisation. Un sas de transfert permet de passer les chariots de boîtes stérilisées vers la préparation des contenants et le stockage DMS. Ce sas est en ISO 9 et permet de maintenir le différentiel de pression. C’est porte sont automatiques et à ouverture alternée. Par ailleurs, elles sont commandées par l’ouverture du sas d’accès à la zone stérile. Préparation des chariots Le principe retenu est un flux continu vers les blocs de manière à réduire le stockage à 24 heures sur ces deux lignes. L’espace de préparation chariot instrument est prévu pour un poste de travail. Des étagères permettent de stocker les boîtes stérilisées et de faire du picking pour constituer les chariots instruments qui seront ensuite envoyés au bloc opératoire ou en zone de soins. Le stockage est réalisé sur des clayettes en acier inoxydables disposées sur trois hauteurs dont la première sera au moins à 30 cm du sol. Le sol de cet espace est identique à celui demandé pour la zone de lavage. Un poste informatique permet de suivre la constitution du chariot et le contenu en boîte. La surface est suffisante pour stocker quatre chariots (deux en préparation et deux préparés). Ces chariots sont ensuite transférés dans le sas sortie.

Polyprogramme – Programme Général

290/347

L’espace de préparation des chariots DMS est similaire. Les chariots sont ensuite positionnés dans le sas de sortie pour être transférés vers la pharmacie. Un sas de sortie permet de ranger trois chariots. Ses portes sont automatiques et il donne sur le stockage chariots instruments.

Locaux supports
Espaces tertiaires Il s’agit d’un bureau individuel pour le pharmacien responsable. une vue sur la salle de conditionnement par une cloison vitrée est vivement souhaitable. Locaux du personnel Deux Sanitaires seront implantés à proximité du vestiaire. Ils seront similaires à ceux déjà décrits. Leurs accès seront discrets, avec un système de sas qui évitera la vue directe sur l’intérieur de ces espaces depuis une circulation ou un espace de travail. Le vestiaire sera positionné en entrée de la stérilisation de manière à faire sas avec les circulations générales. Les portes du vestiaire seront munies d’une serrure à badge. L’accès est ainsi limité aux seules personnes autorisées. La circulation desservant les vestiaires sera étudiée pour être agréable et procurer un sentiment de sécurité. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue de travail avant de revêtir des sur tenues dans les sas d’accès aux différents secteurs. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Les consignes seront équipées de portes fermables à code ou à cadenas. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

291/347

Tertiaire

Polyprogramme – Programme Général

292/347

Organisation générale
Regroupement
Des bureaux des médecins
Il a été fait choix de privilégier le regroupement des bureaux médicaux à proximité des consultations plutôt qu’une dispersion dans les unités d’hospitalisation. Deux volontés ont présidé à ce regroupement. Tout d’abord, il s’agit de constituer un ensemble de cohérent de surfaces tertiaires permettant une évolutivité dans les attributions et une densification de l’occupation. Placés à proximité des espaces d’hospitalisation, la tendance naturelle incite les équipes au grès des nominations et de l’arrivée de nouveaux médecins à transformer des espaces de soins en espaces tertiaires réduisant ainsi la capacité d’accueil de l’hôpital. Grâce au regroupement, les équipes peuvent gérer leur capital tertiaire de manière plus souple et profiter de plateaux tertiaires modulables. Par ailleurs, cette distinction des locaux par nature constructive et technique permet de réduire le coût global de la construction les espaces de soins sont réalisés dans des coûts supérieurs et les espaces tertiaires peuvent être optimisés en coût de construction (trame adaptée, finitions différentes…).

De l’administration
L’administration est regroupée au sein du bâtiment d’accès de l’hôpital. Une construction dédiée à l’administration est écartée afin d’assurer des échanges entre les directions administratives et les unités de soins. Toutes les directions sont ainsi regroupées pour permettre une cohérence de gestion des affaires médicales, financières, juridiques, techniques et logistiques de la vie de l’hôpital.

Flexibilité des locaux
Modification de cloisonnement
La conception doit permettre une forte évolutivité du cloisonnement des locaux afin de s’adapter à de nouvelles méthodes de travail ou des évolutions d’effectifs. Pour cela : les bureaux seront regroupés par trames cohérentes organisant un plateau tertiaire cohérent et recloisonnable. Par exemple, la suppression d’une cloison entre deux bureaux individuels attenants permet de disposer facilement d’un bureau double ; les cloisons ne seront pas porteuses ; les alimentations en courants forts et faibles sont préférentiellement réalisées depuis les façades et les couloirs.

-

Polyprogramme – Programme Général

293/347

Modification d’affectation
Les profondeurs des bureaux et les trames seront étudiées de manière à permettre la restructuration de tout ou partie de l’administration en unités d’hospitalisation. À long terme, les surfaces de l’administration représentent ainsi une réserve pour développer la capacité de l’hôpital, en conservant sont organisation générale et les proximités avec le plateau technique. En cas de restructuration de ce type, l’administration serait reconstruite dans un autre bâtiment.

Trames
La trame des espaces tertiaires est la suivante : 30 m2 pour le directeur de l’hôpital, dont le bureau intègre une table de réunion pour 10 personnes ; 15 m2 pour un bureau de responsable avec un bureau comprenant une table de réception et de réunion distincte de la table de travail ; 12 m2 pour les bureaux individuels ; 8 m2 par personne dans les bureaux collectifs ou ouverts dédiés à des postes fixes ; 6 m2 pour les bureaux accueillants des personnes non sédentaires.

Les salles de réunion, les salles d’accueil des stagiaires, les salles de détente et les sanitaires sont mutualisés. Ces locaux sont répartis à proximités des circulations générales au sein de l’ensemble de l’administration. Ils sont installés systématiquement au même endroit et sont verticalisées, préférentiellement implantées à proximité des points de montée. Aucune des salles de réunion n’est allouée spécifiquement à une direction, elles sont toutes ouvertes et réservables depuis le réseau informatique. L’ensemble des salles est connecté sur ce réseau, y compris celles du centre réunion. En entrée de salle, un panneau électronique (système non dû au titre du présent marché) affiche les réservations de la journée. Il est évident que certains staffs auront une plage horaire récurrente et attribuée.

Description détaillée des locaux
Affectations encore ouvertes
Il n’est pas envisageable à ce jour de définir précisément les besoins au local près. Les concepteurs partiront donc sur les hypothèses suivantes pour la répartition des 1 500 m2 : - les bureaux : § individuels : • • § un bureau de 30 m2 ; six bureaux de 15 m2 ;

• dix bureaux de 12 m2 ; collectifs :

Polyprogramme – Programme Général

294/347

• -

20 bureaux doubles de 12 m2 ;

• 30 bureaux quadruples de 20 m2 ; les salles de réunion : § § § une salle de 40 personnes (80 m2) ; deux salles de 20 personnes recoupables en quatre de dix (40 m2) ; deux salles de dix personnes (20 m2) ;

-

§ cinq salles de 7/8 personnes (15 m2) ; les locaux supports : § § § 70 m2 de classement de proximité ; 20 m2 pour les coins photocopie ; 15 m2 d’attente ;

-

trois espaces détente de 10 m2 à répartir ; des sanitaires à répartir en trois blocs de 10 m2.

Principes communs d’aménagement des bureaux
Bureaux individuels
Tous les bureaux suivent des principes communs d’aménagement. Sur le plan de la volumétrie, les espaces tertiaires de 15 et de 12 m2 feront au moins 2,70 m de large permettant ainsi d’installer un plateau de travail de 160 X 80 cm à la perpendiculaire de la cloison séparative longitudinale (c’est-à-dire celle qui est perpendiculaire à la façade). Il aura donc une profondeur maximale de 4,45 m. On comprend que ce tramage, fort différent de celui des chambres (3,6 m de large sur 5 m de profondeur), incite largement à la distinction verticale des espaces et des fonctions. Le volume des bureaux offrira une hauteur minimale sous faux plafond de 2,70 m. Sur le plan des finitions, les bureaux seront équipés d’un faux plafond ou d’un élément permettant d’atteindre de bon résultat en matière d’équilibre acoustique. Dans le cas où l’équipe retenait un plafond radian dans ces espaces, il sera fait des propositions argumentées sur la nature du revêtement de sous face de la dalle et de ses qualités acoustiques. Il est souhaité, au-delà du tramage de l’irrigation en courants forts et faibles des espaces tertiaires, que les éléments techniques soient conçus de façon à positionner les cloisons en adéquation avec les demandes du programme. Il est demandé une réflexion poussée en termes d’économie globale du projet dans la recherche du meilleur compromis en la trame architecturale et la trame fonctionnelle, sachant que l’unité de base de distribution sera comprise entre 5 m2 au minimum et 7 m2 pour les espaces tertiaires. L’ensemble des commandes de distribution des fluides (éclairage, climatisation, électricité) est tramé sur le même pas afin que tout recoupement ultérieur des espaces reste envisageable et aisé à entreprendre. Pour les courants faibles (cf.) et les courants forts (CF), il est demandé un point d’accès par trame architecturale (2cf et 3 CF). Pour deux trames architecturales, la trame étant en moyenne de 6 m2, on trouvera un point d’accès ramené en façade et un second distribué par le faux plafond – avec une réserve de fil lové – qui sera ensuite redescendu dans les cloisons transversales. Ces points pourront ainsi être attachés à deux cloisons différentes dans l’espace de travail et uniformément répartis sur les espaces profonds. Ce parti de distribution laisse imaginer une facilité de configuration des postes de travail et de leur aménagement.

Polyprogramme – Programme Général

295/347

Bureaux partagés
Certains agents travaillant en équipe dispose d’un poste de travail intégré à un bureau partagé. Ce sont ainsi des bureaux de 2 à 4 postes de travail qui sont programmés. Pour chaque poste de travail, il a été pris un ratio de 6 m2 et 5 m2. Un bureau double aura ainsi une superficie de 12 m2 et un bureau quadruple de 20 m2. Chaque poste est composé d’une table de travail avec un ordinateur connecté au réseau et d’une armoire fermée à clé (mobilier hors prestations). Pour les bureaux doubles et quadruples, il est recherché une trame compatible avec celle des bureaux individuels (4,5 à 5 m de profondeur). Cette faible profondeur permet d’éclairer en premier jour tous les postes de travail et de pouvoir recloisonner un bureau. Sur le plan technique, les bureaux partagés suivent les mêmes performances que les bureaux individuels décrits ci-avant.

Salles de réunion
Organisation générale
Les salles de réunion seront regroupées de manière à former un centre de réunion. Cet un outil est d’abord tourné vers la communauté médicale et soignante de l’hôpital. Le personnel trouve ici un espace de qualité dans lequel pourront se dérouler les événements importants de l’hôpital et les temps de formation et de compagnonnage. Elles seront regroupées autour d’un petit hall de distribution bien connecté au hall principal. La capacité globale d’accueil du centre est de 140 personnes en simultanée. La plus grande salle offre une capacité de 40 places. Son effectif peut être éclaté en module de 20 personnes, dans les deux salles de vingt places, en module de 10 personnes, dans les deux salles de vingt et les deux de dix, en modules de 5 dans les salles précédentes et les cinq salles de 7/8. La structure est donc très souple. Ces salles pourront également être utilisées indépendamment par les utilisateurs de l’hôpital pour des réunions plus classiques et moins exceptionnelles.

Description détaillée des locaux
• Accès Il est prévu un hall desservant ce volume et servant d’espace de sortie pour les salles de réunion. Il pourra être le lieu d’exposition d’un accompagnement lors des conférences. Ce hall sera ouvert sur les circulations générales de l’hôpital.

Deux sanitaires publics sont accessibles depuis le hall et seront situés à proximité de la grande salle. Chaque bloc est équipé de deux cabines dont une pour les PMR. Les deux blocs sont desservis par un couloir technique donnant accès à l’ensemble des chasses. Ils sont équipés d’une cuvette surélevée et suspendue accessible aux handicapés, de deux barres d’appui et de transfert rétractables, d’un distributeur de papier hygiénique et de protège lunette, d’un distributeur de savon, d’un lavabo avec des robinets à mitigeur et à déclenchement automatique lors de la présentation des mains. De plus, on trouve un sèche-mains à déclenchement automatique.

