Está en la página 1de 217

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

ETUDE RELATIVE DELIMITA A LA DELIMITATION ET A LA RACTERISA CARACTERISATION DES ZONES DE MON MONTAGNE ET DES MAS MASSIFS DU MONTAGNEUX DU DJURDJURA

PHASE N°2 : ANALYSE PROSPECTIVE DE L’ETAT DES LIEUX DU MASSIF VERSION CORRIGEE N°3

CENEAP

1

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

SOMMAIRE Préambule 1. Rappel des termes de référence de l’étude 1) Objet de l’étude 2) Phasage de l’étude et place du présent rapport 2. Cadrage de l’étude 3. Approche méthodologique 4. Concepts et définitions ayant guidé les travaux de l’étude I. PRESENTATION GENERALE DE L’AIRE DE L’ETUDE 1. 2. 3. 4. Limites de l’aire de l’étude Cadre physique général Emprise territoriale Emprise territoriale

II. CARACTERISTIQUES DU RELIEF ET IDENTIFICATION DES ZONES DE MONTAGNES 2.1. Altitude 2.1.1. Caractéristiques générales 2.1.2. Classification des communes en zones, selon le critère altitude 2.2 La pente

2.3 Classification des communes du massif suivant le relief A : Zones de piémonts et contigües B : Zones de moyenne montagne (étage inférieur). C : Zones de moyenne montagne (étage supérieur). D : Zones de haute montagne III. CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DE L’AIRE DE L’ETUDE 3.1 Le climat 3.1.1 Répartition des stations météorologiques de l’aire de l’étude 3.1.2 La pluviométrie 3.1.2.1 Répartition moyennes annuelles des précipitations en mm (Période 1913 – 1938) 3.1.2.2 Répartition mensuelle des pluies 3.1.2.3 Les pluies torrentielles 3.1.2.4. Analyse des précipitations moyenne annuelles par interprétation de la carte climatique de l’ANRH 3.1.2.5. Appréciation des variations climatiques 3.1.3 Les températures 3.1.4 Autres facteurs climatiques 3.1.5. Conclusion 3.1.6 Classification des communes de chaque zone suivant leur niveau pluviométrique
CENEAP 2 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.2 Géologie – Lithologie – Pédologie 3.2.1 Aperçu géologique 3.2.2 Aperçu lithologique 3.2.3 Aperçu pédologique sur les principaux sols du massif 3.3 Hydrographie 3.3.1 Le réseau hydrographique 3.3.2 Les bassins et sous bassins versants 1) Le bassin versant de l’oued Isser 2) Le bassin versant des oueds côtiers algérois (Est) 3) Le bassin versant de l’oued Soumman 3.4 . Conclusion sur le milieu physique 3.4.1 Les zones de piémonts et contiguës 3.4.2 Les zones de moyenne montagne 3.4.3 La zone de haute montagne IV. CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET MODE DE PEUPLEMENT 4.1. Population totale au RGPH 2008 et densité de peuplement. 4.2. Densité par rapport à la population totale 4.1.2 Densités de population hors agglomérations chefs-lieux de communes et densités de population rapportées à la population éparse 4.2. Aperçu sur la répartition de la population par dispersion 4.3. Rythme d’accroissement démographique pour la période 1977 à 2008 4.3.1 Evolution de la population totale 4.3.2 Typologie des communes selon leur croissance démographique 4.4. Populations attendues en 2025 V. LES RESSOURCES NATURELLES ET BIODIVERSITE 5.1. Ressources en eau 5.1.1 Les eaux de surface 5.1.1.1 Les eaux de surface et leur mobilisation actuelle 5.1.1.2 Les mobilisations projetées 5.1.2 Les eaux souterraines 5.1.3 Les eaux non conventionnelles 5.1.4 Menaces pesant sur les ressources et la qualité de l’eau 5.1.5 Conclusion sur les ressources en eaux 5.2 Les ressources en sol et occupation des terres 5.2.1 Répartition générale des terres 5.2.2 La SAU et son utilisation 5.2.3 Les productions animales liées aux ressources naturelles 5.2.4 Les systèmes de production 5.3. Les ressources forestières 5.3.1 Le potentiel forestier
CENEAP 3 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.3.2 Menaces 5.3.3. Les travaux réalisés par le secteur des forêts dans le cadre la protection et de la valorisation du domaine forestier 5.3.4. Conclusion 5.4 Les substances utiles 5.5. Les ressources patrimoniales et touristiques 5.5.1 Les sites naturels et paysagers 5.5.2 Le potentiel thermal 5.5.3 Le potentiel artisanal 5.5.4 Le patrimoine culturel 5.5.5 Conclusion 5.6 La biodiversité 5.6..1 Le parc naturel de Gouraya, wilaya de Béjaia 5.6.2 Le parc naturel de Djurdjura VI. LES RISQUES NATURELS ET AUTRES MENACES SUR L’ENVIRONNEMENT 6.1 Les risques naturels 6.1.1 La sismicité 6.1.2 Les inondations 6.1.3 L’érosion des sols 6.2 La pollution VII. INDICATEURS D’APPRECIATION DES NIVEAUX D’EQUIPEMENTS 7.1. Niveaux d’équipements techniques 7.1.1 Alimentation en eau potable 7.1.2 Assainissement 7.1.3 Energie 7.4. Desserte routière 7.1.5. Dessertes postale et téléphonique 7.1.6. Principaux indicateurs du niveau d’équipement social. 7.2. Niveaux d’équipements sociaux 7.2.1 Education 7.2.2 Formation professionnelle 7..2.3 Sport et culture 7.2.4. Habitat 7.2.5 Santé 7.2.6. Principaux indicateurs du niveau d’équipement social. VIII. EMPLOI ET ACTIVITES 8.1. Indicateurs d’emploi

CENEAP

4

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

8.2 La base industrielle installée 8..1 Situation présente 8.2. Situation attendue. 9. Typologie des communes 9.1. Considérations générales 9.2 Répartition des communes selon les classes 9.3 Répartition des classes de communes selon les zones 9.4. Caractéristiques principales des classes CONCLUSION GENERALE : QUELS PERSPECTIVES D’AMENAGEMENT POUR LE MASSIF DU DJURDJURA ?

CENEAP

5

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Préambule Le présent Rapport s’inscrit dans le cadre de la phase n° des travaux d’élaboration 2 du projet de délimitation et de caractérisation du massif montagneux du Djurdjura, en application du contrat d’étude établi entre le ministère de l’aménagement du territoire, de l’environnement et du tourisme (M.A.T.E.T.) et le centre national des études appliquées pour la population et le développement (CENEAP). 1. Rappel des termes de référence de l’étude 1.1. Objet de l’étude

Conformément aux termes de référence, l’étude a pour objet : • de délimiter et de caractériser les zones de montagnes susceptibles d’être érigées au statut de zones de montagnes du massif de Djurdjura, au titre des lois : n° 01-20 du 12 décembre 2001, relative à l’aménagem ent et au développement durable du territoire, et n° 04-03 du 23 juin 2004, relative à la protectio n des zones de montagnes dans le cadre du developpement durable, • 1.2. d’élaborer un avant-projet de qualification et de classement de ces zones de montagnes en massif. Phasage de l’étude et place du présent rapport

La réalisation des travaux de l’étude est programmée en trois phases, étalées sur une durée totale de 08 mois, à dater de la notification de l’ordre de démarrage de service (ODS), soit le 19 novembre 2007 : • • • Phase 1, durée 01 mois : Elaboration du rapport méthodologique et délimitation préliminaire du champ de l’étude ; Phase 2, durée 04 mois : Elaboration d’un rapport sur l’analyse prospective de l’état des lieux ; Phase 3, durée 03 mois : Elaboration d’un avant- projet de qualification et de classement des zones de montagnes.

Ce présent rapport est élaboré au titre de la deuxième phase de l’étude intitulée « Analyse prospective de l’état des lieux du massif ». Comme stipulé dans le contrat, il traite les composantes ci-après : Caractéristiques physiques des zones de montagnes de l’aire de l’étude ; Caractéristiques démographiques ; Niveau de développement humain et social, et, ruralité ; Les secteurs et activités économiques ; Les infrastructures et services ; La composante environnementale.
CENEAP 6 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Il est accompagné d’un dossier cartographique composé des cartes thématiques ciaprès : Carte de délimitation préliminaire du massif, précisant les territoires des wilayas ainsi que les communes concernés par l’aire de l’étude ; Cartes du relief : o Carte de distribution des classes d’altitude ; o Carte de distribution des classes de pente. Carte des étages bioclimatiques ; Carte de distribution des tranches pluviométriques (isohyètes) ; Carte Géologique ; Carte lithologique ; Carte pédologique ; Carte du réseau hydrographique et des limites des bassins et sous bassins versants ; Carte d’occupation du sol ; Carte de la sensibilité à l’érosion ;

2. Cadrage de l’étude L’étude délimitation, caractérisation et élaboration d’un avant projet de qualification et de classement des zones de montagnes en massifs intervient dans un contexte marqué par la définition d'une nouvelle conception de l’aménagement et de développement durable du territoire, consacrée par la loi n°01-20 du 12 décembre 2001. De par son caractère, elle constitue un instrument opérationnel de mise en œuvre de nouvelle politique nationale d’aménagement du territoire et du SNAT dans sa dimension « développement durable des zones sensibles ». Cette étude, qui sera suivie ultérieurement de plans d’aménagement pour les zones de montagnes idententifiées, ouvre de nouvelles perspectives de développement fondées sur la valorisation et l’utilisation rationnelle des ressources et potentialités locales, en accord et en harmonie avec les projections définies par le schéma national et les schémas régionaux d'aménagement du territoire. Afin de donner à l’étude toute sa dimension d’aménagement et de développement durable du territoire, l’équipe du CNEAP chargée du projet a veillé dans son approche à se conformer aux prescriptions du contrat et à se mettre en conformité avec les instruments juridiques et réglementaires en vigueur définis ci-après : La loi n° 01-20 du 12 décembre 2001 relative à l’am énagement et au développement durable du territoire ; Les lignes directrices du SNAT ; La loi n° 03-10 du 19 juillet 2003 relative à la p rotection de l’environnement dans le cadre du developpement durable ; La loi n° 04-03 du 23 juin 2004 relative à la pro tection des zones de montagne dans le cadre du developpement durable. Le décret executif n° 05-469 du 10 décembre 2005, qui fixe les études et les consultations préalables requises ainsi que l’ensemble des conditions, critères et procédures devant permettre la détermination des zones de montagnes et leur classement.
CENEAP 7 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3. Approche méthodologique L’approche méthodologie adoptée pour la réalisation de cette phase de l’étude est fondée sur une démarche itérative faite d’aller et retours entre les entités territoriales de base, que sont les communes, les unités d’aménagement, que sont les zones homogènes (physiques ou socio-économiques) et le massif en tant qu’espace géographique de planification et d’aménagement durable du territoire. Pour réaliser les tâches de cette première phase de l’étude le CNEAP a procédé en quatre étapes : • Première étape : délimitation préliminaire de l’aire de l’étude

La délimitation préliminaire des zones de montagne de l’aire de l’étude a été faite à partir de la carte topographique à l’échelle du 1/200 000 ème sur la base des limites naturelles définies par les bassins et sous bassins versants. Concernant certaines communes périphériques, qui chevauchent sur deux ou plusieurs massifs, leur prise en compte ou non dans l’aire de l’étude s’est faite en concertation avec le bureau d’études ayant en charge le massif limitrophe (BNEDER) en s’appuyant sur le taux d’intégration (50% et plus). • Deuxième étape : Classification des communes de l’aire de l’étude en zones de montagne conception des cartes thématiques. Sur la base des critères ciblés par l’étude pour chacune des cartes (classes d’altitude, classes de pente, tranches pluviométriques, etc.), la conception des cartes thématiques s’est faite par traitement informatique de données numériques de base (données cartographiques et imagerie satellitaire). Chaque carte obtenue est accompagnée de données statistiques lui y afférent ; Classification des communes de l’aire de l’étude en zones de montagne et caractérisation de chaque zone sur plans physique et naturel Croissement automatique des deux facteurs du relief (classes d’altitude et classes de pente) et caractérisation du relief de chaque commune ; Classification de chaque commune au sein de la zone de montagne qui lui est représentative ; Troisième étape Enquêtes structures et reconnaissance du terrain. Afin de compléter et d’enrichir les travaux préliminaires réalisés sur la base de données cartographiques de bureau uniquement, des travaux de terrain ont été entrepris au niveau local : Enquêtes structures pour la collecte des informations nécessaires à l’analyse des composantes : sociodémographique, économique, agroécologique etc. (sur la base d’un guide préalablement établi par l’équipe du projet) Sorties de reconnaissance sur sites pour consolider les travaux cartographiques conçus au bureau.
CENEAP 8 MATET

-

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Quatrième étape : Caractérisation de chaque zone sur les plans : physique, naturel et socioéconomique. Elaboration d’une base de données. Les données collectées au niveau local ont été traitées, structurées et érigées en base de données numérique ; Caractérisation de chaque zone sur les plans : physique, naturel et socioéconomique.

4. Concepts et définitions ayant guidé les travaux de l’étude La définition des zones de montagnes et des massifs montagneux ainsi que les critères de classement, tels que précisés : par la loi n° 04-03 du 23 juin 2004 relative à la protection des zones de montagne dans le cadre du développement durable et le décret exécutif n° 05-469 du 10 décembre 2005 fixant les études et les consultations préalables requises ainsi que l’ensemble des conditions, critères et procédures devant permettre la détermination des zones de montagne et leur classement sont rappelés ci-après : • Définition des zones de montagnes

Il est entendu au sens de la loi par zones de montagnes : « l’ensemble des espaces formés par des chaînes et /ou des massifs montagneux et présentant à ce titre des caractéristiques géographiques, de relief, d’altitude et de pente, ainsi que l’ensemble des espaces qui leurs sont contigus et qui sont liés à l’économie, aux facteurs d’aménagement du territoire, et aux écosystèmes de l’espace de montagne concerné, et qui sont qualifiés de zones de montagnes. » • Définition des massifs montagneux

Il est entendu au sens de la loi par massif montagneux : « les zones de montagnes formant une entité géographique, économique et sociale homogène ». • Classification des zones de montagnes selon le critère lié à l’altitude Haute montagne ; Moyenne montagne ; Piémonts ; Zones contiguës : zones immédiatement rattachées aux piémonts et qui leurs sont semblables.

Il est à signaler, que d’un commun accord entre le maître de l’ouvrage et les différents bureaux d’études concernés par l’élaboration des études de classement des massifs des régions nord : La haute montagne désigne les territoires situés à une altitude supérieure ou égale à 1200 m du niveau de la mer ;

CENEAP

9

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

La moyenne montagne désigne les territoires situés à une altitude comprise entre 400 et 1200 m. L’étude doit toutefois distinguer entre la moyenne montagne « étage inférieur » (400 à 800m) et la moyenne montagne « étage supérieur » (800 à 1200 m) ; Les zones de piémonts et les zones contigües désignent les territoires situés à une altitude inférieure à 400 m. La distinction entre les deux types de zones est déterminée par la topographie : pente modérée, pour les zones de piémonts, et, topographie plane, pour les zones contigües. • Critères de classification des zones de montagne selon la densité de peuplement: Zone à très forte densité ; Zone à forte densité ; Zone à moyenne densité ; Zone à faible densité ; Zone à très faible densité.

Comme pour le relief, il a été décidé d’un commun accord entre le maître de l’ouvrage et les différents bureaux d’études concernés que les classes de densité de peuplement des zones de montagnes seront arrêtées en fonction des spécificités démographiques de chaque massif.

CENEAP

10

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

I- PRESENTATION GENERALE DE L’AIRE DE L’ETUDE 1.1. Limites de l’aire de l’étude Les zones de montagnes du massif de Djurdjura sont circonscrites dans les limites naturelles matérialisées : au nord, par la mer Méditerranée ; à l’ouest par l’oued Isser ; au sud par l’oued Soummam.

Sur le plan administratif, ces zones corespondent à : la partie nord est, du territoire de la wilaya de Boumerdes, soit 13 communes ; l’intégralité, du territoire de la wilaya de Tizi Ouzou, soit 67 communes ; la partie ouest, du territoire de la wilaya de Béjaïa, soit 22 communes; la partie nord est, du territoire de la wilaya de Bouira, soit 9 communes.

De ce fait, le territoire de ce massif s'inscrit, au titre de l’aménagement et du développement durable du territoire, dans la région programme Nord Centre. 1.2 . Cadre physique général Les zones de montagnes du massif de Djurdjura occupent la partie centrale de l’Atlas tellien, une chaîne de montagnes qui s’étend d’ouest en est sur l’ensemble de la partie nord du pays. Leur relief est compartimenté principalement par deux chaînes de montagnes se rétrécissant d’ouest en est pour se joindre dans la partie Est de l’aire de l’étude. D’une marnière générale, à l’exception du versant nord de l’oued Soummam, l’altitude augmente du nord au sud. On distingue : • Au nord, une succession de piémonts et massifs côtiers : A l’ouest, la zone de piémonts et montagnes qui correspond à la partie est de la wilaya de Boumerdes ; Au centre (nord de la wilaya de Tizi Ouzou) et à l’est (nord-ouest de la wilaya de Bejaia), la zone des massifs côtiers, dont l’altitude moyenne oscille entre 400 et 800 m selon les communes, s’étend d’ouest en est de Mizrana à Bejaia ; Au sud, la chaîne du Djurdjura : Avec son relief imposant de très haute montagne, dont le point culminant atteint 2308 mètres sur le sommet du Djebel « LALLA KHEDIDJA », la chaine du Djurdjura est formée d’une succession de monts dont la ligne de crêtes constitue la limite entre les deux bassins versants des côtiers algérois est, au nord, et de l’oued Soummam, au sud. L’altitude passe successivement : de Bounouh, à l’ouest, au djebel Oumari, à l’est, par les points: 1 703 m, 2 134 m, 2 308 m, 1 951 m, 1 962 m et 1 726 m.
CENEAP 11 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

12

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• -

Au centre (partie médiane), une zone de moyenne montagne entrecoupée de dépressions. On distingue : Dans la partie ouest, une zone de moyenne montagne entrecoupée de dépressions (dépression de Draa El Mizan et vallée de l’oued Sébaou), dont l’altitude atteint rarement les 800m ; Dans la partie est, une zone de moyenne montagne, dont l’altitude est généralement supérieure à 800 m et pouvant même dépasser les 12 00 m au niveau de certains endroits.

-

Par rapport à d’autres régions du pays, les zones de montagnes du massif de Djurdjura se distinguent par la diversité de leurs milieux physiques et naturels, une diversité qui résulte de : Leur relief montagneux, fortement disséqué par un réseau hydrographique important, donne lieu à une alternance de paysages et milieux physiques : o o o o plaines littorales, massifs côtiers, vallées ; hautes montagnes et plateaux.

Leur climat de type humide (précipitations généralement supérieures à 900 mm/an), a permis à végétation naturelle riche et diversifiée de prospérer et de donner à la région toute sa splendeur. Emprise territoriale

1.3.

Globalement, le massif du Djurdjura s’étend sur une superficie totale de 553 021 ha (superficie planimétrée), répartie entre les quatre wilayas : Tizi Ouzzou : 296 980 ha, soit 100% de la superficie totale de la wilaya et 53,70 % de la superficie totale du massif ; Bejaïa : 130 010 ha, soit 40,17% de la superficie totale de la wilaya 40,17% et 23,51 % de la superficie totale du massif ; Bouira : 56 703 ha, soit 12,69% de la superficie totale de la wilaya et 10,25 % de la superficie totale du massif ; Boumerdes : 69 328 ha, soit 47,78% de la superficie totale de la wilaya et 12,54 % de la superficie totale du massif ;

CENEAP

13

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

14

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Emprise territoriale du massif montagneux du Djurdjura Wilaya Superficie concernée Ha Superficie concernée / superficie totale wilaya (%) 100,00 40,17 47,78 12,69 Superficie concernée / superficie totale Massif (%) 53,70 23,51 12,54 10,25 100,00

Tizi Ouzou Béjaîa Boumerdes Bouira Massif

296 980 130 010 69 328 56 703 553 021

Il est à signaler, que les communes, à « cheval » sur le massif du Djurdjura et les massifs limitrophes, prises en compte dans le périmètre de l’étude ont été arrêtées après concertation avec le BNEDER. 1.4. • Cadre sociodémographique Population totale et densité de peuplement

Selon le RGHP2008, la population totale de l’aire de l’étude est de 2.033.489 habitants, ce qui correspond à une densité de peuplement de 353 habitants au Km2. Comparativement aux autres régions de montagnes du pays, cette densité est très élevée. D’une manière générale, comme nous le verrons dans le chapitre traitant de la démographie, cette densité est plus élevée au niveau des chefs lieux de communes, des communes urbaines et des zones de piémonts et contiguës. Les données démographiques arrêtées au 31-12- 2006 par les DPAT concernées font part : D’une densité moyenne hors agglomérations chefs lieux de communes, estimée à 211 habitants au Km2, et D’une densité moyenne rapportée uniquement à la population éparse estimée à 65 habitants au Km2.

CENEAP

15

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Population urbaine et rurale

Toujours d’après les données démographiques des DPAT, en 2006, les populations urbaines sont estimées à 43% de la population totale, et les populations rurales à 57%. • Accroissement démographique

La population de l’aire de l’étude est passée de 1 188 594 habitants en 1977 à 2 033 489 habitants en 2008, soit une population multipliée par 1,7 en trente ans. Le taux annuel moyen d’accroissement démographique est en constante régression, après avoir atteint un pic de 3,18% par an pour la période 1977-1987, la croissance démographique a chuté à 1,07% pour la période 1998-2008, soit une régression du taux très significative (2,11%). Cette situation est toutefois logique, si on considère la tendance générale au niveau national.

CENEAP

16

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

II- CARACTERISTIQUES DU RELIEF ET IDENTIFICATION DES ZONES DE MONTAGNES Compte tenu de l’objet de l’étude, à savoir l’élaboration d’un avant-projet de qualification et de classement des zones de montagnes, le relief est considéré comme critére prépondérant pour l’identification et la détermination des communes et des zones montagnes devant constituer le massif. Sur le plan géographique, le relief est la résultante de la combinaison entre deux facteurs : l’altitude et la pente, où la pente, compte tenu de son handicap, représente le critère le plus déterminant pour définir le caractère montagneux d’un espace ou d’un territoire. En aménagement et développement durable du territoire, le relief est un facteur déterminant pour : Le choix des sites destinés à accueillir les centres d’habitation et les équipements sociaux et économiques (un choix souvent déterminé par les potentialités naturelles, la position géographique par rapport aux axes de communication, mais aussi qui tient compte des coûts de réalisation ainsi que des risques naturels liés aux inondations, glissements de terrain, etc.), Le choix des activités économiques à développer, notamment celles liées au secteur agricole, La définition des pratiques et techniques culturales (mesures et techniques antiérosives), etc.

-

Selon les cas, le relief est perçu comme un facteur favorable ou un facteur contraignant par les acteurs d’aménagement du territoire et de développement économique et social : En situation de basse altitude (moins de 400 mètres) et pente modérée (moins de 12%), le relief, pris indépendamment des autres facteurs du milieu, constitue un facteur favorable pour le développement d’une agriculture à gamme de cultures variées (cultures annuelles et cultures pérennes) et à l’intensification des pratiques culturales (mécanisation) En situation de haute altitude (plus de 1200 mètres) et de pente très accentuée (notamment quand celle-ci dépasse le stade des 25 %), le relief constitue un facteur limitant pour les pratiques agricoles. En effet la pente est un facteur qui limite la mécanisation des travaux du sol et qui favorise l’érosion, tandis que la gamme de cultures possibles se réduit au fur et à mesure que l’altitude augmente, sachant que cette dernière a une influence sur le climat.

-

Par ailleurs, les reliefs marqués par une combinaison entre des altitudes élevées et des pentes abruptes présentent un handicap, et voire même, parfois, des menaces certaines, pour les zones d’habitat. Ces handicaps et menaces, peuvent être résumés à travers les quelques aspects ci-après :

CENEAP

17

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

Surcoûts liés à la réalisation et à l’entretien des équipements socio- économiques et des infrastructures de base ; Enclavement et isolement ; Risques naturels liés aux glissements de terrains et aux inondations.

2.1. Altitude 4.2.1. Caractéristiques générales

Les zones de montagnes du massif de Djurdjura se situent dans une tranche d’altitude oscillant entre 0 mètre (domaine côtier au nord) et 2308 mètres (domaine montagneux du Djurdjura au sud, dont le point culminant est le sommet de Lalla Khadidja). Globalement les monts du Djurdjura présentent des altitudes moyennement élevées, généralement inférieures à 800 mètres (82,32%), où prédomine la classe comprise entre 400 et 800 mètre (48,55%). Les plus hautes altitudes correspondent aux sommets du Djurdjura (point culminant 2308mètres) et aux sommets de l’Akfadou (1400 à 1500 mètres). Pour les besoins de l’étude, quatre classes d’altitude ont été définies, conformément critères retenus par le MATET : • La classe d’altitude comprise entre 0 et 400 mètres. Elle correspond généralement aux zones de piémonts et zones contiguës et occupe une superficie totale de 186 125 ha, soit 33,66 % de la superficie totale du massif. • La classe d’altitude comprise entre 400 et 800 mètres. Elle correspond à l’étage inférieur des zones de moyenne montagne et occupe une superficie totale de 268 518ha, soit 48,55% de la superficie totale du massif. • La classe d’altitude comprise entre 800 et 1200 mètres. Elle correspond à l’étage supérieur des zones de moyenne montagne et occupe une superficie totale de 62 643 ha, soit 11,33 % de la superficie totale du massif. • La classe d’altitude supérieure à 1200 mètres. Elle correspond aux zones de haute montagne et occupe une superficie totale de 35 735 ha, soit 6,46 % de la superficie totale du massif.

CENEAP

18

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

19

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

20

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

La répartition générale des classes d’altitude est présentée dans le tableau ciaprès : Distribution générale des classes d’altitude Classe d’altitude (m) 0-400 400- 800 800-1200 + de 1200 Total Superficie totale (ha) % 186 125 268 518 62 643 35 735 553 021

33,66 48,55 11,33 06,46 100,00

2.1.2 Classification des communes en zones, selon le critère altitude Comme il apparaît clairement dans le tableau de la répartition générale des classes d’altitude, le territoire d’une commune s’inscrit toujours au sein de plusieurs classes. Aussi pour classer les communes en zones, tel que défini par la loi sur la montagne, nous avons jugé plus opportun d’asseoir notre classification sur le critère des classes dominantes les plus représentatives du territoire de la commune. Cette démarche a donné lieu à la classification suivante : Classe 1 : Communes de piémonts et contiguës, dont 50% et plus du territoire est situé à une altitude inférieure à 400 mètres. Classe 2 : Communes de moyenne montagne, communes dont 50% et plus du territoire est situé à une altitude comprise entre 400 et 1200 mètres. Pour des considérations agro-écologiques les communes de cette classe sont subdivisées en deux catégories : Les communes dites de moyenne montagne (étage inférieur), dont 50% et plus du territoire est situé à une altitude dominante comprise entre 400 et 800 mètres. Les communes dites de moyenne montagne (étage supérieur), dont 50% et plus du territoire est situé à une altitude dominante comprise entre 800 et 1 200 mètres.

-

Classe 3 : Communes de haute montagne, dont au moins 50% du territoire est situé à une altitude supérieure à 1200 mètres. La distribution des communes selon les classes précitées est présentée dans les tableaux qui suivent :

CENEAP

21

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Classe 1 : Les communes des zones de piémonts et contiguës Code Wilaya Sup Totale (ha) Classe d’altitude 0-400 Ha % 784 3241 4491 5431 6386 8552 5582 840 4454 5803 4366 5806 8158 1512 2412 1844 3233 2916 4015 8531 2605 3842 2052 1238 1872 3280 6895 9823 1909 2340 3254 127 467 99,37 96,12 93,76 90,43 90,12 89,37 88,09 87,59 86,79 86,79 84,30 83,99 77,99 77,86 77,38 75,92 75,63 72,56 71,61 70,68 65,08 61,50 61,49 57,61 57,25 55,38 54,16 53,21 52,09 51,37 50,77 71,82
22

Commune

400-800 Ha % 5 131 299 575 700 1017 755 119 678 883 813 1107 2302 430 702 585 1023 1103 1470 3539 1398 2315 1285 911 1398 2643 5502 8389 1756 2192 2671 48 696 0,63 3,88 6,24 9,57 9,88 10,63 11,91 12,41 13,21 13,21 15,70 16,01 22,01 22,14 22,52 24,08 23,93 27,44 26,22 29,32 34,92 37,06 38,51 42,39 42,75 44,62 43,22 45,44 47,91 48,12 41,68 27,44

800-1200 Ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3 0 19 0 122 0 0 90 0 0 0 0 333 248 0 23 484 1 322 0,10 0,44 2,18 1,44 2,62 1,34 0,50 7,55 0,74
MATET

> 1200 Ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -

6 15 6 35 35 35 35 6 35 35 6 15 15 35 15 35 15 15 35 6 15 15 6 15 15 35 15 6 15 6 15

Sidi Aich 789 Draa Ben 3372 Khedda Oued Ghir 4790 Baghlia 6006 Djinet 7086 Bordj menaiel 9569 Sidi Daoud 6337 Leflaye 959 Dellys 5132 Isser 6686 Akbou 5179 Freha 6913 Tizi Ouzou 10460 Ben Choud 1942 Tizi Rached 3117 Ouled Aissa Sidi Naamane 2429 4275

Ouaguenoun 4019 Nacria 5607 Béjaia 12070 Souamaa 4003 Tadmait 6247 Tazmalt 3337 Irdjen 2149 Tirmitine 3270 Afir 5923 Azeffoun 12730 Beni Ksila 18460 Ait Aissa Mi3665 moun Ifelain Ilma4555 then Mekla 6409 177 485

Zone : 31 Communes
CENEAP

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Ces zones couvrent une superficie totale de 177 485 ha (32,09% de la surface totale du massif) répartie entre 31 communes. Les communes de ces zones s’étalant sur plusieurs classes de pente à la fois, nous présentons ci-après la distribution de chacune d’elle : Distribution des classes d’altitude au sein de la zone Classe d’altitude 0 – 400 m 400 – 800 m 800 - 1200 m Zone Superficie (ha) 127 467 48 696 1322 177 485 % 71,82 27,44 0,74 100

Les communes inscrites dans ces zones sont localisées principalement : Au niveau des communes littorales de l’ouest ; au niveau de la vallée intra-montagneuse du Sébaou; sur la rive nord de l’oued Soummam ; sur la rive droite de l’oued Isser.

CENEAP

23

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Classe 2 : Les communes des zones de moyenne montagne (étage inférieur)
Code Wilaya Sup Totale (ha) 2708 2050 2061 2341 5664 1737 8120 3599 4151 6549 7084 1721 8221 7372 3299 3468 554 5356 2612 8922 4589 3990 3702 3827 3454 3899 2624 1368 3069 2084 5719 16850 2618 7710 CENEAP Classe d’altitude 0-400 Ha 0 70 82 35 307 142 914 355 512 513 1261 73 0 336 662 646 2 977 623 280 1147 626 0 20 329 374 727 207 935 664 1852 5352 28 2424 % 3,41 3,98 1,50 5,42 8,18 11,26 9,86 12,33 7,83 17,80 4,24 4,56 20,07 18,63 0,36 18,24 23,85 3,14 24,99 15,69 0,52 9,53 9,59 27,71 15,13 30,47 31,86 32,38 31,76 1,07 31,44 24 400-800 Ha % 2708 100,00 1980 1979 2215 5357 1595 7197 3087 3537 5508 5813 1409 6665 5928 2637 2756 439 4087 1972 6698 3442 2948 2705 2794 2503 2819 1897 971 2134 1420 3836 11032 1690 4976 96,59 96,02 94,62 94,58 91,82 88,63 85,77 85,21 84,10 82,06 81,87 81,07 80,41 79,93 79,47 79,24 76,31 75,50 75,07 75,01 73,88 73,07 73,01 72,47 72,30 72,29 70,98 69,53 68,14 67,07 65,47 64,55 64,54 800-1200 Ha % 0 0 0 91 0 0 9 157 102 528 10 106 938 1108 0 66 113 292 17 1944 0 416 968 993 259 706 0 190 0 0 31 466 900 310 3,89 0,11 4,36 2,46 8,06 0,14 6,16 11,41 15,03 1,90 20,40 5,45 0,65 21,79 10,43 26,15 25,95 7,50 18,11 13,89 0,54 2,77 34,38 4,02 MATET > 1200 Ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 133 618 0 0 0 0 0 0 0 0 0 29 20 363 0 0 0 0 0 0 0 0 0 7,73 7,52 0,78 0,52 10,51 -

Commune

15 15 15 35 10 15 15 15 15 15 10 15 10 6 15 15 6 15 15 15 15 6 10 15 15 15 35 15 10 15 15 6 15 15

Tizi Nthleta Beni Zmenzer Souk el Tenine Timezrit M’echdalla Mechtrass Draa el Mizane Beni Douala Tizi Ghenif Aghrib Aomar Ouacif El Adjiba Taourirt Ighil Ouadhia Beni Yenni Tibane Mizrana Ait Mahmoud Zekri Maatka Tifra Ait Laaziz Frikat Ait Toudert Larba Nait Irathen Taourga Ait Oumalou Chorfa Beni Aissi Makouda Toudja Ait Aggouacha Azazga

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

15 15 6 10 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 10 15 15 10 35 6 15 15 15 6 15 6 6

Imsouhal Ait Yahia Mousa Tinebdar Haizer Ifigha Boudjima Ain el Hammam Bounouh Akrrou Yatafen Yakouren Mkira Ait Khelili Timizart Ain Zaouia Taghzout Boghni Ait Yahia Aghbalou C. el Ameur Adekar Iflissen Ait Chefaa Tigzirt El Kseur Iboudraren Ouzellaguen Souk Oufella

2450 6346 1678 8874 4696 3532 3857 2704 4469 1600 8103 3544 2470 6573 5683 4603 5156 5216 6102 7646 11010 6729 8580 3835 9394 3229 6147 1410 298 728

46 2286 609 0 1129 1321 0 12 1004 0 181 1565 710 2728 2659 0 607 433 0 3622 51 3210 3877 1878 4482 0 2250 589 57 724

1,88 36,02 36,29 24,04 37,40 0,44 22,47 2,23 44,16 28,74 41,50 46,79 11,77 8,30 47,37 0,46 47,70 45,19 48,97 47,71 36,60 41,77

1567 4052 1069 5586 2948 2211 2389 1656 2639 930 4616 1979 1377 3602 3024 2414 2694 2673 3110 3820 5475 3319 4217 1860 4406 1459 2178 362

63,96 63,85 63,71 62,95 62,78 62,60 61,94 61,24 59,05 58,13 56,97 55,84 55,75 54,80 53,21 52,44 52,25 51,25 50,97 49,96 49,73 49,32 49,15 48,50 46,90 45,18 35,43 25,67 65,73

727 8 0 1783 619 0 1460 913 826 165 3174 0 383 243 0 1507 938 2102 1534 204 4408 200 486 97 506 307 1206 447 34 963

29,67 0,13 20,09 13,18 37,85 33,76 18,48 10,31 39,17 15,51 3,70 32,74 18,19 40,30 25,14 2,67 40,04 2,97 5,66 2,53 5,39 9,51 19,62 31,70 11,71

110 0 0 1505 0 0 8 123 0 505 132 0 0 0 0 682 917 8 1458 0 1076 0 0 0 0 1463 513 12 9 675

4,49 16,96 0,21 4,55 31,56 1,63 14,82 17,79 0,15 23,89 9,77 45,31 8,35 0,85 3,24

Zone : 62 communes

19,32 196 366

Ces zones couvrent une superficie totale de 298 728 ha (54,02% de la superficie totale du massif), répartie sur 62 communes. Les communes de ces zones s’étalant sur plusieurs classes de pente à la fois, nous présentons ci-après la distribution de chacune d’elle :

CENEAP

25

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Distribution des classes d’altitude au sein de la zone Classe d’altitude 0 – 400 m 400 – 800 m 800 - 1200 m + de 1200 m Zone Superficie (ha) 57 724 196 366 34 963 9 675 298 728 % 19,32 65,73 11,71 3,24 100,00

Les communes inscrites dans ces zones sont localisées principalement au niveau : Des monts qui surplombent de part et d’autre la vallée du Sébaou (monts de grande Kabylie et massif côtier d’Iflissen) ; Des massifs forestiers de petite Kabylie (Yakouren – Taourit Ighil) ; Du versant nord de l’oued Soummam.

-

CENEAP

26

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Classe 2 : Les communes des zones de moyenne montagne (étage supérieur).
Code wilaya 15 15 15 6 15 6 15 15 6 15 10 6 6 15 15 Classe d’altitude Commune Abi Youcef Idjeur Iferhounene Akfadou Beni Ziki Chelata Illilten Iloula Oumalou Beni Melikech Bouzguen Saharidj Chemini Ighram Assi Youcef Ait Bouadou Sup (ha) 1712 7470 3283 3977 2056 4189 2676 5162 4318 6974 9384 3795 5187 2525 3893 0-400 m (ha) 0 0 0 0 0 27 0 126 3 70 0 248 298 0 0 % 0,64 2,44 0,07 1,00 6,53 5,75 400-800 m (ha) 235 1181 484 545 147 1560 467 2253 1282 2922 2641 1255 2114 1151 1912 % 13,73 15,81 14,74 13,70 7,15 37,24 17,45 43,65 29,69 41,90 28,14 33,07 40,76 45,58 49,11 800-1200 m (ha) 1106 4686 1938 1893 918 1787 1023 1865 1553 2182 2792 1111 1508 441 486 % 64,60 62,73 59,03 47,60 44,65 42,66 38,23 36,13 35,97 31,29 29,75 29,28 29,07 17,47 12,48 Plus de 1200 m (ha) % 371 1603 861 1539 991 815 1186 918 1480 1800 3951 1181 1267 933 1495 21,67 21,46 26,23 38,70 48,20 19,46 44,32 17,78 34,28 25,81 42,10 31,12 24,43 36,95 38,40

Zone : 15 communes

66 601

772

1,16

20 149

30,25

25 289

37,97

20 391

30,62

Ces zones couvrent une superficie totale de 66 601 ha (12,04% de la superficie totale du massif), répartie sur 15 communes, toutes situées sur la chaîne de montagnes qui constituent le Djurdjura et son prolongement vers l’est. Les communes de ces zones s’étalant sur plusieurs classes de pente à la fois, nous présentons ci-après la distribution de chacune d’elle :

CENEAP

27

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Distribution des classes d’altitude au sein de la zone Classe d’altitude 0 – 400 m 400 – 800 m 800 - 1200 m + de 1200 m Zone Superficie (ha) 772 20 149 25 289 20 391 66 601 % 1,16 30,25 37,97 30,62 100,00

Classe 3 : Les communes des zones de Hautes montagnes.
Classe d’altitude Code wilaya Commune Sup (ha) 0-400 m (ha) 15 15 15 Aghni Goughran Ait Boumahdi Akbil 4120 2331 3756 % 400-800 m (ha) % 800-1200 m (ha) 203 186 % 4,93 7,98 Plus de 1200 m (ha) 2081 1410 2178 % 50,51 60,49 57,99

162 3,93 1674 40,63 0 0 735 31,53 898 23,91

680 18,10

Zone : 03 communes

10 207

162 1,59 3307 32,40 1069 10,47

5669

55,54

Ces zones couvrent une superficie totale de 10 207 ha (1,85% de la superficie totale du massif), répartie sur 03 communes, toutes situées sur la chaîne du Djurdjura. Les communes de ces zones s’étalant sur plusieurs classes de pente à la fois, nous présentons ci-après la distribution de chacune d’elle : Distribution des classes d’altitude au sein de la zone Classe d’altitude 0 – 400 m 400 – 800 m 800 - 1200 m + de 1200 m Zone Superficie (ha) 162 3 307 1 069 5 669 10 204 % 1,59 32,40 10,47 55,54 100

CENEAP

28

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

29

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

2.2 La pente La topographie étant un facteur d’influence dans le choix des pratiques et techniques agricoles, ainsi que pour l’implantation des différentes infrastructures et équipements socioéconomiques, on a estimé nécessaire de distinguer entre quatre (04) classes de pente, compte tenu de leurs impacts sur les activités agricoles et sur la réalisation des infrastructures techniques (voies de communication, réseaux AEP et assainissement, réseaux énergétiques, etc.), sociales (Logements, établissements scolaires, infrastructures sanitaires, etc.) et économiques (zones d’accueil aux activités industrielles, etc.). • Classe 1 : pente comprise entre 0 et 3%. Très favorable à l’intensification agricole (mécanisation et irrigation) et à la réalisation d’infrastructures techniques, sociales et économiques à moindre coût, car facilement accessible et ne nécessitant pas d’aménagements particuliers, cette classe occupe 31 861 ha, ce qui ne représente que 5,76% de la surface totale du massif. Rencontrée principalement au niveau des vallées de l’oued Sébaou, de l’oued Isser et de l’oued Soummam et à un degré moindre au niveau des rares plaines côtières très étroites (partie ouest) et du plateau d’El Asnam (Bouira), elle correspond aux terres à topographie relativement plane, qui se présentent généralement sous forme de dépressions. Il est à noter, que sur l’ensemble de l’aire de l’étude, une seule (01) commune, Tazmalt, a plus de 50% de son territoire classé en pente inférieure à 3,5%. • Classe 2 : pente comprise entre 3 et 12,5%. Favorable au développement d’une agriculture intensive à semi intensive (selon l’intensité de la pente) moyennant des techniques et mesures antiérosives, ainsi qu’à la réalisation d’infrastructures techniques, sociales et économiques, mais avec des coûts légèrement un peu plus élevés qu’en classe 1, cette classe occupe 102 500 ha soit 18,53 % de la surface totale du massif. Elle se distingue par sa pente modérée et occupe principalement les terres de piémonts et collines qui correspondent aux zones de contact et de transition entre les reliefs de montagnes et les terres de plaines et vallées. • Classe 3 : pente comprise entre 12,5 et 25%. Cette classe à pente relativement marquée, dont la combinaison avec les formations à roches tendres (marnes, argiles, calcaires friables, etc), surtout si elles sont dépouvues de végétation pérenne, se traduit par une forte sensibilité à l’érosion, occupe 99479 ha soit 17,99 % de la surface totale du massif. Elle occupe principalement les terres de montagnes situées au niveau de la partie médiane du massif.

CENEAP

30

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• Classe 4 : pente supérieure à 25% Cette classe à pente excessivement forte et qui constitue une contrainte majeure pour la pratique des activités agricoles et un handicap pour la réalisation des infrastructures socioéconomiques, occupe à elle seule 319 181 ha soit 57,72 % de la surface totale du massif. La répartition générale des classes de pente est présentée dans le tableau ciaprès : Distribution générale des classes de pente Classe de pente 0-3,5%. 3-12,5%. 12,5-25% + de 25% Total Superficie totale (ha) 31 861 102 500 99 479 319 181 553 021 % 5,76 18,53 17,99 57,72 100

Globalement, les zones de montagnesdu Djurdjura présentent une pente très accentuée. Les deux classes de pente caractéristiques du domaine montagneux (classe de pente supérieure à 25% et classe de pente comprise entre 12,5 et 25 %) cumulent une superficie de 418 660 ha soit 75,71% de la surface totale du massif.

CENEAP

31

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

32

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

2.3 Classification des communes du massif suivant le relief Les classes de pente et d’altitude étant définies, il s’agira à ce niveau de l’étude de procéder au croisement des deux résultats et de déterminer un zoning plus fin. Ce croisement a donné lieu aux résultats présentés dans les tableaux ci-après : A : Zones de piémonts et contiguës Ces zones regroupent au total 31 communes réparties en quatre catégories définies sur la base de la classe de pente dominante : Catégorie 1 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante comprise entre 0 et 3%. Cette catégorie, composée d’une seule commune (Tazmalt), pourrait être classée dans les zones contiguës ; Catégorie 2 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante comprise entre 3 et 12,5%. Cette catégorie à pente modérée regroupe 14 communes, dont deux localisées sur les rives de la Soummam et 12 dans la vallée de l’oued Sébaou. Cette catégorie de commune, au même titre que la catégorie 1 pourrait éventuellement être classée dans les zones contiguës ; Catégorie 3 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante comprise entre 12,5 et 25 %. Cette catégorie à pente forte regroupe 04 communes. Ces dernières dont les caractéristiques du relief sont très proches de celles des communes de la catégorie 2, sont localisées dans le même espace géographique, à savoir : 03 communes dans la vallée de l’oued Sébaou et 01 commune sur la rive nord de l’oued Soummam. Cette catégorie pourrait être classée comme zones de piémonts à forte pente. Catégorie 4 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante supérieure à 25 %. Cette catégorie à pente excessive regroupe 12 communes, dont 06 dans la vallée du Sebaou, 04 sur le littoral et 02 sur la rive nord de la Soummam.

