Disfruta de este título ahora mismo, y de millones más, con una prueba gratuita

A solo $9.99/mes después de la prueba. Puedes cancelar cuando quieras.

Les pièces du ciel

Les pièces du ciel

Leer la vista previa

Les pièces du ciel

Longitud:
494 páginas
7 horas
Editorial:
Publicado:
May 14, 2019
ISBN:
9781507199756
Formato:
Libro

Descripción

PRIX ERIGINAL BOOKS 2017 ACTION ET AVENTURE

Pour les amoureux des romans tels que DA VINCI CODE, LE HUIT OU LE DERNIER CATON - UNE ENQUÊTE DE SOEUR OTTAVIA SALINA

Que se cache-t-il derrière la mort de quelqu'un que l'on pensait connaître ?

Un inquiétant message fait trembler le monde de Julia, une jeune professeur new-yorkaise, et la pousse à entamer un voyage initiatique vers l'Europe.

Des mystères ancestraux et un dangereux secret gardé pendant des siècles et que certaines personnes essaient de préserver à tout prix, amèneront la protagoniste à vivre une aventure palpitante à travers les villes les plus fascinantes d'Europe.

Le Madrid de Charles Quint, la Prague des alchimistes, le Londres des fondateurs de la Royal Society, le Paris de Catherine de Médicis et tout l'hermétisme des Archives du Vatican et de la Rome mystérieuse seront les décors d'une dangereuse course contre la montre aussi réelle que le Ciel lui-même... sauf si les autres arrivent avant.


CE QU'EN DISENT LA PRESSE, LES BLOGS ET LES LECTEURS DU MONDE ENTIER :

"LES PIÈCES DU CIEL se distingue par son intrigue attrayante". / El Nuevo Herald de Miami

"Si un Indiana Jones sommeille au plus profond de toi et que tu passionné(e) d'Histoire, d'art et de mystères... C'est un roman pour toi !" ./ El buscalibros

"Si tu recherches une intrigue pleine de suspense, de renversements, de surprises, de mystères et d'action, tu ne peux pas passer à côté du roman LES PIÈCES DU CIEL". / Bookceando entre letras

"Beaucoup d'aventures et de dangers qui ne cessent de nous rappeler qu'il peut nous manquer des choses dans notre garde-robe féminine, mais jamais une paire de stilettos et un bon sac à main, parce qu'ils peuvent devenir la meilleure arme d'une femme". / El escritorio del Búho

"Rien à envier à l'oeuvre de Dan Brown. A recommander absolument !". / Amors y palabras

"Une action trépidente, de l'intrigue, du sexe, du mystère jusqu'au dernier moment. Rempli de références aux grands génies de l'humanité qui te dévoilent le monde occulte qui nous entoure". / Marc - Amazon España

Editorial:
Publicado:
May 14, 2019
ISBN:
9781507199756
Formato:
Libro

Sobre el autor


Relacionado con Les pièces du ciel

Libros relacionados

Vista previa del libro

Les pièces du ciel - Delmi Anyó

LES   PIÈCES 

DU Ciel

––––––––

Delmi Anyó

Traduit par Amélie MARIN

Les pièces du ciel

Écrit Par Delmi Anyó

Copyright © 2017 Delmi Anyó

Tous droits réservés

Distribué par Babelcube, Inc.

www.babelcube.com

Traduit par Amélie Marin

Dessin de couverture © 2017 Alexia Jorques

Babelcube Books et Babelcube sont des marques déposées de Babelcube Inc.

Il est strictement interdit, sans l'autorisation écrite du propriétaire du droit d'auteur, en vertu des sanctions prévues par la loi, la reproduction partielle ou totale de cette œuvre par tout moyen ou procédé, y compris photocopie ou traitement informatique, et la distribution de copies par vente ou prêt public.

––––––––

http://www.delmianyo.com

Table des matières

––––––––

Partie I : La perte....................................................

Chapitre 1...................................................................................

Chapitre 2...................................................................................

Chapitre 3...................................................................................

Partie II : Le désespoir...........................................

Chapitre 4...................................................................................

Partie III : L’avertissement...................................

Chapitre 5...................................................................................

Chapitre 6...................................................................................

Partie IV : Le voyage..............................................

Chapitre 7...................................................................................

Partie V : Le destin..................................................

Chapitre 8...................................................................................

Partie VI : Stupeur (l’indice)................................

Chapitre 9...................................................................................

Chapitre 10.................................................................................

Partie VII : Terra......................................................

Chapitre 11.................................................................................

Chapitre 12.................................................................................

Chapitre 13.................................................................................

Chapitre 14.................................................................................

Chapitre 15.................................................................................

Chapitre 16.................................................................................

Chapitre 17.................................................................................

Chapitre 18.................................................................................

Chapitre 19.................................................................................

Chapitre 20.................................................................................

Chapitre 21.................................................................................

Partie VIII : Ignis.....................................................

Chapitre 22.................................................................................

Chapitre 23.................................................................................