Polyprogramme – Programme Général

296/347

On y proscrira les faux plafonds démontables. Les réservoirs de chasse sont encaissés, les cuvettes de sanitaire sont scellées au mur. On choisira le matériel de façon à empêcher toute dissimulation d'objets dans ou derrière les appareillages. • Salles de réunion et de formation Les salles de réunion sont au nombre de dix : - une salle de 40 en tour de table et 60 en rangée ; - deux salles de 20 en tour de table et 35 en rangée ; - deux salles de 10 personnes en tour de table et de 20 en rangée ; - cinq salles de travail de 7 à 8 personnes. La forme des salles sera étudiée pour que la configuration réunion soit réalisée avec des tables de 160 x 80 cm identiques à celle des bureaux afin d’uniformiser le parc du mobilier administratif au sein de l’hôpital. Ces tables ne seront pas dues au titre du marché. Elles seront munies de roulettes et auront un plateau renversable de manière à pouvoir les ranger facilement pour augmenter la capacité de la salle en configuration conférence. Les salles offrent un excellent confort sur le plan acoustique (TR 0,9 ± 0,2 s et 45 dB d’isolation phonique par rapport aux locaux voisins et aux circulations), du traitement de l’air (en renouvellement, en vitesse de soufflage 0,15 m/s maximum et en contrôle de la consigne de température 19 °C en hiver et ∆T de 7 °C en été) et de l’éclairage artificiel qui sera choisi pour son bon indice de rendu des couleurs et son uniformité. Par ailleurs, l’éclairage artificiel pourra être modulé en fonction des besoins de projection et de la qualité des supports. Un mode d’éclairage spécifique sera prévu pour les visioconférences. Il apportera une note plus froide meilleure pour la définition des visioconférences. L’équipement technique des salles doit permettre de projeter une présentation ou un diaporama numérique depuis un ordinateur portable (vidéo projecteur et ordinateur non compris dans la prestation, support plafonnier d’accroche du vidéo compris dans la prestation). On prévoira de plus des connexions pour effectuer des séances de visioconférence. L’équipement comprend donc : - un écran rétractable et motorisé dans le faux plafond ; - un système de suspension pour le vidéo projecteur (un point d’accès vidéo sera prévu à cet effet en faux plafond. Pour mémoire, cf. éléments techniques généraux, le point d’accès vidéo comprend une prise électrique, une prise RJ 45 et une prise VGA ou équivalent selon la technologie qui sera le plus employée) ; - un système d’occultation motorisé. Les commandes des systèmes techniques sont centralisées sur une colonne qui sera située à proximité de l’écran. Elle comprend un point d’accès réunion qui sera composé de : - deux prises RJ45 pour le branchement d’un ordinateur portable et un ordinateur fixe qui pourra rester à demeure dans la salle ; - une prise VGA qui permettra de raccorder en mode vidéo le portable ou le fixe au vidéo projecteur. Cette technologie sera peut-être amenée à évoluer et devra être adaptée selon les besoins et le matériel ; - trois prises de courant fort permettant de brancher l’ordinateur portable, le fixe et un élément complémentaire. Des prises de courants forts seront disponibles au centre de la pièce et permettront de remonter dans le mobilier des points de connexion pour les personnes souhaitant recharger leur ordinateur portable. On
Polyprogramme – Programme Général 297/347

prévoira quatre prises de cette nature. Elles seront intégrées dans le sol et recouvertes d’une trappe étanche à la poussière et à l’eau. Les salles sont par ailleurs couvertes par un réseau de type WiFi.

Autres locaux
Les Locaux reprographie et numérisation (4) sont prévus pour accueillir le matériel de numérisation de proximité. Ils sont aussi meublés d’une petite table d’assemblage et de reliure. Ils sont ventilés en fonction du dégagement calorifique d’un numériseur de moyenne capacité. Il faut prévoir que ces machines seront reliées au réseau informatique. La pièce peut être aveugle. Les locaux de classement de proximité (6 de 12 m2) sont répartis et prévus pour accueillir des modes de stockage dense des supports papiers. Il devra être localisé sur un plancher proposant une surcharge d’exploitation de 1 200 kg/m2. Le déclenchement de l’éclairage sera automatique. Les espaces détente (3) sont très importants pour les personnels. Ils peuvent s’y retrouver discuter et échanger sur des aspects professionnels ou personnels et créer au travers de ses moments une vraie vie d’établissement. Ces espaces sont ouverts sur la circulation. Ils sont en cela très différents des espaces de détente intégrés dans les unités qui servent au personnel à décompresser. Ils forment des points d’arrêt et élargissement de la circulation pour y placer des machines à café, des distributeurs de soda ou d’eau. Ils sont localisés à proximité des paliers de circulation verticale et des salles de réunion. On peut ainsi y faire une pause lors d’une réunion et rencontrer des collègues à l’occasion de ses déplacements. Ces espaces seront dotés : - d’un point de connexion en eau potable ; - de quatre prises électriques réparties en fonction de l’aménagement et permettant le branchement de trois machines (sur une façade ou en vis-à-vis). Le sol et les prestations d’aménagement seront conçus pour résister à un usage intense et à des éventuels accidents du type café renversé. Les sanitaires seront répartis au même titre que les espaces détente. Ils sont positionnés en relation avec les espaces détente de manière à former, en complément également des salles de réunion, des secteurs de service au personnel. Sur le plan de leur implantation, on veillera à ne pas ouvrir directement les portes d’accès sur les espaces de détente. Chaque bloc est équipé de deux cabines dont une pour les PMR. Les deux blocs sont desservis par un couloir technique donnant accès à l’ensemble des chasses. Ils sont équipés d’une cuvette surélevée et suspendue accessible aux handicapés, de deux barres d’appui et de transfert rétractables, d’un distributeur de papier hygiénique et de protège lunette, d’un distributeur de savon, d’un lavabo avec des robinets à mitigeur et à déclenchement par bouton-pression. De plus, on trouve un distributeur de papier essuie-mains à déclenchement automatique.

Polyprogramme – Programme Général

298/347

On y proscrira les faux plafonds démontables. Les réservoirs de chasse sont encaissés, les cuvettes de sanitaire sont scellées au mur. On choisira le matériel de façon à empêcher toute dissimulation d'objets dans ou derrière les appareillages.

Polyprogramme – Programme Général

299/347

Logistique générale

Polyprogramme – Programme Général

300/347

Magasins centraux
Organisation générale
Des enjeux multiples
Les futurs magasins regrouperont le magasin hôtelier, le magasin des fournitures de bureau, la lingerie centrale, les archives et la centrale de gestion des déchets. Ce regroupement permettra une mise en commun des moyens humains et matériels. Le personnel gagnera en polyvalence, l’utilisation du parc de véhicule pourra être optimisée, et la traçabilité par code-barres sera étudiée pour une gestion globale et optimisée des stocks. La mutualisation des moyens permettra de mieux assurer certaines fonctions comme la réception des fournitures ou la préparation des commandes, qui aujourd’hui mobilisent autant d’équipes et d’espaces qu’il existe de magasins. Le principe général retenu consiste en un réapprovisionnement des stocks des services par complémentation, soit un réapprovisionnement des stocks à hauteur des produits consommés depuis la précédente livraison. Les services logistiques livreront les unités fonctionnelles jusqu’à l’intérieur de leurs réserves. Les produits seront prêts à l’emploi. La maîtrise d’ouvrage veut éviter les ruptures de stock et les bons d’urgence. Il faudra définir avec chaque service une dotation par référence, et mettre en place un système de cueillette des codes barre pour tout mouvement de produit, pour que les commandes soient automatiquement transmises par informatique. La distribution dynamique doit permettre d’épouser les besoins réels des services, tout en les déchargeant de la réception et de la commande des produits. La meilleure connaissance des stocks localisés dans les services doit permettre de réduire sur l’ensemble de la chaîne logistique la valeur des immobilisations, le taux des périmés et garantir la continuité de l’alimentation. L’opération doit permettre d’améliorer les conditions de travail des agents des magasins. L’ambiance acoustique et lumineuse des magasins, ainsi que l’ergonomie des postes de travail, participera à cette amélioration. Ainsi, les espaces occupés, les moyens logistiques disponibles et les missions à réaliser gagneront en cohérence.

Les produits stockés
Les produits stockés correspondent à l’ensemble des dispositifs, hors médicaments et dispositifs non stériles distribués aux unités fonctionnelles de l’hôpital. Il s’agit : - des produits hôteliers, qui correspondent à l’ensemble des éléments adressés pour le fonctionnement courant des services, notamment les produits lessiviels, les rouleaux d’hygiène. Ces produits se caractérisent par des dimensions variées ; des produits à usage unique non stériles, qui correspondent aux dispositifs médicaux non stériles (DMNS), aux produits de cuisine de type plateaux, couverts, récipients plastiques. Ces produits sont adressés à la cuisine pour la confection des plateauxrepas des patients ; des papiers et produits bureautiques, qui comprennent des papiers vierges, des

-

Polyprogramme – Programme Général

301/347

papiers issus de l’imprimerie, les consommables informatiques et les fournitures courantes de bureau (stylos, agrafeuses…). Ces produits sont adressés aux services cliniques et constituent également un stock de fonctionnement pour l’imprimerie ; les produits d’alimentation à longue conservation, qui sont adressés à la cuisine pour la composition des plateaux des patients. Il s’agit des boissons, des sondes et des produits diététiques qui sont conservés de manière à respecter la date limite de consommation (DMC) ; les produits de la lingerie, qui comprennent le linge plat, les vêtements de travail des agents et d’autres éléments comme les oreillers des patients ou les couvertures. Ces produits sont adressés par la blanchisserie centrale.

-

La lingerie assure le rangement, la préparation et la gestion du linge du personnel (essayage et distribution). Elle met également en place le roulement dans la délivrance du linge d’hiver et d’été, notamment pour le linge de lit. Les archives assurent le tri et le stockage des dossiers patients et des dossiers administratifs.

Unités de stockage et les surfaces nécessaires
Pour le conditionnement, les idées-forces du projet visent à : uniformiser les modes de stockage ; optimiser les volumes stockés par les équipements de stockages mis en œuvre.

Les modes de conditionnement retenu intègre 3 types de stockage : - palettes sur palettier, avec un positionnement sur 2 niveaux soit une hauteur totale de 3 m ; - des armoires dynamiques pour les produits sensibles à date limite de consommation ; - des étagères classiques. L’affectation des produits à un mode de stockage dépend des dimensions des contenants, de la nature des produits et de la famille logistique à laquelle ils appartiennent. L’organisation spatiale des espaces de stockage favorisera la constitution de zones par modes de stockage d’une part, et part famille de produits d’autre part. Ainsi, les produits d’une même famille seront stockés dans un espace limité et d’un seul tenant. Le magasin de la lingerie offrira un environnement de stockage en accord avec les exigences d’hygiène. Il n’accueillera que du linge et sera dans un espace distinct et protégé des autres magasins.

Principes organisationnels programmés
Le projet de regroupement s’appuie sur : - une organisation spatiale permettant un fonctionnement selon un principe de marche en avant ; des circuits et des zones identifiables : réception et déconditionnement des produits, stockage, préparation et expédition des contenants, traitement des déchets ; des modes de stockage uniformisés ; une optimisation des volumes stockés ; des contenants uniformisés, roulants et livrables par un système manuel et tracté ; un accès unique pour les fournisseurs.

Polyprogramme – Programme Général

302/347

Schéma général de fonctionnement

Polyprogramme – Programme Général

303/347

Tableau de surface
Magasins centraux
Magasins Magasins Palettiers Étagères classiques Zone quarantaine Boxe de travail informatique (4 boxes) Lingerie Espace de tri et de confections des armoires Buanderie Stockage linge neuf Archives Espace de tri Archives Administration Espaces tertiaires Responsable magasin Locaux du personnel Détente Sanitaire Vestiaire Locaux supports Utilités sales Ménage Expédition Lavage et entretien des armoires Stockage des palettes bois vides Stockage des contenants vides (10 armoires) Entretien et gestion des déchets Tri et compactage Stockage des déchets Incinérateur Bennes de collecte 778

778

1 1 1 1 1 1 1 1 1

200 50 10 16 50 50 15 50 200

200 50 10 16 50 50 15 50 200

1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 1

12 12 2 15 8 6 20 10 20 15 15

12 12 4 15 8 6 20 10 20 15 15

Description détaillée des locaux
Magasins
Magasins Les magasins sont organisés en différents volumes, chacun correspondant à des modes de stockage différents. La zone des palettiers est elle-même divisée en plusieurs volumes selon les normes incendies en vigueur. Une circulation générale, qui peut être empruntée par les gerbeurs, dessert les salles depuis la zone logistique. Les réserves de palettiers sont irriguées par des allées de circulations qui servent aux déplacements des gerbeurs et des agents mais pas aux opérations de réassort et de picking. Les façades des palettiers sont accessibles depuis des circulations de service. Ces circulations sont utilisées à la fois pour le réassort des réserves et pour les opérations de picking de constitution des chariots de distribution des unités fonctionnelles de l’hôpital. De ce fait, leurs dimensions permettent la circulation et les manœuvres des gerbeurs (largeur de 3,2 m minimum).

