Está en la página 1de 27

EOI ARANJUEZ

PETITE EXPOSITION LITTÉRAIRE DE
L’ATELIER DE LITTÉRATURE
(2005-2014)
Depuis que l’Atelier de littérature existe, cela va faire bientôt
10 ans (en 2015) le moment est venu de recenser une petite
représentation des auteurs et livres lus et étudiés . Presque
une soixantaine de titres et d’auteurs ont occupé déjà les
séances et rempli de littérature tout ce temps. C’est aussi
l’occasion de les exposer pour les faire connaître aux autres
groupes de français « cette autre littérature » d’expression
française qui nous a tant transmis et fait plonger dans des
débats qui résonnent encore dans nos oreilles, dans notre
cœur et dans nos pensées.
À travers ces auteurs et ces titres nous nous
sommes approchés non seulement d’une autre façon d’écrire,
mais de différents mondes, oubliés parfois, souvent méconnus
mais qui font une partie indispensable d’une même réalité que
l’on commence à partager depuis le premier moment que l’on
ouvre la couverture d’un livre.
Leurs origines de nos auteurs sont très diverses, et leur
écriture encore plus…. Découvrez-les….
FAITES UN BON ET BEAU PARCOURS
Le groupe de l’Atelier de Littérature
Biographie
Essayer de définir Abdellah Baïda comme professeur de littérature à l’université Mohamed V
de Rabat (Maroc), docteur en littérature et culture
maghrébines, francophones et comparées et réputé critique
littéraire ne ferait que donner une simple patine descriptive à
un esprit inquiet, un écrivain talentueux et une personne
engagée dans la diffusion de la littérature marocaine dans le
monde occidentale.
Chez l’Atelier de Littérature, l’opinion toujours
précise d’Abdellah Baïda nous a servi souvent d’inspiration et
de guide dans nos débats littéraires, surtout après la publication
de son livre “Au fil des livres” où il fait une petite
encyclopédie des écrivains marocains vus de sa vision de
lecteur et de critique.
L’interdiction au Maroc de publier le livre de Mohammed Leftah, « Le dernier combat du
captain Ni’mat » nous a montré un Abdellah Baïda compromis aussi avec la liberté
d’expression.
Récemment il a a publié une série des critiques littéraire en support vidéo
intitulées «Chroniques d’Abdel» et il vient de publier en janvier 2014 son livre «Dernier Salto»,
un récit qui mêle la structure des contes avec de la sociologie et de la philosophie projetées sur
des événements de la vie quotidienne.
A. Baïda nous a visité en trois occasions pour nous faire part de ses expériences, de ses thèses
littéraires et aussi pour nous présenter ses derniers livres. Il est devenu une présence
indispensable chez nous.













Abdel l ah Ba!da
Publications
• “Le Dernier Salto” (2014)
• « Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine de
langue française » (2011)
• « Mohammed Leftah ou le bonheur des mots »
(Coordinateur) (2009)
• "Les Voix de Khaïr-Eddine" (2007)

Pour en savoir plus
• Chroniques d’Abdel:
https://www.youtube.com/feed/SCPKStZKlsRokXSPuJzZ
Q8ewXEori_dBs_nbhtj5JlmVxQ
• La chronique de l’Atelier: Lettre ouverte à Allah au sujet
de la lecture
http://inmatelier.wordpress.com/2013/02/24/lettre-ouverte-
a-allah-au-sujet-de-la-lecture/








Il a abordé plusieurs genres : le roman
historique, politique, philosophique et poétique.
Mais ses romans réalistes et psychologiques sont
les plus célèbres : Le Père Goriot et Eugénie
Grandet. Balzac a aussi influencé les écrivains
de son temps et du siècle suivant : Gustave
Flaubert (Madame Bovary), Émile
Zola ou Marcel Proust.
Balzac a organisé ses œuvres en un vaste ensemble, La Comédie humaine, avec le projet
d'explorer les différentes classes sociales et les individus qui les composent, créant
des archétypes : le jeune provincial ambitieux, l'avare tyran domestique, l'icône du
père…
Ses œuvres continuent d'être réimprimées. En plus, le cinéma a adapté beaucoup de ses
romans.







Honor! de Bal zac
Pour en savoir plus
• Honoré de Balzac et la Comédie Humaine:
http://hbalzac.free.fr/index.php
• La chronique de l’Atelier: « Douleur de paternité »
http://inmatelier.wordpress.com/2012/01/29/douleur-de-
paternite/#more-1514

Principaux ouvrages
• Les Chouans, 1829
• La Peau de chagrin, 1831
• Le Chef-d’œuvre inconnu, 1831
• Le Colonel Chabert, 1832
• Le Médecin de campagne, 1833
• Eugénie Grandet, 1833
• Histoire des Treize, 1833-1839
• La Recherche de l’absolu 1834-1835
• Le Père Goriot, 1835
• Le Lys dans la vallée, 1836
• La Vieille Fille, 1836
• César Birotteau, 1836




• La Maison Nucingen, 1838
• Les Secrets de la princesse de
Cadignan, 1839
• Béatrix, 1839
• Illusions perdues, 1837-1843
• La Rabouilleuse, 1842
• Modeste Mignon, 1844
• La Cousine Bette, 1846
• Le Cousin Pons, 1847
• Splendeurs et misères des courtisanes,
1838-1847
• Ursule Mirouët, 1842-1843


Biographie
Écrivain français né à Tours en 1799, décédé à
Paris en 1850. Romancier, dramaturge, critique
littéraire et d’art, il a laissé l'une des plus
imposantes œuvres romanesques de la littérature
française ; tout l’ensemble est réuni sous le nom
de Comédie humaine. En fait, il est considéré
comme le créateur du roman réaliste moderne.





Biographie
Lamia Berrada-Berca est née en 1970 d’une mère française et
d’un père marocain, et compte dans sa généalogie un grand-père
suisse-écossais et un autre arabe, une grand-mère française et une
autre berbère,...mais subsiste, comme un phare, la langue
française. Langue de survivance enracinée au plus profond d’elle,
dans laquelle s’est fondu le souvenir ancien de toutes les
autres- berbère, arabe et anglais- émiettées dans le fil de la
transmission… Langue unique qui n’ignore pas cet héritage
multiple mais qui demeure investie d’un amour sans partage au
point qu’elle en fait très logiquement à l’âge adulte son métier.
Devenue professeur de Lettres Modernes après des études à La Sorbonne, elle exerce durant
plusieurs années en région parisienne puis se tourne vers l’image dans le désir de confronter ses
mots à d’autres univers, photographiques ou plastiques.
Sa rencontre avec le Groupe Français d’Education Nouvelle en 96 puis les classes à projets
artistiques qu’elle anime ensuite l’engagent à mener des projets où l’écriture trouve sa force
d’expression au croisement d’autres arts, ou aujourd’hui dans le cadre du documentaire.
Son écriture explore la solitude des êtres, les espaces de communication incertains, les failles
minuscules qui se glissent dans le vécu de chacun, l’espace de l’intime, secoué de deuils et de
petites métamorphoses, pour mesurer le vertige qui nous sépare de toutes les vies qu’on n’aura
jamais vécues et de toutes celles que nous vivons tellement en-deçà…
Elle tente d’exprimer dans ses écrits les difficultés de l’homme contemporain, -enfant ou adulte
à fixer son identité propre et son histoire personnelle. Son propre rapport au métissage la
conduit à inscrire son écriture dans l’image du déplacement, le voyage, l’errance, l’existence
mouvante de personnages qui invitent toujours à partir de l’autre pour reconsidérer le chemin
qui mène vers soi.