CENEAP

33

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Classification des communes des zones de piémonts et contiguës suivant la classe de pente dominante
Code Wilaya 6 15 15 6 6 6 15 35 15 35 15 15 6 15 35 35 35 35 15 15 35 35 35 15 15 35 15 15 Commune Beni Ksila Azeffoun A.A Mimoun Leflaye Béjaia Sidi Aich Tadmait Djinet Tirmitine Ouled Aissa Irdjen S Naamane I Ilmathen Tizi Rached Afir Sidi Daoud Ben Choud Dellys Freha Souamaa Isser Nacria Baghlia Ouaguenoun Tizi Ouzou B menaiel D.B Khedda Mekla Sup Totale (ha) 18460 12730 3665 959 789 6247 7086 3270 2429 2149 4275 4555 5923 Classe de pente 3-12,5% 12,5-25% +25% ha % Ha % Ha % 897 4,8592 439 2,3781 16620 90,033 731 5,7423 10220 14 0 0,382 0 2857 648 7917 465 3390 3577 1593 1186 1014 1907 1338 273 2029 1468 0 461 127 379 1012 2578 438 1713 2757 1878 576 2427 403 1635 896 80 78 67,57 65,592 58,935 54 50,48 49 48,827 47 45 29,374 9 34,256 23,166 0 8,9829 2 9 15,136 45,978 7,2927 43 26 19,626 17 38 7,7814 34,134 26,85 794 21,664 180 0 18,77 0

0-3% Ha % 504 2,7302 0 131 0 13,66

137 1,0762 1642 12,899

12070 1314 10,886 1454 12,046 161 20,406 848 13,575 1730 27,693 945 13,336 2361 33,319 234 0 7,156 808 24,709 45 2,094 0 1041 42,857

1385 11,475 163 20,659 279 4,4661 203 2,8648 635 19,419 202 8,3162 485 22,569 966 22,596 2850 62,569 1695 54,379 2751 46,446 2496 39,388 124 6,3852 789 15,374 1593 23,044 710 17,737 549 8,2112 0 0 1482 24,675 26 0,6469 431 4,1205 881 9,2068 0 0 7 0,1092 1481 28,596 749 15,637 9 0,2697

605 28,153

395 9,2398 1007 23,556 315 6,9155 0 52 1,1416 99 3,1761 794 12,53

Catégorie 4 : 12 communes 3117 1050 33,686 6337 1579 24,917 1942 5132 6913

0 1143 19,298

Catégorie 3 : 4 communes 313 16,117 1505 77,497 241 4,696 3641 70,947 642 9,2869 4551 65,832 53,085 50,897 50,597 48,418

4003 789 19,71 2125 6686 1722 25,755 3403 5607 192 3,4243 2837 6006 1178 19,614 2908 4019

335 8,3354 1945 48,395

10460 2283 21,826 4989 47,696 9569 2332 24,37 4478 46,797 3372 1226 36,358 1570 46,56 6409 1096 17,101 2879 44,921

6 Akbou 5179 1143 22,07 2152 41,552 6 Oued Ghir 4790 697 14,551 1709 35,678 Catégorie 2 : 14 communes 6 Tazmalt 3337 2144 64,249 288 8,6305 Catégorie 1 : 1 commune

CENEAP

34

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

35

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

B : Zones de moyenne montagne (étage inférieur). Ces zones regroupent au total 62 communes réparties en trois catégories définies sur la base de la classe de pente dominante : Catégorie 1 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante comprise entre 3 et 12,5%. Cette catégorie à pente modérée est composée de deux communes (Chaabat el Ameur et Chorfa). Elles sont localisées respectivement sur la rive droite de l’Oued Isser et sur la rive nord de l’Oued Soummam et constituent le prolongement des communes que l’on pourrait qualifier de communes contiguës (commune des Isser pour la première et commune de Tazmalt pour la seconde. Catégorie 2 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante comprise entre 12,5 et 25%. Cette catégorie à pente forte regroupe 08 communes dispersées, mais toujours en contact avec les communes à pente excessivement marquée de la même zone (zone de moyenne altitude : étage inférieur). Catégorie 3 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante supérieure à 25 %. Cette catégorie à pente excessivement marquée regroupe 52 communes, réparties géographiquement sur deux espaces : le versant sud de l’Oued Sébaou, qui correspond aux monts de grande Kabylie, et les massifs forestiers du nord et de l’est de l’aire de l’étude (Forêts de Mizrana, Yakouren et Taourirt Ighil).

CENEAP

36

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Classification des communes des zones de moyenne montagne (étage inférieur) suivant la classe de pente dominante
Code Wilaya Sup Totale (ha) Classe de pente Ha 0-3% % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1,876 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3-12,5% Ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 12,5-25% Ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 +25% Ha % 3857 2618 3468 3229 4589 2061 1600 7372 554 2341 6290 2532 3706 1612 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 99 97 95 94

Commune

15 15 15 15 15 15 15 6 6 35 15 15 15 15 6 6 6 15 15 15 15 15 15 15 15 6 15 6 15 15 15 6

Ain el Hammam Ait Aggouacha Beni Yenni Iboudraren Maatka Souk el Tenine Yatafen Taourirt Ighil Tibane Timezrit Ait Yahia Mousa Ait Mahmoud Larba Nait Irathen Ouacif Adekar Toudja Tinebdar Ait Oumalou Beni Zmenzer Beni Aissi Tizi Nthleta Ait Yahia Zekri Beni Douala Bounouh Tifra Ouadhia Souk Oufella Ain Zaouia Ait Toudert Mkira El Kseur

3857 2618 3468 3229 4589 2061 1600 7372 554 2341 6346 2612 3899 1721 11010 16850 1678 1368 2050 2084 2708 5216 8922 3599 2704 3990 3299 1410 5683 3454 3544 9394

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 49 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

10 0,1576 74 1,8979

46 0,7249

31 1,1868 119 3,0521 0 0

109 6,3335

800 7,2661 10210 92,734 6,908 15530 92,166 1544 92,014 1206 1778 1714 2218 4216 7252 2870 2163 2459 3924 2353 2389 88 87 82 82 81 81 80 80 75 69 68 67 134 7,9857 151 11,038 272 13,268 0 0 0 0

156 0,9258 11 0,8041 21 1,0077 230 4,4095 49 1,3615

0 1164

349 16,747 490 18,095 379 7,2661 0 0 0 0 0

391 7,4962 680 18,894 0 0 0 0 922 23,108 11 0,7801 63 1,1086 0 157 0 4,43

0 1670 18,718

541 20,007 840 25,462 180 12,766

3068 76,892 986 69,929

233 16,525

0 1696 29,843 0 1101 31,876 0 998 28,16

497 5,2906 2013 21,429

593 6,3125

6291 66,968

CENEAP

37

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

15 15 15 10 15 15 15 15 15 10 6 15 10 15 15 15 10 15 15 15 10 15 35 15 10 15 15 10 35 10

Imsouhal Boghni Ait Khelili Taghzout Akrrou Mechtrass Mizrana Tizi Ghenif Boudjima Ait Laaziz Ouzellaguen Iflissen Aghbalou Ait Chefaa Yakouren Aghrib Haizer Frikat Draa el Mizane Timizart Aomar Tigzirt Taourga Ifigha M’echdalla Makouda Azazga El Adjiba Chabet el Ameur Chorfa

2450 5156 2470 4603 4469 1737 5356 4151 3532 3702 6147 6729 6102 8580 8103 6549 8874 3827 8120 6573 7084 3835 2624 4696

46 1,8776 8 0,3265 0 0 1828 35,454 12 0,4858 146 3,1718 39 0,8727 0 0 0 0 0 873 35,344 840 18,249 668 14,947 652 37,536

776 31,673 0 0 0 989 0 0 22,13 0 675 14,664

1620 3328 1585 2942 2773 1085 3194 2510 2041 2157 3675 3233 4408 4021 3214 4186 1767 3608 2475 1204 523 780 253 1646 1852 2027

66 65 64 64 62 62 60 60 58 58 55 53 51 50 49 47 46 44 38 17 14 17 4 29 24 25

0 1077 20,108 1085 20,258 0 1507 36,305 0 553 15,657 0 134 3,2281 938 26,557 40,33

51 1,3776 0 0 0 0 0 0

0 1493

334 5,4335 1162 18,904 1186 19,294 0 1444 21,459 1610 23,926 0 0 111 1,8191 2758 45,198 293 3,6159 3789 46,76

3465 56,369

480 5,5944 1202 14,009 2490 29,021 0 1069 16,323 2266 34,601 0 1257 32,846 803 20,982

458 5,1611 2817 31,744 1413 15,923 0 2490 30,665 2022 24,901

74 1,1258 1864 28,358 2160 32,862 438 6,1829 0 0 0 0 0 0 5442 76,821

Catégorie 3 : 52 communes 605 15,776 2707 70,587 24 0,9146 1832 69,817 334 7,1124 3200 68,143 758 13,383 3404 60,099 838 14,653 3235 56,566

768 29,268

382 8,1346

5664 1249 22,052 5719 7710 8221 7646 3069 0 0

274 3,5538 1658 21,505 3926 50,921 870 10,583 2623 31,906 2701 32,855 96 1,2556 3733 48,823 2399 31,376 688 22,418 1318 42,946 1040 33,887

Catégorie 2 : 08 communes 1418 18,546 23 1

Catégorie1 : 02 communes

CENEAP

38

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

39

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

C : Zones de moyenne montagne (étage supérieur). Ces zones regroupent au total 15 communes réparties en deux catégories définies sur la base de la classe de pente dominante Catégorie 1 : Altitude dominante comprise entre 800 et 1200 m et pente dominante comprise entre 12,5 et 25 %. Cette catégorie à pente forte, n’est constituée que d’une commune (Bouzguen), qui se présente commune une enclave au milieu des communes à pente excessive de la même zone. Catégorie 2 : Altitude dominante comprise entre 800 et 1200 m et pente dominante supérieure à 25 %. Cette catégorie à pente excessive regroupe 14 communes. Elles correspondent géographiquement à la chaine du Djurdjura et son prolongement sur l’AKfadou. Classification des communes des zones de moyenne montagne (étage supérieur) suivant la classe de pente dominante
Code Wilaya Sup Totale (ha) Classe de pente 0-3% Ha 0 0 0 % 0 0 0 3-12,5% ha % 0 0 0 0 0 0 12,5-25% Ha % 0 0 0 0 0 0 +25% Ha 1712 3283 2676 4318 3963 4946 3723 7557 1567 2723 3556 2572 2572 3989 2526 % 100 100 100 100 99,648 95,354 88,876 81 76 71,752 69 66 66 53 36

Commune

15 15 15 6 6 6 6 10 15 6 15 15 15 15

Abi Youcef Iferhounene Illilten Beni Melikech Akfadou Ighram Chelata Saharidj Beni Ziki Chemini Iloula Oumalou Ait Bouadou Assi Youcef Idjeur

1712 3283 2676 4318 3977 5187 4189 9384 2056 3795 5162 3893 2525 7470

0 0 0 0 47 0,9061 0 0 0 0 0 0 56 1,4756 119 2,3053 0 0 0 121 0 0 0 1,735

0 0 14 0,352 62 1,1953 0 0 0 0 0 0 0 0 713 18,788

0 0 0 0 132 2,5448 466 11,124 1827 19,469 489 23,784 303 7,9842 1487 28,807 0 0 0 0

1321 33,933 1321 33,933 247 3,3066 542 7,7717

3234 43,293 3785 54,273

Catégorie 2 : 14 communes 15 Bouzguen 6974 Catégorie 1 : 01 commune

CENEAP

40

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

41

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

D : Zones de haute montagne Cette zone qui se caractérise par une altitude dominante supérieure à 1200 m et une pente excessive (dominante supérieure à 25%), regroupe trois communes, toutes localisées au cœur de la chaîne montagneuse du Djurdjura. Classification des communes des zones de haute montagne suivant la classe de pente dominante Code Wilaya Sup Totale (ha) 3756 2331 4120 Classe de pente 0-3% Ha % 0 0 0 0 0 0 3-12,5% ha % 0 0 0 0 12,5-25% Ha % 0 0 0 0 0 0 +25% Ha % 3756 2331 2908 100 100 71

Commune

15 15 15

Akbil Ait Boumahdi Aghni Goughran

1212 29,417

Nombre de communes : 03

CENEAP

42

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

43

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

44

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

III. CARACTERISTIQUES PHYSIQUES DE L’AIRE DE L’ETUDE Ce volet de l’étude a pour finalité de caractériser le milieu physique et d’identifier des zones homogènes présentant les mêmes caractéristiques naturelles et susceptibles d’être érigées en zones d’aménagement dans le cadre du plan d’aménagement du massif Les différents facteurs qui sont étudiés, car considérés comme éléments déterminants au titre de l’aménagement du territoire, de la préservation du milieu et de la valorisation des ressources naturelles, sont : Le climat ; Les sols (géologie, lithologie et pédologie) ; Les bassins versants et le réseau hydrographique ; Les ressources en eaux le couvert végétal naturel ;

3.1 Le climat Le climat (précipitations, températures, gelées etc.…) est un facteur déterminant dans l’aménagement du territoire. En effet : il produit une influence directe sur les potentialités hydriques, les pratiques agricoles et pastorales, ainsi que sur le développement de la végétation naturelle ; il intervient comme facteur de risque pour le milieu environnemental et écologique (inondations, sècheresse, érosion des sols et dégradation du couvert végétal naturel).

-

Combiné aux autres composantes du milieu physique (pente et géologie), il est déterminant dans les choix de sites destinés l’implantation de l’habitat et des équipements socioéconomiques (adaptation des aménagements aux conditions du climat local) Pour l’analyse de ce volet de l’étude, nous nous sommes basés, compte tenu de l’insuffisance de statistiques récentes à cause du nombre limité de stations météorologiques en exploitation au niveau de l’aire de l’étude et de leur non représentativité à cause des lieux de leur implantation (villes de Tizi Ouzou et Béjaïa), sur les données climatiques de l’étude « climat de l’Algérie » réalisée par P SELTZER, complétées par quelques données récentes (ONM). Afin d’apprécier les variations climatiques en ce qui concerne les précipitations, nous avons procédé à une confrontation entre la carte des isohyètes réalisée par l’ANRH en 1993 et la carte établie sur la base des donnée de Seltzer (période 1913- 1938).

CENEAP

45

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.1.1 Répartition des stations météorologiques de l’aire de l’étude Pendant la période coloniale, l’aire de l’étude était équipée d’une multitude de stations météorologiques. Ces stations, comme le montre si bien le tableau qui suit, dressé à partir de l’étude « climat de l’Algérie » réalisée par P SELTZER, étaient bien réparties sur le territoire : Wilaya de Tizi Ouzou Yakouren Azzazga Larbâa Nait Irathene Aghrib Ain El Hammam Tizi Ouzou Tigzirt Draa Benkhedda Wilaya de Béjaïa Béjaia Cap Sigli El Kseur Tifra-Soumaâm Sidi Aïch Akbou Wilaya de Bouira Bouira M’chedella

Actuellement, l’aire de l’étude ne dispose que de deux stations professionnelles, localisées à Béjaia et Tizi Ouzou. 3.1.2 La pluviométrie « La répartition des pluies en Algérie obéit à certaines lois, à savoir : La hauteur des pluies augmente avec l'altitude ; Elle croît d'Ouest en Est ; Elle diminue au fur et à mesure que l'on s'éloigne du littoral. » (P. SELTZER 1946)

Ces principes sont valables pour le massif du Djurdjura, dont le régime pluviométrique suit étroitement la variabilité du relief et les zones les plus élevées et les plus proches de la mer sont les mieux arrosées. 3.1.2.1 Répartition moyennes annuelles des précipitations en mm (Période 1913 – 1938) Le tableau ci-après confirme les pprincipes énoncés par P. Seltzer. Les précipitations moyennes annuelles au niveau du massif du Djurdjura sont très abondantes sur les reliefs élevés, abondantes sur les monts côtiers et acceptables dans la partie sud (Akbou et M’chedella).

CENEAP

46

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Répartition moyennes annuelles des précipitations en mm (Période 1913 – 1938) Wilaya de Tizi Ouzou Yakouren Azzazga Larbâa Nait Irathene Aghrib Ain El Hammam Tizi Ouzou Tigzirt Wilaya de Béjaïa Béjaia 1352 *Bejaïa : 1990/2001 1216 Cap Sigli 1034 El Kseur 1034 Tifra-Soumaâm 1111 Sidi Aïch 991 Akbou 964 Wilaya de Bouira 972 Bouira 721,7 780 M’chedella 787 933 669 498 634 571

Draa Benkhedda 821 * Données ONM Il est à signaler, que pour la station de Béjaia, dont on a pu disposer de deux séries d’observations : une série de 25 ans s’étalant de 1913 à 1938 soit 25 ans (SELTZER) et une série de 11 ans s’étalant de 1990 à 2001 soit 11 ans (O.N.M), les précipitations ont connu une régression d’environ 250 mm/an. Elles sont passées de 972 à 727 mm, ce qui confirme le changement climatique constaté ces dernières décennies. 3.1.2.2 Répartition mensuelle des pluies Une observation plus fine des données relatives aux précipitations, c’est à dire leur distribution mensuelle, montre que les apports moyens annuels sont appréciables, mais leur répartition, saisonnière et mensuelle, varie sensiblement entre les saisons et d’un mois à l’autre.

CENEAP

47

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Répartition mensuelle des pluies et leur fréquence journalière
Stations Béjaia mm jours mm jours mm jours mm jours mm jours mm jours mm jours J 159 13 105,9 11,5 116 13 147 13 178 10 124 11 81 10 96 10 116,1 12,2 107 14 F 112 11 78,0 8,8 83 11 104 11 134 09 96 08 63 09 64 09 75,8 9,4 8 11 M 96 11 56,6 9 73 10 89 11 98 03 79 09 55 10 66 09 50,5 8,8 66 12 A 68 09 61,7 9,5 45 09 45 08 56 06 42 07 37 08 40 08 78,1 9,8 48 10 M 50 08 44,1 7,5 38 07 41 08 44 07 45 06 39 07 46 07 57,7 7,9 43 09 J 28 04 12,0 3,8 17 04 23 11 36 04 22 04 14 03 24 05 8,3 3,2 22 05 J 03 01 10,3 1,7 02 01 02 01 06 02 04 01 04 02 06 01 3,7 1,5 04 02 A 11 02 8,4 3,4 09 02 10 02 12 01 09 02 07 02 08 02 7,4 3,7 07 02 S 54 06 50,2 7,2 46 05 37 05 44 04 26 04 28 05 28 04 34,8 6,9 32 06 O 99 09 68,6 8,1 90 09 58 09 71 08 46 06 36 08 37 06 64,6 8,9 46 09 N 130 12 84,7 11,3 127 11 100 11 108 09 75 08 57 10 71 08 97,8 12,3 79 13 D 162 14 141,2 12,3 134 13 131 13 146 11 101 10 77 10 85 09 132 12,5 100 14 An 972 100 721,7 94,1 780 95 787 96 933 74 669 76 498 84 571 78 726,8 97,1 634 107

*Bejaïa 1990/2001 Cap-Sigli El-Keur TifraSoumaâm Sidi-Aïch Akbou

M’chedellah mm jours Tizi Ouzou mm jours mm jours

Bouira

* Données ONM Ce tableau montre que la distribution mensuelle des pluies divise l'année en deux périodes distinctes : - Une période sèche qui s'étale du mois de Juin au mois de Septembre, période au cours de laquelle on enregistre environ 10 % de la pluviométrie annuelle moyenne ; - Une période humide qui s'étend d'Octobre à Mai, période au cours de laquelle on enregistre près de 90 % de la pluviométrie annuelle moyenne. 2.1.2.3 Les pluies torrentielles :

Les pluies torrentielles ont des conséquences néfastes à plusieurs égards : Elles accélèrent les phénomènes d'érosion, surtout sur les terrains nus à pente forte ou moyenne ; Elles sont à l’origine de la dégradation des infrastructures routières, notamment les routes de montagne réalisées sur terrains marneux ;

CENEAP

48

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

Elles constituent un facteur de risque aux inondations, pour les populations résidant aux abords des oueds ou dans les dépressions dépourvues d’exutoires.

Au niveau du périmètre d'étude, ces pluies torrentielles se manifestent durant toute l'année, à l'exception du mois de Juillet. A titre indicatif, la hauteur des maxima observés en 24 heures dans la wilaya de Béjaia est comprise entre 114 mm (Cap Sigli) et 186 mm (Béjaïa). Les fréquences les plus élevées sont enregistrées d'Octobre à Mars. Pluies torrentielles (mm) observées (période de 1913/1938) : Station Total S O N D J F M A M J Jt A Hauteur Max 186 114

Béjaia C Sigli

218 143

09 09

25 20

31 28

37 33

36 17

28 08

21 11

14 05

10 07

06 04

0 00

01 01

3.1.2.4. Analyse des précipitations moyennes annuelles par interprétation de la carte climatique de l’ANRH Les cartes des isohyètes reflètent mieux les caractéristiques des précipitations au niveau territorial, car elles tiennent compte de la corrélation qui existe entre le climat et les deux facteurs liés à l’altitude et la latitude. Aussi, afin de mieux appréhander le degré de précipitation des différentes zones montagneuses du massif nous avons procédé à l’analyse de la carte des isohyètes dréssée par l’ANRH en 1993.

CENEAP

49

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

50

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

D’une manière générale, comme le montre si bien la carte des isohyètes, le territoire des zones de montagne du massif du Djurdjura bénéficie de précipitations appréciables (généralement supérieures à 700 mm/an, et pouvant même dépasser sur les sommets les plus élevés 1500 mm) dont le volume augmente en rapport avec l’élévation de l’altitude. La classe des superficies bénéficiant d’une pluviométrie supérieure à 900 mm/an représente à elle seule 357 936 ha, soit 64,72 % de la surface totale du massif ; La classe des superficies bénéficiant d’une pluviométrie comprise entre 600 et 900 mm/an représente 202 829 ha soit 36,68 % de la surface totale du massif ; La classe des superficies bénéficiant d’une pluviométrie inférieure à 600 mm/an ne représente quant à elle que 9 400 ha, soit 1,70% de la surface totale du massif. • Les zones de piémonts et des communes contiguës bénéficient d’une pluviométrie appréciable. Sur les 31 communes de la zone : • 13 ont la presque totalité du territoire de leur commune (entre 90 et 100%) située au dessus de l’isohyète à 900 mm, • 04, ont plus de la moitié de leur territoire située au dessus de l’isohyète à 900 mm, • 14, ont plus de la moitié de leur territoire située entre les isohyètes 600 et 900 mm. • Sur les 62 communes des inférieur) : zones de moyenne montagne (étage

33 ont la presque totalité du territoire de leur commune (entre 90 et 100%) située au dessus de l’isohyète à 900 mm, 04 ont plus de la moitié de leur territoire située au dessus de l’isohyète à 900 mm, 23 ont plus de la moitié de leur territoire située entre les isohyètes 600 et 900 mm, 02 ont plus de la moitié de leur territoire située entre les isohyètes 300 et 600 mm, il s’agit des communes de El Adjiba et Mechdella

-

-

-

• Sur l’ensemble des communes (15) des zones de moyenne montagne (étage supérieur) : 07 ont la totalité du territoire de leur commune (100%) située au dessus de l’isohyète à 900 mm, 08 ont plus de la moitié de leur territoire située au dessus de l’isohyète à 900 mm,
CENEAP 51 MATET

-

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• Les trois communes des zones de haute montagne bénéficient toutes d’une pluviométrie supérieure à 900mm. Il est à signaler qu’au niveau des zones de montagne du massif du Djurdjura, seules deux communes : M’echdalla et El Adjiba ont un niveau de précipitation annuel moyen inférieur à 600 mm. 3.1.2.5. Appréciation des variations climatiques par confrontation entre la carte des isohyètes réalisée par l’ANRH en 1993 et la carte établie sur la base des donnée de Seltzer (période 1913- 1938). La confrontation de cartes des isohyètes dréssées à des périodes différentes permet apprécier les variations enregistrées entre ces periodes d’observation. Aussi pour mesurer les variations enregistrées entre le début et la fin du 20èmme siècle, nous avons procédé à la confrontation entre la carte issue des données Seltzer et la carte dréssée par l’ANRH La carte dréssée sur la basse des données de P Seltzer montre que les précipications rapportées à la période 1913-1938 sont situées entre les isohyètes 500 et 1800. La carte dréssée par l’ANRH (1993), montre quant à elle que les précipitatons ont enregistrées une diminution conséquente à travers l’ensemble du massif, elles sont circoncrites entre les isohyètes 300 et 1400. Les Isohyètes supérieures à 1400 ont totalement disparues du massif, ce démontre clairement d’une forte baisse des précipitations au niveau de l’aire de l’étude. La partie sud du massif est celle qui a le plus été marquée par ce changement climatique en passant de l’étage subhumide à l’étage semi-aride.

CENEAP

52

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

53

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

54

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.1.3 Les températures D’une manière générale on distingue deux saisons : Une saison froide qui s’étale de novembre à avril où les minima absolus peuvent descendre au dessous de 0° ; C Une saison chaude qui s’étale de mai à octobre où les maxima absolus peuvent dépasser 45° (45,5° à M'chedellah) C C

3.1.4 Autres facteurs climatiques La grêle : Elle est fréquente pendant la saison hivernale (Décembre, Janvier, Février). Elle peut donc être contraignante pour les cultures, notamment l’olivier en favorisant la chute prématurée des olives. La gelée: C’est un phénomène engendré par les basses températures. Elle est fortement influencée par le relief (notamment l'altitude) et l'humidité de l'air. Elle produit des effets néfastes sur les cultures. Elle se manifeste principalement durant la période hivernale en décembre, janvier, février, voire même début mars. Le vent : C'est un paramètre climatique important pour les cultures. Il a un effet négatif résultant de l’action mécanique qui peut provoquer la chute des fruits. Mais il peut avoir une action positive en période de pollinisation pour l’arboriculture fruitière et notamment pour l’olivier dont cette période correspond à mai/juin. A titre indicatif, on présente les caractéristiques des vents observés au niveau de la station de Bejaïa : Les vents les plus fréquents sont à tendance directionnelle Nord (Nord-Est et Nord-Ouest) et Ouest; En comparaison avec la période hiververnale et la période printanière, la force du vent est de moindre intensité en été et en automne : le maximum se produit en décembre et le minimum durant le mois de juillet ; Moyenne mensuelle et annuelle de la force du vent (m/s) Mois Stations Jan Fev Mar Avr. Mai Juin Jt Aout Béjaïa (1913/1938) 2,1 2,2 2,2 2,1 1,8 1,8 1,6 1,7 Béjaïa (1990 / 2001) 3,4 3,5 3,2 3,2 2,8 2,9 2,8 2,8

Sept Oct Nov Déc Année 1,7 1,9 2,1 2,3 2,0 2,7 2,9 3,3 3,6 3.09

Il est à noter qu’entre les deux périodes d’observation, on constate un accroissement de l’intensité de la force des vents évalué à prés de 1 m/s.

CENEAP

55

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Le sirocco : Vent chaud et sec provenant du Sud, il est fréquent pendant la période estivale. Les fréquences mensuelles et annuelles du sirocco observées au niveau des stations M’chedella et d’Akbou sont présentées dans le tableau ci-après : Fréquences mensuelles et annuelles du sirocco (période 1913/1938) Mois Stations M’chedellah Akbou J F M A. 4,7 1,6 M J J A S O N D Année 58,8 39,2

0,5 0,7 2,8 0,2 0,0 1,3

4,8 6,2 15,6 15,3 5,3 1,9 0,8 0,2 3,8 5,5 8,8 9,7 6,3 1,9 0,6 0,3

Ce vent desséchant commence réellement à se manifester à partir du mois de Mars, avec une fréquence plus importante durant la saison estivale où les mois de Juillet (M'chedellah) et Août (Akbou) enregistrent les maxima. 3.1.5. Conclusion De l’analyse climatique, Il ressort que les contraintes majeures résident dans : La longue période chaude et sèche (Juin à Septembre), qui constitue une contrainte pour la pratique des cultures en sec ; La forte intensité des pluies, qui se traduit, compte tenu du relief chahuté, par l’érosion des sols, les inondations, et la dégradation des voies de communication ; La diminution des précipitations moyennes annuelles (signe apparent du changement climatique au niveau de la région), qui se traduit par un impact négatif sur les ressources en eau (assèchement de plusieurs oueds et sources), la faune et la flore (dégradation des subéraies, etc.) Les gelées hivernales, qui constituent un facteur limitant pour la pratique de certaines cultures maraîchères et d’espèces arboricoles à floraison précoce.

-

-

Cependant, sur le plan agro-sylvo- pastoral, le climat des zones de montagne du Djurdjura est favorable au développement d’une agriculture pluviale de type : grandes cultures, arboriculture à floraison tardive et cultures maraîchères de saison. De même, ce type de climat est favorable, au développement des essences forestières et des parcours de montagne, notamment au niveau des hauts reliefs qui bénéficient de précipitations abondantes. 3.1.6 Classification des communes de chaque zone suivant leur niveau pluviométrique La répartition des tranches moyennes annuelles des précipitations, telle définie par la carte climatique de l’ANRH, est présentée, par zone et par commune, dans le tableau ci-après :

CENEAP

56

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

A : Zones de piémonts et contiguës Code Wilaya 15 15 15 15 35 15 6 6 35 6 6 15 15 35 35 6 35 15 15 15 15 35 35 35 35 15 35 15 6 6 6 Classes pluviométriques (mm) Sup Totale - 300 300 à 600 600 à 900 +900 (ha) Ha % ha % Ha % Ha % 3665 0 0 0 0 0 0 3662 100 12730 0 0 0 0 0 0 12730 100 2149 0 0 0 0 0 0 2149 100 4275 0 0 0 0 0 0 4275 100 2429 0 0 0 0 310 12,76 2119 87,23755 6247 0 0 0 0 1647 26,36 4600 73,63534 18460 0 0 0 0 7880 42,69 10580 57,31311 12070 0 0 0 0 11280 93,45 790 6,545153 7086 0 0 0 0 7022 99,1 64 0,903189 959 0 0 0 0 959 100 0 0 789 0 0 0 0 789 100 0 0 3270 0 0 0 0 3270 100 0 0 3117 5923 6337 4555 6006 6913 6409 4019 4003 1942 5607 9569 5132 10460 6686 3372 4790 5179 3337 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 5194 81,96 4539 99,65 0 0 0 0 0 41 316 2066 2834 7388 5458 3372 4790 4796 0 0 0 3117 100 5923 100 1143 18,03693 16 0,351262 6006 6913 6409 100 100 100

Commune A A Mimoun Azeffoun Irdjen S Naamane Ouled Aissa Tadmait Beni Ksila Béjaia Djinet Leflaye Sidi Aich Tirmitine Tizi Rached Afir Sidi Daoud Ifelain Ilmathen Baghlia Freha Mekla Ouaguenoun Souamaa Ben Choud Nacria B menaiel Dellys Tizi Ouzou Isser D.B Khedda Oued Ghir Akbou Tazmalt

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 383 7,395 515 15,43

0 4019 100 0 4003 100 2,111 19001 97,8443 5,636 5291 94,36419 21,59 7503 78,40945 55,22 2298 44,77786 70,63 3072 29,36902 81,63 1228 18,36674 100 0 0 100 0 0 92,6 0 0 0 0

2822 84,57

CENEAP

57

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

B : Zones de moyenne montagne (étage inférieur).
Sup Totale - de (ha) 300mm Ha % 11010 6549 3857 2618 8580 2470 2612 1368 3454 5216 4469 3468 3532 2704 3229 6729 2450 3899 5356 1721 3299 6573 2708 8103 1600 8922 7710 5719 2624 3835 4696 1737 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Classes pluviométriques 300 à 600 mm Ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 600 à 900 mm Ha 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 % +900 mm Ha 0 11010 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 6549 3857 2618 8580 2470 2612 1368 3454 5216 4469 3468 3532 2704 3229 6729 2450 3899 5356 1721 3299 6573 2708 8103 1600 8922 7710 5719 2624 3835 4696 1720 % 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 99,0213

Code Wilaya

Commune

6 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 35 15 15 15

Adekar Aghrib Ain el Hammam Ait Aggouacha Ait Chefaa Ait Khelili Ait Mahmoud Ait Oumalou Ait Toudert Ait Yahia Akrrou Beni Yenni Boudjima Bounouh Iboudraren Iflissen Imsouhal Larba Nait Irathen Mizrana Ouacif Ouadhia Timizart Tizi Nthleta Yakouren Yatafen Zekri Azazga Makouda Taourga Tigzirt Ifigha Mechtrass

17 0,979

CENEAP

58

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

15 15 6 6 10 6 15 6 10 6 10 15 15 10 10 6 15 35 15 15 15 6 15 15 15 6 10 10 35 10

Beni Douala Souk el Tenine Tifra Taourirt Ighil Taghzout Ouzellaguen Beni Aissi Souk Oufella Aghbalou Tibane Haizer Frikat Beni Zmenzer Ait Laaziz El Adjiba Tinebdar Maatka Timezrit Ain Zaouia Boghni Ait Yahia Mousa El Kseur Draa el Mizane Mkira Tizi Ghenif Toudja Aomar M’echdalla Chabet el Ameur Chorfa

3599 2061 3990 7372 4603 6147 2084 1410 6102 554 8874 3827 2050 3702 8221 1678 4589 2341 5683 5156 6346 9394 8120 3544 4151 16850 7084 5664 7646 3069

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0

43 1,195 434 21,06 975 24,44 2148 29,14 1921 41,73 3113 50,64 1099 52,74 799 56,67 3659 59,96 343 61,91 5861 66,05 2600 67,94 1533 74,78 3034 81,96 2420 29,44 1507 89,81 4321 94,16 2242 95,77 5472 96,29 4979 96,57 6286 99,05 9331 99,33 8120 3544 4151 7084 100 100 100 100 100

3556 1627 3015 5224 2686 3034 985 611 2443 211 2967 1227 517 668 1441 171 268 99 211 177 60 63 0 0 0 0 0 0 0 0

98,80522 78,94226 75,56391 70,86272 58,35325 49,35741 47,26488 43,33333 40,03605 38,08664 33,43475 32,06167 25,21951 18,0443 17,52828 10,1907 5,840052 4,228962 3,712828 3,432894 0,945477 0,670641 0 0 0 0 0 0 0 0

46 0,518

0 4360 53,03

0 16850

0 2838 50,11 0 0 0

2826 49,86 7646 100

0 1258 40,99

1811 59,01

CENEAP

59

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage supérieur).
Sup Totale (ha) Classes pluviométriques - de 300mm Ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 300 à 600 mm ha % 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 600 à 900 mm Ha 0 0 0 0 0 0 0 0 876 2924 1599 2354 2091 2091 0 % 0 0 0 0 0 0 0 0 23,08 31,16 38,17 45,38 48,43 48,43 0 Ha 1712 3893 3893 3893 7470 3283 2676 5162 2919 6460 2590 2833 2227 2227 6974 +900 mm % 100 100 100 100 100 100 100 100 76,917 68,84058 61,8286 54,61731 51,5748 51,5748 100

Code Wilaya

Communes

15 15 6 15 15 15 15 15 6 10 6 06 6 15 15

Abi Youcef Ait Bouadou Akfadou Assi Youcef Idjeur Iferhounene Illilten Iloula Oumalou Chemini Saharidj Chelata Ighram Beni Melikech Beni Ziki Bouzguen

1712 3893 3977 2525 7470 3283 2676 5162 3795 9384 4189 5187 4318 2056 6974

D : Zones de haute montagne Sup Totale (ha) 4120 2331 3756 Classes pluviométriques - de 300mm Ha % 0 0 0 0 0 0 300 à 600 mm ha % 0 0 0 0 0 0 600 à 900 mm Ha % 0 0 0 0 0 0 +900 mm Ha 4120 2331 3756 % 100 100 100

Code Wilaya 15 15 15

Communes

Aghni Goughran Ait Boumahdi Akbil

3.2 Géologie-Lithologie-Pédologie 3.2.1 Aperçu géologique Le massif du Djurdjura se situe dans la chaîne nord atlasique, plus précisément dans le Tell septentrional qui présente une structure particulièrement complexe et diversifiée. L'existence dans cette région de zones de chevauchement dans la partie Sud
CENEAP 60 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

du massif a rendu l'étude de la structure géologique difficile à appréhender. Les différentes formations sédimentaires ont subi des déformations tectoniques dues aux mouvements orogéniques alpins de la fin de l'ère tertiaire et du quaternaire. Cette tectonique cassante est particulièrement marquée par la présence d'importantes failles dans la partie Sud, qui correspond à la terminaison occidentale de la chaîne du Djurdjura. Globalement le massif correspond aux grands ensembles géologiques ciaprès : • Les formations de l’ensemble oligocène :

Cet ensemble occupe principalement : La zone de piémonts nord-ouest, qui correspond à la partie est de la wilaya de Boumerdes (Sidi Daoud, Ouled Aissa, Dellys, Benchoud, Baghlia, Afir), La zone de moyenne montagne nord (étage inférieur), qui correspond aux communes de : TifraTaourga, Sidi Naamane, Makouda, Aghrib, Akerrou, Yakouren, Ifigha, Toudja, Chabet El Ameur, Tizi Ghenif, Frikat, Ain Zaouia, Bounouh, Boghni, Mechtrass, Tizi Nethleta et Ouadhia ; La zone de moyenne montagne (étage supérieurieur), qui correspond aux communes de : Bouzguen, Idjeur et Akfadou,

-

-

L'oligocène inférieur est formé exclusivement de marnes argilo- schisteuses de teinte variée, mais le plus souvent de couleur sombre. Il forme de vastes affleurements sur la route reliant Dellys à Tizi-Ouzou. Ces roches donnent l'aspect mou et mamelonné des terrains de la région. L'oligocène supérieur se présente sous deux aspects différents. Les terrains présentent un aspect de Flysch et sont constitués de marnes schisteuses en alternance régulière avec des grès donnant lieu à une intercalation de roches dures et de roches tendres. Les grès forment les reliefs et affleurent en corniches et les marnes occupent les dépressions. Localement, les bancs de grès sont beaucoup plus épais que ceux des marnes, ils constituent alors des monticules. • Les formations du crétacé (craie)

Cet ensemble occupe : Les massifs forestiers du nord, qui correspondent aux zones de piémonts (Azzefoun, BeniK’sila et Béjaia) et de moyenne montagne (étage inférieur) (Mizrana, Tigzirt, Iflissen, Ait Chafaa et Toudja),

-

La zone de moyenne montagne sud (étage inférieur), qui correspond aux communes de : Ait Laaziz, Taghzout, Haizer, Saharidj, Ouzellaguen, Leflaye, Sidi Aich, et Tinebdar,

CENEAP

61

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

La zone de moyenne montagne sud (étage supérieur), qui correspond aux communes de : Beni Mellikeche, Ighram, Chelata et Souk Oufellla.

• Les formations du miocène et les alluvions On les retrouve principalement au niveau des zones de piémonts rattachées à Oued Sebaou et ses principaux affluents (région de Draa BenKhedda – Tizi Ouzou – Fréha), ainsi qu’en bordure des oued Isser et Soummam. Les dépôts alluvionnaires du quaternaire reposent sur un substratum tertiaire de marnes éocènes. • Les roches métamorphiques

Elles occupent principalement les zones de moyenne montagne (étage inférieur) du massif central Kabyle. Elles sont constitués d'une série de roches métamorphiques (phyllades, schistes satinés, micaschistes…) qui recouvrent les gneiss jusqu’aux pegmatites d'âge primaire. Des tâches de calcaire métamorphique sont aussi représentées. Cette série peut se voir tout au long de la route de Larbaâ Nath Irathen / Aïn El Hammam. Les phyllades et les schistes fossilifères, qui occupent une faible surface au niveau de l'oued Stita, ont partiellement échappé au métamorphisme. Les micaschistes supérieurs sont dominés par le faciès de schistes satinés que l'on rencontre au niveau de la région de Ain El Hammam. Les micaschistes inférieurs sont dominés par le faciès de schistes à deux micas qui affleurent dans la région de Sebaou (Djebel Aissa Mimoun). A ceci, s’ajoute le massif de granite intrusif d'Ali Bounab qui recoupe des gneiss. • Les formations du jurassique

Ces formations à dominante calcaire dur correspondent principalement à la chaîne du Djurdjura (zone de haute montagne).

CENEAP

62

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

63

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.2.2 Aperçu lithologique La lithologie est une forme simplifiée de la géologie, elle donne une indication les roches de surface et sur la résistance des sols à l’érosion. Croisée avec d’autres facteurs des milieux physique et naturel (pente, intensité des pluies et occupation du sol), elle permet d’apporter une appréciation sur la sensibilité des sols à l’érosion et par conséquent elle constitue un critère déterminant quant à la définition de (ou des) l’option à prendre au titre d’une utilisation (affectation) rationnelle et durable du sol. Sur le plan lithologique, le massif du Djurdjura présente une multitude de faciès, dont les plus représentés sont énumérés ci-après : • Les alluvions et sables. Ces faciès, moyennement stables, sont rencontrés dans les zones de dépression en bordure des principaux oueds (plaines et terrasses alluviales) et localement au niveau de la bande côtière. on cite principalement: La vallée de l’oued Soummam, sur la partie sud du massif ; Les vallées de l’oued Isser et du bas sébaou sur la partie ouest du massif ; La vallée de l’oued Sébaou, sur la partie médiane ; Les plaines côtières de Cap Tedlès, d’Azeffoun et de Beni K’sila. Il est à signaler que sur le plan agricole les alluvions constituent d’excellents sols. • Les alluvions, sables, et conglomérats Ces formations, généralement résistantes à l’érosion à cause de leur masse rocheuse, occupes le versant sud-est du massif, qui correspond versant de l’oued Soummam amant. • Les argiles Formations très peu perméables et sensibles à l’érosion au même titre que les marnes, les argiles sont localisées essentiellement au niveau des dépressions où elles cotoient les formations alluvionnaires. • Les marnes. Formations très sensibles à l’érosion et souvent sujettes aux glissements de terrains quand elles sont situées en forte pente, les marnes sont principalement rencontrées sur les versants qui surplombent de part et d’autre la vallée du Sébaou. Ailleuirs, à l’exception de la zone Ain Zaouia – Boughni, les formations marneuses se présentent sous forme très localisée et diffuse.
CENEAP 64 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Par ailleurs, on rencontre quelque formations argilo-marneuses constituée de formations tendres du miocène et crétacé, très sensibles à l'érosion, où seules les zones suffisamment renforcées par des matériaux cohérents (barres de grès, de calcaires, niveaux de conglomérats, etc.) présentent une relative résistance. Les milieux qui se caractérisent par ce faciès sont généralement instables et soumis à une érosion accélérée mais localisée : Au Sud de la commune de Tifra (sur le versant Ouest de l'oued R'mila), de petits glissements affectent partiellement la route reliant Tifra à Sidi Aïch, ainsi que les talus en certains endroits de la RN 26 à proximité de R'mila. Dans la bande qui s'étend entre Ighzer Amokrane et Takrietz, les cônes de déjection forment des talus. L'abondance de matériaux grossiers roulés leur confère une relative stabilité.