Polyprogramme – Programme Général

304/347

Des agents sont dédiés aux opérations de gerbage et positionnent les produits en court d’utilisation sur le niveau bas du palettier et viennent positionner les nouveaux produits arrivés sur les étages hauts. Des agents sont chargés de la constitution des chariots d’expéditions. Il assure leur picking de manière manuelle, au niveau des niveaux bas du palettier. D’évidence les éléments de structure, de type poteaux devront, dans la mesure du possible, être limités ou intégrés aux cloisons et au mobilier de stockage. Les matériaux des sols et des murs sont choisis pour leur résistance à l’usure et aux chocs. Toute barre de seuil sera proscrite afin d’assurer le roulement des chariots et des gerbeurs. Les salles accueillant les palettiers devront avoir une hauteur libre de 4 m afin de pouvoir disposer de palettiers de 2 niveaux. Les réseaux et les gaines sont à prévoir en plus de cette hauteur. Les réserves peuvent être éclairées en premier ou second jour. Des plafonniers assurent un éclairage de 400 Lux. Ils sont prioritairement placés au-dessus des allées de circulation et de service. Les courants forts sont distribués par des goulottes fixées au plafond selon une trame de 5 m. Ce système assure une souplesse dans le positionnement des équipements. Des prises courants forts complémentaires sont placées en périphérie des réserves, au-dessus des plinthes, tous les 15 m pour alimenter des appareils de maintenance ou de ménage. Des bornes Wi-Fi assurent la connexion du matériel embarqué pour la gestion des stocks et la préparation des expéditions. Une prise courants faibles est placée à proximité de chaque entrée de réserve afin de connecter un téléphone ou un dispositif d’interphonie. En cas d’incendie, le sinistre doit être contenu et limité par magasin. Dans ce cadre, les cloisons séparatives des magasins auront un degré coupe-feu de 2 heures. Les éléments de structure présents dans le volume des magasins seront réalisés en matériaux de degré coupe-feu 2 heures ou bien capotés pour obtenir ce degré. Des systèmes d’extinction automatique seront prévus. Dans ce schéma, l’imprimerie fait l’objet d’un traitement particulier, en rapport avec son activité spécifique utilisant des encres et solvants (ventilation renforcée, extraction spécifique vers l’extérieur). Les concepteurs veilleront à harmoniser les principes techniques et architecturaux mis en œuvre dans les magasins. Cette harmonisation doit permettre, d’envisager à moyen et long terme des modifications d’affectation des magasins. Le magasin étagères classiques reprend les dispositions du magasin précédent. Les magasins sont desservis par des allées de circulations empruntées par des gerbeurs (3,2 m de large), qui permettent le croisement des gerbeurs et la dépose de palettes destinées au réassort. Des allées de services, empruntées par les agents sans gerber, desservent les armoires. Ce mode de stockage est ainsi consommateur en espace de déplacement. C’est pour cela qu’il est limité aux produits diététiques. Une réserve est dédiée à la quarantaine. Les produits litigieux y sont entreposés le temps de la confrontation avec le livreur. Elle est strictement similaire aux locaux précédents et doit pouvoir être fermée à clef. Un box de 4 postes de travail informatiques est localisé au centre des réserves. Il permet aux agents d’effectuer les opérations de traitement des données des stocks. Cette pièce constitue un bureau fermé, éclairé en premier ou second jour. Les portes sont munies de serrure à clé ou à badge. L’une des cloisons est vitrée sur allège afin que l’équipe puisse garder contact.
Polyprogramme – Programme Général 305/347

Le box est équipé de 4 postes informatiques connectés au réseau. Les courants forts et faibles sont distribués par goulotte, qui est fixée au-dessus du plan de travail. Une prise courants faibles et trois prises courants forts sont prévues par poste. Des plafonniers assurent un éclairage homogène de 350 lux. Au niveau de chaque poste, une lampe de bureau apporte un éclairage complémentaire de 150 lux. Lingerie Les réserves de la lingerie sont organisées de manière à composer une structure individualisée, lieu de stockage mais aussi de tri et de gestion des stocks saisonniers. Un local est destiné au tri et confection des armoires. Les armoires des services, au moins 30, sont placées sur le pourtour de la pièce. Les agents font circuler les rolls de linge et remplissent au fur et mesure les armoires selon les listes de distribution. Une fois terminée l’armoire est positionnée sur les gares de départ. La salle profite d’un éclairage naturel généreux et de lumières fluorescentes d’ambiance. Des éclairages artificiels complémentaires sont dirigés sur la table de tri Des prises courants forts sont implantées en périphérie tous les 15 m. Une prise courants faibles est placée près de la porte. La buanderie est organisée avec une face de dépose des bacs de linge sale qui sert également de face de chargement des machines à laver. Dans la première zone pièce de cet ensemble, on dépose le linge sale. Il est lavé au moyen de six machines à double ouverture — 15 kg — qui assurent un sas de décontamination avec les espaces de finition de la lingerie. Cette pièce dispose par ailleurs d’un siphon de sol. Son sol est carrelé et muni de plinthes à gorges afin de le laver à grandes eaux et d’assurer sa parfaite asepsie. Les machines seront installées sur des massifs de béton et dans un mur technique. Les alimentations en courant fort sont à distribuer depuis une goulotte à mi-hauteur et disposée sur le pourtour de la pièce. Les machines sont de type industriel posées sur des socles maçonnés et carrelés ; ils permettent de mettre les hublots des machines à hauteur de travail du personnel, pour diminuer la pénibilité de ce travail. On prévoira leur alimentation en eau, les évacuations ainsi que les prises de courant électrique nécessaires, et le rangement des produits lessiviels. La zone séchoir est située de l’autre coté du mur. Elle est équipée de deux séchoirs de type industriel, elle possède une extraction renforcée pour évacuer rapidement la condensation qui se crée avec l’usage de ses machines ainsi que les prises de courant électrique nécessaires. Les séchoirs sont posés sur des socles, comme les machines à laver. Les revêtements de sol sont en carrelage avec plinthes à gorges. Les murs sont équipés d’étagères toute hauteur et roulante, en acier avec tablettes de 0,5 m de profondeur réglable en hauteur (linéaire de tablettes : 70 mètres, 7 tablettes maximum par étagère).

Le stockage linge neuf est organisé avec des armoires denses sur rail. Il sera équipé de rayonnages sur rail, mobiles, dits compacts disposant de 1 000 ml d’étagères. Les modules de rayonnage comporteront cinq niveaux de tablettes, la plus haute étant à 1,80 m du sol. La manipulation de ces rayonnages mobiles se fera manuellement.
Polyprogramme – Programme Général 306/347

On prendra soin d’assurer une horizontalité parfaite des chemins de roulement, afin que ces rayonnages n’aient pas tendance à se déplacer d’eux-mêmes. La surcharge au sol sera de 1,2 t au m2. Cette pièce sera aveugle. Un niveau général de 200 lux à 0,75 m du sol après vieillissement des sources (3 mois) conviendra aux besoins d’exploitation. L’éclairage sera commandé par zone tant depuis l’accès au volume que depuis chacune des zones. Un certain nombre de sources d’éclairage, réparties sur les allées de circulation, assureront un éclairement minimum de 100 lux qui permettra le déplacement dans les magasins en éclairage réduit. Des prises électriques seront réparties dans les circulations pour le branchement des appareils de nettoyage. Le revêtement de sol sera en béton avec une résine durcisseuse. Archives Si la production des nouveaux dossiers sera, à l’horizon de l’ouverture du nouvel HUEH, définitivement numérisée, il restera un passif de dossiers papiers avec des supports difficiles à numériser qu’il conviendra de traiter et de stocker. Les archives auront donc une double mission. Tout d’abord, il aura pour tâche de gérer et de conserver le fonds ancien de l’hôpital. Ensuite, il aura en charge la mission de numériser progressivement tous les supports qui peuvent l’être et de réduire les dossiers. Par ailleurs, les archives ont une responsabilité quant à l’autorisation de l’accès aux informations médicales contenues dans les dossiers des patients. En termes d’organisation, on retrouve ces deux faces du travail des archives d’un côté l’accueil d’un public autorisé pour des consultations d’archives, de l'autre des espaces confinés et offrant des conditions de conservation idoines pour assurer la stabilité des supports. Le local de classement est prévu pour accueillir des modes de stockage dense des supports papiers. Il devra être localisé sur un plancher proposant une surcharge d’exploitation de 1 200 kg/m2. Il est équipé sur son pourtour de trois points d’accès de type équipement numérique ponctuel (une prise de courants forts et une prise de courants faibles). Il sera possible de transformer ces pièces et lieu de traitement de l’information numérique et de compléter les équipements partagés d’étage. Ce local est aveugle. L’éclairage est régulé par un détecteur de présence. La salle de tri permet de traiter les dossiers en intégration mais aussi de numériser les dossiers d’ores et déjà classés. On y trouve trois postes de travail chacun composé : - d’une table d’éclatement des dossiers de 0,8 X 3,20 m (deux tables) ; - d’un poste informatique et d’un numérisateur, installé sur une troisième table ; - de deux armoires de rangement des dossiers en cours. Le centre de la pièce est laissé libre pour la circulation des chariots. Les portes d’accès laissent un passage libre de 1,20 m pour les manœuvres des palettes. La salle constitue le sas d’entrée dans la salle d’archivage. Elle est en surpression par rapport au dépôt chariot et à la même pression que le magasin. Le traitement de l'air sera muni de filtres anti poussière. On veillera à la qualité de l’éclairage dans cette salle car des agents y travaillent en continue.

Polyprogramme – Programme Général

307/347

Les archives papiers, les radios et demain les supports numériques sont triés et stockés dans un magasin. Il est accessible depuis le local précédent. Il sera ventilé avec un système à deux régimes, l’un standard, l’autre intense, ce dernier étant utilisé lors de la manipulation des versements, qui seront fréquemment très poussiéreux. Il sera équipé de rayonnages sur rail, mobiles, dits compacts pour 50 % de la surface disposant de 1 500 ml d’étagères. Les modules de rayonnage comporteront cinq niveaux de tablettes, la plus haute étant à 1,80 m du sol. La manipulation de ces rayonnages mobiles se fera manuellement. On prendra soin d’assurer une horizontalité parfaite des chemins de roulement, afin que ces rayonnages n’aient pas tendance à se déplacer d’eux-mêmes. La surcharge au sol sera de 1,2 t au m2. Cette pièce sera aveugle. Un niveau général de 200 lux à 0,75 m du sol après vieillissement des sources (3 mois) conviendra aux besoins d’exploitation. L’éclairage sera commandé par zone tant depuis l’accès au volume que depuis chacune des zones. Un certain nombre de sources d’éclairage, réparties sur les allées de circulation, assureront un éclairement minimum de 100 lux qui permettra le déplacement dans les magasins en éclairage réduit. Des prises électriques seront réparties dans les circulations pour le branchement des appareils de nettoyage. Le revêtement de sol sera en béton avec une résine durcisseuse.

Administration
Espace tertiaire Les espaces tertiaires de cet ensemble répondent aux principes déjà définis pour cette nature de locaux. On trouve un bureau individuel pour le responsable magasin. Locaux du personnel Un espace détente est prévu pour le personnel des archives. On recherchera un espace calme et propice au repos. Il sera équipé d’un évier, d’un placard pour le rangement de la vaisselle et d’un plan de travail. Les blocs sanitaires PMR comprenant un sanitaire pour chaque sexe seront prévus pour le personnel. Chaque cabine sera équipée d’une cuvette suspendue, d’un lavabo installé sur pied et intégré dans une console en pierre dure, de robinets classiques, d’un distributeur de papier essuie-mains et d’un distributeur de savon. Les sanitaires seront répartis. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue hôpital. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité. Locaux logistiques Le local utilités sales concentre les déchets d’activité. Ce local est dimensionné pour 2 containers un DAOM et un papier. Il sera en légère dépression. La commande d’éclairage sera automatique sur la base d’un détecteur de présence.

Polyprogramme – Programme Général

308/347

Les murs de ce local seront résistants aux chocs et facilement nettoyables y compris à la vapeur. Le personnel pourra se décontaminer les mains après son intervention dans ce local. Il est climatisé et ventilé sur la base de 6 volumes heure. Sa porte est munie d’une protection contre les chocs. Un local ménage sera installé pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle.

Expédition
Un local d’entretien des contenants permet d’effectuer des petites réparations. Il correspond à un espace ouvert, libre de tout élément de structure (piliers…) afin de permettre une bonne accessibilité aux équipements à réparer. L’espace est composé de deux entités : une vaste zone libre pour les interventions sur les gros engins (tracteurs…) ; un espace de type « établi » avec 1 poste de travail pour les réparations sur des pièces détachées. Un point d’eau à commande au pied est placé dans le local. Un petit plan de travail lui est attenant. Un distributeur de savon et un sèche-mains automatique sont accrochés au mur. Les matériaux de l’atelier sont choisis pour leur résistance et leur facilité d’entretien. Le sol est dur, de type industriel. L’éclairage est assuré par des plafonniers diffusant une lumière homogène (400 Lux). Deux points de distribution des courants forts et faibles, équipés chacun de 2 prises courants forts et une prise courants faibles, sont implantés : au niveau de l’espace ouvert de l’atelier ; au niveau du poste de travail.

Le lavage des contenants de transport est effectué à grande eau au sein du même local sur une zone présentant un sol en pente, assurant l’écoulement des eaux vers un siphon. La pièce est équipée de deux robinets filetés et d’un lave-mains à commande aux pieds, avec distributeur de savons et sèche-mains. Le sol et les murs sont recouverts de matériau hydrofuge toute hauteur. Le faux plafond est hydrofuge et les plafonniers sont étanches. Aucune prise n’est prévue dans le local et l’interrupteur est extérieur. Deux salles de stockage des palettes et contenants vides aux espaces d’entretien et de lavage. Les salles sont laissées libre pour poser les palettes et les contenants. Les portes ont une largeur de 1,5 m de large pour assurer le passage des contenants et sont munies d’une serrure à clé, badge ou code. Les salles sont correctement ventilées afin d’assurer le séchage des contenants.