Lamia Berrada-Berca
Publications
Roman
– Une même nuit nous attend tous, éditions La Cheminante, 2012
– Kant et la petite robe rouge, éditions La Cheminante, 2011
– Une île posée sur l’horizon, Mon Petit Editeur, 2010
– Eclatantes Solitudes, Mon Petit Editeur, 2010
Poésie
– Le lien rompu. Revue Rivaginaire, 1998

Pour en savoir plus
• Facebook : https://fr-fr.facebook.com/LamiaBerradaBerca
• Linkedin : www.linkedin.com/pub/dir/Lamia/Berrada
• La Chronique de l’Atelier : Une Lumière en rouge pour les
Ombres voilées:
http://inmatelier.wordpress.com/2013/04/07/une-lumiere-en-
rouge-pour-les-ombres-voilees/
Biographie
Né en 1959 à Marrakech. Il s'installe à Paris en 1980
et il habite à New York de 1994 à 1999 pour y
poursuivre ses études de mathématiques qu'il
enseigne pendant huit ans à Paris. Puis il se consacre
à l'écriture et à la peinture et, depuis peu, à la
sculpture. Il écrit plusieurs romans traduits en une
dizaine de langues. Exposée notamment en France, à
New York, en Allemagne ou aux Etats-Unis..., son
œuvre remarquée des importants critiques d'art et
grands collectionneurs fait partie de nombreuses
collections publiques et privées dont celle du Musée
Guggenheim de New York, le Musée de Bank Al
Maghrib, la Fondation Kinda, Le Musée de
Marrakech, la Fondation Kamal Lazaar, la Société
Générale, Attijariwafa Bank, le Crédit Agricole du
Maroc, le CIH Maroc, la BMCE Bank, la Caisse de
dépôt de et Gestion... Il revient à Marrakech en 2002.
Peintre et écrivain, Mahi Binebine partage son temps
depuis une vingtaine d'années entre la France, le Maroc et les États-Unis. Son premier roman,
Le Sommeil de l'esclave (Stock, 1992), a obtenu le prix Méditerranée. Ses trois derniers
ouvrages, Cannibales (1999), Pollens (2001, prix de l'amitié franco-arabe) et Terre d'ombre
brûlée (2004) sont parus chez Fayard et ont été traduits en plusieurs langues.
En 2010, il reçoit le prix du Roman arabe pour Les Étoiles de Sidi Moumen1.
Il est lauréat, dans le secteur de la culture, du Trophée de la Diplomatie publique, remis à Rabat
en novembre 2011, pour sa contribution au rayonnement du Maroc à l'étranger.


Mahi Binebine
Publications
• Le Griot de Marrakech, éd. de l'Aube,
• Cannibales, éd. de l'Aube,
• Terre d'ombre brulée, éd. Fayard,
• Le Sommeil de l'esclave, éd. Stock,
• L'Écriture au tournant, co-auteur Adellatif Laâbi
• Pollens, éd. Fayard,
• Les Étoiles de Sidi Moumen, éd. Flammarion, (Prix
littéraire de la Mamounia, 2010)
Pour en savoir plus
• Site officiel de Mahi Binebine:
http://www.mahibinebine.com/Mahi_BineBine/Accueil.ht
ml
• La chronique de l’Atelier: Les semences de la violence
http://inmatelier.wordpress.com/2013/12/16/les-semelles-
de-la-violence/
Biographie
Albert Camus (1913-1960), né en Algérie. Écrivain, philosophe et
essayiste français. Il a été aussi journaliste militant engagé dans les
combats moraux de l'après-guerre.
Son œuvre comprend des romans, des nouvelles et des essais dans
lesquels il développe l'absurde de la condition humaine.
Il a protesté contre les inégalités qui frappent les musulmans
d'Afrique du Nord (il a beaucoup parlé de l’indépendance de l’Algérie
et du pied-noir exploiteur), critiqué complètement le totalitarisme
soviétique et sympathisé avec les espagnols exilés antifascistes.
Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1957.













Al bert Camus
Publications
• Révolte dans les Asturies, 1936
• L’Envers et l’Endroit, 1937
• Caligula, 1938
• Noces, 1939
• Le Mythe de Sisyphe, 1942
• L’Étranger, 1942
• Le Malentendu, 1944
• La Peste, 1947
• L’État de siège, 1948
• Les Justes, 1949
• Actuelles I, Chroniques 1944-1948, 1950
Pour en savoir plus
• Le Web Camus : http://webcamus.free.fr/

• La chronique de l’Atelier: « Camus-Sansal, Sansal-
Camus : L’Envers et l’Endroit » :
http://inmatelier.wordpress.com/2012/12/09/camus-
sansal-sansal-camus-lenvers-et-lendroit/#more-2094
Biographie
Un des grands écrivains marocains de langue française (1926-2007).
Il fut révélé par Passé simple (1954) le roman qui a fait entrer la
littérature marocaine dans la modernité.
Driss Chraïbi est né en 1926 à Mazagan (aujourd’hui El-Djadida).
Après des études secondaires à Casablanca, il a fait des études de
chimie en France où il s’installe en 1945. Il fait tous les métiers avant
de devenir ingénieur. La parution de Passé simple, en 1954, est très
bien accueillie par la critique française, mais beaucoup moins par les
intellectuels marocains qui l’accusent de trahir son pays par ses
critiques acerbes de la société traditionnelle. Il a fallu attendre que la
revue Souffle lui consacre son premier numéro, en 1967, pour qu’il
soit réhabilité auprès d’une intelligentsia qui avait moins pour
préoccupation de combattre un Occident envahissant, que de lutter
contre le conservatisme étouffant d’une dictature en train de s’installer.
Driss Chraïbi fait ensuite une brillante carrière d’écrivain (une quinzaine de livres). Durant
quelques années, il est aussi producteur à l’ORTF à Paris, il séjourne au Canada. Plusieurs de
ses dernières œuvres sont des romans policiers. Avec le temps, l’enfant terrible de la littérature
marocaine se fait moins féroce, mais plus ironique sur les travers de la société. Il écrit des
romans historique qui le rapproche du Maroc, mais garde son humour féroce pour une série de
roman policier plutôt loufoque dont le personnage central est l’inspecteur Ali. Si avec l’âge
Driss Chraïbi avait perdu de sa rage, il avait conservé sa pleine liberté de ton.
Il a reçu de nombreux prix littéraires dont celui de l'Afrique méditerranéenne pour l'ensemble
de son œuvre en1973 ; le Prix de l'amitié franco-arabe, en 1981; le prix Mondello pour la
traduction de Naissance à l'Aube en Italie.
Driss Chraïbi est mort en avril 2007 dans la Drome (France), où il résidait.





Driss Chra!bi
Publications (Sélection)
• Le Passé simple (Gallimard, 1954)
• Les Boucs (Gallimard,1955)
• L'Ane (1956).
• De tous les horizons (1958).
• La Foule (1961).
• Un Ami viendra vous voir (1967)
• Mort au Canada (1975)
• Une enquête au pays (1981 - Point Seuil, 1999)
• La Mère du printemps (1982 - Point seuil, 1995)
• L’homme du livre (Balland-Eddif, 1984 - 1995)
• Naissance à l'aube (1986).
• Série sur L’inspecteur Ali (Gallimard, Denoël, 1995-1996)
• Lu, vu, entendu (Denoël, 1998 - Gallimard Folio, 2001)
• Le monde à côté (Denoël, 2001 - LDP, 2003) : une
autobiographie
• L'Homme qui venait du passé (Denoël, 2004)

Pour en savoir plus
La chronique de l’Atelier:
Une ombre du passé pour
illuminer le futur:
http://inmatelier.wordpress.c
om/2011/06/28/une-ombre-
du-passe-pour-illuminer-le-
futur/
Biographie
Edmond Amran El Maleh est né en 1917 à Safi (Maroc) au sein
d'une famille juive originaire d’Essaouira. Il sérait issu de
l’école laïque française. Responsable du Parti communiste
marocain (alors clandestin), il milite pour l'indépendance du
Maroc (l’indépendance du Royaume du protectorat français). Il
est professeur de philosophie au lycée de Casablanca, puis,
cessant toute activité politique, il quitte le Maroc en 1965 pour
s’exiler, volontairement, en France l’année où s’impose la
dictature d’ Hassan II. A Paris où il demeurera pendant près de
trente ans, Edmond Amran El Maleh, enseigne la philosophie, parallèlement à des activités
journalistiques.
À partir de 1980, à 63 ans, il se met à écrire une série de romans et unrecueil de nouvelles.
Il revient au Maroc après la mort de sa femme. Il meurt à Rabat le 15 novembre 2010, à l'âge de
93 ans, et est inhumé à Essaouira.
Il a reçu, en 1996, le Grand Prix du Maroc pour l’ensemble de son œuvre.
Juif marocain, défenseur résolu de la cause palestinienne, à l’instar dumathématicien Sion
Assidon, et de l’ingénieur Abraham Sarfati, qui connaitront la prison, El Maleh appartient à
cette catégorie de personnes qui font honneur au judaïsme marocain de ceux qui n’ont jamais
renié leurs convictions, en dépit des contraintes et des tentatives de séduction.
Il a toujours célébré dans ses écrits la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère et juif,
dans le Royaume (Karima Yatribi, « Le Bruissement des souvenirs ». Son déplacement étant
libre de la politique vers la littérature, Edmond est resté engagé en faveur des causes justes à
travers ses écrits de littératures utopiques, ce qui lui a valu un statut d’auteur marginal.