-

Les calcaires et dolomies dures. Formations à bonne résistance à l’érosion, les calcaires et dolomies dures sont principalement rencontrés au sud du massif, dans la partie correspondant aux monts du Djurdjura. • Les calcaires friables. Peu répandus dans l’aire de l’étude, ces faciès sensibles à l’érosion sont localisés principalement à l’est du massif entre Ilmaten et Béjaia. • Les flyschs et les grés Formations resistantes à l’érosion et constituant un bon support à la végétation forestière et arboricole, les grés et flyschs occupent en alternance la majeure partie la moitié nord du massif. • Les Gneis Ces formations occupent la presque totalité de la zone correspondant aux monts de grande Kabylie • Autres formations On trouve localement quelques formations volcaniques (cap Djinet), phylades (Djebel Aissa Mimoun) et schistes (Draa El Mizan et Ouacif)

CENEAP

65

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

66

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

67

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.2.3 Aperçu pédologique sur les principaux sols du massif Compte tenu de la diversité des caractéristiques morphologiques, lithologiques, et climatiques du territoire du massif du Djurdjura, il en résulte un large éventail de sols, dont la formation est conditionnée par la couverture végétale. La carte pédologique de l’Algérie, établie par JH DURAND, confortées par des études ponctuelles plus récentes, permet de cerner d’une manière assez générale les principaux sols rencontrés au niveau de l’aire de l’étude. La carte des sols, dressée à l’échelle du 1/500 000 par JH DURAND, a dénombré les principales classes de sol ci-après : Les sols alluviaux : Ces sols, considérés à juste titre comme les meilleures terres agricoles, sont rencontrés comme déjà indiqué précédemment au niveau plaines et terrasses alluviales ainsi q’au niveau des plaines côtières. On cite : La vallée de l’oued Soummam, sur la partie sud du massif ; Les vallées de l’oued Isser et du bas sébaou sur la partie ouest du massif ; La vallée de l’oued Sébaou, sur la partie médiane ; les plaines côtières de Cap Tedlès, d’Azeffoun et de Beni K’sila. L’association Les sols calcaires et solonetz : Ces sols sont rencontrés sur les bas piémonts bordant de part et d’autre la partie amont de la vallée de l’oued Sébaou. Les sols insaturés humifères : Ces sols sont rencontrés sur les reliefs les élevés occupés par la végétation forestière. Les sols insaturés et les podzoliques : Ces sols résultants de l’alteration des flyschs, gneis et grés sont les plus fréquent au niveau de l’aire de l’étude. En général, ce sont des sols où prospèrent les forêts naturelles et l’arboriculture rustique.

CENEAP

68

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

69

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.3 Hydrographie 3.3.1. Le réseau hydrographique Le réseau hydrographique des zones de montagnes du massif du Djurdjura est très dense. Il est composé de trois (03) oueds majeurs, qui sont : l’oued Isser, qui draine la partie ouest du massif et la délimite ; l’oued Soummam, qui draine la partie sud et la délimite ; l’oued Sebaou, qui draine la presque totalité de la wilaya de Tizi Ouzou et la partie est de wilaya de Boumerdes.

Ces oueds, qui drainent les eaux pluviales vers la mer, sont alimentés par un important chevelu hydrographique composé de petits oueds (oueds côtiers et oueds de l’arrière pays montagneux) et de quelques affluents important, notamment en ce concerne l’oued Sébaou. Les principaux affluents de ce dernier sont les suivants : oued Aissi (Takhoukht – oued Sebaou: 20 Km); Oued Bougdoura (Pont de Boughni Draa El Mizan – oued Sebaou: 08 Km); Oued Boubhir (Illoula Oumallou – pont de Fréha: 10 Km) oued Dis, oued (06 Km) oued Rabta (05 Km) Oued Boghni (13 Km) Oued sidi Khelifa (13 Km)

Les oueds de l’aire de l’étude sont confinés au sein de 03 bassins versant. 3.3.2. Les bassins et sous bassins versants (voir carte) Les zones de montagnes du massif de Djurdura s'inscrivent dans leur majeure partie dans le bassin versant des Côtiers Algérois (bassin n° 2) et partiellement dans les bassins des Oued Isser (bassin n° et Soummam (bas sin n° 9) 15). Ces deux derniers bassins occupent respectivement les parties ouest et sud de l’aire de l’étude. Ces trois bassins versant totalisent une superficie de 578 392 ha (en comptabilisant les parties de territoires des communes périphériques, non prises en considération par l’étude à cause de leur taux d’intégration inférieur à 50%), De par leur étendue géographique, leurs pluies abondantes, ainsi que les importants ouvrages hydrauliques qu’elles abritent, à l’image du barrage de Taksebt, les zones de montagne du massif de Djurdjura sont considérées comme une source d’alimentation en eau d’importance régionale et à caractère stratégique pour la métropole algéroise. A ce titre, leur protection est impérative. Compte tenu de la densité et de l’importance du réseau hydrographique et de l’influence qu’il exerce sur l’économie et l’aménagement de la région, on présente ci-après le découpage des zones de montagne du massif du Djurdjura en bassins et sous bassins versant. Ce découpage est défini par l’institution chargée de la gestion des bassins versant et de la planification des ressources en eau.
CENEAP 70 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

1. Le bassin versant de l’oued Isser Le bassin versant de l’oued Isser occupe la partie ouest du massif. Il couvre partiellement les territoires des wilayas de Boumerdes, Tizi Ouzou et Bouira. La superficie totale concernée par l’aire de l’étude est de 59 020 ha. Elle est répartie sur deux (02) sous bassins versant : • Le sous bassin de l’oued Isser moyen (S.B.V n° 9.04 ). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 18 330 ha, correspond à la partie sud-ouest de l’aire de l’étude. Il couvre en totalité ou en partie quatre communes de moyenne montagne (étage inférieur) : Aomar, Aït Laaziz, Draa El Mizan et Frikat. • Le sous bassin de l’oued Isser maritime (S.B.V n° 9.05 ). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 40 690 ha, correspond à la partie nord-ouest de la zone de l’étude. Il couvre en totalité ou en partie 08 communes dont : 04 situées en zones de piémonts : Bordj Menaiel, Djinet, Isser et Naciria; 04 situées zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Mikiria, Tizi Ghenif, Chabet El Ameur et Timezrit.

2. Le bassin versant des oueds côtiers algérois (Est) Le bassin versant des oueds côtiers algérois (Est) occupe la partie centrale et le nord-est des zones de montagnes du massif du Djurdjura, qui couvrent la presque totalité de la wilaya de Tizi Ouzou, la partie nord de la wilaya de Béjaïa et la partie nord-est de la wilaya de Boumerdes. La superficie totale concernée par l’aire de l’étude est de 393 982 ha. Elle est répartie sur huit (08) sous bassins versant : • Le sous bassin des oueds côtiers de Cap Djinet (S.B.V n° 2 07). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 9 452 ha, correspond à la partie nord-ouest de la zone d’étude. Il couvre en totalité ou en partie 04 communes en zones de piémonts : Bordj Menaiel, Djinet, Ouled Aïssa, et Sidi Daoud. • Le sous bassin des oueds côtiers de Tigzirt (S.B.V n° 2 08). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 42 130 ha, correspond à la partie nord de la zone d’étude. Il couvre en totalité ou en partie 08 communes, dont : 03 situées en zones de piémonts : Afir et Dellys, Azeffoun ; 05 situées zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Aghrib, Iflissen, Mizrana, Tigzirt et Timizart,

• Le sous bassin des oueds côtiers de Cap Sigli (S.B.V n° 2 09). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 91 250 ha, correspond à la partie nord de la zone d’étude. Il couvre en totalité ou en partie 13 communes, dont : 03 situées en zones de piémonts : Azeffoun, Bejaia, Beni Ksila ;
CENEAP 71 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

08 situées zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Ait Chaffaa, Akerrou, Yakouren, Zekri, Adekar, El Kseur, Taourirt Ighil et Toudja.

• Le sous bassin de L’oued Sébaou amont (S.B.V n° 2 15). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 53 830 ha, correspond à la partie amont de l’oued Sebaou qui draine les monts de Kabylie.Il couvre en totalité ou en partie 15 communes, dont : 02 situées en zones de piémonts : Mekla et Souamaa, 06 situées zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Ifigha, Imsouhal, Yakouren, Azazga, Ait Yahia et Ait Khelili 07 situées zones de moyenne montagne (étage supérieur) : Abi Youcef, Beni Zeki, Bouzguen, Idjeur, Iferhounene, Illilten, Iloula Oumalou.

-

• Le sous bassin de L’oued Sebaou Rabta (S.B.V n° 2 1 6). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 43 330 ha, correspond à la partie est de la wilaya de Tizi Ouzzou (monts de Kabylie). Il couvre en totalité ou en partie 25 communes dont : - 08 situées en zones de piémonts : Ait Aissa Mimoun, Freha, Irdjen, Mekla, Ouaguenoun, Tizi Ouzou, Tizi Rached, - 17 situées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Aghrib, Ain el Hammam, Ait Aggouacha, Ait Oumalou, Ait Yahia, Akerrou, Azazga, Boudjima, Larba Nait Irathen, Timzart, Yakouren, Iboudraren, Larba Nait Irathen, Ouadhia, Ouacif, Tizi Nthleta et Yatafen • Le sous bassin de l’oued Aïssi (S.B.V n° 2 17). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 47 020 ha, correspond à la partie sud-est de la wilaya de Tizi Ouzzou (monts de Kabylie et monts du Djurdjura). Il couvre en totalité ou en partie 20 communes, dont : - 02 situées en zones de piémonts : Irdjen, Tizi Ouzou - 14 situées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Abi Youcef, Ain el Hammam, Ait Aggouacha, Ait Mahmoud, Ait Toudert, Beni Aissi, Beni Douala, Beni Yenni, Larba Nait Irathen, Iboudraren, Ouadhia, Ouacif, Tizi Nthleta, Yatafen ; - 01 située en zones de moyenne montagne (étage supérieur) : Ait Bouadou, - 03 situées en zones de haute montagne : Aghni Goughran, Akbil, Ait Boumahdi.

CENEAP

72

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Le sous bassin de L’oued Sebaou Sebt (S.B.V n° 2 18 ).

Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 30 630 ha, correspond à la partie centrale de la wilaya de Tizi Ouzzou (monts de Kabylie). Il couvre en totalité ou en partie 15 communes, dont : 07 situées en zones de piémonts : Ait Aissa Mimoun, Draa Ben Khedda, Ouaguenoun, Sidi Naamane, Tirmitine, et Tizi Ouzou 08 situées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Beni Aissi, Beni Douala, Beni Zmenzer, Boudjima, Makouda, Maatka, Souk Tenine, Tizi Nthleta. Le sous bassin de L’oued Bougdoura (S.B.V n° 2 19).

-

Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 53 450 ha, correspond principalement à la partie sud-ouest de la wilaya de Tizi Ouzzou (monts de Kabylie et très partiellement les monts du Djurdjura), et accessoirement à la partie est de la wilaya de Boumerdes. Il couvre en totalité ou en partie 11 communes dont : • 02 situées en zones de piémonts : Naciria, Draa Ben Khedda 07 situées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Timezrit, Ain Zaouia, Ait Yahia Moussa, Boghni, Bounouh, Draa El Mizan, Frikat, 02 situées zones de moyenne montagne (étage supérieurérieur) : Ait Bouadou, Assi Youcef Le sous bassin de L’oued Sebaou maritime (S.B.V n° 2 20).

Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 22 890 ha, correspond principalement à la partie nord-est de la wilaya de Boumerdes et accessoirement à la partie nord-ouest de la wilaya de Tizi Ouzzou (plaine et vallée de l’oued Sebaou). Il couvre en totalité ou en partie 10 communes, dont : 09 situées en zones de piémonts : Baghlia, Ben Choud, Dellys, Naciria, Sidi Daoud, Ouled Aissa, Draa Ben Khedda, Sidi Naamane et Tadmait, 01 située en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Taourga.

3. Le bassin versant de l’oued Soumman Le bassin versant de l’oued Soumman occupe la partie sud du massif. Il couvre partiellement les territoires des wilayas de Bouira et Béjaia. La superficie totale concernée par l’aire d’étude est de 125 390 ha. Elle est répartie sur quatre (04) sous bassins versant :

CENEAP

73

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• Le sous bassin de L’oued Eddous (S.B.V n° 15 01). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 32 410 ha, correspond principalement à la partie nord-ouest de la wilaya de Bouira. Il couvre en totalité ou en partie 04 communes, toutes situées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Ait Laaziz, El Adjiba, Haizer et Taghzout. • Le sous bassin de L’oued Sahel amont (S.B.V n° 15 0 3). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 20 360 ha, correspond principalement à la partie nord de la wilaya de Bouira. Il couvre en totalité ou en partie les communes de : Aghbalou, El adjiba, Chorfa, Mchedallah et Saharidj. • Le sous bassin de l’oued Sahel aval (S.B.V n° 15 05 ). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 22 080 ha, correspond principalement à la partie sud-ouest de la wilaya de Béjaia et accessoirement à la partie nord-est de la wilaya de Bouira. Il couvre en totalité ou en partie 07 communes, dont : 02 situées en zones de piémonts : Akbou et Tazmalt, 02 situées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Aghbalou et Chorfa, 03 situées en zones de moyenne montagne (étage supérieur) : Beni Mlikech, Chelata et Ighram.

• Sous bassin de l’oued Soummam maritime (S.B.V n° 15 10). Ce sous bassin, qui couvre une superficie totale 50 540 ha, correspond principalement à la partie sud de la wilaya de Béjaia. Il couvre en totalité ou en partie 19 communes, dont : 06 situées en zones de piémonts : Akbou, Bejaia, Ifelain Ilmathen, Sidi Aiche, Leflaye et Oued Ghir, 07 situées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Adekar, El Kseur, Taourirt Ighil, Tibane, Tifra, Tinebdar et Toudja. 06 situées en zones de moyenne montagne (étage supérieur) : Akfadou, Chemini, Chelata, Ouzellaguen et Souk Oufella.

-

-

CENEAP

74

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

75

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.4 Conclusion sur le milieu physique Sur le plan physique, l’aire de l’étude correspond à la partie centrale de l’Atlas tellien, qui a faconné son relief, un relief fait d’impressionnantes montagnes disséquées par un réseau hydrographique important donnant naissaissance à d’appréciables vallées (vallées des oueds : Sébaou, Isser et Soummam). Son relief est marqué : Au nord, par une succession de piémonts et massifs côtiers, dont l’altitude dépasse rarement les 800m, Au sud, par l’imposante chaîne du Djurdjura, dont le point culminant atteint 2308 mètres sur le sommet du Djebel « LALLA KHEDIDJA », Au centre (partie médiane), une zone de moyenne montagne entrecoupée de dépressions

Globalement, le massif du Djurdjura peut être divisisé en quatre classes d’altititude que l’on pourrait qualifier de zones montagneuses à caractéristiques différentes au vu de l’influence des facteurs facteurs physiques (relief, climat, etc.) : 3.4.1 Les zones de piémonts et contiguës : Ces zones regroupent 31 communes subdiviséés en quatre catégories sur la basse de la déclivité du relief : - Catégorie 1 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante comprise entre 0 et 3% : 01 commune ; - Catégorie 2 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante comprise entre 3 et 12,5% : 14 communes ; - Catégorie 3 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante comprise entre 12,5 et 25 % : 04 communes ; - Catégorie 4 : Altitude dominante inférieure ou égale à 400m et pente dominante supérieure à 25 % : 12 communes. Les communes de ces zones sont situées principalement au niveau des monts côtiers et des plaines (vallée) intérieures. Elles se distinguent par : - des altitudes moyennes peu élevées; une topographie d’ensemble modérée par rapport aux autres zones du massif ; un climat caractérisé par des précipitations appréciables, ainsi que par des températures fraiches sur le littoral et froides en hiver et chaudes en été à l’intérieur des terres. des sols à potentiel agricole appréciable, notamment au niveau des plaines et vallées ; un réseau hydrographique dense comportant des oueds important (Sébaou, Isser…) ; un couvert végétal pérenne important (forêts naturelles de chêne liège).
CENEAP 76 MATET

-

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3.4.2. Les zones de moyenne montagne : Ces zones sont réparties en deux types : les zones de moyenne montagne « étage inférieur » (altitude moyenne comprise entre 400 et 800 m) et les zones de moyenne montagne « étage supérieur » (altitude moyenne comprise entre 800 et 1200 m). • Les zones de moyenne montagne « étage inférieur » Ces zones regroupent 62 communes subdiviséés en trois catégories sur la basse de la déclivité du relief : Catégorie 1 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante comprise entre 3 et 12,5% : 02 communes ; Catégorie 2 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante comprise entre 12,5 et 25% : 08 communes ; Catégorie 3 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante supérieure à 25 % : 52 communes.

Les communes de ces zones, à quelques exceptions, sont situées sur le versant sud de l’Oued Sébaou, qui correspond aux monts de grande Kabylie, et les massifs forestiers du nord et de l’est de l’aire de l’étude (Forêts de Mizrana, Yakouren et Taourirt Ighil). Elles se distinguent par : - des altitudes moyennes modérées (400 à 800m); une topographie d’ensemble par l’intensité de la pente ; un climat de type humide aux précipitations appréciables et aux températures froides en hiver et chaudes en été ; des sols favorables à l’arboriculture et à la végétation forestière; un réseau hydrographique dense, source d’alimentation en aval des oueds Sébaou, Isser et Soumammam; un couvert végétal pérenne important (forêts naturelles).

• Les zones de moyenne montagne « étage supérieur » Ces zones regroupent 15 communes subdiviséés en 02 catégories sur la basse de la déclivité du relief : Catégorie 1 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante comprise entre 12,5 et 25% : 01 communes ; Catégorie 2 : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m et pente dominante supérieure à 25 % : 14 communes.

CENEAP

77

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Les communes de ces zones sont situées sur la chaine du Djurdjura et son prolongement sur l’AKfadou. Comparativement aux communes des zones de l’étage inférieur, elles se distinguent par : des altitudes plus élevées (800 et 1200m); une pente plus marquée ; des précipitations plus abondantes et des températures très froides en saison hivernale (enneignement) ;

3.4.3. La zone de haute montagne Cette zone, située sur les hauteurs du Djurdjura regroupe 03 communes. Elle se distingue par : son relief très marqué, caractérisé par par des altitudes pouvant dépasser les 2000 m par endroits et des pentes à très forte intensité ; des précipitations très abondantes, une période hivernale très froide et enneigée.

CENEAP

78

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

IV. CARACTERISTIQUES DEMOGRAPHIQUES ET MODE DE PEUPLEMENT L’étude des caractéristiques démographiques et du mode de peuplement porte principalement sur : la population totale recensée en 2008 et la densité de peuplement ;

l’évolution démographique de 1977 à 2008 et le classement par typologie des communes selon leur dynamisme démographique les populations attendues à l’horizon 2025.

4.1. Population totale au RGPH 2008 et densité de peuplement Au recensement général de l’habitat et de la population (RGHP) de 2008, la population totale de l’aire de l’étude s’élevait à 2.033.489 habitants, ce qui correspond à une densité de peuplement de 353 habitants au Km2. La répartition de la population totale, sa distribution et la densité de la population par zone sont présentées dans le tableau ci-après :

Population totale et densité de peuplement
Superficie* Zone Km2 Piémonts et contiguës Moyenne montagne (étage inf) Moyenne montagne (étage sup) Haute montagne Massif 1682 2972 1007 102 5763 % 29,2 51,6 17,5 1,8 100,0 Nombre 908737 926775 173499 24477 2.033.489 % 44,7 45,6 8,5 1,2 100,0 Population au RGPH 2008

Densité Hab/Km2 540 312 172 240 353

* selon ONS Le tableau met en relief les points suivants : d’une manière générale, la densité de la population au niveau du massif est assez élevée ; la proportion de la population par zone, rapportée à la densité moyenne du massif est relativement plus élevée au niveau de la zone de piémonts et

contiguës, à peu près équivalente à la moyenne du massif dans la zone de moyenne montagne (étage inf) et assez faible au niveau des autres zones du massif.

CENEAP

79

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

4.1.1 Densité par rapport à la population totale La différence dans la densité de la population étant plus marquée au niveau communal et plus précisément entre les communes urbaines et les communes rurales . Compte tenu des spécificités propres au massif en matière de peuplement et des écarts observés d’une commune à une autre, les communes ont été réparties, d’après leur densité, en cinq (05) classes : Classe 1 : Communes à très faibles densités : moins de 150 habitants au Km2 ; Classe 2 : Communes à faibles densités : 150 à 300 habitants au Km2 ; Classe 3 : Communes à densités moyennes : 300 à 500 habitants au Km2 ; Classe 4 : Communes à densités fortes : 500 à 700 habitants au Km2 ; Classe 5 : Communes à très fortes densités : plus de 700 habitants au Km 2.

La distribution des communes par zone et par classe de densité est présentée dans les tableaux ci-après : Classe 1 : Communes à très faible densité : moins de 150 habitants au Km2
Zone Piémont et contiguës 635 Beni Ksila 1537 Azzefoun Moyenne Moyenne montagne montagne (étage inf) (étage sup) 604 Taourirt Ighil 619 Toudja 624 Adekar 1513 Ait Chaffaa 1523 Zekri 1544 Akerrou 2 6 3 629 Chemini 1030 Saharidj 1549 Idjeur Haute montagne

Au nombre de 11, les communes composant cette classe (à l’exception de Saharidj) occupent la partie Nord-Est de l’aire de l’étude, qui correspond aux massifs côtiers. Ces communes qui se caractérisent toutes par une pente très marquée (plus de 25%) présentent des différences au niveau de leurs altitudes. On distingue : Deux (02) communes de zones de piémonts et contigües (altitude dominante inférieure à 400 m), il s’agit des deux communes littorales d’Azzefoun et Beni K’sila ; Six (05) communes de moyenne montagne (étage inférieur), il s’agit de deux communes littorales : Ait Chafaa et Toudja, et de trois communes de l’arrière pays : Akerrou, Adekar zekri et Taourirt Ighil ; Trois communes de moyenne montagne (étage supérieur) située dans les wilayas de Bouira, sur le versant sud du Djurdjura, de Tizi Ouzou et Béjaia.

-

-

CENEAP

80

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Ces communes de montagne correspondent à une zone forestière fortement boisée, où les populations sont regroupées dans des douars généralement éloignés du chef lieu de commune et difficile d’accès à cause du relief, de la sinuosité, de l’étroitesse et de l’état des routes. Classe 2 : Communes à faible densité : 150 à 300 habitants au Km2
Zone Moyenne montagne Piémont et contigües (étage inf) 618 1505 1559 3504 Ifelain Il Mathen Souamaa Sidi Naamane Afir 614 1009 1012 1016 1019 1520 1527 1528 1535 1541 1545 1552 1553 1554 1560 1562 1563 1567 Tifra Taghzout Haizer Aomar El Adjiba Yakourene Ait Yahia Ait Mahmoud Ait Aggouacha Ifigha Yatafene Beni Yenni Aghribs Iflissen Iboudraren Mizrana Imsouhal Ait Toudert 18 Moyenne montagne (étage sup) 605 615 638 642 1519 1546 Chellata Ighram Beni Melikeche Akfadou Iloula Oumalou Beni Ziki

Haute montagne

1503 Akbil 1530 Ait Boumehdi 1561 Aghni Goughran

4

6

3

Au nombre 31, les communes de la classe 2 constituent pour la plupart, le prolongement naturel des premières communes citées. Elles correspondent aux communes de : - Iflissen et Mizrana, deux commnes qui constituent vers l’Ouest le prolongement du massif côtier d’Azzefoun. Ce sont des communes littorales d’altitude dominante inférieure à 400m, où s’intercale entre deux communes à très forte pente (Iflissen et Mizrana : pente supérieure à 25%) ; Ces communes présentent les mêmes conditions naturelles et d’accessibilités que celles de la classe 1 : Sidi Doud, ouled Aissa, Sidi Naamane et Afir, 4 communes qui forment la périphérie de la ville de Dellys, à laquelle, elles sont étroitement liées sur le plan socio-économique. Ce sont des communes de zones de piémonts et contigues, à caractère agricole et qui ne connaissent des conditions particulières d’accessibilité.

CENEAP

81

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

Agrib, Yakouren, Ifigha, Akfadou et Tifra. Ces communes, au nombre de 05, marquent la transition entre les communes de la petite Kabylie à très faible densité et les communes de la grande Kabylie à densité moyenne. Ce sont des communes de moyenne montagne à pente marquée (Agrib, Yakouren, Ifigha : classe de pente dominante : 12,5 à 25%, et, Akfadou et Tifra : classe de pente dominante : supérieure à 25%) et à caractère forestier. Ce sont des communes difficiles d’accès. Akbil, Aghni Goughran et Ait Boumahdi, 3 communes situées sur les versants Nord et Sud des monts du Djurdjura. Ce sont des communes de moyenne à très haute montagne où parfois par endroit les sommets dépassent 2000 m d’altitude ; Chellata et Beni Mellikech, deux communes de moyenne montagne (étage supérieur), situées sur la partie Ouest du versant Nord de l’oued Soummam. Classe 3 : Communes à densité moyenne :300 à 500 habitants au Km2)
Zone Moyenne montagne Moyenne montagne (étage sup)

-

-

Piémont et contigües (étage inf)

Haute montagne

651 1504 1524 1550 1564 3508 3509 3510

Oued Ghir Freha Ouaguenoun Mekla Tadmait Naciria Djinet Isser

610 636 640 1008 1027 1037 1508 1509 1510 1512 1514 1515 1518 1525 1526 1536 1538 1555 1556 1558 3514 3518 8

Tinebdhar Ouzellaguen El Kseur Ait Laaziz Aghbalou M'chedallah Timizart Makouda Draa El Mizan Bounouh Frikat Beni Aissi Azazga Ain Zaouia M'kira Ouadhia Tigzirt Boudjima Ait Yahia Moussa Ait Khelili Chaabet El Ameur Timezrit

1517 1531 1533 1534 1565

Iferhounene Abi Youcef Illilten Bouzguen Ait Bouaddou

8

5

0

CENEAP

82

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Classe 4 : Communes à forte densité : 500 à 700 habitants au Km Zone Moyenne montagne Piémont et contigües (étage inf) Moyenne montagne (étage sup)

2

Haute montagne

3527 1522 1522 3528 3528 1507 643

Ben Choud Tizi Rached Djebel Aissa Mimoun Dellys Tirmitine Irdjen

1502 1017 1548 1551 1548

Ain El Hammam Chorfa Ouacif Tizi N'thlata Beni Zmenzer

1566 Assi Youcef

1516 Beni Douala Leflaye 3505 Bordj Menaiel 1542 1542 1529 1511 Ait Oumalou Souk Oufella Maatka Tizi Ghenif 11 1532 Boghni

8

1

0

Les classes 3 et 4 correspondant aux communes à densité moyenne (300 à 500 habitants au Km2) et forte (500 à 700 habitants au Km2) englobent 54 communes, dont plus de la moitié à densité moyenne ; ces deux classes sont représentées par : - 5 communes de la wilaya de Béjaia correspondant au versant Nord de la vallée de l’oued Soummam (Ouzellaguen, Tinebdar, El Kseur et Oued Ghir). Parmi ces communes, on relève une commune de Piémonts (Oued Ghir ) et 3 communes de moyenne montagne -étage inférieur- (Tinebdar , Ouzellaguen et El K’seur) ; Toutes ces communes sont délimitées au sud par l’axe routier structurant AlgerBouira-Béjaia, ce qui fait d’elles un espace très accessible - 09 communes de la wilaya de Boumerdes, dont 06 correspondent au versant Nord-Est de la vallée de l’oued Isser : Djinet, Bordj Ménaiel, Nassiria, Isser, Timezrit et Chabet El Ameur. A ces communes s’ajoute les communes de Dellys et Benhoud. Hormis les deux (02) communes de Chabet El Ameur et Timezrit, les autres sont toutes des communes de zones de piémonts et contigües. A l’exception de la commune de Timzrit et Benchoud, toutes les communes sont bien desservies par des axes structurants de communication : o Isser, Naciria et Bordj Ménaiel : Axe Alger-Tizi ouzou ; o Chabet El Ameur : Axe Alger-Bouira ; o Djinet et Dellys : Axe Alger-Boumerdes-Dellys • 04 communes de la wilaya de Bouira, toutes classées en zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Chorfa, Mechedellah, Aghbalou et Ait Laaziz Ces communes sont traversées par l’axe structurant : Alger-Bouira en direction de Constantine et Béjaia. Parmi ces communes.
CENEAP 83 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• 36 communes de la wilaya de Tizi Ouzou, dont 23 à densité comprise entre 300 et 500 habitants au Km2 et 13 à densité comprise entre 500 et 700. Ces communes sont réparties par grappe de quatre à cinq communes, délimitées au Nord, par la zone des massifs côtiers et à l’Est, par la zone de transition entre la grande et la petite Kabylie et qui constitue en même le prolongement du massif forestier d’Akfadou. Ces communes de moyenne et haute montagne à pente très marquée, correspondent aux dépressions de l’oued Sébaou et ses affluents, ainsi qu’aux reliefs qui les entourent. Elles se distinguent par leur occupation du sol fortement dominée par l’arboriculture rustique, notamment l’olivier. Malgré le relief et la sinuosité des routes, ces communes sont généralement bien accessibles. Classe 5 : Communes à très forte densité :plus de 700 habitants au Km2

Zone Moyenne montagne Piémont et contigües (étage inf) Moyenne montagne (étage sup)

Haute montagne

3507 Sidi Daoud 3506 Baghlia 627 Tazmalt 1547 3526 625 1501 601 639 Draa Ben Khedda Ouled Aissa Akbou Tizi Ouzou Béjaia Sidi Aich 9

1506 Mechtrass 1557 Souk El Thenine Larbaa Nath 1521 Irathen 3525 Taourga 632 Tibane

5

0

0

Au nombre de 14, ces communes, dont deux chefs lieu de wilaya (Tizi Ouzou et Béjaia). Ces communes se concentrent : • le long de l’oued Soummam, sur l’axe Alger-Béjaia : Tazmalt, Akbou, Sidi Aich et bien entendu Béjaia. A l’exception de Tazmelt et d’Akbou, toutes ces communes sont montagneuses ; • le long des vallées des oueds Ferraoun, Sebt et Aissi : Mechtras, Souk El Tenine, Larbaa Nait Irathen, , Draa Ben Khedda et Tizi Ouzou. A l’exception de Tizi Ouzou et Draa Ben Khadda, toutes les communes sitées montagneuses. La distribution des communes en fonction des classes de densités est présentée dans le tableau suivant :

CENEAP

84

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Distribution des communes par zone et par classe de densité
Zone Classe de densité moins de 150hab/km2 150-300hab/km2 300-500hab/km2 500-700hab/km2 plus de 700hab/km2 Total piémonts et contiguës 2 4 8 8 9 31 moyenne montagne (étage inf) 6 18 22 11 5 62 moyenne montagne (étage sup) 3 6 5 1 0 15 haute montagne 0 3 0 0 0 3 Total

11 31 35 20 14 111

Conclusion : La densité de peuplement de l’aire de l’étude n’obéît aux conditions du relief, les zones les plus élevées et les plus accidentées étant les mieux peuplées en générale. On relève toutefois, que les communes les moins peuplées correspondent aux zones forestières correspondant aux massifs côtiers, et les communes les plus peuplées correspondent pour une partie aux zones desservies en axes routiers importants ou possédant une partie de leur territoire dans la vallée. 4.1.2 Densités de population hors agglomérations chefs-lieux de communes et densités de population rapportées à la population éparse Hors agglomérations chefs-lieux de communes (CLC), la densité moyenne à l’échelle du massif (d’après les estimations de populations élaborées par les DPAT des wilayas à la fin de l'année 2006) est de 205 habitants au Km2. A travers les zones, on retrouve des densités moyennes hors CLC à hauteur de celle du massif, sauf dans le cas de la zone de moyenne montagne( étage sup.), où elle est très faible, comme le met en relief le tableau suivant. Population hors agglomérations chefs-lieux de communes et densités de peuplement
Zone piémonts et contiguës moyenne montagne (étage inf) moyenne Montagne (étage sup Haute montagne Massif

Superficie Km2 % 1682 2972 1007 102 5763 29,2 51,6 17,5 1,8 100,0

Population hors ACL estimée (2006)* 400649 623416 132896 22669 1179630

% 34,0 52,8 11,3 1,9 100,0

densité2006 Hab/Km2 238 210 132 222 205

Estimations DPAT- Wilayas-

CENEAP

85

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

La répartition des communes du massif à travers les zones physiques, selon les classes de densités hors chefs –lieux de communes, est montrée dans le tableau récapitulatif suivant : Répartition des communes selon les classes de densités hors chefs –lieux de communes
Zone Classe de densité moins de 150hab/km2 150-300hab/km2 300-500hab/km2 500-700hab/km2 Total Piémonts et contiguës 8 15 6 2 31 Moyenne montagne (étage inf) 24 19 15 4 62 Moyenne montagne (étage sup) 4 8 3 0 15 Haute montagne 0 3 0 0 3

Les densités moyennes hors chefs –lieux de communes, de moins de 150 habitants au Km2 et de 150 à 300 habitants au Km2, sont plus répandues à travers le massif ; elles concernent respectivement 74% et 69% de l’ensemble des communes des zones des piémonts et contigües et de la moyenne montagne (étage inf). La densité moyenne de la population du massif, rapportée uniquement à la population éparse, atteint (d’après les estimations élaborées par les DPAT des wilayas à la fin de l'année 2006) 62 habitants au Km2 ; cette densité est dépassée de 18 points au niveau de la zone des piémonts et contiguës et de presque 20 points par la zone de haute montagne. Au niveau de la zone de moyenne montagne (étage inf), cette densité est pratiquement d’un même ordre, alors qu’au niveau de la zone moyenne montagne (étage sup) elle est environ 3 fois moins. Ces constats sont précisés dans le tableau suivant Densité de la population rapportée uniquement à la population éparse
Superficie Km2 piémonts et contiguës moyenne montagne (étage inf) moyenne montagne (étage sup) haute montagne Massif
• * Estimations DPAT- Wilayas-

Zone

Population éparse estimée (2006) Effectif 134042 189490 23853 8419 355804 % 37,7 53,3 6,7 2,4 100,0

Densité Hab/Km2 80 64 24 83 62

% 29,2 51,6 17,5 1,8 100,0

1682 2972 1007 102 5763

CENEAP

86

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Pour observer les densités de la population rapportée uniquement à la population éparse à l’échelle des communes et compte tenu des faibles densités observées, les communes sont réparties en 4 classes comme le montre le tableau suivant : Densité de la population hors zones agglomérées selon les zones
Zone Classe de densité Piémonts et contiguës (étage inf) moins de 50hab/km2 50-100hab/km2 100-150 hab/km2 150-430 km2 Massif 10 9 8 4 31 38 11 7 6 62 (étage sup) 9 5 0 1 15 montagne 2 0 0 1 3 Moyenne montagne Moyenne montagne Haute

Le tableau ci-dessus montre que plus de la moitié des communes( 59) se situent dans la classe de très faible densités (moins de 50hab/km2) ; les communes à densités sont relativement élevées (150-430 hab/ km2) ron de l’ensemble. ne représentent que 10% envi-

4.2. Aperçu sur la répartition de la population par dispersion La répartition de la population par dispersion d’après les estimations opérées par les DPAT des Wilayas à la fin de l’année 2006, montre qu’à l’échelle du massif : la population est essentiellement agglomérée ; les agglomérations chefs-lieux concentrent 47,0% de la population totale et les agglomérations secondaires en abritent, quant à elles, 37% environ ; le taux d’agglomération de la population s’élève donc à 84%; la population éparse représente prés de 16 % de la population totale.

-

Ces estimations montrent également ’à travers les 111 communes formant le massif que : dans 17 communes, la population résidant les agglomérations chefs lieux de communes(ACL) dépasse les 70 % de la population résidente totale; ces communes totalisent une population totale de 404322 habitants soit 18,1 % de
CENEAP 87 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

la population totale du massif ou bien 21,6% de la population agglomérée totale du massif. Ces communes sont : o Zone de piémonts et contiguës : Ouled aissa (3526), Bejaia (601), Leflaye (643), Sidi aich ( 639), Draa ben khedda( 1547) ; o Zone de moyenne montagne (étage inf) : Beni yenni (1552), Maatka ( 1529), Souk el tenine( 1557), Tinebdar( 610), Beni zmenzer(516), Beni aissi( 515), Tizi n'thlata( 1551), El kseur (640), Azazga(1518) et Chorfa( 1017) ; o Zone de moyenne montagne (étage sup) :Ait bouadou( 565) et Assi youcef( 1566). La population est plus concentrée au niveau des agglomérations secondaires dans 31 communes qui abritent presque 19,6 % de la population totale agglomérée du massif ; ces communes sont : o Zone de piémonts et contiguës : Irdjen (1507), Tirmitine (1543), Mekla (1550) et Souama (1505) ; o Zone de moyenne montagne (étage inf) ; Ain el hammam (1502), Yatafene (1545), Ait yahia moussa (1556), L.nait irathen (1521), Ouacif (1548), Adekar (624), Ait oumalou (1542), M'kira (1526), Imsouhal (1563), Ait khelili (1558) et Akerrou (1544) ; o Zone de moyenne montagne (étage sup) : Illilten (1533), Beni mallikeche (638), Akfadou ( 642), Ighram ( 615), Chellata ( 605), Iloula oumalou (1519), Idjeur (1549), Bouzguen ( 1534) o Zone de haute montagne : Akbil (1503).

-

La population

éparse est quant à elle dominante au niveau de 15 communes

(plus de 40%de leur population totale y réside) ; cette tranche de population représente plus de 35% de la population éparse totale du massif ; ces entités sont les suivantes :

o Zone de piémonts et contiguës : Beni k sila (635) - 65,6% de population éparse- ; Afir (3504) - 64,4% - ; Sidi Daoud (3507) 48,5% et Ifelain Ilmathen (618) - 49,1% o Zone de moyenne montagne (étage inf) : Timezrit ( 3518) - 80,2 % - ; Toudja ( 619) - 49,5% - ; Ait Yahia (1527) - ; 42% - ; Taghzout (1009) - 53,4 % - ; Ait Laaziz (1008) - 79,6%- ; Haizer( 1012) - 43,2%-; Frikat (1514) - 59,7%-; Aomar (1016) - 53,9% - et El Adjiba (1019) - 60,9% CENEAP 88 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

o Zone de moyenne montagne (étage sup) : Iferhounene ( 1517) - 54,6% o Zone de haute montagne : A.Gouaghrane (1561) - 55,9% 4.3 Rythme d’accroissement démographique pour la période 1977 à 2008 4. 3.1 Evolution de la population totale Entre les trois précédents recensements (RGPH 1977, 1987 et 1998), la popula1 188 594 habitants à

tion totale de l’aire de l’étude est passée respectivement de

1 625 694 habitants puis à 1942427 habitants. Au RGPH 2008, cette population atteint à 2033489 habitants. L’évolution de la population totale (1977-2008), aux plans des effectifs et des taux moyens d’accroissements annuels, est présentée, selon les zones, dans les tableaux ci-après : Evolution de la population totale

Zones de piémonts et contigües
Population 1977 471503 Population 1987 671150 Taux accroi77/87 (%/an) 3,59 Population 1998 817202 Taux accroi.87/98 (%/an) 2,02 Population 2008 908737 Taux accroi.98/2008 (%/an) 1,07

Zone de moyenne montagne (étage inférieur)
Population 1977 570465 Population 1987 774687 Taux accroi77/87 (%/an) 3,11 Population 1998 917692 Taux accroi.87/98 (%/an) 1,71 Population 2008 926775 Taux accroi.98/2008 (%/an) 0,10

Zone de moyenne montagne (étage supérieur)
Population 1977 129175 Population 1987 157513 Taux accroi77/87 (%/an) 2 Population 1998 180228 Taux accroi.87/98 (%/an) 1,36 Population 2008 173499 Taux accroi.98/2008 (%/an) -0,38

Zone de haute montagne
Population 1977 Population 1987 Taux accroi77/87 (%/an) Population 1998 Taux accroi.87/98 (%/an) Population 2008 Taux accroi.98/2008 (%/an) -1,09

19428

24331

2,28

27 305

1,16

24477

CENEAP

89

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

MASSIF
Population 1977 1 188 594 Population 1987 1 625 694 Taux accroi77/87 (%/an) 3,18 Population 1998 1942427 Taux accroi.87/98 (%/an) 1,8 Population 2008 2033489 Taux accroi.98/2008 (%/an) 0,46

D’après RGPH ONS

La lecture de ces chiffres montre que : - la population de l’aire de l’étude a été pratiquement multipliée par 2 en trente ans ; - le taux annuel moyen d’accroissement démographique est en constante régression, après avoir atteint un pic de 3,18% par an pour la période 19771987, la croissance démographique est redescendue à 0,46% par pour la période 1998-2008, soit une réduction de ce taux par sept. Comparé à la moyenne nationale (1,67%/an) ou bien de la région Nord Centre (1,41%/an), ce taux est jugé très faible; - le taux moyen annuel d’accroissement pour les trois périodes d’observation est relativement plus élevé dans la partie du territoire relevant de la zone de piémonts et contiguës et à un degré moindre dans la Zone de moyenne montagne (étage inférieur) ; en revanche , il est négatif au niveau des autres zones ; - par rapport au rythme d’accroissement moyen national (2,09% pour la période censitaire 1987-1998), le taux enregistré par l’aire de l’étude est légèrement inférieur (1,80%). 4.3.2 Typologie des communes selon leur croissance démographique

Au niveau communal, les conjonctures qui ont prévalu entre les périodes de recensement général des populations de 1977-1987 (opération de délocalisation des populations des bidonvilles vers leur lieu d’origine) et de 1987-1998 (impact du terrorisme) ont produit une influence réelle sur le dynamisme démographique et de ce fait, il est très difficile de tirer des conclusions fondées sur l’attractivité ou la répulsivité réelle des territoires communaux, une attractivité (ou répulsivité) fondée sur les ressources naturelles et humaines et capacité des territoires à assurer leur auto développement. Le dynamisme démographique tel que observé au niveau des statistiques est présenté par commune et par wilaya. Pour plus de lisibilité , les communes ont été regroupées en trois classes selon leur évolution démographique : - Classe 1 : Communes à faible taux de croissance : Taux inférieur à 1 (Taux inférieur à la moyenne nationale) - Classe 2 : Communes à taux de croissance moyen : Taux compris entre 1 et 2% (taux avoisinant le taux moyen de croissance national) ; - Classe 3 : Taux de croissance appréciable : Taux supérieur à 2% (Taux supérieur à la croissance moyenne nationale). Pour la période 1977-1987, où une croissance démographique remarquable a été enregistrée, une classe supplémentaire à été rajoutée, il s’agit de la classe correspondant à un taux supérieur à 3,5% démographique Les résultats de ce classement des communes, selon leur évolution démographique, par zone, est présenté dans les tableaux qui suivent ci-après :
CENEAP 90 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

A- Classe 1 : Taux d’accroissement inférieur à 1% par an A a - Zone de piémonts et contiguës
1977/1987 3526 Ouled aissa 1987/1998 1559 Sidi naamane 3526 Ouled aissa 1550 643 1507 635 1505 618 1522 1539 3504 3528 1564 1543 3508 1504 1537 3509 1501 1547 1998/2008 Mekla Leflaye Irdjen Beni Ksila Souamaa Ifelain Il Mathen Tizi Rached Djebel Aissa Mimoun Afir Dellys Tadmait Tirmitine Naciria Freha Azzefoun Djinet Tizi Ouzou Draa Ben Khedda 18

Zone de Piémonts et Contiguës

S/total

1

2

A.b- Zone de moyenne montagne (étage inférieur)
Zone de Moyenne montagne (étage inférieur) 1977/1987 1535 1521 1542 1552 Ait aggouacha L.nait irathen Ait oumalou Beni yenni 1502 1535 1552 1560 1545 1528 1521 1548 1542 1523 1567 1563 1513 1541 1987/1998 Ain el hammam Ait aggouacha Beni yenni Iboudraren Yatafene Ait mahmoud L.nait irathen Ouacif Ait oumalou Zekri Ait toudert Imsouhal Ait chaffaa Ifigha 1545 1528 1560 1552 1527 1563 1567 1523 1553 1544 1558 619 630 1542 614 1536 604 632 1515 1998/2008 Yatafene Ait Mahmoud Iboudraren Beni Yenni Ait Yahia Imsouhal Ait Toudert Zekri Aghribs Akerrou Ait Khelili Toudja Souk Oufella Ait Oumalou Tifra Ouadhia Taourirt Ighil Tibane Beni Aissi

CENEAP

91

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

3518 1540 1548 1512 610 1551 1521 1541 1554 624 1513 1562 1532 1027 1555 1016 1516 1502 1514 1529 1556 1008 1526 1510 1508 1535 1511 1520 1525 636 1557 640 1019 1509 1518 1017 3525 S/total 4 14

Timezrit Boghni Ouacif Bounouh Tinebdhar Tizi N'thlata Larbaa Nath Irathen Ifigha Iflissen Adekar Ait Chaffaa Mizrana Beni Douala Aghbalou Boudjima Aomar Beni Zmenzer Ain El Hammam Frikat Maatka Ait Yahia Moussa Ait Laaziz M'kira Draa El Mizan Timizart Ait Aggouacha Tizi Ghenif Yakourene Ain Zaouia Ouzellaguen Souk El Thenine El Kseur El Adjiba Makouda Azazga Chorfa Taourga 56

CENEAP

92

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

A.c- Zone de moyenne montagne (étage supérieur)
1977/1987 642 Akfadou 1987/1998 1533 642 615 1030 Illilten Akfadou Ighram Saharidj 1998/2008 1517 1533 638 615 1534 1030 1519 642 605 1549 1546 629 1531 1565 Iferhounene Illilten Beni Melikeche Ighram Bouzguen Saharidj Iloula Oumalou Akfadou Chellata Idjeur Beni Ziki Chemini Abi Youcef Ait Bouaddou 14

Zone de Moyenne montagne ( étage supérieur)

S/total

1

4

A.d- Zone de Haute Montagne
1977/1987 Zone 1530 Ait boumahdi Haute Montagne S/total 0 1 1561 Aghni Goughran 1503 Akbil 1530 Ait Boumehdi 3 1987/1998 1998/2008

Taux d’accroissement inférieur à 1% par an 1977/1987 1987/1998

1998/2008

Massif

5 communes

21 communes 91 communes

CENEAP

93

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

B- Classe 2 : Taux d’accroissement compris entre 1 et 2% par an
Zone 643 1550 1507 Pémonts et contiguës 1977/1987 Leflaye Mekla Irdjen 1539 1537 1507 1564 1543 635 643 3504 3507 618 1550 1505 3506 3527 3505 3528 3508 S/total Moyenne montagne (étage inférieur) 1527 3 604 Ait yahia 632 1545 1555 1560 Yatafene Boudjima Iboudraren 3518 1556 619 610 1516 1515 1551 1527 1532 Tibane Timezrit Ait yahia moussa Toudja Tinebdar Beni zmenzer 1012 Haizer Beni aissi Tizi n'thlata Ait yahia Beni douala 1987/1998 D.aissa mimoum Azzefoun Irdjen Tadmait Tirmitine Beni k sila Leflaye Afir Sidi daoud Ifelain ilmathen Mekla Souama Baghlia Ben choud Bordj menaiel Dellys Naciria 17 Taourit ighil Chaabet El 3514 Ameur 1009 Taghzout 1506 Mechtrass 1037 M'chedallah 1538 Tigzirt 11 1988/2008 1559 Sidi Naamane 3507 Sidi Daoud 1524 Ouaguenoun 627 Tazmalt 3506 Baghlia 3527 Ben Choud 3526 Ouled Aissa 3510 Isser 601 Béjaia 625 Akbou 3505 Bordj Menaiel

CENEAP

94

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

1512 614 1536 1558 1506 1562 1555 1554 1520 1012 1016 1538 3525 1518 1019 S/total 605 Moyenne montagne ( étage supérieur) 615 1565 1534 1549 4 Chellata Ighram Ait bouadou Bouzguen Idjeur 1531 1517 638 605 1546 629 1519 1565 1534 S/total Haute Montagne S/total Massif 1530 5 Ait Boumahdi 1503

Bounouh Tifra Ouadhias Ait khelili Mechtras Mizrana Boudjima Iflissen Yakouren Haizer Aomar Tigzirt Taourga Azazga El adjiba 26 Abi youcef Iferhounene Beni mallikeche Chellata Beni zeki Chemini Iloula oumalou Ait bouadou Bouzguen 9 Akbil 1 6 1566 Assi Youcef

1 13

1 53 18

CENEAP

95

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

C- Classe 3 : Taux d’accroissement supérieur à 2% par an
Zone 1559 1543 635 639 1522 1505 1501 3505 627 1977/1987 Sidi naamane Tirmitine Beni k sila Sidi aich Tizi rached Souama Tizi ouzou Bordj menaiel Tazmalt 3509 601 639 1522 1547 1504 1524 1501 3510 625 651 627 1529 1557 624 630 1525 1526 640 1540 1009 1544 1511 1008 636 1027 1553 1514 1510 1508 1037 1509 3514 1017 1987/1998 Djinet Bejaia Sidi aich Tizi rached Draa ben khedda Freha Ouaguenoun Tizi ouzou Isser Akbou Oued ghir Tazmalt 12 Maatka Souk el tenine Adekar Souk oufella Ain zaouia M'kira El kseur Boghni Taghzout Akerrou Tizi ghenif Ait laaziz D douzellaguen Aghbalou Aghrib Frikat Draa el mizan Timizart M chedallah Makouda Chabet el ameur Chorfa 1998/2008 639 Sidi Aich 651 Oued Ghir

Piémonts et contiguës

S/total Moyenne montagne (étage inférieur) 1502 1557 604 632 1528 1548 624 619 610 1515 1551 1532 1512 614 1536 630 1525 1567 640 1563 1540 1009 1544 1506 1008 1027 1513 1520 1553 1012 3525 1017 1531 1517

S/total Moyenne montagne

9 Ain el hammam Souk el tenine Taourit ighil Tibane Ait mahmoud Ouacif Adekar Toudja Tinebdar Beni aissi Tizi n'thlata Beni douala Bounouh Tifra Ouadhias Souk oufella Ain zaouia Ait toudert El kseur Imsouhal Boghni Taghzout Akerrou Mechtras Ait laaziz Aghbalou Ait chaffaa Yakouren Aghrib Haizer Taourga Chorfa 32 Abi youcef Iferhounene

2

1566 1549

22 Assi youcef Idjeur

2

CENEAP

96

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

( étage supérieur)

1533 638 1519 1030 1546 629 1503 1561

S/total Haute Montagne S/total Massif

Illilten Beni mallikeche Iloula oumalou Saharidj Beni zeki Chemini 8 Akbil A.gouaghrane 2 51

1561

2 A.gouaghrane

1 37

2

D- Classe 4 : Taux d’accroissement : + de 3,5% an (1977-1987 uniquement) Z. Piémonts et contiguës 1539 D.aissa mimoum 1537 Azzefoun 1564 Tadmait 3509 Djinet 601 Bejaia 3504 Afir 3507 Sidi daoud 618 Ifelain ilmathen 1547 Draa ben khedda 1504 Freha 1524 Ouaguenoun 3506 Baghlia 3527 Ben choud 3528 Dellys 3510 Isser 3508 Naciria 625 Akbou 651 Oued ghir Z. moyenne montagne (étage inférieur) 1529 Maatka 3518 Timezrit 1556 Ait yahia moussa 1516 Beni zmenzer 1523 Zekri 1526 M'kira 1558 Ait khelili 1562 Mizrana 1511 Tizi ghenif 636 D douzellaguen 1554 Iflissen 1514 Frikat 1510 Draa el mizan 1508 Timizart 1016 Aomar 1538 Tigzirt 1037 M chedallah 1509 Makouda 1518 Azazga 1019 El adjiba 3514 Chabet el ameur 21 Z. montagne (étage supérieur) 1566 Assi youcef Z. haute Montagne

18

1

0

Le regroupement des communes par classe nous permet d’avoir une visibilité globale du dynamisme démographique par territoire. Ainsi, les principales conclusions tirées sont : La classe 1, qui correspond aux communes en voie de dévitalisation, ne cesse de croitre au fil du temps. Ces communes au nombre de 05 durant la période censitaire 1977-1987 ont vu leur nombre atteindre 91 durant pendant la période 1998 à 2008.

CENEAP

97

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Classe 1 : Taux d’accroissement inférieur à 1% par an
Communes S/Total zone de Piémonts et contiguës S/Total zone de moyenne montagne (étage inférieur) S/Total zone de moyenne montagne (étage supérieur) S/Total zone de haute montagne Massif 1977/1987 1 4 1987/1998 13 14 1998/2008 18 56

1 0

4

14

1

3

05

21

91

Les communes de la classe1 sont localisées principalement dans le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou. Sur les 91 communes qui affiche des taux d'accroissement moyens annuels inférieur à 1% , entre 1998 et 2008, il y a 55 communes qui présentent des taux négatifs; ce caractère répulsif est en quelque sorte confirmée par le fort taux de logements inoccupés à leur niveau (Cf chapitre habitat, ci- dessous) Communes accusant de très faibles taux d’accroissements entre 1998 et 2008
Zone moyenne montagne (étage inférieur) code 1545 1528 1560 1552 1527 1563 1567 1523 1553 1544 1558 619 630 1542 614 1536 604 632 Commune Yatafene Ait Mahmoud Iboudraren Beni Yenni Ait Yahia Imsouhal Ait Toudert Zekri Aghribs Akerrou Ait Khelili Toudja Souk Oufella Ait Oumalou Tifra Ouadhia Taourirt Ighil Tibane Tx acc -2,34 -2,01 -1,91 -1,74 -1,48 -1,46 -1,35 -1,20 -0,91 -0,89 -0,89 -0,71 -0,69 -0,58 -0,51 -0,46 -0,46 -0,46 moyenne montagne (étage supérieur) code 1517 1533 638 615 1534 1030 1519 642 605 1549 1546 629 1531 1565 Commune Iferhounene Illilten Beni Melikeche Ighram Bouzguen Saharidj Iloula Oumalou Akfadou Chellata Idjeur Beni Ziki Chemini Abi Youcef Ait Bouaddou Tx acc -1,66 -1,38 -1,22 -1,17 -0,77 -0,63 -0,60 -0,30 -0,19 -0,14 -0,12 -0,08 -0,04 0,27 code 1561 1503 1530 haute montagne Commune Aghni Goughran Akbil Ait Boumehdi Tx acc -1,32 -1,00 -0,94

Piémonts et contiguës code 1550 643 1507 635 1505 618 1522 Commune Mekla Leflaye Irdjen Beni Ksila Souamaa Ifelain Il Mathen Tiz Rached Tx acc -0,58 -0,48 -0,38 -0,35 -0,25 0,09 0,18

CENEAP

98

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura
1515 3518 1540 1548 1512 610 1551 1521 1541 1554 624 1513 1562 1532 1027 1555 1016 1516 1502 1514 1529 1556 1008 1526 1510 1508 1535 1511 1520 Beni Aissi Timezrit Boghni Ouacif Bounouh Tinebdhar Tizi N'thlata Larbaa Nath Irathen Ifigha Iflissen Adekar Ait Chaffaa Mizrana Beni Douala Aghbalou Boudjima Aomar Beni Zmenzer Ain El Hammam Frikat Maatka Ait Yahia Moussa Ait Laaziz M'kira Draa El Mizan Timizart Ait Aggouacha Tizi Ghenif Yakourene -0,46 -0,41 -0,39 -0,36 -0,36 -0,35 -0,28 -0,25 -0,25 -0,24 -0,22 -0,22 -0,20 -0,16 -0,06 -0,06 0,02 0,07 0,08 0,10 0,13 0,13 0,18 0,18 0,35 0,36 0,36 0,36 0,44

-

La classe 2, qui correspond aux communes à accroissement moyen a connu une augmentation appréciable durant les premiers recensements qui a cependant régressé sensiblement par la suite . De 13 pendant la période 1977-1987, ces communes sont passées au nombre de 53 en 1987-1998 , pour atteindre 18 dans la période 1998 à 2008. Classe 2 : Taux d’accroissement compris entre 1 et 2% par an

Commune S/Total Piémonts et contigues S/Total moyenne montagne (étage inférieur) S/Total moyenne montagne (étage supérieur) S/Total haute montagne Massif

1977/1987 3 4 5 1 13

1987/1998 17 26 9 1 53

1998/2008 11 6 1 0 18

CENEAP

99

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

La classe 3, qui correspond aux communes à accroissement supérieur à la moyenne et par conséquent considérées commune communes attractives, connait une régression constante. Au nombre de 37 durant la période censitaire 1987-1998, ces communes ne sont qu’au nombre de 2 durant la période 1998 à 2008. Ces communes sont située dans la zones de piémonts et contiguës, au niveau de la wilaya de Béjaia, il s’agit de Sidi Aich et Oued Ghir. Classe 3 : Taux d’accroissement supérieur à 2% par an
Commune S/Total Piémonts et contiguës S/Total moyenne montagne (étage inférieur) S/total moyenne montagne (étage supérieur) S/Total haute montagne Massif 1977/1987 9 32 8 2 51 1987/1998 12 22 2 1 37 2 1998/2008 2

Le défi majeur, au plan démographique, est de stabiliser la population à l’échelle du massif tout en assurant une répartition équilibrée entre les pôles du massif et entre les communes urbaines et les communes rurales autrement dit mettre en adéquation les ressources et les populations. 4.4. Populations attendues Selon l’évolution tendancielle, la population du massif atteindrait 2099880 en 2015 et 2148620 en 2020. A l’horizon 2025, le massif compterait 2198490 habitants environ , soit un surplus de 165.000 habitants par rapport à 2008 , en moyenne, plus de 9700 habitants annuellement. Au niveau des zones, il est attendu un gain de population relativement plus important dans la zone des piémonts et contiguë ; ce territoire abriterait, en 2025, 49,5% de la population total du massif contre 44,7% en 2008. Evolution de la population totale entre 2008 et 2025
Pop. 2008(Hab)

Pop . 2015(Hab)
Effectif

Pop. 20020(Hab)
Effectif

Pop 2025(Hab)
Effectif

Zone
piémonts et contiguë moyenne montagne (étage inférieur) moyenne montagne (étage supérieur) haute montagne

Effectif

% 44,7 45,6 8,5 1,2

% 46,6 44,4 8,0 1,1

%

% 49,5 42,9 7,4 0,9

908 737 926 775 173 499 24 477

979026 933281 168937 22670

1032537 937957 165751 21461

48,1 1088972 43,7 7,7 1,0 942656 162626 20317

Massif Djurdjura

2 033 489 100,0

2099878 100,0

2148621 100,0 2198496 100,0

Evolution de la population totale entre 2008 et 2025

CENEAP

100

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

En 2025, la densité de population du massif du Djurdjura approcherait les 381 habitants au km2. La densité de la population en 2025 ne devrait pas connaitre une progression importante par rapport à 2008. A l’échelle des zones physiques , celle des piémonts et contiguë et à un degré moindre, la zone moyenne montagne (étage inf) gagneraient, à cet horizon, respectivement 107 points (647 hab./km2 contre 540 hab./km2) et 5 points(317 hab./km2 contre312 hab./km2) . Au sein des autres zones , les densités de population tendraient à régresser, les zones de moyenne montagne(étage sup.) et de haute montagne perdraient respectivement 11 et 48 points par rapport à la situation observée en 2008. Au niveau des communes, la massif compterait en 2025 : 12 communes à densités très faibles (moins de 150 hab/km2); 31 communes à faibles densités (150-300 hab/km2) ; 26 communes à moyennes densités (300-500 hab/km2) ; 24 communes à fortes densités (500-700 hab/km2) ; 18 communes à très fortes densités ( plus de 700 hab/km2 ), parmi elles : Tazmalt (1057hab./km2), Draa Ben Khedda (1078 hab./km2), Ouled Aissa (1219 hab./km2) , Akbou (1386 hab./km2) , Tizi Ouzou ( 1429 hab./km2) , Béjaia (1950 hab/km2) et Sidi Aich (2455hab./km2) .

Par ailleurs, l’estimation des populations attendues en 2025 à l’échelle des communes montre qu’au plan de la taille, le nombre de communes fortement peuplées (50.000 à 100.000 hab. - Akbou et Bordj Menaiel - et plus de 100.000 hab.- Tizi Ouzou et Béjaia) resterait constant par rapport à 2008.

CENEAP

101

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Le massif comporterait plus de communes de 20.000 à 50.000 habitants et moins de « petites » et « moyennes » communes. Une vue d’ensemble à ce propos est fournit par le tableau suivant : Evolution du nombre de communes selon la taille entre 2008 et 2025
moins 10.000 hab. Zone piémonts et contiguë moyenne montagne (étage inférieur) moyenne montagne (étage sup) haute montagne Massif Djurdjura 2008 10.000 à 20.000 hab. 20.000 à 50.000 hab. 50.000 à 100.000 hab . plus de 100.000 hab. 2025

2025 2008

2025 2008

2025 2008

2025 2008

3 22 7 3 35

3 25 9 3
40

14 24 7 0 45

9 20 4 0 33

10 16 1 0 27

15 17 2 0 34

2 0 0 0 2

2 0 0 0 2

2 0 0 0 2

2 0 0 0 2

Les perspectives démographiques à l’échelle des communes sont montrées dans les tableaux suivants : Evolution de la population totale par commune entre 2008 et 2025 Zone de piémonts et contiguë
Population (habitants) Code Commune 601 Béjaia 618 Ifelain Il Mathen 625 Akbou 627 Tazmalt 635 Beni Ksila 639 Sidi Aich 643 Leflaye 651 Oued Ghir 1501 Tizi Ouzou 1504 Freha 1505 Souamaa 1507 Irdjen 1522 Tizi Rached 1524 Ouaguenoun 1537 Azzefoun 1539 Djebel Aissa Mimoun 1543 Tirmitine 1547 Draa Ben Khedda 1550 Mekla Rgph 2008 Estimation 2015 Estimation 2020 Estimation 2025 177 073 12 107 53 270 29 062 4 432 13 824 6 312 19 340 128 136 23 677 10 670 13 168 17 153 17 448 17 470 20 208 19 081 31 054 24 855 199168 12188 60232 31490 4325 15891 6101 22418 136517 24956 10487 12817 17365 18862 18522 20939 19869 33121 23863 216619 12246 65755 33347 4250 17555 5955 24912 142838 25911 10358 12573 17518 19942 19313 21478 20452 34681 23178 235600 12304 71784 35314 4176 19393 5812 27683 149451 26903 10231 12333 17672 21083 20137 22030 21052 36314 22513

CENEAP

102

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

1559 Sidi Naamane 1564 Tadmait 3504 Afir 3505 Bordj Menaiel 3506 Baghlia 3507 Sidi Daoud 3508 Naciria 3509 Djinet 3510 Isser 3526 Ouled Aissa 3527 Ben Choud 3528 Dellys

10 636 22 748 13 284 64 926 17 759 16 537 22 634 21 859 32 389 7 739 10 108 29 780

11408 23647 13785 74273 19258 17824 23659 23273 35948 8512 11112 30939

11994 24310 14155 81763 20406 18804 24420 24339 38727 9111 11890 31795

12610 24992 14534 90008 21622 19839 25206 25454 41721 9752 12722 32674

Zone de moyenne montagne (étage inf.) Population (habitants) Code Commune 604 Taourirt Ighil 610 Tinebdhar 614 Tifra 619 Toudja 624 Adekar 630 Souk Oufella 632 Tibane 636 Ouzellaguen 640 El Kseur 1008 Ait Laaziz 1009 Taghzout 1012 Haizer 1016 Aomar 1017 Chorfa 1019 El Adjiba 1027 Aghbalou 1037 M'chedallah 1502 Ain El Hammam 1506 Mechtrass 1508 Timizart 1509 Makouda 1510 Draa El Mizan 1511 Tizi Ghenif 1512 Bounouh 1513 Ait Chaffaa 1514 Frikat 1515 Beni Aissi Rgph 2008 Estimation 2015 Estimation 2020 Estimation 2025 6 770 5 880 8 126 9 935 13 209 9 131 5 132 22 758 28 966 14 300 13 259 17 776 20 499 16 255 12 477 19 410 24 466 20 274 12 351 28 864 24 383 38 957 28 706 9 728 3 784 12 757 7 566 6555 5739 7838 9449 13008 8696 4969 23664 30550 14477 14289 19706 20524 17340 13167 19325 26749 20386 13351 29589 25784 39935 29446 9486 3728 12842 7327 6405 5640 7639 9116 12866 8398 4856 24333 31734 14605 15074 21211 20542 18159 13682 19264 28509 20467 14114 30119 26834 40649 29986 9317 3688 12904 7160 6259 5543 7444 8795 12726 8111 4746 25021 32964 14733 15902 22831 20560 19016 14218 19204 30385 20548 14921 30657 27927 41375 30536 9151 3648 12966 6998

CENEAP

103

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

1516 Beni Zmenzer 1518 Azazga 1520 Yakourene 1521 Larbaa Nath Irathen 1523 Zekri 1525 Ain Zaouia 1526 M'kira 1527 Ait Yahia 1528 Ait Mahmoud 1529 Maatka 1532 Beni Douala 1535 Ait Aggouacha 1536 Ouadhia 1538 Tigzirt 1540 Boghni 1541 Ifigha 1542 Ait Oumalou 1544 Akerrou 1545 Yatafene 1548 Ouacif 1551 Tizi N'thlata 1552 Beni Yenni 1553 Aghribs 1554 Iflissen 1555 Boudjima 1556 Ait Yahia Moussa 1557 Souk El Thenine 1558 Ait Khelili 1560 Iboudraren 1562 Mizrana 1563 Imsouhal 1567 Ait Toudert 3514 Chaabet El Ameur 3518 Timezrit 3525 Taourga

12 198 33 800 12 242 29 050 3 256 17 557 17 631 14 247 7 681 31 589 21 551 4 128 16 517 12 008 30 782 8 029 8 720 4 644 3 929 10 130 15 453 5 737 12 260 14 304 15 674 20 162 14 717 11 573 5 387 9 397 6 522 8 515 33 378 10 279 8 008

12257 36028 12626 28545 2991 18147 17851 12838 6665 31879 21311 4232 15989 13293 29951 7891 8372 4362 3328 9875 15147 5073 11501 14068 15606 20348 15319 10873 4707 9264 5886 7745 35832 9990 8552

12299 37708 12907 28189 2815 18580 18010 11917 6023 32087 21142 4309 15622 14295 29372 7794 8131 4171 2956 9698 14933 4647 10988 13902 15557 20481 15763 10399 4275 9170 5470 7238 37694 9788 8964

12341 39467 13195 27838 2650 19023 18170 11062 5442 32297 20974 4386 15263 15372 28803 7698 7898 3988 2625 9523 14721 4257 10497 13738 15508 20616 16221 9945 3882 9078 5083 6764 39653 9590 9395

Zone de moyenne montagne (étage sup.)
Population (habitants) code Commune 605 Chellata 615 Ighram 629 Chemini 638 Beni Melikeche Rgph 2008 Estimation 2015 Estimation 2020 Estimation 2025 9 466 12 223 15 282 8 553 9339 11260 15192 7851 9249 10619 15127 7385 9160 10014 15063 6947

CENEAP

104

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

642 Akfadou 1030 Saharidj 1517 Iferhounene 1519 Iloula Oumalou 1531 Abi Youcef 1533 Illilten 1534 Bouzguen 1546 Beni Ziki 1549 Idjeur 1565 Ait Bouaddou 1566 Assi Youcef

7 281 8 591 12 339 13 017 7 710 9 033 24 267 3 899 10 235 14 200 17 403

7127 8217 10976 12478 7687 8197 22995 3867 10134 14467 19913

7019 7961 10096 12106 7670 7648 22127 3845 10062 14661 21925

6913 7712 9287 11745 7654 7136 21292 3823 9991 14858 24140

Zone de haute montagne
Population (habitants) code Commune Rgph 2008 Estimation 2015 Estimation 2020 Estimation 2025 8 839 6 127 9 512 8240 5735 8668 7837 5471 8112 7454 5218 7591 1503 Akbil 1530 Ait Boumehdi 1561 Aghni Goughran

Conclusion La croissance normale des besoins locaux fait nécessairement appel à une forte exigence en infrastructures sociaux. Cette demande prévisible, si elle n’est pas maîtrisée et canalisée correctement va inévitablement accentuer les disparités spatiales actuelles; elle risque, également de mettre en péril, les ressources naturelles du massif ; cet impact indésirable va tout naturellement se manifester à travers l’accentuation de la répulsivité des espaces et la détérioration des potentialités en terres et touristiques. A demeurant, l’importance du poids démographique qui se singularise généralement par une augmentation continue de la tranche de la population en âge d’activité, va interpeller fortement et de façon particulière le devenir économique du massif. La gageure pour les Wilayas concernées par le massif reste incontestablement la prise en charge l’accroissement de la population dans le cadre d’optiques d’aménagement et de développement durable qui aura pour effet immédiat de stabiliser les populations dans leur milieu naturel. Pour toutes ces considérations, repenser l’aménagement du massif eu égard à la tendance qui prévaut et aussi le contexte nouveau qui redéfinie les prérogatives et les missions de l’Etat dans le développement, s’avère être une obligation incontournable pour appréhender l’avenir avec quiétude

CENEAP

105

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

V. LES RESSOURCES NATURELLES ET BIODIVERSITE Dans cette partie de l’étude, on s’attachera principalement à identifier les ressources et potentialités naturelles et à caractériser leur l’état général en accordant une attention particulère aux les conséquences qui peuvent en résulter sur les perspectives de développement durable et sur l’environnement. 5.1. Ressources en eau En absence d’études exhaustives et récentes sur l’hydrologie et l’hydrogéologie d’aire de l’étude, on se limitera dans le cadre de ce travail à présenter les résultats issus de l’enquête réalisée par notre équipe, en Décembre 2007, auprès des directions de l’Hydraulique des wilayas concernées 5.1.1 Les eaux de surface 5.1.1.1 Les eaux de surface et leur mobilisation actuelle De par leurs précipitations abondantes et leur réseau hydrographique dense, les zones de montagne du Djurdjura bénéficient de ressources en eau de surface appréciables, mais faiblement mobilisées. Les estimations de ces ressources par wilaya, pour les territoires concernés par l’étude, se présentent comme suit : • La zone de piémonts située au nord-ouest de l’aire de l’étude

Les ressources en eau de surface de la zone de piémonts située au nord-ouest de l’aire de l’étude, qui correspond la partie de la wilaya de Boumerdes, relèvent des écoulements de deux oueds majeurs : L’oued Sebaou, qui prend sa source dans la wilaya de Tizi Ouzou pour se jeter à la mer au nord-est de la wilaya de Boumerdes. Dénommé le bas Sebaou au niveau de cette dernière, il traverse les communes de Baghlia, Ben Choud et Sidi Doud ; L’oued Isser, qui prend naissance dans la wilaya de Bouira, pour rejoindre la mer à l’est de la wilaya de Boumerdes, tout comme l’oued Sebaou. Dénommé le bas Isser, Il traverse les communes de Isser, Bordj Ménaiel et Djinet.

-

Quant aux ressources mobilisées par les principaux ouvrages hydrauliques, elles évaluées à 164 Hm3 : Mobilisation des eaux de surfaces
Dénomination du barrage Commune de localisation Capacité Hm3 Chender Sahel Boubrek Djinet Sous total Naciria Sidi Daoud Djinet 01 01 03 05

Source : Annuaires statistiques de wilaya arrêtés au 31-12-06

CENEAP

106

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Les zones de montagne de la wilaya de Tizi Ouzou

Les ressources en eau de surface de la de la wilaya de Tizi Ouzou relèvent principalement des écoulements des oueds Sebaou et Bougdoura, qui drainent l’essentielle du territoire de la wilaya, mais aussi de l’oued Isser, qui traverse les communes de Draa El Mizan, Frikat, Mikiria et Tizi Ghenif, ainsi que d’une multitude de petits oueds côtiers. Les ressources en eau de surface des zones de montagne de la wilaya de Tizi Ouzou sont estimées par les services techniques locaux à 1000 Hm3 dont seulement 187 Hm3 sont mobilisées : Mobilisation des eaux de surfaces Dénomination du barrage Commune de localisation Capacité Hm3 Takset* Draa El Mizan Ain Zaouia Djebla Tizi Ghenif Retenues collinaires Oued Aïssi Draa El Mizan Ain Zaouia Ouaguenoun Tizi Ghenif 83 à travers la wilaya 175,00 1,52 1,40 3,00 0,53 5,59

Sous total 187,04 (Source : Annuaires statistiques de wilaya arrêtés au 31-12-06) • La zone de moyenne montagne (étage inférieur) située au nord de la wilaya de Bouira

Les ressources en eau de surface de cette zone relèvent des écoulements de l’oued Isser (amont) et des oueds Sahel - Soummam. Ces écoulements sont estimés 505 Hm3 par an, dont 135 pour le premier et 380 pour les seconds. Quant aux ressources mobilisées par les principaux ouvrages hydrauliques, elles sont présentées dans le tableau ci-après : Retenues collinaires Nom du site Chabet Merdja Oued Geninisisse Ighil Medjber Commune Haizer Taghzout Haizer Capacité 61000 m3 83000 m3 48000 m3 Volume exploité 12000 m3 54000 m3 30000 m3

Source : Annuaires statistiques de wilaya arrêtés au 31-12-06)

CENEAP

107

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Les zones de montagne de la wilaya de Béjaïa

Les ressources en eau de surface de la partie de la wilaya concernée par l’étude relèvent des écoulements de l’oued oued Soummam et ses affluents. Les principaux ouvrages de mobilisation, liés à cet important oued sont principalement localisés dans la partie est de la wilaya correspondant aux monts de Djebel Babor. 5.1.1.2 Les mobilisations projetées Les ressources en eau de surface étant abondantes et insuffisament moblisées, un programme ambitieux de réalisation en grands et moyens barrages est envisagé dans le cadre du PNE (Plan National de l’Eau).

CENEAP

108

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

0uvrages projetés dans le cadre PNE (MRE : 2006) Dénomination de l’ouvrage Soulk Tléta (projet travaux) Zaouia (en APD) Sidi Khelifa (en APD) Bounachi (faisabilité) Djemma aval (en APD) Prise Drâa El Kiffan(APD) Azib Timizar (faisabilité) Tichy Haf (en travaux) Oued régularisé Capacité projetée (Hm3) 78 17 30 70 187 21 10 80 Volume régularisé

Wilaya

M.S probable

Destination AEP TIZI Ouzzou + Boumerdes

Tizi Ouzou Tizi Ouzou Tizi Ouzou Tizi Ouzou Boumerdes Boumerdes Béjaia Béjaia

Bougdoura Stita S/A/Ben Youcef Rabta Djemma Sebaou Daâss Bousselam

2020 2020 2020 2030 2020 2020 2030 2006

77,0 Usage local 13,0 Usage local 44,2 16,4 173,3 0,0 19,0 103,0 Irrigation PMH Tizi Ouzou AEP Boumerdes +irrigation Bas Isser Transfert Djemmaâ aval AEP Adekar +zone côtière AEP Béjaia +irrigation du périmètre Soummam

CENEAP

109

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Parallèlement à ces ouvrages de grande envergure une série de mesures est envisagée dans lecadre du PNE pour le développement de la petite et moyenne hydraulique grâce au renforcement des mobilisations par retenues collinaires (RC), petits barrages (PB) et pompages au fil de l’eau (FDE). Wilaya nom Boumerdes Tizi Ouzou Bouira Béjaia Disponibilités RC+PB+FDE Horizon 2006 2010 2020 2025 2030 hm3/an hm3/an hm3/an hm3/an hm3/an 8,40 8,8 9,7 10,2 10,7 8,50 8,9 9,8 10,3 10,8 18,80 19,7 21,7 22,8 23,9 4,70 4,9 5,4 5,7 6,0 Source PNE (MRE : 2006)

Au niveau de la wilaya de Tizi ouzzou, quatre projets de petits barages sont en cours de l’étude. Petits barrages en cours d’étude Localisation Aîn Zaouia TiZi Ghenif Djebla D -El Mizan Source DHW Volume estimé Hm3 1,4 0,53 3 1.52

La réalisation des ouvrages projetés est prévue dans les zones de moyenne montagne (étage inférieur). Elle permettra d’une part d’améliorer les conditions d’AEP de l’aire de l’étude, et, d’autre part d’intensifier les pratiques agricoles au niveau des plaines et vallées. 5.1.2 Les eaux souterraines Les ressources en eau souterraine relèvent principalement des nappes alluviales des oueds Sébaou, Soummam et Isser, et, de ce fait, elles sont localisées essentiellement dans les vallées et plaines intra-montagneuses (zones de piémonts et contigües).

CENEAP

110

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Les potentialités en eau souterraine (aire de l’étude) Volume annuel mobilisable (Hm3) 103,00 43,16 25,61 25,00 8,00 Volume exploité (Hm3) 78,00 24,17 19,61 13,00 7,00

Wilaya

Nappe

Zones de piémonts de la Nappe alluvionnaire wilaya de Tizi Ouzou de l’oued Sebaou Zones de piémonts de la Nappe alluvionnaire du bas wilaya de Boumerdes Sébaou Nappe alluvionnaire du bas Isser Bouira Plateau Bled El-Madjen : Bouira-Haizer et Taghzout Nappe alluvionnaire de l’oued Sahel : M’Chedallah, El-Adjiba, Chorfa et Ath-Mansour Zones de piémonts de la Nappe alluvionnaire de l’oued wilaya de Béjaïa Soummam (Haute Soummam)

48,00

Nappe alluvionnaire de l’oued 24,00 Soummam (basse Soummam) Source : enquêtes wilayas L’exloitation de ces nappes obeit à la régle de précaution, qui veut qu’une nappe ne soit exploitée qu’à 70 ou 80% de ses potentialités. Il est toutefois à noter que l’évaluation des ressources en eau souterraines faite par par wilaya dans le cadre du PNE est inférieure à celle recueillie auprés des direction locales: Ressources en eau souterraine Wilaya Boumerdes Bouira Tizi Ouzou Béjaia Potentialités hm3 34,0 50,0 80,0 100,0 Source PNE (MRE : 2006)

Par ailleurs, l’aire de l’étude dispose d’un nombre important de sources (partie montagneuse), généralement aménagées et utilisées pour l’alimentation en eau potable des populations montagnardes isolées. A titre indicatif, la wilaya de Tizi Ouzou renferme 142 sources d’un débit total estimé à 701,7 l/s, soit plus de 22,12 Hm3 par an. Parmi ces 142 sources, 134 sont aménagées.
CENEAP 111 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.1.3 Les eaux non conventionnelles Les eaux non conventionnelles sont constituées par les eaux usées épurées et l’eau de mer déssalée. • Disponibilités probables en eaux usées épurées pour l’irrigation L’usage des eaux usées épurées provenant des stations d’épurations (STEP) existantes (chef lieu de wilaya) ou programmées au niveau des grandes villes et villes moyennes est destiné exclusivement à l’irrigation. Ces ressources représenteront à moyen et long terme l’équivalent d’un barrage de 40 à 50 Hm3, qui viendrait en renforcement des surfaces irriguées à partir des eaux conventionnelles. Disponibilités probables en eaux usées épurées pour l’irrigation par wilaya
Disponibilités REU Disponibilités REU Disponibilités REU Disponibilités REU 2006 2010 2020 2025 Consom rejets Total Consom rejets Total Consom rejets Total Consom rejets Total AEPI AEPI AEPI AEPI AEPI REU AEPI REU AEPI REU AEPI REU hm3/an 60% 30% hm3/an 60% 30% hm3/an 60% 30% hm3/an 60% 30% 50 30 9,0 54 32,4 9,7 61 36,6 11,0 332 199,2 59,8 77 46,2 13,9 80 48 14,4 87 52,2 15,7 70 41,7 12,5 43 25,8 7,7 48 28,8 8,6 51 30,6 9,2 54 32,4 9,7 59 35,4 10,6 70 42 12,6 76 45,6 13,7 82 48,9 14,7 Source PNE (MRE : 2006)

WILAYA

Boumerdes Tizi Ouzou Bouira Béjaia

• Dessalement de l’eau de mer Pour le renforcement de la couverture des besoins en eau des populations des il est prévu au niveau de l’aire de l’étude la réalisation de deux stations de déssalement de l’eau de mer, l’une à Cap Djinet (en exploitation) et l’autre à Béjaia Programme de dessalement de l’eau de mer
Wilaya Alger Est – Boumerdes Béjaia Sites unités et capacités en m3/j Cap Djinet (100000) Tamelahet 2006-2010 100 000 20102020 2020-2030 100 000 90 000

100 000 45 000 Source PNE (MRE : 2006)

5.1.4 Menaces pesant sur les ressources et la qualité de l’eau Les ressources en eaux sont soumises à deux principales contraintes et menaces, qui agissent sur le potentiel et la qualité des eaux :

CENEAP

112

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• Le phénomèned’envasement des barrages Ce phénomène, résultat d’une érosion des sols ayant généralement pour cause la déclivité du terrain associée à un couvert végétal perenne insuffisant, affecte la capacité utile des barrages et réduit par conséquent leur durée de vie. La préservation des ouvrages existants ou projetés, et le ralentissement de leur envasement passent impérativement par une protection en amont des bassins versants qui les alimentent. • Le risque de pollution des eaux de surface et des nappes La pollution des eaux de surface et souterraines est un processus engendré par le rejet, dans les oueds, des eaux usées urbaines (ménagères ou industrielles) sans traitement au préalable. Bien que mal connu, en raison de l’indisponibilité de statistiques fiables, ce phénomène touche la majorité des oueds situés à proximité des agglomérations, à des degrés plus ou moins graves. Il se manifeste le plus souvent en période d’étiage où les oueds sont pratiquement à sec et ne drainent que les rejets. Avec l’accroissement des populations et la mobilisation de plus en plus importante de l’eau au service de la population, le problème de l’élimination des eaux usées se pose avec une acuité de plus en plus forte. En effet, le taux de raccordement des foyers au réseau d’assainissement est inférieur à celui du raccordement au réseau d’AEP, ce qui suppose le rejet des eaux usées vers des exutoires naturels que sont les oueds les plus proches des lieux d’habitation. Il est toutefois à signaler, que ce problème est sérieusement pris en charge par les autorités locales et les services techniques, comme en témoignent les grands chantiers entrepris au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou : • Les mesures prises en matière d’assainissement et épuration des eaux usées : Les mesures prises conjointement entre les services de l’environnement et de l’hydraulique dans le cadre de la prise en charge des eaux usées domestiques rejetées dans les milieux récepteurs se résument autour des actions suivantes : Réalisation d’une station d’épuration à Azzefoun et d’un collecteur principal d’assainissement pour un montant de 241800000D.A Réalisation d’une station monobloc à Tigzirt pour un montant de 100000000D.A Réalisation de 07bassin de décantation pour les agglomérations rurales du littorale pour un montant de 8000000 D.A Lancement d’une étude pour la prise en charge du barrage Taksebt pour un montant de 27000000D. ce projet consiste a la prise en charge de 19 commune, 151 villages pour une équivalence de 235315habts et 569 rejets cette étude débouchera aussi sur la réalisation de 09 stations d’épuration, 252 bassins de décantations avec environ 52Km de collecteurs de différents diamètre. Une étude pour la réalisation d’une station d’épuration portant la protection du bassin versant de Mechtras d’Assi-Youcef envoi d’achèvement.
CENEAP 113 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Lancement des travaux de réhabilitation de l’ensemble des ouvrages de stations d’épuration et de traitement des eaux à travers la wilaya. • Les mesures prises en matière de protection du Barrage Taksebt: Les mesures préconisées pour la protection du barrage Taksebt portent sur : • La mise en place d’une commission mixte : environnement hydraulique, et communes limitrophes du barrage, ayant pour mission le suivi des opérations d’évacuation et d’éradication des dépôts sauvages. L’installation de contenaires à déchets tout le long de la périphérie du barrage La finalisation de l’étude portant sur la protection de la cuvette du barrage Taksebt, qui a pour objectif : La prise en charge des rejets des eaux usées des 19 communes limitrophes du barrage (151 villages et 235.315 habitants) qui consiste à éliminer 569 rejets a ciel ouvert. Ainsi l’étude propose la réalisation de neuf (09) stations d’épuration d’une capacité de 50.000 équivalent- habitants chacune, .252 bassins de décantation et 52 Km de collecteurs.

• • •

5.1.5 Conclusion sur les ressources en eaux L’eau est une ressource vitale pour l’homme et indispensable pour pour le développement économique et social d’un territoire. Le territoire délimité par le massif du Djurdjua est bien pourvu en eau, principalement l’eau de surface, dont une partie est mobilisée et une autre en voie de mobilisation. Par ailleurs, cette partie du territoire de la région programme Nord-centre est de plus en plus sollicitée pour répondre aux besoins de l’aire métropolitaine algéroise, ce qui risque de soulever des conflits de partage et d’usage entre les territoires et les différents usagers (AEP, agriculture et industrie). Face cette situation, et afin d’éviter les conflits potentiels, il y a lieu anticiper en mettant en place d’un plan de gestion intégré de la ressource en eau articulé autours des axes suivants : Renforcement des mobilisations en ressources superficielles ; Renforcement des eaux d’irrigation par utilisation des eaux usées épurées; Adaptation des systèmes de cultures aux conditions climatiques et à la disponibilité en eau ; Economie de l’eau par l’utilisation des nouvelles techniques d’irrigation (aspersion et goutte à goutte suivant les cas) ; Diminution au maximum des pertes sur les réseaux (adduction, stockage et distribution) ; Lutte contre toute forme de pollution.

5.2 Les ressources en sol et occupation des terres
CENEAP 114 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.2.1 Répartition générale des terres Ce volet de l’étude est traité sur la basse des données collectées auprès des DPAT, ce qui explique la légère différence enregistrée dans la superficie totale déclarée (557 939 ha) par rapport à la superficie planimétrie (553 021 ha), soit 0,88%. D’une manière générale, la répartition générale des terres du massif du Djurdjura est une parfaite illustration des zones de montagne humides, comme le montre si bien le tableau ci-après : Répartition générale des terres
SAT Ha Zones de piémonts et contiguës % Ha SAU % Parcours Ha 13 024 27 575 9 526 2 057 52 182 % 2,33 4,94 1,71 0,37 9,35 Forets Ha 55 308 % 9,91 Non cultivable Ha 41 325 45 222 12 426 2 680 % 7,41 8,11 2,23 0,47

181 779 32,58

72 122 12,93 103 274 18,51 18 767 1 890 3,36 0,34

Zones de moyenne montagne 300 010 53,77 (étage inférieur) Zones de moyenne montagne (étage supérieur) Zone de haute montagne Total massif 66 075 11,84 10 075 557 939 1,81 100

123 939 21,21 25 356 3 448 4,54 0,62

196 053 35,14

208 051 37,28

101 653 18,22

Tableau réalisé à partir des données DSA (compagne : 2005-2006)

Globalement, la répartition générale des terres du massif se caractérise par : Un faible taux de la SAU. Cette dernière n’occupe que196 053 ha, soit 35,14% de la superficie totale, elle est principalement concentrée au niveau des zones de piémonts et contiguës et des zones de moyenne montagne (étage inférieur) ; Un taux de forestation très appréciable. Le domaine forestier couvre 208 051 ha, soit 37,28% de la superficie totale. Ce taux, qui est en adéquation avec le caractère montagneux de la région, atteint 50,23% dans le territoire de la wilaya de Béjaia et dépasse même 75% dans certaines communes (Beni K’sila, Taourit Ighil, Yakouren…). Par ailleurs, en prenant en considération les surfaces occupées par les plantations arboricoles, on aboutit à un taux de boisement total de : 53,43% ; Les terres urbanisées et impropres à l’activité agricole sont importantes, elles représentent 18,16% de la superficie totale ; Les terres de parcours (parcours de montagne) occupent 9,35% de la S T.

-

-

Par ailleurs, la distribution intra-zone de l’occupation des sols met bien en évidence les différences qui singularisent les différentes zones :
CENEAP 115 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Répartition générale des sols à l’intérieur des zones
SAT Ha Zones de piémonts et contiguës Zones de moyenne montagne (étage inférieur) Zones de moyenne montagne (étage supérieur) Zone de haute montagne Total massif 181 779 300 010 66 075 10 075 557 939 % 100 100 100 100 100 Ha SAU % Parcours Ha 13 024 27 575 % 7,16 9,19 Forets Ha % Non cultivable Ha %

72 122 39,68 103 274 34,42 18 767 28,40 1 890 17,86 196 053 35,14

55 308 30,43 123 939 41,31 25 356 38,37 3 448 34,22 208 051 37,28

41 325 22,73 45 222 15,07 12 426 18,80 2 680 26,60 101 653 18,22

9 526 14,41 2 057 20,41 52 182 9,35

Tableau réalisé à partir des données DSA (compagne : 2005-2006)

-

L’importance de la SAU par zone diminue au fur et à mesure que l’altitude augmente ; L’importance des parcours augmente avec l’altitude ; Les zones de moyenne montagne (étage inférieur) sont les plus boisées ; La part des terres non cultivables est importante partout, plus particulièrement au niveau des zones de pièmonts et contigues ainsi que la haute montagne.

Quant à la répartition générale des terres de l’aire de l’étude, par zone et par commune, elle est présentée dans les tableaux ci-après :

A : Zones de piémonts et contiguës

CENEAP

116

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Répartition générale des terres Code wilaya Communes Sup Tot 15 15 6 6 35 15 6 35 6 15 15 15 35 6 35 15 6 35 35 35 35 15 15 35 15 35 15 6 15 15 6 Zone A.A Mimoun Azeffoun Béjaia Beni Ksila Djinet Irdjen Leflaye Ouled Aissa Sidi Aich S. Naamane Tadmait Tirmitine Afir I. Ilmathen Sidi Daoud Tizi Rached Akbou Baghlia Ben Choud B menaiel Dellys D.B. Khedda Freha Isser Mekla Nacria Ouaguenoun Oued Ghir Souamaa Tizi Ouzou Tazmalt 3 630 12 666 12 022 18 416 4 811 2 124 948 2 699 770 4 224 6 366 3 291 8 120 4 582 4 068 3 105 5 218 4 476 3 424 10 616 5 599 3 341 6 855 8 754 6 471 8 941 3 978 4 632 3 996 10 236 3 400 Ha SAU % Parcours Ha 815 559 387 923 0 137 65 210 10 772 256 791 1 890 265 188 177 526 441 300 0 838 101 505 396 611 0 94 383 669 447 268 % 22,45 4,41 3,22 5,01 6,45 6,86 1,3 18,28 4,02 24,04 Ha 1 110 7 718 10 580 15 702 709,5 199 0 311,5 0 1 260 1 183 1 067 1 270 1 188 726 320 416 90 7 728,5 413 128 1 045 396 1 617 735 852 1 568 1 503 2 465 0 Forêt % 30,58 60,93 88,01 85,26 9,37 29,83 18,58 32,42 Terre Non Agri Ha %

1 150 31,68 2 343 359 631 3 067 1 571 803 1 719 361 1 747 2 926 1 193 18,5 2,99 3,43 73,96 84,7 46,88 41,36 45,96 36,25

555 15,29 2 046 696 1 160 1034,5 217 80 458,5 399 445 2 001 240 16,15 5,79 6,3 10,22 8,44 51,82 10,54 31,43 7,29

1 726 2 813 61,39 2 626 2 156 69,44 3 456 3 044 1 059 6 891 2 186 2 344 3 784 4 184 2 606 2 474 2 658 1 827 1 310 4 372 66,23

5,78 5,7 10,08

25,93 10,31 7,97

3244 316 6,9 518 452 14,56 820 901 2058 2996,5 2162 768 1 521 3778 1 637 5732 374 854 514 2 952 15,71

70,16 55,2 40,27 66,82 39,44 32,78 42,71

3,02 7,37 9,44 2,36 8,27 16,74 4,37 7,88

3,83 15,24 24,99 21,42 33,85 37,61 24,08 -

22,99 22,19 25,3 9,4 18,44 12,86 28,84

2 736 80,47

396 11,65

181 779 72 122 39,68 13 024 7,16 55 308 30,43 41 325 22,73 Tableau réalisé à partir des données DSA (compagne : 2005-2006)

B : Zones de moyenne montagne (étage inférieur).

CENEAP

117

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

SAU Code wilaya 06 10 15 15 15 15 15 15 10 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 6 15 10 15 15 15 15 15 15 15 15 15 15 6 15 15 10 6 6 6 35 15 6 Communes Adekar Aghbalou Aghrib A el Hammam Ain Zaouia Ait Aggouacha Ait Chefaa Ait Khelili Ait Laaziz Ait Mahmoud Ait Oumalou Ait Toudert Ait Yahia Ait Yahia Mousa Akrrou Beni Aissi Beni Douala Beni Yenni Beni Zmenzer Boghni Boudjima Bounouh Draa el Mizane El Kseur Frikat Haizer Iboudraren Iflissen Imsouhal Larba Nait Irathen Maatka Mechtrass Mizrana Mkira Ouacif Ouadhia Ouzellaguen Souk el Tenine Souk Oufella Taghzout Taourirt Ighil Tibane Tifra Timezrit Timizart Tinebdar Ha 1 100 1 865 1 162 649 2 211 655 1 281 930 1 959 710 689 606 809 1 440 782 1 004 1 050 890 677 2 385 1 197 1 335 4 831 4 497 2 037 3 609 569 1 631 703 1 863 3 558 1 399 609 2 065 359 1 300 3 465 1 843 1 027 2 148 617 500 2 629 1 052 2 557 1 391 % 10,22 31,61 17,84 16,84 38,87 24,99 14,98 37,85 48,56 27,59 50,15 17,52 15,43 22,89 18,73 47,25 29,92 25,99 33,37 46,31 34,26 49,46 60,03 47,81 52,79 40,54 17,51 24,39 28,47 47,44 78,56 80,59 10,53 57,62 20,9 39,59 56,43 88,35 74,31 43,06 8,65 92,59 67,69 39,25 83,74

Parcours Ha 1 610 1 652 482 449 200 369 547 526 1 278 665 13 502 773 182 220 330 614 384 539 122 760 190 144 173 251 30 596 158 505 434 122 54 620 363 129 425 209 98 185 813 963 15 317 242 267 190 % 14,96 28 7,4 11,65 3,52 14,08 6,4 21,41 31,68 25,85 0,95 14,51 14,74 2,89 5,27 15,53 17,5 11,21 26,56 2,37 21,75 7,04 1,79 1,84 6,5 0,34 18,34 2,36 20,45 11,05 2,69 3,11 10,72 10,13 7,51 12,94 3,4 4,7 13,39 16,3 13,5 2,78 8,16 4,1 11,44 Ha

Forêt % 67,29 28,41 45,76 37,92 45,31 46,24 62,25 30,16 11,48 28,68 40,17 46,26 44,81 65,47 55,4 21,69 37,05 49,99 34,5 25,3 34,34 25,01 17,66 43,04 31,61 57,36 49,63 57,39 40,95 30,1 10,97 10,37 62,15 17,19 61,12 16,9 29,09 4,31 35,91 75,67 21,94 23,43 -

Terre Non Agri Ha 810 707 1 888 1 295 700 385 1 399 260 334 460 120 751 1 312 550 860 330 545 439 113 1 340 337 499 1 652 688 351 157 472 1 060 250 448 352 103 960 540 180 1 004 680 55 170 236 156 25 86 1392 2 164 80 % 7,53 11,98 28,99 12,31 14,69 16,36 10,58 8,28 17,88 8,73 21,71 25,02 8,74 20,6 15,53 15,53 12,82 5,57 26,02 9,65 18,49 20,53 7,31 9,1 1,76 14,52 15,85 10,13 11,41 7,77 5,93 16,6 15,07 10,48 30,57 11,07 2,64 12,3 4,73 2,19 4,63 2,21 33,22 4,82

7 240 1 676 2 980 1 462 2 577 1 212 5 322 741 463 738 552 1 600 2 350 4 118 2 313 461 1 300 1 712 700 1 303 1 200 675 1 421 4 048 1 220 5 107 1 613 3 837 1 011 1 182 497 180 3 595 616 1 050 555 1 786 90 0 1 791 5 398 0 852 1 550 1 526 0

CENEAP

118

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

15 15 6 15 15 15 10 15 10 15 10 15 35 15 35 10 Zone

Tizi Ghenif Tizi Nthleta Toudja Yakouren Yatafen Zekri Aomar Azazga El Adjiba Ifigha M’echdalla Makouda Taourga Tigzirt Chabet el Ameur Chorfa

2 520 1 477 4 173 886 831 1 472 3 213 1 661 2 250 768 2 807 1 847 1 102 873 3 556 2 193

61,36 54,91 24,97 11,17 51,97 16,63 45,9 21,56 27,44 16,39 49,03 32,16 20,95 73,71

162 63 337 103 69 499 1 053 390 1 868 583 268 1 022 72 558 717 101

3,94 2,34 2,02 1,3 4,32 5,64 15,04 5,06 22,78 12,44 4,68 17,8 13,39 3,39

1 016 700 11 468 6 041 316 5 517 1 640 4 387 3 362 2 068 1 898 828 71 2 235 521,5 250

24,74 26,02 68,62 76,18 19,76 62,33 23,43 56,94 41 44,13 33,15 14,42 53,64 8,4

409 450 735 900 383 1 363 1 094 1 267 720 1 267 752 2 046 132 501 4077,5 431

9,96 16,73 4,4 11,35 23,95 15,4 15,63 16,44 8,78 27,04 13,14 35,63 12,02 14,49 15,08

103 274 34,42 27 575 9,19 123 939 41,31 Tableau réalisé à partir des données DSA (compagne : 2005-2006)

45222,5

C : Zones de moyenne montagne (étage supérieur)
Code wilaya 15 15 6 15 6 15 6 6 15 15 6 15 15 10 15 Zone Répartition générale des terres SAU Parcours Forêt Ha % Ha % Ha % 315 1 982 1 221 1490 2 025 235 2 063 2 132 298 458 2 349 484 1 125 2 012 578 18,68 50,43 29,06 56,72 47,31 11,39 49,59 54,61 4,14 13,9 46,88 18,04 22,33 21,63 8,64 257 195 350 87 740 650 911 616 400 534 1 614 246 500 1 684 742 15,24 4,96 8,33 3,31 17,29 31,49 21,9 15,78 5,55 16,21 32,21 9,17 9,92 18,11 11,09 734 634 2 137 663 629 830 906 676 4 615 1 335 280 1 600 1 868 4 460 3 989 43,53 16,13 50,87 25,24 14,7 40,21 21,78 17,32 64,04 40,52 5,59 59,63 37,08 47,96 59,63

Communes Abi Youcef Ait Bouadou Akfadou Assi Youcef Beni Melikech Beni Ziki Chelata Chemini Idjeur Iferhounene Ighram Illilten Iloula Oumalou Saharidj Bouzguen

Sup Tot 1 686 3 930 4 201 2 627 4 280 2 064 4 160 3 904 7 206 3 295 5 011 2 683 5 038 9 300 6 690

Terre Non Agri Ha % 380 1 119 493 387 886 349 280 480 1 893 968 768 353 1 545 1 144 1 381 12426 22,54 28,47 11,74 14,73 20,7 16,91 6,73 12,3 26,27 29,38 15,33 13,16 30,67 12,3 20,64 18,81

66 075 18767 28,40 9526 14,42 25356 38,37 Tableau réalisé à partir des données DSA (compagne : 2005-2006)

D : Zones de haute montagne

CENEAP

119

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Code wilaya 15 15 15 Zone

Communes Akbil Ait Boumahdi Aghni Goughran

Sup Tot 3 702 2 322 4 051 Ha

SAU % 686 293 911

Répartition générale des terres Parcours Forêt Ha 960 506 591 % 25,93 21,79 14,59 Ha 1 538 910 1 000 % 41,55 39,19 24,69

Terre Non Agri Ha 518 613 1 549 2680 % 13,99 26,4 38,24 26,60

18,53 12,62 22,49

10 075 1890 18,76 2057 20,42 3 448 34,22 Tableau réalisé à partir des données DSA (compagne : 2005-2006)

CENEAP

120

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

121

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.2.2 La SAU et son utilisation (Compagne : 2005-2006) Comme déjà cité, la Sau occupe une faible part dans l’utilisation des sols du massif. Zones Zones de piémonts et contiguës Zones de moyenne montagne (étage inférieur) Zones de moyenne montagne (étage supérieur) Zones de haute montagne Total massif SAT Ha 181 779 300 010 66 075 10 075 557 939 % 100 100 100 100 SAU Ha 72 122 103 274 18 767 1 890 196 053 % 39,68 34,42 28,40 17,86 35,14

Tableau réalisé à partir des données DSA

Globalement, l’occupation de la SAU est dominée par l’association arboriculture rustique et jachère au niveau des zones montagneuses et par l’association cultures maraîchères, arboriculture rustique et jachère pour les zones de piémonts et contigües. L’importance des principales spéculations par zone est présentée dans le tableau ci-après : Importance des différentes spéculations par zone
ZONE Pièmonts M.montagne (étage inf) M.montagne (étage sup) H montagne Massif SAU Ha 72122 103274 18767 1890 196053 Céréales Ha % 4573 6,34 9829 271 42 14715 9,51 1,44 Jachère Ha % 14296 19,82 23514 4583 22,76 24,42 Olivier Ha % 12989 18 36831 6831 35,66 36,40 Figuier Ha % 3213 4,45 6341 1558 250 11362 6,14 8,30 13,22 5,8 maraichage Ha % 15329 21,25 5439 415 85 21268 5,27 2,21 4,50 10,85

2,22 737 39 626 33,07 7,5 43130 22 57277 29,22 Tableau réalisé à partir des données DSA

Le tableau met en relief les aspects suivants : L’olivier est la culture est la culture dominante de la région (29,22% de la SAU totale). Son importance est plus marquée au niveau des zones de moyenne montagne comprises entre 400 et 800 m d’altitude ; La jachère est aussi très importante (22%), sa proportion augmente avec l’altitude ; Les céréales occupent une faible place dans la SAU (7,5%), elles sont plus répondues dans les zones de moyenne montagne (étage inférieur). Contrairement à la jachère, leur importance diminue avec l’altitude ; Les cultures maraïchères sont essentiellement pratiquées dans les zones de piémonts et contigues (vallées littoral).
CENEAP 122 MATET

-

-

-

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

A travers ces statistiques, on s’aperçoit que les deux arbres emblématiques de Kabyle, l’olivier et le figuier, restent les deux espèces les plus cultivées. Il est à signaler qu’au niveau de l’aire de l’étude, les plantations connaissent un âge très avancé et leur renouvellement se fait à une cadence très lente. A titre indicatif, nous présentons dans le tableau ci-après les superficies plantées par les services agricoles dans la wilaya de Tizi Ouzou : Année Ha 2000 226,26 2001 2002 2003 2004 809,52 2005 329,98 2006 393,61 Total 5 369,04

1 246,5 1 431,75 931,42
Source : DSA

A ces superficies, il y a lieu de rajouter 1 231 ha réalisés par les services des forêts, ce qui nous donne une superficie totale de 6 600 ha, soit une réalisation moyenne annuelle de 942,85 ha. Il est toutefois à noter que les années ayant connu un taux élevé de réalisation (82,29%) sont celles de 2001 ; 2002 ; 2003 et 2004, qui coïncident avec lancement du PNDA (programme national de développement agricole) et du PDRI (programme national de développement rural intégré). La répartition des principales cultures, par zone et par commune, pour la compagne agricole: 2005-2006, est présentée dans les tableaux ci-après :

CENEAP

123

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de piémonts et contigües : Répartition de la SAU par groupe de cultures
Grandes cultures Code Wilaya Communes SAU Céréales Jachères Ha 15 35 15 6 35 6 35 6 35 35 35 15 15 6 15 35 6 15 35 35 15 6 6 35 15 15 Azeffoun Afir Ait Aissa Akbou Baghlia Béjaia Ben Choud Beni Ksila B. menaiel Dellys Djinet D.B Khedda Freha I. Ilmathen Irdjen Isser Leflaye Mekla Nacria Ouled Aissa Ouaguenoun Oued Ghir Sidi Aich Sidi Daoud S. Naamane Souamaa 2343 1726 1150 3456 3044 359 1059 631 6891 2186 3067 2344 3784 2813 1571 4184 803 2606 2474 1719 2658 1827 361 2626 1747 1310 0 45 60 160 73 0 19 12 275 0 73 193 290 180 40 1207 2 230 258 23 690 170 2 5 78 135 Ha 1201 413,5 19,67 1206 246 165 261,3 447 140,4 903,3 0 123,3 967,8 595 454 72 181 936,2 278,9 291,2 60,74 622 151 144,5 298,3 553,1 Cultures pérennes Autres Ha 65,7 72 17,8 186 319 12,5 27 5 548 84 129 225 19,5 61,5 77,6 279 25 78 95 85 26,5 171 25 36 148 3,05 Cultures Cultures industrielles maraichères Ha 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 12 0 0 0 0 0 0 0 8 0 0 0 0 Ha 329,1 730 143,4 122,8 900 25,49 228 41 3820 609 1787 180,5 459,9 66,4 235 1273 12 291,4 977 646 424,8 62,43 8 673 124 124,6

Légumes Fourrages Agrumes Oliviers Figuiers Vignes secs Ha 7 25 55 20 50 0 20 1 45 25 40 12 56 4 0 30 0 39 20 30 65 0 0 30 8 36 Ha 293 300 254 135 200 10 240 15 60 300 100 493 1550 104 70 300 0 385 200 250 984 90 0 136 174 130 Ha 1,25 0 3,8 114 140 28,5 10 5,5 222 4 4 363 13,8 80,1 138 142 5 39,7 9 0 12 171 5 25 88,3 0 Ha 243,4 135 515,1 1410 131 87 7 69 180 10 240 478,6 266,6 1234 463,3 252 520 460,5 98 98 245,1 170 152 100 547,8 307,1 Ha 22,5 96 30,3 100 41 0 19 30 178 32 42 154 63 472 75,6 81 8 100 12 72 54,8 33 8 22 142 12,5 Ha 117 295 14,1 2 1117 0,5 442 0 1100 665 307 131 46,5 1 18 399 0 31 690 410 35,4 30 0 1390 85,8 1,2

CENEAP

124

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de piémonts et contigües : Répartition de la SAU par groupe de cultures (Suite)
Grandes cultures Code Wilaya Communes SAU Céréales Jachères Ha 15 6 15 15 15 Total Tadmait Tazmalt Tirmitine Tizi Ouzou Tizi Rached 2926 2736 1193 4372 2156 72122 143 20 0 100 90 4573 Ha 789 906 280,9 1503 84,65 14296 Cultures pérennes Autres Ha 225 58 84,5 289 226 3704 Cultures Cultures industrielles maraichères Ha 0 0 0 0 0 20 Ha 164 39,15 126,4 494,2 212 15329

Légumes Fourrages Agrumes Oliviers Figuiers Vignes secs Ha 10 0 22 39 20 709 Ha 170 83 10 145 107 Ha 110 10,9 20 395 86,4 Ha 1103 1608 453,9 906,5 496,8 Ha 46,5 10 170 290 797 Ha 158 1 25,5 189 36,4

7288 2247 12989 3213 7737 Tableau réalisé à partir des données DSA

CENEAP

125

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Répartition de la SAU par groupe de cultures
Grandes cultures Code Wilaya Communes SAU Céréales Ha 6 10 15 15 15 15 15 15 15 10 15 15 15 15 6 15 15 35 15 6 15 Adekar Aghbalou Aghrib Ain el Hammam Ain Zaouia A agacha Ait Chefaa Ait Khelili Ait Laaziz Ait Mahmoud Ait Oumalou Ait Toudert Ait Yahia Ait Yahia Mousa Akrrou Aomar Azazga Beni Aissi Beni Douala Beni Yenni Beni Zmenzer 1100 1865 1162 649 2211 655 1281 930 1959 710 689 606 809 1440 782 3213 1661 1004 1050 890 677 8 23 0 0 580 0 12 80 370 0 38 0 0 20 18 495 19 5 0 0 0 Jachères Ha 506 0 427,5 0,2 1,83 111,9 728,3 250,7 0 430,8 35,43 464,5 89,45 201,2 380,9 0 261,3 380,8 258,1 62,75 139 Légumes secs Ha 2 10 21 4 50 0 5 26 50 0 0 0 5 29,5 11 30 20 0 0 0 3 Fourrages Ha 8 9 320 11 878 2 137 120 100 0 59 10 50 20 10 300 240 40 0 0 0 Agrumes Ha 0 0 0 0 6 0 5 1,5 0 0 0 0 0 4,5 0 0 10 0 0 0 0 Cultures perennes Oliviers Ha 407 650 232,2 413,1 381,3 103,4 127,4 214,8 1225 108,2 90,95 104,1 447,5 722,8 162 870 7 158,7 362,3 725,5 302 Figuiers Ha 58 100 41,17 87 60,8 133 13,25 40 90 82,25 132 18,5 44,75 33,87 77 250 19 163,5 207,5 76 92 Vignes Ha 0 0 8 0 4 1 21,5 6 0 1 2 0 1 6 3,5 1 442 4 2 0 13 Autres Ha 19,69 113 21,67 87,95 27,33 162,8 11 20 26 56,75 230,9 5,8 57,34 47,32 67,11 54 27 127,8 177,5 19,8 80,52 CI Ha 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 C maraichères Ha 2,31 27,5 83,5 36 201 41 201 156 43,5 30 58 4 104 132 49 22 228 124 42,5 2 47

CENEAP

126

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Répartition de la SAU par groupe de cultures (suite)
Grandes cultures Code Wilaya Communes SAU Céréales Ha 15 35 15 15 6 15 15 10 15 15 10 15 15 15 35 6 10 15 15 15 15 35 15 Boghni Boudjima Bounouh Chabet el Ameur Chorfa Draa el Mizane El Adjiba El Kseur Frikat Haizer Iboudraren Ifigha Iflissen Imsouhal Larba Nait Irathen M’echdalla Maatka Makouda Mechtrass Mizrana Mkira Ouacif Ouadhia 2385 1197 1335 3556 2193 4831 2250 4497 2037 3609 569 768 1631 703 1863 2807 3558 1847 1399 609 2065 359 1300 220 5 110 655 105 2200 80 200 543 1470 0 12 0 0 0 382 0 10 27 0 490 0 4 Jachères Ha 73,2 566,2 13,82 135 0 0 0 2596 20,56 0 125,7 165,5 545,9 188,5 40,85 0 46,64 958,3 53,57 392,1 0 95,15 985,2 Légumes secs Ha 0 0 0 60 15 52 15 4 20 70 0 0 12 8 0 50 5 13 0 14 37 0 0 Fourrages Ha 191 42 65 150 81 1155 25 155 377 700 0 72 94 78 4 56 0 81 28 60 378 0 13 Agrumes Ha 0,25 0 0 0 25 0 12 335 0 0 0 0 1 0 0 22 7,5 6 7 0 2 0 1 Cultures perennes Oliviers Ha 1818 459,6 1024 1544 578,5 1092 452 880 447,4 493 403,2 311,8 580,2 247,3 1207 1515 3015 695 1171 43,2 752,8 246,4 204,6 Figuiers Ha 21,8 55 77 181 20 84,8 35 134 208,4 115 25,85 121,8 18,5 54,25 200,3 30 296,1 40 42,25 15,32 103,4 16,4 55 Vignes Ha 4,75 10 2 95 0 36,5 11 16,3 8,97 11 0 4,75 147 0 2,5 0 7,5 35,9 4,25 10,6 20,6 0 1 Autres Ha 29,2 10,25 19,85 202 132 35,7 235 49,75 386,3 58 13,19 13,25 182,7 42,08 289,8 204 77,5 7 20,63 12,5 76,28 0,9 19,75 CI Ha 0 0 0 0 0 0 0 1,5 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 C maraichères Ha 26,5 94 22 521 164 208 180 126 25 102 1 52 80,5 77 119 155 103 123 45 55 126 0,5 16

CENEAP

127

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Répartition de la SAU par groupe de cultures (suite)
Grandes cultures Code Wilaya Communes SAU CéréaJachères les Ha 35 15 15 15 10 35 6 6 6 15 35 15 15 15 6 6 15 15 Zone Ouzellaguen Souk el Tenine Souk Oufella Taghzout Taourga Taourirt Ighil Tibane Tifra Tigzirt Timezrit Timizart Tinebdar Tizi Ghenif Tizi Nthleta Toudja Yakouren Yatafen Zekri 3465 1843 1027 2148 1102 617 500 2629 873 1052 2557 1391 2520 1477 4173 886 831 1472 103274 110 0 6 860 53 6 1 4 0 10 128 4 412 12 11 18 0 13 9829 Ha 971 25,09 190 0 129 314 52 2275 721,6 175 360,4 457 299,3 957,3 3787 335,1 77,56 654,6 23514 Légumes secs Ha 17 14 0 20 10 1 0 0 2 35 10 0 41 1 12 12 0 11 828 Fourrages Ha 160 2 2 320 80 5 2 1 20 60 1161 0 510 7 5 15 0 10 8479 Agrumes Ha 59,4 0 3 0 0 0 0 0 0 0 1,49 1 2,75 3,5 3 0 0 0 519 Cultures perennes Oliviers Ha 1429 1514 682 484,8 600 217 392 202 25,2 406 612,1 773 542,4 328,6 70 278,4 727,6 551,7 36831 Figuiers Ha 472 161 50 120 30 37 8 40 25 122 16 40 74,9 92,75 42 82,44 16,75 141 5341 Vignes Ha 0 3,5 0 14 78 0 0 0 24,8 0 44 0 48 3 4 3,5 0 3 1171 Autres Ha 117 67,51 31 38 190 21,55 18 40,5 9,75 87 9,4 40 96,85 53,65 116,5 81,73 7,94 32,4 4618 CI Ha 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1,5 C maraichères Ha 130 55,4 23 78,5 71 4,95 7 16,5 44,2 300 181 6 195 29,6 127 58 1,5 55 5439

Tableau réalisé à partir des données DSA

CENEAP

128

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zone de moyenne montagne (étage supérieur) : Répartition de la SAU par groupe de cultures
Grandes cultures LéguJachèmes res secs Ha Ha 98,2 2 1269 2 837 0 28,9 0 150 438 185 155 167 518 147 445 145 0 4583 0 10 0 0 3 10 2 0 0 5 34 Cultures pérennes Fourrages Ha 14 110 2 73 5 30 2 8 21 61 32 55 42 19 474 Agrumes Ha 0 1 0 0 Oliviers Ha 66,89 261,75 148 1170,6 Figuiers Ha 42,5 226 90 80,8 11 265 45 14,3 84,5 320 84 170 74,3 50 1558 Vignes Ha 0 4,75 0 2 0 1 0 1 0 0 0 4,5 3 0 16,3 Autres Ha 49,4 52,3 65 25,3 10,3 39,5 48,3 7,25 86,1 19 143 67,2 16,9 108 737 Cultures industrielles Ha 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Cultures maraichères Ha 22 44 16 84,5 17 11,5 17,8 18,9 42 5 34 29 45 28 415

Code Wilaya 15 15 6 10 6 15 35 6 15 6 15 6 15 15 6 Zones

Communes

SAU

Céréales Ha 0 10 3 25 3 80 6 8 0 85 0 3 8 40 271

Abi Youcef A bouadou Akfadou Assi Youcef B. Mellikech Beni Ziki Chelata Chemini Idjeur Iferhounene Ighram Illilten Iloula Oumalou Bouzguen Saharidj

315 1982 1221 1490 2025 235 2063 2132 298 458 2349 484 1125 578 2012 18767

0 8 0 1188 0 1748 0 77,95 0 84,8 0 1331 0 85,69 0 314,91 0 228,68 0 117 1 6831,2

CENEAP

129

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zone de haute montagne : Répartition de la SAU par groupe de cultures Grandes cultures Code Communes Wilaya Céréa- JachèSAU les res Ha 15 15 15 Zone Aghni Goughran A Boumahdi Akbil 911 293 686 1890 42 0 0 42 Ha 381 58,7 297 737 Légumes secs Ha 9,5 0 4 13,5 Fourrages Ha 35 0 6 41 Agrumes Ha 1,25 0 0 1,25 Cultures pérennes Oliviers Figuiers Vignes Ha 262,61 211,16 151,85 625,62 Ha 107,66 17,25 125,5 250,41 Ha 4,1 0 0 4,1 Cultures Cultures industriel- maraiAutres les chères Ha 22,9 5 50,9 78,7 Ha 0 0 0 0 Ha 45 0,25 40 85,3

Tableau réalisé à partir des données DSA

CENEAP

130

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.2.3 Les productions animales liées aux ressources naturelles (Compagne : 2005-2006) L’élevage dont le mode d’alimentation dominant fait appel à l’usage des jachères, des parcours, des maquis et des lisères et enclaves forestières est composé de bovins, ovins et caprins, ainsi que de l’apiculture. Globalement, la répartition et l’importance des élevages par zone se présentent comme suit : Importance et répartition des élevages par zone (campagne 2005-2006)
Zones Piémonts et Contigües Moyenne Montagne E. inf Moyenne Montagne E. sup Haute montagne Massif ST % 32,58 Bovins Têtes 40301 % 25,21 Ovins Têtes 51387 % 19,31 Caprins Têtes 10926 % 12,62 Ruches Unités 68981 % 28,32

53,77

109199

68,31

187911

70,62

61478

71,02

162880

66,88

11,84

8958

5,60

23921

10

12480

14,42

11377

4,67

1,81 100

1383 159841

0,86 100

2845 266064

1,07 100

1680 86564

1,94 100

2940 243532

1,2 100

Tableau réalisé à partir des données DSA

Ces statistiques mettent en relief ce qui suit : Les élevages, toutes catégories confondues, connaissent une plus grande concentration au niveau des zones de moyenne montagne (étage inférieur), que ce soit en nombre ou rapportés à la la superficie ; Les zones de piémonts et contigües présentent en nombres les effectifs les plus bas par rapport à la surface qu’elles occupent ;

-

La répartition des différents élevages, par zone et par commune, pour la compagne : 2005-2006 est présentée dans les tableaux ci-après :

CENEAP

131

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de piémonts et contigües : Effectifs animaux
Communes Freha Tizi Ouzou Ouaguenoun Azeffoun S Naamane Tizi Rached DB Khedda Souamaa Tadmait Bordj menaiel Mekla Dellys Oued Ghir Irdjen A.A Mimoune Afir I Ilmathen Djinet Akbou Ben Choud Tirmitine Naciria Béjaia Ouled Aissa Tazmalt Isser Leflaye Sidi Aich Sidi Daoud Baghlia Beni Ksila S/TOTAL Bovins (têtes) 6971 2958 2136 1863 1491 1414 1301 1215 954 900 1 870 1 759 730 724 686 1 673 648 500 480 1 457 444 1 414 296 1 269 249 1 232 175 146 1 145 2 105 96 40301 Ovins (têtes) 3 275 3 261 3050 2820 2 760 975 2117 1 670 1 596 455 1 967 1 025 2 100 893 1 200 1 550 1 689 285 3 223 980 1 812 1 304 1 100 1 444 723 3 405 420 300 1 535 1 635 818 51387 Caprins (têtes) 345 329 335 3720 144 200 135 353 105 110 340 145 290 189 550 710 260 131 300 0 410 112 180 141 30 82 80 50 107 113 930 10926 Ruches (unités) 1 314 5 824 2 000 3 965 3 110 1 613 3 003 638 2 833 7 600 4 305 1 665 832 2 114 2 693 3 179 642 2 300 420 666 2 131 4 350 1 954 2 340 378 1 075 200 75 1 802 3 381 579 68 981

Tableau réalisé à partir des données DSA

CENEAP

132

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Effectifs animaux
Commune Azeffoun Abi Youcef Adekar Afir Aghbalou Aghni Goughran Aghrib Ain el Hammam Ain Zaouia Ait Aggouacha Ait Aissa Mimoune Ait Bouadou Ait Boumahdi Ait Chefaa Ait Khelili Ait Laaziz Ait Mahmoud Ait Oumalou Ait Toudert Ait Yahia Ait Yahia Mousa Akbil Akbou Akfadou Akrrou Aomar Assi Youcef Azazga Baghlia Béjaia Ben Choud Beni Aissi Beni Douala Beni Ksila Beni Melikech Beni Yenni Beni Ziki Beni Zmenzer Boghni Bovins (têtes) 1863 251 2 065 1 673 868 980 2965 513 1039 89 686 950 125 640 535 486 135 251 256 635 256 278 480 304 1005 1 171 209 4725 2 105 296 1 457 316 282 96 341 193 143 153 967 Ovins (têtes) 2820 565 1 697 1 550 1 927 1 400 2 609 1 181 2 371 390 1200 2100 880 1 665 1 396 1 823 600 1130 900 1 650 1 050 565 3 223 700 1 850 5 099 1097 2 280 1 635 1 100 980 430 680 818 1 490 600 1255 741 1 675 Caprins (têtes) 3720 180 495 710 0 700 1076 389 388 690 550 720 540 2510 210 222 64 210 440 890 92 440 300 300 1710 151 182 1060 113 180 0 22 42 930 1 640 180 990 230 140 Ruches (unités) 3 965 1 132 420 3 179 1 235 391 1 457 1 026 625 1 033 2693 629 1 773 692 487 2 232 530 895 1 941 1 358 1 520 776 420 476 1 537 2 485 95 4 387 3 381 1 954 666 1 054 1 161 579 1 000 2 106 109 531 923

CENEAP

133

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Effectifs animaux (suite)
Communes Bordj menaiel Boudjima Bounouh Bouzguen Chabet el Ameur Chelata Chemini Chorfa Dellys Djinet D. B. Kheida Draa el Mizane El Adjiba El Kseur Freha Frikat Haizer Iboudraren Idjeur Ifelain Ilmathen Iferhounene Ifigha Iflissen Ighram Illilten Iloula Oumalou Imsouhal Irdjen Isser Larbaa N. Irathen Leflaye M’echdalla Maatka Makouda Mechtrass Mekla Mizrana Mkira Naciria Bovins (têtes) 900 940 531 2466 757 215 1 740 2 481 1 759 500 1 301 1316 488 970 6971 487 1 322 385 951 648 310 911 1630 300 264 917 283 724 1 232 549 175 355 357 3 870 241 1 870 1998 206 1 414 Ovins (têtes) 455 1 570 1420 3 400 2 930 1 070 1 600 6 047 1 025 285 2 117 2 847 1 157 1 720 3 275 2 643 1 661 780 1 510 1 689 1 715 2 555 2 030 1 670 2 830 2 500 1 857 893 3 405 1 200 420 3 074 2 460 2 960 707 1 967 2 980 1 160 1 304 Caprins (têtes) 110 970 173 1050 79 670 200 606 145 131 135 350 549 750 345 290 278 330 925 260 1 060 475 2120 620 1 980 1470 448 189 82 435 80 1 433 645 1 050 67 340 2380 52 112 Ruches (unités) 7 600 1 641 460 2 539 2 015 780 210 2 064 1 665 2 300 3 003 1 904 676 1 123 1 314 619 1 204 807 816 642 873 1 140 1 900 250 359 1 230 648 2 114 1 075 2 634 200 1 968 2 185 972 418 4 305 978 1 233 4 350

CENEAP

134

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Effectifs animaux (suite)
Communes Ouacif Ouadhia Ouaguenoun Oued Ghir Ouled Aissa Ouzellaguen Saharidj Sidi Aich Sidi Daoud Sidi Naamane Souamaa Souk el Tenine Souk Oufella Tadmait Taghzout Taourga Taourirt Ighil Tazmalt Tibane Tifra Tigzirt Timezrit Timizart Tinebdar Tirmitine Tizi Ghenif Tizi Nthleta Tizi Ouzou Tizi Rached Toudja Yakouren Yatafen Zekri S/TOTAL Bovins (têtes) 230 696 2136 730 1 269 785 1 278 146 1 145 1491 1215 199 222 954 753 1 140 969 249 191 314 840 293 6161 234 444 260 380 2958 1414 163 2620 59 745 109199 Ovins (têtes) 780 850 3050 2 100 1 444 1 337 2 482 300 1 535 2 760 1 670 1 155 800 1 596 3 454 1 495 1 993 723 400 1 240 1 890 1 360 3 267 960 1 812 1 692 850 3 261 975 760 3 490 340 2 080 187911 Caprins (têtes) 410 130 335 290 141 620 923 50 107 144 353 390 50 105 806 143 582 30 50 360 660 84 939 50 410 76 201 329 200 690 3280 210 1540 61478 Ruches (unités) 1 519 626 2 000 832 2 340 320 3 098 75 1 802 3 110 638 2 161 165 2 833 1 155 646 584 378 32 1 128 650 545 5 298 173 2 131 698 970 5 824 1 613 960 2 080 684 745 162 880

Tableau réalisé à partir des données DSA

CENEAP

135

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage supérieur) : Effectifs animaux
Communes Abi Youcef Ait Bouadou Akfadou Assi Youcef Beni Melikech Beni Ziki Chelata Chemini Idjeur Iferhounene Ighram Illilten Iloula Oumalou Ouzellaguen Saharidj S/TOTAL Bovins (têtes) 251 950 304 209 341 143 215 1 740 951 310 300 264 917 785 1 278 8958 Ovins (têtes) 565 2100 700 1097 1 490 1255 1 070 1 600 1 510 1 715 1 670 2 830 2 500 1 337 2 482 23921 Caprins Ruches (têtes) (unités) 180 1 132 720 629 300 476 182 95 1 640 1 000 990 109 670 780 200 210 925 816 1 060 873 620 250 1 980 359 1470 1 230 620 320 923 3 098 12480 11 377

Tableau réalisé à partir des données DSA

Zones de haute montagne : Effectifs animaux
Commune Aghni Goughran Ait Boumahdi Akbil S/Total Bovins (têtes) 980 125 278 1383 Ovins (têtes) 1 400 880 565 2 845 Caprins (têtes) 700 540 440 1680 Ruches (unités) 391 1 773 776 2 940

Tableau réalisé à partir des données DSA

5.2.4 Les systèmes de production Les zones de montagne du massif du Djurdjura, très boisées et fortement peuplées, se distinguent par une superficie agricole utile relativement réduite par rapport à la superficie totale. Par ailleurs, Cette SAU, très disloquée, a tendance à se réduire sous la pression de l’accroissement démographie et de la mutation de la cellule familiale (augmentation sans cesse croissante de la demande en foncier habitable au détriment du foncier agricole). Les systèmes de production diffèrent selon les conditions locales, le statut juridique de l’exploitation agricole, de sa taille, de sa structure foncière, etc.

CENEAP

136

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

En montagne, Les exploitations sont généralement de type privé (exploitations familiales), caractérisées par : Une taille réduite de leur superficie, où les exploitations de taille inférieure à 5 ha constituent la classe dominante ; Le morcellement de leur parcellaire ; Des terres souvent situées en forte pente. Le système de production est basé : sur une diversité de la production agricole associée à un élevage familial composé de bovins, ovins et caprins, le tout caractérisé par la faiblesse de la production et orienté dans la plupart des cas vers l’autosuffisance alimentaire pour ne pas dire l’autosubsistance. Ce système de production est de type extensif, utilisant très peu les facteurs de production (engrais, produits phytosanitaires, etc.) et où l’alimentation du cheptel est assurée grâce au pâturage libre sur jachère, maquis et lisières de forêts. La main d’œuvre employée est en majorité de type familial, peu qualifiée, où les femmes participent activement à certains travaux (jardins potagers, petits élevages…) En plaine et vallées, on rencontre différents types d’exploitations (petites exploitations de type privé, EAC, EAI et fermes pilotes). La plupart des exploitations sont situées sur les terrasses alluviales et collines, et, pratiquent l’irrigation. Le système de production est de type intensif basé sur une polyculture, où les espèces maraîchères occupent une place prépondérante. L'élevage, dont les possibilités d’alimentation sont plus intéressantes qu’en montagne (disponibilités fourragères en plus), est de type familial et représente une part importante dans le revenu des ménages. Du fait de l'intensification des systèmes de production (indice d’utilisation du sol élevé, irrigation, entretien régulier des parcelles cultivées, etc.), et de la pratique du maraîchage (forte intensité de main d’œuvre), ces exploitations utilisent en plus de la main d’œuvre familiale, une main d’œuvre saisonnière d’appoint. Les agro-écosystèmes montagneux sont confrontés à de nombreuses contraintes qui menacent leur durabilité : Vieillissement et insuffisance d’entretien des plantations de l’olivier, du figuier, du cerisier, … ; pression humaine sur le foncier agricole, Erosion et dégradation des sols (labours des terrains en pente), etc. ; Transformation des structures agraires et conflits fonciers (petites exploitations agricoles très morcelées et frappées par l'indivision) ; La céréaliculture est conduite de façon extensive et ne peut en aucun cas se justifier et se maintenir sans l'association d'un élevage tout autant extensif et le maintien d'une jachère ; L'olivier et le figuier constituent l'essentiel d'un patrimoine arboricole de type traditionnel extensif, formé de vergers anciens, très peu entretenus, faiblement productifs et menacés de disparition.

-

CENEAP

137

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.3. Les ressources forestières (cf tableaux relatifs à la répartition générale des terres) Au vu des caractéristiques physiques et socio économiques des zones de montagnes, la forêt joue à la fois : un rôle de protection et de préservation des milieux, ainsi que des ressources : écosystèmes montagneux et forestiers, ressources en sol et en eau, biodiversité (faune et flore). En effet, la forêt participe en amont et en aval dans la protection du milieu et des ressources (eau et sol) notamment en réduisant les apports solides, dus à la conjonction de pluies à forte intensité et d’un relief très marqué qui se traduit par l’érosion des terres et l’accélération du processus d’envasement des barrages ; un rôle économique de production et création d’emplois à travers les activités liées à : l’aménagement et à l’entretien des forêts, la production de liège et bois, l’élevage, l’apiculture etc.

-

5.3.1 Le potentiel forestier Les zones de montagne du massif du Djurdjura figurent parmi les zones les mieux boisées du pays (taux de boisement : 37,28%), elles ont toutes un taux de boisement supérieur à 30%. Le taux de boisement le plus élevé est observé au niveau des zones de moyenne montagne : Répartition des superficies forestière par zone (au 31-12-2006):
Zone Superficie Totale Foret Ha 55 308 123 939 25 356 34 48 208051 % 30,43 41,31 38,37 34,22 37,28

Ha % Piémonts et contiguës 181 779 100 Moyenne montagne 300 010 100 (étage inférieur) Moyenne montagne 66 075 100 (étage supérieur) Haute montagne 10 075 100 Massif 557 939 100 Source : Monographies des wilayas et Directions des forêts

Les forêts occupent principalement les massifs côtiers et les monts sublittoraux de grande Kabylie où les conditions de développement sont favorisées par un bioclimat de type humide à subhumide d’étage supérieur (700 à 1500 mm de pluie en moyenne par an) et la nature des formations géologiques. Les forêts des zones de montagnes du massif du Djurdjura peuvent être individualisées en trois groupes, composés chacun d’un certain nombre de blocs relativement homogènes :

CENEAP

138

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Les forêts du domaine littoral

Les forêts du domaine littoral occupent les massifs côtiers. Elles peuvent être regroupées en unités homogènes se présentant d’ouest en est, comme suit : • Forêts de Djinet et de Mizrana, pour la wilaya de Boumerdes ; Forêts de Mizrana, de Beni Djenad et de Tigrine – Boukhrouf, pour la wilaya de Tizi Ouzou Forêts des Mzala et de Bou Hattem, pour la wilaya de Béjaia Les forêts du domaine sublittoral

Les forêts du domaine sub-littoral occupent les massifs de la partie médiane de l’aire de l’étude. Elles peuvent être regroupées en unités homogènes se présentant d’ouest en est, comme suit : Forêt de Sidi Ali Bounab, pour la wilaya de Boumerdes ; Forêts de Boumahdi, de Tamgout, et de Yakouren : Ghorbi, Akfadou ouest et Azzouza, pour la wilaya de Tizi Ouzou Forêts de l’oued Shel, de Haizer, de Bouira, et de Keddara, pour la wilaya de Brouira.

Par ailleurs, les zones de montagne du massif du Djurdjura abritent la forêt d’Aït Oubane qui recouvre la partie supérieure du Djurdjura (Lala Khédidja). Cette forêt de cèdre, située non loin de la grotte du Macchabée fait partie du Parc naturel du Djurdjura. • Les essences forestières

Les essences forestières rencontrées au niveau de l’aire de l’étude sont multiples et variées. Parmi les espèces les plus rencontrées, on cite : Pour les résineux : le pin d’Alep, le pin maritime, le thuya, le genévrier et le cèdre ; Pour les feuillus : le chêne vert, le chêne liège, le chêne zen, et le chêne afarès.

On trouve : Le pin d’Alep, principalement au niveau des zones de reboisement. Il est surtout planté dans le cadre de la lutte contre l’érosion ; Le pin maritime, au niveau des massifs côtiers ; Le genévrier de Phénicie, sur le littoral et les monts sublittoraux ; Le cèdre, sur les sommets du Djurdjura ; Le chêne vert, espèce peu exigeante, sur des milieux très diversifiés ; Le chêne liège, espèce assez exigeante, sur les massifs côtiers et gréseux ; Les chênes à feuillages caduc (chêne zen et chêne Afares, sur les hauteurs des massifs littoraux et sublittoraux

CENEAP

139

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Par ailleurs, on rencontre une grande diversité d’autres feuillus à moindre emprise spatiale, tels que : l’oléastre (olivier sauvage) le frêne (très bonne espèce fourragère), le peuplier noir, l’aulne, les érables, le merisier, le laurier, etc. • Le potentiel de production

Les forêts potentiellement productives sont nombreuses au niveau des zones de montagne du massif du Djurdjura, toutefois, elles sont peu exploitées et n’apportent qu’une faible production par rapport à leur étendue, tout comme leur production est en constante régression d’année en année. Le potentiel de production est constitué principalement par les forêts de chêne liège, une espèce très exigeante localisée principalement sur les massifs côtiers et gréseux. Les principaux produits exploités sont le liège, le bois d’industrie, le bois de chauffage, et le bois pour la fabrication de charbon, tandis que : la souche de bruyère, les plantes aromatiques, les plantes médicinales, les glands de chêne, les plantes ornementales, le caroube, etc., constituent des produits secondaires non négligeables pour le développement local et l’amélioration des modestes revenus des populations riveraines. A titre indicatif, nous présentant ci-après, pour les 07 dernières années, la production des forêts de la wilaya de Tizi Ouzou : Productions forestières de la wilaya de Tizi Ouzou
Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 TOTAL Liège (Qx) 10 800 4 286 5 330 4 303 4 222 7 763 1 374 38 178 Bois (M ) d’œuvre 1 355 0 25 226 123 28 44 1 801 d’industrie 3 800 2 064 649 1 169 566 514 1 992 10 754 de chauffage 5 410 2 046 2 213 3 358 2 667 7 508 11 514 34 716 Total 10 565 4 110 2 887 4 753 3 356 8 050 13 550 47 271
3

Source : Direction des forêts de Tizi-ouzou

Par ailleurs, le domaine forestier offre d’énormes débouchés dans divers domaines d’activités : • Activités liées à la production animale : Grâce à leurs sous bois, denses et très variés, les forêts de la région offrent une source d’alimentation gratuite pour le cheptel local, et un cadre des plus favorables au développement de l’apiculture compte tenu de leurs potentialités mellifères appréciables. Cependant, l’utilisation actuelle des forêts comme parcours se fait d’une manière non

CENEAP

140

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

organisée et abusive. Elle ne concerne uniquement que les parties accessibles et situées à proximité des villages, ce qui donne lieu à un surpâturage du potentiel fourrager dans les zones accessibles et une sous exploitation dans les autres espaces difficiles d’accès, soit à cause de l’enclavement, soit à cause des raisons sécuritaires. • Activités liées au tourisme : De par la richesse et la diversité de ses milieux naturels et sites paysagers, de par la richesse et la diversité de sa flore et de sa faune, de par la richesse de son patrimoine culturel, de par son histoire, l’aire de l’étude offre d’énormes opportunités de développement touristique dans plusieurs segments non seulement liés au tourisme de montagne, mais aussi à un tourisme balnéaire, à un tourisme mixte montagne – mer, etc. Cependant, ce potentiel, à l’exception de quelques très rares sites (Tala Guilef) n’est pas aménagé et valorisé.

5.3.2 Menaces L’état actuel des forêts, principalement en ce qui concerne les forêts de chêne liége est alarmant. Ceci résulte de la conjonction de plusieurs facteurs naturels et socioéconomiques : Le changement climatique et la baisse du régime pluviométrique. A titre indicatif, la comparaison sur deux périodes d’observation, 1913-1938 (Seltzer) et 19902001 (ONM), révèle pour la station météorologique de Béjaïa une diminution de 250 mm de pluie précipitée annuellement. Les incendies répétés ; pour la seule wilaya de Tizi Ouzou, il a été enregistré en 10 années (1998-2007) 934 incendies de forêts (93 en moyenne par an), qui ont touché 19 216,67 ha, dont 10 872,25 ha de forêts, 4 665,20 ha de maquis et 3 679 ha de broussailles. Wilaya de Tizi Ouzou : Situation des incendies de forêts 1998-2007 Nbre incendies Total Moy/an 934,00 93,40 Sup (ha) 19 216,67 1 921,66 Répartition Forêts 10 872,25 1087,22 Maquis 4 665,20 466,52 Broussailles 3 679,22 367,92

-

-

Les défrichements pour l’extension des cultures ; (wilaya de Tizi Ouzou : 215 PV entre 1998 et 2007); Le surpâturage qui empêche toute régénération et par conséquent le renouvellement naturel des forêts âgées ; Les constructions illicites (wilaya de Tizi Ouzou : 98 PV entre 1998 et 2007); Les coupes illicites (wilaya de Tizi Ouzou : 147 PV entre 1998 et 2007) ;

CENEAP

141

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

-

Les maladies cryptogamiques et attaques d’insectes (195 ha en 2005 et 10 ha en 2007 ont été touchés par le Lymantria Dispar respectivement pour les forêts domaniales de Tamgout et Akfadou Ouest et 20 ha ont été infestés de chenille au niveau de cette dernière en 2004 ; L’absence de plans d’aménagement forestiers nécessaires pour délimiter et localiser les traitements sylvicoles, les travaux d’entretien et d’exploitation durable des produits forestiers. Certes des plans d’aménagement de quelques forêts ont été élaborés ces dernières années, mais ces études n’ont que partiellement été appliquées, le volet infrastructures (notamment les pistes et les tranchées pare – feux) étant privilégié au détriment des travaux de repeuplement et d’entretien (coupes : d’assainissement, d’éclaircie et de régénération. Par ailleurs, durant la décennie noire qu’a traversée notre pays, les services des forêts ont vu leur mission changer d’orientation en se reconvertissant dans les actions de développement rural et de soutien aux populations les plus démunies (plantations fruitières, réalisation d’ouvrages hydrauliques, désenclavement des populations, etc.).

5.3.3 Les travaux réalisés par le secteur des forêts dans le cadre la protection et de la valorisation du domaine forestier Compte tenu de la conjoncture qui a prévalu durant la décennie noire, les services forestiers ont privilégiés les actions d’aide aux populations riveraines (plantations fruitières, désenclavement etc.) au détriment des actions de reboisement et autres travaux purement forestiers. A titre indicatif, nous présentons ci-après les actions réalisées par le secteur des forêts de la wilaya de Tizi Ouzou durant la période 2000- 2006 Travaux réalisés par le secteur des forêts de la wilaya de Tizi Ouzou entre 2000 et 2006 Tavaux réalisés Plantations fruitières Travaux de reboisement Travaux sylvicoles Aménagement de TPF Corrections torrentielles Aménagement de poste de vigie Travaux de bornage Ouverture de pistes Aménagement de pistes Réalisation de points d’eau Volume Physique Observations

1 231 ha Dont 31 en PPDRI 141,5 ha Chêne liège 3808,5 ha 88 % en 2005 25 ha 11 552 m3 04 unités 2028 unités 104,49 km 527,24 Km 09 unités

CENEAP

142

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.3.4 Conclusion De par son couvert végétal permanent, la forêt joue un rôle important, tant sur le plan environnemental que sur le plan économique : Sur le plan environnemental, elle contribue à la protection et à la préservation des écosystèmes (montagneux et forestiers), des ressources naturelles (sol et en eau), ainsi que de la biodiversité (faune et flore). En effet, la forêt participe en amont et en aval dans la protection du milieu et des ressources, notamment en réduisant les apports solides résultants de l’érosion et en offrant les conditions nécessaires au développement de la faune et de la flore ; Sur le plan économique, elle offre des opportunités pour la création d’emplois à travers les activités liées à l’aménagement et à l’entretien des forêts, la production de bois, le développement de l’élevage et de l’apiculture, etc.

-

De ce fait, ce potentiel devra être préservé et valorisé, ce qui implique l’élaboration de plans d’aménagement qui devront porter notamment sur : La délimitation et localisation des secteurs nécessitant des traitements sylvicoles ; L’identification des travaux de repeuplement et d’entretien (coupes d’assainissement, d’éclaircie et de régénération). L’élaboration d’un programme pour une exploitation durable des produits et sous-produits forestiers (bois, liège, aiguilles de pins, brouillère,..) ; L’identification des infrastructures nécessaires (notamment les pistes et les tranchées pare-feux) ; La proposition de zones, présentant un intérêt sur le plan environnemental et de biodiversité, à sauvegarder impérativement en les érigeant en parc naturel.

-

-

-

5.4 Les substances utiles Les travaux de prospection et de recherche minière entrepris, au niveau des wilayas constituant l’aire de l’étude, par l’Office National de la Recherche Géologique et Minière, ont mis en évidence d’importants gisements de substances utiles non métalifères : calcaires, grés, argiles, marbres, etc. Toute fois, la mise en valeur de ces potentialités, très faiblement exploitées dans leur état actuel, nécessite des travaux plus approfondis afin de mieux connaitre les reserves et de déterminer les conditions nécessaires pour une exploitation rentable et soucieuse de l’environnement. Les principaux gisements et indices, qui offrent un intérêt, sont présentés dans le tableau qui suit :

CENEAP

143

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou
Communes Draa B. Khedda Localisation du gisement 03 à l’est de DBK Indice (i) Gisement (g) D.B.K (g) Subtance minérale Argile Réserve estimée (106 tonnes) 13 Accessibilité Opportunité d’exploitation Avis défavorable de la commission de wilaya Les propriétaires du terrain sont en justice avec l’administration Suceptible d’être exploité après exploration Avis défavorable de la commission de wilaya Site octroyé à l’entreprise E.C.O Necessite prospection une

Tirmitine

10 Km au sud de Azemour Tizi riem (i)

oume- Argile

Illimitée

favorable

S. Naamane

05 Km au nord- Aoucha (i) ouest de DBK 03 Km au nord- Tablabat (i) est de L.N. Irathen 100 m du village Boudjeha (i) Boudjeha A l’est de souk souk Larbaa (i) Larbaa

Argile

3,5

favorable

Ait Oumalou

Marbre

8,2

-

Pegmatite Pegmatite

Non évaluées Non évaluées

favorable favorable

CENEAP

144

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou (suite)
Communes Ait Toudert Localisation gisement du Indice (i) Gisement (g) Subtance rale Calcaire miné- Réserve estimée (106 tonnes) Non évaluées Accessibilité Défavorable Opportunité d’exploitation Avis défavorable de la commission de wilaya Attribué à SARL ATRB la

A 06- Km au sud- Tikourabine (i) ouest de Ouacif A 02 Km à l’est Kouriet (I-carrière) d’Aougni Gueghrane

Calcaire

Très importantes

Favorabe

Ifigha

05 Km N-E Ifigha 02 Km S-E Ifigha 05 Km S-E Ifigha

Moknea (i)

Grés quartzeux

illimitées 10 05 07 Importantes

favorable Favoable Favoable Favoable

Contrainte environnementale Contrainte environnementale Contrainte environnementale Contrainte environnementale Exploitation E.B.T.F par

Tabourt N’ait De- Grés siliceux gane (i) Challam (i) Grés siliceux Grés siliceux Argile

13 Km S-E Azaz- Aourir ga Fréha 02 Km Ouest de Fréha (G-carrière) Fréha

CENEAP

145

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou (suite)
Communes Localisation gisement 03 Km Boghni est du Indice (i) Gisement (g) de Boghni (i) Subtance rale miné- Réserve estimée (106 tonnes) 02,5 Favorable Accessibilité Opportunité d’exploitation Site foestier

Assi Youcef

Grés quaartzeux

06,5 Km de Mech- Ait Houari (i) tras

Calcaire

10

Peu favoable

Domaine du parc national du Djurdjura Domaine du parc national du Djurdjura Octryé à la SARL Tala Silice

05 Km au S-E de Timzit (i) Mechtras

Calcaire

13

Favorabe

Bounouh

02 Km S-0 de Oued Borni (G- Grés siliceux Boughni carrière)

10

Conditions minières peu favorables -

Larbaa Nath Ira- 04 Km au Nord de Abouda Bouda (i) then L N Irathen 04 Km de Larbaa L N Irathen (i) Nath Irathen A l’entrée de Lar- Azzouza (i) baa Nath Irathen 03 Km de Larbaa Agmoun Melzem Nath Irathen

Pegmatite

Non évalées

Attribué à la SARL Faïencerie Intérét moyen

Pegmatite

Non évalées

Peu favoable

Pegmatite

Non évalées

favoable

Contrainte environnementale Intérét moyen

Pegmatite

Non évalées

Peu favoable

CENEAP

146

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou (suite)
Commune Localisation gisement du Indice (i) Gisement (g) Subtance rale Gneiss miné- Réserve estimée (106 tonnes) 16 Peu favorable Accessibilité Opportunité d’exploitation Intérêt moyen

Ait Agoucha

A 07 Km au N-O A Melzem (i) d’ A. E. Hammam A 08 Km au S-E Bouzahir (i) de Mekla A 04 Km au Sud Icharidhen (i) et à 03 Km de Larbaa N. Irathen

Gneiss

2

Favorable

Prospection cessaire

né-

Gneiss

2

Favorable

Domaine forestier et privé

Irdjen

A l’’entrée d’Irdjen

Irdjen (G-carrière)

Argile

Importantes

Favorable

Exploité EPRC Exploité EURL

par

Ait Yahia Moussa

A 10 Km au nord Oued KSSARI (G- Marbre de D EL Miizan carrière) A 10 Km au nord Azrou (i) de D EL Miizan A 14 Km au N-O Tala Nait Amar (i) de D EL Miizan Marbre

Non évaluées

-

par

12,5

Favorable

Attribué à la SARL EMTRPAF Intérêt moyen

Marbre

Non évaluées

Peu favorable

CENEAP

147

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou (suite)
Commune Localisation gisement du Indice (i) Gisement (g) Subtance rale miné- Réserve estimée (106 tonnes) 8 Favorable Accessibilité Opportunité d’exploitation Domaine du parc national du Djurdjura Domaine du parc national du Djurdjura Exploité par EURL ETPBC Intérêt moyen

boudraren

1 Km N-E Tizi N’ Tabourt Bouzguer Calcaire Kouilal (i)

33 Km S-E TIZI Tizi Tirkabine (i) Ouzou

Calcaire

Non évaluées

Peu favorable

15 Km S-O Ain El Bouadnane (g) Hammam Mizrana 30 Km N-E Tizi El Kala (i) Ouzou 3 km est Tigzirt Cap tedlès (g)

Calcaire

15

Favorable

Grés quartzeux

Non évaluées

Peu favorable

Iflissen

Grès quartzeux

9

favorable

Attribué SARL Faïenceries Exploité par MEDITRAM Domaine forestier et privé

13 Km est Tigzirt

Zegzou (i)

Grès quartzeux

3

Favorable

02 Km S-O Tigzirt

Tigzirt (i)

Argile

Importantes

Favorable

CENEAP

148

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou (suite)
Commune Localisation gisement du Indice (i) Gisement (g) Subtance mi- Réserve estimée nérale (106 tonnes) Calcaire 10 Accessibilité Opportunité d’exploitation Contrainte environnementale Contrainte environnementale Contrainte environnementale Contrainte environnementale Contrainte environnementale Contrainte environnementale

Ait Bouadou

07 Km S-O de Tizi Ait Amar I (i) N’tlata S-O du village Ait Ait Amar II (i) Amar 09 Km Ouest de Ibadissen I (i) Tizi N’tlata 09 Km Ouest de Ibadissen II (i) Tizi N’tlata 06 Km Sud de Tizi Ait Yerrane (i) N’tlata

Favorable

Calcaire

13

Favorable

Calcaire

2

Favorable

Calcaire

Continuité d’Ibadissen I 20

Favorable

Calcaire

Favorable

Agouni hran

Gueg- 05 Km S-E des Agouni Gueghran (i) Ouadhias

Calcaire

Massif 1000m de Favorable long sur 200 m de large 3 Favorable

Ouadhias

05 Km au sud de Ait El Kaid (i) la ville des Ouadhias

Calcaire

Contrainte environnementale

CENEAP

149

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou (suite)
Commune Localisation gisement du Indice (i) Gisement (g) Subtance minéra- Réserve le timée es- Accessibilité Opportunité d’exploitation

(106 tonnes) Illiten 500 m au nord du Tirrourda (i) col de Tirourda 10 Km S-E de Ain Azrou Tidjer El Hammam carrière) 8Km S-E de Bou- Beni Zikki (g) zeguene N.E de guene Bouze- Bouzeguene (i) Calcaire que (G- calcaire dolomiti- 16 Favorable Domaine du parc national du Djurdja Domaine du parc national du Djurdja Opposition de la population Intérêt moyen

Iferhoumen

Impoortantes

Favorable

Beni Zikki

Calcaire

Illimitées

Favorable

Bouzeguene

Grès

Non évaluées

Peu favorable

3 Km N-E Bouzeguene Mekla

de Bouzeguene

Argile

Non évaluées

favorable

Prospection cessaire Attribué SARL à

né-

02 Km Sud de Mesloub (g) Mekla

Marbre

Importantes

favorable

02

CENEAP

150

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Tizi Ouzou (suite)
Commune Localisation gisement du Indice (i) Gisement (g) Subtance minéra- Réserve le timée es- Accessibilité Opportunité d’exploitation

(106 tonnes) Ait Khellili 500 du village Agoulmime (g) Agoulmime 10 Km S-E Mekla Tizi Bouamane (g) Marbre Importantes favorable Exploité par l’ENAMARBRE Exploité par COSIDER (à l’arrêt) Prospection cessaire Prospection cessaire né-

Marbre

3,3

favorable

10 Km à l’est de Akerou (i) Larbaa N Irathen Ait Mahmoud 18 Km de Tizi Tizi tlakht Ouzou 14 Km à l’ouest Ait R’houna (g) d’Azzefoun

Pegmatites

Non évaluées

Favorabe

Pegmatites

Non évaluées

Favorabe

né-

Azzefoun

Grès siliceux

14

Favorable

Attribué à MEDITRAM (remise en état des lieux)

Source : DMI TIZI OUZOU

CENEAP

151

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CARRIERES EN ACTIVITE DE LA WILAYA DE TIZI OUZOU Commune Ait Kellili Irdjen Fréha Mekla Lieu dit Agoumime Bouilef Fréha Tighilt Tamokrant Mesloub El Maharoun Draa Ben Khedda Mouldiouane Thilioua M’kira Iflissen Ait Yahia Moussa ASSI Youssef Illoula oumalou Bouaita Zegzou Tafoughalt Boghni Boudjaafar Raison sociale ENAMARBRE EURL ALTEC EBTF Eurl SARL SMCMG Eurl SARL TIZI Brique SARL D.B.K-MAT SARL TUFEAL MEDITRAM EURL SPA CAAD SNC IBARAR
Source : DMI TIZI OUZOU 2007

Substance exploitée Marbre Argile Argile Calcaire-marbre Marbre Calcaire métamorphique Tuf Argile Feldspath Grès Marbre Calcaire Calcaire

CENEAP

152

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CARRIERES AGREES (EN COURS D’INSTALLATION ET A CONTRAINTES) DE LA WILAYA DE TIZI OUZOU (31-12-2006) Commune Beni Zekki Ait Khellili Sidi Naamane Ait Oumalou Ait Toudert Lieu dit El Djemaa N’Tizi Ait Mansour Tamrabet Ighil Bouhmama Kouriet Tizi Mellal Bounouh Tizi Ouzou Tala Oulili Bute Boukhalfa Raison sociale SPA SARL SCAC EURL ETPBC EPE E.C Ouest SARL ATRB SARL SARL TALA Silice EURL T.CERAMIQUE Substance exploitée Calcaire Calcaire métamorphique Calcaire Feldspath Calcaire Calcaire Grès siliceux Argile Observations Opposition des citoyens Opposition des citoyens Opposition des citoyens Projet non démarré Projet non démarré Projet non démarré Acquisition du matériel en cours Mise en service prévue Mai 2007 Mise en service prévue fin 2006

Illoula Oumalou

Ainsar oukermoudh

SARL Promo Azzazga
Source : DMI TIZI OUZOU 2006

Calcaire

CENEAP

153

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

WILAYA DE BOUMERDES (Source : Carte nationale des substances utilespour les matériaux de construction (ANAT) Produit pour Dénomination Coordonnées du gisement X Y Ciment Haouch Ouali 592,20 392,60 (argile) Réserves prévisibles ? Valeur et recommandation Référence doc EREM Le chantier est prometteur pour la prospection des argiles carbonatées utilisables dans la cimenterie Prospection détaillée faite en 1970 Prospection faite par la SNMC Les habitants du lieu exploitent les calcaires comme pierre de taille Le gisement n’est pas prospecté. Roches métamorphiques exploitées par la Sonatro pour le revêtement de routes Gisement de basalte non prospecté Rapport des résultats des travaux d’inventaires et de révision réalisés dans le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou (1978)

Briques et tuiles (argile)

Bordj Ménaiel Bordj Ménaiel

589,10 587,70 600,30

380,90 381,00 375,00

28,15. 106T 13.106T 10.106T

Pierre de Timeserit construction (pierre de revêtement) Cap Djinet

590,10

395,40

Cap Djinet

591,30

397,50

CENEAP

154

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CARRIERES EXPLOITEES WILAYA DE BOUMERDES (31-12-2006) Exploitant SONATRO SARL ETRHB MEDITRAM Site El Mahdjar Djinet Djinet Commune Djinet Djinet Djinet Substance Agégats Agégats Agégats

Source : DMI (monographie de wilaya)

Wilaya de Bouira Substance utile Argile Dénomination Coordonnées de l’indice X Indice d’argile 589,047 d’Aomar 1 Indice d’argile 593,00 d’Aomar 2 Indice d’argile 591,309 d’Aomar 3 Utilisation pratique Y 346,304 Argiles Matière auxilière et grises ajout dans les ciments 354,844 Argiles très bleuâtre Favorable Production de briques et tuiles 356,499 Argiles très brunâtres L’indice est relié à Production de brila commune par un ques et tuiles cheminin vicinal en mauvais état 355,208 Argiles très bleuâtre Favorable Production de brià brunâtres ques et tuiles Source : Monographie de la wilaya (DMI) Nature Conditions Technico-minière marneuses Favorable

Indice d’argile 597,788 d’Aomar 4

CENEAP

155

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Béjaia Produit pour Dénomination Coordonnées du gisement X Y Briques et Béjaia 1 710,10 383,80 tuiles (argiles) Réserves prévisibles Valeur et recommandation Le gisement n’est pas prospecté. L’accroissement des réserves est possible Référence doc EREM Notice explicative pour la carte de gisements utiles non métallifère de la wilaya de Béjaia 1977

Exploitée autrefois pour la production artisanale de briques et tuiles 6 3 El Kseur 694,90 378,20 1,9.10 m Il est possible d’accroître les réserves Pierres de Akbou 664,50 350,80 Importantes Le gisement est assez construction prometteur et agrégats Adekar 677,00 378,70 Présente de l’intérêt pour la pierre à batir Source : Carte nationale des substances utilespour les matériaux de construction (ANAT)

Béjaia 2

708,70

386,60

CENEAP

156

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

L’aire de l’étude dispose d’un énorme potentiel en gisements et indices de substances utiles pour les matériaux de construction et agrégats. Ces ressources sont actuellement sous exploitées et pourraient de ce fait offrir des opportunités dans le cadre du développement local, de la création de l’emploi et de la diversité des activités. Toutefois, leur valorisation suppose souvent des études d’évaluation plus précises (études technico-économiques) et impérativement des études d’impact sur l’environnement car non seulement les zones de montagnes sont des espaces sensibles, mais aussi elles représentent des sites paysagers de premier ordre pour la détente et le tourisme. 5.5. Les ressources patrimoniales et touristiques L’aire du massif du Djurdjura recèle d’énormes potentialités et atouts touristes, qui, préservées et valorisées, pourraient non seulement contribuer au déveoppement local intégré et à la création d’emplois mais aussi à faire connaitre la région en véhiculant une image d’une région touristique merveilleuse et accueillante. 5.5.1 Les sites naturels et paysagers Région de montagnes surplombant au nord la mer Méditerranée, le massif du Djurdjura abrite de luxuriantes forêts et sites pittoresques ainsi que de nombreuses corniches et plages d’une rare beauté, qui constituent une véritable richesse et un gisement favorable au développement de l’écotourisme. On cite principalement : • Une côte sauvage très escarpé et relativement préservée, qui offre d’énormes possibilités d’investissement : plages de : Djinet, Tigzirt, Azzefoun, béni Ksila et Béjaia ; • Les forêts, dont la diversité paysagère varie en fonction de l’altitude et des étages bioclimatiques : o Les forêts du domaine littoral : Forêts de Djinet et de Mizrana, Forêts de Beni Djenad et de Tigrine – Boukhrouf, forêts des Mzala et de Bou Hattem, o Les forêts du domaine sublittoral : Forêts de Sidi Ali Bounab, forêts de Boumahdi, de Tamgout, et de Yakouren et Akfadou, o Forêt de haute montagne : Forêt d’Aït Oubane (forêt de cèdre faisant partie du Parc naturel du Djurdjura). • Les sites pittoresques et curiosités géologiques particulières au Djurdjura : La zone humide du lac Goulmim Tassereft : Puits de neige; Agounis : couloir Karstique; Les cavités verticales du Djurdjura central où se localisent les gouffres d’Assouil et d’Iflis, qui atteignent une de profondeur dépassant les 1000 mètres.

CENEAP

157

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• • -

Ain El Hammam : beau panorama sur les sommets majestueux du djurdjura : Timedouine et Lala Khedidja Col de tirourda reliant Ain El Hammam à Akbou Talaguilef et yakouren : stations de montagne équipées pour l’hébergement et la restauration ; Tikjda : station de sport d’hiver. Les sites pittoresques et curiosités géologiques du Gouraya la crête de djebel de gouraya, le pic des singes, le cap carbon, la baie des aiguades, la corniche du grand phare, la pointe des salines, la pointe noire, l’île des pisans, la cote ouest. La grotte d’Alli Bacha, La grotte des pirates, Le grand abri des aiguades, Le tumulus du pic des singes. Les sites historiques de Gouraya (parc national de Béjaia) Le fort de gouraya, la muraille des hammadites, le marabou de sidi Touati, le marabou de Sidi aissa, l’anse des aiguades, l’anse de Tamalahte, le bois sacré, le bois des oliviers, Sidi yahia, le plateau des ruines du fort Lemercier, la tour Doriacfort closel, le mausolée de lalla yamena, le cap bouak l’île de pisans.

• Les sites archéologiques : La présence de l’homme dans l’aire de l’étude remonte à l’aube de l’humaité, comme en témoigne les vestiges archéologiques présentés dans la brochure « Tizi Ouzou terre de voyage » o Sites de Zaouia à Tamda, remontant à lère du Paléolitthique ancien (Pebbleculture, remontant à 2,5 millions d’années) qui a connu la période de l’apparition des premières formes humaines et la production des premiers outils tel que les galets aménagés ;

CENEAP

158

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

o Traces du paléolitique inférieur (Acheulien : 350 000 - 100 000 ans) à Tissira n’Tmazirt, Sidi Kaled,… o Sites de Thala Bouzrou, Azzefoun, Thala Maïche …, grottes remontant au Paléolitthique moyen (100 000 – 25 000 ans) Par ailleurs, plusieurs sites archéolgiques et monuments sont répertoriés au niveau de l’aire de l’étude. Sites archéologiques et monuments historiques Tizi Ouzou Dellys Tigzirt Mausolée romain vestiges de ville antique (Rusuccuru la romaine) ; Casbah turque

antique petit port de la ville romaine de Lomnium ; Vestiges de thermes Larba Nath Irathen Fort Napoléon Tazaghart, Sébaou, Boghni Bordjs témoignant de la présence turque et Tizi ouzou Béjaia Antique Saldae romaine et seconde capitale hammadite après la Kalaa (1067) Ruines romaines : vestiges et remparts, grande citerne, sépultures et tombes antiques ; Bab el bahr : seul vestige de l’art hammaditedont les palais ont totalement disparu Casbah : élevée au xvi siècle, lorsde l’occupation espagnol Fort moussa (dit fort Barral) construit au xvi siècle par Pédro Navarro Reste d’enceinte fortifiée de la porte Foukka

5.5.2 Le potentiel thermal II est constitué de plusieurs sources thermales réputées pour leurs vertus thérapeutiques. Les deux les plus connues sont : Hammam Salihine, situé à la limite est de la wilaya de Tizi Ouzou. Cette station thermale très féquentée par les populations de la région est dans un état précaire et demande à être rénové,

CENEAP

159

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

Hammam Silane, situé dans la commune de Tifra, lui aussi nécessite d’être rénover et mieux connu.

5.5.3 Le potentiel artisanal Dans la région, l’artisanat est surtout pratiqué au niveau familial et porte sur une production riche par sa diversité. Bien qu’ils aient connu un grand recul au cours de ces dernières décennies, malgré le soutien de l’Etat, les produits de l’artisanat kabyle continuent à se distinguer par la qualité de leur travail et de leur valeur artistique, qui font d’eux souvent de véritables œuvres d’art. La région est réputée principalement par : Les bijoux de Beni yenni, faits d’argent orné d’émaux et de corail ; Les poteries décorées de motifs géométriques noir et rouge sur fond blanc (les Ouadhias, Maatkas et Mechtras) ; L’ébénisterie, en particulier les coffres délicatement ouvragés et les gassâs ; Les tentures et autres couvertures aux couleurs vives ; Les burnous et gandouras à caractère typiquement kabyles ; La tamisserie et la sellerie (région des Ouacifs et à un degré moindre Draa El Mizan) ; La vannerie (Djemaa Saharidj

Les activités artisanales, sources de revenus non négligeables en milieu rural, constituent un appui considérable au développement du tourisme et doivent être de ce fait soutenues et promues. 5.5.4 Le patrimoine culturel En plus des atouts et potentialités qui viennent d’être énumérés, l’aire de l’étude recèle un patrimoine immatériel inestimable grâce à ses us et coutumes, traduites par des fêtes traditionnelles et religieuses propres à chaque localité ou village. Ces traditions doivent, dune part se perpétrer pour la sauvegarde de la mémoire de la région et d’autre part être valorisées au titre d’atouts touristiques. A ce titre la Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a engagé des études études pour des opérations de restauration et de réhabilitation des sites et monuments historiques : - Tigzirt : étude pour les travaux de restauration du site de Tigzirt ; - Boghni : étude pour la restauration de la forteresse turque ; - Tizi Ouzou : étude pour la réhabilitation et la convertion de la maison des Ait Kaci en musée ; - Larbaa N’At Irathen : étude et restauration de la maison de ABANE RAMDANE - Souk Lthnine : étude et restauration de la Zaouia SIDI ALI MOUSSA

CENEAP

160

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.5.5 Conclusion De par la richesse de sa composante paysagère et de son patrimoine historique, culturel et architectural, l’aire de l’étude offre des opportunités intéressantes pour le développement d’un tourisme varié combinant entre : le tourisme balnéaire, grâce aux plages à l’état naturelles qui s’étendent de Djinet à Béjaia ; le tourisme de montagne, grâce aux forêts littorales et interieures (Yakouren, d’Akfadou, parc naturel du Djurdura et sa cédraie, parc naturel de Gouraya, etc.) le tourisme cultuel, grâce aux monuments et sites archélogiques et monuments historiques, villages kabyles, artisanat et fêtes traditionnelles, etc.

-

-

Ce riche potentiel est actuellement insuffisamment connu et peu exploité, sa valorisation dans le cadre d’un tourisme local, et pourquoi pas international, pour s’averrer une solution pour sa préservation et une source d’emploi non négligeable pour une région qui en a fortement besoin et qui est reconnue pour son hospitalité. Pour ce faire, il y a lieu d’identifier spatialement toutes les potentialités et de définir les priorités en matière d’aménagement. 5.6 La biodiversité (base d’information : rapport sur l’état et l’avenir de l’environnement MATET 2005) Sur le plan de la biogéographie (division biogéographique de l’Algérie « QUEZEL et SANTA 1963 »), les zones de montagne du massif du Djurdjura s’inscrivent dans : La région méditerranéenne ; Le domaine maghrébin méditerranéen ; Le secteur kabyle et numidien ; Le sous secteur de Grande Kabylie.

Situées sur la chaîne de montagnes de l’Atlas tellien (partie centre-est), bien arrosées (étage bioclimatique humide à subhumide favorable), et bénéficiant d’un couvert naturel appréciable, les zones de montagne du Djurdjura se distinguent par la diversité de leurs milieux physiques et naturels, composés : Au nord, par une bande côtière alliant entre mer et montagne (plus de 100 Km de côte surplombés par des massifs côtiers à falaises très abruptes), plaines et vallées (étroites plaines littorales traversées par les oueds côtiers), plages et forêts (plages bordées de forêts) ; Au centre, l’étage intermédiaire, séparant la bande côtière des monts du Djurdjura. Il est composé principalement des monts de Grande Kabylie et des vallées creusées par l’oued Sébaou et ses affluents ; Au sud, le massif calcaire du Djurdjura se dresse majestueusement comme toit de la Kabylie

-

-

CENEAP

161

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

L’étagement du relief, l’étagement des précipitations, et, la multiplicité de milieux physiques et naturels, font que l’aire de l’étude présente une diversité biologique des plus riches au niveau national, présentant même un intérêt au niveau mondial. D’une manière générale l’aire de l’étude se distingue par ses écosystèmes très diversifiés : marin, littoral, montagnard et forestier, et ses paysages pittoresques (falaises, pics montagneux, vallées et forêts naturelles. Considérée comme domaine naturel du singe Magot, elle est le refuge d’une multitude d’espèces faunistiques composées de mammifères, oiseaux, reptiles, etc., parmi lesquelles certaines ont disparues (Lion de l’Atlas, Panthère du Maghreb, Hyène tachetée, l’ours brun, le mouflon à manchettes…) et d’autres sont menacées de disparition (voir détail dans la présentation des parcs naturels du Djurdjura et de Gouraya). Ces zones abritent aussi une flore exceptionnelle, composée de prés de 1100 espèces dont les plus connues sont le Cèdre du Djurdura et le chêne liège des massifs côtiers (voir détail dans la présentation des parcs naturels du Djurdjura et de Gouraia). Par ailleurs, ces zones abritent un patrimoine composé de cultivars locaux et d’espèces animales domestiques menacés de disparition. A titre d’exemple, on cite : - La vesce de Kabylie (disparue) ; - La féverole de Sidi Aïch (difficile à trouver) ; - Le figuier, l’olivier, le cerisier et la vigne, sont entrain de subir une forte érosion génétique, pour diverses raisons. Les variétés les plus répondues dans la région sont : Avounhvoul, Azendjar, Thaghanimt, Aghanim, Thazougaght, Taamriout, Zit el khadem, Thavakourt, thavlout, Thaghlit, Tachtouit, Thadjendjalt, Alekak, Azendjar boughioul, Iguersenane, Thamsast, Avoulil, pour le figuier ; Assaradj, Achemlal et Ayemal, pour l’olivier ; Thakourent, variété duret précoce, et, Afekhfakh, Variété tendre, pour le cerisier ; Lahmar vouamar, Laamali, Thivarkanine, oul bouzguar, Azvarvar, Laadhari, pour la vigne. La race bovine locale, qui cède la place aux vaches d’importation, etc.

Afin de la protéger et surtout de la préserver cette biodiversité, deux sites ont été érigés en parcs protégés : le parc national de Gouraya et le parc national du Djurdjura. A eux seuls, ils résument la diversité biologique et paysagère de l’ensemble des zones de Kabylie. 5.6.1 Le parc naturel de Gouraya, wilaya de Béjaia (Source d’information : Notice de présentation du parc). Crée par décret N° 84.387 du 03 novembre 1984, et cl assé en 2004 comme réserve de biosphère par l’UNESCO, le parc national de Gouraya couvre une étendue de 2080 ha située sur le massif montagneux qui surplombe la ville de Bejaia. Il fait parti de la chaîne côtière faite de corniches et falaises adossées à la mer sur une longueur de 11,5km.

CENEAP

162

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

De par la richesse de sa biodiversité, la splendeur de ses sites paysagers et leur caractère historique, la beauté architecturale de ses monuments, le parc national de Gouraya renferme un patrimoine exceptionnel qu’il est impératif de protéger et de préserver. • Diversité floristique

Le parc naturel de Gouraya se distingue par une flore remarquable et très diversifiée. Il abrite prés de 460 espèces végétales communes aux régions siliceuses méditerranéennes, dont certaines sont rares et spécifiques à la région. Parmi ces espèces on rencontre 150 aux vertus médicinales (Ricinus communis, Anthillus vulniraria, myrtus communis) et 35 spécifiques aux zones humides (populus alba, populus nigra, et typha angustifolia). Les espèces floristiques endémiques et rares répertoriées sont principalement : - Euphorb arborescente ; - Euphorbia dendroides ; - lithosspermum rosmarinifolium ; - Buplevre à feuilles larges ; - Buleurum plantagineum, • Diversité faunistique :

Bien que plus connu par son singe Magot (Macaca sylvanus), dont il constitue l’aire naturelle par excellence, le parc national de Gouraya abrite une faune des plus variée, composée de: Mammifères, dont 13 espèces ont un statut national (Hystrix cristata, Canis aureus algeriensis, GenetteGenettagenetta, Herpestesichneumon) ou international (Balaneoptera, Acustorostata, Monachus monachus) ; Avifaunes, dont 33 espèces sont d’importance nationale (Cormoran huppé Phalacrocorrax aristotelis, Martin pêcheur Alcedo atthis, Chardonneret élégant Carduelis carduelis, Serin cini Serinus serinus, Chouette hulotte Strix aluco, etc.). Le parc national de Gouraya est considéré comme un véritable sanctuaire ornithologique favorable aux oiseaux sédentaires ou migrateurs. Entomofaunes : 420 espèces répertoriées, dont : o 36 appartenant aux groupes de Rhopalocères et Hétarocères o 19 protégées (Mantis religieuse, carabus morbulusus, cataglyphis bicolor, Vanessa atallanta, polymmatus icarus, Ipficlides podalirius, gonepteryxe rhamani).

-

-

CENEAP

163

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

164

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

5.6.2 Le parc naturel de Djurdjura : Wilayas de Tizi-Ouzou et Bouira (Source d’information : Notice de présentation du parc) • Historique :

1854 : Les premières exploitations botaniques du Djurdjura par des médecins militaires français ; 1925 : Création à des fins touristiques du parc du Djurdjura par décret du gouvernorat d’Alger n° 48-74 du 08.09.1925 ; 1983 : Création du parc national de Djurdjura par décret présidentiel n° 83-460 du 23 Juillet 1983 ; 1997 : Classification en réserve mondiale de Biosphère par l’organisme (MAB) de l’UNESCO • Cadre géographique :

Le parc national de Djurdjura couvre une étendue de 18.550 ha, située sur le massif du Djurjura, à cheval entre deux Wilayas : Tizi-Ouzou, au Nord, et, Bouira, au Sud. Sur le plan physique, il correspond : A l’Ouest : au massif occidental de HAIZER : 2.194 m d’altitude. Au Centre : au massif central : l’AKOUKER : 2.305 m d’altitude. A l’Est : au massif oriental : LALLA KHEDIDJA : 2.308 m d’altitude.

De par la richesse de sa biodiversité, la splendeur de ses sites paysagers et leur caractère historique, le parc national de Djurjura renferme un patrimoine exceptionnel, qu’il est impératif de protéger et de préserver. • Diversité floristique :

Le parc national du Djurdjura comporte 04 stations d’espèces végétales caractéristiques du Djurdjura : La station à Erables d’Ait Ouabane ; La station à laurier noble à Tala Guilef ; La station à pin noir à Tikjda ; La station au genévrier sabine de l’Akouker.

Avec prés de 1.100 espèces répertoriées ((Quezel et Santa : 1962), la flore du Djurdjura représente le (1/3) de la flore algérienne. Elle est composée de : o o o o o o 35 espèces endémiques au Djurdjura, parmi lesquelles on cite : Hyprochoeris robertia Bunium chaberti Hieracium humile Hypericum hirsutum Juniperus sabina Linaria virgata ssp.calycina
CENEAP

: Très rare, Lalla Khedidja : Très rare, Lalla Khedidja. : Rarissime, Haizer : Très rare, Azerou Tidjer : Très rare, Akouker : Très rare,
165 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

o Alopecurus gerardi o Romulea battandieri o Spergularia campestris • -

: Très rare, : Très rare, Agounis Haizer, : Très rare, Agounis Boussouil.

70 espèces très rares ; 145 espèces rares ; 33 espèces protégées, soit 14,60 % des espèces protégées en Algérie ; 38 espèces de champignons ; 52 Espèces de lichens ; 111 espèces médicinales. Diversité faunistique Les mammifères : 25 espèces recensées dont : o 1 espèce probable : le serval (Felis serval) ; o 1 espèce rarissime : le lynx caracal (Lynx caracal algerius ) ; o 1 espèce rare : hyène rayée (Hyena hyena) ; o 1 espèce assez rare : le chat sauvage (Felis sylvestris) ; o 4 espèces ont disparues :

L’ours brun : (Ursus arctos), la datation au C14 remonte aux époques vandale (429-533) et byzantine (534-647) ; Le mouflon à manchettes (Ammotragus Larvia) ; depuis très longtemps. Le Lion (Felis Leo) ; La panthère (Pardus Leo). Les autres espèces sont, dans leur majorité, abondantes. L’avifaune : 121 espèces recensées dont :

o 67 espèces sédentaires ; o 47 espèces migratrices ; o 02 espèces probables : Cinclus cinclus (Cincle plongeur) Tordus torquatus (merle à plastron). o 01 espèce accidentelle : Falco pelegrinoides (faucon de Barbarie) ; o 05 espèces sont rarissimes : Gypaète Barbu : Gypaetus barbatus ; Vautour moine : Aegypius monachus ; Tchagra à tête noire : Tchagra senegala ; Bec-croisé des sapins : Loxia curvirostra ; Coucou geai : Clamator glandarius • Les autres espèces répertoriées : 17 espèces de reptiles ; 05 espèces de batraciens ; 04 types des myriapodes ; Des mollusques 218 espèces entomofaunes appartenant 09 ordres :

CENEAP

166

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Ordre des lépidoptères : familles et 99 espèces dont 26 espèces non identifiées. Ordre des coléoptères : 07 familles et 40 espèces dont 15 non identifiées Ordre des homoptères : 01 famille et 14 espèces. Ordre des hyménoptères : 09 familles et 17 espèces dont 02 non identifiées. Ordre des orthoptères : 02 familles et 17 espèces. Ordre des hemyptères : 04 familles et 04 espèces Ordre des diptères : 01 famille et 15 espèces dont 14 non identifiées. Ordre des nevropteres : 01 famille et 01 espèce. Ordre des arachnides : 02 familles et 10 espèces

CENEAP

167

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CENEAP

168

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

VI. LES RISQUES NATURELS ET AUTRES MENACES SUR L’ENVIRONNEMENT 6.1. Les risques naturels Parmi les risques naturels les plus menaçants, il y a lieux de citer : les séismes, l’érosion sous ses différentes formes et les inondations. 6.1.1 La sismicité Les zones de montagne du massif du Djurdjura, à l’image de l’ensemble de la chaîne de montagnes de l’Atlas tellien, relève du domaine du plissement alpin où l’activité tectonique est importante et implique un risque sismique. Toutefois, comme le montre la carte sismicité historique, dressée par le MATET en 2003 et présentée ciaprès, la zone de l’étude, contrairement aux autres wilayas wilayas littorales du centre, qui subissent des séismes de très forte intensité, est située dans une zone à faible intensité sismique, En absence d’études précises sur la région, il est difficile de se prononcer sur le niveau de risque. Toutefois, à titre préventif, il est recommandé de respecter la réglementation nationale parasismique en vigueur et de mettre en application les normes qui en découlent.

CENEAP

169

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

6.1.2 Les inondations Les inondations figurent parmi les catastrophes naturelles les plus fréquentes en raison de leur caractère imprévisible.Compte tenu de son caractère excessivement montagneux et des précipitations appréciables qui se déversent sur elle, l’aire de l’étude est soumise à des inondations répétées, d’intensité plus ou moins importante, dont les conséquences se traduisent souvent par la dégradation des voies de communication, l’inondation des terres agricoles occupant les dépressions et terrasses d’oueds, et voire parfois par l’inondation de certaines agglomérations et mechtas avec comme conséquence la perte de vies humaines. Ces inondations résultent de pluies torrentielles dont les effets sont souvent amplifiés par les facteurs naturels du relief, et d’autres facteurs liés à une urbanisation anarchique (construction en zones inondables) et non maîtrisée (absence ou non entretien des réseaux d’assainissement), etc. Bien que ne disposant pas de statistiques précises, l’analyse du milieu physique nous permet d’émettre quelques hypothèses sur les zones qui présentent un risque à ce genre d’aléa naturel. Ces zones correspondent généralement aux vallées, dépressions et plaines côtières. On cite principalement les zones de dépression situées au niveau des communes ci-après : Zones de piémonts et contiguës Béjaia Tazmalt Béjaia Akbou Oued Ghir Beni Ksila Ifelain Ilmathen Sidi Aich Leflaye Bouira Tizi Ouzou Tizi Ouzou Draa Ben Khedda Mekla Tizi Rached Tadmait Souamaa Freha Irdjen Sidi Naamane Ouaguenoun Tirmitine Azeffoun Boumerdes B menaiel Isser Sidi Daoud Baghlia Djinet Ben Choud Dellys Nacria

Zones de moyenne montagne (étage inférieur). Béjaia Bouira Tizi Ouzou El Kseur M’echdalla Ait Chefaa El Adjiba Chorfa Haizer Aomar

Boumerdes

CENEAP

170

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

A titre indicatif, les pluies exceptionnelles qui se sont abattues durant les quatre derniers jours du mois de Mars 1974 sur la région algéroise et plus particulièrement sur la wilaya de Tizi Ouzou ont favorisées la formation de crues importantes, qui se sont traduites par les faits suivants: Un milliard de m3 a ruisselé sur les bassins côtiers algérois ; L’oued Sebaou, à Baghlia, a dépassé le débit 3000 m3 /seconde durant 15 heures et a rejeté à la mer plus de 6 milliards de tonnes de sédiments : Le bilan des dégâts a été évalué pour la seule wilaya de Tizi Ouzou à : 52 morts, 4570 habitations détruites, 18 000 sinistrés, 13 ponts et de nombreuses routes endommagés.

Bien que des épisodes pluviométriques d’une telle intensité soient rares et exceptionnels, il est impératif de prendre les mesures préventives nécessaires pour endiguer soit peu leurs effets dévastateurs. A cet effet, il est recommandé Le respect des instruments d’urbanisme là où ils existent ; Le bannissement des constructions en bordure des oueds et sur fonds de dépressions ; L’entretien des réseaux naturels et artificiels des écoulements des eaux pluviales; Le traitement des bassins versants dénudés, etc.

6.1.3 L’érosion des sols L’érosion est un phénomène qui résulte des facteurs naturels, mais qui peut aussi être le résultat des activités humaines.L’érosion des sols au niveau des zones de montagne du massif du Djurdjura est avant tout de type hydrique. Elle à pour causes principales : Le climat. En effet, la conjugaison d’un climat local, carctérisé par des précipitations de très forte intensité et à répartition irrégulière, à un relief escarpé, favorise le processus d’érosion des sols, notamment quand ces derniers ne sont protégés par un couvert végétal pérenne ; La pratique de techniques culturales inadaptées aux spécificités du milieu naturel local :

-

-

Pratique de la céréaliculture sur des terrains à forte pente et sensibles à l’érosion ; Labours dans le sens des courbes de niveau ; Utilisation d’un matériel agricole inadapté (outils à dents) ; La déforestation ; Le surpâturage, etc.

L’érosion apparente se présente de façon diffuse et peu marquée. La lutte contre l’érosion et la désertification des sols au niveau de l’aire de l’étude devra être focalisée en priorité sur les reliefs non boisés des :

CENEAP

171

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

vastes affleurements sur la route reliant Dellys à Tizi-Ouzou de marnes argiloschisteuses zones de piémonts rattachées à Oued Sebaou et ses principaux affluents (région de Draa BenKhedda – Tizi Ouzou – Fréha), ainsi qu’en bordure des oued Isser et Soummam. Au Sud de la commune de Tifra (sur le versant Ouest de l'oued R'mila), de petits glissements affectent partiellement la route reliant Tifra à Sidi Aïch, ainsi que les talus en certains endroits de la RN 26 à proximité de R'mila. Dans la bande qui s'étend entre Ighzer Amokrane et Takrietz, les cônes de déjection forment des talus. L'abondance de matériaux grossiers roulés leur confère une relative stabilité.

6.2. La pollution Le croit démographique et la forte densité de la population, le mode de peuplement et l’accélération du processus d’urbanisation, conjugués à l’escarpement du relief et l’absence d’une politique environnementale à la mesure de cette croissance, du moins avant la création du MATE, se sont traduits par de graves atteintes sur le milieu naturel et le cadre de vie des populations. En effet, à l’instar des autres territoires du pays, l’aire de l’étude est confrontée à la gestion de ses rejets solides et liquides. a) Les déchets solides L’aire de l’étude est confrontée aux problèmes de gestion des déchets solides urbains (y compris industriels). L’insuffisance (pour ne pas dire l’inexistence de décharges contrôlées, la limitation des incinérateurs aux grands centres hospitaliers uniquement, la défaillance des systèmes de collecte, la multiplication des décharges sauvages et l’inadaptation des systèmes d’élimination des déchets, limités à l’incinération à ciel ouvert, auxquels il faudra rajouter une implantation souvent inappropriée du site de la décharge (pas d’étude d’impact pour les anciennes décharges et les décharges contrôlées) sont autant de facteurs qui portent préjudice à l’environnement, à l’hygiène, au cadre de vie et à la santé du citoyen. A titre indicatif, La situation de la wilaya de Tizi Ouzou se présente comme suit : • les déchets solides urbains sont estimés pour l’ensemble des communes de la wilaya à environ 850 tonnes par jours, ce qui représente une moyenne de 0,7 kg par habitant et par jours. Ces déchets sont acheminés vers des décharges, qui en majorité, ne sont ni surveillées, ni contrôlées et ni aménagées. Les déchets solides industrielles sont estimés à : 5 200 tonnes non recyclables et non valorisables, composés essentiellement de boues des stations d’épuration entreposés dans les enceintes d’entreprises en attendant une solution à leur valorisation ou de stabilisation, à l’échelle régionale ou nationale ; 25 000 tonnes de déchets valorisables, y compris le grignon d’olive généré par l’activité oléicole.

CENEAP

172

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• Les déchets hospitaliers sont estimés à 5 tonnes par jours. Ils sont éliminés sur place pour les infrastructures disposant d’un incinérateur. Quant aux établissements non dotés d’incinérateurs, elles passent des conventions avec celles qui y sont équipées. Afin de mettre un terme à cette situation, la wilaya de Tizi Ouzou par l’intermédiaire de la Direction de l’environnement a entrepris : - l’inscription et la réalisation de trois schémas directeurs - la réalisation d’un centre d’enfouissement technique de classe II et l’acquisition d’équipements de collecte et d’exploitation pour les communes de Tizi Ouzou, Draa Ben Khedda et Tirmitine pour un montant global de 301.Millions de DA. Les travaux sont envoi d’achèvement. - La réalisation de 04 décharges publiques communales (Azeffoun- Timizar – Akbil- Ait-chaffa) dont les travaux sont en cours. - Choix et identification d’une quinzaine de sites pour projets de décharges contrôlées communales et intercommunales, regroupant un ensemble de 42 communes, dont les avis d’appel d’offre ont été lancés.

CENEAP

173

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

VII. INDICATEURS D’APPRECIATION DES NIVEAUX D’EQUIPEMENTS Ce volet de l’étude est traité sur la base des données collectées auprès des structures locales en décembre 2007, complétées par des données issues du RGPH 2008 et des études réalisées par le CeNEAP au profit de différentes Institutions. L'évaluation du niveau d’équipement technique est approchée à travers un maximum d’indicateurs qui ont pu être rassemblés pour la totalité des 111 communes du massif. 7.1. Niveaux d’équipements techniques L’appréciation des niveaux d’équipement techniques porte sur les aspects liés aux niveau de couverture en en eau potable, en assainissement, en énergie, en routier et en postes et télécommunications. 7.1.1 Alimentation en eau potable a- A l’échelle du massif : - La moyenne de la dotation théorique journalière par habitant est de 98 litres. Elle reste bien deçà de la norme nationale admise (150l/j/hab) . Dans les zones de piémonts et contigües, la dotation est relativement satisfaisante (138 l/j/hab); ailleurs, elle est assez faible, elle oscille entre 72 et 86 l/j/hab. Concernant le taux de raccordement des logements au réseau de l’AEP, la moyenne relevée pour le massif jugée appréciable, elle dépasse les 81 %. La zone de haute montagne, affiche la moyenne la plus élevée en la matière (85%) alors que les niveaux des autres zones sont du même ordre que la moyenne du massif. b- Au niveau des communes : • en matière de desserte en AEP, 63 communes présentent des dotations théoriques moyenne journalières inférieures à la moyenne du massif (98l/j/hab). Parmi elles, 8 accusent même des dotations qui n’atteignent guère les 50 l / j / hab , ce sont : - zone de Piémonts et contigues : Tizi-rached ; - zone de moyenne montagne (étage inférieur) : Iflissen, Frikat, Ain zaouia, Tizi-ghenif, Aomar, M'kira et Bounouh. • 32 communes affichent des dotations à la hauteur de la moyenne du massif, leurs niveaux sont compris entre 98- 148 l/j/hab, • 1 3 communes marquent des dotations égales ou supérieures à 150 l/j/hab , ce sont : - zone de Piémonts et contigues : Sidi naamane, Tadmait, Tirmitine, Ifelain ilmathen, Ouaguenoun, Tizi ouzou, Baghlia, Ben choud, Bordj menaiel, Isser et Oued ghir ; - zone de moyenne montagne (étage inférieur) : Ait yahia moussa, et Azazga.

CENEAP

174

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

En ce qui concerne le taux de raccordement au réseau de l'AEP, il y a : 65 communes présentent des taux égaux ou bien plus importants que la moyenne du massif (81%) ; 8 parmi elles arrivent même au seuil théorique de 100% ; • 12 communes, en revanche affichent des niveaux défavorables, inférieurs à 70%, ces sont : Zone de Piémonts et contigues : Djinet, Afir, Beni k sila et Isser ; Zone de moyenne montagne (étage inférieur) : Timezrit, Adekar, Chabet el ameur, Bounouh, Frikat et Toudja Zone de moyenne montagne (étage supérieur) : Beni mallikeche et Ighram. •

-

7.1.2 Assainissement a- A l’échelle du massif : Le taux moyen de raccordement au réseau de l’assainissement est globalement acceptable, il dépasse les 69%. Toutefois, ce varie selon les différents territoires, entre 74% (zone de Moyenne montagne –étage supérieur-). et 66% (zone de haute montagne). b- Au niveau des communes : • 43 communes ont des taux plus bas que de la moyenne du massif (69%), dont 13 marquent des taux inférieurs 50%, ce sont : - Zone de Piémonts et contigües : Azzefoun et Djinet . - Zone de moyenne montagne (étage inférieur) : Maatka, Timezrit, Ait yahia moussa, M'kira, Tizi ghenif, Ait chaffaa, Draa el mizan, Zekri , Aghrib, Frikat et Chabet el ameur • • 29 communes ont des taux qui avoisinent la moyenne du massif ( entre 6575%) ; 47 communes présentent des taux appréciables qui oscillent entre 76 et 100%

7.1.3 Energie a- A l’échelle du massif : Les taux d’électrification observés, aussi bien à l’échelle du massif, qu’à l’échelle des zones sont très convenables. En revanche, les niveaux de raccordement au réseau du gaz de ville sont très modestes: les zones de piémonts et contigües et moyenne montagne (étage inf) n’enregistrent respectivement que 19% et 7%. Les deux autres zones en sont dépourvues. b- Au niveau des communes : Si au plan de l’électrification la situation est globalement convenable, au plan de la desserte en gaz de ville, la situation est problématique ; à peine 30 communes sur

CENEAP

175

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

les 111 en sont pourvues et à des degrés divers. Les taux de raccordement au gaz de ville varient entre 1,4 % (Larba Lathirathen) et 84 % (Sidi Aich). Il faut noter en ce qui concerne les taux d’électrification, qu’il y a 55 communes qui enregistrent des taux situés en deçà de la moyenne du massif (moins de 85%). Parmi ces 55 communes, on observe des taux inférieurs à 75% au niveau de 13 d’entre elles: - Zone de Piémonts et contigues : Beni k sila - Zone de moyenne montagne (étage inférieur) : Souk el tenine, Zekri, M'kira, Tizi ghenif, Ait yahia, Akerrou,, Toudja et Yatafene ; - Zone de moyenne montagne (étage supérieur) : Ighram, Iferhounene et Beni mallikeche ; - Zone de haute montagne : A.gouaghrane. 7.1.4 Desserte routière a- A l’échelle du massif La densité moyenne enregistrée au niveau du massif (1,50 Km/Km2), laisse penser que le territoire est relativement bien desservi, la problématique en la matière est généralement liée à la qualité des réseaux. Les densités routières observées au niveau des zones de moyenne montagne (étage infé) et de haute montagne sont plus élevées que cette moyenne. b- Au niveau des communes • 18 communes seulement bénéficient d’un niveau appréciable, leurs densités se situe entre 2 et 4km//km2 ; • 25 communes semblent connaitre des situations problematiques en matiere de desserte routière au regard de la faible densité qu’elles enregsitrenent (moins de 1km/km2) - Zone de Piémonts et contigues : Azzefoun, Djinet, Ouled aissa, Beni k sila, Afir, Sidi daoud, Baghlia, Bordj menaie et Naciria ; - Zone de moyenne montagne (étage inférieur) : Ait laaziz, Aghbalou, Ait chaffaa, Yakouren, Haizer, Aomar, Ifigha), M chedallah, El adjiba et Taghzout ; - Zone de moyenne montagne (étage supérieur) : Beni mallikeche, Akfadou, Ighram, Saharid, Ait bouadou et Idjeur ;

Au plan des infrastructures de transport, les enjeux restent notamment liées à : - l’attraction du territoire par un maillage routier dense ; - le désenclavement des communes ; - le développement économique par une offre de transport de qualité, aussi bien pour les personnes que pour les activités.

A ce propos, en matière de desserte en infrastructures de transport, à moyen terme, des projets de développement important sont engagés.

CENEAP

176

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Ainsi, les infrastructures routières de la région Nord Centre qui intéresse le massif du Djurdjura connaîtra au cours des périodes 2010-2020 des aménagements qui auront forcément des impacts positifs sur son devenir. A l’horizon 2010, la liaison Bouira -Bejaia programmée comme axe de rééquilibrage régional et l’autoroute Est-Ouest vont traverser les territoires de plusieurs communes du massif ; ci celles vont y trouver de larges opportunités de développment. A l’horizon 2020, d’autres voies de communicaations aussi structurants sont attendues, il s’agit de : la liaison RN 18 Khemis Milana-Bouira programmée comme axe de rééquilibrage régional qui permettra de désenclaver le Sud Ouest de la région Nord Centre en passant par Berrouaghia et Ain Boucif et, de la liaison Bouira autoroute-Est/Ouest-Dellys considérée comme un axe de rééquilibrage régional qui permettra de relier le Sud Est de la RNC au port de Dellys appelé à devenir un port d’importance nationale

-

Quant aux infrastructures aéroportuaires, en 2010, il est attendu la modernisation et la mise à niveau aux standards internationaux (services accueil des promoteurs étrangers et marketing) de l’aéroport de Bejaia. 7.1.5 Dessertes postale et téléphonique (téléphone fixe) a- A l’échelle du massif En matière de dessertes postale et téléphonique et au regard des normes nationales, les niveaux de couverture enregistrés au niveau du massif (une unité postale pour 8010hab - 1/12 000hab norme nationale- et 4,2 abonnés pour 100hab) semblent marquer une situation tout à fait correcte. Cependant, les situations observées à l’échelle des zones marquent des écarts relativement importants. b- Au niveau des communes En matière de téléphonie fixe, il y a 80 communes dont le nombre d’abonnés/100 habitants est en deçà de la moyenne du massif ; ces communes sont pratiquement répandues à travers l’ensemble des zones et les 4 wilayas composant le massif (11 à Béjaia, 3 à Bouira, 59 à Tizi Ouzou et 7 à Boumerdés). S’agissant de la desserte postale, le nombre de commune où le ratio desserte postale / habitant dépasse la moyenne nationale ne sont pas nombreuses, elles sont au nombre de 18 ; elles correspondent généralement aux entités qui renferment les grands centres urbains du massif : - Zone de Piémonts et contigues : Béjaia et Akbou- Tazmalt, Tizi Ouzou, Irdjen, Azzefoun Draa Ben khedda- Bordj Menaiel ; - Zone de moyenne montagne (étage inférieur) : El Kseur- Ain El Hammam, Beni Zmenzer Aghribs, Souk El Thenine- et Chaabet El Ameur - Zone de moyenne montagne (étage supérieur) : Iferhounene, Bouzguen, Ait Bouaddou et Assi Youcef

CENEAP

177

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

7. 1. 6 Principaux indicateurs du niveau d’équipement social En guise de récapitulatif, le tableau suivant fourni nt une vue d’ensemble quant aux niveaux d’équipements techniques du massif et des territoires des zones qui le composent Indicateurs d’appreciation des niveaux d’équipement techniques à l’intérieur de l’emprise territoriale du massif du Djurdjura
Zone Moyenne montagne (étage inférieur) 86 81 67 1,6 84 7 7159 3,1 Moyenne montagne (étage supérieur) 75 80 74 1,3 81 0 7546 2,8 Haute montagne

Indicateur

Piémonts et contiguës

Massif

Dotation AEP l/j/h Taux Raccor. AEP (%) Taux Raccor Assai (%) Densité rouitère (Km/Km2) Taux Raccor Elect (%) Taux Raccor Gaz (%) Desserte postale (Habit/Unité Postale) Desserte téléphonique (Tel/100Hab.)

138 81 72 1,4 91 19 10265 7,5

72 85 66 1,8 78 0 4610 1,5

98 81 69 1,5 85 10 8010 4,2

7.2. Niveaux d’equipements sociaux L'évaluation du niveau d’équipement social est appréhendée au moyen d’indicateurs qui ont pu être rassemblés pour la totalité des communes du massif ; ces indicateurs ont trait à l’éducation, au sport, à la culture, à l’habitat et à la santé. 7.2.1. Education a- 1 er et 2éme cycles : L’ensemble des indicateurs observés aussi bien pour les 1 et 2 cycles que le 3 éme cycle de l’enseignement (taux d’occupation par classe -TOC- le nombre d’élèves par division pédagogique -Elev/DP-le taux de vacation- Tx V- et le taux d’encadrement – TE-), utilisés généralement pour évaluer le secteur, semblent indiquer des situations globalement dans les normes admises.

CENEAP

178

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Indicateurs de l’éducation
Education Zone 1er et 2éme cycle 3éme cycle

TOC Elev/DP TxV TE TOC ELE/DP Tx V TE Massif 23 22 1,0 17 32 30 1,1 18

D’après statistiques MEN 2006/2007

Au niveau des communes, dans les 1er et 2éme cycles, les valeurs extrêmes observées sont les suivantes : - Toc (éléves /classe) : 16 dans la commune de Beni zeki et 39 dans la commune de Bejaia ; - Eléve/division pédagogique : 16 dans la commune de Beni zeki et 30 dans la commune de Bejaia ; - Taux d’encadrement (éléves/enseignant) : 23 dans la commune de Tazmalt et 11,2 dans la commune de Ait Chaffa. b3éme cycle: Toc (élèves /classe) : 21 dans la commune d’Azzefoun et 43 dans la commune d’ Isser Elève/division pédagogique : 20 dans la commune de Tifra et 53 dans la commune de Tizi Ghenif Taux d’encadrement (élèves/enseignant) : 13 dans la commune d’Ait Boumahdi et 25 dans la commune de Frikat.

c- Cycle secondaire Dans le cycle secondaire, le massif totalise 98 établissements ; les zones de piémonts et contiguës et de moyenne montagne (étage inf) en abritent respectivement 48 et 42 structures. Le taux d’encadrement moyen au niveau du massif, est de l’ordre de 18 élèves par enseignant. Le TOC moyen à l’échelle du massif s’éléve, quant à lui, à 37 élèves par classe ; selon les établissements, ce taux est : - inférieur à 30 élèves par classe dans 12 établissements situées au niveau des communes de Beni yenni, L.n.irathen, Tigzirt et Aghribs (wilaya de Tizi Ouzou) , Naciria et Dellys (wilaya de Boumerdés) , Chorfa (wilaya de Bouira) et Chemini (wilaya de béjaia). - entre 30 et 35 élèves par classe dans 34 établissements ; entre 35 et 40 élèves par classe dans 19 établissements ; - entre 41 et 53 élèves par classe dans 33 établissements, localisés dans les communes suivantes : Boudjima, Timizart, D. El. Mizan, Tizi-gheniff, Freha, Boghni, Maatkas, Tizi n’tleta, Makouda et Yakouren (wilaya de Tizi Ouzou) Chabet El Ameur (wilaya de Boumerdés) , Bejaia, Adekar et Akbou (wilaya de béjaia) et Haizer (wilaya de Bouira).

CENEAP

179

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Equipements et indicateurs de l'enseignement secondaire
Zone Code 1537 1564 3509 601 639 1522 3507 1547 1504 1550 1524 1501 3506 3505 3528 625 627 1502 1552 1529 1521 1548 624 1516 1551 1532 1536 640 1540 1511 1555 636 1027 1520 1553 1012 1510 1508 1016 1538 1037 1509 1518 3514 1017 1517 1533 Communes Azzefoun Tadmait Djinet Bejaia Sidi aich Tizi rached Sidi daoud Draa ben khedda Freha Mekla Ouaguenoun Tizi ouzou Baghlia Bordj menaiel Dellys Akbou Tazmalt Ain el hammam Beni yenni Maatka L.nait irathen Ouacif Adekar Beni zmenzer Tizi n'thlata Beni douala Ouadhias El kseur Boghni Tizi ghenif Boudjima D douzellaguen Aghbalou Yakouren Aghrib Haizer Draa el mizan Timizart Aomar Tigzirt M chedallah Makouda Azazga Chabet el ameur Chorfa Iferhounene Illilten Établissement Taux d'encad. TOC (élèves/enseig) (éléves/classe) 15 30,6 21 35,8 0 0 18 44 16 33 18 34,2 17 35 16 35,5 19 44,2 14 32,8 17 34,3 17 37,8 19 34 16 33 15 28 19 47 20 53 20 35,9 16 23,5 19 45,5 16 26,8 17 32,9 22 49 0 33,6 20 47,9 21 36 19 34,9 17 34 16 44,7 20 44 19 41,1 17 32 17 32,2 19 48,8 18 29 19 48,6 20 43,4 24 41,8 18 34,2 17 27,7 19 32,9 21 48,6 15 30,3 17 43 16 29,5 19 35,6 22 40,1

Nombre 2 1 0 10 4 1 1 2 1 2 1 7 1 3 3 3 2 2 1 2 2 1 1 1 1 1 1 3 2 2 1 1 1 1 1 1 3 1 1 2 3 1 3 1 1 1 1

Piémonts et contiguës

Moyenne montagne (étage inférieur )

Moyenne montagne (étage supérieur)

CENEAP

180

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

642 Akfadou 629 Chemini 1519 Iloula oumalou 1534 Bouzguen Haute montagne 1503 Akbil D’après statistiques wilayas 2006/2007.

1 1 1 2 1

20 22 20 17 22

32 27 35,7 35,8 37,1

Les déperditions scolaires

Les donnés concernant les déperditions scolaires ne sont pas totalement disponibles pour les différentes composantes territoriales du massif. Si pour les communes relevant de la wilaya de Bouira, les statistiques sont suffisamment détaillées pour faire une évaluation valable du phénomène, pour les communes des 3 autres wilayas, les informations sont très générales quand elles existent. A titre indicatif, dans le cas particulier de la wilaya de Bouira , des statistiques détaillées relatives aux déperditions scolaires sont fournies, selon les cycles, à l’échelle des communes, ( et même à l’échelle des établissements du 3éme cycle et du secondaire) ; celle-ci mettent en relief des situations assez problématiques au niveau des territoires inclus dans le massif de Djurdjura, notamment quand il s’agit des cycles moyen et secondaire. Le recensement des abondons ou exclus relevés en 2005/2006, selon les cycles de l’enseignement, se présente comme suit : Wilaya de Bouira : Abondons ou exclus dans l’enseignement primaire
Communes Ait laaziz Haizer Taghzout El adjiba M'chedallah Aghbalou Chorfa Saharidj Aomar Total 4 2 4 2 10 4 3 4 17 D’après D. Education wilaya 2006/2007 Total dont filles 1 1 1 1 2 0 1 3 4

CENEAP

181

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Bouira : Abondons ou exclus dans le cycle moyen
Communes Ait lazziz Etablissements Ef Ghoul Rabah Bezzit Ef Laaziz Nlle Ef Aigoune Ali Haizer Ef Haizer Nelle Ef Bouazza -Taghzout Ef Taghzout Nelle Ef Chaabet Brahim Nlle Ef Dahmani Semmache Ef El Adjiba Ef Ouled Rached Ef Amrouche Mouloud Ef Moussi Ahcene Ef Raffour Ef Takerboust Ef Bahalil Ef Freres Salhi Ef Chibane Aissa Ef Tiksiridene Ef Saharidj Ef Bani Hamad Ef Aomar Gare Ef Krarib Ef Kalous D’après D. Education wilaya 2006/2007 Total 54 43 78 29 95 32 12 47 27 60 65 39 37 62 86 25 60 61 49 4 99 5 49 Total dont filles 21 11 29 20 38 9 1 22 14 25 21 13 14 30 27 9 17 17 21 0 38 2 18

Haizer Taghzout

El adjiba M chedallah

Aghbalou Chorfa

Saharidj

Aomar

Wilaya de Bouira : Abondons ou exclus dans l’enseignement secondaire
Communes Ait laaziz Haizer M'chedallah Saharidj Chorfa Aghbalou Kadiria Aomar
D’après D. Education wilaya 2006/2007

Total 124 195 148 67 96 139

dont filles 52 55 102 25 40 65

Pour les autres territoires, les informations en la matière ne sont pas disponibles ; quand elles existent, tel le cas de la wilaya de Béjaia, elles autorisent seulement, une appréciation de l’ampleur des déperditions à travers l’observation de données globales. Ainsi pour cette wilaya, la situation en 2005/2006 se présente comme suit : Wilaya de Béjaia : déperditions scolaires
1 et 2 Cycles Garçons Filles Wilaya
er ème

Moyen

Secondaire

Total 8.410 6.516 14.926

612 4.902 2.896 419 3.130 2.967 1.031 8.032 5.863 D’après D. Education wilaya 2006/2007

CENEAP

182

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

7.2.2 Formation professionnelle Dans le domaine de la formation professionnelle, le territoire du massif renferme 46 établissements qui totalisant 17 725 places concentrées principalement au niveau des zones de piémonts et contiguës (plus de 60% de l’ensemble) et de moyenne montagne -étage inf-(plus de 36%). Selon les zones, ces capacités se répartissent à raison de : - 10710 places dans la zone des Piémonts et contiguës ; - 6406 places dans la zone de Moyenne montagne (étage inférieur) : - 609 places dans la zone de Moyenne montagne (étage supérieur). A travers les communes, ces capacités se présentent comme suit : Capacités de formation professionnelle installées
Zone Code 1537 1507 3509 601 639 1522 1547 1504 1550 1524 1501 3505 3528 625 627 1502 1535 1529 1545 1528 1521 1548 624 610 1516 1532 1536 640 1540 1506 1511 1008 636 1027 1012 1510 Communes Azzefoun Irdjen Djinet Bejaia Sidi aich Tizi rached Draa ben khedda Freha Mekla Ouaguenoun Tizi ouzou Bordj menaiel Dellys Akbou Tazmalt Ain el hammam Ait aggouacha Maatka Yatafene Ait mahmoud L.nait irathen Ouacif Adekar Tinebdar Beni zmenzer Beni douala Ouadhias El kseur Boghni Mechtras Tizi ghenif Ait laaziz D douzellaguen Aghbalou Haizer Draa el mizan Capacité de formation professionnelle ((place) 250 400 75 1400 600 200 416 64 275 400 4580 700 250 650 450 350 250 180 100 100 170 124 400 200 60 210 340 250 735 200 175 100 200 100 300 350

Piémonts et contiguës

Moyenne montagne (étage inférieur)

CENEAP

183

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Moyenne montagne (étage supérieur)

1538 3525 1037 1518 1019 3514 1517 1030 629 1534 D’après

Tigzirt Taourga M chedallah Azazga El adjiba Chabet el ameur Iferhounene Saharidj Chemini Bouzguen DPAT wilayas 2006/2007

350 100 100 662 100 200 200 100 200 109

7.2.3. Sport et culture Des déficits importants en matière d’infrastructures sportives et culturelles sont observés au niveau des territoires ; en effet, si les ratios « infrastructures/ habitants » calculés pour chacun des grands espaces composant le massif indiquent des niveaux à peu prés acceptables, en réalité les infrastructures installées ne profitent qu’à un nombre assez limité de communes. En matière d’infrastructures sportives , au total , 31communes ne sont pas dotées d'infrastructures sportives, dont 22 situées dans la zone de moyenne montagne étage inf- : Toudja ( wilaya de Béjaia)-; Bounouh, Frikat, Beni aissi, Yakouren, Zekri, Ain zaouia, Ait yahia, Ait mahmoud, Beni douala, Ait aggouacha, Ifigha, Ait oumalou, Akerrou, Yatafenem Tizi N'thlata, Boudjima, Iboudraren, Mizrana, Imsouhalm et Ait toudert ( wilaya de Tizi Ouzou) et Timezrit( wilaya de Boumerdés). Ces communes non-équipées en infrastructures sportives sont également présentent en zone de Piémonts et contiguës (4 communes: Souamam, D.aissa mimoum, Tirmitine et Sidi naamane-wilaya de Tizio Ouzou -) et en zone de moyenne montagne -étage sup-(5 communes: Abi youcef, Illilten, Beni zeki et Ait bouadou-wilaya de Tizi Ouzou-). S’agissant des infrastructures culturelles, 46 communes ne disposent pas de structures ; ces communes intéressent, comme le montre le tableau ci-après, l’ensemble des zones physique : - 26 communes dans la zone de moyenne montagne -étage inf- ; - 12 communes dans la zone de Piémonts et contiguës ; - 8communes dans la zone de moyenne montagne -étage sup- ; - 1 commune dans la zone de haute montagne .

CENEAP

184

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Communes dépourvues d'infrastructures culturelles
Zone Moyenne montagne étage inf Taourit ighil Tifra Toudja Souk oufella Tibane Ait laaziz Taghzout El adjiba Aghbalou Tizi ghenif Bounouh Ait chaffaa Zekri M'kira Ait mahmoud Akerrou Yatafene Aghrib Boudjima Souk el tenine Ait khelili Iboudraren Ait toudert Chabet el ameur Timezrit Taourga Moyenne montagne étage sup 605 615 642 1030 1531 1549 1565 1566 Chellata Ighram Akfadou Saharidj Abi youcef Idjeur Ait bouadou Assi youcef Haute montagne

Piémonts et contigues Ifelain il618 mathen 635 Beni k sila 639 Sidi aich 651 Oued ghir 1505 Souama 1564 Tadmait 3504 Afir 3507 Sidi daoud 3509 Djinet 3526 Ouled aissa 3527 Ben choud

604 614 619 630 632 1008 1009 1019 1027 1511 1512 1513 1523 1526 1528 1544 1545 1553 1555 1557 1558 1560 1567 3514 3518 3525 D’après statistiques wilayas 2006

1503

Akbil

Il convient de noter que les communes qui sont à la fois dépourvues d’infrastructures sportives et culturelles sont au nombre de 14, ce sont : - Zone de Piémonts et contigues : Souama ; - Zone de moyenne montagne (étage inférieur) : Iboudraren, Yatafene, Timezrit, Ait Mahmoud, Toudja, Zekr, Bounouh, Ait Toudert, Akerrou et Boudjima ; - Zone de moyenne montagne (étage supérieur) : Abi Youcef, Akfadou et Ait Bouadou. 7.2.4. Habitat Le parc logement total au niveau du massif s’élève au RGPH 2008 à 329359 unités. Rapportés à la population résidente, les taux nets d’occupation des logements (T.O.L) -indicateurs révélateurs de tensions sur le logement- montrent qu’à l’exception de la zone de moyenne montagne ( étage supérieur) où le niveau observé est légèrement inférieur à la moyenne du massif(5,9 personnes par logement), ceux enregistrés au niveau des autres zones, sont assez proches de la moyenne

CENEAP

185

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

observée pour le massif et sont assez élevés(T.O.L variant entre 6,1 et 6,3 personnes/logements). Par ailleurs, les résultats du recensement de 2008 montrent que le parc logement inoccupé est très important, le taux d'occupation des logements oscille, selon les zones, entre 62,3 et 71 %. Le contexte sécuritaire pourrait expliquer cette situation qui confirme la "répulsivité" de certains territoires du massif mise en évidence dans l'analyse de l'évolution de la population1998/2008. Une vue d’ensemble à propos de dans le tableau suivant : la situation du parc logement est mise en relief

Situation de l'habitat au RGPH 2008
Population RGPH 2008 Parc logement total Logements occupés Tol net (personnes /logements occupés.) 6,1 Taux occupation du parc logement (%)

Zone Piémonts et contiguës Moyenne montagne (étage inf) Moyenne montagne (étage sup) Haute montagne Massif *RGPH 2008-ONS-

908737

211208

149906

71,0

926775

218014

147194

6,3

67,5

173499 24477 2033489

45062 6437 480721

28076 4183 329359

6,2 5,9 6,2

62,3 65,0 68,5

Au niveau des communes, 38 entités présentent théoriquement moins de tension sur le logement puisque leurs TOL restent inférieurs à 6 personnes par logement; le montre le tableau indique ces entités qui se situent principalement au niveau de la zone de moyenne montagne -étage inf- (21 communes ) et de la zone de Piémonts et contiguës (10 communes ).

CENEAP

186

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Communes affichant des TOL inferieur à 6 personnes par logement
Zone Moyenne montagne -étage Moyenne montagne inf étage sup 1528 1552 1541 1538 1521 636 1535 1513 1542 1545 1536 1518 1532 1520 632 1527 1558 1563 1554 1555 1523 Ait Mahmoud Beni Yenni Ifigha Tigzirt Larbaa Nath Irathen Ouzellaguen Ait Aggouacha Ait Chaffaa Ait Oumalou Yatafene Ouadhia Azazga Beni Douala Yakourene Tibane Ait Yahia Ait Khelili Imsouhal Iflissen Boudjima Zekri 605 1534 1549 642 1546 Chellata Bouzguen Idjeur Akfadou Beni Ziki

Piémonts et contigues 1501 3510 3528 1507 1522 643 601 1550 639 635 Tizi Ouzou Isser Dellys Irdjen Tizi Rached Leflaye Béjaia Mekla Sidi Aich Beni Ksila

Haute montagne 1530 1561 Ait Boumehdi Aghni Goughran

Les communes qui présentent des TOL jugés relativement défavorables (entre 6 et 7 personnes par logement) sont au nombre de 62. Selon les zones, elles se répartissent de la manière suivante :

CENEAP

187

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Communes présentant des TOL de 6 à 7 personnes par logement
Zone Moyenne montagne -étage inf Piémonts et contigues 1547 Draa Ben Khedda 1505 Souamaa 3527 Ben Choud 1559 Sidi Naamane 1539 Djebel Aissa Mimoun 1504 Freha 1537 Azzefoun 625 Akbou 1524 Ouaguenoun 3507 Sidi Daoud 651 Oued Ghir 3504 Afir 627 Tazmalt 1564 Tadmait 3505 Bordj Menaiel 618 Ifelain Il Mathen 3508 Naciria 1543 Tirmitine 1548 1515 1502 610 640 630 614 1516 1560 619 1037 1017 1562 1551 1506 1512 1540 1567 1514 604 1544 1526 3514 1553 3525 624 1019 3518 1529 1510 1525 1511 1027 1009 Ouacif Beni Aissi Ain El Hammam Tinebdhar El Kseur Souk Oufella Tifra Beni Zmenzer Iboudraren Toudja M'chedallah Chorfa Mizrana Tizi N'thlata Mechtrass Bounouh Boghni Ait Toudert Frikat Taourirt Ighil Akerrou M'kira Chaabet El Ameur Aghribs Taourga Adekar El Adjiba Timezrit Maatka Draa El Mizan Ain Zaouia Tizi Ghenif Aghbalou Taghzout Moyenne montagne -étage sup 1533 629 1517 1519 1565 1531 638 1566 615 1030 Illilten Chemini Iferhounene Iloula Oumalou Ait Bouaddou Abi Youcef Beni Melikeche Assi Youcef Ighram Saharidj Haute montagne 1503 Akbil

Le niveau du TOL indique qu'il y a 10 communes où théoriquement la tension sur le logement est plus prononcée ; leurs taux dépassent les 7 personnes par logement; ce sont : Zone des Piémonts et contigues : Ouled Aissa (3526), Baghlia (3506) et Djinet (3509); Zone moyenne montagne -étage inf-: Souk El Thenine (1557), Makouda (1509), Timizart (1508), Ait Laaziz, (1008) Ait Yahia Moussa (1556), Aomar(1016 et Haizer1012).

CENEAP

188

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

7. 2.5. Santé Les indicateurs d’appréciation des niveaux de la santé indiquent, qu’au regard des normes nationales en la matière, les territoires accusent des déficits non négligeables, aussi bien en infrastructures qu’en encadrement. Une vue d’ensemble sur les niveaux des indicateurs de santé utilisés montre globalement que les communes qui relèvent de la zone de Piémonts et contiguës sont dans une situation théorique beaucoup plus défavorable que les autres zones. Il convient de souligner que 43 communes au total ne disposent pas de salles de soins ; ces entités territoriales se situent essentiellement au niveau de la zone de moyenne montagne -étage inf-(24communes) ; les 3 autres espaces, zone de Piémonts et contiguës, zone de moyenne montagne (étage supérieur) et zone de haute montagne sont concernées respectivement par : 10, 7 et 2 communes déficitaires S’agissant du déficit en centre de santé, il y a 40 communes qui ne renferment pas ce type d’équipement : 25 situées en zone de moyenne montagne (étage inférieur), 6 communes en zone de Piémonts et contiguës, 7 communes en zone de moyenne montagne (étage supérieur) et 2 communes en zone de haute montagne. Par ailleurs, au plan de l’encadrement, 37 communes affichent des ratios « médecin/habitant » très défavorables qui dépassent « 1 médecin /5200 habitants »; ces communes se situent principalement au niveau de la zone de moyenne montagne étage inf- (23 communes) ; cette situation concerne également les zones de Piémonts et contiguës, de moyenne montagne (étage supérieur) et haute montagne respectivement à raison de 6, 7 et 2 communes. Par ailleurs, au niveau du massif, on compte 17 hôpitaux d’une capacité totale de 3742 lits soit 1,68 lits pour 1000 habitants ; ces établissements lourds intéressent, en premier chef, les principales agglomérations du massif. Les polycliniques sont au nombre de 32, situées également au niveau des grands centres, elles assurent une couverture qui parait assez modeste, assez distante de la norme admise : 1polyclinique pour 69 592 habitants contre 1/ 48000 habitants qui reste le norme nationale. Ces structures semi lourdes se répartissent à travers les zones, à raison de 17 polycliniques dans la zone de moyenne montagne (étage inférieur), 11 dans la zone de Piémonts et contigues, 4 dans la zone de moyenne montagne (étage supérieur).

CENEAP

189

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Infrastructures sanitaires lourde et semi lourde
Zone Code Piémonts et contiguës 1537 1507 601 639 1547 1550 1524 1505 1501 3505 3528 625 Moyenne montagne (étage inférieur) 1502 1521 1548 624 619 1542 1532 614 1536 640 1540 636 1012 1510 1538 1037 1518 3514 Moyenne montagne (étage supérieur) 1517 605 629 1534 Commune Azzefoun Irdjen Bejaia Sidi aich Draa ben khedda Mekla Ouaguenoun Souama Tizi ouzou Bordj menaiel Dellys Akbou Ain el hammam L.nait irathen Ouacif Adekar Toudja Ait oumalou Beni douala Tifra Ouadhias El kseur Boghni D douzellaguen Haizer Draa el mizan Tigzirt M chedallah Azazga Chabet el ameur Iferhounene Chellata Chemini Bouzguen 1 1 0 0 0 0 0 1 1 2 1 0 0 0 0 2 1 1 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0 0 1 0 0 1 1 92 272 0 0 0 0 0 42 330 334 274 0 0 0 0 1071 229 162 177 200 150 0 0 0 0 0 0 0 0 120 0 0 254 35 1 1 1 1 1 1 1 1 0 2 1 1 1 1 0 2 1 1 0 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Hopitaux Lits hopitaux Polyclinique

D’après statistiques wilayas- DPAT- 2006

CENEAP

190

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

7.2.6. Principaux indicateurs du niveau d’équipement social En guise de récapitulatif, les tableaux suivants fournissent une vue d’ensemble sur les niveaux d’équipements sociaux du massif et des territoires des zones qui le composent. Indicateurs d’appréciation du niveau d’équipement social
Education Zone TOC Piémonts et contigues Moyenne montagne (étage inférieur) Moyenne montagne (étage supérieur) Haute montagne Massif 25 23 21 19 23 1 et 2éme cycle Elev/DP 24 22 21 19 22 TxV 1,1 1,0 1,0 1,0 1,0 TE 19 17 17 15 17 TOC 33 32 29 24 32
er

3éme cycle ELE/DP 32 30 28 29 30 Tx V 1,0 1,1 1,0 1,0 1,1 TE 18 17 18 16 18

Zone

Sport Infr Spor/Hab

Culture Infras cult/hab 10653 7194 5672 13508 8125

Piémonts et contigues Moyenne montagne (étage inférieur) Moyenne montagne ( étage supérieur) Haute montagne Massif

6967 5399 5057 16455 6090

Santé : Unité pour nombre d’habitants zone Piémonts et contigues Moyenne montagne (étage inférieur) Moyenne montagne ( étage supérieur) Haute montagne Massif Salles Soins 5526 3153 2115 737 3610 Centre santé 19823 8593 5799 2946 11199 Médecin 3751 4496 5288 6195 4441 Dentiste 4831 5648 7845 6686 5745 Pharmacien 3616 1763 2319 0 2308

CENEAP

191

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Conclusion Les niveaux d’équipements techniques enregistrés sont d’une manière générale, satisfaisante, notamment quand il s’agit de l’alimentation en eau potable, l’assainissement et l’électrification. Aussi, à l’échelle du massif, les niveaux d’équipements sociaux restent, dans l’ensemble, assez acceptables hors mis ceux relatifs à l’habitat et au sport et la culture. Cependant, malgré tous les efforts qui ont été consentis pour améliorer les conditions de vie des citoyens au niveau du massif (notamment au niveau des communes rurales), il n’en demeure pas moins que des distorsions persistent entre le développement des espaces urbains et des espaces ruraux du massif. Le développement du massif du Djurdjura reste subordonné à la réduction et la correction des déséquilibres existants, en matière d’équipements socioéconomiques entre les communes rurales et les communes urbaines qui polarisent l’essentiel des équipements socio-économiques et des activités. Le degré de développement et d'équipement, notamment au niveau des espaces ruraux, reste en deçà de leurs potentialités ainsi que des nombreuses opportunités qui pourraientt impulser au titre de la valorisation des ressources locales dans le cadre d’un développement intégré, durable et équitable. En définitif, l’équité territoriale au niveau du massif, suppose, outre l’appui soutenu à la promotion de la pluriactivité et à la création de micro- entreprises, le développement des infrastructures et équipements de proximité, l’amélioration des conditions et du cadre de vie, notamment en milieu rural et la maîtrise de l’urbanisation et de la croissance urbaine des principales agglomérations. Les défis à relever, au plan des équipements et des services à la population et aux entreprises, se fondent sur : la recherche de la qualité de vie par une offre de logements décents et adaptés à la demande. La recherche de l’attractivité du territoire par une offre de services et d’équipements variés et de haut niveau. Le développement des services publics et privés aussi bien au niveau des communes urbaines que des communes rurales : accessibilité aux équipements en terme de coût et de transport.

CENEAP

192

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

VIII. EMPLOI ET ACTIVITES 8.1. Indicateurs d’emploi L’évaluation de l’emploi au niveau des différentes composantes territoriales du massif n’a pas été aisée à établir, en raison du manque de données. Les informations collectées auprès des services techniques des wilayas sont assez incomplètes et présentées de façon tout à fait différente d’une wilaya à l’autre, cette situation n’à pas permis de procéder à des analyses approfondies et comparatives. Dans les développements qui suivent, des synthèses des situations de l’emploi sont exposées par wilaya. Wilaya de Bouira

La population totale active est estimée à la fin de l'année 2006 à 203.559 personnes, soit 27,84 % de la population totale. La population occupée est de 156.047 actifs soit un taux d'occupation de 77 %. La répartition de la population occupée selon les secteurs d’activités s’établit comme suit : - Administration : 43, 44 % - Services : 14, 52 % - Agriculture : 11, 56 % - BTP : 09, 52 % - Commerce : 08, 81 % - Industriel et Hydrocarbure : 08, 13 % - Transports : 03, 64 % - Non déclaré : 0, 38 % . A l’échelle des communes faisant partie du massif, la population est principalement occupée au niveau des secteurs de l’Administration, des services, du BTP et de l’agriculture. Population occupée
Secteurs d'activités Communes Agril Ait Laaziz Haizer Taghzout El Adjiba M'chedallah Saharidj Chorfa Aghbalou Aomar

Adm. 1098 1851 1068 1271 2418 674 1113 1416 2123

Ind . 165 97 144 126 239 36 264 186 838

HydroBTP carbures 35 10 19 27 99 34 76 54 123 450 466 430 296 754 234 440 430 392

Com 96 182 164 166 551 71 417 293 391

Trans 128 124 96 75 169 34 207 231 329

Autres Non Total Services Déclaré 297 678 230 172 621 563 932 457 313 9 2 2 4 28 30 9 18 6 2420 3627 2419 2318 5308 1737 3859 3236 4836

141 217 265 180 430 62 401 149 322

Selon DPAT Wilaya 2006

CENEAP

193

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

Wilaya de Bejaia

Les données relatives communales à l’emploi ne sont pas disponibles, à titre indicatif, la population totale active de la wilaya est estimée, en 2006, à 342 000 personnes soit un taux de l’ordre de 35%. La population occupée représente 287 300 personnes, soit un taux d’occupation de 84%. Les principaux secteurs d’activités pourvoyeurs d’emplois sont Agriculture (16% de l’ensemble) et l’Industrie (3,5%). Wilaya de Boumerdés

La population occupée totale de la wilaya est évaluée, en 2006 est à 183966 personnes, elle se répartit selon les secteurs d’activités comme suit : - Agriculture : 21 ,2% - B.T.P.H : 20,0% - Industrie : 16,5% - Services : 42,3% Concernant les communes inscrites dans l’aire de l’étude, la population occupée exerce essentiellement dans les Services et l’agriculture. Répartition de la population occupée (non compris l’administration)
Commune Secteur d'activité Agriculture B.T.P.H Industrie Services 3 432 1228 1 717 1 725 501 2 088 2 581 482 1 101 336 581 200 803 3 281 1073 920 580 124 2 456 1046 346 689 30 167 40 438 6 302 1714 4 031 1 162 663 4 723 2 707 1248 2 030 509 792 273 890

Bordj Menaiel 5 044 Djinet 3 407 Dellys 1797 Afir 434 Ben Choud 802 Isser 1783 Chabet El Ameur 1 528 Timezrit 123 Naciria 1269 Ouled Aïssa 1250 Taourga 535 Baghlia 600 Sidi Daoud 2 602 Selon DPAT Wilaya-2006-

-

Wilaya de Tizi Ouzou (données par communes n’ont disponibles)

Les données relatives communales à l’emploi ne sont pas disponibles, à titre indicatif, la population totale active de la wilaya est estimée, en 2006, 348.850 personnes, la population occupée est de 259.544 personnes soit un taux d’occupation de 74,4%. La répartition de la population occupée par branche d’activités est la suivante : - Agriculture : 5,13%
CENEAP 194 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

Industrie : 12,25% BTPH : 10,83% Administration : 35,78%% Commerces, Transports et services : 34,88 Non déclarés : 1,14%

8.2 La base industrielle installée 8.2.1 Situation présente La base industrielle installée au niveau du massif, comprend 05 Zones industrielles et 42 zones d’activités. Les principales caractéristiques des zones industrielles sont résumées comme suit : Zones Industrielles
Wilaya Nombre ZI Superficie totale (ha) 167,00 255,11 Superficie cessible (ha) 134,85 145,60 Superficie non attribuée (ha) 1,00 18,23 Taux d’attribution (%) 100 88

Bejaia Tizi Ouzou

2 3

*Selon Schéma Directeur des Zones Industrielles et des Zones d’activités- 2006-.

Situées dans un territoire qui se distingue par son fort niveau d’attractivité, les wilayas composant le massif n’ont pratiquement plus d’offres foncières au niveau des zones industrielles implantées sur leurs territoires respectifs. En matière de spécialisation, les zones industrielles du massif sont essentiellement « spécialisées » : - dans les industries textiles, agroalimentaires et cuirs dans le cas de la ZI de Bejaia ; - dans les ISMME, industries agroalimentaire et textiles dans le cas de la ZI de Tizi Ouzou. Le « poids » des ZI du massif à l’échelle du pays est montré par le tableau suivant : Part des branches industrielles par rapport au potentiel national
ISMME (%) Mat de cons (%) Chimie, caout et plastique (%) IAA (%) Indus du textil (%) Indust du cuir (%) Indust bois et papier (%) Indus Diverse (%) Services pour entreprises (%) 2 2 100

Bejaia 2 2 1 9 12 9 3 Tizi ouzou 4 2 1 4 6 0 3 Total national 100 100 100 100 100 100 100 Selon Schema Directeur des Zones Industrielles et des Zones D’activites- 2006-.

3 4 100

CENEAP

195

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Les 42 zones activités se répartissent selon les territoires du massif comme suit : 14 zones d’activités dans la wilaya de Bejaia ; 4 zones dans la wilaya de Bouira ; 13 zones dans la wilaya de Tizi Ouzou ; 11 zones dans la wilaya de Boumerdés.

La spécialisation de ces zones est pratiquement identique pour l’ensemble des sites, elle relève généralement des « industries diverses ». En 2001, à l’échelle des ZA du massif, la superficie cessible totale était évaluée à 581,32 ha et la superficie non attribuée s’élevait à 97,85ha. Selon les territoires, suivante : la situation du foncier au niveau des zones d’activités est la

Situation du foncier au niveau des zones d’activités en 2001
Superficie cessible (Ha) 290,49 15,77 209,23 65,83

Wilaya Bejaia Bouira Tizi-Ouzou Boumerdes

Superficie non attribuée (HA) 28,52 0 61,23 8,1

Selon Schema Directeur des Zones Industrielles et des Zones d’activités- 2006-.

Au plan de l’investissement, les wilayas formant le massif sont jugées « attractives ». La « très forte » attractivité est observée au niveau des zones situées dans les chefs lieu de wilayas et dans les zones implantées dans les wilayas de Boumerdés et de Tizi Ouzou, On comptait en 2001, entre autres, 20 zones d’activités qualifiées de « saturées », 4 zones offrant moins de 1 ha et 7 zones disposant entre 5 et 18 Ha. A propos de l’état des zones, dans la majorité des ZA, est jugé« moyen ». le niveau de la viabilisation

La répartition des zones d’activités selon les wilayas ainsi que leurs principales caractéristiques, sont résumées dans les tableaux suivants :

CENEAP

196

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones d’activités Wilaya de Béjaia
Superfisuperficie cie non Etat de Communes Dénomination Attractivité Cessible attribuée la zone (ha) (ha) Bejaia ZA Bejaia très forte 96 0 saturée Bejaia ZA Communale Bejaia très forte 1,34 1,34 saturée Taourt ighil ZA Taourit Ighil faible 24,85 7,1 dispo Fenaia il maten ZA Fenaia Il Maten faible 7,18 1,36 dispo Toudja ZA Larbaa Toudja moyenne 4,48 1,5 dispo Akbou ZA Taharacht forte 16,34 0 saturée Akbou Akbou forte 39 1 saturée Akbou ZA Taharacht Extension forte 25,38 4,7 dispo Ouzellaguen ZA Hellouane faible 2,24 2,24 dispo Ouzellaguen ZA Hellouane Extension faible 8,01 8,01 dispo El kseur ZA El Kseur moyenne 9,17 0 saturée El kseur ZA El Kseur moyenne 49,57 0 saturée Akfadou ZA Akfadou faible 1,27 1,27 saturée Oued ghir ZA Ibourassen Oued Ghir faible 5,66 0 saturée Selon Schema Directeur des Zones Industrielles et des Zones d’activités- 2006-. niveau de viabilisation bon neant moyen moyen bon moyen bon faible neant bon moyen moyen

Wilaya de Bouira
Communes Dénomination Attractivité Superficie superficie Etat de Cessible non attribuée la zone (ha) (ha) 5,24 0 saturée 8,5 0 saturée 1,25 0 saturée 0,78 0 saturée et des Zones d’activités- 2006-. niveau de viabilisation moyen bon bon très bon

Taghzout ZA de Taghzout faible Aomar Zone de produits rouges moyenne Aomar ZA de Aomar moyenne M'chedallah ZA M'Chedallah moyenne Selon Schema Directeur des Zones Industrielles

Wilaya de Tizi Ouzou
Communes Dénomination Attractivité Superficie superficie Cessible non attribuée (ha) (ha) 66 0 5 0 2,5 1,5 12 4 8 5 8,73 8,73 9 0 12 2 33 18 11 4 10 10 23 6 9 2 des Zones d’activités- 2006-. Etat de niveau la zone de viabilisation saturée saturée dispo dispo dispo dispo saturée dispo dispo dispo dispo dispo dispo moyen moyen faible faible faible moyen moyen bon moyen bon néant moyen moyen

Tizi ouzou Tala Athmane très forte Mouldiouene ZA Mouldiouene faible Ain el hammam ZA Ain El Hammam moyenne Freha ZA Freha moyenne Tizi ghenif ZA Tizi Ghenif moyenne Larbaa nath irathen ZA de Larbaa Nath Irathen forte Azzeffoun ZA Azzeffoun moyenne Boghni ZA Boghni moyenne Draa ben khedda Draa Ben Khedda très forte Makla Zone d'activite Makla moyenne Boudjemia ZA Boudjemia très forte Tadmait ZA Tadmait moyenne A boudib ZA d'Aboudib faible Selon Schema Directeur des Zones Industrielles et

CENEAP

197

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Wilaya de Boumerdés
Communes Dénomination Attractivité Superficie Superficie Etat de Cessible non attribuée la zone (ha) (ha) 4,35 0 saturée 6,1 0 saturée 5,3 0 saturée 4,03 0 saturée 7,95 0,14 saturée 6,42 0,56 dispo 5,57 3,05 dispo 11,92 0,66 dispo 1,19 0,2 saturée 2,23 1,4 dispo 10,77 2,09 dispo et des Zones d’activités- 2006-. Niveau de viabilisation bon bon moyen bon moyen moyen neant faible moyen neant faible

Bordj menaiel ZAD Bordj Menaiel 2 très forte Bordj menaiel ZAD Bordj Menaiel (I) très forte Bordj menaiel ZAD Bordj Menaiel Iii très forte Baghlia extension ZAD Baghlia Extension moyenne Baghlia ZAD Baghlia (I) moyenne Naciria ZAD Naciria (I) très forte Naciria ZAD Naciria Extension très forte Isser ZAD Isser forte Chabet el ameur ZAD Chabet El Ameur faible Touarga ZAD Touarga faible Dellys ZAD Dellys forte Selon Schema Directeur des Zones Industrielles

A travers le massif, la quasi-totalité des ZA se localisent au niveau de la zone de Piémonts et contiguës et la zone de Moyenne montagne (étage inférieur) comme le montre le tableau suivant : Répartition des zones d’activités selon les zones physiques
Zone Piémonts et contiguës Moyenne montagne (étage inférieur) Moyenne montagne (étage supérieur) Haute montagne TOTAL Nombre de Z A 21 19 2 0 42

8.2.2 Situation attendue Au niveau du massif du djurdjura, le Schema Directeur des Zones Industrielles et des Zones d’Activites a retenu, entre 2010 et 2015, le renforcement de la base industrielle au moyen d’une Zone industrielle qui sera localisé à Naceria (Wilaya de Boumerdés). Les caractéristiques de cette nouvelle réalisation, notamment, en terme de potentiel foncier et de spécialisation, sont montrées dans le tableau suivant : Zone de concentration industrielle attendue
Identification nouvelle zone Nouvelle zone à Superficie Wilaya Commune créér Denomination totale Specialisation indus diverses en relation zone de redéploiement de avec les indusBoumerdes Naciria tries d'Alger Naciria ZI 200 Programme d'action

2010 2015 Etude d'opportunité Réalisation

CENEAP

198

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Conclusion La dynamique actuelle qui a contribué à une structuration globale de différents territoires du massif par la formation de pôles et de couloirs de développement ; elle a généré de profonds déséquilibres au détriment d'un arrière pays vaste aux structures encore archaïques et déshéritées, avec des impacts négatifs sur tous les aspects de la vie socio-économique des communes, notamment en terme de flux migratoires et de menaces permanentes sur la pérennité des ressources naturelles. Le développement économique en général, et industriel en particulier au sein du massif , gagneraient à s’inscrire dans une stratégie susceptible, à la fois d’infléchir la forte polarité exercée par les pôles et certains centres urbains et de corriger en profondeur la répulsivité des espaces ruraux. Cette stratégie se base sur la réorganisation de toute la base économique du massif, à partir de l’émergence de véritables centres économiques. A ce titre , les wilayas et les communes du massif , en tant qu'institutions et appareils administratifs locaux, sont appelées à déployer leurs actions en se plaçant dans une posture stratégique d'impulsion, de régulation et de soutien à la création d'activités. Il s’agit de procéder concomitamment : - à la mise à niveau du potentiel économique existant et à la densification des zones de concentration industrielle, et d’aider les entreprises à créer des richesses et des emplois, en leur apportant les conditions propres à favoriser leur implantation et à améliorer leurs performances et leur compétitivité; d'orienter, par des mesures incitatives, la diffusion du développement à travers le massif et d'encourager les activités qui concourent à valoriser les ressources et potentialités locales; de remplir une fonction déterminante de management du développement durable, en organisant le cadre et les modalités d'une exploitation rationnelle des ressources locales, notamment foncières.

-

-

CENEAP

199

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

IX. TYPOLOGIE DES COMMUNES 9.1. Considérations générales Pour typifier les 111 communes de l’aire de l’étude, une multitude d’indicateurs et de ratios de différentes natures, a été mobilisée, l'objectif recherché étant de repérer les communes à profils socio-économiques ressemblants. L'analyse en composantes principales et l'analyse factorielle des correspondances multiples ont été adoptées pour le traitement des données. Les sources et les indicateurs utilisés sont les suivants : • • Sources statistiques : Recensements généraux de la population et de l'habitat de 1977, 1987 1998 et 2008 Recensement général de l’agriculture 2002 Services techniques des wilayas de Tizi Ouzou, Bouira, Béjaia et Boumerdés (enquéte 2007) Ministère de l'Intérieur et des Collectivités Locales (2006) Ministère de l'Education Nationale (2006/2007). Indicateurs utilisés: - Le ratio de richesse - La densité de population - Le taux d’urbanisation - Le taux d’agglomération - Le taux d'accroissement annuel moyen 1977-1987, - Le taux d'accroissement annuel moyen 1987-1998. - Le taux d'accroissement annuel moyen 1987-2008 - La dotation en eau l/J/habitant - Le taux de branchement à l'eau potable, - Le taux de branchement à l'assainissement, - Le nombre d’unité postale / habitants - Le nombre d’abonné au téléphone /100habitants - Le taux de branchement à l'électricité, - Le taux de branchement au réseau de gaz de ville - Le taux d'occupation par classe (1 et 2 cycle) - Le nombre d’élèves / division pédagogique( 1 et 2 cycle) - Le taux de vacation (1 et 2 cycle) - Le taux d’encadrement (1 et 2 cycle) - Le taux d'occupation par classe (3 cycle) - Le nombre d’élèves / division pédagogique (3 cycle) - Le taux de vacation (3 cycle) - Le taux d’encadrement (3 cycle) - Le nombre d’habitant/ infrastructure sportive - Le nombre d’habitant/ infrastructure culturelle - Le taux d’occupation par logement - Le taux d'occupation des logements - Le nombre d’habitant/ salle de soins - Le nombre d’habitant/ centre de santé - Le nombre de médecin /habitants
CENEAP 200 MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

-

Le nombre de dentistes /habitants Le nombre de pharmacien/habitants Le ratio SAU/ superficie agricole totale Le ratio SAU/habitant SAU/ Superficie totale Le taux de forestation La taille moyenne des exploitations agricoles Le ratio SAU/occupé agricole.

La liste des indicateurs n’embrasse pas, de façon exhaustive, tous les domaines possibles ; des limitations d’ordre technique et objectif dans le processus de collecte des données n’ont pas permis d’atteindre ce but. Cependant, les indicateurs et les ratios socioéconomiques utilisés sont suffisamment pertinents pour fournir une idée assez valable quant à la typification des différents espaces composant le Massif. En effet, ces données: sont significatives du point de vue de l’action, c’est à dire qu’ils décrivent les conditions socioéconomiques existantes susceptibles d’être améliorées par une action des pouvoirs publics ; s’appliquent sur une même période et pour l’ensemble des communes ; font partie d’une grille couvrant l’ensemble des préoccupations socio économiques ; correspondent étroitement à la préoccupation socioéconomique à laquelle ils s’appliquent.

-

Les techniques statistiques utilisées relèvent des méthodes statistiques descriptives (univariées, bivariées et multivariées) et des techniques de classification automatique. L’Analyse en Composantes Principales (ACP) appliquée permet de synthétiser l’information contenue dans un tableau où des individus (communes dans le cas présent) sont décrits par plusieurs variables simultanément et pouvant avoir des liens entre elles. Les techniques de classification automatique sont destinées à produire des regroupements d’objets ou individus (ici les communes) décrits par un certain nombre de variables ou caractères ; elles font appel à une démarche algorithmique qui définit un certain nombre d’opérations de manière récursive et répétitive ; les étapes successives ayant pour objectif l’amélioration croissante des résultats. Les méthodes des k-means procèdent par agrégation d’individus autour de centres mobiles. Les regroupements peuvent se faire par la recherche directe d’une partition, en affectant dans la première étape les objets à des centres de classes provisoires puis recentrer les classes et réaffecter de façon itérative leurs éléments et ainsi de suite jusqu’à ce que l’algorithme converge et les classes recentrées ne changent plus. L’arrêt du processus est déterminé par la convergence de l’algorithme vers des centres de classes stabilisés autour desquels s’agrègent les objets en formant une partition localement optimale.

CENEAP

201

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Les centres de classes sont des objets fictifs caractérisés par un descriptif de tous les indicateurs utilisés et que pourraient partager tous les individus d’une même classe dans des intervalles de confiance (appelés plutôt pavés) statistiquement acceptables. La commune représentative de la classe est celle dont le descriptif des indicateurs est le plus proche du centre de la classe. Dans le cas présent, l’application des techniques de classification a aboutit à stratification des 111communes du Massif en cinq classes, chacune regroupe un certain nombre de communes précisées dans les tableaux ci-dessous et représentées par un centre de classe ; chaque centre caractérise la classe de communes qu’il représente. Classes de communes identifiées
Nombre de communes Classe2 Classe3 3 1 19 11

Zone Piémonts et contiguës Moyenne montagne (étage inf) Moyenne montagne (étage sup) Haute montagne Massif Commune « centre de classe »

Classe1 14 29

Classe4 3 8 1

Classe5 2 1

6 8 5 1 2 50 30 16 Tinebdhar Beni Yenni El Kseur ( W Béjaia) (W Tizi Ouzou) ( W Béjaia)

12 3 Sidi Daoud Ait Laaziz (w Boumerdés) (w Bouira)

9.2. Répartition des communes selon les classes La répartition des communes selon les 5 classes identifiées sont présentées dans le tableaux suivant :
CLASSE 3 601 Béjaia 627 Tazmalt 640 El Kseur 651 Oued Ghir 1037 M'chedallah 1501 Tizi Ouzou 1502 Ain El Hammam 1506 Mechtrass 1518 Azazga 1547 Draa Ben Khedda 3505 Bordj Menaiel 3506 Baghlia 3508 Naciria 3510 Isser 3526 Ouled Aissa 3528 Dellys

1 610 Tinebdhar 618 Ifelain Il Mathen 629 Chemini 630 Souk Oufella 632 Tibane 636 Ouzellaguen 643 Leflaye 1009 Taghzout 1012 Haizer 1016 Aomar 1017 Chorfa 1019 El Adjiba 1027 Aghbalou 1030 Saharidj 1504 Freha 1505 Souamaa 1507 Irdjen 1508 Timizart 1509 Makouda 1510 Draa El Mizan

2 604 Taourirt Ighil 605 Chellata 614 Tifra 615 Ighram 619 Toudja 624 Adekar 635 Beni Ksila 638 Beni Melikeche 642 Akfadou 1503 Akbil 1513 Ait Chaffaa 1517 Iferhounene 1520 Yakourene 1523 Zekri 1527 Ait Yahia 1528 Ait Mahmoud 1533 Illilten 1541 Ifigha 1544 Akerrou 1545 Yatafene

4 1511 Tizi Ghenif 1514 Frikat 1525 Ain Zaouia 1526 M'kira 1529 Maatka 1556 Ait Yahia Moussa 1566 Assi Youcef 3504 Afir 3507 Sidi Daoud 3509 Djinet 3514 Chaabet El Ameur 3518 Timezrit

5 625 Akbou 639 Sidi Aich 1008 Ait Laaziz

CENEAP

202

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

1512 Bounouh 1515 Beni Aissi 1516 Beni Zmenzer 1519 Iloula Oumalou 1521 Larbaa Nath Irathen 1522 Tizi Rached 1524 Ouaguenoun 1530 Ait Boumehdi 1531 Abi Youcef 1532 Beni Douala 1534 Bouzguen 1535 Ait Aggouacha 1536 Ouadhia 1537 Azzefoun 1538 Tigzirt 1539 Djebel Aissa Mimoun 1540 Boghni 1542 Ait Oumalou 1543 Tirmitine 1548 Ouacif 1550 Mekla 1551 Tizi N'thlata 1555 Boudjima 1557 Souk El Thenine 1558 Ait Khelili 1559 Sidi Naamane 1564 Tadmait 1565 Ait Bouaddou 3525 Taourga 3527 Ben Choud 50

1546 Beni Ziki 1549 Idjeur 1552 Beni Yenni 1553 Aghribs 1554 Iflissen 1560 Iboudraren 1561 Aghni Goughran 1562 Mizrana 1563 Imsouhal 1567 Ait Toudert

30

16

12

3

9.3. Répartition des classes de communes selon les zones Les classes de communes identifiées sont présentées, par zone, dans les tableaux ci-après :

CENEAP

203

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de piémonts et contiguës
CLASSE 1 618 Ifelain Il Mathen 643 Leflaye 1504 Freha 1505 Souamaa 1507 Irdjen 1522 Tizi Rached 1524 Ouaguenoun 1537 Azzefoun 1539 Djebel Aissa Mimoun 1543 Tirmitine 1550 Mekla 1559 Sidi Naamane 1564 Tadmait 3527 Ben Choud CLASSE 2 635 Beni Ksila CLASSE 3 601 Béjaia 627 Tazmalt 651 Oued Ghir 1501 Tizi Ouzou 1547 Draa Ben Khedda 3505 Bordj Menaiel 3506 Baghlia 3508 Naciria 3510 Isser 3526 Ouled Aissa 3528 Dellys CLASSE 4 3504 Afir 3509 Djinet CLASSE 5 625 Akbou

3507 Sidi Daoud 639 Sidi Aich

Zones de moyenne montagne (étage inférieur)
CLASSE 1 610 Tinebdhar 630 Souk Oufella 632 Tibane 636 Ouzellaguen 1009 Taghzout 1012 Haizer 1016 Aomar 1017 Chorfa 1019 El Adjiba 1027 Aghbalou 1508 Timizart 1509 Makouda 1510 Draa El Mizan 1512 Bounouh 1515 Beni Aissi 1516 Beni Zmenzer Larbaa Nath 1521 Irathen 1532 Beni Douala Ait 1535 Aggouacha 1536 Ouadhia 1538 Tigzirt CLASSE 2 604 Taourirt Ighil 614 Tifra 619 Toudja 624 Adekar 1513 Ait Chaffaa 1520 Yakourene 1523 Zekri 1527 Ait Yahia 1528 Ait Mahmoud 1541 Ifigha 1544 Akerrou 1545 Yatafene 1552 Beni Yenni 1553 Aghribs 1554 Iflissen 1560 Iboudraren 1562 Mizrana 1563 Imsouhal 1567 Ait Toudert CLASSE 3 640 El Kseur 1037 M'chedallah 1502 Ain El Hammam 1506 Mechtrass 1518 Azazga CLASSE 4 1511 Tizi Ghenif 1514 Frikat 1525 Ain Zaouia 1526 M'kira 1529 Maatka 1556 Ait Yahia Moussa 3514 Chaabet El Ameur 3518 Timezrit CLASSE 5 1008 Ait Laaziz

CENEAP

204

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

1540 Boghni 1542 Ait Oumalou 1548 Ouacif 1551 Tizi N'thlata 1555 Boudjima Souk El 1557 Thenine 1558 Ait Khelili 3525 Taourga

Zones de moyenne montagne (étage supérieur)
CLASSE 1 629 Chemini 1030 Saharidj 1519 Iloula Oumalou 1531 Abi Youcef 1534 Bouzguen 1565 Ait Bouaddou CLASSE 2 605 Chellata 615 Ighram 638 Beni Melikeche 642 Akfadou 1517 Iferhounene 1533 Illilten 1546 Beni Ziki 1549 Idjeur CLASSE 3 CLASSE 4 1566 Assi Youcef CLASSE 5

Zones de Haute montagne
CLASSE 1 1530 Ait Boumehdi CLASSE 2 1503 Akbil 1561 Aghni Goughran

9.4. Caractéristiques principales des classes Chacun des ratio et /ou indicateur est appréciée, selon le cas, par rapport à la moyenne observée à l’échelle du massif ou bien par rapport aux normes nationales. Cinq « dégrés » d’appréciations sont retenus pour évaluer le niveau moyen résultant au sein d’une classe donnée : Très faible, Faible, Moyen, élevé, Trés élevé. Les principaux traits des classes peuvent être résumés comme suit : •
Classe 1 2 3 4 5

Population
Taux d’urbanisation Faible Taux d’agglomération Élevé Élevé Élevé Élevé Très élevé Taux d'accroissement annuel moyen 981977-1987 87-98 2008 Moyen Moyen Moyen Moyen Trés élevé Moyen Élevé Moyen Élevé Moyen Élevé Très faible Moyen Faible élevé Densité pop. 2008 Élevé Faible Élevé Élevé Trés élevé Taux d’occupatio n par logement Élevé Moyen Élevé Trés élevé Élevé Ratio de richesse Très faible Très faible Moyen Très faible Trés élevé

Très faible Faible Très faible Trés élevé

CENEAP

205

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Equipements sociaux
Taux Logements Occup. par occupés logement (TOL) Élevé Élevé Moyen Élevé Élevé Trés élevé Élevé Moyen Faible Élevé Infrastructure – encadremeent / habitants Salle de soins Moyen Moyen Très faible Faible Très faible Centre de santé Très faible Faible Faible Moyen Faible Moyen Élevé Très faible Moyen Médecin Moyen Moyen Moyen C.denti ste Faible Moyen Moyen Pharmacien Élevé Élevé Très faible Faible Moyen Sportive Faible Moyen Très faible Faible Moyen Faible Culturelle Faible Moyen Très faible Élevé

Classe

1 2 3 4 5

1 eet 2 éme cycle Classe 1 2 3 4 5 TOC Faible Faible Faible Faible Moyen Elev/DP Faible Faible Faible Faible Faible

er

3 éme cycle ELE/D P TV TE TOC Faible Faible Faible Faible Faible Faible Faible Faible Faible Faible Faible Faible Faible moyen Élevé moyen Faible Faible moyen moyen

TV Faible Faible Faible Élevé Faible

TE Faible Faible Faible Faible Faible

Equipements techniques
taux rac. réseau assaini Moyen Moyen Élevé Densité Densité Taux routière postale Teleph. fixe electrification. (km/km2) Élevé Élevé élevé Moyen Élevé Moyen Moyen élevé Faible Élevé Faible Élevé Moyen Élevé moyen moyen élevé Faible

AEP Dotation/ Taux rac Classe j/hab. .réseau Élevé Élevé 1 2 3 4 5 Moyen élevé Moyen Élevé Moyen élevé Faible Élevé

Taux rac gaz Faible Très faible Élevé Faible Élevé

Très faible élevé Élevé Élevé

Economie rurale
Ratio SAU/SAT SAU/Sup tot commune Faible Faible Faible Faible Moyen Taille moyen. Exploit. agricole SAU/occupé ÉLevé Élevé Moyen Moyen Élevé Faible Faible Faible Très faible Élevé Élevé Faible Moyen Faible Faible élevé

Taux de forestation

Classe 1 2 3 4 5

SAU/Hab. Moyen Moyen Moyen Faible élevé Moyen Moyen Moyen Très faible Moyen

CENEAP

206

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

CONCLUSION GENERALE : QUELS PERSPECTIVES D’AMENAGEMENT POUR LE MASSIF DU DJURDJURA ? Bien que possédant ses propres spécificités en termes de défis d'aménagement territorial, globalement le massif du Djurdjura s’inscrit dans les enjeux majeurs identifiés par le SNAT 2025. Le diagnostic et les problématiques établis par la présente étude permettent de dégager les principaux enjeux majeurs pour le massif du Djurdjura. Enjeu fondamental : Assurer la durabilité du développement du territoire couvert par le massif. La durabilité du développement du territoire couvert par le massif du Djurdjura est conditionnée par : la durabilité de ses ressources naturelles et autres atouts. Le renforcement de l’équité et la solidarité territoriale, à travers la recherche soutenue d’équilibres dans les niveaux de développement entre les villes et grandes agglomérations de la région et leurs espaces montagneux.

Cet enjeu fondamental est décliné en cinq enjeux • Enjeu n° : Préservation et valorisation de la ress ource en eau 1

Les ressources en eau constituent l’élément fondamental du développement durable. Malgré les tensions que connaissent certaines populations rurales, l’aire de l’étude constitue un immense réservoir d’eau d’importance régional dont dépend l’AEP de l’aire métropolitaine algéroise. L’enjeu en ce qui concerne cette ressource stratégique consiste dans : La préservation la ressource contre toute forme d’exploitation abusive ou de pollution et de dégradation : Réalisation de stations d’épuration des eaux au niveau des agglomérations importantes pour lutter contre la pollution, traitement des bassins versants pour atténuer le processus d’envasement sur les ouvrages hydrauliques existants et projetés ; définition des priorités quant à l’affectation des ressources entre les différents usagers ; Une plus grande mobilisation des ressources superficielles et des eaux non conventionnelles: réalisation de nouveaux ouvrages hydrauliques (barrages et retenues collinaires), pompage au fil de l’eau, utilisation des eaux usées recyclées pour l’irrigation, Une économie de l’eau par l’utilisation des techniques nouvelles d’irrigation : développement de l’irrigation par goutte à goutte ; Une diminution au maximum des pertes aux réseaux : adduction, stockage et distribution

-

-

CENEAP

207

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

• Enjeu n° : Préservation, valorisation, et consolid ation de la ressource 2 en terres agricoles Les terres à fort potentiel agricoles sont limitées et en constante régression, et ce pour des raisons évidentes liées à l’accroissement démographique et à l’expansion urbaine (toutes les agglomérations se développent au niveau des vallées). L’enjeu pour la préservation et la valorisation des terres, consiste, dans : Le développement de l’irrigation ; Les travaux d’aménagement et de bonification des sols ; L’adaptation des systèmes de culture aux conditions du relief et aux nouvelles exigences induites par le changement climatique ; Le désenclavement des terres agricoles; L’intervention contre l’urbanisation anarchique et une meilleure protection des terres;

• Enjeu n° : Préservation et valorisation du patrimo ine forestier 3 Le massif du Djurdjura abrite un potentiel appréciable en forêts de protection et de production. Ces forêts, bien que relativement bien conservées, sont confrontées à de nombreuses menaces liées aux conditions naturelles et aux pressions anthropiques. L’enjeu réside : d’abord dans leur préservation, pour leur rôle de protection contre l’érosion des sols et pour la lutte contre la désertification. ensuite dans les perspectives qu’offre leur valorisation pour impulser le développement local sur les plans économique et social

Par ailleurs, la préservation et la valorisation de ce patrimoine, pour être durable et rationnelle, passe par l’élaboration de plans d’aménagement et d’exploitation • Enjeu n° : Préserver et valoriser les ressources patrimoniales et impul4 ser le développement d’un tourisme durable . L’enjeu, en matière de patrimoine, réside non seulement dans sa préservation, mais aussi et surtout dans sa valorisation. Il s’agit, dans le cadre d’un développement intégré, de favoriser et soutenir des processus de complémentarité à même d’impulser le développement des activités liées au tourisme et promouvoir l’image de ces zones montagneuses. La promotion des activités touristiques est de nature à contribuer directement au développement socioéconomique des zones concernées (création d’emplois directs et indirects, réalisation d’infrastructures d’accès et d’hébergement, etc.). Ces activités permettent aussi d’aider à la sauvegarde de ce patrimoine, dans la mesure où sa préservation et sa valorisation sont perçues comme sources de développement économique et d’amélioration des conditions de vie.

CENEAP

208

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Enjeu n° : Assurer l’intégration territoriale 5 Les constats sur l’état des lieux ont mis en évidence de grands écarts dans le développement social et économique entre les grandes agglomérations urbaines du massif et les zones de montagnes. A ce titre, l’intégration et la réduction des inégalités apparaissent comme un enjeu majeur. L’intégration territoriale signifie un développement économique et social à la fois intégré et équitable entre : l’urbain et le rural, d’une part, et entre les territoires favorisés situés dans les vallées et les territoires à contraintes situés en montagne, d’autre part. L’enjeu est de promouvoir une économie rurale viable autour des ressources naturelles et des savoir-faire locaux : agriculture de montagne, pastoralisme, artisanat et tourisme, etc., accompagnée par une politique volontariste d’équipement en matière d’infrastructures sociales. Ceci suppose des actions fortes, à l’initiative des pouvoirs publics, orientées vers la promotion économique du système productif et soutenues par des programmes de désenclavement et d’amélioration des conditions de vie des populations : Programmes d’intensification agricole, de développement de la production animale, Multiplication de projets de proximité de développement rural, etc. Impulsion de synergies multisectorielles de développement ; Promotion de la multi-activité par des aides destinées : à la création de PME/PMI, pour valorisation, sur place, de la production locale, et à la création de structures d’appui à la production.

CENEAP

209

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Tableaux synoptiques des caractéristiques des zones de montagnesdu Djurdjura En guise de résumé de cette phase de l’étude nous présentons ci-après sous forme de tableaux synoptiques les principales caractéristiques de chacune des zones de montagnes identifièes. Zones de piémonts et contiguës Nombre de communes concernées : 31 communes Superficie totale : 177 485 ha (32,09% de la surface totale du massif)

Composante Relief

Facteur Altitude

Potentialités et atouts La classe des basses altitudes (0-400 m) représente : 71,82 % de la zone Pente faible à modérée : 44,85% de la zone - Classe 0- 3% : 13,85% - Classe 3 – 12,5% : 31% Appréciables Absence de gelées Oueds: Isser, Soumman, Sébaou et affuents des oueds cités Abondante

Contraintes

Pente

Pente forte à très forte : 55,15 - Classe 12,5 -25% : 13,59% - Classe sup à 25% : 41,56%

Climat

Précipitations Gelées

Réseau hydrographique et ressources en eau

Réseau hydrographique

Ressources en eau superficielles Ressources en eau souterraine

Appréciable : Localisation des nappes alluviales au niveau des vallées

Menace de pollution par les rejets liquides ménagers et industriels (Zone bénéficiant d’une très forte densité de peuplement et d’un potentiel industriel appréciable.

CENEAP

210

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de piémonts et contiguës (suite)
Composante Sols Facteur Lithologie Potentialités et atouts Alluvions des vallées des Oueds Sébaou, Soummam et Isser (terres à forte valeur agricole) Contraintes Mitage des terres à forte valeur agricole par l’urbanisation

Formations argilomarneuses très soumises à l’érosion (versant nordouest de la Soummam) Utilisation SAU : 39,68% Forêt : 30,43% Parcours : 30,43% Parc naturel de Gouraya ; Plages ; Forêts de chêne liège Jeunesse de population et importance de la population active Deux grandes villes : Tizi Ouzou et Béjaia ; Trois grandes agglomérations : Bordj Ménaiel, Akbou et Draa Ben Khedda Le nombre de communes ayant un taux moyen négatif est passé de 01 en 1977 à 04 en 2006 Non cultivables : 22,73%

Composante écologique et paysagère Socioéconomique Humain

Armature urbaine

Croissance Le nombre de commudémographique nes ayant un taux moyen supérieur à 2% est passé de 9 en 1977 à 12 en 1998 puis à 5 en 2006 Ratio de richesse Niveau de développement des communes (nombre) Base industrielle très bon

Moyen : 07 ; Assez bon : 02 Bon : 08

Très faible : 03 Faible : 11

Existence de 21 zones Capacités foncières d’activités saturées, Viabilisation insuffisante

CENEAP

211

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Altitude dominante comprise entre 400 et 800 m Nombre de communes concernées : 62 Superficie totale : 298 728 ha (54,02% de la superficie totale du massif)

Composante Facteur Relief Altitude

Potentialités et atouts Les classes d’altitude basse et moyenne Représentent 85% de la zone : - classe 0 à 400 m : 19,32 % - classe 400 à 800 m : 65,73 %

Contraintes La classe des très hautes altitudes, supérieures à 1200 m, représente 3,24% de la zone

Pente

Pente faible à modérée : 16,51% de la zone Classe 0- 3% : 02,33% Classe 3 – 12,5% : 14,18%

Pente forte à très forte : 84,49% Classe 12,5 -25% : 21,30% Classe sup à 25% : 62,19%

Climat

Précipitations Gelées

Appréciables Gelées peu importantes Réseau hydrographique constitué principalement par les affluents de l’ Oued Sébaou Abondante Limitées aux nappes des terrasses alluviales des principaux affluents des oueds Sébaou, Isser et Soummam

Réseau hydrographique et ressources en eau

Réseau hydrographique

Ressources en eau superficielles Ressources en eau souterraine

CENEAP

212

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage inférieur) : Suite Composante Sols Facteur Utilisation Potentialités et atouts SAU : 34,42 % Forêt : 41,31% Parcours : 9,19 % Forêts de chêne liège et de chêne zen Humain Jeunesse de population et importance de la population active Deux grandes agglomérations : Azazga et Maatkas Le nombre de communes ayant un taux moyen négatif est passé de 04 en 1977 à 15 en 2006 Faible Moyen : 15 Assez bon : 07 Bon : 03 Existence de 19 zones d’activités Très faible : 23 Faible : 14 Contraintes Non cultivables :
15,07%

Composante écologique et paysagère Socioéconomique

Armature urbaine

Croissance Le nombre de commudémographique nes ayant un taux moyen supérieur à 2% est passé de 32 en 1977 à 22 en 1998 puis à 6 en2006 Ratio de richesse Niveau de développement des communes (nombre) Base industrielle

Niveau de viabilisation et d’occupation modestes

CENEAP

213

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage supérieur) : Altitude dominante comprise entre 800 et 1200 m Nombre de communes concernées : 15 Superficie totale : 66 601 ha (12,04% de la superficie totale du massif

Composante Facteur Relief Altitude

Potentialités et atouts Les classes d’altitude basse et moyenne Représentent 69,38% de la zone : - classe 0 à 400 m : 1,16% - classe 400 à 800 m : 30,25 % - classe 800 à 1200 m : 37,97

Contraintes La classe des très hautes altitudes, supérieures à 1200 m, représente 30,62 % de la zone

Pente

Pente faible à modérée : 06,87% de la zone - Classe 0- 3% : 0,51% - Classe 3 – 12,5% : 6,36% Abondantes

Pente forte à très forte : 94,13% - Classe 12,5 -25% : 17,63% - Classe sup à 25% : 76,50%

Climat

Précipitations Gelées

Gelées hivernales et printanières importantes Enneigement Réseau hydrographique constitué principalement par les affluents de l’ Oued Sébaou Abondante

Réseau hydrographique et ressources en eau

Réseau hydrographique

Ressources en eau superficielles Ressources en eau souterraine

Limitées aux nappes des terrasses alluviales des principaux affluents des oueds Sébaou

CENEAP

214

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de moyenne montagne (étage supérieur) : Suite
Composante Sols Facteur Utilisation Potentialités et atouts SAU : 28,40 % Forêt : 38,37% Parcours : 14,41% Forêts de chêne liège et de chêne zen Humain Jeunesse de population et importance de la population active Absence de grande s villes et grandes agglomérations Le nombre de communes ayant un taux moyen supérieur à 2% est passé de 8 en 1977 à 2 en 1998 puis à 5 en2006 Le nombre de communes ayant un taux moyen négatif est passé de 01 en 1977 à 4 en 1998 puis à 2 en 2006 Très faible Moyen : 02 Assez bon : 05 Bon : 0 Très faible : 07 Faible : 01 Contraintes Non cultivables :
18,80%

Composante écologique et paysagère Socioéconomique

Composante écologique et paysagère

Armature urbaine Croissance démographique

Ratio de richesse Niveau de développement des communes (nombre)

CENEAP

215

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de Haute montagne : Altitude dominante supérieure à 1200 m Composante Relief

Nombre de communes concernées : 03 Superficie totale : 10 207 ha (1,85% de la superficie totale du massif)
Facteur Altitude Potentialités et atouts Les classes d’altitude basse et moyenne Représentent 69,38% de la zone : - classe 0 à 400 m : 01,59 - classe 400 à 800 m : 32,40 - classe 800 à 1200 m : 10,47 Pente Pente faible à modérée : 11,87 % de la zone Classe 0- 3% : 0% Classe 3 – 12,5% : 11,87% Pente forte à très forte : % Classe 12,5 -25% : 00% Classe sup à 25% : 88,13% Contraintes La classe des très hautes altitudes, supérieures à 1200 m, représente 55,54 % de la zone

Climat

Précipitations Gelées

Très abondantes Gelées hivernales et printanières très importantes Enneigement important Faible Ecoulements des pluies Limitées

Réseau hydrographique et ressources en eau

Réseau hydrographique Ressources en eau superficielles Ressources en eau souterraine

CENEAP

216

MATET

Etude relative à la delimitation et à la caracterisation des zones de montagne et des massifs montagneux du djurdjura

Zones de Haute montagne : Suite
Composante Sols Facteur Utilisation Potentialités et atouts SAU : 17,86% Forêt : 38,37% Parcours : 14,41% Parc du Djurdjura Cédraie du Djurdjura Jeunesse de population et importance de la population active Absence de grande s villes et grandes agglomérations Le nombre de communes ayant un taux moyen négatif est passé de 0 en 1977 à 01 en en 1998 et 2006 Le nombre de communes ayant un taux moyen supérieur à 2% est passé de 2 en 1977 à 1 en 1998 puis à 0 en2006 très faible Moyen : 01 Assez bon : 0 Bon : 0 Très faible : 02 Faible : 0 Contraintes Non cultivables : 18,80 %

Composante écologique et paysagère Socioéconomique Humain

Armature urbaine Croissance démographique

Ratio de richesse Niveau de développement des communes (nombre)

CENEAP

217

MATET