Entretien et gestion des déchets
La plus grande quantité de déchets est produite lors du décartonnage à la réception des fournisseurs. Les locaux déchets seront ainsi prioritairement implantés à proximité de la pièce de déconditionnement et de départ vers les magasins. Un local de tri est de compactage précède le local de stockage des déchets. Le sol est constitué d’une chape de béton durci avec une résine et les murs sont lisses, recouverts d’une peinture lessivable. Le local abrite des conteneurs de tri et un broyeur compacteur (inclus dans la prestation). Les portes sont suffisamment larges pour assurer le passage de petits chariots (1,2 m) et sont munies d’oculus.

Polyprogramme – Programme Général

309/347

Le local reçoit peu de déchets humides, mais principalement des papiers et des emballages. Il n’est donc pas nécessaire de prévoir de conditionnement particulier de l’air. Un local de stockage des déchets regroupe l’ensemble des déchets des magasins. Pour respecter le tri sélectif, il est nécessaire de prévoir 2 à 3 conteneurs. Il reçoit peu de déchets humides, mais principalement des papiers et des emballages. Il n’est donc pas nécessaire de prévoir de conditionnement particulier de l’air. Il bénéficie d’un accès direct au quai de livraison. Le sol est constitué d’une chape de béton durci avec une résine et les murs sont lisses, recouverts d’une peinture lessivable On trouve un vidoir muni d’un robinet fileté et un siphon de sol, qui permettent de visser un tuyau pour le nettoyage des conteneurs. La zone extérieure disposera d’une rampe d’accès de 2 m de large (5 % de pente) pour l’évacuation des bennes à déchets et d’une position de chargement d’une largeur de 3 m. Cette partie du quai sera directement accessible depuis une aire de manœuvre des véhicules des prestataires chargés de l’enlèvement des déchets. La position sera nue (sans équipement d’élévation), pour les camionnettes équipées d’un haillon élévateur. Elle sera équipée d’un système de protection (type barre en caoutchouc) placé au niveau de la ligne de contact entre les camions et le quai. Un escalier central assurera l’accessibilité des piétons. Un incinérateur sera également disposé sur cette aire extérieure. L’incinérateur réduit les déchets sur la base d’une destruction à 850 °C.

Polyprogramme – Programme Général

310/347

Biomédical
Organisation générale
Les ingénieurs et techniciens de la direction du biomédical ont une double mission. Tout d’abord, ils rassemblent les besoins des différents services de soins en termes d’équipement médical et coordonnent les achats pour une optimisation des commandes et une rationalisation du parc des machines installées sur l’HUEH. Ensuite, ils assurent la maintenance de ce parc et gèrent les relations avec les fournisseurs. Les espaces techniques du service ont été positionnés dans le bâtiment médico-logistique pour la partie équipe de maintenance. Les espaces dédiés à ce service se composent de locaux tertiaires et d’ateliers de type électronique pour les tests des équipements nouveaux et pour la maintenance de ceux en activité dans les services de soins. Des locaux relais ont également été prévus, déjà décrits par ailleurs, pour les points sensibles ou très dotés en équipement (dialyse, bloc opératoire ou réanimations).

Tableau de surface
Biomédical
Équipe de maintenance Ateliers Bureau administratif (1 poste) Mise en service équipements neufs (2 postes) Atelier de réparation (2 postes) Stockage Documentation Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire 88

88

1 1 1 1 1 1 1

12 20 20 20 10 2 4

12 20 20 20 10 2 4

Description des sous-ensembles et des locaux
Équipe de maintenance
Ateliers L’ingénieur du service est installé dans un bureau individuel.

Il est prévu un atelier où sont effectuées les mises en service des équipements neufs. L’accès à la salle est direct, il est préférentiellement situé à proximité de la circulation logistique. La porte d’accès est fermée à clef ou par un dispositif de code. Elle est suffisamment large pour permettre le passage des chariots et des différents appareils d’intervention. Deux postes de travail type paillasse d’électronique permettent aux agents de procéder aux différentes opérations de mise en service et de configuration. De grandes dimensions (0,8 m x 2 m), ils sont installés sur le pourtour de la pièce afin d’assurer une accessibilité optimum.
Polyprogramme – Programme Général 311/347

Le centre de la salle est laissé libre pour le déplacement des chariots et pour déposer certaines pièces encombrantes. Les outils courants sont rangés sur des étagères situées à proximité des plans de travail. D’autres armoires, fermant à clé, accueillent le matériel spécifique, les modes d’emploi et fiches techniques des matériels. Un point d’eau à commande au pied est placé dans l’atelier. Un petit plan de travail lui est attenant. Un distributeur de savon et un sèche-mains automatique sont accrochés au mur. Il est prévu un second atelier où sont effectuées les réparations. L’accès à la salle est direct, il est préférentiellement situé à proximité de la circulation logistique. La porte d’accès est fermée à clef ou par un dispositif de code. Elle est suffisamment large pour permettre le passage des chariots et des différents appareils d’intervention. Sept postes de travail type paillasse d’électronique permettent aux agents de procéder aux différentes opérations de mise en service et de configuration. De grandes dimensions (0,8 m x 1,6 m), ils sont installés sur le pourtour de la pièce afin d’assurer une accessibilité optimum. Le centre de la salle est laissé libre pour le déplacement des chariots et pour déposer certaines pièces encombrantes. Des goulottes périphéries distribuent des points d’accès en courants forts et faibles à raison de 2 CF et 1 cf. tous les ml. Les équipements peuvent ainsi être raccordés et contrôlé sur des périodes de temps longues sans encombrer les paillasses électroniques. Les outils courants sont rangés sur des étagères situées à proximité des plans de travail. D’autres armoires, fermant à clé, accueillent le matériel spécifique, les modes d’emploi et fiches techniques des matériels. Un point d’eau à commande au pied est placé dans l’atelier. Un petit plan de travail lui est attenant. Un distributeur de savon et un sèche-mains automatique sont accrochés au mur. Un stockage tampon sera disponible au sein de l’unité. Il est dédié aux équipements conservés pour pièces de rechange, à l’outillage commun… Il sera positionné à proximité des ateliers. Il sera équipé de rayonnages sur rail, mobiles, dits compacts disposant de 400 ml d’étagères. Les modules de rayonnage comporteront jusqu’à cinq niveaux de tablettes de 40 cm de profondeur, la plus haute étant à 1,80 m du sol. La manipulation de ces rayonnages mobiles se fera manuellement. Il sera possible de solidariser deux modules pour entreposer les pièces les plus profondes. On prendra soin d’assurer une horizontalité parfaite des chemins de roulement, afin que ces rayonnages n’aient pas tendance à se déplacer d’eux-mêmes. La surcharge au sol sera de 600 kg au m2. Cette pièce sera aveugle. Un niveau général de 200 lux à 0,75 m du sol après vieillissement des sources (3 mois) conviendra aux besoins d’exploitation. L’éclairage sera commandé par zone tant depuis l’accès au volume que depuis chacune des zones. Un certain nombre de sources d’éclairage, réparties sur les allées de circulation, assureront un éclairement minimum de 100 lux qui permettra le déplacement dans les magasins en éclairage réduit. Des prises électriques seront réparties dans les circulations pour le branchement des appareils de nettoyage. Le revêtement de sol sera en béton avec une résine durcisseuse. Une documentation regroupant tous les modes d’emploi et les catalogues des fournisseurs, sur papier ou sur CD sera implantée au cœur des espaces. Il sera équipé de rayonnages sur rail, mobiles, dits compacts disposant de 150 ml d’étagères. Les modules de rayonnage comporteront cinq niveaux de tablettes, la plus haute étant à 1,80 m du sol. La manipulation de ces rayonnages mobiles se fera manuellement.

Polyprogramme – Programme Général

312/347

On prendra soin d’assurer une horizontalité parfaite des chemins de roulement, afin que ces rayonnages n’aient pas tendance à se déplacer d’eux-mêmes. La surcharge au sol sera de 1,2 t au m2. Cette pièce sera aveugle. Un niveau général de 400 lux à 0,75 m du sol après vieillissement des sources (3 mois) conviendra aux besoins d’exploitation. L’éclairage sera commandé par zone tant depuis l’accès au volume que depuis chacune des zones. Un certain nombre de sources d’éclairage, réparties sur les allées de circulation, assureront un éclairement minimum de 100 lux qui permettra le déplacement dans les magasins en éclairage réduit. Des prises électriques seront réparties dans les circulations pour le branchement des appareils de nettoyage. Le revêtement de sol sera en béton avec une résine durcisseuse. Locaux du personnel Deux blocs Sanitaires seront implantés à proximité du vestiaire. Ces blocs seront similaires à ceux déjà décrits. Leurs accès seront discrets, avec un système de sas qui évitera la vue directe sur l’intérieur de ces espaces depuis une circulation ou un espace de travail. Le vestiaire permettra au personnel de revêtir leur tenue de travail. Il sera composé de deux locaux distincts, un local pour les hommes et un local réservé aux femmes. Ces vestiaires comprendront, classiquement, une zone de déshabillage et des armoires vestiaires. Le sol pourra être revêtu d’un revêtement de type linoléum avec sous-couche. On prévoira une légère forme de pente et un siphon de sol pour recueillir les eaux de pluies apportées par les utilisateurs. Une bonne ventilation permettra d’assainir la pièce. Toutes ces consignes seront installées sur des socles équipés de plinthe à gorges afin de faciliter l’entretien de cet espace et d’assurer une bonne pérennité.

Polyprogramme – Programme Général

313/347

Résidence
Organisation générale
Les étudiants, dits résidents, sont amenés à réaliser de nombreuses gardes au sein de l’hôpital afin d’assurer la continuité des soins. L’HUEH offre à ses étudiants un logement et un espace de vie important pour la cohésion des équipes. Autour d’un d’espace d’accès et de lieux de vie, il est prévu une centaine de chambres offrant un confort du niveau d’un hôtel deux étoiles.

Tableau de surfaces
Résidence
Hébergement Chambre Ménage Cafétéria Salle de cafétéria 100 1 1 12 6 100 1 200 6 100 1 306

1 306

Description détaillée des locaux
Hébergement
Cent Chambres sont à la disposition des résidents. Il s’agit également de créer un environnement simple mais agréable à l’œil. Elles doivent avoir une fenêtre donnant sur l’extérieur et être munies de rideaux assurant une occultation complète. Elles doivent être parfaitement isolées des bruits environnants, le bruit de fond résultant ne devant pas dépasser 20 dB. Elles doivent être équipées d’un lit simple (2,10 m X 0,90 m), d’une table de nuit pour poser quelques affaires près de soi, d’un porte sac, d’un miroir, d’une chaise, de quatre patères murales et table de travail. Les couleurs et la nature des matériaux de revêtement choisis créent un environnement chaleureux et un temps de réverbération qui ne dépasse pas 0,5 ± 0,2 s ; le sol est recouvert d’un revêtement thermoplastique avec sous-couche de confort. L’éclairage comprend une ou deux sources commandées depuis la porte et la tête de lit. La chambre comprend une salle d’eau avec une douche et un lavabo. Un local ménage sera installé au sein du secteur pour le stockage du matériel ménagé. Un vidoir permettra le nettoyage des équipements, il sera équipé d’un robinet fileté. Le local se composera d’étagères pour stocker les produits d’entretien et d’un emplacement au sol pour le chariot ménage. Ce local pourra être aveugle.

Polyprogramme – Programme Général

314/347

Cafétéria
En position initiale, une salle de cafétéria constitue un sas d’accès dans le bâtiment de la résidence. C’est un lieu animé où l’on se retrouve avant et après avoir déjeuné ou dîner. On y consomme des boissons et des repas rapides de type snack. Le comptoir, de 4 m de long permet de consommer debout ou assis sur des tabourets. Le bar est conçu de façon habituelle avec un évier à double bac, un plan de travail, des placards réfrigérés et à l’arrière du bar qui est constitué d’un grand plan de travail, on trouve un four à micro-ondes, une machine à café « expresso » et une machine à chocolat. Le dessous du plan de travail est équipé de tiroirs à couverts, de placards pour la vaisselle et de rangements réfrigérés. Le bar est éclairé par des plafonniers spécifiques. Des spots, basse tension et réglables, renforcent l’éclairage au niveau du comptoir. Devant le comptoir, une dizaine de petites tables et des chaises permettent aux personnels de se retrouver pour prendre un café ou une collation. Un deuxième espace est destiné à la détente. Il est aménagé en salon avec des canapés, des fauteuils et des tables basses. Sur des étagères, constituant un coin bibliothèque-consultation de presse, les médecins peuvent y prendre un café après le repas de manière convivial. Un ensemble de haut-parleurs permet de diffuser des musiques d’ambiance. La chaîne hi-fi est derrière une porte fermant à clé. Dans l’ensemble de la salle, des plafonniers et des appliques diffusent un éclairage artificiel indirect. Des spots et des lampes viennent renforcer l’éclairage à certains endroits (comptoir, jeux, salon). En plus de l‘alimentation électrique des appareils du bar, 30 points de distribution des courants forts sont incrustés dans les plinthes. Sur le plan technique, les matériaux du sol et des murs participent à la description d’un volume sonore mat limitant le temps de réverbération du son. Les cloisons assurent un abaissement phonique de 45 dB. Quatre blocs Sanitaires seront implantés à proximité. Ces blocs seront similaires à ceux déjà décrits. Leurs accès seront discrets, avec un système de sas qui évitera la vue directe sur l’intérieur de ces espaces depuis une circulation.