Edmond Amran El Mal eh
Pour en savoir plus
• Preliminaire de Juan Goytisolo, 2010 :
http://elpais.com/diario/2010/11/16/necrologicas/1289862002_8
50215.html
• La chronique de l’Atelier: Lettres partagées:
http://inmatelier.wordpress.com/2010/10/17/lettres-partagees/
Publications
• Parcours immobile, Maspéro, 1980, réédité par André
Dimanche, 2001
• Aïlen ou la nuit du récit, La Découverte, 1983, réédité
par André Dimanche, 2000
• Jean Genet, Le Captif amoureux et autres essais, La
Pensée sauvage/Toubkal, 1988
• Mille ans, un jour, La Pensée sauvage,1986, Le Fennec,
1990, réédité par André Dimanche, 2002
• Le Retour d'Abou El Haki, La Pensée sauvage, 1990
• Abner, Abnour, La Pensée sauvage/Le Fennec, 1996
• La maIle de Sidi Maâchou, Al Manar, 1998
• Le café bleu. Zrirek, La Pensée sauvage, 1999
• Une femme, une mère, La Pensée sauvage, éditions
Lixus, 2004
• Lettres à moi-même, Le Fennec, 2010
Biographie
Mathias Énard, après des études d’arabe et de persan à
l'INALCO et de longs séjours au Moyen-Orient, s’installe
en 2000 à Barcelone. Il y anime plusieurs revues
culturelles. Il traduit deux ouvrages, l'un du persan, et
l'autre de l'arabe. Il participe aussi au comité de rédaction
de la revue Inculte à Paris et, en 2010, il enseigne l'arabe
à l'université autonome de Barcelone1.
La Perfection du tir, son premier ouvrage, paraît en 2003,
roman narratif d'un sniper durant une guerre civile. Il est
pensionnaire de la Villa Médicis en 2005-2006.
En 2008, Actes Sud publie son roman Zone, caractérisé par une seule phrase à la première
personne, de cinq cents pages (avec pour exceptions trois chapitres, extraits de l'ouvrage que lit
le narrateur), et récompensé par plusieurs prix, dont le Prix Décembre, le Prix Candide et le
Prix du Livre Inter.
Il publie en 2010 aux éditions Actes Sud un petit conte, Parle-leur de batailles, de rois et
d'éléphants, sur un épisode probablement fictif de la vie de Michel-Ange, une escapade à
Constantinople, où il débarque le 13 mai 1506 à l'invitation du sultan Bajazet II. Ce court récit
montre la Constantinople tolérante et européenne qui a su accueillir les juifs chassés d'Espagne
par les rois catholiques. L'ouvrage est couronné par le prix Goncourt des lycéens 2010, et par le
25e Prix du livre en Poitou-Charentes & La Voix des lecteurs en 2012, décerné par le Centre du
livre et de la lecture en Poitou-Charentes.
Féru d'art contemporain, Mathias Énard a par ailleurs créé en 2011 les éditions d'estampes «
Scrawitch », et sa galerie éponyme, à Paris 11e, cocréée avec Thomas Marin, lithographe, et
Julien Bézille, philosophe de formation.
En 2012, il publie Rue des voleurs chez Actes Sud, un récit de voyage d’un jeune Marocain
errant en Espagne lors des printemps arabes et du mouvement des indignés. Rue des voleurs est
la réponse de l’écrivain à ces événements, ainsi qu’une réflexion plus globale sur l’engagement
et la révolte.


Mathias !nard
Publications
• La Perfection du tir, Actes Sud, 2003 ;
rééd. Babel, Actes Sud, n°903, 2008
• Bréviaire des artificiers (ill. Pierre
Marquès), Éditions Verticales, 2007
• Zone, Actes Sud, 2008 ; rééd. Babel, Actes
Sud, n° 1020, 2010
• Parle-leur de batailles, de rois et
d'éléphants, Actes Sud, 2010 ; rééd. Babel,
Actes Sud, n° 1153, 2013
• L'Alcool et la Nostalgie, Éditions Inculte,
2011 (ISBN 978-2-916940-48-9)13 ; rééd.
Babel, Actes Sud, n° 1111, 2012
• Rue des voleurs, Actes Sud, 2012 (ISBN
978-2-330-01267-0)
• Tout sera oublié (ill. Pierre Marquès),
Actes Sud, 2013 (ISBN 978-2-330-01808-5)
Pour en savoir plus
• La chronique de l’Atelier:
De Tanger à Barcelone: une
épopée silencieuse
http://inmatelier.wordpress.co
m/2013/02/24/de-tanger-a-
barcelone-une-epopee-
silencieuse/

Biographie
Gustave Flaubert est né le 12 décembre 1821 à Rouen. Dès l'enfance, il
connut la monotonie de la vie en province et pour tromper son ennui, il
s'adonna très tôt à la littérature. Dès le lycée, il composa des textes à
dominante sombre et mélancolique pour la plupart. Il commença des études
de droit à Paris mais dû arrêter pour cause d'une maladie nerveuse vers
1844. Il devait en souffrir jusqu'à la fin de son existence.
Flaubert était connu comme étant quelqu'un de grande culture, ayant
une incroyable capacité de travail et des exigences esthétiques rigoureuses.
Il ne quittait Croisset et sa table d'écrivain que pour quelques voyages en
Orient, en Algérie, en Tunisie et à Paris où il fréquentait les milieux
littéraires.
Dans toute sa carrière, il connut les échecs de librairie avec
L'Education Sentimentale, Le Candidat ou La Tentation de Saint Antoine.
Cependant, il eut avec Madame Bovary et Salammbô un succès de scandale.
Flaubert mourut à Croisset le 8 mai 1880.
De son vivant, on définit Flaubert comme étant le chef de l'école réaliste car il s'était donné pour
objet d'étude la réalité sociale et historique. Deux veines d'inspiration se situent dans ses romans : l'une
hantée par la tentation romantique et lyrique, l'autre tendue dans un perpétuel effort vers le réalisme le
plus absolu.
A la partie réaliste, se rattachent des romans tels que Madame Bovary, jeune fille qui, après le
mariage, s'ennuiera de tout. Elle aura plusieurs amants et même une petite fille mais, rien ne change à
son terrible ennui. Emma se suicidera avec de l'arsenic, L'Education Sentimentale en 1869...
Pour tous ses récits, Flaubert réunit de nombreuses documentations et informations afin d'être le plus
réaliste possible.
L’Atelier s’est approche de ce gigantesque auteur universel de son œuvre la plus universelle aussi :
«Mme. Bovary».







Gustave Fl aubert
Publications (Sélection)

• Par les champs et par les grèves
• L’Education sentimentales
• La Tentation de Saint Antoine
• Madame Bovary
• Salammbô
• Trois Contes
• Dictionnaire des idées reçues
• Le Candidat

Pour en savoir plus
L’atelier n’a pas eu l’occasion de laisser trace de
tout le travail fait avec le roman de Mme.
Bovary…
SUR LE TERME BOVARISME
• http://www.flsh.unilim.fr/ditl/Fahey/BOVARYSME
Bovarism_n.html
• http://www.lyceegervillereache.fr/spip.php?article3
24

Manuscrits
• http://www.bovary.fr/folios_liste.php?type=f&id=4
&mxm=0101030005&recueil=1&page=1&nb=24

OEUVRE RÉALISTE OU ROMANTIQUE
• http://www.etudes-litteraires.com/madame-
bovary.php=

Biographie
David Foenkinos avoue une admiration sans bornes pour l'œuvre d'Albert
Cohen dans son ensemble, ce qui l'amène à décliner régulièrement le thème
de l'amour dans ses œuvres littéraires. Il se consacre principalement au roman.
Son premier roman est publié en 2002 chez Gallimard.
Il décline essentiellement le thème de l'amour dans la plupart des ses
ouvrages. Ses romans sont traduits à l'étranger, dans trente-cinq langues.
En 2010, Foenkinos publie un livre consacré à John Lennon, un chanteur dont
il est fan.
Auteur prolifique, il écrit quasiment un livre par an depuis 2001.
Cela ne l'empêche pas de travailler de temps en temps sur des scénarios de cinéma ou de bande
dessinée. Il a notamment travaillé avec son frère Stéphane Foenkinos à la réalisation en 2005
d'un court métrage intitulé Une Histoire de Pieds.
En 2012, David Foenkinos apporte son concours à la troisième édition du livre AudioSolidaire
(enregistrement audio de La Délicatesse par les internautes au profit des personnes aveugles ou
malvoyantes).
Selon Le Figaro, il fait partie des cinq plus gros vendeurs de romans en 2011.