Chapitre 24.................................................................................

Chapitre 25.................................................................................

Chapitre 26.................................................................................

Chapitre 27.................................................................................

Chapitre 28.................................................................................

Chapitre 29.................................................................................

Chapitre 30.................................................................................

Chapitre 31.................................................................................

Chapitre 32.................................................................................

Chapitre 33.................................................................................

Partie IX : Aqua........................................................

Chapitre 34.................................................................................

Chapitre 35.................................................................................

Chapitre 36.................................................................................

Chapitre 37.................................................................................

Chapitre 38.................................................................................

Chapitre 39.................................................................................

Chapitre 40.................................................................................

Chapitre 41.................................................................................

Chapitre 42.................................................................................

Chapitre 43.................................................................................

Chapitre 44.................................................................................

Partie X : Aer............................................................

Chapitre 45.................................................................................

Chapitre 46.................................................................................

Chapitre 47.................................................................................

Chapitre 48.................................................................................

Chapitre 49.................................................................................

Partie XI : Caelum...................................................

Chapitre 50.................................................................................

Chapitre 51.................................................................................

Chapitre 52.................................................................................

Chapitre 53.................................................................................

Chapitre 54.................................................................................

Chapitre 55.................................................................................

Chapitre 56.................................................................................

Chapitre 57.................................................................................

Chapitre 58.................................................................................

Chapitre 59.................................................................................

Chapitre 60.................................................................................

Chapitre 61.................................................................................

"Ce que nous savons est une goutte d'eau,

ce que nous ignorons est un océan. »

Isaac Newton

Partie I : La perte

Chapitre 1

On ne sait jamais comment on va se réveiller. Un jour, on se couche, on dort, et le lendemain matin, tout a changé. Tout ce à quoi on s’accrochait, tout ce qui nous paraissait certain s’est évaporé.

Ce jour-là, ce fut le portable qui me réveilla. Je ne sais pas combien de temps il sonna. On dit que notre corps a des biorythmes définis... Peut-être que mon cerveau se refusait à sortir de cet agréable assoupissement. C’est pourquoi j’intégrai ce sifflement gênant à la scène floue de ma rêverie. Cependant, ce bruit se fit de plus en plus fort, jusqu’à me réveiller. Je réagis et entendis à l’autre bout du fil résonner la voix grave de Peter :

« Julia, je te réveille ?

—Oui, lui répondis-je en grognant, pendant que ma main maintenait ma tête toute embrouillée.

—Désolé, mais c’est important » s’excusa-t-il.

En aucune façon, je ne l’excusais. Il me semblait impardonnable que quelqu’un osât appeler si tôt. Il marqua un court silence, il semblait très nerveux :

« Il s’est passé quelque chose de grave.

—Comment ça ? Que se passe-t-il ?  lui demandai-je, étonnée.

—Oui, Julia. Quelque chose d’horrible. C’est James. James...

—James ? Qu’est-il arrivé à James ? répondis-je d’une voix pâteuse, en sentant mes jambes trembler.

—Il a eu un accident, me sembla-t-il entendre.

—Un accident ? demandai-je, confuse. Je ne comprenais rien.

—Oui, Julia. Un très grave accident.

—Mais il n’est pas ... ? osai-je lui demander, terrifiée.

—Je suis désolé, Julia. Vraiment désolé... 

Il continua à parler, dit quelque chose au sujet d’un avion qui devait l’amener de Madrid. Il parla de l’enterrement. Me dit de me calmer. Qu’il passerait à la maison dans l’après-midi. Il dit plusieurs fois qu’il était désolé, mais c’en fut trop. Le téléphone me tomba des mains.

Je sentis comme un coup de massue dans la poitrine. J’étais abasourdie, en sueur, je tremblais comme un oiseau blessé et ne pouvais presque plus respirer. J’éprouvais un engourdissement paralysant qui se transformait en une douleur si déchirante, blessante et angoissante comme seule peut l’être la douleur du deuil.

Sans le vouloir, l’image de James apparut devant moi. Ses yeux châtains, ses cheveux relevés sur son front. C’était impossible. Ce n’était pas possible. Il ne pouvait pas être parti comme cela. Cela ne pouvait pas se passer comme cela. J’allai à la salle de bains et je vomis.

Terrorisée, je m’écroulai sur le lit en pleurant. Je ne pouvais pas y croire. C’était trop horrible pour être vrai. James, mon James. Comment était-ce possible ? Il ne pouvait pas être parti comme cela. J’avais tellement besoin de lui. Besoin de son sourire et de ses caresses. Et là, il me souriait. Il me caressait et me disait de me calmer. Mais comment pouvais-je me calmer ? Plus jamais je ne le sentirais me toucher ! Plus jamais je n’entendrais son rire !

Je me pelotonnai, entre sanglots et spasmes de terreur, alors que je me répétais que ce qui était en train de se passer n’était pas réel. Je souhaitai alors que tout cela ne fût qu’un mauvais rêve. Mais la réalité, c’était que j’étais éveillée.