Polyprogramme – Programme Général

315/347

Espaces extérieurs

Polyprogramme – Programme Général

316/347

Stationnement et aires d’accès
Le principe général est de limiter autant que faire se peut la circulation sur le site. Il est prévu du stationnement uniquement pour le personnel. Il sera réparti en plusieurs poches. Ces aires seront desservies par la circulation logistique du site. Ces espaces présenteront les caractéristiques suivantes, ils seront : - éclairés la nuit ; - équipés de trottoir avec bordure ; - équipés de bacs de décantation pour séparer les hydrocarbures des eaux de ruissellement ; - plantés afin d’en limiter l’impact. Ils seront accessibles à des véhicules de type fourgonnettes pour les bâtiments et de type routiers pour les centrales. Ces véhicules pourront y effectuer des retournements.

Cours de service
Les cours de services sont prévus pour desservir : - le quai de livraison de la pharmacie et du magasin central ; - le quai d’expédition de la pharmacie et du magasin central ; - le quai de livraison de la cuisine ; - le quai de sortie des déchets. Ces cours de service ont une organisation et des dimensions suffisantes pour y positionner des véhicules de gabarit routier en marche arrière sur les positions de quai. Ces espaces présenteront les caractéristiques suivantes, ils seront : - éclairés la nuit ; - équipés de trottoir avec bordure ; - équipés de bacs de décantation pour séparer les hydrocarbures des eaux de ruissellement. Ils seront accessibles à des véhicules de type fourgonnettes pour les bâtiments et de type routiers pour les centrales. Ces véhicules pourront y effectuer des retournements.

Polyprogramme – Programme Général

317/347

Espaces verts
La surface intérieure de la parcelle doit faire l’objet d’un projet paysager spécifique afin d’offrir aux patients, aux visiteurs et aux personnels travaillant dans l’hôpital un environnement de qualité et des espaces de promenade et de contemplation. L’ensemble des plantations et des aménagements seront dus.

Voirie
L’ensemble des travaux de voirie et de réseaux sont dus au titre du présent programme. Les voies permettront de desservir les accès ambulances, les aires logistiques, les parcs de stationnement et l’ensemble des bâtiments. Les cheminements piétonniers seront prévus et réalisés de manière à limiter les risques de chute et les difficultés d’accès aux bâtiments.

Polyprogramme – Programme Général

318/347

Locaux techniques

Polyprogramme – Programme Général

319/347

Salles informatiques
Organisation générale
Le système d’information est fondé sur un principe de forte centralisation des équipements et la mise en place d’une salle de sauvegarde et secours qui permet de palier les éventuelles défaillances. L’HUEH souhaite définir une architecture hiérarchisée et arborescente très claire.

Description détaillée
Les descriptions détaillées des locaux de cette section sont intégrées au chapitre courants faibles du programme technique détaillé. La salle informatique représente le cœur et la tête du système d’information. C’est ici que sont installés les éléments actifs sur des racks eux-mêmes installés en allées. L’ensemble du réseau sera organisé selon un schéma concentrique et en arborescence sur le principe suivant : - cœur du réseau : salle informatique principale ; - point d’entrée des relations avec l’extérieur du site : salle de communication ; - relais au sein du bâtiment : sous-répartiteurs ; - point de sauvegarde et de secours : salle de sauvegarde ; - point de stockage du matériel sensible et de secours de la salle principal : local de stockage sécurisé. Sur le plan de la position dans le dispositif bâti, les salles seront installées sur les principes suivants : - la salle informatique principale sera positionnée au cœur du bâtiment est en accès aisé pour les agents de la direction de l’informatique. Elle sera conçue sur des principes de sécurisation et de mise en sûreté d’un niveau d’exigence très élevé ; - la salle télécommunication sera positionnée à côté de la salle informatique et relié à celle-ci par des câblages à forte capacité en terme de flux d’information et sur des cheminements protégés ; - en revanche, la salle de sauvegarde devra se situer aussi loin que possible de la salle informatique principale permettant de limiter les risques d’incident simultané. Elle sera également reliée au deux précédentes par des liens de forte capacité et sur des cheminements protégés tant en termes d’incendie que de malveillance ; - le local de stockage sécurisé sera installé à proximité de la salle informatique principale. Elle sera conçue sur les mêmes principes de sécurisation (incendie, sûreté des matériels, contrôle des accès) que les salles informatiques. La réalisation des salles informatiques doit participer à la rationalisation de la dépense énergétique. Les salles informatiques, principale et de secours, sont donc organisées sur le principe des allées chaudes et froides. C’est-à-dire qu’une allée sur deux est climatisée afin d’éviter une perte de charge frigorifique en climatisant l’ensemble du volume de la salle. Les allées climatisées reçoivent l’arrière des baies et assurent un balayage au plus près des baies qui sont les plus dispendieuses sur le plan calorique.

Polyprogramme – Programme Général

320/347

Locaux techniques bâtiment
Les équipes proposeront des architectures techniques claires et hiérarchisées. Le maître d’ouvrage souhaite que chaque réseau et procès technique puissent être : - identifiés dans l’ensemble et dans le détail de leur composant ; - illustrés par des schémas synoptiques implantés dans le dispositif bâti ; - justifié dans leur dimensionnement par des notes de calcul ; - justifié dans leur modalité de maintenance. Les locaux techniques devront être réalisés pour offrir au minimum : - des espaces adaptés à l’intervention et au travail des équipes de maintenance ; - des espaces éclairés sur la base de 200 lux et seront munis d’un dispositif d’allumage avec détection de présence ; - des sols de type industriel ; - des murs peints ; - des contrôles d’accès sur les portes d’accès. Pour ce qui concerne leur localisation, on veillera en particulier à localiser sur des verticalités courtes les locaux techniques du plateau technique et les espaces qu’ils desservent.

Polyprogramme – Programme Général

321/347

Tableau général des surfaces

Polyprogramme – Programme Général

322/347

Polyprogramme – Programme Général

323/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

TOTAL Entrée, consultations et secteurs ambulatoires
Accès, admissions et frais de séjour
Hall Hall Bureaux ouverts au public Attente (20 pers.) Sanitaire publics Boxes admissions Caisses consultations Reprographie Bureau de gestion de la caisse Bureaux réservés au personnel Standard État civil Régisseur Contentieux Bureau coordinatrice Gestion Consultation externes Classement Reprographie Salle de réunion (10 pers. ) Détente PC sécurité Sas Central de surveillance Local technique Vestiaire Détente

22 489
3 446

22 489
3 446 409

22 489 3 446
409

26% 23%
25%

28 291
4 226 511

28 291 4 226
511

pm 1 2 8 4 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 40 20 6 6 5 12 12 12 12 12 10 50 40 5 5 20 16 2 15 5 12 12 40 40 48 24 5 12 12 12 12 12 10 50 40 5 5 20 16 2 15 5 12 12

Consultations
Centre de prélèvements et de soins infirmiers
Attente 10 pers. Bureau accueil et gestion Salle de prélèvements Électrocardiogramme 1 1 4 1 15 12 8 8 15 12 32 8 429 1 1 1 2 1 2 4 4 1 1 1 3 1 2 1 2 6 12 12 9 4 30 4 14 14 14 12 15 14 23 4 20 10 14 12 12 9 8 30 8 56 56 14 12 15 42 23 8 20 20 84 330 67

1 933
20%
80

2 319

Secteur médecine
Accueil de proximité Accueil Secrétariat médical Attente 6 pers. Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Consultation de médecine Attente 20 pers. Sanitaire publics (1 PMR par bloc) Unité médecine Salle de consultations Soins externes Salle EFR Unité dermatologie Accueil Attente 10 pers. Salle de consultations dermatologie Prise en charge HIV Attente 15 pers. Sanitaire publics (1 PMR par bloc) Bureau de la statistique Dispensation Salle de consultations

20%

514

Secteur Chirurgie et Anesthésie
Consultations Accueil de proximité Accueil Secrétariat médical Attente 6 pers. Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Consultations d'Anesthésie Attente 3 pers. Salle de consultations Consultations de Chirurgie Générale Attente 6 pers. Salle de consultations Soins externes

20%

396

1 1 1 2 1 1 1 4 2

12 12 9 4 8 14 12 14 14

12 12 9 8 8 14 12 56 28

Polyprogramme - Programme général

324/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Consultations de Chirurgie Orthopédique Attente 6 pers. Salle de consultations Salle de plâtres Explorations urodynamiques Attente (4 pers.) Urologie dynamique 1 3 1 1 1 SU 9 14 18 8 18 Surfaces utiles Surf. S. Tot 9 42 18 8 18 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Locaux communs (avec le centre de prélèvement et la chirurgie ambulatoire ) Logistique Réserves produits et matériels 1 Matériel médical (fauteuils, équipements…) 1 Déchets 1 Vidoir - Lave-bassin 1 Ménage 1 Locaux du personnel Détente 1 Sanitaire 2 Vestiaire 1

12 10 12 4 6 12 4 12

12 10 12 4 6 12 8 12 560

Secteur Mères-Enfants
Accueil patients Banque d'accueil (2 postes) Classements des dossiers en cours (50 ml) Secrétariat Reprographie Sanitaire publics Consultation de pédiatrie Accueil de proximité Accueil Secrétariat médical Attente 6 pers. Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Consultations Attente 15 pers. Aire de jeux Sanitaire enfants et change Salle de consultations Consultation de gynéco-obstétrique Attente 20 pers. Salle de consultations Salle de consultations sages-femmes Salle de préparation à la naissance Salle surveillance de fin de grossesse Echographies Colposcopie Décontamination Réserve équipements médicaux (8 équipements) Vestiaire Protection Maternelle et Infantile Secrétariat/ accueil Attente 6 pers. Boxes consultations gynécologiques Bureau planification familiale Locaux communs Logistique Réserves produits et matériels Matériel médical (fauteuils, équipements…) Déchets Vidoir Ménage Locaux du personnel Détente Sanitaire Vestiaire 1 1 1 1 2 12 13 12 5 4 12 13 12 5 8

20%

672

1 1 1 2 1 1 2 4 1 6 1 1 1 2 1 1 1 2 1 1 1 1

12 16 9 4 23 10 6 14 30 14 14 20 20 14 18 12 12 4 12 9 14 12

12 16 9 8 23 10 12 56 30 84 14 20 20 28 18 12 12 8 12 9 14 12

1 1 1 1 1 1 2 1

12 10 8 4 6 12 4 12

12 10 8 4 6 12 8 12 424

Secteur spécialitées
Accueil de proximité Accueil Secrétariat Médical Attente 6 pers. Attente couchée 2 places Sanitaire du public (1 PMR par bloc) Salle de soins post-opératoire et d'urgence Consultations Ophtalmologie Attente 8 pers. Salle d'orthoptie Accueil - attente Attente - dilatation rétinienne (15 pers.) 1 1 1 1 2 2 1 2 1 12 24 9 4 4 12 12 14 20 12 24 9 4 8 24 12 28 20

20%

509

Polyprogramme - Programme général

325/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Diagnostic Salle d'angiographie (2 boxes) Salle d'examen ophtalmologique (4) Laser Lunetterie Fabrication de lunette avec guichet Consultations Stomatologie-Odontologie Attente 8 pers. Salle fauteuil dentisterie Salle de prothèse (2 postes) Réserve Consultations ORL Accueil - attente Attente 8 pers. Sanitaire Salle de consultations Explorations fonctionnelles Salle d'examen au microscope (pose yoyo…) Salle de fibroscopies (y compris sas) Cabine d'audiométrie Locaux communs Logistique Reserve Vidoir Local ménage Locaux du personnel Détente Sanitaire Vestiaire 1 1 1 1 1 2 1 1 SU 30 20 18 12 12 12 18 10 Surfaces utiles Surf. S. Tot 30 20 18 12 12 24 18 10 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

1 2 2 1 1 1

12 4 14 16 16 5

12 8 28 16 16 5

1 1 1 1 2 1

12 4 6 12 4 12

12 4 6 12 8 12 123

Santé communautaire
Accueil Accueil Éducation Salle d'éducation (20 places) Tertiaire Chef de service Bureau 1 2 1 3 15 30 12 12 15 60 12 36

20%

148

Polyprogramme - Programme général

326/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 192 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 240 Total

Hôpitaux de jour
Hôpital de jour de pédiatrie (16 places)
Espaces de soins PC médical et infirmier Bureau médical Bureau infirmier (2 postes ou 8 en staff) Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Attente (6 places) Espace jeux Boxe à quatre Salle de douche Locaux support Locaux logistiques Réserve Déchets Vidoir Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire

586
25%

733

1 1 1 1 1 1 1 1 4 1

12 12 10 8 10 4 12 6 20 4

12 12 10 8 10 4 12 6 80 4

1 1 1 1 1

8 8 4 2 12

8 8 4 2 12 169

Hôpital de jour chimiothérapie (12 places)
Espaces de soins PC médical et infirmier Cadre de proximité Classement dossiers patients (20 ml) Bureau infirmier (3 postes) Préparation des chariots médicaments et hotte Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre à quatre Salle de douche Locaux support Locaux logistiques Réserve Déchets Vidoir Ménage Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire

25%

211

1 1 1 1 1 1 1 3 1

12 5 12 10 8 10 4 20 4

12 5 12 10 8 10 4 60 4

1 1 1 1 1 1

12 8 4 6 2 12

12 8 4 6 2 12 225

Unité de chirurgie Ambulatoire (16 places)
Espaces de soins Accueil Secrétariat Attente (6 places) Sanitaire du public (PMR) PC médical et infirmier Cadre de proximité Bureau infirmier (3 postes) Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Boxe à quatre Salle de douche Locaux support de proximité Locaux logistiques Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire

25%

281

1 1 2 1 1 1 1 1 1 4 2

12 9 4 12 12 10 8 10 4 20 4

12 9 8 12 12 10 8 10 4 80 8

1 1 1 1 1 1

20 8 4 6 2 12

20 8 4 6 2 12

Polyprogramme - Programme général

327/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 156 1 1 1 1 1 1 12 96 20 10 8 10 12 96 20 10 8 10 61 1 1 1 1 2 1 1 1 15 8 8 4 2 6 8 8 15 8 8 4 4 6 8 8 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 195 Total

Dialyse (12 postes)
Postes d'Hémodialyse
Salle de dialyse Vestiaire patient Salle de dialyse PC médical et infirmier Bureau infirmier, surveillance et pose cathéters Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination

217
25%

271

Locaux supports
Locaux logistique Consommables Équipement médical (2 éqpt : fauteuils, équipements…) Évacuation solutés Vidoir Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire Locaux techniques Eau adoucie et cuve de réserve (1 000 l.) Traitement eau osmosée (2 osmoseurs)

25%

76

Plateau de kinésithérapie (14 postes)
Physiothérapie
Attente salle de kinésithérapie Attente 5 pers. Attente patients couchés 2 pers. Locaux patients Vestiaire patients Sanitaire Poste de kinésithérapie Sanitaire Box de kinésithérapie Espace de rééducation collective (8 postes) Rangement accessoires Appareils et prothèses Attente 2 pers. Salle d'appareillage Atelier prothèses 1 1 2 2 2 6 1 1 1 1 1 10 6 6 4 4 16 80 12 4 18 8 10 6 12 8 8 96 80 12 4 18 8 40 1 1 2 1 12 12 2 12 12 12 4 12 262

302
30%
341

393

PC kinésithérapeutes
Bureaux Cadre Bureau commun kinésithérapeutes Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire

30%

52

Polyprogramme - Programme général

328/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 4 976 4 976 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 6 508 Total

Plateau technique
Plateau d'exploration
Explorations cardiologie
Attente Attente 8 pers. Attente patients couchés 2 pers. Explorations Salle ECG effort Salle de Pose et de lecture de holter Réserve matériel médical 1 1 1 1 1 12 6 22 12 10

4 976
129

31%
30%

6 508
168

62 12 6 22 12 10 67 1 1 1 1 1 1 16 6 14 14 12 5 16 6 14 14 12 5

81

Explorations neurologie
Attente Attente 8 pers. Attente patients couchés 3 pers. Explorations Salle d'électromyogramme EEG Poste d'acquisition des résultats Réserve matériel médical

30%

87

Urgences adultes
Accès général
Accès Sas ambulance (3 véhicules) Stationnement ambulances (10 véhicules) Sas piéton Réserve brancards (20 + 10 fauteuils) Réserve linge propre Nettoyage du matériel et brancards Attente initiale 10 pers. Attente 6 patients couchés Attente accompagnants (4 pers.) Sanitaire du public Boxe d'examen IOA pm pm 1 1 1 1 1 1 1 3 1 10 40 10 20 20 30 8 4 24 10 40 10 20 94 20 30 8 12 24 601 80

983

25%

1 259
100

Accueil et orientation du patient

25%

118

Espaces de soins

30%

781

Prise en charge patients Locaux patients Sanitaire public Douche patients Examen Salle d'examens à deux positions Boxe de surveillance rapprochée Salle de plâtre Salle de petites interventions PC et poste de soins infirmiers Bureau infirmier (2 postes ou 8 en staff) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots de proximité Locaux supports Sanitaire du personnel Stockage matériel et linge Vidoir/ lave bassins Attente avale commune Attente 10 patients assis Attente 10 patients couchés Attente accompagnants (10 places) Locaux supports Sanitaire du personnel Stockage matériel et linge Locaux communs aux urgences générales Administration médicale Bureau médical Bureau des résidents Cadre Salle de réunion (20 personnes, 35 en formation conférence) Locaux logistiques Décontamination Pharmacie centralisée Réserve Local ménage Déchets Locaux du personnel Sanitaire personnel

2 1 6 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1

4 6 20 25 15 30 16 10 8 10 6 2 6 6 20 50 20 2 6

8 6 120 50 15 30 16 10 8 10 6 2 6 6 20 50 20 4 6

1 1 1 1 1 1 1 1 1 4

24 20 12 40 12 4 40 6 12 2

24 20 12 40 12 4 40 6 12 8

Polyprogramme - Programme général

329/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Vestiaire 1 1 4 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 1 SU 30 4 30 12 6 4 10 8 4 8 4 8 10 6 Surfaces utiles Surf. S. Tot 30 208 4 120 12 6 8 10 8 4 8 4 8 10 6 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Hospitalisation de très courte durée (16 lits)
Sas d'entrée Hébergement Boxe à quatre Accueil des familles/ entretiens Douche patients Sanitaire du public PC et poste de soins infirmiers (commun avec attente aval) Bureau infirmier (1 poste) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Locaux supports Linge propre Stockage matériel Ménage

25%

260

Urgences pédiatriques
Accès et attente
Attente Secrétariat accueil Attente (20 places) Espace jeux Sanitaire enfants Change bébé Sanitaire du public (PMR) Orientation Examen IAO 1 1 1 2 1 2 1 12 40 10 3 3 4 18 12 40 10 6 3 8 18 579 1 1 6 2 1 1 1 1 1 1 1 1 4 1 1 1 12 12 20 25 30 15 6 12 10 4 10 4 32 30 6 4 12 12 120 50 30 15 6 12 10 4 10 4 128 30 6 4 97

894
25%
121

1 118

Espaces de soins
Salles d'examens Bureau médical Salle d'évaluation Boxe d'examens deux places Boxe de surveillance rapprochée (deux postes) Salle de petite intervention (deux postes) Salle de plâtres Douche patients PC et poste de soins infirmiers Bureau infirmier (3 postes) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Attente aval Box d'attente Locaux supports Réserves Vidoir/ lave bassins Local chariots Locaux communs aux urgences pédiatriques Administration médicale Bureau médical Bureau des résidents Cadre Salle de réunion (15 personnes, 30 en formation conférence) Locaux du personnel Chambre de garde Sanitaire personnel Vestiaire

25%

724

1 1 1 1 3 2 1

12 12 12 30 12 2 20

12 12 12 30 36 4 20 218

UHTCD (16 places)
Hébergement Boxes Salle de douche Accueil des familles/ entretiens Sanitaire du public PC et poste de soins infirmiers (commun avec attente aval) Bureau infirmier (1 poste) Préparation des chariots médicaments et soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Locaux supports Linge propre Stockage matériel 4 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 32 12 12 4 10 8 4 8 4 8 10 128 12 12 8 10 8 4 8 4 8 10

25%

273

Polyprogramme - Programme général

330/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Ménage 1 SU 6 Surfaces utiles Surf. S. Tot 6 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Imagerie
Modalités
Module IRM – Scanner (1 scan, 1 IRM) Accueil Secrétariat d'accueil Attente (6 places) Sanitaire visiteurs (PMR) Attente lits, brancard, couveuses (3 lits) Transfert brancard Cabine patients ambulatoires Scanner Salle de préparation des patients (2 lits) Salle d'examen Local technique associé Poste d'acquisition (2 MER) IRM Salle de préparation des patients (2 lits) Salle d'examen Local technique associé Poste d'acquisition (2 MER) Locaux communs Poste d'interprétation (2 Med.) Reprographie et imprimante Module Mammographie et échographie Accueil Secrétariat d'accueil Attente (5 places) Sanitaire visiteurs (PMR) Attente lits, brancard, couveuses (2 lits) Cabine patients ambulatoires Sanitaires Mammographie et échographie (5 salles) Salle d'examen (2 mammographes, 3 échographes) Poste d'interprétation (4 Med.) Module radiologie conventionnelle Accueil Secrétariat d'accueil Attente (10 places) Sanitaire visiteurs (PMR) Attente lits, brancard, couveuses (2 lits) Cabine patients ambulatoires Radiologie (3 salles) Salle de radiologie télécommandé Salle biplan accessible par les urgences Poste d'acquisition Chambre claire (deux dévelopeuses) Réserve produits et cassettes 617

766
25%
771

958

1 1 1 1 1 4 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

12 9 4 12 15 3 20 35 8 10 20 40 8 10 15 10

12 9 4 12 15 12 20 35 8 10 20 40 8 10 15 10

1 1 1 1 4 2 5 1

12 8 4 10 3 4 20 20

12 8 4 10 12 8 100 20

1 1 2 1 3 2 1 3 1 1

12 15 4 10 3 30 40 8 15 10

12 15 8 10 9 60 40 24 15 10 149

Administration, locaux support
Bureaux Chef de service Secrétariat médical Gestion des appareils délocalisés Stockage appareils mobiles (1 médecine, 1 urgence adulte, 1 pédiatrie) Locaux du personnel Salle de réunion (10 places en formation réunion, 20 en conférence) Détente Sanitaire personnel Vestiaire Locaux supports Réserve matériel à usage unique Vidoir Déchets 1 1 3 1 1 2 1 1 1 1 15 12 8 20 12 2 20 30 4 8 15 12 24 20 12 4 20 30 4 8

25%

186

Radiothéraie et médecine nucléaire
Radiothérapie
Accueil et attente Attente 10 pers. Attente (3 brancards) Sanitaire patients Secrétariat Classement et reprographie Entretien (médecin/patient) Bureau de passage Sanitaire personnel Accélérateurs 1 1 2 1 1 1 1 2 15 9 3 18 5 12 12 2 15 9 6 18 5 12 12 4 234

645
40%
328

902

Polyprogramme - Programme général

331/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Accélérateur 1 Déshabilloire Bunkers Salle de commande Local technique Accélérateur 2 Déshabilloire Bunkers Salle de commande Local technique Logistique Vidoir Ménage 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 SU 6 50 10 8 6 45 10 8 4 6 Surfaces utiles Surf. S. Tot 6 50 10 8 6 45 10 8 4 6 411 15 9 6 18 5 12 15 12 12 12 4 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Médecine nucléaire
Secteur froid Attente 10 pers. 1 15 Attente (3 brancards) 1 9 Sanitaire patients 2 3 Secrétariat 1 18 Classement et reprographie 1 5 Entretien (médecin/patient) 1 12 Chef de service 1 15 Cadre 1 12 PH 1 12 Bureau de passage 1 12 Sanitaire personnel 2 2 Secteur chaud Accès secteur chaud Vestiaire personnel entrée dans le secteur chaud + dispositif de mesure de la1radio-activité 20 Douche 1 2 Sanitaire personnel 2 2 Examens scintigraphiques Attente (10 pers.) 1 15 Attente (3 brancards) 1 9 Sanitaire patients 2 3 Salle d'injection 1 12 Pose des perfusions 1 8 Salle d'épreuve d'effort 1 15 Salles d'examen (2 Gamma caméra) 2 40 Salle d'acquisition (3 postes) 1 18 Postes d'interprétation (2 postes) 1 20 Reprographie et imprimante 1 3 Gestion des produits radio-marqués Laboratoire (2 enceintes) 1 12 Passe-plat vers salle d'injection pm Sas de dépose des produits radio-marqués 1 2 Sas des déchets radio-marqués 1 20 Logistique Vidoir - Lave-bassin 1 4 Ménage 1 6 Locaux support Circuit propre Réserve 1 6 Hôtellerie - Linge propre (50 ml) 1 6 Circuit sale Vidoir 1 4 Ménage 1 6 Cuves de décroissance (4 cuves, 50 m2 en sous-sol) Pour mémoire Locaux du personnel Détente 1 12

40%

575

20 2 4 15 9 6 12 8 15 80 18 20 3 12 2 20 4 6

6 6 4 6

12

Polyprogramme - Programme général

332/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 216 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 292 Total

Bloc opératoire général et ambulatoire
Zone filtre bloc général
Accès patients bloc général Attente Sas d'accès Attente couchée chirurgie ambulatoire (1 lit par salle) Attente couchée chirurgie générale (1 lit pour deux salles) Transfert Salle de transfert (brancard vers plateau de transfert) Stockage et nettoyage des lits Linge propre Linge sale Stockage plateau transfert/brancard bloc (1 par salle) Accès personnel bloc général Vestiaire femmes Vestiaire arrivée (30 personnes) Sanitaire des personnels Douche et lavabo Sas propre (lavabo/charlotte) Vestiaire hommes Vestiaire arrivée (20 personnes) Sanitaire des personnels Douche et lavabo Sas propre (lavabo/charlotte) Espaces tertiaires Bureau Détente des personnels Accès matière Entrée Déconditionnement Sas chariots Sortie Sas chariot stérilisation (6) Sas chariots déchets (6) Arsenaux Réserve Anesthésie Nettoyage et préparation chariots de bloc Désinfection Salle de préparation des bacs de désinfection Locaux support Ménage Secteur 1 Circulation Espace médical pour consultation dossier Préparation des patients et des chirurgiens Salle d'opération Secteur 2 Circulation Espace médical pour consultation dossier Préparation des patients et des chirurgiens Salle d'opération Salle de réveil Salle de réveil (12 places) PC médical et poste de soins infirmiers Banque de surveillance Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots Locaux support Réserves matériels Vidoir Accès patients Salle de transfert fauteuil Accès personnel Sas propre (lavabo/charlotte) Accès matière Entrée Sas chariots Sortie Sas chariot stérilisation (6) Sas chariots déchets (6)