David Foenkinos
Ba!da
Publications (Sélection)
Roman
• !"#$%&'(" *$ +,'*'(-'$ . *$ +,'"/+0$"1$ *$ *$02
3(+("4'&, uallimaiu, 2uu1. "#$%& '$()*+%,-
.(/$%(01.
• 5$ 3(-$"-'$+ 6%(-'70$ *$ 84 /$88$, uallimaiu,
2uu4. "#$%& 2+34$-5%6%4$ 1.
• 90' &$ &(0#'$"- *$ :4#'* ;($"<'"(& =, uallimaiu,
2uu7. "#$%& 74() 8%+)+1.
• 54 :6+'14-$&&$, uallimaiu, 2uu9 "#$%& 94,
:/)4,1 et "#$%& ;+)<4$,(=%+)1 (mai 2u1u).
• >$ #4'& 8'$02, uallimaiu, 2u1S.
• 54 -?-$ *$ +,$8@+(' AB'1C4%*D, }'ai Lu, 2u14.
Théâtre
E6+'F4-4'%$&, au Stuuio ues Champs-Elysées, avec
Catheiine }acob et Chiistian Chaimetant, mise en scene
Anouche Setbon, texte publié chez Flammaiion.
Cinéma
54 :6+'14-$&&$G 4vec son fieie Stéphane, auaptation ue
son ioman 54 :6+'14-$&&$ : nomination au ";>,($ 94 ?(
64%??4/$4 (9(@=(=%+)1. 2u12
Pour en savoir plus
• Libération (Critique du film):
http://www.liberation.fr/livres/2011/
03/03/david-foenkinos_718830
• Le royaume des cœurs endormis:
http://inmatelier.wordpress.com/20
13/03/29/le-royaume-des-coeurs-
endormis/
Biographie
Française d'origine algérienne, Faïza Guène est née à Bobigny en
1985. Elle vit dans la cité des Courtilliéres depuis l'âge de huit
ans.
«Mes parents sont d'Oran. Je dis tout le temps que je suis
algérienne même si je suis née ici.»

Des l’école primaire, elle se plaît à raconter des histoires.
L'écriture est sa passion depuis très jeune: dans le métro, chez elle,
mais surtout à l'association, où elle s'est engagée depuis 1998.

Ses copines deviennent les héroïnes de ses récits en échange de
bonbons. Elle réalise des reportages depuis très jeune pour le collège Jean Jaurès a Pantin, et
participe aux ateliers de lecture de l'association «Les engraineurs», pour des jeunes.

Au lycée Marcelin Berthelot a Pantin, elle a 14 ans (1999) lorsqu'elle réalise le courtmétrage La
zonzonnière. Elle est Diplômée de I'IUT de Bobigny, á l'Université Paris XIII, section Carrières
sociales et socioculturelles. Etudiante en sociologie á l'Université Paris VIII, a St-Denis, puis
abandonne pour se consacrer à l'écriture et à la réalisation de films. En 2002, réalise deux
courts métrages : RTT et Rumeurs; et le documentaire Mémoires du 17 octobre 61. Après
(2004) elle réalise le moyen-métrage Rien que des mots, dont elle a signé le scénario.
En 2004 elle sort son premier roman Kiffe kiffe demain. Tout juste vingt ans et déjà un roman,
vendu à 200 000 exemplaires, traduit en vingt-deux langues. Faïza Guène est surnommée "la
Sagan des banlieues" ou " la Sagan des cités" analysée dans l'lnternational Herald Tribune et
Newsweek.
Ses romans racontent des histoires des gens courants, d'anti-héros, en utilisant un langage de la
rue, vigoureux et éclaboussé d'argot.






Fa!za Gu"ne
Publications
• Kiffe kiffe demain (2004), Hachette Littératures.
• Du réve pour les oufs (2006), Hachette Littératures.
• Les gens du Balto (2008), Hachette littératures.
• Un homme, ça ne pleure pas (Janvier 2014).

Pour en savoir plus
• Le skyblog officiel de Faïza Guène:
http://revepourlesoufs.skyrock.com/
• La chronique de l’Atelier: Ouvre grand tes manettes, j’ai
à te jacter!
http://inmatelier.wordpress.com/2008/05/24/ouvre-grand-
tes-manettes-jai-a-te-jacter/
Biographie
Mohammed Khair Eddine est l’un des grands écrivains de la littérature
francophone maghrébine. Il est né en 1941 à Tafraout, petite ville de la
région du Sous au sud du Maroc, à 180 km d’Agadir. Il est issu d’une
famille Amazigh.
Khair Eddine passe son enfance à Tafraout avec sa mère loin du père
qui a été installé à Casablanca. Il a vécu à Agadir (1961-1963), à
Casablanca (1963 – 1965) où il a fondé avec Mustapha Nissaboury, le
mouvement « Poésie toute ». Il s’est ensuite exilé volontairement en
France en 1965 où il a mené une vie difficile en travaillant comme
ouvrier dans la banlieue parisienne. Pendant son exil, il a beaucoup publié et il a animé pour
France-Culture des émissions radiophoniques nocturnes.
A partir de 1966, il publie dans la revue « Encres vices » et collabore en même temps aux
« Lettres nouvelles » et à « Présence africaine ». En 1967, il publie son roman « Agadir », salué
par le prix « Enfants terribles », fondé par Jean Cocteau.
En 1979, il décide de rentrer au Maroc. En 1989, il repart encore pour quelques temps en
France où il renoue avec le théâtre.
Khair Eddine décède d’un cancer le 18 Novembre 1995 à Rabat jour de la fête de
l’Indépendance du Maroc, à l’âge de 54 ans, après de longues années où il a fait entendre sa
voix comme en témoigne ses œuvres en démontrant même après avoir perdu l’usage de la
parole à cause de la maladie que : « on ne met pas en cage un oiseau pareil » (dernier journal de
Khair Eddine, août 1995).
La production littéraire de Mohammed Khair Eddine est marquée par des thèmes qui reflètent
son vécu et son parcours, à savoir : la haine, la révolte, le séisme, et l’exil.
L’exil était présent et très pesant dans la vie de Khair Eddine. Subi car il a été forcé de quitter
sa mère et sa région natale pour aller étudier à Casablanca. Choisi quand il a décidé de quitter
le Maroc pour la France. Dans les deux cas, la nostalgie l’a accompagné tout au long de ses
voyages et transparait dans toutes ses œuvres. A ce paradoxe, exil/nostalgie, se rajoute un autre
paradoxe, l’image positive qu’il a gardée du sud et de sa culture Amazigh et sa contestation ce
que devenus les Amazigh et leur culture qui se folklorise.





















Mohammed Khair-Eddine
Publications (Sélection)
• Agadir (1967)
• Corps négatif (1968)
• Histoire d’un Bon Dieu (1968)
• Soleil arachnide (1969)
• Moi l’aigre (1970)
• Le déterreur (1973)
• Ce Maroc ! (1975)
• Une vie, un rêve, un peuple, toujours errants (1978)
• Légende et vie d’Agoun’chich (1984)
• Il était une fois un vieux couple heureux
(1993)
• Faune détériorée (1997)
• Le temps des refus, entretiens (1966-1995)
• Mémorial (poésie), Paris, Seuil, (1991)