James et moi sommes arrivés la même année à l’Université de Columbia de New York, nous faisions tous les deux partie du Département d’Histoire Moderne Européenne. Nous partagions le même bureau, et Peter, notre Chef de Département, avait contribué à ce que nous nous trouvions un point commun. Il nous proposa de développer un projet portant sur le développement de l’art et de la science au sein de l’Empire espagnol au XVIème siècle. À l’Université, la viabilité d’un Département se mesurait par son action de recherche ; telle ou telle découverte donnait lieu à l’agrandissement de l’institution qui, sans nul doute, s’appropriait cette découverte et la publiait dans les revues scientifiques les plus éminentes afin de légitimer le prestige de l’université en question. Le monde universitaire s’était lancé dans une course effrénée à la notoriété des découvertes réalisées, et dépensait pour cette raison une grande part de son budget en finançant des projets qui, pour la majorité d’entre eux, n’arrivaient pas à porter leurs fruits. Mais lorsqu’ils y parvenaient, cela signifiait une plus grande réputation, plus d’étudiants et, en fin de compte, plus d’argent, ce qui était le plus important en réalité. Les universités américaines étaient traditionnellement les meilleures en sciences, mais dans le domaine de l’Histoire Moderne Européenne, n’importe quelle université du Vieux Continent, pour des motifs évidents, était cent fois supérieure à nous. D’où l’intérêt démesuré de Peter pour que nous commencions ce travail de recherche, car, selon le Doyen, il était inadmissible que le pays ayant les meilleures universités au monde fût médiocre dans ce domaine de la connaissance. Il ne regarderait pas à la dépense pour que New York fût le nouveau centre d’études avancées sur cette thématique.

Le projet que nous offrit Peter nous passionna tous les deux, James et moi étions comme deux enfants qui recevaient des chaussures neuves. C’était une occasion fantastique pour enquêter sur l’une des périodes les plus fructueuses et énigmatiques de l’Histoire moderne européenne.

Ces circonstances nous obligèrent à passer beaucoup de temps ensemble, et nous devînmes vite amis. Au début, ce n’était qu’une relation de camaraderie. Notre harmonie était évidente ; mais un jour, sans crier gare, nous commençâmes à ressentir une attirance qui nous surprit et fit que nous franchîmes le stade de l’amitié.

James était un vrai séducteur. De ce genre de personnes qui passent dans ta vie comme un cyclone et remuent les ciments de ton existence. Avec lui, la moindre petite découverte était une fête. Sa passion pour l’Histoire était aussi démesurée que sa passion pour la vie, et très vite, je me rendis compte qu’elle avait un effet contagieux sur moi. Mon travail ne me fatiguait plus et je m’enthousiasmai pour ce que je faisais. Aller tous les matins à l’université et savoir que James m’attendait était pour moi tout aussi excitant qu’aller à la foire pour une petite fille. Je savais qu’un jour nous monterions sur un agréable carrousel, un autre dans un train fantôme ou même peut-être une montagne russe. Il était aussi fou qu’imprévisible. Il avait cependant une étonnante capacité d’observation, un sens spécial pour détecter des connexions qui passaient inaperçues aux autres mortels et, bien que ses méthodes ne fussent pas très orthodoxes, il menait à bien toutes ses recherches avec une rigueur stupéfiante. Je crois que ce fut cet aspect de sa personnalité qui me fascina. Mais la fête était finie. Même si notre relation avait le vent en poupe, le projet arriva au point mort et nous devions aller enquêter sur place. Nous devions corroborer nos hypothèses avec des documents de première main. Ce dont nous avions besoin pour avancer se trouvait dans des archives poussiéreuses situées très loin de New York. Ce fut ainsi que nous demandâmes à Peter de nous obtenir un financement afin de nous permettre de nous rendre dans une université espagnole afin d’y compléter nos recherches. C’était notre rêve. Un voyage en Europe ensemble.

L’idée fut la mienne, je crois. De fait, c’est moi qui fis la demande à Peter. Notre chef entama les gestions et, bien que les promesses initiales du Décan fussent très généreuses, il semblait y avoir des coupes budgétaires, maintenant que le projet avait démarré. L’argent qu’il nous obtint ne permettait le déplacement que de l’un de nous deux seulement. J’avais rêvé de faire ce voyage avec James. Nous en avions rêvé tous les deux, nous l’avions planifié ensemble, nous en avions parlé si souvent. James et moi étions une équipe, nous nous complétions : lui mettait la passion, et moi la raison. Je pensais avoir les pieds sur terre, et lui le regard tourné vers le ciel.

J’avais toujours voulu vivre pendant un temps en Europe, même avant de connaître Peter. Mais désormais, je ne me sentais pas capable de rester plusieurs mois loin de lui. Notre enquête ne serait pas la même si nous étions séparés par un océan. C’est pourquoi j’insistai auprès de Peter pour qu’il tentât d’augmenter le budget. En fait, j’avais calculé qu’avec un peu plus, nous pourrions vivre tous les deux dans un appartement dans la banlieue de la ville et poursuivre notre mission. Cette mission était la nôtre à tous les deux. Nous avions conçu tous les deux chaque idée de la recherche et je n’acceptais pas que la partie la plus importante de celle-ci soit développée sans que nous ne soyons ensemble.

Cependant, Peter décida que seul l’un de nous voyagerait et que James serait le chanceux. Je devais quant à moi rester à New York pour effectuer des tâches d’appui à la recherche et donner des cours à l’Université. À ma grande surprise, James accepta volontiers et se montra même content. Et c’est ainsi que l’affaire fut tranchée, et je pris la chose comme on se prend une porte en pleine figure.

Pour être franche, je ressentis de la rage et de l’impuissance. Je pense que Peter en avait fait exprès : il savait que je ne partirais pas sans James, mais que James, lui, accepterai de partir sans moi. Je fus déçue. À ce moment précis, je ressentis de la honte à me souvenir de ce qui me fit un peu détester James. Mais plus rien n’avait d’importance désormais.

Je me levai et suis allai directement à la douche. Je fis semblant de faire normalement les choses que je faisais automatiquement chaque jour et j’essayai d’oublier que ce jour n’était pas un jour quelconque. Mais même si pour moi la douche avait toujours été un bon moyen pour dissiper les problèmes, cela ne fonctionna pas ce jour-là.

À plusieurs reprises, le visage de James réapparaissait dans mon esprit. Son sourire juvénile et ses vifs yeux châtains revenaient avec insolence dans mes pensées.

Enveloppée dans la serviette, je m’assis sur le lit et appelai l’Université. J’annulai tous mes cours de la journée. Je ne me sentais pas la force d’y aller. En raccrochant le téléphone, je m’allongeai sur le lit et pleurai toutes les larmes de mon corps.

Chapitre 2

Il était sept heures et l’inhumation était sur le point de se terminer. Peter semblait affecté. En réalité, nous l’étions tous. Même le doyen, qui était devenu ces derniers temps un obstacle dans nos recherches, nous menaçant à chaque fois de réduire le budget et de porter un coup fatal à tout notre travail, paraissait vraiment affecté.

Je n’avais jamais aimé les enterrements. J’assistais seulement aux inévitables. En fait, c’était le deuxième auquel j’assistais dans ma vie : celui de mon père et maintenant celui de James.

Comme je pouvais m’y attendre, tous ont dit des choses merveilleuses sur James dans leurs discours d’adieux. Peter dit quelque chose qui me fit réfléchir : « Aujourd’hui, nous enterrons un ami. » Pour moi, James était plus qu’un simple ami.

Puis vint un cousin qui, au nom de toute la famille, remercia toutes les personnes présentes pour leur accompagnement dans ces moments difficiles. Une femme menue, vêtue de deuil strict, acquiesçait en inclinant la tête sans quitter le cercueil des yeux. Il ne fut pas difficile de deviner qu’il s’agissait de sa mère. Celle qui remplissait le réfrigérateur de James de délicieuses tartes à la framboise et de succulents ragoûts et que James avait prévu de me présenter un jour, dès lors que nous aurions considéré l’un et l’autre que notre relation était suffisamment solide pour impliquer notre cercle intime. Je n’eus pas la force de m’approcher d’elle.

J’étais encore plongée dans une angoisse que n’avait pas réussi à calmer les deux calmants que Peter m’avait fait avaler en arrivant à la maison et en me trouvant dévastée. James était mort. Je regrettais tellement ce qu’il s’était passé entre nous au cours de ces derniers mois ! Je ne pourrais plus jamais lui dire le peu que représentait pour moi la recherche si je n’étais plus avec lui. Je ne pourrais plus jamais lui dire à quel point je l’aimais et l’importance qu’il avait dans ma vie. Il était trop tard désormais.

Une brise froide chargée d’odeurs humides fit onduler les cyprès du cimetière de Greenwood. Je tentai de rester digne durant toute la cérémonie, bien que je n’aspirasse à rien d’autre que de partir en courant et de pleurer toute seule.

Le doyen se dirigea vers moi, accompagné d’un élégant monsieur d’âge moyen. Il m’enlaça avec une chaleur humaine que j’accueillis froidement puis il me présenta à son compagnon.

—Monsieur González, voici la professeure Julia Robinson. Elle partageait les recherches avec le professeur James. C’est une sommité en Histoire moderne européenne.

Je répondis par un geste alangui.

—Monsieur González est un célèbre bienfaiteur de notre université. C’est grâce à lui que nous aurons bientôt le bâtiment qui hébergera la nouvelle bibliothèque, dit-il sans abandonner son habituel ton pompeux.

—C’est un plaisir, répondis-je en lui tendant la main de manière automatique.

Je n’en avais strictement rien à faire et n’avais pas envie de faire connaissance avec qui que ce fût. Mais je ne sus pas comment m’échapper. Les drogues, qui s’avéraient complètement inutiles pour amortir mon mal-être et mon désespoir, endormaient cependant ma capacité de réaction.

—C’est un plaisir de faire votre connaissance. Je suis vraiment désolé pour cette douloureuse perte, se plaignit le monsieur. J’ai demandé à votre doyen qu’il organise une occasion afin que nous parlions calmement de votre travail. J’ai toujours été fasciné par l’Histoire.

Je regardai ce monsieur qui s’appliquait à garder ma main dans la sienne. Il portait un manteau en cachemire bleu marine et de brillantes chaussures faites sur mesure. Son attitude me mettait mal à l’aise.

—La réalité peut parfois être aussi spectaculaire que l’imagination. Mais ce n’est pas le cas, croyez-moi. Mon travail est assez ennuyeux, répondis-je, considérant la conversation close, et je m’éloignai.

Son intérêt pour le projet me surprit, mais à ce moment précis, je n’avais pas envie de parler de ce sujet, ni même celle d’y penser. Il me rappelait trop James.

Chapitre 3

Peter s’approcha et passa sa main sur mon épaule.

—Ça te dit de manger quelque chose ?

—Oui. Il faut que je mange un truc, m’empressai-je de répondre.

J’avais une étrange sensation dans l’estomac qui, même si je savais qu’il ne s’agissait pas de la faim, y ressemblait beaucoup. Je pensai qu’elle disparaîtrait peut-être en avalant un peu de nourriture.

Nous marchâmes sur un sentier de gravier qui traversait une prairie parsemée de pierres tombales grisâtres. Les feuilles des arbres tremblaient. La décapotable flambant neuve de Peter était stationnée à deux rues de la sortie du champ sacré, juste à côté d’un bloc de basses maisons de brique rouge avec des porches aux toits pointus et un petit jardin par devant. Je pensai que c’était dans une de ces maisons qu’avait dû grandir James.

Nous montâmes dans sa puissante voiture de couleur rouge vif et nous partîmes de là-bas à toute vitesse. Selon moi, cette voiture ne lui correspondait pas, je l’aurais plutôt vu conduire une voiture élégante, une berline allemande peut-être, mais avec Peter, on ne savait jamais à quoi s’attendre.

C’était un homme séduisant. Une épaisse touffe de cheveux foncés marbrée de mèches grisonnantes couronnait sa tête, ce qui montrait bien qu’il n’était plus si jeune, mais il n’en était pas moins intéressant pour autant. À travers ses discrètes lunettes sans monture brillaient de petits yeux bleutés. Ces derniers suscitaient chez ses étudiantes de véritables passions.

Il resta un bon moment silencieux. Nous sortîmes de Brooklyn et nous avançâmes dans Manhattan. La voiture s’arrêta devant une cafétéria, à deux pâtés de maisons de chez moi.

—Ici, ça te va ? demanda-t-il sans me regarder.

—Très bien, répondis-je d’un ton résigné.

Nous nous installâmes à une table près de la fenêtre, d’où l’on pouvait voir la rue éclairée par le reflet jaunâtre des lampadaires. Le serveur, un jeune homme d’une vingtaine d’année à l’allure bizarre, prit commande et nous servit des sandwiches dont ne goûtai pas une seule bouchée. J’étais incapable de mâcher.

—Je sais que ça a été un coup dur pour toi. En fait, ça l’a été pour tout le monde. Mais nous devons surmonter ça, dit-il en me prenant la main.

Peter s’était toujours bien comporté avec moi, bien plus que ce que je ne peux dire de la part des autres hommes, hormis mon père et James. Ses mots, même s’ils ne me consolaient pas, m’enveloppèrent d’une chaleur dont j’avais besoin.

—Je n’arrive toujours pas à y croire, murmurai-je. Hier encore, un mail de sa part m’attendait, il devait m’envoyer de la documentation pour que je l’étudie. Il disait qu’il était sur le point de découvrir quelque chose d’important et maintenant...

—Cela peut arriver à n’importe qui. Arrête de te tourmenter !

Peter avait raison. Un malheur pouvait arriver à n’importe qui. Le hasard peut être aussi cruel qu’aléatoire parfois. Nous vivons en pensant que cela ne nous arrivera jamais, et lorsqu’une chose pareille nous frappe de plein fouet, on se rend compte à quel point le bonheur est fragile.

Je n’ai pas osé demander des détails, mais Peter semblait disposé à m’en offrir.

—Ce fut un malheureux accident. Tu sais comment conduisait James, dit-il en traînant la voix sans cesser de me regarder.

Je lui répondis par un regard incrédule, car, en effet, je savais parfaitement comment il conduisait. Ce n’est pas pour rien que nous avions parcouru la moitié du pays avec sa Ford, à la recherche de l’information que Peter lui-même nous avait demandée. James était un excellent conducteur.

—On ne sait pas comment il a pu sortir de la route comme ça. Peut-être par distraction. Les agents ont dit qu’il roulait à grande vitesse. Il a fait plusieurs tonneaux et le moteur a pris feu. Quand ils sont arrivés, les services sanitaires n’ont rien pu faire pour le sauver. Son corps était complètement calciné.

J’en eus l’estomac retourné et mon regard incrédule se transforma en un regard d’horreur.

Nous gardâmes le silence un long moment. J’étais effrayée. Je tentai de me défaire de cette horrible impression que me causait cette nouvelle et, même si le projet était à ce moment précis le cadet de mes soucis, je dis :

—Et maintenant, que va devenir notre travail de recherche ? Le voyage était crucial pour pouvoir avancer, mais sans lui...

—Ne pense pas à cela maintenant, m’interrompit Peter. Il vaut mieux laisser passer un peu de temps. Tu n’es pas en conditions pour continuer, et moi non plus je n’en ai pas la force.

C’était peut-être plus judicieux ainsi, je n’aurais rien dû mentionner à ce sujet.

—James était une sorte de visionnaire, et nous, nous entrions dans son jeu, ajouta-t-il.

La manière qu’avait Peter de parler de James ne me plaisait pas du tout. Il n’avait jamais été un visionnaire, c’était un rigoureux spécialiste. Mon indignation dut se refléter sur mon visage.

—Mais il disait que les recherches étaient sur le point de révéler quelque chose d’important. Il n’aurait pas aimé que nous abandonnions, protestai-je sans grand enthousiasme.

—James... Pauvre James... Il était si optimiste, ironisa-t-il.

Cela faisait onze mois qu’il était en Espagne, plusieurs milliers de dollars investis et... rien. Le doyen et le conseil d’administration de l’université en avaient marre de détourner des fonds pour un projet ne donnant pas le moindre résultat. Et moi, je ne me sens pas la force de lutter davantage.

Je n’aimais pas ce qu’il était en train de dire, mais j’étais si fatiguée et assommée que je ne fis qu’esquisser une petite grimace de déception.

—Laisse tomber, murmura Peter en m’embrassant les mains. Si nous avons continué, c’est uniquement pour ne pas céder à l’entêtement de James. Nous devons changer d’air maintenant et trouver un autre objectif ensemble.

Il ne valait mieux pas insister. J’étais en désaccord avec Peter, mais je n’avais pas envie d’insister. En réalité, je n’avais pas envie de parler de tout cela, ni même d’y penser. Un grand creux dans l’estomac et une profonde lacération dans la poitrine, qui ne me laissait pas respirer, m’empêchaient d’articuler le moindre mot. Je me mis alors tout simplement à pleurer.

Peter tenta de me consoler, mais plus il essayait, plus j’avais de chagrin.

—Prends ton temps, dit-il en séchant mes larmes. Je m’arrangerai pour que tu puisses te reposer une semaine. Mais je ne te donne pas un jour de plus. Dans une semaine, je veux te voir de retour à l’université.

Lorsque nous arrivâmes chez moi, Peter voulut entrer et m’accompagner. Je ne le laissai pas faire. J’avais besoin d’être seule pour noyer mon chagrin.

Partie II : Le désespoir

Chapitre 4

Une semaine plus tard, ou plutôt deux, incapable de me rendre à l’université, ma douleur ne s’était pas apaisée. Je ressentais une colère infinie face à ce qu’il s’était passé. Mon monde s’était écroulé et mon esprit était tourmenté par l’idée selon laquelle, peut-être, rien de tout cela ne se serait passé si les choses étaient allées autrement.

Peter me rendait visite tous les après-midis. Les premiers jours, il me prépara de la soupe, puis il m’apporta des plats chinois ou me prépara des sandwiches que j’étais incapable d’avaler. Certains jours, je l’autorisais à entrer dans la cuisine pour remplir le réfrigérateur avec des réserves de jus de fruits sains et des soupes fortifiantes, et d’autres, je ne le laissais même pas passer la porte.

Les nuits étaient longues. Des nuits blanches la plupart du temps, passées à aller du lit à la salle de bains. Parfois, je me préparais un thé à la cuisine. Un jour, je m’évanouis tout simplement d’épuisement dans le salon et me cognai la tête. Je ne sais pas combien de temps je restai au sol. Je sais seulement que lorsque je me réveillai, j’avais du sang séché sur le front et, pour la première fois depuis la mort de James, je me sentis reposée et sereine, comme endormie par un doux sommeil. Ce jour-là, quelque chose se produisit dans ma tête. Un déclic.

À huit heures pile le matin suivant, je me réveillai et fis tout comme j’en avais l’habitude avant la mort de James.

Je me surpris à me lever et à aller dans la salle de bains. Je laissai couler l’eau chaude jusqu’à ce que se formât un grand nuage de vapeur puis je me mis sous la douche pendant un long moment. Je me souvins qu’avant, c’était le moment de la journée qui m’apportait le plus de plaisir, mais je remarquai que je ne ressentais alors que de la colère.

Je ne déjeunais jamais à la maison. J’étais incapable de mettre la cafetière sur le feu à cette heure-là.

Je m’habillai et sortis pour aller à l’université dans ma voiture, une Plymouth Valiant bleue que j’avais héritée de mon père. Ce n’était évidemment pas la meilleure voiture pour se déplacer dans New York.

Lorsque j’arrivai au campus, je me garai face à la clôture métallique de la chaufferie, même si Georges, le nouveau vigile, m’avait dit plusieurs fois de ne pas le faire. J’étais désormais décidée à me battre.

Après cinq années de recherches, je n’étais pas prête à abandonner. James ne m’aurait jamais pardonné de jeter l’éponge. Et moi non plus, je ne me le serais jamais pardonné.

C’était Peter qui nous avait mis dans ce pétrin. C’était lui qui nous avait suggéré le thème de la recherche et nous avait encouragés à poursuivre et à poursuivre encore. Et il voulait maintenant que nous abandonnions !

Je ne pensais pas aller quémander, j’allais aller droit au but. J’étais rarement convaincue de quelque chose. Mais désormais oui. J’étais désormais convaincue du fait que je voulais poursuivre ce projet, avec Peter ou sans lui. Je le devais à James, je me le devais à moi-même. Je savais que, si j’abandonnais, James mourrait pour toujours et je voulais continuer à le sentir vivant à l’intérieur de moi.

J’entrai dans la cafétéria de l’université et je pris un café au lait et deux tartines. J’étais incapable de réfléchir de manière cohérente si je ne m’alimentais pas. Et dernièrement, je n’avais pas mangé correctement. Je remarquai le remue-ménage provoqué par les étudiants somnolents qui commandaient leurs petits-déjeuners, mais cette cafétéria bondée me semblait déserte sans James.

En arrivant au département, Peter était assis au bureau de James et semblait concentré sur la lecture de quelques documents. L’espace d’un instant, je le confondis avec lui.

—Julia ! Quelle surprise de te voir ici ! s’exclama-t-il en rangeant les documents.

Je ressentis de la peine et de la colère en réalisant que ce n’était pas James et que je ne le reverrais plus jamais assis là.

—J’ai besoin que tu m’écoutes, l’interrompis-je avec énergie. Je veux poursuivre les recherches. Je veux que tu convainques le doyen de me transférer la bourse de James. Je veux aller en Espagne. Je suis décidée.

Cela faisait à peine dix secondes que j’avais prononcé ces mots que mon cœur palpitait comme s’il allait exploser dans ma poitrine.

Peter demeura impassible, dans un long silence, presque sans fin. Je le regardais avec défiance depuis l’autre côté de la table, sur laquelle j’avais appuyé les mains. Il finit par écarter les lèvres.

—Je pensais que nous en avions déjà parlé, dit-il d’un ton patient.

—Tu sais que je n’étais pas en état de parler de quoi que ce soit ces dernières semaines, répondis-je, exaspérée.

Peter se leva du bureau dans un mouvement félin. Il alla s’assurer que la porte était bien fermée et m’enlaça fortement.

—Je sais que tu souffres, susurra-t-il à mon oreille.

Je m’écroulai comment une enfant gâtée et je pleurai dans ses bras. C’était si injuste. Mais je réagis. J’étais furieuse qu’il utilisât ce stratagème primaire dans de telles circonstances. Peter croyait toujours savoir comment me faire changer d’avis.

—Je ne compte pas lâcher, dis-je, énervée, en m’écartant. C’étaient là trop d’années de travail et trop d’efforts pour rien.

Je cherchai dans mon sac et en sortis du fond un kleenex froissé pour sécher mes larmes. J’étais triste et furieuse. J’aurais pu pleurer encore, mais mon orgueil m’en empêchait.

—Je ne cèderai pas, insistai-je.

Peter s’éloigna de moi et retourna s’asseoir au bureau. Il y eut un silence rempli de colère.

—Tu as bien réfléchi ? demanda-t-il. Tu ne te rends pas compte qu’on a échoué ? Tu crois que ça ne me fait rien ? Il était de plus en plus en colère. Cela fait longtemps que ce projet est mort. La seule chose que James ait faite en Espagne au cours des derniers mois a été de dilapider l’argent de la dotation en beuveries et en fêtes. La commission économique a mené son enquête et me l’a transmise. La dernière fois qu’il a appelé, quand il s’est rendu compte qu’il était découvert, il n’a même pas eu la délicatesse de mentir.

—Mais de quoi tu parles ? Comment oses-tu ? dis-je avec douleur. Peter ne pouvait pas être mesquin. Il était conscient du mal que me causaient ces mots.

—James a échoué et nous avec lui ! cria Peter avec dureté. Il me regardait de ses yeux brillants et je pus voir le sang gonfler les veines de son cou. Il n’y a pas de solution parce qu’il n’y a jamais eu de problème ! Il n’y a rien de nouveau à découvrir, comme le pensait ce fou de James !

—Tu veux dire que..., murmurai-je, confuse.

—Je veux dire que cela fait cinq ans que nous poursuivons un fantôme qui n’existe pas. Un fantôme né de l’imagination de James, répondit-il catégoriquement.