964

35%

1 301

1 1 1 1 1 1 1 1

3 8 18 15 20 5 5 9

3 8 18 15 20 5 5 9

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

18 2 3 3 12 2 3 3 16 20

18 2 3 3 12 2 3 3 16 20

1 1 1 1

12 15 12 12

12 15 12 12 103

Zone Logistique

35%

139

1 1 1 1 1

60 15 12 12 4

60 15 12 12 4 252

Zone opératoire (6 salles)

35%

340

pm 1 1 3 pm 1 1 3 6 30 30 6 30 90 158 1 1 1 1 1 1 1 1 96 12 10 12 10 4 10 4 96 12 10 12 10 4 10 4 57 1 1 15 5 15 5 6 30 30 6 30 90

Zone de réveil

35%

213

Zone filtre bloc ambulatoire

35%

77

1 1 1

5 4 4

5 4 4

Polyprogramme - Programme général

333/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Désinfection et logistique Désinfection des endoscopes Réserve endoscopes Déchets 1 1 1 pm 1 1 2 2 1 1 6 30 30 30 10 12 6 30 60 60 10 12 12 595 1 1 1 4 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 12 40 4 16 6 6 10 6 6 48 4 128 25 40 3 12 12 12 18 10 8 10 12 40 4 64 6 6 10 6 6 48 4 128 25 40 3 12 12 12 18 10 8 10 SU 12 6 6 Surfaces utiles Surf. S. Tot 12 6 6 166 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Zone chirurgie ambulatoire
Circulation Espace médical pour consultation dossier Préparation des patients et des chirurgiens Salle d'opération Salle d'endoscopie Sas vers salle de réveil Salle de détente et petite restauration

35%

224

Zone hors bloc opératoire

35%

16 803

Salle de naissances
Accueil et urgence Accueil Attente Sanitaire Surveillance Salle d'examens Stockage matériel et DMS Vidoir/ lave bassins Filtres Sas patientes Sas entrée matériels et produits Sas sortie déchets Prétravail et naissances Secteur de surveillance prétravail (6 postes) Sanitaire Boxe de naissance (8) Salle de naissance (1) Salle de réanimation (4 positions) Sas d'accès au bloc opératoire Salle accueil famille (décès) PC médical et poste de soins Bureau médical Cadre de proximité Banque de surveillance et bureau infirmier (3 postes ou 8 en staff) Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Locaux support Locaux du personnel Détente Chambre de garde (gynéco-obstétrique) Sanitaire Vestiaire Locaux logistique Réserve Matériel médical (fauteuils, équipements…) Vidoir Déchets Ménage hôpital

595

35%

803

1 2 2 1 1 1 1 1 1

12 12 4 24 15 10 4 8 6

12 24 8 24 15 10 4 8 6

Polyprogramme - Programme général

334/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 2 820 Total

Soins critiques
Surveillance continue médicale
Secteur du personnel PC médical Bureau médical Carré des résidents Cadre de proximité Salle de staff Locaux du personnel Vestiaire personnel Chambre de garde Détente Sanitaire Unité d'hospitalisation de SC Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre triple Secteur technique Circuit propre Réserves Circuit sale Déchets Ménage Entretien des équipements Entretien équipements

2 170

2 170 294

2 170
294 30%

2 820
382

382

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 4

12 12 12 10 7 12 10 2 5 4 10 36

12 12 12 10 7 12 10 2 5 4 20 144

1 1 1 1

20 8 6 10

20 8 6 10 640

Réanimation et surveillance continue chirurgicale
Hors zone filtre Attente, détente, petite restauration accompagnant Sanitaire du public (PMR) Secteur filtre Vestiaire personnel Secrétariat d'accueil Pièce d'entretien médical Réserve matelas accompagnants Secteur du personnel PC médical Bureau médical Carré des résidents Cadre de proximité Salle de staff Locaux du personnel Chambre de garde Détente Sanitaire Unité d'hospitalisation de réanimation (10 lits) Unité de réanimation 1 Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre individuelle Unité de réanimation 2 Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre individuelle Espace de préparation Préparations des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Déchets Sanitaire patients Unité d'hospitalisation de SC Unité de de SC 1 Stockage de proximité Vidoir - Lave-bassin Banque de surveillance Chambre individuelle de SC Secteur technique Circuit propre Décartonnage Réserves Circuit sale Déchets Ménage 1 2 1 1 1 1 12 4 25 16 12 10 12 8 25 16 12 10

640

30%

832

832

1 1 1 1 2 1 1

12 15 12 15 12 12 2

12 15 12 15 24 12 2

1 1 1 5 1 1 1 5 1 1 1 1 2

5 4 10 20 5 4 10 20 10 15 10 4 4

5 4 10 100 5 4 10 100 10 15 10 4 8

1 1 1 5

5 4 10 18

5 4 10 90

1 1 1 1

5 40 8 6

5 40 8 6

Polyprogramme - Programme général

335/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Entretien des équipements Entretien équipements 1 SU 12 Surfaces utiles Surf. S. Tot 12 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Grands brûlés
Accueil

Secteur de consultation et de soins externes
Accueil, secrétariat hospitalier et médical Attente visiteur et patient Sanitaires visiteurs et patients ambulatoires Consultations et soins Salle de pansements Réserve des Dispositifs Médicaux et des Médicaments 1 1 2 1 1 12 10 4 18 12 12 10 8 18 12

630
60

819
30%
78

Secteur d'accueil et de mise en condition du patient
Sas d'accès et casiers patients Sas de transfert et balnéothérapie 1 1 7 40 7 40

47

30%

61

Secteur hospitalisation
Unité grands brûlés (réa) 4 lits Sas personnel et logistique Chambre individuelle Poste de surveillance panoramique par unité de 4 lits Bureau vitrée sur poste de surveillance Unité grands brûlés (SC) 8 lits Chambre à 2 Poste de surveillance panoramique Zone support Réserve secours médicaments, DM et métariel jetable Sanitaire personnel Local ménage 4 4 1 1 4 1 1 2 2 4 24 6 12 24 6 6 4 4 16 96 6 12 96 6 6 8 8

254

30%

330

Secteur opératoire
Zone filtre Salle de transfert patient Sas personnel Lave-main chirurgien Zone opératoire Salle opératoire Zone logistique Réserve DMS de proximité Utilités sales 1 1 1 1 1 1 15 5 5 30 12 6 15 5 5 30 12 6

73

30%

95

Secteur technique
Zone Amont propre Réception des commandes, décartonnage et bureau approvisionneur Stockage Zone Aval propre Réserve des Dispositifs Médicaux,des Médicaments et solutés Réserve Linge et Usage Unique Réserve d'Imprimés et de de Matériel hôtelier Réserve gaz médicaux (transports des patients) Réserve intermédiaire de respirateurs Zone sale Déchets et linge sale Local ménage 1 1 1 1 1 1 1 1 1 15 10 25 10 10 6 6 12 4 15 10 25 10 10 6 6 12 4

98

30%

127

Secteur du personnel
Zone du personnel Casiers personnels mixte et distribution de tenues Salle de détente du personnel Administration médicale Bureau chef de service Bureau des cadres Bureau des résidents Salle de kiné ergothérapeute (avec espace de préparation prothèse) Salle de réunion 1 1 1 1 1 1 1 12 15 12 12 12 15 20 12 15 12 12 12 15 20

98

30%

127

Polyprogramme - Programme général

336/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 20 1 2 1 1 1 1 1 12 4 10 25 8 12 10 12 8 65 10 25 8 12 10 92 1 1 1 1 2 1 1 12 15 12 15 12 12 2 12 15 12 15 24 12 2 367 1 1 1 3 1 3 2 2 1 2 2 2 1 1 12 12 24 5 4 10 15 18 4 42 18 32 4 12 12 12 24 15 4 30 30 36 4 84 36 64 4 12 61 1 1 1 1 1 5 30 8 6 12 5 30 8 6 12 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 26 Total

Réanimations et SC néonataux et pédiatriques
Hors filtre
Attente, détente, petite restauration parents Sanitaire public (PMR)

605
30%

787

Filtre visiteurs
Vestiaire parents Vestiaire personnel Secrétariat d'accueil Pièce d'entretien médical Réserve matelas accompagnants

30%

85

Filtre personnel
PC médical Bureau médical Carré des résidents Cadre de proximité Salle de staff Locaux du personnel Chambre de garde Détente Sanitaire

30%

120

Unité d'hospitalisation
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau médical Cadre de proximité Bureau infirmier (3 postes) et salle de staff (12) Unité d'hospitalisation Stockage de proximité Vidoir Banque de surveillance Boxe réa-néonat Boxe de soins intensif néonat (6) Vidoir Médecine néonatale (12) Chambre de soins intensifs pédiatriques Boxe de soins intensifs pédiatriques Vidoir - Lave-bassin Salle de convivialité

30%

477

Secteur technique
Circuit propre Décartonnage Réserves Circuit sale Déchets Ménage Entretien des équipements Entretien équipements

30%

79

Polyprogramme - Programme général

337/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 5 895 Total

Hospitalisation
Unités d'hospitalisation de médecine et de chirurgie
Hospitalisation améliorée (15 lits) + Pneumologiecardiologie (15 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre simple Chambre double Chambre Quatre Salon unité améliorée Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire 1 1 1 1 1 16 1 3 1 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 16 20 30 30 4 6 14 8 4 6 12 4

4 716

4 716

4 716
2 944

25%

5 895
3 680

500 12 10 6 10 4 256 20 90 30 8 6 14 8 4 6 12 4 460 1 1 1 1 1 1 2 10 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 16 20 30 4 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 16 40 300 8 6 14 8 4 6 12 4 230 1 1 1 1 1 1 1 3 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 16 20 30 4 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 16 20 90 8 6 14 8 4 6 12 4

25%

625

Médecine polyvalente (45 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre simple Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

575

Dermatologie (15 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre simple Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

288

Polyprogramme - Programme général

338/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 378 1 1 1 1 1 4 3 5 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 16 20 30 4 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 64 60 150 8 6 14 8 4 6 12 4 344 1 1 1 1 1 3 6 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 20 30 4 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 60 180 8 6 14 8 4 6 12 4 344 1 1 1 1 1 3 6 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 20 30 4 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 60 180 8 6 14 8 4 6 12 4 344 1 1 1 1 1 3 6 2 1 1 12 10 6 10 4 20 30 4 6 14 12 10 6 10 4 60 180 8 6 14 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 473 Total

Maladies infectieuses (30 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre simple Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

Chirurgie reconstructive (4 lits) + Pédiatrie (12 lits) + Neurologie (8 lits) + Gynécologie (6 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

430

Chirurgie générale (30 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

430

Chirurgie orthopédique (15 lits) + Traumatologie (15 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve

25%

430

Polyprogramme - Programme général

339/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire 1 1 1 1 1 SU 8 4 6 12 4 Surfaces utiles Surf. S. Tot 8 4 6 12 4 344 1 1 1 1 1 3 6 2 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 20 30 4 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 60 180 8 6 14 8 4 6 12 4 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Urologie (15 lits) + Spécialités (15 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

430

Unités d'hospitalisation obstétrique
Suites de couches (30 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Nurserie bébé Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire 1 1 1 1 1 3 6 2 1 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 22 34 4 18 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 66 204 8 18 6 14 8 4 6 12 4 468 1 1 1 1 1 6 2 5 2 1 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 22 22 34 4 18 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 132 44 170 8 18 6 14 8 4 6 12 4 140 1 1 16 20 16 20 392

1 000
25%
490

1 250

Suites de couches (10 lits) + Unité Kangourou (6 lits) + Grossesses pathologiques (14 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre kangourou Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Nurserie bébé Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

585

Gynécologie (15 lits)
Unité d'hospitalisation Chambre simple Chambre double

25%

175

Polyprogramme - Programme général

340/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Chambre Quatre Sanitaire Douche 3 2 1 SU 30 4 6 Surfaces utiles Surf. S. Tot 90 8 6 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Polyprogramme - Programme général

341/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Unités d'hospitalisation pédiatrique
Pathologies nutritionnelles et réhydratation (30 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre simple d'isolement Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Espace jeux/École à l'hôpital Douche Locaux support Réserve Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire 1 1 1 1 1 2 2 6 2 1 1 1 1 1 1 1 1 12 10 6 10 4 16 20 30 4 30 6 14 8 4 6 12 4 12 10 6 10 4 32 40 180 8 30 6 14 8 4 6 12 4 386 1 1 1 1 1 2 2 6 2 1 1 12 10 6 10 4 16 20 30 4 30 6 12 10 6 10 4 32 40 180 8 30 6 386