Pour en savoir plus
• La chronique de l’Atelier:
Le guérilléro linguistique
http://inmatelier.wordpress.c
om/2010/04/25/le-guerillero-
linguistique/
Biographie
Abdellatif Laâbi est né en 1942, à Fès. Son opposition
intellectuelle au régime lui vaut d’être emprisonné pendant
huit ans. Libéré en 1980, il s’exile en France en 1985.
Depuis, il vit (le Maroc au cœur) en banlieue parisienne. Son
vécu est la source première d’une œuvre plurielle (poésie,
roman, théâtre, essai) sise au confluent des cultures, ancrée
dans un humanisme de combat, pétrie d’humour et de
tendresse. Il a obtenu le prix Goncourt de la poésie en 2009
et le Grand Prix de la francophonie de l’Académie française
en 2011.
Entrée à l’école franco-musulmane. Il découvre pêle-mêle
la lecture, la langue française, la condition de petit colonisé. Au sortir de l’école, sur les
placettes où les conteurs l’ouvrent au territoire de l’imaginaire, il contemple les paysages
urbains et humains, y forge sa sensibilité. A l’indépendance, en 1956, il a quatorze ans.
Il enseigne alors le français dans un lycée de Rabat. Le contact avec les jeunes élèves est
enthousiasmant mais ne lui suffit pas. En 1966 débute « la belle aventure » de Souffles.
Si la revue s’annonce comme poétique et l’est exclusivement dans son premier numéro, ce
n’est pas un hasard. « La poésie est le vrai laboratoire de la littérature. »
Dès le numéro 2, les horizons s’élargissent : questionnement sur la culture, quelle que soit sa
forme d’expression, puis peu à peu sur les problèmes sociaux et économiques qui sont le lot de
la société marocaine sous le régime d’injustice et de corruption qui l’accable.
Souffles, ce seront 22 numéros en français, 8 numéros en arabe (où toutes les questions qui
agiteront le champ intellectuel dans les décennies suivantes sont posées.
Ses œuvres sont traduites en plusieurs langues, dont l'arabe, l'espagnol, l'anglais, l'allemand et
le turc. Il a par ailleurs traduit en français les œuvres de plusieurs poètes et écrivains de langue
arabe (Mahmoud Darwich, Abdelwahab al-Bayati, Samih al-Qassim, Mohamed al-Maghout,
Ghassan Kanafani...)













Abdel l atif La!bi
Publications (Sélection)
• Poésie maiocaine ue l'Inuépenuance à nos jouis (La )
• Automne piomet (L')
• Chioniques ue la citauelle u'exil
• Eciis la vie
• Etieinte uu monue (L')
• Soleil se meuit (Le )
• Tiibulations u'un iêveui attitié
• Livie impiévu (Le )
Pour en savoir plus
• Site de l'écrivain marocain Abdellatif Laâbi:
http://www.laabi.net/
• La chronique de l’Atelier: Deux récits
http://inmatelier.wordpress.com/2011/11/19/deux-recits/
Biographie
Né à Oujda en 1958, Fouad Laroui est ingénieur et économiste de
formation. Il fréquente le prestigieux lycée Lyautey de Casablanca,
rejoint l’École des ponts et chaussées à Paris puis exerce pendant
quelques années à l’Office chérifien des phosphates du Maroc avant
de tout abandonner pour embrasser une carrière d’enseignant et
d’écrivain. Il vit actuellement aux Pays-Bas. Son premier roman,
Les dents du topographe (1996), a obtenu un succès important
auprès du public et de la critique et a été distingué par le prix
Découverte Albert Camus. Depuis, ses écrits le ramènent souvent à
son enfance, son pays, son histoire, mais il se plaît à nourrir le réel
d’imaginaire et à brouiller les frontières entre autobiographie et fiction. L’humour et l’ironie lui
permettent de s’attaquer à toutes les formes de la bêtise et de l’arbitraire qui pèsent sur le
Maroc sans se départir d’un regard bienveillant, complice et souvent tendre.
Le mardi 7 mai 2013, Fouad Laroui reçoit le Prix Goncourt de la nouvelle pour son recueil
«L’étrange affaire du pantalon de Dassoukine». Auteur prolifique, dix-huit titres en dix sept
ans d’exercice, tout uniment prosateur, poète, essayiste, chroniqueur, Fouad Laroui est
considéré comme le plus important des écrivains marocains contemporains. A la découverte
d’une œuvre généreuse comme originale et d’une vie bouleversée par un drame intime.
Cet auteur nous avait captivés avec son roman « Une année chez les Français » il nous a fait
rappeler nos années « chez les Français » notre identité d’étranger qui nous sommes approchés
de cette langue, notre travail « d’apprentis de cette langue poétique »







Fouad Laroui
Publications (Sélection)
- Les Dents du topographe, Julliard, roman, 1996 (prix
Découverte/Albert Camus)
- De quel amour blessé, Julliard, roman, 1998 (Prix
Beur FM, prix méditerranée des lycéens).
- Méfiez-vous des parachutistes, Julliard, roman 1999.
- La Meilleure façon d’attraper les choses, Yomad,
jeunesse, 2001 (Prix Grand Atlas 2005).
- Tu n’as rien compris à Hassan II, Julliard, recueil de
nouvelles, 2004 (Prix de la nouvelle Société des gens
de lettres).
- De l’islamisme, une réfutation personnelle du
totalitarisme religieux, Robert Laffont, essai, 2006.
- Le jour où Malika ne s’est pas mariée, Julliard,
recueil de nouvelles, 2009 (nominé pour le Prix
Goncourt de la nouvelle).
- Une année chez les Français, Julliard, roman, 2010
(nominé pour le Prix Goncourt du roman, prix de
l’Association des écrivains de langue française, prix
du roman francophone).
- La vieille Dame du Riad, Julliard, romain, 2011.
- L’Etrange Affaire du pantalon de Dassoukine,
Julliard, recueil de nouvelles, 2012 (Prix Goncourt de
la nouvelle)

Pour en savoir plus
Chronioque de l’Atelier :
http://inmatelier.wordpress.com/2010/12
/31/nous-tous-sommes-mehdi/
!"#$%&'()* ,-./,)0 1 23#) 4&5#) 67 8
9 6$(5)00)* ,) 4:#$(&
!""#$%%&&&'()*"*+,'-).%&/"-!012#3
45637((89
Biographie
Né en 1940 à Nice, d'un père mauricien d'origine
bretonne et d'une mère française, Jean-Marie Gustave Le
Clézio grandit à Nice, élevé par sa mère et par sa grand-
mère, qui lui donnent le goût de la lecture et de l’écriture.
En 1948, il rend visite à son père en Afrique, expérience
déterminante qui nourrit son imaginaire et sur laquelle
s’appuiera bientôt sa vocation d’écrivain J ean-Marie-
Gustave Le Clézio partage sa vie entre la France, le
Mexique, le Maroc... Il a aussi séjourné en Thaïlande, au
Panama, à l’île Maurice, en Angleterre, où il s’inscrit à
l’université (à Bristol) et où il est professeur de Lettres
en 1959 (à Bath), et, bien sûr, à Nice, où il se spécialise
en littérature. Après un premier mariage en 1961 avec
Rosalie Piquemal (avec qui il a une fille, Patricia), il se
marie en 1975 avec Jémia Jean, d’origine saharienne et
mère de sa deuxième fille Alice. Ensemble, ils écrivent
Sirandanes (recueil de devinettes proverbiales courantes à Maurice) et Gens des nuages (Stock,
1993) consacré à la terre ancestrale de Jemia, la Saguiet el Hamra.
En 1980, Le Clézio est le premier à recevoir le Grand prix de littérature Paul-Morand, décerné
par l’Académie française, pour son ouvrage Désert et en 2008 il obtiendra le prix Nobel de
littérature.
Depuis Le Procès-verbal (prix Renaudot en 1963), J-M-G Le Clézio a écrit une trentaine
d'ouvrages (romans, essais, recueils de nouvelles, traductions), dont Désert (prix Paul Morand,
1981).




Jean-Marie Gustave Le Cl !zio
1
Publications (Sélection)
• Le Procès-verbal. Paris: Gallimard,
1963.
• Le Déluge. Paris: Gallimard, 1966.
• Terra amata. Paris: Gallimard,
1967.
• Le Livre des fuites. Paris:
Gallimard, 1969.
• Les Géants. Paris: Gallimard,
1973.
Pour en savoir plus
• Association des lecteurs de Le
Clézio:
http://www.associationleclezio.co
m/
• La chronique de l’Atelier:
Aujourd’hui, on fait “la ronde”
http://inmatelier.wordpress.com/20
08/11/17/152/
2
• Voyage de l'autre côté. Paris: Gallimard, 1975.
• L'Inconnu sur la terre. Paris: Gallimard, 1978.
• Désert. Paris: Gallimard, 1980.
• La Quarantaine. Paris: Gallimard, 1995.
• Poisson d'or. Paris: Gallimard, 1997.
• Révolutions. Paris: Gallimard, 2003.
• Ourania. Paris: Gallimard, 2006.
• Ballaciner. Paris : Gallimard, 2007.
• Ritournelle de la faim. Paris: Gallimard, 2008.

Biographie
Maupassant est né à Fécamp (Normandie) en août
1850, il est élevé par sa mère, passionnée de littérature
et amie de Flaubert. Celle-ci l’encourage et lui sert de
guide dans ses lectures. À l’âge de douze ans, il entre
au collège religieux d’Yvetot et termine ses études
secondaires au lycée de Rouen. C’est Gustave Flaubert
qui aide Maupassant à devenir écrivain en lui donnant
des conseils. Par l’intermédiaire de celui-ci,
Maupassant rencontre les grands écrivains de l’époque
: Zola, Huysmans, Daudet et les frères Goncourt. Après
le succès de Boule-de-Suif (1880, récit publié dans Les
Soirées de Médan, considéré comme le manifeste du
naturalisme) et de La Maison Tellier (recueil de contes
publié en 1881), Maupassant abandonne son emploi
dans un ministère et se consacre entièrement à
l’écriture. Il refuse tout dogmatisme, maître incontesté
de la nouvelle, il recherche san cesse un vision plus
complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même, il sait, à travers un style simple et
précis, créer d’authentiques personnages inoubliables. Maupassant publie des recueils de
nouvelles, des romans et des articles dans les journaux, et cela sans renoncer à ses passions qui
sont la chasse, le canotage et les femmes. Il voyage aussi en Corse, en Italie et en Afrique du
Nord sur son voilier « Le Bel-Ami ». Mais peu à peu, Maupassant éprouve un sentiment de
malaise et est victime d’hallucinations (au début de l’année 1891). Il tente de se suicider et est
interné dans la maison de santé du Docteur Blanche où il y meurt en juillet 1893.




Guy de Maupassant
Publications
• Boule de suif (1880)
• La Maison Tellier (1881)
• Une vie (1883)
• Bel-Ami (1885)
• Pierre et Jean (1887)
• Mont-Oriol (1887)
• Fort comme la mort (1889)
• Notre cœur (1890)
Pour en savoir plus
• Site de l'Association des Amis de Guy de Maupassant:
http://maupassant.free.fr/amis/amis.html
• La chronique de l’Atelier:
http://inmatelier.wordpress.com/2007/02/09/bel-ami-guy-
de-maupassant/
Biographie
En Mars 2014, la sociologue Fatema Mernissi a occupé la position 42 de la liste des 100
femmes le plus influentes du monde arabe faite chaque année
par le magazine Arabian Bussiness. En plus d’une carrière
littéraire très reconnue –elle a obtenu le Prix “Príncipe de
Asturias” des Lettres 2003 parmi d’autres- elle mène une lutte
en faveur des droits des femmes créant deux mouvements:
“Caravanes civiques” et “Femmes, familles, enfants”.

Née en 1940 à Fès (Maroc) dans une famille de la grande
bourgeoisie marocaine. elle complète ses études à Rabat, en
France et aux États-Unis. Depuis les années 1980, elle
enseigne la sociologie à l'université Mohammed V de Rabat.
Elle est également membre du Conseil d'université des Nations
Unies.
Nous avons rêvé avec elle ses « Rêves de femmes », un délicat
récit plein de poésie sur les sentiments des femmes cloitrées des harems disons « modernes »,
dans les années quarante et cinquante, depuis la vision d’une fille de cette communauté isolée
de la vie extérieure ieur.Elle a aussi reçu le prix Erasmus (2004) aux Pays-Bas pour le thème «
___Religion et modernité ».












Fatema Mernissi
Publications (sélection)
• Sexe, Idéologie, Islam, Éditions Maghrébines, 1985 Le Fennec
• Le monde n'est pas un harem, édition révisée, Albin Michel, 1991
• Sultanes oubliées : femmes chefs d'État en Islam, Albin Michel /
Éditions Le Fennec, 1990
• Le harem politique : le Prophète et les femmes, Albin Michel,
1987, Paperback 1992
• La Peur-Modernité : conflit islam démocratie, Albin Michel /
Éditions Le Fennec, 1992
• Rêves de femmes : une enfance au harem, Éditions Le Fennec,
Casablanca 1997 - Éd. Albin Michel Nov. 1998
• Le Harem et l'Occident, Albin Michel, 2001
• Les Sindbads marocains, Voyage dans le Maroc civique, Éditions
Marsam, Rabat, 2004
Pour en savoir plus
• Site officielle: http://www.mernissi.net
• La chronique de l’Atelier: Pensées à l’intérieur d’un
Harem
http://inmatelier.wordpress.com/2007/12/01/pensees-des-
linterieur-de-lharem/
Biographie
Akira Mizubayashi est né en 1951. Après des études à
l’université nationale des langues et civilisations
étrangères de Tokyo (Unalcet), il part pour la France en
1973 et suit à l’université Paul-Valéry de Montpellier une
formation pédagogique pour devenir professeur de
français (langue étrangère). Il revient à Tokyo en 1976,
fait une maîtrise de lettres modernes, puis en 1979,
revient en France comme élève de l’École normale
supérieure. Depuis 1983, il enseigne le français à Tokyo,
successivement à l’université Meiji, à l’Unalcet et, depuis
2006, à l’université Sophia. Akira Mizubayashi occupe
une place à part parmi les écrivains japonais, il écrit et
s’exprime dans la langue de Molière (ou plutôt de
Rousseau) avec une aisance et une subtilité admirables. Il
a publié six essais littéraires en japonais et deux en
français. Une langue venue d’ailleurs (texte
autobiographique paru en janvier 2011) raconte comment
il est tombé amoureux de la langue française au début des années 1970, alors qu’il avait 18 ans.
Ce livre a reçu de l’Association des écrivains de langue française (ADELF), le Prix littéraire de
l’Asie et de l’Académie française le Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature
françaises.




Akira Mizubayashi
Publications
• La volonté de bonheur - Éditions Misuzu, 1994.
• L'enterrement de Don Juan - Éditions Yamakawa, 1996.
• De la langue tyrannique - Éditions Misuzu, 2003.
• Candide - Éditions Misuzu, 2005.
• L'idée de la république - Éditions Misuzu, 2006.
• Une république dans la nuit - Éditions Misuzu, 2007.
• Une langue venue d'ailleurs - Éditions Gallimard, 2011
• Mélodie, chronique d’une passion – Éd. Gallimard, 2013
Pour en savoir plus
• Site officiel de Mizubayashi:
http://mizubayashi.urdr.weblife.me/index.html
• La chronique de l’Atelier: Maux de Langue
http://inmatelier.wordpress.com/2013/10/31/maux-de-
langue/
Pour en savoir plus
! La chronique de l’Atelier: Un
bon choix:
http://inmatelier.wordpress.com/
2010/04/24/un-bon-choix/
! Mohamed Nedali écrit pour
l'Atelier:
http://inmatelier.wordpress.com/
2009/10/15/mohamed-nedali-
ecrit-pour-le-blog/
! Rencontre avec Mohamed Nédali
http://cfrancophonieb.blogspot.c
om.es/2009/05/rencontre-avec-
mohamed-nedali-ecrivain.html
Biographie
Mohamed Nédali est né à Tahannaoute, dans le Haouz, au sud
de Marrakech, d’un père paysan. Mohamed vit toujours dans ce
village et y enseigne le français au lycée. Mohamed a eu une
enfance difficile due à la pauvreté de ses parents et une scolarité
primaire désastreuse à cause de la dureté coutumière des
instituteurs.
Dès le collège, plus en sécurité et mieux respecté, il réussit
mieux. Au lycée de Marrakech, pour payer sa pension, il sera
garçon boucher. Lever tôt, travail harassant, mais le jeune
lycéen volontaire fait face, et le bac en poche, rentre au Centre de Formation des professeurs de
collège. Il en sortira major de sa promotion. Après la licence de Lettres à l'Université de Nancy,
il sera nommé professeur de lycée. Il est musicien aussi, comme ses frères mais surtout il a la
passion de l’écriture.
Tous ses iomans paitent ue son expéiience ou ue faits iéels ; l'humoui est paitout, sans
uoute « pioché » lois ues piomenaues uans les collines enviionnantes ue Tahannaoute :
sentieis ue chevies, amanuieis, fleuis sauvages, oueus, coteaux aiiues, fiaîches vallées,
calme. Conuitions piopices à la iéflexion, à la méuitation, à la ciéation, ciéation que l'on
souhaite continue chez ce iomanciei ue talent. Nohameu Neuali, tiauuit uans plusieuis
langues ; c'est un auteui que le Centie Fiancophonie ue Bouigogne conseille aux
amouieux uu Naioc et aux amateuis ue la belle littéiatuie fiancophone.



























Mohamed N!dal i
Publications
• Morceaux de Choix. Casablanca, Le Fennec, 2003.
(2005 Prix, Grand Atlas, Ambassade de France. Prix des
Lycéens, 2005, Prix International de la Diversité,
Espagne, 2009)
• Kitae Moukhtara, Gharamyate Moutâllime Jazzar. Le
Fennec
• Grâce à Jean de La Fontaine, roman, Casablanca, Le
Fennec, 2004.
• Le bonheur des moineaux, roman, Casablanca, Le
Fennec, 2008. (rééd. L'Aube, 2009).
• La maison de Cicine, roman, Casablanca, Le Fennec,
Casablanca 2010; Ed. de l'Aube, France, 2011.
• Triste jeunesse , roman, Casablanca, Le Fennec, 2012
(Prix de La Mamounia, 2012

1
Publications
• !" $%&"'("')*+ ,-./0
• !12'3%'( 45'6%&+ 7%8%9)+ ,-.:0
• ;%<6) =>&)"9+ =9%??"(+ ,-.-0
• !"? $>*@A"? )1%*(>B'"+ =9%??"(+ ,-/,0
• !" C6>' ?*9 &15@A6D*"9+ E&F6' $6@A"&+ ,-/G0
• !" H6' )" ?>&6(*)"+ E&F6' $6@A"&+ ,-/I0
• J5K%F"&+ E&F6' $6@A"&+ ,-/L0
• !% C9>6"+ E&F6' $6@A"&+ ,-/M0
• ;"*N+ E&F6' $6@A"&+ ,-/-0
• !"? OA6"'? "( &"? &>*P?+ E&F6' $6@A"&+ ,-GQ0
2
!"#$%& ()&*+",%&
• !"? R6"'? )" @" B>')"+ E&F6' $6@A"&+ ,-G:0
• !"? 7"*N )" &1%*(>B'"+ E&F6' $6@A"&+ ,-I:0
• ;6B%'@A" S'>*<"&&"?T+ U(>@V+ .QQQ0
• -".*% /$0120.&%+ .QQG+ P96N W"'%*)>( .QQG0
• !" $%X(9" )"? YB"?+ ;"'>Z&+ .QQI0
• OA%&"*9 )* ?%'4+ ;"'>Z&+ .QQ:0
• !"? <6"94"? "( %*(9"? '>*<"&&"?+ ;"'>Z&+
.QQ-0
• [>'>@A"0 ;6%&>4*"? @>B6D*"?+ 5)0 $>*@V+
.Q,.0

Biographie
Née en Ukraine dans une famille de la haute
bourgeoisie juive de Kiev ,son père Léon, était un des
plus riches banquiers de Russie. Elle a apprit le
français avant de connaître le russe.
En 1917, lorsque la révolution éclate, la famille s'exile
en France ou Irène Némirovsky reprend ses études et
obtient une licence de lettres en 1926 à la Sorbonne.
La même année, 1926 elle publie son premier roman
Le Malentendu et épouse un homme d'affaires juif
russe, Michel Epstein.
En 1929, elle donne naissance à sa première fille,
Denise, et publie la même année "David Golder".
De succès en succès, Irène Némirovsky devient une
égérie littéraire. En 1937 elle donne naissance à sa
seconde fille, Elisabeth.
En 1938, elle rejoint ses filles dans le Morvan ou elle
sera finalement arrêtée devant ses filles par les
gendarmes et déportée à Auschwitz ou elle mourra quelques semaines après son arrivée.
Dans son exode, sa fille de 13 ans a gardé précieusement le manuscrit de sa mère : "Suite
Française", qui obtiendra le prix Renaudot à titre posthume en 2004.
C'est la première fois, dans l'histoire des prix littéraires, qu'un prix est attribué à un auteur des
années après son décès.




Ir!ne N"mirovsky
Pour en savoir plus
• Site dedié à Irene Nemirovsky:
http://www.irenenemirovsky.guilla
umedelaby.com
• La chronique de l’Atelier:
Divertissements
http://inmatelier.wordpress.com/20
09/10/16/divertissements/
Biographie
Nous avons connu Daniel Pennac lors de la lecture de son livre « Chagrin d’École », un livre
qui nous raconte les expériences, sans doute mêlées, sans aucune possibilité de distinction, avec
la biographie de l’auteur même, d’un enfant
qui n’arrive pas à avoir du succès comme
étudiant. Lui même reconnaît avoir eu de
problèmes avec l’écriture et que c’était la
lecture qui l’a vraiment sauvé.
Daniel Pennac, de son vrai nom Daniel
Pennacchioni, est né le 1
er
décembre 1944 à
Casablanca, au Maroc. Il passera une jeunesse
de nomade suivant les destins de son père,
militaire de profession : Afrique, Asie, Europe
et en France, dans le village de La Colle-sur-
Loup, dans les Alpes-Maritimes.
Il obtient une maîtrise de Lettres à Nice et
devient professeur de français d’abord à
Soissons puis à Paris. Ses premiers pas dans la littérature sont liés aux livres pour des enfants :
Cabot-caboche (1982), L’œil du loup (1983), La vie à l’envers (1984), Au bonheur des ogres
(1985)… créant des séries de publications avec des personnages comme Kamo ou Benjamin
Malaussene.
Avec, « Chagrin d’école » il a obtenu le prestigieux prix Renaudot en 2007 et la
reconnaissance mondiale. En 2012 il a publié son dernier roman, pour le moment : « Journal
d’un corps ».





Daniel Pennac
Publications
• Journal d'un corps (Gallimard, 2012)
• La débauche -Bande dessinée de Jacques tardi
(Futuropolis, 2009)
• Chagrin d'école (Gallimard, 2007)
• La fée carabine (1987)
• Chez Gallimard jeunesse : Kamo, l'agence Babel -
L'évasion de kamo - Kamo et moi - Kamo, l'idée du siècle
• En collection Folio : Au bonheur des ogres - La fée
carabine - La petite marchande de proseComme un roman
- Monsieur Malaussène...

Pour en savoir plus
• Petite biographie sur Gallimard:
http://www.gallimard.fr/Contributeurs/Daniel-Pennac
• La chronique de l’Atelier: Chagrin en temps de jeunesse
http://inmatelier.wordpress.com/2009/02/17/chagrin-en-
temps-de-jeunesse/
Biographie
Boualem Sansal, né en 1949 à Theniet El Had, petit village
des monts de l’Ouarsenis, est un écrivain algérien,
principalement romancier mais aussi essayiste, censuré dans
son pays d'origine à cause de sa position très critique envers
le pouvoir en place. Il habite néanmoins toujours en Algérie,
considérant que son pays a besoin des artistes pour ouvrir la
voie à la paix et à la démocratie. Il est en revanche très
reconnu en France et en Allemagne, pays dans lesquels ses
romans se vendent particulièrement bien, et où il a reçu de
nombreux prix.
Boualem Sansal a une formation d'ingénieur (École nationale
polytechnique d'Alger) et un doctorat d'économie.
Il a été enseignant, consultant, chef d'entreprise et haut fonctionnaire au ministère de l'Industrie
algérien. Il est limogé en 2003 pour ses prises de position critiques contre le pouvoir en place
particulièrement contre l'arabisation de l'enseignement.
Son ami Rachid Mimouni (1945-1995) l'encourage à écrire. Boualem Sansal, bien que grand
lecteur, ne se vouait pas à l'écriture. Il commence pourtant à écrire en 1997, alors que la guerre
civile bat son plein. Il cherche à entrer dans l'esprit de ses compatriotes, pour tenter de
comprendre puis d'expliquer ce qui a mené à l'impasse politique, sociale et économique de son
pays, et à la montée de l'islamisme.

En 1999 il publie son premier roman, Le Serment des barbares, qui reçoit le prix du Premier
Roman et le prix Tropiques.












Boual em Sansal
Publications (Sélection)
• 1999 : Le Serment des barbares, éd. Gallimard, Paris, « Folio
» n° 3507 prix du Premier Roman 1999, prix Tropiques 1999.
• 2000 : L'Enfant fou de l'arbre creux, éd. Gallimard, « Folio »
n° 3641, prix Michel-Dard.
• 2003 : Dis-moi le paradis, éd. Gallimard.
• 2005 : Harraga, éd. Gallimard, « Folio » n° 4498.
• 2008 : Le Village de l'Allemand ou le Journal des frères
Schiller, éd. Gallimard, grand prix RTL-Lire 2008, grand prix
de la francophonie 2008, prix Nessim-Habif (Académie royale
de langue et de littérature françaises de Belgique), prix Louis-
Guilloux2.
• 2011 : Rue Darwin, éd. Gallimard, prix du Roman-News
201215.
Essais
• 2006 : Poste restante : Alger. Lettre de colère et d'espoir à mes
compatriotes, éd. Gallimard, « Folio » n° 4702.
• 2007 : Petit éloge de la mémoire. Quatre mille et une années de
nostalgie, éd. Gallimard, « Folio » n° 4486.
• 2013 : Gouverner au nom d'Allah. Islamisation et soif de
pouvoir dans le monde arabe, éd. Gallimard
Pour en savoir plus
• La plume francophone:
http://laplumefrancophonee.w
ordpress.com/category/dossier
s-auteurs/boualem-sansal/
! La chronique de l’Atelier:
Camus-Sansal, Sansal-
Camus: "L’Envers et
l’Endroit"
http://inmatelier.wordpress.
com/2012/12/09/camus-
sansal-sansal-camus-
lenvers-et-lendroit/

Biographie
Romancier, essayiste, dramaturge, scénariste et homme
politique, Jorge Semprún Maura a rédigé l’essentiel de son
oeuvre en français.
Issu d’une famille bourgeoise catalane et républicaine, il
connaît l’exil en France dès le début de la guerre civile, en
1936. Il termine ses études secondaires au lycée Henri-IV, à
Paris. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint le réseau
Jean-Marie Action, dépendant de la section France des Services
secrets britanniques. Arrêté par la Gestapo, en septembre 1943,
à l'âge de 19 ans, il est déporté à Buchenwald. Longtemps
silencieux sur cette expérience, il la racontera finalement en
1994, dans L'Écriture ou la vie.
Après quelques années comme traducteur à l'Unesco, il part
pour l'Espagne en 1952, où il coordonne l'action clandestine du Parti communiste espagnol.
Exclu du parti en 1964, Jorge Semprun choisit de se consacrer à la littérature, en français. En
1985, dans l'émission "Apostrophes", l'écrivain expliquait comment la maîtrise de la langue
française avait été un objectif prioritaire, à son arrivée en France en 1936, pour ne plus être
identifié comme un « rouge espagnol ».
Jorge Semprun s’est illustré également comme scénariste de nombreux films, parmi lesquels Z
(1968) ou L'Aveu (1970), du réalisateur Costa Gavras.
De 1988 à 1991, il est ministre de la Culture du gouvernement socialiste espagnol de Felipe
Gonzalez. Ses opinions tranchées lui attirent des inimitiés, à gauche comme à droite. Il choisit
alors de rejoindre la vie civile. En 1996, il est élu membre de l'Académie Goncourt.
Sa vie et son oeuvre sont placées sous le signe de sa double culture, espagnole et française.


Jorge Sempr!n
Publications
• Le Grand Voyage. Paris : Gallimard, 1963. 235 p.
Prix Formentor
• L'Évanouissement. Paris : Gallimard, 1967. 222 p
• La Deuxième Mort de Ramón Mercader. Paris :
Gallimard, 1969. 434 p. Prix Femina
• Quel beau dimanche [1980]. Paris : Grasset, 2002.
437 p. (Les Cahiers rouges)
• L'Algarabie. Paris : Fayard, 1981. 446 p.
• La Montagne blanche. Paris : Gallimard, 1986. 262
p.
• L'écriture ou la vie. Paris : Gallimard, 1994. 318 p.
• Mal et modernité : le travail de l'histoire ; Vous
avez une tombe dans les nuages. Castelnau-le-Lez :
Climats, 1995. 122 p.
• "Adieu, vive clarté...". Paris : Gallimard, 1998. 249
p.
• Le retour de Carola Neher. Paris : Gallimard,
1998. 57 p.
• Le mort qu'il faut. Paris : Gallimard, 2001. 196 p.
• L'homme européen / Jorge Semprun, Dominique de
Villepin. Paris : Plon, 2005. 239 p.
Pour en savoir plus
• Hommage de France Culture:
http://www.franceculture.com/2011-06-08-
jorge-semprun-l-ecriture-et-une-vie.html
• La chronique de l’Atelier: Adieu. Vive
clarté
http://inmatelier.wordpress.com/category/l
ivres/adieu-vive-clarte/

Pour en savoir plus
o Bibliographie:
http://aflit.arts.uwa.edu.au/TadjoVeronique.h
tml
o La chronique de l’Atelier: Le silence des
arbres
http://inmatelier.wordpress.com/2013/03/28/l
e-silence-des-arbres/

Biographie
Née à Paris en 1955, d'un père ivoirien et d'une mère française,
Véronique Tadjo est poète, romancière et auteur de livres pour la
jeunesse. Elle a passé son enfance et suivi ses études à Abidjan, puis
s'est spécialisée dans le domaine anglo-américain à la Sorbonne, elle
a vécu aux Etats-Unis, au Mexique, au Nigéria, au Kenya et en
Grande-Bretagne. Elle réside actuellement à Johannesburg où elle
est le chef du département de français à l'Université du
Witwatersrand. Il y a une dizaine d'années, Véronique Tadjo s'est
lancée dans la littérature pour la jeunesse afin d'apporter sa
contribution à l'émergence d'une production africaine. Elle a animé plusieurs ateliers d'écriture
et d'illustration, notamment au Mali, au Bénin, au Tchad, en Haïti, à l'île Maurice et au
Rwanda. A la suite d'une résidence d'écriture au Rwanda, elle a rapporté de son séjour dans ce
pays, un texte L'ombre d'Imana publié par Actes Sud en 2000. Son dernier album, illustré par
Bernard Dubois, s'intitule Ayanda, la petite fille qui ne voulait pas grandir, publié par Actes
Sud Junior, en 2007.


































V!ronique Tadj o
Publications
• Latérite (poèmes), Monde Noir Poche, Hatier, Paris, 1984. Prix littéraire 1983 de l´Agence de
Coopération Culturelle et technique
• A Vol d´Oiseau, Encres Noires, L´Harmattan, Paris, 1992
• A mi-chemin (recueil de poèmes), l´Harmattan, Paris, 2000.
• L´ombre d´Imana – voyages jusqu´au bout du Rwanda, Actes Sud, Paris, 2000.
• Reine Pokou – concerto pour un sacrifice, Actes Sud, Paris, 2004, Grand Prix d´Afrique Noire
pour 2005.
• Loin de mon père, Actes Sud, Paris, 2010.

LITTÉRATURE POUR LA JEUNESSE

• La chanson de la Vie (recueil de contes et de nouvelles), Monde Noir Poche Jeunesse, Hatier,
Paris 1989 – épuisé réédité par les NEI en 2007.
• Mamy Wata et le Monstre (livre illustré), NEI, Abidjan, 1993. Prix UNICEF 1993 à la Biennale
des Arts et Lettres de Dakar. “Mention d´honneur” en 1994 pour “Noma Award for publishing in
Africa”.
• Si j´étais roi, si j´étais reine (livre illustré), NEI, Abidjan 2004.
• Mandela, non à l´apartheid ! (fiction historique) Actes Sud Junior, Paris, 2010.


Biographie
Écrivain et musicien de jazz français (1920-1959). Il
était aussi ingénieur et traducteur anglo-américain.
Il a publié de nombreux romans sous le pseudonyme
de Vernon Sullivan et a abordé tous les genres
littéraires : poésie, chroniques, romans, théâtre et des
scénarios pour le cinéma. Il était également peintre.
Son roman le plus connu est L'Écume des jours (on
l’étudie maintenant dans les collèges) où l'absurde est
partout. Il est aussi l'inventeur de mots (il fait
beaucoup de jeux de mots) et de systèmes comme des machines imaginaires : la
plus célèbre est le pianocktail, instrument qui fournit de la musique et des
boissons.
Malheureusement, son œuvre littéraire a été peu appréciée quand il vivait. Il est
mort très jeune, à l’âge de 39 ans.














Boris Vian
Principaux ouvrages
• Vercoquin et le Plancton, 1946
• J'irai cracher sur vos tombes, 1946
• L'Écume des jours, 1947
• L'Automne à Pékin, 1947
• Les morts ont tous la même peau, 1947
• Et on tuera tous les affreux, 1948
• L'Herbe rouge, 1950
• Elles se rendent pas compte, 1950
• L'Arrache-cœur, 1953



Pour en savoir plus
• Site officiel:
http://www.borisvian.org/

• Atelier, villes invisibles: L’écume des jours
http://www.pinterest.com/ciencialpajes/l%C3%A9cu
me-des-jours-de-boris-vian/