Il y eut un long silence. Je ressentais une amertume si grande qu’aucun mot ne me venait.

—Ne pars pas, Julia, poursuivit-il, plus calmement. Nous sommes des historiens, des spécialistes sérieux, et nous savons quand une piste est épuisée. Reste avec moi.

C’est cruel de voir un ami mourir et une illusion mourir avec lui. James me faisait me sentir vivante. Il était passionné par son travail. Il était de ceux qui affrontent la vie avec joie. Quand j’étais avec lui, tout devenait facile. J’étais étonnamment capable de m’auto-transmettre son enthousiasme et de me faire penser que tout irait bien.

Je n’ai jamais aimé l’Histoire. Je ne sais même plus pourquoi je n’ai pas plutôt étudié le droit ou l’économie. Je serais peut-être aujourd’hui une bonne avocate comme l’était Papa, ou une brillante femme d’affaires. Mais non, j’avais dû choisir, et choisir n’avait jamais été mon truc.

Et voilà que Peter voulait maintenant me convaincre que j’avais travaillé pendant cinq ans comme professeure adjointe au département d’Histoire moderne, à préparer une thèse sur un thème qui n’existait pas, au côté d’un fou que je prenais pour un génie.

J’étais confuse. Je ne comprenais pas ce qui amenait Peter à formuler de telles affirmations.

Il me regarda avec une mine irritée. Il chercha dans ses papiers et en tira une enveloppe. C’étaient des photos. Des photos où apparaissait James à côté d’une fille rousse et très jeune, dans une attitude qui témoignait de plus qu’une simple affection.

Mon visage dut refléter mon étonnement.

—Je ne voulais pas te les montrer. Le doyen me les a envoyées avant l’accident. James ne respectait pas les délais et la commission a voulu vérifier. Il semble qu’au cours de ces derniers mois, James ne se consacrait pas précisément à la recherche.

Je me retournai et quittai la pièce. Je ne pouvais continuer à écouter cela.

Je fis un dérapage en sortant du parking de l’université. J’avais toujours été naïve, mais j’avais essayé de ne pas le montrer. L’image de James dans les bras de cette fille fit exploser dans ma tête un tourbillon de jalousie et de tristesse et, même si je savais que j’étais en partie responsable de cela, je ne pus m’empêcher de me sentir déçue.

J’avais besoin de réfléchir, de refaire ma vie.

Je voulus partir loin. J’avais besoin de m’éloigner de toute cette douleur. Prendre des vacances, c’était là la bonne idée. Passer du temps avec Maman et ma sœur Katy à Tulsa, ma ville dans l’Oklahoma. Je n’avais pas revu mes neveux depuis les fêtes de Noël et je n’avais passé que trois jours avec eux. Le petit Robert ne m’avait presque pas reconnue quand j’étais arrivée.

J’étais décidée. J’allais parler à Peter, lui me comprendrait. Je devais partir pendant une longue période.

Partie III : L’avertissement

Chapitre 5

Je parlai à Peter. Il se montra compréhensif et il réussit à faire en sorte que le doyen et le conseil d’administration de l’université m’accordassent une année sabbatique et une généreuse compensation financière. Toutes ces personnes hautaines du conseil m’avaient assigné une indemnité en liquide équivalente à deux mois de salaire. Et cela en plus de me promettre de me verser tous les mois sur mon compte courant le salaire que je recevais habituellement. Cela revenait à dire que, cette année-là, je recevrais le triple de revenus, et tout cela en arrêtant de travailler. Qui pouvait comprendre ces gens ? L’année précédente, ils n’avaient pas voulu m’accorder un centime pour pouvoir travailler avec James dans un projet de recherche susceptible d’apporter de la notoriété à cette université déjà notoire de Columbia, et ils me donnaient désormais plus que ce dont je n’avais besoin. Je n’avais pour seule prétention que de garder ma place, mais avec ces gens-là, on ne savait jamais à quoi s’attendre.

Peter me demanda uniquement en retour de lui rendre visite l’été suivant et de revenir travailler au département avec lui après cette année de pause. Il s’était toujours bien comporté avec moi. Je lui laissai en gage la Plymouth Valiant héritée de mon père, et il me promit de la garder dans le garage de l’université et de l’aérer de temps en temps jusqu’à mon retour.

Nous nous dîmes au revoir par un baiser.

Tulsa était mon refuge. J’avais envie de revoir les couchers de soleil rosés sur la mer jaune que formaient les champs de blé, assise sur le rocking-chair du porche. Entendre à nouveau le murmure fragile du vent qui se heurte aux feuilles des arbres du jardin. C’était la meilleure chose à faire dans cette

Has llegado al final de esta vista previa. ¡Regístrate para leer más!
Página 1 de 1

Reseñas

Lo que piensa la gente sobre Les pièces du ciel

0
0 valoraciones / 0 Reseñas
¿Qué te pareció?
Calificación: 0 de 5 estrellas

Reseñas de lectores