772
25%
483

965

Pédiatrie générale et isolement (15 lits) + Adolescents (15 lits)
PC médical et poste de soins infirmiers Bureau infirmier Préparation des chariots médicaments et des soins Pharmacie - Dispositifs médico-stériles Nettoyage des chariots de soins et paillasse de décontamination Local chariots (2) Unité d'hospitalisation Chambre simple d'isolement Chambre double Chambre Quatre Sanitaire Espace jeux/École à l'hôpital Douche Locaux support Circuit propre Réserve Circuit sale Déchets Vidoir - Lave-bassin Ménage Locaux du personnel Vestiaire Sanitaire

25%

483

1 1 1 1 1 1

14 8 4 6 12 4

14 8 4 6 12 4

Polyprogramme - Programme général

342/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

Logistique médicale
Biologie médicale
Centre de réception et de pré analytique Réception des prélèvements biologiques Banque d'accueil et bureau cadre Préanalytique Pré-analytique Stockage contenants Plateau de biologie usuelle, d'urgence et de garde Secteur biologie usuelle 2 automate biochimie, 2 hémato. 2 gaz sang Microbiologie Laboratoire de garde microbiologie et hémoculture Lectures de lames d'hématologie (3 postes + 1 station image) Locaux support Praticiens responsables de plateau Stockage réactifs, prélèvement et consommable Chambre de garde (avec Sanitaire/douche) Plateau d'immuno-analyses Analyses automatisées d'hormono-sérologie 1 hormono-sérologie, 1 marqueurs-tumoraux, ELISA, expertise Analyses manuelles Techniques manuelles (2 postes) Locaux support Stockage réactifs, prélèvement et consommable Biochimie-Toxicologie spécialisée Arrivée automatisée des portoirs Laboratoires Protéines (2 automates) Toxicologie (2 chaînes HPLC) Espaces tertiaires Praticien Locaux support Stockage consommables Stockage réactifs (+4°C) Hématologie spécialisée Laboratoire Hématologie spécialisée et cytométrie de flux Espaces tertiaires Praticien et assistant Locaux support Stockage consommables Stockage réactifs (+4°C) Microbiologie Automates d'Hémoculture (4) Laboratoire de bactériologie Secteur de culture 1 (2 postes, étuves et coloration) Secteur de culture 2 (2 postes, étuves et coloration) Bactériologie alimentaire Laboratoire hygiène Espaces tertiaires Praticien et assistant Locaux support Stockage consommables Stockage réactifs (+4°C) Administration biologie médicale Chef de service Secrétariat Cadres de proximité Résidents Salle de réunion Locaux du personnel Vestiaire Casiers effets personnels Linge propre Sanitaire

2 910

2 910
540

2 910
540

20%
20%

3 492
648

3 492
648

1 1 1

20 20 5

20 20 5

1 1 1 1 1 1

60 12 24 12 12 12

60 12 24 12 12 12

1 1 1 1 1 1 1 1 1

24 24 12 3 24 24 16 5 5

24 24 12 3 24 24 16 5 5

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2

24 16 5 5 12 12 12 12 12 16 5 10 12 12 12 12 15 12 3 3 2

24 16 5 5 12 12 12 12 12 16 5 10 12 12 12 12 15 12 3 3 4

Polyprogramme - Programme général

343/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 275 Total

Anatomie pathologie

229 229 20% Réception des prélèvements Banque, bureau d'enregistrement 1 12 12 Stockage prélèvements en attente d'analyse (T° ambiante, ventilé) 1 3 3 Extemporanés, macroscopie, réalisation des lames Traitement des extemporanés Laboratoire extemporanés (1 cryostat, 2 armoires ventilées 1 12 12 Macroscopie 2 postes en paillasse, 2 tables ventilées=4 postes, de préparation des pièces1 anatomiques, système de recueil des liquides toxiques, 2 armoires ventilées 24 24 Déshydratation, inclusion, coupe et coloration 1 automates déshydratation, 1 automates d'inclusion 1 12 12 Coupes ( microtomes) 1 12 12 Colorations (1 automates, paillasse manuelle, étuve, séchage, poste de montage des lames) 1 12 12 Techniques spécialisées Immuno-histochimie Préparations, automate d'immunologie et validation 1 12 12 Dermato-pathologie Laboratoire 1 12 12 Cytologie Techniques manuelles, 1 PSM et validation 1 12 12 Locaux supports Stockage et réserves 1 12 12 Solvants (100 l, pièce ventilée) 1 5 5 Alcools (100 l, pièce ventilée) 1 5 5 Administration Chef de service 1 12 12 Secrétariat 1 12 12 Praticien 1 16 16 Cadre 1 12 12 Locaux du personnel Salle de détente 1 12 12 Vestiaire 1 15 15 Linge propre 1 3 3 Sanitaire 1 2 2 181

275

Banque du sang
Distribution et Laboratoire d'immuno-hématologie Accès personnes extérieures Sas d'accès 1 3 3 Distribution Banque de distribution, passe-plat, paillasse de décongélation, réfrigérateur 1 15 15 Conservation (plasmas : 3 congélateurs -35°C, globules : 3 refr., agitateur plaquette, 2 équipements secours) 1 12 12 Laboratoire 1 poste enregistrement, pneu., 1 automates, 1 postes manuels, validation 1 12 12 Logistique Circuit propre Stockage réactifs et consommables en cours (2 réfrigérateurs, 2 cong. + 20 ml d'étagères) 1 5 5 Linge propre 1 3 3 Circuit sale Déchets et linge sale 1 5 5 Ménage 1 4 4 PC médical et locaux du personnel Responsable de site (labo et dons) 1 12 12 Vestiaire/douches 1 4 4 Sanitaire 1 2 2 Dons de produits sanguins Accès, Accueil, préparation du don Accueil et attente 1 12 12 Sanitaire donneurs 2 2 4 Salle de dons et locaux de proximité Fauteuils de dons 1 18 18 Poste de soins 1 10 10 Poste urgence 1 4 4 Stockage des produits de collecte (2 réfrigérateurs, 1 cong. + agitateur) 1 6 6 Restauration Salle de restauration (2 places) et office 1 12 12 Locaux support Circuit propre Réserve 1 5 5 Fûts déchets propres 1 3 3 Circuit sale Local ménage 1 4 4 Utilités sales (linge et déchets) 1 4 4 PC médical et locaux du personnel Médecin 1 12 12 Vestiaire 1 8 8 Sanitaire 1 2 2

181

20%

217

217

Polyprogramme - Programme général

344/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 280 1 30 30 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 336 Total

Moyens communs laboratoires
Moyens commun Biologie médicale, Anatomie-Pathologique et EFS Salle de réunion (15 places) Logistique commune Laboratoire et Anatomie-Pathologique Laverie Laverie mutualisée Laverie microbiologie Réserve verrerie Stockage Consommables et réactifs T°C ambiante (120 ml) Réactifs +4°C (6 m2 par laboratoire) Réactifs -20°C (5 congélateurs) Acides bases (4 armoires) Produits inflammables (4 armoires) Biothèque Laboratoire de préparation Accès contrôle stockage froid Stockage -80°C (5 congélateurs) Stockage -20°C (5 congélateurs) Lames Anatomie-path. (20 ans, 200 meubles denses, 2,8 M. de lames) Blocs Anatomie-path. (20 ans, 1000 boîtes en meubles denses) Archives Archives denses Déchets Cuve de traitement des effluents Déchets chimiques et biologiques (3 bacs) Déchets ménagers (3 bacs) Déchets liquides (3 cuves) Déchets solides

280

20%

336

1 1 1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

12 12 3 20 15 10 4 4 12 5 10 10 20 20 20 10 12 12 12 12

12 12 3 20 30 10 4 4 12 5 10 10 20 20 20 10 12 12 12 12 258

Chambre mortuaire
Accueil Hall d'entrée Sas convois Salles d'attente des familles (2 familles de 6 pers.) Salles de présentation des corps Salles techniques Salle de reconnaissance Sas de dépose des corps Salle de conservation des corps (20 corps) Salle de préparation des corps (17°C maximum) Salle d'autopsie Locaux du personnel Bureau du responsable Bureau agents Détente Vestiaire-douches Logistique Décontamination Local chariots Brancards de transport (2) 1 pm 2 2 1 1 1 1 1 1 1 1 2 1 1 1 12 18 14 6 50 30 30 12 12 12 4 5 5 4 24 36 14 6 50 30 30 12 12 12 8 5 5 4 10 10

258

20%

310

310

Pharmacie
Stockage Décartonnage Magasin médicaments Solutés massifs (50 palettes) Médicaments Produits diététiques Chambres froides Sas sortie Stupéfiant (armoire incluse dans bureau) Bureau préparateurs Magasin dispositifs médicaux Matériels médico-chirurgicaux Bureau préparateurs Distribution Dispensation Retour armoires à complémenter (50 sur 100 UF) Nettoyage armoires Stockage et départ armoires pleines (50) Distribution aux services Guichet d'urgence Rétrocession ambulatoire Sas d'accès Attente patients Sanitaire Confidentiel de réception 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 30 100 150 20 12 3 12 10 150 10 30 100 150 20 12 3 12 10 150 10

764

764

20%

917

917

1 1 1 1 1 1 1 1

50 15 50 12 5 10 4 10

50 15 50 12 5 10 4 10

Polyprogramme - Programme général

345/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb Réserve Locaux supports Espaces tertiaires Chef de service Secrétariat Bureau pharmaciens Résidents Salle de réunion Locaux du personnel Détente Sanitaire Chambre de garde (Sanitaire/douche) Vestiaire 1 SU 5 Surfaces utiles Surf. S. Tot 5 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot Total

1 1 1 1 1 1 2 1 1

12 12 12 12 15 15 2 12 12

12 12 12 12 15 15 4 12 12 258

Stérilisation
Zone réception tri Aire de stockage Salle de tri Poste informatique Zone lavage - mur technique Poste de lavage (1 poste et 1 machine) Zone de chargement Mur technique Poste de lavage manuel des conteneurs (1 poste) Poste informatique Locaux supports Rangement instrumentation Réserve produits lessiviels Zone conditionnement Salle de conditionnement des instruments Sas Aire de déchargement Zone de séchage Aire de constitution des paniers stérilisateurs Stockage chariots et containers Stérilisateurs (3) Aire de chargement des stérilisateurs Emprise stérilisateurs Locaux supports Produits de conditionnement Ménage Zone stérile Accès Sas Tri et stockage Sortie stérilisateurs Sas transfert Préparation des chariots Préparation chariots instrument Sas sortie (3 chariots) Locaux support Espaces tertiaires Pharmacien responsable Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 5 20 8 12 12 10 10 8 5 5 5 20 8 12 12 10 10 8 5 5

258

20%

310

310

1 1 1 1 1 1 1 1 1

5 10 20 8 10 15 9 5 6

5 10 20 8 10 15 9 5 6

1 1 1 1 1

5 10 10 12 10

5 10 10 12 10

1 2 1

12 2 12

12 4 12 400 1 500

Médico-légal

400 1 500 750

400

20%

480 1 800 900 900

480

Tertiaire
Bureau des médecins
Bureau des médecins 1 1 750 750

1 500
750 750

20%
20% 20%

1 800
900 900

750 750 750

Administration
espaces tertiaires

Polyprogramme - Programme général

346/347

Hôpital Universitaire d'État d'Haîti Mission de programmation

Tableau des surfaces utiles et dans œuvre : Scénario MOU
Désignation Nb SU Surfaces utiles Surf. S. Tot 2 772 2 772 778 Total Taux Surface dans œuvre S. Tot 3 149 856 Total

Logistique générale
Magasins centraux
Magasins Magasins Palettiers Étagères classiques Zone quarantaine Boxe de travail informatique (4 boxes) Lingerie Espace de tri et de confections des armoires Buanderie Stockage linge neuf Archives Espace de tri Archives Administration Espaces tertiaires Responsable magasin Locaux du personnel Détente Sanitaire Vestiaire Locaux supports Utilités sales Ménage Expédition Lavage et entretien des armoires Stockage des palettes bois vides Stockage des contenants vides (10 armoires) Entretien et gestion des déchets Tri et compactage Stockage des déchets Incinérateur Bennes de collecte

2 772
778

14%
10%

3 149
856

1 1 1 1 1 1 1 1 1

200 50 10 16 50 50 15 50 200

200 50 10 16 50 50 15 50 200

1 1 2 1 1 1 1 1 1 1 1

12 12 2 15 8 6 20 10 20 15 15

12 12 4 15 8 6 20 10 20 15 15

Biomédical
Équipe de maintenance Ateliers Bureau administratif (1 poste) Mise en service équipements neufs (2 postes) Atelier de réparation (2 postes) Stockage Documentation Locaux du personnel Sanitaire Vestiaire

88

88

15%

101

101

1 1 1 1 1 1 1

12 20 20 20 10 2 4

12 20 20 20 10 2 4 1 306

Résidence
Hébergement Chambre Ménage Cafétéria Salle de cafétéria 100 1 1 12 6 100 1 200 6 100 600

1 306

15%

1 502

1 502

Cuisine

600

600

15%

690 400

690

Locaux techniques
Provision de surface 2%

400
400

400

Polyprogramme - Programme général

347/347

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful